Version classiqueVersion mobile

Bilbao et ses marchands au xvie siècle

 | 
Jean-Philippe Priotti

Remerciements

À Janine et Maurice, pour leur patience
À Manu, Pierre et Nicou, mes amis de toujours
À Frédo et Gérard, où qu’ils soient
A mis amigos bilbaínos : Lourdes, Nini, Jandri y Arse

Texte intégral

1Au cours de mes déplacements dans les archives, les bibliothèques et les centres de recherche, de Séville à Londres en passant par Simancas, Valladolid, Nantes, Bruges et Anvers, j’ai eu l’occasion de rencontrer un personnel toujours soucieux de rendre ma tâche plus facile. Je l’en remercie vivement.

2À Bilbao, Salbador Ariztondo (archiviste de l’Archivo Foral de Bizkaia) m’a initié à la recherche dans les archives basques et m’a familiarisé avec la langue espagnole. En publiant mon travail sur les Echávarri, Aingeru Zabala (directeur de l’Archivo Foral de Bizkaia) a témoigné de la confiance qu’il me portait. À travers eux, je voudrais rendre hommage à la gentillesse et à la générosité dont les Bilbanais ont fait preuve à mon égard.

3À Florence, où j’ai séjourné plus de deux années, ma gratitude va tout d’abord au personnel de la bibliothèque de l’Institut Universitaire Européen, à Michael Goerke pour son assistance informatique, à Laurence Fontaine et à Kirti N. Chaudhuri pour leur aide. Au fil des longues conversations que nous avons eues ensemble, la compréhension des aspects politiques et sociaux de mon sujet s’est affinée.

4En France, les encouragements n’ont pas manqué. De précieux conseils m’ont été prodigués par Claude Carrère, Jean-Pierre Amalric, Rémy Pech et Jacques Bottin. Christiane Jammy, Delphine et Julien Coûteaux, Geneviève Le Bastard et Christine Bauza-Ruiz ont généreusement accepté de répondre à mes sollicitations tandis qu’à plusieurs reprises Nicolas Steffan résolvait mes problèmes informatiques. De même, pour le travail cartographique, l’aide de Frédéric Doorémont m’a été indispensable. Nathalie Beaumes, Michel Bertrand, Christiane Lacrampe, Marguerite-Marie Leprêtre et Raymond Mahieu, pour leur part, ont assuré les dernières relectures du manuscrit. Que tous trouvent ici un témoignage de ma reconnaissance. Enfin, ma dette envers Francis Brumont est de celles que l’on n’oublie pas. Il a guidé mes premiers pas de chercheur en Histoire moderne et a suivi de part en part l’élaboration de ce travail. Ses critiques constructives, son amabilité et sa confiance m’ont encouragé au cours de ces longues années d’étude.

© Presses universitaires du Septentrion, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search