Version classiqueVersion mobile

Moissons rouges

 | 
Édouard Lynch

Troisième partie. Le temps des affrontements : du Front populaire à Vichy (1936-1940)

Chapitre VIII. Les campagnes au cœur de l’affrontement partisan

Texte intégral

1Les questions agricoles, comme l’attestent les grèves et les débats sur l’Office du blé, constituent un pôle privilégié de l’opposition au Front populaire. Dès la rentrée de 1936, le gouvernement affronte des difficultés financières qui conduisent à la dévaluation du franc. Parallèlement, la guerre d’Espagne fragilise l’alliance avec les communistes. C’est dans ce contexte d’affaiblissement du pouvoir que s’organise la contre-offensive agrarienne. L’opposition à l’Office est relancée par la dévaluation qui sert de prétexte aux adversaires du gouvernement pour réclamer un réajustement du prix du blé. La bataille, conduite sur le terrain parlementaire, est relayée par la poursuite de l’agitation et de l’organisation agrarienne dans les campagnes.

2Les socialistes ne font pas que subir la pression adverse : le Front populaire est aussi un temps fort de la rencontre avec le monde paysan. De mieux en mieux établis, élus et militants paysans utilisent la dynamique liée à l’accès au pouvoir. Au cœur des régions d’implantation ancienne, se développe une sociabilité politique où s’entremêlent les pratiques issues de la culture républicaine et les nouvelles formes de militantisme partisan.

3Ces incontestables succès ne doivent pas dissimuler des tensions et des échecs. Sur le plan politique, les blocages de l’action parlementaire multiplient les motifs d’affrontements entre les composantes du rassemblement. Structurellement, la résistance des réseaux traditionnels de la paysannerie et la concurrence entre organisations marginalisent l’action des socialistes et surtout de la CNP.

I. Contre offensive agrarienne et impatiences majoritaires

« Le Front populaire a, lui aussi, choisi ses esclaves : ce sont les paysans »1

  • 1 Joseph Cadic, J.O., Chambre des députés, débats, séance du 19 février 1937, p. 643.
  • 2 Joly (L.), Xavier Vallat. Du nationalisme chrétien à l’antisémitisme d’État, Paris, Grasset. 2001, (...)
  • 3 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 7 juin 1936, p. 1327.

4Lors des débats agricoles, la mobilisation ponctuelle des adversaires du Front populaire s’adosse à un ensemble idéologique plus vaste qui conteste toute légitimité au nouveau gouvernement incarné par Léon Blum. L’antisémitisme y occupe d’emblée une place prépondérante. L’incident bien connu provoqué à la Chambre par Xavier Vallat lors de la déclaration d’investiture est un bon indicateur du ton de la campagne d’extrême droite2. Si Vallat invoque tout d’abord « le vieux pays gallo-romain », il précise aussitôt sa pensée : « Je dis... que, pour gouverner cette nation paysanne qu’est la France, il vaut mieux avoir quelqu’un dont les origines, si modestes soient-elles, se perdent dans les entrailles de notre sol, qu’un talmudiste subtil. (Protestations à l’extrême gauche et à gauche.)3 »

  • 4 Drumont (E.), La France juive, p. 30, cité par Birnbaum (P.), Un mythe politique : la « république (...)
  • 5 Gringoire, 5 juin 1936, cité par Birnbaum (P.), op. cit., p. 174.

5La presse d’extrême droite reprend et développe ce thème, brodant sur une formule déjà présente chez par Drumont4. Henri Béraud écrit dans Gringoire : « Contemplez le maître de l’heure. Le voici debout, pâle, nerveux, promenant sur les tribunes un doux, un trop doux regard d’enchanteur oriental. Homme étrange. Il tient entre ses maigres doigts les destinées de notre vieille nation... Eh oui ! mon bon Léon, c’est, en effet, un vieux pays, un vieux pays de brave terre, où il est bien vrai que le grand-père Blum n’a pas pris du cal aux mains en poussant la charrue.5 » La description physique est l’antithèse de celle du paysan, dont le visage est toujours hâlé, les doigts courts et épais et le regard déterminé...

6L’antisémitisme apparaît comme une des composantes terriennes de l’opposition au Front populaire, ce dernier incarnant la négation de ce qui fait la grandeur et la spécificité de la nation. La portée effective de tels arguments est difficile à mesurer mais l’impact local évalué par Birnbaum est incontestable, par le biais d’une presse conservatrice qui véhicule les rumeurs et dénonce un gouvernement Blum ennemi des paysans.

 

  • 6 Le Populaire, 30 septembre 1936, « Le fasciste Dorgères a essayé de saboter le ravitaillement de la (...)

7Sur le terrain, c’est le mouvement Dorgères qui personnifie la résistance paysanne. Les grèves agricoles de juin-juillet 1936 fournissent une première occasion de réagir, mais en raison de leur caractère impromptu, la mise sur pied d’équipes de volontaires est peu efficace, limitée à quelques interventions dans le Nord. Le chef de la Défense paysanne et ses partisans interrompent violemment une réunion de propagande où parle Renaud Jean, le tout nouveau président de la commission de l’Agriculture de la Chambre. À la rentrée de 1936, l’offensive de Dorgères porte sur une opération plus ponctuelle mais retentissante : une manifestation des maraîchers, occupant le carreau des Halles, afin de bloquer, au moins symboliquement, le ravitaillement de Paris. La première tentative est effectuée le 29 septembre 1936, provoquant une réaction rapide du pouvoir. Le Populaire, qui relate l’événement, admet que des petits producteurs se sont laissés entraîner : « De nombreux maraîchers, trompés par ses mots d’ordre démagogiques, ont partiellement empêché l’arrivage normal des légumes sur le carreau des Halles.6 » Moins d’un mois plus tard, une nouvelle opération de Dorgères est mise en échec, le leader paysan passe alors la nuit en prison. Une ultime tentative aura lieu les 16 et 17 décembre 1936, sans plus de succès.

  • 7 Le Phare, 12 octobre 1936 « À Pontchâteau, 15 000 paysans saluent avec M. Dorgères le regroupement (...)
  • 8 Journal de l’Ain. 17 novembre 1936, cité par Abbiateci (A.), Le Front populaire dans l’Ain et à Bou (...)
  • 9 Abbiateci (A.), op. cit., p. 85.

8Dorgères continue parallèlement son travail d’organisation et poursuit ses meetings à travers le pays. À Ponchâteau, en Loire-Inférieure, le 11 octobre 1936, il se pose en fédérateur de la contestation paysanne aux côtés de Pierre Hallé de l’Association générale des producteurs de blé et du député conservateur de Montaigu7. Dans ses discours, il attaque principalement l’Office du blé, chargé de tous les maux, comme lors d’une réunion dans l’Ain : « Le tribun Dorgères critique la politique agricole de G. Monnet, ministre de l’Agriculture de Léon Blum, qui a laissé entrer en France des produits agricoles étrangers ; il s’en prend en des termes violents à l’Office du blé : “L’Office du blé n’est qu’une machine à freiner les cours et c’est surtout un bon fromage pour y caser les petits camarades de Monsieur Monnet, tous les candidats battus, les secrétaires de syndicats sans emploi, les députés vomis par les électeurs. Le fromage est bon, il n’y a qu’à voir les appointements de ces messieurs.”8 » Cette réunion est placée sous le signe de l’unité agricole, puisque Dorgères « succède à la tribune à deux notables ruraux de la région : Pierre de Monicault, ancien député de l’Ain, et Henri Garcin, président de l’Union des syndicats agricoles du sud-est, qui possède aussi le journal lyonnais Le Nouvelliste.9 »

9Si la lutte contre le Front populaire et son ministre de l’Agriculture est utilisée par Dorgères comme le moyen de relancer l’agitation et développer son mouvement, ces différentes tentatives sont en partie vaines. Des actions spontanées de mobilisation sont toujours possibles – les grèves agricoles de 1937 en apporteront la preuve – mais le mouvement amorcé en 1933-1934 s’essoufle avec l’amélioration de la situation agricole. En outre, la campagne d’organisation menée par Dorgères provoque la rupture avec son principal allié, l’UNSA de Le Roy Ladurie, qui réoriente son mouvement vers une action plus légaliste et redoute la concurrence des comités de Défense paysanne. Néanmoins, l’activisme des dorgéristes entretient l’agitation.

 

10L’hypothèse de l’utilisation par les milieux les plus conservateurs des campagnes comme facteur de déstabilisation est confirmée par les rumeurs qui touchent plusieurs départements, principalement durant l’été et l’automne 1936, au moment même où s’organise la résistance politique au Front populaire.

  • 10 A.D. Haute-Garonne, 1896/145, rapport du sous-préfet de Saint-Gaudens, 2 novembre 1936.
  • 11 L’Express du Midi, 10 septembre 1936, « Le Frente Popular chez nous ».

11Une « campagne de bruits alarmistes », tel est le titre d’un dossier des archives départementales de la Haute-Garonne relatant la campagne qui agite le département à l’automne 1936, relative à l’imminence d’un coup de force communiste, ces derniers étant soupçonnés de dresser des listes d’otages. Le sous-préfet de Saint-Gaudens décrit l’état d’extrême tension de l’opinion : « Je ne puis toutefois que confirmer les termes de mon rapport du 20 octobre dernier relatif aux listes de suspects que certains éléments révolutionnaires auraient dressées et dont malgré de minutieuses recherches il n’a pas été possible de découvrir les auteurs. Il est incontestable que la menace de représailles qui plane sur certains représentants de l’Autorité ou de l’Ordre ainsi que sur les élus ou des personnes parfaitement honorables, contribue à entretenir une atmosphère d’inquiétude et de méfiance qui a son incidence sur le moral de populations particulièrement sensibles en raison des événements qui se déroulent de l’autre côté de la frontière.10 » La rumeur est principalement alimentée par la presse conservatrice ; L’Express du Midi, au mois de septembre, avertit ses lecteurs : « Notre Soviet local, mis au goût par l’ignoble conduite du Frente Popular, pense à réaliser le grand soir chez nous. Aimables lecteurs qui avez cru aux belles paroles qui vous ont été servies en période électorale, ouvrez les yeux. La comédie est finie ! ! !... Une première liste comprenant paraît-il, quarante familles de Muret (et authentiquement muretaines) est dressée et ses membres, au grand soir, devraient être assassinés. D’autres victimes viendront ensuite. On compte ainsi supprimer, au nom de la liberté, tous ceux qui ne pensent pas “socialiste”.11 »

  • 12 L’Éclair, 2 septembre 1936.

12Ces craintes se mêlent aux rumeurs sur l’éventualité de grèves viticoles, fréquentes à cette époque de l’année et qui serviraient de point de départ à l’insurrection communiste. L’Éclair du 2 septembre met en garde les autorités en précisant « que l’agitation préliminaire aux troubles agricoles en préparation dans leurs départements est considérée comme devant constituer les grandes manœuvres marxistes dans le midi viticole12 ». Le commissaire spécial de Toulouse détaille les préparatifs : « Je sais également d’une source très sûre que le secrétaire de Dorgères, M. Garin [ ?], était samedi dernier dans l’Hérault où il devait s’entretenir avec des viticulteurs pour recruter des équipes de rechange si, pendant les vendanges, un mouvement de grève d’allure communiste se dessinait. Des groupes de défense seraient recrutés pour la protection des briseurs de grèves. »

  • 13 A.D. Haute-Garonne, 1896/145, Rapport du commissaire spécial de Toulouse, le 5 décembre 1936.
  • 14 L’Express du Midi, 13 décembre 1936, « St Gaudens – Aux Commingeois anticommunistes – Aux anciens c (...)

13Bien qu’aucun conflit n’éclate, les rumeurs concernant des listes d’otages persistent : « La nouvelle a circulé de bouche en bouche, dans les cafés, sur les marchés, déformée ou amplifiée suivant le caractère de chacun. Les événements actuels l’ont accréditée plus facilement parmi la population des campagnes. Personne pourtant ne peut se targuer d’avoir vu les listes d’otages. » Le mois de décembre est l’occasion d’une nouvelle flambée d’inquiétude : « J’ai l’honneur de vous faire connaître que les déplacements de femmes et d’enfants vers la campagne se poursuivent. On me signale d’autre part que dans certaines familles, on constitue des dépôts de vivres divers pour pouvoir subsister quelques jours sans avoir à sortir.13 » Une fois encore, le rôle de la presse est déterminant : « La situation ne cesse de s’aggraver. Les agents du Komintern, sûrs de l’impunité, ne reculent devant aucun moyen pour dresser les Français les uns contre les autres. [...] Déjà, les bandes de tueurs organisées sur divers points du territoire par des spécialistes de l’émeute et du crime, venus de l’étranger, s’agitent dans l’ombre. Partout, dans les villes et jusque dans le plus petit village, des listes de suspects sont dressées.14 »

14Le 9 septembre 1936, le commissaire spécial de Toulouse fait part de ses convictions au préfet : le mouvement orchestré par la droite a des objectifs purement politiques : « Il apparaît de plus en plus que l’on se trouve en présence d’une campagne méthodiquement organisée par des éléments de droite cherchant à atteindre et à troubler non pas toute l’opinion publique, mais bien une fraction de celle-ci, la petite bourgeoisie. Méthodiquement organisée, car il m’a été permis de constater que ces bruits prenaient naissance toujours en un moment où l’opinion publique était mise en éveil par un événement politique : à Auterive, au moment des élections du Conseil Général de ce Canton. À Muret et à Rieumes à l’époque des rassemblements populaires qui eurent lieu à Toulouse dans le courant du mois d’octobre. [...] Enfin à Toulouse, les bruits lancés d’alerte des éléments d’extrême gauche pour le dimanche, 6 courant, coïncidaient avec la période de tension dans l’opinion qui a suivi avec anxiété les débats à la Chambre sur la politique étrangère. »

  • 15 Lynch (É.), « Toury, une grève à la campagne sous le Front populaire », Vingtième siècle, Revue d’h (...)
  • 16 Quellien (J.), Le Calvados au temps du Front populaire, Caen, Éditions du Lys, 1996, 207 p.
  • 17 A.D. Haute-Garonne, M 1960/102.

15Cette affaire est emblématique de la dégradation du climat politique quelques mois seulement après l’avènement du Front populaire. Parmi cette petite bourgeoisie, cible de la propagande des partis de droite, les propriétaires ruraux, notables de village, paraissent les plus sensibles à l’image d’un Front populaire destructeur de la propriété, notamment à l’occasion des grèves viticoles. D’autres départements sont concernés, souvent lors des grèves qui se déroulent à l’automne 1936. C’est le cas en Eure-et-Loir, lors de l’affaire de Toury15 ou dans le Calvados16. Les archives départementales contiennent d’autres exemples, entre autres à propos des rixes d’enfants que l’on charge d’une signification politique17.

16L’agriculture n’échappe pas à la dégradation de la situation politique, économique et sociale. Au contraire, parce que les questions paysannes sont un support emblématique de l’affrontement partisan et idéologique, les moindres incidents sont largement répercutés à la Chambre et au sein de l’opinion. L’année 1937 confirme l’affaiblissement de la position du gouvernement en matière agricole, réduit à l’impuissance au Parlement.

Le temps de l’impuissance

17La majorité affronte dès l’automne 1936 une tentative de remise en cause du fonctionnement de l’Office. L’opposition exige une nouvelle fixation du prix du blé car la dévaluation pénalise les producteurs agricoles. En affaiblissant la valeur de la monnaie, le gouvernement Blum porte atteinte au crédit de l’État et à la confiance paysanne. Celui-ci rappelle que le prix de 140 francs a été fixé à partir des coûts de production établis bien avant la dévaluation. Dans ces conditions, il n’y aucune raison de modifier le prix, d’autant qu’une revalorisation à cette époque avantagerait les gros exploitants possesseurs de stocks.

  • 18 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 15 décembre 1936, p. 3645.
  • 19 Ibid., p. 3638.

18Au Parlement, cette question sert de prétexte pour dénoncer l’attitude anti-paysanne du gouvernement. La majorité étant parvenue à différer, jusqu’au mois de mars 1937, la discussion des interpellations sur la politique agricole, les députés profitent du vote du budget de l’Agriculture, au mois de décembre, pour exprimer leurs inquiétudes, comme M. Nader, député du Finistère : « Nous constatons que, Grosjean comme devant, avec, en poche, des francs dévalués, que le bon sens paysan compare déjà aux assignats d’illustre mémoire, Jacques Bonhomme voit qu’il a plu au gouvernement de lui interdire tout espoir de se faire payer ses produits au juste prix.18 » Plus largement, l’Office est à nouveau sur la sellette. Prosper Blanc, député de l’Ain, dénonce la gabegie financière et les tracasseries imposées aux paysans : « L’Office du blé, qui va coûter des milliards au Trésor, et qui a exigé la nomination de nombreux fonctionnaires, n’a pas été accueilli avec beaucoup de satisfaction par la majorité des agriculteurs des diverses régions de France où le prix de revient du blé est loin d’être le même.19 »

  • 20 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 6 mars 1937, p. 857.
  • 21 Ibid., pp. 851-855.
  • 22 Ibid., p. 860.

19C’est au début du mois de mars que viennent finalement en discussion les interpellations sur la politique agricole et plus précisément sur la question de la revalorisation du prix du blé. En dépit d’une vaste campagne de presse, le conseil national de l’Office n’a pas voté la revalorisation, faute d’atteindre le quorum requis, principalement en raison de l’attitude des deux représentants de la CNP, Calvayrac et Desmeroux. Cette décision provoque de vigoureuses protestations à la Chambre. Félix Grat détaille les douze membres qui se sont opposés à la revalorisation, parmi lesquels : « Deux délégués agricoles socialistes : il leur était bien difficile d’aller contre le désir d’un ministre qui appartient à leur parti politique et qui est, pour ainsi dire, leur élu.20 » M. Buyat, député de l’Isère et auteur de la principale interpellation brandit la menace de la colère paysanne : « Mais, monsieur le ministre, il ne faudrait pas trop compter sur cette résignation. Les paysans, depuis quelque temps, ont pris conscience de leur force. Ils vous demandent aujourd’hui le droit et la justice.21 » Au sein de la majorité, Arnol, autre député de l’Isère, s’étonne en revanche de l’attitude de députés qui, ayant fait campagne contre l’Office, l’ont finalement voté, puis mènent maintenant une violente campagne contre son principe : « M. Buyat a, en effet, voté pour l’Office du blé. Voilà donc ceux que j’appelle des repentis, qui mènent l’offensive contre l’Office du blé après l’avoir institué.22 » Ce débat, s’il n’a pas de suite politique, illustre l’utilisation de la question du blé pour affaiblir un gouvernement Blum déjà fragilisé par l’instauration de « la pause » et réduit à l’impuissance en matière agricole.

 

  • 23 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 23 décembre 1936, p. 3867.

20La faible marge de manœuvre du gouvernement se manifeste lors de la discussion d’un projet de loi sur les procédures de conciliation et d’arbitrage dans les conflits collectifs du travail, discussion entamée le 1er décembre 1936. Il apporte un cadre législatif aux négociations empiriques qui ont accompagné les grands conflits de l’été précédent. En dépit de la pression exercée par Chaussy et Parsal23 à la Chambre, le Sénat reste inflexible et ne veut pas entendre parler de l’extension de la loi aux travailleurs de la terre. Dès la fin du mois de décembre, le Sénat n’examine plus les textes votés par la Chambre sur les questions agricoles, tout au moins les projets jugés dangereux pour la paysannerie. D’autres textes, encore plus audacieux, tel celui sur les conventions collectives d’échange en agriculture, subiront le même sort : votés rapidement par la Chambre, ils ne seront jamais examinés par la Chambre haute.

21À la différence des textes précédents qui ne figurent pas explicitement ni dans le programme électoral du Rassemblement populaire ni dans celui du parti, la protection des fermiers et des métayers est, avec la revalorisation du prix du blé, une des grandes promesses électorales de la SFIO. Pendant la discussion, des failles assez sérieuses se manifestent au sein de la majorité, entre socialistes et communistes, qui avaient jusqu’à présent fait front commun sur les questions agricoles.

  • 24 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 29 avril 1937, p. 1415.

22Le projet de loi instaure une indemnité de plus-value afin de donner au fermier sortant une contrepartie pour les améliorations qu’il a pu apporter au domaine. Le texte prévoit également l’intervention de commissions paritaires pour fixer les prix des fermages ainsi que différents moyens pour protéger le fermier sortant. Sur cette question, des députés SFIO et PCF défendent un amendement accordant la priorité aux fermiers sortants, arrivant en fin de bail. Riffaterre, Philippe Le Maux, Renaud Jean, interviennent tour à tour pour dénoncer les pressions qu’exercent les propriétaires et que seule une loi peut combattre. Mais Monnet refuse de les suivre sur ce terrain : « En effet, je ne voudrais pas qu’on m’accuse d’avoir fait voter une loi conservatrice. (Sourires.) Si je suis hostile au privilège de la propriété foncière, je suis non moins hostile à l’institution d’un nouveau privilège au profit des fermiers actuellement nantis. » Cette intervention ne convainc pas Tanguy-Prigent qui rappelle les contraintes pesant sur le fermier : « Quand un propriétaire voudra se débarrasser d’un fermier appartenant à tel parti politique ou assistant à telles réunions ou affilié à tel syndicat, comme cela se passe, en ce moment en Bretagne, le propriétaire trouvera toujours un compère faisant une offre supérieure, ce qui lui permettra de congédier son fermier.24 »

  • 25 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 20 mai 1937, p. 1519.

23Lorsque la discussion est reprise, près d’un mois plus tard, ces mêmes députés souhaitent restreindre les possibilités d’éviction du fermier, en limitant la reprise de l’exploitation au seul propriétaire et à ses enfants, mais pas à ses ascendants. Georges Monnet est obligé de rappeler à l’ordre ses camarades : « Je suis surpris de voir des amis politiques du ministre de l’Agriculture contester l’application d’un principe essentiel de leur doctrine : ce principe, c’est qu’il faut développer le plus possible la petite propriété rurale, de façon que la terre, c’est-à-dire l’instrument de travail, soit la propriété de celui qui l’exploite lui-même, qui la féconde par son labeur personnel.25 » Mais ses « amis politiques » persistent et il faut un vote pour repousser l’amendement.

  • 26 Prost (A.), « L’éclatement du Front populaire. Analyse factorielle des scrutins de la Chambre des d (...)

24L’impuissance législative de 1937 s’explique par deux faits essentiels. Très vite, les projets agricoles du gouvernement butent sur les difficultés financières : c’est le cas de la réforme sur l’indemnisation des calamités agricoles, depuis longtemps réclamée par le monde paysan. L’ensemble de la classe politique s’accorde à trouver particulièrement pernicieux le système traditionnel de vote de secours par le Parlement, mais la césure entre la droite et la gauche resurgit entre les partisans de l’étatisation de l’assurance et les défenseurs des assureurs privés, gérés ou non par des organismes mutuellistes. L’étatisation, qui semble acquise avec la victoire du Front populaire, est rapidement compromise par la situation financière. Aussi, malgré l’existence de projets, dont celui des socialistes, la discussion n’a pas lieu. En ce domaine, ils subissent sans pouvoir réagir la revanche de leurs alliés radicaux qui reprennent progressivement l’initiative. L’analyse d’Antoine Prost sur l’éclatement parlementaire du Front populaire montre le rôle clé des questions agricoles dans l’amenuisement de la majorité26. Et au Sénat, l’opposition, plus précoce, est encore plus efficace. Dès lors, les grèves qui renaissent dans le Bassin parisien n’ont guère de chance d’aboutir.

Les grèves agricoles de 1937 : chroniques d’un échec attendu

25Les grèves agricoles de l’été 1937 se déroulent dans un contexte tout à fait différent de celui de l’année précédente. L’effervescence de la victoire électorale est retombée, le Sénat a fait chuter le gouvernement Blum et les grands exploitants agricoles, échaudés par les conflits de 1936, sont déterminés à s’opposer avec vigueur à tout mouvement d’occupation.

  • 27 A.D. Eure-et-Loir, 1 M 21, rapport du sous-préfet de Dreux au préfet, 19 mai 1937.
  • 28 A.D. Eure-et-Loir, 1 M 21, rapport du sous-préfet de Châteaudun au préfet, 19 juin 1937.
  • 29 A.D. Aisne, 4 Z 4 - Sous-préfecture de Vervins, rapport du sous-préfet, 29 juin 1937.
  • 30 Le Populaire, 17 juillet 1937, « Les ouvriers agricoles seront-ils acculés à la grève ? », M. Rius.
  • 31 Le Populaire, 24 juillet 1937, « Les conflits en agriculture », Pierre Ridet.

26Les syndicats, pris au dépourvu en 1936, font pourtant un important effort d’organisation à l’approche de l’été et des contrats d’embauche27. La CGT s’efforce de généraliser les contrats collectifs, parallèlement à l’action menée au plan national, sollicitant localement l’appui des autorités préfectorales. En Eure-et-Loir, un accord est conclu entre représentants patronaux et syndicaux le 17 juin à la préfecture. Le sous-préfet de Châteaudun estime que cette mesure facilitera l’apaisement des tensions lors des traditionnelles « louées »28. Les informations convergent pour constater que les responsables syndicaux n’envisagent pas la grève comme un moyen d’action systématique mais en agitent la menace pour contraindre les patrons à s’asseoir à la table des négociations. Tel est le sens des propos tenus par le secrétaire de la section fédérale de l’Aisne, lors d’une réunion à Guise : « Il a précisé que c’était là un moyen [la grève] extrême auquel les dirigeants n’auraient recours que si toute discussion devenait impossible.29 » Dans Le Populaire, M. Rius demande au Sénat d’étudier au plus vite la loi sur les conventions collectives. Mais le ton est encore modéré et il veut se persuader qu’il existe des patrons consciencieux. À tort puisque le 17 juillet Rius conclut que les travailleurs agricoles n’ont plus d’autres solutions que la grève pour faire aboutir leurs revendications30. Commentant cette décision, Pierre Ridet dénonce les manœuvres des employeurs pour constituer des syndicats jaunes, mais, malgré son indignation, il ne souhaite pas non plus voir le conflit dégénérer : « Mais les travailleurs de la terre doivent éviter tous les pièges qu’on leur tend et surtout garder leur sang froid. Tout mouvement désordonné serait vain et même périlleux pour le syndicalisme.31 »

27Plus encore qu’en 1936 où les mouvements étaient largement spontanés, les socialistes et la CGT hésitent sur la stratégie à suivre. La perspective d’une grève des ouvriers agricoles leur paraît avant tout comme un moyen de pression devant lequel ils ne cessent de reculer. Ce dilemme est vif chez les socialistes, toujours associés au gouvernement. Les réticences à l’action contrastent avec l’ardente mobilisation patronale.

 

  • 32 A.D. Oise, 10 M, MpP 4285, rapport du sous-préfet de Compiègne au préfet, 26 janvier 1937.

28Celle-ci s’est manifestée de manière précoce avec le renvoi des ouvriers syndiqués. Les préfets, sollicités, ne peuvent que prendre acte de l’intransigeance patronale. En janvier 1937, les ouvriers d’une ferme de l’Aisne se sont mis en grève à la suite du renvoi de deux de leurs camarades : « M. Lebrun, sur mon intervention téléphonique, m’a déclaré formellement ne vouloir chez lui aucun ouvrier cégétiste et se refuser à reprendre les 2 ouvriers renvoyés, faute de travail à leur donner. M. Lamarche demande la convocation du patron et des délégués devant la commission paritaire. J’ai répondu que l’échec était certain. [...] Semblables conflits sont difficiles à résoudre, car on ne peut pas contraindre un patron à garder des ouvriers qu’il prétend, à tort ou à raison, inutiles à son exploitation.32 » L’analyse de ce sous-préfet expose les logiques à l’œuvre : quelles que soient les directives de conciliation données par le gouvernement, les conditions de travail et les rapports de force entre ouvriers et employeurs maintiennent ces derniers dans une position favorable et les droits syndicaux demeurent largement fictifs.

  • 33 A.D. Oise, 10 M, MpP 4285, rapport du commissaire spécial de Beauvais au préfet, 17 mars 1937.

29Pour les acquis plus récents, comme la loi sur les congés payés, les résistances sont encore plus vives : « La plupart des agriculteurs qui ont signé le collectif le 20 juillet 1936 refusent de donner les congés payés sous prétexte qu’ils ont été victimes en septembre suivant d’une grève qui a duré un jour 1/2 et ils excipent de l’article de la loi qui prévoit la rupture du contrat. Or deux affaires de cette nature auraient été soumises à la décision de M. le Juge de Paix, les patrons ayant été assignés par leurs ouvriers et ces derniers auraient été purement et simplement déboutés de leur demande. » Les ouvriers, isolés, n’ont pu que s’incliner devant une telle décision, à l’impartialité douteuse : « Cependant, ils ont trouvé extraordinaire que M. Courtois Gaston [l’un des patrons concernés] ait été nommé Juge Suppléant de la justice de Paix alors que premier intéressé dans les conflits, il devenait juge et partie.33 » Ce rapport fait foi des résistances profondes auxquelles se heurtent les réformes sociales du Front populaire. Dans l’une des rares conventions établies en 1937, sous l’égide de la préfecture d’Eure-et-Loir, le patronat a accepté les revalorisations salariales. En revanche, les autres demandes, principalement celles garantissant le libre exercice syndical, n’ont pas été inclues dans les accords et sont systématiquement écartées : les exploitants entendent demeurer maître chez eux.

 

  • 34 A.D. Seine-et-Oise, 13 M 241, rapport du commissaire de police.

30Lorsque des conflits éclatent, spontanément ou non, ils se heurtent à une ferme résistance patronale. En Seine-et-Oise, la détermination des employeurs bénéficie de l’appui des forces de l’ordre pour faire respecter la liberté du travail. À Verrières-le-Buisson, la grève se déclare le 5 mai, sans succès, à la grande fureur du député communiste Parsal qui lors d’une réunion, le 13, fait part de son mécontentement : « Ce dernier a critiqué l’action dépourvue d’énergie du délégué Gego, il lui a reproché de ne pas avoir résisté au service d’ordre organisé par la police. Il a ajouté qu’il ne comprenait pas les raisons pour lesquelles la police sous prétexte de faire respecter la liberté du travail, les gênait dans leur mouvement gréviste. Son intention est de se plaindre à M. le Préfet et à M. le ministre de l’Intérieur, pour que l’on supprime les forces de police, pendant les grèves. S’il n’obtenait pas satisfaction, il interpellerait à la Chambre. Il se propose d’ailleurs de venir lui-même demain matin à la tête du mouvement gréviste de Verrières. Il a déclaré : “On verra bien si on coffrera le député du Front populaire.”34 » La grève s’achève victorieusement le 18 mai, les patrons ayant accepté le relèvement des salaires.

  • 35 Le Populaire, 4 juin 1937, « Graves incidents à Tremblay-lès Gonesse », J.-M. Hermann.

31Les interventions des Chemises vertes ou des « volontaires de la moisson » se produisent dans ce contexte de résistance patronale. Lors de la grève de Tremblay-lès Gonesse, à la différence de 1936, la police intervient pour protéger les non-grévistes, auxquels se joignent les « renforts » venus de la région parisienne. Jean-Maurice Hermann s’en indigne dans un article du Populaire, relatant l’intervention d’« un fort détachement de fascistes motorisés venus attaquer des ouvriers agricoles que l’intransigeance des gros propriétaires avait poussés à la grève35 ». Il décrit longuement l’organisation minutieuse des troupes fascistes, secondées par la police.

  • 36 A.D. Oise, Mp 4286, rapport du sous-préfet de Senlis du 20 juillet 1937.

32Face à cette détermination, les responsables syndicaux sont réduits à l’impuissance. La fédération CGT de l’Oise a déclenché un mouvement général de grève afin de pousser le patronat à la négociation. Le sous-préfet de Senlis ne peut que constater la faible efficacité de la manœuvre : « J’ai l’honneur de vous rendre compte que la grève de démonstration de 24 heures décidée pour aujourd’hui, par les ouvriers agricoles, n’a pas eu le succès qu’escomptaient les délégués de la CGT. [...] Aucun incident grave ne m’a été rapporté et les quelques entraves à la liberté du travail qui ont été constatées ce matin ne se sont pas renouvelées dans le courant de l’après-midi. [...] J’ai l’impression que, devant le peu de succès de la démonstration d’aujourd’hui, le travail reprendra partout demain matin et que les travaux de la moisson se poursuivront sans nouvel incident. Les ouvriers m’ont demandé d’intervenir encore auprès des syndicats patronaux pour qu’ils acceptent de discuter les clauses d’un nouveau contrat. Je veux bien pour la dernière fois, tenter cette démarche, à l’avance persuadé, d’ailleurs, qu’elle n’aboutira point.36 »

33Ni au Parlement où l’opposition sénatoriale paralyse toute nouvelle avancée législative, ni sur le terrain où l’action syndicale rencontre une résistance patronale accrue, le gouvernement du Front populaire ne parvient à imposer une dynamique réformatrice. La seule issue existante, politique, est la dénonciation croissante de l’attitude du Sénat. Mais celui-ci demeure en position de force, obtenant la chute du gouvernement Blum. Ce bilan négatif doit néanmoins être nuancé car dans les campagnes, la victoire du Front populaire a conforté l’enracinement du parti et relancé le recrutement et l’organisation, favorisant l’épanouissement d’une sociabilité villageoise socialiste.

II. Renforcement de l’implantation paysanne

Élus et militants paysans

  • 37 Wahl (A.), « Les députés SFIO de 1924 à 1940 : essai de sociologie », Le Mouvement social, no 106, (...)
  • 38 Sadoun (M.), Les socialistes sous l’Occupation, Paris, FNSP, 1992, pp. 243-244 ; Wright (G.), La ré (...)

34Durant les années trente, de nouvelles générations de militants s’imposent sur le devant de la scène et accèdent aux responsabilités politiques nationales. Une étude réalisée sur le groupe parlementaire entre 1924 et 1940 confirme l’hypothèse d’une implantation croissante de la SFIO en milieu rural, que l’on considère le lieu de naissance des nouveaux élus de 1936 (rural pour 63 % d’entre eux, contre seulement 50 % en 1924) ou le milieu professionnel des parents37. La profession des élus est une autre donnée essentielle, même si elle se révèle délicate d’utilisation et aboutit à des variations importantes, entre 8 et 12 rattachés à l’agriculture selon les différentes enquêtes38. L’essentiel est en définitive moins l’appartenance effective que la trajectoire individuelle et les motivations qui incitent ces élus à revendiquer une étiquette paysanne.

35Il est pertinent d’opposer parmi ceux que l’on peut rattacher professionnellement et directement à la terre, les « paysans députés » aux « députés paysans », dont l’origine professionnelle n’est pas agricole mais dont la fortune politique s’appuie largement sur ces thèmes, la plupart se retrouvant à la commission de l’Agriculture. 15 députés SFIO y sont inscrits en 1936 : Basquin (Somme), Blanchet (Creuse), Bouhey (Côte-d’or), Boulay (Saône-et-Loire), Chaussy (Seine-et-Marne), Debrégeas (Haute-Vienne), Esparbès (Haute-Garonne), Le Maux (Côtes-du-Nord), Mauger (Loir-et-Cher), Rauzy (Ariège), Riffaterre (Creuse), Roldes (Yonne), Tanguy-Prigent (Finistère), Thomas (Saône-et-Loire), Zunino (Var), ainsi que Georges Monnet.

36Ce groupe est désormais dominé par les exploitants agricoles ou viticoles, une évolution qui témoigne d’un incontestable enracinement paysan. En 1924, le groupe des élus issus du monde agricole n’avait révélé qu’un seul « cultivateur-cultivant », Bonin. En 1936, Le Maux, Tanguy-Prigent, Esparbès, Bouhey, Boulay et Debrégeas prétendent à ce titre. Des députés très proches du monde rural par leur profession apparaissent : Alfred Basquin, par exemple, a exercé tour à tour les professions de cafetier, d’hôtelier, puis de représentant en vins. D’autres, venus de régions viticoles, possèdent des vignobles et sont actifs au sein du mouvement coopératif, comme Zunino dans le Var.

37Parmi les exploitants, Tanguy-Prigent, député du Finistère, Le Maux, député des Côtes-du-Nord et Esparbès en Haute-Garonne ont tous les trois en commun leur jeunesse et leur situation familiale modeste, puisque leur élection à la Chambre les a directement enlevés à leur exploitation. Tant Esparbès que Tanguy-Prigent ont dû arrêter l’école après le certificat d’études. Le groupe des vignerons recrute au sein de milieux plus aisés : Henri Martin et Henri Boulay sont issus de familles d’exploitants agricoles bien implantées régionalement et actifs au sein du mouvement professionnel. Jean Bouhey, négociant viticulteur, est le fils d’un député. Parmi les cultivateurs qui se rapprochent du parti au début des années trente, certains sont des exploitants aisés : Gabriel Debrégeas est un notable agricole républicain, tout comme Léon Roche, qui se présente comme propriétaire. Le cas de Sylvain Blanchet atteste des difficultés de classification professionnelle. Fils de petit exploitant agricole, il reprend l’exploitation familiale et organise le réseau coopératif local. Élu à la Chambre d’agriculture de la Creuse, il soutient le développement de la CNP. S’il n’est pas, au sens premier du terme, un cultivateur, il est difficile de le tenir à l’écart du groupe des paysans-députés.

38Cependant d’autres élus sont membres de la commission de l’Agriculture. Parmi eux figurent les « notables » locaux, membres du parti, dont certains sont des « ralliés », tel Riffaterre en Corrèze, évoqué précédemment. Alexandre Rauzy, issu d’une famille de propriétaires terriens ariégeois, poursuit ses études de droit jusqu’à la licence à Toulouse et revient s’installer à Foix comme avoué, à la veille de sa victoire aux élections de 1928. Bien que militant très actif, c’est à son implantation familiale qu’il doit un tel succès ; il est conseiller général de Tarascon depuis 1931. La commission de l’Agriculture compte également deux fils de députés socialistes, Jean Bouhey et Robert Mauger. L’un et l’autre ont repris l’exploitation familiale, même si pour le second, elle n’est qu’une activité complémentaire, parallèlement à l’exercice du métier d’horloger. Les enseignants, nombreux au sein de la SFIO, conservent souvent des attaches avec le monde rural dont ils sont issus. Jean-Marie Thomas, instituteur puis professeur, député de Saône-et-Loire, appartient à cette catégorie.

39Le dernier type de « députés paysans » est celui du militant ayant choisi de se spécialiser dans les questions agricoles. Il se dissimule fréquemment sous l’étiquette de journaliste ou de publiciste. Maxence Roldes, délégué permanent du parti et journaliste à L’Humanité avant la guerre, conquiert la circonscription de Tonnerre en 1932. Malgré son escapade aux côtés des néo-socialistes, il réintègre suffisamment tôt la SFIO pour conserver la confiance de ses camarades. Réélu en 1936, il joue un rôle de tout premier plan durant l’élaboration de l’Office du blé, dont il est le rapporteur. Fernand Roucayrol, député de l’Hérault, illustre l’association entre le militantisme et l’appartenance au monde rural. Après des études de droit interrompues par la guerre, il devient avocat. Secrétaire de la fédération, il incarne la résistance à la dérive des élus qui, partisans de la participation, quittent le parti en 1933. Il affronte victorieusement l’un d’entre eux en 1936, Félix. Roucayrol prendra la relève de Barthe, militant pour une réforme de structure, la mise en place d’un office du vin.

 

40Cette classification des élus à partir de leur profession et de leur appartenance à la commission de l’Agriculture a surtout une valeur indicative. Beaucoup d’autres députés représentent des circonscriptions rurales mais ne jugent pas nécessaire de s’y inscrire. Celle-ci effectue de surcroît un travail législatif qu’il n’est pas toujours facile de valoriser auprès des électeurs. Il existe, au Parlement, d’autres moyens de défendre les intérêts de ses mandants, depuis les questions écrites jusqu’aux interventions lors des débats. Celles-ci peuvent se produire durant la discussion de projets ou de propositions de lois agricoles, lors des interpellations – surtout utilisées par l’opposition –, ou enfin pendant les débats budgétaires.

  • 39 Le Populaire du Centre, 24 mars 1935, « Dans la Région – Creuse – Pour nos populations rurales ».

41Les questions écrites ou orales posées aux ministres par les députés, apparemment peu valorisantes en terme politique, sont pourtant un moyen privilégié par lesquels les députés assurent leur rôle d’élu. La presse locale et militante reproduit scrupuleusement les avantages obtenus comme dans Le Populaire du Centre, en 1935 : « Notre ami Camille Bénassy, député de la Creuse, avait, à de multiples reprises, demandé au gouvernement de se préoccuper des relations téléphoniques pour les habitants des villages qui, se trouvant éloignés des bureaux de poste des bourgs, n’avaient aucune possibilité de communiquer rapidement pour leurs besoins et en particulier, lorsqu’il y avait nécessité d’appeler le médecin. Récemment, il avait adressé une lettre ouverte à M. Mandel, Ministre des PTT et avait demandé à lui poser une question orale à la tribune du Parlement. L’actuel Ministre des PTT a décidé de satisfaire à la demande de notre ami et de faire procéder à l’installation de taxiphones dans les hameaux ainsi qu’en témoigne la lettre suivante du 21 mars.39 » La présence de ministres socialistes au gouvernement rend les interventions parlementaires plus efficaces, et les correspondances plus chaleureuses.

  • 40 Parti Socialiste (SFIO), XXXIVe Conseil national : 15, 16, 17 et 18 mai 1937 – Marseille, Compte re (...)

42Les fédérations dépourvues d’élu n’hésitent pas à se plaindre d’un tel handicap : c’est le thème de l’intervention de Floyrac (Lot), au congrès de Marseille : « Les camarades paysans sont surtout dominés par la question matérielle, par la question de leurs intérêts propres. Si, parfois ils font des concessions, sur les questions de décorations, dont ils se moquent, il est un fait primordial pour eux : c’est la question de leurs intérêts, de leurs intérêts particuliers, camarades. [...] Je représente une fédération rurale qui a le triste privilège de ne pas avoir d’élu à elle, mais qui a contre elle des élus tout puissants. Or, ces élus tout puissants, nos adversaires, dominent encore toutes les administrations du département. (Applaudissements.) [...] On ne peut nommer un cantonnier, on ne peut déplacer un facteur, sans que M. de Monzie, M. Besse et M. Malvy donnent leurs consentements. Voilà ce qu’on constate après un an de Front populaire. (Applaudissements.)40 »

43On ne peut sans doute trouver meilleure illustration de l’enjeu que représentent les élections locales en milieu rural à la fin de la Troisième République. Le conseiller général doit être efficace et cette efficacité dépend des relais des élus nationaux et de l’administration départementale. Tant que les socialistes n’ont pas fait leur preuve en ce domaine, leur progression, au niveau local, demeure fragile.

 

44En dépit de tels obstacles, les progrès de la SFIO sont lents mais réguliers. Pour les élections cantonales, le nombre de conseillers d’arrondissements atteint 121 en 1934 contre 105 en 1928. 1937 marque une nouvelle étape, puisqu’ils passent de 163 conseillers sortants à 234. D’après les calculs fournis par les rapports du congrès de Royan, au premier tour, le nombre de voix obtenues par les candidats du parti, regroupant les élections des conseillers généraux et des conseillers d’arrondissements est de 1 657 088, soit 21,32 % des suffrages. La SFIO devient ainsi le premier parti de France, le Parti radical n’obtenant que 20,70 %, ce qui ne l’empêche pas de demeurer largement en tête par le nombre de ses élus, avec 526 conseillers généraux et 544 conseillers d’arrondissements.

45Ces élections facilitent la promotion de conseillers généraux cultivateurs. Les députés paysans y sont en bonne place, l’élection cantonale constituant une étape ou un aboutissement. Ainsi Tanguy-Prigent s’est-il emparé du siège de conseiller général en 1934 (élection confirmée en 1935, après l’invalidation prononcée en raison de son âge), avant de devenir député. À l’inverse, Henri Boulay devient conseiller général lors du renouvellement de 1937, après un premier échec en 1931. Les sondages effectués dans les fédérations du Finistère et de la région Centre rendent compte de la présence croissante des cultivateurs au sein des structures politiques locales, notamment les conseils d’arrondissements. Dans le Finistère, Le Roux est élu en 1937 dans le canton de Le Huelgoat, Charle au conseil d’arrondissement. Tous deux sont cultivateurs et militent au sein de la CNP Alexandre Sarciron, exploitant vigneron, est élu conseiller général du canton d’Huriel (Allier).

  • 41 Le Populaire, 20 octobre 1937, « Pour la première fois en Vendée, un socialiste élu au Conseil géné (...)

46Le Populaire ne se prive pas de sélectionner quelques victoires exemplaires. Les élections cantonales récompensent en particulier la persévérance de « vieux militants » : « Ce succès est un précieux encouragement pour les militants vendéens qui se dévouent dans un milieu ingrat. [...] Mais cette victoire en même temps que celle du Parti, est aussi celle de Ludovic Clergeaud, socialiste depuis 27 ans, simple métayer, secrétaire fédéral depuis dix ans, un dévoué, un modeste, un militant modèle. Cultivateur, il a connu l’hostilité de ses compatriotes à cause de ses opinions politiques, mais il est parvenu, toujours fidèle au Parti, à conquérir la sympathie... et les suffrages des électeurs.41 » Cette victoire d’un paysan socialiste au cœur des terres blanches de la Vendée mérite d’être mise au service de la propagande.

 

47À l’image de ce dernier exemple, les succès électoraux ne sont rendus possibles que grâce au dévouement militant, dont il faut maintenant reprendre l’étude. Les graphiques du recrutement fournis par les rapports annuels du secrétariat du parti attestent de la dynamique créée par le Front populaire. Le redressement est difficile au lendemain de la scission des néos, puisqu’en 1935, le nombre d’adhérents n’a pas encore retrouvé celui de 1933 : 120 083 contre 131 044. L’année 1936 marque une rupture sans précédent : 202 000 membres, les nouveaux étant presque aussi nombreux que les anciens. 1937 ne voit pas se tarir la source du recrutement, supérieur encore à l’année 1936. Le total atteint est de 286 000 adhérents, trois fois plus qu’en 1934. La dynamique de la victoire joue donc à plein, comme en 1924, au lendemain de la victoire du Cartel des gauches. Celle de 1936 se déroule, de surcroît, dans un contexte de forte concurrence, le Parti communiste connaissant lui aussi une formidable extension de son recrutement.

  • 42 En ordre décroissant la Creuse, la Vendée, les Côtes-du-Nord, le Gers, le Cantal, le Lot, les Lande (...)

48Si l’évolution quantitative est claire, l’évolution qualitative est plus délicate, surtout lorsque l’on s’intéresse aux adhésions paysannes. La concurrence du Parti communiste, qui dépasse dès le mois de mai 1936 le nombre d’adhérents de la SFIO, s’exerce plus fortement en milieux ouvriers et urbains, comme en témoignent son implantation électorale et le succès des groupements d’usines face aux « Amicales socialistes ». Dès lors on peut supposer qu’une partie du recrutement socialiste se produit dans les campagnes et notamment auprès des paysans. Faute de chiffres détaillés à l’intérieur des fédérations, il convient de s’en tenir aux indications données par les congrès nationaux, qui précisent non seulement le nombre d’adhérents, mais aussi le nombre de sections. Si l’on compare 1935 et 1937, le nombre d’adhérents est multiplié par 3,32 et le nombre de sections par 1,63. Or pour les 10 départements où la population active agricole est la plus importante42, le taux moyen de multiplication des sections est de 2,15 et celui du nombre d’adhérents de 4,11. À l’inverse, parmi les 15 fédérations les plus urbanisées, le taux de croissance des sections est de 1,94 et celui des adhérents de 3,51. Encore ces moyennes intègrent-elles des cas atypiques. Parmi les départements « urbains », les Alpes-Maritimes (16,36 % de la population est agricole) connaissent une très forte poussée du recrutement, le nombre des adhérents étant multiplié par 10 (de 320 à 3 250) et celui des sections par 5,47 (de 15 à 82). Or cette croissance est localisée dans les zones rurales du département où le parti n’avait aucune implantation. À l’inverse, les fédérations de la Creuse ou de la Haute-Vienne, tout en connaissant une hausse modérée de leurs effectifs (respectivement 1,7 et 1,67) ne progressent pas en terme de sections : 0,94 pour la première, 0,83 pour la seconde. Dans ces départements, la création des sections est ancienne, y compris dans les campagnes. Tout indique donc que l’augmentation des effectifs a particulièrement concerné les sections rurales.

  • 43 Sueur (R.), Socialisme et esprit républicain dans le département de la Somme des années 1920 aux an (...)
  • 44 Le Populaire, 9 janvier 1937, « En Beauce. Grenier de la France », Pierre Ridet.

49Au-delà des études monographiques qui confirment cette évolution43, la presse du parti apportent des illustrations et des précisions. La page agricole du Populaire, dirigée par Pierre Ridet, réalise plusieurs reportages sur la croissance des fédérations. L’Eure-et-Loir où l’Office du blé a été particulièrement bien accueilli par les petits producteurs céréaliers, est ainsi le cadre d’un vaste recrutement paysan : « Notre ami nous confiait que depuis juin dernier sa fédération s’était enrichie d’une trentaine de sections exclusivement rurales et que de 600 adhérents, elle était passée à 2000.44 » Quelques semaines plus tard, c’est le tour de l’Aisne, fédération du ministre de l’Agriculture et département producteur de blé, d’être citée en exemple. Même s’il faut prendre avec prudence ces comptes rendus enthousiastes, le recrutement rural paraît important.

  • 45 Le Populaire du Centre, 7 mars 1936, « Creuse - La Brionne - Échos d’une réunion ».

50Localement, Le Populaire du Centre offre pour la fin des années trente de multiples descriptions de créations de sections dans des petites communes, en particulier en Creuse et en Corrèze. La campagne législative de 1936 est une période particulièrement favorable, comme l’illustre cette réunion à la mairie de La Brionne [353 habitants], en Creuse, du futur député Blanchet : « Une centaine d’auditeurs étaient accourus, chiffre impressionnant si l’on songe que c’est à peu près le nombre des électeurs de cette petite commune. [...] Puis Blanchet, en une causerie familiale, montra l’erreur du Parti radical qui vient de soutenir au cours de cette législature cette politique de déflation qui est déjà jugée par les résultats qu’elle a donnés [...]. Des applaudissements unanimes soulignèrent cette péroraison. Sur le champ, une section fut mise sur pied : elle recueillit de suite trente adhésions, proportion remarquable dans une aussi petite commune. Aucun doute qu’elle ne groupe bientôt la majorité des électeurs de cette commune. Le camarade Durand fils, cultivateur à Montbut, a été désigné comme secrétaire.45 » La dynamique engendrée par la campagne électorale entraîne la formation d’une section, dirigée de surcroît par un cultivateur.

  • 46 Le Populaire du Centre, 28 mai 1937, « Creuse - Le congrès de la fédération socialiste ».
  • 47 A.D. Nièvre, M. 1502 - Rapports sur l’état d’esprit de la population (1935-1938), rapport du commis (...)

51Cet élan se maintient après la victoire du Front populaire. En Creuse, le congrès de la fédération en 1938 se réjouit des progrès accomplis, tout en souhaitant poursuivre son effort : « Il convient de l’accentuer ; de nouvelles sections doivent être formées. Partout d’ailleurs nous rencontrons le meilleur accueil. Exemple de Saint Dizier la Tour [453 habitants], fief des dorgéristes, où nous venons de constituer une section de 50 membres. Rivière, secrétaire fédéral, est parfaitement d’accord. La fédération a fait un gros effort. Le nombre d’adhérents est passé de 1 356 à 2 128 membres.46 » À l’image de la Nièvre, la bonne situation des petits producteurs agricoles favorise cette progression : « L’amélioration de l’état d’esprit de la population paysanne, signalée dans mon dernier rapport mensuel, persiste. Les produits agricoles s’écoulent facilement et à des prix plus rémunérateurs, mais on se plaint de la pénurie de la main-d’œuvre et on réclame une plus large répartition et une augmentation des allocations familiales. [...] Quelques réunions de propagande socialiste ont été tenues, avec le concours de militants locaux de la fédération, à Gimouille, Poil, St Pierre-le-Moutier, St Saulge et Sémelay. Elles n’ont été marquées par aucun incident et ont abouti à la formation de deux nouvelles sections.47 » L’enthousiasme militant paraît ici corroboré par les autorités préfectorales. Cette croissance, si elle profite du contexte favorable de l’entrée au gouvernement, bénéficie aussi de la poursuite du travail d’éducation et d’organisation.

Épanouissement et renouvellement des pratiques politiques locales

  • 48 Le Populaire, 2 mars 1937, « Les délégués permanents », Théo Bretin.

52La hausse des effectifs n’est pas seulement induite par la dynamique victorieuse du Front populaire et l’exercice des responsabilités gouvernementales. Le parti poursuit en effet son effort d’organisation et de développement par la propagande, avec la croissance du nombre de réunions organisées et des fédérations visitées par les délégués permanents. Les premières passent de 579 en 1924 à 1 126 en 1937 et les secondes de 37 à 67. Pour soutenir cet effort, il faut davantage de délégués permanents. En 1935-1936, la CAP fait appel à Chatignon pour remplacer temporairement Ferdinand Faure et Louise Saumoneau, malades. Tous deux quittent la délégation permanente en 1936 et sont remplacés par Magnien (janvier 1937) et Périgaud (mars 1937), rejoints à la fin de 1937 par Fernand Coll. Cette nouvelle génération de militants relance l’action aux côtés de la « vieille garde guesdiste », Cabannes et Théo Bretin, qui perpétuent l’héritage guesdiste du primat de l’éducation48.

  • 49 Les Cahiers du propagandiste, juillet-août 1939, no 51-52, « Notre Revue ».

53René Cabannes lance en février 1935 un bulletin mensuel : Les Cahiers du Propagandiste, Publications mensuelles de documentation socialiste. Placés sous le contrôle du parti, ils fournissent aux militants des arguments pour la propagande, et des « schémas de causerie ». Le numéro de janvier-février 1937 consacre sa rubrique « Pour causer à ceux de la terre » aux propositions et aux réalisations du gouvernement Blum. L’initiative n’est pas couronnée de succès et en 1939, dans le dernier numéro, Cabannes en tire un constat quelque peu désabusé : « Il y a dans le Parti une crise de lecture ; on est fatigué dès qu’une information devient sérieuse, du même coup, elle devient fatigante et on la laisse tomber. Toutes les revues analogues à la nôtre ont disparu ou sont à la veille de disparaître.49 »

  • 50 Le Populaire, 19 février 1937, « La demi-heure agricole », Paul Campargue.

54La délégation permanente demeure le bastion d’une conception quelque peu figée de la propagande, autour des heures glorieuses de l’avant 1914, celles des brochures « pédagogiques » de Guesde, Compère-Morel ou Jean Lorris. Lors du travail d’éducation, le paysan représente le « cas d’école » qu’il importe d’instruire sans ennuyer. Le modèle du « dialogue pédagogique » est toujours d’actualité : il s’impose spontanément à Tanguy-Prigent, lorsqu’il fait ses premières armes dans Le Breton socialiste. Lors des élections cantonales, ses adversaires radicaux s’en prendront à lui sous la forme d’un dialogue « instructif » entre deux paysans. Et c’est encore sur le schéma du dialogue que sont organisées, sur l’impulsion de Georges Monnet, des émissions radiophoniques consacrées à l’agriculture, diffusées chaque soir sur les relais d’État. Paul Campargue, député de l’Yonne, évoque leur succès : « Ruraux et citadins suivront avec intérêt cette émission vivante, entrecoupée de chants et de musiques inspirés du folklore des provinces françaises. [...] Les questions les plus abstraites sont traitées sous formes de dialogue : les mots savants en sont bannis.50 » Il y a donc une incontestable continuité des méthodes de propagande, axées sur le travail d’éducation et d’éveil des paysans.

  • 51 Burrin (P.), « Poings levés et bras tendus. La contagion des symboles au temps du Front populaire » (...)
  • 52 Nadaud (E.), « Le renouvellement des pratiques militantes de la SFIO au début du Front populaire (1 (...)
  • 53 Ibid., p. 24.

55Il est tentant d’établir un parallèle avec les nouvelles conceptions de la propagande qui s’imposent à Paris au milieu des années trente, sous l’impulsion de Tchakhotine51, relayé par La Bataille socialiste. Eric Nadaud a dressé le portrait de ces nouveaux militants, qui « ne se considèrent plus comme des maîtres d’écoles, mais comme des soldats du socialisme » et luttent « avec d’autres moyens : les symboles politiques, les techniques modernes de communication de masse, le coup de poing...52 » Or ces innovations, principalement urbaines, se heurtent à la résistance de la direction administrative du parti, dominée par les héritiers du guesdisme, et surtout à la structure de la SFIO où domine « le poids considérable de la province, notamment de la province rurale à l’intérieur du PS.53 ». La délégation permanente, telle qu’elle est présentée par Cabannes, apparaît bien comme un des pôles de cette résistance, intervenant majoritairement en milieu rural.

 

56Le maintien des objectifs de la délégation permanente correspond à celui du fonctionnement sur le terrain. Si Le Populaire délaisse l’activité de ses délégués, la presse fédérale et locale les suit plus fidèlement. Comme au temps de Lucien Roland, la délégation permanente demeure l’instrument privilégié pour atteindre les plus petits villages.

  • 54 Le Populaire du Centre, 9 septembre 1938. Entre crochet, le nombre d’habitants et le cas échéant le (...)

57En septembre 1938, deux tournées de propagande se succèdent. L’une, du délégué Xavier Magnien, en Corrèze, l’autre, en Dordogne, organisée par la fédération, avec le concours de députés étrangers à la région. La comparaison des deux itinéraires est instructive54.

Corrèze

Dordogne

Corrèze [1 510, clc]

Belves [1 534, clc]

Lonzac [1 881]

Saint Cyprien [1 834, clc]

Saint Hilaire Foissac [552]

Tourtoirac [964]

Saint-Merd-de-Lapleau [547]

Thenon [1 330, clc]

Saint-Chamant [795]

Niversac [ ?]

Argentat [2 548, clc]

Le Buisson [1 381]

Goulles [738]

Brantôme [2 047, clc]

Sexcles [590]

Villamblard [811, clc]

Saint-Julien aux-bois [888]

Thiviers [3 165, clc]

Servières [643]

Hautefort 11 322, clc]

Marcillac-la-Croisille 11 329]

Payzac |1 498]

Clergoux [422]

Milhac-d’Auberoche [596]

Cornil [1 281]

Sainte-Fortunade [1 634]

58La tournée de propagande en Dordogne conduite par le député du cru, Camille Bedin, fait appel à des personnalités extérieures : Robert Mauger, Robert Beaugrand (député du Loir-et-Cher) et Esparbès (député de Haute-Garonne). Pour un tel aréopage, à la forte tonalité « agricole », l’itinéraire retenu privilégie les gros bourgs, principalement les chefs-lieux de canton. Dans le second cas, le délégué à la propagande, accompagné du député Peschadour et du délégué des Jeunesses socialistes Gérard Gerbier, concentre sa visite dans une zone géographique réduite. Le délégué à la propagande peut faire ici œuvre d’éducation et d’organisation au cœur des petits villages, même si la présence du député donne un éclat plus vif aux réunions, l’élu en profitant pour rendre compte de son mandat.

Les contours d’une sociabilité socialiste dans les campagnes

59Si les structures et le fonctionnement de la délégation permanente favorisent le maintien des pratiques traditionnelles de propagande, il serait vain de croire que la province reste hermétique au renouvellement des pratiques militantes. Au sein des fédérations et des sections, les militants s’appliquent à s’approprier les formes nouvelles de la mise en scène partisane que la victoire du Front populaire a largement répandues.

  • 55 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 30 mai 1936.

60La scénographie des manifestations socialistes, destinée à frapper l’imagination des foules et provoquer l’enthousiasme des auditoires offre un premier exemple. Philippe Burrin rappelle qu’un effort particulier est réalisé lors du congrès tenu à Paris en mai 1936, au lendemain de la victoire et dont Lucien Roland donne la version « guesdiste » : « Séance du soir. Entrée de Blum ; levée générale, chant de l’Internationale les poings levés. Cette adoration d’un homme devient ridicule. Je reste assis.55 » Cette théâtralisation se diffuse à travers le pays par le relais des congrès nationaux du parti auxquels assistent les délégués des fédérations, souvent les plus actifs. Ils ont à cœur de s’inspirer de ces grandes cérémonies. Les images des actualités cinématographiques, principalement les grandes manifestations du Front populaire, contribuent à généraliser des pratiques et des gestes symboliques, le poing tendu notamment.

  • 56 Le Populaire du Centre, 21 septembre 1937, « Une magnifique manifestation socialiste à Peyrilhac ».

61La presse atteste de leurs diffusions ; une fête est organisée à Peyrilhac [1 491 habitants], en Haute-Vienne, pour célébrer le 37e anniversaire de la conquête de la mairie par Lalue, ainsi que sa promotion à l’ordre de la Légion d’honneur. Le compte rendu publié par la presse porte davantage sur la mise en scène que sur les discours des personnalités, deux sénateurs et trois députés : « Au fond, derrière la table d’honneur, une grande teinture rouge était tendue, sur laquelle apparaissaient les trois flèches symboliques et, en grosses lettres blanches, bien découpées, la formule connue : Pain, Paix, Liberté. Sur la tenture se trouvaient, à gauche le portrait de Léon Blum, à droite celui de Paul Faure. [...] Ainsi agencée, la salle était comme une sorte de symphonie du rouge, cette jolie couleur qu’on redoutait tant autrefois. Les serveuses elles-mêmes portaient les trois flèches sur leur tablier, des fleurs rouges dans les cheveux, pendant qu’au revers des habits l’églantine du Parti jetait gaiement ses feux. [...] Les tables du banquet étaient ornées de zinnias et d’œillets rouges, et au début du déjeuner, l’Internationale exécutée par une violoniste et un accordéoniste dont les instruments étaient enrubannés aux couleurs socialistes, se fit magistralement entendre au milieu d’une assistance de plus de deux cents personnes, debout et le poing levé. Parfois, un autre groupe de musiciens, saxophone et accordéon, remplaçait le précédent dans l’exécution du même hymne de révolution. L’effet était saisissant.56 » L’effet est saisissant en effet, conciliant les symboles nouveaux de la propagande (Trois flèches, poing levé), une scénographie particulièrement soignée et chargée, accompagnée de références républicaines plus traditionnelles.

  • 57 Le Populaire du Centre, 4 octobre 1937, « Creuse - Tercillat [436 habitants] - Fête socialiste ».

62La remise d’un drapeau est un autre temps fort de mise en scène symbolique, favorisé par la forte croissance du nombre de sections et particulièrement des sections de jeunesse, qui sont un des vecteurs les plus efficaces du renouvellement des techniques de propagande. « À l’occasion de la remise du drapeau à la section de Jeunesses socialistes de Tercillat, une fête des mieux réussies s’est déroulée dimanche dans notre localité. Après le banquet la foule se rassemble devant la cour de la maison d’école où avait été dressée une estrade magnifiquement pavoisée et décorée. De chaque côté se trouvaient de grandes bandes d’étoffe rouge portant les mentions : « CGT, CNP, Syndicalisme, bien-être et Liberté » et « Socialisme, ordre, paix, travail ». [...] Autour de l’estrade s’étaient rangés les drapeaux des sections de Tercillat, La Cellette, Bussière-Saint-Georges, Mortroux, Sardent, Nouzerines, auxquelles s’étaient jointes les sections voisines du département de l’Indre : Vigoulant, Sazeray, Vijon, Pouligny-Notre-Dame. [...] La chorale fait entendre de magnifiques chants dont : « Le drapeau rouge » et la fête se termine dans l’enthousiasme. Des bals eurent lieu ensuite et l’on dansa fort tard dans la nuit.57 » Là encore, l’accumulation des bannières rouges, la présence physique des slogans renforcent le sentiment d’appartenance partisane tout en marquant l’espace public.

 

63Ces manifestations opèrent en partie à usage interne, en direction des militants, au cours des réunions privées ou semi-privées que sont les banquets. Les remises de drapeaux, qui se déroulent fréquemment en plein air, possèdent une plus grande ampleur, par leur caractère public. Certes, elles se déroulent en « pays conquis », surtout au sein des plus petites communes. Les réunions et les cortèges peuvent être aussi un moyen d’occuper symboliquement l’espace public et de revendiquer sa force, notamment là où les oppositions politiques demeurent fortes.

  • 58 Le Breton socialiste, 3 octobre 1936, « La montagne rouge se réveille ».

64Une célébration d’envergure est ainsi organisée à Poullaouën [3 296 habitants], au cœur de la Montagne noire à l’automne 1936. La manifestation qui réunit 2 000 personnes le dimanche 27 septembre, s’est déroulée sans les députés, retenus à Paris. Après le meeting, le défilé s’organise : « En tête, ouvrant la marche, de jeunes militants, puis de nombreux drapeaux rouges qui encadrent le drapeau tricolore porté par les vieux vétérans des luttes républicaines de la commune et celui des anciens combattants entourés d’une garde d’honneur composée de grands mutilés. Des pancartes, de larges bandes suivent « Vive L’Office du blé », « Travailleurs, unissez-vous », « À bas la guerre » et voici après les membres du comité local, les orateurs de la réunion, la foule des militants avec, çà et là, des drapeaux écarlates qui jalonnent la longue colonne. C’est au bas mot plus de 2 000 manifestants et manifestantes, précédés d’un jazz scandant l’Internationale, qui défilent en ordre, avec calme et dignité, sur la grande route et la place de Poullaouën. [...] Le cortège s’arrête face au Monument aux Morts, les drapeaux s’inclinent, les têtes se découvrent, l’Internationale, la Marseillaise retentissent.58 » Puis, les festivités se prolongent avec un banquet, des chansons, des animations et un bal.

65Lors de ces démonstrations collectives, l’un des éléments marquants est la réappropriation de La Marseillaise par les militants. Cette attitude, bien connue pour le Parti communiste, est également présente à la SFIO. Plus exactement, elle réapparaît dans les régions où la situation de la gauche n’est pas assurée. En effet, si Le Breton socialiste reflète cette évolution, ce n’est pas le cas dans les départements couverts par Le Populaire du Centre. En Bretagne, où l’église est puissante, l’union des républicains n’est pas un vain mot : les manifestants de Poullaouën la mettent en scène sans ambiguïté : le socialisme et ses drapeaux rouges entourent et protègent la République et son drapeau tricolore, porté par les « vieux vétérans [sic] des luttes républicaines », tout comme les mutilés forment une garde d’honneur entourant les anciens combattants. C’est une parfaite illustration de la symbiose opérée par les socialistes entre les pratiques partisanes et la culture républicaine.

66Ces récits témoignent également de l’utilisation de pancartes et de slogans inscrits sur des banderoles. Ce phénomène est totalement nouveau pour les réunions villageoises alors que les cortèges et les chants s’enracinent dans le passé. Les slogans sont ceux du Front populaire : « Pain – Paix – Liberté », ou plus corporatifs : « Vive l’Office du Blé ». Il convient de noter les mots d’ordre pacifistes « À bas la guerre », clamés ou inscrits sur les banderoles ou les couronnes déposées sur les monuments aux morts. La présence de tels slogans dans les campagnes témoigne de la diffusion du modèle des grandes manifestations grévistes ou festives du Front populaire. Plus encore que les drapeaux et les chants, ils illustrent le souci de dépasser les particularismes locaux au profit d’une forme plus directe de participation à la vie politique nationale, par-delà les circuits traditionnels de la médiation politique républicaine.

  • 59 Le Populaire du Centre, 2 septembre 1937, « Corrèze - Orgnac-sur-Vézère - Écho d’une fête », D.L.

67Un autre enseignement de l’étude de la sociabilité politique socialiste est l’omniprésence des pratiques festives qui constitue un support de mobilisation essentiel sur lequel se concentrent les sections. La commune d’Orgnac-sur-Vézère [708 habitants] en Dordogne est ainsi le théâtre d’une modeste sortie champêtre : « La section socialiste SFIO avait organisé une fête au bois de Bourzat, chez notre camarade Dandaleix, conseiller municipal. Par cette chaleur thermidorienne, la fête a complètement réussi. L’argent recueilli sera versé dans la caisse du Parti afin d’acheter un emblème pour la section. Nous adressons à notre jeune camarade Germain Paul, organisateur de la fête, nos plus vives félicitations.59 » Deux faits sont importants : d’une part le soutien de la municipalité ou tout au moins d’un élu, pour une commune rurale aussi petite qu’Orgnac ; les exigences financières d’autre part : l’organisation d’une fête, d’une sortie ou d’un bal est le seul moyen de se procurer les ressources nécessaires aux manifestations symboliques comme l’achat d’un drapeau.

  • 60 Le Populaire du Centre, 4 septembre 1937, « Creuse - Champsanglard - Fête du Front populaire ».

68La fête de Front populaire organisée à Champsanglard est d’une tout autre envergure, surtout pour une petite commune rurale [595 habitants] : « Notre fête a connu son succès habituel. Le matin eut lieu une course de bicyclette. [...] Puis le tirage de la tombola. À midi, une soixantaine de convives faisaient honneur au succulent menu servi par l’hôtel Meydoux. À deux heures, les orateurs et le bureau gagnent l’estrade aménagée place du Monument. [...] Tous les orateurs furent écoutés avec attention et chaleureusement applaudis. La Fanfare de Bussière-Dunoise prêta son concours et joua l’Internationale. Ensuite, une cavalcade du plus bel effet parcourut, musique en tête, les artères de notre bourg. Et chacun se rendit auprès des manèges, et le parquet-salon connut un encombrement jusqu’à une heure avancée de la nuit. Et on recommença le lendemain. Belle fête, très bien réussie, qui fait honneur au talent et au dévouement de tous nos camarades. Un orage éclata, vers midi, sur la région, mais creva à une certaine distance, quelques gouttes seulement se montrèrent à la fête.60 » Ici, la fête « partisane » se confond avec la fête municipale et l’on voit se dérouler le long cortège des animations villageoises : course cycliste, tombola, banquet, cavalcade, manège et bals, toutes ces activités étant même favorisées par la clémence des deux... Et c’est au cœur de ce dispositif festif que viennent s’insérer les manifestations du politique : présidence d’honneur du ministre « creusois », présence des élus et discours rendant hommage à l’action du gouvernement et appelant au groupement syndical. Il est difficile sans doute de trouver un meilleur exemple de l’imbrication achevée entre la sociabilité villageoise et l’implantation du socialisme en milieu rural.

 

  • 61 Rioux (J-P), « Les socialistes dans l’entreprise au temps du Front populaire : quelques remarques s (...)

69Les organisations de jeunesse se révèlent comme des points d’appui essentiels. Plus anciennes et moins artificielles que les Amicales61, les Jeunesses socialistes se répandent avec succès en province durant les années trente. Elles ne constituent pas une création ex nihilo au sein des communautés paysannes, car la jeunesse a toujours joué un rôle prépondérant dans l’animation de la vie collective, la défense de l’identité villageoise mais aussi la diffusion des valeurs nouvelles, rôles qui se perpétuent dans la France de l’entre-deux-guerres.

  • 62 Le Populaire du Centre, 7 mars 1936, « Haute-Vienne - Condat-Poulouzat [1118 habitants]-Jeunesses s (...)
  • 63 Le Populaire du Centre, 13 mars 1936, « Haute-Vienne - Dompierre-les-Églises - Jeunesses socialiste (...)
  • 64 Le Populaire du Centre, 13-14 avril 1936, « Dompierre-les-Églises - Échos du bal des Jeunesses soci (...)

70En Haute-Vienne, les ordres du jour des Jeunesses socialistes annoncés par la presse ont bien souvent la teneur de celui de la section de Condat-Poulouzat [1 118 habitants] : « Ordre du jour : cotisations, adhésions, mise au point du bal organisé aux Jonchères.62 » L’organisation d’un bal est fréquemment, sinon la raison d’être, tout au moins l’une des premières réalisations d’une section de jeunesse. Ainsi, à Dompierre-les-Églises [1 007 habitants], toujours en Haute-Vienne : « Le samedi 7 mars a été créée [...], une section de Jeunesses socialistes, forte pour débuter de 24 membres. [...] Les jeunes ont déjà projeté la tenue d’un bal dans notre commune. Nous en reparlerons en temps utile.63 » Cette promesse est respectée et le bal aura bien lieu, auréolé de la présence du candidat de la SFIO aux élections législatives, Georges Tessier : « La section des Jeunesses socialistes de Dompierre avait organisé un bal pour inaugurer leur drapeau rouge, sous la présidence du camarade Tessier, candidat aux élections législatives. Ce bal fut suivi d’un banquet où assistaient les jeunes et les conseilleurs municipaux de Dompierre. [...] Les jeunes dansaient à cœur joie au son d’un bel orchestre sans se soucier des heures qui passaient très vite pour eux. Très tard dans la soirée, Tessier fit son entrée, assez fatigué, cependant il fut porté en triomphe par les J.S. et au son de l’Internationale, il fut porté à la tribune disposée à cet effet.64 » Dompierre montre bien l’élan suscité par la création d’une section de jeunesse, au sein d’une commune où le socialisme est déjà bien implanté.

  • 65 Le Courrier du Centre, 21 janvier 1936, « Saint-Sulpice les Feuilles – Le bal des Jeunesses républi (...)

71La dimension politique est naturellement renforcée durant les périodes électorales. Georges Tessier, le candidat du parti dans la circonscription de Bellac a déjà échoué en 1932 face au républicain socialiste Baron. Ce dernier n’est pas insensible aux procédés de son adversaire et cherche à s’attirer le soutien de la jeunesse. Il met sur pied des Jeunesses républicaines, dont la principale occupation est d’organiser... des bals, chacun affirmant avoir connu le plus grand succès. Laissons – pour une fois – la parole aux jeunes républicains, animateurs d’un bal à Saint-Sulpice-les-Feuilles [1 716 habitants, chef-lieu de canton] : « Ce ne fut pas un succès, ce fut un triomphe ! Les couples se pressaient à l’hôtel Perot, qui regorgeait de monde et jusqu’à une heure avancée, la « Jeunesse républicaine » fit régner la plus franche gaieté. [...] Pourquoi faut-il que les SFIO aient cru devoir montrer leur mauvaise humeur en organisant eux aussi un bal pour le même soir ? Ce geste hargneux n’a pas tourné à l’avantage de ses auteurs. Le bal SFIO fut un fiasco. Pas de monde (malgré une attraction phénoménale [sic] venue de Bessines). Dix couples se morfondirent et la preuve fut ainsi faite que les SFIO bluffaient comme toujours quand ils prétendaient servir à la jeunesse de pôle d’attraction.65 »

  • 66 Le Populaire du Centre, 4 décembre 1937, « Haute-Vienne - À propos d’un bal dit du “Front populaire (...)

72Les élections sont favorables à la cristallisation des oppositions politiques. Néanmoins, la dimension partisane des réjouissances organisées par les jeunesses est toujours sous-jacente, puisque le prestige – sans parler des retombées financières – d’une fête réussie rejaillit nécessairement sur ses organisateurs. Lorsque les relations se tendent avec les communistes, dès la fin de 1937, les manifestations de « Front populaire » reculent et les frictions renaissent, à l’image de cette lettre du responsable SFIO de la section de Peyrilhac à son homologue communiste : « Cher camarade. Je viens d’apprendre qu’un bal dénommé Front populaire était annoncé pour le 12 prochain. Tu comprendras facilement mon émotion, n’ayant jamais eu connaissance de pareille manifestation. Je pense cependant que notre Parti appartient toujours au Front populaire. J’espère que tu voudras bien donner les instructions, afin que votre soirée soit dénommée comme il convient, c’est-à-dire bal purement communiste.66 »

73L’enchevêtrement des pratiques politiques et des pratiques festives découle des conditions même de l’existence au village. La concurrence des groupes de jeunesses pour l’organisation des festivités au village est très ancienne ; les affrontements politiques viennent s’y greffer sans qu’il soit toujours possible à l’historien de séparer les différentes forces à l’œuvre.

III. Les limites et les difficultés de la mobilisation paysanne

Un trop maigre bilan

  • 67 Le Populaire du Centre, 4 octobre 1938, « Sans l’Office du blé les producteurs auraient subi une ca (...)

74De telles pratiques ne sont possibles que là où le socialisme est puissant. Ailleurs, les députés et les propagandistes poursuivent le travail de persuasion principalement à travers la défense du trop maigre bilan agricole du Front populaire. L’essentiel des propos socialistes destinés aux paysans consiste à célébrer, sur tous les tons, les mérites de l’Office du blé. Très présente au niveau national dans Le Populaire, cette thématique est encore amplifiée sur le « terrain », auprès des auditoires ruraux et paysans67.

  • 68 Le Populaire du Centre, 10 septembre 1937, « Chamboret - Grande Réunion paysanne ».

75L’Office est également au cœur des discours de la CNP à l’occasion des réunions syndicales. Aussi Marcailloux parcourt-il les communes de la région limousine pendant la période propice à la propagande. Il ne s’agit plus de présenter l’Office comme un succès politique, une promesse électorale tenue, mais d’en faire une première étape dans l’organisation des agriculteurs ; l’Office ne fonctionnera qu’avec la participation effective des paysans producteurs, à la tête des syndicats et des coopératives. Telle est la teneur des propos tenus par Marcailloux à Chamboret [735 habitants] : « Les cultivateurs des communes de Chamborêt, Berneuil [725 habitants] et communes environnantes, sont invités à assister à la grande réunion de propagande agricole organisée par la coopérative agricole la « Semeuse du Centre » au Chatain, salle Roby, dimanche 12 septembre à 15 heures. Le camarade Marcailloux fera une conférence sur l’Office du blé et son application dans notre département.68 » Cette mesure est donc le principal support de la propagande pendant les premiers mois du Front populaire, mais cette réforme est jugée insuffisante et les critiques vont se faire plus vives.

 

  • 69 Le Breton socialiste, 5 juin 1937, « Les paysans ne peuvent plus attendre ».

76La Fédération paysanne du Finistère, adhérente à la CNP, est l’une des premières à manifester son inquiétude face au comportement du Sénat et à l’impuissance législative : « L’année dernière, le Parlement a pu voter, du 6 juin au 13 août, de nombreuses et importantes lois donnant aux ouvriers un minimum de salaire et la sécurité dans leur travail. Tant mieux. Mais, pour les paysans, un seul avantage, l’Office du Blé. C’est une merveilleuse acquisition, mais ce n’est pas assez.69 » Cette initiative n’est pas intempestive, Tanguy-Prigent précisant son plein accord avec cet appel. Il est vrai que les socialistes des départements de l’Ouest sont très attachés, nous l’avons vu, à la réforme du statut du fermage, sur laquelle ils ont fait campagne et dont le règlement est jugé prioritaire.

  • 70 A.D. Haute-Garonne, 1299/5, rapport du commissaire spécial au préfet, 23 mai 1938.

77Lors des réunions, si la référence à l’Office demeure, la longue liste des projets en attente prend une place de plus en plus considérable. L’impatience vis-à-vis des réformes promises rassemble les syndicalistes et les élus SFIO. En Haute-Garonne, à Garac [182 habitants], une réunion est organisée par l’Union des sections socialistes de Cadours et la CNP, devant 150 personnes. Les orateurs, Esparbès, David et Calvayrac évoquent les réformes acquises mais aussi toutes celles qui restent à accomplir. « M. Esparbès, député, s’élève contre le capitalisme qui est, dit-il, la faute de tout. Il demande la nationalisation des assurances, des usines d’engrais, des usines qui fournissent l’électricité. [...] En ce qui concerne le programme des élections de 1936, il affirme que 1/10e seulement a été rempli. » Calvayrac décrit les buts poursuivis par la CNP et les réformes qu’elle prône, sans négliger des revendications plus politiques : « Il s’élève contre le capitalisme qu’il faudra, de gré ou de force, obliger à capituler. Il s’étonne qu’en France, pays de démocratie, il n’ait pas été abattu alors que dans les états totalitaires, il a été vaincu. [...] Il leur préconise d’être plus révolutionnaires que les ouvriers des usines qui ont un salaire plus élevé et qui se mettent en grève alors que les paysans ne le font pas.70 »

  • 71 Le Populaire du Centre, 5 mai 1938, « Creuse - Bonnat - Section socialiste ».

78Certaines sections se font l’écho de ce mécontentement, comme celle de Bonnat, en Creuse, dont l’ordre du jour émet de nombreuses critiques : « [La section] félicite le citoyen Léon Blum pour l’établissement de ses projets financiers et sa lutte courageuse contre le Sénat. La section regrette que certains conflits sociaux, aux origines louches, aient gêné l’action des gouvernements Léon Blum. Elle demande la démocratisation de la grève et met en garde la classe ouvrière parisienne contre des mouvements inconsidérés qui risquent de la séparer des masses paysannes et des classes moyennes.71 » Les « origines louches » visent un Parti communiste avec lequel les relations sont de plus en plus tendues. Plus intéressante est l’interrogation sur le droit de grève dont la classe ouvrière fait un usage jugé abusif, contribuant une fois encore à ranimer le conflit traditionnel entre villes et campagnes. Il est difficile de connaître le degré de spontanéité de tels ordres du jour, présents dans d’autres départements. Cela importe peu en définitive, face à l’échec du Front populaire à faire voter les lois agricoles. L’absence d’indemnisation des calamités agricoles – 1938 est une année particulièrement mauvaise en ce domaine – entraîne une insatisfaction croissante dans le monde rural.

79Ces échecs successifs rejaillissent aussi sur la CNP, qui, contrainte de prendre ses distances avec le gouvernement, ne parvient pas pour autant à intensifier son recrutement et à sortir de son statut d’organisation satellite du Parti socialiste.

La CNP à la recherche d’un second souffle

  • 72 A.D. Haute-Vienne. 7 M 31 - Fédération nationale des coopératives de blé, statuts.

80La victoire du Front populaire donne l’occasion à la CNP de devenir une organisation représentative au niveau national. Calvayrac et Desmeroux sont nommés par Georges Monnet au conseil central de l’Office du blé et quelques militants deviennent députés. S’ils ont théoriquement abandonné toute responsabilité syndicale, leur présence parmi les sphères gouvernementales est un atout de poids pour favoriser la mise en place de nouvelles structures coopératives. De fait, l’avènement du Front populaire et le vote de l’Office réorientent en partie le mouvement vers l’action coopérative. Début 1937, le sous-titre de La Volonté paysanne devient : « Organe officiel de la Confédération Nationale Paysanne et de la Fédération Nationale des Coopérative de Blé et de Défense de l’Office du Blé. » Créée le 16 janvier 1937, cette fédération regroupe alors soixante-douze coopératives. Son président est Marcel Desmeroux (Lot-et-Garonne), son secrétaire général, Marcailloux (Limoges), le secrétaire Lucien Puyjalon (Corrèze) et le trésorier François Guillot (Creuse). La composition du bureau et la liste des coopératives adhérentes montrent la filiation directe avec la CNP. À partir d’une structure coopérative très faible et limitée géographiquement, des établissements coopératifs entièrement dévolus au blé sont créés afin de mettre en œuvre l’Office, mission à laquelle les statuts font explicitement référence72. La Fédération dispose désormais d’une page spéciale dans La Volonté Paysanne avant de posséder son propre bulletin, à partir de juin 1938, preuve d’un certain dynamisme, ou tout au moins d’une plus grande autonomie financière.

  • 73 A.D. Creuse, 1 M 217, rapport du commissaire spécial au préfet de la Creuse, 30 mai 1938.

81Pour la CNP, la tâche première demeure toutefois le développement des organisations départementales par la création de fédérations paysannes. Il faut pour cela disposer d’un nombre suffisamment important de syndicats et de coopératives pour constituer une fédération et surtout rompre les liens que certains syndicats préexistants entretiennent avec d’autres organismes agricoles. Le cas est particulièrement net pour la Creuse qui appartient au groupe des départements fondateurs. Or il faut attendre 1938 pour que ses responsables parviennent à créer une structure départementale, ainsi que le signale le commissaire spécial de Guéret 30 mai 193 873. Cette réunion qui se déroule en présence de Calvayrac ne réunit que soixante personnes.

  • 74 Le Populaire du Centre, 10 juin 1938. « Dorgogne - Congrès de la CNP ».

82En Dordogne, cette même année marque l’échec d’une tentative de création d’une fédération paysanne départementale, des syndicats affiliés à la CNP étant signalés au congrès de Moulins en 1935. Cette initiative coïncide avec une série de manifestations agraires qui se déroulent à Périgueux et à Bergerac, manifestations qui rassemblent 6 000 et 3 000 personnes et dont les socialistes peinent à se démarquer : « Après les manifestations qui ont eu lieu récemment à Bergerac et à Périgueux, nous avons le devoir de rappeler aux militants paysans de la Dordogne que notre congrès de dimanche ne ressemblera en rien aux rassemblements de cultivateurs opérés récemment par tous les politiciens de métier du département, rassemblements spectaculaires, après lesquels il ne restera absolument rien du tout, si ce n’est un peu d’amertume dans le cœur de ceux qui sont allés là, par ignorance de leurs droits, ou par une soumission ancestrale. [...] Le 12 juin sera donc à Périgueux, la réunion de l’élite de la paysannerie périgourdine.74 » Apparemment, cette « réunion de l’élite » n’est pas un succès, car ni Le Populaire du Centre ni La Volonté paysanne ne l’évoquent. Au contraire, le Populaire du Centre redonne la parole au secrétaire du Comité de protection agricole, organisateur des manifestations précédentes, preuve que les anathèmes de quelques responsables locaux n’ont pas été entendus, y compris par leur propre journal.

 

  • 75 La Volonté paysanne, 10 juin 1937, « Propagande dans le Vaucluse ».
  • 76 A.D. Vaucluse, 1 M 842, rapport du sous-préfet d’Apt au préfet du Vaucluse, 21 janvier 1937.
  • 77 A.D. Vaucluse, 1 M 842 - Comités et Syndicats paysans, rapport du commissaire spécial au préfet, 3 (...)

83Dans d’autres départements comme le Vaucluse, la CNP parvient à ses fins. Le 9 mai 1937, une réunion est organisée par le syndicat de défense d’intérêts ruraux à la mairie d’Orange afin de décider de l’affiliation à la CNP, avec le soutien de la CGPT75. Cette action s’inscrit dans le cadre d’une offensive syndicale généralisée auprès des maraîchers, puisque le sous-préfet signale la présence d’une Fédération de défense et d’action paysanne, proche de Dorgères et forte d’environ 500 membres76. Du côté de la CNP, le congrès constitutif a lieu à la mairie d’Orange, le 28 novembre 1937, précédé par la fondation, le 9 mai, du Syndicat de défense agricole de l’arrondissement d’Orange dirigé par Tacussel, Émile Brun, Albert Sautel, Albert Bouyer, Marcellin Be et Jules Pécoud. Ces quatre derniers se sont déclarés propriétaires et non agriculteurs : nous sommes en présence de moyens exploitants. Les rapports précisent l’appartenance politique des responsables. Le secrétaire général, M. Tacussel, agriculteur à Orange, est radical-socialiste. Le secrétaire adjoint, Émile Ripert, agriculteur à Puyméras [442 habitants], est socialiste. Ce subtil dosage politique est respecté pour les fonctions de trésorier et de trésorier adjoint. L’organisation comporte deux sections, l’une à Orange qui groupe 120 membres, l’autre à Caderousse [1 670 habitants] qui en comprend 25. Le Vaucluse témoigne de l’importance des équilibres politiques locaux : l’arrondissement d’Avignon est dominé par les radicaux-socialistes et la figure tutélaire de Daladier. L’action professionnelle passe par une nécessaire alliance, avec, pour conséquence, le dédoublement des postes de « direction ». Quant aux communistes, peu nombreux, ils sont réduits à un rôle d’appoint tout en souhaitant faire acte de présence, ce qui ne va pas sans provoquer quelques frictions, comme le rapporte le commissaire spécial à propos de l’intervention de Sabatier : « Sabatier de Mondragon, membre de la CGPT est intervenu dans le débat. Comme il montrait les tendances communistes de son organisation, il s’est fait quelque peu rabrouer, comme il l’avait d’ailleurs été à Mondragon, par Fontaine et Calvayrac, qui se sont défendus vivement de vouloir mêler la politique à leur mouvement.77 »

  • 78 Ibid., 2 décembre 1937.

84D’après le commissaire spécial, l’objectif principal de cette organisation – qui tend à la formation d’une « véritable CGT paysanne » et dont les leviers de commandes sont tenus par des « républicains de gauche » – est d’annihiler « les efforts des groupements « Dorgères », indépendamment du but social et économique poursuivi. C’est d’ailleurs ce dernier but qui est le seul mis en vedette, puisque le nouveau groupement fait appel à tous les paysans, quelles que soient leurs opinions politiques et que dans le nouveau bureau du Syndicat de défense agricole de la circonscription d’Orange on trouve des radicaux, des socialistes, des communistes et un représentant du PSF.78 » Il s’agit là d’un bon exemple de la difficulté d’isoler l’action proprement socialiste au sein des structures de base de la CNP.

85Les statuts des associations et syndicats agricoles conservés dans les archives départementales sont imprécis et témoignent de l’enchevêtrement des structures professionnelles. Les noms mêmes de tous ces syndicats sont souvent identiques : « Défense agricole », « Défense paysanne », « Défense des intérêts paysans », sans que l’on sache toujours s’il s’agit d’organisations adhérentes à la CNP, à la CGPT ou à la Fédération (ou Comité) d’action et de défense paysanne (dorgériste). La plupart ne compte que quelques dizaines d’adhérents : celui de Puyméras, déclaré le 11 mars 1938, rassemble 22 adhérents, contre 25 à celui de Villedieu [504 habitants], créé le 5 février 1938. La CNP tâche d’élargir son influence à la région voisine, avec la création, le 1er mars 1938, de la section d’Avignon de la Fédération Paysanne du Vaucluse qui compte 20 adhérents, principalement des maraîchers. Ces quelques indications chiffrées indiquent les limites de l’implantation de la CNP, les effectifs du Vaucluse se limitant à un demi-millier d’adhérents au milieu de l’année 1938. Par la suite, le recrutement ne progresse pas sensiblement. Au contraire, certains responsables cèdent à la tentation des « organisations fantômes ». À Caderousse, le syndicat de défense agricole, déclaré le 30 janvier 1938, compte 40 membres, dont Paul Aubert et Léopold Crégut. Or, ces mêmes hommes sont aussi responsables d’un « Syndicat d’amélioration et de défense sanitaire des cultures de Caderousse » regroupant 50 adhérents. La fédération est néanmoins assez dynamique pour recevoir le congrès national de la CNP à Avignon, en août 1938. Avignon est préférée à Orange – qui est pourtant le point d’ancrage de la Fédération du Vaucluse – car les congressistes y disposent du soutien d’une grande municipalité SFIO.

Le piétinement de l’organisation

  • 79 La Volonté paysanne, 5 mai 1937, « Côtes-du-Nord - Un appel au recrutement », Romain Bocquen.
  • 80 La Volonté paysanne, 5 décembre 1937, « Finistère - Réunion de propagande ».
  • 81 La Volonté paysanne, 31 juillet 1938, « Congrès d’Avignon - Toutes nos fédérations, tous nos syndic (...)

86À l’image de ces maigres succès, le développement national de l’organisation piétine, illustré par de fréquents appels à la mobilisation. Dans la rubrique régionale, les responsables interpellent les militants : « Il faut que la CNP fasse un bon formidable dans le département en 1937. Pour cela, nous demandons le concours de tous les syndicalistes, de l’UD départementale des instituteurs.79 » Même dans le Finistère où la CNP est très active, les réunions ne sont pas toujours couronnées de succès : « Depuis quelque temps on parlait de la formation d’un syndicat paysan, sous la direction de la Confédération Nationale Paysanne. Avec quelques paysans syndicalistes qui avaient fait autour d’eux un peu de propagande, le délégué Hémery a fait, ces temps derniers, une réunion au bourg. Cette réunion de propagande où les paysans auraient pu venir plus nombreux, avait pour but de démontrer le rôle et le but de la CNP, les avantages et la force du syndicalisme, de l’union des paysans, que Hémery nous démontra par des paroles précises.80 » La mobilisation, même sur un plan professionnel, n’est pas acquise et la formule employée laisse entrevoir la déception des organisateurs. À la veille du congrès d’Avignon, Calvayrac demande un nouvel effort aux militants pour y assurer la représentation des syndicats. Il s’emporte contre ceux qui se réfugient derrière le manque de moyens financiers et les exigences du travail de la terre : « Présence indispensable à la ferme ? Et alors, qu’êtes-vous venus à la CNP si vous acceptez de vivre en esclave ?81 »

87La Volonté paysanne lance au début de l’année 1937 une campagne de recrutement se donnant comme objectif 5 000 adhérents nouveaux et publie les listes par fédération. Au congrès de Paris, en septembre 1937, la barre est fixée à 10 000 adhérents nouveaux avant le 1er janvier 1938. À la fin du mois de février, ce chiffre est loin d’être atteint, avec 5 972 nouvelles recrues, les quatre départements supérieurs à 400 adhérents nouveaux étant le Finistère (768), l’Ailier (576), le Gers (464) et le Tarn (454). Le 15 juin 1938, le nouveau total est de 7 944, sans modification de la liste des fédérations les plus performantes, si ce n’est la montée en puissance de l’Isère : Finistère (818), Allier (689), Isère (546), Tarn (531) et Gers (513). Le 15 octobre 1938, La Volonté paysanne annonce le lancement d’une nouvelle campagne pour le recrutement de 5 000 adhérents supplémentaires alors que l’objectif précédent n’a pas été atteint. Cette nouvelle tentative n’est pas un succès : le 31 janvier 1939, sous le titre « Notre concours d’abonnement – Les retardataires se verront cloués au pilori », le total annoncé est de 719.

  • 82 Gratton (P.), Les paysans français contre l’agrarisme, Paris, Maspero, 1972, p. 207.
  • 83 La Volonté paysanne, août 1940, « La lettre du conseil d’administration de la CNP au maréchal Pétai (...)

88En l’absence des archives de l’organisation, l’évaluation précise des effectifs reste difficile. Philippe Gratton82 avait utilisé les listes de souscription de La Volonté paysanne. Ses conclusions, sur une implantation dominante au sud de la Loire, assez semblable à celle de la CGPT, sont globalement exactes, même si la ligne Saint-Malo/Genève est plus précise encore. Quant aux effectifs, les souscriptions de 1937-1939 permettent surtout de distinguer les fédérations les plus dynamiques, minimisant la place des fédérations fondatrices. En confrontant les diverses informations, les effectifs de la CNP atteignent environ 15 000 membres. Mais beaucoup parmi eux sont des adhérents passifs, usagers de coopératives ou de syndicats et qui ne militent pas au sein du mouvement. Les dirigeants eux-mêmes font la distinction : en août 1940, s’adressant au maréchal Pétain pour offrir leur collaboration, ils font état de « 75 fédérations départementales de Défense Paysanne, groupant dans chaque département les syndicats cantonaux et les coopératives d’achats en commun, ainsi que les Foyers paysans de Culture et d’Entr’aide, représentant avec les 20 000 adhérents individuels, un ensemble de 60 000 paysans cotisant régulièrement.83 » Preuve que le goût de l’exagération déjà présent chez Dorgères, avec ses 400 000 adhérents, n’épargne pas les socialistes...

89Le fonctionnement effectif de la CNP demeure assuré par un petit noyau de militants membres de la plupart des organisations mises en place, les Foyers paysans, la Fédération des coopératives de blé, la Fédération nationale des producteurs de fruits, légumes et primeurs, ainsi que le conseil d’administration de la CNP : Romain Bocquen (Côtes-du-Nord), Desmeroux (Lot), Hémery (Finistère), Marcailloux (Haute-Vienne), Yèche (Tarn), Gauthier (Puy-de-Dôme), Sahy (Drôme). Si quelques-uns d’entre eux sont identifiables, grâce au « Maitron », ou dans les différentes sources consultées, la plupart, qui n’ont pas dépassé l’exercice de fonctions locales, restent méconnus. La composante radicale et radical-socialiste du mouvement est inévitablement sous-estimée par une étude centrée sur la SFIO. L’implantation de la CNP dans les départements du Sud-Ouest après 1936 – jusque-là bastions du radicalisme – comme le Gers ou le Lot supposait le ralliement de syndicats où les éléments socialistes n’étaient pas majoritaires.

 

90Que ce soit au plan politique ou au plan syndical, la SFIO tire profit d’un enracinement de plus en plus marqué dans le monde rural. Les anciennes générations militantes, celles qui, le plus souvent à partir des centres urbains, ont reconstruit le parti, sont progressivement remplacées par la génération suivante, née à partir du milieu des années quatre-vingt-dix et venue à la politique dans l’exercice des responsabilités locales, municipales ou fédérales. Cette génération qui monte en puissance durant les années trente est aussi présente au niveau syndical. Son rôle est prépondérant pour la diffusion du socialisme dans le monde paysan : celui-ci, là où le parti est solidement implanté, n’est plus seulement liée à la visite épisodique des délégués permanents ou aux trop rares propagandistes venus de la ville voisine. Les élus ruraux SFIO ont assis leur situation sur un réseau de relations structurées. Dès lors, les pratiques militantes du socialisme viennent se greffer sur les pratiques villageoises locales. Néanmoins, dans le domaine professionnel, ils ne peuvent compter que sur des forces restreintes. L’espace syndical a été considérablement revivifié par les enjeux de la crise agricole et face aux organisations traditionnelles, les socialistes ne sont pas en situation de force et doivent accepter les compromis. Ceux-ci sont d’autant plus aisés que l’unité paysanne est un thème partagé par tous et que leur évolution doctrinale favorise les convergences.

Notes

1 Joseph Cadic, J.O., Chambre des députés, débats, séance du 19 février 1937, p. 643.

2 Joly (L.), Xavier Vallat. Du nationalisme chrétien à l’antisémitisme d’État, Paris, Grasset. 2001, 446 p.

3 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 7 juin 1936, p. 1327.

4 Drumont (E.), La France juive, p. 30, cité par Birnbaum (P.), Un mythe politique : la « république juive », Paris, Gallimard, 1995, p. 172.

5 Gringoire, 5 juin 1936, cité par Birnbaum (P.), op. cit., p. 174.

6 Le Populaire, 30 septembre 1936, « Le fasciste Dorgères a essayé de saboter le ravitaillement de la capitale ».

7 Le Phare, 12 octobre 1936 « À Pontchâteau, 15 000 paysans saluent avec M. Dorgères le regroupement pour la défense de leurs intérêts », cité dans Le Front populaire vu de la Loire-Inférieure, Centre de recherche et de documentation pédagogique, Nantes, 1986, doc. no 106.

8 Journal de l’Ain. 17 novembre 1936, cité par Abbiateci (A.), Le Front populaire dans l’Ain et à Bourg-en-Bresse. Bourg, Les Amis des Archives de l’Ain, 1989, p. 85.

9 Abbiateci (A.), op. cit., p. 85.

10 A.D. Haute-Garonne, 1896/145, rapport du sous-préfet de Saint-Gaudens, 2 novembre 1936.

11 L’Express du Midi, 10 septembre 1936, « Le Frente Popular chez nous ».

12 L’Éclair, 2 septembre 1936.

13 A.D. Haute-Garonne, 1896/145, Rapport du commissaire spécial de Toulouse, le 5 décembre 1936.

14 L’Express du Midi, 13 décembre 1936, « St Gaudens – Aux Commingeois anticommunistes – Aux anciens combattants du Comminges », Louis Alba.

15 Lynch (É.), « Toury, une grève à la campagne sous le Front populaire », Vingtième siècle, Revue d’histoire, juin-septembre 2000.

16 Quellien (J.), Le Calvados au temps du Front populaire, Caen, Éditions du Lys, 1996, 207 p.

17 A.D. Haute-Garonne, M 1960/102.

18 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 15 décembre 1936, p. 3645.

19 Ibid., p. 3638.

20 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 6 mars 1937, p. 857.

21 Ibid., pp. 851-855.

22 Ibid., p. 860.

23 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 23 décembre 1936, p. 3867.

24 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 29 avril 1937, p. 1415.

25 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 20 mai 1937, p. 1519.

26 Prost (A.), « L’éclatement du Front populaire. Analyse factorielle des scrutins de la Chambre des députés, juin 1936 - juin 1939 », dans Édouard Daladier, Chef de Gouvernement, Paris, PFNSP, 1977, p. 34.

27 A.D. Eure-et-Loir, 1 M 21, rapport du sous-préfet de Dreux au préfet, 19 mai 1937.

28 A.D. Eure-et-Loir, 1 M 21, rapport du sous-préfet de Châteaudun au préfet, 19 juin 1937.

29 A.D. Aisne, 4 Z 4 - Sous-préfecture de Vervins, rapport du sous-préfet, 29 juin 1937.

30 Le Populaire, 17 juillet 1937, « Les ouvriers agricoles seront-ils acculés à la grève ? », M. Rius.

31 Le Populaire, 24 juillet 1937, « Les conflits en agriculture », Pierre Ridet.

32 A.D. Oise, 10 M, MpP 4285, rapport du sous-préfet de Compiègne au préfet, 26 janvier 1937.

33 A.D. Oise, 10 M, MpP 4285, rapport du commissaire spécial de Beauvais au préfet, 17 mars 1937.

34 A.D. Seine-et-Oise, 13 M 241, rapport du commissaire de police.

35 Le Populaire, 4 juin 1937, « Graves incidents à Tremblay-lès Gonesse », J.-M. Hermann.

36 A.D. Oise, Mp 4286, rapport du sous-préfet de Senlis du 20 juillet 1937.

37 Wahl (A.), « Les députés SFIO de 1924 à 1940 : essai de sociologie », Le Mouvement social, no 106, janvier-mars 1979, p. 36.

38 Sadoun (M.), Les socialistes sous l’Occupation, Paris, FNSP, 1992, pp. 243-244 ; Wright (G.), La révolution rurale, op. cit., p. 94.

39 Le Populaire du Centre, 24 mars 1935, « Dans la Région – Creuse – Pour nos populations rurales ».

40 Parti Socialiste (SFIO), XXXIVe Conseil national : 15, 16, 17 et 18 mai 1937 – Marseille, Compte rendu sténographique, Paris, Librairie populaire, 1938, pp. 130-131.

41 Le Populaire, 20 octobre 1937, « Pour la première fois en Vendée, un socialiste élu au Conseil général », A. Osmont.

42 En ordre décroissant la Creuse, la Vendée, les Côtes-du-Nord, le Gers, le Cantal, le Lot, les Landes, la Lozère, les Deux-Sèvres et les Basses-Alpes - Recensement de 1936.

43 Sueur (R.), Socialisme et esprit républicain dans le département de la Somme des années 1920 aux années 1950, op. cit., p. 223 ; Hanen (P.), Le PC et la SFIO pendant le Front populaire en basse et moyenne Corrèze (1934-1939), op. cit., p. 127.

44 Le Populaire, 9 janvier 1937, « En Beauce. Grenier de la France », Pierre Ridet.

45 Le Populaire du Centre, 7 mars 1936, « Creuse - La Brionne - Échos d’une réunion ».

46 Le Populaire du Centre, 28 mai 1937, « Creuse - Le congrès de la fédération socialiste ».

47 A.D. Nièvre, M. 1502 - Rapports sur l’état d’esprit de la population (1935-1938), rapport du commissaire spécial au préfet, 28 février 1938.

48 Le Populaire, 2 mars 1937, « Les délégués permanents », Théo Bretin.

49 Les Cahiers du propagandiste, juillet-août 1939, no 51-52, « Notre Revue ».

50 Le Populaire, 19 février 1937, « La demi-heure agricole », Paul Campargue.

51 Burrin (P.), « Poings levés et bras tendus. La contagion des symboles au temps du Front populaire », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 11, juillet-septembre 1986, pp. 5-20. Tchakhotine, Le Viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1992 [1952] p. 192.

52 Nadaud (E.), « Le renouvellement des pratiques militantes de la SFIO au début du Front populaire (1934-1936) », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, no 153, octobre-décembre 1990, p. 9.

53 Ibid., p. 24.

54 Le Populaire du Centre, 9 septembre 1938. Entre crochet, le nombre d’habitants et le cas échéant le statut administratif (clc = Chef-lieu de canton).

55 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 30 mai 1936.

56 Le Populaire du Centre, 21 septembre 1937, « Une magnifique manifestation socialiste à Peyrilhac ».

57 Le Populaire du Centre, 4 octobre 1937, « Creuse - Tercillat [436 habitants] - Fête socialiste ».

58 Le Breton socialiste, 3 octobre 1936, « La montagne rouge se réveille ».

59 Le Populaire du Centre, 2 septembre 1937, « Corrèze - Orgnac-sur-Vézère - Écho d’une fête », D.L.

60 Le Populaire du Centre, 4 septembre 1937, « Creuse - Champsanglard - Fête du Front populaire ».

61 Rioux (J-P), « Les socialistes dans l’entreprise au temps du Front populaire : quelques remarques sur les Amicales socialistes (1936-1939) », Le Mouvement social, no 106, Janvier-mars 1979, pp. 3-24.

62 Le Populaire du Centre, 7 mars 1936, « Haute-Vienne - Condat-Poulouzat [1118 habitants]-Jeunesses socialistes ».

63 Le Populaire du Centre, 13 mars 1936, « Haute-Vienne - Dompierre-les-Églises - Jeunesses socialistes ».

64 Le Populaire du Centre, 13-14 avril 1936, « Dompierre-les-Églises - Échos du bal des Jeunesses socialistes du 29 mars 1936 ».

65 Le Courrier du Centre, 21 janvier 1936, « Saint-Sulpice les Feuilles – Le bal des Jeunesses républicaines », Un jeune républicain.

66 Le Populaire du Centre, 4 décembre 1937, « Haute-Vienne - À propos d’un bal dit du “Front populaire” », M. Coussy.

67 Le Populaire du Centre, 4 octobre 1938, « Sans l’Office du blé les producteurs auraient subi une catastrophe ».

68 Le Populaire du Centre, 10 septembre 1937, « Chamboret - Grande Réunion paysanne ».

69 Le Breton socialiste, 5 juin 1937, « Les paysans ne peuvent plus attendre ».

70 A.D. Haute-Garonne, 1299/5, rapport du commissaire spécial au préfet, 23 mai 1938.

71 Le Populaire du Centre, 5 mai 1938, « Creuse - Bonnat - Section socialiste ».

72 A.D. Haute-Vienne. 7 M 31 - Fédération nationale des coopératives de blé, statuts.

73 A.D. Creuse, 1 M 217, rapport du commissaire spécial au préfet de la Creuse, 30 mai 1938.

74 Le Populaire du Centre, 10 juin 1938. « Dorgogne - Congrès de la CNP ».

75 La Volonté paysanne, 10 juin 1937, « Propagande dans le Vaucluse ».

76 A.D. Vaucluse, 1 M 842, rapport du sous-préfet d’Apt au préfet du Vaucluse, 21 janvier 1937.

77 A.D. Vaucluse, 1 M 842 - Comités et Syndicats paysans, rapport du commissaire spécial au préfet, 3 décembre 1937.

78 Ibid., 2 décembre 1937.

79 La Volonté paysanne, 5 mai 1937, « Côtes-du-Nord - Un appel au recrutement », Romain Bocquen.

80 La Volonté paysanne, 5 décembre 1937, « Finistère - Réunion de propagande ».

81 La Volonté paysanne, 31 juillet 1938, « Congrès d’Avignon - Toutes nos fédérations, tous nos syndicats doivent être représentés », E. Calvayrac.

82 Gratton (P.), Les paysans français contre l’agrarisme, Paris, Maspero, 1972, p. 207.

83 La Volonté paysanne, août 1940, « La lettre du conseil d’administration de la CNP au maréchal Pétain ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search