Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Former des écrivants

 | 
Rozenn Guibert

Quatrième partie. (Faire) écrire et réécrire

(Faire) écrire et réécrire

Texte intégral

« Cadres et consignes qui en effet permettent seuls d’évaluer les écarts, les transgressions, les prises de liberté […] »
Efel, 1992

« Le sujet s’enrichit autant qu’il se contraint. »
Vigarello, 1996

« Le mot “jeu”, en français, désigne :
(1) un ensemble, une structure (jeu de clés, de fiches, etc.) ;
(2) une activité sans finalité pratique, régie par des règles ;
(3) l’idée de marge de manœuvre, de latitude, de liberté, de facilité ;
(4) une activité régulière (jeu des muscles, d’un ressort) ;
(5) un divertissement, l’idée de gratuité. »
Yaguello, 1981

1Nous avons précisé dans la première partie que les principes des ateliers d’écriture sont plus importants que les « appareillages ». Le format des séances n’est donc pas immuable ; il peut évoluer. Dans nos ateliers d’écriture de textes fonctionnels, les premières séances restent généralement assez proches du déroulement traditionnel des ateliers d’écriture de textes littéraires. Ensuite, les modalités du (re)travail des textes sont adaptées en fonction des contextes de formation, tels que nous venons de les analyser. Pour écrire en situation, de nouvelles démarches ont été inventées.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540