Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Première partie. Du radicalisme au parti radical (des années 1840 à 1901)

Chapitre 3. La fondation du parti radical1

Gérard Baal

Texte intégral

  • 1 Texte déjà publié in Paul Basquiat (dir.), L’âge d’or des Républicains 1863-1914, L’Harmattan, 2001 (...)
  • 1 Raymond Huard, La naissance du parti politique en France, Paris, Presses de Sciences Po, 1996 ; « A (...)
  • 2 Chambre des députés, 29 octobre 1909.
  • 3 Arthur Huc, l’influent rédacteur en chef de La Dépêche de Toulouse, met régulièrement les radicaux (...)

1La fondation en juin 1901 du Parti républicain radical et radical-socialiste est postérieure d’un quart de siècle à l’émergence d’un courant radical nettement séparé du républicanisme modéré ou « opportuniste ». Mis à part les premiers groupuscules socialistes, les partis politiques modernes, les associations politiques permanentes et nationalement implantées, ne sont nés en France qu’au tout début du XXe siècle1 : parti radical et Alliance républicaine démocratique en 1901 ; Action libérale populaire en 1902 ; Fédération républicaine en 1903 ; SFIO en 1905. Nous ne pouvons revenir ici sur les raisons de ce « retard ». Il ne suffirait pas de rappeler que la liberté d’association n’est pas assurée avant la loi de 1901, car l’administration républicaine n’a pas contrarié le développement des organisations politiques locales ni celui des petits partis socialistes. Le scrutin d’arrondissement a pu détourner longtemps les militants politiques de s’organiser au-delà des limites des circonscriptions. Le mythe de l’unité fondamentale du « parti républicain » rassemblé contre la « réaction » a pu également dissuader les différents courants républicains de faire acte de séparatisme en institutionnalisant leurs divisions. Ce scrupule n’a pas empêché les radicaux intransigeants de combattre âprement l’opportunisme de Ferry mais, à partir des élections de 1885 et de la crise boulangiste, les radicaux les plus modérés ont participé à des majorités et à des gouvernements de « concentration » dominés par les opportunistes. Ils bénéficiaient ainsi de ce que Jaurès appellera plus tard « l’atmosphère administrative bienveillante qui enveloppe naturellement les partis de la majorité »2. Lorsque le préfet fait figure de protecteur, voire de chef du « parti républicain » dans le département, on ressent moins le besoin de rattacher les comités locaux à une organisation nationale. Même quand les partis organisés seront devenus une réalité, les républicains non socialistes auront du mal à penser comme pleinement légitime l’interposition d’organisations militantes entre le suffrage universel et les élus du peuple3. Enfin, il est bien connu que la franc-maçonnerie, où le courant radical est presque hégémonique dans la dernière décennie du XIXe siècle, a longtemps assumé des fonctions fort proches de celles d’une organisation partisane : intervention des loges dans les luttes électorales, rôle de « laboratoires idéologiques » des convents.

Une identité radicale menacée

  • 4 On peut considérer comme des tentatives prématurées de création d’une organisation nationale la Lig (...)
  • 5 Le groupe radical-socialiste, qui s’est longtemps appelé « extrême gauche », plus intransigeant ; l (...)
  • 6 André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie au XIXe siècle, tome 2, Paris, Editions du Rocher, 19 (...)

2Le processus qui débouchera sur la fondation du parti valoisien a commencé pour l’essentiel dans les années quatre-vingt-dix4. Plus qu’au détail des tentatives organisationnelles, nous nous intéresserons ici à leur contexte. Jusque-là, le radicalisme n’est un « parti » qu’au sens traditionnel du terme : il y a des parlementaires radicaux, qui ne forment pas un groupe unique à la Chambre5, de nombreux journaux radicaux dont les directeurs et les rédacteurs peuvent être des acteurs importants de la politique locale et régionale ; il y a aussi le réseau maçonnique : depuis 1885, la présidence du Conseil de l’Ordre du Grand Orient est monopolisée par des politiciens radicaux ; du côté de la maçonnerie écossaise, Gustave Mesureur, qui sera l’un des artisans de la création du parti, est une des figures de proue de la Grande Loge symbolique écossaise puis de la Grande Loge de France6.

 

  • 7 Article du Radical cité par Jacques Kayser, op. cit., p. 212.
  • 8 Et leur porte-parole le plus flamboyant, Clemenceau, est écarté du Parlement de 1893 à 1902.
  • 9 La Séparation fait « vieux jeu », elle n’intéresse que « les républicains rococo », déplore encore (...)

3C’est un mouvement défensif qui conduit les radicaux à entrevoir l’intérêt d’un regroupement national de leurs forces. Le courant radical pouvait paraître menacé d’une éclipse, d’un brouillage de son identité. Les radicaux font « triste figure », écrit Sigismond Lacroix au lendemain des élections de 1893. « Je les cherche et ne les trouve plus »7. La secousse boulangiste, puis les premiers succès électoraux socialistes, ont commencé d’affaiblir leurs positions dans leurs bastions urbains, et le processus de provincialisation et de ruralisation qui assurera durablement la fortune du radicalisme n’en est qu’à ses débuts. Les chevaux de bataille du radicalisme intransigeant ont pris un coup de vieux8. Il est délicat de militer pour la révision de la Constitution après l’exploitation de ce thème par le boulangisme ; la perspective de la séparation de l’Eglise et de l’Etat peut sembler s’éloigner avec le ralliement des catholiques à la République9. La critique de la politique coloniale a perdu de son acuité après la guerre du Tonkin, et l’on voit déjà des radicaux comme Lanessan ou Doumer accepter des fonctions proconsulaires en Indochine. L’impôt sur le revenu reste un point fort du programme radical, mais les réactions hostiles provoquées en 1895-1896 par les projets de réforme fiscale du ministère Bourgeois montrent que la France bourgeoise et petite bourgeoise se méfie de « l’inquisition fiscale ».

  • 10 Profession de foi pour les élections sénatoriales de 1894, fonds Combes des archives de Charente-Ma (...)
  • 11 La Dépêche, 2 juin 1896.
  • 12 Discours du député Montaut et de René Renoult au banquet de l’Association républicaine de Seine-et- (...)
  • 13 Paul Deschanel, Chambre des députés, 30 avril 1896 : Le programme radical n’est qu’une « logomachie (...)
  • 14 Discours de Reims, 24 octobre 1897 (André Daniel, L’année politique 1897, Paris, 1898, p. 255).

4La pratique de la « concentration » a permis à des radicaux de la nuance la plus tiède comme Sarrien, Bourgeois, ou Lockroy de collectionner les portefeuilles ministériels, mais elle rend incertaine la distinction entre un « radical de gouvernement » et un républicain opportuniste (ou « progressiste », comme on dira de plus en plus à partir du milieu des années quatre-vingt-dix). D’ailleurs, depuis les élections de 1893, l’appoint radical n’est plus arithmétiquement nécessaire à la formation des majorités, et le Ralliement va permettre aux modérés de substituer aux alliances de gauche un rapprochement avec les catholiques ralliés, aussi décidés qu’eux-mêmes à résister à la progression du socialisme. C’est la politique d’« esprit nouveau », que Spuller a portée sur les fonts baptismaux en 1894 et qui sera principalement illustrée, de 1896 à 1898, par le ministère Méline. Ajoutons que la poussée socialiste menace la vitalité du radicalisme, délogé du créneau de l’extrême gauche, dépossédé du monopole de l’esprit d’intransigeance et de surenchère. L’affirmation du socialisme déconcerte et divise les radicaux qui se demandent s’ils doivent, comme le pense encore Combes en 1894, combattre résolument « ces théories rétrogrades et décevantes »10, ou s’il faut au contraire, comme le proposent Pelletan, Goblet ou Arthur Huc, voir dans les collectivistes des alliés naturels. Commentant en 1896 le programme de Saint-Mandé, Huc considère que, mise à part la perspective lointaine et nébuleuse du collectivisme, il n’y a entre radicaux et socialistes « d’autre division qu’une question de nuances », le programme immédiat du socialisme se confondant avec le vieux programme radical-socialiste11. Mais cette vision oecuménique des choses ne garantit pas l’avenir du courant radical. Si le socialisme n’est qu’un « radicalisme un peu agrandi », comme dit en 1893 un député de Seine-et-Marne, si les socialistes « prennent leur doctrine aux radicaux », comme dit le jeune avocat René Renoult, le risque est de voir la lutte politique se réduire à un duel entre « le vieux bataillon conservateur » et « la jeune phalange socialiste »12. Et les modérés convertis aux vertus de l’apaisement religieux et du rapprochement avec les ralliés ne vont pas tarder à proclamer que le radicalisme n’est qu’un « anachronisme »13, voué à s’absorber dans le socialisme ou à répudier ses traditions de surenchère pour se fondre dans le républicanisme gouvernemental. « Existe-t-il aujourd’hui », demande Waldeck-Rousseau en 1897, « entre les progressistes de gouvernement et le parti socialiste, une place pour le parti radical ? »14.

  • 15 La Dépêche, 1er février 1898.
  • 16 Discours au banquet du Comité d’action pour les réformes républicaines, 7 février 1897 (Le Voltaire (...)
  • 17 Formule ironique de Méline, discours de Saint-Dié, 26 juillet 1896 (L’année politique 1896, Paris, (...)
  • 18 Discours de Bordeaux, 3 octobre 1897 (La Dépêche, 5 octobre).
  • 19 Brouillon de discours, 1896 ou 1897, archives de Charente-Maritime, 13J 77.

5Cette place existe, et les radicaux n’ont guère de peine à l’occuper. C’est le terrain de l’intransigeance anticléricale que l’esprit nouveau a fait délaisser par les modérés. Le courant radical a préservé son identité en dénonçant l’imposture du Ralliement et la défaillance des républicains gouvernementaux qui acceptent la main tendue par les catholiques ralliés. Et sur ce terrain radicaux avancés, partisans de l’alliance socialiste, et radicaux plus tièdes toujours attachés à la politique de concentration pourvu qu’elle reste résolument laïque, peuvent parler d’une seule voix. « Il n’est rien de si ridicule, écrit Clemenceau, que de prétendre qu’on va libéraliser l’Eglise et républicaniser le parti de la monarchie. Il s’agit tout simplement de livrer la République en otage aux royalistes »15. «On bénit à nouveau les arbres de la Liberté qui en sont morts en 1849 ! », s’écrie Bourgeois. « C’est l’esprit étroit et égoïste de conservation qui est la cause de cette alliance nouvelle »16. Les radicaux peuvent ainsi se présenter comme les détenteurs de l’esprit républicain authentique, comme « les vrais gardiens du sanctuaire »17. « Il n’y a pas plusieurs sortes de républicains », affirme Mesureur. « On l’est ou on ne l’est pas. On n’est du parti républicain que tout autant qu’on lutte contre l’Eglise »18. Cet intégrisme républicain va permettre au radicalisme de capter une partie des forces électorales et parlementaires de l’ancien opportunisme, les élus et les militants qui estiment que Spuller et Méline ont renié la tradition laïque de Gambetta et de Ferry. Il permet aussi de tendre la main aux socialistes sur le terrain de l’union nécessaire des fils de 1789 contre les hommes de contre-Révolution et les républicains défaillants qui s’en font les complices. Sensiblement « radicalisé » par sa participation au ministère Bourgeois, Combes estime désormais que la République n’est pas sérieusement menacée par les « rêveurs » et les « métaphysiciens » du collectivisme : « Ce n’est pas à gauche, c’est à droite qu’est l’ennemi (...) Quiconque est avec la droite est contre la République. Quiconque est contre la droite est pour la République »19.

Les premières tentatives de rassemblement et la campagne électorale de 1898

  • 20 Texte de l’appel du 9 août 1894 in Jacques Kayser, op. cit., p. 349-351.
  • 21 Texte de l’appel, ibid., p. 352-355.
  • 22 Discours de Renoult au banquet du Comité, le 24 février 1895 à Saint-Mandé (Papiers Renoult, AN 425 (...)

6C’est dans ce contexte que se développent les premières tentatives de rassemblement des forces radicales. En août 1894, à l’initiative de Bazille et de Mesureur, soixante-dix-huit députés forment une Association pour les réformes républicaines, qui entend combattre « la politique d’immobilisme et de recul », « la stérilité du régime parlementaire tel qu’il est aujourd’hui pratiqué »20. En novembre de la même année, une équipe de jeunes militants, parmi lesquels Renoult, Klotz et Ignace, fonde le Comité central d’action républicaine, sous le « patronage » de personnalités parlementaires (Floquet, Bourgeois, Brisson, Goblet, Lockroy, Dujardin-Beaumetz, Allain-Targé, Gerville-Réache). Contre la « politique rétrograde » des opportunistes, et aussi contre « l’évolution suspecte » des « ennemis traditionnels de nos institutions »21, le Comité se propose de « réagir contre l’esprit particulariste », de « rattacher (...) les organisations républicaines locales » à « une organisation républicaine centrale active, prudente, désintéressée »22. En novembre 1895, les deux organisations fusionnent pour donner naissance au Comité d’action pour les réformes républicaines, qui sera six ans plus tard à l’origine de la convocation du congrès de fondation du parti radical. Ce n’est pas simplement une organisation de propagande, c’est déjà une ébauche de parti qui aura reçu l’adhésion de quelque cent soixante comités et loges maçonniques au début de 1898.

  • 23 Discours de Châlons-sur-Marne, 23 février 1896 (L’Année politique 1896, p. 34).
  • 24 Compte rendu des travaux du Grand Orient de France, 1897, p. 289 (bibliothèque du Grand Orient).
  • 25 Ibid., p. 300 (discours au banquet de clôture du convent de septembre 1897).
  • 26 Bulletin officiel du Grand Orient de France 1895, p. 350-352 (bibliothèque du Grand Orient).
  • 27 René Renoult, convent de 1897, Compte rendu... op. cit., p. 151.

7Jusqu’aux élections de mai 1898, l’ensemble du radicalisme mène contre la politique de Méline une campagne d’une exceptionnelle vigueur. On n’en retrouvera pas vraiment l’équivalent dans l’action du parti organisé après 1901, dans des conditions il est vrai différentes : en 1896-1898, le radicalisme est dans l’opposition, les militants et les comités sont en butte aux mauvais procédés de l’administration préfectorale. Toutes proportions gardées, on assiste à une sorte de campagne politique à l’anglaise. Léon Bourgeois, ses anciens ministres et les leaders parlementaires sillonnent le pays à l’invitation des comités et des loges. Mesureur, qui a effrayé la France possédante, quand il était ministre du Commerce de Bourgeois, en annonçant qu’il voulait faire une politique de « socialisme pratique »23, a pris la présidence de la commision exécutive du Comité, dont René Renoult est secrétaire général. Le Comité s’est assuré au début de 1897 le contrôle du quotidien Le Voltaire. Il va diffuser pendant les premiers mois de 1898 un bulletin trihebdomadaire qui alimente en informations et en éditoriaux les journaux radicaux de province. Les présidents des groupes parlementaires sont associés aux manifestations parisiennes du Comité, signent ses manifestes. La franc-maçonnerie soutient activement l’offensive radicale : les convents retentissent de dénonciations virulentes du Ralliement et de la trahison des gouvernants modérés. « C’est depuis que le personnel gouvernemental s’est détourné de l’esprit des loges que la réaction a repris son courage et sa morgue », déclare en 1897 Hubbard, Orateur du convent du Grand Orient et membre de la commission exécutive du Comité d’action24. Dans les loges, au contact de la minorité de socialistes maçons, les radicaux s’habituent à considérer les socialistes comme des alliés naturels. « En somme », estime le vieux communard Lucipia, qui a présidé à deux reprises le Conseil de l’Ordre, « le socialisme n’est pas autre chose que la doctrine enseignée dans nos ateliers, c’et la doctrine maçonnique de l’altruisme »25. La fréquentation du milieu maçonnique favorise la prise de conscience de la nécessité de l’organisation sur le plan national. La loge rémoise La Solidarité a fait approuver par le convent de 1895 un vœu demandant à la maçonnerie, « seule grande puissance organisée » en face de l’Eglise, de « rassembler les troupes républicaines aujourd’hui disloquées et éparses, sans guide, sans cohésion comme sans but »26. Certes la franc-maçonnerie, organisation « discrète » et élitiste, organisation oecuménique où les radicaux doivent compter avec une présence socialiste qui tend à se renforcer, ne peut aller trop loin dans la voie de « l’extériorisation » et se muer en un véritable parti, mais elle rappelle régulièrement à ses adeptes qu’il est de leur devoir de « se jeter dans la lutte des partis »27.

 

  • 28 Discours au punch du comité radical du 1er arrondissement, 7 avril 1897 (La Dépêche, 8 avril).
  • 29 La Dépêche, 20 avril 1898.
  • 30 Ibid., 2 août 1897.
  • 31 Sarrien affirme, dans une interview à La Dépêche (2 août 1897) que les projets fiscaux du ministère (...)
  • 32 Discours de Figeac, 23 août 1898 (ibid., 24 août).
  • 33 Discours de Melun, 25 mai 1896 (ibid., 26 mai).
  • 34 Discours au banquet du Comité d’action, 7 février 1897 (Le Voltaire, 8 février).
  • 35 La Dépêche, 28 février 1897.

8C’est le thème de la défense de la République menacée d’infiltration cléricale, qui assure l’unité de la campagne radicale. Méline et ses ministres sont assimilés aux hommes du 16 mai : « Le 16 mai se renouvelle, déclare Bourgeois, et sous une forme plus dangereuse car il semble cette fois étendre sa main sur une fraction du parti républicain »28. « La République est menacée », proclame en avril 1898 le manifeste électoral du Comité d’action, « on veut en exclure tous ceux qui sont restés fidèles au vieil esprit républicain et aux principes de la Révolution française ; on veut la livrer à ses éternels adversaires, au cléricalisme et à la réaction »29. La bataille électorale doit se livrer principalement sur le terrain de la politique pure, « pour ou contre la République, pour ou contre l’esprit républicain », écrit Ranc qui reconnaît que « ce n’est pas bien reluisant pour un grand pays »30. Il est évidemment plus commode de présenter le scrutin de 1898 comme la répétition pure et simple des combats qui ont régulièrement, depuis 1876, envoyé au tapis l’adversaire clérical, que de détailler avec trop de précision les projets réformateurs du radicalisme. On ne peut guère galvaniser les foules en proposant une révision limitée de la Constitution (qui réduirait les pouvoirs du Sénat). On continue de parler de l’impôt sur le revenu, mais les plus modérés des radicaux, comme Sarrien ou Brisson, jugent inopportun de donner trop d’importance à une réforme que l’adversaire peut présenter comme une dangereuse concession au collectivisme31. Léon Bourgeois aime à répéter que « les républicains sont ceux qui veulent faire les réformes sociales »32 mais, sur ce terrain, les radicaux rencontrent la concurrence des socialistes et il y a toujours une distance considérable entre les positions de Bourgeois, qui juge le collectivisme « contraire au génie français »33 et l’oecuménisme des radicaux les plus avancés (Goblet considère que le groupe radical-socialiste doit « servir de trait d’union entre les radicaux et les socialistes sur un programme commun ne visant que les réformes actuellement réalisables »)34. Pelletan ne cache pas la méfiance que lui inspirent les amis de Bourgeois, les radicaux modérés, qui sont « de très bons républicains », mais « un peu timides », « un peu lâches », qui « n’ont jamais été radicaux, même quand ils exerçaient le pouvoir sous ce titre »35...

La crise de l’Affaire Dreyfus

  • 36 Il n’est plus question de révision constitutionnelle. Le projet de réforme fiscale exclut la déclar (...)
  • 37 Cf. notre article, « Les radicaux et l’affaire Dreyfus », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, juille (...)
  • 38 Louis Braud, La Dépêche, 27 janvier 1898.
  • 39 Le Voltaire, 13 janvier 1898.
  • 40 La Dépêche, 1er mars 1898.

9La rhétorique de la République en danger est payante, puisque les radicaux sortent renforcés des élections de mai 1898. L’appoint d’une partie des progressistes déçus par la politique d’esprit nouveau leur permet de renverser le 15 juin le ministère Méline. le radicalisme revient au pouvoir, sous les traits du ministère Brisson, uniquement formé de radicaux de la nuance la plus circonspecte. Mais ce succès est le début d’une série de tribulations et de déconvenues qui vont presque totalement ruiner les efforts d’organisation entrepris depuis 1894. Les radicaux ont été déçus par la timidité du programme de Brisson, qui abandonne la plupart des promesses de la campagne électorale36. Surtout, ils n’ont pas compris que l’affaire Dreyfus allait bouleverser le jeu politique. Les champions de la défense de la République tardent à percevoir que la République a besoin d’être défendue. Il ne faut évidemment pas minimiser l’engagement dreyfusard précoce de Clemenceau ou de Ranc, ni les positions révisionnistes de la plupart des quotidiens radicaux parisiens37. Mais cela pèse relativement peu au regard de l’inertie ou de l’antidreyfusisme de la masse des parlementaires et du principal journal radical, La Dépêche de Toulouse. La majorité des radicaux a vu dans l’Affaire une diversion malencontreuse qui risquait de perturber l’offensive de la gauche contre le ministère Méline, de « détourner le pays de ses intérêts essentiels »38. Au lendemain de l’acquittement d’Esterhazy, l’organe du Comité d’action se réjouit (trop vite) de voir le pays délivré d’un « abominable cauchemar »39. Et l’engagement des hommes de lettres et de science n’empêche pas Pelletan de rester longtemps antidreyfusard (« Je suis avec la foule et non avec les intellectuels »)40. Pendant la campagne électorale, plusieurs des parlementaires membres de la commission exécutive du Comité d’action (Abeille, Baduel, Chapuis, Dujardin-Beaumetz) se distinguent par un antidreyfusisme de choc, voire par des outrances antisémites qui trouvent un écho dans certains éditoriaux de la Dépêche. Après les élections, la commission exécutive du Comité d’action cessera de se réunir pendant plus d’un an, en grande partie du fait des divisions de ses membres à propos de l’Affaire.

  • 41 L’Aurore, 22 et 24 septembre 1898.

10Le gouvernement Brisson a donné des gages au parti de l’Etat-major en confiant le ministère de la Guerre à Cavaignac, en faisant arrêter le colonel Picquart, en sanctionnant le doyen dreyfusard de la faculté des Lettres de Bordeaux. Clemenceau va bientôt se demander si Brisson est « plus bête que lâche ou plus lâche que bête », traiter le radicalisme parlementaire de « déchet d’humanité lamentable »41. Après la découverte du « faux Henry » et le suicide du faussaire (31 août 1898), les radicaux sont obligés, à l’exception de quelques obstinés (dont Huc), de convenir de la nécessité de la révision du procès Dreyfus, que Brisson va se décider à mettre en route. Mais le gros du radicalisme gouvernemental et parlementaire donne une impression d’apathie et de faiblesse face à la contre-offensive des adversaires de la révision, au moment où l’agitation nationaliste commence à être interprétée, à gauche, comme le prélude à une tentative de coup de force du « sabre » et du « goupillon ». Brisson, qui n’a réussi à rallier à la révision aucun de ses trois ministres de la Guerre successifs, est renversé en octobre. Son successeur, le modéré Charles Dupuy, forme un gouvernement de concentration qui multiplie les concessions aux nationalistes (notamment avec la loi de dessaisissement de la Chambre criminelle de la Cour de cassation) et laisse les menées nationalistes prendre une allure de plus en plus factieuse (tentative de coup d’Etat de Déroulède le 23 février 1899, violences contre le président Loubet à Auteuil le 4 juin, au lendemain de l’arrêt de cassation de la condamnation de Dreyfus). La chute de Dupuy, le 12 juin, ouvre la voie à la constitution du gouvernement de défense républicaine, sous la direction de Waldeck-Rousseau qui a rompu avec ses anciens amis mélinistes.

  • 42 Le Radical, 27 novembre 1898.
  • 43 La Dépêche, 4 décembre 1898.
  • 44 Les modérés Poincaré, Barthou, Jonnart s’associent à des radicaux comme Brisson, Bourgeois, Mesureu (...)
  • 45 La Dépêche, 27 mars 1899.
  • 46 Ibid., 11 juin 1899.
  • 47 Ibid., 6 novembre 1899.
  • 48 Ibid., 21 juin 1899 ; Le Radical, 23 juin 1899.
  • 49 Propos de Dujardin-Beaumetz rapportés par L’Eclair, 23 juin 1899 (allusion aux relations d’affaires (...)
  • 50 La Dépêche, 14 juin 1899.
  • 51 Clemenceau, ibid., 25 juin 1899.
  • 52 Lacroix, Le Radical, 22 juin 1899.

11Pendant toutes ces péripéties, les parlementaires radicaux ont multiplié les signes d’indécision. « La République a besoin d’hommes, proteste Sigismond Lacroix, elle ne trouve à son service que des émasculés »42. Au moment où se manifeste, écrit Pelletan, « je ne sais quelle infâme arrière-pensée de soulever l’armée contre la loi », le parti radical « donne l’exemple, parfois le mot d’ordre, de la débandade »43. De fait, les députés radicaux ont longtemps soutenu le ministère Dupuy, auquel participent trois d’entre eux.. En février 1899, quand l’opposition au projet de loi de dessaisissement entraîne des rapprochements imprévus qui préfigurent le futur Bloc des gauches44, il y a encore quarante-cinq députés radicaux pour voter cette loi de circonstance, à l’indignation de Pelletan : « Je commence à me demander s’il ne vaudrait pas mieux que le drapeau radical eût autour de lui une poignée de simples républicains résolus et actifs plutôt qu’une troupe qui détale sur tous les champs de bataille »45. Enfin, l’attitude des leaders radicaux pendant la crise qui mène à la formation du ministère Waldeck-Rousseau indique qu’ils n’ont pas vraiment compris ce que Clemenceau appelle « la connexion de l’affaire Dreyfus avec les idées représentatives de la République elle-même »46. Le pouvoir a été proposé à Brisson et à Bourgeois qui se sont dérobés. Bourgeois, à la fureur de Clemenceau qui ne lui pardonnera pas cette « fuite éperdue »47, déclare en privé que la République lui paraît moins gravement menacée qu’on ne le prétend48. Les radicaux restés antidreyfusards, comme Gerville-Réache ou Dujardin-Beaumetz, dénoncent avec un zèle suspect « le ministère de l’argent », « le ministère de la boue sanglante »49. La Dépêche fait la fine bouche devant la perspective d’un recours à Waldeck-Rousseau, qui a soutenu Méline et combattu les radicaux, qui « représente l’oligarchie de la haute finance et de l’argent ». Elle semble réduire la défense républicaine au maintien de l’ordre pendant le temps nécessaire au règlement judiciaire de l’affaire Dreyfus. Elle conseille à ses amis de se résigner à la formation d’« une sorte de cabinet transitoire », en attendant que la liquidation de l’Affaire permette d’« aborder l’examen des solutions politiques et sociales du parti démocratique »50. Ces tergiversations et ces désinvoltures indignent Clemenceau ou Lacroix, persuadés pour leur part que « la République est au bord du gouffre »51 et que le parti radical laisse passer « une occasion admirable de se réhabiliter »52. Le radicalisme paie ses erreurs par sa marginalisation dans le gouvernement de défense républicaine, le plus long de toute la Troisième République, où il n’est représenté que par Baudin et de Lanessan.

La difficile marche vers la constitution d’un parti radical

  • 53 La Dépêche, 25 novembre 1899.
  • 54 Notamment dans le discours de Toulouse du 28 octobre 1900, prélude à la discussion parlementaire du (...)
  • 55 Le Bloc, 9 juin 1901.
  • 56 Alexandre Bérard, Le Voltaire, 3 juillet 1899.
  • 57 Le Rappel, 16 juin 1901.
  • 58 La Dépêche, 10 janvier 1901.
  • 59 Le Bloc, 16 juin 1901. L’abstention de Clemenceau en 1901 s’explique sans doute d’abord par le mépr (...)

12Durant les trois années du ministère Waldeck-Rousseau, la situation du radicalisme est paradoxale. Ses parlementaires sont obligés de soutenir un gouvernement qui n’est pas radical, mais dont la politique est bien accueillie par le peuple de gauche, un gouvernement qui fait, écrit Ranc, bien meilleure figure que celui qu’aurait pu constituer « un Sarrien quelconque »53. Clemenceau ou Pelletan ont beau dénoncer la timidité réformatrice du tandem Waldeck-Millerand, le président du Conseil, en sonnant la charge contre les congrégations54, maintient l’unité de sa majorité en flattant la passion dominante de la gauche. Les radicaux ont un peu le sentiment, comme dit Clemenceau, qu’on leur a « soufflé le ministère »55. C’est eux qui proclamaient, avant les élections de 1898, la nécessité de défendre la République contre le cléricalisme et de rassembler toute la gauche, y compris les socialistes. Waldeck-Rousseau, constate Le Voltaire, fait « ce que nous proclamions nécessaire de faire et ce qu’il nous reprochait de vouloir faire »56. D’où l’impression de malaise qui s’impose à la presse, y compris aux journaux radicaux. Le radicalisme est « noyé dans la majorité ministérielle » et menacé de « léthargie mortelle », écrit Hubbard57. Pour Pelletan, il « serait condamné à une mort prochaine (...) s’il ne se réveillait pas à temps »58. A l’approche du congrès de 1901, Clemenceau, qui s’abstiendra d’y participer, ironisera sur « la grande palabre par laquelle nos radicaux endormis doivent signaler au suffrage universel les premiers symptômes de leur réveil »59.

  • 60 Motion de soutien au gouvernement, 22 novembre 1899 (La Dépêche, 24 novembre). Punch offert le 10 j (...)
  • 61 La Dépêche, 18 février 1900.
  • 62 Le Rappel, 17 juin 1901.
  • 63 Discours à la « Convention nationale » de la Fédération, le 21 septembre 1899 (Le Voltaire, 22 sept (...)

13La commission exécutive du Comité d’action pour les réformes républicaines, silencieuse de mai 1898 à l’automne 1899, épurée des antidreyfusards les plus opiniâtres, ne s’est manifestée qu’en novembre 1899 puis en février 1900 pour exprimer un soutien dépourvu d’enthousiasme au gouvernement de défense républicaine60. Puis c’est à nouveau le silence, jusqu’à ce qu’elle lance en avril 1901 un appel à la réunion d’un congrès radical. Cette discrétion, comme le souvenir de son inertie et des compromissions de certains de ses animateurs pendant l’Affaire ont discrédité une organisation qui ne s’appelle Comité d’action, persifle Clemenceau, que « par une cruelle ironie des mots »61. Hubbard, qui sera, à la rédaction du Rappel, l’un des artisans de la réussite du congrès de 1901, est sévère pour « l’ancien Comité d’action de la rue Tiquetonne, si effacé et si craintif dans la dernière crise nationaliste »62. C’est donc d’abord en dehors du Comité qu’ont repris les tentatives de rassemblement des forces radicales. Renoult et Joseph-Louis Bonnet (qui sera plus tard le président de la fédération radicale de la Seine et le premier secrétaire administratif du parti) ont participé, à la veille du 14 juillet 1900, à la création de la Ligue d’action républicaine. Mais on ne peut guère faire figurer cette organisation dans la généalogie du parti radical. Née des inquiétudes suscitées par la victoire nationaliste aux élections municipales parisiennes, la Ligue est une organisation oecuménique où des socialistes comme Briand et Viviani sont aussi actifs que les radicaux. En revanche, la Fédération républicaine radicale-socialiste, créée en juin 1899 à l’initiative du député Baudon et de Paul Lafarge, rédacteur en chef de La République de l’Oise, avec le concours de personnalités radicales et maçonniques comme Lafferre et Hubbard, est bien l’amorce d’une organisation de parti. « Une République représentative », explique Hubbard, secrétaire général de la Fédération, « a nécessairement besoin de partis organisés non seulement en groupes parlementaires ou en comités locaux, mais sur de larges principes et d’un bout à l’autre du territoire ». Il ne faut pas laisser « le socialisme communiste » et « les ligues césariennes » profiter seuls des bienfaits de l’organisation63. Mais la Fédération s’essouffle rapidement et finit par s’absorber en juillet 1900 dans la Ligue d’action républicaine. La minceur de la documentation disponible rend difficile de déterminer les raisons de cet échec : il y avait peu de personnalités de premier plan parmi les initiateurs de la Fédération ; sa création a pu prendre l’apparence d’un règlement de comptes, d’une opération montée contre des chefs dont l’attitude avait déçu pendant l’affaire Dreyfus ; la masse des parlementaires est restée à l’écart, contrairement à ce qui se passera en 1901.

 

  • 64 Texte de la circulaire dans Jacques Kayser, op. cit., p. 299.
  • 65 Le Radical, 22 juillet 1899.
  • 66 Le Rappel, 13 avril 1901.
  • 67 Ibid., 18 juin 1901.
  • 68 Ibid., 16 juin 1901.

14Le 8 avril 1901, le Comité d’action reprend l’initiative en publiant un appel à la réunion d’un « congrès du parti républicain radical », sous « les auspices » de Goblet, Brisson et Bourgeois. L’invitation s’adresse aux élus, aux journaux radicaux, aux comités et aux loges maçonniques. Le texte n’annonce nullement la création d’une organisation permanente, mais plutôt une sorte de revue de détail à l’approche des élections : « Nous avons pensé, en vue des élections législatives de 1902, que notre devoir devait être de renouer entre toutes les forces républicaines radicales et radicales-socialistes organisées les liens qui résultent d’une communauté de vues et de sentiments, d’assurer en un mot l’unité de notre parti pour combattre le cléricalisme, défendre la République et faire triompher notre programme d’action et de réformes démocratiques »64. Il n’allait pas de soi que cette initiative débouche sur la fondation du plus important parti de gouvernement de la Troisième République. Dans la presse, seuls Le Rappel, journal radical-socialiste alors animé par Hubbard et Charles Bos, et Le Voltaire, plutôt « radical sans épithète », avec Alexandre Bérard et Paul Degouy, ont apporté dès le début un soutien actif à l’organisation du congrès. La caution des trois anciens présidents du Conseil n’était pas forcément une bonne affiche. La carrière de Goblet paraissait terminée depuis son échec électoral de 1898, l’image de Bourgeois et de Brisson était entachée par le souvenir de leurs défaillances. C’est même sans doute pour se prémunir à l’avenir contre de nouvelles déceptions que les militants radicaux réagissent favorablement à l’annonce du congrès et à la perspective de le voir accoucher d’une organisation durable. En juillet 1899 déjà, Sigismond Lacroix estimait que « le pauvre parti radical, si pitoyablement dirigé par les députés qui sont censés le représenter », aurait intérêt à s’inspirer du modèle socialiste et à « tâter du gouvernement direct ». « Un parti politique important ne se laisse plus mener par ses guides plus ou moins officiels, il veut se gouverner lui-même »65. Dès avril 1901, Le Rappel considère que le congrès doit conduire à « une organisation du parti radical-socialiste »66. Le radicalisme, estime Hubbard, ne peut plus « s’en remettre aux groupes parlementaires pour diriger effectivement le travail de propagande »67. Le régime parlementaire « exige la formation de grands partis réguliers qui permettent à la démocratie de s’organiser elle-même, d’étudier les solutions des problèmes sociaux devant le peuple et d’introduire un peu dans la réalité la formule idéaliste républicaine : gouvernement du pays par le pays »68.

  • 69 L’expression est employée par Le Rappel (17 mai 1901).
  • 70 Le Rappel, 30 mai 1901.
  • 71 Ibid., 8 mai 1901.
  • 72 Ibid., 28 avril 1901.

15Deux facteurs nous semblent avoir contribué à la réussite de l’opération de 1901. D’abord, c’est la première fois qu’on propose aussi clairement la tenue d’états généraux du radicalisme69. Les tentatives antérieures émanaient d’un état-major parisien qui offrait ses services aux comités et sollicitait leur adhésion. En 1901, on fait appel à la base, qui saisit cette occasion de faire entendre sa voix, comme le montrent les messages des comités publiés par Le Rappel : « C’est avec joie que nous voyons enfin notre parti sortir de sa torpeur », écrivent les radicaux de Saint-Claude70. Pour le comité de Somain, « dans la situation où se trouve notre parti, guidé qu’il est souvent par de petites chapelles n’ayant de républicain que le nom, ce congrès peut et doit être d’une grande utilité pour rapprocher la réalisation des réformes toujours promises mais toujours attendues par la démocratie »71. Pour les « comitards », il est entendu dès le début que le congrès doit créer une organisation nationale. Le comité de la Folie-Méricourt annonce dès le 27 avril qu’il se considère désormais comme « un groupement adhérent à la grande organisation radicale-socialiste qui est en train de se fonder (...) A l’avenir, il ne pourra plus y avoir de froissements entre les personnalités, parce que toutes seront soumises aux décisions de la majorité du parti »72.

  • 73 Le Temps, 13 juin 1901.
  • 74 Le Rappel, 16 juin 1901.
  • 75 Le Bloc, 9 juin 1901.
  • 76 La Dépêche, 14 juin 1901.
  • 77 le Temps, 23 mai 1901.
  • 78 La Dépêche, 3 juin 1901.
  • 79 La Dépêche, 19 mai 1901.

16La réussite du congrès s’explique aussi par la conjoncture politique. Les élections de 1902 doivent être décisives pour la majorité de défense républicaine, mais aussi pour le courant radical qui se sent menacé d’effacement. Le congrès, observe perfidement Le Temps, « n’est pas une réunion chargée de définir la doctrine, mais un syndicat, un trust dont toute l’ambition se borne à protéger les intérêts électoraux en péril. C’est un conseil de famille »73. Les radicaux ont peur d’une double absorption, celle de leur aile droite par un républicanisme modéré, « centriste », que Wadeck-Rousseau a repeint aux couleurs laïques, celle de leur aile gauche par un socialisme devenu partiellement raisonnable et ministériel depuis que Guesde et Vaillant ont rompu avec Millerand et Jaurès. Modérés et socialistes, écrit Hubbard, « rêvent de se livrer à une double ventilation du parti, qui rejetterait vers le centre les radicaux modérés et remplacerait autour de M. Jaurès les vides laissés par le départ des communistes révolutionnaires »74. Pour Clemenceau, socialistes et modérés se disputent les électeurs radicaux « tels Grecs et Troyens combattant pour le corps de Patrocle »75. Arthur Huc estime que, « faute d’un programme clair et net, le parti radical vit et se meut dans une doctrine imprécise et, par là, il s’expose à un double danger, sur son aile gauche et sur son aile droite »76. A droite, Le Temps adjure les radicaux de former « une grande union républicaine non socialiste » avec les modérés77. A gauche, le socialisme assagi (« radicalisé », dit Clemenceau)78 peut séduire les radicaux déçus par les lâchages de leurs chefs. « Pour nombre d’électeurs », note Huc, « socialiste signifie un peu plus républicain que le monsieur d’en face ». On vote pour les socialistes « non pas tant à cause de leurs doctrines incertaines et diverses qu’en raison de leur combativité politique comparée à la mollesse de certains radicaux dont le programme, en dépit de l’étiquette radicale, fleure, hélas, le plus bourgeois des opportunismes »79.

 

  • 80 La Libre Parole, 22 juin 1901.
  • 81 Compte-rendu des travaux du Grand Orient de France, 1901, p. 39 (bibliothèque du Grand Orient).
  • 82 Ibid. p. 21, p. 204.

17La question de la participation de la franc-maçonnerie à la fondation du parti radical ne peut être éludée. Pour les adversaires, la cause est entendue : le parti qui va naître, écrit La Libre Parole, est « la raison sociale de la maçonnerie »80. Il est certain que les maçons sont nombreux parmi les organisateurs, à commencer par Mesureur, qui préside la commission d’organisation (dont sont membres, entre autres, Lucipia, Baudon, Renoult, Bonnet), sans négliger l’équipe du Rappel. Les loges ont été invitées à se faire représenter au congrès et cent cinquante-cinq d’entre elles (le tiers des ateliers maçonniques alors en activité) ont répondu favorablement. La mobilisation du réseau maçonnique a incontestablement contribué à la réussite du congrès, mais cela n’autorise pas à imaginer une opération téléguidée par la maçonnerie. Le Conseil de l’Ordre du Grand Orient a informé les rares loges qui ont sollicité son avis qu’elles ne pouvaient en tant que telles participer aux activités d’un parti politique81. Cette consigne sera répétée avec plus de vigueur et d’efficacité à la veille du congrès radical de 1903. L’explication paraît évidente : le pluralisme politique de la maçonnerie, l’importance croissante en son sein de l’élément socialiste, lui interdisent de se confondre avec un courant politique nettement délimité. Hubbard, orateur du convent de 1901, juge « périlleux » d’introduire au convent « des distinctions et des divisions politiques tout à fait étrangères aux questions philosophiques, intellectuelles et morales qui nous unissent ». Et le convent, tout en invitant les maçons à militer dans les groupements politiques, à les « imprégner de l’idée maçonnique », réaffirme que « la maçonnerie ne saurait constituer un parti politique, mais qu’elle embrasse et unit tous les partis politiques se réclamant de l’idée laïque telle que la maçonnerie la définit, qu’en un mot la maçonnerie est une école de philosophie politique et sociale »82.

  • 83 Gaston Doumergue, Le Petit Provençal, 6 juin 1901.
  • 84 La Dépêche, 8 juin 1901.
  • 85 Le Petit Méridional, 9 juin 1901.
  • 86 La Dépêche, 5 juin 1901.
  • 87 Ibid., 18 juin 1901.
  • 88 Ibid., 14 juin 1901.
  • 89 « Je prétends que le programme socialiste, envisagé dans son ensemble, n’est autre chose que le pro (...)
  • 90 Ibid., 18 juin 1901.
  • 91 Le Radical, 10 juin 1901.

18L’adhésion des parlementaires n’était pas acquise d’avance. Beaucoup n’ont pas apprécié d’être « mis devant le fait accompli »83 par l’initiative du Comité d’action, annoncée pendant les vacances parlementaires de Pâques. Pelletan reproche aux organisateurs d’avoir agi « à l’insu de leurs amis »84. Lafferre juge « anormal et choquant » ce retour sur la scène du Comité d’action, et rappelle que Bourgeois et Brisson, en 1899, ont fui devant leurs responsabilités85. Pelletan conteste le principe même d’un congrès réunissant les deux sensibilités radicales, il redoute une « confusion » de « l’ancienne extrême gauche et des radicaux modérés »86. Pour lui, il y a deux partis radicaux, qui « se distinguent très nettement par le programme, par la conduite quotidienne dans le Parlement, par le rôle joué dans l’histoire gouvernementale de ces derniers temps »87. Pelletan va finalement se résoudre à participer au congrès, peut-être convaincu par Arthur Huc, qui lui explique que si le radicalisme est effectivement divisé au Parlement, « il n’y a pas deux radicalismes » dans le pays88, sans doute aussi parce qu’il est sensible à l’enthousiasme suscité chez les militants par l’annonce du congrès. Quand les groupes radicaux du Palais Bourbon font connaître leur adhésion, rien n’indique encore qu’ils envisagent la création d’une organisation permanente. Mais l’ultime circulaire de la commission d’organisation, publiée le 18 juin dans la presse, trois jours avant l’ouverture du congrès, indique cette fois que l’objectif est bien de « fonder une organisation électorale puissante qui restera après [le congrès] l’exécutrice de ses volontés ». Il n’est évidemment pas question d’imposer une unité monolithique : « Cette organisation devra centraliser des moyens d’action et de propagande et agir sans se substituer aux comités d’arrondissement ou aux fédérations régionales (...) Elle sera à la disposition de tous sans s’imposer à chacun ». Cette circulaire coupe court au débat qui s’était engagé dans les journaux radicaux sur l’opportunité d’établir un programme du parti. Arthur Huc n’avait pas craint d’affirmer que le parti pourrait fort bien se rallier au programme socialiste exposé à Saint-Mandé par Millerand en 189689. Cette perspective ne pouvait être acceptée par les radicaux modérés, ni même par Pelletan, qui rappelle que le radicalisme veut universaliser la propriété, et non la faire disparaître dans une organisation collectiviste qui risquerait de « porter une atteinte mortelle à la personnalité humaine »90. Pour Ranc, le congrès doit éviter la « scolastique » et les « dissertations théoriques » qui le détourneraient « du plus pressé qui est l’organisation électorale »91. C’est cette position que retient la circulaire du 18 juin : « Les débats du congrès ne porteront pas sur un programme nouveau. Notre programme est connu, il a été fixé par nos pères et trop souvent affirmé par le sacrifice de leur liberté et de leur sang pour que nous ayons à le reprendre aujourd’hui. Chaque groupe dans le congrès conservera son autonomie, chaque individualité son indépendance (...). Notre congrès ne sera pas un concile. Nous ne réveillerons pas Byzance par des querelles de mots ». Mais cette proscription de tout ce qui pourrait ressembler à un débat d’orientation ne signifie pas la mainmise sur le congrès du radicalisme le plus pâle, le plus timoré. En affirmant que « le congrès ne connaîtra pas d’ennemis à gauche », la commission d’organisation marque bien qu’elle ne considère pas l’entente avec les socialistes comme un expédient provisoire.

Le congrès fondateur de juin 1901

  • 92 Parti républicain radical et radical-socialiste. Premier congrès, Paris, 1901. Contrairement aux co (...)
  • 93 Manuscrit inédit du second volume de son histoire du radicalisme. Papiers Jacques Kayser, Archives (...)
  • 94 Le Temps, 24 juin 1901.
  • 95 Quand les statuts du parti sont codifiés aux congrès de 1902 et de 1903, on décide que chaque dépar (...)

19Le congrès de fondation du Parti républicain radical et radical-socialiste est réuni du 21 au 23 juin 1901, salle des Sociétés savantes92. 279 parlementaires, 476 comités, 155 loges maçonniques, 215 journaux sont représentés par un millier de congressistes. Jacques Kayser a bien caractérisé l’atmosphère de cette grand-messe radicale, mélange chaleureux et anarchique de velléités contestataires et de déférence unanimiste : « Ce premier congrès préfigure ceux qui le suivront : une cohue qui finit par ratifier plus qu’une assemblée qui délibère ; des militants venus pour qu’explosent leurs volontés et pour dire aux parlementaires : « Qui t’a fait député ? Qui t’a fait sénateur ? » acceptant finalement des textes qu’ils croient leurs et qui satisfont les parlementaires ; des débats évoluant au gré d’un horaire anarchique où l’horloge est la seule présidence indiscutée ; les protestations individuelles qui ont le mauvais goût de s’obstiner noyées dans l’acclamation aux chefs et le confort de l’unanimité apparente »93. Le Temps avait déjà noté avec quelle facilité les militants qui semblaient avoir « quelques velléités d’indépendance » avaient laissé les organisateurs transformer le congrès en « machine à enregistrer »94. Ces velléités ne se sont guère manifestées qu’au début du congrès, lors de la désignation de la « grande commission d’organisation » dont le rôle sera décisif : c’est en son sein que se dérouleront les véritables débats, c’est elle qui élaborera tous les textes votés par l’assemblée. Les congressistes ont refusé de ratifier la liste de cinquante noms préparée par les organisateurs. Mais ils n’ont pas retenu la proposition de Maujan qui suggérait d’élire la commission au scrutin de liste, ce qui aurait pu conduire à une confrontation claire des différentes tendances. On décide finalement que tous les départements seront représentés dans la commission ; la séance est suspendue pour que les délégués de chaque département se mettent d’accord sur un nom (cinq pour la Seine). Cette procédure engage l’avenir car, à la fin du congrès, l’assemblée accepte sans broncher que la commission ainsi constituée fasse fonction de comité exécutif du parti jusqu’au prochain congrès. Par la suite, le comité exécutif du parti ne sera pas un organe élu sur des critères d’orientation politique par l’ensemble du congrès, mais la juxtaposition de délégations départementales souvent constituées au dernier moment dans des conciliabules de couloir95.

  • 96 Le Temps, 23 juin 1901.

20Les congressistes se sont laissé faire parce que les chefs historiques leur ont, somme toute, tenu le langage qu’ils attendaient. L’entente proclamée entre des personnalités représentant des visions sensiblement différentes du radicalisme était un événement suffisamment frappant pour qu’on accepte de leur faire confiance. La succession des discours des présidents de séance obéit aux règles d’un dosage qui apporte à toutes les nuances de l’opinion radicale les satisfactions et les garanties qu’elles attendent. Le discours d’ouverture de Mesureur place le congrès sous le signe de la devise « pas d’ennemi à gauche », de l’entente entre les radicaux et les socialistes. Goblet vient ensuite déclamer ce que Le Temps appelle « le couplet collectiviste » : les radicaux, s’ils sont attachés à la propriété individuelle, sont « les adversaires résolus des monopoles capitalistes ». Brisson rassure les radicaux les plus pâles en rappelant que « ce sur quoi nous devons avant tout nous concentrer, c’est la lutte contre la Congrégation ». Il se livre à une exégèse très extensive de la triple appellation du parti (républicain, radical et radical-socialiste), plaisamment comparée par Le Temps à « ces enseignes d’hôtel qui, pour attirer des clientèles de plusieurs sortes, se dénomment hôtel du Volga et d’Edimbourg, ou bien hôtel Lamartine et du Cheval vert »96. Pour Brisson, la formule signifie que le parti sera ouvert à tous les républicains non collectivistes qui ont soutenu la politique de défense républicaine, à « ces républicains qui, sans avoir jamais reçu ni pris l’épithète de radicaux ou de radicaux-socialistes, se sont joints avec honneur, avec indépendance, aux radicaux et aux radicaux-socialistes pour livrer la bataille qui se livre depuis deux années ». En réalité, c’est plutôt l’Alliance démocratique, créée quelques semaines plus tard, qui va attirer les éléments les plus modérés du Bloc. Mais, jusqu’en 1910, les élus et les comités pourront être simultanément adhérents au parti et à l’Alliance. Le parti radical naissant a refusé de délimiter trop nettement sa frontière de droite.

  • 97 Elle a été préparée par une sous-commission réunissant Bourgeois, Pelletan, Bos, Maujan, Isambert, (...)

21Après Buisson, c’est Bourgeois qui présente le réformisme solidariste des radicaux comme un antidote à la séduction du collectivisme (« Voulez-vous pousser au collectivisme les masses populaires, c’est bien simple, laissez faire »). La déclaration de clôture du congrès, qui va servir de charte idéologique au parti, est lue par Pelletan, son principal rédacteur97. Les congressistes adoptent sans le moindre débat (et ce sera encore la règle dans les congrès ultérieurs) un texte que domine l’appel à l’union de « tous les fils de la Révolution » contre le nationalisme et le cléricalisme, mais qui fait aussi leur place aux aspirations réformatrices du radicalisme socialisant.

 

22C’est la peur d’une éclipse, d’une marginalisation, qui a conduit les radicaux à entreprendre l’effort de rassemblement qui porte ses fruits en 1901. La victoire électorale de l’année suivante et l’avènement du combisme vont les dissuader de renforcer l’organisation très souple dont ils se sont dotés. Le parti n’a pas de véritable direction (jusqu’en 1906, la présidence est renouvelée tous les trois mois et il faut attendre l’élection de Caillaux en 1913 pour que le président du parti soit en même temps son chef parlementaire). Il n’a pas de programme en bonne et due forme avant 1907. Jusqu’en 1909, il est parfaitement admis que plusieurs candidats puissent se réclamer de lui dans la même circonscription au premier tour des élections. On peut, jusqu’au congrès de 1910, être adhérent simultanément du parti radical et de l’Alliance démocratique. On ne conteste guère la qualité de radical aux élus et aux groupes locaux qui prétendent faire de la politique radicale sans adhérer au parti (c’est le cas de Clemenceau, sauf pendant quelques mois en 1908-1909, c’est le cas de nombreux députés de la Gauche radicale). Jusqu’en 1913, les députés adhérents continuent de se répartir entre deux groupes parlementaires également ouverts aux radicaux indépendants, et il n’est pas question de leur imposer une discipline de vote... Il était sans doute fatal qu’un parti devenu le principal parti de gouvernement, le parti des ministres, dans le contexte euphorique des premiers pas de la République radicale, se contente d’exister à l’état de nébuleuse. La dislocation du Bloc des gauches après la séparation de l’Eglise et de l’Etat et l’unification socialiste, l’aggravation des luttes de tendances et de clans à l’intérieur du parti radical, le retour en force des républicains modérés et les premiers signes de déclin électoral vont faire renaître les aspirations à l’organisation qui aboutiront au congrès de Pau d’octobre 1913, véritable refondation du parti. C’est seulement dans l’adversité que les radicaux sont capables de surmonter temporairement des habitudes bien ancrées d’autonomie et d’individualisme.

Notes

1 Raymond Huard, La naissance du parti politique en France, Paris, Presses de Sciences Po, 1996 ; « Aboutissements préparés et cristallisations imprévues : la formation des partis », in Pierre Birnbaum (dir.), La France de l’affaire Dreyfus, Paris, Gallimard, 1994, p. 87-119. Sur le cas du parti radical, voir Jacques Kayser, Les grandes batailles du radicalisme, Paris, Marcel Rivière, 1962 ; Gérard Baal, Le parti radical de 1901 à 1914, thèse d’Etat inédite, Université de Paris I, 1991.

2 Chambre des députés, 29 octobre 1909.

3 Arthur Huc, l’influent rédacteur en chef de La Dépêche de Toulouse, met régulièrement les radicaux en garde contre la tentation d’imiter les socialistes et de faire du parti une organisation « monastique », une sorte de « Saint Office » radical : « De quel droit un groupe de citoyens, si nombreux qu’on les suppose et serait-ce sous le couvert des plus grandioses assises, de quel droit une fraction du suffrage universel prétendrait-elle parler plus haut que le suffrage universel tout entier ? » (La Dépêche, 11 octobre 1913).

4 On peut considérer comme des tentatives prématurées de création d’une organisation nationale la Ligue républicaine pour la révision de la Constitution, récemment étudiée par Daniel Mollenhauer (Auf der Suche nach der « wahren Republik ». Die französischen « radicaux » in der frühen Dritten Republik, Bonn, Bouvier Verlag, 1997, p. 230-239), et la Fédération de 1889, fondée en 1887 à la fois pour participer à la commémoration du centenaire de la Révolution et pour regrouper les forces radicales (Raymond Huard, « Le centenaire de 1789 et les origines du Parti radical : la Fédération de 1889 », in Le XIXe siècle et la Révolution française, Paris, Créaphis, 1992, p. 129-147).

5 Le groupe radical-socialiste, qui s’est longtemps appelé « extrême gauche », plus intransigeant ; la Gauche radicale (qui essaie pendant les années quatre-vingt-dix d’autres appellations, Gauche progressiste puis Gauche démocratique, avant de redevenir Gauche radicale en 1902) ; un troisième groupe, l’Union progressiste (dite « groupe Isambert »), qui rassemble des modérés ayant rompu de bonne heure avec la poliltique de Méline, participera au congrès fondateur de 1901. Au Sénat, le groupe radicalisant de la Gauche démocratique existe depuis 1891.

6 André Combes, Histoire de la Franc-Maçonnerie au XIXe siècle, tome 2, Paris, Editions du Rocher, 1999.

7 Article du Radical cité par Jacques Kayser, op. cit., p. 212.

8 Et leur porte-parole le plus flamboyant, Clemenceau, est écarté du Parlement de 1893 à 1902.

9 La Séparation fait « vieux jeu », elle n’intéresse que « les républicains rococo », déplore encore en 1901 Clemenceau (La Dépêche, 25 octobre 1901), qui confessera plus tard qu’il avait perdu l’espoir de la voir se réaliser de son vivant (L’Homme libre, 13 mai 1914).

10 Profession de foi pour les élections sénatoriales de 1894, fonds Combes des archives de Charente-Maritime, 13J 3.

11 La Dépêche, 2 juin 1896.

12 Discours du député Montaut et de René Renoult au banquet de l’Association républicaine de Seine-et-Marne, le 26 décembre 1893 à Moret (papiers Renoult, Archives nationales, 425AP 2).

13 Paul Deschanel, Chambre des députés, 30 avril 1896 : Le programme radical n’est qu’une « logomachie vide, vaine et creuse ». Mais l’esprit de surenchère des radicaux, « ce mal honteux des démocraties, qui les pourrit, les gangrène et les tue, la peur de ne pas paraître assez avancé », prépare le terrain au collectivisme, qui « n’est pas autre chose que le jacobinisme transporté de l’ordre politique dans l’ordre économique et social ».

14 Discours de Reims, 24 octobre 1897 (André Daniel, L’année politique 1897, Paris, 1898, p. 255).

15 La Dépêche, 1er février 1898.

16 Discours au banquet du Comité d’action pour les réformes républicaines, 7 février 1897 (Le Voltaire, 8 février).

17 Formule ironique de Méline, discours de Saint-Dié, 26 juillet 1896 (L’année politique 1896, Paris, 1897, p. 304).

18 Discours de Bordeaux, 3 octobre 1897 (La Dépêche, 5 octobre).

19 Brouillon de discours, 1896 ou 1897, archives de Charente-Maritime, 13J 77.

20 Texte de l’appel du 9 août 1894 in Jacques Kayser, op. cit., p. 349-351.

21 Texte de l’appel, ibid., p. 352-355.

22 Discours de Renoult au banquet du Comité, le 24 février 1895 à Saint-Mandé (Papiers Renoult, AN 425AP2).

23 Discours de Châlons-sur-Marne, 23 février 1896 (L’Année politique 1896, p. 34).

24 Compte rendu des travaux du Grand Orient de France, 1897, p. 289 (bibliothèque du Grand Orient).

25 Ibid., p. 300 (discours au banquet de clôture du convent de septembre 1897).

26 Bulletin officiel du Grand Orient de France 1895, p. 350-352 (bibliothèque du Grand Orient).

27 René Renoult, convent de 1897, Compte rendu... op. cit., p. 151.

28 Discours au punch du comité radical du 1er arrondissement, 7 avril 1897 (La Dépêche, 8 avril).

29 La Dépêche, 20 avril 1898.

30 Ibid., 2 août 1897.

31 Sarrien affirme, dans une interview à La Dépêche (2 août 1897) que les projets fiscaux du ministère Bourgeois ont inutilement mécontenté « une fraction de la petite bourgeoisie et du commerce ». Arthur Huc fera remarquer que Brisson « goûte peu personnellement l’impôt sur le revenu et ne l’a jamais fait figurer dans son programme de député » (ibid., 8 janvier 1898).

32 Discours de Figeac, 23 août 1898 (ibid., 24 août).

33 Discours de Melun, 25 mai 1896 (ibid., 26 mai).

34 Discours au banquet du Comité d’action, 7 février 1897 (Le Voltaire, 8 février).

35 La Dépêche, 28 février 1897.

36 Il n’est plus question de révision constitutionnelle. Le projet de réforme fiscale exclut la déclaration contrôlée des revenus.

37 Cf. notre article, « Les radicaux et l’affaire Dreyfus », Jean Jaurès. Cahiers trimestriels, juillet-septembre 1995, p. 65-75.

38 Louis Braud, La Dépêche, 27 janvier 1898.

39 Le Voltaire, 13 janvier 1898.

40 La Dépêche, 1er mars 1898.

41 L’Aurore, 22 et 24 septembre 1898.

42 Le Radical, 27 novembre 1898.

43 La Dépêche, 4 décembre 1898.

44 Les modérés Poincaré, Barthou, Jonnart s’associent à des radicaux comme Brisson, Bourgeois, Mesureur, Pelletan, et aux socialistes Millerand et Viviani pour condamner dans un manifeste la « loi de discorde civile », appeler à « l’union des républicains » contre la coalition de la « réaction cléricale » et de la « démagogie césarienne » (9 février 1899, L’Année politique 1899, p. 70-71).

45 La Dépêche, 27 mars 1899.

46 Ibid., 11 juin 1899.

47 Ibid., 6 novembre 1899.

48 Ibid., 21 juin 1899 ; Le Radical, 23 juin 1899.

49 Propos de Dujardin-Beaumetz rapportés par L’Eclair, 23 juin 1899 (allusion aux relations d’affaires de Waldeck-Rousseau et à la présence de Galliffet dans le gouvernement).

50 La Dépêche, 14 juin 1899.

51 Clemenceau, ibid., 25 juin 1899.

52 Lacroix, Le Radical, 22 juin 1899.

53 La Dépêche, 25 novembre 1899.

54 Notamment dans le discours de Toulouse du 28 octobre 1900, prélude à la discussion parlementaire du projet de loi sur les associations.

55 Le Bloc, 9 juin 1901.

56 Alexandre Bérard, Le Voltaire, 3 juillet 1899.

57 Le Rappel, 16 juin 1901.

58 La Dépêche, 10 janvier 1901.

59 Le Bloc, 16 juin 1901. L’abstention de Clemenceau en 1901 s’explique sans doute d’abord par le mépris que lui inspirent la plupart des instigateurs de l’opération. De plus cet individualiste invétéré, qui s’amuse de voir les socialistes « recommencer l’Eglise catholique à leur manière » (la Dépêche, 28 août 1900), se méfie fondamentalement de l’association : « L’idée est de l’individu, non d’une compagnie d’hommes, si distingués qu’ils puissent être. Shakespeare ni Newton n’ont réuni de comités ni de groupes pour penser, pour écrire. S’associer, c’est non s’accroître, comme on le répète tous les jours, mais se diminuer, puisque c’est restreindre pour un but qui semble désirable une part de son activité ». Certes les associations sont « des phénomènes naturels, nécessaires, de la vie humaine », mais « les groupes, étant d’essence passive, sont des agents de diffusion, non des sources d’idées, non pas même autre chose, pour l’action, que des forces subordonnées, comme une troupe militaire qui n’est rien sans le commandement » (Le Bloc, 3 novembre 1901).

60 Motion de soutien au gouvernement, 22 novembre 1899 (La Dépêche, 24 novembre). Punch offert le 10 janvier 1900 aux présidents des groupes parlementaires. A cette occasion, Bourgeois présente la politique du gouvernement comme la justification des campagnes anticléricales des radicaux (La Dépêche, 11 janvier 1900).

61 La Dépêche, 18 février 1900.

62 Le Rappel, 17 juin 1901.

63 Discours à la « Convention nationale » de la Fédération, le 21 septembre 1899 (Le Voltaire, 22 septembre).

64 Texte de la circulaire dans Jacques Kayser, op. cit., p. 299.

65 Le Radical, 22 juillet 1899.

66 Le Rappel, 13 avril 1901.

67 Ibid., 18 juin 1901.

68 Ibid., 16 juin 1901.

69 L’expression est employée par Le Rappel (17 mai 1901).

70 Le Rappel, 30 mai 1901.

71 Ibid., 8 mai 1901.

72 Ibid., 28 avril 1901.

73 Le Temps, 13 juin 1901.

74 Le Rappel, 16 juin 1901.

75 Le Bloc, 9 juin 1901.

76 La Dépêche, 14 juin 1901.

77 le Temps, 23 mai 1901.

78 La Dépêche, 3 juin 1901.

79 La Dépêche, 19 mai 1901.

80 La Libre Parole, 22 juin 1901.

81 Compte-rendu des travaux du Grand Orient de France, 1901, p. 39 (bibliothèque du Grand Orient).

82 Ibid. p. 21, p. 204.

83 Gaston Doumergue, Le Petit Provençal, 6 juin 1901.

84 La Dépêche, 8 juin 1901.

85 Le Petit Méridional, 9 juin 1901.

86 La Dépêche, 5 juin 1901.

87 Ibid., 18 juin 1901.

88 Ibid., 14 juin 1901.

89 « Je prétends que le programme socialiste, envisagé dans son ensemble, n’est autre chose que le programme radical augmenté de spéculations philosophiques. J’affirme que le programme radical, considéré dans ses grandes lignes, n’est autre chose que le programme socialiste réduit aux possibilités de l’heure (...). Ce que je propose au parti radical, ce n’est pas de capituler, c’est de reprendre nos anciennes traditions et, par là, de renouer avec la doctrine socialiste » (La Dépêche, 31 mai 1901).

90 Ibid., 18 juin 1901.

91 Le Radical, 10 juin 1901.

92 Parti républicain radical et radical-socialiste. Premier congrès, Paris, 1901. Contrairement aux comptes rendus des congrès ultérieurs, celui du congrès de 1901 n’est pas un procès-verbal exhaustif des séances plénières. Il donne le texte des discours des chefs historiques et celui de la déclaration de clôture, mais seulement un résumé des discussions. Il n’y a pas (et il n’y aura pas non plus dans l’avenir) de compte rendu des débats en commission. Ces lacunes peuvent être en partie comblées grâce aux informations données par la presse.

93 Manuscrit inédit du second volume de son histoire du radicalisme. Papiers Jacques Kayser, Archives nationales, 465 AP.

94 Le Temps, 24 juin 1901.

95 Quand les statuts du parti sont codifiés aux congrès de 1902 et de 1903, on décide que chaque département sera représenté au comité exécutif par un nombre de délégués proportionnel à sa population.

96 Le Temps, 23 juin 1901.

97 Elle a été préparée par une sous-commission réunissant Bourgeois, Pelletan, Bos, Maujan, Isambert, Alexandre Bérard.

Notes de fin

1 Texte déjà publié in Paul Basquiat (dir.), L’âge d’or des Républicains 1863-1914, L’Harmattan, 2001 reproduit avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Auteur

Professeur à l’Université de Poitiers

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540