Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Former des écrivants

 | 
Rozenn Guibert

Première partie. Qu'est-ce qu'un atelier d'écriture ?

Chapitre 1. Quel projet ?

Texte intégral

1Contre la conception du don et de l’inspiration, en ce qui concerne l’écriture littéraire, contre celle de l’épreuve répétitive en contexte scolaire, on est passé avec les ateliers d’écriture à la possibilité d’un apprentissage, et même à celle du plaisir. Si cette notion de plaisir fait maintenant partie intégrante des ateliers d’écriture de textes littéraires, elle n’est toujours pas facile à faire admettre en entreprise. Ainsi, il a d’abord été difficile de faire figurer comme intitulé de stage : Écrire, un plaisir, un outil, un atout dans un catalogue de formation continue.

2Le terme « atelier » n’a pas des connotations positives pour tous : Reverbel (in Boniface, 1994, 113) le refuse ; notons qu’il avait été repoussé aussi par le responsable des cours de promotion sociale internes d’une grande entreprise, vers 1980, parce qu’il lui paraissait, pour des ouvriers, trop pris dans leur contexte habituel de travail.

3Les ateliers d’écriture sont-ils donc réservés à un certain milieu socioprofessionnel ? Si André (1989, 16) mentionne que les ateliers de son association s’adressent à « des publics divers dans des contextes institutionnels divers », il indique aussi que les ateliers réguliers auxquels il se réfère dans son ouvrage sont « fréquentés, à titre privé, par des enseignants, étudiants, psychologues et psychanalystes, travailleurs sociaux, assistants de réalisation ou de production, artistes ou publicitaires ». Et, il poursuit en admettant qu’il s’agit d’« un public plutôt privilégié sur le plan culturel, et assez disponible pour consacrer une soirée par semaine à une activité moins délassante que la télévision ». Plus loin, il précise encore davantage que, pour ce public, il est avant tout question du désir d’écrire.

4La plupart des animateurs d’ateliers d’écriture ciblent ce même public désireux d’écrire. Ainsi, selon Bing (2001, 5), les ateliers de son association « accueillent tous ceux que l’écriture concerne, ceux que l’écriture attire, mais auxquels elle fait défaut, aussi bien que ceux qui écrivent depuis longtemps et qui désirent sortir de la solitude, se confronter à d’autres écritures, à de nouvelles incitations, trouver des lecteurs plus distanciés qu’eux-mêmes et qui sauront dans le texte réclamer leur place, celle précisément du lecteur ».

5Qu’est-ce qu’un atelier d’écriture et peut-on utiliser ce terme quand les participants n’ont pas de désir d’écrire ?

Un label réservé à l’écriture de textes littéraires

6Les sous-titres d’ouvrages d’animateurs chevronnés, tant celui d’André (1989) que celui de Roche, Guiguet et Voltz (1995), délimitent nettement le champ couvert par les ateliers d’écriture : André sous titre Babel heureuse par l’atelier d’écriture au service de la création littéraire. Roche, Guiguet et Voltz précisent : éléments pour la rédaction du texte littéraire. Leur manuel, intitulé simplement L’atelier d’écriture, s’adresse explicitement à ceux qui ont le désir d’écrire. Dans la préface à la deuxième édition, les auteurs signalent que « depuis la première parution [1989], les ateliers d’écriture se sont multipliés et diversifiés. […] trois pôles se dessinent aujourd’hui comme enjeux de l’atelier : […] le désir autobiographique ; […] l’intérêt pour les formes d’écriture du quotidien [… immédiatement rabattu sur le récit de vie] ; une réponse […] à l’illettrisme ou à la difficulté scolaire », tiraillant les ateliers entre projet social de remédiation et désir individuel.

  • 1 La notion de « genres » renvoie plus précisément à celle de « genre discursif » qui sera définie a (...)

7Les ouvrages qui présentent les ateliers d’écriture, et ils sont maintenant nombreux, ignorent presque complètement les textes fonctionnels. Les formateurs qui abordent ces textes, qu’il s’agisse de textes administratifs, professionnels, scolaires, journalistiques ou de textes de fin d’études sont, eux aussi, nombreux ; mais leurs positions sont, en général, beaucoup plus normatives : ils se contentent le plus souvent de présenter les règles des genres1 concernés.

  • 2 C’est moi qui souligne.
  • 3 C’est moi qui souligne.

8La recension des formations d’animateurs d’atelier d’écriture établie par Pimet (1999, 18-23) fait apparaître que seul l’Aleph propose un module optionnel2 sur les « écrits professionnels ». Pourtant, quand elle tente de situer les ateliers d’écriture en s’attachant aux publics potentiels, elle mentionne que cette activité s’exerce aussi d’une façon très générale « dans le domaine de la formation au sens large » et d’une façon plus précise « dans les entreprises pour l’amélioration de la qualité des écrits3 ». C’est précisément le titre qu’avait proposé l’association de formation de l’édition pour laquelle je suis intervenue : Qualité des écrits éditoriaux.

9Les formations que nous proposons à des adultes salariés ou militants, personnel administratif, techniciens et cadres, travailleurs sociaux… ne concernent pas la langue mais son usage, et plus précisément son usage social. La « maîtrise » de la langue est supposée acquise. Sinon, des remédiations sont proposées par ailleurs. Il ne s’agit pas de remise à niveau sur les capacités langagières mais d’un travail sur la communication écrite par des personnes qui, même si elles ne se considèrent pas comme telles, peuvent être désignées comme « plutôt lettrées », en ce sens qu’elles ont les moyens de rédiger des textes compréhensibles et qui correspondent, même s’ils peuvent être améliorés, à leur projet d’écriture.

10Élargissant le public des ateliers d’écriture à ceux qui ne désirent pas écrire, les ouvrant sur la production de textes fonctionnels, je ne peux pas souscrire à la définition qu’en donne André (1989, 23) : « Pour qu’on puisse parler d’atelier d’écriture, il faut et il suffit qu’un groupe produise en commun des écrits littéraires ». Cette définition renvoie davantage à la conception de l’atelier d’écriture comme atelier d’artistes ; André fait d’ailleurs curieusement dériver cette expression « des ateliers des Beaux Arts parisiens, et plus précisément de l’expérience du printemps 1968 » (23). Rey, dans son Dictionnaire historique de la langue française, propose une origine plus ancienne : il précise qu’il s’agit alors de l’« ensemble des artistes travaillant autour d’un maître ». C’est, d’ailleurs, une des dérives possibles des ateliers d’écriture de textes littéraires : les façons de faire des animateurs, celles des auteurs qu’ils admirent risquent d’être posées comme modèles, diminuant la liberté des participants au lieu de l’augmenter.

11Je préfère reprendre comme définition du terme « atelier », celle d’« ensemble des artisans, ouvriers, travaillant dans le même lieu », il est alors dérivé par métonymie du sens original concernant le travail du bois puis à tout lieu de travail artisanal, ensuite seulement au travail artistique. Dans son sens actuel (2e moitié du XXe siècle), il s’emploie « en art dramatique et en pédagogie » ; ce dernier sens convient également bien à notre propos. Revient fortement, dans tous les avatars du terme, l’idée d’apprentissage en groupe du travail d’un matériau, sous la direction d’un maître. Ce qui correspond aux définitions proposées par Ricardou (1984, 1992) et Reuter (1989, 1996) que nous allons reprendre successivement, en les complétant ou en les nuançant.

12Précisons d’abord que l’atelier peut aussi être un lieu installé pour y travailler seul (Pingaud, 2000). Il est certainement souhaitable que les formations de type ateliers d’écriture permettent ensuite une écriture solitaire. Desroche (1971) souhaitait également que les formations coopératives à la recherche-action débouchent pour chacun sur un dispositif de recherche permanente, mais, il soulignait aussitôt que ces temps de solitude sont encore des temps d’échange : « dans un projet de recherche, il n’y a pas de Robinson dans l’île déserte » (1971, 165, 168). On y serait donc, plus exactement, physiquement à distance des autres, mais toujours en compagnie des textes d’autrui (Chedemois, 1993, 17).

13« Qu’est-ce qu’un atelier ? » demande Ricardou (1984, 1992) et il répond en insistant sur le « pluriel de l’écriture » : « le lieu en lequel des artisans, des ouvriers travaillent en commun. » Pour l’écriture professionnelle, cette définition est particulièrement importante. L’analyse qu’il fait de l’organisation du travail peut s’appliquer aux collectifs d’écriture professionnels ou militants. Elle gagnerait aussi à être affinée.

14À la définition de Ricardou, Reuter (1989, 1996) ajoute la notion de compétences métascripturales ; il insiste sur l’ancrage dans une institution et sur la présence d’un « expert ». J’y ajoute aussi la nécessité d’un travail sur les représentations.

15Nous arrivons donc à la définition suivante :

  • 4 Pour affiner cette définition, je préciserai chacun des termes que je souligne.

“L’atelier d’écriture est un espace-temps4 institutionnel, dans lequel un groupe d’individus, sous la conduite d’un “ expert”, produit des textes en réfléchissant sur [les représentations] les pratiques et les théories qui organisent cette production, afin de développer les compétences scripturales et méta-scripturales de chacun de ses membres.”

16Il faudrait encore insister sur le fait que la production des textes est à comprendre comme la fabrication d’un objet matériel. Nous proposerons un peu plus loin une définition de l’écriture comme bricolage, qui suppose l’ajustement progressif d’un projet et de matériaux.

Un projet humaniste

17L’ancrage social des ateliers d’écriture nous renvoie au projet militant des groupements d’éducation nouvelle : Freinet, GFEN. Ce que Ducom nomme ci-dessous l’« appareillage » n’en étant que l’apparence : « l’essentiel de l’Atelier n’est pas son appareillage, très facilement détournable. L’essentiel c’est l’ensemble des paris humanistes qui le sous-tendent. Le ‘‘Tous-Capables’’, la dimension de l’Égalité, sont des éléments décisifs » (Ducom, 1993, 7). D’autres animateurs insistent aussi sur le fait que le temps de l’atelier est un temps d’expérimentation et de partage. L’essentiel n’est pas la qualité du produit, mais la posture de recherche induite ; ce que Ducom formule ainsi : « Il me faut mettre l’écriture au centre de ce qui se passe dans l’Atelier afin que chaque participant puisse être en recherche, animateur compris. C’est de cette égalité de statut de chercheur que doit naître une commune volonté de libérer sa pensée dans l’écriture, en dehors de l’Atelier lui-même ». Ensuite la liberté trouvée au sein de l’atelier pourra influer sur les pratiques sociales à l’extérieur. « Un Atelier n’atteint vraiment son but que si les gens reprennent pour eux-mêmes la bataille et le plaisir de l’écriture ».

18La démarche d’ateliers d’écriture n’est donc pas seulement une démarche active parmi d’autres. Le principe idéologique qui sous-tend les ateliers est applicable à toutes les disciplines. « Les Ateliers n’ont […] pas de domaine réservé – fût-ce celui de la poésie – ni d’espace interdit – fut-ce celui des mathématiques –. » (Ducom, 1993, 8). C’est le même type d’approche qui est actuellement proposé par Charpak avec l’expérience de La main à la pâte.

19Les questions à se poser ne sont donc ni celles du type de publics, ni celles du type de textes. Le principe à reprendre est, comme le souligne le GFEN, celui des partis pris idéologiques des ateliers : faire ensemble pour progresser ensemble. C’était aussi un des principes de la pédagogie Freinet. Précisons que les textes écrits étaient adressés à des lecteurs réels et retravaillés collectivement.

20Oriol-Boyer (1982, 116) oppose l’écriture « informative-communicative » à « l’écriture imaginative, écriture de fiction et écriture poétique », mais tout en précisant que « ce dont il faut surtout se garder c’est de penser le travail du texte informatif-communicatif comme opposé à celui du texte de fiction. C’est seulement le rapport à ces deux formes d’un même travail d’écriture qui varie en fonction de la position sociale de chacun, à un moment donné ». Il ne faudrait donc pas parler d’écriture fonctionnelle ou non fonctionnelle mais seulement de textes fonctionnels ou non fonctionnels. Les textes fonctionnels sont ancrés dans des situations sociales marquées, situations quotidiennes, situations d’études, situations professionnelles, alors que les textes non fonctionnels qui relèvent des domaines du loisir ou de l’art sont moins évidemment situés. Les textes travaillés peuvent être fonctionnels ou non fonctionnels, mais on évitera tout « écrit docile, sans transgression, sans réinvestissement, un écrit qui ne vous appartient pas, sans transformation de son regard sur soi, ni construction de pouvoirs » (Maillet, 1993, 154). Même pour un écrit fonctionnel, même rédigé collectivement, la démarche d’atelier d’écriture, si elle repose sur le parti pris d’un travail coopératif, d’une part, et d’un travail sur les enjeux de l’écrit, d’autre part, pourra aborder cette dimension de transformation. La preuve en est que les ateliers questionnent l’organisation du travail dans les institutions commanditaires.

21L’atelier dans les souvenirs des participants constitue généralement un moment fort, une œuvre commune, mêlée de tous les textes, et les discours, écrits, lus, réécrits et relus… textes d’auteurs – auteurs littéraires reconnus ou apprentis-écrivants – ; textes quotidiens, professionnels, artistiques ; textes inachevés, brouillons… mais aussi, un temps de réflexion sur leur place dans l’institution, sur la commande d’écriture qui leur est faite et la latitude qu’ils ont pour y répondre.

22Ainsi définis, nous allons voir que les ateliers d’écriture ne peuvent plus être confondus avec de simples jeux d’écriture, il s’agit d’une action de formation d’adultes ancrée dans le social.

Notes

1 La notion de « genres » renvoie plus précisément à celle de « genre discursif » qui sera définie au chapitre 8. Elle peut être comprise jusque-là dans son acception commune. Nous serons également obligés d’utiliser celle de « rituels sociolangagiers » avant de la définir ; indiquons qu’il s’agit des habitudes inscrites dans le langage et liées à la situation sociale.

2 C’est moi qui souligne.

3 C’est moi qui souligne.

4 Pour affiner cette définition, je préciserai chacun des termes que je souligne.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540