Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Première partie. Du radicalisme au parti radical (des années 1840 à 1901)

Introduction

Serge Berstein e Marcel Ruby

Testo integrale

1Bien avant la création du parti radical en 1901, il existe en France un radicalisme. Le terme est apparu sous la Restauration, en provenance d’Angleterre, pour désigner le courant démocratique et jacobin issu de l’héritage révolutionnaire et tenu pour extrémiste par la monarchie restaurée. A l’époque du régime de Juillet, lorsqu’il est interdit de se dire républicain, il sert de substitut au terme prohibé. Sous la Seconde République, il prend les traits du courant républicain le plus avancé, partisans d’audacieuses réformes sociales, mais qu’on appelle plus volontiers « démocrate-socialiste », démoc-soc, et dont les représentants élus à l’Assemblée constituante, puis législative, siègent à la Montagne. Mais le terme même qui sert à désigner cette acception du radicalisme permet mal de le distinguer d’un socialisme, lui-même diffus au demeurant. En fait, la première insertion dans l’histoire du radicalisme proprement dit se situe en 1841, avec la campagne électorale menée par Ledru-Rollin dans la Sarthe. Le radicalisme y prend les traits principaux qui constitueront son identité : la revendication de la démocratie politique, l’aspiration à voir celle-ci, une fois réalisée, aboutir à de profondes réformes sociales par la voie de la légalité parlementaire, l’attachement à la propriété privée qu’il s’agit d’étendre et de protéger, le retour à la collectivité des richesses nationales concédées.

2C’est autour de ce môle qui lui fait rejeter tout à la fois la réaction conservatrice et cléricale et la révolution collectiviste et qui le distingue du libéralisme intégral qu’il va connaître une ascension fulgurante dans l’opinion française dès la fin du Second Empire, mais surtout sous la IIIe République. Aile marchante du « parti républicain », il s’accommode mal des compromis acceptés par les républicains modérés pour pérenniser le régime et il va s’opposer aux républicains de gouvernement, baptisés « opportunistes », puis « progressistes » dont il dénonce la timidité, le conservatisme social, puis les complaisances envers les catholiques ralliés dans la dernière décennie du XIXe siècle.

3Pour autant, d’accord sur le but à atteindre, les radicaux divergent sur la méthode. Dans leurs rangs, les radicaux de gouvernement, tels Brisson ou Bourgeois, refusent de combattre de manière frontale les républicains modérés dès lors qu’ils donnent des preuves de leur républicanisme en se rangeant dans le camp anticlérical. Au contraire, les intransigeants, dont Clemenceau est devenu le chef de file, préconisent une lutte sans merci contre les tièdes du camp républicain. Ces divisions paraissent menacer dans les dernières années du siècle l’avenir même du radicalisme qui subit la double attraction des progressistes sur sa droite, des socialistes sur sa gauche. Hormis Clemenceau, les radicaux ne perçoivent pas la portée de l’Affaire Dreyfus et ils ne sont ni précocement, ni unanimement dreyfusards. Ils voient moins dans le gouvernement de défense républicaine de Waldeck-Rousseau une coalition des défenseurs de la République parlementaire contre ses adversaires qu’un ministère conduit par un de leurs concurrents politiques. C’est l’initiative prise en 1901 par des groupes isolés de réunir en juin un congrès d’unification des éléments épars du radicalisme dans le pays qui va, presque au creux de la vague, sauver le radicalisme du naufrage en permettant la constitution du premier parti politique moderne, conçu comme une véritable organisation et non un simple courant d’opinion.

4Dans cette issue qui ouvre l’âge d’or du radicalisme au XXe siècle, la franc-maçonnerie joue un rôle essentiel. Non en ce qu’elle serait le cerveau occulte qui aurait mis sur les rails le congrès de 1901, car, société de pensée philosophique, elle se méfie de l’intervention directe en politique. Mais parce qu’elle donne aux radicaux un ciment culturel commun, qu’elle offre un lieu de débat aux divers rameaux de la famille républicaine en prônant l’union de leurs efforts pour défendre le régime, que ses loges servent souvent de point d’appui pour créer les structures du nouveau parti, enfin parce que ce sont très souvent les mêmes hommes qui fréquentent les ateliers et qui pratiquent la politique radicale, sans qu’il existe toutefois un lien déterministe entre radicalisme et maçonnerie.

Autori

Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris où il dirige le Cycle supérieur d’Histoire du XXe siècle. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire politique de la France aux XIXe et XXe siècles, en particulier d’une Histoire du parti radical, 2 volumes, 1980-82

Marcel Ruby, agrégé d’Histoire, docteur d’Etat ès Lettres, a été un des responsables du parti radical au sein duquel il a exercé et exerce encore de multiples fonctions de direction fédérales et nationales. Fondateur de la Société d’Histoire du radicalisme qu’il préside, il est à l’origine de cycles de conférences et de colloques qui permettent d’approfondir l’histoire du parti radical.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540