Version classiqueVersion mobile

Former des écrivants

 | 
Rozenn Guibert

Deuxième partie. Trois dimensions de l'écriture

Chapitre 5. Première dimension : Le processus d’écriture vu comme un mouvement spiralé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les trois ouvrages auxquels je me réfère maintenant le plus souvent à propos du processus d’écriture sont plus éparpillés, moins critiques et moins synthétiques que pour les deux dimensions suivantes : mentionnons d’une part ceux de Boyer, Dionne, et Raymond (1995) et de Piolat et Pélissier (1998) pour l’approche cognitiviste, et celui de Biasi (2000), pour l’approche génétique. Pour cette dernière approche, c’est surtout le catalogue de l’exposition Brouillons d’écrivains de la Bibliothèque nationale de France, que je montre maintenant en formation ; parfois, aussi des numéros de la Revue de la Bibliothèque de France : comme celui sur « les manuscrits d’écrivains du XXe siècle », ou sur « le livre annoté ». Auparavant, je m’appuyais davantage sur les publications du laboratoire ITEM, plus fouillées mais moins illustrées (comme Grésillon, 1994).

Pour lutter contre la conception du texte logorrhée, il est utile de frapper les esprits par une modélisation du processus d’écriture qui ne...

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search