Version classiqueVersion mobile

Former des écrivants

 | 
Rozenn Guibert

Deuxième partie. Trois dimensions de l'écriture

Chapitre 8. Des notions transversales

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous avons découpé notre objet, pour étudier successivement chacune des trois dimensions habituellement défalquées des représentations. En effet, « dès qu’on a affaire à des approches impliquées parce qu’utilitaires, à des pratiques finalisées à des visées praxéologiques d’optimisation ou de changement, une certaine intelligence multiréférentielle des données s’impose » (Ardoino, 1996, 24). Reste maintenant à réarticuler notre découpage. Deux notions transversales permettent « d’établir de nouveaux rapports entre ce qui a été disjoint et repéré comme distinct » : celle de genre et celle d’identités.

Genres discursifs

La notion de genre n’est pas prise en compte par Compagnon (1998), il le souligne lui-même à différentes reprises et en particulier en conclusion. Cette notion est pour nous fondamentale. Retenons ici la définition particulièrement claire de Hymes, qui mêle textes littéraires et textes fonctionnels et définit les rituels sociolangagiers de façon simple – par la formulatio...

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search