Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Première partie. Du radicalisme au parti radical (des années 1840 à 1901)

Chapitre 2. De Gambetta à Boulanger : les radicaux face à la République opportuniste

Jean Garrigues

Texte intégral

  • 1 Kayser, Jacques, Les grandes batailles du radicalisme 1820-1901, Paris, Marcel Rivière, 1962.

1Evoquer le radicalisme et les radicaux dans les premières décennies de la troisième République n’est pas une tâche facile, bien qu’un ouvrage de référence ait été publié sur la question, il y a quarante ans1. Ce qui fait la difficulté d’un tel sujet, c’est précisément la complexité de ce moment politique, marqué par des crises à répétition, par des fluctuations individuelles et collectives spectaculaires, par des transferts et par des revirements d’alliances qui rendent très approximative la perception d’une famille politique, dans le contexte d’un régime naissant, où les structures d’encadrement de la vie politique restent à fonder.

2De ce maelström confus d’idées et d’initiatives, qui caractérisent les premiers temps du régime républicain, se dégagent néanmoins quelques lignes de force, quelques fils conducteurs qui font émerger une famille radicale, attachée à un héritage, celui des « démoc-soc » de la seconde République et du programme de Belleville, une famille soucieuse de se rassembler et d’exprimer sa différence dans la construction du nouveau régime. D’où un certain nombre de questions qui se posent à l’historien, s’il veut tenter de comprendre le combat des radicaux dans les débuts de la troisième République.

3Peuvent-ils s’associer aux autres républicains, les modérés, les conservateurs, ceux qui se dénommaient « ouverts » sous le second Empire, afin d’installer le régime républicain dans une France en guerre ? Quelle place peut et doit tenir la tradition radicale dans cette installation, et notamment dans la fabrication des cadres institutionnels du régime ? Le jacobinisme, le monocamérisme, le parlementarisme peuvent-ils se concilier avec des institutions négociées avec les orléanistes ? Peut-on accepter l’alliance nécessaire des couches moyennes républicaines avec la bourgeoisie d’affaires qui tient entre ses mains le redressement économique de la République ? Faut-il soutenir la stratégie du compromis que les républicains modérés, dits « opportunistes », ont choisi de mettre en œuvre ? Comment faire entendre la voix du radicalisme dans ce concert mezzo voce ? Quel ténor est susceptible de faire entendre cette voix ? Comment intervenir pour imposer cette voix aux autres partenaires de la famille républicaine ? Dans les assemblées, dans les salons, dans les cercles, dans les journaux de l’élite républicaine ? A la base, dans les communes, dans les comités électoraux, dans les loges maçonniques, voire dans la rue, par la voie protestataire qui appartient à l’héritage radical ?

4C’est précisément cette solution protestataire qu’adopte une partie (minoritaire) des chefs et des militants radicaux à la fin des années 1880 lorsqu’ils s’engagent dans le camp boulangiste. Au moment où la troisième République va célébrer en grande pompe le centenaire de la Révolution française, il faut se demander pourquoi ces radicaux ont fait le choix de soutenir un général soupçonné d’ambitions césariennes afin de combattre le régime en place. Quelles rancœurs nourrissent-ils envers ce régime qu’ils ont largement contribué à mettre en place ? Après deux décennies de république, est-ce dans le boulangisme que s’incarne l’esprit du radicalisme ? Toutes ces questions, qui se sont posées aux radicaux de l’époque, donnent un fil conducteur à nos réflexions.

Les amis de Gambetta

  • 2 Laboulaye, E. de, Le parti libéral, son programme, son avenir, Paris, Charpentier, 1869.

5Si l’on veut comprendre l’esprit du radicalisme dans les débuts de la troisième République, on se heurte d’emblée à un problème de délimitation, voire de définition. Rappelons par exemple que dans la préface de son ouvrage consacré au « parti » libéral, en 1863, le très modéré Edouard de Laboulaye se réclame lui même du radicalisme : « Si c’est du radicalisme que de demander un gouvernement libre pour une société démocratique, je suis radical au dernier degré »2. Dans son esprit, être radical, c’est tout simplement être un opposant au second Empire, un partisan des libertés de 1789 et de la démocratie, c’est-à-dire du suffrage universel. On est bien loin des « démoc-soc » de 1848 !

6La même année, dans son Dictionnaire général de la politique, Maurice Block réduit au contraire le radicalisme à l’intransigeance révolutionnaire : « le radicalisme ne connaît qu’un procédé, c’est de faire table rase », écrit-il. Dans l’édition de 1873, il considérait encore le radicalisme comme « une affaire de tempérament », c’est-à-dire « une manière plus tranchée d’exprimer des opinions que les libéraux formulent avec plus de modération. » Lui-même apparaissant très lié à la famille politique libérale, on comprend que son interprétation n’est pas à prendre au pied de la lettre.

  • 3 Simon, Jules, La politique radicale, Paris, 1868.
  • 4 Blanc, Louis, Le parti qu’on appelle radical, sa doctrine, sa conduite, Paris, 1872.
  • 5 Discours de Grenoble, 20 septembre 1872 et discours à l’Assemblée nationale, 14 décembre 1872.

7Jules Simon, qui fait figure de rassembleur des radicaux à la fin du second Empire, présente une image plus mesurée du radicalisme, considérant que « le titre de radicaux signifie seulement hommes de principes », dans la mesure où les radicaux, à la différence des libéraux du Tiers Parti, sont prêts à « repousser les transactions et les demi-mesures » vers lesquelles les entraîne Napoléon III3. Grande figure de la tradition radicale, Louis Blanc affirme en 1872 que les radicaux méritent « eux aussi le beau nom de modérés, par leur respect de la légalité, par leur calme devant les provocations systématiques »4. Léon Gambetta considère quant à lui que le « parti radical » s’identifie en fait au véritable parti républicain, dans la mesure où « les radicaux sont simplement des républicains qui pensent qu’il n’y a pas de compatibilité entre toute forme de gouvernement autre que la République et le suffrage universel »5.

8C’est précisément par l’adhésion à Léon Gambetta que se reconnaissent les radicaux dans les toutes premières années de la troisième République. Jules Simon les ayant déçus par son rapprochement avec Thiers et avec les républicains conservateurs, Gambetta est devenu leur chef incontestable, remarqué par sa plaidoirie en faveur de Delescluze, le 14 novembre 1868, puis confirmé par son rôle dans la campagne électorale de 1869. C’est le programme fameux de son comité électoral parisien, dit programme de Belleville, qui est devenu la référence pour tous les radicaux. Ce Cahier de mes électeurs, affiché le 15 mai 1869, le désigne comme le « candidat de la démocratie radicale », sur un programme comprenant notamment l’élection des maires et des conseils municipaux, l’élection des fonctionnaires publics, la suppression des armées permanentes, l’instruction primaire obligatoire, gratuite et laïque, la séparation des Eglises et de l’Etat, la modification du système d’impôts, l’abolition des privilèges et monopoles financiers, ainsi que des « réformes économiques au problème social constamment étudié selon le principe de la justice et de l’égalité sociale ». On notera cependant que dans sa réponse au Cahier de mes électeurs, Gambetta prend soin de subordonner la démocratie sociale à la démocratie politique, précisant que la « série progressive des réformes sociales dépend du régime et de la réforme politique ». Notons aussi que, candidat à Belleville et à Marseille, c’est ce dernier siège qu’il choisit, au terme d’une campagne plus prudente qu’à Paris.

 

9Faut-il voir dans ce désistement de Gambetta à Belleville la première des nombreuses désillusions subies par les radicaux dans les premières années de la troisième République ?

10Elles se succèdent en effet à un rythme rapide, contribuant à séparer chaque fois un peu plus la famille radicale du reste des républicains modérés. C’est d’abord l’échec des élections générales du 8 février 1871, organisées dans un contexte qui leur est très défavorable, et qui les voient largement distancés par les conservateurs et par les républicains modérés. Avec une quarantaine de sièges, surtout à Paris et dans les grandes villes, les radicaux font mieux qu’en 1869, mais ils sont une force marginale dans la première Assemblée nationale. Leur opposition au pacifisme de la majorité du pays, ainsi que la peur sociale qu’ils provoquent chez les « honnêtes gens » expliquent cette marginalisation parlementaire, qui contraste avec leur légitimité historique. Renforcés d’une trentaine d’éléments lors des élections complémentaires de juillet 1871, ils restent très minoritaires, élus de Paris, de la région méditerranéenne et de la vallée du Rhône, mais presque absents du reste de la France, méconnus dans toute la moitié Ouest. On ne s’étonnera pas que Louis Blanc réclame la dissolution de cette Assemblée de notables, le 30 octobre 1872, et que Gambetta demande la mise à l’ordre du jour de cette proposition, en vain bien sûr, le 14 décembre suivant.

11La paix de Francfort, signée le 10 mai 1871 par le gouvernement Thiers, est leur deuxième échec cuisant, tant ils se sont distingués par leur patriotisme belliciste. Les vieux quarante-huitards votent contre la ratification du traité, tels Alexandre Ledru-Rollin, Louis Blanc, Edgar Quinet, Victor Schoelcher, Charles Delescluze, de même que les jeunes chefs radicaux, tels Arthur Ranc, Georges Clemenceau et Léon Gambetta. Ce dernier, qui avait abandonné son portefeuille ministériel le 6 février pour protester contre l’armistice, démissionne de son siège de député en compagnie des alsaciens-lorrains.

12L’échec de la Commune, lors de la Semaine sanglante du 21 au 28 mai 1871, est une nouvelle déception pour les radicaux, aussi cuisante pour ceux qui ont tenté de jouer la conciliation entre Paris et Versailles, tels Georges Clemenceau et Charles Floquet, animateurs de la Ligue d’union républicaine des droits de Paris, fondée le 4 avril, que pour ceux qui ont participé au mouvement, tel Charles Delescluze, ministre de la Guerre des communards, tué sur la barricade du Château-d’Eau en combattant les Versaillais. On n’oublie pas que le Conseil de la Commune, où siégeaient une vingtaine de Jacobins, héritiers directs de 1848, ainsi qu’une trentaine de « radicaux » autonomistes, avait mis en pratique plusieurs réformes importantes du programme de Belleville, telles que la séparation des Eglises et de l’Etat, l’école gratuite, obligatoire et laïque, la suppression des armées permanentes et l’élection des fonctionnaires publics. L’échec de la Commune, c’est celui de la république sociale, et c’est le renforcement de la république conservatrice, diamétralement opposée aux idées radicales.

  • 6 Discours du 15 février 1876.

13C’est d’ailleurs cette analyse qui conduit à la « trahison » de Gambetta, que l’on peut considérer comme la plus cruelle désillusion des radicaux. Le « commis-voyageur » de la République fait le constat lucide d’une France conservatrice, qui n’acceptera le régime républicain que si celui-ci donne des gages de sa modération. Dans un discours prononcé à Bordeaux, le 20 juin 1871, il demande au « parti républicain » d’être « discipliné », d’accepter « la formule : le pouvoir au plus sage et au plus digne », c’est-à-dire un programme à la fois « radical et conservateur. » C’est sur cette base consensuelle qu’il est élu lors des élections complémentaires de juillet 1871, tandis que la plupart des jeunes radicaux, notamment Clemenceau, Ranc et Floquet sont battus. Et tandis que la tentative d’un quotidien intitulé Le Radical, publié le 15 octobre 1871, se solde par une interdiction dès juin 1872, Gambetta lance avec succès sa République Française, qui deviendra rapidement l’un des grands journaux de la famille républicaine. Dans les années qui suivent, Gambetta devient le théoricien de l’opportunisme, qui préconise l’adoption progressive des réformes prévues par le programme républicain, mais au moment opportun. « Je mets ma politique d’accord avec ma philosophie, je nie l’absolu partout, et alors vous pensez bien que je ne vais pas le reconnaître en politique »6.

14La stratégie opportuniste conduit à l’alliance avec les anciens orléanistes du centre gauche, et même à la négociation avec les conservateurs monarchistes, notamment pour élaborer les lois constitutionnelles de 1875. C’est une politique des petits pas, qui conduit lentement aux grandes lois libérales du début des années 1880, et notamment à la mise en place de l’enseignement primaire, gratuit, obligatoire et laïque par Jules Ferry. Mais des aspects très importants du programme de Belleville sont mis en sommeil, notamment ceux qui concernent la démocratisation économique et sociale. D’autre part, les institutions républicaines mises en place en 1875, fruit d’un compromis avec les orléanistes, sont en rupture totale avec la tradition monocamérale et parlementariste de l’histoire républicaine. Pour les radicaux, il s’agit d’un reniement.

Les radicaux dans l’opposition

15Cette succession de désillusions et d’échecs conduit les radicaux à affirmer leur autonomie, puis leur opposition à l’encontre des républicains modérés, dits opportunistes.

16Lors des élections municipales parisiennes de novembre 1874, deux candidats radicaux avancés, présentés par le journal Le Rappel, battent les candidats présentés par La République française de Gambetta. Des rapports de police de mars 1875 nous apprennent que des radicaux parisiens sont allés en délégation au journal gambettiste pour protester contre la stratégie opportuniste. La tension est si vive que Gambetta est obligé de venir s’expliquer devant les militants de Ménilmontant, le 23 avril, mais sans convaincre. « Vous êtes en train d’enterrer la République et les républicains ; nous ne voulons plus être vos complices », lui écrit en juin 1875 le vieil Alphonse Peyrat, qui siège pourtant à ses côtés au sein du groupe parlementaire de l’Union républicaine.

  • 7 Bibliothèque de l’Assemblée nationale.

17Et le ton se durcit encore lors de la campagne électorale de mars 1876, qui doit désigner la première Chambre des députés de la troisième République. Une brochure, publiée à Genève par les radicaux anti-gambettistes, sous le titre Gambetta à Belleville 1869-1876, affirme que le chef républicain a trahi son programme originel. Dans une lettre envoyée à son amie Léonie Léon, le 11 février, Gambetta se plaint amèrement de cette « ligue du mal public », constituée à ses yeux par Alfred Naquet, Louis Blanc et Madier de Montjau, et qui ne cesse de l’attaquer7. Il semble en effet qu’Alfred Naquet, candidat à la réélection dans le Vaucluse, se livre à des critiques virulentes contre Gambetta. Son propre programme électoral s’inscrit d’ailleurs dans le prolongement de celui de Belleville, prévoyant notamment la nationalisation des grands monopoles comme la banque, les mines, les chemins de fer, mais aussi le rétablissement du droit au divorce (qui est son cheval de bataille), ainsi qu’une révision profonde des institutions votées l’année précédente, afin d’instaurer une assemblée unique et souveraine, dans la plus pure tradition jacobine. Charles Floquet ou Henri Brisson sont d’ailleurs sur cette ligne, celle d’un radicalisme intransigeant et progressiste, qui contraste avec la prudence de Gambetta.

18Selon un rapport de police daté du mois d’août 1877, Clemenceau l’accuserait même d’avoir « trahi » le camp républicain. Un autre rapport, du 20 août 1878, signale que le docteur Marmottan, député de la Seine, tenterait de lancer un quotidien anti-gambettiste, afin de soutenir la candidature de Clemenceau à la présidence de la République. Il faut se méfier de telles rumeurs, colportées ou fabriquées par les agents de la sûreté. En revanche, les critiques formulées par les radicaux intransigeants après le discours prononcé à Romans par Gambetta, en septembre 1878, sont bien réelles, comme est bien réelle la campagne de presse menée le mois suivant, aux côtés des bonapartistes, et l’accusant de spéculations frauduleuses.

  • 8 Papiers Scheurer-Kestner, Bibliothèque nationale, Nouvelles acquisitions françaises, 12 707, feuill (...)

19Sous prétexte d’un rendez-vous oublié par Gambetta, en janvier 1879, Clemenceau choisit de rompre définitivement avec celui qu’il reconnaissait jusqu’alors comme le chef des républicains8. Lors d’un discours prononcé à Paris, au cirque Fernando, le 13 mai suivant, il officialise la rupture, avant de fonder, le 16 janvier 1880, son propre quotidien La Justice, contre l’« éternelle race bourgeoise de 1830, docteurs en demi-mesure, que le mouvement effare et que les idées inquiètent ». A partir de ce moment, qui coïncide avec l’établissement définitif du régime républicain, on peut dire que les radicaux constituent une force politique indépendante et autonome, distincte de leur chef tutélaire Gambetta.

 

20L’autonomie radicale s’appuie d’abord, et avant tout, sur un passé, sur une histoire, qui dessine une géographie du radicalisme, héritée des régions « rouges » de 1848, notamment le Languedoc-Roussillon. C’est d’ailleurs à Béziers que, le 17 décembre 1871, se sont rassemblés des délégués de l’Hérault, du Gard, de l’Aveyron, du Gers et des Pyrénées Orientales, afin de grouper « en un faisceau compact les démocrates radicaux du midi de la France contre les menées versaillaises » et d’organiser une « ligue républicaine sérieuse. » L’expérience s’est soldée par un échec, mais il en est sorti un journal, La Fédération radicale.

21La presse est en effet l’un des principaux instruments, sinon le principal, dont disposent les radicaux pour faire entendre leur différence. Selon la Correspondance républicaine, plus de soixante journaux de province soutiennent la candidature radicale de Désiré Barodet lors de l’élection partielle parisienne du 27 avril 1873. Selon l’Annuaire de la Presse de 1882, les radicaux disposent de huit quotidiens parisiens, dont Le Radical, La Lanterne, Le Rappel, L’Intransigeant et La Justice, ainsi que de 22 quotidiens et 34 périodiques en province, dont Le progrès de Lyon, Le Petit Lyonnais, Le Progrès du Nord, La Réforme du Nord, La France de Bordeaux, Le Radical du Midi, La Dépêche ou L’Indépendant du Lot-et-Garonne. Dans le contexte des premières décennies républicaines, sans parti politique ni organisation électorale durable, cette force de frappe médiatique joue un rôle déterminant dans la propagande radicale.

22On peut lui associer les sociétés de libre pensée et les loges maçonniques, qui constituent un autre pôle d’influence pour les radicaux. Ils semblent par exemple très influents au sein de l’Union démocratique de propagande anticléricale, fondée en mai 1880 sous la présidence de Victor Schoelcher, entouré par Paul Bert, Allain-Targé, Floquet, Laisant, Naquet et Lockroy. Ils sont plus présents dans les loges importantes que les gambettistes. Charles Floquet par exemple est membre d’honneur de la loge La Justice. Naquet et Marmottan siègent à la loge Alsace-Lorraine, installée par Crémieux en 1872. Dès cette époque, le lien privilégié entre radicalisme et maçonnerie est une réalité.

23En revanche, on ne peut pas parler d’une véritable organisation politique radicale. A l’issue de l’élection Barodet, un rapport de police du 5 mai 1873 fait état à Paris d’une « organisation puissante », évoquant le rôle des « chambres syndicales », les « réunions privées chez l’ouvrier, à l’atelier, à la crémerie, chez le marchand de vins », mais il faut largement nuancer ce tableau avantageux. Paris est une forteresse de la tradition jacobine, et l’implantation sociologique des radicaux dans les couches populaires est l’une de ses spécificités. D’autre part, ce type d’organisation ne se mobilise véritablement que lors des élections, sans solution de continuité. Avant les années 1880, les comités électoraux, qu’ils soient radicaux, modérés ou conservateurs, n’existent que lors des campagnes, fonctionnant surtout grâce aux souscriptions lancées dans les journaux. On est encore bien loin d’un parti radical.

 

24Il incombe par conséquent aux parlementaires de faire connaître la sensibilité radicale. C’est chose faite après les élections de 1876 lorsque se constitue à la Chambre le groupe parlementaire de l’Extrême gauche, suite à une réunion organisée le 30 juin chez Louis Blanc, en présence des jeunes, Clemenceau et Barodet, et des vieux, Madier de Montjau, Lockroy et Raspail. Ils sont une cinquantaine de députés, mais sans président de groupe, et plus des trois-quarts appartiennent aussi au groupe gambettiste de l’Union républicaine, dont ils constituent en fait une simple avant-garde. Une quinzaine sont députés de la capitale, mais la majorité vient de province, surtout du Sud-Est, de la vallée du Rhône ou de la Drome, ainsi que de la frange occidentale et septentrionale du Massif central. C’est la géographie traditionnelle des démoc-soc, mais la moitié de ces députés d’Extrême gauche sont des nouveaux élus, qui incarnent la relève des vieux quarante-huitards.

25Certains subissent l’attraction du socialisme lors de la campagne électorale de 1881, à l’instar du comité de soutien à Clemenceau, qui se dénomme « radical socialiste », et surtout de L’Alliance socialiste républicaine, formation créée par Stephen Pichon, un proche de Clemenceau, et Abel Hovelacque, membre du conseil municipal de Paris, afin de nouer des liens avec les militants socialistes parisiens. On se situe néanmoins sur une ligne nettement anti-marxiste, ce qui correspond d’ailleurs à la tradition blanquiste du socialisme parisien. De toute façon, la greffe ne prend pas, et la séparation entre radicaux et socialistes restera très marquée dans les décennies à venir.

26En revanche, cette tentation socialiste reflète le durcissement de la fraction la plus avancée des radicaux, conduite par Clemenceau, et qui choisit à l’issue des élections de 1881 de constituer à la Chambre un groupe radical autonome, « fermé » à la double appartenance, et qui se revendique comme le seul groupe de l’Extrême gauche, regroupant une vingtaine de députés, dont bien sûr Clemenceau, Barodet, Louis Blanc et Camille Pelletan. Les plus modérés forment en revanche le groupe parlementaire de la Gauche radicale, dominé par Floquet, Allain-Targé et Henri Brisson, et qui prône au contraire l’alliance avec Gambetta et l’ouverture aux groupes « opportunistes ». Allain-Targé accepte même le portefeuille des Finances dans le « grand ministère » formé par Gambetta le 14 novembre 1881. L’Extrême gauche de Clemenceau, la Gauche radicale d’Allain-Targé, et ceux qui sont entre les deux forment au total une famille d’environ 80 élus radicaux, dont 37 réélus et 25 élus selon La Justice de Clemenceau. A l’issue des élections de 1885, marquées par une campagne très virulente contre les modérés, on dénombre plus d’une centaine de radicaux, dont soixante à l’Extrême gauche, et une trentaine d’élus républicains qui votent régulièrement dans le même sens. Le radicalisme est alors devenu une force parlementaire de premier plan, indispensable pour toute majorité républicaine.

27Mais les députés radicaux n’ont pas attendu dix ans pour exprimer leur différence, voire leur opposition au régime. Si leurs réserves ne s’expriment pas systématiquement dans les votes, elle apparaît dans la plupart des débats importants. Ils sont en pointe par exemple dans la politique d’amnistie des communards, multipliant les propositions dans ce sens dès 1871, par la voix de Brisson et Louis Blanc, puis de Victor Hugo en 1872, de Barodet en 1873, de Schoelcher en 1876, et surtout de Clemenceau, Louis Blanc, Lockroy et Naquet, qui s’opposent en février 1879 au projet gouvernemental d’une amnistie partielle et personnelle. On les retrouve aussi en avant-garde sur la question de l’enseignement primaire, obligatoire, laïque et gratuit, réclamé par une proposition rédigée par Barodet en janvier 1880. C’est ce même Barodet qui fait adopter en 1881 le principe de la publication des professions de foi des élus, correspondant à l’idéal de démocratie impérative des radicaux.

28Le voici encore sur la sellette pour défendre ce qui est devenu le thème majeur de la politique radicale : la révision des lois constitutionnelles de 1875, qu’ils jugent conservatrices et anti-démocratiques. En novembre 1881, le jour même où Gambetta présente son « grand ministère », Barodet dépose une proposition de révision, votée par 120 députés, et qui vise à supprimer les institutions inspirées du parlementarisme orléaniste, la présidence de la république et le Sénat. Le 15 mars 1883, le groupe parlementaire de l’Extrême gauche procède à la création d’une Ligue républicaine pour la révision des lois constitutionnelles, présidée par Laurent Pichat, à laquelle adhèrent immédiatement 5 sénateurs, 65 députés, 21 journaux de Paris et 58 de province. En janvier 1884, c’est au tour de la Gauche radicale, c’est-à-dire les plus modérés des radicaux, de publier un programme de révision constitutionnelle, qui les sépare définitivement des « opportunistes ». Face au projet de « révision limitée » présenté le 27 mars 1884 par le gouvernement Ferry, Bardot présente une proposition de révision illimitée, signée par 110 députés. La majorité d’entre eux, Clemenceau en tête, accepte néanmoins de voter quand même le projet Ferry, qui n’est qu’une réformette, en août 1884, mais quelques ir-réductibles, dont Floquet et Barodet, refusent de s’y rallier.

29Ce désaccord profond sur les institutions de la troisième République est le ferment de la rupture radicale, et la politique coloniale en est le détonateur. A maintes reprises, Clemenceau et ses amis dénoncent les expéditions coloniales lancées par Gambetta et Ferry. Lors d’une réunion tenue le 25 octobre 1881, Clemenceau réclame une « politique pacifique et fraternelle » et se révolte contre l’« injustice » de la guerre menée pour instaurer le protectorat français en Tunisie. C’est pour condamner la politique française en Egypte que les radicaux mêlent leurs voix à celles des conservateurs afin de renverser le gouvernement Freycinet, le 28 juillet 1882. Enfin, c’est un fameux discours de Clemenceau qui provoque la chute de Jules Ferry, dit « Ferry-Tonkin », le 30 mars 1885. Le chef des radicaux y gagne son surnom de « tombeur de ministères ».

30Cette rupture parlementaire suscite une rupture politique lors du premier tour des élections générales de 1885, qui voit les radicaux s’opposer avec virulence aux modérés. Elle débouche sur une véritable crise de régime, lorsque une partie des chefs radicaux s’engagent dans l’aventure boulangiste, à partir de 1888.

L’attraction du boulangisme

31Sans entrer dans le détail de cette crise, déterminante pour l’avenir de la vie politique française, ont peut rappeler que le général Boulanger a été porté au ministère de la Guerre en janvier 1886 grâce au soutien de Clemenceau. Jusqu’à la fin de l’année 1887, ce dernier est resté en contact avec sa « créature », en dépit de la dérive césariste qui semblait gagner le général Revanche. Lorsque Maurice Rouvier a constitué un gouvernement de « concentration républicaine », le 30 mai 1887, en écartant Boulanger du ministère de la Guerre, la quasi-totalité des députés radicaux ont voté contre lui. En novembre 1887, Clemenceau négociait encore secrètement avec Boulanger, lors de ce que l’on a appelé un peu ironiquement les « nuits historiques ».

32Pourtant, dès le printemps 1888, à partir du moment où le général est mis à la retraite et se lance dans une carrière politique solitaire, Clemenceau et la majorité des radicaux se détournent de lui. Mais plusieurs ténors radicaux le suivent, voyant en lui le restaurateur d’une république vraiment démocratique. Le sénateur Alfred Naquet, ancien rédacteur de la loi sur le divorce de 1884, devient son principal conseiller, nommé vice-président du Comité républicain national, fondé le 27 avril 1888. A ses côtés Charles-Ange Laisant, député radical de la Seine depuis 1885, ancien directeur de La République radicale, Georges Laguerre, ancien secrétaire de Louis Blanc, député radical du Vaucluse depuis 1885 et collaborateur de La Justice de Clemenceau, Maurice Vergoin, secrétaire général du Comité, député radical de Seine-et-Oise depuis 1885, et Henri Michelin, ancien président radical du conseil municipal de Paris.

33Ce dernier est d’ailleurs le porte-drapeau du grand thème boulangiste : la révision constitutionnelle. C’est en tant que député radical, le 4 décembre 1886, que Michelin a déposé pour la première fois une proposition de résolution constatant « l’incompatibilité de la République parlementaire et du suffrage universel » et déclarant la nécessité de « réviser les lois constitutionnelles ». Rejetée par l’état-major radical, cette proposition est reprise par le même Michelin, un an plus tard, le 4 décembre 1887, avec le soutien des socialistes Basly, Camélinat, Millerand, et des futurs députés boulangistes Laguerre, Laisant et Susini. C’est toujours ce même Henri Michelin qui dépose, le 30 mars 1888, une nouvelle proposition de révision, cette fois appuyée par Boulanger lui-même, le 28 avril suivant, dans un discours prononcé au café Riche : « Le seul point sur lequel il faille insister, c’est la condition qui rendra plus tard toutes les autres réformes possibles et qui, par conséquent, les prime toutes. Elle se résume en deux propositions. Dissolution et Révision par une Constituante, sur le terrain d’une République ouverte, libérale et démocratique ».

34Le thème de la révision, thème radical par excellence, devient ainsi le leitmotiv des campagnes électorales de Boulanger, autour du slogan « Dissolution-Révision-Constituante ». Revendiqué aussi bien par les radicaux que par les monarchistes et les bonapartistes, chacun avec des modalités et des objectifs bien différents, ce thème révisionniste lui permet de réunir sur son nom tous les mécontents de la République parlementaire. Boulanger se garde bien de préciser de quelles nature pourrait être la révision qu’il appelle de ses vœux, afin de ne s’aliéner aucun des électorats qu’il fédère.

35Cette capacité de rassembler à l’extrême gauche comme à droite lui permet de remporter plusieurs élections partielles en 1888, dans des départements aussi divers que le Nord, la Somme ou la Charente-Inférieure. Relevant le défi lancé par le blanquiste Edouard Vaillant, qui affirme dans L’Homme libre du 23 août 1888 que Boulanger ne peut pas être élu « dans un département franchement rallié à la République », le général se présente à l’élection partielle organisée le 27 janvier 1889 à Paris. Les républicains sont persuadés que la ville des sans-culottes, bastion radical depuis 1885 avec un conseil municipal largement dominé par 45 radicaux contre 10 opportunistes et 11 conservateurs, ne peut succomber aux sirènes du boulangisme.

36Le triomphe du général, avec 245 236 voix contre l62 875 à Edouard Jacques, conseiller municipal radical et candidat de tous les républicains, est une gifle pour ces derniers. Aux élections de l885, le monarchiste Edouard Hervé n’avait même pas réuni la moitié des suffrages boulangistes : c’est la preuve que l’essentiel de son électorat est républicain, et notamment radical ou socialiste. C’est d’ailleurs dans les arrondissements populaires, et dans les banlieues industrielles que Boulanger obtient ses meilleurs scores, 60 % dans le XIXe, 57 % dans le XVIIIe, 59 % dans le XIIIe, avec des pointes à 65 % à Saint-Denis, Puteaux ou Ivry, auprès d’un électorat socialiste ou radical. La tentation césariste a donc séduit quelques chefs radicaux mais aussi une bonne partie des militants et des électeurs, du moins à Paris. Mais c’est dans ce moment de crise, lorsque la république en danger, que les radicaux retrouvent le réflexe de défense républicaine, les rattachant à leur héritage et à leur passé.

La défense de la République

37La défense de la République pousse en 1875 la majorité des députés radicaux à voter en faveur de lois constitutionnelles, que pourtant ils désapprouvent. Autour de Louis Blanc, les réticences sont fortes lorsque se présente, le 30 janvier 1875, le vote décisif de l’amendement Wallon, qui doit pérenniser l’institution présidentielle. Brisson, Goblet, Paul Bert, Challemel-Lacour, Floquet, Lockroy se montrent très hésitants, et ce n’est qu’à la dernière minute que les vieux de 48, Louis Blanc, Quinet, Madier de Montjau, Peyrat, rebutés par l’expérience de Louis-Napoléon président, acceptent de se rallier à la majorité républicaine. Les mêmes refusent de voter la loi organisant les pouvoirs publics, le 25 février 1875, ainsi que celle réglant les rapports entre ces pouvoirs, le 16 juillet. Mais ils ne sont qu’une dizaine à voter contre, et une autre dizaine à s’abstenir, tandis que la grande majorité des radicaux, Clemenceau en tête, unissent leurs voix à celles des modérés pour entériner les institutions républicaines.

  • 9 Adam, J., Après l’abandon de la revanche, Paris, Lemerre, 1910, p. 82.
  • 10 Id., p. 87.
  • 11 Papiers Scheurer-Kestner, Nouvelles acquisitions françaises, 12 708, feuille 53.
  • 12 Discours du 22 octobre 1878.

38Lors de la crise du 16 mai 1877, qui voit le président monarchiste de la République, Mac-Mahon, écarter le républicain Jules Simon de la tête du gouvernement puis dissoudre la Chambre majoritairement républicaine, les radicaux se retrouvent à nouveau aux côtés des modérés contre les conservateurs. Leurs représentants, Clemenceau, Louis Blanc, Madier de Montjau, Brisson et Floquet, siègent dans le comité de vigilance de dix-huit membres mis en place par Léon Gambetta, ce véritable « conseil de guerre » de la défense républicaine où ils côtoient les gambettistes, les ferrystes et même les républicains conservateurs du Centre gauche9. Les comités centraux électoraux créés par Gambetta à l’automne 1873 servent de noyau à cette nouvelle organisation, chaque comité élisant un chef militaire, sous les ordres d’un membre du comité de vigilance, les radicaux se pliant sans difficultés à la discipline républicaine10. Quelque temps avant les élections générales d’octobre 1877, Clemenceau écrit à Scheurer-Kestner que « Gambetta a été admirable » dans son rôle d’organisateur de la campagne républicaine11. Tous les députés de l’Extrême gauche sont d’ailleurs réélus à l’issue de ce scrutin décisif, qui permet d’installer définitivement le régime républicain. Clemenceau et ses amis proposent même de prolonger le comité des dix-huit, et Naquet lui-même, pourtant si virulent envers Gambetta et « l’opportunisme », prône « l’union complète, absolue des républicains jusqu’aux élections sénatoriales »12.

39De même, lors du second tour des élections d’octobre 1885, à l’issue d’une campagne électorale marquée par l’opposition des modérés et des radicaux, ces derniers acceptent de revenir à la « discipline républicaine » en reportant leurs suffrages sur les candidats modérés les mieux placés. A Paris, où la liste radicale socialiste de Clemenceau s’était opposée lors du premier tour à la liste d’un des comités radicaux et progressistes, une liste unique, la liste de l’Union des comités et des journaux républicains, patronnée par 28 journaux, est constituée pour barrer la route aux conservateurs. En province aussi, la discipline est la règle, le principe de la liste majoritaire étant adopté dans 21 départements, tandis que des listes mixtes sont constituées dans 8 départements. En Gironde, Clemenceau obtient même que ses amis se retirent au profit de David Raynal, ministre de Jules Ferry et père des conventions avec les grandes compagnies ferroviaires, que les radicaux ont pourtant combattues avec virulence. Les listes uniques de défense républicaine remportent bien souvent plus de suffrages que la somme des voix qui s’étaient portées sur les modérés et les radicaux séparés au premier tour. Souvent mieux placés que les modérés à l’issue du premier tour, les radicaux sont les grands bénéficiaires de ces désistements, qui leur permettent de remporter plus d’une centaine de sièges.

  • 13 Le Temps, 9 novembre 1902.
  • 14 Le Radical, 3 mars 1888.
  • 15 Id., 21 mars 1888.
  • 16 Ibid., 20 avril 1888.

40Quatre ans plus tard, lors du renouvellement de la Chambre, les radicaux choisissent à nouveau la stratégie de l’union pour barrer la route à la coalition révisionniste, dont le général Boulanger est le porte-drapeau. Clemenceau, qui avait permis au général d’obtenir le portefeuille de la Guerre dans le gouvernement Freycinet, constitué en janvier 1886, prend ses distances dès le mois de juillet 1887, lorsque Boulanger, rendu à la vie militaire, suscite une manifestation de ses supporters afin d’empêcher son départ pour la garnison de Clermont-Ferrand. Il déplore la popularité « venue trop vite à quelqu’un qui aimait trop le bruit ». S’il accepte encore de rencontrer Boulanger lors des « nuits historiques » de novembre 1887, c’est sans aucune illusion sur les capacités du personnage. « Le parti radical ne s’est pas livré à Boulanger, le parti radical a été trahi par Boulanger », confiera-t-il à Jean Jaurès13. Lorsque le général fonde en mars 1888 le comité républicain de protestation nationale, qui réunit plusieurs transfuges du radicalisme tels que Naquet, Laisant, Laguerre, Vergoin, Laur, Le Hérissé, Laporte, Susini ou Michelin, la presse radicale rappelle que « l’immense majorité du parti radical a vu le danger créé par la popularité d’un soldat et elle a protesté contre l’engouement dont le général est l’objet »14. Alors que Boulanger entame une campagne d’élections partielles, de nombreux comités radicaux expriment leur hostilité et près de 80 députés signent un manifeste de protestation contre ces « manipulations électorales » qui constituent « un véritable plébiscite », « l’abdication d’un peuple libre »15. A la suite du vote de l’urgence sur un proposition de révision déposée par Clemenceau, le gouvernement du modéré Tirard est renversé et le radical Charles Floquet est chargé de former le nouveau cabinet, le 3 avril, un cabinet de combat contre le boulangisme. Le 19 avril, l’Extrême gauche, c’est-à-dire le groupe parlementaire radical, « considérant que les idées plébiscitaires et dictatoriales sont la négation des principes républicains » et que « ceux qui soutiennent ces idées n’ont rien de commun avec elle », exclut de ses réunions les députés radicaux appartenant au comité boulangiste. Le jour même, ce texte provoque une protestation des radicaux boulangistes, Laguerre, Laporte, Susini, qui se proclament « soldats dévoués de l’idée républicaine », et opposés « à toute pensée de césarisme ou de dictature »16.

  • 17 Ibidem, 24 mai 1888.
  • 18 Ranc, Arthur, Souvenirs, Paris, 1913, p. 394.

41Mais ces protestations n’empêchent pas Clemenceau de fonder, le 23 mai, au Grand Orient de France, la Société des Droits de l’Homme et du Citoyen, destinée à lutter « contre l’aventure boulangiste si humiliante pour notre pays ». Elle réunit, autour d’une base radicale, des socialistes possibilistes comme Jules Joffrin et des opportunistes comme Arthur Ranc, partisans d’une révision républicaine de la Constitution mais décidés à combattre le boulangisme « par la lutte sans merci contre toute entreprise de réaction ou de dictature »17. Aux yeux du modéré Waldeck-Rousseau, « cette liste Clemenceau-Joffrin-Ranc est un trait de génie », et elle a « sauvé le régime ces jours-ci »18. Le pasteur Frédéric Desmons, membre du Conseil de l’ordre du Grand Orient de France et député du Gard, se joint lui aussi au front anti-boulangiste après avoir été un temps séduit par le général.

  • 19 Journal Officiel, Débats de la Chambre des députés, 12 juillet 1888.

42Lorsque, le 4 juin, Boulanger vient à la Chambre pour déposer un projet de révision constitutionnelle, préparé par Naquet et qui reprend de nombreuses formules radicales, il espère semer la zizanie au sein de la coalition républicaine. Son discours constitue une attaque en règle contre la République modérée et contre le parlementarisme en général, qui, selon lui, « n’est qu’agitation dans le vide, désordre, corruption, mensonge et stérilité ». Mais sa proposition ne contient rien de concret, révélant par là même toute l’ambiguïté du boulangisme, incapable de choisir entre révisionnisme radical et tentation césariste, entre la suppression pure et simple du Sénat et de la présidence de la République, ou au contraire leur renforcement par l’élection au suffrage universel. Sa proposition est rejetée par 359 voix contre 181, radicaux et modérés faisant bloc contre lui et Floquet, le président du Conseil, l’apostrophant en ces termes : « Je cherche ce qui pourrait autoriser notre collègue à prendre devant cette Assemblée une attitude si hautaine, et à parler comme le général Bonaparte revenant de ses victoires… A votre âge, Monsieur le général Boulanger, Napoléon était mort. Et vous ne serez, vous, que le Sieyès d’une constitution mort-née ». Lors de la séance du 12 juillet, Boulanger dépose une nouvelle proposition provocatrice invitant le président de la République à dissoudre la Chambre. Il suscite une réponse non moins virulente de Floquet : « Vous dites que nous faisons la guerre aux idées nouvelles, et vous ne craignez pas, vous que nous n’avons jamais connu dans nos rangs, vous qui avez passé des sacristies dans les chambres des princes… »19. Sa diatribe est interrompue par les protestations de la droite et des boulangistes, mais elle provoque un duel entre le président du Conseil et Boulanger, dès le lendemain. Le sexagénaire Floquet ayant réussi à blesser le fringant général, il est le héros du jour lors de la revue militaire du 14 juillet 1888.

  • 20 La Justice, 8 janvier 1889.

43A la fin de l’année, ce sont une nouvelle fois les radicaux qui prennent la tête du combat anti-boulangiste, en défiant le général de présenter sa candidature lors d’une élection partielle organisée à Paris. Pelletan, dans la Justice du 25 décembre 1888, se dit persuadé que Boulanger « va essayer de se dérober » et lui lance cette apostrophe cinglante : « Voyons, général, il faut aller au feu ! Colonel en 1871, vous faisiez tirer sur les Parisiens. Vous avez été blessé la première fois, vous risquez fort d’être atteint gravement la seconde. » C’est donc à Paris, forteresse du radicalisme, que se déroule l’affrontement majeur, et le radical Edouard Jacques, président du conseil municipal, est proclamé « candidat de la République », c’est-à-dire de tous les républicains, lors du congrès réuni le 7 janvier 188920. Sa défaite écrasante est avant tout celle des radicaux, désavoués par une partie de leur électorat parisien, mais c’est aussi un avertissement protestataire qui pousse les républicains à trouver de nouvelles méthodes pour combattre Boulanger.

44La stratégie mise en œuvre par les républicains dans la perspective des élections générales prévues en octobre, repose essentiellement sur deux lois : la première, votée le 11 février 1889, rétablit le scrutin d’arrondissement ; la seconde, adoptée le 17 juillet, interdit les candidatures multiples. La conjonction de ces deux lois oblige Boulanger à dépersonnaliser la campagne électorale, en présentant partout des candidats. La faiblesse structurelle de son organisation, privée d’un chef en exil à partir du mois d’avril, laisse le champ libre aux notables monarchistes, qui s’emparent bien souvent de l’étiquette boulangiste. C’est une façon pour les républicains de clarifier l’affrontement droite/gauche, sans être embarrassés par le prestige personnel du général.

45On notera que la majorité des parlementaires radicaux, pourtant hostiles en principe au scrutin d’arrondissement, se sont ralliés aux modérés pour voter son rétablissement, seuls quelques intransigeants comme Maret ou Pelletan refusant de se plier à la discipline républicaine. On notera aussi qu’une grande partie de la presse radicale de province s’est prononcée en faveur de ce rétablissement, de même que la Société des droits de l’homme et que les conseils généraux du Var et des Bouches-du-Rhône, majoritairement radicaux.

  • 21 Id., 16 février 1889.

46Le renversement du gouvernement Floquet par une coalition de la droite, des boulangistes et de nombreux républicains modérés, le 14 février 1889, donne un coup d’arrêt à la dynamique d’union républicaine. Il faut cependant observer que le groupe de la Gauche radicale maintient son engagement de lutter « contre les menées césariennes et plébiscitaires favorisées par les ennemis de nos institutions et qui mettent en péril nos libertés publiques », tandis que l’Extrême gauche de Clemenceau fait appel à « tous les républicains » qui veulent « serrer les rangs » pour défendre la République21.

  • 22 Ibid., 24 mai 1889.

47Certes, la majorité des radicaux refusent de collaborer avec le nouveau gouvernement constitué le 22 février par le modéré Tirard et condamnent la participation à ce gouvernement du publiciste Yves Guyot, député de la Seine, désavoué par son propre journal, La Lanterne. Certes, les parlementaires radicaux se divisent lors des votes de défense républicaine concernant la levée de l’immunité parlementaire des boulangistes Laisant, Laguerre et Turquet (14 mars), celle de Boulanger lui-même (4 avril) ainsi que sur la procédure du Sénat transformé en Haute Cour de Justice pour faire le procès du général et de ses complices (9 avril). Mais ils soutiennent au quotidien l’action menée par le gouvernement Tirard, et Floquet, prenant la présidence du groupe de la Gauche radicale, félicite ses amis d’accepter les « transactions nécessaires à la constitution des majorités », prouvant ainsi qu’ils animent « véritablement un parti de gouvernement républicain »22.

  • 23 Ibid., 23 septembre 1889.

48En province, c’est l’union des républicains qui domine l’état d’esprit de la campagne électorale. Dans presque toutes les circonscriptions, un candidat unique est désigné. Là où plusieurs anti-boulangistes se présentent, un engagement est pris de se désister en faveur du mieux placé. On fait campagne contre la révision constitutionnelle, et si une grande partie des candidats radicaux s’obstinent à la réclamer, ils prennent soin de ne pas être assimilés à leurs adversaires. Les choses sont plus confuses à Paris et dans les grandes villes, du fait de la multiplication des candidats de gauche, et de la confusion fréquente entre les comités socialistes, radicaux et boulangistes. C’est ainsi que les candidats du boulangisme parisien, ouvertement hostiles à l’alliance avec les conservateurs, développent bien souvent un programme proche du radicalisme, à l’instar de Michelin dans le XIVe arrondissement, de Laguerre dans le XVe, de Laisant dans le XVIIIe ou de Vergoin dans le XXe. Néanmoins, la dynamique de la défense républicaine domine, même à Paris, comme l’illustre cette proclamation du radical Anatole de La Forge : « Dites-vous bien que votre bulletin de vote sera le salut ou la perte des idées que la Révolution française nous a léguées »23.

49Grande est la satisfaction des radicaux au lendemain du premier tour des élections, qui voit les républicains l’emporter avec 234 sièges contre 160 aux révisionnistes, conservateurs et boulangistes confondus. « Un fait éclate aux yeux, un seul à mon sens. La journée d’hier a été la fin du boulangisme », écrit Camille Pelletan dans La Justice du 23 septembre 1889. Paris ayant tout de même choisi cinq boulangistes sur les six élus du premier tour, c’est à l’enjeu parisien que La Justice consacre son éditorial, le 6 octobre : « A ceux qui prétendent rayer de son histoire la résistance séculaire au césarisme, Paris répondra qu’il n’a jamais entendu – même le 27 janvier – déserter la cause du progrès et que le moindre de ses pavés proteste contre les espérances boulangistes. »

50Paris est néanmoins la seule consolation boulangiste du second tour, qui consacre la victoire des républicains unis, avec 366 sièges contre 210 pour l’Union révisionniste. On constate que la discipline républicaine a joué à plein, 21 modérés étant élus grâce aux désistements radicaux, et 46 radicaux l’emportant grâce aux désistement modérés. En dépit du brouillage boulangiste, les radicaux ont limité la casse, puisqu’ils se retrouvent sensiblement avec le même nombre d’élus qu’avant le vote, soit un peu moins d’une centaine. Les grands vainqueurs sont néanmoins les modérés, qui détiennent presque la majorité absolue des sièges grâce au scrutin d’arrondissement.

Conclusion

51Lors des affrontements décisifs contre la droite, en 1875, en 1877 ou en 1889, les radicaux ont donc joué le jeu de la discipline républicaine face aux périls de la réaction monarchiste ou césarienne.

  • 24 Berstein Serge et Rudelle Odile, Le modèle républicain, Paris, PUF, 1992.

52En dépit des divergences, en dépit des désillusions que la stratégie « opportuniste » a suscitées parmi les radicaux, cette continuité de l’union républicaine est à souligner. Elle repose sur un héritage commun, sur des valeurs et sur des expériences communes, ce que Serge Berstein et Odile Rudelle, décrivant le « modèle républicain », désignent comme un « écosystème social », appuyé sur les même fondements philosophiques, les mêmes sensibilités, le même attachement à la Révolution française, aux libertés, à la démocratie parlementaire, à la laïcité, au patriotisme et à l’instruction publique24.

53Ce qui définit avant tout la famille radicale, dans ces années de maturation du régime républicain, c’est son hostilité aux autres modèles de référence, qu’ils soient légitimistes, orléanistes, bonapartistes ou socialistes. L’aventure césarienne du boulangisme n’attire qu’une minorité de radicaux, qui s’empresseront d’ailleurs de regagner les rangs de la gauche après la chute du mouvement. L’attraction du socialisme ne fonctionne que par sa radicalité, mais les radicaux rejettent profondément les principes fondamentaux du collectivisme, qu’ils estiment contradictoires avec l’héritage sans-culotte de la Révolution française.

54Après la chute du boulangisme, les combats entre radicaux et modérés, devenus « progressistes », vont reprendre de plus belle, pendant toute une décennie. Mais l’affaire Dreyfus sera une nouvelle occasion de mettre en œuvre la défense républicaine. A travers ces expériences d’unité, comme à travers les combats parlementaires les plus implacables, le radicalisme s’est familiarisé avec un régime qui n’était pas tout à fait le sien. A la base comme au sommet, dans les conseils municipaux, dans les loges maçonniques, dans les comités électoraux comme à la table du conseil des ministres, les radicaux se sont progressivement identifiés à la troisième République. L’aboutissement naturel de ce long et patient processus d’identification, si éloigné des péripéties parlementaires et des crises gouvernementales, aboutit au début du vingtième siècle à l’avènement des radicaux au pouvoir. Commence alors la phase de maturité républicaine : troublant paradoxe, elle sera dénommée « république radicale ».

Notes

1 Kayser, Jacques, Les grandes batailles du radicalisme 1820-1901, Paris, Marcel Rivière, 1962.

2 Laboulaye, E. de, Le parti libéral, son programme, son avenir, Paris, Charpentier, 1869.

3 Simon, Jules, La politique radicale, Paris, 1868.

4 Blanc, Louis, Le parti qu’on appelle radical, sa doctrine, sa conduite, Paris, 1872.

5 Discours de Grenoble, 20 septembre 1872 et discours à l’Assemblée nationale, 14 décembre 1872.

6 Discours du 15 février 1876.

7 Bibliothèque de l’Assemblée nationale.

8 Papiers Scheurer-Kestner, Bibliothèque nationale, Nouvelles acquisitions françaises, 12 707, feuille 433.

9 Adam, J., Après l’abandon de la revanche, Paris, Lemerre, 1910, p. 82.

10 Id., p. 87.

11 Papiers Scheurer-Kestner, Nouvelles acquisitions françaises, 12 708, feuille 53.

12 Discours du 22 octobre 1878.

13 Le Temps, 9 novembre 1902.

14 Le Radical, 3 mars 1888.

15 Id., 21 mars 1888.

16 Ibid., 20 avril 1888.

17 Ibidem, 24 mai 1888.

18 Ranc, Arthur, Souvenirs, Paris, 1913, p. 394.

19 Journal Officiel, Débats de la Chambre des députés, 12 juillet 1888.

20 La Justice, 8 janvier 1889.

21 Id., 16 février 1889.

22 Ibid., 24 mai 1889.

23 Ibid., 23 septembre 1889.

24 Berstein Serge et Rudelle Odile, Le modèle républicain, Paris, PUF, 1992.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540