Version classiqueVersion mobile

Moissons rouges

 | 
Édouard Lynch

Épilogue : l’appel de Vichy

Texte intégral

  • 1 L’Effort, 27 juin 1941.
  • 2 Camille Peters, Parti Socialiste (SFIO), XXVIIe Congrès National tenu à Bordeaux les 8, 9, 10 et 1 (...)
  • 3 Noiriel (G.), Les origines républicaines de Vichy, Paris, Hachette, 1999, 335 p.

1« Puisque le Maréchal vous couvre, dans toute la plénitude de ses responsabilités, à collaborer avec l’Allemagne, dans l’œuvre de restauration et de résurrection européenne, « collaborons » sans réticences, sincèrement, ouvertement, cordialement, résolument.1 » Par ces propos tenus quelques mois avant sa disparition dans le journal L’Effort, Compère-Morel, « le grand prêtre de la doctrine socialiste en matière paysanne2 » apporte sa contribution, agrarienne, aux débats sur les racines républicaines de Vichy3. D’autant que son ralliement n’est pas isolé et que d'autres responsables socialistes, investis dans les questions agraires, s’engagent sans ambiguïtés au côté du nouveau régime et en particulier de sa politique agricole. Incontestablement, un certain nombre de thématiques développés par les socialistes dans les années trente trouvent dans Vichy une forme d’aboutissement et facilitent les convergences.

  • 4 Braibant (M.), L’Europe, espace vital de l’agriculture française, conférence du 25 septembre 1941,(...)

2Toute simplification ou tout déterminisme n’en est pas moins à proscrire. Tandis que quelques anciens parlementaires ou publicistes, comme Marcel Braibant, mettent autant d’empressement à célébrer la collaboration agricole avec l’Allemagne4, qu’ils chantaient auparavant les louanges du Front populaire agricole, d'autres s’engagent du côté de la défense de la République et de la nation. C’est le cas de Tanguy-Prigent, replié sur ses terres de Bretagne, qui met sur pied les bases de la Confédération générale agricole, action qui lui permettra de devenir, en 1944, le ministre de l’Agriculture du Général de Gaulle. Derrière ces quelques figures emblématiques, c’est tout un champ de recherche qui s’ouvre, celui du devenir de la paysannerie – et de ses responsables – sous le régime de Vichy.

  • 5 L’Œuvre, 19 janvier 1941, « De la terre aux souliers », L’Œ.
  • 6 Edwards (H.R.), À la recherche du Maquis, Paris, Cerf, 1997, 480 p. ; Douzou (L.), « Monde rural e (...)

3Une histoire qui devrait surmonter le poids écrasant du discours sur la terre produit par Vichy, autour de son « maréchal paysan [qui] parle bien quand il laisse parler en lui la longue suite de ses ancêtres anonymes, roturiers et paysans5 », pour se pencher davantage sur l’attitude des campagnes et des exploitants agricoles par rapport au régime. Il importe pour cela de mieux connaître les stratégies d’adaptation des organisations professionnelles et de leurs dirigeants, conservateurs ou modérés, tout comme il convient de mettre en évidence l’ambivalence des rapports entretenus par la paysannerie avec le nouveau régime, l’occupant et la résistance6.

Notes

1 L’Effort, 27 juin 1941.

2 Camille Peters, Parti Socialiste (SFIO), XXVIIe Congrès National tenu à Bordeaux les 8, 9, 10 et 11 juin 1930, op. cit., p. 340.

3 Noiriel (G.), Les origines républicaines de Vichy, Paris, Hachette, 1999, 335 p.

4 Braibant (M.), L’Europe, espace vital de l’agriculture française, conférence du 25 septembre 1941, Paris, Groupe Collaboration, 1945, 24 p.

5 L’Œuvre, 19 janvier 1941, « De la terre aux souliers », L’Œ.

6 Edwards (H.R.), À la recherche du Maquis, Paris, Cerf, 1997, 480 p. ; Douzou (L.), « Monde rural et résistance : entre histoire et mémoires », Ruralia, no 4 1999 pp. 101-122.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search