Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le climat de la terre

 | 
Yves Fouquart

10. Conclusions, perspectives

Texte intégral

1L’augmentation de la concentration atmosphérique en gaz à effet de serre est un fait bien établi. Quelle que soit la complexité du système climatique, cela entraînera une augmentation de l’effet de serre, c’est-à-dire de l’isolation de la planète. Que cela conduise à un réchauffement plus ou moins important et plus ou moins rapide, cela n’est pas véritablement mis en cause dans le milieu scientifique. Ce qui fait débat, c’est la vitesse et l’amplitude du réchauffement

La catastrophe est elle au coin de la rue ?

2Selon toutes vraisemblance, le réchauffement sera là au cours du XXIe siècle, accompagné d’événements extrêmes plus nombreux. Est il possible de l’arrêter ? La réponse est définitivement non. Peut-on faire en sorte que le réchauffement soit inférieur à la limite basse des prévisions présentées au chapitre précédent ? Sans doute pas. Alors, est-il au moins possible d’éviter que le réchauffement atteigne ou même dépasse la limite supérieure de ces prévisions ? Peut être, mais ce n’est pas gagné. La condition serait de savoir prendre rapidement des mesures contraignantes. Saurons nous les prendre ? Il faudrait, pour cela, savoir anticiper les risques. Les politiques ne font pas cela si mal, les organisations internationales sont très actives en ce domaine mais il faudrait rapidement concrétiser et ne serait-ce que mettre en pratique des mesures déjà décidées et pourtant insuffisantes (Kyoto). Si rien n’est fait, il est plus que vraisemblable que le réchauffement moyen se situera dans la fourchette haute des prévisions, c’est à dire plus de 3 ° C, et pourrait même dépasser les 5 à 6 ° C. Il s’agit du réchauffement planétaire moyen ce qui signifie que dans certaines régions du globe ou en certaines périodes de l’année, le réchauffement sera beaucoup plus important. Encore nous limitons nous ici au XXIe siècle. Au delà, le réchauffement ne s’arrêtera pas comme par miracle, il est même quasiment certain que des seuils seront dépassés au delà desquels certains mécanismes aujourd’hui régulateurs deviendront au contraire amplificateurs, c’est le cas de la capacité de l’océan à dissoudre le CO2 (voir paragraphe 5.3.2).

3Il faudrait donc prendre rapidement des mesures contraignantes et les appliquer. En sommes nous capables ? Saurons nous changer significativement notre mode de vie et le type de fonctionnement de notre économie alors que la perspective du réchauffement n’est pas absolument avérée aux yeux de chacun et que les conséquences n’en apparaissent pas forcément catastrophiques ? Quelle est donc la capacité d’anticipation de nos sociétés ?

4A titre de comparaison, considérons le problème des retraites en France. Les premières analyses sérieuses faisant état d’une probable faillite du système de retraite par répartition aux environs de 2020 datent des années 80. Les premières mesures datent de 1987. Comparé au problème climatique, celui du financement des retraites souffre d’assez peu d’incertitudes : il est purement démographique, la population des retraités va augmentant quand celle des cotisants est stable ou régresse, il n’y a plus qu’à faire des divisions. Il reste bien sûr des marges d’erreur qui peuvent être importantes, liées en particulier à niveau de l’emploi mais le diagnostique est peu discutable et d’ailleurs assez peu discuté sur le fond. Toujours comparé au réchauffement climatique, le problème apparaît passablement simplifié : il ne concerne que la France et ne nécessite donc pas de longs palabres internationaux. Pour y faire face, il n’est pas non plus nécessaire de changer notre mode de vie de façon drastique. A l’opposé, pour stopper l’augmentation de la concentration en CO2 (ce qui ne stopperait pas le réchauffement, rappelons le), il faudrait, en tout premier lieu, bloquer l’augmentation continue du trafic routier et du trafic aérien ce qui ne dispenserait pas de créer des moteurs de plus en plus économiques. Imagine-t-on les conséquences ? C’est une véritable révolution économique puisqu’il faudrait certainement rapprocher fabrication et distribution. En 2002, le problème du financement des retraites n’a pas avancé. S’il faut plus de 20 ans pour trouver un accord et une ébauche de solution à un problème franco-français comme celui là, on peut s’attendre à ce qu’il soit autrement plus difficile de faire quelque chose de sérieux pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. L’objectif des négociations en cours n’est donc pas de lutter contre l’augmentation de l’effet de serre ni même sans doute de la ralentir mais d’éviter ce qui pourrait encore l’accélérer.

5La machine étant lancée, à quoi s’attendre donc ? Davantage d’événements extrêmes (voir chapitre 9), cela signifie plus d’inondations, de tempêtes, de vagues de chaleur mais après tout nous connaissons déjà tout cela et nous nous en accommodons tant bien que mal en faisant face à l’urgence. Le risque de crises aiguës directement dues au réchauffement climatique semble assez faible en dehors de ceux qu’entraîneraient les mouvements migratoires. Par contre, le réchauffement accentuera très certainement certains risques liés à la disponibilité de l’eau ou à l’alimentation. Ceux ci peuvent être causes de conflits plus ou moins circonscrits mais la prolifération des armes de destruction massive (biologiques, chimiques ou nucléaires) est susceptible de les rendre extrêmement dangereux. Encore une fois donc, ce ne serait pas vraiment la nature directement qui représenterait le risque majeur mais on s’en serait douté, l’homme.

6Que faire ? S’informer bien sûr, de façon à mieux évaluer les risques, se donner le maximum de temps, et… s’adapter.

7Se donner du temps, cela signifie qu’il faut le plus rapidement possible ralentir les émissions de gaz à effet de serre ou tout au moins éviter que le développement éminemment souhaitable des pays en voie de développement ne se traduise par un emballement des émissions industrielles polluantes (gaz à effet de serre, suies, etc.). Faire quelque chose de sérieux en ce sens ne sera pas simple : il faudra très certainement utiliser tous les moyens à notre disposition, c’est à dire réduire notre consommation énergétique et faire appel à des ressources non productrices de CO2. Pour être clair, la seule source naturelle étant le soleil, il faudra faire appel au maximum à l’énergie solaire mais ça ne suffira certainement pas. L’énergie solaire est une énergie diffuse, elle est très bien adaptée à l’utilisation individuelle, c’est à dire au chauffage, à la production d’eau chaude et…. à la climatisation. Elle est très mal adaptée aux utilisations industrielles et aux transports qui nécessitent, au contraire, une forte concentration. L’énergie éolienne n’étant, par définition, disponible que quand il y a du vent et de toute manière très insuffisante et l’énergie hydraulique étant déjà largement utilisée, il ne reste plus que… le nucléaire. Il n’est donc peut être pas très raisonnable de le rejeter sans avoir pris soin d’évaluer avec réalisme l’ensemble des risques encourus et de les avoir mis en balance avec ceux liés au réchauffement mais il est vrai que ces derniers sont sans doute plus insidieux et moins spectaculaires (sauf lors des tempêtes).

8S’adapter, c’est se préparer à assumer les risques. A l’échéance d’un siècle, les scénarios les plus défavorables ne prédisent quand même pas une catastrophe mettant directement en péril la civilisation, encore moins l’humanité mais même les scénarios les moins pessimistes conduisent à penser qu’il faut s’attendre à des changements significatifs de notre environnement et que ces changements ne se feront pas sans douleur. Parmi les risques auxquels il faudrait se préparer, il y a naturellement ceux liés aux événements climatiques extrêmes (tempêtes, cyclones, sécheresses, inondations, etc.), il y a aussi fort probablement ceux liés aux mouvements migratoires qui pourraient être importants, au développement de maladies atteignant les hommes ou leur environnement et il y a sans aucun doute tous ceux qui résulteront du fait que l’eau deviendra, dans beaucoup de régions, une denrée rare qu’il faudra absolument économiser. Il ne suffira certes pas de ne plus laver sa voiture qu’une semaine sur deux. La première utilisatrice d’eau étant l’agriculture et le nombre de bouches à nourrir devant augmenter, il faudra très certainement avoir recours à de nouveaux modes de production plus économes en eau, là encore, il faut sans doute se garder de rejeter à priori des voies de recherche potentiellement intéressantes. Je veux évidemment parler des OGM. Très clairement, il me semble que nous ne pouvons plus nous payer le luxe de rejeter à priori d’éventuelles solutions.

 

9On peut évidemment objecter que la marge d’incertitude est bien importante. Il n’est sans doute pas nécessaire cependant de connaître avec exactitude le déroulement des événements pour essayer de s’y préparer, cela s’appelle la gestion des risques.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540