Desktop versionMobile version

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Première partie. Du radicalisme au parti radical (des années 1840 à 1901)

Chapitre 4. Radicalisme et franc-maçonnerie

André Combes

Full text

1Le radicalisme est une idéologie qui s’est façonnée entre 1830 et 1848, enracinée avec l’insurrection de juin 1849 puis avec le programme de Belleville avant de devenir le support d’une formation politique ; la franc-maçonnerie peut être définie comme une société de pensée, dite à secret et progressive, condamnée par l’Eglise. Entre radicalisme et maçonnerie un lien s’est tissé dès l’origine qui s’est maintenu jusqu’à nos jours.

2Avant d’analyser leurs relations sous la Troisième République, quelques réflexions préalables s’imposent

La signification de l’adhésion à la franc-maçonnerie

3La double appartenance, de 1848 au Cartel des Gauches, est une constante qui frappe par son importance, aussi bien au niveau des dirigeants que des militants. Elle s’accompagne souvent d’adhésions à d’autres groupes : sociétés secrètes sous les ères monarchistes et bonapartiste, clubs sous la Seconde République, comités, associations diverses sous la Troisième comme la Libre-Pensée, les Ligues des Droits de l’Homme et de l’Enseignement, l’Union des Jeunesses républicaines, les patronages laïques (en fin de siècle), l’ARAC.

4Cette double appartenance n’est pas une obligation : Ledru-Rollin, Clemenceau, Goblet, Buisson, Herriot, Caillaux, ultérieurement Daladier, les frères Sarraut parmi les plus grands, n’ont pas été maçons sans que leur carrière politique en subisse un quelconque préjudice ; il faut donc éviter de considérer, à priori, l’entrée dans une Loge comme la voie républicaine pour un carriériste. En province cependant, la Loge, par sa présence dans la cité, peut former la base d’un comité et faciliter une élection.

5Surtout, jusque dans les années 1880, mais aussi au-delà, la rotation des effectifs au sein de la maçonnerie est constante car elle ne répond pas toujours aux attentes de ceux qui y adhèrent. Une erreur serait de tenir cette appartenance pour négligeable si elle n’est pas durable et, dans la situation inverse, de lui accorder trop d’importance. Une analyse cas par cas, s’impose mais, faute de sources, elle est rarement possible.

6Le cas limite est celui d’Eugène Cavaignac, ministre de la guerre du gouvernement Brisson, qui n’a été maçon que le jour de son initiation alors que l’on continue, dans la presse antimaçonnique, à le considérer comme tel. Il en est de même pour des maçons aussi évanescents que Doumergue ou Arthur Ranc. D’où la nécessité de dater les années d’entrée et de sortie de la Franc-maçonnerie, pour ne pas s’exposer à publier des listes impressionnantes, mais fausses, de parlementaires maçons, comme celles établies sous Vichy, qui comprennent des radicaux n’ayant plus d’attache avec elle depuis une trentaine d’années ou n’y ayant jamais appartenu comme certains signataires de l’Appel Mesureur.

7Pour ceux qui ont été durablement radicaux et maçons, en particulier jusqu’en 1914, il est hasardeux de chercher systématiquement une complémentarité entre les deux appartenances, c’est-à-dire d’un côté une option philosophique, cause ou conséquence d’un engagement politique, car, pour ces générations, les deux engagements sont à la fois politique et philosophique. Le socialisme expérimental de Benoît Malon et son frère le solidarisme radical de Léon Bourgeois répondent à l’attente de la maçonnerie d’une époque mais dans quelle mesure peuvent-ils être considérés comme maçonniques ? L’entrée dans une Loge ne répond-elle pas davantage au simple besoin de se retrouver dans un milieu amical, fraternel avec des hommes dont on partage des convictions ou de trouver un supplément d’âme ?

8Selon les individus, l’une des deux appartenances prime sur l’autre. Quand un leader politique prend une dimension nationale, par la force des choses, l’homme ne pouvant se démultiplier, l’engagement maçonnique devient secondaire. Ainsi Brisson qui a joué un rôle important au sein du rite écossais jusqu’en 1880 ne fréquente ensuite plus sa Loge, sans d’ailleurs que sa popularité, en milieu maçonnique, en soit affectée. Camille Pelletan, autre exemple, est un maçon peut-être convaincu mais à présence épisodique. Le cas inverse est possible. L’engagement maçonnique prime parfois à la suite d’une déception politique. Ainsi, le maire de Clermont-Ferrand, Antoine Blatin, se consacre surtout au Grand Orient après sa défaite aux législatives face à un candidat boulangiste.

9Il est pourtant, dans les belles années de la Troisième, des militants doublement exemplaires : Gustave Mesureur, Fernand Rabier, Gustave Hubbard ou Frédéric Desmons. Ils sont nombreux, parmi les organisateurs du Parti radical, qui, comme Charles Bernardin à Nancy, sont également Vénérables d’une Loge et dirigeants locaux de la Ligue des Droits de l’Homme et de la Libre Pensée.

10Enfin, tous les maçons ne sont pas radicaux. Le glissement au centre d’un homme politique s’accompagne généralement d’un retrait de la maçonnerie. Il peut en être exclu, à partir de la défaite du boulangisme, quand le convent du Grand Orient considère pour la première fois que l’appartenance maçonnique doit être la résultante d’un engagement républicain authentique. D’où les exclusions de Laguerre et de Naquet, puis de Morinaud et de Lepelletier au cours de l’affaire Dreyfus ; d’où aussi les départs plus discrets de parlementaires encore radicaux mais glissant à droite, agacés par la virulence du ton maçonnique ou l’ambiance au sein de leurs Loges : Méline dès 1880, Jules Simon sur la question de la laïcisation, Dupuy avec l’Affaire Dreyfus, Doumer, à la suite de celle des Fiches ; sur l’autre flanc, les courants socialistes allemaniste ou marxiste voire anarchiste, progressent dans les Loges parisiennes et celles des villes industrielles de province. Leurs représentants sont très actifs dans les convents. Il en résulte que les conclusions des travaux des assemblées générales du Grand Orient ou de la Grande Loge résultent d’une difficile synthèse, après affrontement verbal, entre radicalisme et socialisme, déportant, par le fait même, la maçonnerie sur le flanc gauche du radicalisme, ceci dès les années 1900. Entre les deux guerres, le Grand Orient devient davantage le vecteur des thèses socialistes réformistes, ce qui conduit parfois les radicaux à lui préférer la Grande Loge qui tend à se démarquer de l’obédience sœur et concurrente en se repliant sur une forme encore relative de modérantisme ou d’apolitisme.

Des liens étroits entre radicaux et francs-maçons sous la Troisième République

11Ces réserves énoncées, les liens sont étroits sous la Troisième République. Ils se sont constitués à l’aube même du radicalisme dans la mesure où une large fraction des propagateurs de l’idée radicale sont des maçons progressistes qui considèrent que leur Ordre doit faire avancer la société vers la démocratie et faire disparaître le paupérisme. Ils se réfèrent aux Lumières, à la Révolution ; ils témoignent d’une hostilité à l’égard de l’Eglise romaine, mais pas à celui de christianisme évangélique. La clientèle de ce premier radicalisme est déjà celle des Loges : des artisans ou ouvriers, des employés, des voyageurs de commerce, des petits fabricants, commerçants, médecins, avocats. Ils manifestent un intérêt pour l’organisation du travail, la fondation de mutuelles, se réfèrent à la trilogie républicaine (annexée par les maçons sous la Monarchie de Juillet), combattent pour les libertés de réunion, d’association, de la presse, le suffrage universel. Ferdinand Flocon, futur membre du gouvernement provisoire, rédacteur en chef de « La Réforme » est le radical-maçon type de cette génération, entre Crémieux, le rallié et Louis Blanc, encore socialiste. Les résultats des élections législatives en mai 1849 et la tentative insurrectionnelle de la Montagne en juin concrétisent la défaite de ce courant. Après le coup d’Etat, c’est en exil à Londres que ces meneurs radicaux maçons se retrouvent, au sein de la Grande Loge des Philadelphes (Boichot, Greppo, Charrassin, Duché, Blanc, Nadaud, Naquet…).

12C’est autant en opposition qu’en continuité avec ce radicalisme démoc-soc. quarante-huitard que se forme une nouvelle génération, sous l’Empire autoritaire qui prend, à partir de 1860, la relève. Parmi les différences, la montée de l’anticléricalisme qui, chez certains, va devenir obsessionnel, la percée de l’athéisme, un programme moins idéaliste très axé sur les questions d’enseignement, le pacifisme, et toujours le mutuellisme, la coopération. Le programme de Belleville en sera la synthèse. C’est sous l’Empire en voie de libéralisation et au début de la Troisième République que cette génération de jeunes radicaux trouve le chemin des Loges : Brisson venu en précurseur suivi par Floquet à l’Ecossaise 133, Pelletan et Lockroy à la Mutualité, Naquet, Rouvier, Gaston Crémieux, Gambetta à la Réforme à Marseille, Emanuel Arago, Simon, Allain-Targé, Lafferrière au Réveil Maçonnique. Il n’est pas surprenant qu’à Paris, on trouve des maçons radicaux parmi les hommes de la Commune, comme Millière mais ils sont plus souvent, autour de Floquet, à la direction du mouvement conciliateur, appuyé par la maçonnerie.

13Après la victoire républicaine de1877, le radicalisme se fissure. Les amis de Gambetta se rapprochent du centre tout en conservant le terme porteur de radical et une fraction, autour de Brisson et Floquet, prend quelques distances avec l’intransigeance de Clémenceau ou de Rochefort. Au Grand Orient et au Rite écossais, les organismes dirigeants avec de Saint-Jean et Adolphe Crémieux sont prudents tant que le risque d’un retour à la monarchie subsiste mais la base des Loges est radicale. Desmons obtient en 1877 le vote au Grand Orient de la suppression de la croyance en Dieu et à l’immortalité de l’âme et une petite obédience, issue du Rite écossais, la Grande Loge Symbolique Ecossaise, autour de Brisson, Floquet, Georges Martin, Mesureur, se construit en 1880, sans Dieu, sans hauts grades. Elle est ouvertement radicale.

14Le courant radical devient hégémonique au Grand Orient en 1885 à la suite de l’accession à sa présidence d’un ancien proscrit Jean-Claude Colfavru puis du discours prononcé en clôture du convent de 1886 de l’ex pasteur Dide, invitant les maçons à se mobiliser pour la séparation des Eglises et de l’Etat.

15Les effectifs maçonniques sont encore peu élevés (20 000 membres dont 17 600 pour le Grand Orient) mais beaucoup sont engagés dans la vie politique et sociale. Entrer en maçonnerie devient un acte militant car c’est afficher un attachement à la République « démocratique, sociale et universelle » et s’exposer à la haine des cléricaux puis, à partir du boulangisme, à celle des nationalistes. D’où également la concentration d’élus radicaux dans les instances dirigeantes des obédiences, un fait qui se poursuivra jusqu’en 1920 au Grand Orient pour s’atténuer quelque peu ensuite. Il en est de même pour la Grande Loge de France constituée en 1894. Tous ses Grands Maîtres successifs sont radicaux : Adolphe Magnien, Henri Michel, Bonnardot, Mesureur. La nouvelle obédience du Droit Humain fondée en 1893 par Maria Deraismes et Georges Martin est également à direction radicale et de plus féministe. Les Loges élisent comme Vénérables des responsables politiques et les convents choisissent aussi les dirigeants de l’obédience parmi eux. Certains Ateliers sont des fiefs radicaux comme, à Paris, Les Droits de l’Homme avec Peyrouton, Lucipia, Edmond Thiry, ou l’Avant-Garde maçonnique autour d’Yves Guyot, de Victor Simond et de l’équipe du journal « Le Radical ».

16C’est cette maçonnerie qui engage la lutte contre le cléricalisme, pour l’affermissement de la République et le combat social. La prise de conscience du danger posé par le général Boulanger conduit à la naissance au Grand Orient d’une première Ligue des Droits de l’Homme et à celle d’un groupe fraternel d’études pour débattre des moyens à employer pour assurer la victoire de la République aux prochaines élections. La poussée anticléricale s’accentue au cours des années suivantes et trois députés (Victor Lagrange, Félix Lombard, Abel Surchamp), membres du Conseil de l’Ordre, sont conduits à en démissionner pour avoir voté le budget des cultes. Si en 1880, les obédiences maçonniques peuvent faire figure, comme le dira ultérieurement, le ministre de l’agriculture Gadaud, de « République à couvert » en ce sens qu’elles englobent toutes les tendances du républicanisme ; ce n’est déjà plus le cas en 1893, où la maçonnerie se veut son aile marchante, son avant-garde, où il est question de bâtir une « vraie République » alors que les radicaux se durcissent, menacés par la surenchère socialiste. Alors que les convents de 1880 débattaient essentiellement de questions maçonniques, ceux des années 1890 abordent les questions politiques, économiques et sociales et ce phénomène va s’accentuer au cours de la décennie suivante.

17A côté des questions laïques répétitives, figurent des sujets économiques (la suppression des grands monopoles privés, la réforme de l’impôt), politiques ou sociaux comme le mode de scrutin, les retraites ouvrières, le ministère du travail, la démocratisation de l’armée et de la marine. Il n’y a pourtant pas, contrairement à ce qui a été écrit, d’antériorité maçonnique. Quand un convent se saisit d’une question, c’est parce qu’elle est également abordée dans la société profane et parfois même au Parlement.

18On ne saurait distinguer les positions maçonniques de celle des élus radicaux dans la mesure où ce sont généralement les mêmes hommes qui les expriment dans la presse, les convents, les conférences publiques, les manifestes électoraux. Les parlementaires maçons sont en relation avec les dirigeants du Grand Orient qui les invitent régulièrement et leur transmettent les vœux adoptés par les convents mais ils agissent librement. Il ne semble pas y avoir eu de pression obédientielle exercée sur les parlementaires qui votent en fonction des souhaits de leurs électeurs. D’où cet agacement de nombreux maçons devant l’attitude de certains d’entre eux, très énergiques en Loge, plus nuancés à l’extérieur. Les ministères dirigés par quatre radicaux maçons provoquent seuls des réactions positives et même enthousiastes dans les Loges. Le premier est le gouvernement Floquet ; le second est celui de Léon Bourgeois, dit « le ministère des Loges » avec sept ministres maçons : Combes, Viger Guyot-Dessaigne, Lockroy, Doumer, Guieysse et Mesureur. L’échec de son projet d’impôt sur le revenu est une preuve de la limite de l’influence maçonnique ; le troisième est le ministère Brisson-Bourgeois dont on attend la révision du procès Dreyfus, le quatrième est celui présidé par Emile Combes.

19A propos de l’affaire Dreyfus, on ne saurait distinguer l’attitude des parlementaires radicaux maçons ou profanes. Il faudra attendre le faux Henry pour que les radicaux basculent massivement du côté de la révision. Du côté radical maçonnique, Guyot et Hubbard ont été parmi les premiers à défendre la cause de Dreyfus mais d’autres, comme Mesureur ou Pelletan, hésiteront durablement. En 1901, quand va se constituer le Parti radical et radical-socialiste, les trois obédiences réunissent environ 23 300 membres dont 18 000 pour le Grand Orient. A l’exception de deux socialistes (Georges Dazet et Bertrand Sincholle), le Conseil de l’Ordre est entièrement radical avec deux sénateurs (Delpech, Desmons), quatre députés (Dubief, Lafferre, de Lanessan, Massé), des directeurs de journaux et des publicistes (Louis Bonnet, Georges Corneau, Jules Gariel, Emile Lemaître, Jules Obein, Gustave Maréchaux), des maires, des conseillers généraux. Cinq seulement des 33 élus n’exercent pas de responsabilités politiques.

20Les tentatives successives de regroupement des radicaux qui s’échelonnent entre 1894 et 1900 sont le fait de maçons, mais il n’est pas certain que cette appartenance ait joué un rôle quand se constitue le Comité central d’Action républicaine autour de René Renoult et Klotz et l’Association pour les réformes républicaines avec Pelletan et Mesureur. Les deux groupes fusionnent pour donner naissance au Comité d’Action pour les Réformes républicaines auquel auraient adhéré 53 Loges (à l’initiative du « frère » Guyot-Dessaigne). Ce Comité est animé par deux maçons très actifs au sein de l’Ordre : Mesureur et Opportun. Il diffuse sa propagande dans les Loges, sollicite par circulaire du 27 mai 1897, signée par 126 députés ou sénateurs, le soutien des Maçons en vue des législatives de 1898 (Appel Mesureur), apporte un soutien financier aux candidats contre la promesse d’une obligation de retrait éventuel au deuxième tour. Dans le contexte de l’affaire Dreyfus, en 1899, trois Conseillers de l’Ordre du Grand Orient : Baudon, Lafferre et Hubbard fondent un Comité d’Entente philosophique. Par contre le Comité républicain du Commerce et de l’Industrie du sénateur Mascuraud, président de la Chambre syndicale de la bijouterie fantaisie, n’est pas d’origine maçonnique.

21Après l’échec subi par les radicaux aux municipales à Paris, des maçons (dont Bonnet et Sever) fondent une Ligue d’Action Républicaine contre le Nationalisme qui se rapproche du Comité d’Action qui lance, le 8 avril 1901, l’appel à la constitution d’un nouveau Parti.

22L’impact dans la presse radicale n’est que relatif. Dans L’Aurore, Urbain Gohier s’en prend vivement aux parlementaires maçons dont les femmes, écrit-il, fréquentent les sacristies alors qu’ils déclament dans les clubs et les Loges et il ignore le congrès.

23Le Radical ne s’y intéresse que tardivement. Les adhésions peuvent être adressés au Rappel où le congrès est annoncé par Hubbard. La Lanterne, le plus « maçonnisé » des quotidiens parisiens, qui réunit des « frères » socialistes (Viviani, Fournière, Rouanet) et radicaux (Mesureur, Bourceret, Pelletan, Henri Michel) publie, en première page, les buts du congrès : affirmer une discipline rigoureuse mais aussi préserver l’autonomie des organisations d’arrondissement et des Fédérations régionales. Les Loges sont officiellement représentées au congrès aux côtés d’élus et d’anciens élus, des délégués des municipalités, des comités, d’associations diverses et de journalistes.

24D’après les listes données par le Rappel, figurent à titre officiel une trentaine de Loges dont certaines avec plusieurs délégués (cinq par exemple pour celle de Nantes). Parmi les personnalités les représentant, Eugène Etienne, pour une Loge d’Oran, Hubbard pour celle de Sainte-Foy-la Grande, Guieysse pour celle de Lorient mais par contre Charles Debierre représente le cercle républicain démocratique de Lille et non sa Loge La Lumière du Nord, qui dispose de son propre délégué. Il y aurait eu 155 Loges ou plus vraisemblablement 155 délégués de Loges participant au congrès ce qui, si ce chiffre est exact, est considérable puis qu’il y a, en 1901, 294 Loges du Grand Orient pour la France métropolitaine et le Maghreb et moins de soixante pour la Grande Loge.

25On peut donc, avancer, sans risque d’erreur, qu’un majorité des 1132 délégués sont ou ont été maçons. Toute l’élite de la maçonnerie provinciale est présente, salle des Sociétés savantes : Delpech (Ariège), Joucla (Dordogne), Chandioux (Nièvre), Bourrat (Pyrénées orientales), Klotz (Somme), Alexandre Bérard (Ain). Le Grand Orient débat, en cette année 1901, de la réorganisation du Parti républicain mais le rapporteur ne peut qu’inviter la maçonnerie à rester une école de philosophie politique et morale qui doit unifier les forces laïques, sans inviter officiellement à adhérer à une formation politique. Les Loges sont priées de ne pas adhérer en bloc à une d’entre elles. Le Grand Orient tente, avant les élections de 1902, d’organiser des comités républicains et sa commission de propagande invite les « Frères » à propager certains journaux, sous influence radicale. Jusqu’à la guerre, la présence maçonnique au sein du nouveau Parti est impressionnante : tous les présidents du Conseil exécutif à l’exception de Caillaux (Mesureur, Dubief, Faure, Berteaux, Combes, Pelletan, Delpech, Lafferre, Vallée). Parmi eux, trois anciens présidents d’obédiences (Delpech, Lafferre, Mesureur).

Un relâchement relatif des liens entre radicalisme et maçonnerie au XXe siècle

26Plus que l’affaire des Fiches, c’est la création d’un Parti structuré qui conduit de nombreux maçons à prendre, mais à terme seulement, quelques distances avec la politique, en situant dans la hiérarchie de leurs valeurs, la Franc-Maçonnerie en amont, comme chambre de réflexion plus que de propositions ou centre d’action. Le dernier appel maçonnique électoral se situe en 1924, en appui au Cartel des Gauches. Elle tend ensuite à ne s’extérioriser que sur des terrains limités : les Droits de l’Homme, la laïcité, le progrès social, la défense de la paix, autrement dit, là où subsiste un relatif consensus.

27A partir de 1903, les discussions entre socialistes et radicaux au sein des convents deviennent âpres, en particulier sur certains sujets : l’examen des moyens d’assurer l’exploitation des monopoles par les travailleurs (1902), les relations entre le capital et le travail où il est question de la disparition du salariat (qui figure d’ailleurs dans le programme radical)… Debierre s’efforce de dégager, à ce propos, une troisième voie, entre capitalisme et collectivisme, axée sur la coopération, la mutualité, le statut des fonctionnaires (en 1908).

28Entre les deux guerres, la présence maçonnique au sein du radicalisme s’affaiblit, après l’échec du Cartel, alors que celle des socialistes progresse. Il faut certes relativiser. Des élus radicaux provinciaux comme Raoul Aubaud, Blaise Diagne, Lucien-Victor Meunier, Gaston Poittevin, Jammy-Schmidt, Elie Perreau, William Bertrand siègent au Conseil de l’Ordre. Les maçons sont plus présents ou du moins plus remuants à l’aile gauche du radicalisme qu’à l’aile droite avec des hommes comme Jammy-Schmidt, Gaston-Martin, Jean Zay, Mendès France (mais pas Pierre Cot). Cependant le radical maçon type, pour la presse, reste « le gentil Camille », c’est-à-dire Chautemps. Au sein du gouvernement Blum, les maçons radicaux sont aussi nombreux que les socialistes avec quatre représentants : Aubaud, Chautemps, Rucart et Zay.

29La seule période où se pose un problème entre le Parti et l’Ordre se situe à la suite de l’affaire Stavisky quand il s’avère que trop d’amis radicaux de l’escroc sont maçons (comme Proust, Renoult ou Bonnaure) et au congrès de Clermont, en 1934, où un délégué s’en prend pour la première fois à la Franc-maçonnerie. En fait, la dégradation du prestige du radicalisme accompagne celui de la maçonnerie qui connaît une chute et un vieillissement de ses effectifs Les maçons radicaux se diviseront pendant la guerre. Une majorité votera les pleins pouvoirs à Pétain. Certains comme Bossoutrot se rachèteront par leur participation à la Résistance. La vitalité du radicalisme maçonnique se manifestera notamment avec la présence de Rucart au CNR, l’héroïsme de nombreux autres militants comme Gaston Valois à Grenoble, Jutard à Lyon et le rôle joué par les réseaux Patriam Recuperare et Le Coq Enchaîné, à Paris et dans les régions lyonnaise et alpine.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search