Version classiqueVersion mobile

Moissons rouges

 | 
Édouard Lynch

Troisième partie. Le temps des affrontements : du Front populaire à Vichy (1936-1940)

Chapitre IX. Incertitudes doctrinales et convergences agrariennes

Texte intégral

1Marquées par une intense mobilisation agraire, les années trente sont peu fécondes sous l’angle doctrinal. Le congrès de Bordeaux, susceptible de faire le point en ce domaine, est court-circuité par les prodromes de la crise. Celui de Limoges, exclusivement dédié aux questions agricoles, est d’abord un programme de gouvernement bien plus qu’une réflexion sur le statut économique et social de la paysannerie au sein d’une société socialiste et capitaliste. Les contraintes de l’exercice du pouvoir accélèrent la disparition presque totale des débats théoriques sur la grande exploitation ou sur la mécanisation. La seule concession à la lutte des classes est le renouveau de l’attention portée aux revendications du prolétariat agricole, dans le prolongement des grèves des étés 1936 et 1937. L’essentiel du discours et de l’action de la SFIO se concentre désormais sur la défense et la mise en valeur de la petite exploitation paysanne et dessine les contours d’un agrarisme socialiste qui, notamment chez les syndicalistes, s’accompagne d’une prise de distance croissante à l’égard du modèle républicain.

I. Les incertitudes doctrinales

Une doctrine en sommeil

  • 1 Le Populaire, 29 novembre 1936, « Bonnes feuilles – Visite au Kolkhoz », Charles Vildrac.

2Les thèmes de la concentration et de la collectivisation des grandes propriétés agricoles qui, en théorie, font toujours partie du programme du parti disparaissent presque totalement du Populaire. Ce phénomène, particulièrement remarquable pour la collectivisation, va de pair avec l’absence de débat sur les mérites comparés de la petite et de la grande exploitation. Un grand silence continue de régner sur le cas soviétique : après quelques articles favorables au début du Front populaire, les références à l’expérience agraire soviétique s’évanouissent. La publication par le quotidien socialiste, en novembre 1936, de quelques extraits du livre de Charles Vildrac fait figure d’exception : « Les affaires du kolkhoz [sic] sont prospères, nous confie l’ingénieur agronome qui nous accompagne depuis Gagry ; et le camarade président a pu mettre, pour son compte, trente mille roubles à la caisse d’épargne.1 » Mais ce texte vient en page littéraire, espace peu propice aux réflexions théoriques !

  • 2 Le Populaire du Centre, 26 mars 1936, « Les « Kolkhozes » constituent l’élément le plus intéressant (...)

3Cette stratégie du silence est propre au quotidien parisien. En province, certaines appréciations sont plus favorables. Le Populaire du Centre publie l’enquête de deux membres du Bureau international du travail qui confirme les apports bénéfiques du kolkhoze : « C’est un système agricole différent à la fois de l’exploitation individualiste en Europe occidentale et de l’exploitation coopérative pratiquée en certains pays. [...] Dans les territoires de l’URSS où l’agriculture avait été pauvre jusque-là, l’amélioration des cultures et l’accroissement du rendement obtenu par l’exploitation collective a rendu les paysans de plus en plus favorables à ce système.2 » Ce texte élogieux est publié en pleine période électorale.

  • 3 Le Populaire, 18 décembre 1939, « Ce que Staline veut « civiliser » à coups de canon... Les paysans (...)

4La résurgence des tensions entre les deux partis rend vite ce type d’appréciation aussi inutile qu’incongru. Après septembre 1939, au moment de l’agression russe contre la Finlande, il n’est plus question d’un modèle soviétique : « Certes, nous n’irons pas comme certains, par aveuglement politique, jusqu’à nier les progrès techniques, notamment en motoculture, de l’agriculture collectivisée de Russie soviétique et, à notre avis, il n’est point possible de l’assimiler au système nazi. [...] Seulement, il est un fait : socialement et politiquement, le paysan finlandais jouit d’avantages que n’a jamais connus le paysan russe. En même temps, qu’il accédait au droit de propriété, il conquérait un bien inestimable en ce monde : la liberté. Et c’est sans doute cela que Staline veut lui arracher.3 » Après la parenthèse et les espoirs du front commun, les socialistes se replient sur les positions définies durant les années vingt : les expériences agricoles conduites en Russie soviétique n’ont pas de valeur tant qu’elles sont menées dans la coercition.

  • 4 Le Populaire, 14 janvier 1939, « Marx n’a pas menti... Capitalisme et paysannerie », Marcel Guerret
  • 5 Guerret (M.), Le paysan socialiste, Montauban, Imprimerie J. Busson, 1938, p. 12.

5L’un des rares articles traitant du sort de l’exploitation paysanne est publié en 1939 par Le Populaire4. Les arguments de Marcel Guerret, député du Tarn-et-Garonne reflètent la pauvreté des débats, chez celui qui succède en juillet 1939 à Justin Arnol à la tête de la commission agraire du parti. Il a publié l’année précédente une brochure consacrée au paysan socialiste où la question de la propriété est maladroitement évacuée : « Où est la vérité ? Il est peut-être téméraire de se prononcer. Tant d’éléments interviennent dans un aussi vaste problème que la prédominance de l’un ou de l’autre risque d’orienter le jugement en sens contraire. L’erreur serait précisément de généraliser des conclusions qui ne sont justes qu’appliquées à des cas particuliers. Nous nous bornerons à constater ici que, dans notre pays tout au moins, ou mieux dans les pays de démocratie avancée, la solution du problème de la possession peut être différée, et que l’amélioration de l’exploitation est un problème en soi, qui peut être traité indépendamment de l’autre.5 »

6Cette construction confuse révèle les contradictions d’un socialisme qui, en matière agricole, est de plus en plus éloigné de l’un des principes fondateurs du marxisme : la généralisation de l’exploitation collective. L’essentiel est ailleurs, dans les politiques de réalisations, seules susceptibles de porter un remède immédiat au sort des classes exploitées de la société.

Redécouvrir le prolétariat rural

  • 6 Pierre-Bloch, Jusqu’au dernier jour – Mémoires, Paris, Albin Michel, 1983, p. 60.

7Si le thème de la concentration capitaliste n’a plus lieu d’être, le Front populaire permet au moins aux socialistes de redécouvrir l’existence d’un prolétariat rural. Les mouvements grévistes, les succès électoraux dans certains départements de grande propriété comme l’Aisne6 et la concurrence communiste ont favorisé ce phénomène. Les affrontements entre grévistes agricoles et groupes de Chemises vertes rangent les salariés de la terre du côté des victimes du fascisme.

  • 7 Le Populaire, 1er novembre 1933, « Les louées de la Toussaint – Honteuse exploitation du prolétaria (...)
  • 8 Le Populaire, 6 avril 1937, « Comment font-elles ? », J.-B. Séverac.

8Certes, la presse socialiste s’est toujours appliquée à décrire les conflits récurrents touchant certains secteurs à fort prolétariat agricole, telle la viticulture, mais sans les utiliser comme un axe privilégié de revendication. Une première évolution s’est produite à la faveur de la crise et de sa répercussion sur les salaires des ouvriers agricoles, avec la publication de quelques articles sur les « louées », survivance d’un autre âge où hommes, femmes et enfants demeurent soumis, tel du bétail, au bon vouloir des propriétaires7. Mais ce sont bien entendu les grèves de 1936 et la difficulté de faire appliquer les lois sociales aux salariés agricoles qui alimentent ce nouveau discours. Dès 1937, avant même la chute du gouvernement, Jean-Baptiste Séverac s’émeut des conditions d’existence du prolétariat agricole, citant l’exemple de l’Eure : « Les produits du sol ont été revalorisés, mais non pas les salaires de nos journaliers. Les propriétaires ignorent les caisses de compensation qui permettraient de relever les salaires des ouvriers pères de familles. Je ne veux pas croire qu’elles soient complices. Quant à l’organisation syndicale, qui permettrait au prolétariat agricole de se défendre, ce prolétariat sait si bien qu’elles représailles il risquerait en y entrant qu’il aime mieux s’en garder.8 » L’argument de l’extrême dépendance du prolétariat agricole, obstacle majeur à son éveil politique, est repris mais désormais, les socialistes adoptent une attitude plus « offensive ». Pendant les mois suivants, les conflits qui renaissent et les affrontements avec les troupes dorgéristes attirent l’attention sur la situation des travailleurs agricoles, même si l’on continue à prôner l’action parlementaire plutôt qu’un affrontement direct.

  • 9 Le Populaire, 5 février 1938, « Le statut moderne du travail et les ouvriers agricoles », Lambin.

9Leurs revendications sont aussi relayées par les élus des départements de grande culture. Paul Lambin, député de l’Aisne, regrette que les nouveaux droits introduits dans le monde du travail laissent de côté les travailleurs ruraux qui sont, plus que les autres, victimes de la toute puissance patronale : « Et s’il est des salariés qui ont le plus besoin d’être protégés, ce sont justement ceux de la terre qui trop souvent, et surtout dans les grandes exploitations agricoles, se trouvent sans défense et ne peuvent se soustraire à l’arbitraire patronal. Ils sont souvent quelques-uns seulement dans ces fermes isolées, nourris et logés par le patron. Ils ne peuvent se syndiquer, ou ils doivent se faire inscrire au syndicat directement sous la coupe patronale. Combien d’entre eux ont été jetés brutalement dehors à la suite des grèves de 1936, simplement parce qu’ils avaient adhéré à la CGT ? Ils doivent subir les menaces, les brimades passivement, ou ils risquent de perdre leur travail sans possibilité d’en trouver dans la même région. Les récalcitrants sont signalés aux fermiers du voisinage et sont considérés comme “meneurs indésirables".9 » Les députés suivent donc de près l’évolution des conflits agricoles et la difficile mise en place d’une législation ouvrière. Sans parler d’une rupture, il suffit de rappeler qu’au cours des années vingt Chaussy, porte-parole du prolétariat agricole, était plus isolé.

  • 10 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 10 juin 1938, p. 1360.

10Contre la propagande agrarienne qui exalte l’unité du monde rural, les socialistes réaffirment la permanence de la lutte des classes aux champs, principalement dans les grandes exploitations. Au cours des interpellations agricoles de mars 1938, Quinson oppose aux promoteurs du retour à la terre les réalités du partage des richesses : « Vous voulez le retour des jeunes à la terre ? Nous aussi. Mais alors demandez aux seigneurs terriens, qui possèdent plusieurs milliers d’hectares [...] de rendre à la collectivité ce qui lui revient et la jeunesse, heureuse, accourra vers le travail des champs qui reste le plus beau.10 » La mise en cause des privilèges et des injustices que perpétue la grande propriété rurale est une des nouvelles orientations du discours de la SFIO durant les années du Front populaire. Sans être une « innovation », cette thématique avait été éclipsée durant les années précédentes par la priorité accordée aux petits exploitants. Désormais, les socialistes se sentent suffisamment « en confiance » auprès de ces derniers pour mettre l’accent sur la défense du prolétariat agricole, quitte à « bousculer » quelque peu la moyenne paysannerie.

Le rôle central de l’exploitation paysanne et de la petite propriété

11Du point de vue de la doctrine agricole, l’expérience gouvernementale du Front populaire consacre la prépondérance absolue de la petite propriété et de sa défense. Ce principe, présent dès les origines du socialisme français, est renforcé par la rupture de 1920. L’étape du Front populaire, avec un ministre de l’Agriculture socialiste, donne à cette doctrine une dimension pratique. Il est désormais possible d’opposer aux adversaires politiques qui continuent à flétrir les partageux, non plus seulement la litanie des « citations doctrinales » des grands théoriciens du parti, mais aussi des réformes concrètes, des projets de loi et des prises de position devant le pays tout entier.

  • 11 Le Populaire, 20 février 1937, « Un pas vers l’organisation de la production agricole » P. Ridet.

12La petite propriété paysanne occupe en effet une place centrale dans toutes les lois votées ou proposées par la SFIO de 1936 jusqu’à la guerre. Pierre Ridet martèle ce thème à plusieurs reprises, se laissant parfois emporter par son enthousiasme : « Et ce qui certainement inquiète le plus nos pourfendeurs de socialisme, c’est de constater, ainsi que Georges Monnet le soulignait récemment à la tribune de la Chambre, que c’est un ministre socialiste qui aura le mieux défendu la petite propriété paysanne et même aura permis l’accession de nombreux fermiers, métayers et voire d’ouvriers agricoles à cette petite propriété.11 » L’accession à la propriété des ouvriers agricoles, un des piliers du consensus républicain, était jusque-là contestée par la SFIO au nom de la lutte des classes et du dépérissement inéluctable de l’exploitation parcellaire en régime capitaliste.

  • 12 Le Populaire, 6 août 1938, « La petite propriété paysanne », Paul Lambin.

13Deux ans plus tard, la page agricole du Populaire reproduit un article de Paul Lambin publié par la revue Études socialistes sur « La petite propriété paysanne », dans lequel il explique que seul le socialisme est parvenu à renforcer celle-ci, étouffée par le capitalisme : « C’est pourquoi les petits propriétaires acceptent avec reconnaissance toutes les mesures qui doivent les protéger contre la spéculation. Ils en réclament d’autres : ainsi certains producteurs de notre région nous ont reproché le prix trop bas de leurs pommes de terres, lors de la dernière récolte : ne trouve-t-on pas, dans ce reproche, le plus sûr hommage envers le socialisme. Aussi, les uns après les autres, y viennent-ils pour lui rester fidèles. Ils sentent bien que là seulement est la protection efficace, la sécurité définitive.12 »

  • 13 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 20 mai 1937, p. 1519.
  • 14 Ibid., p. 1531.

14Les socialistes se présentent donc comme les protecteurs d’une propriété paysanne mise en valeur par son propriétaire. Sa défense provoque parfois des tensions avec d’autres catégories professionnelles, notamment les fermiers. Ainsi, au cours de la discussion de la loi sur la propriété culturale, le gouvernement subit la pression des députés de l’Ouest qui veulent protéger le fermier face à son propriétaire. La possibilité pour un propriétaire de congédier son fermier pour y installer ses enfants ou ses ascendants est notamment jugée trop pénalisante pour le fermier. Monnet, nous l’avons évoqué, réaffirme la pérennité de la doctrine, qui privilégie les intérêts du propriétaire sur ceux de l’exploitant13. Même si la « modération » de Monnet et du gouvernement a surtout pour but d’apaiser les réticences du Sénat, cette mise au point « doctrinale » illustre parfaitement la place prépondérante dévolue à la petite propriété. D’ailleurs, l’un des alinéas du texte prévoit que le propriétaire ne pourra résilier le bail de son fermier s’il souhaite réunir cette parcelle à une propriété plus grande. Le rapport justifie une telle mesure « par cette considération qu’il a paru indispensable, au gouvernement, d’éviter la concentration de la petite propriété14 ». Tout en visant à protéger le fermier, le texte tente de freiner le processus de concentration. Ce point de détail, dans un texte de loi qui ne connaîtra aucune application pratique, reflète l’évolution des positions et l’épanouissement d’un agrarisme socialiste.

II. L’épanouissement de l’agrarisme socialiste

Vers le retour à la terre « socialiste »

  • 15 Le Populaire, 4 février 1937, « Georges Monnet à l’Assemblée des présidents des Chambres d’agricult (...)

15L’importance accordée à la propriété paysanne mène presque inexorablement à la dénonciation de l’exode rural et à la promotion du retour à la terre. Pour le premier, toutes les mesures concrètes en faveur de la paysannerie sont supposées lutter contre la désertion des campagnes. Georges Monnet lui-même en fait la cheville ouvrière de sa politique qu’il présente devant l’Assemblée permanence des présidents des chambres d’agriculture, au début de 1937 : « Nous arriverons ainsi à ressusciter en France la confiance totale du monde rural qui, alors, cessera d’abandonner la campagne. Je crois que nous sommes précisément au point de l’évolution des sociétés où l’on peut renverser la vapeur. Je ne veux pas m’approprier la déclaration d’un sénateur éminent, M. Joseph Caillaux, qui disait que la France est un pays à prépondérance rurale. Peut-être le mot de prépondérance est-il un peu excessif et dépasse-t-il un peu la réalité. Je crois, quant à moi, que la France ne doit pas voir une diminution supplémentaire de sa population agricole, non plus qu’une diminution de son économie agricole. Si l’on fait le bilan exact et sincère de l’importance de l’économie agricole dans l’économie nationale, on s’aperçoit qu’elle peut être qualifiée de capitale et qu’il n’y a pas de prospérité nationale sans prospérité agricole. Nous présentons un ensemble de mesures agricoles constituant un système cohérent, qui nous permettra d’enrayer l’appel de la ville et de donner à nouveau à la vie de chacune de nos communes, sa réalité véritable, son bonheur, sa tranquillité.15 »

  • 16 Le Populaire, 21 mai 1938, « En faveur du retour à la terre – Les centres d’apprentissage agricoles (...)
  • 17 Le Populaire, 4 juin 1938, « Le domaine-retraite ».

16De là découle la nécessité d’un retour à la terre dont les socialistes avaient longtemps dénoncé le caractère illusoire. La crise économique, la forte poussée du chômage urbain sont autant de facteurs qui incitent à l’envisager sous un angle plus favorable. Tel est le sens d’un article publié en 1938 qui détaille le but et les moyens à atteindre : « À notre époque où l’abandon des campagnes pose un problème angoissant pour l’avenir de l’agriculture française, il était nécessaire qu’un effort fût entrepris pour inciter non seulement les fils des cultivateurs à rester aux champs, mais encore d’attirer à la campagne de jeunes citadins. C’est ce que se sont proposés [sic] les centres d’apprentissage agricole et horticole que le ministre de l’Agriculture subventionne et contrôle officiellement. » Outre des compétences pratiques, il importe de posséder des aptitudes physiques et surtout morales : « Aptitudes morales. – Bien plus que le travail d’atelier industriel ou de bureau, le travail agricole exige patience, ténacité et faculté de rebondissement. C’est une des professions où, souvent, l’effort, même poursuivi rationnellement, connaît l’insuccès : au moment d’en récolter le fruit, une intempérie, une épizootie, une épiphytie, une mévente ruine l’espoir du producteur. Celui qu’un tel contretemps décourage ne doit pas exercer ce métier : un cas de force majeure lui apporte une déception, le vrai cultivateur puise dans cette déception même l’énergie qui l’excitera à redoubler son effort.16 » Quelques mois plus tard, Le Populaire vante un décret-loi facilitant l’accès des retraités à l’acquisition d’un petit lopin : « Ce décret-loi n’est pas seulement inspiré d’un profond sentiment de solidarité humaine. Il obéit au double désir de décongestionner les centres urbains en réduisant la clientèle, hélas trop nombreuse des taudis, et d’enrayer l’exode rural.17 »

  • 18 La Volonté paysanne, 1er octobre 1938, « Pour enrayer la dépopulation des campagnes », Jean Descham (...)
  • 19 Le Populaire, 15 août 1938, « Le Congrès de la Confédération Nationale Paysanne », Joseph Corrial.
  • 20 L’Émancipation paysanne, 20 février 1937, « Les Jeunesses paysannes », Raymond Gontier.

17Le thème suscite chez les syndicalistes paysans des réactions plus mesurées, car la fierté professionnelle les rend sceptiques sur un éventuel retour à la terre des ouvriers. La dimension morale n’est jamais très éloignée et ceux qui ont cédé aux sirènes de la ville sont définitivement perdus : « Faire revenir à la campagne ceux qui l’ont quittée, il n’y faut pas compter ; parce que ceux qui sont partis, habitués aux journées de huit heures, toujours à l’abri, aux apéritifs frelatés et nocifs dans les assommoirs illuminés et bruyants, n’avoueront jamais qu’au milieu de ces plaisirs faciles, ils ne sont pas si heureux qu’à la campagne, car dans les ateliers où le travail est chronométré ou à la chaîne, ils ne respirent pas à pleins poumons et ils vivent dans un manque absolu de liberté.18 » Les stéréotypes sur la ville « tentaculaire », ses plaisirs faciles, ses assommoirs et ses vices expliquent la fascination malsaine qu’elle exerce sur les travailleurs des campagnes. Pour autant le retour à la terre, bien que ne figurant pas dans la résolution de politique agricole adoptée par le congrès national de Royan, est réclamé par Calvayrac au congrès de la CNP en août 1938, à Avignon : « Il préconise aussi le retour à la terre pour lutter contre le chômage par la mise à la disposition des chômeurs des terres abandonnées, et conclut en demandant le respect de la propriété indivisible, insaisissable et inaliénable.19 » Plus précis encore, le rapport sur « Les jeunesses paysannes » présenté au congrès de la CNP à Clermont-Ferrand suggère le vote d’une loi « accordant à tout jeune paysan qui voudrait se créer un foyer, une subvention à long terme qui pourrait aller de vingt à cinquante mille francs, pour l’acquisition de la petite propriété rurale, instrument de travail. C’est peut-être demander beaucoup, mais il me semble qu’il n’y a que ce moyen essentiel pour maintenir la jeunesse paysanne à sa terre natale, moyen qui est juste, car on n’a rien donné jusqu’à ce jour aux jeunes paysans, alors que l’on donne des bourses qui ne sont jamais remboursées aux jeunes qui sont sur les bancs des écoles supérieures pour en ressortir parfois plus bêtes que quand ils y sont rentrés.20 » Le jugement critique porté sur le système de promotion républicaine – qui contribue à vider les campagnes – est pourtant traditionnellement prisé par les conservateurs... La célébration des « valeurs paysannes éternelles » est un autre facteur de convergence.

Nature paysanne

18La question de l’altérité paysanne est au cœur de l’agrarisme. Par ses liens maintenus avec les « forces de la nature », le travailleur de la terre serait garant d’un rapport particulier au monde. Son labeur quotidien le mettrait en contact avec les éléments dont il tire des richesses, matérielles et spirituelles, inaccessibles à l’ouvrier et à l’habitant des villes.

  • 21 Le Populaire, 21 mai 1937, « Sur la route parlante », André Février.

19Inséparable des réflexions sur l’identité régionale, la mise en scène des contacts entre paysans et socialistes utilise des thèmes traditionnels de l’agrarisme. Au cours d’un déplacement de Léon Blum dans le Limousin, à l’occasion de l’inauguration d’un monument à la mémoire d’Adrien Pressemane, le compte rendu d’André Février donne le ton : « Ils sont là ces braves gars du Limousin, paysans rudes, artistes délicats, attachés à leurs terres qu’ils fécondent ou qu’ils modèlent... » L’homme auquel le chef du parti et du gouvernement rend hommage est l’incarnation de ces valeurs paysannes : « Adrien Pressemane alliait en lui, sans heurt, la finesse et la force. [...] Il affectionnait, à la façon du rude paysan, son ami, le fruit lentement mûri qui se détache de l’arbre judicieusement cultivé... Il avait horreur du « choc en retour », du repli, de la retraite. Il avait les pieds sur terre.21 » L’auteur reprend des thèmes classiques comme celui de la « lente sagesse » du paysan. Celui-ci est d’un « naturel méfiant », mais, une fois sa conviction emportée, il n’est pas de plus sûr appui. Cette fermeté de l’adhésion, cette détermination dans l’engagement attribuées ainsi au paysan ne sont pas sans portée politique, au moment où les dirigeants du parti s’inquiètent des conséquences de la pause en milieu rural...

  • 22 Le Populaire, 23 juillet 1938, « Le grand méconnu... Le travail de la terre », Suzanne Lacore.

20La valorisation de la paysannerie n’apparaît pas seulement à travers le prisme régionaliste. Des articles plus généraux alimentent les réflexions sur la « nature paysanne », tel celui de Suzanne Lacore, secrétaire d’État du gouvernement Blum, qui dénonce l’injustice des préjugés pesant sur le paysan, exploité sans vergogne depuis des siècles : « L’homme de la campagne possède des qualités profondes, substantielles. Il y a dans ce formidable réservoir de valeurs humaines des richesses d’intelligence, de sérieux, de jugement, d’opiniâtreté dans le labeur, sur lesquelles nous pouvons appuyer une action éducative féconde. La femme, en particulier, si nous savons faire envers elle acte de compréhension fraternelle et confiante, ne restera pas plus longtemps étrangère à nos efforts. Pour cela, travaillons à la connaissance des milieux de la terre, arrachons-les à leur timidité passive, à leur résignation fataliste, appelons-les à la lumière.22 » Ces vertus paysannes, demeurées à l’état brut, doivent être révélées par un travail d’éducation.

  • 23 La Volonté paysanne, 5 mars 1939, « L’Heure des paysans », de Richemond.

21La presse syndicale agricole est un autre vecteur privilégié d’exaltation de l’altérité paysanne. Un des « théoriciens » des Foyers paysans, Roger de Richemond, s’étend longuement sur les méfaits de l’industrialisation : « Et cependant, dans notre monde mécanisé, ce sont ceux de la terre qui maintiennent ce qu’il y a de permanent dans l’homme ; ils portent un témoignage de vérité, la concordance avec les lois de la nature les guide, ils font fi de la vitesse qui violente les normes auxquelles nous sommes soumis, et leur pensée reste libre sans qu’on puisse la couler dans un moule uniforme. À l’heure où le monde actuel – édifié sur l’égoïsme, le faux luxe et la frénésie de l’or et de la jouissance – agonise, les paysans et les artisans ruraux doivent prendre conscience de l’immense valeur de la civilisation qu’ils représentent. Leur connaissance du monde extérieur a pour base les forces vitales patiemment observées : ils possèdent les secrets des saisons, du vent, du soleil, de la pluie, du sol, des graines et des greffes. Ils savent les vertus des herbes et, de l’abeille au cheval, toutes les bêtes sont à leur service. En face de l’artificiel et du transitoire, ils représentent le naturel et l’éternel. En face de l’uniformisation mécanique, ils proclament la joie de créer dans la variété. En face du gigantesque et du monstrueux, ils gardent l’équilibre et la mesure. En face de la servitude, ils sont les derniers tenants de la liberté. En face des troupeaux humains que l’on excite les uns contre les autres, ils maintiennent les droits imprescriptibles de la personne humaine qui demande à s’épanouir dans la paix. Qu’ils se préparent et s’unissent : leur heure viendra.23 » L’auteur de ce texte n’est pas un cultivateur, les plus diserts sur les mystères de la paysannerie étant presque toujours des « intellectuels urbains ». Il offre néanmoins un condensé du refus de la modernité industrielle et du progrès auxquels le travail de la terre ne pourra jamais être soumis : nous sommes là au cœur de l’altérité paysanne.

 

  • 24 Ragon (M.), Histoire de la littérature prolétarienne, Paris, Albin Michel, 1975, 316 p.
  • 25 Le Populaire, 31 mai 1937, « Coup d’œil sur la littérature paysanne », Francis André.

22L’émergence de la littérature paysanne au sein du Populaire est un mode privilégié d’accès à la compréhension de « l’âme paysanne ». Ce courant s’inscrit dans la filiation de la littérature prolétarienne24, en particulier par la mise en avant de la valeur du travail. Mais elle célèbre également les vertus exclusives de la civilisation terrienne. Francis André, dans la rubrique littéraire, la replace au centre d’une large perspective : « Deux courants spirituels ont fortement sillonné la production littéraire de ces dernières décades : l’introspection psychologique et le besoin individuel d’évasion. Période troublée de l’histoire humaine, la guerre mondiale, la crise économique, les conflits sociaux et la lourde inquiétude qui pèse sur l’avenir du monde... Or, il s’est fait que de nombreux écrivains, soit par inaptitude ou bien suggestionnés par un idéalisme faux, ont volontairement fermé les yeux et les oreilles au grand tumulte humain qui les environnait. Au lieu de se mêler d’une façon directe et active à la vie de leur temps, ils ont préféré se replier sur eux-mêmes. Ils sont descendus parmi les mystères et les contradictions, les incohérences de leur propre moi ; ou bien ils s’en sont allés, par le paquebot ou le pullman vers d’illusoires découvertes. Cela nous a valu une littérature sursaturée de psychanalyse déliquescente, de perversion sexuelle, d’exotisme superficiel et tapageur. » Heureusement, le salut est venu, grâce au retour au peuple et aux racines : « On éprouve aujourd’hui un vaste besoin de nature. On a besoin d’air, de lumière et d’espace. On cherche à revenir aux choses essentielles, aux choses qui sont demeurées intactes et propres dans la nature et dans la vie. La classe ouvrière et paysanne en qui sont encloses d’immenses réserves et possibilités se trouve de ce fait à l’honneur.25 » Les auteurs paysans dont il dresse un bref panorama sont donc investis d’une mission essentielle, celle de retrouver le chemin du vrai contact avec la nature. Autour de la figure emblématique d’Émile Guillaumin, se rattachent deux autres « authentiques écrivains paysans », Philéas Lebesgue et Joseph Voisin. Quant aux « écrivains paysans », Pourrat, Ramuz, Gachon, Gerbe ou Massé – même si leur vision du monde n’est pas uniforme – ils sont qualifiés de grands connaisseurs de la sphère paysanne.

  • 26 Le Populaire, 14 février 1937, « Jules Vallès, poète des champs et vieil ouvrier des luttes sociale (...)

23Par-delà ces classifications, il convient de s’intéresser à l’image que ces auteurs construisent de la paysannerie. Les portraits paysans ne sont jamais « gratuits » et viennent souvent conforter la nécessité d’une union entre les travailleurs. Léon Gerbe, dans un article dédié à Jules Vallès, affirme que le poète révolutionnaire, le chantre de la Commune, doit l’essentiel de son engagement à ses origines rurales : « La marque secrète de cette terre tourmentée [l’Auvergne], le biais farouche, indépendant du Vellague, justifient et donnent une assise singulièrement solide à l’attitude constante du réfractaire devant la vie, devant les hommes. Cette attitude de combat à outrance, de violence, d’insoumission, d’écorché tout vif que certains esprits malveillants ont qualifiée de pose lui venait obscurément de ses ancêtres paysans, en lutte perpétuelle contre une terre rude, un climat rude, des hommes rudes. » Sa conclusion démontre la complémentarité entre les villes et les campagnes : « Ainsi, l’influence du milieu prend chez un homme de la trempe de Jules Vallès une signification qu’on ne saurait marquer assez ; elle explique indépendamment de son enfance douloureuse, la double inspiration révolutionnaire et rustique de son œuvre, son attitude têtue d’insoumis. Vallès n’aurait pas été Vallès s’il n’avait connu, ainsi qu’il nous l’a confié, “la campagne où il buvait la liberté et le vent, étant tout petit”.26 » Par ce biais, le traumatisme d’une Commune écrasée par l’armée « paysanne » des Versaillais se trouve partiellement effacé.

  • 27 Le Populaire, 4 mars 1937, « Harmonie paysanne », Ludovic Massé.

24La littérature peut diffuser l’image que les socialistes se font du monde paysan, projection d’une société égalitaire, composée de petits propriétaires, où les rapports de classes sont exclus. Au thème conservateur de l’unité paysanne, du grand propriétaire jusqu’au domestique, les pages littéraires du Populaire opposent une société paysanne rejetant les oisifs. La propriété n’est plus un problème, seul importe le travail, comme en témoigne un texte de Ludovic Massé : « Tout le village, une quarantaine de familles, environ, vit de la sorte. Il y a cinq ou six privilégiés. Il y a cinq ou six « pauvres ». Mais, des uns et des autres, la marge n’est pas assez grande pour que cela crie... [sic] Aucun habitant ne se met au service d’un autre habitant, si ce n’est pour le tirer d’embarras. [...] Chacun est conscient de vivre par son effort. Chacun paie son bien-être de sa sueur, et ses joies de beaucoup de peines.27 » Ce cheminement exemplaire de la pensée socialiste rejoint, à la fin des années trente, le socialisme de Proudhon, prônant, dans les villes comme dans les campagnes, la figure immuable et fraternelle de l’artisan et de son outil.

 

25Si cet agrarisme trouve un relais privilégié chez les « écrivains paysans » issus du peuple, il ne dédaigne pas des références plus générales. Le quatrième centenaire de la naissance d’Olivier de Serres (1539-1619), bien qu’organisé sous le patronage de l’Assemblée permanente des présidents de chambres d’agriculture, est l’objet d’un article enthousiaste qui, à bien des égards, fait figure de profession de foi. Le premier point traite de la paysannerie française et de ses vertus : « À travers la forte personnalité d’Olivier de Serres, c’est toute la paysannerie française qui sera honorée, ce sont ses vertus séculaires de sagesse, de raison, de travail et d’épargne qui seront solennellement reconnues et proclamées. Car, par-delà les siècles, les qualités qui nous rendent sympathique le modeste seigneur du Pradel se retrouvent pour la plupart, chez tous les travailleurs de la terre. »

26Si Olivier de Serres était noble – bien que modeste – il n’en était pas moins un véritable paysan : « Exploitant lui-même, en vrai paysan, et non en seigneur le domaine de Pradel, dont il devait prendre le nom, il réalisa les plus heureuses innovations et entreprit avec succès des cultures nouvelles. Pendant de longues années, en compagnie de sa femme Marguerite d’Arcons qu’il épousa en 1559, et de quelques serviteurs dont l’un devait lui succéder en 1615, il se livra à des expérimentations audacieuses. » Ce novateur était donc tolérant et un de ses serviteurs lui succède, la compétence l’emportant déjà sur le rang. Sa légitimité provient de son contact avec la terre : « Après avoir lu ce livre [Théâtre d’agriculture et ménage des champs], M. Henri Vaschalde, un des rares biographes de notre personnage écrit : « On reconnaît là le vrai laboureur, l’homme qui a tenu le manche de la charrue, qui a senti le bon, le frais parfum de la terre humide, qui en a reconnu cette graisse, comme il la nomme, pour l’avoir pétrie lui-même et y avoir creusé des sillons. » C’est à notre avis le meilleur brevet que l’on puisse décerner à un auteur qui se mêle de conseiller les paysans. »

  • 28 Le Populaire, 15 avril 1939, « Le quatrième centenaire d’un illustre agronome français – Olivier de (...)

27La modernité de ce précurseur investit enfin deux domaines où les socialistes sont très actifs en cette fin des années trente : la diffusion de la culture en milieu rural et la promotion des femmes : « Son manoir, nous dit-on, véritable foyer intellectuel dont le rayonnement se faisait sentir dans les environs, attirait une foule de gens désireux de s’instruire et d’apprendre certaines cultures. [...] Notons enfin ce détail, qui a toute son importance : Olivier de Serres fut l’un des premiers à comprendre l’influence de la femme dans le ménage des champs et d’une manière générale dans toute maison modeste. Il la voulait, cette femme, heureuse dans un foyer uni et nous enseigne le secret du vrai bonheur : “Aimez ce qui est à vous, votre foyer, votre femme, les produits de vos champs, n’enviez pas les choses d’autrui, et vous jouirez des grâces attachées à la connaissance des vrais biens.”28 »

28Les vertus du travail de la terre, la diffusion des connaissances techniques et du progrès social qu’incarne Olivier de Serres, rassemblent l’aristocrate éclairé de la révolution agricole, le notable républicain de la fin du XIXe siècle et les socialistes à la veille de la seconde guerre mondiale.

Culture paysanne

29L’attention accrue portée au monde paysan ne se traduit pas seulement par l’évocation plus ou moins idéalisée du travail de la terre et de la vie au village, ou par l’intégration croissante dans le modèle agrarien dominant. La vision socialiste du monde rural comporte aussi une part plus originale, perceptible à travers la réflexion sur la culture paysanne. Celle-ci est tout à la fois orientée vers le passé, avec la crainte de voir disparaître une composante essentielle de l’identité nationale, mais elle comporte aussi des préoccupations résolument modernes, liées à la nécessité de briser l’isolement paysan et de le faire profiter des apports de la modernité.

  • 29 Le Populaire, 11 mars 1937, « Les vieilles complaintes rurales se meurent », Francis André. L’artic (...)

30Ce balancement entre la tradition et la modernité est illustré par deux articles de Francis André. Dans le premier, il se penche sur le sort des chansons populaires, nombreuses en milieu rural et héritières d’une culture orale enracinée dans un passé lointain : « Et voici qu’aujourd’hui, il nous faut en déplorer la disparition irrémédiable. Le progrès qui fit d’abord disparaître les vieux rouets, les veillées au coin de l’âtre, les coutumes patriarcales, a détruit aussi peu à peu l’esprit inspirateur des complaintes populaires. La technique agricole améliorée, le sport, la radio, la multiplicité des échanges avec le monde extérieur ont déterminé l’élargissement et la disparition de la vie rurale. La nouvelle génération paysanne chante les « rumbas » exotiques et les couplets frelatés des cabarets de Montmartre. [...] Ils [ces chants] étaient doux, profonds, humains, et dans le rythme frénétique de la vie moderne, ils nous apportent la mélancolie, la poignante poésie des vieilles choses parfumées qui meurent.29 » L’évocation de la culture paysanne par Francis André glisse inexorablement vers la célébration nostalgique d’un monde rural en voie d’extinction, menacé par une modernité, urbaine, étrangère et décadente.

  • 30 Le Populaire, 1er septembre 1937, « Les petites industries rurales qui meurent », Francis André.

31Quelques mois plus tard, une autre de ses chroniques décrit la fin d’un autre monde, celui des petits artisans ruraux ruinés par la concurrence industrielle et la diffusion des énergies nouvelles. Il en tire pourtant des conclusions opposées : « Perspective fuyante des pylônes dont l’imposante silhouette domine les forêts et les champs violés. Solidement scellés dans le sol pour une dure éternité, ils s’imposent et prennent place parmi l’harmonie linéaire des vastes paysages. Remplaçant par leur esthétique hautaine le pittoresque des choses périmées, les bons géants font le tour des hameaux, distribuant force, joie et lumière, et puis, chargés des possibilités infinies de l’avenir, ils s’en vont en se donnant la main par le vaste monde.30 » Cette vision plus optimiste accepte les mutations liées à la modernité. Ce dilemme, qui est parfois déchirement, s’apparente à l’ambivalence que connaît le folklore, réappropriation des pratiques paysannes par la culture savante.

  • 31 Ory (P.), La belle illusion, op. cit., p. 508.

32La période du Front populaire est un moment clé dans le renouvellement du folklore, de son contenu et de son rôle. Les réalisations de l’Exposition internationale en sont la preuve, puisque cohabitent des manifestations folkloriques « traditionnelles » – défilés régionaux, fêtes de la moisson, du vin... – et des expressions plus modernes, le Centre rural possédant son musée du folklore. Celui-ci repose sur les conceptions développées par Georges Henri Rivière et André Varagnac, fondateurs du Musée des arts et traditions populaires. Leur démarche est à la fois scientifique et militante, par la collecte de documents bruts et leur utilisation au service de la culture populaire : « À côté de l’intérêt scientifique de cette collecte y est en effet explicitement mentionnée la contribution qu’elle apporterait « à l’organisation des loisirs musicaux de la jeunesse » et à l’enrichissement du “répertoire des chorales populaires”.31 »

  • 32 Le Populaire, 24 janvier 1937, « Folklore », G.H. Rivière, A. Varagnac.
  • 33 Faure (C.), Le projet culturel de Vichy. Folklore et Révolution nationale (1940-1944), Lyon, PUL, 1 (...)

33En cette fin des années trente, le folklore, même s’il se débarrasse de sa gangue purement ludique et passéiste, est toujours instrumentalisé au service d’une culture populaire, seule véritable alternative à la culture bourgeoise. Dans un article du Populaire du début de l’année 1937, Varagnac et Rivière décrivent le folklore en tant que « savoir du peuple32 ». C’est sur la base d’un tel savoir que pourra s’édifier une société nouvelle, lorsque l’exploitation capitaliste aura été jugulée. Cette dualité du folklore, entre archaïsme et modernité, explique que le régime de Vichy ait pu encourager le développement de cette « discipline » en train de se construire. Bien entendu, le folklore de Vichy est d’abord une négation de la modernité, une exaltation de la civilisation rurale pour mieux se démarquer d’une culture urbaine jugée responsable de la décadence politique et morale de la nation, aux antipodes des conceptions d’un G.-H. Rivière33.

34Cette approche culturelle des problèmes paysans ne se limite pas uniquement à des constructions « littéraires » ou « scientifiques ». Elle est portée par la volonté de l’ancrer au cœur du quotidien rural, avec la création par la CNP des Foyers paysans. Le projet en soi n’est pas nouveau : avant 1914, les pionniers du socialisme rural en étaient réduits à l’imaginer. La pénétration effective du socialisme dans les campagnes, le relais d’une organisation syndicale, la CNP et de ses militants et le soutien du ministère de l’Agriculture, à la faveur de l’Exposition internationale de 1937, favorisent des réalisations appuyées sur une poignée de municipalités ou de sections SFIO dynamiques.

  • 34 Le Populaire, 3 juillet 1937, « Soutenons les Foyers paysans », Berthe Fouchère.
  • 35 Le Populaire, 15 mai 1937, « À l’Exposition de 1937 ».

35Sur le modèle des réalisations du Centre rural, les Foyers paysans doivent être les lieux privilégiés de l’émancipation paysanne. L’ouverture sur le vaste monde est rendue possible par la radio, la lecture et l’organisation de conférences éducatives, ouvertes à tous les habitants du village, hommes et femmes. La culture est un mode privilégié d’épanouissement individuel et collectif et tout ce qui vient de l’extérieur, de la ville en l’occurrence, n’est pas facteur de corruption mais de progrès social34. L’une des originalités des Foyers paysans repose sur leur vocation, tout au moins théorique, à ne pas être seulement des lieux de distraction. Pour entrer définitivement dans la modernité, la paysannerie ne doit pas rompre brutalement avec son passé, l’héritage de la vie rurale devant y être intégré. Le musée de terroir de Romenay, intégré au Centre rural de l’Exposition internationale, fournit un modèle théorique. Conçu dès l’origine par des folkloristes, il possède une dimension pratique : « Une salle d’une cinquantaine de mètres carrés y sera réservée à une sorte de développement panoramique de la vie d’un village français d’autrefois à aujourd’hui, au Musée du terroir de la commune, où seront expliquées aux enfants du pays comme aux touristes, sans pédantisme, les raisons d’être de l’établissement humain, ses vicissitudes historiques, les conditions anciennes d’existence, les transformations qui rendent raison du nouveau genre de vie.35 » Cette description est placée à côté d’un article de Gérard Vée intitulé : « Il faut créer des Foyers paysans ».

 

36Ces interrogations sur le devenir de la paysannerie française, ce dilemme entre tradition et modernité prend une signification particulière lorsque l’on sait qu’après la défaite de 1940, l’un des buts du nouveau régime sera de reconstruire la nation autour des « valeurs paysannes ». Le ralliement de la classe politique et syndicale à cette thématique ne peut se comprendre que si l’on est conscient de la continuité des débats. La révolution paysanne de Vichy n’est pas qu’une « vieillerie » imposée par quelques idéologues réactionnaires. Elle puise une part de sa légitimité parmi un héritage plus vaste, celui de l’agrarisme républicain, auquel certains socialistes ne sont pas insensibles, alors même que la montée des périls extérieurs a généré de nouvelles fractures au sein du parti et affaiblit le consensus républicain.

III. La dérive anti républicaine

Les déchirements face à la guerre

37L’examen de l’attitude des députés paysans et des paysans députés face à la paix est un premier moyen de saisir les déchirures du parti. La « ruralité » des élus n’est pas un critère décisif : ils se retrouvent de part et d’autre de la ligne de partage entre « bellicistes » et « pacifistes » et des ajustements se produisent.

38C’est le cas par exemple de l’équipe éditoriale du mensuel Agir où se regroupent, autour de Georges Monnet, les partisans d’une politique extérieure de fermeté. Au comité de rédaction trois hommes sont directement liés à l’agriculture. Monnet tout d’abord, bras droit de Léon Blum, qui est longtemps resté à l’écart des affrontements internes. Ainsi au congrès de Royan, il refuse de trancher entre les positions de Blum et de Paul Faure, se réfugiant dans l’abstention. Son attitude évolue au cours de l’année 1938, puisqu’il se rallie progressivement à la thèse de la fermeté prônée par Léon Blum après Munich et lance Agir. Tanguy-Prigent s’engage plus précocement, signataire de la motion Zyromski. Il s’occupe de la page agricole du journal. Jean Bouhey, dernier représentant du monde paysan et de l’agriculture, adopte dès l’origine une position très affirmée, seul député SFIO à reprendre sa liberté de vote au moment de Munich pour exprimer son désaccord.

39À l’inverse, les partisans de la paix se rassemblent autour de Paul Faure. L’étude réalisée par Noëlline Castagnez-Ruggiu sur les revues Le Socialiste et Le Pays socialiste permet d’isoler quelques élus paysans. Sur la liste qu elle dresse des collaborateurs du journal, on distingue entre autres Justin Arnol, Fernand Roucayrol et Peschadour. Parmi les sympathisants – ceux qui n’écrivent plus que ponctuellement après mars 1939, ou se contentent de se manifester aux dîners des « amis » – figurent Sylvain Blanchet, Max Guerret, Camille Planche, Charles Spinasse et Dubosc. Nombre d’entre eux sont anciens combattants.

  • 36 Lynch (É.), « Les socialistes et l’action agricole à la Libération : espoirs et désillusions », in (...)

40L’analyse du vote des parlementaires lors du 10 juillet 1940 rend également impossible toute généralisation. Sur la liste que nous avons dressée des élus proches de la paysannerie, peu marquent leur opposition. Sur les 80 parlementaires, quatre sont investis dans les questions paysannes : Chaussy, Tanguy-Prigent, Léon Roche et Zunino. Ces quatre hommes composent un échantillon parfaitement représentatif de la structure agricole française : un ancien ouvrier agricole (Chaussy), un petit fermier (Tanguy-Prigent), un propriétaire exploitant (Roche) et un viticulteur (Zunino). Parmi les députés actifs au sein d’Agir, on retrouve Tanguy-Prigent, fidèle à ses engagements antérieurs. L’attitude de Georges Monnet est plus délicate, son abstention et son attitude durant la guerre lui ayant été très fortement reprochée36. Jean Bouhey, fait prisonnier à Toul en juin 1940, ne participe pas au vote du 10 juillet, mais ses prises de position antérieures et son engagement immédiat dans la résistance dès sa libération en août 1941, laissent peu de doute sur ses convictions.

  • 37 Wieviorka (O.), Les orphelins de la République, Paris, Seuil, 2001, 459 p.

41Les parlementaires issus ou proches du monde paysan n’ont fait ni meilleure ni moins bonne figure que leurs collègues socialistes durant la « mise à mort » de la Troisième République. De surcroît, le vote du 10 juillet ne signifiait nullement un engagement définitif en faveur d’une politique de collaboration encore difficilement perceptible37.

 

  • 38 La Volonté paysanne, 1er octobre 1938, Calvayrac.
  • 39 La Volonté paysanne, 30 novembre 1938, « Contre la guerre – Une lettre admirable d’une grand-mère p (...)
  • 40 La Volonté paysanne, 15-31 mars 1939, « La paix est à nouveau en danger », éditorial d’E. Calvayrac

42L’attachement à la paix est une revendication essentielle de la CNP affirmée dès 1933 et matérialisée par la participation au Rassemblement universel pour la paix. Calvayrac accueille donc avec soulagement les accords de Munich dans un éditorial intitulé : « Sonnez les cloches des villes et des villages. La guerre est évitée. Il faut maintenant travailler pour la paix.38 » La campagne se poursuit en publiant des réactions contre la guerre, émanant d’une « admirable grand-mère paysanne » : « Cela s’est arrangé [à propos de Munich]. Certains ne sont pas contents ; ils disent : « on a cédé, on a aidé Hitler à triompher. » Il vaut mieux cela pour nous, allez ! son triomphe sur la « paix-défaite », que son triomphe sur des cadavres, défaite encore plus grande pour nous, pauvres gens. Nous avons la paix ! Je sais, ce n’est pas cela que nous voudrions tous. Ce fascisme, il faut le détruire ainsi que ce capitalisme fauteur de guerre. Eh bien, je crois qu’on peut le faire autrement que par la guerre.39 » L’annexion de la Tchécoslovaquie ne remet pas en cause le pacifisme de Calvayrac qui évoque la nécessité d’une véritable négociation entre tous les pays européens : « En proposant à tous les peuples, je dis bien à tous, sans exception aucune, de vivre comme des frères, en famille.40 » Les responsables de la CNP s’en tiendront à cette ligne pacifiste et, en septembre 1939, La Volonté paysanne titre « L’Humanité crucifiée une fois de plus ». Calvayrac réaffirme ses sentiments pacifistes et son éditorial de novembre 1939, « Les semailles de la paix », est en partie censuré.

  • 41 L’Émancipation paysanne, décembre 1936, « Tenir la guerre pour fatale, c’est manquer de courage – N (...)

43La CNP est très active pour dénoncer la guerre. Cependant, l’attitude à adopter face à la montée des menaces extérieures provoque quelques tensions en son sein. Henri Pitaud, qui l’a quittée en décembre 1937, lui reproche, entre autres, sa timidité en matière d’action contre la guerre, due à ses attaches trop fortes avec la SFIO. Le journal de Pitaud, L’Émancipation paysanne, a tôt fait entendre une voix critique, s’opposant immédiatement à toute intervention en Espagne : « Au risque de mécontenter encore quelques amis, je veux affirmer, me faisant l’interprète de la masse des paysans français, que nous ne nous en ressentons pas [sic] pour aller jouer les héros sous les obus, les mitrailleuses ou les gaz. Si ces messieurs en veulent, qu’ils se battent entre eux mais qu’ils nous foutent la paix !41 »

  • 42 L’Émancipation paysanne, 20 avril 1938, « Prenez vos fourches », H. Pitaud.

44Pour Pitaud, la rupture avec le Front populaire se justifie par l’oubli des promesses électorales : « On ne nous parle plus de pain de liberté ou de paix, mais on fait donner le chœur des chiens à l’attache qui, devant l’auge pleine, hurlent à la guerre et à la mort des autres... Et c’est dans ces hommes que nous avons eu confiance ? Et c’est pour ça que nous avons lutté au coude à coude avec les ouvriers des villes russifiées depuis ? Camarades paysans, devant cette trahison, face à l’abominable complot ourdi contre nous paysans Français, que l’on veut jeter par files immenses au gouffre des charniers pour défendre des terres qui ne sont pas les nôtres, lorsque ces politiciens menteurs, cupides et sans envergure viendront dans nos villages nous endormir avec leurs bobards nous devrions si nous étions des hommes les recevoir avec nos fourches.42 » Henri Pitaud retrouve à cette occasion le lexique de la violence paysanne, jusqu’à présent laissé à ses rivaux politiques.

« La guerre, c’est l’assassinat du paysan »43

  • 43 L’Émancipation paysanne, en décembre 1936, publie un extrait du roman de Poulaille, Pain de Soldat,(...)

45L’attitude des principaux responsables agraires socialistes face à la montée des menaces extérieures retient d’autant plus l’attention que les liens entre la paysannerie et la guerre demeurent, plus que jamais, emprunts d’une forte dimension symbolique. L’ampleur du sentiment pacifique durant l’entre-deux-guerres est incontestable ; le souvenir de la guerre est entretenu par les associations, et les cérémonies commémoratives structurent l’année villageoise. La presse commente alors largement l’activité déployée par les associations locales : réunions des groupes, organisations des manifestations, discours des responsables et des élus. Dans Le Populaire du Centre, l’essentiel des trois pages de rubriques régionales y est consacré tout au long du mois de novembre. Tout cela explique l’extrême sensibilité de l’opinion publique face à la dégradation de la situation internationale.

  • 44 Boussard (I), « Le pacifisme paysan », in Rémond (R.), Bourdin (J.), (dir.), La France et les Franç (...)

46Cependant, à la fin des années trente comme lors du premier conflit mondial, la réalité du pacifisme paysan demeure masquée par l’écran des discours. La montée en puissance du pacifisme au sein du parti confirme ce principe d’instrumentalisation par l’utilisation du « support » paysan pour imposer ses convictions. La plupart des récits paysans publiés par Le Populaire obéissent à cette construction, martelant le thème d’une guerre aussi injuste que cruelle. La guerre, industrielle et mécanique, s’oppose radicalement à la nature, au paysan et à la terre. Évoquer le pacifisme paysan, c’est donner une preuve supplémentaire – et que l’on espère décisive – de l’absurdité de la guerre, la dernière ayant justement été décrite comme une guerre faite par les paysans. Cette instrumentalisation se retrouve parmi les autres organisations syndicales, par-delà les clivages idéologiques44.

  • 45 Matériaux pour l’histoire de notre temps, « S’engager pour la paix dans la France de l’entre deux g (...)

47Il reste à s’interroger sur une quelconque singularité de ce pacifisme paysan. En effet, si le sentiment pacifique existe incontestablement dans les campagnes, il n’a pas de raison d’être plus « intense » que celui des ouvriers, à moins d’admettre que ces derniers soient par principe retirés du front et versés dans les usines. En outre, le stade supérieur de la mobilisation pacifique, c’est-à-dire l’engagement au sein d’organisations spécialisées, relève d’une pratique plus urbaine. Il y a certes des actions de propagande en direction des ruraux, par l’intermédiaire de la Ligue internationale des combattants pour la paix ou du Syndicat national des instituteurs45, mais les réseaux pacifistes qui s’épanouissent pendant les années trente ne sont pas des réseaux paysans. Le pacifisme paysan s’exprime par le biais de relais plus traditionnels et politiques. En ce sens, le parti, parce qu’il s’implante de plus en plus dans les zones rurales, en est un des dépositaires. Lors de la présentation des modalités de la mobilisation socialiste, les slogans pacifiques étaient toujours présents, sur les banderoles et dans les discours.

  • 46 Le Populaire du Centre, 15 septembre 1938.
  • 47 Le Populaire du Centre, 21 septembre 1938, « Haute-Vienne – Le Palais-sur-Vienne [1 170 habitants]  (...)

48En septembre 1938, alors qu’enfle la menace de la guerre, Le Populaire du Centre barre sa une d’un titre sans équivoque : « À bas la guerre ». Cette proclamation est accompagnée d’un éditorial de J. Peschadour, député de la Corrèze : « Non pas ça ! Élu en 1936 pour défendre la paix, je ne veux pas oublier ce point essentiel qui prime et conditionne tous les autres : la paix.46 » Les sections elles aussi se mobilisent et soutiennent l’action de leurs élus : « Section socialiste – Ordre du jour. Les adhérents à la section socialiste réunis, le 17 septembre, salle Crémer, se déclarent, au moment où l’opinion publique, trompée par le bourrage de crâne de la presse capitaliste, et semble admettre la fatalité de la guerre, en plein accord avec les points de vue exprimés par nos camarades Lebail, Boudeaud et Peschadour, ils félicitent ceux-ci pour leurs articles courageux publiés par le « Populaire » dans le but d’éviter les graves erreurs commises en 1914. Ils lèvent la séance aux cris de : À bas la guerre impérialiste. Pour la section, le secrétaire : J. Madouminer.47 »

  • 48 Le Breton socialiste, 5 novembre 1938, « À travers le canton socialiste de Plouigneau ».

49Pourtant l’unanimité ne règne pas parmi les députés de la SFIO. Dans le Finistère, Tanguy-Prigent expose une réalité différente en rendant compte de son mandat. Pour lui, s’il était trop tard pour résister à Munich, l’abandon de la Tchécoslovaquie a détruit le principe de la sécurité collective. Le compte rendu souligne la gravité de l’auditoire : « Ajoutons que nous avons été frappés par l’attitude exemplaire des auditeurs. Dans les pénibles circonstances que nous traversons, presque personne ne se laissait aller à trop boire, ou à prendre les réunions pour des parties de plaisirs. Partout, un silence total, une attention intelligente et presque angoissée.48 »

 

  • 49 Le Populaire du Centre, 4 octobre 1938, « Corrèze », L. Bossoutrot.
  • 50 Le Populaire du Centre, 19 octobre 1938, « Corrèze – Saint-Germain les-Vergnes », F. Valade.

50En Haute-Vienne, les dirigeants se veulent les héritiers de l’action pionnière menée par les minoritaires dès 1915. Les fédérations voisines instrumentalisent de façon identique le pacifisme paysan. Deux articles, sous des titres similaires, « Les accords de Munich vus par un paysan49 », « Réflexions d’un paysan50 », ne font qu’exprimer la satisfaction et le soulagement qui suivent ces accords

  • 51 Le Populaire du Centre, 6 octobre 1938, « Nous n’avons pas honte ! », Paul Boudeaud.

51Plus précis encore, Paul Boudeaud, secrétaire de la fédération de Haute-Vienne et défenseur ardent d’une ligne pacifiste, prétend expliquer l’attitude des paysans : « Aujourd’hui, on veut nous faire croire qu’il existe en France un fort courant de mécontentement contre les concessions faites pour sauver la paix et que, dans les campagnes, on désapprouve les gouvernements d’avoir cédé aux « exigences » d’Hitler. [...] Il y a deux mois, si on avait demandé à la plupart de ces paysans, que le Parti communiste rêvait d’envoyer à la mort, ce qu’était et où était la Tchécoslovaquie, je suis certain qu’il n’y en aurait pas eu un sur dix qui aurait fourni une réponse exacte. Et c’est pour ce pays, que la plupart ignoraient, qu’on voulait les faire battre. Voici d’ailleurs l’opinion brutale de plusieurs d’entre eux, que j’ai pu interroger : « La Tchécoslovaquie, les Sudètes, on s’en fout. » Qui les en blâmera ?51 » Cette version paysanne et socialiste du « mourir pour Dantzig » justifie toutes les concessions à Hitler.

  • 52 Le Populaire, 18 avril 1940, « Soldats laboureurs et soldats ouvriers à l’armée d’Alsace », Louis L (...)

52Dans ces conditions, l’hypothèse d’un pacifisme proprement paysan est très largement le fruit d’une construction idéologique : avant l’éclatement du conflit, les adversaires de la paix en appellent à la sagesse d’une paysannerie marquée par le premier conflit mondial pour justifier la recherche d’une entente à tout prix avec l’Allemagne. Pourtant, une fois la guerre déclarée, on ne distingue pas a priori d’opposition particulière des masses paysannes. Certes, la résignation est encore plus forte qu’en 1914, mais la paysannerie fait son devoir. Le Populaire rejouera sans peine, après septembre 1939, la partition du soldat-laboureur : « J’ai pu voir, dans les régions voisines du Rhin, des champs immenses sillonnés de soldats paysans. Ici, c’était le labour à chevaux, là le travail mécanique. Quel étrange retour ! On se servait des tracteurs réquisitionnés par l’artillerie, qui revenaient à leur destination première. [...] Les soldats que l’on emploie sont tous des cultivateurs « dans le civil ». Ils retrouvent avec plaisir la vie des champs. Ils se penchent avec joie sur le sillon et apprécient le terrain en connaisseurs. « C’est de la bonne terre ! », disent-ils en clignant de l’œil.52 »

  • 53 Cremieux-Brilhac (J.-L.), Les Français de l’an 40. Tome II – Ouvriers et soldats, Paris, Gallimard, (...)

53Après l’effondrement militaire et l’armistice, les nouvelles autorités, qui justifient leur prise du pouvoir au nom du bon sens paysan, auront beau jeu de souligner que, tout en faisant leur devoir, les paysans n’ont pu réellement se battre pour une guerre qui n’en valait pas la peine. Nouvelle instrumentalisation de la paysannerie pour mieux masquer les responsabilités du haut commandement53. La dénonciation des dysfonctionnements de la République, tout comme le discours pacifique ou les convergences agrariennes faciliteront les ralliements de l’été 1940.

Une réaction autoritaire et paysanne ?

  • 54 CHRMSS, Archives Compère-Morel, lettre aux électeurs de l’arrondissement d’Uzès du 18 février 1936.

54L’attraction pour le régime de Vichy a de multiples causes. Elle répond parfois à une mutation idéologique, face aux dysfonctionnements d’un régime parlementaire identifié à la République et à la nécessité d’une plus grande efficacité dans le gouvernement du pays. L’évolution suivie par Compère-Morel, même s’il n’appartient plus au parti depuis 1933 et n’a pas participé aux élections de 1936, est éclairante. Prenant congé de ses électeurs d’Uzès, celui qui a incarné pendant plus de trente ans le socialisme agraire livre son testament politique : « Ainsi en France, le Socialisme ne pourra vaincre et résister à l’épreuve du temps que s’il tient compte des contingences nationales ; s’adapte au caractère de notre race ; utilise les robustes qualités de notre paysannerie ; reste pieusement attaché aux grands souvenirs de notre histoire et s’il laisse jouer l’inévitable loi de l’inégalité que la diversité des aptitudes et des facultés humaines lui imposera fatalement. En plus, faut-il encore que l’ordre ; la discipline ; la reconnaissance loyale des supériorités morales et intellectuelles, le respect des chefs ; la volonté dans le labeur ; et un sentiment exacerbé du devoir président aux destinés de la société nouvelle que la conquête du pouvoir politique par le monde du travail aura permis à celui-ci d’instaurer.54 » Incongru en 1936, ce texte décrit parfaitement le socialisme national sous Vichy, synthèse entre l’acceptation d’un régime d’ordre, appuyé sur les vertus nationales – dont celles de la paysannerie – et la recherche d’un nouvel équilibre social.

  • 55 L’Émancipation paysanne, 20 avril 1938, « Prenez vos fourches », H. Pitaud.
  • 56 La Volonté paysanne, 15 novembre 1938, « Il faut reconsidérer le problème de la politique et du par (...)

55Les critiques à l’encontre du parlementarisme s’intensifient à l’intérieur du milieu syndical paysan à partir de 1937. Le changement est notable car jusqu’à cette date la lutte contre les agrariens et contre Dorgères passait par la défense des députés et de la République. Si la CNP de Calvayrac ne va pas aussi loin que Pitaud qui fustige « les parlementaires revenant comme le chien de l’Écriture à leur vomissement55 », la faiblesse des réalisations paysannes du Front populaire déçoit. En 1938, Calvayrac estime que si le Sénat est la cible de toutes les attaques, les paysans sont également victimes de la dérive du parlementarisme, les députés de gauche n’osant aller jusqu’au bout de la logique protestataire : « Je ne cacherai pas que je suis devenu plus que sceptique quant à l’action des partis politiques et, par voie de conséquence, sur celle du parlementarisme. Politique et parlementarisme ont bougrement vieilli et, contrairement au bon vin, on ne peut pas dire qu’ils se soient bonifiés. Allons-nous assister à la fin des partis politiques et à la déchéance du Parlement ? [...] En tout cas, si les partis politiques et le Parlement veulent vivre encore quelques années, ils n’échapperont pas à la loi inexorable de la vieillesse ; il faut qu’ils réforment leurs mœurs de fond en comble.56 »

56Il est tentant de mettre en rapport ce propos avec la déclaration que le secrétaire général de la CNP envoie au maréchal Pétain après la défaite pour l’assurer du concours de son mouvement : « Sans vouloir ouvrir des débats politiques, se plaçant au-dessus des luttes de partis, la Confédération nationale paysanne est obligée de constater que le « parlementarisme », tel qu’il a été animé, se trouve aujourd’hui « hors de combat » pour mener à bien le redressement urgent du pays. » Calvayrac tire donc un trait sur la longue période de collaboration avec la République et le Front populaire, mais son désenchantement est ancien. La tentation antiparlementaire est de toute évidence plus forte chez les représentants du syndicalisme pour qui les partis de la classe ouvrière se sont révélés incapables de défendre les intérêts de tous les travailleurs, mais seulement ceux d’une minorité organisée et active, celle des villes.

  • 57 La Volonté paysanne, août 1940, « Notre voyage à Vichy », E. Calvayrac, reproduite dans Boussard (I (...)

57Cette question de l’organisation des pouvoirs n’est cependant pas déterminante. L’accent mis par Vichy sur la promotion des valeurs terriennes et l’élaboration d’une politique véritablement paysanne sont les principaux points de ralliement pour les socialistes spécialisés dans les questions agraires. En effet, l’écart avec les prises de position antérieures est ténu. Le thème des paysans délaissés au profit d’une dérive industrielle refait surface. C’est un des motifs invoqués par Calvayrac pour justifier son offre de collaboration : « En rédigeant le programme que nous avons soumis hier au gouvernement, nulle pensée de courtisanerie ne s’est présentée à notre esprit. Défenseurs ardents de la paysannerie qui peinait et vivait durement hier. Défenseurs ardents de cette paysannerie nous restons aujourd’hui. Enfin les mesures que nous suggérons et qui peuvent à notre avis, sauver le pays par la résurrection de la paysannerie ne sont pas des mesures inventées pour la circonstance. Elles sont le fruit de longues années d’études.57 » Les trois mesures présentées par Calvayrac : « Le terroir, organisation du chantier agricole », « L’émancipation de la paysanne, obstacle à l’exode rural » et « L’avenir des Foyers paysans », sont effectivement, surtout pour les deux dernières, des composantes traditionnelles du programme de la CNP.

  • 58 La Volonté paysanne, 30 avril 1938, « Syndicalisme, Parlementarisme, Défense de la Paysannerie auta (...)

58Calvayrac en profite également pour se séparer du syndicalisme ouvrier : « Notre syndicalisme n’a jamais rien eu de commun avec celui communément pratiqué par la Classe Ouvrière. Le syndicalisme n’a jamais été pour nous l’instrument du nombre et de la force de pression, mais un instrument d’entr’aide sociale et de construction nationale. » Pourtant, jusqu’en 1937, la CGT a clairement été, non seulement un modèle d’organisation, mais aussi un point d’appui pour le développement de la CNP. Néanmoins, au fur et à mesure que monte l’impatience paysanne face à l’absence de mesure en sa faveur, le syndicalisme ouvrier – à l’image du parlementarisme – est observé avec une irritation croissante, comme en témoigne ce jugement porté dès 1938 : « Qu’on m’excuse. Il semble que le profit capitaliste tant condamné et avec combien de raison ait enfanté un autre monstre : le profit ouvriériste. Parce que des ouvriers sont nombreux et parce que nombreux ils disposent de la force. [...] Il s’est créé au sein de la classe ouvrière une nouvelle hiérarchie.58 » Les propos de Calvayrac en août 1940 ne sont pas seulement de circonstances, mais traduisent l’évolution profonde d’une organisation dont l’un des fondements était l’union étroite entre les paysans et les ouvriers. La défaite n’a fait que renforcer une réaction anti-ouvrière déjà présente avant la guerre ; Vichy doit rétablir l’équilibre rompu au détriment d’une des principales composantes de la nation : la paysannerie.

Notes

1 Le Populaire, 29 novembre 1936, « Bonnes feuilles – Visite au Kolkhoz », Charles Vildrac.

2 Le Populaire du Centre, 26 mars 1936, « Les « Kolkhozes » constituent l’élément le plus intéressant de l’évolution de l’URSS ».

3 Le Populaire, 18 décembre 1939, « Ce que Staline veut « civiliser » à coups de canon... Les paysans finlandais bénéficient d’un régime social très avancé », RH.

4 Le Populaire, 14 janvier 1939, « Marx n’a pas menti... Capitalisme et paysannerie », Marcel Guerret.

5 Guerret (M.), Le paysan socialiste, Montauban, Imprimerie J. Busson, 1938, p. 12.

6 Pierre-Bloch, Jusqu’au dernier jour – Mémoires, Paris, Albin Michel, 1983, p. 60.

7 Le Populaire, 1er novembre 1933, « Les louées de la Toussaint – Honteuse exploitation du prolétariat agricole ». Pierre Ridet.

8 Le Populaire, 6 avril 1937, « Comment font-elles ? », J.-B. Séverac.

9 Le Populaire, 5 février 1938, « Le statut moderne du travail et les ouvriers agricoles », Lambin.

10 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 10 juin 1938, p. 1360.

11 Le Populaire, 20 février 1937, « Un pas vers l’organisation de la production agricole » P. Ridet.

12 Le Populaire, 6 août 1938, « La petite propriété paysanne », Paul Lambin.

13 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 20 mai 1937, p. 1519.

14 Ibid., p. 1531.

15 Le Populaire, 4 février 1937, « Georges Monnet à l’Assemblée des présidents des Chambres d’agriculture », P. Ridet.

16 Le Populaire, 21 mai 1938, « En faveur du retour à la terre – Les centres d’apprentissage agricoles et horticoles ».

17 Le Populaire, 4 juin 1938, « Le domaine-retraite ».

18 La Volonté paysanne, 1er octobre 1938, « Pour enrayer la dépopulation des campagnes », Jean Deschamps.

19 Le Populaire, 15 août 1938, « Le Congrès de la Confédération Nationale Paysanne », Joseph Corrial.

20 L’Émancipation paysanne, 20 février 1937, « Les Jeunesses paysannes », Raymond Gontier.

21 Le Populaire, 21 mai 1937, « Sur la route parlante », André Février.

22 Le Populaire, 23 juillet 1938, « Le grand méconnu... Le travail de la terre », Suzanne Lacore.

23 La Volonté paysanne, 5 mars 1939, « L’Heure des paysans », de Richemond.

24 Ragon (M.), Histoire de la littérature prolétarienne, Paris, Albin Michel, 1975, 316 p.

25 Le Populaire, 31 mai 1937, « Coup d’œil sur la littérature paysanne », Francis André.

26 Le Populaire, 14 février 1937, « Jules Vallès, poète des champs et vieil ouvrier des luttes sociales », Léon Gerbe.

27 Le Populaire, 4 mars 1937, « Harmonie paysanne », Ludovic Massé.

28 Le Populaire, 15 avril 1939, « Le quatrième centenaire d’un illustre agronome français – Olivier de Serres », Marcel Rols.

29 Le Populaire, 11 mars 1937, « Les vieilles complaintes rurales se meurent », Francis André. L’article est illustré par un photo de l’auteur, la faux sur l’épaule : la littérature paysanne est aussi l’occasion d’une mise en scène légitimante.

30 Le Populaire, 1er septembre 1937, « Les petites industries rurales qui meurent », Francis André.

31 Ory (P.), La belle illusion, op. cit., p. 508.

32 Le Populaire, 24 janvier 1937, « Folklore », G.H. Rivière, A. Varagnac.

33 Faure (C.), Le projet culturel de Vichy. Folklore et Révolution nationale (1940-1944), Lyon, PUL, 1989, 335 p.

34 Le Populaire, 3 juillet 1937, « Soutenons les Foyers paysans », Berthe Fouchère.

35 Le Populaire, 15 mai 1937, « À l’Exposition de 1937 ».

36 Lynch (É.), « Les socialistes et l’action agricole à la Libération : espoirs et désillusions », in Berstein (S.) Cepède (F), Morin (G.), Prost (A.) (dir.), Le Parti socialiste entre Résistance et République, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 2000, pp. 139-155.

37 Wieviorka (O.), Les orphelins de la République, Paris, Seuil, 2001, 459 p.

38 La Volonté paysanne, 1er octobre 1938, Calvayrac.

39 La Volonté paysanne, 30 novembre 1938, « Contre la guerre – Une lettre admirable d’une grand-mère paysanne ».

40 La Volonté paysanne, 15-31 mars 1939, « La paix est à nouveau en danger », éditorial d’E. Calvayrac.

41 L’Émancipation paysanne, décembre 1936, « Tenir la guerre pour fatale, c’est manquer de courage – Nous voulons vivre », Henri Pitaud.

42 L’Émancipation paysanne, 20 avril 1938, « Prenez vos fourches », H. Pitaud.

43 L’Émancipation paysanne, en décembre 1936, publie un extrait du roman de Poulaille, Pain de Soldat, sous ce titre.

44 Boussard (I), « Le pacifisme paysan », in Rémond (R.), Bourdin (J.), (dir.), La France et les Français en 1938-1939, Paris, FNSP, 1978, pp. 59-75.

45 Matériaux pour l’histoire de notre temps, « S’engager pour la paix dans la France de l’entre deux guerres, n" 30, janvier-mars 1993.

46 Le Populaire du Centre, 15 septembre 1938.

47 Le Populaire du Centre, 21 septembre 1938, « Haute-Vienne – Le Palais-sur-Vienne [1 170 habitants] ».

48 Le Breton socialiste, 5 novembre 1938, « À travers le canton socialiste de Plouigneau ».

49 Le Populaire du Centre, 4 octobre 1938, « Corrèze », L. Bossoutrot.

50 Le Populaire du Centre, 19 octobre 1938, « Corrèze – Saint-Germain les-Vergnes », F. Valade.

51 Le Populaire du Centre, 6 octobre 1938, « Nous n’avons pas honte ! », Paul Boudeaud.

52 Le Populaire, 18 avril 1940, « Soldats laboureurs et soldats ouvriers à l’armée d’Alsace », Louis Lévy.

53 Cremieux-Brilhac (J.-L.), Les Français de l’an 40. Tome II – Ouvriers et soldats, Paris, Gallimard, 1990, 740 p.

54 CHRMSS, Archives Compère-Morel, lettre aux électeurs de l’arrondissement d’Uzès du 18 février 1936.

55 L’Émancipation paysanne, 20 avril 1938, « Prenez vos fourches », H. Pitaud.

56 La Volonté paysanne, 15 novembre 1938, « Il faut reconsidérer le problème de la politique et du parlementarisme », Calvayrac.

57 La Volonté paysanne, août 1940, « Notre voyage à Vichy », E. Calvayrac, reproduite dans Boussard (I.), Vichy et la corporation paysanne, Paris, Presses de la FNSP, 1980, p. 29.

58 La Volonté paysanne, 30 avril 1938, « Syndicalisme, Parlementarisme, Défense de la Paysannerie autant d’expressions à reconsidérer », Calvayrac.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search