Version classiqueVersion mobile

Bilbao et ses marchands au xvie siècle

 | 
Jean-Philippe Priotti

Deuxième partie. Un carrefour commercial européen

Texte intégral

  • 1 J. Heers, Transizione al mondo moderno (1300-1520), 1992, p. 16-7.
  • 2 Ces réflexions ont eu lieu lors de la soutenance de thèse de Bertrand Gauthier à Bordeaux, le 10/12 (...)
  • 3 H. Lapeyre, Quelques données..., p. 5.

1Cette deuxième partie laisse une large place à l’analyse quantitative, même si nous avons longtemps douté de sa légitimité. Question d’autant plus fondée que l’histoire économique des années 1950-1960 évoquant une phase A d’expansion et une phase B de récession, a cédé la place à une approche économique qui met au premier plan les figures du commerçant, du marchand et du banquier1. Suranné d’un côté, le sujet n’apparaissait pas plus pertinent par ailleurs. Comme le soulignaient récemment Jacques Bottin et Pierre Jeannin2, faire de l’histoire quantitative et conjoncturelle à tout prix, surtout lorsqu’il est question d’une étude portuaire au XVIe siècle, est une entreprise aventureuse. Il convenait donc de rester prudent tout en essayant d’établir des statistiques, but ultime de l’histoire économique3.

  • 4 Dans un article publié en 1996, Eloy Martín Corrales a souligné l’inexistence d’études comparées po (...)

2Plus d’une fois, nos résultats ont été obtenus au moyen de méthodes d’extrapolation ou se sont nourris de la comptabilité d’un seul marchand. Ces imperfections imposées par nos sources mettent d’une certaine façon en cause le bien-fondé d’un travail chiffré. Toutefois, un souci d’extrême exactitude a bientôt cédé le pas au besoin de comparer l’activité de notre port à celle d’autres grands havres européens, en particulier Séville, et de définir le rôle et la place de Bilbao dans l’économie européenne4. Pour ce faire, nous devions pouvoir compter et mesurer, en un mot alimenter notre réflexion de chiffres. Autant que possible, nous avons donc procédé à des calculs avec les précautions nécessaires.

  • 5 Sur 419 sorties de bateaux entre 1472 et 1515, 57 seulement concernent le delta de l’Escaut et Lond (...)
  • 6 Pour le trafic des métaux précieux, en revanche, dès le XVe siècle, Séville et Cadix sont déjà les (...)

3Bien que l’étude du mouvement du port ait pu être établie pour le début des années 1560, l’état de son marché, pour sa part, a été considéré à diverses reprises sur un siècle environ (1519-1611). À ces aspects purement quantitatifs succède une étude de la géographie du commerce de Bilbao, de même qu’une réflexion sur la nature de son trafic avec ses partenaires commerciaux pendant le Moyen Âge. Ce rappel historique, qui pourra parfois paraître peu utile au lecteur, veut rendre compte du haut degré d’implication de l’économie basque, à vrai dire de toute la façade cantabrique, et de la Castille dans le commerce de l’Europe du nord-ouest. Même la découverte de l’Amérique n’a pas eu raison de deux ou trois siècles de relations commerciales entre les ports de la façade nord, et donc de Bilbao, et les plus importants foyers d’échanges du nord-ouest atlantique. D’autant que Séville est moins bien intégré que Bilbao dans le commerce européen du début du XVIe siècle. Son trafic, comme le montre bien l’étude réalisée par Enrique Otte, paraît plutôt orienté vers le sud atlantique et moins bien connecté avec la France, les Pays-Bas et l’Angleterre5. De ce point de vue, le poids de l’histoire n’est pas du côté sévillan6.

  • 7 P. Chaunu affirme que « l’axe Medina del Campo-Burgos-Bilbao rétrocède devant l’axe Burgos-Medina-S (...)
  • 8 T. Guiard-Larrauri, Historia del Consulado... Ce travail sur le plus important des ports basques es (...)
  • 9 Cité par R. Carande, Carlos V y sus banqueros, 1965, t. I, p. 364.

4L’œuvre de Pierre et Huguette Chaunu Séville et l’Atlantique, parue dans les années 1955-1960, a ouvert la voie à un important courant historiographique qui présente Séville comme le grand centre unique du commerce des royaumes d’Espagne, non seulement avec l’Amérique, mais aussi avec l’Europe7. L’impact de ces études a été d’autant plus important au sein de la communauté scientifique que les historiens ont peu étudié le commerce de Bilbao et du Pays Basque au XVIe siècle8. Cette méconnaissance apparaît d’autant plus grave que des contemporains de Charles Quint attribuent à Bilbao davantage d’entrées et de sorties de navires qu’à Séville9.

  • 10 Publiée par T. González dans Colección de cédulas, cartas-patentes, provisiones, reales órdenes y o (...)
  • 11 Voir H. Lapeyre, Quelques données sur le mouvement du port de Saint-Sébastien au temps de Philippe (...)
  • 12 P. Jeulin, Aperçus sur la Contractation de Nantes (1530 environ-1733), Annales de Bretagne, p. 292.

5Une liste des produits qui arrivent à Bilbao, établie en 1563, donne une idée de la variété des provenances : l’Angleterre, les Pays-Bas, la France, l’Allemagne, la Bohème, le Portugal, Milan et le Levant10. Bien que la structure du commerce de Saint-Sébastien datée de cette même année n’ait pas cette variété, elle confirme tout de même le rôle essentiel d’importateur joué par cette zone11. Une fois stockées dans les lonjas (magasins), les marchandises sont soit vendues sur place, soit expédiées vers un large espace englobant non pas un tiers12, mais plutôt l’ensemble des royaumes d’Espagne. La vente des produits acheminés jusqu’aux magasins basques n’est donc pas systématiquement effectuée aux foires de Castille. Bilbao concentre depuis le début du XVIe siècle, et sans doute bien avant, un marché d’importance internationale auquel marchands péninsulaires et étrangers viennent se ravitailler et écouler leurs produits. Par la suite, cette affluence garde de sa vigueur. Bilbao n’est pas seulement un intermédiaire entre la Castille et l’extérieur, un marché international est ancré dans sa ville.

  • 13 H. Casado Alonso, El comercio internacional burgalés en los siglos XV y XVI, dans Actas del V Cente (...)

6Toutefois, la tâche de redistribution du grand port de Biscaye ne se limite pas à ces ventes locales. Il assure, de pair avec les autres havres basques, par des expéditions maritimes et des convois muletiers, l’approvisionnement des grands pôles consommateurs. En raison du déclin de Burgos, amorcé à partir des années 155013, de l’affaiblissement de nombreux autres centres économiques de Vieille-Castille avant la fin du siècle, les routes commerciales irriguant cette zone perdent de leur vitalité tandis que celles conduisant à Madrid, promue capitale en 1561, gagnent en importance dans le dernier tiers du XVIe siècle. La redistribution maritime, pour sa part, se traduit par un commerce de cabotage le long de la côte atlantique espagnole : la Galice, le Portugal et l’Andalousie en sont les trois principaux centres. Le fer et les produits arrivés du nord remplissent les cales à l’aller, le fret de retour étant composé de produits locaux ou de marchandises exotiques.

  • 14 Dans la documentation notariale que nous avons compulsée, des cuirs d’Amérique sont mentionnés à de (...)

7Bien que leur origine géographique ne soit pas spécifiée, de nombreuses épices (cannelle, poivre, gingembre, clou de girofle, cochenille, etc.) figurent sur la liste dressée en 1563 parmi les produits qui entrent à Bilbao. Les horizons commerciaux du port du Nervión englobent donc les territoires portugais d’Afrique et d’Inde, et l’Amérique, les marchandises transitant pour l’essentiel par Séville et Lisbonne14. Il faut ajouter à ces produits du lointain, les riches cargaisons de graisse de baleine et de morue qui proviennent de Terre-Neuve, et plus tard du Brésil, du Spitzberg, d’Islande, du nord de la Norvège, ou encore d’Afrique de l’Ouest. En définitive, la géographie concernée par le commerce du Pays Basque est étendue au monde. À l’image des produits venus d’Europe, ces chargements sont soit vendus sur place, soit expédiés en Castille ; par la voie maritime, ils sont également réexportés vers le Nord.

8En somme, Bilbao exerce trois fonctions pour les denrées qui parviennent dans sa ria : celle de port consommateur, et centre de redistribution terrestre et maritime.

I. Essai d’appréciation quantitative du mouvement portuaire de Bilbao au début des années 1560

9Il est bien difficile de déterminer simultanément les échanges de Bilbao avec tous ses partenaires commerciaux. Les sources qui nous permettent d’y parvenir sont regroupées dans la seconde moitié du siècle. De plus, ce type de statistique doit porter sur une année ou une période « normale », c’est-à-dire en dehors des troubles qui perturbent un commerce déterminé. Cela réduit considérablement nos possibilités de calculs, car dans la seconde moitié du XVIe siècle, l’activité économique est presque en permanence placée sous le feu des conflits. Notre documentation ne nous a guère laissé le choix et seule l’année 1561 offre une base documentaire relativement stable et complète. Avant d’apprécier le mouvement global du port de Bilbao pour le début des années 1560, nous étudierons les chiffres du trafic de Bilbao avec Nantes, son principal partenaire commercial.

1. Le volume d’échanges entre Bilbao et la France en 1561

  • 15 Cette étude quantitative est d’autant plus souhaitable que ni les archives espagnoles ni les archiv (...)
  • 16 Je reprends ici, avec quelques modifications, la démarche et les résultats de mon travail publié en (...)
  • 17 Ce fonds se trouve à l’Archivo Histórico Provincial y Universitario de Valladolid (A.H.P.U.V.). Not (...)
  • 18 Huésped de Simón Ruiz entre 1565 et 1593.

10Si l’histoire des relations commerciales entre ces deux havres est bien décrite pour l’essentiel, il manque à cette réalité économique une traduction quantitative15. Deux sources ont facilité la mise en œuvre de nos calculs16. Le premier gisement documentaire sur lequel s’appuie cette appréciation quantitative provient de l’Archivo Simón Ruiz qui regroupe quelque 3200 lettres expédiées de Bilbao entre 1560 et 160017. Parmi ces missives, celles envoyées par Bartolomé del Barco18 sont de première importance car elles permettent d’établir des listes d’arrivées de bateaux et de marchandises à Bilbao, au départ de Nantes entre 1565 et 1589. Trois éléments portent à croire que les listes obtenues présentent un caractère exhaustif. En premier lieu, il faut prendre en compte le nombre des lettres qui, pour la période considérée, oscille entre 1 et 8 par mois, le plus souvent entre 3 et 6. Cette moyenne mensuelle apparaît d’autant plus importante que, dans sa correspondance, Bartolomé rappelle toujours l’arrivée des bateaux notée dans ses lettres précédentes, en cas d’égarement de ces dernières. Lorsqu’une ou deux lettres font défaut, les missives suivantes remédient à ces manques. Ajoutons, pour étayer l’idée avancée, que Bartolomé del Barco enregistre également les bateaux en provenance de Nantes, dans lesquels aucune marchandise ne lui est consignée.

  • 19 J. J. de Azaola, art. cit., p. 788.

11De plus, Andrés Ruiz, chargé d’une partie des affaires de Simón Ruiz à Nantes, participe aux chargements de plus de 75 % des bateaux au départ du port breton vers l’Espagne, dans lesquels sont transportés 95 % de la valeur totale des exportations nantaises à destination de ce pays19. De telles relations réduisent encore plus la marge d’« oubli » imputable à nos documents.

  • 20 A.H.P.U.V. (fonds Simón Ruiz) B.B. à S.R. :
    29/11/1567.
    Dans 5 naves arrivent 750 fardeaux de tissus (...)
  • 21 B.B. à S.R., 27/06/1570.
  • 22 B.B. à S.R., 19/09/1570.

12En fait, l’intérêt de cette appréciation quantitative est de fondre les données liées aux marchandises et celles concernant leur moyen de transport pour déterminer le volume de « fardeaux » de tissus, principal article de ce commerce, importés à Bilbao. À plusieurs reprises, lorsqu’il réceptionne les toiles de Simón Ruiz, Bartolomé livre soit leur quantité globale, soit la capacité totale des navires20. Ainsi l’on s’aperçoit que la part des chargements de Simón Ruiz varie entre 2,5 et 19 %. L’amplitude entre les résultats obtenus est due à plusieurs facteurs. Tout d’abord, les naves espagnoles attirent peu la confiance du marchand castillan. En juin 1570, sa part représente seulement 4,8 % du total21. Ensuite, Bartolomé ne signale pas toujours la quantité de toiles contenue dans le bateau, mais plutôt sa capacité globale. Le 18 septembre 1570 arrive à Bilbao le navire armé d’Yvon Biscaye de « Cresuiq » (Le Croisic) qui transporte 405 fardeaux22. Dans ce cas, Bartolomé ne précise pas la proportion respective consacrée au papier, cartes à jouer, articles de mercerie, et celle réservée aux tissus. En l’occurrence, la part de Simón Ruiz est donc minorée, elle atteint tout juste 2,5 %. Il apparaît que sur les exemples disponibles, la moyenne de ses chargements est de 9,1 %. Il semble que cette proportion puisse être majorée à 10 % sans trop grand risque d’erreurs. Ce chiffre semble bien refléter la réalité. En effet, sur les 14 naves concernées, 10 arrivent avec un total de 1550 fardeaux de tissus. La part de Simón Ruiz est dans ces cas précis de 10,2 %, mais, dans un but pratique, retenons 10 %.

  • 23 Archives Municipales de Nantes :
    – HH 189. Dans ce livre de consignataires sont notées toutes les ex (...)
  • 24 J. J. de Azaola, art. cit. Cet article a un double intérêt. Il met en évidence la complémentarité d (...)
  • 25 Notons quelques rares envois à destination des ports de Laredo et Séville qui ne concernent que peu (...)

13Le second type de sources est constitué par un livre de consignataires (1549-1564) et trois livres de cargaisons qui couvrent la période 1552-156123. Ces documents, qui ont déjà été l’objet d’un bon travail24, appellent de nouvelles précisions et perspectives. En effet, trois éléments corroborent le fait que la totalité des envois de marchandises, ou peu sans faut, s’achemine vers Bilbao25.

Exportations de tissus de Nantes à Bilbao entre 1549 et 1589

Exportations de tissus de Nantes à Bilbao entre 1549 et 1589

* Ce chiffre correspond à trois mois et demi de commerce

Sources : AHPUV ; AMN : HH 189-192

  • 26 H. Lapeyre, Une famille..., p. 505-28, 563-5.

14Tout d’abord, l’indication des destinataires de ces produits, bilbanais dans leur écrasante majorité, apparaît systématiquement dans les livres de cargaisons après 1557, sporadiquement avant cette date, de même que dans le livre de consignataires. Citons, parmi ceux dont le nom se répète : Martín de Anuncibay, Bartolomé de Catalinaga, Martín de Álava et Diego de Vitoria. Par ailleurs, le port destinataire n’est inscrit que dans le cas où il ne s’agit pas de Bilbao. Enfin, les polices d’assurances contractées par la compagnie pour le compte de tiers concernent uniquement les trajets Nantes-Bilbao. Comme pour le fonds épistolaire, il semble possible d’envisager une analyse quantitative globale pour les tissus, le papier et les cartes à jouer, principaux articles exportés de Nantes en Espagne26.

  • 27 Ce monopole a été mis en exergue par le travail de J. J. de Azaola, art. cit.

15Les années 1552 et 1553 sont à part dans ces calculs car elles livrent d’elles-mêmes la capacité importatrice de Bilbao au départ de Nantes. En effet, c’est en vertu d’un monopole exercé durant cette période que la « compagnie du sauf-conduit » exporte ses produits vers le port biscayen27. Ajoutons que toutes les années de guerre ne bénéficient pas d’un salvo conducto. Les exportations sont alors réduites à des volumes dérisoires, comme en 1554 et 1555 ou encore de 1557 à avril 1558, date à laquelle le système du sauf-conduit se remet en marche.

16Au surplus, pour les années de privilèges exclusifs (1552-1553), en comparant les chiffres notés pour les balles de papier et les cartes à jouer dans le livre de consignataires et celui des cargaisons, les résultats apparaissent identiques. Si cette remarque ne vaut pas pour les tissus, c’est qu’en année « normale » la compagnie a peu de commettants intéressés par cet article. Or, l’identité des résultats notée plus haut porte à croire que la « compagnie du saufconduit » contrôle régulièrement la totalité des exportations de balles de papier et de cartes à jouer vers Bilbao.

  • 28 Les droits dits de prévôté constituent la douane du comté nantais, J. Tanguy, Le commerce du port d (...)
  • 29 Il s’agit de 17536 fardeaux, J. J. de Azaola, art. cit., p. 786. Notons que dans les registres de p (...)
  • 30 D’après les chiffres fournis par J. J. de Azaola, art. cit., cette fraude oscillerait entre 5 et 10 (...)

17Pour les quantités de tissus, le problème est tout autre. En effet, si pour le dernier trimestre de 1552 et l’année 1553, la compagnie exporte respectivement 3875 et plus de 14000 fardeaux de tissus, il s’agit là d’un fait exceptionnel qui n’est visible pour aucune autre année. Mais, dans la mesure où la quasi-totalité des marchandises est expédiée vers Bilbao dans ces années-là, les comptes de la prévôté de Nantes s’appliquent, ou peu sans faut, au seul port biscayen28. Ainsi, pour l’année 1556, rapporter le nombre de fardeaux de tissus envoyés par la compagnie à celui enregistré par cette autorité, duquel sont principalement ôtées les balles de papier et les cartes à jouer, permet de disposer du volume total de toiles exporté vers Bilbao29. Une fois la fraude prise en compte, ce volume représente 8,8 % du total expédié30.

Exportations de Nantes à Bilbao entre 1549 et 1564

Exportations de Nantes à Bilbao entre 1549 et 1564

* Ce chiffre correspond à trois mois et demi de commerce

Source : AMN : HH 189-192

  • 31 J. Tanguy, Le commerce du port de Nantes..., p. 74-5.
  • 32 C’est-à-dire 8,8 (base 1556) appliqué aux 1685 fardeaux de tissus exportés par la compagnie auxquel (...)
  • 33 H. Lapeyre, Une famille..., p. 393-4. 1549 = 38 ; 1550 = 40 ; 1551 = 32 ; 1562 = 30 ; 1563 = 26 ; 1 (...)
  • 34 Selon J. J. de Azaola, art. cit., p. 793. La moyenne effectuée de 1552 à 1561 est de 400 unités par (...)

18Il semble possible d’étendre cette proportion aux autres années de paix pour lesquelles l’article tissu est représenté ; d’autant que ce ratio se trouve vérifié en 1559. Cette année-là, les comptes d’un impôt établi par le conseil des bourgeois de Nantes totalisent 17850 fardeaux31. Or, ce chiffre correspond presque exactement aux 17640 fardeaux obtenus par extrapolation32. Ce rapport de 8,8 peut donc s’appliquer aux années 1560 et 1561 sans trop grand risque d’erreur. Pour les périodes 1549-1551 et 1562-1564, le volume des toiles n’apparaît pas faute de livres de cargaisons. Toutefois, en rapprochant le total des bateaux partis de Bilbao cette année-là33 de leur capacité de charge34, l’on peut recouvrer le trafic total des unités de marchandises pour ces deux intervalles. De là, il suffit de retrancher les balles de papier, de mercerie et de cartes à jouer pour reconstituer le volume de tissus exportés vers le port biscayen.

  • 35 H. Lapeyre, Une famille..., p. 67.
  • 36 L’évolution présentée sur notre graphique est confirmée par les chiffres utilisés par J. Tanguy qui (...)

19Si globalement, la technique adoptée nous semble fiable, plusieurs réserves doivent être formulées. Tout d’abord, il est peu probable, comme le montre notre tableau, que pendant l’année 1555 aucun fardeau de toiles ne parvienne à Bilbao. Ensuite, la chute du commerce après 1567 est peut-être moins vertigineuse que ne le laissent entrevoir nos sources. En effet, l’on sait qu’à la fin des années 1560 l’importation des toiles passe au second rang des préoccupations de Simón Ruiz, et qu’il spécule de plus en plus sur le change35. En outre, la baisse des exportations de tissus au départ de Nantes est partiellement compensée par l’arrivée de fardeaux de mercerie et de papier. De toute façon, il ne s’agit pas de considérer ces résultats au fardeau près, mais plutôt de voir les tendances qu’ils décrivent36.

20Pour les années « normales », entendons celles qui ne subissent pas d’entraves majeures, les résultats appartiennent à un même ordre de grandeur, ce qui confirme la cohérence de notre appréciation quantitative. La période considérée (1549-1589) admet certes de grandes variations. Mais il faut compter, dans cette seconde moitié du XVIe siècle, avec ce que les marchands ont coutume d’appeler la maldad de los tiempos – la méchanceté des temps. Les irrégularités des résultats permettent de mieux visualiser les fluctuations de ce commerce. À ces fractures de courbes en maints endroits, plusieurs causes peuvent être avancées, parfois isolées, le plus souvent multiples. Les marchands bilbanais allèguent fréquemment les guerres, la course rochelaise et la hausse des prix. La correspondance marchande multiplie les références à ces éléments, mais il faudrait pouvoir définir les problèmes éventuels de production et de variation de la consommation. De façon générale, apparaît une montée des pressions conjoncturelles à mesure que le siècle s’écoule.

  • 37 J. P. Le Flem, Vraies et fausses splendeurs de l’industrie ségovienne (vers 1460-vers 1650), dans A (...)

21Essayons d’établir des comparaisons. Entre 1579 et 1584, les métiers ségoviens fabriquent en moyenne 12000 draps et à la même époque Florence tisse 13750 draps, Venise 19183, Mantoue 7099, Hondschoote 1241337. Toutes divergences de qualité et de longueur mises à part, dans les bonnes années, le total de tissus exportés vers Bilbao représente globalement la production de ces très grands centres. C’est dire l’importance de ce commerce qui, de plus, ne se limite pas à l’importation de toiles françaises.

22Il s’agit maintenant d’exprimer ces volumes en valeur. De nombreux paramètres sont à prendre en compte. Étant donné la variété des types de tissus et l’hétérogénéité de leur prix, nous devons calculer la part de chaque qualité dans le total pour pouvoir déterminer une valeur totale qui reflète la réalité. Que l’on prenne l’une ou l’autre des sources que nous venons d’exploiter, les proportions de chaque qualité de tissu sont à peu près identiques. Cela confirme l’homogénéité de nos sources et leur représentativité, sinon leur validité globale.

  • 38 J. J. de Azaola, art. cit., p. 791.

23Notre calcul porte sur les exportations réalisées en 1561, année considérée comme « normale ». Il atteint 344,5 millions de maravédis environ. Des calculs similaires donneraient des résultats voisins pour 1556 et 1559, ainsi que pour 156438. Encore faut-il préciser que la valeur attribuée à ces marchandises est basée sur les prix pratiqués à Bilbao. Il y a donc surévaluation par rapport à la valeur des produits au départ de Nantes. Toutefois, comme notre étude concerne Bilbao, il paraît logique d’effectuer ces calculs à partir des prix pratiqués dans ce port.

  • 39 Voir annexe no 3. 1565 = 2 ; 1566 = 5 ; 1567 = 0 ; 1568 = 2 ; 1569 = 3 ; 1570 = 5.

24Si l’on se réfère aux listes réalisées à partir de la correspondance de Bartolomé del Barco avec Simón Ruiz, nous pouvons établir que, pendant les années 1560, entre 2 et 5 navires proviennent d’un port de Bretagne différent de celui de Nantes39. Dans la majorité des cas, Bartolomé a pris le soin de noter la quantité totale des tissus transportés à bord. Une moyenne de trois bateaux par an et de 150 fardeaux de « garnesuis » ou de « bretagnes » sur chacun d’eux ne paraît pas exagérée. Il s’agit même d’un minimum. Ces quelque 450 fardeaux donnent en valeur un montant global de 13,5 millions de maravédis.

  • 40 Le total de ces importations par Bilbao, majoritairement des toiles, atteint donc 370 millions de m (...)

25Pour la Normandie, le même procédé à partir des mêmes documents permet d’évaluer l’arrivée des bateaux en provenance de Rouen et de Normandie dans les années 1560 à deux par an, selon nous un minimum, avec 150 fardeaux à leur bord, soit 12 millions de maravédis40.

  • 41 H. Lapeyre, El comercio..., p. 91-3.
  • 42 Certaines années, comme en 1506, le blé stimule à ce point la navigation que Bordeaux envoie autant (...)
  • 43 Voir F. Michel, Histoire du commerce et de la navigation à Bordeaux, 1867, t. I, p. 476-87.

26Faute de reconstituer des valeurs globales aux mêmes dates, nous pouvons à tout le moins essayer de brosser un tableau partiel des exportations de Bordeaux à destination de Bilbao. Les assurances maritimes de Burgos relatives aux importations de pastel par Bilbao, au milieu des années 1560, portent sur 7,5 millions de maravédis. Toutes les cargaisons de pastel n’étant pas assurées, ce chiffre apparaît encore comme un minimum. En fait, quelque 2064 charges de pastel venues de France par Bilbao passent par Orduña entre le 26 novembre 1559 et le 31 mai 156041, soit en valeur 15,5 millions de maravédis environ. Échappent à cette comptabilité les charges de pastel acheminées vers la Navarre et sur lesquelles nous ne possédons aucun renseignement quantitatif. Disons qu’un total de 35 à 40 millions de maravédis pour l’année 1561 semble raisonnable. Les cargaisons de blé et d’orge qui, au début du siècle, entrent à Bilbao et Portugalete à raison de plusieurs milliers de boisseaux par an ne peuvent malheureusement pas être évaluées précisément, car la destination des céréales n’est pas clairement définie. Mais, traditionnellement, il s’agit d’un commerce de moindre importance, et surtout moins régulier que celui du pastel42. À cette époque, le vin, qui est au début du XVIe siècle le produit bordelais d’exportation par excellence, ne parvient à Bilbao que de façon occasionnelle. De la résine, du poisson, des cordages, du papier, du chanvre, du plomb et quelques fardeaux de toiles font aussi le voyage de Bordeaux à Bilbao43. Au total, les importations de France à Bilbao représenteraient au début des années 1560 quelque 410 millions de maravédis. Pour les raisons que nous avons évoquées, ce résultat est très en-deçà de la réalité. Donner un chiffre rond de 500 millions n’est pas exagéré.

27En ce qui concerne les exportations espagnoles vers la France, nous nous sommes livré au même travail. Ainsi il nous a été possible d’évaluer le total des exportations de fer à destination de Nantes. En 1561, au moins 49 navires font le voyage jusqu’à Bilbao chargés des marchandises dont nous avons déjà établi le volume et la valeur. De ces bateaux, 8 ont pu être retrouvés à Bilbao avec le fret de retour. Tous, sauf un, sont presque exclusivement chargés de fer et d’acier. Les chargements pour lesquels nous possédons des quantités précises sont au nombre de 6 ; ils donnent une moyenne de 237,7 quintaux, qui, appliquée à tous les navires arrivés de Nantes à Bilbao cette année-là, représente un total de 582 tonnes environ, résultat confirmé par les 500 tonnes par an avancées par José Javier de Azaola pour les années de paix qui précédent 1558. D’après nos calculs, une évaluation de 11,9 millions de maravédis semble pertinente. Durant l’année 1561, deux bateaux supplémentaires partent à destination de Morlaix avec 849405 maravédis de fer à leur bord. Malheureusement, nous ne savons rien des quantités de fer exportées par Bilbao vers Bordeaux ou Rouen ; le total de ces exportations est donc sous-estimé et s’élève sans doute à 15 millions, voire davantage.

  • 44 H. Lapeyre, El comercio exterior de Castilla a través de las aduanas de Felipe II, p. 203.
  • 45 A.M.N., HH 189.

28Il nous reste à définir les quantités de laine exportées. L’unique estimation dont nous disposons donne un total de 208 sacs pour la France et l’année 1561, soit 2,7 millions de maravédis environ44. Après que la pragmatique de 1558 ait taxé chaque sac de laine destiné à la France de deux ducats alors que ceux envoyés aux Pays-Bas ne payaient qu’un ducat par unité, le royaume français reçoit ses balles de laine via les Pays-Bas. Songeons qu’en 1553, au moins 1550 sacs de laine arrivent à Nantes depuis Bilbao et que, pendant les années 1555 et 1556, la prévôté de Nantes en enregistre respectivement 1898 et 2090 sacs45.

29Si l’on s’en tient à nos calculs, les échanges de Bilbao avec la France se monteraient à près de 520 millions de maravédis, soit 1,38 million de ducats environ. Le déséquilibre de ce commerce est évalué à plus d’un million de ducats aux dépens de l’Espagne, ce qui établit une forte dépendance à l’égard des produits français. Mais pour les raisons évoquées plus haut, et parce que ni les échanges avec les ports du Labourd, ni ceux qui lient la Biscaye aux havres de La Rochelle et de Calais ne sont connus, il n’est pas exagéré de croire que les échanges entre Bilbao et la France se situent entre 1,4 et 1,8 million de ducats au début des années 1560.

  • 46 T. Guiard-Larrauri affirme que l’inondation que Bilbao a dû endurer en 1593 a détruit la majeure pa (...)
  • 47 Ce chiffre est corroboré par les calculs que nous avons pu faire grâce à trois des sources principa (...)

30À partir de ce résultat, il convient de risquer une évaluation globale pour imprécise soit-elle, d’autant que suite au sinistre du consulat de Bilbao en 1593, tout calcul pour le XVIe siècle semble compromis46. Compte tenu de la part du commerce nantais dans le total du commerce de Bilbao entre 1591 et 1596, lequel oscille entre un tiers environ et plus de la moitié, nous pouvons postuler que le commerce de Bilbao avec la France représente en valeur peut-être 40 % ou 50 % du total de ses échanges au début des années 156047. Cela porterait le total entre 2,8 et 3,6 millions de ducats. Nous répétons qu’il s’agit d’une approximation avec le défaut d’imprécision qui s’ensuit, mais avec l’avantage de pouvoir replacer les activités du port dans un contexte plus général, celui de l’économie espagnole et européenne.

  • 48 El comercio exterior de Castilla a través de las aduanas de Felipe II, 1981, p. 85 et suiv.
  • 49 Ibid., p. 86.
  • 50 Pour des comparaisons entre les deux ports, je renvoie le lecteur à mon article, Nantes et le comme (...)

31Les dîmes de la mer de Castille, étudiées par Henri Lapeyre, qui se réfèrent au commerce de la côte basco-cantabrique valident nos estimations48. Le produit de cet impôt atteint 62 millions en 1567, représentant 7,5 % de la valeur des marchandises, soit à peu près 827 millions de maravédis ou environ 2,2 millions de ducats. Pour l’année 1561 on a des résultats probablement comparables, peut-être plus élevés. Cela pose tout de même un problème, car nos évaluations dépassent ce que suggère le rendement des dîmes. Deux arguments nous permettent de maintenir la validité de nos estimations. En premier lieu, la prédominance de Bilbao au sein de l’ensemble cantabro-basque ne fait aucun doute. En 1564, selon les dîmes d’Orduña et Balmaseda, le trafic de Bilbao équivaut à deux fois et demie celui de Laredo et à huit fois celui de Santander49. Saint-Sébastien, pour sa part, fait figure à cette époque de petit port vis-à-vis du grand havre de Biscaye50. Ensuite, les montants des dîmes ne reflètent que partiellement ce qui entre et sort de Biscaye puisqu’elles ne tiennent pas compte de son « commerce transparent ». Étant donné la particularité douanière de la Biscaye (voir première partie), de nombreux mouvements de marchandises échappent au contrôle des décimateurs. Certains viennent immédiatement à l’esprit. Des marchandises s’exportent de Biscaye, le fer en premier lieu, sans subir de taxation royale ; d’autres proviennent de l’extérieur et se consomment sur place, c’est-à-dire dans la province. Mais on doit prendre en compte d’autres flux de marchandises non soumis aux dîmes : le commerce de cabotage organisé à partir de Bilbao vers la Cantabrie, la Galice, le Portugal et l’Andalousie assurant la redistribution de produits venus de France, des pays de la mer du nord et de la Baltique, et celui qui, en sens inverse, opère au départ de Bilbao et en direction des centres commerciaux français et flamands la redistribution de produits venus de Séville et de Lisbonne. De plus, les exportations de Bilbao à travers le Guipúzcoa vers la Navarre échappent à ces dîmes. Enfin, les résultats obtenus à partir des dîmes de la mer de Castille ne tiennent pas compte de la fraude. Au total, ces chiffres ne démentent aucunement notre démonstration, ils s’avèrent même représenter un jalon supplémentaire pour déterminer le mouvement de notre port.

2. Bilbao et Séville dans les années 1560

  • 51 I. Pulido Bueno, Almojarifazgos y comercio exterior en Andalucía durante la época mercantilista (15 (...)
  • 52 Les routes espagnoles..., p. 98.
  • 53 Ibid., p. 108. Cette affirmation apparaît également dans l’œuvre de P. Chaunu, Séville et l’Atlanti (...)

32Après avoir conforté la validité de nos estimations, il convient par ailleurs de procéder à certaines comparaisons. Quels chiffres livrent les douanes andalouses ? Les différents almojarifazgos (mayor et de Indias) ajoutés et convertis en valeur marchande, compte non tenu des métaux précieux qui subissent une fiscalité différente, se montent pour l’année 1561 à 3,65 millions de ducats environ (l’almojarifazgo Mayor comporte plusieurs taxations : une en vigueur dans le royaume de Séville qui comprend les provinces de Huelva, Cadix et Séville, et deux autres pour les royaumes de Grenade et Murcie)51. Or, cette extrapolation obtenue au moyen des douanes andalouses équivaut à la valeur supérieure de notre estimation fixée entre 2,8 et 3,6 millions ! Si l’on compare le commerce strictement européen de Bilbao avec celui de l’almojarifazgo Mayor qui taxe les échanges de l’Andalousie avec l’Europe, un certain équilibre s’établit : 2,3 millions de ducats pour l’almojarifazgo Mayor contre 2,8-3,6 millions à peu près pour Bilbao. Ces chiffres ne comptent pas, ou peu, car le calcul pour une autre année donnerait l’avantage aux douanes andalouses. D’ailleurs, le but de ce travail n’est pas de déterminer une fois pour toutes la primauté commerciale d’un port sur l’autre, la prééminence revenant sans nul doute à Séville dans le dernier quart du XVIe siècle. Néanmoins, ces chiffres démontrent de façon claire que Séville n’est pas, comme l’a écrit Pierre Chaunu, et après lui nombre d’historiens, le centre vers lequel tout, ou presque, converge au XVIe siècle. En 1967, il écrivait « Elle [Séville] exerce, à l’intérieur du système des communications espagnoles et partant sur l’ensemble des communications dans l’Atlantique, au cours du long siècle de la prépondérance espagnole, un effet de domination qui n’a pas d’équivalent ailleurs au XVIe siècle et je serais tenté de dire, ailleurs, tout au cours de l’époque moderne et contemporaine »52. Au regard des données que nous venons de produire, cela est faux pour les relations de Séville avec le nord-ouest de l’Europe. En outre, la thèse selon laquelle à partir de 1530 « l’axe Medina del Campo-Burgos-Bilbao rétrocède devant l’axe Burgos-Medina-Séville »53, semble erronée.

  • 54 I. Pulido Bueno, op. cit., p. 151, 211.

33De même, après avoir estimé le mouvement mercantile de Séville, dans la seconde moitié du XVIe siècle, de 2-2,5 à 3-3,5 millions de ducats, Ildefonso Pulido Bueno conclut : « el comercio exterior que se concentró en el litoral andaluz durante los tres siglos del periodo moderno alcanza un volumen, diversidad y continuidad no igualado por ningún otro enclave mercantil conocido hasta entonces »54. Bien entendu, les résultats avancés par cet auteur peuvent avoir été sous-estimés, en relation avec la fraude qui n’entre pas en compte dans ses calculs. Mais ne chicanons pas. La contrebande représente selon les spécialistes 10 % du commerce officiel à cette époque-là. Cela ne changerait rien, ou si peu, à notre constat.

  • 55 Cette affirmation est tirée de l’ouvrage de C. Gómez-Centurión y Jiménez, Felipe II, la empresa de (...)
  • 56 Aspects de la société marchande de Séville au début du XVIIe siècle, 1967, p. 11.
  • 57 Les horizons ibériques et coloniaux du commerce des Pays-Bas au XVIe siècle, dans Christophe Planti (...)
  • 58 La proyección mediterránea del sistema portuario español : siglos XVI-XVIII, dans Puertos y sistema (...)
  • 59 Capitalisme et économie-monde, 1450-1640, 1980, p. 152.

34Quoi qu’il en soit, le débat ne se situe pas sur une estimation chiffrée, mais plutôt sur des ordres de grandeur. Nos résultats montrent l’existence et le dynamisme d’un autre pôle de commerce sur la façade atlantique espagnole. La bipolarité commerciale du système espagnol – il faudrait y ajouter Lisbonne – est donc établie. Il semble donc excessif d’affirmer que le volume d’échanges est infiniment plus modeste dans les régions cantabriques (Biscaye et Guipúzcoa compris) qu’en Andalousie, en tout cas jusque dans les années 157055. De même, lorsque Michèle Moret fait de Séville « le marché unique où l’Europe peut venir échanger ses produits contre ceux de la région et surtout ceux d’Amérique »56, il est aisé de voir que cette affirmation est par trop exagérée. Grâce au fer, à la laine et aux produits qu’il redistribue, Bilbao est promu à un rôle similaire de grand foyer d’échanges. Par ailleurs, lorsque Eddy Stols affirme qu’entre 1530 et 1550, Séville est devenue de loin le centre le plus important de la Péninsule Ibérique57, quand Eloy Martín Corrales fait de la Séville des XVIe et XVIIe siècles la clef de voûte du système portuaire impérial58, ou encore lorsque Immanuel Wallerstein déclare que la Séville de Charles Quint est le centre de la vie européenne59, n’est-ce pas schématiser à l’extrême ?

35En définitive, la géographie du commerce espagnol à laquelle nous étions habitués est bouleversée. En termes généraux, compte non tenu des métaux précieux, le commerce de Bilbao de 1561 équivaut à entre plus des trois quarts et la totalité du trafic sévillan de la même année (liens avec l’Europe et l’Amérique confondus). Il y a tout lieu de croire que depuis la fin du XVe jusqu’aux années soixante du siècle suivant, Bilbao n’a pas été réellement distancé par son rival andalou pour le commerce de la marchandise. Et, cela va de soi, les échanges dirigés depuis les ports de Laredo, Santander, San Vicente de la Barquera, Castro Urdiales, comme à partir de ceux du Guipúzcoa, consolident cette puissance nordique. La façade atlantique espagnole est donc gouvernée par un système bipolaire et même tripolaire si l’on ajoute la côte portugaise, sous domination espagnole entre 1580 et 1640. À l’échelle européenne, l’importance marchande de Bilbao et du Pays Basque, pour être étonnante, n’en est pas moins avérée.

  • 60 Nous sommes donc d’accord sur ce point avec ce qu’a écrit Michel Morineau dans, Incroyables gazette (...)
  • 61 « La dimensión americana que venía a añadirse a este sustrato comercial no era un añadido más cuant (...)

36Par ailleurs, étant donné la relative faiblesse des chiffres enregistrés pour l’almojarifazgo de Indias jusque dans les années 1560, il ne semble pas que l’on puisse établir un lien de cause à effet entre toute expansion éventuelle de la production industrielle en Europe et le trafic de la Carrera60. Nous ne pensons pas que le trafic de marchandises entre l’Amérique et l’Espagne ait radicalement changé le système économique dominant avant la découverte de l’Amérique61, pas avant 1560 en tout cas. La permanence d’une économie puissante au nord de la Péninsule jusqu’à cette date en constitue une preuve tangible.

  • 62 Cité par C. Sempat Assadourian, La despoblación indígena en Perú y Nueva España durante el siglo XV (...)

37L’équilibre entre les valeurs marchandes drainées par les deux ports s’effondre t-il lorsqu’on ajoute au trafic sévillan les entrées de métaux précieux ? De 1561 à 1580, la moyenne annuelle des remises de métaux précieux atteint environ 2,3 millions de ducats62. Présenté de cette façon, Séville totaliserait environ 6 millions de ducats de trafic entre les marchandises et les métaux précieux, c’est-à-dire un peu plus de deux fois la valeur du mouvement portuaire bilbanais (estimation la plus basse : 2,8 millions de ducats). La différence n’est pas aussi importante qu’on aurait pu le penser, surtout que Bilbao absorbe et redistribue une partie de l’argent des Indes.

38Les envois de numéraire de la Péninsule Ibérique vers la France, l’Angleterre et les Pays-Bas s’expliquent par le déséquilibre des échanges commerciaux entre l’Espagne et ces royaumes. Outre des quantités, nos sources décrivent avec précision les réglementations juridiques auxquelles sont soumises ces exportations et leurs vicissitudes.

  • 63 A.H.P.U.V., C 8-136, B.B. à S.R., 7/04/1569.
  • 64 Ibid., C 8-172, B.B. à S.R., 23/07/1569, C 8-175, 6/08/1569.

39En avril 1569, muni d’une autorisation royale « para sacar dineros fuera del reyno », Bartolomé del Barco et Diego de Vitoria se rendent chez le corregidor pour obtenir son accord et une licence supplémentaire permettant la sortie de métallique63. Par la suite, ils se présentent devant le preboste mayor afin qu’il compte, ferme et cachette les sacs de monnaie. Après avoir choisi les embarcations devant assurer le transport, Bartolomé délivre des autorisations et dicte les impératifs de sécurité à observer scrupuleusement par les maîtres de navires. Certaines de ces recommandations écrites interdisent par exemple à quiconque de quitter le bateau au cas où il accosterait dans un havre différent du port destinataire. D’autres, signées du corregidor, servent de laissez-passer dans l’hypothèse où le preboste de Portugalete poserait des problèmes. Une commission est d’ailleurs prévue pour ce dernier. Souvent nos marchands doivent affronter de lourds impondérables. Un retard de courrier, une dénonciation, et toute l’expédition est à reconsidérer. Durant l’été 1569, les prieur et consuls de Burgos font ajourner une exportation de 10 millions de maravédis64. Les autorités de ce consulat exigent, pour prévenir le danger existant sur les côtes, une protection armée de 3 ou 4 zabras pour les 7 navires qui doivent quitter le port. Leurs homologues de Bilbao ayant accepté cette mesure, une escorte est organisée : les deux premières zabres sont dotées de 40 marins et de 7 ou 8 passagers chacune, la troisième de 25 hommes seulement, la moitié arquebusiers, l’autre moitié arbalétriers. Qui plus est, ces petits bâtiments sont pourvus de plusieurs pièces d’artillerie.

  • 65 Ibid., C 8-176.
  • 66 Ibid., C 8-222, 28/08/1569.
  • 67 Ibid., C 10-133, B.B. à S.R., 2/02/1570, C 10-94, D.V. à F.P., 2/01/1570.
  • 68 En effet, en janvier 1570, 9000 ducats sont chargés à bord de deux bateaux français pour aller depu (...)
  • 69 A.H.P.U.V., ibid., C 13-52, B.B. à S.R., 31/01/1571.
  • 70 Ibid., C 8-169, B.B. à S.R., 12/07/1569.

40En dépit de cette protection armée, qui coûte 1200 ducats pour l’aller et le retour, les Señores de Burgos ont expédié une information à Madrid. Le roi est averti du péril que représentent les mendigos del mar, au moment où 200000 ducats doivent s’acheminer vers Nantes65. En fait, les Burgalais ayant assuré une bonne part de ces chargements ne veulent pas y perdre leur argent. La réponse ne se fait pas attendre, une interdiction d’exportation de numéraire est promulguée et les bateaux repartent de Bilbao sans argent. Il semble par la suite que l’argent soit l’objet d’une confiscation, car il prend le chemin de Madrid66. Nous n’en apprendrons pas plus sur cette affaire. Il apparaît seulement que la prohibition royale perdure. Même si pendant les deux premiers mois de 1570, des exportations d’argent ont lieu au départ de Castro Urdiales67, il est fort possible que cette interdiction reste lettre morte à Bilbao même68. Mais une fois encore, ces expéditions sont accompagnées de l’imprévisible. Au début de l’année 1571, un juez de sacas est à Bilbao pour questionner Bartolomé au sujet d’exportations de numéraire effectuées par le port de Castro Urdiales69. Le pire de tous ces contretemps est la prise d’un navire, tel celui qui, de retour à Quimper, se fait délester de 16000 ducats70.

  • 71 En 1579, Pero Ruiz envoie à Diego de Vitoria deux licences d’exportation, une de 10000 ducats et un (...)
  • 72 A.F.B., act 1201/21. Dans certaines occasions, ce trajet se prolonge jusqu’à Lyon et Milan, J. Vice (...)
  • 73 H. Lapeyre, Simón Ruiz..., p. 22, 23, 27, 28, 78.
  • 74 J. Bottin, La redistribution..., p. 35.

41Il suffit de prendre connaissance des licences qui sont distribuées pour imaginer les volumes de monnaie sonnante qui s’évadent par le port de Bilbao71. En 1584, 60000 ducats sont exportés sur quatre navires bretons de Bilbao à Nantes72. Par ailleurs, lors des asientos signés entre les hommes d’affaires et Philippe II, l’argent exporté par la voie bilbanaise atteint des sommes considérables, près d’un million de réaux en moins de trois ans73. Dans les années 1600, le Flamand Francisco Adriensen, de Bilbao, expédie à cinq reprises de l’argent en barres ou en doublons à Rouen via Dieppe pour le compte de marchands d’Anvers et de Hambourg74.

  • 75 P.R.O. - Letters and papers foreign and domestic, 1540-1541, 1965, no 486.
  • 76 P.R.O. - Calendar of State Papers-Foreign series, 1579-1580, 1904, no 436.

42Les références aux exportations de numéraire à destination de l’Angleterre ne manquent pas non plus. En 1539, des marchands anglais sont arrêtés au moment de quitter le port de Bermeo ayant à bord de l’argent et des marchandises de contrebande75. En 1580, pour payer des livres et bréviaires qu’il a fait venir de Venise, Giulio Giunta, un Florentin, exporte 5172 ducats de Bilbao et de Saint-Sébastien jusqu’en Angleterre76.

  • 77 A.D.B., source citée.
  • 78 Ibid. Ces exportations sont réalisées pour le compte des prieur et consuls de Burgos.
  • 79 En mars 1580, 2 barques quittent Portugalete with great store of money, acheminé primitivement de l (...)

43Anvers et Bruges sont le troisième foyer récepteur de ces expéditions de numéraire au départ de Bilbao. En 1568, les Burgalais assurent 4500 ducats de monnaie métallique expédiés vers la ville de l’Escaut77. Le 27 mai 1570, un montant de 7321 ducats doit appareiller de Santander et/ou Bilbao jusqu’à Bruges78. Cette porte de sortie est tellement utilisée que Charles Quint et Philippe II n’hésitent pas à procéder à ce type d’expéditions à destination d’agents de la Couronne ou de banquiers établis à l’étranger79.

  • 80 A.F.B., leg. 3856.

44Tenir compte de l’argent qui s’exporte par le port de Bilbao ne donne qu’une vision partielle de la situation. La nécessité de répondre aux demandes du roi en fournissant armes et navires, ouvre un nouvel itinéraire. Le 28 janvier 1573, 130000 réaux sortent de Séville pour se rendre à Bilbao. Il est précisé que cet envoi est ordonné par le roi et qu’il doit servir à l’achat de « cosas nescesarias »80. L’on ne peut guère s’y tromper : il s’agit de préparatifs de guerre (voir première partie, chapitre II). Ces arrivées de numéraire qui enrichissent la population basque ne sont qu’un aspect de ces affaires où le roi apparaît. Au début du XVIIe siècle, des expéditions d’argent comptant gagnent le Pays Basque au moment où il est question de trouver du métal pour frapper monnaie. La présence dans le port de nombreux Hollandais et de marchands bilbanais pourvoyeurs de cuivre, conduit la Casa de la Moneda de Burgos et celle de Tolède à envoyer des pièces d’argent à Bilbao.

  • 81 A.G.I. (sources citées). La totalité des documents consultés montrent bien que lors de la mort d’un (...)
  • 82 Il convient de rectifier la citation faite par L. García Fuentes, op. cit., p. 153 qui parle d’1/7 (...)

45Par ailleurs, les bénéfices des affaires menées par les Basques de Séville, animent un flux de métaux précieux vers le Pays Basque qui montre bien les liens avec la terre d’origine. Les chiffres que procurent le dépouillement de la section « biens des défunts » (XVIe siècle) des archives des Indes à Séville, ainsi que ceux enregistrés par Lutgardo García Fuentes pour le XVIIe siècle sont très évocateurs81. D’ailleurs, un registre officiel des sorties d’or et d’argent de Séville des années 1570 et 1571 prouve l’importance de la zone cantabrique qui absorbe un septième des exportations d’or et un vingtième de celles d’argent82. Outre le fait que ces expéditions de métaux précieux vers le nord péninsulaire prouvent que tout l’argent américain ne s’enfuit pas vers l’étranger, elles dévoilent l’importance économique des provinces basques dans le commerce américain. Et, est-il besoin de le préciser, le commerce américain n’est pas la seule source de profits de ces provinces.

46Bien entendu, Bilbao n’est pas une grande place de change, mais ces importations et exportations de numéraire montrent tout de même que le port de Biscaye fait partie des circuits financiers européens. Cette longue énumération n’est pas vaine, car le commerce de l’argent que nous venons de présenter réduit encore l’écart entre le mouvement portuaire de Bilbao et celui de Séville.

47Ces résultats soulèvent une autre interrogation. En effet, qu’en est-il de la concordance entre population et puissance économique. Il faut préciser que nous ne possédons pas les chiffres de population pour Bilbao vers 1560. Elle dépasse sans doute les quelque 5700 habitants qui lui sont attribués au début du siècle. Quoi qu’il en soit, l’écart avec Séville est très important puisque le port andalou dépasse les 100000 habitants en 1580.

  • 83 Voir première partie, premier chapitre.
  • 84 Voir troisième partie, premier chapitre.

48Plusieurs raisons peuvent être évoquées pour comprendre cette différence. Au XVIe siècle, la forte émigration basque vers l’Andalousie et vers les différents centres du commerce européen ralentit les effets de la poussée démographique sur place. Mais, si la ville de Bilbao est assez faiblement peuplée, la Biscaye, pour sa part, l’est très densément et possède plusieurs noyaux urbains impliqués dans le commerce international et liés au port du Nervión83. De plus, à Bilbao, la population est davantage tournée vers le commerce et l’industrie qu’à Séville84. Ensuite, le cumul de fonctions à Séville (centre religieux avec un archevêché, un des plus riches des royaumes d’Espagne, administratif, culturel, et bien entendu carrefour commercial) pousse au gonflement d’une population qui ne participe pas forcément aux échanges commerciaux. Bilbao, pour sa part, est seulement un centre marchand.

  • 85 Voir les premiers chapitres des première et troisième parties.

49Par ailleurs, le commerce des deux ports est différent. L’activité de Bilbao s’appuie essentiellement sur un commerce intra-européen, de cabotage, à courte distance et en relation avec les pôles castillans. Ces populations du nord de l’Espagne font corps85, alors que Séville nécessite davantage d’intermédiaires et de commis regroupés sur place, car les délais sont plus longs, les exportations plus massives, moins bien réparties dans le temps, les relais moins nombreux et le volume des marchandises gardées en entrepôts plus important.

50Enfin, la perspective de fabuleux profits, et surtout la faiblesse relative de la participation des locaux au commerce incitent les étrangers à se rendre à Séville, alors qu’à Bilbao la présence étrangère est en comparaison réduite. En effet, au XVIe siècle, Basques et Castillans prennent le commerce à leur compte et contrôlent sur leur territoire les va-et-vient de marchandises et une partie de la finance.

II. Bilbao et le réseau portuaire européen

  • 86 E. Fernández de Pinedo, Structure économique et conflits sociaux : corporations et marchands dans l (...)

51Des activités de pêche, de guerre et de commerce sont à l’origine des liens tissés entre le Pays Basque et l’extérieur. Ainsi, comme nous l’avons vu, pendant la guerre de Cent Ans, le recours des Anglais et des Français aux Basques a placé ces derniers dans une situation favorable, grâce aux privilèges reçus des différents monarques, pour affirmer leur présence dans les deux royaumes ennemis. Mais la guerre et la pêche n’expliquent pas à eux seuls le développement du commerce. Les causes religieuses participent également de cette réalité. Le chemin de Saint-Jacques unit par la voie terrestre la Péninsule Ibérique au reste de l’Europe : idées, marchandises, immigrants et pèlerins, surtout à partir du dernier tiers du XIe siècle, pénètrent alors avec plus de vigueur dans les divers royaumes chrétiens86.

1. Des liens forts avec la Méditerranée jusque vers 1560-1570

  • 87 Calcul effectué d’après la liste des assurances donnée par H. Casado Alonso, Comercio internacional (...)
  • 88 B. Dini, Mercaderes españoles en Florencia, dans Actas del V Centenario del Consulado de Burgos, 19 (...)
  • 89 Ibid.

52Nous ne reviendrons pas sur l’historique du commerce basque en Méditerranée assez longuement évoqué dans la première partie. Intéressons-nous plutôt aux liaisons directes de Bilbao avec la Mer Intérieure. À la fin du XVe siècle, le trajet Bilbao-Pise occupe 5,3 % des assurances signées à Burgos87. Les marchandises assurées sont exclusivement de la laine et du fer. Nous retrouvons ces deux matières premières dans les comptes de la compagnie toscane des Salviati (1490-1500) qui, bien que spécialisée dans le commerce de la soie, a besoin du fer de Biscaye88. Qui plus est, apparaissent parmi les marchands espagnols qui font affaire avec cette compagnie, certains négociants d’origine basque de grande envergure tel que Cristofono d’Arbietto89 (Cristóbal de Arbieto).

  • 90 J. Heers, Gênes au XVe siècle. Activité économique et problèmes sociaux, 1961, p. 219-20.
  • 91 Ibid.
  • 92 Ibid., p. 223. D’autres familles comme les Centurioni s’occupent aussi du trafic du fer, ibid., p.  (...)
  • 93 Ibid., p. 220.
  • 94 E.M. Ferreira Priegue, op. cit., p. 757.

53Au XVe siècle, la région de Gênes, un des plus grands centres métallurgiques d’Italie, ne dispose pas de minerai en quantités suffisantes90. Aussi, le grand port ligure s’approvisionne-t-il au dehors. Le fer de Biscaye est entreposé à Voltri (dans la juridiction de Gênes)91. D’après des enquêtes menées dans le cadre d’un procès, Gregorio Spinola aurait reçu, au milieu des années 1450, 1900 tonnes de minerai de fer biscayen dans son magasin92. En 1452, deux navires basques ont chargé à Portugalete du fer pour Gênes. Palerme constitue une autre destination de ce trafic93. Par ailleurs, il semble bien que Naples reçoive des armes d’origine basque ou en tout cas appartenant à des Basques94.

  • 95 A.F.B., leg. 1040 no 58-59. Ces montants sont à récupérer aux foires de Medina del Campo et Villaló (...)
  • 96 A.F.B., leg. 1040 no 27.
  • 97 A.F.B., leg. 1040 no 20.
  • 98 A.F.B., leg. 1390 no 22.

54Au XVIe siècle, les relations de la Biscaye avec les ports italiens se poursuivent. En 1539-1540, deux procurations, données par deux marchands biscayens, ont pour objet l’encaissement de lettres de change de 670 ducats, de 1500 écus et de 676 livres et 19 sous, monnaie de Gênes95. Ces sommes peuvent représenter la contrepartie d’envois de marchandises vendues en Italie, tout comme des affaires de change effectuées par les marchands basques par l’intermédiaire des Génois. Toujours est-il qu’à la même époque, mention est faite d’une vente de 829 quintaux de fer à Naples96. L’affaire regroupe des marchands basques et castillans. San Juan de Amézaga, de Bilbao, à qui appartient la marchandise, doit recevoir le paiement de sa cargaison des mains d’Álvaro Sandoval et de Pedro de Aguilar, habitant de Burgos, la vente ayant été réalisée par Gracián de Lezama. Certains Basques s’installent même en Italie. En 1540, Antonio de Eguía déclare agir en tant que facteur et négociateur de son frère, Pedro de Eguía, résident de Naples97. En 1603, un inventaire fait à Gênes établit la liste des effets personnels laissés par Martín de Regoitia, originaire de Bilbao98. Ils témoignent d’un mode de vie différent de celui que mènent ses contemporains installés en Biscaye. On compte parmi les objets trois livres, chose rare dans le port du Nervión.

  • 99 Voir annexe no 2.
  • 100 A.D.B. -Casa de Velázquez (fonds Marie Helmer), assurances.
  • 101 A.G.S. -C.M., leg. 153 no 11.
  • 102 A.F.B., leg. 1211 no 64.

55En 1519-1520, deux bateaux partent de Bilbao pour les côtes espagnoles du Levant, l’un vers Valence, le second vers Carthagène, avec une cargaison de 800 quintaux de fer à son bord, dont le propriétaire est Juan de Alday, habitant de Bilbao99. Une cargaison de fer et de papier est aussi destinée à Almuñécar dans les années 1560100. Il est remarquable de voir de nouveau Bilbao jouer un rôle de redistribution des produits venus de l’étranger, pour le papier et les textiles. Dans son testament daté de 1568, Aparicio de Ugarte, originaire de Bilbao, confie devoir au roi 209000 maravédis pour des ventes de tissus effectuées à Valence101. À la même époque, Málaga allonge la liste des ports levantins qui reçoivent du fer de Biscaye : 800 quintaux lui sont destinés102.

  • 103 T. Guiard-Larrauri, Historia del Consulado..., note p. 156 et suiv.

56Jusque dans les années 1540-1550, ces relations sont prospères. Entre 1500 et 1537, 80 navires et leurs maîtres dits vizcaínos parcourent la Méditerranée103. Diverses provenances se cachent derrière le terme générique de Biscayen, certains sont Cantabres, d’autres Galiciens ou Basques français. Néanmoins, dans la liste donnée, beaucoup sont dits bilbaínos tandis que d’autres ont chargé dans ce port, à Portugalete ou à Saint-Sébastien. C’est le cas de 5 navires sur 10 en 1529, de 5 sur 7 en 1531, de 2 sur 5 en 1534 et de 3 sur 5 en 1537.

  • 104 T. Guiard-Larrauri, Historia del Consulado..., p. 159. « Livourne, Viareggio et Gênes et à quelconq (...)
  • 105 H. Casado Alonso, El comercio internacional burgalés..., p. 193.

57En 1544 et 1545, cependant, leur importance semble en net recul, en particulier sur le parcours des ports de l’Adriatique (Barletta, Manfredonia) jusqu’en Andalousie où Giulio Fenicia les avait vus si nombreux au début du siècle. De même, les relations directes au départ du Pays Basque s’estompent. Malgré une baisse évidente de ces relations, les ordonnances consulaires sur les assurances datées de 1558 confirment que les Basques continuent de réaliser des va-et-vient entre le littoral basque et la Méditerranée : le document fait état de naves envoyées à « Liorna e Bicarejo e Génoba o a otros cualesquier puertos de Levante y Berbería como son Oran, Bugia y la Goleta »104. En 1562, et même après cette date, des voyages s’effectuent toujours vers la Mer Intérieure. D’ailleurs, les chiffres des avaries du Consulat de Burgos confirment que jusque vers la fin des années 1560 d’actives relations ont lieu entre le nord de la Castille et Florence via les ports basques et cantabres105.

58Les liens avec la Mer Intérieure tendent pourtant à s’espacer, et il est bien difficile de trouver plusieurs navires chargés à Bilbao et passant le détroit de Gibraltar après 1570.

2. Les ports de Guyenne, de l’Aunis et d’Angleterre : une collaboration fluctuante

  • 106 Notons par exemple qu’un navire anglais transporte du cuivre flamand de Douvres à Bilbao. Pour ces (...)

59La Rochelle joue un rôle d’étape, bien que modeste, sur les routes de l’Espagne aux Pays-Bas et vice versa. De même, transitent par les ports de Guyenne et d’Angleterre des marchandises espagnoles destinées à la zone s’étendant de la Bretagne aux Pays-Bas et vice versa106. Le royaume d’Angleterre opère de plus un commerce de redistribution des produits baltes en Espagne. Mais pour des raisons diverses, leur rôle d’intermédiaire est moins prononcé que celui joué par la Bretagne et les Pays-Bas.

  • 107 Depuis 1224 au moins, les Biscayens sont en relation avec Bordeaux, C. Douyère, Le testament de Ped (...)
  • 108 En 1444 et 1448-1449 seulement, à la faveur des trêves, une nef de Saint-Sébastien et trois de Font (...)

60De surcroît, à mesure que l’on gagne le sud du royaume français, les échanges sont d’un autre type que ceux étudiés dans le paragraphe suivant, non seulement du point de vue des objets commercialisés et de l’intensité des échanges, mais également de leurs modalités. En effet, au XIVe siècle à Bordeaux comme au XVe siècle à La Rochelle, si les marchands espagnols vendent de la laine et du fer, ils y achètent surtout du blé, du vin et du sel107. Toutefois, pendant la première moitié du XVe siècle, à cause de la guerre, les navires que l’on voyait à Bordeaux au XIVe siècle ne s’y montrent plus108. La période de Reconquête est suivie par un développement des échanges, et les relations entre riverains du même golfe s’étoffent avec le développement du commerce du pastel.

  • 109 Ibid., p. 503.
  • 110 Valeurs établies à partir des 207 assurances dont H. Casado Alonso donne la liste dans Comercio int (...)
  • 111 Ibid.
  • 112 W. R. Childs, El Consulado del Mar, los mercaderes de Burgos e Inglaterra, dans Actas del V centena (...)
  • 113 G. Caster, Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse (1450-1561), 1962, p. 93-9.

61Après le départ des Anglais, Bordeaux accueille des Espagnols, dont certains, comme Pedro Dalsata, paraissent d’origine basque109. La part prise par le port de Bordeaux et le pastel dans les assurances de Burgos entre 1481 et 1508 est importante. Presque un bateau sur cinq a pour port d’embarquement Bordeaux et lorsque la marchandise est indiquée, il s’agit à plus de 80 % de pastel110. Dans le dernier quart du XVe siècle, de nombreux acheteurs castillans, surtout de Burgos, vont à Toulouse pour se porter acquéreur de la plante tinctoriale111. Cependant, les Burgalais ne sont pas les seuls à tirer profit de cette nouvelle denrée. Des marchands basques, notamment les Arbieto et les Vitoria de Bilbao, font le commerce de cet article à partir de Bordeaux et à destination de Londres et de la Castille112. D’autres marchands de Bilbao vont se procurer la précieuse teinture à Toulouse même113.

  • 114 Pourcentage établi à partir des chiffres donnés par J. Bernard, op. cit., t. I, p. 22 note 23 et de (...)
  • 115 Pour la seule année 1546, la compagnie Bernuy vend pour plus de 89 millions de maravédis de marchan (...)

62Au début du XVIe siècle, l’importance croissante du marché et des marchands ibériques à Bordeaux et à Toulouse se traduit par la déviation d’une partie du trafic du pastel au profit de Bilbao. Pour les années 1519 et 1520 respectivement, arrivent au minimum dans le port de Bilbao 709 et 141 tonneaux de pastel. Bilbao est alors devenu un débouché important puisqu’il représente en moyenne sur ces deux années presque 18 % des exportations totales de pastel réalisées au départ de Bordeaux114. Le port biscayen intervient de trois façons : comme porte d’entrée pour le pastel expédié depuis Bordeaux et destiné à la Castille, en tant que place où se vend et s’achète la teinture, et comme étape pour le pastel qui, accompagné de fer, s’achemine vers l’Angleterre. La famille Bernuy, de Burgos, propriétaire au début du XVIe siècle, à Toulouse, du magnifique hôtel particulier que l’on peut y voir encore aujourd’hui, importe de grandes quantités de pastel par Bilbao115. Il est bien évident que les relations de la Biscaye avec le Golfe de Gascogne ne se bornent pas aux liens établis avec Toulouse et Bordeaux, et encore moins au seul commerce du pastel. Néanmoins, l’ampleur et la valeur de ce commerce forment la base des échanges entre Bilbao, Bordeaux et Toulouse. Il semble bien que ces échanges s’affaiblissent à partir des années 1560.

  • 116 F. Brumont et G. Larguier, Trois lettres de Pierre Assézat (1575), Annales du Midi, av.-juin 1998, (...)
  • 117 J. Bernard, op. cit., t. II, p. 520.
  • 118 À cette époque les trois ports basques attirent 30 des 46 départs vers l’Espagne, Y. Giraud, Le com (...)

63Mais la production du pastel n’entre pas pour autant en crise à partir de cette période, comme l’avait pensé Gilles Caster. Concurrencée par l’indigo côté atlantique, la plante tinctoriale emprunte de plus en plus la voie méditerranéenne, même si l’approvisionnement par le Golfe de Gascogne ne cesse pas complètement après 1561116. Quoi qu’il en soit, les marchands de Bilbao, qui avaient su capter une part des exportations bordelaises à destination de l’Espagne et de l’Angleterre, perdent encore aux environs des années 1560-1570 une nouvelle source d’enrichissement, et cela, même si le blé, le vin et le chanvre complètent les chargements à destination de la Biscaye. Le fret de retour comprend du fer, des ancres, des balles de laine, des barils de sardines ou de la graisse de baleines117. Plus tard, au début du XVIIe siècle, les relations entre Bordeaux et les ports espagnols représentent encore plus de 20 % du trafic du port de Guyenne, mais Bilbao doit partager avec Saint-Sébastien et Fontarabie le drainage des importations118. La base de ce commerce est alors le blé.

  • 119 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 231. De plus, on sait qu’en 1224 des Biscayens sont en relat (...)
  • 120 Aperçus..., p. 296. En 1345, une convention est ratifiée pour les marchandises espagnoles venant de (...)
  • 121 T. F. Ruiz, Mercaderes castellanos en Inglaterra, 1248-1350, Anuario del Instituto de Estudios Marí (...)
  • 122 T. F. Ruiz, art. cit., p. 28.
  • 123 Ibid., p. 27 et B. Caunedo del Potro, La actividad..., p. 19-27.
  • 124 Pourtant, à la fin du XVe siècle, Betsabé Caunedo del Potro considère le fer comme le principal pro (...)
  • 125 J. A. García de Cortázar, loc. cit.

64L’Espagne n’est pas seulement liée à l’Angleterre par l’intermédiaire des produits français : elle l’est aussi grâce à ses propres productions. Dès 1172, l’importation des laines de Castille par l’île est frappée d’une interdiction royale afin de protéger les producteurs anglais119. Selon Paul Jeulin, les échanges avec Bilbao seraient officialisés par une charte signée en février 1294120. L’essor de ces échanges entre 1250 et 1350 doit beaucoup à l’intense activité des hommes d’affaires et des marins du nord-ouest de la Péninsule : la majeure partie des produits castillans exportés en Angleterre le sont depuis les ports basques et cantabres121. Pour en être convaincus, précisons que plus de 100 marchands castillans, basques et cantabres, et 40 naves arrivent en Angleterre en moins de 15 mois au cours des années 1337 et 1338122. D’Angleterre, les marins et les marchands de la côte cantabre et du Pays Basque vont aussi en Flandre, Brabant, Hainaut, en France et en Italie pour échanger des produits anglais contre ceux de l’industrie de ces contrées. Ce sont eux qui jouent un rôle fondamental d’intermédiaires dans les premiers échanges de l’Angleterre avec le continent123. Au début du XIVe siècle, les arrivées de laine castillane se multiplient et dépassent en importance les expéditions de fer jusqu’alors souveraines124. Les Anglais, qui jusque-là exportaient leur laine aux Pays-Bas, deviennent importateurs de cette matière première en vertu de la politique d’Édouard I dont l’objectif est la création d’une industrie textile nationale125.

  • 126 T. F. Ruiz, art. cit., p. 29.
  • 127 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 233
  • 128 Voir, B. Caunedo del Potro, La actividad de los mercaderes ingleses en Castilla (1475-1492), 1984, (...)
  • 129 M. Mollat, Le rôle..., p. 48-9.

65La guerre entre l’Angleterre et la France, avec la mobilisation des navires anglais qui s’ensuit, impose le recours à des bateaux étrangers, en particulier ceux de la côte cantabrique126. Par la suite, les liens se raffermissent entre les deux partenaires : le commerce entre la Castille et l’Angleterre s’accroît tout le long du XVe siècle127. Pendant les années 1470-1480, des accords politico-commerciaux se multiplient entre les deux contrées128. À cette époque, certains marchands d’origine basque résidant en Angleterre obtiennent la nationalité anglaise. En 1497, c’est le cas de Sebastián de Mújica et de tous les siens129.

  • 130 W. R. Childs, England’s iron trade in the fifteenth century, The Economic History Review, 1981, p.  (...)
  • 131 Ibid., p. 41-6.
  • 132 W. R. Childs, El Consulado del Mar, los comerciantes de Burgos e Inglaterra, dans Actas del V Cente (...)
  • 133 Résultats à partir des annexes produites par W. R. Childs, ibid, p. 399 et suiv.
  • 134 Ibid.

66Sur les produits qui composent les échanges entre Bilbao et l’Angleterre, nous sommes assez bien renseignés. En 1389, Londres importait déjà plus de 400 tonnes de fer, tandis que les arrivées totales de ce produit en Angleterre devaient se monter à 1000 tonnes130. À la fin du XVe siècle, ces importations ont certainement atteint 3000 tonnes dont 90 % sont issues des provinces basques131. Tant pour les importations que pour les exportations à partir et à destination de Londres, nous possédons des données fiables pour la fin du XVe siècle qui permettent de mesurer l’importance des marchands basques dans le commerce anglo-castillan 132. Dans le total des marchandises importées par des marchands espagnols à Londres, les Basques représentent plus de 20 %, en 1487-1488133. Le fer est évidemment au premier rang de leurs importations, avec 76 % du total, suivi par le pastel pour plus de 13 %, puis viennent l’huile, le vin, les peaux, etc. La structure des importations basques est différente de celle de la communauté espagnole prise dans sa globalité. En effet, pour les importations castillanes, dans le total exprimé en valeur, la balance penche en faveur du pastel, plus de 5100 livres contre 4280 pour le fer134.

  • 135 Proportion établie d’après les chiffres publiés par W. R. Childs, ibid., annexe 1, tableau 1. Cette (...)

67Quelques années plus tard, en 1494-1495, les exportations de draps effectuées par les Basques représentent 25 % du total expédié par des Espagnols tandis que les importations totalisent près de 30 %. Entre un quart et un tiers du commerce des royaumes d’Espagne avec Londres serait donc aux mains des marchands basques à la fin du XVe siècle. À cette époque comme au début du XVIe siècle, ces importations espagnoles à Londres viennent en majorité du Golfe de Gascogne, la valeur représentée par le fer et le pastel atteignant plus de 75 % à la fin du XVe siècle135.

  • 136 Annexes no 2-3 ; W. R. Childs, England’s iron trade...
  • 137 L’accession au trône de Charles Quint et son élection comme empereur ont favorisé le développement (...)

68La position commerciale des Basques à Londres semble se renforcer à partir du début du XVIe siècle. Les importations basques dépassent alors 35 % du total des importations espagnoles et, en 1509, les Basques contrôlent plus de 40 % du total exporté de Londres par des Espagnols. C’est dire l’envergure de leurs affaires. La capitale anglaise n’est pas seule à recevoir la visite des bateaux basques et à entretenir un commerce actif avec le golfe de Gascogne. Bristol, Southampton, Sandwich, Barnstaple, pour ne citer que les ports les plus importants, y participent136. Jusque dans les années 1540-1560, le commerce entre les deux contrées est très actif137.

  • 138 La Castille ne semble pas non plus avoir eu un consulat en Angleterre, H. Casado Alonso, Las coloni (...)
  • 139 P.R.O. -Calendar of the close rolls 1476-1485, 1954, p. 227-28. Après 1300, les exemples de concess (...)

69À notre connaissance, nul document n’atteste la présence d’un consulat de Biscaye en Angleterre138. Cependant, les archives londoniennes font état de l’intervention des monarques anglais en faveur des Basques, par l’octroi de sauf-conduits et autres privilèges et protections royales139. En contrepartie des ventes d’armes, de bateaux, et des divers services maritimes qu’ils rendent au roi d’Angleterre, les Basques reçoivent des faveurs dans la cité de la Tamise et dans toute l’île (voir première partie, premier chapitre). Ces avantages protègent les bénéficiaires contre des vols éventuels et contre les embargos de leurs navires et marchandises. S’y ajoutent parfois des privilèges juridiques.

  • 140 Pour l’étude de l’organisation du commerce entre le Pays Basque et l’Angleterre, sauf indication co (...)
  • 141 G. Caster, Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse (1450-1561), 1962, p. 116. Notons que (...)

70Essayons d’examiner les activités du groupe de marchands bilbanais qui de 1487 à 1520, depuis Bilbao, Bordeaux ou Londres, s’est intéressé à ce commerce140. Francisco de Arbieto, établi à Londres au moins depuis 1487, fait venir d’Espagne plus d’un million de maravédis de fer ainsi que des peaux. Quelques années plus tard, il reçoit des marchandises appartenant à Martín Dorbino, à Pedro de Miranda et à Pedro del Poyo, près de 300 balles de pastel, 6 tonneaux et 1 barrique de vin. Très vite, l’on découvre d’autres membres de la famille Arbieto en activité. Fernando de Arbieto, également installé à Londres, reçoit 111 balles de pastel que Alonso de Salamanca, résident bordelais, a chargées pour Lopes de Arbieto. La même année, un Laurens de Arbieto, probablement résident de Bordeaux, fait parvenir 40 balles de cette teinture à Francisco. À la fin du XVe siècle, Pedro del Poyo expédie à Londres pour le compte de Francisco des ballots de la plante tinctoriale. Au tournant du siècle, Francisco regagne le continent et agit de préférence à partir de Bordeaux ou de Bilbao. À Londres, un Juan de Arbieto le remplace. En 1500, la famille Arbieto charge de Bordeaux pour Londres plus de 742 balles pour son propre compte. C’est durant cette même année que l’on voit Francisco octroyer des prêts aux chargeurs, payables parfois 31 jours après le retour du navire. Il étend même ses relations en direction de Toulouse où il achète du pastel, aux côtés de Martín de Vitoria, lui aussi de Bilbao141. En 1501, 1900 balles de pastel font le voyage jusqu’à Londres où elles sont livrées à Lopes de Arbieto. Cette famille engage également ses capitaux dans le fret de retour. Au début du XVIe siècle, elle expédie en Espagne par l’intermédiaire de Francisco de Arbieto, puis de Juan de Arbieto, des draps anglais.

  • 142 En ce qui concerne le commerce des Burgalais avec l’Angleterre, voir C. Jones Mathers, Family partn (...)
  • 143 W. Childs nous a facilité la tâche pour ces calculs en nous donnant les équivalences livre sterling (...)
  • 144 G. Caster, op. cit., p. 104-16.
  • 145 Est-ce le même Juan de Bilbao qui, 30 ans plus tard, est très actif dans le commerce des Pays-Bas ? (...)

71Dans les listes dressées par Wendy Childs, il est possible de confronter les importations et exportations totales de cette famille basque à celles des autres Espagnols résidant à Londres. Les Arbieto comptent sans conteste parmi les plus grands négociants espagnols de la cité de la Tamise142. En 1494, Francisco expédie en Espagne 296 draps anglais et 1 pièce de carisée (kersey) évalués à plus de 4000 ducats et importe un montant équivalent de pastel143. En 1509, Juan de Arbieto se trouve toujours à Londres. Évidemment, cette famille, dont nous détaillerons plus avant les activités en France et aux Pays-Bas pour le cœur de notre période (voir troisième partie), fait partie de l’élite des marchands de Bilbao. Toujours au début du XVIe siècle, un Martín de Arbieto se trouve à Orduña, qui envoie comme procureur son fils Sancho à Toulouse, et achète en moins de deux ans 1058 sarcinées de pastel ; à Bilbao, vit un Francisco de Arbieto qui en 1501 achète du pastel à Toulouse144. À leurs côtés s’affaire un groupe de marchands basques aisés, importateurs au premier chef de fer et de peaux mais qui exportent aussi des draps. John de Bilbow (Juan de Bilbao), Pedro de Enderica, Martín de Markena (Marquina), Francisco de Amusco brassent de grosses affaires145.

  • 146 En 1524, une sorte de « parsonnerie » internationale obtient de Henri VIII une licence d’importatio (...)
  • 147 A.H.P.B., leg. 3288.
  • 148 A.F.B., leg. 1040 no 75.
  • 149 Pedro de Arexmendi est peut-être la même personne que ce Petro de Arismende établi à Londres en 150 (...)
  • 150 Ibid., no 50, no 77.
  • 151 A.H.P.B., leg. 3288.

72Aussi n’est-il pas étonnant qu’à partir de 1505, comme nous l’avons précisé, l’on observe un changement dans les itinéraires maritimes empruntés par la plante tinctoriale. Maintes fois à compter de cette date, et pendant plus d’un demi-siècle, Bilbao devient une grande étape de cette denrée. Cela a pour effet de densifier la présence des marchands de Bilbao à Bordeaux. Les Arbieto sont bientôt flanqués d’autres familles, tels que les Salcedo et les Zornoza, dont certains membres sont acheteurs de pastel à Ségovie en 1546, ou encore les Basurto, les Guinea, dont un Martín réside à Londres146. Parallèlement, depuis leur résidence bordelaise, ces marchands affrètent en blé des navires pour l’Andalousie, en résine et en vin pour Arnemuiden, soit pour leur compte personnel, soit en tant que commissionnaires. Mais la déviation d’une partie de la navigation bordelaise en direction du sud profite au premier chef aux intermédiaires installés à Bilbao, qui voient d’un bon œil l’arrivée de ces nouvelles denrées. Les marchands toulousains vont même jusqu’au port de Biscaye pour y vendre leur produit. En 1519, Martín de Larrea et Pedro de Salcedo paient plus d’un million de maravédis à Jean Gassion, de Toulouse, pour un achat conclu à Bilbao147. Certains marchands originaires du Midi de la France, comme Antoine Roques, adoptent même Bilbao comme centre de leur négoce148. C’est aussi une aubaine pour les marchands anglais qui, nombreux à Bilbao jusque dans les années 1540, trouvent en Biscaye deux marchandises de choix pour leur commerce : le fer et le pastel. Un certain Juan Fen, anglais résidant à Bilbao, doit récupérer de Pedro de Arexmendi149 et Lope de Zaldíbar 1500 quintaux de fer, pour Guillen Guarin, marchand londonien résident de Bilbao, de Juan Hetum, Anglais de Bristol, 225 quintaux de fer, et de Pedro de Arexmendi, 65 balles de pastel qui ont été troquées contre 24 draps d’Angleterre150. En 1544, San Juan de Bermeo, capitaine de vaisseau et marchand de Bilbao, vend 40 grosses charges de pastel à Adam Gudman de Chester151.

  • 152 G. Caster, op. cit., p. 80.

73Dans ces années-là, les négociants du port biscayen semblent donc avoir détourné à leur profit une partie des entrées du pastel venant de France. Cela est dû en particulier à leur rapport privilégié avec les Castillans dont l’industrie textile devient un débouché important pour le pastel, et à la présence à Bilbao de fer dont les Anglais ont besoin. En jouant le rôle d’intermédiaires terrestres et de transporteurs maritimes entre la France, l’Angleterre et le nord de l’Espagne, les Bilbanais ont gagné des commissions et des affrètements. À Bilbao, ils ont pu également effectuer un commerce d’importations retenues pour expédier le pastel aux côtés du fer vers l’Angleterre pour leur propre compte. Le commerce de cette teinture exigeant un investissement à long terme, de trois ans environ, les marchands qui s’occupent de sa vente en gros sont des hommes d’affaires dotés de bonnes réserves financières152. C’est dire si les Bilbanais sont actifs à cette époque-là. Malheureusement pour eux, dans la seconde moitié du XVIe siècle, ce commerce avec l’Angleterre semble se raréfier.

  • 153 On compte parmi eux Nicolas Wilford, Thomas Holland, John Joyce, Roger Jefferson, G. Connell-Smith,(...)
  • 154 D. H. Sacks, The widening gate. Bristol and the atlantic economy, 1450-1700, 1991, p. 74-5.
  • 155 Ibid., p. 76.

74Outre la présence de nombreux marchands anglais à Bilbao, les profits réalisés sur les articles échangés expliquent cet intérêt pour les provinces basques153. D’après les comptes (19 janvier 1540-27 septembre 1543) de John Smythe154, important marchand de Bristol, l’on peut constater l’importance du fer et de la Biscaye dans ces échanges. Non seulement la Biscaye est le lieu où ce marchand fait le plus de profits à l’exportation, mais parmi les importations, le fer constitue à lui seul plus de la moitié des bénéfices. Il est compréhensible que ce marchand investisse dans le commerce du fer, car les gains réalisés sur sa vente atteignent 15 % à peu près, ce qui est loin d’être négligeable. Bien que John Smythe compte davantage sur le marché biscayen que ne le font ses compatriotes de Bristol dans la seconde moitié du siècle, la base de leur commerce sous le règne d’Élisabeth est sensiblement la même155, ce qui laisse percevoir une importance certaine de ce marché pour les marchands de Bristol.

  • 156 W. R. Childs, England’s iron trade..., p. 47.
  • 157 Au sujet des produits anglais qui entrent à Bilbao, voir annexes 2-3, H. Lapeyre, El comercio..., p (...)
  • 158 P.R.O. -Calendar of State Papers-Foreign series (1561-1562), 1866, no 93.
  • 159 N. J. Williams, The maritime trade of east Anglian ports, 1550-1590, 1988, p. 122-3.
  • 160 P.R.O. -Calendar of State Papers-Foreign series (may 1592-june 1593), 1984, p. 361.

75Plus tard, en 1559-1560, les importations de fer à Londres sont comprises entre 3900 et 4900 tonnes156. Aux mêmes dates, les exportations anglaises vers Bilbao sont significatives de la bonne santé du commerce anglo-biscayen157. Dans le fret d’aller se côtoient carisées, cire, blé, cuivre, plomb, étain, cuir, tandis que le fret de retour est composé de laine, fer et graisse de baleine. En 1561, 10 ou 11 bateaux anglais sont à Bilbao où interdiction leur est faite de prendre charge158. Des années 1560 au début du XVIIe siècle, le commerce entre les deux partenaires est fort souvent troublé par les guerres. Ajoutons qu’à ces dates la grande époque du pastel est quelque peu révolue. Toutefois, le commerce avec l’Angleterre ne s’éteint pas totalement. À partir de 1575 les marchands de l’est de l’île s’approvisionnent en sel sur la côte de Biscaye159. De plus, si la guerre ouverte de 1585 à 1604 entre le royaume d’Angleterre et l’Espagne a considérablement nui aux échanges directs entre les deux partenaires, les marchands écossais en profitent pour tirer leur épingle du jeu. En 1593 par exemple, 24 grands navires écossais portent du blé, du seigle et du saumon à Bilbao et Saint-Sébastien160.

3. De la Bretagne aux Pays-Bas : les partenaires privilégiés de Bilbao

  • 161 Dès le XIIe siècle, les échanges commerciaux entre l’Espagne et la Normandie sont fondés sur l’acha (...)
  • 162 Déjà au XIIIe siècle, le port de Nantes était une place d’échanges entre les marchandises de la Pén (...)
  • 163 Bruges constitue un lieu de transit pour les ports de la Hanse et de l’Allemagne. En 1502, une conv (...)

76Les ports de cette zone sont des partenaires commerciaux de tout premier ordre pour deux raisons. Tout d’abord, la production de toiles et de draps de leur arrière-pays occupe une place très importante dans les importations du port biscayen161. En sens inverse, la laine et le fer s’exportent vers cette zone. Ensuite, notamment en périodes de guerre, mais pas exclusivement, les ports bretons et normands opèrent une double redistribution : de fer et de laine à destination des contrées du nord-ouest européen et de marchandises nordiques vers Bilbao162. Les havres atlantiques français sont à cet égard une des plaques tournantes du commerce hispano-européen. Tout comme les précédents, les échanges entre Bilbao et les ports des Pays-Bas ont une double nature : aux contacts directs entre le Pays Basque espagnol et le pôle flamand ou hollandais s’agrègent les liens qui, par l’intermédiaire de Bruges, d’Anvers, d’Amsterdam, lient l’Angleterre, la Baltique et son réservoir de matières premières, à la Péninsule Ibérique163. De même que la France représente une plate-forme commerciale pour les échanges entre la Biscaye d’un côté, l’Angleterre et les Pays-Bas de l’autre, à leur tour, les Pays-Bas constituent une étape pour les marchandises parties de Londres, Dantzig, Reval ou Stockholm, et destinées à Bilbao. De plus, que ce soit à Bruges ou à Anvers, les relations maintenues entre Pays-Bas et Biscaye offrent aux ports français, et spécialement à Nantes, des solutions commodes pour leur propre commerce. Il existe donc une symbiose de tous les faisceaux de commerce que nous venons de décrire entre le royaume de France, les Pays-Bas et la Biscaye, et ce dès la seconde moitié du XVe siècle.

  • 164 Il y a quelques années, nous avons eu l’occasion d’écrire un article sur les échanges entre les deu (...)
  • 165 H. Casado Alonso, La Bretagne dans le commerce castillan aux XVe et XVIe siècles, dans Colloque Int (...)
  • 166 J. A. García de Cortázar, op. cit.
  • 167 Ibid., p. 242.
  • 168 En 1430 et 1435, Jean V conclut deux traités avec les rois de Castille et Léon, J. Mathorez, Notes (...)
  • 169 J. Mathorez, Notes…, art. cit., p. 125. Par l’intermédiaire de ces trois dernières places s’effectu (...)
  • 170 P. Jeulin, op. cit., p. 46. P. Vilar, pour sa part, date la création d’un consulat castillan à Nant (...)
  • 171 Au milieu du XVe siècle, 500 à 600 balles de laine entrent chaque année à Nantes, J. A. García de C (...)
  • 172 H. Touchard fait référence à des importations en Espagne de 20000 pièces par an en provenance de Fr (...)
  • 173 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 246.
  • 174 H. Casado Alonso, La Bretagne.., loc. cit.

77Essayons de comprendre de façon plus précise la montée en puissance et les reflux de ces échanges. Nantes joue à différents égards un rôle primordial dans le commerce de Bilbao164. Au XIIIe siècle, les marchands de Burgos et du Pays Basque sont déjà habitués à fréquenter les côtes bretonnes165. Par la suite, lors de la guerre de Cent Ans, l’armée castillane prête main-forte à la France qui lutte contre le royaume d’Angleterre. S’ensuit l’octroi de privilèges commerciaux aux Espagnols en territoire français166. Jean IV, duc de Bretagne, signe en 1340 avec les Biscayens un traité de commerce favorable à la Seigneurie167. Ses successeurs ratifient cette convention et la consolident par de nouveaux accords168. Ces alliances mercantiles accroissent l’activité de certaines villes comme Rennes, Vitré, Morlaix, Saint-Malo et Nantes169. Par ailleurs, en vertu d’un traité de 1430, la colonie espagnole de Nantes dépend d’un « consul, procureur et boursier d’Espagne » qui a juridiction sur tous les trafiquants espagnols de Bretagne170. Le marché breton est alors pleinement ouvert aux laines castillanes171 et au fer basque, tandis que les toiles et les grains bretons sont déchargés dans les ports espagnols du Golfe de Biscaye172. À la fin du siècle, en raison du mariage d’Anne de Bretagne avec le roi de France, le développement du commerce hispano-breton subit un ralentissement, et Nantes, particulièrement touchée, est abandonnée par les Espagnols173. Cette rupture est momentanée puisque le traité de Barcelone entre Charles VIII et les Rois Catholiques met fin à la guerre entre les deux royaumes, et restitue aux Castillans leurs privilèges antérieurs174.

  • 175 La liste des consuls et boursiers d’Espagne est donnée par H. Casado Alonso, La Bretagne..., p. 97.
  • 176 À Nantes, les Bilbanais jouissent d’une exonération partielle des droits de prévôté sur les laines (...)
  • 177 Henri Lapeyre affirme que l’existence de la « Contractation » en tant que société organisée n’est p (...)
  • 178 Parmi ceux qui reviennent le plus souvent, citons : Morlaix, Quimper, Landerneau et Saint-Malo, plu (...)

78L’importance des Basques sur cette place ne fait alors pas de doute. Au début du XVIe siècle, parmi les consuls et boursiers d’Espagne apparaissent plusieurs marchands d’origine basque dont Andrés de Salinas et Juan de Vitoria175. Pour conforter leur commerce, le port de Nantes et celui de Bilbao se concèdent mutuellement des réductions de péages sur les principaux produits échangés176. Au XVIe siècle, ces liens se renforcent grâce à la création du Consulat de Bilbao en 1511 et à la présence d’un groupe important de marchands basques et castillans dans la cité nantaise, la fondation de la « Contractation » vers 1530 n’ayant pu être prouvée177. En outre, les lettres envoyées par Bartolomé del Barco à Simón Ruiz, ainsi que les affrètements trouvés dans les protocoles de Bilbao mettent en évidence un trafic beaucoup moins dense, mais assez régulier, avec d’autres ports de la côte bretonne178.

  • 179 E. Le Parquier, Le commerce maritime de Rouen dans la seconde moitié du XVIe siècle, Bulletin de la (...)
  • 180 Ibid.
  • 181 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 253.
  • 182 M. Mollat, Le commerce de la Haute-Normandie au XVe siècle et au début du XVIe, 1952, p. 222.
  • 183 I. Cloulas, art. cit., p. 16.
  • 184 J. Bottin, La présence flamande à Rouen : l’hôte, l’auberge, la maison, dans Jacques Bottin et Dona (...)
  • 185 Donnons des chiffres : en 1477-1478, Rouen reçoit 267634 livres de fer, apportés par les Espagnols (...)
  • 186 M. Mollat, La comptabilité du port…, op. cit., p. 18.
  • 187 Voir à ce sujet les travaux de M. Mollat, Le commerce..., p. 516-7 et de C. Demeulenaere-Douyère, L (...)
  • 188 J. Bottin, La redistribution des produits américains par les réseaux marchands rouennais (1550-1620 (...)

79La Normandie, pour sa part, ne constitue qu’un partenaire d’appoint du commerce bilbanais, car après la découverte de l’Amérique ses liens avec le nord de l’Espagne s’affaiblissent. Pourtant, à la fin du Moyen Âge, d’étroites relations sont soudées entre Castillans, Basques et Normands. En 1339, à Harfleur, des privilèges sont accordés aux Espagnols et à la même époque une riche colonie de marchands espagnols existe déjà à Rouen179. En 1424, après la conquête lancastrienne, Charles VII transfère leurs avantages dans le seul port qu’il contrôle et où le commerce espagnol est traditionnellement actif : La Rochelle180. Mais, avec l’expulsion des Anglais en 1450, la colonie espagnole se réinstalle en Normandie, et principalement à Rouen181. Les accords du 9 octobre 1478 signés avec l’Espagne, renouvelés en 1493, 1498, 1505 et 1513, confirmés et étendus en 1516 et 1526, sont favorables au commerce182. La colonie espagnole possède dans la métropole normande deux pôles d’attraction : le port et le quartier des drapiers, situé dans les paroisses de Saint-Maclou et Saint-Nicaise, mais nous savons aussi que les Espagnols entretiennent des rapports étroits avec les teinturiers de Darnétal et les fabricants de la banlieue rouennaise, sans parler des drapiers de Dieppe, leurs fidèles clients183. Quant à l’implantation de la colonie, elle est circonscrite aux paroisses de Saint-Étienne-des-Tonneliers, Saint-Vivien, Saint-Vincent, Saint-Candele-Jeune et Notre-Dame-de-la-Ronde non loin de l’Hôtel-de-Ville d’alors184. À cette époque, chair et huile de baleine, fer et laine sont ventilés en Normandie depuis les provinces basques. Michel Mollat indique qu’entre 1476 et 1483, il n’y a pour ainsi dire aucune cargaison d’Espagne qui ne contienne du fer185. Cela démontre l’intensité des liens avec la Biscaye. Si l’on en voulait confirmation, il suffirait de faire le voyage jusqu’à Dieppe où, au début du XVe siècle, la moitié de la recette des acquits commerciaux de l’année est représentée par les fers186. De Normandie en Espagne, ce sont le plus souvent les toiles et les blés qui constituent le gros des chargements. Alors qu’au XVe et au début du XVIe siècle les échanges commerciaux les plus réguliers se font avec les côtes d’Espagne septentrionale, par la suite, les exportations, surtout les toiles normandes, se dirigent de préférence vers Séville et Cadix, et, dans une moindre mesure, vers Bilbao187. Le port biscayen perd à partir de cette époque sa relation privilégiée avec Rouen, premier entrepôt de la façade atlantique française, lequel lie son destin à celui de l’Andalousie188.

  • 189 H. Casado Alonso, Crecimiento económico y redes de comercio interior en la Castilla septentrional ( (...)
  • 190 Ibid., p. 12.

80Pour donner une idée de l’importance du trafic entre la Bretagne et la Normandie d’un côté, et la Castille de l’autre, disons que les chiffres de ventes (1552-1556) d’une compagnie formée par quatre Burgalais, deux Basques et un marchand de Medina del Campo se montent à près d’un million de ducats189 ! De plus, les Ruiz opèrent dans les années 1555-1558 des ventes de textiles français pour plusieurs dizaines de millions de maravédis190. Cela confirme les résultats que nous avons obtenus par notre travail d’extrapolation dans le chapitre précédent. Toutefois, dans le dernier quart du XVIe siècle, ce commerce semble baisser.

  • 191 J. Vicens Vives, Historia económica de España, (9e édition), 1987, p. 330. Plus récemment, à l’occa (...)
  • 192 J. Finot, op. cit., p. 7 ; J. Maréchal, La colonie espagnole de Bruges du XIVe au XVIe siècle, Revu (...)
  • 193 J. Finot, op. cit., p. 29.
  • 194 Les principaux privilèges sont : un traité douanier en 1254, l’ordonnance de Jérez (1267), les priv (...)
  • 195 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 212.
  • 196 Ibid.
  • 197 J. Maréchal, loc. cit.

81En continuant vers le nord, les échanges entre les Pays-Bas et la Castille via les ports basques et cantabriques sont particulièrement importants : ils constituent un des principaux piliers de l’économie européenne191. Dès le début du XIIIe siècle, des naves biscayennes accostent à Bruges et, à la même époque, des marchandises circulent par voie de terre entre les Pays-Bas et l’Espagne192. À la fin du siècle, les Espagnols du nord occupent à Bruges une situation prépondérante193. Les relations entre Bilbao et les Pays-Bas donnent lieu à l’octroi de privilèges194. Durant la guerre de Cent Ans, le souverain anglais essaie de mettre les Pays-Bas sous sa dépendance et de ruiner le commerce hispano-flamand195. Mais les comtes flamands, conscients de l’importance de ces relations pour leurs sujets, continuent de favoriser l’activité mercantile des Castillans196. En 1411, en plus de 6 Castillans, 4 Biscayens sont installés dans le port brugeois197.

  • 198 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 214-5 ; J. Maréchal, art. cit., p. 13-7. J. A García de Cort (...)
  • 199 J. Maréchal, art. cit., p. 9.
  • 200 Cette lettre est reproduite en intégralité par L. Gilliodts-Van Severen, Cartulaire de l’ancien con (...)
  • 201 H. Casado Alonso, Las colonias..., p. 21.
  • 202 Ibid., p. 9-10 ; J. de Ybarra y Bergé, Vizcaínos..., p. 349.

82À partir de 1455, il existe à Bruges une « nation » de Biscaye. Les Burgalais qui veulent obtenir le monopole des exportations de laine se heurtent au refus des Basques. Une série de luttes commerciales entre les deux communautés s’ensuit. Elles aboutissent à la création de deux consulats à Bruges : le premier avec Burgos à sa tête et le second avec Bilbao et d’autres villes basques198 et non-basques. Les Biscayens et les Castillans sont mis en possession de leur quartier respectif en 1493-1494199. La même année, une lettre de privilèges de 51 articles, adressée aux consuls et suppôts de la « nation » de Biscaye à Bruges, est édictée par le magistrat de la ville200. Les dernières clauses sont capitales pour définir leur importance par rapport aux autres communautés marchandes. Le texte dit expressément que la « nation » de Biscaye jouit de tous les privilèges déjà octroyés ou qui le seront à celle de Castille. Ce détail a d’autant plus d’importance que moins d’un an après est concédé à la « nation » de Castille le plus important privilège que Bruges ait jamais accordé à une communauté étrangère : l’étape de toute la laine, fer et huile d’Espagne aux Pays-Bas201. L’importance de la colonie basque et l’érection dans cette ville d’un consulat, indépendant de celui des Castillans, scellent la participation de Bilbao et de ses marchands aux grandes affaires de l’économie européenne. Du point de vue de leur implantation spatiale, la plupart des Basques habitent une place réservée aux Biscayens (Biskajersplaats). Ils possèdent également une chapelle dans la ville202.

  • 203 R. Fagel, art. cit.
  • 204 J. A. Goris, op. cit., p. 57.
  • 205 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 219.
  • 206 Ibid.

83Mais à partir de la fin du XVe siècle et du début du XVIe siècle, le port d’Anvers prend de plus en plus d’importance dans les relations hispano-flamandes. Certains Basques y possèdent des auberges, ainsi qu’à Arnemuiden et à Middelburg203. La plupart des marchands espagnols installés à Anvers entre 1510 et 1552 sont originaires de Burgos ou de Biscaye204. Les premiers liens des marchands espagnols avec le marché d’Anvers datent du début du XVe siècle. Les guerres civiles de la seconde moitié du siècle avantagent Anvers qui devient le refuge des marchands espagnols. Cet exode vers la ville de l’Escaut s’accentue à partir de la mort de Charles le Téméraire205. Bien qu’en 1477 un édit ordonne aux marchands réfugiés à Anvers de retourner à Bruges dans un délai de trois jours, sous peine d’une amende de 600 livres, la ville de l’Escaut, qui attribue aux négociants étrangers les mêmes prérogatives que celles dont ils jouissent à Bruges, attire dans ses murs de plus en plus de Basques et de Castillans206.

  • 207 H. Van Werveke, Bruges et Anvers, huit siècles de commerce flamand, 1944, p. 56.
  • 208 D’après les listes établies par R. Doehaerd, Études anversoises. Documents sur le commerce internat (...)
  • 209 Ibid., t. II, p. 181, 186, 197 ; t. III, p. 144, 172, 200, 215.
  • 210 L. Van der Essen, Contribution à l’histoire du port d’Anvers et du commerce d’exportation des Pays- (...)

84En 1494, la colonie espagnole d’Anvers retourne à Bruges où l’étape de la laine est rétablie207. Néanmoins, dès le début du XVIe siècle, 74 Espagnols apparaissent dans la documentation anversoise, dont près de 40 % (28 personnes) proviennent du Pays Basque espagnol208. Leur activité est liée au commerce de marchandises et aux transactions financières qui en résultent209. Ainsi, ces négociants nouent des liens avec d’autres marchands étrangers, Portugais, Italiens, Français, Flamands, etc. Ils font là, comme au contact des Italiens en Méditerranée et à Séville, l’apprentissage du grand commerce. Au milieu du XVIe siècle, environ 300 Espagnols et Portugais commercent depuis Anvers avec l’Espagne210. Parmi eux, une trentaine au moins sont des marchands basques.

  • 211 E. Stols, Les horizons ibériques et coloniaux du commerce des Pays-Bas au XVIe siècle, dans Christo (...)
  • 212 Ibid.
  • 213 T. Guiard-Larrauri, Historia del Consulado..., note p. 123.
  • 214 V. Vázquez de Prada, op. cit., t. I, p. 107.

85Tout le long du siècle, et ce malgré la révolte des Pays-Bas, le commerce avec le nord de l’Espagne reste important. Nous possédons quelques informations à ce sujet. En 1570, les 226 arrivées d’Espagne et du Portugal aux Pays-Bas, enregistrées au tonlieu d’Iersekeroord, témoignent de la vitalité du commerce entre le nord de l’Espagne et les avant-ports d’Anvers, Arnemuiden et Flessingue211. En effet, 40 navires proviennent du nord de l’Espagne et apportent principalement de la laine et du fer tandis que les 53 provenant du sud sont chargés de sel, de fruits et de laine212. Autant dire que le nord talonne le sud pour la domination du commerce extérieur. Pour ce qui est de la laine, Bruges ne perd pas son rang et reçoit vers 1548 de 36000 à 40000 balles, à 16 ducats chacune, soit 240000 ducats213. Une ou deux flottes, de 10 à 20 grands navires, plus quelques bateaux isolés quittent chaque année les ports de Bilbao, Laredo, Santander, Saint-Sébastien et autres havres de la côte guipuzcoane. Les naves de Biscaye, d’une capacité de 500 à 600 tonnes, peuvent emporter à leur bord de 1500 à 2000 sacs214.

  • 215 D’après H. Lapeyre, El comercio..., p. 202.
  • 216 J. Maréchal, Le départ de Bruges des marchands étrangers (XVe et XVIe siècle), Handelingen van het (...)
  • 217 Ce chiffre a d’autant plus d’importance qu’il ne s’agit pas d’un bateau affrété par le consulat de (...)
  • 218 Dans les années 1504-1514, Juan de Estella, marchand de Vitoria installé aux Pays-Bas, reçoit annue (...)
  • 219 L. M. Bilbao Bilbao, Transformaciones..., art. cit., p. 133.

86Si l’on rapporte le nombre des sacs de laine expédiés par Bilbao (3891 unités réelles, c’est-à-dire de poids variable) au total destiné aux Pays-Bas à partir de la côte cantabrique (14074 sacs), l’on obtient pour l’année 1561, une part de 27,5 %215. Pour 1562, la même proportion est obtenue, ou peu s’en faut (25 %). D’autres chiffres précisent davantage le degré de participation du port de Bilbao dans les exportations vasco-cantabriques en direction des Flandres. Du 1er mai 1553 au 30 avril 1554, nous possédons l’importation totale de laine espagnole à Bruges, c’est-à-dire de toutes les « nations » espagnoles réunies216. Sur un total de 17868 balles, la « nation » de Castille en importe 9272 balles contre 6759 pour celle de Biscaye, soit près de 40 % du total ! Cette proportion est confirmée par d’autres chiffres. En 1556, sur 1267 sacs de laine chargés, 420 sont destinés aux Señores de Biscaye217. La proportion est alors de près d’un tiers, ce qui est considérable. Elle suggère la place des membres du consulat de Biscaye et de leurs alliés dans le commerce de la laine218, matière première d’une importance vitale dans les échanges européens. Pourtant, selon Luis María Bilbao, les marchands de Bilbao, Saint-Sébastien et les Navarrais ne semblent pas avoir contrôlé plus de 10 % des expéditions de laine vers l’Atlantique européen dans les années 1566-1567219. Outre que son calcul ne prend pas en compte les Alavais – mais on ne peut savoir s’il y en avait cette année-là –, il nous faut préciser que le consulat de Biscaye comptait dans ses rangs de nombreux marchands et éleveurs de Logroño et de toute la Rioja, voire de Soria. Cette incorporation d’entrepreneurs non-Basques à la « nation » biscayenne trouve son origine dans les privilèges réservés aux Biscayens (voir première partie, premier chapitre) et dont d’autres marchands aimeraient pouvoir se prévaloir. À cela s’ajoute le fait que les producteurs de Logroño et de Soria ne voient pas toujours d’un bon œil la mainmise des Burgalais sur le commerce de la laine. Cette rivalité fait les affaires des Biscayens qui n’hésitent pas à intégrer au sein de leur « nation » des hommes luttant à leurs côtés contre la puissance des Burgalais.

  • 220 W. R. Childs, England’s iron trade in the fifteenth century, The Economic History Review, 1981, p.  (...)
  • 221 A.M.B., Cartulaire de l’ancien consulat d’Espagne à Bruges : Libro de rótulos de la nación de Españ (...)

87Aucun renseignement analogue n’a pu être retrouvé pour les exportations de fer de Biscaye aux Pays-Bas. Nous savons tout au plus que les importations de fer basque destinées au marché flamand en 1486-1487 se situent en dessous de 1860 tonnes, peut-être même très en dessous220. Plus tard, au milieu du XVIe siècle, des marchands de Bilbao et de Vitoria installés en Flandre réceptionnent de multiples chargements de fer221. Quoi qu’il en soit, il est probable que le fer liégeois a dû concurrencer celui du Pays Basque. Enfin, d’autres produits font le voyage jusqu’à Bruges et Anvers, notamment la graisse de baleine, des taffetas, des soies de Grenade, quelques épices (surtout du safran et du bois de Brésil), et des peaux.

  • 222 Pour avoir une idée de ce que représentent les échanges entre les deux contrées, on lira W. Brulez, (...)
  • 223 A.R.N., leg. 9216, I.
  • 224 El comercio exterior de Castilla a través de las aduanas de Felipe II, 1981.
  • 225 T. González, Colección de cédulas, cartas-patentes, provisiones, reales órdenes y otros documentos (...)
  • 226 Op. cit., p. 88-144.

88Ces importations ne doivent pas masquer la réalité, car les Pays-Bas ont vis-à-vis de l’Espagne une balance commerciale largement excédentaire222. De la fin 1533 à la fin 1540, Arnaldo del Plano, résident d’Anvers, envoie à Bilbao plus de 50000 ducats de marchandises diverses pour qu’elles soient vendues aux foires de Castille et réalise de nombreuses opérations financières entre l’Espagne et les Pays-Bas pour récupérer son argent ainsi que pour gagner sur le change223. Dans les années 1550-1560, des Castillans ainsi que de nombreux Basques, de Bilbao et de Vitoria, entreprennent avec régularité des expéditions à Bilbao depuis Anvers et Bruges. Au premier rang de ces envois se trouvent les serges de Lille, les hollandes, les pièces de Brabant, les draps de Haarlem, et autres tapisseries, linges de table, cire, etc. Les dîmes de la mer de Castille étudiées par Henri Lapeyre224, ainsi qu’une liste des marchandises entrées au début des années 1560 dans le port du Nervión225, reflètent l’importance de ces importations par le port de Bilbao. À partir des listes fournies par Bril, nous avons pu calculer qu’autour de 10 % des exportations réalisées des Pays-Bas vers la Péninsule Ibérique sont directement contrôlées par des Basques226. Cette part baisse à environ 5 % pour les importations. Mais ces chiffres ne peuvent être pris en considération sans tenir compte des nombreuses associations des Basques avec les Castillans, et surtout sans le commerce d’importations retenues auquel les intermédiaires basques se livrent à Bilbao.

89À la fin du XVIe siècle, compte tenu des guerres dans le nord-ouest européen, les circuits évoluent et la voie des ports basques français, qui agissent comme intermédiaires, est souvent préférée aux relations directes entre Pays-Bas et Espagne. De plus, à cette époque, les Castillans et les Basques n’ont plus le contrôle de ces échanges ; ils ont été distancés dans la seconde moitié du siècle par les Flamands.

4. Du Labourd à l’Andalousie : intensification des échanges à la fin du siècle

  • 227 Une petite quinzaine de bateaux français qui proviennent de Terre-Neuve arrivent à Bilbao en 1598, (...)
  • 228 A.F.B., Consulado, libro de averías (1561-1615).

90À partir des années 1580, les Biscayens interviennent de plus en plus dans les campagnes de pêche à Terre-Neuve au moyen de prêts à la « grosse aventure », consentis notamment aux armateurs basques français de Saint-Jean-de-Luz, de Ciboure et de Bayonne. En effet, en raison des difficultés rencontrées à Terre-Neuve, des nombreuses réquisitions de navires ordonnées par le monarque castillan, du développement du commerce américain – et partant d’une baisse de la flotte disponible – la présence des Biscayens, et aussi dans une certaine mesure, celle des Guipuzcoans à Terre-Neuve s’estompe à partir des années 1580, et peu à peu devient secondaire. Désormais, les Français vont être les entrepreneurs basques les plus actifs dans l’île. Cependant, grâce à l’argent qu’ils prêtent à la « grosse aventure », aux assurances qui couvrent les risques de ces entreprises, les Basques espagnols gardent un lien avec le commerce de la morue et de la graisse de baleine. Sans leur intervention, les pêches seraient difficilement réalisables. Il s’ensuit l’introduction des pêches françaises en Biscaye et en Guipúzcoa à partir des années 1580227. Liés aux Basques espagnols par la finance et attirés par la forte demande du marché ibérique, les entrepreneurs de Saint-Jean-de-Luz et de Ciboure déchargent souvent leurs cargaisons à Bilbao et à Saint-Sébastien. Cette alliance entre les communautés basques des deux rivages reste fructueuse, au moins jusqu’en 1614-1615, année durant laquelle 12 bateaux arrivent de Terre-Neuve et 7 de Saint-Jean-de-Luz et de Bayonne228.

  • 229 M. Morineau, Bayonne et Saint-Jean-de-Luz relais du commerce néerlandais vers l’Espagne au début du (...)
  • 230 J. A. Azpiazu Elorza, Balleneros vascos en el Cantábrico, San Sebastián, 2000.
  • 231 R. Sidney Smith, Historia de los Consulados de mar (1250-1700), 1978, p. 109.

91Des relations frauduleuses renforcent ces intérêts communs. Sous Henri IV, la contrebande de marchandises hollandaises s’organise autour des ports de la Rochelle, Bayonne et Saint-Jeande-Luz, lesquels servent d’intermédiaires au commerce vers l’Espagne229. Les habitants de Biscaye et du Guipúzcoa figurent au premier rang des bénéficiaires de ces activités illicites. À cet égard, la superposition de liens économiques, autour de la pêche hauturière et de la contrebande, n’a pu que renforcer la solidarité ethnique de cette communauté, même si des différends opposent les habitants des deux côtés de la Bidassoa au sujet de nombreuses affaires230. Des rivalités entre les ports basques espagnols sont également à noter, surtout en périodes de mauvaise conjoncture. Ainsi, à la fin du XVIe siècle, Bilbao est obligée de payer d’importantes sommes d’argent à Nantes et autres places de commerce pour que son négoce ne se déplace pas à Saint-Sébastien ou Laredo, comme cela commençait à être le cas231. La situation s’est donc complexifiée depuis le début du siècle. En effet, traditionnellement, les ports du Guipúzcoa comme ceux de Cantabrie drainaient des marchandises manufacturées qui parvenaient par la suite à Bilbao, grand marché et grand centre de redistribution du nord. À la fin du siècle, la contrebande stimule les zones frontalières et le Guipúzcoa en retire bonne part des profits. Laredo et Santander, de leur côté, tentent de dévier les flux commerciaux venus du nord-ouest européen à leur bénéfice.

92De même, à partir des années 1580, les échanges se densifient avec les différentes économies régionales du littoral atlantique espagnol, des Asturies à l’Andalousie, ce qui favorise leur développement et leur cohérence. Cette côte constitue une zone de brassage par laquelle passent les marchandises arrivées d’Amérique et des Canaries à Séville, des colonies portugaises à Lisbonne, et celles qui arrivent à Bilbao et qui proviennent du nord-ouest de l’Europe. Le port andalou d’un côté et le port de Biscaye de l’autre jouent aux extrémités de la côte des rôles de centres de redistribution à partir desquels les naves longent la côte pour au besoin relâcher dans un port et y compléter leur chargement. Une fois accomplis ces échanges péninsulaires Nord-Sud, les produits arrivés à Séville se dirigent massivement à destination de l’Amérique, de la Méditerranée et de l’arrière-pays andalou, tandis que ceux parvenus jusqu’à Bilbao gagnent le nord-ouest européen ou sont écoulés vers la Castille. Lisbonne joue également un rôle d’entrepôt et de centre d’impulsion puisqu’il draine les marchandises de son vaste empire commercial brésilien, indien et asiatique, tandis que Bilbao lui fait parvenir du fer et des toiles.

  • 232 E. Ferreira Priegue, Galicia en el comercio marítimo medieval, 1988, p. 203.
  • 233 Ibid., p. 204-5.
  • 234 Voir annexes 1, 2.
  • 235 A. Huetz de Lemps, Vignobles et vins d’Espagne, 1993, p. 42.
  • 236 Ibid., p. 54.
  • 237 A.D.B. -Casa de Velázquez (fonds Marie Helmer), année 1566. Voir aussi, M. Lobo Cabrera, El comerci (...)
  • 238 E. Ferreira Priegue, op. cit., p. 507.

93Considérons les quatre foyers d’échanges de cette zone d’intersection. La Galice achète du fer à la Biscaye et au Guipúzcoa depuis la fin du XIIIe siècle232. Au XVe siècle, ce fer est en partie réexporté vers le Portugal et le Levant espagnol233. L’envoi de fer est complété par des réexportations de draps, de blé, de cuivre que contrôlent les marchands bilbanais234. Mais la présence des Basques espagnols en Galice est également due aux chasses à la baleine qu’ils pratiquent dans cette zone dès le Moyen Âge. En sens inverse voyage le vin. À la fin du XIVe siècle, on en fait venir à Bilbao par mer, de France, du Portugal mais aussi de Galice, et par terre, de Castille235. La petite ville de Ribadavia, déjà active à l’époque médiévale, devient un centre commercial important au XVIe siècle236. Pour ne donner qu’un exemple, San Juan de Fano, marchand de Bilbao, est propriétaire d’un chargement de 1000 ducats de vin de Ribadavia qui vient de Pontevedra237. Il y a donc matière à un commerce important entre les deux zones d’autant que, vers 1500, un courant commercial s’établit entre La Coruña et Bilbao, au sein duquel le port biscayen absorbe une grande partie de la pêche réalisée par les Galiciens238.

  • 239 A.F.B., Consulado, libro de averías (1561-1615).
  • 240 A. Huetz de Lemps, loc. cit.

94Au XVIe siècle, au départ des Asturies et de la Galice, ou en transit dans ces deux provinces, les cales sont remplies de vin, cuirs, sardines, sucre et bois. Le fret de retour est surtout constitué de fer, de tissus et de papier. Une dizaine de bâtiments au moins, dont nous ignorons le tonnage, effectuent chaque année ce parcours (8 en 1569, 5 en 1570, 8 en 1571). Même si ces chiffres sont des minima, au début du XVIIe siècle, en l’espace d’une seule année pour laquelle l’on peut observer le mouvement du port dans sa totalité, 33 embarcations venues de Galice avec du vin, ainsi que 14 parties des Asturies avec du bois, accostent à Bilbao239. Ce n’est pas une année exceptionnelle puisqu’un texte de 1647 indique que 6000 à 8000 pipes (28800 à 38400 hl.) sont expédiées de Galice chaque année vers les côtes de Biscaye240.

95Cet accroissement des relations entre les deux partenaires est confirmée par d’autres données. À la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, devant les problèmes que rencontre Bilbao dans ses liaisons avec le nord-ouest européen, les marchands biscayens concluent, pour commercer avec la Galice, des associations que nous n’avions pas observées pour les périodes antérieures. En 1603-1604, on ne note pas moins d’une vingtaine de contrats maritimes sur ce trajet. À l’aller, il s’agit presque toujours de produits locaux (fer, acier, chanvre, épées, poudre) ou de réexportation (papier, tissus, brai). Au retour, le vin de Ribadavia et les sardines remplissent les cales.

  • 241 V. Rau, Estudos de História. Mercadores, Mercadorias, Pensamento Económico, 1968, t. I, p. 131.
  • 242 Voir liste établie par E. Ferreira Priegue, Galicia en el comercio marítimo medieval, 1988, p. 503.
  • 243 Au début du XVIe siècle, les épices portugaises proviennent essentiellement de deux marchés : Malin (...)
  • 244 A.H.P.B., leg. 4289.

96À cette époque, les relations avec le Portugal sont déjà pluriséculaires. Dès la fin du XIVe siècle, parmi les étrangers installés à Lisbonne, certains sont biscayens241. Au début du XVe siècle, le Portugal achète des bateaux à la Biscaye pour ses entreprises militaires. Les marchands bilbanais commercent avec plusieurs centres portugais. Des Biscayens y expédient aussi leurs marchandises à partir de Valence et de Galice242. Au XVe siècle, du vin portugais se consomme en Biscaye et le fer de Biscaye alimente l’industrie portugaise. Au XVIe siècle, la matière première atteint les côtes portugaises, soit en faisant le voyage direct depuis Bilbao, soit en relâchant dans les ports cantabres et galiciens. À l’aller, le type d’échanges est calqué sur ceux que le port du Nervión entretient avec la Galice, mais la composition des cargaisons est cependant assez variée ainsi que leur destination. Depuis le début du XVIe siècle, et sans doute plus tôt encore, des navires chargés de fer, d’acier, de plomb, de brai, de draps et de toiles, et même de morue, ancrent à Lisbonne, Aveiro, Vila do Conde, Sétubal, Porto et accessoirement Salir. En sens inverse, les bateaux viennent de Sétubal avec du sel, et de Lisbonne avec du sel mais surtout des épices : poivre, clou de girofle, bois de Brésil, cannelle, épices et tissus d’Inde243. Les cargaisons sont parfois chargées en Algarve. En 1611, 99 barils, une grande quantité de figues et, plus pittoresque, 298 douzaines de « escobas de palma », sont pris dans la tourmente et arrivent mouillés à Bilbao244. Mais, nous possédons peu d’exemples de bateaux qui reviennent du Portugal avec une charge. Souvent, les marchands préfèrent aller chercher un fret de retour à Séville.

  • 245 Ces chiffres sont des minima étant donné le caractère partiel de nos sources.
  • 246 A.H.P.U.V., C 106-244, B.B. à S.R.
  • 247 T. Guiard-Larrauri, Historia del Consulado..., p. 446.
  • 248 A.F.B., Consulado, libro de averías (1561-1615).

97D’après nos sources, ce trafic a lieu tout au long du siècle. Il occupe au moins une dizaine ou une quinzaine de bâtiments, des années 1560 à la fin du siècle245. Néanmoins, le renforcement du commerce avec le Portugal est effectif à compter des années 1580. Cela se comprend d’autant mieux que le Portugal reste sous domination espagnole de 1580 à 1640 et que ses réseaux commerciaux sont puissamment représentés à cette époque dans les ports majeurs du commerce européen. En 1586, Bartolomé del Barco écrit à Simón Ruiz qu’en l’espace de quatre mois, ont été achetés pour le Portugal 30000 quintaux de fer à Bilbao et dans la province246. Il apparaît qu’une part du fer envoyé de Bilbao jusqu’aux ports du royaume voisin poursuit son voyage jusqu’en Amérique, au Brésil en particulier247. En 1614-1615, 17 navires arrivent à Bilbao avec de grandes quantités de sucre248. En définitive, le trafic avec le Portugal ne fait pas, comme on aurait pu s’y attendre, l’objet d’un monopole lisboète. Au contraire, il s’agit d’un commerce bien réparti entre les divers ports portugais.

  • 249 R. Córdoba de la Llave, El comercio del hierro en Córdoba, un capítulo de la actividad económica va (...)
  • 250 « A ship-building industry started in Ribeira, a town near Seville which had been entirely re-popul (...)

98Comme nous l’avons vu, les forces navales de Biscaye ont joué un rôle essentiel dans le processus de Reconquête, notamment pendant la prise de Séville (1248). À la faveur de ces opérations militaires, les Basques s’installent en Andalousie. Jaén, Málaga, Córdoba sont peuplés de groupes de marchands basques très actifs qui opèrent de grosses ventes de fer et achètent des produits agricoles, en particulier des fibres textiles comme la laine ou le chanvre, et des céréales, en guise de fret de retour, et ce dès la seconde moitié du XVe siècle249. Plus tard, au début du XVIe siècle, à travers leurs navires et leurs hommes, ils participent à la Carrera de Indias. Tout comme à Nantes et aux Pays-Bas, l’activité des Basques en Andalousie et en Amérique est gérée à travers certaines organisations : Colegio de pilotos vizcaínos à Cadix, Congrégation basque à Séville, confrérie de Nuestra Señora de Aránzazu à Mexico. Grâce à l’exclusivité qu’il possède sur les produits manufacturés de leurs forges, le groupe marchand basque tient une grande place dans le port sévillan et dans le commerce des Indes. La présence de cette communauté favorise certainement les relations commerciales entre les deux espaces, d’autant que les chantiers navals ont grand besoin du savoir-faire de ces hommes venus du nord de la Péninsule, comme des armes et autres objets métalliques qu’ils confectionnent250.

  • 251 Voir annexes no 2 et no 5 ; A.D.B. -Casa de Velázquez (fonds Marie Helmer), assurances.
  • 252 Cuirs et sucre viennent essentiellement de Saint-Domingue, parfois de Cuba ou de Terre-Ferme, B. Be (...)

99De la confrontation de nos données, il ressort plusieurs constats251. L’éventail des produits qui circulent entre les deux régions est, dans le sens Bilbao-Andalousie, assez restreint. Viennent en premier lieu le fer et les armes, puis les toiles et le papier, enfin le brai, la graisse de baleine et le bois. En contrepartie, l’Andalousie fournit des cuirs, du bois de Campeche et de la casse venus d’Amérique en plus des produits locaux au premier rang desquels se placent l’huile et le vin (Jérez), plus quelques compléments en raisins secs, amandes, câpres, sans oublier le sel252. La fréquence du trafic évolue. Une dizaine au moins de bateaux par an parcourent cet itinéraire dans un sens ou dans l’autre au cours des années 1560-1570. À l’image de ce qui se passe pour les relations avec les autres économies littorales, les échanges entre la Biscaye et l’Andalousie semblent se renforcer à la fin du XVIe et au début du siècle suivant.

  • 253 A.D.B. -Casa de Velázquez (fonds Marie Helmer), assurances.
  • 254 Ibid.

100Les relations de Bilbao avec les Canaries et les Açores ne sont pas égales en importance. Alors que les Canaries présentent en tout point un commerce similaire, ou presque, à celui que Bilbao réalise avec l’Andalousie et avec le Portugal, il n’en va pas de même pour les Açores253. Pour les Canaries, le fer et les toiles constituent le fret d’aller, tandis qu’au retour les navires rapportent du vin et du sucre. Les échanges avec les Açores, pour leur part, paraissent d’une autre échelle. En effet, les quantités de pastel qui viennent du large du Portugal représentent, selon nos sources, des montants bien supérieurs. Si l’on s’en tient aux assurances de Burgos, l’arrivée d’importantes cargaisons de pastel à Bilbao a lieu en 1567. En 1571, 26900 ducats de la plante tinctoriale sont destinés à Bilbao seule ou parfois au choix avec Santander. De l’alun et du sucre viennent également des Açores254.

101D’une certaine façon, cette mise en perspective des échanges de Bilbao avec l’extérieur depuis le Moyen Âge permet de comprendre qu’à l’aube de l’époque moderne le port de Biscaye pèse encore de tout son poids dans les échanges de l’Espagne. A posteriori, cela enlève de l’intensité à l’étonnement dont le lecteur aura peut-être été frappé en lisant les lignes réservées à notre essai d’appréciation quantitative, dans le chapitre précédent.

III. Bilbao, premier port nourricier de castille

102Lors d’une conférence donnée à Bilbao en 1996, Gordon Jackson insistait sur la nécessité d’étudier la façon dont un port interagissait avec son arrière-pays et d’explorer le rôle du port comme partie intégrante de l’économie de l’arrière-pays plutôt que comme un simple « agent de service » de cette économie. Pour comprendre le rôle joué par Bilbao vis-à-vis de l’intérieur castillan, il faut avant tout se poser une question : où se trouvent les foyers consommateurs les plus importants du monde espagnol ?

  • 255 J. H. Elliott, Spain and its world, 1500-1700, 1989, p. 11 ; E. Stols, Les horizons ibériques et co (...)
  • 256 E. Stols, ibid.
  • 257 Au sujet du reparto de marchandises, on lira J. Golte, El impacto del reparto de mercancías en la e (...)
  • 258 Je remercie Jean-Paul Zuniga de m’avoir fourni cette information.
  • 259 E. Stols, loc. cit.

103Les royaumes d’Espagne totalisent entre 6,5 et 7 millions d’habitants au début des années 1590. Dans les colonies d’Amérique, où l’on ne peut guère compter que sur 240000 colons blancs pour tout le XVIe siècle, les exploitations minières et les plantations de sucre requièrent beaucoup d’équipements d’origine européenne255. La population indienne qui, au cours du premier siècle de domination blanche, a notablement diminué, ne peut ou ne veut pas acheter les produits européens256. Cette impossibilité comme ce refus doivent être nuancés. En effet, au Pérou, par le biais du reparto (commerce forcé), les corregidores obligent les paysans indiens à leur acheter des marchandises d’origine européenne, ou provenant d’autres régions de la vice-royauté257. De plus, les produits européens sont le symbole d’un certain prestige qui ne laisse pas tous les Indiens indifférents, même les groupes les plus protégés du contact européen258. Par ailleurs, le nombre d’esclaves noirs à qui l’on destine chemises et breloques atteint environ 200000259. Bien entendu, tous ces individus absorbent une partie des exportations européennes en Amérique, mais à des degrés divers. Pour être tous les deux Indigènes, le paysan et le cacique n’en ont pas moins un comportement différent face aux produits européens. En dépit d’une demande américaine (libre et forcée) non négligeable, le plus important potentiel de consommateurs se trouve certainement en Castille. Ce qui motive les expéditions européennes en Amérique n’est pas un marché de masse, en tout cas pas au début de l’époque moderne, mais plutôt la perspective d’énormes profits.

  • 260 E. Fernández de Pinedo, Economia : la lenta e difficile affermazione della moneta e degli scambi co (...)
  • 261 M. Miño Grijalva, La manufactura colonial : aspectos comparativos entre el obraje andino y el novoh (...)

104Mais l’Amérique n’est pas un « ventre » vide qu’il faut nourrir en permanence. L’argument selon lequel les mécanismes juridiques espagnols interdisent la production en terre américaine de biens produits en Europe260 est ambigu. Prenons l’exemple des textiles. Traditionnellement, on a pensé que la législation prohibait l’essor des manufactures textiles américaines, alors qu’en réalité la réglementation juridique autorisait, avec des différences régionales, le fonctionnement du secteur manufacturier colonial261. D’ailleurs, la multiplication des obrajes au Pérou et en Nouvelle-Espagne montre bien le développement de cette activité. Cela ne signifie pas que les textiles européens aient été forcément concurrencés, mais plutôt qu’une large partie de la population ne constitue pas un réel débouché pour les produits européens. De toute façon, quel qu’ait été le degré de « voracité » des consommateurs américains, il ne semble pas possible que la demande américaine et andalouse ait pu globalement dépasser la demande castillane, en tout cas pas avant les années 1570, même si la Castille possède également des productions propres, notamment textiles.

  • 262 E. Lorenzo Sanz, Comercio... Un rapport sur le commerce de Séville effectué en 1623 pour la période (...)
  • 263 B. Bennassar (dir.), Histoire des Espagnols..., p. 364.

105Comme le travail d’Eufemio Lorenzo Sanz le démontre, la destination des marchandises arrivées jusqu’à Séville est en majorité américaine262. En d’autres termes, le marché de Séville est par excellence l’Amérique. Aussi, une large fraction de la population espagnole reste à ravitailler, soit plusieurs millions d’habitants. Ici encore, il faut être prudent. Peuplée de 120000 habitants en 1588, Séville est la sixième ville d’Europe263. Avec son grand train de vie, ses fonctionnaires, ses marchands et leur richesse légendaire, elle constitue donc sur place un important débouché. Sans oublier le fait que le port andalou joue également un rôle de redistribution vers toute l’Andalousie et vers la Méditerranée. Le port sévillan satisfait donc aussi une part de la demande espagnole.

  • 264 Voir N. Broens, Monarquía y capital mercantil : Felipe IV y las redes comerciales portuguesas (1627 (...)
  • 265 H. Lapeyre, ibid.

106Toutefois, la zone basco-cantabrique au sens large, et Bilbao en particulier, pour les raisons que nous avons évoquées dans la première partie, effectuent leur part de travail. Ils constituent sans doute pour les produits venus du nord-ouest européen une voie plus rapide, moins coûteuse et plus sûre pour irriguer les centres consommateurs de l’Espagne, d’autant plus que jusque vers 1570 à peu près, ces centres se situent en Vieille-Castille. Grâce à sa condition de zone quasi franche, Bilbao concentre sur place un gros marché où vont s’approvisionner les marchands espagnols et étrangers. Qui plus est, la ville opère une redistribution, après réception et stockage de la marchandise, à destination de la Castille, ainsi qu’un commerce de cabotage jusqu’en Andalousie et vers les ports levantins. Si le nord cantabrique participe activement à l’approvisionnement de l’intérieur espagnol, il n’est pas le seul à intervenir dans cette tâche. Un trafic trans-pyrénéen passant par la Navarre est également bien en place264. Les ports de l’Espagne levantine, de leur côté, assument leur part de travail265.

  • 266 A.H.P.B., leg. 3288.
  • 267 Ce grand homme d’affaires castillan n’est plus à présenter, voir H. Lapeyre, Une famille de marchan (...)
  • 268 A.H.P.U.V., C 6-137, B.B. à S.R. Donnons quelques exemples supplémentaires. En 1561, divers marchan (...)
  • 269 A.H.P.U.V., C 6-146, B.B. à S.R.
  • 270 A.H.P.U.V., C 8-176, B.B. à S.R.
  • 271 A.H.P.U.V., C 8-185, B.B. à S.R.
  • 272 A.H.P.U.V., C 114-205, B.B. à C.R. et L. A.
  • 273 A.H.P.U.V., C 89-94, M.E. à S.R. D’autres exemples dans C 3-232, J.J. à L.A.
  • 274 Entre 1555 et 1558, les Ruiz réalisent près de 5 millions de maravédis de ventes à Bilbao, les Sala (...)

107Nous possédons de nombreux témoignages de l’importance du marché de Bilbao au sein des royaumes d’Espagne. En 1519-1520, des Cantabres, des Burgalais, des Irlandais et des Portugais se portent acquéreurs sur cette place tandis que des Anglais et des Français y vendent leurs marchandises266. Vingt ans plus tard, la situation reste inchangée. La correspondance marchande de Bartolomé del Barco, de Bilbao, avec Simón Ruiz267 donne des exemples éloquents de la force d’attraction du marché de Bilbao. En 1568, Bartolomé constate que les marchands venus de Tolède et de Medina del Campo ont acheté toute la lencería et n’ont pas même laissé 100 fardeaux268. Quelques mois plus tard, beaucoup de gens de Pampelune et de Navarre sont venus acheter à Bilbao, car des navires arrivent tous les jours269. L’année suivante, Bartolomé déclare qu’en 8 jours de 700 à 800 fardeaux, il n’en est pas resté un seul270. « Está aquí todo Navarra, Saragosa y Toledo »271, écrit-il avec emphase. Même les Montañeses ont l’habitude d’acheter dans le port du Nervión272. Ne croyons pas que les affaires traitées par Bartolomé pour Simón soient les seules en cause dans ces arrivées massives d’acheteurs à Bilbao. En 1584, Mateo de Echávarri, marchand bien connu de la ville, affirme qu’il a vendu plus de 80000 ducats de marchandises sans compter ce qu’il a envoyé à Medina del Campo, montant qui laisse présager un considérable volume de transactions sur la place de Biscaye273. La compagnie de Miguel de Zamora, dans laquelle Juan de Orbea et Jacobe de Astigar ont fait des mises de fonds, vend près de 150000 ducats de marchandises à Bilbao entre 1552 et 1556, soit près de 15 % du total des ventes réalisées par la compagnie entre ces deux dates274.

  • 275 Ibid., C 106-275, B.B. à S.R. En 1586, des Bretons sont allés de Laredo à Bilbao pour vendre des «  (...)
  • 276 A.H.P.U.V., C 6-147, B.B. à S.R.
  • 277 A.H.P.U.V., C 6-163, B.B. à S.R.

108D’autres éléments interviennent pour fixer l’ampleur du marché de Bilbao. Des villes alentour, les marchands viennent vendre leurs tissus sur le marché du Nervión275. Des contingences peuvent jouer à l’occasion. En 1568, alors que Laredo est touchée par la peste, des navires des Pays-Bas portent à Bilbao leurs cargaisons276. À la même date, Bartolomé écrit que ceux de Saragosse et les Navarrais vont s’approvisionner à Bilbao, car ils ne peuvent plus aller à La Rochelle277.

1. Un marché international (1519-1611)

  • 278 Un cas régional avec faible pression fiscale : le Pays Basque péninsulaire, Review Fernand Braudel (...)

109Les ports basques sont traditionnellement considérés comme des intermédiaires entre la Castille et le nord-ouest de l’Europe. À notre connaissance, le marché de Bilbao n’a fait l’objet d’aucune étude. Emiliano Fernández de Pinedo, fin connaisseur de l’histoire basque, écrit : « les marchandises étrangères sont déchargées dans les ports du Pays Basque, des Asturies, et de la Galice, mais la vente s’effectue dans les foires de Medina, principal centre de redistribution » pendant la majeure partie du siècle278. Pourtant Bilbao ne joue pas un simple rôle d’intermédiaire, car la ville possède un important marché à large rayonnement et à fort pouvoir d’attraction.

  • 279 J. Finot, op. cit., p. 183.
  • 280 Ibid.
  • 281 Nous ne pensons pas que la Biscaye soit seulement un centre de transit entre la Castille et l’extér (...)

110Dès le début du XIVe siècle, le fondateur de la ville, don Diego López de Haro, y a institué un marché qui se tient tous les mardis279. Par un acte daté du 11 janvier 1372, le roi Henri II, successeur de Pierre le Cruel, accorde aux habitants de Bilbao le droit de tenir un marché le mercredi de chaque semaine280. Le grand port de Biscaye constitue depuis le début du XVIe siècle, et sans doute bien avant, une place où se rencontrent marchands étrangers, Castillans et Basques et où les produits de l’industrie locale se mêlent aux articles manufacturés étrangers et aux marchandises coloniales. Malgré son caractère clairement international, le marché de Bilbao garde des nombreux liens avec l’arrière-pays basque. Les importations de produits manufacturés européens qui entrent à Bilbao ne représentent pas uniquement un marché pour la Castille, mais aussi une source d’approvisionnement pour l’hinterland basque281. Ce marché est pain béni pour les artisans, les pêcheurs et les paysans du Pays Basque qui y commercialisent une partie de leur production : cidre, vin, poisson et armes, objets métalliques, etc. Il est un facteur de croissance pour la ville et pour toute la province.

111Pour écrire ce chapitre, nous avons créé une base de données à partir de plusieurs milliers d’« obligations », extraites des archives notariales. Nous avons ensuite procédé à des « coupes » dans notre documentation, autrement dit, nous avons considéré tous les actes de certaines années afin d’avoir pour chacune d’entre elles un échantillon de l’état du marché. Deux observations valident la représentativité de cette source. Tout d’abord, au-delà d’un certain nombre d’obligations notariales cumulées pour une même année, les résultats varient peu. Ensuite, pour la fin de notre période, le rapprochement des années choisies (1603, 1604 et 1611) permet de vérifier la validité globale de notre source dans la mesure où les résultats obtenus décrivent une situation relativement similaire. Bien que nous ayons pris soin de choisir des années « normales » (c’est-à-dire exemptes de conflits militaires, d’épidémies et autres fléaux qui peuvent modifier radicalement les échanges), la relative rareté des sources jusqu’en 1560, comme la fréquence des guerres dans la seconde moitié du siècle, ne nous a pas beaucoup laissé le choix. Les années sur lesquelles se fonde notre étude sont 1519-1520, 1542, 1561, 1591, 1603, 1604, 1611.

La situation en 1519-1520 : un marché de gros et de détail

112Au début du siècle, le marché est dominé à plus de 80 % par la vente de marchandises. Les prêts et les actes pour lesquels la raison de la dette n’est pas spécifiée, représentent 10 % chacun (graphique 17).

113Sur les 144 ventes de marchandises, la moyenne est de 43987 maravédis alors que la valeur maximum est de 1195714 maravédis et la plus basse de 416 maravédis. Le total atteint plus de 6 millions de maravédis. Une dispersion très grande des ventes reflète un marché largement ouvert aux petits commerçants comme aux grands marchands puisque ventes au détail et ventes en gros coexistent. Plusieurs éléments facilitent la redistribution qui s’effectue dans la province. La carence d’industrie textile locale puissante pousse à la consommation des toiles venues de l’extérieur. Ensuite, les qualités diverses des tissus français répondent à la demande de tous types de consommateurs. Le statut de zone quasi franche permet à cette population d’acheter à des prix compétitifs.

  • 282 Plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, ce fer est acheminé et vendu à l’étranger. Par ailleurs, de (...)

114Le poste « textiles et articles mercerie » est de loin le plus important dans la répartition des ventes de marchandises, puisqu’il regroupe 41 % du total tandis que le second rang revient aux « épices et teintures » avec 26 %. Un marché dominé donc par les produits de l’industrie textile et par ceux qui entrent dans leur finition alors que l’on s’attendait plutôt à une forte prépondérance du fer sous ses divers aspects qui est piètrement valorisé, à peine 4 % du total (ce chiffre comprend également les métaux non-ferreux)282. Les 29 % restants, se divisent entre les produits alimentaires, les équipements de navires, les ventes de propriétés immobilières, etc. (graphique 21). La plupart des marchandises vendues à Bilbao ont une origine étrangère. La France domine avec 30 %, suivie par les Pays-Bas (24 %), le royaume d’Angleterre (19 %) et les produits pour lesquels l’origine n’est pas spécifiée qui représentent 18 % (graphique 25). Les produits de Biscaye arrivent loin derrière avec environ 10 %. Au total, la composition du marché rend bien compte des liaisons privilégiées que Bilbao a tissées avec le nord-ouest européen.

115Sur ce marché, les acteurs sont en majorité biscayens : 68 % des vendeurs et 86 % des acheteurs (graphiques 13 et 9). Il faut noter que 16 % des vendeurs sont français. En ce début de siècle, à travers ses négociants et ses produits, la France est donc le royaume étranger le plus représenté dans le port de Biscaye. Cette importance est relative, car malgré la provenance étrangère de la majeure partie des produits, les marchands autochtones gardent le contrôle des ventes et des achats de marchandises dans leur ville. L’ordonnance royale réservant aux Biscayens le monopole des opérations d’achat et de vente sur le marché de Bilbao, a sans doute contribué à cet état de fait. Quoi qu’il en soit, ce contrôle du marché par les autochtones signifie des commissions, un apprentissage des affaires et la formation d’un réseau de connaissances.

  • 283 F. H. Abed Al-Hussein, op. cit., p. 104.

116Le marché de l’argent, relativement étriqué en ce début de siècle, est contrôlé par les Biscayens, et épisodiquement par les Italiens et les Burgalais (graphique 1). Les emprunteurs, pour leur part, sont dans 80 % des cas des Biscayens, dans 17 % des Cantabres et des Portugais (graphique 5). La situation s’établit donc clairement en matière monétaire : les possibilités des réserves financières des Biscayens dépassent largement l’horizon local. En effet, à Medina del Campo, pendant la révolte des comuneros, des Italiens surtout, mais aussi des Espagnols, tous de Ségovie et Bilbao, baillent à change aux marchands de Tolède et de Ségovie283.

La situation en 1542 : une plus large place au marché de l’argent

117Vingt ans plus tard, la structure du marché a considérablement évolué. Les ventes de marchandises ne représentent plus que 58 % du total des transactions (graphique 17). Le premier bénéficiaire de cette baisse par rapport à 1519-1520 est la rubrique « prêts » qui atteint 26 %. On constate donc un renforcement du marché de l’argent face à celui des marchandises.

118Sur les 85 contrats de ventes de produits, la moyenne est de 33400 maravédis tandis que la valeur la plus élevée est 267687 maravédis et la plus basse 750 maravédis. Si la moyenne a légèrement diminué par rapport à celle des années 1519-1520, la dispersion des valeurs, pour sa part, est moins étendue, la plupart des transactions approchant de la moyenne. Tout se passe comme s’il y avait une sorte de régulation du marché vers des ventes moyennes.

  • 284 El comercio del pastel en España a mediados del siglo XVI, dans Congreso de Historia de la ciudad d (...)

119La rubrique des textiles et merceries qui totalise 69 % du marché marque l’accroissement de l’importance des produits de l’industrie textile et la spécialisation du marché (graphique 21). La cire représente 17 % du total et le fer et ses dérivés gagnent quelques points pour atteindre 10 %. Notons l’absence de la rubrique « épices et teintures » qui au début du siècle regroupait 26 % du total. Hilario Casado Alonso note pourtant quelques ventes de pastel à Bilbao dans les années 1540284. La baisse d’importance des marchandises au sein du total des actes d’achats-ventes s’accompagne donc d’une plus forte spécialisation par rapport à 1519. Ces modifications signifient une contraction du marché local. Il faut peut-être regarder du côté burgalais pour en saisir l’origine. En effet, dans les années 1540, Burgos vit ses heures de gloire et la Biscaye voit l’approvisionnement de son marché court-circuité par une demande castillane en plein essor, les ventes se réalisant directement dans les villes de l’intérieur.

120L’origine des produits est difficile à déterminer puisque dans 52 % des cas elle n’est pas spécifiée. Néanmoins, l’autre moitié laisse une large place aux produits d’origines étrangères : anglaise (26 %) et française (11 %) pour l’essentiel (graphique 25). La part des produits du Pays Basque est légèrement en hausse. Elle atteint 12 % alors qu’elle n’était que de 10 % environ dans les années 1519-1520.

  • 285 Cela confirme l’expansion des marchés castillans que nous avons soulignée plus haut et qui dament l (...)

121L’activité des Biscayens sur le marché local semble avoir perdu de sa vigueur. Bien que les acheteurs soient à 94 % des Biscayens, les vendeurs proviennent certes de Biscaye (33 %), mais aussi d’Angleterre (30 %), de Burgos et de Tolède285 (20 %), (graphiques 9 et 13). L’on notera le reflux des Français qui vingt ans plus tôt occupaient une place de choix dans le port basque. Il ne fait pas de doute qu’à cette date Bilbao est devenu un point de rencontre des marchands de Vieille et Nouvelle-Castille, des Basques et des étrangers. Si l’espace mis en cause indique la puissance d’attraction du marché bilbanais, la montée de la demande castillane a un effet pervers sur le développement de la vie portuaire. Elle joue un rôle d’appel de produits étrangers qui activent les importations du port de Biscaye au moment même où elle diminue l’importance du marché local puisque le transfert des marchandises a tendance à être plus direct. Globalement, le débouché commercial que représente Bilbao conforte son rayonnement.

122Quant au marché de l’argent dont nous avons souligné l’expansion, les transactions se font généralement entre Biscayens (graphiques 1 et 5). Une vingtaine de valeurs totalisent 1244478 maravédis. Le plus gros prêt atteint 657530 maravédis et le plus petit 612 maravédis, ce qui donne une moyenne de 59260 maravédis. Une grande dispersion des sommes prêtées marque l’existence d’un double marché : des prêts à la consommation et des prêts de type commercial. L’expansion de ce type de crédit indique une certaine emprise de Bilbao sur ses alentours.

Situation en 1561 : un marché de masse pour les textiles

  • 286 À ce sujet, on lira avec profit l’article d’H. Casado Alonso, El comercio internacional burga
  • 287 R. Rodríguez González, Mercaderes castellanos del Siglo de Oro, 1995, p. 247-72. D’août 1553 à déce (...)

123La part des marchandises dans le total des transactions enregistrées est écrasante, avec 96 % du total (graphique 18). Pour les 116 ventes enregistrées, la moyenne est de 120397 maravédis, soit en valeur absolue trois fois celle des années 1519-1520 qui comptent pourtant 144 ventes. Ce marché, dont la dispersion des ventes est très étendue, allie de nombreuses opérations de gros et de détail. C’est l’apogée des échanges sur la place biscayenne qui profite sans doute de la baisse de régime de l’économie castillane dont la consommation reste élevée, mais qui ne possède plus les forces commerciales des années 1540-1550. On voit clairement la conséquence de cette évolution : les marchands de l’intérieur, surtout ceux de Burgos, dont les difficultés sont allées croissant286, vont s’approvisionner directement à Bilbao. Nous en voulons pour preuve le total des marchandises vendues qui se monte à presque 14 millions en 1561, alors qu’il représentait seulement un peu plus de 6 millions dans les années 1519-1520 et 3 millions à peu près en 1542, pour un nombre de valeurs sensiblement égal. Les grosses ventes sont plus nombreuses que par le passé et portent sur les textiles dans 67 % des cas, sans compter les produits tinctoriaux qui entrent dans leur élaboration (graphique 22). La cire occupe le second rang avec 12 % tandis que les épices et les teintures totalisent 8 % des ventes. Bien que dans 61 % des cas l’origine des produits ne soit pas mentionnée, les tissus viennent traditionnellement de France (graphique 26). D’ailleurs, les nombreuses ventes et achats de marchandises de Bretagne à Bilbao par Simón Ruiz dans la décennie 1550-1560 en sont un témoignage287. Pour ces articles dont l’importance est capitale non seulement pour le commerce avec la Castille mais aussi pour le commerce avec les Indes Occidentales, Bilbao représente au début des années 1560 un des tout premiers centres de redistribution.

  • 288 Sur l’importance des importations en Castille, voir H. Lapeyre, El comercio exterior..., p. 129-31.

124L’explosion du marché de Bilbao entraîne une plus grande participation des étrangers dans la vie économique du port. Les vendeurs sont à 49 % des Biscayens tandis que 20 % sont français et 13 % Castillans (graphique 10). La spécialisation progressive vers un marché du textile est allée de pair avec la participation croissante des Français qui à cette époque ont réussi à évincer les autres étrangers. Si l’on s’intéresse aux acheteurs, la Vieille-Castille (grossistes de Medina del Campo en particulier) et Tolède se partagent par moitié 89 % du total288. La part des Biscayens atteint seulement 8 % (graphique 14). À cette date, la force d’attraction de la place marchande atteint son apogée. Elle se prolonge peut-être jusqu’à la fin des années 1570. Avec plus d’intensité qu’en 1542, les marchands de l’intérieur de Vieille et de Nouvelle-Castille sont contraints de se rendre au Pays Basque pour s’approvisionner. En déplaçant le rendez-vous des affaires à Bilbao, les opérateurs basques ont dérobé une part du contrôle du marché intérieur aux villes de Castille et à leurs marchands.

125Les marchands de Biscaye contrôlent le marché de l’argent. Les emprunteurs viennent d’horizons variés : la Biscaye participe pour 37 %, l’Andalousie, la Cantabrie et Les Canaries, pour 18 % chacune (graphique 6). La moyenne des prêts est quatre fois plus basse que celle calculée pour 1542 (15544 maravédis au lieu 59260 maravédis). Il s’agit de petits prêts pour l’essentiel dont le marché est peut-être brisé par le développement effréné du commerce des marchandises. La géographie de ce marché nous éclaire sur plusieurs points car les demandeurs d’argent ne sont pas biscayens comme par le passé. Le rôle des prêteurs de Bilbao se trouve considérablement étendu. Un appel de capitaux qui provient de toute la côte et surtout du sud se développe.

126Depuis les années 1520, le marché ne semble jamais avoir été aussi prospère. Une comparaison avec celui de Medina de Rioseco au milieu du XVIe siècle atteste son ampleur.

(1) D’après le tableau produit par B. Yun Casalilla, Sobre la transición al capitalismo en Castilla. Economía y sociedad en Tierra de Campos (1500-1830), 1987, p. 193. Nous ne savons pas si cet auteur a compté les associés d’une même compagnie pour un acheteur ou plusieurs.
(2) Comparés avec la colonne intitulée « Nombre d’acheteurs à Bilbao en 1561 », ces chiffres rendent compte des achats réalisés par des associés.

127Considérons un moment la structure de ces marchés. Il semble que les deux centres de redistribution jouent un rôle à peu près identique, dans le domaine de la vente de marchandises en tout cas. À Medina de Rioseco comme à Bilbao, commerce de gros et commerce de détail se complètent. Si l’on se reporte au tableau, Bilbao débiterait davantage de grosses quantités de marchandises que Medina de Rioseco (au-dessus de 250000 maravédis). Compte tenu de la base étroite sur laquelle s’établissent les calculs pour la cité castillane (26 valeurs), cela n’est pas certain. Retenons l’ordre de grandeur.

  • 289 Au sujet de ces foires, on lira avec profit H. Van der Wee (dir.), La banque en Occident, Anvers, 1 (...)

128Cette comparaison prend tout son sens lorsqu’elle gagne en précision. Avec Medina del Campo et Villalón, Medina de Rioseco fait partie des foires de Castille. Lorsqu’à la fin du XVe siècle, les Rois Catholiques leur accordent le statut de foires de règlements, la voie est ouverte pour une totale insertion dans le réseau déjà en place des foires commerciales et financières européennes289. Pendant la première moitié du XVIe siècle, les foires de Castille sont à leur apogée. Néanmoins, ces trois villes de foire ne sauraient avoir la même importance, et Medina del Campo l’emporte sur ses deux rivales. Le marché y est sans aucun doute bien plus important qu’à Bilbao.

  • 290 J. Montemayor, Tolède entre fortune et déclin (1530-1640), 1996, p. 240-61. L’espace commercial tol (...)
  • 291 M. Weisser, Les marchands de Tolède dans l’économie castillane, 1565-1635, Mélanges de la Casa de V (...)

129Prenons un autre exemple, celui de la Tolède du Greco. La ville impériale ne joue qu’un rôle de centre de redistribution régional290. Le commerce de gros y paraît moins puissant qu’à Bilbao : en 1565, pour un total de ventes de 1484040 maravédis (67 contrats), la moyenne est de 22090,5 maravédis291, soit 6 fois moins environ que la moyenne établie pour les ventes à Bilbao en 1561.

130Bien entendu, ces différentes comparaisons sur une année sont fragiles. Mais il importe de noter la place du marché de Bilbao dans le dispositif d’approvisionnement de l’intérieur castillan au début des années 1560, et l’espace qu’il mobilise. D’autres le dépassent en volume d’échanges, nous l’avons dit, mais ce n’est pas l’essentiel. À la fonction portuaire de Bilbao, les Biscayens ont su associer une fonction de place commerciale.

  • 292 Je reprends ici les résultats de mes recherches publiés en 1998, J. P. Priotti, Un marché internati (...)
  • 293 À Logroño, le seul apprenti-cordonnier dont Francis Brumont a pu connaître l’âge a 14 ans, Una econ (...)
  • 294 B. Morell Peguero, op. cit., p. 65. Ce travail concerne seulement les années 1500-1550.

131Essayons de mesurer maintenant le retentissement de ces échanges sur le marché du travail292. Nous avons regroupé tous les contrats de travail et d’apprentissage que nous possédions pour les années 1560-1565. L’âge de l’apprenti n’obéit à aucune règle : ceux pour lesquels nous possédons cette information commencent leur éducation professionnelle entre 15 et 20 ans. Pour une simple question de robustesse sans doute, les apprentis-charpentiers entrent chez leur maître vers 19-20 ans alors que leurs homologues cordonniers commencent à l’âge de 15-16 ans293. La provenance des apprentis est diverse. Trois seulement sont originaires de la ville (6 %). Cette proportion contraste avec ce que l’on sait de Séville où plus de la moitié des apprentis sont sévillans294. Pour les autres, ils sont surtout originaires de Biscaye et des provinces limitrophes. Sur 49 écritures réunies, 12 sont des contrats de travail où l’ouvrier déjà formé est payé à la journée, au trimestre ou à l’année. Pour les 37 restantes, les maîtres ont la charge d’inculquer un savoir-faire à l’apprenti pendant une durée qui varie entre 2 et 5 ans selon la spécialité. Cela dit, quels métiers exerce-t-on à Bilbao dans les années 1560-1565 ?

  • 295 Après leur formation, ces apprentis n’exercent pas forcément dans la ville puisque cette activité, (...)
  • 296 À partir des chiffres que donne F. Brumont pour Logroño, l’on peut faire la même remarque : plus de (...)

132De nos 49 contrats d’apprentissage et de travail, une douzaine (25 % environ) ont la forge pour cadre de travail ou des ateliers de fabrication d’épées et de serrures. Les apprentis-charpentiers, pour leur part, figurent pour 14 % (7 contrats)295. La troisième activité en plein développement, on le comprendra aisément compte tenu des volumes de tissus et de cuir qui parviennent dans le port, est la confection (4 apprentis chez des tailleurs, 3 chez des merciers, 2 chez des fabricants de brodequins, 1 chez un sayero). Complètent l’effectif de ce groupe 8 apprentis-cordonniers et un fabricant de ceintures. Deux grandes familles d’activités se côtoient donc dans les rues de la ville. Le secteur de la construction, à base de matières premières locales (bois et fer), est voué en grande partie à la fabrication des navires et des maisons. Le second, la confection au sens large, revêt deux caractéristiques. Pour les métiers réservés à l’habillement, la dépendance des approvisionnements extérieurs en textiles est manifeste. En revanche, celle des cordonniers peut se discuter, car on peut utiliser des cuirs locaux pour son ouvrage. Nombre de ces contrats concernent logiquement les secteurs les plus dynamiques de l’artisanat. Quant à la durée des apprentissages, elle oscille entre 4 et 5 ans dans plus de 60 % des cas, ce qui témoigne de la longueur de la formation, et peut-être aussi, d’une certaine confiance en l’avenir de la part des maîtres296.

133En guise de conclusion, il convient de se poser deux questions fondamentales. En premier lieu, peut-on quantifier le bénéfice démographique que la ville retire de la présence d’un marché ? Second point : ce marché, dont nous avons dit qu’il tendait à renforcer la cohésion entre le port et son arrière-pays, a-t-il une nature « capitaliste » ? En d’autres termes, quels types de relations unissent artisans et marchands ?

  • 297 A.F.B., leg. 1003 no 109.
  • 298 A.F.B., leg. 1004 no 69.

134Il faut bien se garder de penser que la poussée démographique de la ville croît au rythme du marché. Bien entendu, le développement des échanges et de l’artisanat favorise l’installation de nouveaux venus. En 1562, Pedro de Arexmendi charge Hortuño de Ugarte de construire quatre maisons dans la huerta qu’il possède dans la rue neuve de San Miguel297. La même année, un autre marchand, Juan Martínez de Uribarri, fait édifier par Felipe de Hemegaray, maître charpentier, une maison dans la calle de Abajo de Bilbao298. De même, l’origine géographique des apprentis montre un drainage des régions alentour au profit de la ville. Mais certaines données essentielles nous manquent pour le moment. Il faudrait pouvoir mesurer l’accroissement naturel de la cité et quantifier les migrations des Bilbanais. La ville a gagné des habitants entre 1520 et 1560, cela ne fait pas de doute. Dans l’état actuel de nos recherches, avancer un chiffre serait hasardeux. Une remarque cependant : la concentration des foires de règlements (ferias de pagos) en Castille pénalise Bilbao dans la mesure où elle amoindrit notablement son attrait commercial. En effet, le port de Biscaye n’est ni une grande place de change, ni un important centre de règlements, autant de tares difficiles à compenser.

  • 299 Op. cit., p. 207.
  • 300 Ibid., p. 204.

135Considérons notre deuxième interrogation. Quels sont les symptômes de la pénétration du capital marchand dans l’industrie domestique ? Pour Medina de Rioseco, Bartolomé Yun Casalilla n’a pas trouvé de contrats qui dénotent des pratiques proches du verlagssystem299. L’organisation corporative très atomisée dans laquelle la division du travail est l’expression d’un haut degré de fragmentation du processus de production, donne lieu à l’existence de petits ateliers dont la capacité de capitalisation et de développement technologique est très limitée300. La situation est-elle similaire à Bilbao ? De prime abord, il ne semble pas.

  • 301 A.F.B., leg. 893 no 57.
  • 302 A.F.B., leg. 2659 no 300.

136Les marchands interviennent à plusieurs niveaux et de façon plus ou moins forte dans le processus de production. Par des avances d’argent à l’artisan qui correspondent à l’achat anticipé des produits, le marchand s’insinue dans la production. En 1564, Pedro Ortiz de Uribe qui loue la forge d’« Arteaga » sise à Zamudio, s’engage à payer à Iñigo de Milluegui, marchand de Bilbao, 18700 maravédis en fer platina ou vergajón301. Par ailleurs, pour le non-remboursement d’une dette, l’artisan ou le propriétaire de l’appareil de production peut voir son bien passer aux mains du marchand créditeur. Ce sera le destin de Francisca de Burgoa, habitante de Guernica, qui hypothèque ses biens des forges de « Oca », pour un prêt de 22 ducats consenti par le marchand bilbanais Martín de Regoitia, si elle n’honore pas son engagement302.

  • 303 En 1562, Sancho López de Recalde, marchand de Bilbao, s’engage à céder à deux Français la forge de (...)
  • 304 Il est prévu par le contrat que Juan de Capetillo, habitant de Aránzazu, propriétaire de la herrerí (...)
  • 305 Certains marchands s’intéressent à la production puisqu’ils sont propriétaires de forges. C’est ent (...)
  • 306 Nous tenons à insister sur le fait que ces réflexions concernent les Bilbanais et non pas tous les (...)

137Il est des comportements plus tranchés où le marchand s’engage financièrement dans la production. Parfois, il loue sa forge à des ouvriers qui s’obligent à lui acheter le minerai303. Dans certains cas, des compagnies commerciales intègrent dans leur rang des propriétaires de herrerías ou de tiraderas qui ne sont pas marchands, dérogeant ainsi au principe classique du verlagssystem304. Bien que cette alliance d’un savoir-faire et d’un capital soit classique sous l’Ancien Régime, dans ce type de compagnie, l’appareil de production est considéré comme une mise de fonds en argent. L’artisan, propriétaire de son outil de travail, est dans ce cas rétribué à l’égal du marchand : les bénéfices des ventes sont partagés à moitié. D’autres forges appartiennent à des marchands qui recrutent des ouvriers pour la production305. S’il n’en est pas propriétaire, le commerçant peut louer la forge et investir pour son fonctionnement. Il y a donc pénétration du capital marchand dans la production, donc exploitation de type capitaliste industriel. Il s’ensuit une moindre fragmentation du processus de production qu’à Medina de Rioseco, puisque certains marchands bilbanais contrôlent plusieurs étapes de ce processus. Nous pensons que cette pénétration n’est pourtant pas suffisamment massive et systématique pour provoquer des changements économiques profonds. Certes, la sphère industrielle domestique est connectée au monde marchand, mais de manière trop discontinue. Les écritures de compagnies ne font référence qu’avec irrégularité aux investissements marchands dans la production de fer. Par ailleurs, les testaments et les inventaires après décès confortent cette hypothèse. Peu de marchands comptent des forges parmi les biens qu’ils lèguent. Il faut peut-être y voir le revers de la médaille d’un grand commerce d’importation qui incite à spéculer sur des marchandises étrangères plutôt que de pousser les Bilbanais à investir dans les ressources du Pays Basque306.

La situation en 1591 : vers une contraction du marché des marchandises ?

138Les marchandises occupent 71 % du marché tandis que la part des prêts est de 28 % (graphique 18). Les ventes de marchandises, qui totalisent 117 opérations, soit à peu près le même nombre qu’en 1561, se montent seulement à 8 millions de maravédis contre 14 en 1561. La vente la plus importante est de 527620 maravédis contre plus d’un million trente ans auparavant. La moyenne a également baissé (69480 maravédis en 1591 contre 120397 maravédis en 1561). Cela signifie moins de ventes en gros et davantage de ventes de détail : un marché en recul par rapport à la situation observée en 1561.

  • 307 Cependant, la montée en puissance de Madrid a dû contribuer à ce que les flux de marchandises se di (...)

139En cette fin de siècle, il paraît bien difficile de supposer un nouvel accaparement des ventes par les marchands burgalais, et de leur imputer les mauvais résultats réalisés à Bilbao, comme nous l’avons suggéré pour 1542, car la composition du marché est elle aussi en pleine mutation307. Malgré leur place plus réduite, les textiles restent en tête (45 %) suivis par les métaux (31 %). Ce rattrapage opéré par les produits de l’industrie locale est une nouveauté, car ces ventes n’avaient jamais dépassé 10 % par le passé (graphiques 21 et 22). Les ventes de fer auxquelles il faut ajouter celles de denrées alimentaires (9 %) compensent donc un tant soit peu des écoulements de toiles notablement ralentis, d’autant que le volume des ventes a également diminué.

140La part des produits dont nous ignorons l’origine est toujours aussi importante (61 %). La France garde son importance à peu près intacte (27 %) par rapport à 1561, tandis que la nouveauté est constituée par l’arrivée des produits américains, des cuirs pour l’essentiel (graphique 26). Ces deux phénomènes ont une même signification. Devant les difficultés croissantes que présentent les échanges avec les partenaires du nord, le marché se réoriente vers les ressources de la Péninsule et de ses prolongements coloniaux. Ce rééquilibrage entre produits locaux et produits étrangers marque des transformations plus profondes que celles survenues dans les années 1540, ce qui montre bien que le mal est d’une autre teneur. D’autant que ces transformations vont de pair avec un certain degré de reconquête du marché par les Biscayens (graphiques 10 et 14). Les vendeurs sont biscayens à 65 % : ils contrôlent souvent l’écoulement des produits d’outre-Atlantique ainsi que celui du fer. Une bonne proportion des vendeurs (26 %) sont français. De même, les acheteurs sont en majorité biscayens, la seconde place revenant aux autres royaumes d’Espagne (31 %). L’afflux de grossistes acheteurs de grosses cargaisons de toiles en 1561 s’est quelque peu tari. Bref, par rapport à 1561, le marché de Bilbao est totalement renouvelé ou presque. Pour la première fois depuis le début du siècle le marché est complètement déstructuré et réorienté.

141En tant que prêteurs, les Biscayens monopolisent le marché de l’argent qui, pour la première fois depuis les années 1520, dépasse les 3 millions de maravédis. Cela indique que les Biscayens ont aussi reconverti une partie de leurs investissements dans des opérations de crédit (voir troisième partie), la marchandise n’offrant plus les mêmes possibilités de gain que par le passé. Les emprunteurs, pour leur part, sont pour une bonne moitié biscayens et français (graphique 6). Dans le cas des Français, ces prêts servent à financer les pêches hauturières pratiquées par les Basques de Ciboure et de Saint-Jean-de-Luz.

142En prêtant une plus grande attention aux ressources et aux marchés espagnols et coloniaux, mais aussi en faisant de plus en plus office de financiers, les acteurs du marché basque réagissent donc doublement aux périls qui menacent le commerce avec le nord de l’Europe. Il est bien entendu difficile de dater avec exactitude les changements survenus sur le marché depuis 1561. Il est néanmoins probable que ces transformations se soient opérées assez lentement, avec des hauts et des bas au cours des trente années qui séparent nos deux statistiques.

La situation en 1603 : un nouveau départ ?

  • 308 Pour plus de détails sur ces muletiers yangois, voir J. P. Priotti, En Espagne, de nouveaux protago (...)

143À cette date, la part des marchandises dans le total est de 80 %, pour 257 valeurs et plus de 22 millions de maravédis. Les valeurs vont de 1700 maravédis à plus de 6 millions avec une moyenne de 88997 maravédis, ce qui reste au-dessous de celle de 1561 malgré une valeur maximale six fois supérieure ! La dispersion des valeurs rend compte d’une multitude de ventes d’un montant médiocre et de quelques très importants contrats, trop rares pour que l’on y décèle une réactivation du marché de gros dont l’effondrement relatif se trouve confirmé. Les plus grosses ventes sont constituées par des métaux (graphique 23). Il ne s’agit pas ici de fer, mais du cuivre qui sert aux frappes de monnaie de billon, et qui s’arroge 42 % du marché devant les tissus (à peine 39 %). Ces résultats confirment la chute de la place des tissus dans le total, commencée en 1561. L’on note le recul des produits de l’industrie locale, qui en 1591 semblaient quelque peu pallier le vide créé par la raréfaction des ventes de toiles. De même, exception faite peut-être du cuir, également importé de France et d’Angleterre, les articles américains ne confirment pas leur place. Bien qu’elle ne soit pas spécifiée, l’origine géographique des produits est souvent nordique. En effet, le cuivre provient d’Europe centrale ou de Norvège et de Suède par le relais d’Amsterdam ou de Hambourg. Quant aux toiles, l’origine en est bretonne ou normande dans l’écrasante majorité des cas. Sur ce marché du début du XVIIe siècle, le vendeur est biscayen une fois sur deux. 32 % sont français et 14 % sont flamands tandis que les acheteurs sont biscayens (59 %) et espagnols (38 %), dont de nombreux muletiers yangois (graphiques 11 et 15)308. Ainsi, après avoir été en partie accaparé par les négociants castillans dans les années 1540, un demi-siècle plus tard le marché se trouve en bonne proportion entre les mains des compagnies étrangères. Cette métamorphose impressionnante constitue un jalon supplémentaire pour confirmer l’inversion de tendance : aux marchands espagnols conquérants du début du XVIe siècle installés dans les principales places commerciales européennes succèdent des opérateurs étrangers qui empiètent sur les chasses gardées des Basques et des Castillans, à Bilbao comme à Medina del Campo ou à Madrid.

144Avec 18 % de part de marché, plus de 5 millions de maravédis, 108 valeurs et une moyenne de plus de 50000 maravédis par opération, la bonne santé du marché financier de Bilbao se trouve confirmée. Le marché de l’argent reste entre les mains des Biscayens. Aux côtés de ces prêteurs (78 %), l’on trouve des Français (8 %) et des Flamands (6 %). Les preneurs d’argent sur la place de Bilbao, pour leur part, sont biscayens (54 %) tandis que les seconds plus gros emprunteurs sont les Français (32 %), suivis par les habitants de La Rioja (7 %). À cette date, le glissement vers des activités d’ordre financier se raffermit et Bilbao conforte ainsi son rang de place monétaire.

La situation en 1604 : vers un émiettement des ventes

145La part des marchandises augmente légèrement avec 82 % du total et empiète sur les prêts qui perdent deux points par rapport à l’année précédente (graphique 19). 453 valeurs totalisent plus de 23 millions de maravédis, ce qui correspond au total de l’année 1603 qui comptait à peu près deux fois moins de valeurs. Par conséquent, malgré un contrat maximum à 3562500 maravédis, la moyenne tombe à 51795 maravédis. La dominante du marché est la vente au détail. Comme pour l’année 1603, les métaux non-ferreux constituent les grosses ventes. La part des textiles reflue à un quart du total tandis que le cuivre confirme sa place de 1603 avec 43 % des ventes de marchandises (graphique 23). Le fer et ses dérivés arrivent en troisième position avec 11 %. Une bonne proportion de marchandises provient donc de la Baltique (métaux), de France (tissus), et de Biscaye (fer, armes, cidre). Les vendeurs et les acheteurs sont biscayens à 51 % pour les premiers, et à 55 % pour les seconds. Parmi les vendeurs, 34 % sont flamands et écoulent le cuivre à Bilbao. Comme en 1603, les acheteurs non-Biscayens proviennent souvent de Yanguas. Si le marché ne s’est pas modifié en profondeur d’une année sur l’autre, l’on assiste tout de même à un morcellement accru des ventes.

146Avec 16 % du total des transactions, plus de 4,5 millions de maravédis et 119 valeurs, le marché de l’argent prolonge sa prospérité commencée en 1591. Il est contrôlé aux trois quarts par les marchands locaux. On note la baisse d’importance des emprunteurs français tandis que leur position de prêteurs se renforce (10 %). Leur départ en tant que preneurs d’argent a été comblé par l’arrivée de nouveaux clients, Cantabres en bonne partie (graphiques 3 et 7), ce qui démontre les problèmes aigus que traverse l’économie de leurs ports, minée par la baisse des expéditions de laine et par la diminution du commerce avec les Pays-Bas.

147En définitive, les résultats de 1604 réaffirment la montée de l’influence des étrangers, les ressortissants flamands évinçant cette année-là leurs homologues français.

La situation en 1611 : un marché en crise

148La part des marchandises dans le marché de Bilbao chute à 62 %. La moyenne en net recul atteint 24578 maravédis, environ six fois moins que la moyenne de 1561, et encore presque moitié moins que celle de 1519-1520. Les 265 valeurs totalisent à peine 6,5 millions de maravédis tandis qu’en 1591 l’on dépassait les 8 millions avec seulement 117 valeurs. À cette date, le marché bilbanais est en crise. Sa composition est de plus en plus éclatée. Avec un tiers du total, les textiles confirment leur recul. Le vide créé par la diminution des ventes liées à ce secteur est compensé tant bien que mal par les articles de l’industrie locale (le fer rassemble 13 % du total) et par les produits alimentaires (10 %). Le reste se divise entre la cire (9 %) et quantité d’autres produits dont chacun contribue à combler imparfaitement le recul des tissus (graphique 24).

149Les vendeurs sont biscayens pour la moitié des opérations réalisées. Devant la défection des Français qui représentent seulement 9 % des vendeurs, les Flamands confortent leur avancée et s’arrogent 27 % des ventes (graphique 12). Parallèlement, ils interviennent en tant qu’acheteurs (13 %) consolidant ainsi leur emprise sur le marché bilbanais (graphique 16). Les Biscayens, pour leur part, totalisent 67 % des achats. À cette époque, les marchands originaires des Pays-Bas sont les étrangers les plus puissamment ancrés à Bilbao. Malgré l’arrêt des guerres avec la France et l’Angleterre en 1604 et avec les Pays-Bas en 1609, la déliquescence du marché biscayen est indéniable.

150À côté de ce marché exsangue, l’argent compense comme il peut le dépérissement. Les prêts qui totalisent plus de 4 millions de maravédis et regroupent 104 valeurs entre 600 et 525000 maravédis représentent une moyenne de 38500 maravédis. En somme, la structure des prêts en 1611 ressemble à celle de 1604. 80 % des prêts sont octroyés par des Biscayens, 10 % par des Flamands et 7 % par des Français. Les emprunteurs sont biscayens à 82 % et à 6 % français (graphiques 4 et 8). À dire vrai, au début du XVIIe siècle, les Basques doivent constater l’effondrement de la place de Bilbao en tant que marché, d’autant que l’inflation des prix tout le long du siècle donne plus d’ampleur à cette crise. Au-delà des diverses modifications évoquées, l’on devine des changements durables.

151En premier lieu, le marché de Bilbao n’est proprement en crise qu’à la fin de notre période, preuve d’une grande capacité d’adaptation. Sur la longue durée, les modifications qui surviennent sur ce marché ont plusieurs origines. Aux maux purement conjoncturels (guerres, épidémies, etc.), s’ajoutent les variations qui surviennent dans les domaines de la production locale, castillane et étrangère, et de la consommation des royaumes d’Espagne et des contrées étrangères. Toujours est-il que la puissance de ce marché atteint son apogée dans les années 1560-70 en cumulant un marché de détail et un marché de gros. La crise le frappe de plein fouet au début du XVIIe siècle après une trentaine d’années de restructuration. Les différentes phases de cette évolution sont les suivantes :

  • augmentation plus ou moins régulière de l’importance des textiles jusqu’au début des années 1560, puis déclin lent et sans doute tout aussi irrégulier au profit des produits de l’industrie locale, des denrées alimentaires, des produits coloniaux et, au début du XVIIe siècle, des importations de métaux non-ferreux (essentiellement du cuivre) en provenance de Hambourg et de la Baltique.

  • à partir des années 1590, le marché de l’argent se renforce durablement pour absorber 36 % des transactions en 1611. Les prêteurs, biscayens à 90 % et plus jusqu’en 1591, le sont encore à 74-80 % au début du XVIIe siècle. Les Basques gardent donc le contrôle de leur marché financier, même dans sa phase de plein développement, ce qui montre bien leur orientation vers ce secteur. Les emprunteurs, qui jusqu’au début des années 1540 sont biscayens à 80 % ou plus, représentent respectivement 37, 47 et 54 % pour les années 1561, 1591 et 1603, les proportions pour 1604 et 1611 équivalant à celles de la première moitié du siècle (graphique 29).

  • 309 Cela est le cas depuis le début du siècle jusque dans les années 1560-70, et dans un certaine mesur (...)

152Si ces reconversions apaisent dans un premier temps les maux du marché biscayen, elles n’empêchent pas le déchaînement de la crise au début du XVIIe siècle. Il n’en reste pas moins évident que les échanges d’argent et de marchandises qui se pratiquent à plusieurs échelles (locale, régionale et internationale) transforment le marché bilbanais en facteur de croissance économique local et régional309.

2. Les envois vers les centres consommateurs

153Ces ventes sur place ne représentent qu’un aspect de la fonction de redistribution exercée par Bilbao. Le port de Biscaye réalise des expéditions qui alimentent directement les marchés de consommation castillans. Les articles de luxe voyagent aux côtés des produits d’usage courant et permettent de répondre à la demande des populations modestes comme à celle de l’aristocratie. À ce sujet, les lettres envoyées par Bartolomé del Barco à Simón Ruiz, ainsi que le brouillard tenu à la fin du siècle par Alejandro de Echávarri sont les deux principaux gisements documentaires dont nous avons pu tirer parti. À partir de ces deux bases de données, notre intention est d’établir la part des ventes sur place et des expéditions, mais aussi de montrer l’évolution de la géographie de la redistribution entre le milieu et la fin du siècle.

154L’échantillon étudié porte sur l’écoulement des toiles françaises pour les années 1565-1575. À Bilbao, Bartolomé del Barco est chargé de récupérer les fardeaux de toiles qui arrivent pour le compte de Simón Ruiz, marchandises qu’il fait ensuite parvenir jusqu’en Castille. Les résultats reflètent donc une réalité particulière. Sans avoir valeur de généralité, l’écoulement de ces articles n’en constitue pas moins un bon exemple de la répartition d’un produit spécifique, d’une importance par ailleurs capitale pour les marchés castillan, sévillan et américain.

155Les envois des trois premières années à destination de la Castille représentent 13,2 % des réceptions de marchandises effectuées à Bilbao en 1565, 21,2 % en 1566 et 51,3 % en 1567. En revanche, les trois années suivantes, les expéditions à destination des zones de consommation dépassent les arrivées au port. En 1568, 451 fardeaux sont envoyés contre 255 seulement qui entrent dans le port. En 1569, le déséquilibre se résorbe puisque 549 fardeaux sont reçus et 554 expédiés. De nouveau, en 1570, les expéditions surpassent les réceptions (476 envoyés pour 346 reçus).

Date

Envois de fardeaux

Réceptions de fardeaux

1565

143

1 080

1566

284

1 338

1567

97

189

1568

451

255

1569

554

549

1570

476

346

  • 310 Voir les listes produites par H. Casado Alonso, Crecimiento..., annexes 2, 3, 4. Au moyen des mêmes (...)

156Cette irrégularité, qu’il ne faut pas considérer à l’unité près, résulte de nombreux facteurs : la demande à Bilbao, la demande en Castille, les prix du transport et la disponibilité des convois muletiers, les conditions météorologiques, etc. Pour fixer les idées, retenons qu’en moyenne sur les cinq années, 53 % de ce qui est reçu est expédié, et 47 % est gardé en magasins ou écoulé sur place. Si l’on pouvait extrapoler ce résultat au total des marchandises engrangées à Bilbao, la part du marché du port serait importante et placerait Bilbao parmi les tout premiers marchés des royaumes d’Espagne. Mais gardons-nous bien de croire qu’il s’agisse là d’une constante. Les mêmes calculs effectués pour les cinq années suivantes donnent la primeur aux expéditions avec 72,3 %, la vente sur place et les fardeaux de toiles stockés représentant 27,7 % seulement. Un ordre d’un tiers de marchandises écoulées sur place serait encore une très bonne performance pour le marché local. Toutefois, il est délicat de généraliser ces chiffres, car chaque marchand a ses réseaux de redistribution et une gestion commerciale propre. Pour trois grandes compagnies castillanes qui effectuent leurs ventes dans les royaumes d’Espagne autour des années 1555, la part de Bilbao dans le total est de 14 % environ (sur un total de 432,5 millions de maravédis de ventes environ, 59,3 millions sont écoulés à Bilbao)310. Disons qu’environ 15-20 % des toiles françaises qui passent par Bilbao au début des années 1560 y sont vendues. Cela laisse présager de l’importance de Bilbao jusqu’à cette date dans l’écoulement de cet article vital dans les relations hispano-françaises.

  • 311 En 1578, Madrid n’apparaît qu’au quatrième rang de la classification des villes selon le montant de (...)
  • 312 H. Casado Alonso, Crecimiento..., p. 27.

157La géographie des expéditions réalisées pour le compte de Simón Ruiz à partir de Bilbao vers l’intérieur castillan est relativement concentrée. En effet, la Vieille-Castille (Burgos, Medina del Campo, Valladolid et Medina de Rioseco) représente l’écrasante majorité des destinations de ces envois tandis que Saragosse et Valence apparaissent de temps à autre. Si l’on s’en tient à ces sources, à partir du milieu des années 1570, Madrid apparaît à plusieurs reprises sans s’imposer réellement. Mais plusieurs remarques s’imposent. Une partie de ce qui est expédié directement à Burgos, Valladolid ou Medina del Campo prend par la suite le chemin de la capitale. Ensuite, au début des années 1570, le marché de la capitale n’a certainement pas la capacité d’absorption qu’il possédera dans sa phase de plein développement311. En effet, dans les années 1586-1588, le poids de la capitale dans le total des ventes de la compagnie Ruiz s’est accentué puisqu’elle regroupe près de 30 % des transactions et occupe la première place devant Medina del Campo312. À cette date, le marché de Bilbao n’est plus ou peu sollicité.

  • 313 A.H.P.U.V. C 159-129 ; C159-130.
  • 314 En 1669, pour Saint-Sébastien et Bilbao, on ne perçoit que les deux tiers du fret demandé pour Lisb (...)

158Étudions maintenant la « physionomie » des quatre principaux marchés de l’Atlantique espagnol : Bilbao, la Castille, Séville et l’Amérique. Pour les tissus français qui s’écoulent à Bilbao, la vente rapporte entre 9 et 12 % à la fin du XVIe siècle313. Ce commerce entre la Bretagne, la Normandie et la côte basque, est connu pour sa relative sûreté, la brièveté de ses trajets et un moindre coût de transport314. Comme la marchandise peut être vendue dès l’arrivée dans le port sans être quasiment grevée de taxes, l’on peut aisément imaginer les répercussions de ces avantages sur la rotation du capital. Il s’agit d’un commerce relativement sûr et à rapide rémunération.

Principales routes commerciales atlantiques des textiles français en Espagne d’après les archives Ruiz (seconde moitié du XVIe siècle)

Principales routes commerciales atlantiques des textiles français en Espagne d’après les archives Ruiz (seconde moitié du XVIe siècle)
  • 315 F. J. Carrión de Iscar, Un ejemplo de comercio burgalés en el Atlántico : los negocios de la compañ (...)

159Lorsque le circuit commercial se prolonge jusqu’à Burgos ou jusqu’aux foires de Castille, les frais supportés par les marchandises augmentent, les bénéfices également. En 1561, la compagnie des Salamanca réalise pour les toiles françaises en provenance de Paris, Rouen, et Nantes, et vendues aux foires de Castille, des profits de 18,31 % à 47,54 %315. Pour les hommes d’affaires, la perspective de vendre de grosses quantités de marchandises sur le marché de masse castillan et de rémunérer leur capital à un taux élevé, sont des éléments dignes de considération.

  • 316 Alors que trois quarts approximativement des toiles françaises envoyées aux Indes sont des « angers (...)
  • 317 F. J. Carrión de Iscar, art. cit.
  • 318 E. Lorenzo Sanz, op. cit., t. I, p. 462.
  • 319 Ibid.
  • 320 A. Girard, op. cit., 1967 (1re éd. en 1932), p. 462.
  • 321 E. Lorenzo Sanz, op. cit., t. I, p. 243.
  • 322 Ibid. Au XVIIIe siècle, cette réalité est plus que jamais vérifiée. Lors d’un colloque internationa (...)
  • 323 H. Lapeyre, Une famille..., 1955, p. 66.
  • 324 Ibid.
  • 325 Ibid., p. 113.

160Les marchés sévillan et américain ne possèdent pas les mêmes caractéristiques que les marchés castillan et basque. Les délais sont plus longs, le marché plus spécialisé316 et les risques plus importants. Les Salamanca réalisent sur la place andalouse la vente de toiles françaises qui rapportent entre 13,32 et 17,05 %317, ce qui ne semble pas franchement supérieur aux bénéfices réalisés à Bilbao ou en Castille. Les envois en Amérique, quant à eux, sont motivés par la perspective de fabuleux profits. En 1570, les « angers » se vendent en Nouvelle-Espagne avec 200 % de profits sur le prix d’achat318. Toutefois, dans des conditions normales, les marchands peuvent escompter un profit de 60 à 70 % par rapport au prix d’achat, ce qui, une fois retirés les frais divers, correspond à un bénéfice de 20 à 30 %319. Malheureusement, les trajets sont souvent périlleux et l’attente du marchand n’est pas forcément récompensée. D’après le Parfait Négociant de Savary, l’on passait souvent trois ou quatre ans avant d’avoir bouclé une opération de ventes de toiles françaises aux Indes320. Les risques, de quelque nature qu’ils soient, sont plus grands que ceux encourus par les marchands qui destinent leurs fardeaux à la Biscaye, d’autant que le marché américain n’a pas la même propension à consommer que celui de Castille. Comme presque toutes les ventes se font à une échéance qui correspond en général à l’arrivée des flottes d’Amérique, chaque incident sérieux dans l’approvisionnement en or et en argent retarde les paiements et provoque des faillites321. En 1563, Jerónimo de Valladolid, facteur des Ruiz dans le port andalou, confie que « les négoces de Séville ne sont pas pour tous »322. Trois ans plus tard, le négoce des textiles français à Séville paraît beaucoup moins sûr que celui réalisé aux foires de Castille323. On a beau gagner 30 % sur les marchandises vendues dans le port andalou, les frais et créances impayées dévorent le bénéfice324. Séville est réputée pour être une place à haut risque325. Pour panacher ses affaires sur les toiles françaises, le marchand réalise à la fois des ventes sur les marchés américain et castillan. Simón Ruiz n’échappe pas à la règle. Le suivi simultané de ses affaires à Bilbao et à Séville nous permet d’estimer l’importance respective de ces ports dans la distribution des textiles français en Espagne.

  • 326 Ces pourcentages ont été obtenus à partir des listes de ventes établies par R. Rodríguez González, (...)
  • 327 H. Lapeyre, Une famille..., p. 66 ; F. Brumont, Le coût..., p. 103 ; E. Lorenzo Sanz, Comercio..., (...)
  • 328 E. Lorenzo Sanz, op. cit., t. I, p. 242.
  • 329 J. P. Priotti, Nantes...
  • 330 Op. cit., p. 245.
  • 331 Ibid., p. 247.

161Sur 1741 fardeaux de toiles de Bretagne vendus pour le compte de Simón Ruiz entre 1556 et 1558, la répartition est grosso modo la suivante : 15 % sont écoulés à Bilbao, 1,6 % à Séville et 83,4 % aux foires de Castille326. Entre 1560 et avril 1565, Andrés Ruiz, Simón Ruiz et Yvon Rocaz ont fait expédier par Bilbao 9404 fardeaux de marchandises (principalement des toiles et des cardes) pour un montant de 162 millions de maravédis environ tandis qu’à Séville de 1561 à avril 1565 sont arrivés de Nantes et Rouen à peu près 99 millions de maravédis de toiles327. Le poids respectif des deux pôles de commerce dans la répartition des toiles françaises marque la prééminence du Pays Basque. Malgré l’extension des affaires de Simón Ruiz à Rouen et Séville, le trafic traditionnel entre la Bretagne et la Castille reste le plus important. Entre le 24 septembre 1566 et le 25 décembre 1567, Simón Ruiz fait vendre à Séville 709 fardeaux de toiles de Bretagne et 250 de Rouen, pour un total de 26 millions environ de maravédis328 tandis qu’en 1566, outre les 1338 fardeaux de toiles françaises qui arrivent de Nantes à Bilbao pour le compte du grand marchand castillan329, plus de 100 fardeaux de « garnesuis » y parviennent au départ de Quimper et Morlaix. À partir de 1568, en ce qui concerne les textiles français, Simón Ruiz ne se livre plus à Séville qu’à des opérations de caractère limité alors qu’il continue de faire venir à Bilbao de bonnes quantités de textiles. Eufemio Lorenzo Sanz doute que la compagnie de Séville dirigée par Simón Ruiz, qui agit sur cette place de 1560 à 1569, ait obtenu des bénéfices, car en 1573 on essayait encore d’encaisser 37,5 millions de maravédis de divers débiteurs, montant duquel l’on espérait récupérer 750000 maravédis seulement330. Malgré la fin de la compagnie de Séville, Simón continue de participer aux ventes de textiles français dans ce port. Sa persévérance ne lui sourit guère331.

  • 332 E. Lorenzo Sanz, op. cit., t. I, p. 445.

162Cet exemple précis confirme ce que nous savons globalement des trafics sévillan et biscayen. Le meilleur marché pour les toiles françaises au XVIe siècle n’est pas Sanlúcar, Séville et Cadix, comme le prétend Eufemio Lorenzo Sanz, du moins jusque dans les années 1560332. Du fait des déboires qui accompagnent ses ventes à Séville, l’homme d’affaires castillan a préféré les marchés basque et castillan, la majorité de ses textiles venant par la côte basco-cantabrique. Simón Ruiz n’est pas le seul grand marchand à utiliser la porte d’entrée basque. La compagnie García et Miguel de Salamanca fait aussi venir par cette voie de grandes quantités de toiles françaises. Le volume des importations qu’ils réalisent par Bilbao et par Séville est, au début des années 1560, à peu près équivalent, mais après cette période Séville devance le port basque. Les affaires de cette famille confirment également le fait que le marché castillan est presque exclusivement irrigué par les produits passés par Bilbao. Le livre de comptabilité d’une société déjà mentionnée et à laquelle participent Miguel de Zamora, Francisco de la Presa, Juan de Orbea, Vitores Ruiz et Jacobe de Astigar corrobore l’ampleur du débouché castillan.

163Il importe peu de savoir lequel de Séville ou de Bilbao attire le plus de textiles français, car victorieux pour un temps, l’un ou l’autre pôle de commerce est relégué au second plan durant la période suivante. Néanmoins, l’exemple du commerce des textiles français en Espagne prouve que la domination de Séville dans le commerce espagnol est loin d’être absolue pendant les deux premiers tiers du XVIe siècle.

  • 333 Pour ces calculs, nous nous en remettons à notre publication, Los Echávarri : mercaderes bilbaínos (...)
  • 334 Peuplée de 20000 à 25000 habitants en 1561, elle dépasse les 60000 en 1597, A. Molinié-Bertrand, Au (...)
  • 335 Voir H. Lapeyre, El comercio exterior..., p. 105-6.

164Quelles transformations s’opèrent à la fin du siècle en matière de redistribution ? Les expéditions et les ventes sur place d’après le mouvement des affaires d’Alejandro de Echávarri (21 août 1597-24 novembre 1599)333 nous livrent quelques éléments de réponse. La cour est installée à Madrid depuis juin 1561. La ville vit dès lors de la richesse du royaume, de la puissance de l’Empire et de la présence de cette cour. Alors que la plupart des villes de Nouvelle-Castille et du royaume perdent des habitants vers 1590, Madrid connaît une croissance poursuivie jusque vers 1630334. Si le développement de la nouvelle capitale offre peu à peu un vaste marché à pourvoir, le déplacement du centre de gravité de la Castille vers le sud ne se ressent qu’après la fin des années 1570. En effet, les pôles de la Vieille-Castille résistent longtemps à la lente montée de la capitale335.

  • 336 H. I. Taylor, English merchants and spanish prices about 1600, dans Kölner Kolloquien zur Internati (...)
  • 337 D. Swetchinski, The spanish consul and the Jews of Amsterdam, (tiré à part), p. 166-7.

165Bien entendu, Bilbao n’est pas le seul port à servir Madrid, mais un des postes principaux lui est certainement réservé. Au début du XVIIe siècle, il semble bien que Bilbao assume encore une bonne part de l’approvisionnement de Madrid336. Plus tard, en 1655, Bilbao conserve un rôle considérable pour la redistribution en Castille. Au départ d’Amsterdam, dans 70 % des contrats d’affrètements signés par des Juifs, la marchandise est destinée à Saint-Sébastien et Bilbao et poursuit généralement sa route jusqu’à Madrid, tandis que cette part baisse à 50 % pour les non-Juifs337.

166Étudions la situation des années 1590 à partir des comptes de la firme Echávarri. Sur 62 envois, 38 vont vers Madrid. Sur le plan du contenu la diversité prime, bien que la cire, les tissus et les métaux soient largement dominants. Madrid, en un mot, par les quantités qu’elle reçoit et leur multiple nature, est devenu le principal client de la cité du Nervión.

  • 338 A. Molinié-Bertrand, op. cit., p. 135.
  • 339 F. Brumont, Le coup de grâce : la peste de 1599, dans Actas del Congreso de Historia de Burgos, 198 (...)
  • 340 Ibid.

167Le cas de Burgos diffère nettement de par la fonction même de la ville. Ce n’est pas une cité oisive que l’on doit alimenter, comme Madrid, mais une métropole commerciale. Elle ne représente pourtant que 6 envois sur les 62 comptés sur la période. À la fin du siècle, Burgos subit de plein fouet la récession économique des royaumes d’Espagne et la peste de 1599. Elle passe de 20000 habitants en 1561 à quelque 10560 âmes en 1597, la peste de 1599 réduisant plus encore le nombre de ses habitants et par conséquent son potentiel de consommateurs338. Avant la peste de 1599, et malgré la décadence du commerce, un volume encore important de cire se dirige vers Burgos. Ce produit constitue le seul élément des expéditions organisées à partir de Bilbao. Mais, à compter du 12 décembre 1598, Alejandro de Echávarri n’envoie plus de marchandises vers la cité castillane. Le fléau frappe la ville à cette date339. Malgré la fin de l’épidémie, les relations commerciales entre les Burgalais et Alejandro ne se réactivent pas. La peste a donné le « coup de grâce » à cette cité déjà en déclin340. Avec la décadence de Burgos, c’est un des liens fondamentaux de Bilbao avec l’intérieur qui se rompt.

  • 341 A. Molinié-Bertrand, op. cit., p. 166.
  • 342 B. Bennassar, Un Siècle..., p. 173.
  • 343 Ibid.

168Dans nos sources, la chute de Burgos coïncide avec l’apparition de Ségovie. Une réorientation a été opérée, le débouché burgalais ayant presque disparu. Ce changement illustre bien le glissement du centre de gravité castillan vers le sud déjà en cours à la fin des années 1570. Ce n’est plus de la cire, mais de la garance qui est acheminée vers l’industrie drapière ségovienne. Au total, 5 envois, soit 11900 livres-poids de garance. Dans les années 1590, Ségovie, avec 25000 habitants, atteint son maximum de population341. Pendant notre période, entre 1597 et 1599 des signes de déclin apparaissent, mais la chute ne s’affirme que vers 1620342. À la fin du siècle, il faut se représenter Ségovie comme une cité où dominent les marchands-fabricants. Ils y contrôlent l’activité de la draperie qui emploie alors quelques milliers de tondeurs, cardeurs, peigneurs de laine, tisserands et teinturiers343.

  • 344 A. Molinié-Bertrand, op. cit., p. 161.
  • 345 B. Bennassar, Un Siècle..., loc. cit.

169À l’instar de Burgos, Medina del Campo a joué un rôle de premier plan dans l’économie castillane mais, le siècle finissant, elle ne ressemble guère à ce qu’elle a été, Madrid ayant pris la première place en ce qui concerne la finance. En 1597, elle n’est plus qu’une petite cité de 10000 âmes344, elle qui en a compté deux fois plus en 1530. Sur les 9 envois qui lui sont destinés, nous retrouvons des produits plus variés, de la cire, mais aussi des tissus et des aiguilles. Même si depuis 1594 son activité financière a décru, la prospérité de ses marchands résiste davantage à la crise que celle des Burgalais345.

  • 346 A. Molinié-Bertrand, op. cit., p. 159.

170Vers Valladolid qui compte au maximum 40000 habitants346 à la fin du siècle, comme vers Orduña et Guadalajara, des envois ponctuels, presque exceptionnels ont lieu pendant la période troublée de 1598 (peste). Ils sont peut-être le signe d’une recherche de gains hors des « circuits normaux ».

171Essayons d’établir pour chacun des centres commerciaux que nous venons de présenter, une évaluation de la redistribution. Vers Madrid, Alejandro expédie à peu près 33,2 % du total de la cire écoulée. En direction de Burgos, pour ce même produit, il s’agit de 11,8 %, vers Medina del Campo, de 7,2 %. Avec Vitoria et Valladolid, nous arrivons à 55 %. Alejandro expédie donc plus de cire qu’il n’en vend à Bilbao même. La grande redistribution de cet article vers les villes castillanes prime donc, mais n’accapare pas la totalité de la cire écoulée, loin s’en faut. Une place presque aussi importante est réservée à la vente de détail à Bilbao (45 %). Peuton faire la même observation pour les autres produits ?

172Pour les métaux, tant pour le cuivre (90,5 %) que pour le plomb (100 %), la part destinée à Madrid est écrasante. En ce qui concerne les tissus, les résultats sont plus nuancés. Si 75 % des « futaines » écoulées prennent la route de Madrid, seulement 21,9 % des « lilles » suivent cet itinéraire. 20,4 % de ces dernières vont vers Burgos ainsi que 15,6 % des « futaines ». En revanche, toutes les « bayettes » comme la totalité du linge de maison, des draps anglais et des « hollandes » se dirigent vers le marché madrilène. Pour les « mitaines », 80,6 % partent vers la capitale castillane, comme 67,6 % des « anascotes ». Si l’on excepte les « lilles », la majorité des tissus, plus de 67 % en tout cas, prennent la direction de ce vaste espace de consommation qu’est devenu Madrid. Il en est de même pour les livres.

173Le poisson, s’il est davantage acheminé qu’il n’est vendu sur place, se divise en envois vers Orduña et Madrid. Pour le saumon, la totalité est transportée vers la capitale castillane (500 pièces). Quant aux harengs, 53 % sont expédiés vers Madrid (800 pièces), 27 % à destination d’Orduña (400 pièces), le reste étant vendu à Bilbao. Orduña reçoit également 36,4 % des sardines et la totalité des poissons curadillos (29 pièces).

174Les aiguilles et la garance sont les seuls articles expédiés hors de la capitale. La plante tinctoriale fait uniquement l’objet d’expéditions vers Ségovie. Medina del Campo, pour sa part, accapare 59,7 % des aiguilles écoulées par Alejandro, tandis que Burgos doit se contenter de 36,7 %.

175Examinons maintenant les ventes effectuées à Bilbao par Alejandro de Echávarri entre 1597 et 1599. Pendant ces deux années, le Basque vend sur le marché de la ville 45 % de la cire écoulée. Si l’on détaille, les transactions effectuées avec d’autres marchands bilbanais totalisent à peu près 13,9 %. Les commerçants de l’arrière-pays vont également à Bilbao pour se ravitailler, essentiellement en cire, plus rarement en tissus et aiguilles. Vitoria et Valladolid représentent respectivement 15,5 % et 4,7 % du total de la cire écoulée, Cuenca 3,1 %, Orduña 2,3 %, Yanguas 1 %, les autres lieux représentés participant pour une part inférieure à 1 %. Ces chiffres prouvent que le pouvoir d’attraction du marché de la ville n’a pas totalement disparu à la fin du XVIe siècle, au moins pour la cire.

Origine géographique des acheteurs de marchandises chez Alejandro de Echávarri

Origine géographique des acheteurs de marchandises chez Alejandro de Echávarri

Sources : A.S.M.R.L.

176Pour les autres produits, seuls les commerçants de Bilbao en achètent à Alejandro, exceptionnellement quelques marchands d’Orduña et de Durango pour des tissus et aiguilles. Alejandro a écoulé sur place 57,6 % environ des « lilles » (113 pièces sur 196), cette forte proportion étant due au fait que ces tissus appartiennent au marchand et à Francisco Herque qui ne semble pas avoir de relais en Castille. Alejandro préfère vendre lui-même ses marchandises que de confier cette tâche à d’autres. Pour les « anascotes » le pourcentage quoique plus faible reste important, soit à peu près 32,4 % du total. En revanche, pour les « futaines », il est minime, à savoir 5,4 % environ (20 pièces sur 368). En ce qui concerne les « mitaines », la proportion représente 19,4 % à peu près (24 pièces sur 124). Il est aussi question de 126 planches de pin dont une partie a été vendue sur place, au couvent San Agustín de Bilbao. De la cire, des tissus, du bois, mais aussi du poisson : le 4 mars 1598, notre marchand cède à Mateo de Echávarri 69,5 quintaux de morue séchée (ce dernier en achetant 50 quintaux pour un marchand de sa maison). Ajoutons 63,6 % des sardines vendues ainsi que 20 % des harengs écoulés. Au total, des ventes assez diversifiées, dont la majeure partie, au moins pour la cire et le poisson, est conclue avec Mateo de Echávarri.

177En définitive, les marchands bilbanais et ceux de l’extérieur qui font des affaires à Bilbao, représentent 45 % du total de la cire écoulée. Exception faite des « lilles », les deux tiers des articles manufacturés de grande valeur regagnent la capitale ainsi que les métaux, et une grande partie de l’approvisionnement en poisson. Compétitif pour la vente de certains produits de consommation courante, le marché basque ne parvient pas à contrôler celle des articles manufacturés, comme c’était le cas jusque dans les années 1560-70.

178Pour la redistribution, nous assistons à la fin du XVIe siècle, à une baisse d’importance des grandes métropoles de Vieille-Castille : surtout Medina del Campo et Burgos. Le grand foyer consommateur devient Madrid, alors que les routes commerciales qui irriguent la Vieille-Castille perdent de leur vitalité. Medina del Campo tiendra longtemps tête à la capitale. L’évolution de la fin des années 1590 indique donc un renforcement du processus déjà observé 10 ans auparavant. Le réseau urbain encore en place vers 1570 s’est désagrégé.

  • 347 Le lecteur trouvera de nombreux exemples de cette redistribution de cabotage dans l’annexe no 2 et (...)

179Bien que l’on ne puisse l’apprécier à sa juste valeur, le cabotage joue un rôle non négligeable dans la fonction de redistribution. Le transport maritime est utilisé pour la redistribution des textiles, du papier et des produits de l’industrie locale au départ de Bilbao et à destination de la côte atlantique (ports galiciens, côte portugaise entre Porto et Sétubal, Andalousie et provinces levantines). De même, Bilbao redistribue vers la Castille et le nord-ouest de l’Europe des épices, des cuirs et d’autres produits coloniaux qui ont transité par Séville et Lisbonne. Bien que vigoureuses, ces expéditions sont secondaires dans la redistribution générale opérée par le port de Biscaye, jusque dans les années 1560-1570 en tout cas347. À la fin du siècle, comme nous l’avons vu, leur poids augmente dans les échanges du port de Biscaye (voir deuxième partie, chapitre II).

IV. Essai de reconstruction des conjonctures

  • 348 Voir annexes no 1, 2, 3, 4 et A.D.B., source citée.

180Compte tenu de l’état du marché réalisé à diverses dates, des listes d’arrivées et de départs de navires produites en annexe, il est possible de définir les changements survenus dans le commerce de notre port tout le long du siècle, d’en retrouver les causes principales et de comprendre comment l’économie basque a réagi face à ces transformations348. Cependant, il convient de faire une remarque. La réalité d’un port est très changeante et les résultats que nous obtenons pour telle et telle date ne valent pas pour toute la période qui les sépare. Faute d’un état annuel du marché et du mouvement du port, il est impossible de prétendre à une analyse plus fine de la conjoncture du port de Bilbao. Cela dit, nous essaierons de ne pas restreindre notre propos au parallélisme mécanique entre événements politiques et conjoncture économique, car il ne suffit pas pour saisir l’évolution d’un commerce donné. Les facteurs endogènes des économies concernées tels que la consommation et la production qui déterminent les variations de l’offre et de la demande ont eu leur importance.

1. Sous le signe de l’expansion (1520-1560/1570)

181Dans les années 1519-1520, Bilbao commerce avec de nombreux partenaires. Le nord-ouest européen (l’Angleterre, la France et les Pays-Bas) est le centre de ces échanges. Les relations avec le Portugal et les royaumes espagnols du nord et du Levant sont également fécondes, particulièrement grâce au commerce du fer. Sur 14 affrètements, 6 font voile jusqu’à Londres, 3 sont destinés au Portugal, 2 à Bayona et à La Coruña, 2 à Valence et à Murcie, 1 à Bordeaux. Comme les marchandises venues de France et des Pays-Bas représentent respectivement 30 et 24 % des ventes effectuées à Bilbao pendant cette période, il va de soi que de nombreux bateaux proviennent également de ces contrées.

  • 349 H. Lapeyre, Les monarchies européennes du XVIe siècle, 1967, p. 131.
  • 350 T. de Azcona, Las relaciones de la Provincia de Guipúzcoa con el reino de Navarra (1512-1521), dans(...)
  • 351 J. A. García de Cortázar, Vizcaya..., p. 58

182Sur le plan politique international, le début de notre période (1519-1520) correspond à une nouvelle phase des guerres d’Italie. Bien que l’élection impériale de 1519 rende inévitable la lutte entre François Ier et Charles Quint, la paix est encore sauvegardée pendant l’année 1520349. Fait sans doute plus proche des préoccupations basques, les deux souverains s’affrontent pour la domination de la Navarre350. Nous ignorons les retombées exactes de ces conflits, mais cela a sans doute stimulé et perturbé en même temps les échanges, tout dépendant du type de commerce envisagé. Par ailleurs, en Biscaye, de nombreux problèmes de juridiction mettent aux prises les villes et la tierra llana (terre ouverte où la population est disséminée par opposition aux villes dans lesquelles la population est regroupée). Une hostilité permanente règne entre Bilbao et les anteiglesias qui constituent cette tierra llana351.

  • 352 H. Casado Alonso, El comercio internacional burgalés en los siglos XV y XVI, dans Actas del V Cente (...)
  • 353 Ibid.
  • 354 J. Pérez, La révolution des « comunidades » de Castille (1520-1521), 1970, p. 415. En revanche, le (...)
  • 355 En 1521, Juan de Ugarte, de Bilbao, voit les 270 cuirasses qu’il destine à l’Aragon ou à la Castill (...)
  • 356 F. H. Abed Al-Hussein, Trade and business..., p. 69-103.
  • 357 H. Casado Alonso, El comercio internacional burgalés...

183Ajoutons que depuis 1510 et jusqu’en 1521-1525, une crise économique non sans rapport avec les problèmes dont pâtit le commerce international, touche l’intérieur castillan352. Une des conséquences de ces problèmes sera la révolution des Comunidades353. À l’époque de la révolte des comuneros, la Biscaye reste fidèle au roi et connaît de ce point de vue une période de tranquillité ininterrompue354. Il se peut même que l’industrie des armes ainsi que le marché de Biscaye aient profité des affrontements355. D’autant que cette situation contraste fortement avec ce qui se passe en Castille où les répercussions sont parfois désastreuses. À Medina, par exemple, de nombreux marchands de Tolède se déclarent faillis entre 1519 et 1521 à cause de la révolte des comuneros356. Burgos ne fait pas exception à la règle357. Il est fort probable que, grâce à sa condition de marché portuaire, Bilbao souffre moins de cette rébellion que les terres de Castille (l’état du marché et le commerce avec le reste de la province semblent prospères). Néanmoins, la redistribution du port biscayen vers les zones consommatrices castillanes subit sans doute les contraintes de ces affrontements intérieurs qui restreignent la demande, perturbent la production et la circulation des biens.

  • 358 C. Gómez-Centurión Jiménez, op. cit., p. 18.
  • 359 A. Girard, Le commerce..., p. 53.
  • 360 A. Girard, Les étrangers..., p. 576. H. Lapeyre, pour sa part, soutient que les relations entre l’E (...)
  • 361 Ibid.
  • 362 H. Casado Alonso, El comercio..., p. 189.

184Durant la période suivante qui s’étend jusqu’au début des années 1540, nous détenons trop peu de paramètres pour pouvoir juger en continu de l’état du commerce de notre port. Selon certains auteurs, de 1521 à 1529, les guerres entre les Habsbourg et les Valois auraient paralysé le commerce international358. Même dans les intervalles de paix, les hostilités ne s’arrêtent pas sur les routes du Nouveau Monde. Par les ordonnances de 1517, 1537 et 1543 François Ier prescrit à ses sujets de bien s’armer et de prendre leur part des richesses américaines sur lesquelles le monarque leur reconnaît autant de droits que les Espagnols359. Par ailleurs, dès 1527, date à laquelle la politique anglaise se détache de l’Espagne, mais surtout à partir du divorce d’Henri VIII, et jusqu’en 1586 – sauf pendant le court règne de Marie Tudor (1553-1558) – les rapports commerciaux hispano-anglais sont marqués par une série d’alertes qui constituent une espèce de « guerre perlée » avant la guerre déclarée : 1540, 1561, 1569360. Cependant, la guerre venue, les échanges continuent soit par la contrebande, soit par l’intermédiaire des pays neutres : l’Écosse et l’Irlande surtout361. Quelle validité donner à ces affirmations dans le cas basque ? Il est vraisemblable que l’économie bilbanaise ne subisse pas de plein fouet les répercussions de ces événements, d’autant que l’âge d’or du commerce de Burgos, partenaire indispensable de Bilbao, semble se situer entre 1525 et 1550362.

  • 363 J. Meyer, La France moderne, 1985, p. 167.

185Quoi qu’il en soit, les guerres auxquelles se livrent les riches contrées européennes n’ont pas raison du commerce qui continue de fonctionner. Dans les années 1540, sur 12 affrètements, 2 se rapportent à l’Angleterre, 7 aux Pays-Bas, 2 à l’Andalousie et 1 à la Galice. Bien que pour un produit sur deux, l’origine géographique soit indéterminée, 26 % des marchandises vendues à Bilbao en 1542 sont anglaises, les produits français rétrogradant à la seconde place avec 11 %. Sur le plan européen, une quatrième guerre franco-habsbourgeoise (1542-1544) sévit qui a pour conséquence l’abandon définitif de Naples par François Ier, contre celui de la Bourgogne par Charles Quint363. De 1521 à 1559, l’Espagne et la France combattent presque tout le temps, ce qui, a priori, doit entraver le développement du commerce entre les deux royaumes. En regard des années 1519-1520, l’influence des Français et des produits de leur industrie sur la place bilbanaise diminue. Doit-on pour autant attribuer ce retrait aux guerres que nous venons d’évoquer ? Difficile à dire. Si les mesures prises par les souverains étaient acceptées, l’affrontement des Habsbourg et des Valois devrait s’accompagner d’une cessation des activités commerciales entre les deux royaumes. Or, comme ces guerres « s’exportent » le plus souvent sur des territoires assez lointains, l’Italie en particulier, l’incidence sur le commerce s’en trouve sans doute atténuée. Étant donné que la Biscaye est une zone quasi franche et sur laquelle le pouvoir royal a peu d’emprise directe, les pratiques se jouent des interdictions de commerce et la contrebande s’instaure en coutume. D’autant que la Bretagne, un des premiers partenaires de la Biscaye, n’a été réellement rattachée à la France qu’en 1532, et encore l’est-elle sous certaines conditions.

186Toujours est-il qu’en 1542 sur le marché de Bilbao, les importations anglaises paraissent avoir profité de la baisse en valeur des produits français. Les articles anglais accaparent 26 % des ventes effectuées dans la ville et les marchands anglais représentent 30 % des vendeurs en 1542. Les marchandises françaises sont-elles directement expédiées vers les foires de Castille ? Cela est possible sachant que la révolte des Comunidades avait sans doute profité au marché portuaire pendant que les troubles sévissaient en Castille. Compte tenu de la présence croissante de Basques dans le duché, le commerce avec le royaume de France doit être en bonne santé. Nous pensons que l’activité générale du port est en pleine expansion, notamment le commerce entre l’Angleterre et les Pays-Bas d’un côté et Bilbao de l’autre.

187Le commerce avec les Pays-Bas est actif puisque près de 60 % des arrivées ou des départs recensés s’y rapportent. De plus, les consuls burgalais enregistrent dans les années 1540 parmi les meilleures entrées d’avaries pour les marchandises en provenance des Pays-Bas. Mais Bilbao ne détient pas le monopole de ce trafic, car Laredo en draine une bonne part. Si le marché du port de Biscaye ne réalise pas à cette époque ses meilleures performances, il y a tout lieu de croire que le mouvement du port, en revanche, atteint des sommets, d’autant que les relations avec la Méditerranée demeurent florissantes.

  • 364 Je me permets de renvoyer le lecteur à H. Casado Alonso, El comercio internacional burgalés..., et (...)
  • 365 H. Lapeyre, El comercio..., p. 92-3.

188Pour l’année 1549, nos sources permettent d’obtenir un instantané des échanges entre Nantes et Bilbao. Près de 13000 fardeaux de toiles, 1212 balles de papier, 629 caisses de cartes à jouer, 358 balles de mercerie et quelques balles de livres sont exportés de Nantes jusqu’à Bilbao. Mais pour l’intervalle 1549-1551, ces bonnes performances sont facilitées par l’absence de conflits armés. Si l’on en croit les exportations de Nantes vers Bilbao et les entrées d’avaries du commerce de Burgos, les années 1550 se placent sous le signe de l’irrégularité364. Le premier lustre des années 1560 laisse augurer de meilleurs résultats. Entre 1559 et 1566, le commerce avec Nantes atteint son meilleur niveau de la seconde moitié du siècle. La paix du Cateau-Cambrésis (2-3 avril 1559) annonce un nouvel élan pour le commerce franco-espagnol. Durant cette période les exportations de Nantes vers Bilbao sont à leur apogée. De 1559 à 1561 le nombre des fardeaux de toiles acheminés se monte à plus de 15000, avec une pointe à plus de 19393 unités en 1560. Le marché de Bilbao est largement approvisionné en produits français qui concernent 32 % du total des transactions (1561). La part de la France dans le marché de Bilbao s’est considérablement accrue. D’autres indicateurs sont à la hausse. Sur 97 affrètements entre 1560 et 1568, 1 seul concerne l’Angleterre, alors que 41 (plus de 42 %) ont trait au commerce avec les Pays-Bas et que 29 (30 % environ) concernent le commerce avec la France. C’est dire si le commerce avec ces deux dernières contrées donne l’impression de s’être raffermi. Par rapport au début du siècle, le marché de la ville s’est développé quantitativement et qualitativement : marché de détail et marché de gros coexistent, profitant sans doute de la baisse d’importance de l’activité burgalaise. Dans les années 1560, un bilan est possible. L’activité du marché de Bilbao bat son plein, stimulée par les importations des Pays-Bas et de France qui se développent aux dépens de celles de l’Angleterre. D’ailleurs, pour le port biscayen, les comptes des dîmes de la mer de Castille donnent la primauté aux articles français sur les produits flamands et anglais365.

189Au cours de cette longue première moitié de siècle, il est difficile de dater exactement l’apogée du commerce bilbanais. À l’évidence, la fortune commerciale de Bilbao se prolonge au-delà des années 1550, date à partir de laquelle le commerce burgalais commence à traverser une période difficile. Si l’on tient compte de l’expansion de son marché, Bilbao atteint un maximum dans les années 1560-70, alors que le mouvement du port a pu être supérieur dans les années 1540.

2. De la restructuration vers la crise (1570-1610)

  • 366 Ces guerres sont d’autant plus perturbatrices qu’elles ont souvent la rivière de Loire et le golfe (...)
  • 367 H. Lapeyre, Les monarchies..., p. 205 et S. de La Nicollière-Teijeiro, La marine nantaise au XVIe s (...)
  • 368 Une famille..., p. 416-8. Cet auteur ne signale aucune prise sur ce trajet de 1568 à 1585. Or, dura (...)
  • 369 Ibid. C. Gómez-Centurión Jiménez, op. cit., p. 53. Cet auteur soutient que pendant la période 1568- (...)
  • 370 C. Gómez-Centurión Jiménez, op. cit., p. 59.
  • 371 À partir du tableau produit dans M. Basas Fernández, El esplendor del comercio..., p. 73.
  • 372 J. Tanguy, L’exportation..., p. 200 note 18.

190Après le début des années 1560, les guerres de Religion en France366, la révolte des Pays-Bas, la guerre contre l’Angleterre, lesquelles entraînent le déchaînement de la piraterie dans la Manche et le Golfe de Gascogne367, minent le commerce international368. À partir de 1568 et jusqu’en 1573, l’hostilité entre l’Angleterre et l’Espagne croît369. Pendant l’hiver 1570, 45 navires corsaires anglais, français et hollandais naviguent dans le canal de la Manche370. Tandis que ces maux devraient toucher profondément le commerce de notre port avec les puissances du nord-ouest européen, les douanes de la mer de Castille contredisent cette hypothèse. En effet, les chiffres que livrent les comptabilités douanières jouissent d’une surprenante stabilité entre 1564 et 1577371. L’on doit confesser que ces résultats, satisfaisants pour le commerce de Bilbao, ne coïncident pas avec la chute des importations en provenance de Nantes, à partir de 1567 selon nos travaux d’extrapolation. Toutefois, nous avons dit que ces chiffres pouvaient être inférieurs à la réalité, car à partir de la fin des années 1560 Simón Ruiz spécule beaucoup plus sur le change que par le passé. La diminution des importations de toiles de Nantes est pourtant corroborée par la baisse de la production de ces articles. En effet, à partir des années 1570-1571, en raison des troubles, la production toilière dans l’Ouest diminue fortement372. Cependant, le commerce général de Bilbao ne semble pas pâtir de cette diminution.

  • 373 Voir H. Lapeyre, El comercio..., p. 114.
  • 374 En accord avec la date proposée par I. Wallerstein, M. Basas Fernández affirme que la prospérité du (...)

191Plusieurs facteurs peuvent l’expliquer. Durant les troubles qui sévissent en France, le commerce des toiles de ce pays a pu prendre d’autres voies d’exportation que celle de Nantes, mais cela reste une hypothèse fragile si la production a baissé. D’autre part, les exportations des Pays-Bas se sont peut-être accrues pendant cette période. En effet, à partir de la révolte des Pays-Bas, Bayonne et Saint-Jean-de-Luz s’instaurent en centres de contrebande vers l’Espagne, ce qui favorise les ports de Saint-Sébastien et de Bilbao au détriment de Laredo, gros importateur de produits flamands, dont le commerce chute dans les années 1568-1569 et de nouveau après 1573373. Enfin, pour la période postérieure à 1567, les chiffres du commerce entre Nantes et Bilbao qui se dégagent de nos sources, nous y avons fait allusion, sont peut-être sous-évalués. L’ensemble de ces facteurs entre en ligne de compte. Quoi qu’il en soit, le commerce de Bilbao avec la Castille se maintient à un haut niveau jusque vers 1577. Nous confirmons avec Bartolomé Yun Casalilla que le turning point de l’économie castillane n’est pas 1557 comme l’affirme Immanuel Wallerstein. Bien que ralentie la croissance continue à Bilbao comme dans de nombreuses autres régions jusqu’aux années 1570374.

  • 375 V. Vázquez de Prada, op. cit., t. I, p. 62 et R. Baetens, El desarrollo social y económico de Fland (...)
  • 376 C. Gómez-Centurión Jiménez, op. cit., p. 259.
  • 377 P. Benedict, Rouen’s foreign trade during the era of the religious wars (1560-1600), The Journal of (...)

192Entre 1578 et 1585, la vie économique d’Anvers décline fortement. La reconquête par Alexandre Farnèse des Pays-Bas catholiques, et de ce port en 1585, coïncide avec la période de plus grande tension dans l’Atlantique européen375, d’autant qu’à partir de 1596 l’Espagne est simultanément en guerre contre la France, l’Angleterre et les Provinces Unies376. À ces affrontements entre grandes puissances, il convient d’ajouter les guerres de Religion qui en France, notamment à Rouen, pénalisent le commerce entre 1588 et 1594, période pendant laquelle, troupes royales et ligueurs se livrent bataille en Haute-Normandie377.

  • 378 H. Casado Alonso, El comercio internacional burgalés..., p. 226-7.

193La guerre ne se borne pas à perturber directement les échanges commerciaux, mais atteint l’économie profondément. Le désordre monétaire qu’elle provoque en France combiné à une baisse de la production, poussent les prix des marchandises à augmenter. Ainsi, le prix des toiles à Nantes décrit une courbe ascendante. À partir de 1576, mais surtout de 1578, la cherté des toiles est le leitmotiv de chaque correspondance entre marchands. Entre 1576 et 1579, la hausse du prix des toiles, qui constituent la majeure partie des envois de Nantes à Bilbao, est de 10 points par an. En 1580, la situation demeure inchangée. Avec un décalage dans le temps, à partir du milieu du XVIe siècle, les centres textiles des Pays-Bas commencent, de leur côté, à entrer en crise378.

  • 379 À partir des tableaux produits par I. Pulido Bueno, op. cit., p. 143.
  • 380 P. Vilar, La Catalogne..., p. 541-2. Les chiffres d’imposition donnés par Henri Lapeyre montrent cl (...)
  • 381 Durant un colloque organisé à Toulouse le 16/01/1997, Gilbert Larguier a affirmé que l’économie de (...)
  • 382 Op. cit., p. 31.
  • 383 Voir F. Braudel, La Méditerranée..., t. I, p. 560 et suiv.

194La géographie du commerce espagnol est également en pleine mutation. L’affaiblissement presque général de la Vieille-Castille et le déplacement progressif des points vitaux des royaumes d’Espagne vers le sud favorisent le pôle sévillan dont les douanes indiquent un accroissement très important du début des années 1560 au début des années 1580, et un développement plus irrégulier par la suite379. Sur la façade levantine, notons qu’en 1579-1580 le développement de la Catalogne reprend vigueur sans toutefois revenir à son niveau d’apogée380. Dans les années 1570, le commerce valencien progresse381. Alicante, pour sa part, manifeste une grande activité. Vicente Montojo confirme que, durant le dernier quart du XVIe siècle et le premier tiers du siècle suivant, le sud-est espagnol connaît une réactivation de son commerce382. De plus, à partir des années 1570, la pénétration de plus en plus importante des Nordiques en Méditerranée383, notamment Anglais, Hollandais et Hanséates, collabore à ce développement. L’intensification des échanges avec ces aires périphériques pénalise le rôle distributeur joué par Bilbao.

  • 384 E. Fernández de Pinedo, Un cas régional..., p. 83.
  • 385 A. García Sanz, El desarrollo social..., p. 12.
  • 386 L’exemple de Medina del Campo est très évocateur de l’influence de l’État sur l’économie castillane (...)
  • 387 B. Yun, Cambiamento..., p. 81 et suiv. Au sujet de ce tissu urbain, A. García Sanz, El desarrollo s (...)
  • 388 B. Yun, Cambiamento..., p. 84.
  • 389 J. P. Priotti, En Espagne, de nouveaux protagonistes de l’économie (XVIe-XVIIe siècles). Les muleti (...)

195Dans le développement de l’économie basque tout comme dans son repli, les facteurs internes nous paraissent aussi déterminants que les facteurs externes. En Castille, l’État contribue à l’inversion de la tendance économique qui se muera en crise. À partir de la fin du XVIe siècle, le fisc royal augmente les impôts indirects au moment où la population commence à baisser. L’augmentation des alcabalas et des millones, sans être excessive, est concentrée sur les villes, point clé de l’expansion, ce qui concourt à la désagrégation du réseau urbain. En effet, l’appauvrissement de la masse paysanne et surtout urbaine rétrécit la demande en produits manufacturés384. De plus, la hausse de la pression fiscale augmente les prix des biens de consommation385. Comme si cela ne suffisait pas, l’État étouffe le système des foires de Castille avec sa demande exorbitante de crédit386. Ajouté aux banqueroutes successives de la Couronne et à la guerre de Flandre, cela provoque un dérèglement quasi chronique des foires et la faillite de nombreuses maisons marchandes. À partir des années 1580-1590, l’on assiste à une diminution de la population et de la production, et à une désarticulation du réseau urbain et des connexions campagne-ville387. De plus, l’expansion de la propriété seigneuriale et ecclésiastique, qui supposait une augmentation de la proportion d’excédents commercialisables dans les mains des groupes privilégiés, souvent peu impliqués dans le processus productif, réduit la possibilité de commercialisation de la production de la part des paysans, érodant ainsi un des piliers de leurs conquêtes du XVe siècle388. Bien entendu, tous les paysans ne sont pas logés à la même enseigne et certains paysans-transporteurs savent tirer parti de la désagrégation du réseau urbain en servant de relais entre les villes de l’intérieur, les campagnes et les ports389. Toutefois, il ne fait pas de doute que la demande populaire a baissé à l’extrême fin du siècle.

  • 390 J. Lynch, The hispanic world in crisis and change 1598-1700, 1992, p. 212.
  • 391 Ces draps sont même en vente à Bilbao à partir de la fin du XVIe siècle.

196Même si comme l’a démontré Michel Morineau, l’abondance de l’argent des Indes ne faiblit pas au début du XVIIe siècle, elle nourrit des importations de produits de luxe pour les groupes dirigeants de Castille sans compenser toutefois l’effondrement de la consommation courante. D’autres facteurs interviennent dans la diminution de l’approvisionnement extérieur. Le fait que Ségovie consomme une bonne part de la laine de Vieille-Castille entre 1570 et 1590390 a deux conséquences : moins d’exportations de laine et moins d’importations de textiles, puisqu’une partie de la demande castillane est satisfaite par des draperies ségoviennes391. La baisse de consommation en Castille affecte donc les flux d’échange qui passent par Bilbao, même si grâce à ses privilèges la Seigneurie de Biscaye subit moins fortement la pression fiscale que la Castille.

  • 392 À cette date, le fléau a déjà touché la Biscaye à plusieurs reprises, en 1507, 1517, 1530 mais sans (...)
  • 393 Pour les effets de la peste de la fin du siècle à Bilbao, je me permets de renvoyer le lecteur à mo (...)
  • 394 G. Monreal Cía, op. cit., p. 99.

197Sans être réellement à l’origine des difficultés que traverse le commerce de Bilbao, la peste qui touche la ville en 1598-1599 ajoute au désordre392. Elle prive Bilbao et les marchés castillans d’un grand nombre de consommateurs et modifie sensiblement la vitesse d’écoulement des marchandises, les itinéraires commerciaux, etc.393. Par ailleurs, Bilbao est confronté à des difficultés internes. À la fin du XVIe siècle, l’opposition de l’ensemble de la tierra llana au port du Nervión semble affecter particulièrement sa prospérité394.

  • 395 En 1597, la flotte pour la Nouvelle-Espagne contient entre autres marchandises 14101 quintaux de fe (...)
  • 396 L. M. Bilbao Bilbao, Transformaciones…, art. cit., p. 133 et suiv. ; M. J. Echevarria Alonso, La ac (...)
  • 397 Michel Morineau a également noté cela pour Séville et le commerce américain, op. cit., p. 98. À la (...)

198Entre 1578 environ et la fin du siècle, le commerce de notre port subit donc dans ses liens avec la Castille et avec les contrées du nord-ouest européen de grandes irrégularités. Aux difficultés des années 1566-1577, surmontées dans leur ensemble, succède une seconde vague de problèmes plus profonds de production et de consommation des produits manufacturés qui pénalisent les échanges de Bilbao avec la France et les Pays-Bas. Comment se restructurent ces échanges ? Tout d’abord, un intérêt plus grand est prêté au commerce péninsulaire, aux produits de l’industrie basque (surtout le fer) et castillane (essentiellement la laine), et aux denrées alimentaires. Ainsi, les relations maritimes avec la Galice, le Portugal et l’Andalousie s’intensifient395 et à partir des années 1610-20, les Bilbanais commencent à investir de façon importante dans le commerce de la laine tandis qu’ils n’y participaient pas très activement dans les années 1560-70396. Autre conséquence : le développement du marché de l’argent se consolide à partir des années 1590. Dès les années 1580 même, Biscayens et Guipuzcoans financent les pêches françaises à Terre-Neuve et les voyages outre-Atlantique397.

  • 398 Les chiffres des douanes de cette dernière ville montrent une remarquable stabilité de 1561 à 1578, (...)

199Un autre fait attire l’attention : le port de Bilbao se présente comme l’« héritier » d’une part du commerce des métropoles de Vieille-Castille et des Quatre Villes (San Vicente de la Barquera, Santander, Laredo et Castro Urdiales), ce qui renforce son rôle comme marché et comme centre de redistribution. La crise de l’axe commercial Pays-Bas-Laredo favorise Bilbao et Saint-Sébastien qui récupèrent ce trafic à leur compte398. La même remarque pourrait être faite pour les exportations de laine. La chute globale au départ des ports de la côte cantabrique s’accompagne d’une concentration du trafic dans les ports basques (voir première partie, deuxième chapitre). Le marché des assurances, en déclin à Burgos depuis les années 1570, est dans une certaine mesure une possibilité supplémentaire d’investissement pour les marchands basques. Il est même probable que ces hommes ont bénéficié des mauvaises performances réalisées par les Burgalais à cette époque.

  • 399 D. Goodman, Spanish naval power, 1589-1665, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 129.

200Une fois encore, soyons prudents, car l’effet du recul de l’économie burgalaise est double. En terre espagnole, comme nous venons de le suggérer, la baisse du nombre de concurrents burgalais a sans doute permis aux Biscayens d’avoir les coudées franches, mais à l’étranger, cette diminution leur a porté préjudice dans la mesure où elle a fragilisé les relations des différentes colonies espagnoles et basques entre elles, et leur position dans le commerce entretenu avec la Péninsule Ibérique. En effet, nous verrons dans la troisième partie que les liens entre Basques et Burgalais dans les royaumes d’Espagne, comme à l’étranger, ne sont pas systématiquement conflictuels, et que la coopération est monnaie courante. En tout cas, cet accaparement des forces commerciales castillane et cantabrique par Bilbao et par Saint-Sébastien est tout à la fois un des signes de la contraction économique et aussi de la capacité de reconversion de ces ports. Comme nous l’avons évoqué dans la première partie, la guerre profite également aux entrepreneurs basques et leur permet, surtout entre 1580 et 1640, de diversifier encore leurs investissements. Dans les années 1620, un visiteur affirme que le chantier naval de Zorroza, dans la ria bilbanaise, peut fabriquer simultanément une vingtaine de bateaux399.

  • 400 T. Guiard-Larrauri, Historia del Consulado..., p. 159 et suiv. Cet auteur précise que l’enregistrem (...)
  • 401 Au sujet des relations entre l’Espagne et la Hanse pendant cette période, on consultera, C. Gómez-C (...)
  • 402 C. Gómez-Centurión Jiménez, op. cit., p. 338.

201Entre 1590 et 1600, les contrats d’affrètement que nous possédons rendent bien compte des changements survenus depuis les années 1560-1570. Sur 95 chargements, les Pays-Bas et Hambourg représentent 38 %, la Péninsule et les Canaries plus de 49 % et la France 13 % environ. Cette baisse des relations avec la France que suggère cette répartition contraste avec les ventes de produits français sur le marché de Bilbao en 1591. La contradiction n’est peut-être qu’apparente, car les toiles françaises sont particulièrement prisées à Bilbao. D’ailleurs, le faible nombre d’affrètements s’accorde avec les baisses d’arrivées de toiles en provenance de Nantes dans les années 1580. Les relations de Bilbao avec le nord ont lieu avec Hambourg, mais aussi avec les Pays-Bas. Cela attire notre attention sur l’importance constante du commerce par voie directe. D’ailleurs, pendant la judicature de 1598, ce sont près de 320 navires qui entrent à Bilbao400, dont une grosse quarantaine sont déclarés hollandais ou allemands401 et proviennent des Provinces-Unies et de la Baltique. À la fin de cette même année, le montant des marchandises provenant de Hollande entreposées à Bilbao et à Saint-Sébastien atteint 600000 ducats402. Les quinze années suivantes confirment-elles ces changements ?

  • 403 A. Girard, Le commerce..., p. 55.
  • 404 A.F.B., Consulado-libro de averías (1561-1612).

202La baisse de la part de Nantes dans les échanges avec Bilbao et l’importance prise par les produits de la Baltique se traduisent sur le marché de Bilbao. Le port de Biscaye, qui jusqu’à la fin du siècle se montre attaché aux ventes de produits français, s’en détourne peu à peu pour laisser une place plus grande aux produits baltes. Lorsqu’en février 1604 Henri IV prononce l’interdiction totale du commerce de la France avec l’Espagne, il porte un coup dur à un commerce déjà atteint403. Le traité signé entre les plénipotentiaires du roi de France et de Philippe III cette année-là, qui vise au rétablissement du commerce et à la révocation réciproque du droit de 30 % créé en 1603, n’y changera rien. De 1607 à 1614, Nantes envoie à Bilbao entre 14 et 30 navires par an alors qu’une soixantaine faisait le voyage vers 1560404. Pour la judicature 1610-1611, 14 des 22 navires qui font ce parcours portent en moyenne 114 fardeaux, soit en projection sur les 22 navires un total de 2508 fardeaux, total qui avoisine les plus mauvais résultats de la seconde moitié du XVIe siècle, même s’il est vrai que le commerce se fait à l’occasion avec La Rochelle, Saint-Malo, Landerneau, le Morbihan et les ports basques français. En 1611, sur 34 affrètements enregistrés à Bilbao, plus des deux tiers concernent la côte atlantique espagnole et portugaise tandis que les 30 % restant se divisent entre la France (18 %), les Provinces-Unies (9 %) et l’Irlande (3 %).

203De juillet 1614 à juillet 1615, nous possédons la liste des entrées dans le port de Bilbao. Au moins 487 navires y parviennent cette année-là. Dans plus de 82 % des cas la provenance et le contenu du chargement sont indiqués. À cette époque, Bilbao est une des toutes premières réserves de produits alimentaires des royaumes d’Espagne. Rares sont les chargements qui ne portent pas des grains, du poisson, de la graisse de baleine, du vin ou du sucre, mais le contrôle qu’elle exerçait jadis sur les produits manufacturés semble révolu. Au retour, près d’un bateau sur trois charge exclusivement du fer et de l’acier, ou bien du fer et de la laine. S’y ajoutent quelques bateaux ne transportant que de la laine. Disons tout de suite qu’il s’agit du trafic d’une année exceptionnelle. La famine qui sévit en Castille dans l’intervalle 1614-1615 en est la cause première.

  • 405 Au sujet du commerce des grains au départ de Rouen, J. Bottin, Le rôle de Rouen dans l’exportation (...)

204Les greniers à grains de l’Europe que sont traditionnellement Amsterdam et Anvers sont supplantés par les ports français. Ces derniers représentent plus de 37 % des arrivées à Bilbao tandis que les Provinces-Unies et Hambourg ne recueillent que 4,7 % du total405. Le fait est d’autant plus remarquable que le commerce nantais avec Bilbao avait décliné depuis les années 1560-1570. Dès que le besoin se fait ressentir, les courants d’échange se réamorcent. Avec 26 % du nombre de navires arrivés à Bilbao, les ports de la Péninsule Ibérique occupent la seconde position. Les relations sont surtout tournées vers Saint-Sébastien qui fournit à son voisin biscayen du poisson et de la graisse de baleine. Si le Portugal, grâce au sel et au sucre, et la Galice, exportatrice de vin et de poisson, maintiennent leur bonne position dans le commerce de Bilbao depuis les années 1590, l’Andalousie est la grande perdante de ce bouleversement lié à la famine. Remarquons néanmoins que ce commerce a traditionnellement lieu dans le sens Biscaye-Andalousie. L’Angleterre, l’Irlande et l’Écosse, pour leur part, envoient 33 et 19 navires pour les premiers, 1 pour l’Écosse, ce qui confirme la montée des relations de Bilbao avec les îles britanniques depuis la paix de 1604. Si l’on excepte la participation disproportionnée de la France à cet approvisionnement alimentaire et l’effondrement, peut-être momentané, de l’axe Séville-Bilbao, l’on retrouve en gros la structure du commerce de Bilbao depuis les années 1580-1590. D’ailleurs, dans un mémoire de 1613 sont notées les importations ordinaires faites par Bilbao et sur lesquelles le consulat perçoit l’avarie :

  • 15 navires flamands, avec cargaison de cire, plomb, futaines, bocacis, anascotes, telillas, hollandes, cambray et autres articles des Pays-Bas et d’Allemagne (valeur supposée de chaque chargement 30000 ducats, soit 450000 ducats) ;

  • 15 navires français, de Nantes, Rouen, et Landerneau, avec chargement principal constitué de toiles (valeur supposée de chaque chargement, 20000 ducats, soit 300000 ducats) ;

  • 10 navires anglais, avec cargaison de carisées, draps de Londres, cuirs, étain, bayettes et autres articles (valeur supposée de chacune des cargaisons 20000 ducats, soit 200000 ducats) ;

  • 30 navires de Terre-Neuve avec chargement de morue pour un total de plus de 100000 quintaux à 2 ducats par quintal (soit 200000 ducats) ;

  • 15 navires irlandais avec du saumon, des harengs, des cuirs de bœufs, des frises et autres articles (valeur de chaque charge 15000 ducats, soit 225000 ducats).

205Importation d’autres marchandises :

  • vin de Ribadavia (plus de 1000 botas à 40 ducats l’une, soit 40000 ducats) ;

  • sucre du Brésil (plus de 500 caisses à 100 ducats l’unité, soit 50000 ducats) ;

  • blé, orge, seigle, fèves (plus de 300000 fanègues en période de disette).

  • 406 Cela correspond également à la baisse des entrées et des sorties du port. Selon Manuel Basas Fernán (...)
  • 407 Toutefois, Michel Morineau attire notre attention sur le fait que le gonflement des deux dernières (...)

206Plusieurs remarques s’imposent. En premier lieu, le total de ces importations qui s’élève selon le rapport à 1,7 million de ducats confirme l’ordre de grandeur de nos évaluations pour le mouvement portuaire du début des années 1560 (entre 2,8 et 3,6 millions de ducats), d’autant plus que les exportations de laine et de fer ne sont pas intégrées dans le total. Si l’on en croit ces évaluations, le mouvement portuaire de Bilbao aurait baissé par rapport à la période 1560-1570 de 30 % à 40-50 % en valeur absolue406, pendant que Séville407, les autres ports andalous et ceux de la côte levantine, malgré des oscillations, connaîtraient une progression de leur commerce européen ou américain pendant une bonne partie du XVIIe siècle. Le contenu des chargements nous donne des indications intéressantes. En effet, même si, comme nous l’avons vu, les Bilbanais diversifient autant que possible investissements et horizons commerciaux en renforçant notamment leurs liens avec les ports de la Péninsule, les valeurs approximatives des chargements montrent que les principaux partenaires restent les contrées du nord-ouest européen.

207Mais ne nous laissons pas leurrer par les chiffres relativement importants du commerce de Bilbao pour le début du XVIIe siècle. Le contrôle exercé par l’économie basque sur ces flux de marchandises est assez faible (sauf pour les pêches hauturières et les produits issus de la Péninsule). À cette époque, les opérateurs étrangers assurent une part de la redistribution des importations. En somme, Bilbao ne gère plus les trésors qui parviennent dans son port, en tout cas moins que par le passé. Sans ce commerce essentiel d’« importations retenues », le port n’est plus à bien des égards qu’une « antichambre de la Castille ». Moins puissant, son rôle d’intermédiaire conserve néanmoins de son importance grâce à la demande de la capitale.

  • 408 V. Barbour, Capitalism in Amsterdam in the 17th century, 1976 (3e éd.), p. 18.

208Plusieurs conclusions s’imposent. Tout d’abord, les fonctions portuaires du Pays Basque sont multiples et interactives : construction navale, industrie du fer, commerce et pêche, marché de produits divers et marché financier. Grâce à cette diversité, un secteur d’activité peut au besoin suppléer les défaillances des autres. Ainsi, la période troublée qu’est le dernier quart du XVIe siècle, donne l’occasion aux Bilbanais de diversifier leurs investissements. N’oublions pas que la suprématie des grands centres de commerce s’érige sur cette pluralité. Le port d’Amsterdam a trois fonctions : il est un centre de navigation, un marché et un centre financier408. L’on retrouve ces caractéristiques à Bilbao, même si le grand port de Biscaye, nous l’avons dit plus haut, n’est ni une grande place de change, ni un centre financier de premier ordre.

  • 409 Lors d’un colloque à Clermont-Ferrand, en 1985, Bartolomé Bennassar avait esquissé le découpage de (...)

209Par ailleurs, l’activité des ports basques, et de Bilbao en particulier, participe à la création d’un système commercial péninsulaire qui fait le lien entre les différents ports du pourtour ibérique. Le rôle commercial et industriel de la Biscaye, de l’Álava et du Guipúzcoa et l’interpénétration de leur économie avec celle de Burgos, du Labourd et de la Navarre contribuent à créer au nord de l’Espagne un pôle de croissance. Cela favorise la densification de réseaux commerciaux dans les royaumes d’Espagne et rend plus intenses les connexions entre les ports et les villes de l’intérieur. Bilbao et l’ensemble du Pays Basque contribuent donc à l’essor économique de la Péninsule Ibérique en renforçant l’unité des différentes économies régionales espagnoles. Ce carrefour contribue activement au développement de l’économie européenne. Dans ce domaine, le Pays Basque et ses hommes sont au centre du Siècle d’Or et non pas à sa périphérie409.

  • 410 D’ailleurs, F. Lütge affirme que le commerce interrégional, collé à l’Europe, l’emporte à 100 contr (...)

210Grâce à l’importance de leur flotte, à leurs liens avec la royauté et à leur économie diversifiée, les provinces basques jouent un rôle capital dans le commerce espagnol. Alors qu’on les reléguait à un plan secondaire, elles sont un grand carrefour du commerce européen, au moins jusque vers 1560-1570. Au-delà du fait qu’elle démontre que Séville n’est pas le centre économique vers lequel tout converge, comme le prétendaient Pierre Chaunu et Immanuel Wallerstein entre autres auteurs, cette étude pose un problème plus général. Doit-on considérer que le commerce européen est organisé autour d’un seul grand centre ? En ce qui concerne la façade atlantique de la Péninsule Ibérique, le commerce maritime est dirigé par un système tricéphale dans lequel le Pays Basque, la côte entre Porto et Sétubal et l’Andalousie jouent les rôles primordiaux. De même, à l’échelle européenne, il est probable que le commerce s’articule autour d’une chaîne de ports allant de la Baltique à la Méditerranée, aussi bien français et espagnols qu’italiens, flamands ou hanséates, et non en un centre unique. Par ailleurs, cette étude montre un commerce intra-européen supérieur en importance au commerce avec l’Amérique, puisque si Séville est le seul port habilité au commerce avec l’Amérique, il va de soi que d’autres ports que Bilbao participent aux échanges européens. L’incidence du commerce avec les colonies sur la vie économique européenne n’est pas aussi importante qu’on a bien voulu l’écrire410. L’impact de la découverte du Nouveau Monde sur l’économie européenne n’est donc que relatif jusqu’aux années 1560-70, ce qui remet en cause les grandes lignes de la formation de l’économie-monde européenne telle qu’elle a été conçue par Immanuel Wallerstein.

  • 411 L. M. Bilbao Bilbao, Transformaciones..., p. 136.
  • 412 E. Fernández de Pinedo, Crecimiento..., p. 27-8.
  • 413 L. M. Bilbao Bilbao, Crisis y reconstrucción..., p. 167 et suiv.
  • 414 A. Churruca, Minería, industria y comercio del País Vasco, San Sebastián, Editorial Icharopena, 195 (...)

211Par ailleurs, selon Luis María Bilbao, la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle sont marqués en Biscaye par la crise des secteurs secondaire et tertiaire et les difficultés relatives à l’importation de grains engendrent un mouvement de « ruralisation »411. Y a-t-il réellement crise de ces deux secteurs ? Poser cette question revient à en poser une autre. Le commerce qui passe par Bilbao représente-t-il la totalité du commerce bilbanais ? La réponse est négative, car le modèle de développement de l’économie basque repose sur la dispersion des forces économiques. Le commerce bilbanais, c’est aussi le commerce des Biscayens à Anvers, à Nantes, à Séville et en Amérique. Si pendant le premier tiers du XVIIe siècle, les habitants de la côte, artisans et commerçants, sont plus enclins à travailler la terre qu’à naviguer412, peut-on pour autant parler d’une « ruralisation » des activités économiques413 ? Le mouvement ne semble pas majoritaire et même s’il l’était, il ne s’agirait que de la fraction des Basques installés en Pays Basque, autrement dit que d’un des maillons de leur activité commerciale internationale. De plus, pour ce qui est du secteur industriel, nous avons vu plus haut que sa production ne paraissait pas baisser ni à la fin du XVIe siècle, ni même au début du siècle suivant (voir première partie, chapitre II). La capacité à satisfaire la demande intérieure (constructions navales, fabrication d’armes) et extérieure (Portugal, Amérique) en fournit une preuve tangible. Certains auteurs attribuent même à la Biscaye plus de forges au XVIIe qu’au siècle précédent414.

Notes

1 J. Heers, Transizione al mondo moderno (1300-1520), 1992, p. 16-7.

2 Ces réflexions ont eu lieu lors de la soutenance de thèse de Bertrand Gauthier à Bordeaux, le 10/12/1996.

3 H. Lapeyre, Quelques données..., p. 5.

4 Dans un article publié en 1996, Eloy Martín Corrales a souligné l’inexistence d’études comparées pour les ports espagnols, l’immense majorité des travaux réalisés se cantonnant à l’analyse d’un seul port, La proyección mediterránea del sistema portuario español : siglos XVI-XVIII, dans Puertos y sistemas portuarios (siglos XVI-XX)-Actas del Coloquio Internacional El sistema Portuario Español, 1996, p. 143.

5 Sur 419 sorties de bateaux entre 1472 et 1515, 57 seulement concernent le delta de l’Escaut et Londres, et les ports français ne figurent même pas dans la liste des havres destinataires. La tendance de l’orientation des sorties de navires est par ailleurs très claire. Les deux premiers postes reviennent aux Canaries avec 86 sorties, à l’Algarve et à Lisbonne avec 175 sorties. L’auteur, qui conclut que 70 % des destinations connues sont atlantiques, ne s’étonne pas de la relative faiblesse des connexions avec les centres commerciaux de l’Europe du nord-ouest, E. Otte, La navegación europea del puerto de Sevilla a fines de la Edad Media, dans Atti del V Convegno Internazionale di Studi Colombiani, 1990, p. 539-62. Ces proportions sont confirmées par J. M. Bello León, El reino de Sevilla en el comercio exterior castellano (siglos XIV-XV), dans H. Casado Alonso (dir.), Castilla y Europa. Comercio y mercaderes en los siglos XIV, XV y XVI, 1995, p. 57-80.

6 Pour le trafic des métaux précieux, en revanche, dès le XVe siècle, Séville et Cadix sont déjà les capitales de l’or, J. Heers, Les hommes d’affaires italiens en Espagne au Moyen Âge : le marché monétaire, dans Fremde Kaufleute Auf Der Iberischen Halbinsel, 1970, p. 82.

7 P. Chaunu affirme que « l’axe Medina del Campo-Burgos-Bilbao rétrocède devant l’axe Burgos-Medina-Séville à partir des années 1530 », Les routes espagnoles de l’Atlantique, dans 9e Colloque International d’Histoire Maritime, 1969, p. 109 note 20. Cette affirmation apparaît déjà dans sa thèse, Séville et l’Atlantique, t. VIII, p. 252.

8 T. Guiard-Larrauri, Historia del Consulado... Ce travail sur le plus important des ports basques est davantage une juxtaposition de documents d’archives qu’un travail d’analyse. Néanmoins, cet ouvrage a le mérite de constituer un point de départ. D’autres travaux pourraient être cités, mais ils n’apportent pas une vision d’ensemble du volume de commerce que draine le Pays Basque.

9 Cité par R. Carande, Carlos V y sus banqueros, 1965, t. I, p. 364.

10 Publiée par T. González dans Colección de cédulas, cartas-patentes, provisiones, reales órdenes y otros documentos concernientes a las Provincias vascongadas, 1829, t. II, p. 212-29.

11 Voir H. Lapeyre, Quelques données sur le mouvement du port de Saint-Sébastien au temps de Philippe II, dans Primer Congreso Internacional del Pirineo del Instituto de Estudios Pirenaicos, 1952.

12 P. Jeulin, Aperçus sur la Contractation de Nantes (1530 environ-1733), Annales de Bretagne, p. 292.

13 H. Casado Alonso, El comercio internacional burgalés en los siglos XV y XVI, dans Actas del V Centenario del Consulado de Burgos, 1994, p. 177-247.

14 Dans la documentation notariale que nous avons compulsée, des cuirs d’Amérique sont mentionnés à de nombreuses reprises ainsi que du poivre, de la cochenille, du bois de Brésil, du bois de Campeche, du gingembre, des clous de girofle, du sucre et de la réglisse dont les origines sont le plus souvent américaines ou asiatiques. Sur la provenance des produits d’origine américaine, l’on consultera E. Lorenzo Sanz, Comercio de España con América en la época de Felipe II, t. I et sur ceux d’origine africaine ou orientale, V. Magalhães-Godinho, L’économie de l’empire portugais aux XVe et XVIe siècles, 1969.

15 Cette étude quantitative est d’autant plus souhaitable que ni les archives espagnoles ni les archives portugaises n’ont permis de combler les lacunes de la documentation bretonne pour le Moyen Âge, H. Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, 1967, p. 210. En outre, en ce qui concerne le XVIe siècle, H. Casado Alonso affirme que le mouvement commercial est difficile à établir entre la Bretagne et l’Espagne, La Bretagne dans le commerce castillan aux XVe et XVIe siècles, dans 1491 La Bretagne, terre d’Europe, 1992, p. 87. Notons toutefois l’article de J. J. de Azaola qui traite des relations de Nantes avec toute l’Espagne, Elementos de análisis cuantitativos de los registros privados : ejemplo de los registros Ruiz de Nantes, dans Actas de las I jornadas de metodología aplicada de las Ciencias Históricas, 1975, p. 781-93.

16 Je reprends ici, avec quelques modifications, la démarche et les résultats de mon travail publié en 1993 (Nantes et le commerce atlantique : les relations avec Bilbao au XVIe siècle, Annales de Bretagne, p. 265-83).

17 Ce fonds se trouve à l’Archivo Histórico Provincial y Universitario de Valladolid (A.H.P.U.V.). Notons qu’il existe peu de lettres avant 1565, quasiment pas après 1596.

18 Huésped de Simón Ruiz entre 1565 et 1593.

19 J. J. de Azaola, art. cit., p. 788.

20 A.H.P.U.V. (fonds Simón Ruiz) B.B. à S.R. :
29/11/1567.
Dans 5 naves arrivent 750 fardeaux de tissus, dont 47 pour S. Ruiz (6,3 %)
24/09/1568. Dans une nave arrivent 110 fardeaux de tissus, dont 9 sont pour S. Ruiz (8,2 %)
14/05/1569. Dans 5 naves arrivent 800 fardeaux de tissus, dont 111 pour le compte de S. Ruiz (13,9 %)
27/06/1570. Dans une nave arrivent 84 fardeaux au total, dont 4 de tissus pour S. Ruiz (4,8 %)
19/09/1570. Dans une nave arrivent 405 fardeaux au total, dont 10 de tissus pour S. Ruiz (2,5 %)
24/09/1572. Dans une nave arrivent 200 fardeaux au total, dont 38 de tissus pour S. Ruiz (19 %)

21 B.B. à S.R., 27/06/1570.

22 B.B. à S.R., 19/09/1570.

23 Archives Municipales de Nantes :
– HH 189. Dans ce livre de consignataires sont notées toutes les expéditions faites vers l’Espagne par la « compagnie du sauf-conduit » pour son propre compte et celui de ses commettants.
– HH 190, 191, 192. Dans ces registres figure la majeure partie de ce qui est noté dans le livre de consignataires plus les envois de tissus réalisés pour le compte de la compagnie et celui des sociétés dont elle est commissionnaire. Ces sources ont été utilisées par H. Lapeyre, Une famille..., et J. Tanguy, Le commerce du port de Nantes..., qui n’en ont pas exploité toutes les possibilités quantitatives.

24 J. J. de Azaola, art. cit. Cet article a un double intérêt. Il met en évidence la complémentarité des registres privés et officiels, et présente des exportations globales vers l’Espagne en volume et/ou en valeur pour les années 1552 et 1553.

25 Notons quelques rares envois à destination des ports de Laredo et Séville qui ne concernent que peu de marchandises, non intégrées dans nos calculs. Par ailleurs, s’il est probable, comme l’a précisé Hilario Casado Alonso à l’occasion d’un colloque organisé à Valladolid en 1996, que cette source ne représente pas la totalité des exportations de Nantes à destination de Bilbao, il y a tout lieu de croire qu’elle donne un bon ordre de grandeur pour définir à travers le siècle les changements qui surviennent dans ces échanges, et pour donner une évaluation du trafic au début des années 1560.

26 H. Lapeyre, Une famille..., p. 505-28, 563-5.

27 Ce monopole a été mis en exergue par le travail de J. J. de Azaola, art. cit.

28 Les droits dits de prévôté constituent la douane du comté nantais, J. Tanguy, Le commerce du port de Nantes..., p. 3-4.

29 Il s’agit de 17536 fardeaux, J. J. de Azaola, art. cit., p. 786. Notons que dans les registres de perception d’impôts, le terme de « fardeau » s’applique aussi aux balles de papier, de livres, de mercerie et aux caisses de cartes à jouer.

30 D’après les chiffres fournis par J. J. de Azaola, art. cit., cette fraude oscillerait entre 5 et 10 % ; retenons la moyenne de 7,5 %.

31 J. Tanguy, Le commerce du port de Nantes..., p. 74-5.

32 C’est-à-dire 8,8 (base 1556) appliqué aux 1685 fardeaux de tissus exportés par la compagnie auxquels sont ajoutées balles de papier, caisses de cartes à jouer, balles de mercerie et balles de livres.

33 H. Lapeyre, Une famille..., p. 393-4. 1549 = 38 ; 1550 = 40 ; 1551 = 32 ; 1562 = 30 ; 1563 = 26 ; 1564 = 43, AMN HH 189-192.

34 Selon J. J. de Azaola, art. cit., p. 793. La moyenne effectuée de 1552 à 1561 est de 400 unités par bateau.

35 H. Lapeyre, Une famille..., p. 67.

36 L’évolution présentée sur notre graphique est confirmée par les chiffres utilisés par J. Tanguy qui montrent la diminution de l’importance du trafic entre les deux partenaires au cours de la deuxième moitié du XVIe siècle et au début du siècle suivant, Le commerce nantais à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe, thèse de 3ème cycle, Rennes, 1967, t. I, p. 336.

37 J. P. Le Flem, Vraies et fausses splendeurs de l’industrie ségovienne (vers 1460-vers 1650), dans Atti della seconda settimana di studio-Produzione, commercio e consumo dei panni di lana, 1970, p. 532.

38 J. J. de Azaola, art. cit., p. 791.

39 Voir annexe no 3. 1565 = 2 ; 1566 = 5 ; 1567 = 0 ; 1568 = 2 ; 1569 = 3 ; 1570 = 5.

40 Le total de ces importations par Bilbao, majoritairement des toiles, atteint donc 370 millions de maravédis. À lui seul ce chiffre permet de remettre en cause, et même de réfuter, l’affirmation selon laquelle Séville, Cadix et Sanlúcar de Barrameda constituent le meilleur marché pour les toiles françaises pendant le règne de Philippe II (affirmation faite par E. Lorenzo Sanz, Comercio de España con América en la época de Felipe II, t. I, p. 445). En effet, ajoute l’auteur, l’importance des toiles et de la draperie dans les importations faites par ces ports est telle qu’elles représentent la moitié de la valeur enregistrée des produits qui partent pour les Indes (sans considérer les monopoles de la Traite et du mercure), ibid., p. 427. Or, pour l’année 1561, l’estimation de la valeur des marchandises pour l’Almojarifazgo de Indias est de 508536130 maravédis (I. Pulido Bueno, Almojarifazgos y comercio exterior en Andalucía durante la época mercantilista, 1526-1740, 1993, p. 143), il y a donc au mieux 250 millions de maravédis de toiles expédiées vers l’Amérique alors que plus de 300 millions arrivent à Bilbao cette même année pour alimenter le marché basque et castillan, sans compter les tissus anglais et flamands. Ne prenons pas cet important écart au point près. L’ordre de grandeur vaut. Rappelons que l’Almojarifazgo de Indias taxe les marchandises qui entrent et sortent de la Péninsule et sont destinées aux Indes. Pour mieux se rendre compte de l’importance du marché des toiles à Bilbao, il nous faut consulter les assurances signées à Burgos dans la seconde moitié du XVIe siècle. Eufemio Lorenzo Sanz soutient que la voie traditionnelle pour l’envoi de tissu français à Séville est celle qui vient directement du royaume de France, et que le recours à Bilbao, très irrégulier, est seulement sollicité pour des besoins d’urgence, Comercio de España con América..., t. I, p. 446. Or, les envois de toiles de Bilbao à Séville sont plus fréquents que ne l’affirme cet auteur. Aux cinq références (1573-1576-1577-1594) qu’il livre, nous ajoutons plusieurs expéditions en 1565, 1569, 1571, 1584 qui portent sur de belles sommes. Pour ne prendre qu’un exemple, en 1569, 7550 ducats de toiles font le voyage de Bilbao à Séville, plus deux autres cargaisons, d’un montant de 7200 ducats où les toiles sont l’article le plus représenté, A.D.B. -Casa de Velázquez (fonds M. Helmer). S’il était besoin, l’on pourrait ajouter un envoi de 130 fardeaux de tissus qui sont transférés de Bilbao à Sanlúcar de Barrameda, en 1588, voir annexe no 2. Une compagnie est également formée à Bilbao qui a pour objet la vente de toiles à Séville, voir annexe no 4.

41 H. Lapeyre, El comercio..., p. 91-3.

42 Certaines années, comme en 1506, le blé stimule à ce point la navigation que Bordeaux envoie autant de navires vers la Péninsule Ibérique que vers toutes les autres destinations réunies. Cette année-là, un seul registre de notaire compte une cinquantaine d’affrètements pour l’Espagne, presque tous pour Bilbao et Portugalete, autant pour Londres, une trentaine pour la Zélande ou Anvers, dont une douzaine pour ce dernier port, trois pour Marans, trois pour la Normandie, J. Bernard, op. cit., t. I, p. 411 et note 164.

43 Voir F. Michel, Histoire du commerce et de la navigation à Bordeaux, 1867, t. I, p. 476-87.

44 H. Lapeyre, El comercio exterior de Castilla a través de las aduanas de Felipe II, p. 203.

45 A.M.N., HH 189.

46 T. Guiard-Larrauri affirme que l’inondation que Bilbao a dû endurer en 1593 a détruit la majeure partie de la documentation consulaire d’avant cette date, Historia del Consulado..., p. 94.

47 Ce chiffre est corroboré par les calculs que nous avons pu faire grâce à trois des sources principales dont nous disposons pour évaluer le mouvement du port de Bilbao : les écritures d’affrètements signées à Bilbao (annexe no 3) entre 1560 et 1565, les assurances de Burgos (A.D.B., source citée) entre 1565 et 1567 et les prêts maritimes entre 1563 et 1568 (annexe no 5). La première source donne, sur un total de 43 écritures, 21 concernant le commerce de Bilbao avec la France, soit 48,8 % à peu près. La seconde source n’accorde aux assurances conclues sur des trajets français que 15 % du total en 1565-1566, concrètement 8 sur 39. La troisième source comprend 15 affrètements dont aucun ne concerne la France (tous les bateaux vont aux Pays-Bas ou en viennent). La disparité des résultats obtenus est révélatrice du caractère partiel de nos sources. D’ailleurs, chaque type de document a ses particularités. Les assurances ne mettent en valeur que les trajets pour lesquels les marchandises ou les navires ont été assurés. D’autre part, les prêts maritimes sont essentiellement octroyés par des Bilbanais et concernent le plus souvent le commerce basque organisé à partir de Bilbao. Enfin, les écritures d’affrètement tirées des archives de Bilbao souffrent également de ce qu’elles concernent majoritairement les échanges dirigés par les marchands basques. Ces réserves mises à part, il résulte de nos calculs qu’une moyenne de 30 % environ des trajets sont effectués au départ ou à destination de la France. Ce pourcentage, il faut insister sur ce point, ne représente en aucun cas une partie de la valeur des cargaisons. Il indique tout au plus la part des va-et-vient des navires français dans le mouvement du port. Il n’en montre pas moins que le royaume français n’est qu’un des nombreux partenaires de Bilbao. D’ailleurs, entre 1551 et 1567, les Salamanca, grande famille marchande de Burgos, chargent des produits sur une centaine de bateaux allant à Bilbao : plus de 40 proviennent des Pays-Bas (Je remercie Clara Uriarte de m’avoir laissé lire une partie de sa thèse sur les Salamanca avant sa soutenance, dans laquelle apparaît cette information).

48 El comercio exterior de Castilla a través de las aduanas de Felipe II, 1981, p. 85 et suiv.

49 Ibid., p. 86.

50 Pour des comparaisons entre les deux ports, je renvoie le lecteur à mon article, Nantes et le commerce atlantique : les relations avec Bilbao au XVIe siècle, Annales de Bretagne, 1993, p. 270. Toutefois, pour les exportations de laine, Saint-Sébastien domine souvent Bilbao, voir le deuxième chapitre de la première partie.

51 I. Pulido Bueno, Almojarifazgos y comercio exterior en Andalucía durante la época mercantilista (1526-1740), 1993. Il est à noter que ces chiffres diffèrent quelque peu de ceux établis par H. Lapeyre, El comercio..., p. 157 et par A. García Baquero, El comercio andaluz en la Edad Moderna : un sistema de subordinación, dans M. Lobo Cabrera, V. Suárez Grimón (dir.), El comercio en el Antiguo Régimen, 1994, p. 105. Mais l’ordre de grandeur vaut.

52 Les routes espagnoles..., p. 98.

53 Ibid., p. 108. Cette affirmation apparaît également dans l’œuvre de P. Chaunu, Séville et l’Atlantique, t. VIII, p. 252.

54 I. Pulido Bueno, op. cit., p. 151, 211.

55 Cette affirmation est tirée de l’ouvrage de C. Gómez-Centurión y Jiménez, Felipe II, la empresa de Inglaterra y el comercio septentrional (1566-1609), 1988, p. 163.

56 Aspects de la société marchande de Séville au début du XVIIe siècle, 1967, p. 11.

57 Les horizons ibériques et coloniaux du commerce des Pays-Bas au XVIe siècle, dans Christophe Plantin et le monde ibérique, 1992, p. 25.

58 La proyección mediterránea del sistema portuario español : siglos XVI-XVIII, dans Puertos y sistemas portuarios (siglos XVI-XX), 1996.

59 Capitalisme et économie-monde, 1450-1640, 1980, p. 152.

60 Nous sommes donc d’accord sur ce point avec ce qu’a écrit Michel Morineau dans, Incroyables gazettes et fabuleux métaux, 1985, p. 94.

61 « La dimensión americana que venía a añadirse a este sustrato comercial no era un añadido más cuantitativo ; por las peculiares circonstancias que en ella concurrieron significaba una auténtica ruptura del sistema tradicional y la configuración de un sistema económico nuevo », cité par L. García Fuentes, Sevilla, los Vascos y América, 1991, p. 17.

62 Cité par C. Sempat Assadourian, La despoblación indígena en Perú y Nueva España durante el siglo XVI y la formación de la economía colonial, dans M. Miño Grijalva (coord.) La formación de América Latina. La época colonial, 1992, p. 83. Le chiffre cité par cet auteur est de 1947734 pesos (à 450 maravédis chacun) de moyenne annuelle, soit un peu plus de 2,3 millions de ducats.

63 A.H.P.U.V., C 8-136, B.B. à S.R., 7/04/1569.

64 Ibid., C 8-172, B.B. à S.R., 23/07/1569, C 8-175, 6/08/1569.

65 Ibid., C 8-176.

66 Ibid., C 8-222, 28/08/1569.

67 Ibid., C 10-133, B.B. à S.R., 2/02/1570, C 10-94, D.V. à F.P., 2/01/1570.

68 En effet, en janvier 1570, 9000 ducats sont chargés à bord de deux bateaux français pour aller depuis Bilbao ou Castro Urdiales à Nantes, A.D.B. -Casa de Velázquez (fonds Marie Helmer), 1570.

69 A.H.P.U.V., ibid., C 13-52, B.B. à S.R., 31/01/1571.

70 Ibid., C 8-169, B.B. à S.R., 12/07/1569.

71 En 1579, Pero Ruiz envoie à Diego de Vitoria deux licences d’exportation, une de 10000 ducats et une autre de 2,4 millions de maravédis. L’année suivante, 2 licences supplémentaires de 7,6 millions de maravédis chacune dans lesquelles les participations sont les suivantes : 1064200 maravédis pour Simón Ruiz, 408000 maravédis pour Pero Ruiz, 3 millions pour Antonio de Jugo, 10861122 pour Diego de Vitoria, A.H.P.U.V., C 47-155, D.V. à S.R. ; C 56-167, D.V. à S.R. Nous possédons des témoignages supplémentaires de sorties effectives de numéraire vers la France. En août 1569, 8200 ducats sont assurés pour le trajet Bilbao-Nantes, A.D.B. - Casa de Velázquez, (fonds M. Helmer). En 1565, Juan de la Calle, Guillaume Masure, français, et Juan Ochoa de Nobia, habitant de Bilbao, sont accusés d’avoir exporté en France les quantités monétaires suivantes : 4719 couronnes d’or, 8 couronnes, 582 couronnes portugaises d’or, 21 doublons à 2 ducats et un à 4, 484 pièces d’or santo tomes dobles et 3 angelots d’Angleterre, 124 couronnes de France, 3721 couronnes d’Espagne, 168 pièces d’or santo tomes dobles, 70 pièces de cruzados nuevos de Portugal, 6 couronnes de France, 1 angelot d’Angleterre, 2 barres d’or qui pesaient 12 marcs, A.F.B., leg. 959, no 61. En 1577, 4 naves sont parties de Bilbao pour Nantes avec plus de 150000 ducats à leur bord, A.H.P.U.V., C 34-238, B.B. à S.R. D’autres exemples se trouvent dans les travaux de H. Lapeyre, Une famille..., p. 472.

72 A.F.B., act 1201/21. Dans certaines occasions, ce trajet se prolonge jusqu’à Lyon et Milan, J. Vicens Vives, Historia económica de España, 1987 (9e éd.), p. 331.

73 H. Lapeyre, Simón Ruiz..., p. 22, 23, 27, 28, 78.

74 J. Bottin, La redistribution..., p. 35.

75 P.R.O. - Letters and papers foreign and domestic, 1540-1541, 1965, no 486.

76 P.R.O. - Calendar of State Papers-Foreign series, 1579-1580, 1904, no 436.

77 A.D.B., source citée.

78 Ibid. Ces exportations sont réalisées pour le compte des prieur et consuls de Burgos.

79 En mars 1580, 2 barques quittent Portugalete with great store of money, acheminé primitivement de la Cour à Bilbao à dos de mules, P.R.O.- Calendar of State Papers-Foreign series, (1553-1583), addenda, 1913, p. 535-36. En 1588, Philippe II envoie au duc de Guise 8 caisses pleines d’or. La cargaison est destinée en première instance à don Bernardino de Mendoza, ambassadeur espagnol en France, et empruntera la route maritime Bilbao-Nantes, P.R.O.- Calendar of State Papers-Venetian (1581-1591), 1894, p. 375.

80 A.F.B., leg. 3856.

81 A.G.I. (sources citées). La totalité des documents consultés montrent bien que lors de la mort d’un Basque en Amérique ou à Séville, l’argent est souvent envoyé vers le Pays Basque, L. García Fuentes, op. cit., p. 149 et suiv.

82 Il convient de rectifier la citation faite par L. García Fuentes, op. cit., p. 153 qui parle d’1/7 des métaux précieux alors que dans l’article de J. G. da Silva cité (Moneda, desarrollo y estancamiento secular, Anuario del Instituto de Investigaciones Históricas, 1964, p. 89. et suiv.), il ne s’agit pas de 1/7 des métaux précieux mais de 1/7 de l’or et 1/20 de l’argent.

83 Voir première partie, premier chapitre.

84 Voir troisième partie, premier chapitre.

85 Voir les premiers chapitres des première et troisième parties.

86 E. Fernández de Pinedo, Structure économique et conflits sociaux : corporations et marchands dans la monarchie espagnole (XIIIe-XVIIIe siècle), tiré à part, s.d., p. 451 ; J. Finot, Étude historique sur les relations commerciales entre les Pays-Bas et l’Espagne au Moyen Âge, 1899, p. 5 ; J. de Ybarra y Bergé, Vizcaínos en Brujas, B.R.S.V.A.P., 1952, p. 347-8.

87 Calcul effectué d’après la liste des assurances donnée par H. Casado Alonso, Comercio internacional..., p. 604-8.

88 B. Dini, Mercaderes españoles en Florencia, dans Actas del V Centenario del Consulado de Burgos, 1995, p. 330 et suiv., qui fonde ses conclusions sur deux mémoires de maîtrise.

89 Ibid.

90 J. Heers, Gênes au XVe siècle. Activité économique et problèmes sociaux, 1961, p. 219-20.

91 Ibid.

92 Ibid., p. 223. D’autres familles comme les Centurioni s’occupent aussi du trafic du fer, ibid., p. 491 et suiv.

93 Ibid., p. 220.

94 E.M. Ferreira Priegue, op. cit., p. 757.

95 A.F.B., leg. 1040 no 58-59. Ces montants sont à récupérer aux foires de Medina del Campo et Villalón de Giovanni Antonio Pinelo, de Gabriele Calbogio et Carlo Lercano, tous Génois.

96 A.F.B., leg. 1040 no 27.

97 A.F.B., leg. 1040 no 20.

98 A.F.B., leg. 1390 no 22.

99 Voir annexe no 2.

100 A.D.B. -Casa de Velázquez (fonds Marie Helmer), assurances.

101 A.G.S. -C.M., leg. 153 no 11.

102 A.F.B., leg. 1211 no 64.

103 T. Guiard-Larrauri, Historia del Consulado..., note p. 156 et suiv.

104 T. Guiard-Larrauri, Historia del Consulado..., p. 159. « Livourne, Viareggio et Gênes et à quelconque autre port du Levant et de la Barbarie comme Oran, Bougie et La Goulette ».

105 H. Casado Alonso, El comercio internacional burgalés..., p. 193.

106 Notons par exemple qu’un navire anglais transporte du cuivre flamand de Douvres à Bilbao. Pour ces trajets, voir annexes 2, 3.

107 Depuis 1224 au moins, les Biscayens sont en relation avec Bordeaux, C. Douyère, Le testament de Pedro de Salazar, marchand espagnol de Rouen (1549), Bulletin Philologique et Historique, 1973, p. 157. Au siècle suivant, ils chargent du vin à bord de leurs navires pour le compte de marchands bordelais, F. Michel, Histoire du commerce et de la navigation à Bordeaux, t. 1, 1867, p. 145 ; E. Trocmé et M. Delafosse, Le commerce rochelais de la fin du XVe siècle au début du XVIIe, 1952, p. 85-102.

108 En 1444 et 1448-1449 seulement, à la faveur des trêves, une nef de Saint-Sébastien et trois de Fontarabie pointent timidement en Gironde, J. Bernard, Navires et gens de mer à Bordeaux (vers 1400-vers 1550), 1968, t. II, p. 502.

109 Ibid., p. 503.

110 Valeurs établies à partir des 207 assurances dont H. Casado Alonso donne la liste dans Comercio internacional y seguros marítimos en Burgos en la época de los Reyes Católicos, dans Congresso Internacional Bartolomeu Dias e a sua época, 1989, p. 604-8.

111 Ibid.

112 W. R. Childs, El Consulado del Mar, los mercaderes de Burgos e Inglaterra, dans Actas del V centenario del Consulado de Burgos, 1995, p. 367-412 ; J. Bernard, Navires et gens de mer à Bordeaux (vers 1400-vers 1550), 1968, t. 3, p. 38, 42, 44.

113 G. Caster, Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse (1450-1561), 1962, p. 93-9.

114 Pourcentage établi à partir des chiffres donnés par J. Bernard, op. cit., t. I, p. 22 note 23 et des calculs que nous avons effectués grâce aux données publiées dans le tome III de ce même ouvrage.

115 Pour la seule année 1546, la compagnie Bernuy vend pour plus de 89 millions de maravédis de marchandises, la totalité ou presque en pastel, H. Casado Alonso, Finanzas...

116 F. Brumont et G. Larguier, Trois lettres de Pierre Assézat (1575), Annales du Midi, av.-juin 1998, p. 237-45 ; F. Brumont, La commercialisation du pastel toulousain (1350-1600), Annales du Midi, janv.-mars 1994, p. 37-8.

117 J. Bernard, op. cit., t. II, p. 520.

118 À cette époque les trois ports basques attirent 30 des 46 départs vers l’Espagne, Y. Giraud, Le commerce maritime bordelais en 1600-1601 : les trafics, les marchands et leurs activités, Bulletin du Centre des Espaces Atlantiques, 1995, p. 221.

119 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 231. De plus, on sait qu’en 1224 des Biscayens sont en relation avec le sud de l’Angleterre, C. Douyère, art. cit., p. 157 ; J. Klein, La Mesta (1273-1836), Madrid, Revista de Occidente, 1936.

120 Aperçus..., p. 296. En 1345, une convention est ratifiée pour les marchandises espagnoles venant de Bruges. Durant l’intervalle 1351-1370, des trêves ont lieu entre la côte cantabrique et l’Angleterre, ibid. Notons que cette date de 1294 est antérieure à la création de la ville de Bilbao en 1300. J. A. García de Cortázar, pour sa part, n’en fait pas mention dans son ouvrage, op. cit.

121 T. F. Ruiz, Mercaderes castellanos en Inglaterra, 1248-1350, Anuario del Instituto de Estudios Marítimos Juan de la Cosa, 1977, p. 16-7. Le commerce du fer basque en Angleterre est très intense au XIIIe siècle et au début du XIVe, W. R. Childs, Anglo-Castilian trade in the later Middle Ages, 1978, p. 119.

122 T. F. Ruiz, art. cit., p. 28.

123 Ibid., p. 27 et B. Caunedo del Potro, La actividad..., p. 19-27.

124 Pourtant, à la fin du XVe siècle, Betsabé Caunedo del Potro considère le fer comme le principal produit des envois castillans en Angleterre, Mercaderes castellanos..., p. 82-3.

125 J. A. García de Cortázar, loc. cit.

126 T. F. Ruiz, art. cit., p. 29.

127 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 233

128 Voir, B. Caunedo del Potro, La actividad de los mercaderes ingleses en Castilla (1475-1492), 1984, p. 9-14.

129 M. Mollat, Le rôle..., p. 48-9.

130 W. R. Childs, England’s iron trade in the fifteenth century, The Economic History Review, 1981, p. 27.

131 Ibid., p. 41-6.

132 W. R. Childs, El Consulado del Mar, los comerciantes de Burgos e Inglaterra, dans Actas del V Centenario de Consulado de Burgos, 1995, p. 351-420.

133 Résultats à partir des annexes produites par W. R. Childs, ibid, p. 399 et suiv.

134 Ibid.

135 Proportion établie d’après les chiffres publiés par W. R. Childs, ibid., annexe 1, tableau 1. Cette prépondérance des relations avec la côte basco-cantabrique et le nord de la Castille n’est pas une nouveauté, voir à ce sujet, T. F. Ruiz, Mercaderes castellanos en Inglaterra, Anuario del Instituto de Estudios Marítimos Juan de la Cosa, 1977, p. 16-7.

136 Annexes no 2-3 ; W. R. Childs, England’s iron trade...

137 L’accession au trône de Charles Quint et son élection comme empereur ont favorisé le développement du commerce hispano-anglais, G. Connell-Smith, Forerunners of Drake, 1954, p. 58. Voir annexes no 2, 4, 5.

138 La Castille ne semble pas non plus avoir eu un consulat en Angleterre, H. Casado Alonso, Las colonias..., p. 23.

139 P.R.O. -Calendar of the close rolls 1476-1485, 1954, p. 227-28. Après 1300, les exemples de concessions de privilèges aux Basques sont fréquents. En 1337, Diego López de Arbolancha, Lope Sánchez de Basurto et ses compagnons, marchands de Bilbao, reçoivent protection du roi d’Angleterre pour commercer en Gascogne, Brabant, Irlande et autres terres favorables à l’Angleterre, et pour voyager jusqu’en Lombardie et à leurs propres ports, T. F. Ruiz, Mercaderes castellanos en Inglaterra, 1248-1350, Anuario del Instituto de Estudios Marítimos, Juan de la Cosa, 1977, p. 28. Par la même occasion, cet acte donne une idée de l’étendue des affaires de certains marchands de Bilbao, en 1337 !

140 Pour l’étude de l’organisation du commerce entre le Pays Basque et l’Angleterre, sauf indication contraire, nous avons analysé les annexes données par W. R. Childs, El Consulado del Mar, los mercaderes de Burgos e Inglaterra, dans Actas del V Centenario del Consulado de Burgos, p. 367-420, qui couvrent les années 1487-1503 et la base de données établie par J. Bernard dans le troisième tome de son ouvrage, op. cit. Malheureusement, les données s’arrêtent en 1520.

141 G. Caster, Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse (1450-1561), 1962, p. 116. Notons que depuis 1486 au moins des négociants de Bilbao concluent des affaires avec des pastelliers toulousains, ibid., p. 99-104.

142 En ce qui concerne le commerce des Burgalais avec l’Angleterre, voir C. Jones Mathers, Family partnerships and international trade in the early modern Europe : merchants from Burgos in England and France, 1470-1570, Business History Review, 1988, p. 367-97.

143 W. Childs nous a facilité la tâche pour ces calculs en nous donnant les équivalences livre sterling-maravédi pour la fin du XVe siècle. Nous lui exprimons ici toute notre reconnaissance.

144 G. Caster, op. cit., p. 104-16.

145 Est-ce le même Juan de Bilbao qui, 30 ans plus tard, est très actif dans le commerce des Pays-Bas ? Si ce n’est pas lui, il s’agit sans aucun doute d’un parent.

146 En 1524, une sorte de « parsonnerie » internationale obtient de Henri VIII une licence d’importation (pastel toulousain, sel breton et canevas normand). Qui trafique ? Michel de Lombier, Navarrais résidant à Bruges, Martín de Guinea qui habite Londres, Alvaro Pardo, de Rouen, et Guillaume Le Gras, de Paris, M. Mollat, Le commerce maritime..., p. 520.

147 A.H.P.B., leg. 3288.

148 A.F.B., leg. 1040 no 75.

149 Pedro de Arexmendi est peut-être la même personne que ce Petro de Arismende établi à Londres en 1509, ou bien son fils.

150 Ibid., no 50, no 77.

151 A.H.P.B., leg. 3288.

152 G. Caster, op. cit., p. 80.

153 On compte parmi eux Nicolas Wilford, Thomas Holland, John Joyce, Roger Jefferson, G. Connell-Smith, op. cit., p. 6-8, 61-4. Cet auteur précise que les Anglais sont mieux établis en Andalousie que dans les provinces du nord, car les marchands de Burgos et les Biscayens prennent une part plus active au commerce avec l’Angleterre et les Pays-Bas que ne le font les Andalous.

154 D. H. Sacks, The widening gate. Bristol and the atlantic economy, 1450-1700, 1991, p. 74-5.

155 Ibid., p. 76.

156 W. R. Childs, England’s iron trade..., p. 47.

157 Au sujet des produits anglais qui entrent à Bilbao, voir annexes 2-3, H. Lapeyre, El comercio..., p. 93 ; T. González, Colección de cédulas, cartas-patentes, provisiones, reales ordenes y otros documentos concernientes a las Provincias Vascongadas, 1829, t. II, p. 221-9. Parfois, nous assistons à des voyages combinés Londres-Bilbao-Séville, au cours desquels les navires anglais chargent à Bilbao des tissus français.

158 P.R.O. -Calendar of State Papers-Foreign series (1561-1562), 1866, no 93.

159 N. J. Williams, The maritime trade of east Anglian ports, 1550-1590, 1988, p. 122-3.

160 P.R.O. -Calendar of State Papers-Foreign series (may 1592-june 1593), 1984, p. 361.

161 Dès le XIIe siècle, les échanges commerciaux entre l’Espagne et la Normandie sont fondés sur l’achat de laine en Espagne et la vente dans ce pays de draps de Rouen, I. Cloulas, Les Ibériques dans la société rouennaise des XVIe et XVIIe siècles, Sociétés Savantes, Lettres et Sciences Humaines, 1971, no 61, p. 12. Par ailleurs, à la fin du XVe siècle, le duché est très prospère. En 1492, l’ambassadeur vénitien en France, Zaccaria Contarini, en évalue les recettes au sixième des revenus français, soit 400000 livres bretonnes, B. et L. Bennassar, 1492. Un monde nouveau ?, 1991, p. 71.

162 Déjà au XIIIe siècle, le port de Nantes était une place d’échanges entre les marchandises de la Péninsule Ibérique et celles des Pays-Bas. Au XVe siècle, les marchands anglais vont chercher le fer basque à Nantes. De la même façon, les Espagnols établis à Nantes profitent des produits arrivés d’outre-Manche et achètent volontiers des draps, dont la qualité est prisée en Espagne, J. A. García de Cortázar, Vizcaya en el siglo XVI, 1966, p. 242 et H. Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, 1967, p. 151, 218. De même que la Bretagne est une région où s’échangent marchandises anglaises et flamandes contre produits espagnols, la Normandie est au XIVe siècle une étape entre l’Espagne d’un côté, les Pays-Bas et l’Angleterre de l’autre, H. Touchard, op. cit., p. 150. En effet, à travers Rouen, les Espagnols, Biscayens pour ce qui nous intéresse, atteignent non seulement les Pays-Bas, l’Angleterre mais aussi le marché de la région de Paris.

163 Bruges constitue un lieu de transit pour les ports de la Hanse et de l’Allemagne. En 1502, une convention est passée entre les consuls de Castille et de Biscaye à Bruges et les Esterlins et marchands allemands, P. Jeulin, Aperçus..., p. 296. Par ailleurs, jusque vers 1575, les marchands anglais de la côte est obtiennent la quasi-totalité de leur approvisionnement en produits espagnols d’Anvers et de Londres, N. J. Williams, The maritime trade of east anglian ports, 1550-1590, 1988, p. 122.

164 Il y a quelques années, nous avons eu l’occasion d’écrire un article sur les échanges entre les deux cités. Il servira de base à notre étude. Toutefois, de nombreux compléments et certaines nuances y seront apportés qui en prolongeront et en affineront l’analyse, Nantes et le commerce atlantique : les relations avec Bilbao au XVIe siècle, Annales de Bretagne, t. 100 no 3, 1993, p. 265-83.

165 H. Casado Alonso, La Bretagne dans le commerce castillan aux XVe et XVIe siècles, dans Colloque International, 1491 : la Bretagne, terre d’Europe, 1992, p. 81.

166 J. A. García de Cortázar, op. cit.

167 Ibid., p. 242.

168 En 1430 et 1435, Jean V conclut deux traités avec les rois de Castille et Léon, J. Mathorez, Notes sur les rapports de Nantes avec l’Espagne, Bulletin Hispanique, 1912, p. 123. Ces conventions sont confirmées en 1452, 1456, 1459, 1467, 1468 et 1483, P. Jeulin, Aperçus sur la Contractation de Nantes (1530 environ-1733), Annales de Bretagne, 1932, p. 287 et L’évolution du port de Nantes-Organisation et trafic depuis les origines, 1929, p. 46, 93-94. Sur ces privilèges, voir également H. Touchard, Le commerce maritime breton à la fin du Moyen Âge, 1967, p. 41-3.

169 J. Mathorez, Notes…, art. cit., p. 125. Par l’intermédiaire de ces trois dernières places s’effectue la plupart des exportations de toiles bretonnes.

170 P. Jeulin, op. cit., p. 46. P. Vilar, pour sa part, date la création d’un consulat castillan à Nantes de 1493, La Catalogne dans l’Espagne Moderne, 1962, t. I, p. 517.

171 Au milieu du XVe siècle, 500 à 600 balles de laine entrent chaque année à Nantes, J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 247. La Bretagne, et avant tout la cité nantaise, accueille un fort contingent de marchands de Bilbao. Déjà, en 1487, Ochoa de Arriaga et d’autres négociants de Bilbao passent un contrat avec les habitants de Nantes. Le texte établit que 42 balles de laine appartenant aux Biscayens ont servi à la fortification de la ville contre le siège réalisé par les Français autour du port breton. La somme déboursée par la ville à la suite de la perte de ces laines est de 700 livres. Ce montant est réglé en plusieurs paiements, dont le dernier a lieu en 1494, A.M.N., EE 189.

172 H. Touchard fait référence à des importations en Espagne de 20000 pièces par an en provenance de France, dans la seconde moitié du XVe siècle, Le commerce maritime..., p. 211 note 416.

173 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 246.

174 H. Casado Alonso, La Bretagne.., loc. cit.

175 La liste des consuls et boursiers d’Espagne est donnée par H. Casado Alonso, La Bretagne..., p. 97.

176 À Nantes, les Bilbanais jouissent d’une exonération partielle des droits de prévôté sur les laines tandis que Bilbao accorde aux navires provenant de Nantes des réductions d’avaries, P. Jeulin, op. cit., p. 140 et suiv.

177 Henri Lapeyre affirme que l’existence de la « Contractation » en tant que société organisée n’est prouvée qu’à partir de 1601, Une famille de marchands : les Ruiz, Paris, A. Colin, 1955, p. 228-9. Pourtant, dans un article écrit au début du siècle, E. Gabory affirme « qu’il existait entre les négociants des deux cités [Nantes et Bilbao] une association curieuse, issue d’un traité demi-religieux, très ancien et sanctionné par Charles VIII, en 1491. Elle s’appelait « Confrérie de la Contractation », voir La marine et le commerce de Nantes au XVIIe siècle et au début du XVIIIe, Annales de Bretagne, 1901-1902, p. 247. Quoi qu’il en soit, la « Contractation » est une sorte de confrérie qui groupe à la fois marchands bilbanais et marchands nantais. Mais le commerce n’est pas le seul but de cette corporation. Elle prend part en corps à des manifestations religieuses et entretient entre ses membres espagnols et nantais des relations intellectuelles. Cela explique le succès de la « Contractation », que les Hollandais établis à Nantes n’ont pu imiter au XVIIe siècle en dépit d’une importance économique supérieure à celle des Espagnols, P. Jeulin, op. cit., p. 143 et art. cit., p. 285-91. Des étrangers participent également à la « Contractation », tel que Roger Jefferson qui n’est pas un Nantais comme le suggère Paul Jeulin (art. cit., p. 300), mais un Anglais qui réside à Bilbao. En fait, cet organisme compte dans ses rangs des membres de nationalités diverses. Le recrutement des marchands de la « Contractation » n’est pas aussi exclusif que peut le faire penser la définition de Paul Jeulin. Quoi qu’il en soit, à la fin du XVIe siècle, en dépit de ses liens privilégiés avec Nantes, le port biscayen est obligé de soudoyer les Nantais pour préserver son commerce d’un déplacement éventuel vers Santander ou Saint-Sébastien.

178 Parmi ceux qui reviennent le plus souvent, citons : Morlaix, Quimper, Landerneau et Saint-Malo, plus exceptionnellement Auray, Blavet et Saint-Brieuc. Le commerce de Bilbao avec ces ports est en tout point comparable à celui de la Biscaye avec Nantes. Pour l’essentiel, il s’agit de toiles et de blés au départ de Bretagne, de fer et de laine pour le fret de retour.

179 E. Le Parquier, Le commerce maritime de Rouen dans la seconde moitié du XVIe siècle, Bulletin de la Société libre d’Émulation du Commerce et de l’Industrie de la Seine-Inférieure, 1926-27, p. 98. Dès la fin du XIVe siècle, des Basques de Vitoria et des Santandérins défendent leurs privilèges contre les agents de la fiscalité royale et seigneuriale dans la ville d’Harfleur, notamment au sujet de ventes de laines effectuées en compagnie de plusieurs marchands de cette ville, M. Mollat, Le commerce maritime..., p. 17.

180 Ibid.

181 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 253.

182 M. Mollat, Le commerce de la Haute-Normandie au XVe siècle et au début du XVIe, 1952, p. 222.

183 I. Cloulas, art. cit., p. 16.

184 J. Bottin, La présence flamande à Rouen : l’hôte, l’auberge, la maison, dans Jacques Bottin et Donatella Calabi (éd.), Les étrangers dans la ville. Minorités et espace urbain du bas Moyen Âge à l’époque moderne, Paris, 1999 qui fournit des détails intéressants sur les modalités d’installation des Espagnols à Rouen et I. Cloulas, art. cit., p. 16.

185 Donnons des chiffres : en 1477-1478, Rouen reçoit 267634 livres de fer, apportés par les Espagnols et les Bretons, alors que les Anglais en déchargent seulement 14782 livres, M. Mollat, Le commerce…, op. cit., p. 227 et La comptabilité du port de Dieppe au XVe siècle, 1951, p. 50-9.

186 M. Mollat, La comptabilité du port…, op. cit., p. 18.

187 Voir à ce sujet les travaux de M. Mollat, Le commerce..., p. 516-7 et de C. Demeulenaere-Douyère, Le commerce espagnol à Rouen au XVIe siècle, Études Normandes, 1981, p. 48-9.

188 J. Bottin, La redistribution des produits américains par les réseaux marchands rouennais (1550-1620), dans J. P. Sanchez (dir.), Dans le sillage de Colomb, 1995, p. 27.

189 H. Casado Alonso, Crecimiento económico y redes de comercio interior en la Castilla septentrional (siglos XV y XVI), dans J. I. Fortea Pérez (éd.), Imágenes de la diversidad. El mundo urbano en la Corona de Castilla (siglos XVI-XVIII), 1997.

190 Ibid., p. 12.

191 J. Vicens Vives, Historia económica de España, (9e édition), 1987, p. 330. Plus récemment, à l’occasion d’un séminaire à Anvers (16-17/11/1995), Eddy Stols réaffirmait la prééminence de ces relations commerciales à l’intérieur de l’économie européenne, Las relaciones socio-económicas entre el reino de Castilla y los Países Bajos y su impacto en el crecimiento económico en los siglos XV, XVI y XVII. Il va même jusqu’à dater la primauté de ces échanges au sein de l’ensemble européen entre 1400 environ et 1568, p. 2-3 du texte imprimé.

192 J. Finot, op. cit., p. 7 ; J. Maréchal, La colonie espagnole de Bruges du XIVe au XVIe siècle, Revue du Nord, 1953, p. 7.

193 J. Finot, op. cit., p. 29.

194 Les principaux privilèges sont : un traité douanier en 1254, l’ordonnance de Jérez (1267), les privilèges octroyés par le comte Guy de Dampierre en 1280, les négociations d’Ardembourg, les privilèges des comtes de Flandre, Robert, Louis de Nevers (franchises importantes du 20 mars 1343), Louis de Mâle (1348), confirmés par Philippe le Hardi (1384), et par Philippe le Bon, lors du traité hispano-bourguignon de 1428, P. Jeulin, Aperçus..., p. 295 note 45.

195 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 212.

196 Ibid.

197 J. Maréchal, loc. cit.

198 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 214-5 ; J. Maréchal, art. cit., p. 13-7. J. A García de Cortázar précise que les différends entre Burgalais et Bilbanais en Espagne trouvent leur origine dans les luttes commerciales qui les opposent aux Pays-Bas, ibid. Traditionnellement, les historiens ont beaucoup insisté sur ces oppositions. Bien qu’il ne s’agisse pas de les nier, il convient de les nuancer. En effet, si les divergences d’intérêts sont fréquentes, ces « nations » s’entraident avant tout. Il est rare de voir un marchand castillan réaliser ses affaires sans, à un moment ou à un autre, l’entrée en jeu d’un marchand ou d’un marin basque. Le conflit et l’entraide participent à une même relation.

199 J. Maréchal, art. cit., p. 9.

200 Cette lettre est reproduite en intégralité par L. Gilliodts-Van Severen, Cartulaire de l’ancien consulat d’Espagne à Bruges, t. I, p. 151-62. Notons qu’elle est en premier lieu adressée aux marchands de ladite « nation » qui « estoient bien enclins et affectez de doresenavant a tous leurs navires et marchandises venir et arriver ou port et havre de Lescluse et icelles leurs marchandises illecq deschargier, et apres les amener en ceste dicte ville », ibid., p. 152. Cette précision démontre bien que les Basques agissaient comme des marchands à part entière.

201 H. Casado Alonso, Las colonias..., p. 21.

202 Ibid., p. 9-10 ; J. de Ybarra y Bergé, Vizcaínos..., p. 349.

203 R. Fagel, art. cit.

204 J. A. Goris, op. cit., p. 57.

205 J. A. García de Cortázar, op. cit., p. 219.

206 Ibid.

207 H. Van Werveke, Bruges et Anvers, huit siècles de commerce flamand, 1944, p. 56.

208 D’après les listes établies par R. Doehaerd, Études anversoises. Documents sur le commerce international à Anvers, 1488-1514, 1963, t. I, p. 36.

209 Ibid., t. II, p. 181, 186, 197 ; t. III, p. 144, 172, 200, 215.

210 L. Van der Essen, Contribution à l’histoire du port d’Anvers et du commerce d’exportation des Pays-Bas vers l’Espagne et le Portugal à l’époque de Charles Quint (1553-1554), Annales de l’Académie royale d’Archéologie de Belgique, 1920, t. III, p. 39-64. Voir également les listes produites pour l’année 1560 par J. A. Goris, Étude sur les colonies marchandes méridionales à Anvers de 1468 à 1567, 1925, p. 611-4.

211 E. Stols, Les horizons ibériques et coloniaux du commerce des Pays-Bas au XVIe siècle, dans Christophe Plantin et le monde ibérique, 1992, p. 30.

212 Ibid.

213 T. Guiard-Larrauri, Historia del Consulado..., note p. 123.

214 V. Vázquez de Prada, op. cit., t. I, p. 107.

215 D’après H. Lapeyre, El comercio..., p. 202.

216 J. Maréchal, Le départ de Bruges des marchands étrangers (XVe et XVIe siècle), Handelingen van het Genootschap voor Geschiedenis ‘Société d’Émulation’ te Brugge, 1951, p. 51.

217 Ce chiffre a d’autant plus d’importance qu’il ne s’agit pas d’un bateau affrété par le consulat de Biscaye, mais par celui d’Espagne, A.M.B., Cartulaire de l’ancien consulat d’Espagne à Bruges : libro de rótulos de la nación de España (1550-1573).

218 Dans les années 1504-1514, Juan de Estella, marchand de Vitoria installé aux Pays-Bas, reçoit annuellement entre 200 et 400 balles de laine. Le lecteur trouvera le détail de l’activité de ce marchand dans un travail présenté par R. Fagel à l’Université de Deusto le 19/12/1995 et intitulé Los hombres de la lana y del hierro : mercaderes vascos en los Países Bajos en el siglo XVI, que l’auteur a eu la gentillesse de me faire parvenir avant sa publication dans un petit ouvrage : El licenciado Poza en Flandes, Bilbao, 1996, p. 55-66.

219 L. M. Bilbao Bilbao, Transformaciones..., art. cit., p. 133.

220 W. R. Childs, England’s iron trade in the fifteenth century, The Economic History Review, 1981, p. 41.

221 A.M.B., Cartulaire de l’ancien consulat d’Espagne à Bruges : Libro de rótulos de la nación de España (1550-1573). En 1554, Antonio de Olabe et Pedro de Isunza réceptionnent 200 quintaux de fer chacun. En 1557, Pedro de Aguirre en reçoit 1000. Un an plus tard, arrivent de Bilbao 348,5 quintaux de fer pour le compte de Francisco de la Maza.

222 Pour avoir une idée de ce que représentent les échanges entre les deux contrées, on lira W. Brulez, Le commerce international des Pays-Bas au XVIe siècle : essai d’appréciation quantitative, Revue Belge de Philologie et d’Histoire, 1968, t. XLVI no 4, p. 1205-21 et du même auteur The balance of trade of the Netherlands, Acta Historiae Neerlandica, 1970, t. IV, p. 20-48. Voir également le mémoire de maîtrise de L. Bril, De handel tussen de Nederlanden en het iberisch schiereiland (midden XVIe eeuw), 1962.

223 A.R.N., leg. 9216, I.

224 El comercio exterior de Castilla a través de las aduanas de Felipe II, 1981.

225 T. González, Colección de cédulas, cartas-patentes, provisiones, reales órdenes y otros documentos concernientes a las Provincias Vascongadas, 1829, t. II p. 221-9.

226 Op. cit., p. 88-144.

227 Une petite quinzaine de bateaux français qui proviennent de Terre-Neuve arrivent à Bilbao en 1598, T. Guiard-Larrauri, Historia del Consulado..., p. 165-6. Voir également E. Fernández de Pinedo, Estructura... et J. P. Priotti, Des financiers...

228 A.F.B., Consulado, libro de averías (1561-1615).

229 M. Morineau, Bayonne et Saint-Jean-de-Luz relais du commerce néerlandais vers l’Espagne au début du XVIIe siècle, dans 94e Congrès National des Sociétés Savantes, 1969, p. 309-30.

230 J. A. Azpiazu Elorza, Balleneros vascos en el Cantábrico, San Sebastián, 2000.

231 R. Sidney Smith, Historia de los Consulados de mar (1250-1700), 1978, p. 109.

232 E. Ferreira Priegue, Galicia en el comercio marítimo medieval, 1988, p. 203.

233 Ibid., p. 204-5.

234 Voir annexes 1, 2.

235 A. Huetz de Lemps, Vignobles et vins d’Espagne, 1993, p. 42.

236 Ibid., p. 54.

237 A.D.B. -Casa de Velázquez (fonds Marie Helmer), année 1566. Voir aussi, M. Lobo Cabrera, El comercio canario europeo bajo Felipe II, Funchal, Secretaria Regional de Turismo, Cultura e Emigraçâo, 1988, p. 175.

238 E. Ferreira Priegue, op. cit., p. 507.

239 A.F.B., Consulado, libro de averías (1561-1615).

240 A. Huetz de Lemps, loc. cit.

241 V. Rau, Estudos de História. Mercadores, Mercadorias, Pensamento Económico, 1968, t. I, p. 131.

242 Voir liste établie par E. Ferreira Priegue, Galicia en el comercio marítimo medieval, 1988, p. 503.

243 Au début du XVIe siècle, les épices portugaises proviennent essentiellement de deux marchés : Malindi sur la côte africaine et Cochin au Malabar, marché des épices qui remplace Calicut, V. Magalhães Godinho, L’économie de l’empire portugais aux XVe et XVIe siècles, 1969, p. 559-65. Dans le tarif douanier du Consulat de Bilbao en 1518 apparaît déjà le sucre, le poivre et la réglisse, voir M. Basas Fernández, El esplendor del comercio bilbaíno durante el siglo XVI, dans Bilbao : arte e historia, p. 65.

244 A.H.P.B., leg. 4289.

245 Ces chiffres sont des minima étant donné le caractère partiel de nos sources.

246 A.H.P.U.V., C 106-244, B.B. à S.R.

247 T. Guiard-Larrauri, Historia del Consulado..., p. 446.

248 A.F.B., Consulado, libro de averías (1561-1615).

249 R. Córdoba de la Llave, El comercio del hierro en Córdoba, un capítulo de la actividad económica vascongada en Andalucía a fines de la Edad Media, 1987-88, p. 317-25. À la même époque, à Séville, les Basques achètent de l’huile, E. Otte, El comercio exterior andaluz a fines de la Edad Media, dans Actas del II Coloquio de Historia Medieval Andaluza « Hacienda y Comercio », Séville, 1981, p. 198.

250 « A ship-building industry started in Ribeira, a town near Seville which had been entirely re-populated by people from the north », P. Chaunu, European expansion..., p. 96.

251 Voir annexes no 2 et no 5 ; A.D.B. -Casa de Velázquez (fonds Marie Helmer), assurances.

252 Cuirs et sucre viennent essentiellement de Saint-Domingue, parfois de Cuba ou de Terre-Ferme, B. Bennassar, Facteurs sévillans au XVIe siècle, A.E.S.C., 1957, p. 63.

253 A.D.B. -Casa de Velázquez (fonds Marie Helmer), assurances.

254 Ibid.

255 J. H. Elliott, Spain and its world, 1500-1700, 1989, p. 11 ; E. Stols, Les horizons ibériques et coloniaux du commerce des Pays-Bas au XVIe siècle, dans Christophe Plantin et le monde ibérique, 1992, p. 32. En ce qui concerne le potentiel de consommateurs que nous essayons de déterminer, il semble opportun de revoir ce chiffre à la hausse puisqu’il ne tient pas compte de la descendance des Espagnols en Amérique qui bien évidemment participe à cette consommation.

256 E. Stols, ibid.

257 Au sujet du reparto de marchandises, on lira J. Golte, El impacto del reparto de mercancías en la economía colonial de México y Perú a partir de las diferencias de sus sociedades prehispánicas, dans H. Bonilla (éd.), El sistema colonial en la América española, 1991, p. 51.

258 Je remercie Jean-Paul Zuniga de m’avoir fourni cette information.

259 E. Stols, loc. cit.

260 E. Fernández de Pinedo, Economia : la lenta e difficile affermazione della moneta e degli scambi commerciali, dans Storia d’Europa, IV. L’età moderna, 1995, p. 260.

261 M. Miño Grijalva, La manufactura colonial : aspectos comparativos entre el obraje andino y el novohispano, dans H. Bonilla (éd.), El sistema colonial en la América española, 1991, p. 109.

262 E. Lorenzo Sanz, Comercio... Un rapport sur le commerce de Séville effectué en 1623 pour la période 1617-1621 par Manuel Pantoja Alpuche, administrateur général des Almojarifazgos, permet de calculer que 22 % des importations qui arrivent à Séville restent dans la Péninsule tandis que 77 % des articles qui y sont acheminés sont réexportés. Cependant, l’auteur du mémoire reconnaît que cette année-là la participation de Séville au trafic intérieur a chuté, et qu’il a été dévié vers les autres ports du littoral. En vertu de cette affirmation, I. Pulido Bueno porte pour les années antérieures la part des marchandises qui ne sont pas expédiées en Amérique à 30-40 %, I. Pulido Bueno, Almojarifazgos y comercio exterior en Andalucía durante la época mercantilista, 1993, p. 147. L’on trouve une critique du pourcentage donné par cet auteur dans A. García Baquero, El comercio andaluz en la Edad Moderna : un sistema de subordinación, dans M. Lobo Cabrera et V. Suárez Grimón (éd.), El comercio en el Antiguo Régimen, 1994, p. 91-107.

263 B. Bennassar (dir.), Histoire des Espagnols..., p. 364.

264 Voir N. Broens, Monarquía y capital mercantil : Felipe IV y las redes comerciales portuguesas (1627-1635), Madrid, Universidad Autónoma de Madrid, 1989. Par ailleurs, Francis Brumont travaille actuellement sur les comptes de douanes de Pampelune. Pour les relations entre l’Aragon et la Navarre d’une part, et la Castille de l’autre, on lira H. Lapeyre, El comercio exterior...

265 H. Lapeyre, ibid.

266 A.H.P.B., leg. 3288.

267 Ce grand homme d’affaires castillan n’est plus à présenter, voir H. Lapeyre, Une famille de marchands : les Ruiz, 1955.

268 A.H.P.U.V., C 6-137, B.B. à S.R. Donnons quelques exemples supplémentaires. En 1561, divers marchands de Tolède et de Medina del Campo donnent plus de 17000 ducats pour acquérir des marchandises à Bilbao, A.H.P.B., leg. 3098. En 1564, Francisco de Aguilar, de Medina del Campo, donne pouvoir à Martín Sánchez de Aguilar, de Bilbao, su compañero, pour acheter 4000 ducats de marchandises dans la ville, A.F.B., 893 no 47. La même année, un marchand de Logroño ordonne l’achat de 1000 ducats de produits divers à Bilbao, ibid., no 82. En 1573, Alonso Núñez de Madrid et Baltasar de Dueñas, marchands de Tolède, donnent 1,2 million de maravédis à Juan de Vialar, habitant le port basque, pour l’achat de marchandises, A.H.P.B., leg. 3856. L’année suivante, Juan de Vialar se voit crédité de 4000 ducats qui appartiennent à des marchands de Pampelune pour l’acquisition de produits à Bilbao, A.H.P.B., leg. 3859. En 1577, Martín de San Esteban, de Pampelune, donne pouvoir pour l’achat de 1000 ducats de marchandises à Bilbao, A.H.P.B., leg. 3863.

269 A.H.P.U.V., C 6-146, B.B. à S.R.

270 A.H.P.U.V., C 8-176, B.B. à S.R.

271 A.H.P.U.V., C 8-185, B.B. à S.R.

272 A.H.P.U.V., C 114-205, B.B. à C.R. et L. A.

273 A.H.P.U.V., C 89-94, M.E. à S.R. D’autres exemples dans C 3-232, J.J. à L.A.

274 Entre 1555 et 1558, les Ruiz réalisent près de 5 millions de maravédis de ventes à Bilbao, les Salamanca, près de 5 % des leurs de 1551 à 1554, H. Casado Alonso, Crecimiento económico..., tableau 2, 3, 4.

275 Ibid., C 106-275, B.B. à S.R. En 1586, des Bretons sont allés de Laredo à Bilbao pour vendre des « bretagnes » ; C 89-80, D.E. à S.R.

276 A.H.P.U.V., C 6-147, B.B. à S.R.

277 A.H.P.U.V., C 6-163, B.B. à S.R.

278 Un cas régional avec faible pression fiscale : le Pays Basque péninsulaire, Review Fernand Braudel Center, 1979, p. 86. Cet auteur soutient qu’un changement s’opère dans le dernier quart du XVIe siècle, moment à partir duquel les ventes de marchandises se font dans les ports basques. En fait, il n’en est rien car ces ventes ont lieu tout le long du siècle.

279 J. Finot, op. cit., p. 183.

280 Ibid.

281 Nous ne pensons pas que la Biscaye soit seulement un centre de transit entre la Castille et l’extérieur, et avec peu de liens avec l’arrière-pays basque comme l’affirme D. R. Ringrose, du moins en ce qui concerne le début de la période considérée, Madrid and the spanish economy, 1560-1850, 1983, p. 219.

282 Plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, ce fer est acheminé et vendu à l’étranger. Par ailleurs, des contrats de vente de fer peuvent être établis dans d’autres villes que Bilbao. Enfin le fer biscayen peut s’exporter par les ports du Guipúzcoa.

283 F. H. Abed Al-Hussein, op. cit., p. 104.

284 El comercio del pastel en España a mediados del siglo XVI, dans Congreso de Historia de la ciudad de Segovia (1088-1988), 1989.

285 Cela confirme l’expansion des marchés castillans que nous avons soulignée plus haut et qui dament le pion à Bilbao.

286 À ce sujet, on lira avec profit l’article d’H. Casado Alonso, El comercio internacional burga

287 R. Rodríguez González, Mercaderes castellanos del Siglo de Oro, 1995, p. 247-72. D’août 1553 à décembre 1554, plus de 7 millions de maravédis de tissus de lin et de toiles sont achetés par la compagnie Ruiz à Bilbao.

288 Sur l’importance des importations en Castille, voir H. Lapeyre, El comercio exterior..., p. 129-31.

289 Au sujet de ces foires, on lira avec profit H. Van der Wee (dir.), La banque en Occident, Anvers, 1991, p. 137 et suiv. ; F. A. Abed Al-Hussein,. Trade and business community in Old Castile. Medina del Campo, 1500-1575, thèse présentée à l’université d’East Anglia, mai 1982 ; B. Yun Casalilla, Sobre la transición al capitalismo en Castilla. Economía y sociedad en Tierra de Campos (1500-1830), 1987.

290 J. Montemayor, Tolède entre fortune et déclin (1530-1640), 1996, p. 240-61. L’espace commercial tolédan, précise l’auteur, a une dimension régionale qui ne dépasse pas 200 km.

291 M. Weisser, Les marchands de Tolède dans l’économie castillane, 1565-1635, Mélanges de la Casa de Velázquez, 1971, p. 225.

292 Je reprends ici les résultats de mes recherches publiés en 1998, J. P. Priotti, Un marché international inattendu : Bilbao dans les années 1560, Bulletin du Centre d’Histoire des Espaces Atlantiques, p. 11-36.

293 À Logroño, le seul apprenti-cordonnier dont Francis Brumont a pu connaître l’âge a 14 ans, Una economía diversificada y en expansión, dans J. A. Sesma Muñoz (coord.), Historia de Logroño, 1994, t. III, p. 135. À Séville, l’on peut commencer son apprentissage à l’âge de 7 ans. Néanmoins, dans la plupart des cas, l’âge des apprentis oscille entre 12 et 15 ans, B. Morell Peguero, Mercaderes y artesanos en la Sevilla del descubrimiento, 1986, p. 66. Les apprentis auraient donc tendance à travailler plus jeunes à Séville qu’à Bilbao.

294 B. Morell Peguero, op. cit., p. 65. Ce travail concerne seulement les années 1500-1550.

295 Après leur formation, ces apprentis n’exercent pas forcément dans la ville puisque cette activité, propre aux Basques et aux Cantabres, est souvent itinérante, F. Brumont, art. cit., p. 135.

296 À partir des chiffres que donne F. Brumont pour Logroño, l’on peut faire la même remarque : plus de 50 % des apprentissages ont une durée de 4-5 ans, ibid.

297 A.F.B., leg. 1003 no 109.

298 A.F.B., leg. 1004 no 69.

299 Op. cit., p. 207.

300 Ibid., p. 204.

301 A.F.B., leg. 893 no 57.

302 A.F.B., leg. 2659 no 300.

303 En 1562, Sancho López de Recalde, marchand de Bilbao, s’engage à céder à deux Français la forge de « Sasia » avec sa maison, sa meule pour faire le charbon, sa maison principale, son potager et sa pommeraie, s’ils lui achètent chaque année 1000 quintaux de minerai à 20 réaux le quintal, A.F.B., leg. 1544 no 48.

304 Il est prévu par le contrat que Juan de Capetillo, habitant de Aránzazu, propriétaire de la herrería menor y mayor, doit ouvrer la matière première et la négocier alors que le marchand de Bilbao participe pour 1000 ducats de capital. Les bénéfices sont partagés à moitié, A.H.P.B., leg. 5375. Une autre compagnie prévoit la mise en activité d’une tiradera à Aranguren appartenant à un habitant de Baracaldo et l’embauche de deux oficiales qui y travailleront. Il s’agit de Juan de Guerra, originaire de Mondragón, cargador en labrar acero et d’Adrián de Urizar, de Abando, bracero en labrar aceros, qui seront respectivement payés 2 réaux et 51 maravédis par jour, pendant 2 ans avec une avance de 27 ducats pour le premier et de 6 pour le second. Cette rétribution quotidienne est complétée par une prime appelée plazeraje de 2 ducats l’an pour Pedro et de 3 ducats pour Adrián, A.F.B., leg. 882 no 154, 214, 264.

305 Certains marchands s’intéressent à la production puisqu’ils sont propriétaires de forges. C’est entre autres le cas d’Iñigo de Aperribay, de Juan Pérez de Mújica et celui des Enderica, A.H.P.B., leg. 3869, leg. 2520. Les Bernuy investissent aussi dans la production industrielle. Dans les années 1540, cette riche famille castillane achète du minerai de fer qu’elle destine à ses herrerías de Saint-Sébastien. Entre mars 1544 et la fin 1545, la firme exporte à Londres, Nantes et Lisbonne 3687 quintaux de fer, voir H. Casado Alonso, Finance et commerce international au milieu du XVIe siècle : la compagnie des Bernuy, Annales du Midi, 1991. Cette intervention des marchands dans la production industrielle est caractéristique d’une pré-industrialisation précoce. Précisons cependant que ces cas ne semblent pas refléter une attitude généralisée.

306 Nous tenons à insister sur le fait que ces réflexions concernent les Bilbanais et non pas tous les Basques. Les marchands de l’intérieur, ou des provinces voisines, moins en contact avec ce commerce international, peuvent avoir réagi différemment.

307 Cependant, la montée en puissance de Madrid a dû contribuer à ce que les flux de marchandises se dirigent directement vers la capitale.

308 Pour plus de détails sur ces muletiers yangois, voir J. P. Priotti, En Espagne, de nouveaux protagonistes de l’économie (XVIe-XVIIe siècles). Les muletiers yangois du Quichotte, dans 126e Congrès National des Sociétés Historiques et Scientifiques, Toulouse, Identités méridionales, p. 109-152.

309 Cela est le cas depuis le début du siècle jusque dans les années 1560-70, et dans un certaine mesure même jusqu’en 1580-1590. Pour Medina de Rioseco, les impacts du marché sur le développement économique local et régional ont été observés par B. Yun Casalilla, Sobre la transición al capitalismo en Castilla. Economía y sociedad en Tierra de Campos (1500-1830), 1987, p. 184.

310 Voir les listes produites par H. Casado Alonso, Crecimiento..., annexes 2, 3, 4. Au moyen des mêmes données, Séville recueille seulement 1,4 %, ibid.

311 En 1578, Madrid n’apparaît qu’au quatrième rang de la classification des villes selon le montant des dîmes de la mer, voir tableau de H. Lapeyre, El comercio exterior..., p. 131.

312 H. Casado Alonso, Crecimiento..., p. 27.

313 A.H.P.U.V. C 159-129 ; C159-130.

314 En 1669, pour Saint-Sébastien et Bilbao, on ne perçoit que les deux tiers du fret demandé pour Lisbonne et Cadix, A. Girard, Le commerce..., p. 488.

315 F. J. Carrión de Iscar, Un ejemplo de comercio burgalés en el Atlántico : los negocios de la compañía de García y Miguel de Salamanca : 1561, dans El comercio en el Antiguo Régimen, III Reunión Científica, 1994, p. 87-8.

316 Alors que trois quarts approximativement des toiles françaises envoyées aux Indes sont des « angers » et des « rouens » (E. Lorenzo Sanz, op. cit., t. I, p. 445), le marché castillan est plus diversifié. En 1561, sur l’ensemble des tissus qui viennent de Nantes, 28,2 % sont des « brins » et « mélinges », 20,9 % des « angers », 13 % des « rouens », 8,5 % des « bretagnes », 7,9 % des « lavals », 5,4 % des « saint-brieucs », 5,4 % des « toiles blanches », 4,4 % des « malobrins », le reste étant constitué par de nombreuses autres qualités de toiles.

317 F. J. Carrión de Iscar, art. cit.

318 E. Lorenzo Sanz, op. cit., t. I, p. 462.

319 Ibid.

320 A. Girard, op. cit., 1967 (1re éd. en 1932), p. 462.

321 E. Lorenzo Sanz, op. cit., t. I, p. 243.

322 Ibid. Au XVIIIe siècle, cette réalité est plus que jamais vérifiée. Lors d’un colloque international tenu à Toulouse le 16/01/1997, le professeur Chamboredon soulignait les risques immenses encourus dans les affaires de Cadix avec l’Amérique.

323 H. Lapeyre, Une famille..., 1955, p. 66.

324 Ibid.

325 Ibid., p. 113.

326 Ces pourcentages ont été obtenus à partir des listes de ventes établies par R. Rodríguez González, op. cit., p. 253-62.

327 H. Lapeyre, Une famille..., p. 66 ; F. Brumont, Le coût..., p. 103 ; E. Lorenzo Sanz, Comercio..., t. I, p. 242.

328 E. Lorenzo Sanz, op. cit., t. I, p. 242.

329 J. P. Priotti, Nantes...

330 Op. cit., p. 245.

331 Ibid., p. 247.

332 E. Lorenzo Sanz, op. cit., t. I, p. 445.

333 Pour ces calculs, nous nous en remettons à notre publication, Los Echávarri : mercaderes bilbaínos del Siglo de Oro, 1996, p. 121-7.

334 Peuplée de 20000 à 25000 habitants en 1561, elle dépasse les 60000 en 1597, A. Molinié-Bertrand, Au Siècle d’Or, l’Espagne et ses hommes, Paris, 1985, p. 208.

335 Voir H. Lapeyre, El comercio exterior..., p. 105-6.

336 H. I. Taylor, English merchants and spanish prices about 1600, dans Kölner Kolloquien zur Internationalen Sozial-und Wirtschaftsgeschichte Band 1 Fremde Kaufleute auf der Iberischen Halbinsel, 1970, p. 255.

337 D. Swetchinski, The spanish consul and the Jews of Amsterdam, (tiré à part), p. 166-7.

338 A. Molinié-Bertrand, op. cit., p. 135.

339 F. Brumont, Le coup de grâce : la peste de 1599, dans Actas del Congreso de Historia de Burgos, 1984, p. 335.

340 Ibid.

341 A. Molinié-Bertrand, op. cit., p. 166.

342 B. Bennassar, Un Siècle..., p. 173.

343 Ibid.

344 A. Molinié-Bertrand, op. cit., p. 161.

345 B. Bennassar, Un Siècle..., loc. cit.

346 A. Molinié-Bertrand, op. cit., p. 159.

347 Le lecteur trouvera de nombreux exemples de cette redistribution de cabotage dans l’annexe no 2 et dans l’A.D.B., source citée.

348 Voir annexes no 1, 2, 3, 4 et A.D.B., source citée.

349 H. Lapeyre, Les monarchies européennes du XVIe siècle, 1967, p. 131.

350 T. de Azcona, Las relaciones de la Provincia de Guipúzcoa con el reino de Navarra (1512-1521), dans El Pueblo Vasco en el Renacimiento (1491-1521), 1990, p. 283-329.

351 J. A. García de Cortázar, Vizcaya..., p. 58

352 H. Casado Alonso, El comercio internacional burgalés en los siglos XV y XVI, dans Actas del V Centenario del Consulado de Burgos, 1994, p. 189.

353 Ibid.

354 J. Pérez, La révolution des « comunidades » de Castille (1520-1521), 1970, p. 415. En revanche, le Guipúzcoa n’est pas exempt de guerres civiles et autres affrontements entre villes et campagnes, J. Pérez, Las relaciones políticas de la provincia de Guipúzcoa con la Corona de Castilla durante la guerra de las comunidades, dans El Pueblo Vasco en el Renacimiento (1491-1521), 1990, p. 381-90.

355 En 1521, Juan de Ugarte, de Bilbao, voit les 270 cuirasses qu’il destine à l’Aragon ou à la Castille confisquées, A.R.N., leg. 26839.

356 F. H. Abed Al-Hussein, Trade and business..., p. 69-103.

357 H. Casado Alonso, El comercio internacional burgalés...

358 C. Gómez-Centurión Jiménez, op. cit., p. 18.

359 A. Girard, Le commerce..., p. 53.

360 A. Girard, Les étrangers..., p. 576. H. Lapeyre, pour sa part, soutient que les relations entre l’Espagne et l’Angleterre ont été assez cordiales entre 1558 et 1568. Au sujet des relations politiques entre les deux royaumes, H. Lapeyre, Les monarchies..., p. 204 et suiv

361 Ibid.

362 H. Casado Alonso, El comercio..., p. 189.

363 J. Meyer, La France moderne, 1985, p. 167.

364 Je me permets de renvoyer le lecteur à H. Casado Alonso, El comercio internacional burgalés..., et J. P. Priotti, Nantes et le commerce atlantique...

365 H. Lapeyre, El comercio..., p. 92-3.

366 Ces guerres sont d’autant plus perturbatrices qu’elles ont souvent la rivière de Loire et le golfe de Gascogne pour terrain de prédilection.

367 H. Lapeyre, Les monarchies..., p. 205 et S. de La Nicollière-Teijeiro, La marine nantaise au XVIe siècle, Annales de Bretagne, 1887-1888, p. 463-88. Cet auteur signale qu’entre 1560 et 1570, la piraterie sévit en permanence sur les côtes voisines de l’embouchure de la Loire, soit de la part des Espagnols, soit de celle des protestants. Voir aussi, V. Vázquez de Prada, op. cit., t. I, p. 54.

368 Une famille..., p. 416-8. Cet auteur ne signale aucune prise sur ce trajet de 1568 à 1585. Or, durant cette même période nous relevons 16 prises de navires sur ce parcours, dont 9 de 1569 à 1571. En somme, l’intervalle 1567-1576 permet de mesurer l’incidence de la course, beaucoup plus néfaste sur le trajet Nantes-Bilbao que ne l’a supposé H. Lapeyre.

369 Ibid. C. Gómez-Centurión Jiménez, op. cit., p. 53. Cet auteur soutient que pendant la période 1568-1573 le commerce entre les Pays-Bas, l’Angleterre et l’Espagne s’effondre. Bien que, de 1573 à 1585, l’Espagne soit en paix avec l’Angleterre, des incidents aboutissent progressivement à la rupture entre les deux puissances, ibid., p. 76 et H. Lapeyre, Les monarchies..., p. 207-8. Tandis que le premier auteur affirme que la paix entre l’Angleterre et l’Espagne est un bon stimulant pour le commerce international, le second établit une série d’incidents entre les deux puissances pendant cette période dont il est difficile de croire qu’ils favorisent le commerce.

370 C. Gómez-Centurión Jiménez, op. cit., p. 59.

371 À partir du tableau produit dans M. Basas Fernández, El esplendor del comercio..., p. 73.

372 J. Tanguy, L’exportation..., p. 200 note 18.

373 Voir H. Lapeyre, El comercio..., p. 114.

374 En accord avec la date proposée par I. Wallerstein, M. Basas Fernández affirme que la prospérité du commerce de Bilbao correspond au cycle 1450-1550, El esplendor del comercio bilbaíno durante el siglo XVI, dans Bilbao : Arte e Historia, p. 59-60. D’après notre analyse, Bilbao se rapprocherait plutôt du modèle proposé par B. Yun, Cambiamento..., p. 56.

375 V. Vázquez de Prada, op. cit., t. I, p. 62 et R. Baetens, El desarrollo social y económico de Flandes durante los siglos XV, XVI y principios XVII, dans Séminaire organisé à Anvers (16-17/11/1995), texte dactylographié.

376 C. Gómez-Centurión Jiménez, op. cit., p. 259.

377 P. Benedict, Rouen’s foreign trade during the era of the religious wars (1560-1600), The Journal of European Economic History, 1984, p. 62 et suiv.

378 H. Casado Alonso, El comercio internacional burgalés..., p. 226-7.

379 À partir des tableaux produits par I. Pulido Bueno, op. cit., p. 143.

380 P. Vilar, La Catalogne..., p. 541-2. Les chiffres d’imposition donnés par Henri Lapeyre montrent clairement que contrairement au commerce maritime, le commerce terrestre entre la Castille d’un côté, et la Navarre et l’Aragon de l’autre, est florissant surtout après le début des années 1570. Dans les relations avec l’Aragon, le principal courant commercial venait de Barcelone et Saragosse, El comercio exterior..., p. 40-4.

381 Durant un colloque organisé à Toulouse le 16/01/1997, Gilbert Larguier a affirmé que l’économie de la Méditerranée occidentale était plus vive et plus complète au XVIe siècle qu’on ne le croyait traditionnellement. Voir aussi H. Lapeyre, El comercio exterior..., p. 40 et suiv.

382 Op. cit., p. 31.

383 Voir F. Braudel, La Méditerranée..., t. I, p. 560 et suiv.

384 E. Fernández de Pinedo, Un cas régional..., p. 83.

385 A. García Sanz, El desarrollo social..., p. 12.

386 L’exemple de Medina del Campo est très évocateur de l’influence de l’État sur l’économie castillane, voir les travaux de F. H. Abed Al Hussein.

387 B. Yun, Cambiamento..., p. 81 et suiv. Au sujet de ce tissu urbain, A. García Sanz, El desarrollo social y económico de Castilla durante los siglos XV, XVI y principios del XVII, dans Séminaire organisé à Anvers, (16-17/11/1995), p. 6 et suiv. du texte dactylographié. Je remercie l’auteur de m’avoir remis le texte de sa communication avant sa publication.

388 B. Yun, Cambiamento..., p. 84.

389 J. P. Priotti, En Espagne, de nouveaux protagonistes de l’économie (XVIe-XVIIe siècles). Les muletiers yangois du Quichotte, dans 126e Congrès National des Sociétés Historiques et Scientifiques, Toulouse, Identités méridionales, p. 109-152.

390 J. Lynch, The hispanic world in crisis and change 1598-1700, 1992, p. 212.

391 Ces draps sont même en vente à Bilbao à partir de la fin du XVIe siècle.

392 À cette date, le fléau a déjà touché la Biscaye à plusieurs reprises, en 1507, 1517, 1530 mais sans altérer la tendance démographique. En revanche, celle de 1564-1568 a des conséquences plus graves tant au point de vue démographique qu’au point de vue social, E. Fernández de Pinedo, Crecimiento económico y transformaciones sociales del País Vasco 1100-1850, 1974, p. 16.

393 Pour les effets de la peste de la fin du siècle à Bilbao, je me permets de renvoyer le lecteur à mon travail, Los Echávarri : mercaderes bilbaínos del Siglo de Oro, 1996, p. 118 et suiv.

394 G. Monreal Cía, op. cit., p. 99.

395 En 1597, la flotte pour la Nouvelle-Espagne contient entre autres marchandises 14101 quintaux de fer, 221 d’acier, 17887 douzaines de ferrures, 648570 clous, 12076 (« rejas de aran ? ») certainement « de arar » socs de labour, 15242 (« declas de cuchillos ? ») sans doute des pointes (teclas) de couteaux, transcrit en espagnol dans le livre de M. Morineau, Incroyables gazettes et fabuleux métaux, 1985, p. 93-4 note 84. À Bilbao, en 1591, les ventes de fer accaparent à Bilbao près d’un tiers du total des transactions alors qu’elles n’avaient jamais dépassé 10 % du total des transactions depuis 1519-1520.

396 L. M. Bilbao Bilbao, Transformaciones…, art. cit., p. 133 et suiv. ; M. J. Echevarria Alonso, La actividad comercial del puerto de Santander en el siglo XVII, Santander, Biblioteca Navalia 4, 1995, p. 81-2, 128.

397 Michel Morineau a également noté cela pour Séville et le commerce américain, op. cit., p. 98. À la fin du XVIe siècle, les difficultés de la production, les retards des flottes, les paris et parties d’échec des banquiers et des capitalistes concourent au décollage du circuit monétaire par rapport au circuit des biens matériels d’échange. Une spirale fêlée et un système argent/argent, fort différent du circuit argent/marchandise/argent, indifférent à lui, s’est développé très au-dessus de la masse au travail.

398 Les chiffres des douanes de cette dernière ville montrent une remarquable stabilité de 1561 à 1578, et une progression à partir de cette date jusqu’en 1581, H. Lapeyre, Quelques données..., p. 8-9. Sous Henri IV, la contrebande de marchandises hollandaises s’organise autour des ports de la Rochelle, Bayonne et Saint-Jean-de-Luz qui servent d’intermédiaires au commerce vers l’Espagne, A. Girard, op. cit., p. 54-5 et M. Morineau, Bayonne et Saint-Jean-de-Luz relais du commerce néerlandais vers l’Espagne au début du XVIIe siècle, dans 94e Congrès National des Sociétés Savantes, 1969, p. 309-30.

399 D. Goodman, Spanish naval power, 1589-1665, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 129.

400 T. Guiard-Larrauri, Historia del Consulado..., p. 159 et suiv. Cet auteur précise que l’enregistrement des naves de certains armateurs de la ville et d’autres de sa rivière et côte du Señorío a été omis.

401 Au sujet des relations entre l’Espagne et la Hanse pendant cette période, on consultera, C. Gómez-Centurión Jiménez, Las relaciones hispano-hanseáticas durante el reinado de Felipe II, Revista de Historia Naval, 1986, p. 65-83.

402 C. Gómez-Centurión Jiménez, op. cit., p. 338.

403 A. Girard, Le commerce..., p. 55.

404 A.F.B., Consulado-libro de averías (1561-1612).

405 Au sujet du commerce des grains au départ de Rouen, J. Bottin, Le rôle de Rouen dans l’exportation des blés de France vers l’Europe du sud, sous Henri IV, dans Mélanges en l’honneur de J. Jacquart, 1994, p. 251-61.

406 Cela correspond également à la baisse des entrées et des sorties du port. Selon Manuel Basas Fernández, au début du XVIe siècle, le mouvement annuel du port serait de 500 navires tandis que la proportion descendrait à 300 navires à la fin du siècle.

407 Toutefois, Michel Morineau attire notre attention sur le fait que le gonflement des deux dernières décennies du XVIe siècle pour Séville a surtout résulté du rapatriement plus important de ses revenus américains par le roi. Il en a été ainsi à partir de 1585, op. cit., p. 101.

408 V. Barbour, Capitalism in Amsterdam in the 17th century, 1976 (3e éd.), p. 18.

409 Lors d’un colloque à Clermont-Ferrand, en 1985, Bartolomé Bennassar avait esquissé le découpage de l’Espagne du Siècle d’Or entre une zone du centre et une zone périphérique. Pour le XVIe siècle, il excluait le Pays Basque de la zone centrale, Centre et périphérie dans l’Espagne du Siècle d’Or, dans Centres et périphéries. Actes du XXIe Congrès des Hispanistes français, 1987, p. 10-1

410 D’ailleurs, F. Lütge affirme que le commerce interrégional, collé à l’Europe, l’emporte à 100 contre 1 sur le mince filet d’échanges amorcé entre Séville et le Nouveau Monde, cité par F. Braudel, Civilisation..., t. II, p. 355.

411 L. M. Bilbao Bilbao, Transformaciones..., p. 136.

412 E. Fernández de Pinedo, Crecimiento..., p. 27-8.

413 L. M. Bilbao Bilbao, Crisis y reconstrucción..., p. 167 et suiv.

414 A. Churruca, Minería, industria y comercio del País Vasco, San Sebastián, Editorial Icharopena, 1951, p. 12. La Biscaye possèderait 107 grandes forges et 70 petites au XVIIe siècle alors qu’elle n’en compterait que 80 au XVIe.

Table des illustrations

Titre Exportations de tissus de Nantes à Bilbao entre 1549 et 1589
Légende * Ce chiffre correspond à trois mois et demi de commerce
Crédits Sources : AHPUV ; AMN : HH 189-192
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/52741/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Exportations de Nantes à Bilbao entre 1549 et 1564
Légende * Ce chiffre correspond à trois mois et demi de commerce
Crédits Source : AMN : HH 189-192
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/52741/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende (1) D’après le tableau produit par B. Yun Casalilla, Sobre la transición al capitalismo en Castilla. Economía y sociedad en Tierra de Campos (1500-1830), 1987, p. 193. Nous ne savons pas si cet auteur a compté les associés d’une même compagnie pour un acheteur ou plusieurs. (2) Comparés avec la colonne intitulée « Nombre d’acheteurs à Bilbao en 1561 », ces chiffres rendent compte des achats réalisés par des associés.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/52741/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Principales routes commerciales atlantiques des textiles français en Espagne d’après les archives Ruiz (seconde moitié du XVIe siècle)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/52741/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Origine géographique des acheteurs de marchandises chez Alejandro de Echávarri
Crédits Sources : A.S.M.R.L.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/52741/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search