Version classiqueVersion mobile

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Deuxième partie. L'âge d'or du radicalisme

Chapitre 7. Les radicaux du Sénat dans l’entre-deux-guerres

Gisèle Berstein

Texte intégral

1Durant l’entre-deux-guerres, le Sénat est dominé par le groupe parlementaire de la Gauche démocratique radicale et radicale-socialiste qui regroupe l’ensemble des radicaux, qu’ils soient indépendants ou membres du parti républicain, radical et radical-socialiste. S’y inscrivent également quelques socialistes jusqu’à la formation de leur propre groupe en 1925.

2La Gauche démocratique détient à elle seule la majorité absolue dans la Haute-Assemblée, sauf de 1926 à 1932 où elle subit un léger repli (dû à la création de deux nouveaux groupes politiques qui se détachent d’elle, celui de la SFIO sur sa gauche et celui de l’Union démocratique et radicale sur sa droite).

  • 1 Herriot est renversé par le Sénat le 10 avril 1925 sur ses projets financiers, Tardieu le 4 décembr (...)

3La prédominance des radicaux au Sénat explique que celui-ci ait pu être qualifié de « Sénat radical ». Alors que leur influence diminue à la Chambre des députés avec la montée du socialisme et la percée du communisme, au Sénat les socialistes demeurent très peu nombreux (au maximum 16 membres par an de 1930 à 1935) et les communistes qui y entrent en 1936 ne sont que deux. De sorte que le Sénat apparaît bien durant cette période comme la forteresse du radicalisme, constituant un élément-clé d’explication du rôle des radicaux sous la IIIe République, et ce d’autant plus que dans la République parlementaire le Sénat a des pouvoirs égaux à ceux de la Chambre issue du suffrage universel direct. Les lois ne peuvent être votées sans son accord et, en pratique, aucun gouvernement ne peut demeurer en place s’il est mis en minorité au Sénat (même s’il n’est pas constitutionnellement évident que le ministère soit responsable devant la Haute-Assemblée) : Herriot en fait l’expérience en 1925, Tardieu en 1930, Laval en 1932, Blum en 1937 et 19381. L’étude qui suit traitera uniquement des sénateurs membres du parti républicain radical et radical-socialiste, affiliés à la rue, puis à la place de Valois, les sénateurs valoisiens, même s’il faut garder présent à l’esprit que leur influence s’étend aux autres membres de la Gauche démocratique.

Les radicaux du sénat

Importance numérique des radicaux au Sénat

4742 sénateurs ont siégé à la Haute-Assemblée de 1920 à 1940. Sur ce nombre, 380 ont fait partie de la Gauche démocratique, dont 230 étaient membres du parti républicain radical et radical-socialiste.

  • 2 En 1940, seules deux présidences de commissions générales sur treize leur échappent (les Douanes et (...)

5Mais, au cours de ces vingt années, le nombre des valoisiens au sein de la Gauche démocratique a évolué, passant de 83 en 1920 à 110 en 1930 et 112 en 1940. La progression des radicaux dans les élections sénatoriales se situe donc surtout dans les années vingt, mais au Sénat leur influence se fait sans cesse grandissante. S’ils représentent en 1920 un peu plus de la moitié des effectifs de la Gauche démocratique, dans les années trente, ils en constituent les trois quarts. Ils s’emparent alors des présidences des commissions2.

6Le groupe parlementaire de la Gauche Démocratique est toujours présidé par un valoisien : en 1920 par Gaston Doumergue jusqu’à son élection à la présidence du Sénat en février 1923, puis par Jean-Baptiste Bienvenu-Martin jusqu’à la fin du régime. Ce dernier, né en 1847 fait partie des sénateurs les plus âgés. Entré au Sénat comme élu de l’Yonne en 1905 après avoir été député, il a été plusieurs fois ministre (de l’Instruction Publique, des Beaux-Arts et des cultes, de la Justice, du Travail et de la Prévoyance sociale). Sa grande expérience et ses qualités humaines lui confèrent une autorité considérable. Ses conseils et ses avis sont écoutés et ses collègues l’ont élu vice-président du Sénat, fonction qu’il occupe encore quand il devient Président du groupe de la Gauche démocratique. En 1940, il est doyen d’âge des sénateurs valoisiens. Il a alors 93 ans. Le 10 juillet 1940, il ne prend pas part au vote de l’Assemblée nationale qui confie les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

Existe-t-il, chez les radicaux un cursus honorum sénatorial ?

7En raison de l’âge élevé exigé pour briguer un mandat sénatorial, puisqu’il faut avoir au moins quarante ans, et compte tenu de la moyenne d’âge d’entrée au Sénat qui se situe en fait entre 53 et 54 ans en 1920 et s’élève à 55-56 ans à la fin de la période, le problème se pose de savoir s’il existe un cursus honorum sénatorial. Pour y répondre, il est indispensable d’étudier la carrière politique antérieure des sénateurs radicaux.

8Un sénateur radical a pu exercer un mandat local, être conseiller municipal ou maire ou conseiller général et maire. Il peut avoir été ou non député avant d’entrer au Sénat. Enfin, il se peut aussi qu’il n’ait exercé aucun de ces mandats et soit entré directement à la Haute-Assemblée. En suivant ainsi le cheminement de chacun des sénateurs radicaux, il est possible de distinguer huit cas de figure différents, avec de fortes disproportions entre eux.

914 radicaux seulement n’ont exercé aucun mandat avant d’être élus sénateurs. Il est évident que, pour eux, on ne saurait parler de cursus honorum. Leur notoriété professionnelle (chefs de cabinet, avocats, médecins…), leurs antécédents familiaux (père maire, ancien député ou sénateur…), leur rôle important dans le parti expliquent leur candidature et leur réussite. Il en va de même pour les 24 sénateurs qui ont commencé leur carrière comme députés sans avoir exercé auparavant de mandat local. Mais ces deux groupes de sénateurs ne représentant qu’une minorité privilégiée qui ne concerne qu’un ou deux sénateurs sur dix.

10Tous les autres ont commencé leur carrière politique à l’échelon local : 154 comme maire (soit deux sénateurs sur trois) et 38 comme conseiller général, avant d’exercer un mandat national. Tous ceux qui ont été maires ont également été conseillers généraux, à quelques exceptions près. Parmi ces derniers, six détenteurs d’un mandat municipal sont entrés directement au Sénat et seize ont été élus députés avant d’entrer à la Haute-Assemblée. Il s’agit, pour une moitié d’entre eux d’intellectuels, juristes, enseignants, docteurs en médecine et pour l’autre moitié de responsables du parti radical, soutenus par celui-ci.

11On peut également constater que trois sénateurs sur quatre ont exercé un mandat de conseiller général qui est perçu comme fondamental pour accéder au Sénat. De fait, le groupe des 78 radicaux qui ont été maires et conseillers généraux et qui deviennent ensuite sénateurs est le plus nombreux de l’échantillon (34 %), suivi par celui des maires et conseillers généraux qui sont passés par la députation avant d’être élus au Sénat (54 sénateurs, soit 23 %). Pour cette forte majorité de sénateurs, il paraît légitime de parler d’un véritable cursus honorum débutant par un mandat local et se poursuivant pour souvent s’y achever à la Haute-Assemblée.

Durée et fin des mandats

12La période étudiée, 1920-1940, c’est-à-dire celle de l’entre-deux-guerres présente, à ses deux extrémités, des anomalies dans la durée du mandat sénatorial qui est en théorie de neuf ans. La première guerre mondiale a en effet rendu impossibles les élections de la série B qui devait être renouvelée en 1915 et de la série C dont le renouvellement aurait du avoir lieu en 1918. Seule la série A, élue en 1912, n’avait pas à être renouvelée durant le conflit, puisque le terme de son mandat se situait en 1921. Toutefois, aucune élection partielle n’ayant eu lieu entre 1914 et 1918 pour remplacer les sénateurs décédés, il était également nécessaire de combler les vides dans cette série.

13Aussi, la paix revenue, décida-t-on de fixer au 17 janvier 1920 la date du renouvellement complet des séries B et C qui ne l’avaient pas été à la date prévue et de compléter la série A. Mais il n’était pas question d’attribuer aux élus de 1920 un mandat de neuf ans. Les sénateurs de la série A élus en 1920 devaient, comme ceux désignés en 1912, se représenter en 1921. De ce fait un sénateur de 1920, battu en 1921 (par exemple Artaud dans les Bouches-du-Rhône) n’a exercé qu’un mandat d’une année. Pour la série B, renouvelée en 1920 au lieu de 1915, le renouvellement devait intervenir en 1924, ce qui allongeait la durée du mandat des élus de 1906, mais ramenait à quatre années celle des sénateurs entrés pour la première fois au Sénat en 1920, comme Chomet dans la Nièvre. Enfin, pour la série C, renouvelable en 1927, les nouveaux élus n’accomplissent qu’un mandat de sept ans au lieu de neuf. Ce n’est qu’à partir des renouvellements qui ont lieu en 1921 qu’on retrouve la périodicité normale, avec un mandat de neuf ans et un renouvellement par tiers du Sénat tous les trois ans.

14A ces perturbations de la durée des mandats sénatoriaux dues aux effets de la première guerre mondiale en début de période s’ajoutent, à la fin de la période, celles liées à la défaite de la France en 1940 et à la décision de l’Assemblée nationale de confier les pleins pouvoirs au maréchal Pétain, décision qui met fin à l’activité des sénateurs, puis à l’existence même du Sénat (décret du 25 août 1942).

15Dans ces conditions, il va de soi que le calcul de la durée moyenne des mandats n’a pas grande signification. Il paraît plus pertinent d’examiner le devenir de chaque sénateur radical à partir de son entrée au Sénat et jusqu’en 1940.

16De 1920 à 1940, 230 radicaux ont siégé au Sénat. Au moment de la chute du régime, ils sont 110, dont 21 seulement étaient déjà sénateurs au début de la période. Beaucoup ont donc déjà quitté le Sénat pour diverses raisons. La cause principale de la fin du mandat réside dans le décès des sénateurs. La plupart arrivent déjà à la Haute-Assemblée à un âge avancé. Une trentaine disparaissent au cours de leur premier mandat, une vingtaine meurent au cours d’un second mandat et une douzaine durant leur troisième mandat. Le mandat le plus long est celui d’Emile Combes, élu pour la première fois en 1894 et qui disparaît en 1926. La durée moyenne des mandats de ces 64 sénateurs décédés en fonction est de 11 ans et demi.

17Six sénateurs seulement ont démissionné en cours de mandat, pour des raisons toutes différentes : Gaston Doumergue, Président du Sénat, lorsqu’il devient Président de la République en 1924, Maurice Sarraut pour se consacrer totalement à la direction de La Dépêche de Toulouse, le docteur Gigon afin de permettre à Joseph Caillaux de retrouver son siège à la Haute-Assemblée après l’amnistie, Klotz en raison de ses problèmes judiciaires, Méjean à cause de graves soucis personnels et Mony qui, très malade, a considéré qu’il ne pouvait plus remplir son mandat avec assiduité.

18Douze sénateurs ne se sont pas représentés à l’issue de leur mandat. Il s’agit d’élus qui ont, en moyenne, siégé 16 ans au Sénat et dont la moyenne d’âge au moment de leur décision de ne pas se représenter est très élevée-74 ans, ce qui explique leur retrait. Quand Raphaël Milliès-Lacroix abandonne le Sénat, dans l’espoir d’y être remplacé par son fils, il a 82 ans !

19Au cours de la période considérée, trente-huit sénateurs élus comme valoisiens ont été battus pour des raisons très diverses (Paul Strauss au moment de sa défaite avait été exclu du parti radical). Lorsqu’ils sont remplacés par des élus du même parti (cas de 7 d’entre eux) ou de la Gauche démocratique (4 sont dans ce cas), la signification de leur échec n’est pas nécessairement politique. Elle peut être liée à l’influence plus forte du nouvel élu sur le collège électoral (par exemple s’il est ancien député ou Président du Conseil général), à l’âge avancé du sortant, à sa faible activité au Sénat ou à des causes qui tiennent à la personnalité du candidat ou encore à des questions locales. Il en va différemment pour les valoisiens remplacés par des concurrents politiques, qu’ils soient de gauche ou de droite. Lorsque les radicaux sont remplacés par des socialistes (9 d’entre eux sont dans ce cas), le vote a bien la signification d’une évolution politique vers la gauche du collège des délégués sénatoriaux. En revanche, les 14 valoisiens remplacés pour moitié par des sénateurs de l’Union démocratique et radicale (UDR) et pour l’autre moitié par des membres de l’Union républicaine (UR) sont, à l’inverse, victimes d’un glissement à droite des départements concernés. C’est, par exemple, le cas de la Nièvre où sont élus en 1921 deux sénateurs radicaux ; en 1930, il n’en reste qu’un et aucun en 1939. Le phénomène est particulièrement frappant dans certains départements où le radicalisme s’est récemment implanté et où la période du Front Populaire provoque un repli, comme les Côtes-du-Nord ou le Cantal. Il faut néanmoins observer que ces glissements restent marginaux et de faible signification globale par rapport à l’influence croissante du radicalisme valoisien dans le Sénat de la IIIe République.

20Enfin, pour les 110 sénateurs radicaux encore présents en 1940 (dont 21 siégeaient déjà en 1920), c’est la décision du maréchal Pétain d’ajourner les Chambres sine die, mettant ainsi fin au régime parlementaire, qui signifie la fin de leur mandat.

21En conclusion, très peu nombreux sont les sénateurs radicaux qui ont abandonné leur mandat de leur plein gré.

Qui sont les sénateurs radicaux ?

Des générations aux expériences politiques diverses

22Tous les sénateurs radicaux de notre étude sont nécessairement nés au XIXe siècle puisque lors de la dernière élection, en 1939, il fallait avoir quarante ans. Ils appartiennent cependant à des générations différentes puisque le plus âgé, Emile Combes est né en 1835 et que le plus jeune, Giaccobi, est né en 1896, d’où la diversité de leurs expériences politiques.

239 sénateurs sont nés sous la Monarchie de Juillet, dont deux seulement, Emile Combes et Martinet, ancien préfet du Cher, ont pu en conserver des souvenirs. Les autres ont commencé leurs études sous la Seconde République ou le Second Empire, comme Bienvenu-Martin.

2410 sénateurs sont nés sous la Seconde République, mais les plus âgés d’entre eux, Raphaël Milliès-Lacroix ou Léon Bourgeois ont fait leurs études primaires et secondaires sous l’Empire comme leurs collègues nés au début du Second Empire, tel Debierre, sénateur du Nord.

25Une quarantaine d’autres nés un peu plus tard, ont fait leurs études primaires sous l’Empire dont ils ont pu garder la mémoire et leurs études secondaires sous la IIIe République. Dans ce groupe on trouve des hommes comme Adolphe Chautemps ou Gaston Doumergue, né en 1863. Il n’est pas sans intérêt de constater que 70 sénateurs radicaux environ ont pu garder des souvenirs de la défaite de 1870 cependant qu’une dizaine d’entre eux étaient à l’époque en âge de combattre.

26Vient ensuite la génération de ceux qui, nés sous le Second Empire, ne l’ont pas connu directement, ayant tous fréquenté les écoles de la IIIe République. C’est, par exemple, le cas de Clémentel, né en 1864, Henri Bérenger, né en 1867, Klotz et Steeg (1868), Maurice Sarraut (1869).

27Enfin, 110 sénateurs radicaux sont nés sous la Troisième République. Si une trentaine d’entre eux se sont trouvés trop âgés pour être mobilisés lors de la guerre de 1914-1918, tous ont connu comme leurs aînés, une IIIe République désormais installée, mais qui connaît une série de crises nationales et internationales (Boulangisme, Affaire Dreyfus, crises du Maroc et des Balkans…).

Sociologie du radicalisme sénatorial

28Le parti radical étant connu comme un parti de classes moyennes, en est-il de même de ceux qui ont été élus à la Chambre Haute ?

29Pour l’ensemble du Sénat, tous groupes confondus, on relève une cinquantaine de sénateurs d’origine modeste. Parmi eux, les radicaux sont les plus nombreux (19, soit 8 % de leur effectif total), suivis des socialistes(14). Certains sont même orphelins très tôt et nés dans une famille nombreuse ou une famille pauvre et c’est grâce à des bourses et à leurs efforts qu’ils ont pu, grâce au système scolaire, acquérir des diplômes et exercer une profession à laquelle leurs origines familiales ne les destinaient guère. Parmi les plus connus qui répondent à ce cas de figure, on peut citer Clémentel et Bienvenu-Martin.

30A l’opposé, il y a à peu près autant de sénateurs valoisiens qui sont nés dans des familles aisées (Jules Pams appartiendrait même à une famille de milliardaires). Leurs parents sont de grands propriétaires fonciers, parfois également industriels comme Léonus Benard à La Réunion ou Gaston Menier, sénateur de Seine-et-Marne dont le grand-père a créé la fabrique de chocolat bien connue et dont le père possédait une immense plantation de cacaoyers au Nicaragua. Proches de ceux-ci, quelques sénateurs, fils de chirugiens, de magistrats, de notaires, ou ayant eux mêmes exercé ces professions, appartiennent à la classe moyenne supérieure.

31Mais la grande majorité des sénateurs valoisiens se recrute dans des familles de classe moyenne. Les groupes les mieux représentés sont ceux des professions exercées en milieu rural (petits ou moyens propriétaires fonciers, médecins de campagne, commerçants ou artisans des bourgs). C’est qu’il s’agit aussi des milieux où se recrutent les délégués sénatoriaux, électeurs du « Grand Conseil des Communes de France » qu’est demeuré le Sénat. Un certain nombre de sénateurs appartiennent à des familles d’enseignants, Inspecteurs généraux de l’Instruction Publique, Inspecteurs primaires, directeurs d’écoles… Elevés dans des familles républicaines, adhérents des associations laïques, ils sont naturellement conduits à rejoindre le parti radical qui défend les mêmes idéaux après sa création en 1901.

32La famille joue ainsi un rôle non négligeable pour expliquer la carrière des sénateurs auxquels elle peut fournir un capital de notoriété et, dans certains cas on peut même parler de dynasties parlementaires. 22 sénateurs radicaux appartiennent ainsi à des familles dont un ou plusieurs membres ont exercé un mandat politique (Joseph Caillaux, Alphonse et Camille Chautemps, Théodore Steeg et d’autres ont ainsi suivi le chemin paternel). La notoriété des familles s’ajoutant à leurs capacités personnelles a permis à certains de devenir chefs de cabinet d’un ministre : le magistrat Emile Magnien dont le père a été député et sénateur de la Nièvre a été chef de cabinet d’un ministre de la Justice avant d’être élu à son tour sénateur de la Nièvre en 1924, Jean Cazelles, avocat, dont le père avait été directeur de cabinet de Waldeck-Rousseau a pu bénéficier de l’appui des hommes politiques dont son père avait été le collaborateur et devenir en 1899 chef du cabinet civil du ministre de la Guerre, le général de Galliffet, puis conquérir en 1920 un siège sénatorial dans le Gard.

Les professions des sénateurs radicaux

33A l’exception d’une trentaine de sénateurs, pour la plupart agriculteurs ou négociants, tous ont fait des études supérieures. De même faut-il noter qu’avant d’accéder au Sénat, ils ont exercé une ou plusieurs professions, successivement ou simultanément. Il est fréquent, par exemple, que des descendants de familles de propriétaires terriens, tout en exploitant leurs domaines fonciers soient ingénieurs agricoles ou agronomes (tels Cencelme ou Judet, membres de la Commission de l’Agriculture, Cosnier ou Donon, secrétaires de la même Commission et ce dernier, Vice-Président, puis Président de celle-ci). Mais on trouve aussi des propriétaires terriens cadres supérieurs de l’armée (3 des 5 officiers radicaux), médecins (3 également), industriels (le plus connu étant Gaston Menier), membres des professions juridiques (une demi-douzaine, dont Bender, Fouilloux ou Judet qui déclare trois professions)

Les professions des sénateurs radicaux 1920-1940

Professions

Nombre

Juristes (avocats, magistrats, notaires)

76

Médecins, pharmaciens, vétérinaires

47

Journalistes

35

Propriétaires fonciers, agriculteurs

29

Enseignants

26

Industriels

15

Hauts-fonctionnaires

14

Négociants

11

Ingénieurs

11

Fonctionnaires

7

Hommes d’affaires

6

Officiers

5

Artisans

1

Représentants de commerce

1

34Parmi les 230 sénateurs radicaux, on compte 76 juristes dont plus de la moitié vont siéger à la Commission de législation. Une quinzaine de juristes sont en même temps éditorialistes de journaux radicaux ou journalistes (tels Hamelin qui dirige Le Républicain de l’Yonne, Victor Dalbiez, sénateur des Pyrénées-Orientales et directeur de La Montagne et, bien sûr, Maurice Sarraut qui se trouve à la tête de la puissante Dépêche de Toulouse) ; d’autres enseignent le droit. La médecine est la seconde profession, en nombre des sénateurs radicaux. Sur les 47 docteurs en médecine radicaux du Sénat, la moitié (23) siègent à la Commission de l’Hygiène. Quelques-uns d’entre eux sont en même temps professeurs comme Pottevin (Tarn-et-Garonne) ou Debierre (Nord), lequel est également journaliste, tout comme le docteur Queuille qui s’exprime dans les feuilles locales de Corrèze, comme L’Homme Libre ou La Montagne corrézienne…

35Viennent ensuite les enseignants au nombre de 26. Là encore, il n’est pas rare de trouver des enseignants devenus sénateurs qui sont en même temps éditorialistes. De sorte que les chiffres fournis dans le tableau ci-contre ne correspondent aucunement au nombre des sénateurs radicaux, puisque la plupart ont exercé plusieurs professions. Par ailleurs, les sources ne sont pas totalement fiables en ce qui concerne le recensement des propriétaires fonciers dont le nombre est probablement plus élevé que celui qui est indiqué. La même observation vaut d’ailleurs pour les hommes d’affaires, sans doute sous-évalués eux aussi.

36Au total, il semble légitime de parler d’un recrutement des sénateurs radicaux dans la classe moyenne, mais avec un certain niveau d’aisance qui permet d’évoquer une frange supérieure de la classe moyenne.

La géographie du radicalisme sénatorial et son évolution

37En 1921, 81 sénateurs sont membres du parti radical dont 4 sont élus par les départements d’outre-mer (La Guadeloupe, Constantine, Oran et La Réunion).

38En France métropolitaine, tous les départements n’ont pas un nombre équivalent de sénateurs, le minimum étant de un pour le Territoire de Belfort, le maximum de dix pour la Seine. La carte n ° 1 représentant les élus valoisiens après le renouvellement de 1921 montre que, dans huit départements, la représentation sénatoriale est totalement radicale. En revanche, certains départements n’ont aucun représentant valoisien. C’est le cas en Normandie, dans les marges armoricaines, en Lorraine, en Alsace, dans presque toute la Bretagne (à la seule exception d’un élu dans les Côtes-du-Nord), de la région jurassienne (sauf dans l’Ain) et de certains départements comme le Pas-de-Calais, l’Aisne, l’Aveyron, la Lozère ou les Basses-Pyrénées qui n’enverront jamais de radicaux au Sénat. Pour les autres départements, la représentation est ponctuelle.

39Avec la carte no 2, établie après le renouvellement de janvier 1930, on constate un progrès considérable de l’implantation radicale. Onze départements sont désormais entièrement conquis (dont quatre seulement l’étaient déjà en 1921, le Loiret, l’Indre-et-Loire, la Savoie et le Vaucluse). Parmi les nouveaux départements entièrement aux mains du radicalisme sénatorial, la Saône-et-Loire qui compte cinq sénateurs, la Creuse, le Lot-et-Garonne et l’Ariège resteront fidèles à ce choix, alors que la Seine-et-Marne, le Cantal et les Pyrénées-Orientales verront les radicaux céder du terrain dans les années trente.

40Là où le radicalisme partage la représentation sénatoriale départementale avec d’autres tendances, on constate des progrès par rapport à 1921 dans deux départements bretons, dans la Sarthe dominée par la personnalité de Caillaux, dans la Vienne, les Charentes, dans le Sudouest, zone d’influence de La Dépêche de Toulouse, dans le Rhône, l’Ain, la Haute-Savoie, les Ardennes, la Haute-Marne et l’Oise. Par contre, dans certains départements, comme la Haute-Vienne ou les départements de la bordure méditerranéenne, le radicalisme sénatorial recule au profit des socialistes. Mais, globalement, le nombre des sénateurs valoisiens augmente, de même que celui du nombre de départements qui élisent des radicaux.

41Enfin, la carte no 3, qui représente la situation en janvier 1939, après le renouvellement de la série C en octobre 1935 et de la série A en octobre 1938 enregistre un recul des valoisiens dans les départements qui ont été déçus de l’alliance des radicaux avec les partis marxistes au sein du Front Populaire. C’est le cas de la Sarthe où Caillaux reste le seul élu, des Hautes-Pyrénées ou du Cantal où les valoisiens sont remplacés par des sénateurs situés plus à droite et inscrits à l’UDR ou des Côtes-du-Nord et du Finistère. Les sénateurs de Seine-et-Marne et de Seine-et-Oise se déclarent maintenant non-inscrits cependant que là où le socialisme avait commencé à s’installer, il se trouve stimulé par la dynamique du Front Populaire, mordant même dans le Vaucluse sur le fief de Daladier et dans le Var sur celui de René Renoult.

42Toutefois, ces reculs dans quelques départements ne doivent pas masquer les progrès importants réalisés dans la bordure occidentale du Massif Central et dans le Sillon rhodanien et ses bordures alpines. En ce qui concerne l’implantation du radicalisme dans les deux départements bretons de l’Ille-et-Vilaine et du Morbihan qui appartiennent à la série B et qui ont été renouvelés en 1932 avec des gains sensibles, le problème du Front Populaire est naturellement sans effet.

Le rôle des sénateurs radicaux dans l’entre-deux-guerres

Un petit nombre de sénateurs peu actifs

43Comme dans tous les groupes politiques, il existe des sénateurs plus ou moins actifs, ceux qui ne s’inscrivent à aucune commission ou qui ne se rendent que rarement aux réunions des commissions où ils sont inscrits, qui ne participent pas aux discussions, qui ne sont jamais rapporteurs d’un projet ou d’une proposition de loi. Ce sont des élus qui ne demandent jamais la parole en séance plénière, ne posent aux ministres aucune question orale ou écrite. 45 sénateurs radicaux entrent dans ce cas de figure.

44Pour plus de la moitié d’entre eux, c’est le grand âge ou la maladie qui rendent compte de leur faible activité. Presque tous sont au moins septuagénaires ; ce sont des sénateurs en fin de carrière et beaucoup meurent avant la fin de leur mandat. Pour une dizaine d’autres sénateurs (dont les nouveaux élus de 1939), leur mandat est beaucoup trop bref pour leur avoir permis de déployer une réelle activité dans une commission ou d’aborder la tribune de la Haute-Assemblée où il est de tradition de ne se risquer qu’après un assez long temps et où il est conseillé à tout nouvel orateur de s’excuser auprès de ses collègues de son inexpérience et de solliciter leur indulgence. On ne saurait s’étonner dans ces conditions que les quelques sénateurs qui n’ont fréquenté que l’école primaire aient beaucoup d’appréhension à s’exprimer devant une Haute-Assemblée peuplée de juristes, d’enseignants, de journalistes, de médecins, bref de collègues qui ont tous fait des études supérieures. Quand ils se risquent à prendre la parole, c’est presque toujours lorsqu’il s’agit de projets concernant l’agriculture comme la défense du blé ou de la viticulture car, élus des campagnes, ils s’adressent alors aux nombreux élus ruraux du Sénat qui sont plus disposés à écouter les discussions concernant les intérêts de leurs administrés. Mais une douzaine de sénateurs radicaux n’ont même jamais osé aborder la tribune.

45Par contre, en ce qui concerne un petit groupe de sénateurs radicaux, fort capables de s’exprimer (avocats, par exemple) qui ne sont pas intervenus en assemblée plénière, qui n’ont pas pris part aux travaux des commissions, même lorsqu’elles correspondaient à leurs aptitudes professionnelles, il semble qu’intéressés seulement à la défense des intérêts locaux, ils aient négligé la politique générale. On ne saurait alors s’étonner qu’ils appartiennent au contingent des sénateurs battus.

Un vivier de ministrables

46Si on met à part le cas, somme toute assez rare, de sénateurs peu actifs, les valoisiens ont occupé une place importante au Sénat en commission comme en assemblée plénière. 116 d’entre eux avaient été députés auparavant et 34 avaient déjà occupé un poste ministériel avant d’être élus sénateurs. Mais, dans ce nouveau statut, ils demeurent des ministrables potentiels. Un des meilleurs exemples est celui d’Henri Queuille qui commence sa carrière ministérielle en 1920 comme sous-secrétaire d’Etat à l’Agriculture, avant de devenir ministre de l’Agriculture des premier et second cabinet Herriot, d’être maintenu à ce poste par Poincaré en 1926-1928, d’y revenir en 1930 dans le gouvernement Chautemps, puis de siéger de 1932 à 1934 avec les mêmes fonctions dans les cabinets Paul-Boncour, Daladier, Sarraut, le second Daladier et le gouvernement Doumergue. Elu sénateur en décembre 1935, il retrouve un portefeuille ministériel aux Travaux Publics dans les troisième et quatrième cabinets Chautemps (juin 1937-mars 1938) avant de revenir à l’Agriculture dans le troisième gouvernement Daladier (avril 1938-mars 1940), puis de détenir le ministère du Ravitaillement dans le gouvernement Reynaud de mars-juin 1940.

47Sont également ministrables des sénateurs qui sont devenus des spécialistes reconnus dans certains domaines, comme François-Albert aux Travaux Publics, Emile Cassez, vice-président de la Commission de l’Agriculture, Louis Serre, Président de la Commission du Commerce, nommé ministre par Daladier, Fernand Chapsal, Président de la Commission des Douanes, nommé ministre du Commerce dans le 10e cabinet Briand et dans le 3e cabinet Chautemps, Marcel Régnier, rapporteur général de la Commission des Finances, dont Laval fera en 1935 son ministre des Finances et l’artisan de la politique de déflation, ce qui lui vaudra de connaître l’échec au renouvellement sénatorial d’octobre 1938. Il faudrait encore citer Mario Roustan à l’Education nationale ou Abel Gardey, rapporteur général de la Commission des Finances nommé par Albert Sarraut ministre du Budget dans son premier cabinet.

48Enfin, et bien que le cas soit plus rare, quelques sénateurs valoisiens accèdent même à la présidence du Conseil. C’est le cas de Camille Chautemps qui avait déjà dirigé le gouvernement à deux reprises comme député et qui, désormais sénateur, forme son troisième gouvernement en juin 1937 pour assurer la succession de Léon Blum, avant de se succéder à lui-même et de former son quatrième cabinet en janvier 1938. De même Théodore Steeg forme-t-il en décembre 1930 un éphémère gouvernement et Albert Sarraut devient-il à deux reprises Président du Conseil en octobre-novembre 1933, puis de janvier à juin 1936.

Une place éminente au bureau du Sénat

49Au début de chaque année, le Sénat élit son bureau constitué d’un Président, de quatre vice-présidents, de huit secrétaires et de trois questeurs.

50Comme la Gauche démocratique représente à elle seule environ la moitié des sièges, on ne s’étonnera pas qu’elle occupe au bureau du Sénat une place prépondérante. En effet, pour être candidat à ces hautes fonctions, l’accord du groupe parlementaire est nécessaire. Or le groupe de la Gauche démocratique est composé à la fois de valoisiens et de radicaux non valoisiens (auxquels s’ajoutent les quelques sénateurs socialistes jusqu’en 1925, date de la fondation du groupe SFIO). On constate que si la vice-présidence, poste essentiellement politique, est répartie équitablement entre les deux fractions de la Gauche démocratique, il n’en va pas de même pour les fonctions plus administratives comme le secrétariat ou la questure qui vont majoritairement aux valoisiens. Le déséquilibre croît d’ailleurs avec le temps puisque ces postes vont pour moitié aux radicaux valoisiens au début de la période alors que, dans les années trente, ils en détiennent les trois quarts. En 1939, il n’y a plus de secrétaire non valoisien et le fait est encore plus marquant pour la questure où les valoisiens sont en situation de monopole à partir de l’automne 1936.

51Par contre, c’est l’inverse qui se produit pour la présidence. Elle est exercée au début de la période par Léon Bourgeois, une des grandes figures du radicalisme, puis par Gaston Doumergue, lui aussi valoisien. Mais, à partir de 1924, les présidents successifs n’appartiennent plus au parti radical, même si le dernier, Jules Jeanneney, est membre de la Gauche démocratique.

Un rôle majeur dans la République par l’intermédiaire des commissions

52C’est par sa résolution du 18 janvier 1921 que le Sénat introduit dans son règlement le système de la Chambre des députés, celui des grandes commissions qu’à l’origine, il n’avait pas institué. Depuis cette date, au début de chaque session ordinaire, le Sénat nomme, pour une durée d’une année, onze commissions générales composées chacune de 36 membres, auxquelles s’ajoute une commission générale dite des Finances, chargée de l’examen de la loi des recettes et dépenses, et qui n’est désignée qu’après la distribution de l’exposé des motifs du budget (d’où des dates variables de désignation, différentes de celles des autres commissions générales). En outre, le Sénat peut décider la formation de commissions spéciales, composées de 9, 18 ou 27 membres (chacun des neuf bureaux du Sénat y déléguant un, deux ou trois membres) suivant le nombre de commissaires fixé pour chacune.

53Pour la nomination des commissions générales, le Sénat a également adopté le système de la Chambre, à savoir la règle de la proportionnelle par rapport aux effectifs des différents groupes parlementaires. Six jours avant la date fixée pour la nomination, les bureaux des groupes doivent donc remettre au Président du sénat la liste électorale de leurs membres. Aucun sénateur ne peut figurer à la fois sur deux listes électorales. Les listes sont publiées au Journal Officiel. Trois jours avant la date fixée pour la nomination des commissions générales, les bureaux des groupes, après s’être concertés, remettent au Président du Sénat, la liste des candidats qu’ils ont établie en fonction de la règle de la proportionnelle. Aucun sénateur ne peut participer à plus de deux commissions générales ; en revanche, rien ne leur interdit d’être, en outre, membre d’une ou de plusieurs commissions spéciales. La proclamation des membres des commissions générales se fait chaque année en séance plénière et la liste est publiée au Journal Officiel.

54Le nombre des sénateurs inscrits au groupe de la Gauche démocratique étant toujours proche de la moitié du nombre total des sénateurs, chaque commission générale est donc composée pour environ la moitié (18) de sénateurs appartenant à ce groupe parlementaire. La présente étude étant consacrée aux valoisiens, l’accent a été mis sur le choix opéré par eux entre les diverses commissions, l’objectif étant de comprendre les raisons de ce choix. Une attention particulière a été accordée aux choix des sénateurs qui, ayant été auparavant députés ou ministres, possèdent une plus grande marge de décision leur permettant de siéger dans les commissions qui ont leur préférence. Enfin, l’étude de la place que tiennent les valoisiens dans les bureaux des commissions constitue un moyen de mesurer leur influence à la Haute-Assemblée.

Le personnel radical dans les commissions générales

55La première constatation tient au fait que le partage des 18 sièges généralement attribués à la Gauche Démocratique pour chacune des commissions s’est effectué différemment d’une commission à l’autre. Si on tient compte qu’au début des années vingt, les radicaux représentent au moins la moitié des effectifs du groupe, ils peuvent espérer déléguer 9 commissaires dans chacune des commissions générales, ce qui aboutirait pour eux à faire jeu égal avec les non-valoisiens. En fait, ce cas de figure ne se produit qu’une seule fois, pour la Commission de l’Agriculture. Dans tous les autres cas, leur représentation au sein des commissions varie de 5 à 12 membres. Certaines commissions les attirent à l’évidence plus que d’autres : ils sont toujours surreprésentés dans les commissions des Finances, du Commerce, des Travaux Publics et, un peu moins nettement dans celles de Législation, de l’Hygiène, de l’Enseignement et de l’Armée. Ils sont proches de la moyenne dans les commissions des Affaires Etrangères et de l’Agriculture. En revanche, leur sous-représentation est permanente dans les commissions de la Marine, de l’Administration et des Douanes. En 1939 cette sous-représentation est limitée à la Marine.

56Comment rendre compte de cette répartition ? Trois raisons peuvent expliquer les choix des sénateurs valoisiens.

57La première est liée à leur profession et à leur carrière politique antérieure, tout comme pour les sénateurs des autres groupes politiques. La Commission de Législation est entièrement composée de juristes ; agriculteurs et viticulteurs sont nombreux à la Commission de l’Agriculture ; les docteurs en médecine se dirigent plus volontiers vers la Commission de l’Hygiène et celle de l’Armée regroupe nombre d’officiers et d’anciens combattants. Les négociants, les spécialistes des PTT, les administrateurs de bureaux de bienfaisance se tournent naturellement vers la Commission du Commerce, de l’Industrie, du Travail et des Postes. Enseignants, journalistes, avocats ou médecins sont attirés par la Commission de l’Enseignement, cependant que la Commission d’Administration est peuplée de juristes, avocats, magistrats, hauts-fonctionnaires ou élus qui ont déjà exercé des fonctions administratives, comme le Dr Queuille, par exemple.

58La deuxième raison qui influe sur le choix des sénateurs est d’ordre électoral. Un sénateur est l’élu d’un département et ses électeurs attendent de lui qu’il en défende les intérêts. Le pourcentage de sénateurs peu actifs battus lors des renouvellements constitue un indice significatif de l’attention avec laquelle les délégués sénatoriaux suivent les activités de leurs élus grâce au compte-rendu publié par le Journal Officiel des séances plénières, y compris la liste des questions posées par les sénateurs aux ministres. Le Journal Officiel publie également la liste des membres des commissions. Aussi un sénateur peut-il choisir une commission en rapport avec ses goûts personnels et une autre pour satisfaire ses électeurs. C’est souvent le cas de la commission des Travaux publics au sein de laquelle on trouve des sénateurs de toutes les professions ou de celle de l’Agriculture pour laquelle la situation est identique (un médecin comme le Dr Queuille y siège lorsqu’il n’est pas ministre, ce qui est d’ailleurs assez rare). La faiblesse de la représentation radicale à la commission de la Marine peut ainsi s’expliquer par les deux raisons invoquées : d’une part, le faible effectif de marins ou d’officiers de marine chez les radicaux ; d’autre part, le nombre réduit d’élus radicaux dans les départements maritimes (aucun en Normandie) durant toute la période. Si le radicalisme s’implante en Bretagne dans les années vingt, il régresse alors sur les côtes méditerranéennes sous la poussée du socialisme. Dans ces conditions, les intérêts de leurs électeurs n’étant pas en cause, les valoisiens qui sont en surnombre dans certaines commissions laissent en compensation les autres membres de la Gauche démocratique occuper un nombre proportionnellement plus important de sièges à la commission de la Marine.

59La troisième motivation du choix des sénateurs est d’ordre national. Le sénateur (comme le député) est certes l’élu d’un département, mais sa mission essentielle est de veiller aux intérêts nationaux. Or pendant les vingt années de l’entre-deux-guerres, la France doit faire face à de nombreux problèmes et subit une crise globale qui explique un déplacement des centres d’intérêt des sénateurs radicaux. On constate, par exemple, que dans les années vingt, avant la crise mondiale, les valoisiens ne se précipitent pas à la commission de l’Agriculture, non plus qu’à celle des Douanes, mais qu’en 1939, ils y ont augmenté leurs effectifs. De même, les troubles politiques des années trente et le sentiment d’une menace pesant sur la République incite les juristes radicaux à s’inscrire plus nombreux à la Commission d’Administration. Dans ces trois commissions, ils ne laissent plus désormais que quatre sièges à leurs collègues de la Gauche démocratique. Mais, en revanche, ils leur laissent en compensation un nombre plus important de sièges à la commission de l’Enseignement et à la commission de Législation, d’autant qu’ils sont toujours en surnombre dans les commissions du Commerce et des Finances. A la fin de la période, il n’y a plus en effet qu’un seul membre de la Gauche démocratique non valoisien à la commission du Commerce et deux à celle des Finances.

60Toutefois, l’évolution du recrutement des sénateurs radicaux lors des trois derniers renouvellements peut aussi rendre compte de cette évolution. On constate en effet qu’avec la crise économique, les délégués sénatoriaux ont préféré désigner des candidats très implantés localement, qu’ils estiment plus proches de leurs problèmes concrets, que des avocats résidant en ville. De fait, on constate qu’il y a en 1939 10 avocats radicaux de moins qu’en 1930, alors que le nombre des élus des campagnes va croissant et que ceux-ci s’inscrivent plus volontiers à la commission de l’Agriculture, mais aussi à la commission du Commerce et de l’Industrie, renforçant encore le poids du radicalisme sur celle-ci.

Les anciens ministres radicaux dans les commissions du Sénat

6157 sénateurs valoisiens de l’entre-deux-guerres ont été ministres (dont 41 quand ils étaient députés) et peuvent espérer le redevenir. De toutes manières, leur compétence est précieuse au Sénat et ils occupent une place importante au sein des commissions.

  • 3 7 sénateurs radicaux ont appartenu aux deux commissions des Finances et des Affaires Etrangères, He (...)
  • 4 Parmi les sénateurs radicaux inscrits à la Commission de l’Enseignement, on trouve 8 Francs-maçons, (...)

62Ils sont particulièrement nombreux dans les commissions considérées comme prestigieuses, surtout dans celle des Finances, la « commission reine » où siègent, de 1921 à 1939, 23 anciens ministres, représentant les trois quarts des effectifs des radicaux de la commission. De la même manière, leur effectif est important à la commission des Affaires Etrangères (ils sont 18, soit la moitié des effectifs radicaux de cette commission)3. Dans leurs choix viennent ensuite la commission de l’Enseignement où ces défenseurs de la laïcité jugent naturel de siéger (15 anciens ministres y trouvent place)4, celle de l’Armée (13 anciens ministres) et celle du Commerce et de l’Industrie.

63En revanche, bien que le Sénat soit une Chambre de composition très rurale, seuls six anciens ministres valoisiens ont siégé à la Commission de l’Agriculture durant l’entre-deux-guerres. Il n’y a là rien de très surprenant si on observe que les anciens ministres radicaux devenus sénateurs sont pour moitié des avocats, une douzaine étant professeurs et journalistes, une demi-douzaine hauts-fonctionnaires. Ce sont des urbains, de ce fait moins intéressés par les questions agricoles. Rares sont les représentants du monde rural, comme le Dr Queuille ou le viticulteur Maupoil.

Les Valoisiens, présidents des commissions générales

64La présidence des commissions générales est un mandat honorifique mais qui, de plus confère à son titulaire des droits qu’il est seul à détenir. C’est lui qui convoque la commission, y maintient l’ordre, dirige les débats et il fait partie de la Conférence des présidents qui règle les conflits entre les commissions. La présidence d’une commission peut aussi être un tremplin pour son titulaitre vers un poste ministériel.

  • 5 Il quitte la commission de l’Administration quelques mois plus tard quand il est nommé Gouverneur g (...)
  • 6 Cette commission est constamment présidée par les Valoisiens, sauf de 1936 à 1938.
  • 7 La commission des Finances est constamment présidée par la Gauche démocratique, mais il y a alterna (...)
  • 8 Quant celui-ci est élu à la présidence du Sénat, c’est le Valoisien de Kerguézec qui le remplace à (...)
  • 9 Strauss, nommé ministre de l’Hygiène en 1922, quitte la présidence qui passe aux mains du Dr Chauve (...)

65En 1921, les Valoisiens président cinq commissions générales sur les douze qui existent alors : la commission de l’Administration (Steeg)5, celle du Commerce (avec Clémentel)6, celle des Finances (avec Raphaël Milliès-Lacroix)7, celle de la Marine (avec Gaston Doumergue)8, enfin celle de l’Hygiène (avec Paul Strauss)9.

Les Valoisiens présidents des commissions générales (1921-1940)

Commission

Présidents valoisiens

Administration

Steeg (1921)

Commerce, Industrie, Travail, PTT

Clémentel (1921-1924)
Serre (1924-1932)
Amiard (1933-1935)
Bender (1939-1940)

Finances

Milliès Lacroix (1921-1925)
Clémentel (1927-1930)
Caillaux (1932-1940)

Hygiène

Strauss (1921)
Merlin (1932-1937)
Even (1937-1940)

Marine

Doumergue (1921-1923)
de Kerguézec (1923-1930)
Le Gorgeu (1940)

Affaires Etrangères

Doumergue (1922-1923)
Bérenger (1932-1940)

Douanes

Chapsal (1926-1937, puis 1939)
Bosc (1937-1938)

Législation

Poulle (1926)
Penancier (1927-1932)
Lugol (1933-1935)
de Courtois (1936-1940)

Enseignement

Jossot (1930-1940)

Travaux Publics

Mollard (1930-1940)

Armée

Messimy (1931-1935)
Daniel-Vincent (1936-1940)

Agriculture

Donon (1936-1940)

Air

Bénazet (1936-1940)

66En 1922, Raymond Poincaré, qui était Président de la Commission des Affaires Etrangères, ayant été appelé à la présidence du Conseil, c’est Gaston Doumergue, déjà Président de la Commission de la Marine qui lui succède jusqu’à sa nomination à la présidence du Sénat en janvier 1923. Les Valoisiens ne retrouvent la présidence de la Commission des Affaires Etrangères qu’en 1932 avec Henry Bérenger qui la conserve jusqu’en 1940.

  • 10 Il la conserve jusqu’à sa mort en 1939, avec une interruption lorsqu’il est ministre en 1937-1938. (...)

67En 1926, les radicaux conquièrent deux présidences de commissions, celle des Douanes avec Fernand Chapsal10 et celle de Législation, détenue jusque là par la Gauche Républicaine. En 1930, s’y ajoutent deux nouvelles présidences, définitivement acquises à la commission de l’Enseignement et à celle des Travaux Publics. A quoi s’ajoute en 1931 celle de l’Armée, abandonnée par Albert Lebrun, élu à la présidence du Sénat et où se succèdent deux radicaux, Messimy et Daniel-Vincent. Enfin, en 1936, la commission de l’Agriculture élit un Président radical, Donon et la commission de l’Air, constituée en grande commission en 1929, porte à sa tête quand le général Bourgeois (Union républicaine) quitte le Sénat, un officier d’aviation radical, Henry Bénazet. Après la reconquête de la commission du Commerce en 1939 et celle de la Marine en 1940, les Valoisiens dirigent 11 commissions sur 13. Ne manquent que les Douanes et l’Administration.

68Ils président en outre des commissions spéciales comme celles des Colonies (où se sont succédés les radicaux Schrameck, Messimy, Steeg, Roustan) ou des Mines (avec Gaston Bazile).

 

69En 1940, comme durant la plus grande partie de l’entre-deux-guerres, les radicaux représentent donc la principale force politique du Sénat. Dans cette forteresse de la République où leur influence a été grandissante, ils ont joué un rôle fondamental dans la vie de la IIIe République, y faisant triompher leur conception d’un régime parlementaire, laïque, gradualiste et prudent. Combien de ces fervents partisans de la République ont-ils figuré parmi les « quatre-vingt » qui ont refusé de faire confiance au maréchal Pétain le 10 juillet 1940 ? Onze sénateurs valoisiens, soit 10 % de l’effectif radical au Sénat en 1940, ont voté contre les pleins pouvoirs et cinq se sont abstenus volontairement. Dix-sept n’ont pas pris part au vote. 77 sénateurs radicaux ont donc voté l’article unique de la loi du 10 juillet 1940, soit sept fois plus que ceux qui s’y sont opposés. Ce vote témoigne du désarroi qui atteint après la défaite un parti politique qui avait fondé son identité sur la défense de la République. Mais c’est un sénateur radical nouvellement élu, Marcel Astier, opposant au maréchal Pétain qui lance à la fin de la séance du 10 juillet le cri d’espoir des vaincus du jour :

70« Vive la République quand même ! ».

– Figure 1 – Les sénateurs valoisiens en 1921

– Figure 1 – Les sénateurs valoisiens en 1921

– Figure 2 – Les sénateurs valoisiens en 1930

– Figure 2 – Les sénateurs valoisiens en 1930

– Figure 3 – Les sénateurs valoisiens en 1939-1940

– Figure 3 – Les sénateurs valoisiens en 1939-1940

Notes

1 Herriot est renversé par le Sénat le 10 avril 1925 sur ses projets financiers, Tardieu le 4 décembre 1930 après interpellation, Laval le 16 février 1932 sur la réforme électorale, le premier gouvernement Léon Blum le 21 juin 1937 sur sa demande de pleins pouvoirs financiers et le second le 8 avril 1938 également sur son programme financier.

2 En 1940, seules deux présidences de commissions générales sur treize leur échappent (les Douanes et l’Administration).

3 7 sénateurs radicaux ont appartenu aux deux commissions des Finances et des Affaires Etrangères, Henry Bérenger, rapporteur général des Finances et Président de la Commission des Affaires Etrangères, Bienvenu-Martin, Président de la gauche démocratique, René Besnard, rapporteur du budget de l’Instruction Publique, Joseph Caillaux qui présidera la Commission des Finances, Lisbonne, Raphaël Milliès-Lacroix et René Besnard, rapporteur du budget de la Guerre. René Besnard, Caillaux, René Renoult ont également été membres de la Commission de l’Armée.

4 Parmi les sénateurs radicaux inscrits à la Commission de l’Enseignement, on trouve 8 Francs-maçons, membres du Grand-Orient dont son président, Louis Lafferre et 4 membres de la Grande Loge dont Léon Perrier. C’est peu par rapport au début du siècle, mais pour l’ensemble des sénateurs radicaux de l’entre-deux-guerres, on compte moins d’une quarantaine de Francs-maçons.

5 Il quitte la commission de l’Administration quelques mois plus tard quand il est nommé Gouverneur général de l’Algérie. Après lui, il n’y a plus dans cette commission de président valoisien jusqu’en 1940.

6 Cette commission est constamment présidée par les Valoisiens, sauf de 1936 à 1938.

7 La commission des Finances est constamment présidée par la Gauche démocratique, mais il y a alternance à la présidence des Valoisiens et des non-Valoisiens. Paul Doumer, non radical succède à Milliès-Lacroix, puis laisse la place à Clémentel et, après lui, accèdent à la présidence Jules Jeanneney et Joseph Caillaux. Au total, les Valoisiens la président toujours sauf durant quatre ans.

8 Quant celui-ci est élu à la présidence du Sénat, c’est le Valoisien de Kerguézec qui le remplace à la présidence jusqu’en 1930. En 1939, la présidence de cette commission reviendra aux Valoisiens avec Le Gorgeu.

9 Strauss, nommé ministre de l’Hygiène en 1922, quitte la présidence qui passe aux mains du Dr Chauveau, membre de l’Union Républicaine, jusqu’en 1932. A cette date, elle revient aux valoisiens qui la président jusqu’en 1940.

10 Il la conserve jusqu’à sa mort en 1939, avec une interruption lorsqu’il est ministre en 1937-1938. Après lui la commission des Douanes est présidée par Néron, membre de l’Action nationale républicaine et sociale, seul exemple de présidence de commission sénatoriale détenue par la droite.

Table des illustrations

Titre – Figure 1 – Les sénateurs valoisiens en 1921
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53060/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre – Figure 2 – Les sénateurs valoisiens en 1930
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53060/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre – Figure 3 – Les sénateurs valoisiens en 1939-1940
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/53060/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 261k

Auteur

Professeur d’Histoire-Géographie

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search