Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Former des écrivants

 | 
Rozenn Guibert

Deuxième partie. Trois dimensions de l'écriture

Trois dimensions de l’écriture

Texte intégral

« La théorie n’est autre chose que la pratique réduite en règle par l’expérience, et la pratique n’est que la théorie appliquée. »
Constant, cité par Todorov, 1977

1À chacune des trois dimensions construites en objectifs généraux, à partir des notions théoriques défalquées dans les représentations des participants, correspondent une piste de travail en formation et une série d’objectifs spécialisés et de stratégies pédagogiques. Nous allons préciser successivement chacune de ces dimensions (voir tableau en annexe no 1). Leurs limites, nous le verrons, ne sont pas absolument étanches : travailler une dimension n’exclut pas les autres, mais tenter de les distinguer permet de savoir sur quoi on met l’accent et ce qui reste à l’écart, à chaque moment des ateliers. Pour travailler chacune d’elle, des notions théoriques essentielles peuvent être mobilisées. Nous allons donc laisser provisoirement de côté le travail en ateliers pour cerner les principales notions théoriques concernant l’écriture, telles que nous les travaillons en formation. Quels en sont les contours, les limites, les marges, les niveaux ? Nous étudierons dans cette partie la façon dont elles peuvent constituer, pour les formateurs et pour les formés, des repères et des facilitations. J’y ajouterai, en conclusion, une présentation de la théorie des genres qui permet de faire le lien entre ces approches et des précisions sur les questions d’identités que la formation aborde inévitablement.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540