Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un siècle de radicalisme

 | 
Serge Berstein
, 
Marcel Ruby

Avant-Propos

Serge Berstein et Marcel Ruby

Texte intégral

1Evoquer l’histoire du radicalisme, de sa fondation à nos jours, c’est à beaucoup d’égards, retracer l’évolution de la société française, de ses structures, de ses aspirations, de sa culture politique au cours des XIXe et XXe siècles, comme le devenir du système politique républicain durant la même période. C’est tenter de comprendre, au-delà des analyses simplistes et des formules faciles à l’emporte-pièce, un phénomène complexe qu’on ne pourrait résumer qu’en disant du radicalisme qu’il a été un moment de l’histoire nationale.

2De quelle autre famille politique pourrait-on affirmer en effet qu’elle plonge ses racines au plus profond de l’épisode révolutionnaire de 1789-1794, qu’elle puise dans les promesses politiques et sociales de ce dernier l’essentiel de son programme, qu’elle se confond en grande partie avec la geste révolutionnaire et réformiste du XIXe siècle affrontée à la survivance des tentatives monarchistes et au césarisme plébiscitaire, avant de fonder avec la IIIe République un régime politique conforme à ses vœux ?

3Dans cette phase de jeunesse, le radicalisme prend les couleurs d’un extrémisme, l’adjectif radical se trouvant totalement connoté par son sens étymologique. A une époque de conservatisme social et politique, il représente l’opinion démocratique, celle qui entend faire entrer dans la réalité, sans les accommodements que souhaitent lui imposer les puissances établies, le grand principe de la souveraineté nationale proclamé au printemps 1789. Mais il est aussi le courant qui exige que la démocratie s’étende au domaine social et qui considère que l’octroi du suffrage à l’ensemble des citoyens soit le moyen de cheminer « vers de justes améliorations sociales ». Pour ce radicalisme des premiers âges, porté par une idéologie intransigeante, la fondation de la IIIe République représente un défi lourd de conséquences. Doit-il appuyer un régime dont la configuration ne répond pas à ses vœux, mais qui a été fondé sur un compromis entre modérés, ou combattre cette modération, au risque d’ébranler la République ? Durant près de trente années, le radicalisme oscille entre ces deux pôles, voyant se créer dans ses rangs un clivage entre radicaux de gouvernement qui acceptent de collaborer avec les modérés pour sauver la République et radicaux intransigeants, gardiens sourcilleux de la doctrine, peu décidés à faire passer leurs idées après les compromis nécessaires à une gestion gouvernementale.

4Lorsque le radicalisme atteint sa maturité avec la création en juin 1901 du parti républicain, radical et radical-socialiste, la question est tranchée dans le sens de l’acceptation du réalisme gouvernemental. Désormais, et pour la durée du premier tiers du XXe siècle, le radicalisme s’identifie à la culture politique républicaine telle qu’elle a été forgée par l’Affaire Dreyfus, mais aussi à l’assise sociale de la République que constituent les classes moyennes indépendantes des « petits », propriétaires-exploitants agricoles, artisans, commerçants, industriels auxquels il propose un idéal politico-social et des horizons d’évolution qui répondent à leurs aspirations les plus profondes. Ces trente années constituent un âge d’or du radicalisme dont les idées et les programmes politiques fondés sur un réformisme gradualiste, la promesse d’une société solidaire, la vision d’une France de petits propriétaires maîtres de leurs instruments de travail constituent les éléments majeurs d’un écosystème dont le versant politique réside dans un parlementarisme intégral dont les hommes politiques radicaux tiennent les leviers de commande. Non que les radicaux monopolisent le pouvoir. Leurs dirigeants ne font pas preuve d’exceptionnelles qualités d’hommes d’Etat et doivent fréquemment laisser la présidence du Conseil à des modérés ou des hommes du centre-gauche qui n’appartiennent pas au parti radical. Mais leur position centrale à la Chambre des députés, leur domination presque totale à la Haute-Assemblée font qu’il est impossible de gouverner contre eux ou de fonder une politique sur le rejet de leurs idées. C’est qu’en arrière-plan de ce poids politique du radicalisme se profile le soubassement de cette France radicale, un électorat de « Français moyens », qui témoigne de l’adéquation du radicalisme à la France des années 1900-1930.

5C’est cette situation d’harmonie entre un état de la société et une formation politique qui s’identifie à elle qui va se trouver remise en cause à partir des années 1930, faisant passer le radicalisme de la maturité à une forme de sénescence. On peut y voir un effet différé de la première guerre mondiale qui se révèle après coup comme une mutation de grande ampleur modifiant en profondeur les lignes de force de la société, les enjeux du débat politique, les champs de compétence de l’Etat dont les attributions se trouvent complexifiées et rendant les solutions politiques du radicalisme désormais inopérantes face aux probèmes nouveaux posés au pays. Il n’est pas jusqu’à la frontière entre gauche et droite qui ne s’en trouve profondément déplacée, le clivage sur la question religieuse apparaissant désormais moins fondamental que l’adhésion à l’idée de collectivisation des moyens de production pour distinguer la gauche de la droite. Du même coup, cette frontière passe au beau milieu du parti radical, séparant ceux qui entendent envers et contre tout demeurer à gauche, fût-ce aux côtés des collectivistes marxistes, de la majorité des radicaux, fidèles représentants de la classe moyenne indépendante, prêts à s’allier aux modérés pour défendre le maintien de la propriété privée. Née à l’époque du Front populaire, cette nouvelle configuration politique explique tout à la fois le reclassement des radicaux vers le centre-droit derrière Edouard Daladier à partir de 1938, la constitution au Congrès de Lyon de 1946 du Rassemblement des gauches républicaines sur une base centriste portant en germe la démission ou l’exclusion des partisans de l’alliance à gauche et, au-delà de la IVe République, la séparation du radicalisme en deux branches rivales en 1972, dont l’une va constituer l’aile droite de la gauche du Programme commun de gouvernement avec les socialistes et les communistes, et l’autre le flanc gauche du rassemblement de la droite libérale autour de Valéry Giscard d’Estaing. Brouillant l’image de cette apparente continuité, l’expérience mendésiste des années 1954-1957 qui fait figure d’été de la Saint-Martin du radicalisme est sans doute moins à analyser comme un retour à gauche du parti radical, en dépit de la personnalité de Pierre Mendès France qui appartient incontestablement à la tradition radicale, que comme une tentative dépassant la personnalité du Président du Conseil de 1954-1955 pour poser les bases d’une gauche moderne apportant des réponses réalistes à la société française de l’après-seconde guerre mondiale pour laquelle ni le radicalisme du début du XXe siècle, ni le marxisme de la fin du XIXe ne paraissent proposer des solutions pertinentes.

6C’est cette prodigieuse histoire d’une famille politique dont le destin apparaît indissociable de celui de la France contemporaine et qui permet d’en saisir les spécificités et l’originalité que la Société d’Histoire du radicalisme présidée par Marcel Ruby a proposé aux historiens spécialistes du sujet d’éclairer, un siècle après la fondation du parti radical et qui a servi de base à l’élaboration du présent volume.

Auteurs

Professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris où il dirige le Cycle supérieur d’Histoire du XXe siècle. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire politique de la France aux XIXe et XXe siècles, en particulier d’une Histoire du parti radical, 2 volumes, 1980-82

Marcel Ruby, agrégé d’Histoire, docteur d’Etat ès Lettres, a été un des responsables du parti radical au sein duquel il a exercé et exerce encore de multiples fonctions de direction fédérales et nationales. Fondateur de la Société d’Histoire du radicalisme qu’il préside, il est à l’origine de cycles de conférences et de colloques qui permettent d’approfondir l’histoire du parti radical.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540