Version classiqueVersion mobile

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Deuxième partie. L'âge d'or du radicalisme

Chapitre 6. La nature du radicalisme dans la France de l’entre-deux-guerres

Serge Berstein

Texte intégral

1De 1919 à 1939, le parti radical apparaît comme le centre de gravité de la vie politique française. Son importance se mesure à son audience électorale, au nombre de ses élus nationaux et locaux, à l’influence de ses idées qui se confondent peu ou prou avec l’idéologie républicaine, mais surtout à sa place centrale dans le système politique français qui fait que, de 1924 à 1940, il est impossible de parvenir à constituer une majorité sans sa participation et que, même quand la chose paraît possible, par exemple entre 1919 et 1924 où il existe sur le papier une majorité de droite, les présidents du Conseil successifs cherchent à tout prix à élargir leur assise parlementaire vers les radicaux, au grand mécontentement des députés élus sur les listes du Bloc national.

  • 1 Voir Serge Berstein et Odile Rudelle (sous la direction de), Le modèle républicain, Paris, PUF, 199 (...)

2Comment expliquer cette place centrale du radicalisme dans la France de l’entre-deux-guerres, qui le rend indispensable à toute analyse de la vie politique française ? Essentiellement par deux raisons qui font que le parti radical s’identifie à une importante fraction de la population, moins sans doute dans sa réalité que dans les aspirations dont il est porteur et dans l’image d’elle-même qu’il renvoie à la société française : il est l’archétype des classes moyennes et le parti politique qui s’identifie le mieux au modèle républicain1. Or ce sont précisément ces deux atouts majeurs qu’il perd au milieu des années trente et qui, à terme, vont fragiliser sa position politique.

Le parti radical, parti des classes moyennes

3Par sa composition, son recrutement, ses idées, le parti radical apparaît particulièrement représentatif du monde des classes moyennes.

Un recrutement quasi-exclusif dans les classes moyennes

4L’étude de la sociologie du radicalisme dans les années de l’entre-deux-guerres fournit une idée assez précise de la France dans laquelle le radicalisme puise ses forces. S’il est malaisé, faute de liste nationale des adhérents de connaître avec précision la sociologie des adhérents de base, en revanche il est possible de savoir qui sont les délégués des divers départements français au Comité Exécutif du parti radical, instance dirigeante de son organigramme. Sur un échantillon de 7 000 personnes environ qui ont constitué les effectifs de ce Comité, la répartition des cadres radicaux est la suivante :

  • 2 Serge Berstein, Histoire du parti radical, vol. 1, La recherche de l’âge d’or, Paris, Presses de Sc (...)

Agriculteurs : 13 %
Artisans, commerçants, négociants : 19 %
Entrepreneurs, industriels : 14 %
Professions libérales, journalistes : 31,5 %
Cadres et employés : 7,5 %
Fonctionnaires : 14,5 %
Ouvriers : 0,2 %
Retraités et divers : 0,3 %2

  • 3 Par exemple, Serge Berstein « La vie du parti radical : la fédération de Saône-et-Loire de 1919 à 1 (...)

5Sans doute s’agit-il de cadres du parti radical, dont beaucoup sont des élus. Mais les quelques éléments, disparates il est vrai, dont nous disposons sur la composition des comités de base du parti radical, montre que si la pondération est différente (en particulier, elle est souvent très inférieure en ce qui concerne les professions libérales), les catégories représentées sont les mêmes3.

6En d’autres termes, le parti radical apparaît comme la formation politique représentative de deux grandes catégories socio-professionnelles de Français, les intellectuels, membres des professions libérales et journalistes qui représentent près du tiers des effectifs des notables radicaux (médecins, avocats, pharmaciens, publicistes, agents d’affaires, notaires) et d’autre part le groupe des patrons et travailleurs indépendants de l’industrie et du commerce qui forment un autre tiers des effectifs radicaux (33 %). Dans les deux cas, ces groupes, majoritaires chez les radicaux, sont fortement surévalués par rapport à leur place dans la société française, si on se réfère au recensement de 1931 qui leur attribue respectivement 1,06 % et 13,79 % de la population active de la France.

7En revanche, la sous-représentation des agriculteurs est évidente. Les 13 % d’agriculteurs du Comité Exécutif du parti radical doivent être comparés non aux 32,90 % de la population active masculine travaillant dans l’agriculture ou les activités proches, mais plutôt aux 21,30 % de patrons et d’isolés que le recensement de 1931 distingue dans la catégorie des activités agricoles et assimilées, car les recherches qualitatives montrent qu’il s’agit presque toujours de petits propriétaires-exploitants.

8Il reste que si on ajoute cette catégorie à la précédente, on s’aperçoit que près de la moitié (46 %) des cadres actifs du parti radical sont de petits propriétaires travailleurs de l’agriculture, de l’industrie et du commerce. Avec les membres des professions libérales et les journalistes, ce sont 77,5 % de représentants des classes moyennes indépendantes qui constituent la substance vivante du radicalisme dans l’entre-deux-guerres.

9Beaucoup moins nettement représentés au sein du radicalisme, le monde des salariés qui constitue globalement 22 % des cadres radicaux, soit un peu plus d’un sur cinq. La sous-représentation est ici évidente puisque, en 1931, les salariés formaient 61,62 % de la population active du pays. Il faut ajouter que ce chiffre lui-même est trompeur, puisque la catégorie principale, celle des ouvriers est à peu près absente au sein du radicalisme (0,2 %) alors qu’ils comptent pour 47,34 % de la population active masculine en 1931. Les salariés radicaux sont donc des employés ou des cadres du secteur privé, mais surtout des fonctionnaires, essentiellement enseignants, qui forment les deux tiers de cette catégorie.

10Aux côtés de la classe moyenne indépendante qui constitue plus des trois quarts des effectifs des notables du radicalisme, le quart restant est à peu près totalement représenté par le monde des classes moyennes salariées, en rapide croissance dans la France des années trente. A l’évidence, le parti radical de l’entre-deux-guerres ne donne pas par sa composition une image fidèle de la société française.

11En revanche, il propose probablement aux Français un modèle social qui correspond à leurs aspirations les plus profondes.

Un monde qui s’identifie aux aspirations des Français

  • 4 Nous reprenons ici les analyses élaborées in Serge Berstein, « L’enracinement de la République au s (...)

12Si le parti radical apparaît à l’évidence comme le parti des classes moyennes dans la France de l’entre-deux-guerres, il reste à comprendre ce que le concept de classe moyenne représente pour les Français de l’époque4.

13Le terme de classes moyennes ne doit pas faire illusion. Même avec le pluriel, nous ne sommes pas en présence de classes au sens marxiste du terme. Entre les membres des groupes que nous avons cités, il n’existe aucune solidarité au niveau des rapports de production puisqu’on y trouve aussi bien des travailleurs indépendants que des petits patrons ou des salariés. Même hétérogénéité en ce qui concerne les revenus puisque l’échelle de ceux-ci va de petits commerçants, travailleurs indépendants ou petits salariés au faible niveau de vie à des avocats, médecins ou journalistes dont les conditions d’existence sont clairement « bourgeoises ». Pas davantage ne peut-on tracer de frontières nettes entre les classes moyennes d’une part, le prolétariat et la bourgeoisie de l’autre, une fois admis que les classes moyennes se distinguent du prolétariat par la possession d’un patrimoine, aussi ténu soit-il (boutique, échoppe, exploitation agricole, cabinet, diplôme…) et de la bourgeoisie dans la mesure où elles ne détiennent pas ces moyens de production qui la constitueraient en puissance économique dominante, ce qu’elle n’est pas de toute évidence. Il reste que, définies par ces caractères négatifs, les classes moyennes ne seraient qu’un être de raison sans prise véritable sur le réel. Or tel n’est pas le cas et nombre de Français de l’entre-deux-guerres déclarent appartenir aux classes moyennes, à telle enseigne qu’il n’est pas excessif de voir dans ce sentiment d’appartenance une marque caractéristique de mentalité nationale concernant une fraction importante de la population. Plus que sur une réalité économique, la notion de classes moyenne repose en effet sur une véritable vision de philosophie sociale très largement connotée positivement et qu’il est possible de définir par trois éléments fondamentaux.

14Le premier est ce qu’on pourrait appeler une conscience de classe moyenne résultant du sentiment de ceux qui s’en réclament d’appartenir à un monde intermédiaire entre prolétariat et bourgeoisie. C’est une autre manière d’affirmer son appartenance au monde des « petits » qui, à force d’efforts et de mérite, ont acquis par leur travail une situation d’indépendance relative qui fonde leur liberté et leur dignité. En d’autres termes, l’identification aux classes moyennes implique le début d’une ascension dans l’échelle sociale.

15Ce qui conduit directement au second volet de l’identité des classes moyennes, celui de l’aspiration à la promotion sociale. La notion de classes moyennes est en effet indissociable d’une vision de la société qui se situe aux antipodes du marxisme. Là où celui-ci considérait comme déterminant l’affrontement des deux classes antagonistes de la bourgeoisie et du prolétariat, la vision des classes moyennes est celle d’une société fluide où il est possible de s’élever, de degré en degré, des strates les plus démunies de la société vers une situation de plus en plus aisée, grâce au travail, au diplôme, à l’épargne, au talent. Et les divers groupes qui constituent les classes moyennes sont précisément les degrés successifs de cette société où la promotion est possible et le progrès promis aux plus méritants de génération en génération. A condition toutefois qu’existent et que se développent les vecteurs qui rendent possible cette promotion : l’école ouverte à tous, les inégalités de fortune étant corrigées par le système des bourses, l’acension sociale par le diplôme, l’accès à la propriété grâce au crédit bon marché, un système de patentes protégeant le petit commerce etc.

16Il faut enfin prendre en compte un troisième élément essentiel de l’identité des classes moyennes, la conscience de la fragilité de leur statut qui exige aide et protection de l’Etat. Car + leur ascension sociale et souhaitent la poursuivre, elles sont pleinement conscientes que, livrées à elles-mêmes, sans le secours tutélaire de l’Etat, elles sont à la merci de la concurrence des grandes entreprises, d’un retournement de conjoncture, d’une politique fiscale désavantageuse ou de hardiesses sociales qu’elles seraient hors d’état d’assumer. C’est pourquoi, si elles redoutent l’intervention intempestive de l’Etat, elles réclament en même temps sa protection contre les coups du sort.

17Or cet idéal du « petit » ayant commencé une ascension qu’il pourra poursuivre avec l’aide de l’Etat constitue un véritable modèle social que le radicalisme va défendre et illustrer, l’imposant comme doctrine quasi-officielle de l’Etat républicain et assurant du même coup sa propre pérennité dans une société française dont il partage et exprime les aspirations.

Des idées politiques adéquates aux aspirations des classes moyennes

  • 5 Congrès de 1902 du parti républicain radical et radical-socialiste, p. 88.

18L’idéal social des radicaux explique leur refus d’accepter l’idée selon laquelle la société française serait divisée en classes et, plus encore, la conception selon laquelle la lutte des classes serait, comme le pensent les marxistes, le moteur de l’histoire. Fondamentalement, ils restent fidèles à la manière dont Maujan définissait, dès le congrès de 1902, la position des radicaux en matière sociale : « Il n’est plus, politiquement parlant, de bourgeois et d’ouvriers, la Révolution et le suffrage universel ont fait de tous des citoyens et des électeurs, et notre doctrine qui vise la fusion des classes et non la division et la lutte des classes, est toute dans la pacification par les réformes : c’est une doctrine de fraternité et de solidarité sociale, car on ne fonde rien avec la haine »5.

  • 6 Léon Bourgeois, Solidarité, Paris, A. Colin, 1896.
  • 7 Point 14 du Programme de Nancy, Congrès de 1907 du parti républicain radical et radical-socialiste.

19En revanche, le parti radical admet parfaitement représenter les « classes moyennes » dans la mesure où celles-ci apparaissent comme un ensemble de groupes intermédiaires réunissant les « petits » et les moyens. A cette France, il propose un idéal social fondé sur la double idée de l’abolition du salariat afin d’instaurer une démocratie de petits propriétaires maîtres de leur instrument de travail et sur la solidarité telle que l’a définie Léon Bourgeois dans l’ouvrage du même nom paru en 18966. A la différence des socialistes, les radicaux n’entendent pas en effet mettre en cause la propriété privée dans laquelle ils voient la garantie de la liberté et de la dignité humaine, mais, bien au contraire, l’étendre au maximum dans la société. Et, pour ce faire, dès le début du XXe siècle, ils vont multiplier les mesures favorables aux « petits », qu’il s’agisse de l’octroi de prêts de longue durée et de faible intérêt pour l’acquisition de petites et moyennes exploitations agricoles ou de la loi sur les patentes qui favorise clairement le petit commerce, l’artisanat ou la petite industrie au détriment des grandes entreprises. S’ils entendent protéger la propriété du collectivisme socialiste, ils perçoivent également le danger que constitue pour elle la concentration capitaliste et, retrouvant la veine des idées de Ledru-Rollin exprimées au milieu du XIXe siècle, les radicaux se font les défenseurs du contrôle par l’Etat de la « féodalité capitaliste rançonnant travailleurs et consommateurs »7. Il est clair en effet que la défense des « petits » implique la surveillance des « gros » auxquels il est nécessaire d’imposer, au nom de l’intérêt de la collectivité nationale, le prix de la solidarité. Là encore, c’est sur Léon Bourgeois qu’entendent s’appuyer les radicaux. Celui-ci n’a-t-il pas justifié scientifiquement et moralement, au nom du « quasi-contrat » qui unit l’individu à la société, le droit pour l’Etat, agissant au nom de celle-ci, d’exiger de chacun qu’il s’acquitte de sa « dette sociale ». C’est l’idée que reprend le Programme de Nancy de 1907 du parti radical qui affirme, dans son point 16 « le droit pour l’Etat d’intervenir dans les rapports du capital et du travail pour établir les conditions nécessaires de la justice ». Et les points 17 et 18 du même programme précisent « L’Etat doit acquitter la dette de la société envers les enfants, les malades, les infirmes, les vieillards et tous ceux qui ont besoin de la sécurité sociale », préconisant des retraites pour les vieux travailleurs des villes et des campagnes, une aide aux enfants assistés, des secours aux femmes enceintes pauvres, des congés de maternité pour les femmes salariées. Pour financer ces mesures, le moyen principal relève de la fiscalité, avec l’instauration de l’impôt progressif sur le revenu, en faveur duquel les radicaux batailleront jusqu’à son adoption en 1914.

20Le parti radical apparaît ainsi, durant le premier tiers du XXe siècle comme un grand parti populaire de gauche, dont l’objectif est de réaliser la promotion sociale du peuple tout entier en élevant chacun de ses membres au statut de propriétaire. Le radicalisme est ainsi l’incarnation de la France des « petits » dans laquelle se reconnaissent de nombreux Français, même si la croissance des années vingt et les débuts de l’imitation du système productiviste américain ébranlent les bases de cette France rêvée. Mais le parti radical est aussi, et de façon corrélative, l’incarnation du modèle républicain.

Le parti radical, incarnation du modèle républicain

  • 8 Voir ci-dessus la contribution de Raymond Huard.
  • 9 Voir ci-dessus les communications de Jean Garrigues et de Gérard Baal.

21A ses origines, le Parti radical représente une vision extrémiste de la République jacobine, avec comme modèle la période de la Convention8. Mais l’implantation de la IIIe République et la poussée du socialisme après 1893 d’une part, le rapprochement des Républicains modérés avec les catholiques ralliés, dans le cadre de « l’esprit nouveau », puis la volonté d’apaisement briandiste de l’autre, l’ont conduit à une position centriste qui fait de lui l’axe central de la vie politique française9. Il reste que son identité juxtapose deux notions assez contradictoires dont la synthèse assure son succès, mais qui vont s’avérer à partir des années trente source de difficultés insurmontables, celles d’un parti de gauche qui se veut en même temps défenseur de la République et de l’ordre social.

Le parti radical se veut un parti de gauche

  • 10 Pour le développement qui suit, on s’appuiera sur Serge Berstein et Odile Rudelle (sld), Le modèle (...)

22Il l’est incontestablement par héritage historique du XIXe siècle puisque le seul fait de se dire républicain signifie alors appartenance à la gauche. Mais il l’est aussi par la culture politique dont il se réclame10.

23Le radicalisme se considère comme l’héritier du rationalisme des encyclopédistes du XVIIIe siècle et de leur idée de progrès indéfini de l’humanité assuré grâce à l’usage de la raison. Dans la même ligne, il adhère aux conceptions positivistes telles que les définit Littré, voire au scientisme considéré comme la méthode du progrès universel. Selon les principes positivistes, les radicaux entendent concilier le progrès des sociétés avec l’ordre nécessaire à la stabilité de celles-ci. Il va de soi que les idées dont ils se réclament les placent aux antipodes de la croyance aux religions révélées en quoi ils voient des vecteurs de l’obscurantisme. Ils sont donc naturellement partisans de la laïcité et très souvent de l’anticléricalisme militant. A une époque où la question religieuse constitue la frontière entre droite et gauche, les radicaux sont à l’évidence un parti de gauche.

24Les références historiques du parti radical ne le situent pas moins clairement à gauche. Il se réclame en effet de l’héritage de la révolution française prise dans sa totalité et qu’il considère par principe comme un « bloc », à l’instar de Clemenceau, refusant de distinguer entre la période 1789-1791 et celle de la dictature montagnarde. En fait, il juxtapose sans état d’âme le message de 1789 avec son idéal de liberté et de défense des droits fondamentaux de l’individu par lequel il explique sa participation au combat dreyfusard (quelque peu mythifié par rapport à la réalité) et les vues jacobines et démocratiques qui ont marqué le combat radical au XIXe siècle.

25On a déjà vu que le parti radical, en se réclamant du solidarisme de Léon Bourgeois, se situait également à gauche sur le plan social en se présentant comme une formation réformiste, prônant l’intervention de l’Etat, fondé à exiger des plus aisés qu’ils acquittent leur dette sociale, à travers la mise en œuvre de l’impôt sur le revenu, pour protéger les plus faibles et les plus démunis.

26Le parti radical est enfin un parti de gauche par sa pratique politique. Sa ligne constante est en effet celle de l’alliance à gauche avec tous les laïques et les hommes de progrès. Cette ligne est très clairement fixée dès le XIXe siècle et elle se trouve réactivée au début du XXe siècle par les suites de l’Affaire Dreyfus. Les radicaux qui, Clemenceau mis à part, ont été tardivement et partiellement dreyfusards, instrumentalisent la mémoire du dreyfusisme à partir des élections de 1902 pour en faire leur marque identitaire, celle de la défense du droit et de la justice contre la raison d’Etat, celle de la méfiance envers les corps constitués, la haute fonction publique, l’armée et la magistrature. Leur tactique politique est désormais celle de la « discipline républicaine » qui implique le désistement au second tour des élections en faveur des « républicains », c’est-à-dire aussi bien des socialistes ou des socialisants que des républicains modérés, pour autant qu’ils soient laïques. Il est vrai que cette discipline républicaine joue le plus souvent à leur avantage puisqu’elle leur permet de bénéficier des reports de voix sur leur gauche et sur leur droite. Mais l’ancrage à gauche est réel, marqué par des crises internes lorsque le parti radical est conduit pour « sauver la République » à entrer dans des gouvernements d’union nationale (en 1926 ou en 1934) et par un refus très net de consentir, en dehors de ces circonstances dramatiques, à participer à des ministères marqués à droite comme ceux de Tardieu (en dépit des avances de celui-ci aux radicaux) ou de Laval en 1928-1932.

27Toutefois, cet ancrage à gauche trouve ses limites dans la prise en compte des intérêts et des attentes de cette classe moyenne dont on a vu qu’elle constituait l’assise du parti radical.

Le parti radical se veut un parti de défense de la République et de l’ordre social

28Représentant de la France des « petits », le parti radical n’ignore pas que ceux-ci redoutent autant la révolution et le désordre qu’elle engendre que la réaction et le retour aux pratiques autoritaires du pouvoir. Aussi le progrès qu’il préconise exclut-il tout bouleversement des structures sociales, dommageable pour les groupes fragiles des classes moyennes. La vision radicale du progrès est donc réformiste, gradualiste, légaliste, fondée sur l’action parlementaire. C’est celle qui répond aux attentes des classes moyennes urbaines et rurales, inquiètes devant tout bouleversement qui entraînerait un risque de remise en cause de la propriété privée.

  • 11 Voir ci-dessus la contribution de Jean Garrigues.

29C’est aussi cette volonté d’équilibre qui rend compte de la fidélité des radicaux aux institutions de la IIIe République qu’ils avaient violemment critiquées après l’adoption des lois constitutionnelles de 1875, les accusant d’être tout à la fois monarchistes (en raison de l’institution présidentielle) et aristocratiques (compte tenu du recrutement du Sénat). Or, la crainte d’un mouvement plébiscitaire dont le boulangisme a mis le risque en évidence11 les conduit à considérer que le Sénat, en particulier, constitue un utile contrepoids à une pulsion irraisonnée du suffrage universel qui pourrait conduire à la Chambre une majorité mettant en cause le régime, cependant que la perte du pouvoir réel par le Chef de l’Etat depuis 1879 rend sans objet les critiques contre la présidence de la République.

30On assiste donc à une véritable sacralisation par les radicaux au début du XXe siècle des institutions issues du compromis de 1875, toute velléité de révision étant désormais assimilée à un coup d’Etat contre la République.

31Jusqu’aux années 1930, le Parti radical, fort de son audience électorale peut maintenir la synthèse républicaine dont il est le principal bénéficiaire, profitant à la fois de son image de parti de gauche et du caractère rassurant de ses positions sociales et politiques. Stratégie qui lui assure des résultats électoraux flatteurs, puisqu’il peut à la fois bénéficier de voix, de désistements et de reports venant de sa gauche, du fait de son image laïque, républicaine et réformiste, et de sa droite en raison de ses positions patriotes, parlementaires et de défense de l’ordre social. C’est cet équilibre que remettent en cause la crise des années trente et les élections de 1936.

Les années trente et la remise en cause de la nature du radicalisme

La crise des classes moyennes

32Jusqu’à la première guerre mondiale, on peut constater une adéquation totale entre l’image du radicalisme et les aspirations des classes moyennes laïques. A partir de cette date, cette adéquation est rompue en diverses étapes.

  • 12 Voir Serge Berstein, Histoire du parti radical, 2 vol., Vol. 1, La recherche de l’âge d’or, Vol. 2,(...)

33La première est l’atteinte portée par les effets de la guerre à la crédibilité de la promotion sociale gradualiste12. Celle-ci est durement atteinte par l’inflation de la guerre et de l’après-guerre qui fait fondre les économies comme neige au soleil et rend totalement vaines les valeurs de sobriété et d’épargne, centrales dans les conceptions sociales du radicalisme. Exagéré par les polémiques, mais peu contestable dans sa réalité, le phénomène des « nouveaux pauvres », rentiers ruinés par l’inflation, et des « nouveaux riches » qui manifeste la supériorité de la spéculation dans l’ascension sociale, paraît porter un coup mortel à la vision de la société portée par les radicaux.

34La stabilisation Poincaré des années 1926-1928, qui solde le coût de la guerre semble permettre un nouveau départ et redonner vie aux conceptions radicales de promotion des classes moyennes. Durant quelques années, on peut penser à une restauration du modèle républicain traditionnel, et c’est d’ailleurs sur cette base qu’Edouard Herriot, appuyé sur l’assise sociale des classes moyennes, lance son parti à la reconquête de son électorat qu’il paraît avoir retrouvé lors des élections de 1932.

  • 13 Alfred Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, Paris, Fayard, 1967, Tome II (...)

35Toutefois, dès 1931, la crise économique qui atteint la France sape les bases de cette tentative de restauration. Il s’avère en effet que la crise atteint prioritairement les groupes sociaux qui constituent la base sociale du radicalisme, agriculteurs d’une part, artisans, entrepreneurs et commerçants de l’autre, dont la perte de pouvoir d’achat durant les années 1930-1935 serait, pour les premiers de plus de 30 %, pour les seconds de 18 %13. Les années de crise révèlent une radicalisation des classes moyennes qui font grief au parti radical de son inaction face à une crise qui les ruine et dont une fraction se tourne, en désespoir de cause, soit vers les partis d’extrême-gauche, socialiste ou communiste, supposés détenir des solutions-miracles pour résoudre leurs difficultés, soit vers les ligues dont l’activisme paraît promettre des mesures énergiques. Il est clair que l’exercice du pouvoir par les radicaux depuis les élections de 1932 fait d’eux les boucs émissaires privilégiés du mécontentement des Français.

36Rien d’étonnant dans ces conditions que le parti radical reçoive de plein fouet le choc du 6 février 1934 et des mois qui suivent et au cours desquels, pour éviter une crise de régime, il est contraint de donner son appui à l’expérience d’union nationale qui ramène au pouvoir la droite, vaincue dans les urnes, en 1932. La gauche socialiste et communiste tire à boulets rouges sur les radicaux dont la complaisance rend possible les gouvernements Doumergue, Flandin et Laval, accusant les valoisiens de trahir la gauche. Mais les radicaux ne sont pas mieux traités par leurs alliés du moment, Doumergue et Tardieu ne ménageant guère leurs collègues, taxés tout à la fois d’incompétence au pouvoir et de corruption en raison des liens de quelques-uns d’entre eux avec Stavisky.

37On comprend que, pour sortir de l’impasse, les radicaux se soient jetés comme vers une bouée de sauvetage sur la proposition de Front populaire formulée par le parti communiste. Or, loin de résoudre la crise du radicalisme, l’expérience tentée en 1935-1937 va l’aggraver et conduire celui-ci à redéfinir sa nature et son projet.

La crise du Front Populaire

  • 14 L’Humanité, 27 juin 1936.
  • 15 L’Ere nouvelle, 22 janvier 1935.
  • 16 Congrès de 1935 du parti républicain radical et radical-socialiste, pp. 328-330.

38Reçues avec la plus grande méfiance par les radicaux, tant elles viennent d’une galaxie étrangère à leur environnement, les premières avances communistes pour la constitution d’un Front populaire d’octobre 1934 font cependant leur chemin au cours de l’année 1935 puisqu’elles ont pour effet de réintégrer le parti radical dans le concert des gauches. Si Herriot, échaudé par ses expériences antérieures, demeure sceptique, Daladier dont l’avenir semblait bouché depuis sa démission du 7 février 1934, y voit un moyen d’opérer sa rentrée politique. C’est sous son impulsion que le parti radical, après la manifestation unitaire du 14 juillet 1935, participe à part entière à la constitution du Front populaire. Ce revirement est d’ailleurs facilité à la fois par l’accord Laval-Staline de 1934 et par l’appui donné par ce dernier à l’effort de réarmement français, mais surtout par l’extraordinaire modération dont fait preuve le parti communiste dans les négociations ouvertes pour la constitution du Comité national du Rassemblement Populaire. Jacques Duclos ne titre-t-il pas un article de L’Humanité « Les radicaux ont raison… »14 et les communistes n’écartent-ils pas du programme du Rassemblement populaire un certain nombre de mesures hardies proposées par les socialistes, mais dont ils craignent qu’elles ne soient de nature à épouvanter les radicaux15 ? Cette longanimité contraste clairement avec les vives attaques lancées contre les radicaux par leurs collègues de droite dans l’union nationale et explique qu’ils aient fini par prêter une oreille complaisante aux avances du parti communiste. Comme le déclare César Campinchi au Congrès de Wagram du parti radical : « … les communistes sont maintenant bien plus radicaux que nous ne serons jamais communistes… On vient à nous, faisant toute la longueur du chemin, ne nous demandant pas d’autre garantie que la défense de la République et de la paix et nous refuserions la main qui nous est tendue ? »16. La cause est donc entendu. Le parti radical adhère au Front Populaire et si les résultats électoraux de 1936 se soldent pour lui par un recul en sièges, la centaine de députés radicaux constitue l’élément indispensable d’une majorité qui n’existe pas sans eux.

39Or les premières semaines du gouvernement Blum sont pour les radicaux une période de déceptions qui les font déchanter et, surtout, provoquent l’effroi, et bientôt l’hostilité de sa clientèle de classes moyennes à la nouvelle majorité. Les occupations d’usines, d’entreprises, de fermes de mai-juin 1936 sont ressenties comme une atteinte insupportable au droit de propriété et font bientôt l’objet d’une lecture qui les dénonce comme une révolution insidieuse conduite par le parti communiste, avec la complicité d’un gouvernement laxiste. La politique économique et sociale conduite par Léon Blum est tenue pour une tentative de solution de la crise réalisée au seul profit de la classe ouvrière et au détriment des classes moyennes ; quant aux lois sociales qui ont pour effet d’accroître les coûts de production, elles sont accusées de conduire sciemment à la faillite nombre de petites entreprises et de mener ainsi à une expropriation légale de celles-ci. La dévaluation de l’automne 1936 lèse durement les rentiers…

  • 17 Serge Berstein : « Le parti radical-socialiste, de la défense du peuple à celle des classes moyenne (...)
  • 18 Voir ci-dessous la communication de Gisèle Berstein.

40Dès l’été 1936, alors que les députés radicaux ont voté toutes les lois sociales proposées par le gouvernement, ils se heurtent à la colère de leurs électeurs lors de leur retour dans leurs circonscriptions. Du même coup, à partir de la rentrée de l’automne 1936, l’exaspération des classes moyennes conduit les radicaux à opérer un mouvement de retrait vis-à-vis de la politique gouvernementale. Leurs réserves conduisent Blum à promettre de tenir compte de leurs avis lors de son discours de la Saint-Sylvestre, puis à décréter la « pause » en février 1937. Mais il est trop tard pour enrayer le courant hostile au Front Populaire. Défilés, marches de protestation, grands rassemblements conduits par les radicaux dans le Sud-ouest marquent une opposition de plus en plus nette au gouvernement Blum. Après avoir tenté de résister au mouvement, Daladier, président du parti depuis décembre 1936 se décide à en prendre la tête, au nom de la défense des classes moyennes17 en posant implicitement sa candidature à la présidence du Conseil. La situation est mûre pour que le Sénat (où les radicaux sont majoritaires)18 renverse le gouvernement Blum en juin 1937.

41L’évolution qui commence alors trouve son aboutissement en 1938 lorsque Edouard Daladier arrive au pouvoir avec un gouvernement incluant le centre-droit qui va remettre progressivement en cause jusqu’en novembre 1938 les acquis du Front populaire avant de rompre clairement avec lui. A ce moment, les radicaux n’ont pas opéré seulement un changement de majorité, ils ont pris conscience que, dès lors que la notion de gauche n’impliquait pas seulement la fidélité à la République et la défense de ses principes, mais signifiait désormais l’adhésion aux principes de lutte des classes, à l’ouvriérisme et à la collectivisation des moyens de production, elle ne pouvait convenir aux radicaux puisqu’elle était étrangère aux catégories de Français où ils trouvaient leurs électeurs.

 

42Les années trente ont donc conduit à une modification de la nature du radicalisme. Le parti radical reste certes un représentant des classes moyennes républicaines, mais il considère désormais que le danger principal, pour ses adhérents comme pour lui-même, se situe dans une gauche dominée par les principes du marxisme collectiviste. En d’autres termes, la frontière de la gauche s’est déplacée et, dans la nouvelle configuration dans laquelle il y a désormais un adversaire à gauche, le parti radical se veut un parti du centre, défenseur de la propriété privée et de l’initiative individuelle, méfiant envers l’interventionnisme d’Etat, défenseur des classes moyennes menacées dans leur survie et, de ce fait, proche des modérés comme le montre l’évolution de l’après-seconde guerre mondiale.

Notes

1 Voir Serge Berstein et Odile Rudelle (sous la direction de), Le modèle républicain, Paris, PUF, 1992.

2 Serge Berstein, Histoire du parti radical, vol. 1, La recherche de l’âge d’or, Paris, Presses de Sciences-Po, 1980.

3 Par exemple, Serge Berstein « La vie du parti radical : la fédération de Saône-et-Loire de 1919 à 1939 », Revue française de Science politique, 20(6), décembre 1970.

4 Nous reprenons ici les analyses élaborées in Serge Berstein, « L’enracinement de la République au sein des classes moyennes au début du XXe siècle » in Paul Isoart, Christian Bidegaray (sous la direction de), Des Républiques françaises, Paris, Economica, 1988.

5 Congrès de 1902 du parti républicain radical et radical-socialiste, p. 88.

6 Léon Bourgeois, Solidarité, Paris, A. Colin, 1896.

7 Point 14 du Programme de Nancy, Congrès de 1907 du parti républicain radical et radical-socialiste.

8 Voir ci-dessus la contribution de Raymond Huard.

9 Voir ci-dessus les communications de Jean Garrigues et de Gérard Baal.

10 Pour le développement qui suit, on s’appuiera sur Serge Berstein et Odile Rudelle (sld), Le modèle républicain, Paris, PUF, 1992 et sur Serge Berstein, « Le modèle républicain, une culture politique syncrétique » in Serge Berstein (sld), Les cultures politiques en France, Paris, Seuil, nouvelle édition, 2003.

11 Voir ci-dessus la contribution de Jean Garrigues.

12 Voir Serge Berstein, Histoire du parti radical, 2 vol., Vol. 1, La recherche de l’âge d’or, Vol. 2, Crise du radicalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques, 1980-1982.

13 Alfred Sauvy, Histoire économique de la France entre les deux guerres, Paris, Fayard, 1967, Tome II, 1931-1939, p. 137.

14 L’Humanité, 27 juin 1936.

15 L’Ere nouvelle, 22 janvier 1935.

16 Congrès de 1935 du parti républicain radical et radical-socialiste, pp. 328-330.

17 Serge Berstein : « Le parti radical-socialiste, de la défense du peuple à celle des classes moyennes » in Georges Lavau, Gérard Grunberg, Nonna Mayer, L’Univers politique des classes moyennes, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques, 1983.

18 Voir ci-dessous la communication de Gisèle Berstein.

Auteur

Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris où il dirige le Cycle supérieur d’Histoire du XXe siècle. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire politique de la France aux XIXe et XXe siècles, en particulier d’une Histoire du parti radical, 2 volumes, 1980-82

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search