Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires de la laine

 | 
Jean-Claude Daumas

Chapitre 2. Des centres cardés aux évolutions contrastées

Texte intégral

1A la veille de la première guerre mondiale, les centres spécialisés dans le travail de la laine cardée connaissaient des situations très contrastées. Sedan et Elbeuf semblaient s’enfoncer dans un déclin irréversible, quand Vienne faisait preuve d’un remarquable dynamisme.

2Anciennes manufactures royales, spécialisées depuis toujours dans la fabrication d’étoffes de qualité pour une clientèle restreinte de consommateurs aisés, Elbeuf et Sedan s’étaient montrés incapables de s’adapter à la poussée triomphale du peigné et à l’élargissement de la demande. D’où, après 1870, l’affaiblissement presque continu de leur contribution à l’activité des tissages de laine. Malgré un destin commun, il existe entre ces deux centres traditionnels de profondes différences qui tiennent à la fois à l’inégale industrialisation de leurs structures productives, Sedan demeurant plus marqué qu’Elbeuf par ses origines protoindustrielles, et à des attitudes opposées face au succès croissant des étoffes bon marché, Elbeuf faisant de la qualité son cheval de bataille.

3Tardivement industrialisée, Vienne n’avait pas, et c’est une particularité commune à tous les petits centres du Midi, une réputation ancienne de travail de qualité. Au contraire, elle était spécialisée dans la fabrication de drap bon marché pour une clientèle populaire dans lequel la laine renaissance entrait pour une part essentielle, et si elle a échappé aux difficultés qu’elle a traversées, c’est en tirant toutes les conséquences de sa spécialisation initiale dans le « drap prolétaire ». En tout cas, si cette heureuse spécialisation est à l’origine de son dynamisme, sa fidélité au cardé en a limité l’ampleur.

I. Sedan : un bastion du conservatisme industriel

4En 1646, peu de temps après son rattachement au royaume, Mazarin choisit Sedan, centre lainier ancien mais de médiocre rayonnement, pour inaugurer la fabrication de draps façon d’Espagne et de Hollande. Dès lors, la Draperie royale de Sedan prospéra à l’abri du privilège. En 1789, elle était la première manufacture française de draps fins.

  • 1 G. Gayot, 1998, p. 25-46, 356, 330-333, 431, 434, 441-442.

5Par deux fois au xixe siècle, la draperie sedanaise dut renouer les fils d’une histoire interrompue. Après les turbulences de la période révolutionnaire, les vieilles dynasties manufacturières sont parvenues à restaurer leur puissance et ont pris la tête d’un énorme mouvement d’affaires. Au contraire, la crise des années 1826-1832 qui provoqua la disparition des deux tiers des fabricants, les élimina presque toutes irrémédiablement, y compris les plus puissantes. Ni Guillaume Ternaux, ni André de Neuflize n’échappèrent en effet à la déconfiture. Leurs faillites révèlent les « faiblesses structurelles » du système protoindustriel sedanais dont l’apogée se situe dans le premier quart du xixe siècle. Sans doute les deux chefs de file de la Fabrique s’étaient-ils efforcés d’en faire reculer les limites, et s’ils ont échoué, c’est, le premier, pour avoir trop étendu les dimensions de son empire, et le second, pour l’avoir « bâti à la hâte et à crédit ». Selon Gérard Gayot qui a étudié cet échec, « la disparition des grands noms marqua la fin (…) d’une grande aventure manufacturière déjà biséculaire »1.

6Après cette ruine fracassante, de nouveaux venus ont pris le relais mais la Manufacture sedanaise semble désormais se contenter de vivoter. D’une part, après avoir faiblement progressé sous le Second Empire, ses ventes se sont affaissées au point de ne pas dépasser, à la veille de la première guerre mondiale, le niveau atteint sous la Monarchie de Juillet ! De l’autre, on y constate par rapport aux autres centres lainiers, même ceux de cardé, une sorte d’industrialisation décalée qui laisse subsister en 1913 une organisation archaïque de la production qu’on ne retrouve nulle part ailleurs dans l’industrie lainière française.

  • 2 G. Gayot, 1998, p. 179.
  • 3 C. Fohlen, 1956, p. 179.

7C’est tout cela qui définit « l’engourdissement de la Manufacture »2 et qu’il faut chercher à expliquer en reconstituant la trajectoire singulière de cette place lainière qui, déjà sous le Second Empire, « vivait sur ses traditions et sa réputation »3. C’est pourquoi on analysera d’abord les structures productives qui sont caractérisées à la fois par le fractionnement du processus de production, la petite taille des entreprises et la domination du travail à façon, puis les limites de la mécanisation qui expliquent la faiblesse du niveau technique de l’industrie sedanaise et, enfin, ses choix en matière de produits et de clientèles qui révèlent une constante hésitation entre qualité et bon marché.

1. Une organisation très traditionnelle

  • 4 C. Fohlen, 1956, p. 178, et B. Lassaux, 1992, p. 33-36.

8A la fin du second Empire, l’organisation de la Fabrique de Sedan demeurait très traditionnelle4 : la fabrication y était à la fois très fractionnée et dispersée et, en conséquence, le travail à façon y occupait une position dominante.

Une fabrication fractionnée et dispersée

  • 5 G. Gayot, 1986, p. 105.
  • 6 AN, C 7320, Enquête textile, 1904, et B. Lassaux, 1992, p. 33-36.
  • 7 Les éléments de l’analyse qui suit sont empruntés à B. Lassaux, 2000, p. 69-82
  • 8 ACS, F 60, Dénombrement de l’industrie manufacturière, 1860.

9L’aire de la Fabrique n’a pas beaucoup varié depuis le début du siècle5. Pour l’essentiel, elle s’étendait dans un rayon de 10 à 12 km autour de Sedan, avec une extension au sud-est en direction de La Ferté et Moiry, soit au total une quarantaine de communes6. Son organisation associait deux espaces complémentaires, la ville et la campagne, entre lesquels, même inachevée, la mécanisation du travail a entraîné des modifications successives dans le partage des activités7. Au xviiie siècle, la préparation de la laine et la finition du drap, comme la commercialisation du produit fini, étaient domiciliés à la ville qui abandonnait à la campagne les activités grosses consommatrices de main-d’œuvre, la filature et le tissage. Après 1815, la mécanisation de la filature a provoqué sa concentration dans des établissements construits le long des cours d’eau, une cinquantaine environ, et la disparition des fileuses sur rouet qui travaillaient à domicile. Les apprêts ont été mécanisés à leur tour, ce qui a eu pour conséquence la dispersion d’une partie du travail dans des établissements hydrauliques situés en dehors de la ville et qui étaient autant de « succursales » des fabriques intramuros. Cependant, ce fut un bref épisode dans l’histoire de la manufacture sedanaise : au milieu du siècle, avec le progrès de l’utilisation de la machine à vapeur, les apprêts ont réintégré l’intérieur de la ville. Sur les 122 fabricants en activité en 1860, presque aucun n’avait de métiers à tisser dans ses ateliers en ville mais les plus importants y possédaient tout leur matériel d’apprêts8 Quant aux filatures, elles demeuraient localisées le long de la Meuse et de ses affluents dont elles utilisaient l’eau mais, dans les années 1860, de nombreux établissements (18 sur 37) se sont équipés en machines à vapeur pour pallier l’insuffisance du débit en période de basses eaux. Resté manuel, le tissage était essentiellement rural. Dans cette organisation à la fois très fractionnée et très dispersée de la production, il est très difficile d’évaluer le nombre de travailleurs qui dépendaient de Sedan : les estimations les plus fiables varient entre 10 000 et 16 000 vers 1865. En somme, à la fin du Second Empire, la draperie articulait préparation de la laine et apprêts mécaniques intramuros, et filature mécanique et tissage à bras à la campagne, mais elle était morcelée en une multitude d’unités indépendantes en raison de la faiblesse des ressources des fabricants, ce qui exigeait un large recours au travail à façon.

  • 9 G. Gayot, B. Lassaux, 1997, p. 508-512.

10Sous la Troisième République, les principales transformations ont été liées à la mécanisation du tissage. Les fabriques localisées en ville – il y en avait 112 en 1887 (103 à Sedan même et 9 à Donchery) – réunissaient la préparation de la laine, les apprêts et, de plus en plus, le tissage. Toutefois, il fallut attendre la grande grève des tisseurs de 1891 pour que la mécanisation et la concentration du tissage dans des ateliers urbains s’accélérassent de manière décisive. Au début du siècle, la draperie était répartie entre plusieurs sites. De construction ancienne, la plupart des grandes usines à étages étaient situées dans le quartier de la place de l’Ile qui était depuis longtemps le siège du travail de la laine. Le Dijonval, propriété de la famille Bacot depuis 1820, accueillait une douzaine de fabricants qui y louaient ateliers, machines et force motrice. On retrouve la même organisation dans la vaste usine de la Sorille, construite en 1866, dont le principal occupant était la société Rousseau et Day. La mécanisation du tissage entraîna l’édification d’importants établissements en ville : Godchaux à Balan, Henrion à la Cassine et Stackler qui possédait également des ateliers de filature et d’apprêts. Si les ateliers de teinture et de foulonnage étaient généralement voisins des tissages, la filature restait aux mains de façonniers dispersés autour de Sedan. Enfin, à Floing Gaulier, à la périphérie de la ville, s’élevait depuis 1872 l’imposante usine de l’Espérance qui était spécialisée dans la teinture et les apprêts9.

  • 10 ADA, F 60, Ville de Sedan, Situation industrielle, 2e trimestre 1880 ; H. Rouy, 1909, p. 108 et 113 (...)
  • 11 S. Verry, 1954, p. 54.
  • 12 ACS, F 60, Renseignements concernant les signataires de la pétition.
  • 13 ADA, 10 R 171.
  • 14 B. Lassaux, 1994, p. 127-130, et H. Manceau, 1961, p. 24.

11Concentration et mécanisation du tissage ont progressé simultanément. Aussi les fabricants ont vu leur nombre s’affaisser régulièrement entre la fin du Second Empire et la première guerre mondiale : 130 en 1868, 110 en 1872, 58 en 1893, 36 en 1907 et, enfin, 34 en 191410. Entre 1868 et 1914, ce sont donc 96 fabricants qui ont disparu. Même si, inévitablement, le poids des survivants s’est sensiblement accru, la plupart des établissements étaient de petite taille. En 1887, les 112 fabricants recensés employaient dans leurs ateliers 2 475 ouvriers, soit en moyenne 22 salariés par fabricant. En 1893, les 58 fabricants qui subsistaient faisaient travailler 2 000 ouvriers environ à Sedan même11, soit en moyenne 34 salariés chacun. Quoiqu’il se soit un peu accru, l’effectif moyen demeurait donc très limité. Un curieux document, la pétition signée en 1882 par 39 fabricants pour protester contre l’augmentation de la taxe de mesurage, confirme cette analyse en révélant la faiblesse de la production de beaucoup de fabricants. Parmi les signataires, trois seulement fabriquaient plus de 1 000 pièces par an quand 23 en tissaient moins de 200 et sept moins de 50, certains fabricants qu’on peut qualifier de prolétaroïdes ne livrant même qu’une production dérisoire : six pièces pour H. Pellot fils et cinq pour Mayet12 ! Malheureusement, on ne dispose pas de statistiques pour les années 1900. Mais, tout donne à penser que, avec 70 salariés à la veille de la guerre, la société Rousseau et Day était assez représentative des tissages sedanais13. Néanmoins, beaucoup de fabricants devaient être de taille bien plus modeste si on en juge d’après ceux rassemblés au Dijonval, une douzaine, qui employaient ensemble 165 salariés en 190614.

  • 15 H. Rouy, 1909, p. 113. AN, C 7320, Enquête textile, 1904 ; L’industrie en France occupée, p. 126.
  • 16 B. Lassaux, 1992, p. 33-36.
  • 17 Le Monde Illustré, 20 août 1922.

12Le processus de concentration a également touché les filatures qui ont vu leur nombre diminuer. En 1887, on en comptait 43 qui étaient équipées de 125 000 broches environ. En 1908, on en dénombrait seulement 25 avec 98 020 broches. En 1914, il n’en restait plus que 20 qui actionnaient sans doute moins de 80 000 broches, une seule étant implantée à Sedan15, plusieurs petits établissements étant disséminés dans toutes les vallées au sud-est de l’arrondissement16. De sorte que si le nombre moyen de broches par établissement s’est sensiblement élevé – de 2 906 à 4 000 –, la taille moyenne des filatures demeurait très inférieure à ce que l’on constate dans les autres centres : 4 930 broches à Elbeuf, 8 797 à Reims et, surtout, 14 926 à Roubaix. Ce qui n’exclut pas cependant la présence de quelques établissements importants comme la filature de Pont-Maugis. Fondée en 1832 et passée en 1894 entre les mains d’industriels roubaisiens, elle disposait en 1914 d’un matériel considérable (24 assortiments, 48 renvideurs, 20 000 broches) et employait 500 ouvriers environ17.

13En somme, dans le tissage comme dans la filature, les industriels sedanais étaient, dans leur majorité, sans grande envergure. Ce qu’exprime bien la taille moyenne des établissements, bien inférieure à celle constatée dans la plupart des autres centres. En effet, d’après la statistique établie par les enquêteurs allemands, en 1914, l’industrie lainière sedanaise comptait 62 établissements et faisait travailler environ 4 800 personnes, soit une moyenne de 77 salariés par établissement.

  • 18 ADA, 10 R 120, 171 et 121.
  • 19 C. Fohlen, 1956, p. 178.
  • 20 E. Hupin, 1893, p. 278-279.

14La concentration n’a guère modifié l’organisation des fabriques que l’on connaît bien pour les années 1900 grâce aux dossiers de dommages de guerre de plusieurs sociétés. La maison Klein fils aîné louait ateliers et force motrice au Dijonval où elle occupait environ la moitié de la surface disponible, ainsi que des magasins dans le voisinage où elle entreposait laines et filés. Seuls le tissage et les travaux de préparation étaient effectués au Dijonval, les autres opérations étant exécutées par des façonniers. La société Rousseau et Day, pour sa part, louait deux tissages où battaient 25 métiers et employait 70 ouvriers. En outre, elle faisait travailler 50 à 60 métiers chez des façonniers. Elle fabriquait elle-même 35 % de sa production, le reste étant réalisé à façon. A la veille de la guerre, son chiffre d’affaires s’élevait en moyenne à 1,4 MF par an. Quant à Henrion, qui avait à la Cassine une des plus importantes usines de la ville qui réunissait effilochage, laverie, filature, tissage (82 métiers) et apprêts, il louait également un atelier de tissage mécanique de 100 métiers dans l’usine de la Sorille18. Même les grandes entreprises n’échappaient pas au fractionnement de la production entre plusieurs sites. C’est ainsi que la maison dirigée par Cunin-Gridaine, qui, dans les années 1860, pouvait « passer pour typique du milieu sedanais »19, faisait coexister vers 1890 un établissement de filature et d’apprêts localisé à Sedan, équipé de deux machines à vapeur et employant 350 ouvriers, un établissement de tissage mécanique sur la Chiers à Brévilly, et des tisserands à domicile dans les villages voisins20.

La domination du travail à façon

  • 21 L’industrie en France occupée, p. 126, et ADA, 1 J 465.
  • 22 L’industrie en France occupée, p. 126.

15L’intégration était peu développée dans le textile sedanais puisqu’il n’y avait que deux usines réalisant toutes les opérations de la fabrication du drap : J. Stackler et fils avec 250 ouvriers, et J. Boguy et ses gendres qui en occupait 460. Il existait également trois maisons regroupant tissage, foulage, teinture et apprêts, dont la société Auguste Robert et fils pour qui travaillaient environ 300 ouvriers, sans compter les tisseurs à la main dispersés dans les campagnes, et dont le chiffre d’affaires était d’environ 2MF21. Pour les simples fabricants, le recours au travail à façon était indispensable. Aussi, en 1914, y avait-il, outre trois usines d’effilochage, 20 filatures et 14 établissements d’apprêts et de teinture, certains regroupant plusieurs opérations, qui travaillaient pour le compte des fabricants qui ne disposaient pas d’une usine complète22. L’exemple le plus remarquable en est fourni par les importantes usines de l’Espérance. Fondée en 1872 par Jules Varinet et Ch. Henrez, la société se transforma en 1900, à la mort du premier, en société anonyme au capital de 2MF. D’abord destiné à la fabrication de la draperie, l’établissement se spécialisa après 1875 dans la teinture et les apprêts de tissus et subit plusieurs agrandissements, ce qui lui donna un caractère assez hétérogène. Avec 500 ouvriers en 1906 et « un matériel absolument nouveau » mis au point par Delhotel, le directeur, l’Espérance était, avant la guerre, « une des premières teintureries d’Europe ». Son activité était considérable – elle traitait 10 à 15 000 mètres de tissus par jour – et travaillait non seulement pour les fabricants de Sedan, mais aussi pour Reims, Roubaix, Tourcoing et la Picardie. En 1904, lors de l’enquête sur la situation de l’industrie textile, Delhotel décrivait ainsi son usine :

« Nous sommes teinturiers et apprêteurs de draperies destinées aux tailleurs et aux confectionneurs et en même temps de nouveautés pour vêtements de dames. Nous traitons tous les genres de tissus, unis ou façonnés, en laine ou poils purs ou bien mélangés d’un autre textile ».

  • 23 E. Lefèvre, 1906, p. 241-242 ; Le Monde Illustré, 20 août 1922 ; AN, C 7318 et archives du Crédit N (...)

16Même si les tissus classiques représentaient 60 % du chiffre d’affaires, les variations de la mode (selon Delhotel, « c’est le caprice de la femme qui règne en maître »), surtout pour la nouveauté, entraînaient une grande irrégularité dans l’activité de l’usine, si bien que les ouvriers n’étaient pas tous occupés en permanence. En 1913, le chiffre d’affaires s’élevait à 1,8 MF et le bénéfice net à 245 000 F (soit un ratio bénéfice/chiffre d’affaires de 13,6 %)23.

2. Une mécanisation à reculons

  • 24 Enquête parlementaire sur le régime économique, 1870, T. 2, p. 121, déposition de Varinet.

17Sans doute les fabricants sedanais ont-ils expérimenté le tissage mécanique dés 1824 mais il ne se diffusa que très lentement. Aussi, en 1870, le tissage demeurait essentiellement manuel. On ne comptait alors qu’une centaine de métiers mécaniques pour 4 500 métiers à bras24. Le nombre de métiers à bras avait même augmenté puisqu’on en dénombrait seulement 2 226 en 1860. Pour la plupart, les tisseurs à bras n’étaient pas rassemblés dans des ateliers urbains mais dispersés à la campagne où ils travaillaient à domicile.

La résistance du tissage à bras

  • 25 AN, C 3333, Enquête parlementaire sur la situation des ouvriers, 1885.

18On connaît bien l’organisation du tissage à domicile grâce à l’enquête parlementaire de 1885 sur la situation des ouvriers au cours de laquelle plusieurs tisserands ruraux des deux cantons de Sedan ont été interrogés. C’est ainsi qu’un tisseur du village de Bazeilles répondit que, après l’école primaire qu’il a quittée à 12 ans, il a fait son apprentissage chez ses parents. Devenu ouvrier à 17 ans, il travaillait 300 jours par an à raison de 12 heures par jour. Payé à la pièce, il estimait gagner 1,75 F par jour, soit tout au plus, 35 à 40 F par mois. Un autre tisseur du village de Chéhéry, dont la déposition est plus détaillée, affirmait qu’il travaillait chez lui mais qu’il y avait également deux ou trois personnes dans l’atelier. Après avoir indiqué qu’il travaillait 12 heures par jour, 250 jours par an, il ajoutait : « l’ouvrier est libre et travaille tant qu’il peut », mais se plaignait de l’irrégularité du travail et de la fréquence des chômages. Aussi, l’été, s’embauchait-il chez un cultivateur « qui le paie mieux ». Dans les conditions ordinaires, il mettait 20 jours pour tisser une pièce de 80 mètres, divisée en 20 enseignes de 4 mètres chacune et touchait 30 à 60 F selon la qualité du drap. Il la remettait au messager qui la livrait au fabricant et perdait quatre ou cinq jours à attendre une nouvelle pièce. Une fois celle-ci arrivée, il lui fallait la monter, la nouer (à la charge du tisseur, la noueuse recevait 2 F pour son travail) et, enfin, la « mettre en train ». Au total, après déduction des frais du messager et de la rémunération de la noueuse, son salaire ne dépassait pas au mieux 52 F par mois. Aussi cherchait-il un revenu d’appoint « en s’occupant chez les agriculteurs et en ramassant du bois mort ». Lucide, il dénonçait la concurrence des mécaniques qui allait forcer les tisseurs à bras « à chercher un autre moyen de vivre »25.

19Cependant, attachés à la terre, à leur village natal où ils avaient leur maison, les tisserands ruraux ont préféré accepter des baisses de salaires plutôt que d’aller travailler en usine. Si bien que l’existence d’une main-d’œuvre nombreuse et bon marché n’a pu que contribuer à ralentir le recours aux machines, coûteux investissement qui ne tentait guère un patronat de petite taille et sans grands moyens.

  • 26 Pour le récit de la grève, cf. B. Lassaux, 1992, p. 176-189. Pour le point de vue du patronat, cf. (...)
  • 27 Quoiqu’il s’applique à toute la région de Sedan et non à son seul arrondissement, le nombre de 4 99 (...)
  • 28 AN, C 7320, Enquête textile, 1904, et B. Lassaux, 1992, p. 44 et 62, qui a utilisé les statistiques (...)
  • 29 Ardouin-Dumazet, 1904, p. 320.

20Aussi la substitution du métier mécanique au métier à bras a-t-elle été à la fois tardive et progressive. Des 4 500 tisseurs à la main dénombrés en 1871, il n’en restait plus que 3 416 en 1884, la statistique précisant même « il y a en ce moment 700 tisseurs de moins que l’an dernier à pareille époque ». Ce qui semble indiquer que la crise des années 1880 a accéléré brutalement la déroute du tissage manuel. En 1892, ils n’étaient plus que 1 120, la majorité d’ailleurs sans ouvrage, pour 300 à la mécanique, puis seulement 481 en 1898. La longue grève des tisseurs de mars-avril 1891 qui s’est terminée par une forte augmentation des salaires, ceux des tisseurs à bras s’élevant de 1,25 F à 2,50 F26, a très certainement précipité la mécanisation du tissage, puisqu’elle a fait disparaître le dernier avantage du tissage manuel, le bon marché de la main-d’œuvre. Alors qu’il n’y avait encore que 300 métiers mécaniques en 1892, leur nombre s’est en effet haussé à 1 200 en 190027. Les métiers à bras n’ont cependant pas totalement disparu – dans les années 1900, on en dénombrait encore 3 à 400 – parce que certains tissus fins qui ne pouvaient supporter le tissage mécanique continuaient à être façonnés à la main28. C’est ce qui faisait dire à Ardouin-Dumazet en 1904 : « L’industrie sedanaise a partiellement conservé son caractère d’autrefois »29.

21En définitive, commencée dès les années 1880, la dépopulation des villages textiles s’est accentuée à la fin du siècle. Jean-Baptiste Clément, qui a joué un rôle essentiel dans la syndicalisation des tisserands et l’organisation de la grève de 1891, a décrit de manière très saisissante la misère et le désespoir de ces villages textiles que l’exode rural vidait de leur substance :

  • 30 Citation de J. B. Clément (L’Emancipation, 13 avril 1890), reproduite dans B. Lassaux, 1992, p. 20.

« Et aujourd’hui à Saint-Menges, que de maisons à louer ou à vendre. Et quelles maisons encore ? La maison si laborieusement acquise par le grand-père ! La maison où toute la famille est née et qu’il faut abandonner pour payer les dettes et quitter le pays, et qu’il faudra vendre non pas même au tiers de sa valeur, mais pour un morceau de pain ! Et pour un peu, on donnerait le métier par-dessus le marché pour n’avoir pas à le déranger, le pauvre vieux, de la place qu’il occupait depuis si longtemps dans la maison, à l’achat de laquelle il a contribué alors qu’il était jeune et qu’il n’y avait pas ces maudits bras d’acier (NDLA : les métiers mécaniques). Et en même temps que chez les ouvriers, le malaise, la gêne, la misère, sont entrés par les portes et par les fenêtres chez les petits commerçants. Les ouvriers ne gagnant plus de quoi consommer selon leurs besoins, le commerce en est mort, et les petits commerçants végètent et se ruinent »30.

Les obstacles à la mécanisation du tissage

  • 31 Enquête. Traité de commerce avec l’Angleterre. Industries textiles, T. 3, 1860, p. 159 et 173.

22Quatre obstacles principaux semblent avoir freiné la mécanisation du tissage. En premier lieu, et les fabricants sedanais étaient sur ce point unanimes, le métier mécanique était mal adapté à la fabrication de draperie. Lors de l’enquête de 1860, Montagnac comme Cunin-Gridaine ont en effet déclaré que le métier mécanique était « à l’essai » dans leurs établissements tout en affirmant qu’il n’était pas complètement satisfaisant. La difficulté venait de ce que le fil cardé supportait mal le choc trop sec du métier mécanique. Aussi les fabricants ne pouvaient-ils donner au métier « une très grande vitesse »31. Du reste, en 1865, un observateur ne notait-il pas :

  • 32 E. Hupin, 1893-1895, p. 278-279.

« Malgré les nombreux perfectionnements qu’il a subis depuis son apparition dans l’industrie des tissus, (le tissage mécanique) n’est pas encore appliqué à la laine cardée, à cause du peu de résistance qu’offrent les fils de cette matière aux brusques mouvements mécaniques. Aussi, pour la manufacture de Sedan, on continue toujours à tisser exclusivement à la main »32.

  • 33 J. Levain et alii, 1983, p. 83.

23De plus, tout en ayant bon espoir d’y parvenir, les fabricants déploraient de ne pouvoir augmenter le nombre de navettes comme ils le faisaient sur un métier à bras. En second lieu, pour les fabricants, qualité et mécanisation étaient incompatibles : avec le métier mécanique, la qualité abdiquait devant le machinisme33.

  • 34 L’Écho des Ardennes, 16 avril 1891, cité par B. Lassaux, 1992, p. 46.

24En troisième lieu, le coût de l’investissement semble avoir longtemps été dissuasif. En pleine grève des tisseurs, L’Écho des Ardennes a en effet publié un article surprenant intitulé « Quelques réflexions sur le tissage à la main », dont l’auteur conseillait aux fabricants, afin de se libérer de l’indocilité des tisseurs à la main qui venaient de démonter les pièces en cours de fabrication, d’installer des ateliers de tissage manuel en ville plus faciles à surveiller plutôt que de remplacer le tissage à bras par le tissage à la mécanique : « Ils (les fabricants) arriveraient à un résultat très sérieux avec une faible dépense, leur exemple serait bientôt suivi car il n’est nullement prouvé que pour la draperie de Sedan, le tissage mécanique offre un avantage appréciable ». Et d’ajouter : « L’achat de bons métiers mécaniques a en tout cas le grave inconvénient de nécessiter des sommes énormes, et nous croyons pouvoir dire que les industriels de Sedan ne sont guère disposés à se lancer dans une pareille entreprise »34.

  • 35 J. P. Chaline, 1979, p. 609-611.
  • 36 B. Lassaux, 1994, p. 100-101.
  • 37 H. Manceau, 1961, p. 23-24.

25Ce choix si évidemment anachronique alors que la mécanisation du tissage s’accélérait partout, n’était pas cependant absurde. Il s’explique par la faiblesse des moyens de la plupart des fabricants sedanais, la génération arrivée aux affaires dans les années 1830, composée de nouveaux venus d’humble origine, souvent des employés, ne s’étant que modérément enrichie comme en témoigne la relative modestie des fortunes qu’ils ont laissées à leur mort. En 1880-1881, la moyenne s’établissait à 247 100 F. A comparer, par exemple, pour avoir un ordre de grandeur commode, avec la moyenne calculée par Jean-Pierre Chaline pour les industriels et négociants rouennais en 1887-1888 : 803 693 F, soit plus de trois fois plus35 ! Les successions s’échelonnaient de 700 F à presque 800 000 F pour la veuve d’un fabricant célèbre, trois seulement possédant des biens estimés à plus de 500 000 F quand cinq laissaient à leurs héritiers moins de 100 000 F36. La location d’ateliers et de force motrice, si répandue parmi les fabricants sedanais, n’a évidemment pas d’autre raison que le manque de capitaux car si les façonniers s’équipaient peu à peu de mécaniques, ils n’avaient pas les moyens de faire chacun l’acquisition d’une machine à vapeur. C’est pourquoi les Bacot leur louaient des « boutiques » au Dijonval où ils pouvaient bénéficier de la force motrice dont disposait cette belle manufacture (une machine à vapeur en 1820, deux après 1865) pour actionner métiers à filer et machines d’apprêt, le tissage remplaçant le filage après 1885. En 1884, le loyer s’élevait à 81 700 F et, après déduction du combustible et des frais généraux, laissait aux Bacot un bénéfice annuel de 44 000 F37.

  • 38 B. Lassaux, 1992, p. 112.
  • 39 AN, C 3334.

26Enfin, jusqu’en 1891, les fabricants ont délibérément appliqué une politique de compression des coûts salariaux qui compensait le retard technique de la fabrique et, en tout cas, permettait de différer la mécanisation du travail. En effet, alors que, au niveau national, les salaires nominaux progressaient, ils ont baissé (ou, au mieux, sont restés stationnaires) à Sedan entre 1873 et 1885. Pour les hommes, ils seraient tombés de 3 F/4 F à 3,30 F ; pour les femmes, de 1,50 F/2 F à 1,50 F et pour les enfants, de 1 F/1,25 F à 1,20 F38. Le succès de cette politique peut vraisemblablement s’expliquer par la pression à la baisse qu’exerçait sur le niveau des salaires la masse des tisseurs ruraux dont beaucoup étaient sans travail comme l’emploi massif d’étrangers, lesquels représentaient 20 % environ des effectifs du textile en 188539.

  • 40 AN, C 7319, Enquête textile, 1904.
  • 41 AN, C 7319, Enquête textile, 1904.
  • 42 Banque de France, succursale de Sedan, 1882.
  • 43 H. Rouy, Souvenirs sedanais, sd., p. 117-118.

27Du reste, le retard de la mécanisation du tissage participe d’une attitude, semble-t-il, assez générale à Sedan où le progrès technique ne s’est diffusé que lentement. En 1904, après avoir visité quelques filatures installées le long de la Meuse, la commission d’enquête constatait en effet « l’état lamentable de certaines usines de la région dont le matériel est vieux et même quelques métiers à la main »40. De son côté, l’Union des syndicats de l’industrie textile soulignait la lenteur de la diffusion du renvideur : « Elles (les filatures) sont dans une situation vis-à-vis de la filature moderne, où se trouve le tissage à la main vis-à-vis du tissage mécanique »41. C’est assez dire que les profits n’ont pas été employés à moderniser l’outillage comme le reconnaissait avec lucidité, en des termes d’ailleurs assez proches, aussi bien l’inspecteur de la Banque de France dans son rapport pour 188242 que Henry Rouy, pourtant porte-parole du patronat local, dans une étude publiée en 190943 : l’un et l’autre soulignaient en effet que les fils, ayant trouvé fortune faite, n’avaient guère le goût de travailler dans l’usine et s’évadaient hors du textile, de telle sorte que les capitaux venaient à manquer aux entreprises.

  • 44 L’industrie en France occupée, p. 36.
  • 45 L’industrie en France occupée, Tableau no 48.

28De surcroît, il faut souligner que l’industrie sedanaise utilisait des machines d’une très grande diversité de modèles. Le fait, qui a frappé les enquêteurs allemands, vaut d’être souligné44. Au tissage où d’ailleurs l’origine d’un dixième du matériel n’avait pu être identifiée, les métiers avaient été fournis par vingt fabricants différents (cinq allemands, deux belges, deux anglais et onze français). En filature cardée où pourtant le matériel provenait presque exclusivement de la Société anonyme de constructions mécaniques de Verviers, il était de six types différents45. C’est dire que l’outil de production ressemblait à un manteau d’Arlequin. Ce qui, bien sûr, ne pouvait que nuire à son efficacité en interdisant la polyvalence du personnel comme l’uniformisation des produits.

L’élévation du coût du travail et ses conséquences

  • 46 AN, C 7320, Enquête textile, 1904.
  • 47 B. Lassaux, 1992, p. 111 et 189.
  • 48 B. Lassaux, 1992, p. 111-112.
  • 49 Ardouin-Dumazet, 1904, p. 322.

29La stratégie de compression des frais de main-d’œuvre a été remise en cause par les concessions que les fabricants durent faire en 1891 pour amener leurs ouvriers à reprendre le travail lors de la grève de 1891 qui a marqué le point de départ d’un mouvement de hausse des salaires. Exceptionnelle par sa durée – plusieurs semaines –, son ampleur et son unanimité, la grève des tisseurs a été une réaction à la politique de baisse des salaires suivie depuis la fin de l’Empire par les patrons. En paralysant la draperie sedanaise qui perdit pour plusieurs millions de francs de ventes, elle les obligea à consentir de substantielles hausses de salaires. C’est ainsi que les tisseurs à la mécanique ont alors vu leurs salaires passer de 2,25 F/3,50 F à 3,50 F/4,50 F, soit en moyenne, une hausse de 40 % (Tableau 4). Des commissions d’atelier ont également été créées pour régler les contestations en matière de salaires, mais elles ont cessé de fonctionner dès 1898, les patrons « marquant à l’encre rouge les ouvriers prenant la défense de leurs camarades »46. Une nouvelle augmentation eut lieu en 1900, mais limitée cette fois aux salaires les plus bas47. La poussée salariale s’est poursuivie jusqu’à la guerre comme le montre l’évolution du salaire du tisseur qui atteignait 4 F/6 F en 1912, la hausse touchant également les femmes (de 2,5F/3 F en 1902 à 3F/4 F en 1912) et les enfants (de 2,25F/2,5F à 2,5F/4 F)48. C’est pourquoi Ardouin-Dumazet a pu souligner que « comparativement à d’autres centres ouvriers, Sedan est favorisé pour les salaires »49.

Tableau 4. Évolution des salaires dans le textile sedanais (en Francs), 1873-1904

1873

1885

1896

1904

Hommes

3/4

3,30

3/4,50

3,25/4,50

Femmes

1,50/2

1,50

1,50/3

1,60/3

Enfants

1/1,25

1,20

1,50/1,75

1,50/2,25

Source : B. Lassaux, L’industrie textile et la vie ouvrière dans le pays sedanais…, p. 112.

  • 50 B. Lassaux, 1992, p. 24-25, 29 et 26.

30Cependant, l’évolution sedanaise ne peut être ramenée à une cause unique : il faut également tenir compte de la situation démographique. Après avoir progressé vigoureusement jusqu’en 1891 où elle a culminé à 20 304 habitants, la population a diminué sensiblement (- 6,2 % entre 1891 et 1901 et – 1 % de 1901 à 1911), si bien que, à la veille de la guerre, Sedan comptait de très nombreux logements vacants alors que, en 1873, un rapport affirmait que « dix familles de plus à Sedan seraient un embarras sérieux pour nous ». Le solde naturel est en effet devenu négatif à partir de 1886. Quant au solde migratoire, il a beaucoup diminué, devenant à son tour négatif dans les années 1890, avant de se redresser en peu au début du siècle. Du reste, la part des étrangers dans la population totale s’est réduite comme une peau de chagrin. Ayant atteint son niveau le plus élevé en 1881 avec 14,5 %, elle s’est ensuite affaissée régulièrement : 8,4 % en 1891, 6 % en 1901 et, enfin, 5 % en 191150. Cette décrue démographique créait une situation inquiétante puisqu’elle privait les fabricants de la main-d’œuvre dont ils avaient besoin. Cette pénurie était d’ailleurs suffisamment importante à la veille de la guerre pour que l’enquête allemande de 1916 la signale. Sans qu’on en ait bien sûr de preuves directes, on peut penser que cette situation a pesé sur le niveau général des salaires.

  • 51 Sur les œuvres d’assistance et de prévoyance créées à Sedan, cf. B. Lassaux, 1992, p. 114-136 ; Ard (...)

31Enfin, la gestion collective de la main-d’œuvre qui s’est progressivement mise en place a contribué à renchérir le coût du travail. Société de charité maternelle (1827), caisse d’épargne (1834), caisse de retraite des ouvriers (1848) qui comptait 1 103 membres en 1904 (il y avait alors 285 pensionnés et 65 demi-pensionnés), bureau de bienfaisance, sociétés de secours mutuels (une dizaine dans l’arrondissement, dont celle créée par la municipalité en 1852), hôpital-hospice ouvert aux vieillards, infirmes et orphelins, assistance médicale gratuite pour les indigents (1879), jardins ouvriers (1889) dont bénéficiaient 90 familles en 1897, caisse de secours d’extrême urgence (1905) et livret municipal d’épargne offert aux enfants de moins de trois ans (1905), formaient un ensemble important qui associait œuvres traditionnelles et créations récentes. Les patrons y consacraient beaucoup de temps et d’argent : ils présidaient beaucoup, participaient activement à la gestion, prenaient l’initiative de nouvelles œuvres, faisaient des dons et accordaient des subventions. Il faut d’autre part souligner le rôle tout particulier joué par une municipalité consciente de sa mission en matière sociale. C’est ainsi que, en 1905, le maire déclarait que « le devoir d’une assemblée véritablement pénétrée de l’importance de sa mission sociale est d’affirmer ses sentiments de solidarité en aidant à répandre et à développer la prévoyance »51.

  • 52 E. Lefèvre, 1912, p. 297.

32Cette politique sociale était une nécessité pour retenir et fixer les ouvriers dans une ville où le manque de main-d’œuvre s’est fait sentir sérieusement à partir des années 1890. C’était aussi l’expression d’idées philanthropiques largement répandues chez les élites locales pour qui il s’agissait tout à la fois de lutter contre la misère des ouvriers et de les moraliser en développant l’esprit d’économie et de prévoyance et en luttant contre l’alcoolisme. Si cette politique prit une forme collective, c’est en raison de la petite taille des entreprises sedanaises et de la médiocrité de leurs ressources qui leur interdisait d’avoir une action sociale indépendante. Les Usines de l’Espérance constituent la seule exception, mais c’était l’établissement le plus important de la place avec plus de 500 ouvriers et il était édifié à l’extérieur de la ville. L’établissement possédait une société de secours mutuels créée en 1891 et alimentée à la fois par les cotisations de ses membres et une subvention annuelle de la société de 3 180 F, ainsi qu’une caisse de pensions dont le financement était exclusivement à la charge de l’entreprise. Pour décrire ces œuvres, Émile Lefèvre parlait de « bienveillance intelligente »52.

33Si, jusqu’à la grande grève des tisseurs, la surexploitation des ouvriers a compensé, dans une large mesure, les faiblesses d’un outil de production trop archaïque et dispersé pour être véritablement efficace, la hausse des salaires que l’on constate après 1891 a rendu plus difficile, en l’absence d’une modernisation suffisante des structures de production, l’effort de l’industrie sedanaise pour s’adapter à la demande en fabriquant des tissus bon marché.

3. Une adaptation limitée

  • 53 G. Gayot, 1998, p. 442.

34De tous les centres de cardé, Sedan est celui qui, sous le Second Empire, a connu la croissance la plus faible : son chiffre d’affaires s’est élevé de 24 MF en 1849 à 35 MF en 1869, soit une augmentation de 46 %, quand Elbeuf doublait presque le sien. Aussi a-t-on pu parler d’un « modèle sedanais de langueur industrielle »53. C’est aussi celui où le recul au cours des années 1870 a été le plus brutal, les ventes chutant de 35 MF en 1874 à 21 MF en 1877 (-40 %). Elles se sont à peu près stabilisées au cours des années suivantes, avant de remonter un peu pour atteindre 25 MF en 1898, niveau auquel elles se sont maintenues pendant toute la décennie suivante, et de connaître un nouvel essor à la veille de la guerre où les ventes ont atteint 28 MF en 1912 (Graphique 5). Ce qui faisait dire, non sans exagération, à l’Union des Syndicats Patronaux de l’Industrie textile de Sedan dans une brochure publiée en 1924 :

  • 54 USPITS, 1924.

« La période qui précède la grande guerre ramène à Sedan une activité comparable à celle qui a fait sa fortune : les 34 fabricants qui existent à cette époque rivalisent d’efforts pour conserver au nom de Sedan le prestige que la considération universelle y a attaché… »54.

35Il faut toutefois noter que l’évolution du chiffre des ventes ne s’explique pas par les variations de la production qui semble être demeurée relativement stable : Sedan fabriquait autant au début des années 1900 (3 249,7 t, en moyenne, pour 1900-1903) qu’en 1874 (3 112,3 t). C’est donc la baisse des prix qui est à l’origine de l’érosion du chiffre d’affaires. Il n’y a qu’au creux de la vague, dans les années 1870, que le recul des ventes a correspondu à une forte réduction de la production (2 792,9 t, en moyenne, pour 1875-1877, soit une diminution de 10,2 % par rapport à 1874).

Graphique 5. Évolution du chiffre d’affaires de Sedan (MF), 1803-1912

Graphique 5. Évolution du chiffre d’affaires de Sedan (MF), 1803-1912

Sources : B. Lassaux, L’Industrie textile et la vie ouvrière dans le pays sedanais de 1870 à 1914 ; H. Rouy, Mélanges (Troisième série) ; E. Lefèvre, Histoire économique de la laine ; Ministère du commerce, Evaluation de la production (...).

Les pesanteurs de la tradition

36Si faute de documentation suffisante, il est difficile de rendre compte dans le détail des variations du chiffre d’affaires de Sedan, en revanche, l’étude de l’évolution de ses fabrications devrait permettre d’expliquer tout à la fois son absence durable de dynamisme et la timide remontée de ses ventes dans les années 1900.

  • 55 L. Reybaud, 1867, p. 76.
  • 56 L. Reybaud, 1867, p. 77-78.

37Sous le Second Empire, deux faits essentiels définissent l’originalité de Sedan. D’abord la qualité de ses fabrications traditionnelles à laquelle même des articles nouveaux comme le velours Montagnac sont demeurés fidèles : « Ce qui a beaucoup aidé à ce succès, c’est la conscience que, dès les premiers jours, Sedan apporta dans la confection de ses produits. Les draps frappés à sa marque, avaient cette bonne renommée qui ouvre les marchés et s’impose aux clients »55. D’autre part, alors même qu’elle en disputait à Elbeuf la paternité, elle n’a que faiblement participé à « la révolution des nouveautés » qui est à l’origine de l’ample croissance des ventes de tissus cardés des années 1830 au début des années 1870, ce qui explique le faible dynamisme de la production sedanaise56.

38Parallèlement, une nouvelle tendance s’est dessinée : profitant du déplacement de la consommation populaire en faveur de la laine suscité par la crise du coton, quelques fabricants, pour accroître leurs ventes, se sont lancés dans la fabrication de drap renaissance, quand d’autres mélangeaient du coton à la laine. Reybaud voyait dans ces innovations douteuses le point de départ d’une évolution fatale pour Sedan :

  • 57 L. Reybaud, 1867, p. 76-77.

« Quelques maisons d’élite gardent la tradition (des draps noirs et bleus). Mais à côté de ces maisons, il y a eu des défections. Il faut distinguer là où autrefois on ne distinguait pas. Les mauvais exemples, le besoin de produire beaucoup et à bon marché ont fait dévier la jeune industrie de la voie tracée par les anciens. (…) S’il n’y a pas de préjudice individuel, il y a un dommage collectif, et le groupe n’occupe plus d’une manière aussi manifeste le rang que lui assignait une bonne conduite qui a duré plusieurs siècles »57.

39Varinet, fabricant et négociant à Sedan, a très clairement explicité lors de l’enquête de 1870 les raisons de cette évolution en faveur des tissus bon marché :

  • 58 Enquête, 1870, p. 121.

« La demande des articles chers devenait tout à fait insuffisante pour alimenter toutes nos fabriques ; la consommation les délaissait de plus en plus. Nous laissions à cette époque à nos rivaux, aux Anglais surtout, la fabrication et la vente des bas prix. Ces articles anglais, presque tous habilement mélangés de plus ou moins de coton, s’adressaient à la masse des consommateurs, leur bas prix apparent leur ouvrait tous les marchés. La France allait en être inondée et nous n’avions rien à leur opposer. La fabrique de Sedan crut alors qu’il fallait créer de nouveaux articles à très bas prix et cependant de meilleur usage que ceux de nos rivaux. Elle se mit rapidement à l’œuvre »58.

40Au cours de la même enquête, Cunin-Gridaine a complété et précisé les termes de cette analyse :

  • 59 Enquête, 1870, p. 127.

« Sedan a commencé à fabriquer une grande quantité d’étoffes à bas prix, à l’époque où le coton a atteint un prix excessivement élevé. (…) Sedan a employé l’effilochage dans les trames des étoffes qu’il a voulu faire à très bas prix. On est arrivé à en mettre dans des proportions considérables. (…) Ces étoffes sont entrées sur le marché en concurrence avec les étoffes de coton et mélangées de laine et coton ; elles avaient plus de solidité, ne différaient pas sensiblement par les prix »59.

  • 60 Enquête, 1870, p. 128.
  • 61 Enquête, 1870, p. 127.

41Dès cette époque, Sedan fabriquait moins d’articles de qualités fines ou demi-fines. Sa gamme de fabrications s’était beaucoup élargie, les prix allant de 4,50 F le mètre pour les étoffes destinées à la confection de vêtements pour femme, jusqu’à plus de 20 F pour les draps correspondant à « l’ancienne fabrication de Sedan »60. Il reste qu’il ne faut rien exagérer : aux dires même de Cunin-Gridaine, les articles de large consommation ne représentaient en 1870 pas plus de 3 MF sur un chiffre d’affaires total de 35 MF, soit à peine 8,6 %61.

  • 62 Ardouin-Dumazet, 1904, p. 325.

42On ne sait pas grand chose de l’évolution de la draperie sedanaise entre 1870 et 1895. La seule certitude est la chute du chiffre d’affaires après 1873 et sa stagnation jusqu’au milieu des années 1890. Ce qui donne à penser que malgré l’évolution en faveur des articles communs dont Louis Reybaud, Varinet et Cunin-Gridaine ont si bien décrit les prémices, les fabricants sont, dans leur ensemble, demeurés fidèles au drap uni noir fin d’un prix élevé destiné à une clientèle aisée, qui constituait depuis longtemps leur spécialité et, de plus, ont cessé de mettre au point de nouveaux produits, l’article pour pardessus et livrée créé par Montagnac représentant une heureuse exception62.

Entre bon marché et nostalgie de la qualité

  • 63 Ardouin-Dumazet, 1904, p. 325.
  • 64 Banque de France, succursale de Sedan, 1913.
  • 65 Ardouin-Dumazet, 1904, p. 325 ; E. Lefèvre, 1906, p. 238.

43La remontée des ventes à partir de la fin du siècle donne à penser, en revanche, que des transformations profondes se sont alors accomplies dans la fabrication de Sedan. Certes, une poignée de fabricants s’est obstinée à poursuivre la fabrication de drap noir surfin aux prix presque prohibitifs – de 15 à 20 F le mètre en 1904 –63 dont les débouchés ne cessaient pourtant de se restreindre, et l’espoir d’un retour aux genres chers ayant été déçu, plusieurs fermèrent leurs usines. D’autres, cependant, se sont résolus à employer de plus en plus d’effilochés et de coton et à les mélanger à la laine, à réduire la diversité des apprêts et à moderniser leur tissage afin d’abaisser les prix de leurs tissus et pouvoir ainsi s’adresser à la confection. Ce qui faisait dire à l’inspecteur de la Banque de France que l’on assistait à une « évolution qui (substituait) la quantité à la qualité »64. Sedan, en effet, a réussi à alléger ses tissus et à en abaisser le prix : alors qu’en 1867 ses tissus se situaient dans une fourchette de prix allant de 7,50 F à 28 F le mètre, en 1906, ils étaient compris entre 3,75 F et 9 F65.

  • 66 Archives du Crédit National, Dossier de prêt de la société E. Henrion, 1921.
  • 67 Banque de France, succursale de Sedan, 1913 ; L’industrie en France occupée, p. 127.

44La société Émile Henrion illustre assez bien cette évolution : spécialisée dans la fabrication de tissus en laine et laine et coton bon marché – ses cheviottes anglaises à chaîne coton se vendaient 1,70 F le mètre –, elle réalisait un chiffre d’affaires de 3 à 3,5 MF à la veille de la guerre et donnait un bénéfice net de 5 à 10 %66. On peut penser que cette évolution contenait en germe, mais en germe seulement, une profonde transformation des conditions d’exploitation, les fabricants se trouvant désormais devant la nécessité de recourir plus largement au crédit, alors qu’ils utilisaient peu l’escompte, de réduire leurs stocks et d’accélérer l’écoulement de leurs produits chez la clientèle67.

  • 68 L’industrie en France occupée, Tableau no 47.
  • 69 Ardouin-Dumazet, 1904, p. 325.

45D’autre part, Sedan a mieux compris qu’Elbeuf la nécessité de s’approprier la fabrication d’étoffes peignées et, pour cela, de naturaliser dans ses murs la filature de laine peignée. En effet, en 1914, d’après l’enquête allemande, la région comptait davantage de broches de peigné (107 480) que de cardé (84 600)68. D’où l’élargissement de la collection aux tissus pour robe copiés de Roubaix et aux étoffes en fil peigné et laine cheviotte imitant les genres anglais69.

46Toutefois, le recul du luxe (ou du demi-luxe) au profit de la consommation populaire n’a rien eu de linéaire. Bien des fabricants ne s’y sont résolus qu’avec peine, et beaucoup continuaient de fabriquer des tissus qui ne se vendaient plus. C’est ainsi que, en 1903, la chambre de commerce, détaillant les ventes par produits, pouvait écrire :

  • 70 Cité par E. Lefèvre, 1906, p. 240.

« L’écoulement a été nul pour les genres poils, difficile pour certains genres hommes, bon pour les articles bas-prix. La production a été extrêmement réduite ; pour ainsi dire nulle dans les premiers de ces genres, presque étale dans les seconds, active dans les tissus bon marché »70.

47Au demeurant, le redressement des ventes que l’on constate en fin de période a été limité : en effet, à la veille de la guerre, Sedan n’avait pas même retrouvé le niveau atteint à la fin du Second Empire (Tableau 3). C’est dire que l’effort d’adaptation à l’évolution de la demande et de rénovation des structures productives entrepris par certains industriels n’a pas été poussé assez loin. Trois obstacles l’ont freiné : la nostalgie de la qualité, la coupure d’avec le marché qui résultait de l’organisation de la Fabrique et l’inadaptation de l’outil de production à la fabrication en grande série qu’appelait pourtant le choix du bon marché.

48C’est avec beaucoup de sévérité que, en 1913, l’inspecteur de la Banque de France analysait les difficultés de la conversion de Sedan à l’article bon marché réclamé par les consommateurs :

  • 71 Banque de France, succursale de Sedan, 1913.

« Les fabricants de Sedan restés trop longtemps les yeux fixés sur leur passé, sont victimes du peu d’empressement qu’ils ont montré à se rendre compte des besoins nouveaux et à se soumettre aux exigences de la mode ; convaincus à juste titre de la supériorité de leur production, satisfaits des bénéfices réalisés sans trop d’efforts – puisqu’ils abandonnaient le plus souvent à des façonniers le soin de transformer leur matière première –, ils ont eu le tort de croire que la clientèle renoncerait vite aux mutations offertes à bas prix par la concurrence et ne manquerait pas de revenir aux belles étoffes qui constituent leur spécialité »71.

  • 72 Rapport de 1903 cité par E. Lefèvre, 1906, p. 240.
  • 73 Rapport cité par E. Lefèvre, 1906, p. 240.

49L’attitude de la chambre de commerce confirme pleinement ce diagnostic. Face aux novateurs qui s’étaient lancés dans le bon marché et faisaient une place plus large à la nouveauté dans leur collection, la chambre de commerce, tout en reconnaissant que « le bas prix a sauvé la place de Sedan au point de vue de la main-d’œuvre »72, n’a cessé de se faire le défenseur de la tradition. C’est ainsi que, nostalgique, elle écrivait dans son rapport d’activité pour 1902 : « On ne peut que déplorer l’abandon progressif de la belle fabrication française et des belles étoffes qui se vendaient autrefois »73. Et, en 1907 encore, son rapport d’activité traduisait bien les hésitations des fabricants à faire évoluer leurs fabrications pour les adapter à la demande, l’antienne de la qualité justifiant à ses yeux cette attitude pusillanime :

  • 74 Cité d’après H. Rouy, 1909, p. 115-116.

« Des Maisons de Sedan ont ajouté à leur fabrication classique un rayon de nouveauté et les premières qui sont entrées dans cette voie ont reçu des commissions importantes. D’autres les ont suivies et avancent prudemment : elles ont raison, il ne faut pas se lancer à l’aventure. La Fabrique de Sedan (on ne doit pas s’illusionner) n’est pas à même de produire des tissus de haute fantaisie. Qu’elle laisse les genres excentriques à d’autres centres ayant une grande expérience de ces genres ! Qu’elle s’applique à faire la nouveauté dite classique ; elle a tous les éléments en main pour réussir, et cela sans être obligée d’abandonner ses beaux unis, ses beaux armurés, moins portés peut-être momentanément, mais toujours très appréciés : ils reviendront toujours plus en faveur qu’ils sont toujours l’objet des soins extrêmes des Maisons qui font ces différents articles ne comportant pas la médiocrité »74.

  • 75 E. Hamaïde, 1989, p. 30.
  • 76 B. Lassaux, 1994, p. 11.
  • 77 L’Écho des Ardennes, 26 septembre 1889 et 18 septembre 1895, cité par B. Lassaux, 1994, p. 11.
  • 78 B. Lassaux, 1994, p. 11.

50Autant dire que la culture du produit historique – le drap uni fin et cher – a contribué à paralyser les efforts faits pour tirer toutes les conséquences de la démocratisation de la demande. Qui plus est, fière d’une longue tradition de fabrication de qualité, Sedan a été en quelque sorte victime d’un sentiment d’autosatisfaction général. Cette attitude avait de profondes racines puisque, déjà sous le Second Empire, les fabricants « étaient tellement sûrs de la supériorité de leurs produits qu’ils ne prenaient même pas la peine d’étudier de plus près ceux de la concurrence »75. Alors même que Sedan s’était laissée distancer par les autres centres lainiers, la presse locale n’a cessé de « manifester une confiance exagérée dans la renommée de la place »76. C’est ainsi que, le 26 septembre 1889, L’Écho des Ardennes n’hésitait pas à affirmer : « Notre fabrique est digne de son passé ; elle est à la hauteur de sa grande réputation ; elle peut considérer l’avenir avec une mâle assurance ». Ou encore le 19 septembre 1895 : « Car en fait de draperie fine, c’est toujours à Sedan qu’on fabrique les plus belles étoffes du monde »77. Et Bruno Lassaux, qui rapporte ces propos, de commenter très justement : « Considérations fréquentes mais anachroniques : à cette date, l’âge d’or du textile sedanais est bel et bien révolu »78. Comment douter que, en aveuglant les fabricants, cette fierté n’ait freiné la prise de conscience des orientations nouvelles de la demande et l’adaptation des entreprises aux besoins de la clientèle ?

51Du reste, cette attitude n’a pu qu’être renforcée par la coupure d’avec le marché qui, ici encore, remonte au Second Empire, époque pendant laquelle comme l’a souligné Gérard Gayot,

« les fabricants prirent le parti de faire bon marché des frissons du vendeur sur le marché, au risque d’y devenir hostiles ou indifférents. Ainsi, cet échange de propos entre Montagnac et Charles Cunin-Gridaine, dans le camp retranché des fabricants dignes de ce nom et de la marque de Sedan, et un jeune entrepreneur qui s’est lancé dans les tissus renaissance, qui se réjouit du nouveau régime économique et du traité de 1860, qui exporte beaucoup de marchandises fabriquées à Sedan, et qui prétend parler au point de vue de Sedan.
Montagnac.– Ce n’est pas la fabrication de Sedan.
Varinet. – Je connais mieux les articles à bas prix que M. de Montagnac. La fabrication de M. de Montagnac, je dirais volontiers que c’est l’aristocratie de nos articles : quant aux bas prix, il ne s’en occupe pas.
Montagnac.– Permettez-moi, monsieur, vous êtes négociant ?
Varinet.– Je suis aussi fabricant.
Montagnac.– Oui, mais vous êtes aussi négociant.
Cunin-Gridaine.– Permettez-moi de me présenter devant vous, messieurs, comme délégué de l’industrie de Sedan. Nous sommes fabricants et industriels, M. de Montagnac et moi ; la personne qui vient de déposer est un négociant, un intermédiaire qui achète de grandes quantités de draps dans les bas prix, qui commandite je le reconnais, un certain nombre de fabricants, mais enfin qui n’est pas ce qu’on appelle un fabricant…

  • 79 G. Gayot, 1998, p. 466. La citation est extraite de Enquête. Traité de commerce avec l’Angleterre, (...)

Ternaux présent, un tel dialogue sur les vertus incomparables du négoce et de l’industrie, du commerce et de la manufacture n’eût jamais eu lieu. A Sedan, la division du travail avait brisé le rêve de l’unité du Commerce »79.

52La séparation du négoce et de l’industrie et l’indifférence aux signaux du marché qui en a résulté, ont entraîné une véritable fossilisation de la tradition de Sedan – ce que Montagnac appelle « la fabrication de Sedan » – et le refus de la démocratisation de la consommation qui impose de fabriquer des tissus à bas prix, les deux phénomènes s’entretenant mutuellement.

  • 80 L’industrie en France occupée, p. 126.

53Cette tendance s’est encore accentuée après 1870 puisque, à quelques rares exceptions près, les fabricants n’avaient plus de contact direct avec le marché : en effet, ils dépendaient pour leur alimentation d’agents extérieurs à la place qui faisaient écran entre eux et le consommateur80.

  • 81 L’industrie en France occupée, p. 126.
  • 82 Les fabricants se plaignaient d’ailleurs de devoir travailler dans des conditions peu rémunératrice (...)

54D’après les enquêteurs allemands, seules cinq maisons, outre les deux usines intégrées (Stackler, Boguy), étaient en contact direct avec la clientèle : Henrion, de Montagnac et fils, Klein fils aîné, Henri Lombard et Lepage. Tout « le reste du commerce était entre les mains des maisons de gros » qui « font fabriquer des draps pour leur compte dans certaines usines »81. C’est dire que la majorité des fabricants sedanais travaillaient à façon pour des donneurs d’ordres roubaisiens ou rémois qui leur fournissaient les laines à travailler et les modèles à réaliser82.

  • 83 Voir les dépositions de Montagnac et Cunin-Gridaine lors de l’enquête de 1860. Cf. Enquête, 1860, p (...)
  • 84 L’industrie en France occupée, p. 147-148 et 142.

55Il reste que si la coupure d’avec le marché n’a pu que gêner l’adaptation à l’évolution de la demande, ce n’est pas la seule cause. Il faut bien constater en effet que l’outil de production était mal adapté à une production en grande série qu’appelait pourtant le choix du créneau de la consommation populaire. C’était un héritage du temps où, Sedan étant spécialisé dans les draps fins, sa collection était d’une grande diversité et la fabrication était fractionnée en toutes petites séries83. Ni la taille des entreprises – trop petite –, ni leurs équipements – trop peu modernes –, ni leurs méthodes de gestion – trop traditionnelles –, ne permettaient de fabriquer en grand tout en préservant les marges bénéficiaires. C’est ce qui explique très certainement que, sur le terrain du bon marché, Sedan n’ait pu affronter avec succès la concurrence des produits allemands qu’elle rencontrait sur tous les marchés. D’après les enquêteurs allemands, ses ventes reculaient en effet, non seulement sur les marchés étrangers, où elles étaient d’ailleurs très dispersées, participant ainsi du mouvement plus vaste de recul des exportations françaises de draperie, mais aussi sur le marché français où elles se heurtaient à « la concurrence acharnée » de l’industrie allemande dont les ventes ont beaucoup progressé dans les années 190084.

Conclusion

56Après la crise de 1826-1832, la Manufacture sedanaise végète. Ce que traduit clairement l’absence de dynamisme de ses ventes. Plusieurs traits caractérisent le modèle de croissance qui s’est progressivement cristallisé : une organisation de la production archaïque qui malgré un début de concentration fait une trop grande place à des entreprises dispersées et sans puissance, le faible niveau technique d’établissements trop tardivement mécanisés et au matériel vieilli et hétérogène, l’élévation du coût du travail après la grève de 1891 qui gêne l’orientation vers des tissus bon marché, une adaptation trop timide et comme à regret des produits à l’élargissement de la demande et, enfin, un patronat défaillant qui détourne les profits de l’entreprise et vit les yeux rivés sur le passé.

57Pris isolément, aucun de ces facteurs n’a été déterminant. C’est leur combinaison qui explique l’affaiblissement de Sedan. En effet, la draperie sedanaise représente une configuration productive singulière parce que sans cohérence interne. Même s’il ne faut évidemment pas surestimer l’importance du redressement des ventes opéré dans les années 1900, il témoigne néanmoins d’un réel effort d’adaptation qui n’eut pas d’équivalent à Elbeuf. Cependant, paralysés par l’obsession de la « qualité », ses fabricants n’ont pas poussé jusqu’au bout la logique de la conversion au bon marché. Par ailleurs, ils n’ont pas davantage compris que ce choix rendait indispensable une modernisation des structures productives. Sans grands moyens, ils n’ont su ni pu faire évoluer leur outil de production afin de fabriquer en grande série et de comprimer leur coûts. Dans les deux cas, Sedan est donc restée à mi-chemin de l’évolution nécessaire pour s’adapter aux exigences de temps nouveaux.

  • 85 B. Lassaux, 1994, p. 53.
  • 86 H. Rouy, 1909, p. 119-120.

58En conséquence, dès les années 1890, Sedan a perdu sa suprématie industrielle au profit de la « Vallée » où se développait la métallurgie. En vingt ans, en effet, le rapport des forces entre les deux activités s’est complètement inversé : alors qu’en 1887, avec 56 % de la population active, le textile était la première industrie de l’arrondissement, la métallurgie n’en employant que 30,4 %, en 1906, au contraire, avec 38,5 % des actifs, celle-ci dépassait désormais la draperie (36,3 %) d’une courte tête85. Sans doute, en 1914, la Manufacture avait-elle encore de beaux restes, mais les frémissements que l’on constate dans les années 1900 et dont, après guerre, le syndicat patronal fera tant de cas, ne doivent pas faire illusion : en réalité, le destin de Sedan était scellé depuis longtemps. Il est d’ailleurs frappant de constater que la Fabrique de Sedan ne cherchait pas en elle-même les causes de son déclin mais tout au contraire dans des causes générales sur lesquelles elle n’avait évidemment aucune prise – la surproduction, le protectionnisme des nouveaux pays producteurs, le prix exagéré et la trop grande lenteur des transports, la concurrence de producteurs étrangers qui n’avaient pas à supporter de lourds impôts et une législation sociale trop généreuse, l’action occulte du syndicalisme –, et attendait son salut de l’intervention des Pouvoirs publics auxquels elle demandait sans se lasser un renforcement de la protection douanière et un assouplissement des lois sur la durée du travail86.

II. Elbeuf : une adaptation insuffisante

  • 87 A handbook for travellers in France, 1864.

59A Elbeuf, à la fin de l’Empire, le drap était tout, si bien qu’un guide pour touristes anglais pouvait affirmer que « si Rouen a pu, à juste raison, être comparé à Manchester, on peut fort bien l’appeler le Leeds français »87. La draperie montrait pourtant des signes d’essoufflement que son exceptionnelle prospérité et la réputation universelle de ses productions dissimulaient aux yeux des Elbeuviens. Sous la Troisième République, la transition de la fabrique traditionnelle vers des structures industrielles plus modernes qui avait jusqu’alors marqué le pas s’est accélérée au prix d’une forte réduction du nombre de ses fabricants et de ses ouvriers, alors que, simultanément, les ventes reculaient inexorablement, si bien que, à la veille de la guerre, la draperie elbeuvienne n’était plus que l’ombre d’elle-même. L’évolution est cependant plus complexe que ne le laisse à penser ce rapide résumé puisque, après l’annexion de l’Alsace, une poignée d’industriels originaires de cette province sont venus s’installer à Elbeuf où ils ont monté des établissements puissants et modernes qui sont d’emblée apparus comme une sorte de corps étranger au sein de la draperie elbeuvienne où ils représentaient l’organisation industrielle face au système traditionnel de la fabrique. Dès lors, l’histoire d’Elbeuf a entrelacé deux trajectoires différentes, les sociétés dirigées par des Alsaciens échappant d’abord aux crises à répétition qui affectaient durement le milieu industriel local, avant d’être à leur tour rattrapées par les difficultés au milieu des années 1890.

60Aussi est-il indispensable pour dégager les particularités de l’histoire de la draperie elbeuvienne et en comprendre la logique de développement, de prendre d’abord une vue complète de ses structures à la fin du Second Empire, de décrire ensuite la greffe alsacienne et ses conséquences et, pour finir, d’analyser les ressorts et les formes de son long déclin en montrant comment il a inégalement touché fabricants autochtones et industriels alsaciens.

1. Les structures de la draperie à la fin du Second Empire

  • 88 L. Reybaud, 1867, p. 67.
  • 89 F. Concato, P. Largesse, 1992, p. 409.
  • 90 M. Alcan, 1866, T. 1, p. 195.
  • 91 T. Chennevière, 1843 p. 496 ; F. Concato, 1987, p. 65-67 ; A. Becchia, 2000, p. 501-512.

61En 1870, Elbeuf était devenu le principal centre lainier normand, Louviers ayant été réduit au rang de satellite88. Très vieux centre lainier, c’est au xviie siècle qu’Elbeuf s’est spécialisé dans la fabrication du drap cardé uni89, lisse (la surface laineuse du drap était rase, sans direction déterminée de la couche duveteuse qui cachait complètement l’entrelacement des fils) et monocolore (le plus souvent noir ou bleu)90, dont la qualité s’est améliorée au fur et à mesure que progressait la mécanisation de la filature et des apprêts mais sans atteindre la finesse de ceux de Sedan et de Louviers. Toutefois, la véritable expansion d’Elbeuf date seulement de l’adoption de la nouveauté au début des années 183091 (Tableau 3).

L’âge d’or de la nouveauté

62A la fin de la Restauration, le marché du drap uni, étoffe de qualité qui demeurait chère, était saturé, alors que la demande de la clientèle s’orientait désormais vers des étoffes de coton ou de laine mélangée de coton ou de soie aux coloris et aux motifs variés.

  • 92 Voir sa notice biographique in D. Barjot, 1991.
  • 93 A. Becchia, 2000, p. 508-509.
  • 94 M. Bourdon, 1843, p. 392.
  • 95 A. Becchia, 2000, p. 511.

63C’est dans ce contexte que Théodore Chennevière92 décida de reprendre la fabrication d’articles fantaisie qui avaient déjà été expérimentée, mais sans succès, à la fin de l’Ancien Régime et surtout au début des années 1820. Le succès fut immédiat, et Chennevière fut rapidement imité par une cohorte, sans cesse plus nombreuse, de jeunes industriels qui « ne se contentent plus d’imiter, de prolonger, ni même de parfaire » mais qui, à l’écoute de la clientèle et à l’instigation de négociants de la capitale, « imaginent des gammes d’articles en rupture totale avec les anciennes productions »93. D’un point de vue strictement technique, la nouveauté consiste à combiner une chaîne formée de fils à la fois communs et résistants à une trame de fils plus fins, doux et élastiques ; à varier à l’infini le nombre et la nature des fils, sans hésiter à utiliser les matières les plus diverses (coton, soie, cachemire, vigogne, castor, rat…), et à multiplier dessins et couleurs qu’il faut renouveler sans cesse. Cette nouvelle fabrication qui a nécessité l’adoption du métier Jacquard, a donné « une impulsion toute différente aux affaires de la localité »94 et provoqué « une véritable métamorphose des comportements patronaux »95 : désormais privés de la sécurité qu’offrait le drap uni, les fabricants devaient renouveler leurs collections à chaque changement de saison.

  • 96 F. Concato, P. Largesse, 1991, p. 79 et 110, et L. Reybaud, 1867, p. 307.
  • 97 ADSM, F 229, Notice historique de la Ville d’Elbeuf, 1844 ; Enquête, 1870, T. 2, déposition de Flav (...)

64La croissance de la production de nouveauté fut extrêmement rapide. Dès 1840, la part des nouveautés atteignait 36 % de la production elbeuvienne. En 1853, elle l’emportait déjà avec 56,4 % du total. En 1864, avec 66,7 %, sa domination s’était encore amplifiée, mais la proportion – 2/3 pour la nouveauté, 1/3 pour l’uni – ne variera plus jusqu’à la fin de l’Empire96. A l’évidence, c’est la nouveauté qui a porté l’essor spectaculaire des ventes d’Elbeuf qui se sont élevées de 40/45 MF en 1834 à 91 MF en 1869 après être passées par un maximum de 110 MF en 186397.

  • 98 J. Turgan, 1865, T. 5, p. 130.
  • 99 A. Becchia, 2000, p. 510.

65Si Elbeuf fabriquait aussi des nouveautés communes, moins changeantes et moins chères, en grandes quantités, la haute nouveauté, que les fabricants devaient renouveler à chaque saison et produisaient en petits lots, demeurait un article cher, de demi-luxe, qui s’adressait à des consommateurs aisés. Pourtant, parce qu’elle était réalisée avec des matières de moins belle qualité et n’exigeait pas une fabrication aussi soignée98, la nouveauté était moins chère que le drap lisse99. Cet avantage de prix a sans doute joué un rôle important dans le succès d’un genre de tissu dont la fabrication est parvenue à une sorte de perfection à la fin de l’Empire comme le prouvent les nombreuses récompenses obtenues à l’Exposition universelle de 1867 à Paris, qui a consacré la primauté d’Elbeuf. Ce que Louis Flavigny a souligné avec force dans son rapport sur l’Exposition :

  • 100 Rapport cité d’après A. Becchia, 2000, p. 556.

« Nul ne s’entend mieux que le fabricant d’Elbeuf à mélanger, avec une rare habileté, le coton, la laine et la soie, à façonner le tissu de mille manières, à l’enrichir de filets vifs et de bandes larges ou étroites, à modifier les apprêts, qui sont tantôt rasés, tantôt drapés, tantôt duveteux ; à calculer quels effets disparaîtront ou viendront à la surface de l’étoffe après l’opération capricieuse du foulage »100.

  • 101 AN, BB 30 390, Rapport du procureur général de Rouen, 7 février 1870.

66La croissance elbeuvienne a évidemment profité de l’élargissement de la consommation de la laine favorisée par la crise cotonnière – du fait de la pénurie provoquée par la guerre de Sécession le prix du coton a triplé – et la baisse du cours de la matière première (-40 % entre 1859 et 1869) stimulée par l’arrivée des laines de La Plata, mais le reflux s’est fait nettement sentir dès 1864, avant même le retour de la paix. Ce n’est qu’en 1868, après quatre années de « souffrance », que la situation s’améliora de nouveau pour bientôt redevenir excellente : « Depuis deux ans, la fabrication elbeuvienne a traversé une phase de prospérité dont les annales n’offrent pas d’exemples »101. On n’a en effet jamais tant fabriqué à Elbeuf mais, en raison de la baisse du prix des tissus, le chiffre des ventes n’était pas plus élevé en 1869 (91 MF) qu’en 1859 !

  • 102 Enquête, 1870, p. 41.
  • 103 J. Levain et alii, 1983, p. 80.
  • 104 Enquête, 1870, p. 44.

67Cependant, cet accroissement de l’activité elbeuvienne s’est accompagné de « grandes modifications dans la fabrication pour suivre le nouveau courant vers lequel Elbeuf se trouve entraîné »102. Autrement dit, pour faire face aux difficultés, lutter contre les produits anglais moins chers et conquérir la clientèle populaire, Elbeuf a cherché à produire moins cher en réduisant la part de la laine dans le prix de ses tissus – elle est tombée de 56,2 % en 1860 à 42,7 % en 1870103 – et en sacrifiant la qualité de ses productions qui ont perdu leur « éclat » et leur « variété ». Surtout, Elbeuf avait perdu l’initiative et, désormais, ne donnait plus le ton à la fabrication : « le plus souvent nous marchons à la suite de l’Angleterre pour la création de nos nouveautés que nous perfectionnons autant que possible, mais nous ne sommes plus les premiers »104.

68Dans un rapport devant la chambre de commerce, Philippe Aubé a dressé en 1869 un tableau très lucide de cette évolution :

  • 105 Le rapport de P. Aubé est cité d’après A. Becchia, 2000, p. 626-627.

« La fabrication, par suite de la lutte avec les produits étrangers, s’est transformée. Elbeuf ne fabrique presque plus de ces articles de haute nouveauté qui ont fait autrefois sa réputation. Les laines coloniales anglaises et surtout les laines de La Plata, dont le marché du Havre est, depuis trois ou quatre ans, abondamment pourvu, ont subi une forte dépréciation. Cette baisse a permis à nos fabriques de produire des articles à bas prix qui s’adressent à une consommation plus générale : il en est résulté un abaissement, peut-être regrettable (…) mais en même temps le moyen de produire bon marché, et, par suite, des quantités plus fortes »105.

Le maintien de structures proto-industrielles

  • 106 ADSM, 10 M 6. Ce chiffre fourni par le préfet lors de l’enquête sur les conditions de travail en Fr (...)
  • 107 Enquête, 1860, p. 41-44, 45-66, 66-91, 123 et 129-157, ainsi que Enquête, 1870, p. 46-51 et annexes (...)

69Cet âge d’or, qui a vu le nombre de fabricants et d’ouvriers s’accroître fortement, s’est réalisé dans le cadre de structures demeurées largement proto-industrielles. Les fabricants elbeuviens qui employaient une main-d’œuvre considérable – 23 000 personnes en 1872 dans le département de la Seine-Inférieure dont 9 à 10 000 dans la seule agglomération elbeuvienne106 – ont travaillé jusqu’à la fin du Second Empire dans le cadre d’un système de production fondé sur l’extrême division de la propriété des moyens de production, la prépondérance du travail à façon et la dissémination du tissage à bras dans les campagnes. Cette structure complexe de production est étroitement liée au type de produit que fabriquait Elbeuf qui n’a pu jouer la carte de la qualité que parce qu’elle disposait d’une main-d’œuvre abondante, habile et bon marché, le bas niveau des coûts salariaux compensant le prix élevé des matières premières, du charbon et des machines107. Cependant, cette organisation a été peu à peu transformée par l’introduction du machinisme, au demeurant relativement lente et très inégale selon les stades de la fabrication.

  • 108 L. Bergeron, 1972, p. 76-77.
  • 109 Enquête, 1870, annexes statistiques.

70La diffusion des mécaniques à filer qui s’est accélérée après 1811108 a complètement bouleversé l’organisation de la filature qui, à l’origine, était disséminée dans une large zone autour d’Elbeuf. On constate en effet une tendance accentuée à la concentration : l’emploi de machines coûteuses a naturellement conduit à leur regroupement à proximité du moteur qui les faisait fonctionner. Toutefois, la concentration est restée relativement limitée : en 1870, à Elbeuf, les fabricants disposaient, en moyenne, de trois ou quatre assortiments de 400 broches tandis que ceux de l’Eure qui travaillaient à façon pour Elbeuf en possédaient six109. Quoique important, l’investissement restait donc fractionné.

71Par ailleurs, l’emploi d’un moteur a entraîné une relocalisation de la filature : tantôt elle s’est concentrée dans Elbeuf et sa banlieue où la vapeur a bientôt triomphé du manège à chevaux, tantôt elle a été attirée par les sites hydrauliques qui s’étiraient le long des vallées de l’Eure (Eure, Iton, Andelle) et du Calvados (Orbec). En 1870, l’agglomération elbeuvienne comptait 28 filatures à vapeur (134 assortiments), alors que 35 filatures hydrauliques travaillaient pour Elbeuf (250 assortiments) dans les départements voisins. Ainsi, à la fin du Second Empire, le bilan est-il nuancé : l’introduction des mécaniques a profondément renouvelé la géographie de la filature mais la vapeur est loin de l’avoir complètement emporté sur l’eau.

  • 110 ADSM, 10 M 29.
  • 111 Enquête, 1870, p. 47 et 90-91.

72Il est significatif que les manufacturiers n’aient pas cherché à automatiser la filature. Alors que, entre 1862 et 1869, le nombre d’établissements de filature est passé de 9 à 15, la main-d’œuvre faisant plus que doubler (de 430 à 890 personnes110), les filateurs n’ont pas profité de cet important effort d’investissement exigé par l’accroissement de la demande pour moderniser leur potentiel de production. Si bien que, d’après Flavigny, en 1870, le renvideur self-acting commençait à peine à être introduit dans les filatures d’Elbeuf, alors qu’il était depuis longtemps d’un emploi courant en Angleterre et que Roubaix l’utilisait déjà sur une large échelle111.

  • 112 Enquête, 1870, p. 48.

73Les préventions contre l’automatisation de la filature ont leurs racines dans la très grande variété des tissus elbeuviens qui obligeaient les filateurs à travailler de nombreuses laines aux caractéristiques différentes et à filer un très grand nombre de numéros, des plus gros aux plus fins112. L’absence de spécialisation interdisait naturellement la production par grandes quantités et entraînait de fréquentes et ruineuses « intermittences de travail ». On comprend, dans ces conditions, que l’adoption du self-acting n’ait pas été ressentie comme une nécessité impérieuse.

  • 113 ADSM, 9 AIP 1 et L. Reybaud, 1867, p. 60.
  • 114 Journal d’Elbeuf, 3 mai 1864 ; AN, BB 30 889 et 387 ; M. Boivin, 1989, p. 169, 255-256 et 264 ; A. (...)
  • 115 L. Reybaud, 1867, p. 60.

74Au tissage, la domination du vieux métier à bras était presque absolue puisque, en 1870, il n’y avait que 363 métiers mécaniques pour 6 809 métiers manuels113. La lenteur de la mécanisation tenait moins à des raisons techniques – la complexité du travail pour la nouveauté et la résistance insuffisante du fil cardé au rythme saccadé du métier mécanique – qu’il ne faut pourtant nullement sous-estimer, qu’à un choix commercial : celui d’une fabrication d’une grande variété qui rendait impossible la production en série et, du même coup, le tissage sur machines. Au demeurant, la mécanisation du tissage ne pouvait progresser qu’à la condition que les fabricants, faisant preuve d’imagination en termes de produit, élaborent de nouvelles étoffes associant qualité et fabrication sur machine alors même que, à leurs yeux, machinisme et qualité étaient antinomiques, et le demeurèrent longtemps. De surcroît, en donnant la possibilité aux fabricants elbeuviens d’embaucher les tisserands de coton réduits au chômage à des salaires inférieurs à ceux que recevaient les ouvriers elbeuviens, la crise cotonnière a rendu inutile la recherche du progrès technique pour lutter contre la concurrence étrangère et a, de ce fait, ralenti la diffusion du métier mécanique114. Sans doute la mécanisation du tissage devait-elle à la longue pousser à sa concentration dans des ateliers urbains équipés d’un moteur. Toutefois, la mécanisation étant à peine amorcée, Louis Reybaud pouvait décrire dans les termes suivants le partage de l’activité entre la ville et la campagne : « Elbeuf et les localités voisines n’avaient retenu que la partie la plus raffinée (du tissage), qui ne pouvait être confiée qu’à des ouvriers expérimentés. Le gros de la besogne est dispersé à une plus grande distance »115.

  • 116 L’Industriel Elbeuvien, 11 septembre et 1er novembre 1872 ; L. Reybaud, 1867, p. 60-62.

75C’est le développement de la nouveauté qui, à partir des années 1830, a entraîné la concentration du tissage à la ville, car le métier Jacquard qui était utilisé pour la fabrication des tissus les plus élaborés était trop coûteux et trop encombrant pour que les tisserands ruraux puissent en faire l’acquisition. De leur côté, les tisserands ruraux utilisaient le vieux métier à armures pour tisser les étoffes unies et les nouveautés les plus simples. D’après l’enquête de 1872, ils se recrutaient dans les communes rurales du canton d’Elbeuf, quinze à vingt communes des arrondissements de Dieppe et Yvetot et, enfin, cent cinquante communes du département de l’Eure116.

  • 117 A. Becchia, 2000, p. 539-550.

76Parce que ces opérations délicates et coûteuses sont essentielles à la qualité des draps, les apprêts (lainage et tondage) étaient depuis toujours exclusivement urbains et s’effectuaient, pour une bonne part, sous le contrôle direct du fabricant. La teinture était également urbaine. Par contre, le foulonnage demeurait étroitement tributaire de l’énergie hydraulique. La vapeur, en effet, n’avait que partiellement modifié la situation puisque, sur 36 foulons en activité en 1869, neuf seulement marchaient à la vapeur et étaient situés à Elbeuf, les autres s’étirant le long des cours d’eau de l’Eure voisine où ils exploitaient une force hydraulique évaluée à 375 chevaux. Dans toutes ces opérations de finition, les innovations destinées à améliorer la qualité des tissus et à abaisser les prix n’ont certes pas manqué, mais la mécanisation n’y a pas suivi le progrès de la fabrication117.

  • 118 M. Alcan, 1866, T. 2, p. 413 et 417-422.

77Malgré d’évidentes limites, la mécanisation a profondément transformé les conditions de travail et rendu possible d’importantes économies de main-d’œuvre. D’après Michel Alcan qui fait en 1866 le bilan des innovations enregistrées dans le travail du drap depuis 1785, le personnel nécessaire pour transformer en drap lisse 1,5 t de laine lavée est tombé de 10 016 personnes à 1 897, soit, globalement, une réduction de 81 %. Les différents stades de production n’ont été que très inégalement touchés. C’est naturellement la filature qui a été le plus profondément transformée puisque son personnel a été divisé par 26, suivie du cardage (13), alors que les opérations restées à l’écart de la mécanisation n’ont été que faiblement affectées. C’est le cas notamment du tissage qui ne doit la diminution de la main-d’œuvre employée (divisée par 6) qu’à l’adoption de la navette volante, de nombreuses opérations d’apprêts et, surtout, de la teinture (3)118.

  • 119 ADSM, 9 M 9.

78Il est remarquable que les bénéfices accumulés pendant la période de prospérité des années soixante n’aient guère été utilisés à transformer les entreprises. Certes, en faisant craindre un renforcement de la concurrence étrangère, l’annonce en 1860 de la levée des prohibitions a-t-elle incité un certain nombre de manufacturiers à moderniser et accroître leur matériel. Grâce à des prêts de l’Etat (470 000 F au total), les Elbeuviens construisirent un tissage mécanique de 200 métiers et une filature de 70 000 broches décrite en 1867 comme « un établissement modèle » et équipèrent des établissements de séchage et d’apprêts. Simultanément, toutes sortes de machines nouvelles furent expérimentées119. Mais la faible diffusion du renvideur self-acting et, plus encore, du métier à tisser mécanique, montre que l’élan modernisateur constaté en 1860-1862 est bien vite retombé. Si les Elbeuviens qui n’ignoraient évidemment pas les avantages que l’on pouvait attendre de la mécanisation de la production, n’ont pas cherché à la pousser plus loin, c’est parce que deux « accidents » (le mot est de Flavigny) – la crise cotonnière et l’arrivée massive des laines de La Plata – leur ont momentanément épargné cet effort de modernisation. La baisse du prix des laines et le renchérissement du coton ont favorisé un élargissement de la demande auquel les fabricants ont répondu en embauchant les tisserands réduits au chômage par la crise du coton. La prospérité aussi facile qu’exceptionnelle qui en a résulté a rapidement dissipé les inquiétudes que la signature du traité de commerce avec l’Angleterre avait inspirées aux fabricants et contribué à calmer les ardeurs modernisatrices qu’elle avait fait naître, figeant ainsi pour longtemps les structures de l’industrie elbeuvienne.

  • 120 A chaque changement de saison, le travail s’arrêtait plus ou moins longtemps, selon la vitalité des (...)
  • 121 Enquête, 1860, p. 129.
  • 122 Enquête, 1860, p. 129 et J. Turgan, 1865, p. 65-128.

79Le processus de fabrication de la draperie cardée est d’une grande complexité, la transformation de la laine en drap exigeant une vingtaine d’opérations successives. Cependant, à la fin de l’Empire, il existait peu d’établissements qui les réunissaient toutes, du triage des laines jusqu’aux apprêts. Cette situation était essentiellement liée à la substitution de la nouveauté au drap uni : d’une part, la complexité de fabrication et la grande diversité des articles fabriqués constituaient autant d’obstacles à la réunion de tous les stades de la production parce qu’il était difficile d’établir entre eux un rapport stable et régulier ; de l’autre, parce que la production de nouveauté ayant essentiellement un caractère saisonnier, il était impossible d’alimenter en permanence un établissement soumis à de « longs et fréquents chômages »120. De surcroît, là où elle a existé, l’intégration n’a jamais été tout à fait complète. Même Charles Flavigny qui était à la tête de l’établissement le plus grand et le plus moderne d’Elbeuf et qui « faisait tout chez lui »121, se procurait une partie du fil dont il avait besoin auprès de filateurs à façon et faisait travailler plus de 200 tisserands dans les campagnes voisines122.

80Non seulement les grandes entreprises étaient exceptionnelles et continuaient de combiner travail concentré et travail à domicile mais, de plus, on constate un mouvement continu de division de la propriété des moyens de production. Toutes spécialités confondues, l’agglomération elbeuvienne comptait 293 établissements en 1853, 475 en 1861 et 518 en 1866, qui marque un point culminant après lequel s’amorce un lent reflux. Quant aux fabricants de tissus, leur nombre n’a cessé de croître jusqu’en 1858 : 80 en 1814, 200 en 1834 et 282 en 1858.

  • 123 Enquête, 1870, p. 43.
  • 124 J. Turgan, 1865, p. 65-66.
  • 125 ADSM, 10 M 29.

81Cette extrême division de la fabrication s’explique par la prééminence du travail à façon dans laquelle Flavigny voyait « une manière de travailler particulière à Elbeuf »123. La plupart des fabricants, en effet, n’avaient pas d’ateliers et de machines, achetaient la laine à des maisons de commission et la faisaient travailler à façon, se contentant d’un comptoir et d’un magasin124. D’après un rapport de l’inspecteur du travail daté de 1884, « c’est après avoir subi 20 manipulations chez 15 intermédiaires, après avoir parcouru près de 200 km depuis son arrivée à Elbeuf que la laine, transformée en drap, était mise en vente »125.

  • 126 Enquête, 1860, p. 43.

82Le système de production elbeuvien articulait donc « fabrique » et « travail à façon », mais d’après Flavigny, « le travail à façon donne à la fabrique ses plus grands moyens de production et sans lui les 5/6 des fabricants ne pourraient exister »126.

  • 127 Enquête, 1870, p. 43 et annexe statistique.

83C’est que, en effet, sur 234 fabricants recensés en 1870, seuls 36 possédaient un moteur, onze quelques assortiments de filature, six leur foulon et 54 seulement apprêtaient leurs étoffes eux-mêmes. Dès lors, le potentiel productif des façonniers était bien plus considérable que celui des fabricants – teintureries et tissages à façon représentaient un total de 130 établissements et utilisaient plus de 80 % de toute la force motrice disponible dans le rayon elbeuvien127. De surcroît, la plupart des fabricants n’étaient pas propriétaires de leurs ateliers mais les louaient, de même d’ailleurs qu’une partie de la force motrice et des machines dont ils avaient besoin.

  • 128 Enquête, 1870, p. 43 et 50.

84Aux yeux des Elbeuviens, cette organisation de la production était synonyme de qualité et de souplesse d’adaptation aux variations de la demande. Pourtant, en même temps, et Flavigny le reconnaissait volontiers, elle était à l’origine de la faiblesse d’Elbeuf face à la concurrence des pays (Angleterre, Allemagne, Belgique) où existaient de puissants établissements bien équipés, réunissant tous les stades de la fabrication128.

85Au total, à la fin du Second Empire, le système productif elbeuvien associait de manière complexe travail à domicile dans les campagnes, de nombreux petits ateliers urbains et quelques véritables usines rassemblant une main-d’œuvre importante. D’autre part, le travail à la main demeurait largement répandu, non seulement dans les campagnes mais aussi à la ville où seul un fabricant sur six avait un moteur. Si la mécanisation touchait bien la quasi-totalité des opérations de la fabrication, les mécaniques ne dominaient vraiment qu’au stade de la préparation de la laine (cardage et filature) alors que la révolution du tissage, pourtant décisive, était à peine esquissée.

86L’enquête de 1870 montre clairement que les Elbeuviens, l’autosatisfaction aidant, n’ont pas eu conscience de la grande vulnérabilité de leur industrie dont les conditions d’existence étaient doublement remises en cause. D’une part, parce qu’elle subissait la concurrence d’étoffes fabriquées à moindre coût à l’étranger où la production était davantage mécanisée et standardisée. De l’autre, parce que les conditions du marché étaient radicalement transformées par la poussée impétueuse du peigné qui répondait mieux que le cardé à une demande croissante de tissus légers et moins chers.

  • 129 D. Barjot, 1991, p. 18.

87Dans ces conditions, Elbeuf ne pouvait réellement sortir de cette situation difficile qu’au prix d’une véritable réorientation commerciale et d’une transformation complète de ses structures productives. Sur le plan commercial, il lui fallait se tourner vers des articles associant qualité et fabrication sur machines. Sur le plan productif, la nécessité s’imposait à la fois d’une spécialisation et d’une concentration des entreprises, et d’une mécanisation plus poussée du travail, en particulier du tissage. Ces évolutions étaient nécessairement interdépendantes. On mesure l’ampleur de la mutation nécessaire puisqu’il s’agissait en fait du « passage d’un modèle d’industrialisation à un autre »129.

Les responsabilités du patronat

88La lenteur de la transformation de l’industrie lainière est sans doute largement imputable au comportement d’un patronat qui, davantage soucieux de faire fortune que de développer ses entreprises, s’est renouvelé plusieurs fois, ce qui a privé l’industrie locale des ressources dont elle avait besoin pour se moderniser.

  • 130 A. Becchia, 2000, p. 697. J’ai emprunté à cet ouvrage qui propose une bonne synthèse des recherches (...)
  • 131 M. Boivin, 1989, p. 41.

89La crise de 1826-1832 a été durement ressentie dans tous les centres lainiers. A Elbeuf, la cassure qu’elle a provoquée fut particulièrement brutale puisque, en 1831, il ne subsistait plus que 15 % de l’effectif patronal de 1814130. Du reste, en 1855, sur les douze principaux fabricants alors en activité, seuls trois avaient monté leur établissement avant 1830131. La crise a donc frappé très durement le milieu patronal mais ce n’est pas la seule cause de son renouvellement. Entre 1830 et 1870, les vieilles dynasties (Bourdon, Delarue, Grandin, Maille, Quesné…) se sont effacées les unes après les autres, à la seule exception des Flavigny qui ont persévéré dans le métier de manufacturier jusqu’au décès de Charles en 1884. Le fait n’avait pas échappé à Julien Turgan qui notait : la famille Flavigny

  • 132 J. Turgan, 1865, p. 71.

« représente un exemple que nous avons bien rarement rencontré en étudiant les grandes usines. (…) Au lieu d’abandonner une carrière laborieuse pour embrasser un genre d’existence plus brillant ou de (…) vivre plus noblement comme le leur permettait leur position de fortune, les descendants de Nicolas Flavigny se sont au contraire élevés dans la profession de leurs ancêtres et s’y adonnent entièrement »132.

  • 133 L’enquête du géographe H. Elhai (1965) révèle l’importance considérable de ces possessions foncière (...)

90Comment expliquer la disparition de ces dynasties vieilles parfois de six générations ? L’affaiblissement démographique des lignées patronales semble avoir été déterminant : la réduction des descendances qui s’explique par la volonté de concentrer le patrimoine au profit d’un petit nombre d’héritiers, et cela alors que la mortalité infantile et juvénile reste forte (un enfant sur cinq ne dépasse pas l’âge de 18 ans dans les familles Bourdon, Petou et Sevaistre) et que le taux de célibat est élevé (13 % chez les Bourdon et les Sevaistre), a entraîné l’extinction de bien des lignages. L’inversion des flux matrimoniaux a joué également un rôle important : les fils de drapiers qui se mariaient à Rouen ou à Paris se laissaient happer par leurs belles-familles ; quant aux filles qui se mariaient hors d’Elbeuf, désormais, elles n’y ramenaient plus leurs maris et les dots n’y étaient bien sûr pas réinvesties. Certaines familles, à la tête de riches patrimoines fonciers constitués au fil des ans133, préféraient la sécurité de la rente aux risques de l’industrie (c’est le cas, par exemple, de Mathieu Alexandre Grandin qui se retire à Martot, dont il devient maire, pour y gérer ses nombreuses propriétés), quand d’autres étaient attirées par le commerce (Joseph Grandin dés 1802 ou encore Pierre Joseph Grandin qui s’installe à Paris en 1837), la politique (comme Louis-Henri Mathieu Quesné) ou les professions libérales (Robert Bourdon devenu médecin à Rouen). Aussi quand elles ne vivaient pas en leurs châteaux dans les campagnes voisines, quittaient-elles Elbeuf pour Rouen ou Paris. Mais, plus étonnant, un certain nombre d’héritiers, profitant des fortunes accumulées, se détournaient de la manufacture où ils n’avaient jamais travaillé, pour se lancer dans des carrières artistiques ou littéraires dont les fruits ont été généralement bien médiocres. Au total, la baisse de la fécondité, le départ vers d’autres villes, l’imitation du modèle aristocratique et l’évasion vers d’autres professions ont eu raison des vieux lignages dont l’effacement a laissé la place à des nouveaux venus dont l’ascension, portée par l’essor des étoffes nouveauté, a été fulgurante.

91Ayant débuté sous la Monarchie de Juillet, ces hommes nouveaux sont parvenus au sommet de la réussite dans les années 1840. Généralement étrangers à Elbeuf, ils sont venus y tenter leur chance mais ne sont pas partis de rien : ils appartenaient presque tous à une famille en pleine ascension et s’appuyaient sur un réseau de solidarités où la famille proche jouait un rôle essentiel. Pour presque tous, le mariage a été une étape décisive dans la carrière : il leur a permis de se lancer, souvent très jeunes, avec un capital déjà important et de s’enrichir rapidement car ils ont pu acheter à bon compte des machines d’occasion et louer dans la ville les ateliers laissés vacants par les fabricants victimes des crises ou retirés des affaires. Si quelques uns se sont passionnés pour leur métier d’industriel (Poussin, Chennevière ou Chauvreulx), plusieurs ont très tôt renoncé à la manufacture pour vivre à Paris (Randoing), se consacrer à un passe-temps moins prenant (l’horticulture pour Gariel qui vit retiré dans son château de St-Pierre-lès-Elbeuf) ou à une carrière politique (Lucien Dautresme qui sera conseiller général, député et ministre du Commerce). Mais, soit qu’ils n’aient pas eu de descendance (Aroux), soit que leurs héritiers n’aient pas eu leur envergure (Poussin), soit enfin qu’ils aient été victimes d’accidents (la manufacture de Chennevière, décédé en 1856, n’a pas été reconstituée par sa famille après l’incendie qui la détruisit en 1870), ces manufacturiers n’ont pas donné naissance à des dynasties industrielles. Dans la plupart des cas en effet, sans véritable vocation industrielle, les fils ne se montraient guère empressés de prendre la succession de leur père. Si bien que, à la fin du Second Empire, il ne restait pratiquement rien des entreprises qui avaient incarné l’âge d’or de la draperie elbeuvienne.

92En somme, le patronat elbeuvien s’est renouvelé plusieurs fois au cours du siècle, sans que jamais le capital s’accumule durablement dans les mêmes familles. Cette absence de continuité professionnelle a pu être temporairement un avantage : n’a-t-elle pas permis à la génération des Chennevière et des Gariel de rompre avec la tradition du drap uni pour innover avec la fabrication des nouveautés qui a ouvert pour Elbeuf une période d’activité bouillonnante et, pour ses manufacturiers, d’enrichissement presque illimité ? Toutefois, dans le long terme, elle a été une source de faiblesse pour la draperie qu’elle a privé des hommes, de l’expérience et des capitaux dont elle avait besoin.

2. La greffe alsacienne

  • 134 J. C. Daumas, 1997 (3), p. 185-202.

93Les années 1871-1872 marquent une coupure profonde dans l’histoire de la draperie elbeuvienne qui reçut alors une injection de sang neuf avec l’installation d’une poignée de fabricants et négociants alsaciens, pour la plupart originaires de Bischwiller, petit centre manufacturier de Basse Alsace spécialisé dans le travail de la laine cardée, qui, pour des raisons à la fois patriotiques et économiques, avaient fait le choix de conserver la nationalité française et transplanté capitaux, machines et ouvriers dans la cité normande du drap où ils ont fait une seconde carrière134.

94Leur arrivée a eu des conséquences durables : d’une part, minoritaires et atypiques, mais appuyés sur une colonie alsacienne nombreuse et fortement unie, ils sont d’emblée apparus comme un corps étranger au sein du patronat local ; d’autre part, ils représentaient l’organisation industrielle face à la fabrique traditionnelle qui ne se transformait que lentement ; par ailleurs, au contraire des fabricants autochtones, individualistes et se détournant volontiers de l’usine, ils incarnaient un projet à la fois dynastique et industrialiste ; enfin, du fait de politiques de gestion de la main-d’œuvre radicalement opposées, un double marché du travail s’est organisé à leur profit.

Un milieu patronal divisé

  • 135 J. C. Daumas, 1999, p. 146-147.

95Le milieu patronal elbeuvien était très hétérogène, de sorte que les relations de solidarité y étaient faibles. La raison de cette situation doit être cherchée dans son renouvellement intense. Mais c’est bien sûr l’arrivée des Alsaciens qui a rompu définitivement son unité. En effet, les industriels et les négociants venus de Bischwiller formaient un petit groupe uni par l’origine géographique, l’appartenance à la communauté juive, l’engagement précoce en faveur de la République, et une culture dynastique, industrialiste et paternaliste caractéristique de l’Alsace qu’ils venaient de quitter. Profondément homogène malgré les clivages (entre industriels et négociants, et entre les Blin et les Fraenckel) qui le divisaient, ce groupe s’appuyait sur une colonie alsacienne forte de quelque mille personnes dont le particularisme culturel, et d’abord l’usage d’un dialecte proche de l’Allemand, les antagonismes religieux réveillés par l’afflux inattendu d’une forte minorité protestante et le statut ambigu des Alsaciens dans la société française après 1871, ont soudé les rangs en dessinant du même coup dans la société locale une ligne de fracture profonde qui ne s’est jamais tout à fait effacée135.

  • 136 J. C. Daumas, 1999, p. 179-183.
  • 137 J. C. Daumas, 1999, p. 190-191.

96Le maintien du particularisme juif a bien sûr fortement contribué à l’isolement des industriels et négociants juifs au sein de la société environnante. Même si beaucoup de familles juives ont évolué vers une sorte de judaïsme minimal pour lequel, après l’abandon de la cacherout et du shabbat, comptaient surtout les grandes fêtes religieuses et le respect intransigeant de l’interdit rabbinique du mariage mixte qui s’est imposé jusqu’à la guerre, et même bien au-delà. Ce qui a eu pour conséquence de faire obstacle aux intermariages au sein du milieu industriel. De surcroît, les juifs d’Elbeuf avaient une vie culturelle et sociale strictement limitée au milieu juif136. A ces clivages religieux sont venus se surajouter des oppositions politiques puisque les patrons autochtones étaient les piliers du parti de l’ordre, quand les Alsaciens étaient des républicains avancés. Venant d’une ville qui avait été un bastion de l’opposition à l’Empire, les Alsaciens prirent une part active aux luttes en faveur de la République : d’abord membres de la minorité républicaine dans les conseils municipaux dominés par la droite (1874, 1878, 1881), ils ont ensuite siégé comme élus de l’Union Républicaine devenue majoritaire (1888, 1892, 1896), avant de s’effacer pour ne faire qu’une éphémère réapparition en 1912. Mais, même alors, leur engagement contre la droite réactionnaire et cléricale soutenue par la majorité des fabricants elbeuviens ne s’est pas démenti137.

97Aussi, du fait des clivages géographiques, religieux et politiques, et même s’ils se retrouvaient à la chambre de commerce et fréquentaient les mêmes cercles, industriels juifs et catholiques appartenaient à des univers séparés et rigoureusement étanches et il n’y avait guère de solidarité possible entre eux.

L’affirmation triomphante de l’usine

  • 138 J. C. Daumas, 1999, p. 201-289.
  • 139 Sur Fraenckel-Herzog, cf. les témoignages d’A. Maurois (pseudonyme d’Emile Herzog qui a été un des (...)

98Si les petits fabricants (Charles Weith, Samuel Hirsch, Samuel Cahen) qui disposaient de moyens trop restreints ont rapidement disparu, en revanche, les Blin et les Fraenckel édifièrent deux établissements qui sont bientôt devenus les plus importants et les plus prestigieux d’Elbeuf comme en témoignent les rapports sur les expositions internationales et les très nombreuses récompenses qu’ils y ont obtenues. Les archives de Blin et Blin ayant seules été conservées, ce qui suit concerne exclusivement cette maison138. Toutefois, les résultats de l’analyse peuvent être, me semble-t-il, étendus sans grand risque à Fraenckel-Herzog où on retrouve les mêmes éléments : ambition industrialiste et dynastique, intégration et mécanisation de toute la production, spécialisation dans le drap uni suivie d’une progressive diversification des fabrications, et, enfin, gestion paternaliste de la main-d’œuvre139.

99L’exode a donné aux Blin l’occasion d’édifier un vaste établissement à l’architecture fonctionnelle, puissamment équipé, réunissant toutes les opérations de la draperie et où le tissage était entièrement mécanisé, qui passait à Elbeuf pour une usine-modèle. Confiants dans les vertus du progrès technique, les Blin n’ont jamais cessé d’étendre leurs ateliers et d’accroître et perfectionner leur matériel : de 1878 à 1908, le nombre des broches de filature est passé de 7 000 à 15 630 et celui des métiers à tisser mécaniques de 136 à 581. Disposant d’une force motrice de 1 300 CV en 1889, ils l’ont complétée en électrifiant l’usine dès la fin du siècle. L’accroissement de la capacité de production s’est bien sûr accompagné d’une très forte progression des effectifs employés : environ 300 ouvriers en 1872, 700 en 1883 et, enfin, 1 601 en 1899. Ce développement de l’outil de production ne prend tout son sens que dans le cadre de la stratégie industrialiste qui animait les Blin pour qui il s’agissait tout à la fois de produire le plus de tissus possible et d’affirmer leur puissance sur leur environnement.

  • 140 ADSM, 77 J 106 à 114.

100Alors même que l’industrie elbeuvienne s’enfonçait dans un déclin inexorable, Blin afficha longtemps une croissance insolente. Prolongeant les traditions alsaciennes, l’entreprise a d’abord fabriqué exclusivement du drap uni, noir et de couleur, pour homme, avant, progressivement, mais plus résolument que les fabricants elbeuviens de souche, de diversifier ses fabrications (drap de dame, nouveauté en laine peignée, drap de troupe, cheviotte, flanelle blanche et de couleur…) afin de s’adapter aux transformations du marché. Cette habile politique commerciale explique la formidable expansion des ventes qui, progressant au rythme de 9 % par an, sont passées de 1,2 MF en 1872 à 8,8 MF en 1891, avant d’osciller entre 8 et 9 MF jusqu’en 1907140.

101Le modèle de croissance qui s’est cristallisé après l’installation à Elbeuf a conservé sa cohérence et son efficacité jusque dans les années 1890. Cependant, les difficultés apparues alors annoncent la longue crise dans laquelle Blin est entrée en 1907 et qui a paru menacer son existence même.

Un projet industrialiste et dynastique

  • 141 J. C. Daumas, 1999, p. 194-200.

102L’affirmation de l’usine moderne face à l’organisation traditionnelle de la fabrique est bien sûr liée à toute une culture, un système de valeurs et un style de gestion, hérités de l’Alsace, qui séparaient radicalement les Alsaciens des fabricants autochtones141.

  • 142 Acte de société du 8 juin 1871, Archives A. Blin.

103Après leur reconstitution à Elbeuf, les sociétés Blin et Fraenckel ont adopté de nouveaux statuts formalisant les habitudes de gestion qui s’étaient cristallisées à Bischwiller et, notamment, renforçaient les dispositions destinées à assurer la perpétuation de l’entreprise. Dans le cas de Blin, trois points méritent particulièrement d’être retenus. D’une part, les statuts imposent aux associés de laisser indéfiniment dans la caisse sociale bénéfices et intérêts des comptes courants et de n’effectuer de prélèvements que dans la limite de ce qui est nécessaire aux dépenses de leur famille. Le réinvestissement systématique des profits est donc conçu, dans une logique industrialiste forte, comme une saine discipline. D’autre part, les statuts ne se bornent pas à prévoir l’entrée des fils dans la société mais en définissent minutieusement les étapes de façon à les préparer à prendre la relève de leur père. Enfin, afin d’assurer la continuité de l’entreprise, ces mêmes statuts stipulent que le décès d’un associé n’entraînera pas la dissolution de la société, celle-ci continuant entre les associés survivants et avec les héritiers de l’associé décédé auxquels sa part est transmise et qu’ils doivent laisser dans la caisse de la société jusqu’à son terme normal142.

  • 143 J. C. Daumas, 1995 (1), p. 130-148, et 1995 (2) p. 21-57.
  • 144 A. Maurois, 1970, p. 23. Fils d’Ernest Herzog, Émile Herzog, alias André Maurois, a été directeur d (...)

104Ces règles s’enracinaient dans tout un ensemble de représentations et de comportements qui avaient pris corps en Alsace et auxquels les Blin et les Fraenckel sont restés fidèles après leur installation à Elbeuf. Conscients d’appartenir à une élite que le succès industriel suffisait à définir, ils étaient attachés à leur métier et fiers de leur entreprise. D’où, notamment, la publication par les Blin de très beaux albums photographiques (1878 et 1888) et de livres anniversaires (1892, 1896, 1900) qui avaient pour but d’imposer l’image de leur établissement comme monument de l’industrie et incarnation de la modernité143. Ayant avant tout le souci d’assurer la continuité et le développement de leur entreprise, ils travaillaient beaucoup et mouraient à la tâche. Si la richesse acquise ne dispensait pas de travailler, c’est parce que le travail était honoré pour lui-même : il était leur raison de vivre et toute leur vie se passait dans l’usine : « Mon père n’admettait pas qu’un patron arrivât à l’usine après le personnel, ou en partit avant les employés. Au temps de mon enfance, le travail commençait à six heures trente ; il se levait avant six heures »144.

  • 145 En 1912, George Blin qui venait à peine de commencer son stage dans une maison amie de Roubaix, pré (...)

105Ils ignoraient les placements fonciers et dédaignèrent longtemps les immobilisations de prestige. Pas plus que les pères ne désertaient l’usine, les fils ne fuyaient hors du groupe145 : élevés dans une sévère morale du travail avec l’entreprise pour horizon, ils y entraient une fois leurs études achevées et apprenaient auprès des chefs d’ateliers et des vieux ouvriers toutes les opérations de la fabrication du drap.

  • 146 Archives A. Blin.

106La vie de ces hommes pragmatiques était tout entière tournée vers l’entreprise qui passait avant tout. D’où une absence de sentimentalité qui s’exprime on ne peut plus clairement dans une lettre qu’Albert Blin écrivit à sa jeune épouse au début de 1880 : « Je t’aime tant que si j’avais le temps je serais en veine de remplir huit feuillets de mon amour. Malheureusement, je ne puis m’envoler dans les nuages, et les choses réelles me pressent trop de toute part pour m’illusionner »146. Le témoignage d’André Maurois va dans le même sens :

  • 147 A. Maurois, 1970, p. 22-23.

« Monsieur Louis, comme disait le personnel, était, au temps de mon enfance, un souverain absolu. Il habitait dans l’enceinte de l’usine et s’y était fait construire une maison où son appartement privé communiquait, par un escalier intérieur, avec les bureaux. Ce trait d’architecture était un symbole. Monsieur Louis n’avait aucune vie personnelle distincte de celle de l’usine. (…) Il vivait dans le magasin où s’empilaient les pièces inachevées. (…) Rien au monde n’existait pour lui que la laine, le drap, les machines. Quand ma mère, timidement, m’amenait à l’usine, il regardait et tâtait l’étoffe dont elle était vêtue, disait : « ceci vient (ou : ne vient pas) de chez nous », puis ne s’occupait plus d’elle »147.

107De son côté, Jean-Richard Bloch attire également l’attention sur ce trait de comportement. Dans son roman… Et Compagnie, où il fait le récit de l’installation des Simler à Vandeuvre, double fictif d’Elbeuf, l’écrivain (qui avait épousé Marguerite Herzog, la sœur d’André Maurois) stigmatise à travers eux, l’aliénation à leur entreprise des fabricants juifs alsaciens d’Elbeuf. C’était en effet la seule vraie passion de leur existence et une fin en soi à quoi tout était subordonné. Au demeurant, le livre, où il a su faire passer quelque chose des souvenirs de la famille de sa femme, fut lu dans les familles juives alsaciennes comme un roman à clés et y reçut un accueil très mitigé.

  • 148 A. Maurois, 1926.
  • 149 Blin, Fraenckel et les autres. Généalogie montante et descendante de Moyse Blin. Les Descendants de (...)

108La famille large a joué un rôle essentiel dans le développement de l’entreprise et, aux heures les plus critiques, dans sa survie. Ces alliances entrecroisées présentent quatre caractéristiques principales : d’une part, en raison de la réduction précoce de la taille des descendances (deux à trois enfants par couple depuis le milieu du xixe siècle au lieu de six à sept pour les générations précédentes), le réseau d’alliances qui s’est constitué à partir de la famille et autour d’elle était moins étendu que les vastes tribus qu’on rencontrait en Alsace ou dans le Nord ; d’autre part, de nombreuses alliances liaient étroitement entre elles les familles juives d’Elbeuf mais, après 1870, aucun mariage n’a été conclu entre les familles de manufacturiers, notamment les Blin et les Fraenckel qui, bien que cousins, se disputaient avec rigueur et hargne les clients et les marchés et dont André Maurois a peint avec beaucoup de vraisemblance la rivalité féroce dans Bernard Quesnay148 ; par ailleurs, les conjoints ont été trouvés dans les professions libérales, la banque et les milieux intellectuels mais, à l’exception des mariages entre les Fraenckel et les Schwob d’Héricourt, il n’y eut pas d’unions avec des familles d’industriels ; enfin, ils semblent avoir cherché à nouer des alliances plus prestigieuses en sortant de leur petit milieu provincial149.

  • 150 J. C. Daumas, 1999, p. 183, 239-240 et 243.

109Consolidées par une commune appartenance à la religion juive et, dans beaucoup de cas, une même origine alsacienne, ces alliances matrimoniales ont été au cœur d’une solidarité familiale sans faille dont le financement de l’affaire révèle le mieux l’importance. C’est bien sûr la famille large qui a fourni le plus grand nombre de déposants et les plus importants. Elle a joué également un rôle décisif par le biais du crédit fournisseur. Enfin, si importante que fût sa contribution au financement de l’affaire, elle n’a pas seulement apporté aux Blin les capitaux dont ils avaient besoin mais, ainsi que le montre l’exemple d’Henri Aron, leur a rendu d’autres services, sans doute moins tangibles mais tout aussi importants. Banquier parisien et beau-père d’Albert Blin, il a mis au service des Blin ses relations personnelles dans les milieux de la Haute Banque et négocié pour leur compte et à des conditions avantageuses des prêts de Lazard frères ou de Offroy-Guiard et Cie150. En somme, les soutiens familiaux n’ont jamais fait défaut aux Blin, mais leur isolement à Elbeuf les a obligés à chercher l’aide dont ils avaient besoin à l’extérieur du milieu industriel local. Au demeurant, on peut étendre cette conclusion aux frères Fraenckel dont le réseau d’alliances avait la même consistance.

110En somme, bien des traits séparent les industriels juifs alsaciens d’Elbeuf du patronat autochtone : la continuité familiale, la subordination de la famille à l’entreprise et une très forte solidarité familiale. Aussi tout le développement de leurs entreprises est-il caractérisé par l’association étroite d’un projet industrialiste et d’une ambition dynastique, l’identification de la famille à l’entreprise favorisant l’investissement personnel des associés qui y consacrent toutes leurs ressources, tout leur temps et toute leur énergie. Seul patrimoine de la famille, ils ont cherché à le transmettre agrandi à la génération suivante. C’est dire que la famille s’est adaptée avec efficacité aux exigences d’une stratégie industrialiste et lui a servi de support. En particulier, on peut penser qu’elle a contribué à l’inscrire dans la durée et lui a insufflé l’essentiel de son dynamisme. De sorte que, si on s’en tient aux traditions comportementales, la grande taille de leurs établissements, la recherche systématique du progrès technique et la volonté d’asseoir leur domination sur le milieu local n’ont peut-être pas d’autre raison.

Un double marché de l’emploi

111Sur le plan de la gestion de la main-d’œuvre, les patrons d’origine alsacienne se distinguaient profondément des fabricants autochtones qui n’avaient développé ni politique sociale collective ni mis sur pied d’œuvres sociales dans leurs établissements car, si le système de la fabrique s’accommodait bien d’une gestion individuelle des conséquences de la maladie, de l’invalidité et de la vieillesse, en revanche, il excluait résolument l’existence d’institutions patronales qui auraient eu le double inconvénient de fixer la main-d’œuvre et d’en élever le coût. Au contraire, convaincus que le grand manufacturier ne doit pas seulement son salaire à l’ouvrier mais a une responsabilité sociale éminente, les Blin comme les Fraenckel ont développé tout un réseau d’œuvres sociales dont les institutions de prévoyance et de protection formaient le pivot.

  • 151 M. Hau, 1987, et 1998, p. 295-324.

112Cette politique s’est développée à l’articulation entre un programme paternaliste laïque, industriel et libéral, qui était certes un héritage de leur expérience antérieure mais qui devait aussi beaucoup à la culture du patronat alsacien dont Michel Hau a bien mis en évidence la forte originalité151, et des contraintes économiques qui s’imposaient à eux. Jusqu’à la fin du siècle, ils n’ont éprouvé aucune difficulté à recruter les ouvriers dont ils avaient besoin. Aussi est-ce moins pour lutter contre la pénurie de main-d’œuvre que pour transformer les habitudes de travailleurs profondément marqués par les structures protoindustrielles dans lesquelles ils avaient travaillé jusqu’alors et les adapter aux exigences du travail dans un grand établissement concentré, où toute la production était intégrée et mécanisée, que les Alsaciens d’Elbeuf ont mis en place un ample réseau d’œuvres sociales.

  • 152 J. C. Daumas, 1993, p. 209-253.

113En voici les principaux éléments chez Blin vers 1890 : deux sociétés de secours mutuels, versement aux accidentés du travail de leur salaire intégral et de secours en nature pendant toute la durée de leur arrêt de travail, service médical gratuit ouvert à tous les ouvriers de l’usine et à leurs familles, caisse des accidents versant des indemnités aux blessés et des pensions aux veuves, salle de réunion, bibliothèque, chauffoirs, réfectoire, vingt-cinq pensions de retraite, participation aux bénéfices et quatre sociétés d’épargne. La stratégie paternaliste mise en œuvre par les Blin associait de manière complexe ces réalisations pratiques avec un discours qui installait le patron au centre de l’usine comme le père de ses ouvriers et la mise en scène des valeurs familiales à travers les cérémonies qui rythmaient la vie de l’usine152.

  • 153 J. C. Daumas, 1999, p. 271-275.

114En définitive, cette politique a été l’instrument efficace de la formation d’une véritable main-d’œuvre industrielle, stable et disciplinée. L’étude de la composition du personnel et de son ancienneté dans l’usine montre en effet, d’une part, que le temps de présence dans l’entreprise n’a cessé de s’allonger – la proportion d’ouvriers ayant moins de cinq ans d’ancienneté est tombée de 51,2 % en 1891 à 33,5 % en 1909, alors que la part de ceux ayant plus de 20 ans de présence s’est élevée de 3,4 % à 19,7 % – et, de l’autre, que l’entreprise a réussi à fidéliser la partie la plus qualifiée de son personnel153.

115Les années 1890 ont vu une double évolution. De leur côté, les Blin ont étendu et complété leur dispositif au tournant du siècle avec la construction de maisons à bon marché pour les contremaîtres et employés supérieurs, la création d’une cinquième société d’épargne, d’une crèche, d’une prime d’encouragement à l’allaitement maternel, d’une école d’apprentissage pour rentrayeuses et d’une troisième mutuelle.

  • 154 ADSM, 4 X 228, 252, 256, 258 et 259, Sociétés de secours mutuels d’Elbeuf.

116Mais plus intéressante paraît l’évolution des fabricants locaux qui s’étaient jusqu’alors désintéressés des conditions de vie de leurs ouvriers. On constate en effet que les plus importants des établissements elbeuviens – ceux qui employaient plusieurs centaines d’ouvriers et réunissaient la plupart des stades de fabrication – ont développé, sur le modèle offert par les Alsaciens, tout un ensemble d’institutions sociales qui avaient pour objectif d’attacher les ouvriers à l’entreprise154. Sans doute les transformations – concentration et intégration – qui se sont accomplies dans les structures de l’industrie ne sont pas étrangères à cette évolution mais on ne peut écarter l’hypothèse que le ralliement à une politique sociale paternaliste marque un effort d’adaptation aux contraintes nouvelles auxquelles, au tournant du siècle, les entreprises textiles elbeuviennes étaient exposées du fait du reflux démographique et des tensions croissantes que l’on constate sur le marché du travail. La convergence, significative, des évolutions des politiques des industriels d’origine alsacienne et de ceux de souche locale, confirme, me semble-t-il, cette interprétation.

117Grâce à leur politique paternaliste, Blin et Fraenckel ont réussi à organiser à leur profit le marché local de l’emploi, dont on pourrait aller jusqu’à dire qu’il était caractérisé par une structure dualiste : face aux entreprises autochtones, plus petites et très spécialisées, se souciant peu de protéger leur personnel contre l’insécurité inhérente à la condition ouvrière et où, en définitive, l’achat-vente de la force de travail conservait une très grande souplesse, les entreprises alsaciennes constituaient en quelque sorte un marché « interne » où la main-d’œuvre bénéficiait d’un statut relativement garanti qui assurait notamment la sécurité de l’emploi et la protection contre les aléas de l’existence. Que quelques entreprises autochtones aient fini par copier le « modèle alsacien » a sans doute introduit un élément de trouble et de perturbation dans ce schéma, mais les institutions paternalistes y étaient trop peu développées – le plus souvent elles se réduisaient aux seules caisses de secours – pour qu’il fût sérieusement remis en cause.

3. Un long déclin

118A la veille de la première guerre mondiale, la draperie elbeuvienne était très affaiblie. Deux indicateurs immédiatement lisibles, le chiffre d’affaires et les effectifs de la main-d’œuvre, permettent de prendre la mesure de la perte de substance qu’elle avait subie.

Les symptômes du déclin

  • 155 ADSM, 9 AIP 2 et 3.

119De 1869 à 1913, la production elbeuvienne accuse une tendance très nette à la baisse (Graphique 6). Après la crise très sévère provoquée par la guerre en 1870-1871 où la production s’est brutalement effondrée (51 MF en 1870 et 64 MF en 1871), l’industrie elbeuvienne a retrouvé en 1872 son niveau de 1869 (91 MF), et l’a même un peu amélioré les années suivantes (93 MF en 1873 et 1874), avant que la crise de 1876 n’inaugure une dégringolade ponctuée de crises plus ou moins graves, notamment celle des années 1880 qui a marqué une véritable cassure. Les ventes se sont ensuite stabilisées à un niveau assez médiocre, oscillant autour de 60 MF, avant de connaître une nouvelle chute dans l’immédiat avant-guerre où les affaires furent particulièrement mauvaises, et atteindre finalement 45 MF en 1912 et 1913. Si bien qu’en quarante ans le chiffre des ventes de la draperie a été réduit de moitié155. Ce recul aux allures de désastre est à la fois absolu et relatif. La contribution d’Elbeuf à la production des principaux centres lainiers français s’est en effet réduite comme une peau de chagrin, tombant de 22,4 % en 1869 à 8,5 % en 1910 (Tableau 3).

  • 156 Jusqu’à la fin du siècle, les données sur la main-d’œuvre proviennent des rapports trimestriels de (...)

120Cette évolution a eu d’importantes répercussions sur le volume de la main-d’œuvre (Tableau 5). Resté à peu près stable jusqu’en 1880 (20 000 environ), le nombre d’ouvriers s’est brutalement affaissé après la très grave crise des années 1880, tombant d’abord à 14 269 en 1884 puis à 12 402 en 1887. Il s’est ensuite maintenu à ce niveau jusqu’à la fin des années 1890 où il a subi une nouvelle hémorragie : 10 500 ouvriers seulement ont été recensés en 1899. Enfin, il a encore diminué pour se situer seulement entre 8 000 et 9 000 en 1904156.

  • 157 ADSM, 9 AIP 3.

121De plus, à partir de 1873, la main-d’œuvre n’a jamais été employée en totalité toute l’année. En effet, même en année normale, un septième environ des ouvriers était sans travail et, en période de crise, ce chiffre se gonflait brutalement. On comprend, dans ces conditions, qu’une partie de la population ouvrière ait déserté Elbeuf pour aller travailler dans l’agglomération rouennaise toute proche où de nouvelles industries en expansion offraient des emplois plus nombreux et mieux payés157, contribuant ainsi à la diminution de la population de la ville et à son vieillissement.

Graphique 6. Ëvolution des ventes de la draperie elbeuvienne (MF), 1869-1913

Graphique 6. Ëvolution des ventes de la draperie elbeuvienne (MF), 1869-1913

Sources : ADSM, 9 AIP 1, 2 et 3, Compte rendu des Travaux de la Chambre de commerce d'Elbeuf.

  • 158 ADSM, 6 M 217, 269, 270, 284, 319, 397, 398, 475, 476, 532, 533 et 611 pour les recensements et, po (...)
  • 159 ADSM, 9 AIP 3.

122Le reflux démographique a accompagné le déclin de la draperie. Après avoir progressé jusqu’en 1881 où, avec 45 549 habitants, elle atteignit son maximum, la population du canton chuta ensuite régulièrement, de recensement en recensement, pour ne plus compter que 35 865 habitants en 1914. Soit une perte de substance de 21,3 % en trois décennies158. Pour sa part, la seule ville d’Elbeuf a vu sa population tomber de 22 848 habitants en 1872 à 18 290 en 1911, soit une réduction de 19,9 %. Cette décrue s’explique par l’impact de soldes naturel et migratoire négatifs. A la veille de la guerre, la chambre de commerce qui s’alarmait de cette situation, expliquait qu’elle avait une triple cause : la faiblesse de la natalité, l’attraction des hauts salaires payés dans les industries de l’agglomération rouennaise et les crises successives du textile qui avaient chassé d’Elbeuf sans espoir de retour de nombreux ouvriers expérimentés159.

L’appareil de production : des transformations tardives et limitées

123Accomplie sous la pression de la concurrence et accélérée par les crises successives, la transition vers l’industrie moderne s’est étalée sur trois décennies (Tableau 5).

  • 160 ADSM, 10 M 6.
  • 161 ADSM, 9 AIP 2 et 3.

124La décrue du nombre des établissements et des fabricants qui s’était amorcée dès les années 1860, s’est poursuivie et même amplifiée après 1871, prenant d’énormes proportions. De 547 établissements recensés en 1872160, on tombe à 166 en 1895. L’effectif des fabricants suit une évolution parallèle : de 234, il chute à 60 en 1895, avant de glisser à 31 en 1913, soit au total une division par 7,5 ! Chacune des crises qui a ponctué ce long reflux s’est traduite par une véritable hécatombe qui a précipité l’évolution161.

  • 162 Exposition Universelle de 1900, 1902, p. 483-485.

125Le recul du nombre d’établissements s’est accompagné d’un réel mouvement de concentration. D’un côté, les fabricants employant moins de dix personnes qui formaient encore plus du quart de l’effectif (28 %) en 1876 avaient tous disparu en 1889 : dépourvus de moteur, ils n’avaient pu mécaniser leur tissage et ont évidemment été les premières victimes des crises successives. De l’autre, alors qu’en 1876 un seul établissement comptait plus de 300 ouvriers (Blin avec 409 salariés), il y en avait quatre en 1889 et sept en 1900, les deux maisons dirigées par des Alsaciens en employant plus de 1 000 (1 400 salariés pour Fraenckel et 1 600 chez Blin). Ces deux établissements se rangeaient parmi les unités de production les plus puissantes du pays (en 1906, la France comptait seulement 189 usines occupant plus de 1 000 salariés) et, à Elbeuf, ils étaient exceptionnels tant par leurs origines que par leurs structures et leur mode de fonctionnement. Le plus remarquable cependant est que, à l’exemple des Alsaciens qui intégraient l’ensemble de la fabrication du drap, les plus importants des établissements elbeuviens effectuaient désormais une partie des opérations qu’ils confiaient auparavant à des façonniers. Le plus complet, Clarenson et Lebret, rassemblait filature, tissage et apprêts et employait 500 ouvriers162. Concentration et intégration ont donc marché de pair.

Tableau 5. Évolution de la draperie elbeuvienne, 1869-1913

Tableau 5. Évolution de la draperie elbeuvienne, 1869-1913

* Dans la colonne 1883 les chiffres sont ceux de 1884 ; en 1886 de 1887, en 1901 de 1900.

Sources : Enquête parlementaire sur le régime économique, 1870 et ADSM, 9 AIP 2 et 3 ; Compte rendu des Travaux de la Chambre de commerce d’Elbeuf, 1883, 1886, 1892, 1895, 1901, 1905 et 1914.

  • 163 E. Blin, 1883, p. 31.
  • 164 ADSM, 10 M 29.

126Du reste, dans son étude de la draperie elbeuvienne publiée en 1883, Eugène Blin notait les premiers signes de cette évolution qu’il jugeait positive : « La division du travail qui, dans notre région et à une certaine époque, a fait la force de la fabrication normande, a été abandonnée dans une certaine mesure »163. A la même époque, un rapport de l’inspection du travail signalait pareillement : « Les fabricants qui veulent vivre augmentent leur personnel et centralisent le tout dans des usines complètes. Aujourd’hui, grâce à l’exemple donné par les Alsaciens venus s’établir à Elbeuf, les Elbeuviens comprennent que c’est dans ce sens qu’il faut modifier leur industrie »164. Cependant, même si en 1900 beaucoup de fabricants avaient annexé un atelier d’apprêts à leur tissage, la majorité continuait de recourir largement au travail à façon.

  • 165 ADSM, 10 M 112.
  • 166 G. Sayet, 1912, T. 2, p 309.
  • 167 ADSM, 9 AIP 3.

127Liée à l’extrême division de la propriété ainsi qu’au manque de moyens de nombreux fabricants, la petite taille des unités de production était une des caractéristiques essentielles du système productif elbeuvien avant 1870. En 1884 encore, les filatures elbeuviennes ne possédaient, en moyenne, que 1 000 à 2 000 broches, 5 000 pour les mieux équipées, quand à Verviers la plupart des filateurs disposait de 20 000 broches165. Même si, dans les années suivantes, on décèle une tendance à l’accroissement du matériel à la disposition de chaque filature, la situation n’était pas radicalement transformée à la veille de la guerre. C’est ainsi que, en 1910, la chambre de commerce recensait 19 filatures et 93 679 broches, soit une moyenne de 4 930 broches par établissement166 contre 14 926 à Roubaix. En tissage, la situation n’était pas meilleure. En 1905, 39 fabricants faisaient battre 2 129 métiers167, soit une moyenne de 54,6 métiers par établissement contre 312 à Roubaix.

128Au total, après quarante années marquées par la quasi-disparition du travail à domicile, une très forte diminution du nombre d’établissements et de fabricants et une tendance sensible à la concentration et à l’intégration de toute la fabrication, le système productif elbeuvien présentait trois caractéristiques étroitement articulées : de véritables usines coexistaient avec de petits ateliers ; fabricants et façonniers demeuraient complémentaires ; les deux établissements alsaciens, les plus puissants et les plus modernes, dominaient de manière écrasante l’ensemble de l’industrie locale.

129En 1870, le tissage restait dominé par le métier à bras (6 809 contre 363 métiers mécaniques) alors que d’autres centres lainiers français avaient adopté plus tôt et plus résolument le métier mécanique. C’est ainsi que Roubaix où la première grande vague de mécanisation date des années 1857-1867 possédait 12 000 métiers mécaniques en 1872 et qu’à Reims les métiers mécaniques étaient plus nombreux que les métiers à bras dès 1872 (7 827 contre 7 207). Elbeuf a pris là un retard qui lui coûtera cher puisque la croissance s’est faite au profit des centres qui avaient su reconnaître de bonne heure les avantages de la mécanisation du tissage.

  • 168 ADSM, 9 AIP 3.

130La concurrence impitoyable des centres mieux équipés de l’étranger et du Nord, celle, interne, des établissements alsaciens où le tissage était entièrement mécanisé, et les crises répétées, provoquèrent le recul irréversible du vieux métier à bras. La situation pourtant n’évolua que lentement. Il fallut attendre la terrible crise de 1883-1885 pour que s’accélérât, de façon décisive, le reflux du tissage à bras. En 1880, la région elbeuvienne comptait 5 317 métiers à bras pour 459 métiers mécaniques, en 1890, 1 645 pour 1 362 et, en 1895, 926 pour 1 827. Le métier mécanique avait dès lors partie gagnée. Cependant, les tisserands ruraux résistèrent longtemps. Aussi fallut-il attendre 1910 pour voir la défaite complète du métier à bras (35 métiers à bras pour 2 236 métiers mécaniques)168.

  • 169 AN, C 7320, Enquête sur l’état de l’industrie textile, 1904.
  • 170 ADSM, 9 M 9.

131Les mêmes atermoiements se manifestèrent lorsqu’il s’agit, à la fin du siècle, de confier la conduite de deux métiers à un seul ouvrier comme on le faisait en Angleterre (où un tisseur conduisait jusqu’à trois ou quatre métiers), en Belgique et dans le Nord. On vit alors les syndicats ouvriers soutenir l’impossibilité de conduire deux métiers en cardé169 et la chambre de commerce affirmer que le procédé n’était applicable qu’aux seuls articles bon marché170. L’introduction du métier automatique Northrop suscita les mêmes réserves. Apparu en 1895 aux États-Unis où un ouvrier pouvait surveiller jusqu’à 24 métiers, il ne fut adopté chez Blin (qui en acheta 12) et Fraenckel-Blin qu’en 1904 mais, le moins qu’on puisse dire, est que l’initiative ne fit pas tache d’huile.

  • 171 E. Lefèvre, 1906, p. 275 ; J. Loup, 1910, p. 222, et ADSM, 9 M 9, Chambre de commerce d’Elbeuf, Rép (...)
  • 172 ADSM, 9 M 9, Réponse au questionnaire., p. 24.

132Dans ces trois épisodes, le souci d’éviter tout bouleversement des processus de production l’a emporté sur toute autre préoccupation, en particulier la nécessité d’élever la productivité du travail. En conséquence, vers 1900, un fileur soignait 1 200 broches à Roubaix mais seulement 800 à 1 000 à Elbeuf, et si un tisserand conduisait deux métiers dans le Nord, un seul était la norme en Normandie171. La chambre de commerce reconnaissait d’ailleurs avec résignation que, étant donné la nature de la production locale et le retard de la mécanisation, la productivité du travail était moins élevée à Elbeuf que dans les centres concurrents : « Il est possible qu’à cause du fini et de la perfection exigés des produits d’Elbeuf la production soit moindre d’une façon générale par métier et par ouvrier »172.

Le manque de capitaux

133Les transformations structurelles que l’on vient de décrire ont exigé des investissements importants en un temps relativement court. Cependant, il faut se demander si leur caractère tardif, partiel et comme inachevé ne s’explique pas par un détournement massif des profits hors de l’entreprise. Les témoignages des contemporains livrent sur cette question de précieux éléments de réponse.

134La fin du Second Empire a marqué une nouvelle rupture dans l’histoire du patronat : ayant trouvé fortune faite, les fils des fabricants enrichis grâce à la nouveauté se sont détournés du métier d’industriel. Dans les années 1880, la presse locale a jugé sévèrement leur comportement :

  • 173 L’Elbeuvien, 25 juillet 1887.

« Les pères se désolent de voir leurs héritiers si inactifs et incapables ; mais ils se lassent vite de leur adresser des remontrances. Ils préfèrent leur verser des rentes pour ne rien faire ou courir les filles et les hippodromes, plutôt que de commanditer une entreprise dans laquelle nos jeunes crevés apporteraient leur nullité et leur désordre »173.

135Le même journal, élargissant sa critique, rendait responsable le manque de capitaux des difficultés d’Elbeuf qui « s’appauvrit et décroît » :

  • 174 L’Elbeuvien, 13 avril 1886.

« Dans notre ville, nous comptons 120 à 150 millionnaires qui, matériellement, ont bien la liberté de placer leur argent comme ils le désirent ; mais moralement au moins, ils devraient comprendre que c’est surtout à notre industrie, leur bienfaitrice dans le passé, qu’il est nécessaire de s’intéresser dans le présent »174.

136Le rapport de l’inspecteur de la Banque de France pour 1900 confirmait cette analyse :

  • 175 Banque de France, succursale d’Elbeuf, 1900.

« La situation industrielle d’Elbeuf était meilleure il y a quelques années, à cette époque de grosses affaires ont été faites ; mais les capitaux gagnés ont été employés en achats de titres ou de propriétés et n’ont pas aidé l’industrie actuelle. Les descendants des anciens fabricants ont cherché leur voie ailleurs. Ce sont maintenant des étrangers au pays qui dirigent les grandes usines »175.

  • 176 ADSM, 2 PP 114, Valeur locative des usines, 1889.

137Par ailleurs, le retrait des industriels enrichis sous l’Empire a laissé le champ libre à de nouveaux candidats à la carrière industrielle. A côté des manufacturiers alsaciens qui ont bientôt représenté l’élément le plus dynamique de la place, c’est toute une cohorte de fabricants sans grands moyens qui s’était lancée dans les affaires en achetant à bon compte des machines d’occasion et en louant ateliers et force motrice. Largement répandue – en 1889, sur 231 usines en activité, 158 étaient louées, soit 68,4 % du total176 –, cette pratique s’est révélée fort pernicieuse :

  • 177 A. Becchia, 2000, p. 583.

« Les locataires – fabricants de rang moyen disposant de peu de capitaux – usent le matériel jusqu’à l’extrême limite, sans le renouveler. La location, ainsi que les achats d’occasion, freinent la modernisation et aboutissent à l’obsolescence des équipements »177.

Hausse des salaires et pénurie de main-d’œuvre

138Les fabricants elbeuviens qui ne disposaient pas d’un bassin d’emploi étendu n’ont cessé de se plaindre à partir de la fin du siècle de la hausse du coût du travail et de la pénurie de main-d’œuvre.

  • 178 ADSM, 10 M 29.
  • 179 ADSM, 9 M 9.

139Les salaires qui avaient sensiblement augmenté sous le Second Empire ont continué de progresser jusqu’au début du XXe siècle. C’est du moins ce qu’on peut affirmer à partir d’enquêtes qui paraissent reposer sur des données solides. Dans son rapport de 1884, l’inspecteur du travail affirmait que, pour douze heures de travail, le salaire moyen dans l’industrie lainière s’était élevé de 3 F en 1869 à 3,50 F en 1884, soit une hausse de 16,6 %178. Quant à la chambre de commerce, elle estimait en 1904 que, en moyenne, le salaire journalier avait progressé de 14,5 % entre 1883 et 1903. C’était d’ailleurs les salaires les plus bas qui avaient connu les augmentations les plus fortes au cours de cette dernière période (cardiers et aides-rameurs : + 25 %, louvetiers et aides-presseurs : + 20 %, brosseurs : + 27,6 % et rattacheurs : + 50 %), quand le salaire journalier des fileurs et tisseurs ne semble pas avoir augmenté179.

  • 180 ADSM, 9 AIP 3.
  • 181 ADSM, 6 M 9, et J. Loup, 1910, p. 242.

140Si, jusqu’en 1904, les données paraissent assurées, en revanche, elles divergent en ce qui concerne l’avant-guerre. Selon certaines sources, les salaires seraient restés stables de 1903 jusqu’à la guerre180, quand d’autres, au contraire, signalent leur progression, notamment pour les tisseurs dont le salaire maximum (on ne sait rien malheureusement du salaire minimum ni du salaire « ordinaire », c’est-à-dire le plus fréquent) serait passé de 4,50 F en 1904 à 4,95 F en 1909181. La hauteur des salaires qu’ils devaient verser à leurs ouvriers était pour les patrons elbeuviens un sujet constant de doléances et, en tout cas, par suite d’évolutions salariales divergentes, le coût de la main-d’œuvre pesait davantage sur le prix de revient qu’à Roubaix.

  • 182 ADSM, 9 AIP 3, 1914.
  • 183 P. Largesse, 1983, p. 54.

141La hausse des salaires s’explique, au moins partiellement, par la pénurie de main-d’œuvre dont la cité normande du drap a souffert à partir de la fin du siècle et qui résultait d’une baisse continue de la population du canton. Elbeuf a bien sûr été touchée par l’affaissement de la natalité mais la situation économique a eu des conséquences plus redoutables encore. A partir de la terrible crise des années 1880, de nombreux ouvriers du textile ont quitté l’agglomération elbeuvienne, et chaque nouvelle crise a eu les mêmes conséquences, pour aller travailler dans l’agglomération rouennaise toute proche dont la rive gauche connaissait une vive expansion (les industries y versaient des salaires plus élevés) et possédait des logements de meilleure qualité182. Qui plus est, avec l’améliorations des relations ferroviaires, des Elbeuviens de plus en plus nombreux prirent l’habitude de se rendre chaque jour par le train dans les communes de la rive gauche pour aller travailler dans la papeterie, la chimie, la construction navale ou les ateliers du chemin de fer183.

  • 184 ADSM, 9 AIP 3, 1912.

142Cette situation est à l’origine de la pénurie de main-d’œuvre qui inquiétait tant la chambre de commerce. En 1912, celle-ci estimait en effet que la rareté de la main-d’œuvre constituait une « gêne sérieuse » pour la draperie qui se trouvait empêchée de répondre à la demande184. C’est pourquoi certaines entreprises ont réagi en investissant dans de nouvelles machines à fort rendement plus économes en main-d’œuvre. Le cas de Blin, qui traversait pourtant de graves difficultés financières, est à cet égard tout à fait significatif :

  • 185 Lettre d’Ernest Blin, 12 janvier 1913, Archives A. Blin.

« Nous pouvons donc espérer si les affaires redeviennent véritablement actives (…) voir l’exploitation s’améliorer et les bénéfices s’accroître. Une préoccupation assez sérieuse est l’emploi immédiat qui doit être fait de ces bénéfices pour l’amélioration du matériel. La rareté croissante de la main-d’œuvre nous met dans l’obligation de rechercher de plus en plus les machines à grande production immobilisant le moins de monde possible et cette année déjà nous avons dû acheter pour près de 100 000 F de matériel neuf »185.

143En définitive, le reflux démographique et la concurrence des industries de l’agglomération rouennaise ont contraint les industriels à accroître les salaires et, dans les grands établissements alsaciens, à développer des politiques paternalistes de grande ampleur. Ces mesures se sont traduites par une hausse du coût de la main-d’œuvre qui les a évidemment handicapés dans la concurrence avec les centres lainiers qui disposaient d’une main-d’œuvre plus abondante et dont les usines étaient plus productives.

Une politique commerciale inadaptée

  • 186 ADSM, 9 AIP 3.

144Pour résister à la concurrence étrangère et surtout à celle que lui faisaient les centres de peigné, Reims et le Nord, et assurer sa survie, l’industrie elbeuvienne dut se résoudre à diversifier sa production. Cependant, si malgré les efforts accomplis, cette politique a été impuissante à enrayer la chute des ventes, c’est parce qu’elle a été très limitée : d’une part, les articles qui, dans le passé, avaient fait le fonds de la fabrication elbeuvienne – la nouveauté cardée, le drap uni pour homme, le drap pour livrée et voiture – ont longtemps conservé une importance beaucoup trop grande alors même que la demande dont ils étaient l’objet ne cessait de se réduire ; de l’autre, et c’est évidemment l’essentiel, bien que la fabrication d’étoffes peignées se soit acclimatée avec succès à Elbeuf, elle n’y eut pas un développement bien grand. On ne possède pas de données sur la place des étoffes peignées dans la fabrication elbeuvienne, mais la répartition des matières consommées donne une indication indirecte intéressante : la part des fils peignés qui s’est régulièrement accrue à partir des années 1880 ne représentait encore en 1912 que 15,7 % des fibres consommées186.

  • 187 L’Elbeuvien, 28 avril 1885 ; ADSM, 4 U 2312 et 2313 ainsi que 9 AIP 1 et 2 ; F. Concato, 1987, p. 6 (...)

145Il ne pouvait d’ailleurs guère en être autrement dés lors que toutes les tentatives de greffe de filature peignée sur l’appareil de production elbeuvien ont finalement échoué. Après plusieurs tentatives manquées en raison de la difficulté à rassembler les capitaux nécessaires, un groupe d’industriels elbeuviens (parmi lesquels on comptait d’ailleurs les Alsaciens) fonda en 1885 la Filature de laine peignée Cheddeville et Cie qui, n’ayant donné que « des déceptions et des pertes », cessa toute activité dès 1893. Quoique directement intéressés au succès de l’affaire, ces industriels avaient conservé leur entière liberté d’approvisionnement, si bien que la filature n’avait aucune garantie d’alimentation. De plus, lorsque vint le temps des difficultés, ils préférèrent mettre fin sans attendre à une expérience qui n’avait pas tenu ses promesses. Quant à la Filature de Saint-Aubin créée en 1895 à l’initiative d’entrepreneurs originaires de Flers, les achats des fabricants locaux furent également trop limités pour assurer son avenir. Aussi traîna-t-elle une existence précaire jusqu’à sa disparition en 1912187.

146En somme, dans les deux cas, les industriels elbeuviens ne s’engagèrent pas à fond dans une tentative de diversification que l’évolution de la demande rendait pourtant nécessaire mais qui, à leurs yeux, les éloignait de leur métier de base. Il fallut attendre la première guerre mondiale pour que s’implantent durablement à Elbeuf des filatures de peigné, mais ce fut le résultat d’un apport exogène puisque industriels, capitaux et matériels venaient du Nord et de Champagne occupés par les armées allemandes. Cette situation ne fut évidemment pas sans conséquences puisque les industriels elbeuviens qui s’étaient lancés dans la fabrication d’étoffes peignées devaient, pour s’approvisionner en fils, se tourner vers Reims et surtout Roubaix, ce qui a enlevé à l’appareil de production local une partie de son autonomie et de sa cohérence.

  • 188 Étoffe légère, souple et douce au toucher faite avec de la laine des moutons de race cheviotte.

147L’attachement au produit historique – drap uni et nouveauté en cardé – a semble-t-il paralysé les efforts de diversification de nombre de manufacturiers qui répugnaient à fabriquer ce que, non sans dédain, ils appelaient les « petits genres », ces tissus en peigné ou en cheviotte188, presque unis, qui étaient d’un tissage plus simple et nécessitaient moins d’apprêts.

  • 189 AN, F 12 6886, Tissus de laine, 1830-1919. Production en 1891.

148Largement répandue, cette attitude n’a pourtant pas été générale. En effet, dès la fin des années 1870, une poignée de fabricants se sont essayés à élargir et diversifier leur fabrication. Ils ont d’abord produit des tissus peignés, surtout pour la saison d’été, dont la finesse du dessin, la richesse des coloris, la souplesse et les prix modérés ont rapidement assuré le succès. La fabrication de cheviotte, qu’Elbeuf avait d’abord boudée, s’y est progressivement acclimatée tant la demande pour les vêtements d’homme en a été à la fois durable et soutenue. Les draps de dame de couleur (peignés unis) qui étaient jusqu’alors une fabrication allemande, ont été également fabriqués avec succès. Enfin, Elbeuf a réussi à s’emparer de la fabrication des flanelles qui étaient une spécialité rémoise, répondant ainsi à une demande croissante stimulée par les usages médicaux et la mode de la bicyclette. Dans tous les cas, il est remarquable qu’Elbeuf n’innovait plus mais imitait des genres nés ailleurs et que ses fabricants s’appropriaient. Leur écoulement n’était pas non plus toujours facile car les prix d’Elbeuf restaient élevés, notamment en raison de la faible productivité de ses équipements. Surtout, leur part dans la production elbeuvienne demeurait très minoritaire : c’est ainsi que, en 1891, 20 % seulement des articles fabriqués à Elbeuf pesaient moins de 400 g au mètre quand les tissus de cette catégorie représentaient 93,7 % de la production de Reims et que, à Roubaix, 70,9 % des tissus mélangés pesaient moins de 200 g et 78,8 % des tissus en pure laine avaient un poids inférieur à 250 g189.

  • 190 ADSM, 9 AIP 2, 1889.

149En définitive, la fidélité au cardé et l’obsession de la qualité ont mis la draperie elbeuvienne en porte-à-faux par rapport à l’évolution de la demande dont elle ne pouvait guère satisfaire les exigences comme, du reste, le reconnaissait la chambre de commerce dans un mélange de lucidité et de résignation : « La confection recherche surtout des étoffes à bas prix que notre centre industriel ne fabrique qu’en petite quantité »190.

  • 191 ADSM, 77 J 19, 26 et 34.
  • 192 C. H. Johnson, 1995, chap. 8 et 9.

150La désaffection croissante dont souffrait leurs tissus obligea les Elbeuviens à partir de la crise du début des années 1880 à chercher systématiquement un appoint du côté des draps pour l’armée. Devançant dans cette voie les fabricants autochtones, les Blin ont décroché leur premier marché de fournitures militaires en 1885, et en ont obtenu de nouveaux à chaque fléchissement de leurs ventes (1894, 1902 et 1908). A partir de 1894, les draps militaires ont toujours formé une proportion importante (entre 9 et 14 %) de la production de l’usine191. Ils ont bien sûr été imités par les autres fabricants, Elbeuf bénéficiant du déclin de Lodève dont la fabrication de drap de troupe était la spécialité192. Les marchés militaires ont été utilisés non seulement pour amortir les fluctuations conjoncturelles mais surtout pour ralentir le déclin d’une industrie en perte de vitesse. Ce faisant, ils ont contribué à freiner l’effort d’adaptation à l’évolution de la demande.

  • 193 Les développements qui suivent s’appuient sur les CRTCCE, 1887, 1889, 1893, 1894, 1895, 1896, 1902, (...)
  • 194 ADSM, 77J 474, Comptes rendus des réunions du comité d’explorations commerciales.
  • 195 ADSM, 9 M 9, Enquête…, p. 31.

151Le recul d’Elbeuf sur les marchés étrangers est également significatif de l’incapacité de la fabrique à s’adapter à l’évolution de la demande. De rapport en rapport, la chambre de commerce n’a cessé entre 1872 et 1913 de se lamenter sur « la faiblesse des exportations »193. Bien plus, alors que sous le Second Empire, les Elbeuviens évaluaient les exportations à un tiers de leur fabrication, elles n’en représentaient plus que 10 % environ dans les années 1890. Du reste, face au recul des ventes, la fabrique fut bien incapable de réagir efficacement en assurant la promotion de ses produits à l’étranger. En effet, tous les efforts de représentation collective tournèrent court. En 1886, la chambre prit l’initiative d’organiser une mission d’exploration commerciale en Extrême-Orient. Daniel Wehrlin, un Mulhousien diplômé de HEC, fut recruté pour représenter la draperie elbeuvienne au Tonkin, en Annam et en Chine où la collection elbeuvienne fut bien accueillie. Toutefois, les fabricants ne réussirent pas à s’entendre pour mettre sur pied une organisation permanente de vente avec des représentants à Yokohama et Tien Tsin et un agent chargé de les surveiller et de vendre dans les principaux ports de la région194. L’expérience ayant échoué, elle ne fut pas renouvelée, et le Comité qui réunissait les industriels désireux de trouver un débouché pour leurs produits en Asie, dissous. L’Agence elbeuvienne de Londres, créée en août 1887, connut le même sort. Ses débuts furent encourageants mais les fabricants n’ayant pas fourni leurs collections en temps opportun, les efforts du représentant de l’Agence auprès des négociants londoniens étaient paralysés. Aucune amélioration n’étant survenue, l’Agence fut supprimée en 1889 après seulement deux années d’activité. En somme, l’individualisme, le scepticisme ou l’indifférence des fabricants ont fait échouer les deux tentatives de formation d’un syndicat de vente à l’exportation et il n’y eut pas de nouvelle tentative. Lors de l’enquête textile de 1904, Gustave Alloend-Bessand, président de la Chambre, concéda que c’était sans doute « regrettable », mais pour affirmer aussitôt que « les intérêts particuliers sont trop divers pour qu’il soit facile de les concilier dans la réalisation d’une création de ce genre »195.

  • 196 Pour l’analyse détaillée de la crise, cf. J. C. Daumas, 1999, p. 290-309.
  • 197 ADSM, 77 J 322.

152Il est significatif que Blin qui afficha longtemps une croissance insolente ait fini par être rattrapée par les difficultés au milieu des années 1890196. Cette évolution négative a sans doute ses racines dans les limites de la politique de diversification commerciale suivie depuis 1879. Conçue davantage comme une succession d’ajustements ponctuels aux variations de la mode que comme une adaptation systématique aux tendances « lourdes » de la demande, celle-ci ne pouvait bien sûr remettre en cause la prépondérance des étoffes cardées qui, en 1910 comme en 1914, représentaient plus de 60 % du chiffre d’affaires197. Le plafonnement des ventes entre 1892 et 1906 et la série de mauvais résultats enregistrés en 1892, 1894, 1900 et 1903, n’ont très certainement pas d’autre cause. Mais c’est surtout la chute dramatique des ventes entre 1907 et 1911 (-39,8 %) qui souligne l’inadaptation de la collection de Blin à une évolution de la demande de plus en plus favorable au peigné. De surcroît, le rétrécissement de son marché a été amplifié par l’effondrement en 1911 des ventes d’amazone que la soie et le velours avaient presque complètement remplacée dans le costume féminin dès 1910 et dont Blin, qui en avait commencé la fabrication en 1838, détenait le quasi-monopole à Elbeuf.

  • 198 Archives A. Blin, Lettre d’Ernest Blin, 11 mai 1914.

153Même si Blin souffrit davantage des crises de 1908 et 1910 que le reste de l’industrie locale, ses ventes commencèrent à se redresser dès 1912, alors que la draperie elbeuvienne subissait un nouveau recul de son activité. Cherchant à profiter au mieux du retournement de la mode en faveur du cardé que l’on constate à la veille de la guerre, sa direction remplaça les draps unis pour robes et manteaux par des nouveautés et développa les étoffes légères du type flanelles198. Mais, en 1914, Blin n’était pas encore tirée d’affaires car la question que la terrible crise ouverte en 1907 avait mise au premier plan – quels produits pour quels marchés ? – continuait de se poser de manière aiguë. Seule la prospérité artificielle du temps de guerre a sauvé Blin, comme au demeurant l’ensemble de l’industrie lainière elbeuvienne qui a été revitalisée par la fabrication massive de drap militaire.

Un équipement institutionnel tardif et incomplet

  • 199 Sauf indication contraire, la matière des analyses qui suivent est empruntée à F. Concato, P. Large (...)

154Née en 1861 de la transformation de la Chambre consultative des Arts et Manufactures, la chambre de commerce s’est efforcée, seule ou en collaboration avec la Société industrielle et/ou la municipalité, de doter la fabrique d’institutions destinées à en améliorer le fonctionnement afin de mieux lutter contre les difficultés qu’elle rencontrait depuis le début des années 1870. Son action s’est développée dans trois directions principales : l’infrastructure bancaire, les usages commerciaux et la formation professionnelle199.

  • 200 G. Gayot, 1998, p. 469.

155Réclamée dés 1866 par la fabrique qui se plaignait de « la cherté du loyer de l’argent », la création d’une succursale de la Banque de France se heurta longtemps à l’hostilité de la direction de la banque centrale qui invitait les Elbeuviens à se contenter des services que leur rendait celle de Rouen. Multipliant les enquêtes et les demandes, la chambre et la municipalité finirent cependant par obtenir en 1883 l’installation d’un bureau auxiliaire qui ne fut transformé en succursale qu’en 1898. Création bien tardive pourtant puisque Sedan avait la sienne depuis 1857 et Roubaix, 1867, mais qui permettait enfin à Elbeuf de bénéficier d’un taux d’escompte plus faible de 2 % que celui consenti par les banques locales, de s’affranchir des commissions onéreuses payées sur les achats effectués en dehors de la ville dés lors que le papier commercial devenait bancable, et d’obtenir un crédit plus abondant. C’est dire que, pendant un bon tiers de siècle, Elbeuf a cruellement manqué de ce « puissant accélérateur de commerce »200. Ce qui n’a pu qu’accroître son infériorité et ses difficultés par rapport aux autres places lainières mieux équipées.

156Si, dans le domaine bancaire, l’opposition aux projets de la chambre est venue essentiellement de l’extérieur, en revanche, dans le domaine commercial, c’est l’individualisme et l’indifférence des fabricants qui expliquent l’échec ou les limites de l’action consulaire. Mise à l’ordre du jour pour la première fois en 1840, la question de la réglementation des usages commerciaux (taux d’escompte, délais de paiement) ne cessa de rebondir (1848, 1862, 1873, 1875, 1887) sans qu’il fut possible de parvenir à un consensus entre fabricants malgré les appels réitérés de la chambre à « réagir vigoureusement contre toutes les tendances exagérées », c’est-à-dire la pratique des escomptes « variables et facultatifs » qui était à l’origine d’une concurrence ruineuse au sein de la fabrique.

  • 201 L’Industriel Elbeuvien, 17 janvier et 10 février 1877.

157Il fut également impossible de parvenir à une solution collective sur la question du métrage minimum. Devenue place de commerce sous le Second Empire, Elbeuf attirait petits négociants et marchands de détail qui achetaient de petites coupes de drap. Inquiet devant le développement de cette pratique, le grand négoce parisien demanda à la chambre en 1863 d’y mettre un terme. Devant le refus qu’elle lui opposa, il boycotta les nouveautés elbeuviennes qu’il fit désormais copier par des fabricants du Midi ou de l’étranger. En 1874, devant le tassement des ventes, la chambre se déclara favorable à une réforme des usages commerciaux tout en estimant qu’elle ne pourrait aboutir qu’à la condition d’être soutenue par la grande majorité des fabricants. Elle proposa alors de sanctionner les ventes inférieures à 12 m afin de renouer les relations avec les principales maisons de négoce qui, de leur côté, soutinrent l’initiative en réservant leurs achats aux fabricants qui s’étaient engagés à ne pas vendre en dessous de ce métrage minimum. Mais l’assemblée générale des fabricants qui devait rendre définitif l’engagement provisoire pris en février 1875 n’eut jamais lieu, si bien que la réforme fut abandonnée. L’action de la chambre de commerce fut relayée par la chambre syndicale de la draperie elbeuvienne créée en février 1877. A la proposition faite lors de sa première réunion de ne plus vendre au-dessous d’une demi-pièce (18 mètres), il fut objecté que, pour les nouveautés, il était impossible d’imposer aux acheteurs « un minimum aussi élevé », ceux-ci devant présenter un large assortiment de nuances pour la demi-saison. Après d’âpres débats, le minimum fut finalement fixé à 12 m, avec la faculté de diviser le restant de la pièce quand il serait inférieur à 16 m. C’est dire que les fabricants avaient été incapables d’adopter une solution claire qui, dans l’intérêt général de la fabrique, limitât quelque peu leur liberté d’action201. Frappée d’impuissance par les divisions des fabricants, la chambre syndicale disparut rapidement. La question des conditions de vente continua d’empoisonner les relations avec le grand négoce parisien qui préférait acheter ailleurs. Du reste, les négociations engagées avec lui en 1887 aboutirent à un nouvel échec que Paul Pion, président de la chambre de commerce, commenta en ces termes : « Cette réforme est absolument nécessaire, elle est urgente pour la moralité des affaires. Tout le monde la demande, tous la désirent, et c’est à qui ne se mettra pas en avant ». Au demeurant, après cette date, on ne trouve pas trace dans les archives de nouvelles tentatives pour réformer des usages commerciaux qui pourtant réduisaient les débouchés de la fabrique.

158Par ailleurs, la chambre s’efforça de créer un bureau de conditionnement des laines afin d’en moraliser le commerce. Alors que les autres centres lainiers avaient le leur depuis longtemps déjà (1853 pour Reims, 1858 pour Roubaix, 1863 pour Amiens), ce n’est pas avant 1874 que la chambre, confrontée à une utilisation croissante de blousses, effilochés et déchets, décida la création d’un bureau officieux, c’est-à-dire dépourvu de statuts et d’assise financière. Celui-ci ne commença à fonctionner qu’en juillet 1875 et, malgré les appels renouvelés de la chambre, ne connut guère de succès et vivota piteusement. Aucune des tentatives ultérieures pour obtenir sa transformation en bureau officiel n’eut de succès, si bien qu’Elbeuf dut attendre le lendemain de la première guerre mondiale pour en être effectivement doté. Il est d’ailleurs remarquable que les projets de création d’un bureau de mesurage des tissus qui virent le jour en 1873 et 1887 n’aboutirent pas davantage.

159Il convient également de souligner que les services créés pour stimuler le développement commercial de la fabrique furent bien modestes. Faute de ressources, le musée commercial mis sur pied en 1886 cessa d’acheter des échantillons de tissus récents en 1900 et, à partir de 1905, ne fut plus ouvert au public qu’un seul jour par semaine. De même, l’ambitieux projet de bulletin commercial conçu en 1884 par Philippe Aubé, négociant en laines, afin de combler les lacunes de la presse locale qui se désintéressait presque complètement des questions industrielles et commerciales, n’aboutit pas. Elbeuf dut se contenter d’un bulletin qui, d’abord publié chaque semaine dans Le Journal d’Elbeuf, devint mensuel dans les années 1870 avant d’être repris par l’Industriel Elbeuvien. Ce bulletin se bornait à fournir à ses lecteurs des renseignements sur les entrées et sorties des laines à Elbeuf, les arrivages de charbon, et le mouvements des affaires sur les principaux marchés lainiers sans jamais les informer sur l’activité de la chambre ou leur procurer des éléments statistiques sur les fabriques françaises et étrangères.

160Dans les années 1880, la Société industrielle d’Elbeuf se préoccupa de développer l’enseignement professionnel car les cours du soir qu’elle avait mis en place en 1859 pour le personnel de la fabrique n’étaient plus adaptés aux besoins. Aussi, en 1883, d’accord avec la chambre, elle se prononça pour la création d’une école professionnelle, relevant de l’enseignement secondaire et subventionnée par l’Etat, afin de former les contremaîtres dont la draperie avait besoin. Ce n’est cependant qu’en 1887, une fois résolu le problème du financement, qu’elle vit le jour sous le triple patronage de la municipalité, de la chambre et de la Société industrielle. Après cinq années de fonctionnement, elle ne comptait encore qu’une trentaine d’élèves. Ce qui signale de sérieuses difficultés de recrutement auxquelles, semble-t-il, la chambre a voulu remédier en créant cinq bourses qu’elle finançait.

161Cette école dispensait un enseignement bien adapté aux besoins de l’industrie elbeuvienne puisqu’il était centré sur la seule fabrication du drap. Elle visait à donner aux élèves des connaissances théoriques sur leur métier et une bonne dextérité manuelle, c’est-à-dire un ensemble de savoirs et de savoir-faire qui élevait le futur contremaître au-dessus de l’ouvrier qualifié formé sur le tas.

162Cependant, d’après Ardouin-Dumazet, son recrutement ne se limitait pas aux seuls ouvriers destinés à devenir des contremaîtres :

  • 202 Ardouin-Dumazet, 1896, p. 312.

« L’école (…) fournit des contremaîtres aux industriels, mais elle donne surtout aux fils de ceux-ci l’éducation pratique indispensable aux chefs d’usine. Elle est devenue rapidement fameuse : on vient de fort loin suivre ses cours, ainsi Mazamet, qui est en voie de transformation, y envoie beaucoup de ses futurs fabricants »202.

163Ce texte exprime une conception singulièrement étroite et datée du rôle du chef d’entreprise : d’une part, la fonction de production y domine toutes les autres ; d’autre part, son rôle dans l’usine ne se distingue guère de celui d’un bon contremaître et, enfin, en conséquence, il a seulement besoin d’une « éducation pratique ». Deux points doivent être particulièrement soulignés. L’École professionnelle d’Elbeuf ayant d’abord pour mission de former des contremaîtres, les fils de patrons qu’elle comptait parmi ses élèves n’y recevaient aucun enseignement général en physique, chimie, mécanique et électricité, ni de cours de technologie textile générale, ce qui leur aurait permis de sortir de la pratique purement empirique du métier et de s’adapter à l’évolution des techniques et des machines. De plus, sa formation étant exclusivement technique, le futur patron restait fondamentalement étranger aux nouvelles compétences que les transformations de l’industrie et les nouvelles conditions de la concurrence rendaient pourtant indispensables en cette fin de siècle : le droit, la gestion et les langues.

  • 203 F. Concato, P. Largesse, 2001, p. 179-180.

164Au demeurant, la chambre avait conscience de la nécessité de doter Elbeuf d’une classe commerciale dont l’enseignement ferait une large place à la pratique orale des langues vivantes et à la géographie afin de former des jeunes gens pour représenter l’industrie elbeuvienne à l’étranger. C’est ainsi que, en 1898, elle obtint la création au Petit Lycée Corneille d’Elbeuf (qui était une annexe du lycée de Rouen) de cette classe dans laquelle elle voyait « l’embryon d’un lycée commercial destiné à recevoir de nombreux élèves ». Cependant, deux élèves seulement l’ayant fréquenté, elle fut supprimée après deux ans d’expérience203. Une fois de plus, l’échec était patent.

  • 204 F. Concato, P. Largesse, 2001, p. 103.
  • 205 BTSIE, 1887, no 1, p. 11.

165Au total, l’infrastructure institutionnelle d’Elbeuf était moins complète que celles des places du Nord puisque, dans ce domaine, se sont succédés « succès tardifs, réalisions modestes et échecs patents »204. D’après les témoignages des contemporains, cette situation s’explique par l’incapacité des fabricants à sacrifier leurs intérêts particuliers à l’intérêt collectif de la fabrique. Parmi beaucoup d’autres, on se contentera de citer celui de Désiré Cheddeville, président de la Société industrielle et industriel novateur (il a le premier tenté d’introduire la filature peignée à Elbeuf), qui va à l’essentiel : ne déclarait-il pas qu’il ne serait pas possible de mettre en place un véritable bureau de conditionnement des laines sans « lutter contre la routine, des habitudes, peut-être même contre des intérêts particuliers » et, surtout, contre ce « terrible fléau qui a nom : l’Indifférence »205 ? Tout était dit, car son analyse peut être étendue à d’autres domaines tant l’individualisme, dans lequel on doit vraisemblablement voir une conséquence de la division du travail très poussée qui régnait dans la fabrique et de l’absence d’homogénéité sociale et culturelle du patronat, semble avoir été un puissant ressort de la conduite des fabricants comme l’a déjà montré l’analyse de l’échec des syndicats de vente à l’étranger.

Conclusion

166Sans doute la concurrence a-t-elle obligé les fabricants elbeuviens à diversifier leur production en se tournant vers les tissus en peigné et en cheviotte et à transformer les structures de leur industrie en mécanisant et en concentrant la production. Cependant, cette évolution, tardive et lente, n’a pas été suffisante. D’un côté, la modernisation des structures productives donnait en 1914 une impression d’inachèvement : faible diffusion du progrès technique, petite taille des unités de production, importance du travail à façon, absence de spécialisation des entreprises et bas niveau de la productivité du travail définissent une configuration productive au total moins efficace que les industries lainières du Nord mais aussi d’Angleterre et d’Allemagne. Cette situation ne s’explique sans doute pas seulement par l’insuffisance des capitaux disponibles pour l’investissement mais aussi par l’attachement très fort de la majorité des industriels à la fabrication d’articles de qualité, fortement différenciés, soumis à d’incessantes variations saisonnières à laquelle l’appareil de production elbeuvien était somme toute bien adapté. De l’autre côté, c’est parce qu’ils sont demeurés fidèles au cycle cardé que les fabricants elbeuviens ne se sont tournés qu’à contrecœur vers les articles plus légers et moins chers que réclamaient pourtant les consommateurs, se condamnant du même coup à voir leur part de marché se contracter inexorablement. Toutefois, la lenteur et la faiblesse de la diversification commerciale ne sont pas seulement imputables à une mauvaise appréciation des tendances profondes de la demande mais aussi à l’inadaptation de l’outil de production à de nouvelles fabrications du fait de l’héritage des choix techniques antérieurs et de la médiocrité de l’investissement. En définitive, c’est la cohérence entre le produit, l’organisation et les techniques de production qui explique l’inachèvement des transformations structurelles de la draperie elbeuvienne, le recul irrésistible de ses ventes et l’affaiblissement de ses positions face aux centres lainiers concurrents.

167L’apport des Alsaciens n’a pas été suffisant pour modifier l’orientation de la draperie elbeuvienne que, grâce à leur puissance, ils dominaient pourtant. D’une part, ils ont longtemps constitué une sorte de corps étranger au sein de l’industrie locale où par leur héritage alsacien, leur ambition industrialiste, l’intégration et la mécanisation poussées de la production, la gestion paternaliste de leur personnel, ils représentaient l’organisation industrielle face à la fabrique traditionnelle. Certes, ils ont été imités, au moins partiellement, et les structures des uns et des autres se sont rapprochées, tant du point de vue productif que commercial, mais la concurrence redoutable qu’ils faisaient aux fabricants autochtones n’a pu que contribuer à déstabiliser l’ensemble de la draperie en lui enlevant sa cohérence interne. D’autre part, même s’ils ont, avec plus d’audace que les Elbeuviens, diversifié leurs fabrications, ils sont, comme eux, demeurés avant tout des fabricants de cardé, ce qui les a durablement placés en porte-à-faux par rapport à l’évolution de la demande et explique qu’ils aient fini par connaître les mêmes difficultés que tout le milieu industriel local. En somme, le paradoxe des Alsaciens d’Elbeuf, c’est qu’ils étaient tout à la fois différents et semblables. C’est sans doute pourquoi la greffe alsacienne a si faiblement contribué au renouvellement des structures de l’industrie elbeuvienne.

III. Vienne : la capitale du drap prolétaire

  • 206 P. Léon, 1954, p. 627.

168La draperie de Vienne (Isère) dont les origines ne remontent pas au-delà du milieu du XVIIIe siècle, a connu de 1837 à 1870 un essor rapide alors que les autres centres drapiers du Dauphiné ont vu leurs forces s’amenuiser de plus en plus. Sans doute quelques-unes de ces industries témoins persisteront-elles après 1870 mais, en dehors de Vienne, l’industrie lainière de la région ne comptait plus beaucoup. C’est ce qui a fait dire à Pierre Léon que, à la fin du Second Empire, « le groupe viennois se présentait comme un des plus solides du Dauphiné, et pouvait défier l’avenir »206.

  • 207 G. Sayet, 1912, p. 312.

169Au demeurant, Vienne a poursuivi son essor sous la Troisième République, ses ventes s’accroissant de 25 % par rapport à 1869. Aussi le jury de l’Exposition internationale de Roubaix en 1911 pouvait-il vanter tout à la fois son « activité intelligente », ses « progrès incontestables » et sa « prospérité »207. En tout cas, son expansion contrastait vigoureusement avec le déclin accentué des principaux centres lainiers de cardé, Elbeuf et Sedan, dont les ventes, en 1910, étaient tombées bien au-dessous du niveau atteint à la fin de l’Empire.

170Le « miracle » viennois doit être expliqué. Pour ce faire, on s’interrogera d’abord sur l’originalité des choix commerciaux de Vienne, puis on cherchera à dégager les traits caractéristiques de son outil de production.

1. Une spécialisation exclusive : le drap renaissance

171Parmi les centres lainiers français, Vienne possédait une spécialisation originale : la fabrication de draps pour homme en laine renaissance. Mais l’essor remarquable de ses ventes (Tableau 3) ne s’explique pas seulement par cette heureuse spécialisation. Il faut également tenir compte de l’effort systématique accompli par ses fabricants pour perfectionner la qualité de leurs tissus et diversifier leur collection.

Des draps pour homme en laine renaissance

  • 208 P. Bodin, 2000, p. 108 et 110.

172C’est à la fin du xviiie siècle que Vienne s’est tournée vers la fabrication de drap cardé, échappant ainsi à l’attraction de Lyon. Vers 1820, Vienne produisait essentiellement deux types de tissus : des draps écrus et unis qui étaient écoulés à la foire de Beaucaire, et des draps d’uniforme dont la fabrication avait été stimulée par les guerres napoléoniennes. A partir de 1833, cherchant à concurrencer Elbeuf, Vienne, grâce à l’utilisation des premiers métiers Jacquard, s’est lancée dans la fabrication de draps façonnés, pour homme et garçonnet, qui faute de connaître le succès, fut bientôt arrêtée. Dès lors, désireuse de rivaliser avec les fabricants du Nord de la France, Vienne s’est orientée vers les articles rayés et à carreaux fabriqués en laine renaissance208.

  • 209 P. Blanc, 1869, p. 23-24 et C. Châtain, 1925, p. 45.
  • 210 Y. Lequin, 1977, p. 60.
  • 211 P. Blanc, 1869, p. 4, 7-9 et 23-24.
  • 212 C. Châtain, 1925, p. 65.

173Elle était alors spécialisée dans les pantalons et paletots d’hiver, la fabrication de lainages d’été ne faisant que débuter. Le prix de tous ces articles, remarquables par leur solidité et leur belle apparence, oscillait entre 4 et 10 F. De 90 000 pièces de 25 m (soit 1 350 t) et 14 MF vers 1860, la production s’est élevée à 130 000 pièces en 1869 (soit 1 950 t) et 20 MF de chiffre d’affaires209. Les ventes de ces draps bon marché destinés à la confection ont été stimulées par l’enrichissement des paysans sous le Second Empire et l’ouverture de la ligne PLM qui a permis l’extension des expéditions à toute la France210. On estime cependant qu’un tiers de la production était exporté, principalement dans le sud de l’Italie et l’est de l’Europe211. Du reste, les fabricants viennois avaient conscience que l’exportation était, pour eux, une absolue nécessité. C’est ainsi que, en 1875, ils ont demandé au ministre du Commerce le renouvellement des traités car « dans son état actuel, (la fabrique) ne peut plus se contenter du marché intérieur, il lui faut à tout prix d’autres débouchés que des traités de commerce seuls lui assurent »212.

  • 213 Y. Lequin, 1977, p. 20.

174Le succès de Vienne tient essentiellement au bon marché de ses draps en laine renaissance, c’est-à-dire fabriqués avec des chiffons de laine effilochés auxquels s’ajoutaient des déchets de filature de laine peignée et, enfin, dans des proportions variables mais toujours assez faibles, de la laine mère. Venant après la terrible crise de 1837, la fabrication de drap renaissance a représenté pour Vienne « une reconversion hardie »213. Vienne a été, en effet, la première à pratiquer l’effilochage en vue d’un réemploi industriel. Dantzer décrit ainsi les débuts de cette nouvelle spécialité dans son rapport sur l’Exposition de 1889 :

  • 214 Cité dans C. Châtain, 1925, p. 33.

« Les premiers essais d’effilochage furent faits en 1838 par un nommé Court, dit Lanceron, maître cardeur et filateur, mais ce ne fut qu’en 1843 qu’un sieur Guichard en fit en grand la fabrication et parvint à la faire introduire dans la fabrication des draps, dits mirandoles, spéciaux au pays. A partir de ce moment, la majorité des fabricants, qui se montrait hostile à l’utilisation de ce déchet, l’employa sur une grande échelle, et aujourd’hui le drap renaissance de Vienne est des plus estimés de la consommation »214.

  • 215 P. Blanc, 1869, p. 23.

175Ces draps renaissance faisaient d’ailleurs l’objet d’une fabrication très soignée bien décrite par Paulin Blanc. Selon lui, les mélanges exigeaient à la fois « un art ingénieux » et « une connaissance approfondie du cardage ». De plus, pour donner davantage de solidité au tissu, une petite quantité de fils de soie et de coton était employée tant au retordage qu’au tissage. Enfin, à chaque changement de saison, les fabricants « devaient invoquer toutes les ressources de leur expérience et de leur habileté pour trouver des combinaisons nouvelles »215.

  • 216 C. Châtain, 1925, p. 46.

176En 1914, la nature de la production viennoise n’avait pas réellement varié depuis 1869. Elle demeurait presque exclusivement orientée vers la fabrication de tissus pour vêtements d’homme à base de laine renaissance dont les prix, qui avaient sensiblement baissé, oscillaient entre 1,60 et 8,50 F le mètre216. A côté de cet article classique, Vienne fabriquait également des draps pour uniforme, à la fois pour l’armée et diverses administrations, ainsi que des draps de billard et pour automobile.

Amélioration de la qualité et diversification de la production

  • 217 Cité dans E. Lefèvre, 1906, p. 316.
  • 218 P. Blanc, 1869, p. 118.
  • 219 P. Bodin, 1996, p. 190-191.
  • 220 C. Châtain, 1925, p. 32-33, et F. Frenay, 1972, p. 5.
  • 221 C. Châtain, 1925, p. 35.
  • 222 BMCCV, août 1909, no 8.
  • 223 BMCCV, juin 1910, no 6.
  • 224 C. Châtain, 1925, p. 35-36.
  • 225 G. Sayet, 1912, p. 315-316.
  • 226 Ardouin-Dumazet, 1911, p. 237.

177Quoique fidèle à son produit historique, Vienne n’est pas restée immobile. En premier lieu, grâce à la mécanisation du tissage et des apprêts et aux efforts accomplis pour perfectionner la formation technique de la main-d’œuvre (création d’une école théorique en 1896, puis d’une école pratique du commerce et de l’industrie drapière en 1900), les fabricants ont constamment amélioré la qualité de leurs tissus. Ce que les jurys des expositions successives ont reconnu, celui de 1900 notamment déclarant : « Vienne a fait de sérieux progrès dans la fabrication d’articles soignés »217. En second lieu, de nouvelles tendances se sont manifestées. D’abord, les draps imprimés créés en 1856 par la maison Pascal-Valluit ont connu un grand développement. La diversité des nuances et des dessins n’y était pas obtenue par l’ourdissage et le tissage mais par l’application sur le tissu de dessins gravés sur deux cylindres disposés en laminoir, entre lesquels il passait, avant d’être séché puis soumis à la vapeur pour en fixer le dessin218. Ce nouveau tissu rencontra un succès immédiat. Aussi la société a-t-elle acheté une nouvelle machine à imprimer en 1860 et construit une nouvelle usine qui, entre 1860 et 1864, a intégré toutes les opérations de la draperie219. A l’origine spécialité exclusive de la maison qui en avait la première entrepris la fabrication, ces « simulacres de nouveautés, resplendissantes à l’œil » ont été rapidement imités par d’autres maisons (Seguin aîné, Vaganay frères, Bouvier frères, Frenay frères)220. Par ailleurs, Vienne a entrepris, vers 1894, la fabrication de tissus en laine peignée, quelques maisons se faisant une spécialité des nouveautés en peigné fin ou en semi-peigné221. En 1909, la chambre de commerce notait que devant le succès croissant des tissus en laine peignée, Vienne avait fait davantage d’efforts pour en fabriquer mais que, en raison de salaires trop élevés, ils étaient trop chers par rapport au Nord et à l’étranger222. Aussi les fabricants ont-ils cherché à donner « l’aspect du peigné » à leurs tissus en cardé223. Enfin, autour de 1900, Vienne s’est lancée dans la fabrication d’étoffes légères pour vêtement de femme (robe et manteau), mais cette initiative est restée sans lendemain car, travaillant la laine renaissance, les fabricants viennois étaient limités dans la finesse du fil qu’ils utilisaient224. Au total, la collection de Vienne offrait « une longue échelle de prix, depuis les plus bas, pour les tissus à chaîne de coton et à trame renaissance jusqu’aux belles nouveautés en peignés fins »225. Du reste, d’après Ardouin-Dumazet, Vienne fabriquait également de « beaux articles pour l’habillement de la bourgeoisie » au prix de 12 F le mètre226.

  • 227 P. Blanc, 1869, p. 7.
  • 228 F. Frenay, 1972, p. 5.

178Même si Vienne a esquissé une timide diversification, c’est « le vêtement pour prolétaires »227 qui a continué de représenter le fonds de sa production. Au demeurant, c’était une spécialisation judicieuse puisque, d’une part, elle répondait à la demande croissante de tissus bon marché et, de l’autre, grâce à l’amélioration de la qualité, elle était susceptible de fournir à la confection les articles qu’elle réclamait. La préoccupation du bon marché demeurait néanmoins dominante : c’est ainsi que, chez Frenay frères, les tissus imprimés étaient, dans certains cas, simplement imprimés à l’endroit pour en abaisser le prix de revient228.

Une expansion plus forte en volume qu’en valeur

  • 229 J. d’Urbal, 1911, p. 119 ; C. Châtain, 1925, p. 45.
  • 230 BMCCV no 6, juin 1911 et no 7-8, juillet-août 1914.
  • 231 Y. Lequin, 1977, p. 93.

179C’est ce qui explique l’accroissement considérable de la production de la draperie viennoise qui atteignait 5 825 t en 1910, soit 198,7 % de plus qu’en 1869 où la production s’élevait à 1 950 t. Cependant, en raison de la baisse des prix suscitée par la mécanisation et l’intensification de la production, le chiffre d’affaires n’a progressé que beaucoup plus faiblement (+25 %) pour arriver à 25 MF en 1910. Cette expansion n’a toutefois pas été régulière. Relancé par les commandes militaires en 1870-1871, l’élan pris sous l’Empire s’est poursuivi jusqu’en 1875. Au-delà, les ventes ont souffert, en revanche, de la baisse du revenu paysan et la production est tombée à 1 470 t en 1879, soit un recul de 24,6 % en dix ans. Mais la reprise a été rapide et la production a progressé jusqu’à la guerre, quoique les données divergent selon les sources. D’après Jacques d’Urbal, la production s’est haussée à 2 350 t en 1890 (+ 60 % par rapport à 1879), puis à 3 348 t en 1900 et, enfin, à 4 730 t en 1910 : elle aurait donc fait plus que doubler en deux décennies229. En revanche, selon les chiffres procurés par la chambre de commerce pour la fin de la période, la croissance aurait eu davantage d’ampleur encore puisqu’elle évalue la production à 4 568 t en 1909, 5 825 t en 1910 et 5 334 t en 1913230. Quoiqu’il en soit, à la veille de la guerre, « le centre viennois conserve toute sa vitalité »231.

2. Une mécanisation progressive

180Vienne n’a pu répondre à la demande de tissus bon marché, tant en termes de quantité que de prix, qu’en transformant profondément son outil de production : le travail a été à la fois mécanisé et concentré. Quoique tardive et très progressive, la mécanisation de la production a permis d’accroître la productivité, de réduire les effectifs employés et d’abaisser les prix.

Mécanisation et extension de l’outil de production

  • 232 Y. Lequin, 1977, p. 20.
  • 233 Y. Lequin, 1977, p. 40.
  • 234 P. Blanc, 1869, p. 20.
  • 235 P. Léon, 1954, p. 627.

181Ce n’est qu’après la crise de 1837 que la transformation technique du centre viennois a pris quelque ampleur avec l’apparition du foulon cylindrique (1838), l’installation d’une première machine à vapeur (1839) et l’adoption du métier Jacquard (1840)232. La mécanisation a d’ailleurs vraisemblablement été facilitée par la multiplication le long de la Gère d’ateliers de construction de machines textiles233. Introduites vers 1820, les mule-jennys ne se sont vraiment diffusées que sous le Second Empire. En 1869, on en dénombrait 500, les unes de 120 ou 140 broches, les autres de 200. Quant aux renvideurs, leur diffusion a été bien timide puisque seuls trois de 300 broches chacun fonctionnaient en 1869. Paulin Blanc qui signale que d’autres avaient été commandés chez Flécheux-Lainé de Rouen, estimait qu’une « transformation complète » du filage était « imminente »234. Au total, le nombre de broches ayant plus que doublé depuis 1857, Vienne en possédait 64 163 en 1869235.

  • 236 P. Blanc, 1869, p. 20, 79 et 107 ; P. Léon, 1954, p. 506-507.

182Dans le tissage, où les progrès de l’outillage ont été rapides – de 800 métiers à bras dans les années 1830 à 1 258 en 1857 et 3 600 en 1869 – la mécanisation a été à la fois tardive et assez lente au début. Les premiers métiers mécaniques ne sont pas apparus avant 1861, lorsque la maison Bouvier fit l’essai de deux métiers à quatre navettes construits à Louviers qui ne donnèrent pas satisfaction. Après avoir étudié des modèles belges et allemands, elle fit l’acquisition en 1862 de 14 métiers d’origine anglaise (systèmes Schofield et Platt Brothers) tandis que, en 1864, la maison Pascal-Valluit commandait 24 métiers saxons. Cependant, en 1870, Vienne ne possédait encore que 100 métiers mécaniques, contre 3 600 à bras, la plupart à la Jacquard236.

  • 237 C. Châtain, 1925, p. 41.

183A partir de 1867, ne sont plus montés que des renvideurs et des métiers mécaniques237. Dès lors, l’outillage mécanique se diffuse dans toute l’industrie viennoise, toutes les opérations étant successivement touchées. Les assortiments de cardes sont élargis, les mule-jennys de 120 broches sont remplacées par des renvideurs self-acting de 300 à 500 broches, les fouleuses mécaniques à cylindres se substituent à celles à maillets, la laineuse mécanique simple ou double remplace le lainage à la main, la tondeuse longitudinale est substituée au travail exténuant des tondeurs aux « forces » et les anciennes chaudières à teindre laissent place à des appareils mécaniques mus par un moteur. Mais c’est bien sûr la transformation du tissage qui fut décisive. Au cours des années 1870, le nombre de métiers mécaniques a seulement doublé. C’est en 1883 que les premiers métiers nouveauté saxons à quatre boîtes, battant 60 coups à la minute, firent leur apparition et, bien vite, prirent la première place. On en comptait 600 en 1890. Les métiers à bras ont reculé rapidement – entre 1869 et 1883, leur nombre a été réduit de moitié – et, en 1900, c’est 1 100 métiers que possédait la place, presque tous mécaniques (Tableau 6).

  • 238 BMCCV, juin 1910, no 6.
  • 239 F. Frenay, 1972, p. 3.

184Pour faire face à l’augmentation de la demande dans les années 1900, l’industrie viennoise a accru son parc de matériel : le nombre de métiers à tisser a été porté de 1 107 en 1900 en 1 538 en 1910 (+38,9 %), de broches de filature de 39 260 à 51 240 (+30,5 %) et de broches à retordre de 2 750 à 7 410 (+169,4 %)238. Mais, faute de ressources suffisantes, plusieurs maisons ne se sont pas équipées en matériel neuf. C’est ainsi que Frenay frères a ajouté 53 métiers Schomer achetés d’occasion en Alsace aux 76 déjà en place. C’est le même souci d’économie qui a conduit cette société à louer un atelier pour installer ces nouveaux métiers plutôt que d’en construire un239. La location de locaux industriels était d’ailleurs pratique très courante à Vienne. Au total, avec 59 500 broches et 1 560 métiers mécaniques en 1914, l’outil de production a été accru d’un tiers après 1900.

Tableau 6. Matériel de filature et de tissage à Vienne, 1869-1914

Broches de renvideurs

Broches de mule-jennys

Métiers mécaniques

Métiers à bras

1869

900

69 100

100

3 600

1873

11 000

59 000

250

3 750

1876

14 000

56 000

200

2 300

1883

350

1 550

1890

600

1900*

42 000

1 100

1905

43 580

1 430

10

1910

58 720

1 538

1914

59 500

1 560

* A partir de 1900, broches de filature et broches à retordre sont comptabilisées ensemble.

Source : d’après C. Châtain, L’industrie de la draperie viennoise, p. 44-4

  • 240 P. Bodin, 2000, p. 114.
  • 241 C. Châtain, 1925, p. 44-45 ; E. Lefèvre, 1906, p. 298-299 ; G. Sayet, 1912, p. 298-299.

185La mécanisation qui s’était d’abord appuyée conjointement sur l’énergie hydraulique et la vapeur – en 1873, Vienne comptait 42 moteurs hydrauliques installés sur la Gère et 28 machines à vapeur240 – a été beaucoup facilitée par l’énergie électrique des Alpes, bien moins chère que le charbon que Vienne devait faire venir de Saint-Etienne. En 1914, sur une consommation d’énergie de 6 500 chevaux, 700 étaient fournis par la Gère, et le reste moitié par l’électricité, moitié par la vapeur241.

Réduction des effectifs et hausse de la productivité

  • 242 ADI, 138 M 16 ; J. d’Urbal, 1911, p. 238-239 ; Y. Lequin, 1977, p. 147, 321 et 406.
  • 243 ADI, 138 M 16 et Y. Lequin, 1977, p. 147.

186La mécanisation a bien sûr entraîné une sensible réduction des effectifs de la main-d’œuvre employée qui après avoir augmenté fortement jusqu’en 1887 où on dénombrait 14 708 salariés, ont ensuite reflué, Vienne perdant plus d’un ouvrier sur deux en deux décennies pour ne plus en compter que 6 292 en 1913242. Ce recul a été particulièrement sensible dans le tissage où le nombre d’ouvriers qui a été divisé par plus de trois en vingt ans, est tombé de 6 328 en 1890 à 2 000 environ en 1911243 (Tableau 7)

  • 244 J. d’Urbal, 1911, p. 238-239 ; Y. Lequin, 1977, p. 147 et ADI, 138 M 16.
  • 245 J. d’Urbal, 1911, p. 198 et 231 ; M. Ratto, 1982, p. 20 et sq.

187Qui plus est, la mécanisation s’est accompagnée d’un bouleversement complet de la division sexuelle du travail : le tissage s’est féminisé aux deux tiers (contre 57,8 % en 1891) et le cardage aux quatre cinquièmes (contre 53,1 % en 1891), tandis que les hommes ont conservé le monopole des apprêts et de la teinture (aucune femme n’y travaillait en 1891) et ont largement remplacé les femmes à l’effilochage où, avec les trois quarts des effectifs, les positions s’étaient inversées244. En somme, les femmes occupaient d’abord les emplois les moins qualifiés et les moins bien payés245.

Tableau 7. Évolution de la main-d’œuvre de la draperie à Vienne, 1857-1913

Main-d’œuvre totale

Ouvriers du tissage

1857

5 050

1872

1 232

1887

14 708

1890

6 328

1891

10 420

4 154

1895

3 000

1911

6 458

2 000

1913

6 292

Sources : ADI, 138 M 16 ; J. d’Urbal, L’industrie drapière de Vienne, p. 238-239 ; Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise, p. 147.

  • 246 L’indicateur retenu est évidemment grossier puisque la production a été divisée par le nombre d’ouv (...)
  • 247 C. Châtain, 1925, p. 44-45 et 70.

188La mécanisation a eu pour la draperie viennoise des conséquences éminemment positives. Elle a d’abord permis une augmentation sensible de la production de tissus qui, entre 1869 (1 950 t) et 1910 (5 825 t), a été multipliée par trois. Elle a également entraîné une forte réduction des effectifs de la main-d’œuvre qui sont tombés de 12 000 en 1869 à 6 370 en 1910. Cela s’est bien évidemment traduit par une amélioration de la productivité qui, dans le même temps, a été multipliée par 5,6246. La réduction des frais de main-d’œuvre qui, en 1911, représentaient 30 % de la valeur de la production, a favorisé la baisse des prix des tissus qui oscillaient, selon Paulin Blanc, entre 4 et 10 F le mètre en 1869 pour finir par se situer en 1914 entre 1,60 et 8,50 F247. Si l’on calcule un prix moyen au kilogramme de tissu, on constate une diminution de moitié : de 10,25 F le kilogramme en 1869 à 5,28 F en 1910. Cette évolution n’a pu, bien sûr, que faciliter l’extension de la clientèle des produits de la draperie viennoise qui avait choisi de jouer à fond la carte de la démocratisation de la consommation.

3. Faiblesse de la concentration et maintien du travail à façon

189La mécanisation du travail a été accompagnée de transformations significatives dans l’organisation de la production. Cependant, elles ont laissé subsister de nombreux petits fabricants et le travail à façon est resté indispensable pour relier entre elles des entreprises très spécialisées qui, de surcroît, n’étaient pas maîtresses de leurs débouchés.

Une division du travail très poussée entre les entreprises

  • 248 P. Bodin, 2000, p. 112.

190Vers 1840, les véritables usines étaient encore peu nombreuses, les ateliers étant le plus souvent installés dans des maisons particulières. En 1838, John Collier fit bien construire une « usine monstre » de 900 m2 au sol, équipée d’une machine à vapeur, mais c’était pour la louer « par appartements » à de petits fabricants qui y trouvaient l’espace nécessaire pour installer leurs machines et la force motrice dont ils avaient besoin. En 1843, chaque atelier était spécialisé dans une opération de la draperie et il n’existait que trois usines faisant travailler plus de 100 ouvriers. Une seule usine, montée par la famille Badin Lambert au nord de la ville, rassemblait tous les stades de la fabrication depuis le triage des laines jusqu’aux apprêts248.

  • 249 Y. Lequin, 1977, p. 61 et ADI, 138 M 12, Statistique industrielle, 1869.
  • 250 P. Léon, 1954, p. 675.
  • 251 BMCCV, juin 1910, no 6. Voir aussi ADI, 138 M 15.

191A la fin de l’Empire, la concentration n’avait que faiblement progressé. Les sources divergent toutefois quant au nombre d’établissements : l’enquête industrielle de 1865 dénombre 200 tissages, 8 ateliers d’effilochage, 22 fouleries et 18 filatures et cardages, quand la statistique préfectorale recense 200 fabricants en 1869, 15 filateurs et 12 ateliers d’effilochage249. En tout cas, en 1870, l’administration déplorait « l’extrême dissémination de l’industrie des draps », l’enquête de 1872 sur les conditions de travail en France notant pour sa part que, sur 11 800 personnes qu’elle employait, un grand nombre travaillait à domicile250. D’après la chambre de commerce, il n’y avait alors que trois usines « à peu près complètes », le travail étant par ailleurs « très morcelé » entre un grand nombre de petits ateliers et de tisseurs qui avaient leur métier chez eux251.

  • 252 P. Bodin, 2000, p. 107 et 114, et P. Blanc, 1869, p. 14.
  • 253 Cité d’après P. Bodin, 2000, p. 114.

192Entre 1861 et 1880, Vienne était « en pleine mutation » et la vallée de la Gère, où sur 2 km s’étalaient les usines, était devenue « un véritable chantier ». Les industriels construisaient des usines plus vastes, mieux adaptées à l’accroissement de leur activité. De plus, les incendies qui avaient ravagé quelques établissements (Doyon, Ginet, Richard, Donnat Crozel), ont fourni l’occasion d’agrandissements et d’embellissements, si bien qu’une fois reconstruits, Paulin Blanc n’a pas hésité à parler à leur propos « d’usines d’apparence grandiose »252. Par ailleurs, selon la réponse des fabricants au questionnaire du jury de l’exposition internationale de Vienne en Autriche en 1873, « tous les ateliers construits depuis dix ans sont vastes et parfaitement éclairés »253.

  • 254 P. Blanc, 1869, p. 19-20.
  • 255 P. Blanc, 1869, p. 103-119.
  • 256 Cité d’après P. Bodin, 2000, p. 114.

193On doit à Paulin Blanc, qui procure d’ailleurs des chiffres différents des précédents, une description très précise de l’organisation de la fabrique à la fin de l’Empire : 43 façonniers (5 teinturiers, 17 filateurs, 9 foulonniers et 12 apprêteurs) travaillaient pour le compte de 121 fabricants qui achetaient les matières premières, faisaient filer, tisser et apprêter à leurs risques, en imaginant des tissus susceptibles de suivre les variations de la mode. La plupart de ces fabricants possédaient un atelier de tissage placé sous leur surveillance directe, quelques uns seulement lui ayant annexé des ateliers de cardage et d’apprêt. Ces fabricants avaient une capacité productive très variable puisque les plus petits faisaient battre seulement 5 à 10 métiers, quand les plus importants en avaient de 80 à 100. Enfin, un grand nombre de tisseurs à domicile, dispersés dans toute la ville, travaillaient à façon sur des métiers leur appartenant254. Non seulement les grandes entreprises intégrant toute la production étaient exceptionnelles – en 1869, il n’y en avait que trois (Bouvier frères, Joannès Ponchon et Pascal-Valluit)255 – mais elles combinaient travail concentré et travail à domicile. Cependant, en 1873, d’après la réponse des fabricants déjà citée, on notait « une tendance marquée à réunir dans un même établissement toutes les opérations de la fabrication »256.

  • 257 P. Blanc, 1869, p. 109.

194Par ses dimensions (400 ouvriers), l’importance de sa production (300 000 mètres) et son organisation très fonctionnelle, Bouvier frères occupait sans conteste la première place à Vienne à la fin du Second Empire. A l’exception de la teinture, la société réunissait toutes les opérations de la draperie. Cependant, le tissage n’y était ni entièrement mécanisé, ni entièrement rassemblé. En effet, si l’usine des Gargates regroupait 14 métiers mécaniques, 40 métiers à bras étaient installés dans les dépendances de la résidence patronale de Saint-André-le-Haut qui accueillait également le magasin des laines. Enfin, près de 80 métiers à armures étaient dispersés en ville au domicile des tisseurs travaillant en permanence pour le compte de Bouvier frères257.

  • 258 P. Blanc, 1869, p. 26.

195Paulin Blanc a dressé un bilan très critique de l’organisation du travail qui prévalait à Vienne à la fin de l’Empire : « La division si commode du travail dans la fabrication des draps est un système peu rémunérateur. Le perpétuel va-et-vient des laines et des pièces absorbe un temps précieux, facilite les détournements, divulgue le secret des dessins de nouveautés, et nuit à l’harmonie des opérations successives ». Aussi, puisque les « manufactures complètes » étaient « au-dessus des ressources locales », émettait-il le vœu que « les fabricants joignent au moins leurs efforts et qu’ils imitent le plus possible, par une entente solidaire, les maisons colossales dans lesquelles la main-d’œuvre est réduite à sa dernière limite »258.

Les limites du processus de concentration

  • 259 BMCCV, juin 1910, no 6.
  • 260 P. Léon, 1954, p. 675 et C. Châtain, 1925, p. 63. Jusqu’en 1895, la statistique industrielle fourni (...)

196Après 1870, « les conditions de marché (ont obligé) les fabricants à créer une organisation du travail plus rationnelle et plus économique »259. Le mouvement de concentration a réduit tout ensemble le nombre des fabricants et celui des façonniers. En ce qui concerne les fabricants, le recul a été de grande ampleur : 162 en 1857, 120 en 1869, 80 en 1873 et une trentaine tout au plus en 1914260. Parallèlement, le travail à façon a vu son importance se réduire beaucoup parce que, d’après un rapport de 1890, les fabricants qui s’équipaient mécaniquement regroupaient, autour du tissage, un nombre croissant d’opérations (triage, épluchage, filature, retordage, ourdissage, rentrayage, épincetage) dans leurs ateliers.

  • 261 Banque de France, succursale de Vienne, 1906 et 1907.
  • 262 C. Châtain, 1925, p. 63-64.
  • 263 F. Frenay, 1972, p. 1-2.
  • 264 P. Bodin, 2000, p. 194.
  • 265 Banque de France, succursale de Vienne, 1906 et 1907.

197Néanmoins, les limites du mouvement de concentration apparaissent clairement. D’une part, tous les petits fabricants n’ont pas disparu. C’est ainsi, par exemple, qu’en 1907, l’inspecteur de la Banque de France signalait le cas, nullement exceptionnel, du tisseur Piandolini dont le matériel était évalué à 10 000 F et à propos duquel il déclarait qu’il « inspire confiance pour un petit crédit ». Qui plus est, des petits fabricants créaient sans cesse de nouvelles sociétés. C’est le cas, par exemple, de la société Varnoud et Vasserot-Merle, montée en 1906 pour fabriquer des draps pour automobiles, dont le capital ne dépassait pas 20 000 F et dont les associés n’avaient que « peu de ressources en dehors de leurs apports »261. Beaucoup de fabricants ne possédaient pas une véritable usine ou ne procédaient pas eux-mêmes à toutes les opérations. Aussi le recours au travail à façon demeurait-il absolument indispensable. C’est pourquoi, par exemple, des 17 filateurs à façon de 1869, il en restait encore 10 en 1909262. D’autre part, l’intégration de toutes les opérations n’aboutissait pas toujours à leur réunion dans une seule usine. Chez Frenay frères, par exemple, la production a été répartie jusqu’en 1905 entre trois sites : l’usine de Saint-Martin qui abritait les bureaux, une partie du tissage et les apprêts ; des locaux loués à Pont-Evêque où étaient implantés un atelier de tissage, la préparation et le foulon ; et l’atelier d’impression installé dans l’ancien couvent des Carmes263. C’était également le cas de la société Pascal-Valluit qui, à une première usine construite en 1860, en a ajouté une seconde en 1870, avant de faire l’acquisition en 1917 de l’usine Béchelienne qui appartenait aux Bonnier, les trois unités de production, pourtant situées sur le même site, demeurant indépendantes jusqu’en 1935.264 Enfin, les grands établissements ne l’étaient qu’à l’échelle de Vienne. C’est ainsi que la maison Bonnier et fils dont le chef était président de la chambre de commerce, possédait « des usines parfaitement aménagées avec du matériel moderne et perfectionné et des immeubles importants ». Mais la valeur des immobilisations s’élevait seulement à 1 MF et le chiffre d’affaires oscillait entre 1,5 et 2 MF. Vaganay frères, autre entreprise importante de la place avec 4 à 500 ouvriers, alignait un matériel estimé à 250 000 F et vendait annuellement pour 2 MF de tissus265.

198Si malgré ses inconvénients, ce système s’est maintenu, c’est bien sûr parce qu’il offrait deux avantages essentiels. En premier lieu, dans une ville où les industriels ne disposaient pas de ressources très considérables, le fractionnement de la production permettait de limiter l’importance des immobilisations et de répartir les risques ; de l’autre, il donnait à la fabrique une grande souplesse d’adaptation et, en provoquant l’émulation, stimulait l’activité créatrice.

  • 266 P. Bodin, 2000, p. 115.
  • 267 Selon Ardouin-Dumazet, 1904, p. 240, son champ d’action était assez large : indemnité d’accouchemen (...)
  • 268 P. Bodin, 2000, p. 115.

199Il convient d’ailleurs de souligner que cette organisation de la production reposant sur une division très large du travail entre les entreprises n’a pu correctement fonctionner que parce qu’a prévalu une organisation très souple du marché du travail. C’est l’explication de la passivité du patronat viennois en matière de politique sociale266, la chambre syndicale se contentant de créer, en 1894, une Mutualité maternelle267 qui menait une politique résolument nataliste qui avait pour objectif la reproduction de la main-d’œuvre. Ce qui était indispensable dans un petit centre industriel isolé. En revanche, et à l’exception des Etablissements Pascal Valluit qui ont créé de nombreuses œuvres sociales (logements, coopérative, crèche, dispensaire…)268, les fabricants viennois n’ont pas mis sur pied d’institutions paternalistes, collectives ou à l’échelle de leurs entreprises, qui auraient eu pour conséquence de rigidifier la gestion de la main-d’œuvre et d’élever le coût du travail.

Une forme originale de travail à façon

  • 269 G. Sayet, 1912, p. 312 ; C. Châtain, 1925, p. 63.

200Au demeurant, le mouvement de concentration a pris une forme originale qui, loin de faire disparaître le travail à façon, l’a organisé sur une échelle plus large en lui donnant des moyens plus puissants. En effet, les fabricants ne disposant pas des ressources nécessaires pour réunir dans leurs ateliers toutes les opérations de la draperie, se sont associés pour monter en commun des ateliers plus importants et très modernes faisant à façon les apprêts, la filature, l’effilochage et même le tissage. Organisés en sociétés anonymes, ces établissements étaient placés sous le contrôle direct des fabricants qu’elles groupaient269.

201Le rapport d’inspection de la succursale de Vienne de la Banque de France en donne deux exemples dans la filature : la Société Anonyme de Filature, créée en 1905 pour vingt ans avec un capital de 210 000 F, et la Société Viennoise de Filature fondée en 1906, également pour vingt ans, avec un capital de 200 000 F. Et de faire cette remarque de portée générale à propos des conséquences de la création de ces sociétés de « façonnage » collectif :

  • 270 Banque de France, succursale de Vienne, 1907.

« Il est à craindre que les filateurs se trouvent très gênés par ces créations qui vont leur enlever une part importante de leur clientèle ; et on peut se demander quels débouchés ils trouveront pour leurs produits car il est probable que même les petits fabricants trouveront avantage à s’approvisionner dans les nouvelles filatures »270.

  • 271 F. Frenay, 1972, p. 3-4.

202Prenons l’exemple de la Société Anonyme de Filature. C’est la maison Frenay qui se trouve à l’origine de sa création. En augmentant ses moyens de tissage, elle avait développé dans les mêmes proportions ses besoins en fils que, dans cette période de grande activité pour l’industrie viennoise, les filateurs à façon n’arrivaient pas à satisfaire. Aussi la société Frenay s’est-elle entendue avec la maison Seguin fils aîné pour créer une filature qui lui réserverait les deux tiers de sa production. Montée sous la forme de société anonyme, elle avait fait appel à des capitaux viennois. Construite par Frenay et Seguin sur un terrain appartenant à cette dernière et louée à la Société Anonyme de Filature, l’usine qui disposait de cinq assortiments de cardes et de 14 renvideurs (5 000 broches), avait une capacité de production de 2 à 2,5 t de fils par jour271.

Des fabricants dépendants de leurs clients

  • 272 Ardouin-Dumazet, 1911, p. 238.
  • 273 F. Frenay, 1972, p. 5 et 10.

203Si les maisons les plus importantes vendaient directement leurs tissus, la plupart des industriels n’étaient pas maîtres de leurs débouchés puisqu’ils travaillaient pour des commissionnaires en draperie qui absorbaient toute leur production. Une douzaine de petits fabricants s’étaient d’ailleurs groupés « autour d’une maison de commission qui centralisait toutes les affaires » et dont le chiffre d’affaires annuel s’élevait à 12 MF au début du siècle272. C’était aussi le sort de Frenay frères, pourtant une des plus importantes sociétés de la place, dont la maison de gros Garon était devenue le seul client, ce qui, certes, la dispensait d’avoir sa propre organisation commerciale mais la mettait dans l’étroite dépendance de son unique client qui, de plus, la commanditait : « Dans la période précédant 1914, Garon pousse à des installations de matériel toujours plus importantes, qu’il finance, servant en un mot de banquier à Frenay. Dans ces conditions, la situation de Frenay, quoique prospère, dépend beaucoup trop de Garon ». Du reste, le lâchage de Garon en 1919-1920 a montré tout ce que cette situation avait d’inconfortable et de dangereux273.

Conclusion

204La situation de Vienne par rapport aux autres centres de cardé est originale puisque les années 1900 y ont été marquées à la fois par l’accroissement de la production et des ventes et l’extension de l’outil de production. L’explication de cette situation ne semble pas devoir être recherchée du côté des combinaisons productives puisque, sous ce rapport, il n’y a pas de différences essentielles avec les autres centres de cardé où l’organisation de la production est également caractérisée par la dispersion des entreprises, la circulation du tissu entre un grand nombre de producteurs et l’importance du travail à façon. Dès lors, si ses fabricants ont réussi à conquérir un avantage durable par rapport à leurs concurrents et à pérenniser le « drap de Vienne », c’est grâce à une heureuse spécialisation : c’est en restant fidèles à leur choix initial, le « vêtement pour prolétaire », qu’ils ont élaboré des tissus bien adaptés à la fois à l’extension de la consommation populaire et au développement de la confection. L’innovation la plus décisive, toutefois, se situe au niveau de la matière première avec l’emploi de la laine renaissance qui leur a permis de réduire la part du coût matière dans le produit. Il est remarquable, en effet, que, à la différence de ceux des vieilles villes de manufacture comme Elbeuf ou Sedan, les fabricants viennois n’avaient aucun préjugé en matière de « qualité » et de « bon goût ». Aussi étaient-ils prêts à toutes les innovations.

205La meilleure santé de Vienne par rapport aux autres centres de cardé français ne doit pas, pourtant, nous dissimuler le décrochement très net de la croissance viennoise par rapport au mouvement de la production lainière nationale : en effet, le chiffre d’affaires des tissages viennois augmente seulement de 25 % quand celui des principaux centres lainiers progresse de 62,4 %. Si la draperie viennoise n’a pas participé plus activement à la croissance nationale, c’est pour trois raisons complémentaires : en premier lieu, elle est restée presque complètement étrangère au grand courant en faveur du peigné ; en second lieu, trop petites, sous-capitalisées, dispersées, dépendantes des façonniers, ses entreprises ne disposaient pas des ressources nécessaires pour développer plus largement la production et, enfin dépendante de sociétés de négoce extérieures, elle ne maîtrisait pas ses débouchés.

Notes

1 G. Gayot, 1998, p. 25-46, 356, 330-333, 431, 434, 441-442.

2 G. Gayot, 1998, p. 179.

3 C. Fohlen, 1956, p. 179.

4 C. Fohlen, 1956, p. 178, et B. Lassaux, 1992, p. 33-36.

5 G. Gayot, 1986, p. 105.

6 AN, C 7320, Enquête textile, 1904, et B. Lassaux, 1992, p. 33-36.

7 Les éléments de l’analyse qui suit sont empruntés à B. Lassaux, 2000, p. 69-82

8 ACS, F 60, Dénombrement de l’industrie manufacturière, 1860.

9 G. Gayot, B. Lassaux, 1997, p. 508-512.

10 ADA, F 60, Ville de Sedan, Situation industrielle, 2e trimestre 1880 ; H. Rouy, 1909, p. 108 et 113 ; G. A. Lepage, 1956, p. 31-38 ; USPITS, 1924.

11 S. Verry, 1954, p. 54.

12 ACS, F 60, Renseignements concernant les signataires de la pétition.

13 ADA, 10 R 171.

14 B. Lassaux, 1994, p. 127-130, et H. Manceau, 1961, p. 24.

15 H. Rouy, 1909, p. 113. AN, C 7320, Enquête textile, 1904 ; L’industrie en France occupée, p. 126.

16 B. Lassaux, 1992, p. 33-36.

17 Le Monde Illustré, 20 août 1922.

18 ADA, 10 R 120, 171 et 121.

19 C. Fohlen, 1956, p. 178.

20 E. Hupin, 1893, p. 278-279.

21 L’industrie en France occupée, p. 126, et ADA, 1 J 465.

22 L’industrie en France occupée, p. 126.

23 E. Lefèvre, 1906, p. 241-242 ; Le Monde Illustré, 20 août 1922 ; AN, C 7318 et archives du Crédit National, Dossier de prêt de la SA des Usines de l’Espérance, 1921.

24 Enquête parlementaire sur le régime économique, 1870, T. 2, p. 121, déposition de Varinet.

25 AN, C 3333, Enquête parlementaire sur la situation des ouvriers, 1885.

26 Pour le récit de la grève, cf. B. Lassaux, 1992, p. 176-189. Pour le point de vue du patronat, cf. H. Rouy qui s’en fait le porte-parole dans « Grève des tisseurs à Sedan (mars-mai 1891) », in Souvenirs Sedanais, sd., p. 65-74.

27 Quoiqu’il s’applique à toute la région de Sedan et non à son seul arrondissement, le nombre de 4 997 métiers donné par l’enquête allemande pour 1914 paraît très surestimé. Cf. L’industrie en France occupée, Tableau no 46.

28 AN, C 7320, Enquête textile, 1904, et B. Lassaux, 1992, p. 44 et 62, qui a utilisé les statistiques de la chambre de commerce publiées dans L’Écho des Ardennes.

29 Ardouin-Dumazet, 1904, p. 320.

30 Citation de J. B. Clément (L’Emancipation, 13 avril 1890), reproduite dans B. Lassaux, 1992, p. 20.

31 Enquête. Traité de commerce avec l’Angleterre. Industries textiles, T. 3, 1860, p. 159 et 173.

32 E. Hupin, 1893-1895, p. 278-279.

33 J. Levain et alii, 1983, p. 83.

34 L’Écho des Ardennes, 16 avril 1891, cité par B. Lassaux, 1992, p. 46.

35 J. P. Chaline, 1979, p. 609-611.

36 B. Lassaux, 1994, p. 100-101.

37 H. Manceau, 1961, p. 23-24.

38 B. Lassaux, 1992, p. 112.

39 AN, C 3334.

40 AN, C 7319, Enquête textile, 1904.

41 AN, C 7319, Enquête textile, 1904.

42 Banque de France, succursale de Sedan, 1882.

43 H. Rouy, Souvenirs sedanais, sd., p. 117-118.

44 L’industrie en France occupée, p. 36.

45 L’industrie en France occupée, Tableau no 48.

46 AN, C 7320, Enquête textile, 1904.

47 B. Lassaux, 1992, p. 111 et 189.

48 B. Lassaux, 1992, p. 111-112.

49 Ardouin-Dumazet, 1904, p. 322.

50 B. Lassaux, 1992, p. 24-25, 29 et 26.

51 Sur les œuvres d’assistance et de prévoyance créées à Sedan, cf. B. Lassaux, 1992, p. 114-136 ; Ardouin-Dumazet, 1904, p. 327 ; et H. Rollet, 1947, p. 528.

52 E. Lefèvre, 1912, p. 297.

53 G. Gayot, 1998, p. 442.

54 USPITS, 1924.

55 L. Reybaud, 1867, p. 76.

56 L. Reybaud, 1867, p. 77-78.

57 L. Reybaud, 1867, p. 76-77.

58 Enquête, 1870, p. 121.

59 Enquête, 1870, p. 127.

60 Enquête, 1870, p. 128.

61 Enquête, 1870, p. 127.

62 Ardouin-Dumazet, 1904, p. 325.

63 Ardouin-Dumazet, 1904, p. 325.

64 Banque de France, succursale de Sedan, 1913.

65 Ardouin-Dumazet, 1904, p. 325 ; E. Lefèvre, 1906, p. 238.

66 Archives du Crédit National, Dossier de prêt de la société E. Henrion, 1921.

67 Banque de France, succursale de Sedan, 1913 ; L’industrie en France occupée, p. 127.

68 L’industrie en France occupée, Tableau no 47.

69 Ardouin-Dumazet, 1904, p. 325.

70 Cité par E. Lefèvre, 1906, p. 240.

71 Banque de France, succursale de Sedan, 1913.

72 Rapport de 1903 cité par E. Lefèvre, 1906, p. 240.

73 Rapport cité par E. Lefèvre, 1906, p. 240.

74 Cité d’après H. Rouy, 1909, p. 115-116.

75 E. Hamaïde, 1989, p. 30.

76 B. Lassaux, 1994, p. 11.

77 L’Écho des Ardennes, 26 septembre 1889 et 18 septembre 1895, cité par B. Lassaux, 1994, p. 11.

78 B. Lassaux, 1994, p. 11.

79 G. Gayot, 1998, p. 466. La citation est extraite de Enquête. Traité de commerce avec l’Angleterre, p. 125-127.

80 L’industrie en France occupée, p. 126.

81 L’industrie en France occupée, p. 126.

82 Les fabricants se plaignaient d’ailleurs de devoir travailler dans des conditions peu rémunératrices en raison des mauvaises liaisons ferroviaires de leur ville avec les principaux centres de fabrique qui leur « (rendaient) la lutte plus difficile à soutenir », cf. Enquête sur l’état de l’industrie textile, 1906, p. 127-129.

83 Voir les dépositions de Montagnac et Cunin-Gridaine lors de l’enquête de 1860. Cf. Enquête, 1860, p. 159 et 173.

84 L’industrie en France occupée, p. 147-148 et 142.

85 B. Lassaux, 1994, p. 53.

86 H. Rouy, 1909, p. 119-120.

87 A handbook for travellers in France, 1864.

88 L. Reybaud, 1867, p. 67.

89 F. Concato, P. Largesse, 1992, p. 409.

90 M. Alcan, 1866, T. 1, p. 195.

91 T. Chennevière, 1843 p. 496 ; F. Concato, 1987, p. 65-67 ; A. Becchia, 2000, p. 501-512.

92 Voir sa notice biographique in D. Barjot, 1991.

93 A. Becchia, 2000, p. 508-509.

94 M. Bourdon, 1843, p. 392.

95 A. Becchia, 2000, p. 511.

96 F. Concato, P. Largesse, 1991, p. 79 et 110, et L. Reybaud, 1867, p. 307.

97 ADSM, F 229, Notice historique de la Ville d’Elbeuf, 1844 ; Enquête, 1870, T. 2, déposition de Flavigny.

98 J. Turgan, 1865, T. 5, p. 130.

99 A. Becchia, 2000, p. 510.

100 Rapport cité d’après A. Becchia, 2000, p. 556.

101 AN, BB 30 390, Rapport du procureur général de Rouen, 7 février 1870.

102 Enquête, 1870, p. 41.

103 J. Levain et alii, 1983, p. 80.

104 Enquête, 1870, p. 44.

105 Le rapport de P. Aubé est cité d’après A. Becchia, 2000, p. 626-627.

106 ADSM, 10 M 6. Ce chiffre fourni par le préfet lors de l’enquête sur les conditions de travail en France exclut bien sûr les tisserands ruraux des plateaux de l’Eure dont aucune source ne se risque à évaluer l’effectif.

107 Enquête, 1860, p. 41-44, 45-66, 66-91, 123 et 129-157, ainsi que Enquête, 1870, p. 46-51 et annexes statistiques.

108 L. Bergeron, 1972, p. 76-77.

109 Enquête, 1870, annexes statistiques.

110 ADSM, 10 M 29.

111 Enquête, 1870, p. 47 et 90-91.

112 Enquête, 1870, p. 48.

113 ADSM, 9 AIP 1 et L. Reybaud, 1867, p. 60.

114 Journal d’Elbeuf, 3 mai 1864 ; AN, BB 30 889 et 387 ; M. Boivin, 1989, p. 169, 255-256 et 264 ; A. Becchia, 2000, p. 601-602.

115 L. Reybaud, 1867, p. 60.

116 L’Industriel Elbeuvien, 11 septembre et 1er novembre 1872 ; L. Reybaud, 1867, p. 60-62.

117 A. Becchia, 2000, p. 539-550.

118 M. Alcan, 1866, T. 2, p. 413 et 417-422.

119 ADSM, 9 M 9.

120 A chaque changement de saison, le travail s’arrêtait plus ou moins longtemps, selon la vitalité des affaires, pour essayer les nouveaux modèles et monter les métiers.

121 Enquête, 1860, p. 129.

122 Enquête, 1860, p. 129 et J. Turgan, 1865, p. 65-128.

123 Enquête, 1870, p. 43.

124 J. Turgan, 1865, p. 65-66.

125 ADSM, 10 M 29.

126 Enquête, 1860, p. 43.

127 Enquête, 1870, p. 43 et annexe statistique.

128 Enquête, 1870, p. 43 et 50.

129 D. Barjot, 1991, p. 18.

130 A. Becchia, 2000, p. 697. J’ai emprunté à cet ouvrage qui propose une bonne synthèse des recherches locales, p. 692-743, l’essentiel des éléments de l’analyse qui suit.

131 M. Boivin, 1989, p. 41.

132 J. Turgan, 1865, p. 71.

133 L’enquête du géographe H. Elhai (1965) révèle l’importance considérable de ces possessions foncières. Parmi les gros patrimoines fonciers se distingue notamment celui que les Flavigny ont patiemment constitué à Boscherville, si bien que le préfet peut les décrire comme des « manufacturiers-propriétaires », aussi attachés à la terre qu’à l’usine. Cf. L. Bergeron, 1978, p. 48-49.

134 J. C. Daumas, 1997 (3), p. 185-202.

135 J. C. Daumas, 1999, p. 146-147.

136 J. C. Daumas, 1999, p. 179-183.

137 J. C. Daumas, 1999, p. 190-191.

138 J. C. Daumas, 1999, p. 201-289.

139 Sur Fraenckel-Herzog, cf. les témoignages d’A. Maurois (pseudonyme d’Emile Herzog qui a été un des dirigeants de cette société), 1970, et de J. R. Bloch (qui a épousé Marguerite Herzog, une des sœurs d’Emile), 1917, rééd., 1947.

140 ADSM, 77 J 106 à 114.

141 J. C. Daumas, 1999, p. 194-200.

142 Acte de société du 8 juin 1871, Archives A. Blin.

143 J. C. Daumas, 1995 (1), p. 130-148, et 1995 (2) p. 21-57.

144 A. Maurois, 1970, p. 23. Fils d’Ernest Herzog, Émile Herzog, alias André Maurois, a été directeur du tissage dans l’établissement de ses cousins Fraenckel de la fin du XIXe siècle jusqu’au début des années vingt.

145 En 1912, George Blin qui venait à peine de commencer son stage dans une maison amie de Roubaix, préféra renoncer à travailler dans l’entreprise familiale pour entrer chez un marchand de perles où on lui offrait une position intéressante. C’était la première fois – et, dans toute l’histoire de l’entreprise, la seule – que le fils d’un associé ne prenait pas la suite de son père. Certes, la situation extrêmement difficile de la société dont l’avenir était alors bien aléatoire et la mésentente qui minait les relations familiales peuvent expliquer cette décision si contraire à toute la tradition de Blin. Néanmoins, la famille en éprouva « un très vif chagrin » : c’était pour tous une trahison insupportable. ADSM, 77 J 281.

146 Archives A. Blin.

147 A. Maurois, 1970, p. 22-23.

148 A. Maurois, 1926.

149 Blin, Fraenckel et les autres. Généalogie montante et descendante de Moyse Blin. Les Descendants de Moyse Blin, 2e édition révisée, 1989.

150 J. C. Daumas, 1999, p. 183, 239-240 et 243.

151 M. Hau, 1987, et 1998, p. 295-324.

152 J. C. Daumas, 1993, p. 209-253.

153 J. C. Daumas, 1999, p. 271-275.

154 ADSM, 4 X 228, 252, 256, 258 et 259, Sociétés de secours mutuels d’Elbeuf.

155 ADSM, 9 AIP 2 et 3.

156 Jusqu’à la fin du siècle, les données sur la main-d’œuvre proviennent des rapports trimestriels de la chambre de commerce d’Elbeuf, ADSM, 6 1067, 1110 et 1116, et de son bulletin annuel, 9 AIP 2 et 3. Pour 1904, on a utilisé sa réponse à l’enquête parlementaire sur l’industrie textile de 1904, ADSM, 9 M 9.

157 ADSM, 9 AIP 3.

158 ADSM, 6 M 217, 269, 270, 284, 319, 397, 398, 475, 476, 532, 533 et 611 pour les recensements et, pour 1914, ADSM, 8 M 234, Situation annuelle des Chambres et Bourses du Commerce de 1886 à 1919.

159 ADSM, 9 AIP 3.

160 ADSM, 10 M 6.

161 ADSM, 9 AIP 2 et 3.

162 Exposition Universelle de 1900, 1902, p. 483-485.

163 E. Blin, 1883, p. 31.

164 ADSM, 10 M 29.

165 ADSM, 10 M 112.

166 G. Sayet, 1912, T. 2, p 309.

167 ADSM, 9 AIP 3.

168 ADSM, 9 AIP 3.

169 AN, C 7320, Enquête sur l’état de l’industrie textile, 1904.

170 ADSM, 9 M 9.

171 E. Lefèvre, 1906, p. 275 ; J. Loup, 1910, p. 222, et ADSM, 9 M 9, Chambre de commerce d’Elbeuf, Réponse au questionnaire…, 1904, p. 24.

172 ADSM, 9 M 9, Réponse au questionnaire., p. 24.

173 L’Elbeuvien, 25 juillet 1887.

174 L’Elbeuvien, 13 avril 1886.

175 Banque de France, succursale d’Elbeuf, 1900.

176 ADSM, 2 PP 114, Valeur locative des usines, 1889.

177 A. Becchia, 2000, p. 583.

178 ADSM, 10 M 29.

179 ADSM, 9 M 9.

180 ADSM, 9 AIP 3.

181 ADSM, 6 M 9, et J. Loup, 1910, p. 242.

182 ADSM, 9 AIP 3, 1914.

183 P. Largesse, 1983, p. 54.

184 ADSM, 9 AIP 3, 1912.

185 Lettre d’Ernest Blin, 12 janvier 1913, Archives A. Blin.

186 ADSM, 9 AIP 3.

187 L’Elbeuvien, 28 avril 1885 ; ADSM, 4 U 2312 et 2313 ainsi que 9 AIP 1 et 2 ; F. Concato, 1987, p. 69-71.

188 Étoffe légère, souple et douce au toucher faite avec de la laine des moutons de race cheviotte.

189 AN, F 12 6886, Tissus de laine, 1830-1919. Production en 1891.

190 ADSM, 9 AIP 2, 1889.

191 ADSM, 77 J 19, 26 et 34.

192 C. H. Johnson, 1995, chap. 8 et 9.

193 Les développements qui suivent s’appuient sur les CRTCCE, 1887, 1889, 1893, 1894, 1895, 1896, 1902, 1905 et 1912.

194 ADSM, 77J 474, Comptes rendus des réunions du comité d’explorations commerciales.

195 ADSM, 9 M 9, Enquête…, p. 31.

196 Pour l’analyse détaillée de la crise, cf. J. C. Daumas, 1999, p. 290-309.

197 ADSM, 77 J 322.

198 Archives A. Blin, Lettre d’Ernest Blin, 11 mai 1914.

199 Sauf indication contraire, la matière des analyses qui suivent est empruntée à F. Concato, P. Largesse, 2001, p. 103-133.

200 G. Gayot, 1998, p. 469.

201 L’Industriel Elbeuvien, 17 janvier et 10 février 1877.

202 Ardouin-Dumazet, 1896, p. 312.

203 F. Concato, P. Largesse, 2001, p. 179-180.

204 F. Concato, P. Largesse, 2001, p. 103.

205 BTSIE, 1887, no 1, p. 11.

206 P. Léon, 1954, p. 627.

207 G. Sayet, 1912, p. 312.

208 P. Bodin, 2000, p. 108 et 110.

209 P. Blanc, 1869, p. 23-24 et C. Châtain, 1925, p. 45.

210 Y. Lequin, 1977, p. 60.

211 P. Blanc, 1869, p. 4, 7-9 et 23-24.

212 C. Châtain, 1925, p. 65.

213 Y. Lequin, 1977, p. 20.

214 Cité dans C. Châtain, 1925, p. 33.

215 P. Blanc, 1869, p. 23.

216 C. Châtain, 1925, p. 46.

217 Cité dans E. Lefèvre, 1906, p. 316.

218 P. Blanc, 1869, p. 118.

219 P. Bodin, 1996, p. 190-191.

220 C. Châtain, 1925, p. 32-33, et F. Frenay, 1972, p. 5.

221 C. Châtain, 1925, p. 35.

222 BMCCV, août 1909, no 8.

223 BMCCV, juin 1910, no 6.

224 C. Châtain, 1925, p. 35-36.

225 G. Sayet, 1912, p. 315-316.

226 Ardouin-Dumazet, 1911, p. 237.

227 P. Blanc, 1869, p. 7.

228 F. Frenay, 1972, p. 5.

229 J. d’Urbal, 1911, p. 119 ; C. Châtain, 1925, p. 45.

230 BMCCV no 6, juin 1911 et no 7-8, juillet-août 1914.

231 Y. Lequin, 1977, p. 93.

232 Y. Lequin, 1977, p. 20.

233 Y. Lequin, 1977, p. 40.

234 P. Blanc, 1869, p. 20.

235 P. Léon, 1954, p. 627.

236 P. Blanc, 1869, p. 20, 79 et 107 ; P. Léon, 1954, p. 506-507.

237 C. Châtain, 1925, p. 41.

238 BMCCV, juin 1910, no 6.

239 F. Frenay, 1972, p. 3.

240 P. Bodin, 2000, p. 114.

241 C. Châtain, 1925, p. 44-45 ; E. Lefèvre, 1906, p. 298-299 ; G. Sayet, 1912, p. 298-299.

242 ADI, 138 M 16 ; J. d’Urbal, 1911, p. 238-239 ; Y. Lequin, 1977, p. 147, 321 et 406.

243 ADI, 138 M 16 et Y. Lequin, 1977, p. 147.

244 J. d’Urbal, 1911, p. 238-239 ; Y. Lequin, 1977, p. 147 et ADI, 138 M 16.

245 J. d’Urbal, 1911, p. 198 et 231 ; M. Ratto, 1982, p. 20 et sq.

246 L’indicateur retenu est évidemment grossier puisque la production a été divisée par le nombre d’ouvriers, ce qui donne 162,5 kg de tissus par ouvrier en 1869 et 914,4 kg en 1910. Le chiffre de la production fourni par le BMCCV, juin 1911, no 6, est un peu supérieur (4 730 t) à celui procuré par Y. Lequin, 1977, p. 93.

247 C. Châtain, 1925, p. 44-45 et 70.

248 P. Bodin, 2000, p. 112.

249 Y. Lequin, 1977, p. 61 et ADI, 138 M 12, Statistique industrielle, 1869.

250 P. Léon, 1954, p. 675.

251 BMCCV, juin 1910, no 6. Voir aussi ADI, 138 M 15.

252 P. Bodin, 2000, p. 107 et 114, et P. Blanc, 1869, p. 14.

253 Cité d’après P. Bodin, 2000, p. 114.

254 P. Blanc, 1869, p. 19-20.

255 P. Blanc, 1869, p. 103-119.

256 Cité d’après P. Bodin, 2000, p. 114.

257 P. Blanc, 1869, p. 109.

258 P. Blanc, 1869, p. 26.

259 BMCCV, juin 1910, no 6.

260 P. Léon, 1954, p. 675 et C. Châtain, 1925, p. 63. Jusqu’en 1895, la statistique industrielle fournit des chiffres sensiblement plus élevés mais l’évolution est cependant pareillement orientée à la baisse. ADI, 138 M 12 et 16.

261 Banque de France, succursale de Vienne, 1906 et 1907.

262 C. Châtain, 1925, p. 63-64.

263 F. Frenay, 1972, p. 1-2.

264 P. Bodin, 2000, p. 194.

265 Banque de France, succursale de Vienne, 1906 et 1907.

266 P. Bodin, 2000, p. 115.

267 Selon Ardouin-Dumazet, 1904, p. 240, son champ d’action était assez large : indemnité d’accouchement, prime d’allaitement, consultations médicales gratuites pendant la grossesse et après l’accouchement, distribution de layette, livret d’encouragement à l’épargne, consultations des nourrissons, goutte de lait, crèche, bains-douches, et distribution de médicaments et de bons de viande.

268 P. Bodin, 2000, p. 115.

269 G. Sayet, 1912, p. 312 ; C. Châtain, 1925, p. 63.

270 Banque de France, succursale de Vienne, 1907.

271 F. Frenay, 1972, p. 3-4.

272 Ardouin-Dumazet, 1911, p. 238.

273 F. Frenay, 1972, p. 5 et 10.

Table des illustrations

Titre Graphique 5. Évolution du chiffre d’affaires de Sedan (MF), 1803-1912
Crédits Sources : B. Lassaux, L’Industrie textile et la vie ouvrière dans le pays sedanais de 1870 à 1914 ; H. Rouy, Mélanges (Troisième série) ; E. Lefèvre, Histoire économique de la laine ; Ministère du commerce, Evaluation de la production (...).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/52974/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique 6. Ëvolution des ventes de la draperie elbeuvienne (MF), 1869-1913
Crédits Sources : ADSM, 9 AIP 1, 2 et 3, Compte rendu des Travaux de la Chambre de commerce d'Elbeuf.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/52974/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 5. Évolution de la draperie elbeuvienne, 1869-1913
Légende * Dans la colonne 1883 les chiffres sont ceux de 1884 ; en 1886 de 1887, en 1901 de 1900.
Crédits Sources : Enquête parlementaire sur le régime économique, 1870 et ADSM, 9 AIP 2 et 3 ; Compte rendu des Travaux de la Chambre de commerce d’Elbeuf, 1883, 1886, 1892, 1895, 1901, 1905 et 1914.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/52974/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540