Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Former des écrivants

 | 
Rozenn Guibert

Deuxième partie. Trois dimensions de l'écriture

Chapitre 6. Deuxième dimension : La matérialité du texte

Texte intégral

1Genette considérait la focalisation sur la matérialité du texte comme un retour de balancier : on avait trop longtemps porté l’attention sur l’intrigue, il était temps de se centrer sur l’écriture, quitte à forcer le trait. L’ouvrage de Compagnon (1998), Le démon de la théorie, établit un rééquilibrage. L’auteur présente la façon dont le sens commun, en résistant aux théories du texte, les a modérées.

2C’est bien cette question de la confrontation des théories et du sens commun que nous rencontrons en formation. Le sens commun, l’idéologie dominante, se modulent dans les groupes, selon les parcours et les appartenances éducatives, sociales, professionnelles… des participants, formant les représentations sociales dans ce qu’elles ont de particulier. Le travail d’analyse est donc à refaire avec chaque groupe. Mais des constantes se retrouvent qui traversent les différents publics d’adultes plutôt lettrés auxquels nous avons affaire. Elles constituent en formation des lieux de résistance. Nous les retrouvons dans ce que Compagnon étudie comme le sens commun.

3Par exemple, la notion d’« intention » semble tout bonnement évidente aux formés. N’ayant pas eu à se confronter à des dictats structuralistes, ils n’ont pas eu à s’en débarrasser. Charaudeau (1983) a reformulé cette notion en proposant l’expression « projet de parole ». Nous verrons en troisième partie comment nous la reprenons en formation avec la suggestion d’une déclaration d’intention pour réguler l’écriture entre les écrivants et leur hiérarchie.

4Compagnon précise que les notions les plus complexes et les plus nuancées des théories du texte ont été sclérosées et caricaturées tout particulièrement à cause de leur utilisation dans les préparations des concours de l’enseignement. N’ayant pas préparé ces concours, les formés peuvent prendre ces notions comme des outils au sens réel du terme, c’est-à-dire comme des moyens de travail, des repères, des ouvertures, comme des grilles d’analyse et non comme des enfermements ou des obligations.

5Selon Barthes, « l’œuvre se tient dans la main ». Même s’il ne s’agit là que d’un aspect du texte, c’est en formation un aspect fondamental qui permet d’en étudier la textualité, la matérialité. Nous parlerons alors de texte-objet.

6Bien sûr, pour être un objet matériel, l’écrit n’est pas pour autant un objet clos, son ancrage dans des situations d’énonciation et sa circulation nous conduiront ensuite à l’envisager comme un objet circulant, un objet symbolique, à interpréter, qui modifie par ses interprétations possibles les rapports sociaux ; plus loin, nous le nommerons alors « discours ». Nous poursuivrons notre analyse en l’envisageant sous cette troisième dimension, suivant en cela l’affirmation de Bakhtine selon lequel « le texte n’est pas [seulement] un objet, en conséquence de quoi il est impossible d’en éliminer ou d’en neutraliser la seconde conscience, la conscience de celui qui en prend connaissance » (1979, 315). C’est toujours un « maillon nouveau dans la chaîne historique de l’échange verbal » (1979, 314).

7Mais suspendons provisoirement cette troisième dimension pour nous arrêter maintenant sur celle du texte-objet. La notion même de texture implique le travail de tissage, de tressage, de bricolage, qui posent nettement, en opposition à la conception du don, celle du travail sur du matériau.

Les niveaux de matérialité

8Je délimite plusieurs niveaux de travail dans cette dimension de la matérialité, qui bien sûr peut être élargie au-delà de l’écrit, à l’iconographie, à la gestuelle, etc.

– Les mots

9Les mots sont à envisager dans leur double aspect à la fois phonique et graphique (c’est-à-dire le pôle matériel, par opposition au pôle idéel, qui est celui des idées). Des exemples fréquents de jeux sur ces deux aspects peuvent être trouvés parmi les slogans publicitaires ou politiques. Même dans les textes moins incitatifs, cette attention permet un travail sur les sonorités pour éliminer les cacophonies ; elle favorise l’élaboration de titres, ou permet de donner à certaines phrases une plus grande densité par la création de rimes internes.

– La macroponctuation

10L’utilisation du traitement de texte rend de plus en plus souvent l’auteur responsable du produit fini. Il doit parfois même assumer ce qui relevait auparavant du travail d’un graphiste, d’un maquettiste, de l’éditeur pour un ouvrage publié.

11Il est plus efficace de prendre cette exigence en compte au fil du travail que de la différer jusqu’au dernier moment. Ainsi, l’attention portée à la répartition des noirs et des blancs dans l’espace de la page, aux alinéas, aux retraits, aux sauts de lignes ou de pages, oblige l’auteur à vérifier non seulement la mise en forme du texte mais son sens, à mettre en évidence la structure de son texte, pour en faciliter la lecture, et même à vérifier sa cohérence. Par exemple, repérer l’alternance de caractères typographiques et les retraits permettra de vérifier la part de discours d’autrui dans son propre discours, ce que nous nommerons un peu plus loin le tissage du texte.

– Le péritexte

12De la même façon que pour la mise en page, on gagne à utiliser la préparation du péritexte comme tremplin à l’écriture du texte. Nous verrons cette facilitation en troisième partie. Rappelons ce que Genette (1987) entend par péritexte : du paratexte placé « autour du texte, dans l’espace du même volume, comme le titre ou la préface, et parfois inséré dans les interstices du texte, comme les titres de chapitres ou certaines notes » (1987, 10), le paratexte étant « ce par quoi un texte se fait livre et se propose comme tel à ses lecteurs, et plus généralement au public » (1987, 7).

13Précisons les enjeux du travail pour ces éléments du péritexte :

  • La page de garde permet de vérifier les paramètres de l’énonciation : lieux et temps, places des interlocuteurs, type de publication…

  • La bibliographie permet de vérifier les filiations et les voisinages théoriques d’une recherche ;

  • Une relecture des notes de bas de page obligera à réviser la construction de l’interlocution : qu’est-ce qui peut être considéré comme des précisions ou comme des apartés ;

  • Le sommaire et la table des matières permettent de vérifier la structuration et le calibrage du texte ;

  • Un index oblige à surveiller l’emploi des quasi synonymes…

14C’est à travers leur aspect graphique, donc dans la dimension de la matérialité, que sont repérés les rituels sociolangagiers que nous définirons à la fin de cette partie théorique ; leur aspect social étant, quant à lui, pris en compte avec l’analyse de l’énonciation. Ceci montre bien la nécessité de ne pas séparer les trois dimensions : il s’agit de porter davantage l’attention sur l’une d’entre elles sans pouvoir jamais négliger les deux autres.

Les jeux de textes

15Genette (1987) nomme transtextualité « tout ce qui met un texte en relation manifeste ou secrète avec d’autres textes. » Il distingue cinq types de relations transtextuelles :

  • Intertextualité : Présence d’un texte dans un autre : citation - plagiat ;

  • Paratextualité : Ce qui accompagne le texte pour sa publication ;

  • Métatextualité : Commentaire d’un texte par un autre, critique ;

  • Hypertextualité : Tout texte dérivé d’un texte antérieur : dire la même chose autrement/dire autre chose semblablement ;

  • Architextualité : Appartenance à un genre.

16À partir de cette typologie, je propose des définitions et une articulation de jeux de textes, dont nous allons détailler ici les principaux éléments. Chaque terme est aussi défini dans les encadrés ci-après.

• Avant textes : L’ensemble des brouillons et des versions intermédiaires publiés de façon restreinte.
• Egotexte : Carnets de bord, journaux de recherche, brouillons qui ne seront relus que par leur auteur.
• Hors-texte : Éléments textuels clairement hors sujet.
• Infratexte : Éléments textuels élaborés à partir des matériaux constitués par des expériences ou des recherches de terrain et généralement présentés par des tableaux ou des citations ;
• Intertexte : Les écrits publiés par d’autres et auxquels l’auteur se réfère. Texte repris dans un autre. La reprise peut être marquée ou non (citation/plagiat). Ces références peuvent être faites soit pour se situer par rapport à ce qui a déjà été publié, en accord ou en désaccord, soit pour évoquer une méthode déjà utilisée et décrite ailleurs.
• Métatexte : Commentaires d’un texte par un autre. Parties du texte, souvent placées en encadrement (introduction, conclusion, avant-propos) mais aussi éventuellement à l’intérieur du texte, parfois souvent signalés par des caractères différents qui marquent la distance prise, la réflexion, par rapport au sujet traité, ils constituent l’essentiel du travail.
• Péritexte : Éléments textuels qui entourent le texte dans sa version publiée pour le donner à lire aux lecteurs.

17On pourrait encore ajouter d’autres éléments, que nous n’utiliserons pas ici, ainsi :

• Hypertexte : Ensemble d’éléments textuels rattachés par des liens sémantiques qui permettent de passer de l’un à l’autre ; ainsi l’hypertexte peut se lire de diverses manières ;
• Intratexte : Éléments à l’intérieur du texte qui balisent la lecture et facilitent le travail du lecteur en indiquant ce que l’auteur a déjà écrit et/ou ce qu’il va écrire.

18Comme les éléments du péritexte, les jeux de textes peuvent être utilisés en tant que contraintes et tremplins pour (faire) écrire (voir tableau en annexe no 1).

Intertexte et infratexte

19Je suis partie de la distinction proposée par Latour et Fabbri (1977) : ils définissent le référent d’un article scientifique comme « composé d’un empilement de textes : le contexte sur lequel l’article agit, l’infratexte sur lequel il s’appuie ». Pour éviter des confusions en formation, j’ai remplacé le terme contexte par celui d’intertexte (Guibert, 1996 a). Et j’ai défini l’article scientifique comme la confrontation et le tissage dans le texte d’infratexte et d’intertexte :

  • La « littérature publiée » ou l’intertexte qui est constitué des écrits publiés et auxquels on se réfère. Ces références peuvent être faites soit pour se situer par rapport à ce qui a déjà été publié, en accord ou en désaccord, soit pour évoquer une méthode déjà utilisée et décrite ailleurs.

  • La « littérature des instruments » ou l’infratexte qui se réfère à des données obtenues par des expériences ou des recherches de terrain et généralement présentées sous forme de tableaux et/ou de graphiques les résumant. « Ce n’est pas la nature que l’on trouve sous le texte scientifique, c’est la littérature des instruments » (Latour et Fabbri, 1977).

20Le schéma suivant permet d’insister sur la confrontation, dans les textes des mémoires d’éléments d’intertexte, provenant du travail de recherche bibliographique et d’éléments d’infratexte, informations provenant, suivant les disciplines dans lesquelles sont inscrits les auteurs des mémoires, d’essais, de mesures, d’expérimentations, d’enquêtes… c’est-à-dire, toutes les informations qu’ils ont constituées eux-mêmes, pour lesquelles ils ont eu à construire des dispositifs de recueil et de traitement d’informations. Cette première définition des mémoires rassure les participants. En effet, le texte du mémoire ne nécessite plus d’inspiration mais du travail : travail de constitution, de confrontation, de reformulation et de restitution d’informations.

Fig. 7. Tissage d’intertexte et d’infratexte dans le texte

Fig. 7. Tissage d’intertexte et d’infratexte dans le texte

Métatexte

21Complétons ce schéma par d’autres jeux de texte qui permettent d’introduire un mouvement réflexif : de l’egotexte vers le texte et le métatexte :

Fig. 8. Mouvement réflexif : de l’egotexte au métatexte

Fig. 8. Mouvement réflexif : de l’egotexte au métatexte
  • 5 Et, au CNAM, c’est souvent seulement – avec un intertexte explicite – ce qui différencie un mémoire (...)

22Dans un mémoire ou une thèse, il est essentiel de montrer la part de réflexion indispensable : pour cela, je propose la notion de métatexte. Selon Genette, comme nous l’avons défini plus haut, il s’agit de commentaires d’un texte par un autre, et l’exemple qu’il donne est celui de la critique. Il est effectivement nécessaire dans un mémoire5 que le travail effectué et rédigé soit soumis à l’autocritique de son auteur : qu’est-ce qui est transférable dans le travail fait : quelle est la validité du travail, validité interne, validité externe ? Comment l’auteur juge-t-il lui-même son travail, depuis la façon dont il a posé le problème, jusqu’aux résultats, en passant par la façon dont il les a constitués ?

23Le métatexte correspond à des parties du texte, souvent placées en encadrement (introduction, conclusion, avant-propos) mais aussi éventuellement à l’intérieur du texte. Parfois signalées par des caractères différents qui marquent la distance prise, la réflexion, par rapport au sujet traité, elles constituent l’essentiel du travail. Le métatexte pourrait avantageusement prendre le pas sur le texte, souvent trop long, trop inégal… En général, le plus intéressant est énoncé oralement lors de la soutenance, et ne figure donc pas dans le texte écrit. Deux éléments permettent alors cette avancée de la réflexion : l’auteur du mémoire n’a plus le nez sur le clavier, il peut se détacher de son texte et, à la soutenance, il a l’occasion d’en parler. Le jury joue à ce moment-là un peu le rôle d’un éditeur en aidant à mettre en évidence la nouveauté du travail. La commande de métatexte posée dès le début vise à installer la réflexion sur le texte tout au long de la recherche et de l’écriture. Il s’agit de faire trouver, au fil du travail, à l’apprenti-chercheur la posture, la distance que permettent d’habitude le temps écoulé et la discussion.

Egotexte/hors-texte

24Nous verrons en troisième partie comment parvenir au métatexte, en dégageant progressivement du texte à partir de l’egotexte. Je propose ce terme d’egotexte pour insister sur le fait que les brouillons appartiennent à leur auteur. Demander à des étudiants de livrer leur journal de bord me paraît constituer une pression indiscrète qui précisément les empêche de tenir le journal intime qui pourrait leur permettre d’analyser leur implication ; il faut qu’ils aient la liberté de découvrir, en écrivant, des éléments d’implication qu’ils n’ont pas envie de livrer à autrui.

Avant-textes

25Je propose d’appeler « avant-textes » les états du texte plus ou moins définitifs, plus ou moins provisoires, que l’auteur donne à lire à quelques lecteurs choisis et avertis de ce caractère provisoire.

26Le schéma complet des jeux de textes suppose que nous ajoutions le « hors texte » et à nouveau le « péritexte » :

Fig. 9. Jeux de textes

Fig. 9. Jeux de textes

Hors-texte

27Je définis le « hors-texte », différemment de Lourau (1998), et différemment des textes journalistiques, comme les éléments de texte dont l’auteur décide qu’ils sont hors sujet, mais qu’il peut conserver pour un autre usage. Dans le domaine du journalisme, le hors-texte est constitué d’encadrés qui permettent des apartés et des remises à niveaux.

Encore le péritexte

28Nous avons déjà rencontré cette notion, c’est en effet un lieu stratégique, où convergent les questions de matérialité graphique, les jeux de textes et l’énonciation.

29Dans ma typologie des jeux de textes, le péritexte garde le sens que Genette lui a donné : il s’agit de tous les éléments de texte que l’éditeur ajoute au texte de l’auteur pour le rendre lisible par le lecteur. Le paratexte comprend le péritexte qui figure dans le texte-objet et l’épitexte qui se situe à distance. La soutenance fait donc partie de l’épitexte. Les pages de titres, les notes de bas de page, les annexes, la bibliographie font partie du péritexte.

30Nous verrons en troisième partie comment tous ces repères théoriques sur les jeux de textes permettent des mouvements d’écriture, tant dans les formations aux mémoires que dans les formations en intraentreprise aux textes intraprofessionnels. En effet, ces discours sont eux aussi élaborés à partir d’autres discours. Comme dans le cas des travaux de recherche, des mémoires et des thèses, les discours traités dans les textes intraprofessionnels auxquels je me réfère particulièrement ici, articles statistiques et rapports de consultants, sont élaborés à partir de discours essentiellement chiffrés, qui sont à synthétiser et à interpréter. Les auteurs en restent trop souvent à des mises à plat et à des commentaires. Les textes sont alors déclarés peu lisibles, dans l’absolu, sans que les lecteurs soient bien définis. Nous allons voir maintenant quelles confusions, dues à la conception du texte flottant, brouillent la lecture et l’écriture et nous verrons en troisième partie comment, il devient possible pour l’auteur de s’engager davantage dans son texte et d’installer différents niveaux de lecture pour différents niveaux de lecteurs et pour des lecteurs qui ont des objectifs différents.

Notes

5 Et, au CNAM, c’est souvent seulement – avec un intertexte explicite – ce qui différencie un mémoire d’ingénieur d’un rapport technique d’étude.

Table des illustrations

Titre Fig. 7. Tissage d’intertexte et d’infratexte dans le texte
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/52887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 8. Mouvement réflexif : de l’egotexte au métatexte
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/52887/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 9. Jeux de textes
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/52887/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540