Version classiqueVersion mobile

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Première partie. Du radicalisme au parti radical (des années 1840 à 1901)

Chapitre 1. Les débuts du radicalisme un idéal de vraie république à l’épreuve de la vie politique

Raymond Huard

Texte intégral

1Si le mouvement radical en France puise ses origines dans toute l’histoire du républicanisme, il s’individualise en tant que courant politique seulement dans les années qui précèdent et suivent immédiatement 1840, lorsque les incertitudes nées de la révolution de juillet 1830 trouvent une fin provisoire. Jusqu’en 1870, l’appellation même de « radical » ne s’impose encore que de façon discontinue et partielle pour désigner cette fraction émergente du parti républicain. D’autres termes ont même momentanément beaucoup plus de succès comme ceux de « montagnard » ou de « démocrate socialiste » entre 1849 et 1851. Le futur radicalisme est donc pendant ces années à l’état d’ébauche. Il se cherche à travers une histoire mouvementée avant de se cristalliser de façon plus nette sous l’Assemblée de Versailles entre 1871 et 1876.

L’événement fondateur : l’élection de Ledru Rollin en 1841

2En 1841, un événement fondateur impose le radicalisme au premier plan de l’opinion : c’est la campagne électorale qui aboutit à l’élection de Ledru Rollin dans la Sarthe. Le courant se consolide un peu plus tard avec la création du journal La Réforme en 1843.

  • 1 Sur l’histoire du parti républicain pendant cette période, voir les ouvrages classiques de G. Weil (...)

3Cette promotion assez inattendue a été préparée par un changement de la conjoncture politique, internationale et sociale. Entre 1834 et 1840, les républicains ont échoué à conquérir le pouvoir par la force en renversant le régime de la Monarchie de Juillet, comme ils l’escomptaient depuis 18301. Les affrontements de 1834 à Paris et Lyon ont démantelé les forces du parti, dont de nombreux leaders ont été emprisonnés et seront jugés un peu plus tard. La législation sur les sociétés politiques (1834) et sur la presse (1835) a été durcie. De petits groupes, avec Blanqui par exemple, s’obstinent dans la construction d’organisations secrètes aux objectifs insurrectionnels, mais l’échec du coup de main parisien du 12 mai 1839 dirigé par la société des Saisons semble confirmer qu’il s’agit d’une voie sans issue. La plupart des leaders connus du mouvement manifestent désormais une approche beaucoup plus légaliste de l’action politique. C’est pourquoi d’ailleurs la grande affaire du moment devient la réforme électorale, réforme qui devrait élargir la base encore trop étroite du régime. Quelle réforme, limitée ou de grande ampleur ? Faut-il simplement créer, en abaissant le cens, une centaine de milliers d’électeurs nouveaux ou aller beaucoup plus loin, par exemple en donnant le droit de vote à tous les gardes nationaux ou, plus loin encore, jusqu’au suffrage universel masculin ? Eventualités que refusent d’envisager le régime et le gouvernement, dominé désormais par Guizot.

  • 2 L’histoire du « patriotisme » républicain pendant la Monarchie de Juillet a été analysée avec préc (...)

4Dans le domaine de la politique internationale, le régime a choisi la prudence. Sans doute a-t-il remporté en 1831 un succès appréciable, l’indépendance de la Belgique. Il reste que sa réserve en matière internationale se confirme de plus en plus nettement. Lors de la crise orientale de 1840, Thiers, jugé aventuriste, a été renvoyé. La dépendance apparente de la France à l’égard de la Grande Bretagne irrite les républicains, qui auraient voulu une attitude beaucoup plus audacieuse. La critique du régime au nom d’un patriotisme intransigeant est toujours très vive2.

5Enfin l’on voit se révéler dans ces années les souffrances sociales qui accompagnent le développement de l’industrie. Le déclin ou la ruine de certaines activités (le tissage à la main par exemple), l’exploitation inhumaine, non seulement des hommes mais aussi des enfants et des femmes dans les manufactures montrent que le développement capitaliste a aussi sa face obscure. Le régime, pleinement acquis au libéralisme économique, au moins à l’intérieur, n’intervient que par la loi sur le travail des enfants (1841), limitée et mal appliquée. En revanche, venant de tous les bords, les théories socialistes ou philanthropiques commencent à proliférer. Dans les prisons de la Monarchie de Juillet, les échanges se sont renforcés entre les militants républicains et les ouvriers. Les républicains ressentent plus qu’auparavant le besoin de formuler un programme social. C’est de ces exigences diverses que va sortir le premier radicalisme.

6Le moment est donc favorable à un renforcement de l’influence de la gauche républicaine. Entre les républicains modérés tentés d’en rabattre sur leur programme pour agir au sein du régime et l’extrême gauche républicaine, affaiblie, démantelée par ses échecs (Blanqui et Barbès sont en prison), il y a un terrain à occuper. C’est ce que comprendra fort bien Ledru-Rollin. Cette gauche républicaine se reconnaît alors dans le terme « radical ». L’adjectif est plus employé que le terme « radicalisme », apparu cependant dès 1820. Il a été emprunté à la Grande Bretagne d’abord par simple opportunité puisqu’il n’est plus possible, après la loi sur la presse du 9 septembre 1835, de se proclamer républicain sous peine d’être poursuivi devant les tribunaux. L’emprunt n’est pas illégitime : les radicaux anglais qui se sont affirmés pendant la Révolution française et en s’inspirant de sa phase démocratique, adressent au régime de leur pays les mêmes reproches que les Français à la Monarchie de juillet : étroitesse du corps électoral, caractère oligarchique de la représentation, indifférence vis-à-vis de la misère du peuple. Leur idéologie, inspirée de Locke, de Bentham, de James et Stuart Mill est libérale, mais aussi démocratique. Leur clientèle, d’abord issue des dissenters et des artisans des villes, s’est progressivement élargie à des fractions de la classe ouvrière industrielle. Leurs objectifs sont voisins de ceux des Français (en premier lieu la réforme électorale) et leurs modes d’action sont légaux, la pétition, les meetings. Deux grandes phases revendicatives ont marqué leur action : l’une a eu lieu au lendemain de la guerre européenne entre 1816 et 1819, l’autre est en cours, au tournant des années 30 et 40 : c’est le mouvement chartiste. On note donc un certain parallélisme à cette date entre les actions de la gauche démocratique dans les deux pays.

  • 3 Voir note 8.

7En France, la plupart des hommes qui, vers 1840, représentent le républicanisme radical ont été impliqués, comme Godefroy Cavaignac, Ferdinand Flocon, Félix Pyat ou Eugène Baune3, dans les luttes du début de la Monarchie de Juillet, ont participé à la société des Amis du peuple ou aux Droits de l’homme, ont parfois connu la prison à l’occasion des mouvements de 1834. L’amnistie de 1837 les a rendus à la vie publique. En 1841, un homme nouveau, un avocat, Ledru Rollin, s’impose de façon assez fracassante. Ses qualités personnelles indéniables et sa position sociale élevée en font bientôt un des principaux leaders du mouvement.

  • 4 Bien qu’il existe de nombreux ouvrages concernant Ledru-Rollin, aucune biographie vraiment complèt (...)
  • 5 Sur l’élection de 1841, voir l’ouvrage très complet de Stanislas Mitard, Les origines du radicalis (...)
  • 6 S. Mitard, op. cit., p. 47 et 48.

8Alexandre Ledru Rollin4, un peu plus jeune que la plupart de ceux que nous venons de citer, est né à Paris le 2 février 1808, dans une famille aisée de la bourgeoisie parisienne Ses ancêtres, hommes de science, ont déjà conféré une notoriété au nom de Ledru. Il a lui-même ajouté à son patronyme le nom de sa bisaïeule maternelle, Rollin, pour se distinguer d’un autre avocat très connu, Charles Ledru. Rédacteur au Journal du Palais, et au Droit, journal qu’il a créé, Ledru-Rollin est possesseur d’une belle fortune acquise en partie par un travail soutenu et est devenu avocat à la Cour de cassation. Il a assumé à plusieurs reprises, à partir de 1834, la défense d’insurgés ou de journalistes républicains poursuivis devant les tribunaux. C’est un homme de belle prestance, au visage harmonieux et ouvert, à la voix forte et bien timbrée et c’est un orateur puissant et incisif. Ces belles qualités le portaient assez naturellement vers la politique. Ses débuts le situent dans la gauche modérée, l’opposition dynastique, mais ses deux premières candidatures à la députation à Saint-Valéry-en-Caux (1837 et 1839) échouent. En 1841, la mort d’Etienne Garnier-Pagès, député de la Sarthe, lui ouvre un espace5. La circonscription du Mans est alors un foyer de libéralisme avancé et de républicanisme. Après Sieyès et Lazare Carnot, Benjamin Constant, La Fayette, Cormenin, Garnier-Pagès aîné enfin, ont été ses élus. Ledru-Rollin est choisi comme candidat de préférence à Michel de Bourges plus avancé pourtant, parce que les « grands électeurs » locaux, le banquier Trouvé-Chauvel, et le journaliste et écrivain Hauréau, veulent s’affranchir de l’influence des hommes du National. Peut-être aussi parce que Ledru a promis d’aider financièrement le journal républicain local en difficulté Le Courrier de la Sarthe. Le coup de tonnerre se produit le 23 juillet 1841. Ce jour là Ledru-Rollin prononce devant les électeurs de la Sarthe, un discours programme d’un ton très vif où il critique vertement sur tous les plans le régime de juillet, réclame le suffrage universel, se pose en défenseur intransigeant du sort du peuple délaissé et trahi, mais qui n’en est pas moins « l’Ecce homo des temps modernes ». « Pour nous, Messieurs, le peuple, c’est tout. Soulager ses misères, ses douleurs, voilà notre but. Passer par la question politique pour arriver à l’amélioration sociale, telle est, je le répète, la marche qui caractérise le parti démocratique en face des autres partis. »6 Bien que les solutions proposées soient très vagues, le discours fait sensation, classe Ledru Rollin parmi les radicaux et le gouvernement lui donne d’ailleurs un retentissement supplémentaire en poursuivant l’auteur devant les tribunaux, affaire qui traînera jusqu’en 1842. Elu à la Chambre à la quasi-unanimité des votants, réélu en 1842, Ledru-Rollin devient dès lors le grand orateur du parti démocratique et intervient sur de multiples sujets.

  • 7 1698 exemplaires, en 1845, 1860 en 1846.
  • 8 Nous suivons ici les analyses de Claude Latta dans son ouvrage Eugène Baune 1799-1880 Montbrison, (...)
  • 9 cité dans Jacques Kayser, Les grandes batailles du radicalisme, des origines aux portes du pouvoir (...)

9Sa position se conforte encore avec la création en 1843 de La Réforme, journal qui prend le relais de la Revue du progrès et rassemble autour de lui toute une pléiade de collaborateurs, Godefroy Cavaignac, rédacteur en chef jusqu’à sa mort en 1845, Eugène Baune, Ferdinand Flocon, Etienne Arago, Lamennais, Schoelcher, Guinard, E. Quinet, etc. La Réforme qui vécut difficilement et tira à moins de 2000 exemplaires7 popularisa jusqu’en 1848, les principales idées du courant républicain radical de l’époque8. Sa principale référence idéologique, c’est la Révolution française. Celle-ci est envisagée déjà comme un tout, mais on admire surtout la phase montagnarde tout en rejetant dans le passé la Terreur jugée circonstancielle. En matière de programme, La Réforme innove peu par rapport aux idées déjà présentées par les républicains : suffrage universel, éducation gratuite pour le peuple, moralisation de l’économie, par la solidarité et la conciliation. Tout en respectant les principes du libéralisme, l’Etat peut améliorer la vie du peuple grâce à une répartition plus judicieuse des impôts, à l’encouragement au travail national, à la protection des plus faibles (vieillards sans ressources, invalides). Le « droit au travail » est affirmé, sans que les moyens pour y parvenir soient bien définis. Vis-à-vis de l’Eglise, on accepte l’inspiration évangélique, mais les ordres monastiques sont critiqués et l’ultramontanisme est condamné. La liberté de l’enseignement, admise par certains (Ledru-Rollin), suscite des réserves. Patriote et donc vivement critique vis-à-vis du ministère Guizot, la Réforme soutient les luttes des Irlandais, des Polonais, des Italiens. Elle défend l’idée d’une armée nationale sans tirage au sort ni exemptions. A l’horizon, s’agit-il de recréer une « grande nation » française ou de favoriser l’émergence d’une Europe des peuples plus égalitaire ? La question commence à être posée sans être tranchée. Même si ces revendications sont présentées dans le cadre du régime existant, il ne fait pas de doute pour leurs défenseurs que seule la république peut les satisfaire. Lors de la campagne des banquets de 1847, Ledru-Rollin à Lille, le 7 novembre, développe avec succès quelques idées forces : défense des droits du peuple laborieux et souffrant, revendication d’une grande politique extérieure, valorisation de la Révolution dans son intégralité. A la veille de 1848, le courant républicain radical est désormais individualisé par rapport à ses concurrents plus modérés groupés autour du National. Ironisant habilement au banquet de Dijon (21 novembre 1847) sur le terme « ultra-radical » employé volontiers contre les radicaux, Ledru-Rollin affirme l’unicité du radicalisme quant au contenu. Mais il ne refuse pas qu’on qualifie d’ultra-radicale la détermination à le faire entrer dans la vie9.

La République de 1848 : des radicaux de 1840 à la Montagne

10Pour ce premier radicalisme, la révolution de 1848 constitue l’épreuve du feu, épreuve que dans un premier moment, il passe avec peine. Il faut attendre la fin de l’année 1848 et le début de 1849 pour qu’à l’occasion de l’élection présidentielle, puis de celle de l’Assemblée législative, on voie surgir avec la « Montagne » une équipe, un programme assez nettement défini et un début d’organisation. La révolution a surpris les radicaux qui même après l’interdiction du banquet prévu pour le 22 février 1848 n’envisageaient pas l’épreuve de force. A la faveur de la révolution, certains de leurs leaders, Ledru-Rollin, Flocon entrent dans le gouvernement provisoire, mais il y sont en minorité. Il revient à Ledru-Rollin, en tant que ministre de l’Intérieur, de remplacer les préfets par des commissaires du gouvernement, d’organiser le suffrage universel nouvellement institué. Si beaucoup de critiques, parfois exagérées d’ailleurs, visèrent l’accomplissement de la première tâche, la seconde, bien maîtrisée, lui valut dans le long terme une popularité justifiée. Mais il se trouva plus isolé dans sa volonté de guider les électeurs pour faire élire des candidats républicains. Politiquement, la situation des anciens radicaux est délicate. Leur appellation même n’a plus de raison d’être puisqu’on n’a plus à se cacher d’être républicain. Authentiques républicains « de la veille », ils doivent plutôt se différencier de tous les ralliés, sincères ou insincères, républicains du lendemain ou royalistes camouflés. Ils sont d’autre part débordés sur leur gauche, par un puissant mouvement ouvrier, la prolifération des idées socialistes ou même par les républicains les plus avancés, Blanqui ou Barbès, qui contestent le tenue immédiate des élections. Celles-ci, le 23 avril, voient plutôt le triomphe de Lamartine et des modérés et la nouvelle assemblée maintient de justesse Ledru-Rollin à la commission exécutive. L’aile gauche du radicalisme, Louis Blanc par exemple, se trouve compromise dans la journée insurrectionnelle du 15 mai contre l’Assemblée, tentative que Ledru-Rollin a combattue. L’insurrection ouvrière de juin à la suite de la fermeture autoritaire des ateliers nationaux creuse un fossé profond entre toute une partie du monde ouvrier et les républicains de gouvernement, Ledru-Rollin compris, qui n’a pas participé directement à la répression, mais ne s’y est pas opposé.

  • 10 Rappelons que Louis-Napoléon avait obtenu 5 587 000 voix et Cavaignac, 1 474 000.
  • 11 On trouvera dans le Dictionnaire du mouvement ouvrier de Jean Maitron des indications biographique (...)

11C’est pourtant à l’issue de cette phase dans l’ensemble très défavorable que s’affirme, à travers les moments électoraux et par une implantation militante dans le pays, un courant démocrate socialiste, qui est porteur, entre les socialistes et les républicains modérés, des valeurs du futur radicalisme. La situation politique à l’automne 1848, présente avec celle de 1840 certaine analogies. L’extrême gauche socialisante n’a pu prendre le contrôle de la République. La politique des républicains modérés a conduit au renforcement de la droite. La voie est donc dégagée pour un courant républicain authentique, légaliste, patriote et de progrès social, d’autant plus qu’à la différence de la monarchie de Juillet, la république et le suffrage universel laissent désormais espérer une conquête pacifique du pouvoir par les urnes. Les étapes de l’affirmation de ce courant sont bien connues. L’élection présidentielle d’abord le 10 décembre 1848. Ledru-Rollin, choisi comme candidat par la gauche, à la fois contre Cavaignac et contre Louis Napoléon, n’obtient qu’un résultat très modeste (371 000 voix, 5 % des exprimés), comparé à celui de ses concurrents10, mais cela suffit à faire de lui le leader de cette tendance politique qui compte à l’Assemblée constituante 70 membres environ. Une tentative d’organisation nationale autour d’une association politique, la Solidarité républicaine dirigée par C. Delescluze et Martin Bernard entre novembre 1848 et janvier 1849, tourne court par suite de l’interdiction gouvernementale, mais a néanmoins des effets positifs. L’alliance entre la gauche républicaine et les socialistes (rappelons que ce mot a à l’époque un sens très vague) se précise en janvier 1849 dans la perspective des prochaines élections législatives. Lors de celles-ci, le 13 mai 1849, la Montagne s’affirme comme une grande force politique avec plus de 200 députés et environ 35 % des voix. La rapidité de ces progrès appelle quelques commentaires. La Montagne profite sans doute du fait que les espoirs populaires placés en Louis-Napoléon lors de la présidentielle ont été déçus. En revanche, les démocrates socialistes, tout en conservant les grandes orientations des radicaux des années 1840, ont précisé dans le détail leur programme pour mieux répondre aux aspirations engendrées par l’expérience des premiers mois de la République et par le malaise économique qui persiste. La Montagne critique l’institution présidentielle, demande le retour à un régime parlementaire, le respect des libertés fondamentales (presse, réunion, association). En matière économique, elle revendique des mesures favorables aux paysans, l’abolition des impôts de consommation sur le sel et les boissons, la création d’une banque hypothécaire pour lutter contre l’usure. Sans remettre en cause le libéralisme économique, elle combat la féodalité financière en demandant la nationalisation des plus grandes entreprises (canaux, voies de chemins de fer, banques, assurances, mines). Enfin l’actualité de la répression internationale contre les mouvements d’émancipation nationale (Allemagne, Hongrie, Italie) l’amène à défendre avec intransigeance la liberté des peuples opprimés, à demander que la France intervienne en leur faveur. En épousant sans réticence les revendications d’un républicanisme authentique et sans compromis, la Montagne a su trouver une large audience. Elle a aussi été capable rassembler des hommes de qualité, connus sur le plan local ou national par leur activité militante ou leur talent. L’ancien magistrat Ferdinand Gambon dans la Nièvre11, l’agronome Pierre Joigneaux en Côte d’Or, l’avocat Alphonse Gent à Avignon ou le docteur Yvan dans les Basses-Alpes sont des militants locaux bien implantés, comme les ouvrier Greppo et Joseph Benoit à Lyon. Le dramaturge Félix Pyat, l’avocat Michel de Bourges, le journaliste Victor Considérant, ont une réputation nationale. La Montagne sait faire place aussi à des hommes de statut social très modeste, surtout à l’époque, des instituteurs comme Malardier dans la Nièvre ou Louis Avril dans l’Isère, des sous officiers comme Boischot ou Rattier. Les nouvelles couches sociales dont Gambetta annoncera plus tard l’avènement sont ici en germe. Cet incontestable succès a aussi créé des illusions. Peu habitués – et pour cause – aux fluctuations rapides de l’opinion, que révélera l’exercice du suffrage universel, les montagnards peuvent avoir l’impression que le succès de 1849 n’est que l’annonce de nouveaux et imminents progrès.

  • 12 Sur le 13 juin 1849, qui a donné lieu à toute une littérature à l’époque même, voir B. H. Moss, Ju (...)
  • 13 Sur Langomazino, voir l’ouvrage très détaillé de Dominique Lecoeur, Louis Langomazino (1820-1885) (...)
  • 14 Le courant en faveur de la démocratie directe a été étudié par F. Bracco, « Democrazia diretta et (...)

12C’est l’inverse qui se produit. Du milieu de l’année 1849 à décembre 1851, la Montagne subit presque immédiatement une défaite majeure, puis doit combattre en retrait. Le 13 juin 1849, les représentants montagnards, Ledru-Rollin en tête, poussés par une base plus radicale, appellent le peuple à manifester pour s’opposer à l’intervention française à Rome et à l’écrasement de la république romaine. Le mouvement, décidé dans une certaine confusion, et surtout contré de façon brutale par Changarnier, commandant de l’armée de Paris, se termine en désastre12. Trente et un représentants montagnards parmi lesquels les plus connus, Pyat, Considérant, Ledru-Rollin, doivent s’enfuir ou sont mis en prison. Trente seront plus tard déchus de leur mandat. Les élections partielles de juillet 1849 sont un désastre pour la gauche. La majorité conservatrice multiplie les lois de réaction contre la presse, les sociétés politiques, et tente de mettre l’enseignement sous la tutelle du clergé (lois de Parieu et Falloux). Après les élections partielles de mars et avril 1850 qui traduisent un certain ressaisissement de l’électorat montagnard, elle ampute gravement le suffrage universel (loi du 31 mai). Face à cette politique, la Montagne, désormais sans leader reconnu, est divisée. La majorité des représentants montagnards, échaudés par l’expérience, prônent l’attentisme et le respect de la légalité. Une fraction minoritaire de la Montagne parlementaire n’exclut pas une nouvelle insurrection, largement populaire cette fois. Elle s’appuie sur les sociétés secrètes républicaines qui se répandent alors dans le Sud-Est, sous l’impulsion d’A. Gent et d’un militant ouvrier toulonnais Louis Langomazino13, et insistent sur les aspects sociaux du programme montagnards. Les exilés, avec Ledru-Rollin ou Considérant, vont encore plus loin sur le plan théorique, remettent en cause le système représentatif, qui s’est révélé décevant et rétrograde, préconisent la démocratie directe du peuple14. Même confrontée aux ambitions de plus en plus visibles du président Louis-Napoléon Bonaparte, la Montagne ne définit pas un tactique commune. Pour les conservateurs, effrayés par la tonalité sociale du programme démocrate-socialiste, les montagnards sont des « rouges », des « partageux » conduits par des déclassés avides, porteurs d’une menace de subversion sociale qu’il faut éradiquer. Le coup d’Etat napoléonien et la répression impitoyable qui lui succède réalisent cet objectif.

Des démocrates-socialistes de 1849 aux radicaux de 1869 : fidélité au passé et infléchissements doctrinaux

  • 15 Sur Eugène Pelletan, voir les Actes du colloque de Saint-Georges de Didonne (1997) publiés sous le (...)

13Le coup d’Etat a sanctionné le décès du parti démocrate socialiste, même si les principaux leaders, en fuite ou expulsés du territoire plutôt que déportés, ont échappé à la répression la plus rigoureuse. Les militants sont hors d’état d’agir en France même ou dispersés dans toute l’Europe : Belgique, Espagne, Suisse (Flocon y mourra en 1866), Grande-Bretagne (Ledru-Rollin, Pyat). L’exil n’a pas atténué leurs divisions. Entre ceux qui préconisent une opposition sans aucun compromis avec l’Empire, et ceux qui voudraient utiliser les moyens légaux encore disponibles, ceux qui accepteront les grâces et plus tard l’amnistie (C. Delescluze) et ceux qui la refuseront (V. Hugo) ou en seront exclus (Ledru-Rollin), sans parler même des vieux contentieux nés du cours même de la Révolution de 1848, les causes de dissensions sont très nombreuses. Les tentatives de regroupement ne rassemblent que des minorités restreintes. En France également l’opposition est très affaiblie. Les militants revenus d’exil ou de déportation, souvent affaiblis physiquement, parfois ruinés, sont absorbés par des préoccupations matérielles. La nouvelle génération politique est elle aussi sous la menace du pouvoir : Arthur Ranc est arrêté deux fois en 1853 et 1855 et finalement envoyé à Lambessa d’où il ne reviendra qu’après l’amnistie de 1859. Même après la libéralisation du régime, les journalistes (E. Pelletan, C. Delescluze, Rochefort,) ou de simples militants (le cordonnier bellevillois Napoléon Gaillard) sont accablés de procès et lourdes amendes15.

  • 16 Sur l’évolution intellectuelle pendant ces années et ses incidences sur le mouvement républicain, (...)
  • 17 V. Hugo, Napoléon le petit, éd. Edouard Hugues, 1879, p. 191.
  • 18 Paris, 1865. F. Furet a présenté dans La Gauche et la Révolution au milieu du XIXe siècle, Edgard (...)

14Sur un autre plan en revanche, celui des idées, la réflexion sur le coup d’Etat et ses suites comme l’évolution, plus générale de la conjoncture intellectuelle dans les années 1850 et 1860 provoquent un net infléchissement de l’idéologie républicaine et préparent l’émergence d’une nouvelle génération intellectuelle, celle des années 1860, qui sera celle des fondateurs du radicalisme de la troisième République16. Si elle touche l’ensemble du mouvement républicain, cette évolution met aussi en avant des thèmes qui seront privilégiés par les futurs radicaux. Le coup d’Etat a attiré l’attention sur la puissance jusqu’ici sous-estimée de l’Etat centralisé, dénoncée dès 1852 aussi bien par Hugo, dans Napoléon le petit que par Marx dans Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte. Dès lors il s’impose de réduire à la fois ses moyens d’action et ses appuis. Les quatre principaux obstacles à la réalisation de l’idéal démocratique selon Victor Hugo sont « l’armée permanente, l’administration centralisée, le clergé fonctionnaire, la magistrature inamovible »17. On revendique donc désormais un Etat à la fois allégé et démocratisé par la base (élection des juges, milice citoyenne au lieu de l’armée de métier, séparation de l’Eglise et de l’Etat, décentralisation et essor des libertés locales). La réhabilitation du parlementarisme qui va souvent de pair avec ces idées ne fait pas en revanche l’unanimité. D’autre part, si le républicanisme des quarante-huitards était volontiers religieux, l’évolution intellectuelle qui se dessinait dès la fin de la Seconde République avec la lutte contre la loi Falloux, se prolonge et s’accentue, dynamisée d’ailleurs par les initiatives de la papauté (Encyclique Quanta Cura et Syllabus, 1864). L’anticléricalisme, l’idée de laïcité, la libre pensée ou même l’athéisme et le matérialisme, gagnent du terrain. Ces approches différentes du fait religieux qui s’accompagnent parfois de rêveries cosmiques peuvent converger dans la revendication unificatrice de la laïcité de l’Ecole et l’Etat. Les nouvelles tendances philosophiques (positivisme d’Auguste Comte revu par Emile Littré, kantisme diffusé par Jules Barni, néocriticisme de Charles Renouvier), le progrès des sciences historiques et religieuses (Renan et La Vie de Jésus, 1863), des sciences naturelles (préhistoire, paléontologie, théorie de l’évolution défendue par Darwin, matérialisme médical) paraissent d’ailleurs leur donner une confirmation. Quant au débat sur la Révolution française et en particulier la terreur, il est toujours ouvert, ranimé même par la parution de l’ouvrage, de Quinet La Révolution en 1865, dont les thèses antijacobines suscitent un vaste débat18. Enfin les républicains sont confrontés à la montée du mouvement ouvrier surtout dans les dernières années de l’Empire et sont désireux de contrer les tentatives de séduction impériale à l’égard de la classe ouvrière. Prudents car ils se souviennent de l’expérience de 1851 et de la façon dont la défense de la République a pu être assimilée à la subversion sociale, ils souhaitent cependant ne pas perdre contact avec les milieux ouvriers qui constituent d’ailleurs une partie importante de leurs électeurs.

  • 19 Paris, 1868, 396 p.
  • 20 Ranc dans le premier numéro de La Lanterne, cité par Nordmann, op. cit., p. 54.
  • 21 Voir Francis Arzalier, Trois ans de journalisme d’opposition dans l’Hérault, 1869-1870-1871. Jules (...)
  • 22 Sur le procès et les plaidoiries, voir L’Affaire de la souscription Baudin, seul compte rendu comp (...)
  • 23 Sur la formation du groupe gambettiste, voir Nathalie Bayon, Jeunesse et genèse d’un groupe politi (...)

15C’est de l’ensemble de cette évolution accélérée au cours des années 1860 par la libéralisation du régime impérial que sort le nouveau radicalisme de cette période. Le terme « radical » resurgit, est illustré par le livre de J. Simon, La Politique radicale en 186819, mais il est concurrencé par d’autres, « irréconciliables » ou « gauche fermée ». Les contours de ce néo-radicalisme sont encore très vagues sans recouvrir forcément ceux de l’opposition irréductible à l’Empire. Les aspirations des hommes de cette mouvance ne sont pas non plus unifiées. J. Simon insiste sur la « liberté » et « l’élimination de l’autorité jusqu’aux dernières limites du possible ». Ranc va plus loin en 1868 lorsqu’il veut des hommes « inébranlablement attachés à leurs convictions politiques, prêts à suivre jusqu’au bout le prolétariat dans ses légitimes revendications, résolus à faire table rase des dogmes vieillis, des métaphysiques surannées et à les remplacer par les réalités de la science, révolutionnaires enfin dans la forme et dans le fond »20. Mais l’opposition à l’Empire atténue les clivages. A côté d’hommes un peu plus âgés qui ont vécu la révolution de 1848 (J. Simon ou C. Delescluze), ce courant rassemble surtout des jeunes, souvent originaires de la moyenne bourgeoisie de province – Clemenceau est vendéen, Ranc vient de Poitiers, Gambetta de Cahors, Allain-Targé du Maine-et Loire, Cazot, d’Alès, Pelletan du voisinage de Royan. Beaucoup sont venus faire des études de droit ou de médecine à Paris et ont fait leurs classes politiques dans les brasseries du Quartier latin ou parfois comme Clemenceau en allant visiter Blanqui, le vieux lutteur, dans sa prison. Ils pénètrent quelques loges maçonniques, trouvent des tribunes dans les nouveaux journaux qui paraissent dès 1865 (L’Avenir national de Peyrat) et surtout après la loi de 1868, à Paris – Le Réveil de Delescluze, la Lanterne de Rochefort, publiciste très incisif, la Marseillaise qui a les faveurs des milieux ouvriers – ou en province, comme Les Droits de l’Homme du jeune Jules Guesde à Montpellier21. Ce sont eux qui à la suite d’E. Ténot, réveillent la mémoire des journées de décembre 1851, soutiennent l’idée d’élever un monument à Baudin, le représentant de l’Ain, tué sur une barricade le 3 décembre. A l’occasion du procès de la souscription Baudin, en novembre 1868, un jeune avocat – il a alors 30 ans – encore peu connu, Léon Gambetta, fils d’un épicier de Cahors, lance contre l’Empire et le coup d’Etat du 2 décembre 1851 une philippique terrible qui marque le début de sa carrière politique22. Celle-ci sera épaulée par le groupe de fidèles et d’amis, d’une douzaine de membres (Challemel-Lacour, Allain-Targé, Freycinet, Scheurer-Kestner, Laurier, P. Bert) qui s’est progressivement formé autour de lui23.

  • 24 Sur le programme de Belleville, voir Pierre Barral, Les fondateurs de la Troisième République, A. (...)

16Le néo-radicalisme se dessine mieux dans les dernières années de l’Empire quand le clivage devient plus net entre républicains radicaux et modérés qui s’affrontent d’ailleurs aux élections de 1869, notamment dans les circonscriptions parisiennes. Sur le plan politique, il est résumé dans le programme de Belleville, texte élaboré par un comité d’électeurs et qu’accepte Gambetta, candidat dans cette circonscription populaire et ouvrière24. La démarche affirme le souci de resserrer le lien entre le représentant et ses électeurs, de donner au moins en théorie, la priorité à ceux-ci. Le programme revendique l’octroi intégral des grandes libertés, encore inexistantes ou rognées, la liberté personnelle, celle du suffrage à tous les niveaux, de presse, de réunion et d’association. Il se prononce pour la démocratisation de l’Etat (élection de tous les fonctionnaires, suppression des armées permanentes) et pour l’instruction primaire gratuite laïque et obligatoire. Sur le plan social il est prudent, beaucoup plus que celui de la Montagne en 1849, et insiste d’abord sur l’allègement des impôts que permettraient l’abolition des octrois et une politique d’économie (suppression des gros traitements, réduction des dépenses militaires), sur l’encouragement au travail et à l’initiative par la suppression des monopoles et des privilèges. Des réformes économiques de plus grande ampleur, explicitement subordonnées à « la transformation politique » sont envisagées de façon vague, afin de progresser vers « la justice et l’égalité sociale ». Nullement socialiste, ce programme se propose de faire au contraire « disparaître l’antagonisme social ». Si ces radicaux, rejoints désormais par d’anciens quarante-huitards (Gambon, Gent, Cazot) sont présents dans les batailles électorales, ils ne remportent encore que des succès limités (Gambetta à Belleville et Marseille, et Rochefort qui succède à Gambetta dans sa circonscription parisienne). La bataille du plébiscite de mai 1870 leur fournit l’occasion d’affirmer plus nettement encore les vertus du parlementarisme que récuse cependant toujours Ledru-Rollin. Ajoutons que les radicaux, certes toujours ardemment patriotes sont moins bellicistes que leurs précurseurs des années 1830 et 1840 : ils mesurent les dangers de l’interventionnisme impérial pour l’avenir de la France à l’extérieur et à l’intérieur et commencent à envisager une entente entre les peuples qui permettrait la préservation de la paix.

17Dans ces trente années qui voient sa genèse mouvementée, le radicalisme a révélé quelques caractéristiques qui se révèleront durables et il a commencé à s’implanter dans le pays. Aile gauche du parti républicain, il partage avec ce dernier des options fondamentales, la défense des principes de 1789, la priorité du politique, la valeur de la république en tant que forme institutionnelle, l’exaltation de la France en tant que nation, enfin surtout après 1848, la méfiance envers l’Eglise. Il sera toujours difficile de tracer une limite rigoureuse entre les radicaux et les simples républicains. Entre eux, le débat porte dès ce moment sur le contenu d’une vraie République. Comment en particulier, faire du peuple, un acteur au quotidien de celle-ci plutôt qu’un électeur intermittent et distant ? Vaste interrogation toujours actuelle aujourd’hui. D’autres questions prêtent aussi à débat, l’attitude plus ou moins rigoureuse envers l’Eglise par exemple. La distinction est plus facile à établir avec les socialistes. Certes les radicaux partagent avec ces derniers le souci du bien être du peuple, parce qu’ils y voient une garantie de la stabilité des institutions républicaines, et entre 1849 et 1851, les démocrates socialistes, poussés par l’air du temps vont jusqu’à préconiser une intervention assez poussée de l’Etat dans l’économie, mais le collectivisme et l’étatisme seront toujours repoussés par les radicaux qui souhaitent avant tout la conciliation sociale. Les mesures envisagées demeurent donc prudentes et sans doute insuffisantes dès cette époque pour satisfaire le mouvement ouvrier qui commence à s’organiser. Mais celui-ci reste très minoritaire et les milieux ouvriers urbains dans l’ensemble de la période sont réceptifs aux propositions de la gauche républicaine. Dans quelle mesure le resteront-ils ? Quant aux paysans, ils ont montré une sensibilité aux idées démocrates socialistes entre 1849 et 1851, mais l’essor économique des années 1850 et 1860 a un peu desserré l’étau de pauvreté pesant sur le monde rural, rapproché le monde paysan du pouvoir impérial. Leur reconquête reste à opérer. Les choix qui s’opéreront à l’occasion de la guerre de 1870, de la Commune et de la phase de consolidation de la République entre 1870 et 1881 entraîneront des reclassements importants au sein même des radicaux de la fin des années 1860. Ils permettront au radicalisme français de renforcer son implantation et d’apparaître plus nettement comme une tendance autonome du parti républicain.

Notes

1 Sur l’histoire du parti républicain pendant cette période, voir les ouvrages classiques de G. Weill Histoire du parti républicain en France de 1814 à 1870, Alcan, 1900 432 p., (reprint, 1980, préf. de M. Agulhon) et de Iouda Tchernoff. Le parti républicain sous la monarchie de Juillet. Formation et évolution de la doctrine républicaine, Pedone, 1901, XXII-496 p., ainsi que celui plus récent de Pamela M. Pilbeam Republicanism in the Nineteenth Century France 1814-1871, St Martins, Press, New York, 1995. Sur l’histoire des radicaux, voir Jean-Thomas Nordmann, Histoire des radicaux, 1820-1973, La Table ronde 1974, 529 p.

2 L’histoire du « patriotisme » républicain pendant la Monarchie de Juillet a été analysée avec précision par Philippe Darriulat dans son ouvrage « Les Patriotes. La gauche républicaine et la nation, 1830-1870 », Seuil, 2001, 329 p.

3 Voir note 8.

4 Bien qu’il existe de nombreux ouvrages concernant Ledru-Rollin, aucune biographie vraiment complète et détaillée n’a été rédigée. Cependant les deux ouvrages d’Alvin Calman, Ledru Rollin and the Second French Republic, New York, 1922, 452 p. et Ledru-Rollin après 1848 et les proscrits français en Belgique, Rieder, 1921, 306 p. fournissent un bon aperçu de sa carrière politique. Voir aussi Alexandre Ledru-Rollin, Discours politiques et écrits divers, t. I et II, Paris, Baillère, 1879.

5 Sur l’élection de 1841, voir l’ouvrage très complet de Stanislas Mitard, Les origines du radicalisme démocratique, l’affaire Ledru-Rollin, Rivière, 1952, 200 p.

6 S. Mitard, op. cit., p. 47 et 48.

7 1698 exemplaires, en 1845, 1860 en 1846.

8 Nous suivons ici les analyses de Claude Latta dans son ouvrage Eugène Baune 1799-1880 Montbrison, 1995, p. 80-82.

9 cité dans Jacques Kayser, Les grandes batailles du radicalisme, des origines aux portes du pouvoir, Rivière, 1961, p. 19.

10 Rappelons que Louis-Napoléon avait obtenu 5 587 000 voix et Cavaignac, 1 474 000.

11 On trouvera dans le Dictionnaire du mouvement ouvrier de Jean Maitron des indications biographiques sur la plupart de ces personnages. Sur F. Gambon, voir J. Y. Mollier (éd.) : Dans les bagnes de Napoléon III. Mémoires de Charles Ferdinand Gambon. PUF, mai 1983, 296 p. Sur Joseph Benoit, voir ses Confessions d’un prolétaire, Paris, Editions sociales, 1968, 310 p.

12 Sur le 13 juin 1849, qui a donné lieu à toute une littérature à l’époque même, voir B. H. Moss, June 13, 1849. The Abortive Uprising of French Radicalism French Historical Studies, no 13, 1984, p. 390-414.

13 Sur Langomazino, voir l’ouvrage très détaillé de Dominique Lecoeur, Louis Langomazino (1820-1885) Un missionnaire républicain de la Provence aux îles Marquises, Ed. Alpes de Lumière, Mane, 2002, 153 p.

14 Le courant en faveur de la démocratie directe a été étudié par F. Bracco, « Democrazia diretta et democrazia rappresentativa nel dibattito tra democratici e socialisti in Francia », 1850-1851 dans Annali della Facolta de Scienze politiche, Universita di Perugia, 1982-1983, no 19, p. 579-614. Nous avons nous-mêmes présenté l’ouvrage dirigé par C. Renouvier et C. Fauvety ; Organisation communale et centrale de la République, Paris 1851, réédit. Lacour, Nîmes, 2000, 24-421 p.

15 Sur Eugène Pelletan, voir les Actes du colloque de Saint-Georges de Didonne (1997) publiés sous le titre Une dynastie républicaine charentaise, les Pelletan Meudon, 1998, 121 p. C. Delescluze a été étudié par Marcel Dessal, Un révolutionnaire jacobin Charles Delescluze. Sur Rochefort, voir A. Zevaès, Rochefort le pamphlétaire France-Empire, 1946, 287 p.

16 Sur l’évolution intellectuelle pendant ces années et ses incidences sur le mouvement républicain, voir outre l’ouvrage classique de Iouda Tchernoff, Le parti républicain au coup d’Etat et sous le Second Empire, Pedone, 1906 X-676 p., celui de Claude Nicolet, L’idée républicaine en France. Essai d’histoire critique, Gallimard, 1982, 512 p.

17 V. Hugo, Napoléon le petit, éd. Edouard Hugues, 1879, p. 191.

18 Paris, 1865. F. Furet a présenté dans La Gauche et la Révolution au milieu du XIXe siècle, Edgard Quinet et la question du jacobinisme Hachette, 1986, 317 p. le débat suscité par ce livre.

19 Paris, 1868, 396 p.

20 Ranc dans le premier numéro de La Lanterne, cité par Nordmann, op. cit., p. 54.

21 Voir Francis Arzalier, Trois ans de journalisme d’opposition dans l’Hérault, 1869-1870-1871. Jules Guesde à Montpellier DES, Montpellier, 1962, 2 t., 135 et 153 p.

22 Sur le procès et les plaidoiries, voir L’Affaire de la souscription Baudin, seul compte rendu complet (…), 13 novembre 1868, Paris, 1868, 118 p. Les biographies de Gambetta sont innombrables. On retiendra celle de Jacques Chastenet, Gambetta, Fayard 1968, 397 p. et celle, récente, de D. Amson, Gambetta ou le rêve brisé, Tallandier, 1994, 417 p.

23 Sur la formation du groupe gambettiste, voir Nathalie Bayon, Jeunesse et genèse d’un groupe politique, le groupe gambettiste, Revue d’Histoire du XIXe siècle, 2000, 1 et 2, p. 73-91.

24 Sur le programme de Belleville, voir Pierre Barral, Les fondateurs de la Troisième République, A. Colin 1968, 360 p. et l’article de Jeanne Gaillard Gambetta et le radicalisme entre l’élection de Belleville et celle de Marseille en 1869, Revue historique, no 519, juillet-septembre 1976, p. 73-88.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search