Version classiqueVersion mobile

Moissons rouges

 | 
Édouard Lynch

Conclusion

Texte intégral

1Au-delà des spécificités propres à l’histoire du Parti socialiste dans les campagnes françaises et à sa progressive insertion dans les réseaux, la culture politique et les sociabilités villageoises, l’histoire politique et sociale des campagnes françaises contemporaines offre de larges perspectives de recherches. Sous l’angle partisan tout d’abord, la réhabilitation de la part paysanne du socialisme mérite d’être étendue aux autres formations politiques, partis et syndicats, par l’étude des idées, des hommes, des réseaux et des modalités concrètes de leur implantation. Cette démarche est indispensable pour les formations politiques anciennes, conservatrices ou radicales, dont l’influence dans les campagnes est inversement proportionnelle aux études qui leur sont consacrées. Quant aux nouvelles structures qui surgissent dans le paysage politique des années trente, comme le PSF ou le Parti démocrate populaire, elles offrent d’autres formes de renouvellement.

2Parmi celles-ci, il est indispensable d’entreprendre une prosopographie plus complète, à la fois dans l’espace – politique – mais aussi dans le temps, pour mieux cerner les spécificités de la représentation paysanne. L’exemple de la SFIO dans les années trente suggère le progressif remplacement des notables républicains par de nouvelles élites paysannes. Dans ce processus, élément central de la politisation des campagnes au XXe siècle, il importe d’étendre les limites chronologiques, en particulier vers la période de l’Occupation et de l’après-guerre, afin de saisir les continuités et les ruptures dans les modes d’encadrement politiques et professionnels du monde agricole. Le rôle joué par la Corporation paysanne – par-delà les questions idéologiques – dans la constitution d’un vaste réservoir de responsables agricoles locaux et nationaux semble déterminant pour comprendre l’évolution des représentants du monde agricole dans la seconde moitié du XXe siècle.

3Sous l'angle des pratiques, les années trente sont également une étape décisive, la crise suscitant une intervention massive et directe des cultivateurs dans le champ politique. Une émergence qui suscite des formes nouvelles de mobilisation toujours à l’œuvre aujourd’hui, en dépit des mutations radicales qu’a connues l’agriculture depuis 1950. Cette apparition de la paysannerie sur le devant de la scène politique nationale n’est pas sans lien avec le succès de l’agrarisme : les nouveaux militants qui revendiquent l’étiquette paysanne y trouvent une forme supplémentaire de légitimation de leur entrée en politique.

 

4La prégnance des thématiques agrariennes dans les débats idéologiques de l’entre-deux-guerres est une autre conclusion déterminante. Le ralliement des socialistes non seulement à la petite exploitation familiale mais aussi à la célébration des vertus morales de la paysannerie illustre la force d’attraction de l’agrarisme. L’entre-deux-guerres est la période d’épanouissement la plus nette de cette idéologie. La conjonction des séquelles idéologiques de la guerre, l’apparent immobilisme des structures foncières confortent le triomphe d’un modèle économique français reposant sur la propriété paysanne et permettant d’échapper à la concentration et à la lutte des classes. La paysannerie, que l’agrarisme s’attache à présenter comme homogène, est parée de toutes les vertus attachées au passé face à une modernité nécessairement décadente.

  • 1 Thiesse (A.-M.), Ils apprenaient la France : l'exaltation des régions dans le discours patriotique,(...)

5L’histoire de l’agrarisme, au-delà des logiques strictement partisanes et des discours politiques, s’agrège à une histoire plus large, celle des représentations, littéraires, picturales et de plus en plus cinématographiques. Les images du paysan véhiculées par ces différents supports témoignent à leur tour du difficile rapport à la modernité ainsi que de la permanence des stéréotypes. La littérature paysanne connaît alors son apogée, renforcée par la vigueur du courant régionaliste1. Dans un cas comme dans l’autre, l’agrarisme est inséparable du nationalisme et de l’exaltation du modèle de civilisation qu’incarne la nation française et dont Vichy va se prétendre le dépositaire.

  • 2 23e colloque de l’Association des ruralistes français. Agrariens et agrarismes, hier et aujourd'hui (...)

6Cette dimension nationaliste mène naturellement l’historien vers une histoire comparative de l’agrarisme européen. L’exaltation des vertus terriennes et paysannes n’est pas limitée à la France. Les inquiétudes relatives aux difficultés de l’agriculture sont présentes dans l’Angleterre des années trente, où la transformation de l’agriculture est déjà largement acquise. Les régimes totalitaires, fascistes et nazis, usent massivement des métaphores terriennes et paysannes2.

 

7L'étude de la vie politique au village s’impose comme un autre axe de recherche. En dépit des contraintes nées d’une enquête conduite dans une perspective nationale et comparative, l’importance des logiques collectives dans l’engagement politique des campagnes est apparue avec netteté. L’unanimisme villageois s’impose souvent comme un obstacle de premier ordre à la mutation des fidélités politiques traditionnelles ; dans les communes rurales, qui vivent dans une situation de relative autarcie, l’adhésion partisane est moins aisée si elle n’est pas collective. Ce facteur explique en particulier le décalage existant entre le vote et l’adhésion militante, mais aussi le dédain des élites urbaines et administratives pour qui la politique au village n’est qu’une « affaire de clocher », dominée par les rivalités locales, nécessairement mesquines.

8Or, l’intensité de la mobilisation politique dans les années trente montre au contraire la pénétration croissante des enjeux nationaux, qui se coulent dans les pratiques villageoises. Les manifestations collectives autour des monuments aux morts, des bals ou des banquets témoignent de la diversité et de la richesse d’une sociabilité villageoise, support naturel de la sociabilité politique. L’implantation du socialisme dans les campagnes en a fourni quelques exemples, mais il faudrait, là encore, élargir le champ de l’enquête. Le dynamisme des associations catholiques ou les formes particulières de la sociabilité communiste offrent de vastes perspectives comparatives.

9L’étude de la vie politique au village exige enfin de s’intéresser au processus de filiation et d’enracinement des traditions partisanes. Au-delà des déterminants économiques, religieux, ou même historiques traditionnellement invoqués, d’autres facteurs existent, qui appartiennent à l’histoire fine des collectives villageoises, avec des temps de fidélité et des temps de rupture. Les modes d’appropriation et de recomposition des pratiques et des discours issus de la société englobante, dans une société villageoise de plus en plus intégrée à l’espace national apparaissent dès lors comme un des champs les plus féconds du renouveau des recherches sur la politique et la paysannerie contemporaine.

Notes

1 Thiesse (A.-M.), Ils apprenaient la France : l'exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 1997.

2 23e colloque de l’Association des ruralistes français. Agrariens et agrarismes, hier et aujourd'hui, en France et en Europe, Lyon, 27-29 octobre 1999, Paris, Librairie de l’Histoire, à paraître.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search