Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Former des écrivants

 | 
Rozenn Guibert

Deuxième partie. Trois dimensions de l'écriture

Chapitre 8. Des notions transversales

Texte intégral

1Nous avons découpé notre objet, pour étudier successivement chacune des trois dimensions habituellement défalquées des représentations. En effet, « dès qu’on a affaire à des approches impliquées parce qu’utilitaires, à des pratiques finalisées à des visées praxéologiques d’optimisation ou de changement, une certaine intelligence multiréférentielle des données s’impose » (Ardoino, 1996, 24). Reste maintenant à réarticuler notre découpage. Deux notions transversales permettent « d’établir de nouveaux rapports entre ce qui a été disjoint et repéré comme distinct » : celle de genre et celle d’identités.

Genres discursifs

2La notion de genre n’est pas prise en compte par Compagnon (1998), il le souligne lui-même à différentes reprises et en particulier en conclusion. Cette notion est pour nous fondamentale. Retenons ici la définition particulièrement claire de Hymes, qui mêle textes littéraires et textes fonctionnels et définit les rituels sociolangagiers de façon simple – par la formulation soulignée ci-dessous – :

« Ce mot s’applique aux catégories telles que : poème, mythe, conte, proverbe, devinette, imprécation, prière, discours solennel, conférence, lettre commerciale, éditorial, etc. Sous un certain angle, analyser la parole dans des actes, c’est l’analyser dans des exemples de genre. La notion de genre suppose qu’il est possible d’identifier des caractéristiques formelles qui sont traditionnellement reconnues. » (Hymes, 1980, 145)

3Les deux notions, essentielles dans les ateliers d’écriture de textes fonctionnels, de « genres discursifs » et de « rituels sociolangagiers » sont ici clairement définies : le genre comme une notion commune aux textes littéraires et fonctionnels et les rituels sociolangagiers dans leur double aspect : à la fois formel et traditionnel, ou social, donc nettement communes aux différentes dimensions que nous venons de dégager.

4Nous nous référons à la notion de genre telle que la définit Bakhtine, en évitant, autant que faire se peut, toute attitude normative et toute tentative de classification. Il s’agit plutôt comme le souligne Canvat (1999, 75) de concevoir les genres comme des « constructions historiques et, par conséquent, culturelles ». La notion de genre discursif permet de souligner l’articulation entre l’individuel et le collectif, entre les règles et le jeu sur les règles.

« Tout énoncé pris isolément est, bien entendu, individuel, mais chaque sphère d’utilisation de la langue élabore ses types relativement stables d’énoncés, et c’est ce que nous appelons les genres de discours. » (Bakhtine, 1984, 265)

5Des recherches de plus en plus nombreuses ont été menées sur différents genres discursifs, par exemple ces dernières années, sur les mémoires, qui avaient été négligés pendant bien longtemps. Les discours politiques, les discours des médias et de la publicité, ont été étudiés, les discours professionnels aussi par le groupe Langage et Travail, même les conversations ordinaires, désignées comme genre premier, par Bakhtine en opposition au genre second : « le roman, le théâtre, [donc la littérature, mais aussi] le discours scientifique, le discours idéologique, etc. »

6Les textes intraprofessionnels, tels que nous les avons définis – articles statistiques, rapports d’expertise économique, financière et sociale, mémoires de fin d’études et thèses… – relèvent des discours idéologiques. Ils sont lourds d’enjeux, de stratégies, d’affirmations et de réfutations. Ils constituent des lieux de luttes de positionnement, à travers lesquels leurs auteurs doivent affirmer leur expertise, alors qu’ils ne se sentent pas experts en écriture.

7Pour les formateurs aux écrits professionnels, la notion de genre est à relier étroitement aux situations de communication, aux enjeux et aux stratégies des acteurs. Quand une institution commande une formation, on peut constater que cette commande s’inscrit dans un contexte de changement qui touche de plus ou moins près à la production discursive, et donc de modification des genres, des sous-genres et de leurs rituels. Nous avons pu relever ainsi sur quelques années, par exemple, une accélération et une densification de la politique éditoriale dans une organisation, une remise en cause du format de présentation par quelques-uns dans une autre… Ce que nous nommons à la suite de Charaudeau « rituels sociolangagiers » se rapproche des conventions de tradition (terme proposé par Schaeffer, 1989, 159), plutôt que des conventions constituantes – qui « instituent l’activité qu’elles règlent » – ou des conventions régulatrices - qui « prescrivent des activités futures, mais sans les instituer comme telles ». L’écart par rapport aux conventions ou aux rituels n’est pas un échec, s’il est élaboré de façon stratègique et s’il est adapté aux enjeux d’une activité actuelle par rapport à des activités antérieures. Il ne modifie pas pour autant la convention de tradition, mais élargit la gamme des possibles. « Les conventions de tradition réfèrent une activité actuelle à des activités antérieures proposées comme modèles reproductibles. Elles sélectionnent des régularités dans des activités antérieures en posant leur reproductibilité, mais sans la prescrire : s’écarter d’une convention de tradition revient à la modifier ».

8Les genres discursifs, même s’ils sont précisés en sous-genres sont rarement purs mais plutôt hybrides, par exemple, dans les organisations avec lesquelles nous avons travaillé, les publications statistiques peuvent être analysées en tension entre les textes scientifiques et les textes journalistiques, les rapports des consultants entre les textes spécialisés et la vulgarisation.

9Ne négligeons pas l’intertextualité spécifique des textes intraprofessionnels. Ils s’inscrivent en effet dans une chaîne de discours souvent polémiques. Comme Latour et Fabbri (1977) le montrent en analysant un article scientifique, chaque texte constitue « un coup dans un jeu ». Dans les domaines de la recherche et des études, les sources sont souvent des écrits qui eux-mêmes sont pris dans des enjeux. Les auteurs, pour constituer leur documentation (infratexte et intertexte), recoupent l’information, l’analysent et l’interprètent. En fait, les auteurs des rapports et des articles sont avant tout lecteurs des informations qui leur sont fournies et dans lesquelles une interprétation est installée. Ils doivent aussi vérifier les sources de leurs données, leur exactitude et leur validité. Ils doivent faire une autre lecture des données qui sont déjà triées, sélectionnées, mises en scène, revenir aux toutes premières sources pour les confronter, les analyser ; ils doivent suspecter la bonne foi des documents et des informations qui leur sont fournis. Comme Bayard qui, en remettant en cause les résultats, la démarche et même la raison d’Hercule Poirot, tels que les rapporte Agatha Christie, montre qu’il reste la possibilité d’une autre interprétation.

10La deuxième notion transversale, celle d’identité, peut être précisée sur chacune des dimensions de notre tableau de synthèse.

Identités

11Sur la dernière ligne du tableau (en annexe no 1), je décline les différentes modalités de l’identité psychosociale à prendre en compte. Elle souligne la nécessité de travailler explicitement différentes dimensions de l’identité psychosociale : identité rédactionnelle, identité artisanale et créatrice, identité énonciative, sans oublier les différentes dimensions de l’identité qui ne figurent pas sur ce tableau : l’identité lectorale (qui serait à placer avec l’identité rédactionnelle), l’identité professionnelle (qui dépasse les questions d’écriture), etc.

Fig. 18. Écriture et identités

Représentations sociales du texte

Texte-logorrhée

Texte-reflet

Texte flottant

ce qui est habituellement défalqué par les formés

processus d’écriture

matérialité genre discursif sources de l’écrit

énonciation

focalisation en formation sur

écrit

texte-objet

discours

identité psychosociale

identité rédactionnelle

identité artisanale et créatrice

identité énonciative

12Quand les formés ont l’occasion de découvrir leurs façons d’écrire (Guibert 1995), certains se bornent à constater avec surprise leur diversité, mais d’autres revendiquent leur particularisme. Je propose de nommer « identité rédactionnelle » la représentation de soi comme ayant tendance à adopter avec plus ou moins de régularité et de bonheur telles ou telles façons de faire. Cette identité rédactionnelle est plus ou moins explicite, plus ou moins affirmée, plus ou moins valorisée.

Identité rédactionnelle

13Le schéma qui suit montre comment se constitue l’identité rédactionnelle des scripteurs.

Fig. 19 : Identité rédactionnelle

Fig. 19 : Identité rédactionnelle

14Un scripteur (1) compare ses propres façons de faire (2) pour rédiger un discours (3) aux façons de faire (4) des autres scripteurs (5). Il compare aussi ce qu’il fait (2) dans cette situation de production de discours (3) avec ce qu’il a fait (6) dans d’autres situations (7).

15Nous retrouvons les trois éléments de la définition de l’identité selon Lipianski (1992) :

  • La comparaison avec d’autres, « la comparaison et la distinction sociales sont inhérentes à la notion même d’identité » ;

  • La comparaison avec soi-même, c’est-à-dire « la perception de soi comme identique à soi-même à travers l’espace, le temps et les situations » ;

  • La valeur accordée à la représentation de soi « distincte de celle conférée à autrui ». Chaque comparaison s’assortit plus ou moins explicitement de jugements de valeur.

16Il est important d’insister sur cette notion d’identité rédactionnelle parce qu’elle est habituellement accompagnée de manifestations d’autodévalorisation : les façons de faire qui ne correspondent pas aux représentations dominantes du processus rédactionnel sont considérées comme fautives, même quand elles constituent des tours de main astucieux et efficaces pour pallier les inconvénients inhérents à chaque style de comportement rédactionnel.

Identité artisanale et créatrice

17À partir du moment où nous définissons l’écriture comme bricolage, la part de création est importante aussi, nous l’avons vu, dans les textes fonctionnels, double création d’un objet à partir de l’ajustement progressif d’un projet et de matériaux et d’une affirmation progressive de soi comme écrivant ou comme écrivain.

18La création artistique, littéraire, étant particulièrement valorisée, c’est la réussite dans ce domaine qui peut le mieux restaurer l’identité créatrice. Les ateliers d’écriture de textes littéraires permettent ce type de réussite. Encore faut-il, comme le soulignent deux militants du GFEN (Neumayer Odette et Michel, 2003, 30), pour que des pratiques de création aient une portée plus vaste que la seule réussite d’une production artistique pendant le temps d’un atelier, permettre que « les participants changent leur regard sur eux-mêmes, sur leur production, sur les enjeux d’un atelier : s’agit-il de produire plus et mieux ? De se transformer ? Se former à coopérer ? Au bout de combien de temps, au terme de combien d’ateliers ? » Ils soulignent l’importance pour atteindre ces objectifs, des analyses réflexives, en fin d’atelier.

19Ainsi, les étudiants du CNAM sont particulièrement surpris et heureux de découvrir qu’ils sont capables de rédiger collectivement des nouvelles, qu’eux aussi sont capables d’imagination. Encore faut-il qu’ils comprennent comment cette réussite a été possible pour qu’elle ne soit pas vécue comme un moment exceptionnel et qu’elle soit transférable à d’autres activités.

20L’identité artisanale se forge par l’apprentissage de tours de mains, par le travail de bricolage mis en œuvre et explicité en atelier et tout particulièrement par le travail sur l’intertextualité. Nous allons voir que l’identité énonciative dépasse l’identité créatrice en insistant sur l’analyse de la situation d’énonciation et sur la construction de l’interlocution. Ce qui permet à l’auteur de mieux se situer.

Identité énonciative

21La notion d’identité énonciative vient d’abord de la recherche (Guibert, 1989), que j’ai menée pour comprendre les abandons et les échecs des futurs ingénieurs du CNAM quand, au cours de leur dernier cycle d’études, ils doivent produire un mémoire. Mais ce que j’ai d’abord compris comme une fragilité particulière aux étudiants adultes du CNAM s’est révélée depuis un phénomène plus large. J’ai tout particulièrement pu le constater en effectuant des verbalisations avec différents types d’auteurs qui pourtant pouvaient être considérés comme experts en écriture (chercheurs, enseignants, animateurs d’ateliers d’écriture, éditeurs…) J’ai alors élargi la définition de l’identité énonciative à la représentation de soi en considérant cette représentation comme un élément d’un système représentationnel en lien avec la représentation de l’écrit et de ses pratiques (lecture et écriture) mais surtout avec la représentation de l’autre. C’est aussi un élément dans un jeu complexe d’identités. J’ai redéfini alors l’identité énonciative comme ce qui se joue de l’identité dans l’énonciation (Guibert, 2000) : c’est-à-dire, dans le double processus d’analyse des situations d’énonciation et de construction de l’interlocution : jeux de places sur le circuit de la situation et jeux de positions sur le circuit du discours. L’énonciation se co-construit entre auteurs et lecteurs dans l’interlocution (Guibert, 2002).

 

22Ces deux notions, celle de genre et celle d’identité, sont deux lieux d’articulation de l’individuel et du social dans l’écriture ; elles sont donc à prendre en compte tout au long des ateliers d’écriture.

23Nous verrons en troisième partie comment les rituels sociolangagiers peuvent être pris comme tremplins et comme contraintes d’écriture. Font également partie des contraintes les délais qui évitent la procrastination et donc l’angoisse ; reste à les gérer.

Table des illustrations

Titre Fig. 19 : Identité rédactionnelle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/52893/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540