Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le climat de la terre

 | 
Yves Fouquart

Introduction. Contexte général

Texte intégral

  • 1 National Science Foundation, à la différence du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) (...)

1C’est dans les années 70 que sont parues les premières publications scientifiques mettant en évidence une augmentation régulière et significative (environ 0,3 % par an) de la concentration atmosphérique en dioxyde de carbone. L’effet de serre et le rôle du CO2 étaient connus depuis la fin du XIXe siècle, époque du premier article sur le sujet par Svante Arrhénius. Les chercheurs se sont donc très rapidement passionnés pour cette question, les agences scientifiques comme le CNRS en France ou la NSF1 aux États Unis ont investi fortement, les médias se sont fait l’écho des résultats obtenus, des inquiétudes et des polémiques et enfin ce sont les politiques qui se sont emparés du problème et ont commencé à discuter des moyens à mettre en œuvre pour freiner le réchauffement attendu. Si les diverses conférences internationales sur l’Effet de Serre (Rio, Kyoto, La Haye, Bonn, voir chapitre 8) ont eu jusqu’à présent peu d’effet pratique, elles témoignent en tout cas d’une prise de conscience de plus en plus grande dans les milieux politiques comme dans les médias de ce que nous atteignons un moment critique où le climat de la planète pourrait bien se modifier de façon importante et irréversible et que cela aurait sans doute des conséquences difficilement prévisibles mais très probablement importantes voire considérables.

2Les hommes sont sur Terre depuis quelques 3 ou 4 millions d’années, peut être un peu plus. Tout ce temps, comme avant eux d’autres êtres vivants, ils ont modifié leur environnement, insensiblement au début, puis de plus en plus vite et de plus en plus profondément. Les manifestations les plus visibles de ces changements sont, bien sûr, la déforestation, l’agriculture, l’urbanisation mais ce ne sont peut être pas là que se situent les bouleversements les plus conséquents. Comme bien souvent, ce sont les choses les moins spectaculaires qui ont les plus grandes conséquences. Insensiblement et inconsciemment, au moins jusqu’à ces dernières années, nous avons modifié la composition de notre atmosphère non seulement en y injectant du dioxyde de carbone mais aussi d’autres gaz comme le méthane et les oxydes d’azote qui, certes se sont dispersés dans l’atmosphère, mais s’y sont accumulés lentement, insidieusement pourrait-on dire, jusqu’à atteindre des niveaux de concentration faibles mais suffisamment importants pour que les conséquences ne puissent plus en être négligées.

3Aujourd’hui, la machine est donc lancée, à quoi faut il s’attendre ? Les médias se font volontiers l’écho des discussions qui germent dans les milieux scientifiques et, au travers de leur caisse de résonance, le débat est devenu polémique. A quoi s’attendre ? A rien répondent certains qui arguent que la composition de l’atmosphère n’a pas profondément changé puisqu’il y a toujours 78 % d’azote et 21 % d’oxygène et que, depuis l’invention de l’arc et des flèches, on nous répète tout le temps qu’on va finir par détraquer le temps. D’autres au contraire parlent d’inondations, de tempêtes, d’inexorable montée des eaux et dépeignent un avenir catastrophique voire cataclysmique. Il y a une sorte de masochisme chez certains qui semblent un peu jouer à se faire peur ; face à eux l’indifférence, l’incrédulité et parfois le refus des réalités et même des évidences.

4A propos d’un sujet aussi brûlant par les conséquences économiques d’éventuelles mesures de précaution que par les inquiétudes qu’il suscite, les réactions prudentes des politiques sont sans doute fort compréhensibles. Il est question en effet de mesures très contraignantes ; comment prendre de telles décisions sans même avoir la certitude que cela soit absolument nécessaire et efficace. Sans doute, les politiques prennent ils d’autres décisions sans plus de certitudes mais il s’agit de domaines qui leur sont peut être plus familiers et de toute façon les décisions en question sont souvent moins contraignantes.

5Par delà les polémiques, le catastrophisme et le « j’m’enfoutisme », il s’agit donc en premier lieu de s’informer. Il est essentiel de faire régulièrement le point sur l’état des connaissances, d’identifier ce qui est bien établi et ce qui pose encore question, de mettre en évidence les nouveaux problèmes qui surgissent au fur et à mesure de la progression des connaissances. L’objectif de ces pages est précisément de faire le point sur la question en distinguant aussi clairement que possible les certitudes scientifiques des hypothèses et d’éclairer la démarche scientifique dans ce domaine très complexe.

6Après cette brève introduction, les quatre premiers chapitres sont consacrés à faire le point sur ce qui est bien établi : le chapitre 1 présente l’évolution constatée de la composition de l’atmosphère et la situe dans un contexte historique, le chapitre 2 décrit le mécanisme physique de l’effet de serre et la façon dont il fonctionne sur la Terre tandis que le chapitre 3 fait le point sur le réchauffement du XXe siècle et que le chapitre 4 le resitue dans la perspective de l’évolution historique du climat.

7S’il y a bel et bien un réchauffement généralisé depuis une centaine d’années et si ce réchauffement apparaît particulièrement rapide au regard des fluctuations récentes du climat, la question de savoir si l’activité humaine en est responsable ou non est une question complexe qui nécessite une étude approfondie des mécanismes qui caractérisent le système climatique. Celui-ci est décrit au chapitre 5 ainsi que les principaux couplages, on y introduit aussi les notions essentielles de forçage et de rétroactions. Le but du chapitre 6 est de distinguer la trace de l’influence humaine dans le réchauffement. Pour cela, on examine les causes naturelles de variation du climat : forçages externes, variabilité interne, fluctuations chaotiques.

8La conclusion du chapitre 6 est que le réchauffement le plus récent est sans doute essentiellement le résultat de l’influence humaine. Cette conclusion fait encore l’objet de débats animés voire passionnés parmi les chercheurs, ces débats sont relayés et amplifiés par les médias. Les arguments scientifiques de la polémique sont présentés au chapitre 7.

 

9Les aspects politiques de la question sont abordés au chapitre 8 qui résume l’évolution des négociations internationales et fait le point sur la coopération scientifique et les structures d’évaluation mises en place dans le cadre de ces négociations. Enfin, le chapitre 9 aborde la question cruciale des prévisions.

Notes

1 National Science Foundation, à la différence du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), elle n’emploie pas directement de chercheurs mais elle finance les projets de recherche.

© Presses universitaires du Septentrion, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540