Version classiqueVersion mobile

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Deuxième partie. L'âge d'or du radicalisme

Introduction

Serge Berstein et Marcel Ruby

Texte intégral

1Si les radicaux n’ont pas joué, il s’en faut de beaucoup, un rôle fondamental dans l’Affaire Dreyfus, ils en ont incontestablement tiré l’avantage politique majeur. Les élections de 1902 qui se sont déroulées dans le contexte de la lutte conduite autour du combat pour la révision constituent le tout jeune parti républicain, radical et radical-socialiste en axe majeur de la vie politique française et vont, peu ou prou, lui conserver ce rôle jusqu’au déclenchement de la Seconde guerre mondiale. Cette première moitié du XXe siècle (si on ajoute à la IIIe République la plus grande partie de la IVe République) voit en effet le radicalisme pratiquement toujours présent au pouvoir, indispensable à la constitution d’à-peu-près toutes les majorités, clé de voûte de l’ensemble des institutions.

2Rien n’illustre mieux cette prégnance du radicalisme sur le système politique de la IIIe République que la domination presque sans partage qu’il exerce sur le Sénat (à telle enseigne que, dans le langage politique, l’expression « Sénat radical » est devenue d’usage courant) dont il faut rappeler qu’il est l’un des deux piliers (avec des pouvoirs au moins égaux à ceux de la Chambre) du système parlementaire français. Or, numériquement parlant, comme au sein des organes décisionnels de la Haute-Assemblée, les radicaux sont les maîtres, exerçant ainsi un contrôle sourcilleux et déterminant sur la vie politique française.

3Sans doute l’exercice du pouvoir par les radicaux eux-mêmes apparaît-il comme moins probant que le contrôle exercé sur le gouvernement. Si on met à part Combes et Clemenceau (mais est-il radical à ce moment ?), ou Mendès France sous la IVe République, les gouvernements radicaux n’ont guère laissé dans l’histoire la trace d’une gestion efficace et marquante de la vie nationale. Ni Doumergue, ni Herriot, ni Chautemps, ni Sarraut, ni Daladier n’ont été de grands Présidents du Conseil. Peut-être parce que le radicalisme, doctrine de combat militant par ses origines s’accommodait mal des compromis et des demi-mesures qu’exige l’exercice du pouvoir ? Peut être aussi parce que le temps de l’exercice du pouvoir par les radicaux n’était plus celui où les idées radicales proposaient des solutions pertinentes aux problèmes nationaux.

4Il reste que cette distorsion entre un poids politique qui signifie l’adhésion des Français au radicalisme et la relative impuissance de celui-ci au pouvoir exige explication. Si, en dépit des échecs de ses dirigeants au gouvernement, l’opinion continue à plébisciter les radicaux ou les radicalisants dans les élections, c’est que ceux-ci leur renvoient l’image d’une France selon leurs vœux. Une France dominée par un modèle républicain qui correspond aux aspirations profondes d’une grande partie de l’opinion qui y voit une doctrine de juste milieu orientée vers le progrès permanent de la société. Une France des classes moyennes indépendantes dont l’archétype est le petit propriétaire-travailleur maître de son instrument de travail.

5Or ces raisons de la puissance du radicalisme dans la première moitié du siècle se trouvent remises en cause par le grand tournant du milieu des années trente et, spécifiquement par le Front populaire. Ce dernier déplace les lignes de frontière entre droite et gauche. En substituant le socialisme collectiviste au modèle républicain, en voyant dans le prolétariat ouvrier et non dans la classe moyenne l’assise sociale du système politique français, il change le contenu même de la notion de gauche, renvoyant à droite de l’échiquier politique, à son corps défendant, la majorité de la clientèle radicale et faisant apparaître comme archaïque la culture politique, longtemps dominante, du radicalisme.

Auteurs

Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris où il dirige le Cycle supérieur d’Histoire du XXe siècle. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire politique de la France aux XIXe et XXe siècles, en particulier d’une Histoire du parti radical, 2 volumes, 1980-82

Marcel Ruby, agrégé d’Histoire, docteur d’Etat ès Lettres, a été un des responsables du parti radical au sein duquel il a exercé et exerce encore de multiples fonctions de direction fédérales et nationales. Fondateur de la Société d’Histoire du radicalisme qu’il préside, il est à l’origine de cycles de conférences et de colloques qui permettent d’approfondir l’histoire du parti radical.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search