Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Deuxième partie. L'âge d'or du radicalisme

Chapitre 5. Radicalisme de combat et radicalisme de gouvernement

Gilles Le Béguec

Texte intégral

  • 1 Cf., The French Radical Party. From Herriot to Mendès France, Greenwood Press, Publishers, Westport (...)

1L’expression « radical de gestion » a pris définitivement droit de cité dans le vocabulaire des spécialistes avec l’ouvrage, considéré à juste titre comme un classique, consacré par Francis de Tarr au parti radical sous la IVe République1. Pour notre part, nous préférons parler de radicalisme de gouvernement, dans la mesure où cette dernière qualification renvoie à quelque chose de plus large et est dépourvue de toute connotation polémique. Mais il s’agit de simples nuances.

2Pour l’historien de la plus longue durée, il saute aux yeux que l’expression « radical de gouvernement » est calquée sur l’expression « républicain de gouvernement » en usage dans les vingt dernières années du XIXe siècle. Ce drapeau du républicanisme de gouvernement a été hissé dans les milieux gambettistes au tout début de la décennie 1880-1890. L’appellation « républicain de gouvernement » a servi à désigner le groupe le plus nombreux et le plus influent de la majorité parlementaire au cours de la législature 1893-1898. Le recours à un tel vocabulaire dans l’historiographie présente un double avantage : il pointe une réalité objective (la présence quasi continue des représentants d’une famille politique dans les centres de la décision) ; il met l’accent sur des processus plus complexes, de nature sociologique, idéologique et culturelle, qui ont conduit toute une aile du parti républicain – disons, pour faire vite, les opportunistes – à donner au nouveau régime la figure d’un authentique gouvernement et, par voie de conséquence, à se plier aux contraintes imposées par un tel accomplissement. En d’autres termes, il est légitime de parler ici de l’émergence d’une culture de gouvernement, même si ce langage dégage un léger parfum d’anachronisme.

3Le schéma peut être aisément transposé pour entrer dans l’intelligence de quelques-unes des transformations majeures qu’a connues le radicalisme à partir du tournant du siècle. La constitution du gouvernement de défense républicaine de 1899-1902 et la victoire électorale du Bloc des gauches en 1902 inaugurent une ère de présence quasi continue des radicaux – radicaux de stricte obédience, liés au parti né en 1901, ou radicaux dits « de mouvance » – au sein des équipes gouvernementales. Dans le même temps, une sorte d’osmose s’opère entre, d’une part, la culture radicale, sa vision de la politique et de l’exercice du pouvoir, et, d’autre part, l’ensemble des conceptions et des comportements qui ont marqué la pratique du régime parlementaire, sous la IIIe République finissante et encore sous la IVe République.

4De ces deux points de vue, l’expression radicalisme de gouvernement est donc une expression d’une grande commodité. En y regardant d’un peu plus près – et en raisonnant à partir des présupposés des typologies proposées par Francis de Tarr –, on s’aperçoit qu’elle permet d’affiner sensiblement l’analyse. En particulier sur trois points importants.

5Le fait même de coller l’étiquette de radical de gouvernement à quelques-uns plutôt qu’à d’autres revient à considérer que tous les radicaux, y compris au sein du groupe, très nombreux et très divers, des familiers des combinaisons ministérielles, n’ont pas entretenu la même relation avec le pouvoir, les impératifs du pouvoir et les conditions de son exercice. Le parti radical des années 1902-1953 a été sans conteste un parti de gouvernement, allons jusqu’à dire le parti dont la vocation gouvernementale a été la plus constante et la plus manifeste. Mais cette vocation n’a pas été nécessairement assumée avec la même intensité, ou en tout cas de la même façon.

6Les distinctions ainsi introduites suggèrent que le radicalisme de gouvernement a été le produit d’une évolution sélective, et qui, d’une certaine manière, n’est jamais totalement arrivée à son terme. En insistant sur cet aspect des choses, on est logiquement conduit à adopter un schéma d’analyse qui accorde une très grande place aux tensions et à la difficile réduction des tensions. Pour notre part, nous aurions ainsi tendance à penser que le radicalisme de gouvernement a été une construction reposant sur le soubassement d’un radicalisme d’opposition, celui de la seconde moitié du XIXe siècle, que les bouleversements politiques du XXe siècle n’ont jamais totalement fait disparaître. Autrement dit, le radi-calisme de gouvernement a toujours été plus ou moins obligé de composer avec un radicalisme de combat – telle est l’expression que nous proposons – puisant d’une manière ou d’une autre dans cet héritage.

7En choisissant Henri Queuille et Edgar Faure comme les deux personnalités les plus représentatives d’un radicalisme de gestion, celui de la IVe République, parvenu au stade de la pleine maturité, Francis de Tarr a attiré du même coup l’attention sur l’ambiguïté fondamentale de l’expression. Henri Queuille et Edgar Faure ont eu sans aucun doute un certain nombre de choses en commun : l’absence de sectarisme, le goût du compromis, le désir de travailler en bonne entente avec les administrations placées sous leur autorité, et d’une façon plus générale avec les compétences officiellement reconnues, la répugnance à passer en force et – point essentiel, pour le présent propos – la conviction que les problèmes doivent être traités en laissant le temps au temps. Mais Henri Queuille est un radical de tradition, enraciné dans le terreau des valeurs républicaines du début du siècle – avec, le cas échéant des réflexes de type jacobin –, demeuré attaché au fond de lui-même à la vieille notion de « parti républicain ». Formé, pour reprendre sa propre expression, à l’école du « modérantisme » des années vingt, Edgar Faure a attendu le second après-guerre pour rejoindre, non sans hésitation, la famille radicale. Libéral d’instinct et de comportement, homme de réseaux et non pas homme de parti, convaincu du fait que la société politique est traversée par des clivages multiples, qui ne coïncident pas nécessairement les uns avec les autres, le futur théoricien des « majorités d’idées » est étranger à toute vision organisée autour de l’opposition entre des « camps ». Dans le premier cas, le radicalisme de gouvernement est un point d’aboutissement. Dans le second cas, celui d’Edgar Faure, il s’agit d’un présupposé, antérieur à l’adhésion au parti de la place de Valois.

8Ce rapide parallèle invite à tirer deux conclusions :

  1. le radicalisme de gouvernement, comme d’ailleurs le radicalisme de combat, est multiforme ;

  2. il est chimérique de chercher à tracer une frontière entre ce qui ressemble à des courants, mais qui ne sont pas des courants au sens que l’on attribue généralement à ce terme dans l’histoire des forces politiques organisées.

Radicalisme de combat et radicalisme de gouvernement, radicalisme de gauche et radicalisme modéré

9L’une des principales difficultés de l’analyse tient au fait que l’opposition entre radicalisme de combat et radicalisme de gouvernement se joue de la frontière, d’ailleurs extrêmement mouvante, séparant un radicalisme de gauche et un radicalisme, plus modéré, privilégiant un système d’alliances au centre de l’échiquier politique. Bien sûr, on peut détecter des affinités profondes entre toute une tradition d’intransigeance et la ligne consistant à mettre en avant, spécialement au niveau du discours, le vieil impératif du « pas d’ennemi à gauche ». La grille de lecture insistant sur ces correspondances est souvent d’une réelle utilité, en particulier pour l’ensemble de la période allant des élections législatives de 1885 à la constitution du Bloc des gauches (avec les deux figures antagonistes de Camille Pelletan et de Léon Bourgeois), et, ultérieurement, pour les périodes de crise. Mais l’installation durable des radicaux dans le monde enchanté du pouvoir a vite rendu les choses plus compliquées. Dès 1906-1909, la pratique du gouvernement dirigé par Georges Clemenceau a ainsi commencé à brouiller les repères traditionnels en montrant qu’un homme qui avait longtemps incarné la protestation et le refus du compromis s’accommodait fort bien d’une grande prudence dans la gestion des affaires et de la prise en compte sourcilleuse de la défense de l’autorité de l’Etat, y compris dans ses aspects proprement répressifs. On aura l’occasion de revenir sur ce cas Clemenceau et sur les ambiguïtés de l’épisode 1906-1909.

10Pour ce qui a trait de façon plus générale à la relation entre radicalisme de gauche et radicalisme de gouvernement, on insistera sur deux points essentiels.

  • 2 Voir notamment le premier numéro de la revue L’Action nationale, daté de décembre 1908, le texte ma (...)

11On doit observer, en premier lieu, que l’ambition d’un radicalisme hardiment réformateur, volontiers marqué à gauche, a souvent été portée par des hommes et des équipes qui réfléchissaient en termes de réalisations pratiques et – si l’on permet de risquer cette formulation un tantinet anachronique, du moins pour les années précédant la guerre de 1914-1918 – d’objectifs programmatiques. Un bon exemple, curieusement passé sous silence dans les travaux de référence, est ici celui du groupe réuni à compter de la fin de l’années 1908, en réaction à bien des égards contre le relatif immobilisme du gouvernement Clemenceau, autour de la revue L’Action nationale et de la Ligue républicaine d’action nationale de l’écrivain Victor Margueritte2. Fonctionnant comme un véritable laboratoire politique, ce groupe appartient à ce qu’on peut appeler, en reprenant l’excellente expression proposée par Serge Berstein, un radicalisme « de mouvance », débordant le môle valoisien à la fois sur sa droite et sur sa gauche, en direction notamment du socialisme indépendant. De ces différents points de vue, la Ligue républicaine d’action nationale préfigure la Ligue de la République créée au lendemain de la guerre, en 1921, à l’initiative du président d’honneur du petit parti républicain socialiste Paul Painlevé avec l’appui (circonspect) d’Edouard Herriot et la participation active de quelques-uns des meilleurs espoirs de la nouvelle génération radicale (type Georges Bonnet ou Yvon Delbos). Pour ce qui nous intéresse plus précisément ici, l’important est que l’organisation de Victor Margueritte a bénéficié du concours de personnalités, telles Ferdinand Buisson, futur président de la Ligue des droits de l’homme, qui entendaient tenir les deux bouts de la chaîne, celui de la solidarité des gauches et celui d’un travail méthodique sur les dossiers, dans une perspective – explicitement revendiquée, ne serait-ce que par le titre de la revue – d’« action » et de traitement des problèmes nationaux. On pourrait en dire autant d’une partie des équipes radicales qui ont secondé, vers 1921-1924, Paul Painlevé à la Ligue de la République. En schématisant à l’extrême, on pourrait même repérer la trace d’un sillon qui irait ici, sur l’aile gauche du radicalisme, de la Ligue républicaine d’action nationale à quelques-uns des cercles de réflexion de la période mendésiste de 1955-1957, via la Ligue de la République et la Ligue d’action civique de 1935.

12On sait que le drapeau du radicalisme de gauche a été brandi au printemps 1946 par un groupe de personnalités – venues, d’ailleurs, d’horizons assez différents – décidées à faire campagne pour le oui lors du référendum constitutionnel (c’est-à-dire à soutenir, durant les élections, un projet, dit « socialo-communiste », rejeté par la place de Valois), à réactualiser le thème du « pas d’ennemi à gauche » et à privilégier l’entente avec le parti communiste français. Contraints de rompre avec leur parti, ces radicaux de gauche ont tenté l’aventure d’une « Union progressiste » œuvrant à l’ombre du P.C.F. au nom de la fidélité aux grands principes et à la tradition authentique. En ce sens, on peut considérer cette dissidence progressiste comme l’un des derniers surgeons du radicalisme de combat de la fin du XIXe siècle, et quelques-uns de ses animateurs ne se sont pas fait faute de souligner la filiation. Il reste que le chef de file des radicaux de gauche du printemps 1946, Pierre Cot, député de la Savoie, ancien ministre, rapporteur général du Comité de la Constitution de l’Assemblée constituante, futur président de l’Union progressiste, incarne un type d’homme public à mille lieues du bretteur de la presse intransigeante façon 1880. Bardé de diplômes, passionné par l’étude des dossiers, entré très jeune dans les circuits du pouvoir – sous l’égide, rappelons-le de Raymond Poincaré –, ministre à plusieurs reprises au cours des années trente, Pierre Cot n’est pas un double de Camille Pelletan, loin s’en faut. Radical de combat ? Oui, sans doute, pour des raisons qui tiennent d’abord aux circonstances et aux aléas du pouvoir. Radical de gouvernement ? Plus vraisemblablement, y compris et peut-être surtout quand on considère la cascade des choix qui l’ont amené à faire route avec les communistes.

  • 3 Cf., Philippe Reclus, La République impatiente ou le Club des Jacobins (1951-1953), Publications de (...)

13A l’inverse, un certain nombre de ministres, de parlementaires ou de publicistes radicaux dont l’action s’est inscrite dans la perspective de l’occupation du pouvoir et de l’acceptation des contraintes de la gestion des affaires au quotidien ont parfois été tentés d’adopter un style, un vocabulaire, un système de références – celui du « jacobinisme », de ses symboles et de ses répulsions – plus ou moins directement empruntés à l’intransigeantisme des débuts de la IIIe république. Venu des rangs de la haute administration, passé par l’état-major de la fort libérale Alliance républicaine démocratique, réformateur d’esprit pragmatique, homme de gouvernement par excellence, Joseph Caillaux a choisi la posture d’un radical de combat à différentes étapes de sa carrière, en 1913-1914 bien sûr, mais également, et de manière plus ambiguë, au moment du Congrès d’Angers de 1928. Au cours de la période 1953-1958, la jeune garde mendésiste développe tout un discours prônant le retour aux sources d’un radicalisme pur et dur, la vigilance républicaine et le refus du compromis. Ces « jacobins » dont quelques-uns deviendront d’ailleurs des « Montagnards » hostiles à Pierre Mendès France et à ses prises de position sur la question algérienne – doivent-ils pour autant être considérés comme les doctrinaires d’une rénovation privilégiant la contestation, voire la rupture, sur l’exercice effectif des responsabilités à la tête de l’Etat ? Le terme d’« impatients » employé par Philippe Reclus – qui a été l’un des premiers à tenter d’écrire une histoire du club – convient infiniment mieux pour comprendre le sens de la démarche adoptée par Charles Hernu et ses principaux compagnons3. On peut ajouter que plusieurs d’entre eux, une fois la page du mendésisme refermée, rejoindront la Convention des institutions républicaines de François Mitterrand, aideront le député de la Nièvre à prendre le contrôle du parti socialiste et contribueront, souvent efficacement, à transformer ce dernier en machine politique tournée vers la conquête du pouvoir et à le doter d’une culture de gouvernement. Devenu ministre de la Défense nationale après la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle de 1981, Charles Hernu, ancien patron des jacobins, sera un ministre fier de l’être et désireux de le faire savoir, à l’intérieur comme à l’extérieur de son ministère.

 

  • 4 On trouvera beaucoup d’informations sur toutes ces questions dans l’ouvrage, très fouillé, publié e (...)

14De ces différents points de vue, un cas limite est celui de Jean-Jacques Servan-Schreiber, paladin du mendésisme des années 1953-1958 et promoteur, plutôt malheureux, de la dernière grande tentative de rénovation du vieux parti d’Emile Combes et d’Edouard Herriot. En apparence, le directeur de L’Express était programmé pour être un homme de gouvernement, moderne et réaliste. Beaucoup de choses poussaient dans cette direction : les leçons prodiguées dans le milieu familial, la formation intellectuelle, les premières expériences dans le monde du journalisme, la fascination pour les Etats-Unis et le pragmatisme de la gauche américaine, la méfiance à l’égard des constructions idéologiques, le culte, quasi obsessionnel, de l’efficacité et... l’ambition4. Au cours des années soixante, J.J.S.S., admirateur de John Kennedy, développe ainsi au fil des articles, des conférences et des livres tout un discours volontiers provocant, sur la « bio-politique » qui vise explicitement à convaincre la gauche non communiste de revêtir les habits d’un parti de gouvernement. Au début des années soixante-dix, il s’efforce de faire du parti radical l’outil d’un regroupement « réformateur » qui l’amène à trancher en faveur d’une stratégie de type centriste puis à soutenir, de manière somme toute assez logique, la candidature de Valéry Giscard d’Estaing au second tour de l’élection présidentielle de 1974. Il reste que l’éphémère ministre des réformes de ce même printemps 1974 n’a jamais atteint les objectifs qu’il s’était fixés dans ces domaines, ni pour la gauche non communiste considérée dans son ensemble, ni pour la famille radicale, ni surtout pour lui-même. A notre sens, l’une des principales raisons de l’échec réside dans le contraste existant entre ce qui relève des options touchant au long terme et les choix effectués au cœur de la bataille politique proprement dite : d’un côté une vision générale, volontiers optimiste, marquée par le double parti-pris du réalisme et du nécessaire dépassement des conflits hérités du passé, de l’autre, une conception franchement polémique du débat public, combinant la dramatisation de l’enjeu immédiat, la délégitimation du compromis au jour le jour et, le cas échéant, la stigmatisation de l’adversaire, à l’extérieur de la famille radicale et davantage encore à l’intérieur de celle-ci. On est, bien sûr, en droit de plaider que J.J.S.S. a été surtout victime ici de ses passions (terme qui lui était bien cher), de son talent de plume et des contraintes liées, notamment durant les années décisives de la guerre d’Algérie, à ses fonctions de direction d’un hebdomadaire d’opinion très « engagé ». L’explication est-elle suffisante ? Nous ne le croyons pas. Derrière l’intransigeantisme schreibérien, l’historien, en effet, n’a pas de difficultés à repérer la trace, consciente ou inconsciente, directe ou indirecte (par P.M.F. interposé, par exemple) d’un vieil intransigeantisme radical. La chose est particulièrement manifeste en 1955 (avec la campagne des « bonnets phrygiens ») ou en 1958, lors de la crise du 13 mai et du retour au pouvoir du général de Gaulle.

Une transformation inachevée

15La persistance d’un certain nombre de réflexes liés à la tradition du radicalisme de combat permet de mieux comprendre pourquoi le parti radical n’a jamais été totalement à l’aise dans les habits de parti de gouvernement. De bien des points de vue, on est en droit de considérer que la formation de la place de Valois a été le pivot du système des forces politiques organisées durant toute la seconde moitié de la IIIe République et, à l’intérieur d’un cadre sensiblement modifié, durant le gros de la IVe République. Mais on peut tout autant dire qu’il a constitué une zone de faiblesse au sein des différents dispositifs, notamment au sein des majorités de gouvernement. A l’extrême fin de la IVe République, c’est-à-dire au cours des années 1955-1958, la famille radicale, déchirée par ses querelles internes, a même beaucoup contribué à déstabiliser l’ensemble du système politico-institutionnel.

16On développera l’argument général en regroupant les diverses observations autour de quatre axes principaux.

1) Les radicaux ont rarement apporté un soutien sans failles aux gouvernements auxquels ils appartenaient et dans lesquels ils exerçaient bien toutefois une influence importante, voire prépondérante. Bien sûr, la remarque s’applique tout particulièrement aux ministères dont le chef n’était pas lui-même membre du parti radical, cabinets à direction socialiste (tels les gouvernements Blum de 1936 à 1937 et du début de l’année 1938), cabinets à direction modérée (sous la IIIe République et sous la IVe République), cabinets à direction M.R.P. (en ce qui concerne la IVe). Mais elle vaut aussi, de façon plus surprenante, pour de nombreux gouvernements à direction radicale. Enfant terrible du radicalisme, demeuré à l’écart – sauf durant quelques mois – de l’organisation valoisienne, Georges Clemenceau s’est toujours heurté à la méfiance d’une partie des élus radicaux, y compris au cours des années 1917-1918. Edouard Daladier, qui cumulait pourtant les fonctions de président du Conseil et de président du comité exécutif du parti, a dû compter, surtout à partir de l’hiver 1938-1939, avec la fronde d’un petit groupe de radicaux nostalgiques du Front populaire gravitant autour de Pierre Cot et d’Octave Crutel. Henri Queuille a été l’objet de la sourde hostilité du même Edouard Daladier, devenu président du Rassemblement des gauches républicaines (R.G.R.). Et c’est un radical, ancien président du Conseil, René Mayer qui a porté le coup de grâce au gouvernement de Pierre Mendès France en février 1955.

17L’auteur de ces lignes est tout à fait conscient du fait que de tels dysfonctionnements trouvent leur origine dans une multiplicité de causes : l’indiscipline des groupes parlementaires, le jeu des ambitions, des rivalités de personnes et des clans constitués autour de personnalités soucieuses d’affirmer leur originalité (Edouard Herriot en 1919, Edouard Daladier dans la seconde moitié des années vingt, Pierre Mendès France en 1951-1954) ou de prendre une revanche (Joseph Caillaux en 1928, Edouard Daladier vers 1949-1951), les conflits inhérents à une formation installée au centre de l’échiquier politique, l’hétérogénéité croissante de l’électorat radical, etc. De même, on peut plaider que l’absence de ligne de démarcation claire entre majorité et opposition, et par voie de conséquence le caractère aléatoire des soutiens accordés à tout gouvernement sont inséparables de la pratique du régime parlementaire à la française. Il n’en reste pas moins que la façon dont les radicaux ont presque sans cesse procédé – avec un pied à l’intérieur et un pied à l’extérieur – traduit un refus d’assumer pleinement une vocation, celle d’un parti en charge effective des responsabilités.

2) Un tel refus va de pair avec une évidente répugnance à accepter les nouvelles images données de soi, une répugnance inscrite dans les profondeurs de la culture dominante du parti radical, y compris durant les périodes où il tire le maximum de bénéfices des positions qu’il occupe, à la tête du pouvoir.

18La dynamique des forces politiques et la montée en puissance des partis d’inspiration socialiste ont déporté le radicalisme sur sa droite et l’ont conduit à prendre appui d’une façon de plus en plus systématique sur la clientèle des classes moyennes et sur le monde des groupes de pression attachés à la défense des valeurs (celles des libertés dites « économiques », au premier chef) et des intérêts des secteurs les plus actifs de cette classe moyenne. A terme, une telle évolution tendait à faire du « parti républicain radical et radical-socialiste » né dans les affrontements politiques et idéologiques du milieu de l’année 1901 une sorte de parti libéral à la belge, attaché aux idéaux de la tolérance religieuse et de la laïcité, mais occupant de facto, une position centriste sur l’échiquier politique et parlementaire. Cette transformation et la prise de conscience des effets qu’elles impliquaient ne constituaient pas, en elles-mêmes, un obstacle à la coexistence au sein du parti d’un courant d’un courant réformateur et d’un courant, plus modéré, brandissant le drapeau de la libre entreprise et de la protection de ce que Emile Roche et ses amis désignaient vers 1934-1935 du nom de « tiers-état ». Telle a été l’ambition nourrie, à des titres et à des degrés très divers, par quelques-uns des esprits les plus aigus de la geste radicale du XXe siècle, un Joseph Caillaux, un Emile Roche, déjà nommé, un Edgar Faure ou un Jean-Jacques Servan-Schreiber. Dans un registre plus pratique, Jean-Paul David, le très imaginatif secrétaire général du R.G.R., a cherché, de propos délibéré, à faire du rassemblement bâti à la hâte au printemps 1946 l’embryon d’un grand parti libéral lié à ses partenaires européens de l’Internationale libérale. Tirant quelques années plus tard les leçons de la déliquescence du R.G.R., le même Jean-Paul David sera d’ailleurs le promoteur et le président d’un éphémère parti libéral européen.

  • 5 Sur tous ces aspects, d’une très grande importance à nos yeux, on se permettra de renvoyer au texte (...)

19Mais le fait est qu’une telle métamorphose a engendré un profond malaise dans de larges secteurs de la faille radicale. Alors même qu’ils s’en accommodaient bien souvent dans la pratique – sur le plan électoral, sur le plan parlementaire, sur le plan gouvernemental –, beaucoup de radicaux ont eu tendance à la considérer comme une dérive, voire comme une trahison des idéaux de 1901. L’histoire du radicalisme durant toute la période allant de la seconde moitié des années vingt – à compter de la dislocation du Cartel des gauches – jusqu’aux craquements de la période 1955-1958 a été ainsi marquée par la tentative du retour aux sources d’un radicalisme authentique, dégagé de ses liaisons douteuse et de ses compromissions mortifères. La tentative de rénovation de la place de Valois conduite de 1955 à 1957 sous la houlette de Pierre Mendès France procède notamment en grande partie d’une volonté de briser avec ces logiques d’adaptation aux nouvelles conditions du jeu politique. Bornons-nous ici à en repérer les signes principaux : la rupture avec le R.G.R., l’exclusion d’Edgar Faure et de quelques-unes des personnalités, tel un Martinaud-Déplat ou un René Mayer, qui apparaissaient à tort ou à raison comme les responsables de la dérive évoquée plus haut, la stigmatisation d’un radicalisme, qualifié de « centre droit », lié au monde des groupes de pression, le recours fréquent à un langage et à une posture de type jacobin, etc. En somme, les vrais radicaux permettaient au parti de se libérer enfin de la tutelle des « néo-radicaux » et de leurs alliés. A notre sens, on n’a pas assez réfléchi à la signification polémique de ce terme de « néo-radicalisme », que Francis de Tarr reprendra à son compte dans le livre publié en 1961 avec une préface de Pierre Mendès France. A y regarder de près, ces prétendus « néo-radicaux » – un Léon Martinaud-Déplat, véritable bête noire des mendésistes, en particulier – étaient pour la plupart d’entre eux des radicaux de souche, souvent forts actifs, à des niveaux divers, au sein du parti avant la guerre de 1939-1945. Quant à l’existence de connexions avec les groupes de pression, il était aussi ancien que le parti radical lui-même, plus ancien d’une certaine manière puisque le Comité républicain du commerce et de l’industrie (Comité Mascuraud) avait été fondé deux ans avant le congrès de 1901 et avait apporté une précieuse aide logistique à la jeune formation5.

3) Dans un ordre d’idées tout à fait voisin, la constante allergie des radicaux à la règle de la représentation proportionnelle pour l’élection des députés témoigne d’une hésitation existentielle sur le rôle assigné à l’intérieur du système politico-institutionnel. Depuis l’épisode du Bloc des gauches, le parti radical avait vocation à participer au gouvernement et, le cas échéant, à le diriger dans la mesure où la configuration des forces politiques en faisait un partenaire obligé, en tant que formation dominante (ce qui correspondait, en gros, à la position occupée par lui durant le premier tiers du XXe siècle), en tant que parti charnière ou en tant que simple appoint. Son intérêt objectif sur le long terme – son intérêt objectif, précisons-le bien, en tant que parti de gouvernement – était donc d’œuvrer en faveur de la pérennisation d’un système flexible et multipolaire, garantissant le maintien d’une large gamme de possibilités de nouer des alliances et de négocier des soutiens à la fois sur sa droite et sur sa gauche. Tous les partis libéraux européens du XXe siècle ont été confrontés à ce type de problèmes. Ils ont tenté d’y apporter une réponse en optant pour le représentation proportionnelle, c’est-à-dire pour un mode de scrutin qui a été la planche de salut (cas belge) ou qui aurait pu l’être (cas britannique). Le parti radical français s’y est obstinément refusé.

20Jusqu’au tournant décisif des élections législatives de 1936, les radicaux avaient pu estimer à bon droit que le scrutin uninominal majoritaire à deux tours, dit « scrutin d’arrondissement », correspondait toujours à la formule idéale : force politique majoritaire au sein d’une gauche elle-même globalement majoritaire, la famille radicale tirait les meilleurs bénéfices de la pratique de la discipline républicaine (désistement, au second tour, des candidats de gauche distancés au premier tour de scrutin en faveur du candidat arrivé en tête) sans être contrainte d’entrer dans un système de pactes limitant à l’excès sa liberté de manœuvre. En 1936, l’installation du parti socialiste dans la position du parti le plus puissant au sein des gauches et la percée de cet allié compromettant qu’était le parti communiste avaient apporté la preuve que le jeu risquait de devenir à la fois moins gratifiant et plus dangereux. Quelques bons esprits, à la droite du parti valoisien notamment, en avaient d’ailleurs très vite tiré les leçons. Une dizaine d’années plus tard, avec les grandes déconvenues électorales de 1945 et de 1946, il était clair que la représentation proportionnelle constituait une sorte de bouée de sauvetage, évitant aux radicaux et à leurs partenaires du R.G.R. d’être pris dans la spirale du repli sur des bastions tenus en main par des élus disposant d’une influence d’ordre personnel. Pourtant, la plupart des chefs de file du parti radical de la IVe République n’ont alors jamais cessé de prôner le retour au scrutin d’arrondissement, quelques-uns d’entre eux, au premier rang desquels Pierre Mendès France, faisant même de cette restauration un article fondamental de leur credo politique. On sait que le rétablissement de la règle majoritaire, acquis en 1958, à l’aube de la Ve République, décimera l’élite parlementaire radicale, précipitera le déclin et la marginalisation du parti, et débouchera finalement, comme il était prévisible, sur le schisme du début des années soixante-dix, c’est-à-dire sur la séparation des radicaux de gauche (placés en situation de dépendance par rapport à leurs partenaires socialiste et communiste) et des radicaux « valoisiens », de plus en plus étroitement intégrés dans les dispositifs de la droite parlementaire.

4/Enfin, il est impossible de faire l’économie d’une réflexion critique sur la persistance, jusqu’à une époque assez tardive, d’un modèle de relation au pouvoir de type jacobin. En s’exprimant ainsi, on cherche à attirer l’attention sur l’attachement, surprenant à bien des égards, des radicaux du XXe siècle aux formules du gouvernement de salut public, entendons par là d’un gouvernement censé affronter des difficultés d’une gravité particulière, appelé à agir dans l’urgence et prêt à bousculer les habitudes, les convenances, voire les règles, de la pratique habituelle des institutions. Toute comparaison a ses limites. Dans le cas des exemples qui serviront de points d’appui à la présente démonstration, les différences sont considérables et touchent aux aspects les plus variés : le tempérament, les motivations et la détermination effective des personnalités concernées, la nature et l’ampleur des périls, la méthode choisie, les résultats obtenus, etc. Il reste qu’il y a quelque chose de commun dans la manière d’un Clemenceau en 1917, d’un Joseph Caillaux – le vice-président du Conseil et ministre des finances de l’éphémère cabinet Briand de juillet 1926, au cœur de la tempête monétaire –, d’un Edouard Daladier en 1934 ou en 1938-1939, d’un Pierre Mendès France en 1953 (lors de la première tentative en vue d’obtenir l’investiture dans les fonctions de président du Conseil), en 1954 ou... en 1968. Au tout début des années soixante-dix, la démarche adoptée par Jean-Jacques Servan-Schreiber est encore un témoignage de la prégnance de ces schémas néo-jacobins.

21L’un des principaux facteurs d’explication réside dans la culture radicale. On fait plus précisément allusion ici à l’héritage révolutionnaire, au poids des précédents – celui des gouvernements provisoires constitués en février 1848 et en septembre 1870, notamment –, à la mystique et à la phraséologie de la défense républicaine. Mais, il est difficile de s’en contenter, compte tenu en particulier de la vigueur du contraste existant entre l’attachement à la formule du gouvernement de salut public, avec ses implications concrètes, d’un côté, et quelques-uns des thèmes essentiels du discours radical sur le pouvoir et les conditions de son exercice démocratique, de l’autre côté. Il est quand même curieux de constater que la famille politique la plus prompte à exalter la suprématie de la représentation nationale a été celle qui a le plus contribué à introduire, à généraliser (en 1938-1939) puis à réhabiliter (sous la IVe République) la pratique des décrets-lois.

22Notre hypothèse est donc que ce jacobinisme d’arrière-saison a permis de concilier, y compris à l’échelon des individus, radicalisme de combat et radicalisme de gouvernement. D’un côté, il y avait la gestion des affaires ordinaires, que les radicaux prenaient bien volontiers en charge, en veillant du même coup à la défense des intérêts de leur clientèle électorale et à la préservation de leur influence. D’un autre côté, il y avait les circonstances exceptionnelles et un mode exceptionnel, ou si l’on préfère héroïque, d’exercice du pouvoir, une manière de gouverner, plus authentiquement républicaine, dans lequel la défense de l’intérêt général et des valeurs de la République passait au premier plan. Les différents discours de la méthode qui ponctuent la carrière de Pierre Mendès France constituent peut-être la meilleure illustration d’une conception qui hiérarchise et relégitime. Elle en propose en tout cas la version la plus rationalisée.

23Dès lors, la question est de savoir dans quelle mesure les choses étaient conciliables sur la longue durée. A la réflexion, notre sentiment est qu’elles étaient difficilement conciliables et que la rupture survenue en 1955 entre Pierre Mendès France et son ex-ami Edgar Faure revêt une signification qui dépasse le choc des ambitions, les embrouilles d’appareil et les oppositions d’ordre stratégique. En dévalorisant systématiquement le radicalisme de la gestion ordinaire au profit d’un radicalisme de combat mythifié, de très larges secteurs de la famille radicale – et quelques-uns de ses élements les plus dynamiques – ont placé leur parti dans l’impossibilité d’acquérir une culture de gouvernement en totale adéquation avec le rôle qu’il jouait au sein du système politique. On résistera à la tentation de suggérer une comparaison avec le parti socialiste et son « long remords du pouvoir ». Mais le cas radical montre qu’une force politique reste toujours plus ou moins prisonnière de son passé.

Notes

1 Cf., The French Radical Party. From Herriot to Mendès France, Greenwood Press, Publishers, Westport, 1961, 264 p. Voir plus spécialement le chapitre VII consacré aux « radicaux de gestion ».

2 Voir notamment le premier numéro de la revue L’Action nationale, daté de décembre 1908, le texte manifeste intitulé « La Ligue républicaine d’Action nationale : son programme, son but, son action ». La liste des membres du Comité d’honneur est fournie dans le numéro de janvier 1909. On notera la présence du général André, de Maurice Berteaux, de Ferdinand Buisson, d’Henry Bérenger, directeur du quotidien anticlérical L’Action, de René Renoult, du jeune Albert Sarraut et de Théodore Steeg.

3 Cf., Philippe Reclus, La République impatiente ou le Club des Jacobins (1951-1953), Publications de la Sorbonne, Paris, 1987, 200 p.

4 On trouvera beaucoup d’informations sur toutes ces questions dans l’ouvrage, très fouillé, publié en 1993, aux éditions du Seuil, par Alain Rustenholz et Sandra Treiner sous le titre La saga des Servan-Schreiber. Une famille dans le siècle.

5 Sur tous ces aspects, d’une très grande importance à nos yeux, on se permettra de renvoyer au texte de la contribution que nous avons donnée à l’ouvrage collectif publié en 2001, sous la direction de Jean-Marie Mayeur, aux Presses de la Sorbonne. Cf., Gilles Le Béguec, « Le poids de la boutique et du négoce » in Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République, Tome I, pp. 117-135.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540