Version classiqueVersion mobile

Moissons rouges

 | 
Édouard Lynch

Troisième partie. Le temps des affrontements : du Front populaire à Vichy (1936-1940)

Chapitre VII. Un Front populaire paysan ? (1936-1937)

Texte intégral

1L’analyse des liens entre la SFIO et la société paysanne a été conduite jusqu’à présent dans le contexte particulier d’une culture d’opposition, elle-même en constante évolution, depuis la stratégie presque révolutionnaire issue de la première guerre mondiale jusqu’aux tentatives de participation, notamment en 1932, en passant par l’expérience du Cartel. La mutation de 1936 est d’autant plus importante que la victoire de la coalition du Rassemblement populaire se traduit non seulement par la participation ministérielle, mais par la direction effective du gouvernement issu de la nouvelle majorité parlementaire.

  • 1 Représentatif de ce déséquilibre historiographique, le recueil d’articles du Mouvement social réuni (...)

2L’historiographie du Front populaire accorde à la paysannerie une place marginale1. Les grandes manifestations du 14 juillet 1935 ou de la commémoration de la Commune apparaissent comme avant tout urbaine et ouvrière. Des occupations d’usines jusqu’aux congés payés, les grands mythes de 1936 alimentent une épopée exclusivement ouvrière. Les masses rurales, dont le poids électoral est prépondérant, demeurent pourtant un enjeu considérable alors que la crise agricole persiste. En outre, les grèves de mai et de juin ont largement occulté une mobilisation sans précédent des salariés agricoles. Enfin et surtout, le gouvernement de Front populaire s’efforce de mettre en application son programme agraire, réussissant à imposer, au cours de l’effervescence des premiers mois, l’Office du blé à un Sénat particulièrement réticent.

I. Front populaire ouvrier ou paysan ?

Les paysans au cœur de la campagne

  • 2 L’Humanité, 28 septembre 1935, « Programme de sauvetage de l’agriculture française ».
  • 3 Le Populaire, 23 septembre 1935, « Plate-forme d’action commune du Parti socialiste et du Parti com (...)

3La soudaine accélération des événements politiques et surtout sociaux qui suit les élections législatives de 1936 contribue à occulter la dimension paysanne de la victoire du Front populaire. Pourtant, la crise est toujours aussi profonde et les questions agricoles très présentes dans les programmes électoraux. À la SFIO, l’élément clé du programme agraire est la revalorisation des produits de la terre par le système des offices qui doit permettre de supprimer la spéculation et de mettre fin à la variation des prix en cours d’année. Les communistes, ralliés à cette formule, privilégient des mesures concrètes : versement d’allocations de crise aux plus démunis et règlement immédiat de la question des saisies qui menacent bon nombre de petits propriétaires, fermiers et métayers2. Le programme agricole du Rassemblement populaire auquel se rallieront les radicaux – au plan national – quelques mois seulement avant les élections est nécessairement moins précis : « Il faut défendre le pain des paysans en leur garantissant des prix rémunérateurs pour la vente de leurs produits, notamment par l’institution d’Offices publics agricoles, le développement des coopératives de vente en liaison avec les coopératives de consommation, en ajustant le taux des baux à ferme et les redevances de métayage aux conditions économiques actuelles.3 » Les termes employés laissent une grande marge de manœuvre.

4Ces initiatives communes n’empêchent pas la SFIO d’affirmer la spécificité de son programme agricole établi à partir des travaux du congrès de Limoges. Parue en avril 1936, cette nouvelle version diffère assez profondément du programme élaboré à Bordeaux, dominé par la question de la petite propriété. En 1936, cette dernière est reléguée au rang d’un « vieux bobard » ne trompant plus personne au profit d’une réponse directe à la crise. D’un seul point de vue quantitatif, le programme de 1936 compte 122 pages, contre 32 seulement pour celui de 1931. La hiérarchie des rubriques a également été modifiée : les réformes en faveur des ouvriers agricoles qui précèdent en 1931 celles qui sont destinées aux exploitants sont rejetées, en 1936, en dernière position. L’essentiel est désormais d’assurer l’existence des petits producteurs et plus encore de la « propriété paysanne », à laquelle le programme se réfère explicitement.

5En reprenant le détail des mesures proposées, la plupart des réformes préconisées en 1936 sont déjà présentes en 1931. C’est le cas par exemple des offices situés dans la partie consacrée à la rénovation agricole, mais qui n’apparaissaient qu’en fin de liste, juste avant l’amélioration des conditions de transport. Parmi les propositions en faveur des exploitants figuraient également la réglementation des saisies ainsi que la révision des conditions du fermage et du métayage, mesures regroupées, en 1936, en troisième partie. En revanche, certaines rubriques ont disparu : la première prônait, dans le cadre de la rénovation agricole, la réorganisation du ministère de l’Agriculture. Héritière du passage de Compère-Morel parmi les sphères gouvernementales, elle n’était déjà plus en 1931 qu’une survivance un peu anachronique. Quant à la valorisation croissante de la « propriété paysanne - instrument de travail », au détriment du travail salarié, elle s’inscrit dans une évolution déjà ancienne que les difficultés économiques ne font qu’accélérer.

 

  • 4 A.D. Haute-Garonne, 2358/65, rapport du commissaire spécial de Revel au préfet, 23 avril 1936.
  • 5 Dupeux (G.), Le Front populaire et les élections de 1936, op. cit., p. 121.

6Malgré les tensions et les incidents qui se produisent à travers le pays – comme l’agression de Léon Blum à Paris lors des obsèques de Jacques Bainville – la campagne électorale n’a pas été dramatisée, surtout du côté des partis du Rassemblement populaire et particulièrement des communistes. La complexité des situations locales, l’attitude des candidats radicaux, les conflits de personnes, contribuent à atténuer l’enjeu national du scrutin. Les élections de 1936 sont trop souvent analysées à la lumière du grand mouvement social du mois de juin. Le processus électoral étant bien rodé, chaque candidat conduit sa campagne, les réunions contradictoires n’étant pas les plus fréquentes. Toute généralisation demeure néanmoins impossible et l’affrontement est nécessairement plus marqué dans les circonscriptions disputées. En Haute-Garonne, à Villefranche-de-Lauraguais, la joute électorale oppose Esparbès, SFIO et Peille, URD, candidat de Défense paysanne. Ce dernier tient meeting à Revel, le 23 avril : « Il [...] s’appesantit plus longtemps sur le collectivisme et l’etatisme du Parti socialiste. Il représenta ce parti comme un parti de dictature, de guerre civile et de guerre étrangère. [...] Il expose son programme en opposant aux précédentes théories le système de l’organisation professionnelle par la corporation. » La contradiction est apportée par M. Falcucci, professeur à Toulouse, mais après que le candidat ait repris la parole, « des bruits et des interruptions divers éclatent dans la salle. L’orateur laisse passer mais immédiatement un coin de la salle entonne L’Internationale. Le calme est loin de revenir, l’Internationale continue alors la plus grande partie de la salle se lève et chante La Marseillaise.4 » La violence et la peur de la révolution sont d’autres thèmes de lutte contre les socialistes. S’il n’est plus question de « l’homme au couteau entre les dents », les événements d’Espagne fournissent un autre répertoire, dont l’utilisation est censée peser sur le paysan, rétif par « nature » aux bouleversements5. En Haute-Garonne, Peille envoie à chaque électeur, à la veille du second tour, un exemplaire de « La terreur rouge en Espagne ».

  • 6 Le Combat, février 1936, « Le socialisme et la propriété ».
  • 7 Le Combat, 25 avril 1936, « Les raisons de notre confiance », par Paul Campargue.

7Contrairement à l’optimisme de Georges Monnet dans son avant-propos du programme agraire, ses adversaires utilisent toujours abondamment l’argument des « partageux ». Dans les professions de foi des candidats, les meetings, la presse, l’accusation se perpétue. La campagne électorale dans l’Yonne témoigne de la permanence de ce thème que l’hebdomadaire fédéral, Le Combat, s’efforce de contrecarrer. Le numéro de janvier 1936 fournit de larges extraits d’une polémique sur la propriété entre Lagorgette et Ferdinand Laurent, député « réactionnaire », qui présente la distinction traditionnelle entre les deux propriétés. Le numéro suivant revient à nouveau sur la question de la propriété en s’appuyant sur deux citations de Karl Marx, la première extraite du Manifeste du Parti communiste, la seconde du Capital, qui toutes deux réaffirment le respect de la petite propriété paysanne6. La campagne d’explication se poursuit au mois d’avril puis dans l’ultime numéro, distribué comme trac électoral. Paul Campargue, éditorialiste et candidat à Sens, écrit : « Nos paysans n’oublieront pas que nous avons été les premiers à dénoncer la toute puissance des « féodaux du blé » qui sont à l’origine de la spéculation et de l’instabilité des cours. Ils ont compris qu’en réclamant l’organisation d’Offices nationaux et professionnels, nous exercions une action parfaitement conforme à leurs intérêts immédiats. Les « bobards » par lesquels les profiteurs de ce régime voudraient nous présenter comme des « partageux » désireux avant tout de priver le cultivateur de sa terre et de ses biens, ne trouvent plus d’échos dans nos campagnes.7 » Ce texte est accompagné d’un nouveau papier de Marc Lavergne intitulé « Une réponse aux calomniateurs capitalistes – Socialisme et propriété rurale ». Le thème de la petite propriété demeure un passage obligé de l’affrontement électoral et explique que bon nombre de proclamations électorales choisissent de réaffirmer leur attachement à la petite propriété, ce que le programme agricole du parti ne faisait plus de manière explicite.

  • 8 Chambre des Députés, Recueil des textes authentiques des programmes et engagements électoraux des d (...)

8La propagande contre les partageux évolue également. La collectivisation rampante de l’agriculture est désormais dénoncée à travers les offices, car de tels organismes représentent la fin de la liberté paysanne. Ils sont tout d’abord « budgétivores », coûtant aux contribuables des milliards de francs. Ils favorisent aussi l’augmentation du nombre de fonctionnaires qui vivent du travail paysan. Enfin, par leur fonctionnement coercitif, ils justifient la présence du contrôleur – derrière lequel se dissimule le percepteur – dans les fermes. Certains radicaux, tel Jean Mistler, député de Castelnaudary, utilisent de tels arguments : « Vous écarterez également les solutions étatistes que le Parti socialiste unifié propose. Les offices d’État ne régleraient rien et surchargeraient nos finances de dépenses nouvelles.8 » Au-delà des problèmes conjoncturels se perpétue le seul argument que l’on considère comme susceptible d’émouvoir – et donc de convaincre – le paysan : la défense de ses « gros sous » !

  • 9 Le Populaire, 22 avril 1936.

9La plus grande nouveauté de la campagne est l’accès des principaux partis à la radiodiffusion. C’est ainsi que Maurice Thorez lance sur les ondes, le 17 avril 1936, son célèbre discours de la « main tendue ». Le Parti socialiste bénéficie de deux occasions pour s’adresser au peuple de France, offrant ainsi un résumé de sa campagne à l’échelle nationale. Léon Blum, bien que prenant la parole à Narbonne, évoque en priorité les questions internationales – la paix- et la capacité des socialistes à diriger le gouvernement9. C’est Vincent Auriol qui se charge de la politique intérieure et en particulier des questions agricoles, le 16 avril, au poste Toulouse Pyrénées. Il dénonce le bilan détestable des gouvernements sortants, avec l’effondrement des cours et des revenus des producteurs. La présentation des solutions socialistes, deuxième volet de son discours, s’articule autour de la relance de la consommation par une vaste politique de grands travaux, dont les ruraux seront les principaux bénéficiaires : « Ces travaux, vous les attendez dans vos campagnes, pour compléter votre réseau électrique, pour vous apporter l’eau et l’hygiène, réparer vos bâtiments publics, construire écoles et foyers scolaires, améliorer vos chemins, égayer votre labeur. » Puis il développe longuement les réformes destinées aux cultivateurs : Offices professionnels du blé, du vin, de la viande, des engrais, mais aussi la nationalisation des assurances et la juste et équitable indemnisation des calamités agricoles. La presque totalité des « solutions socialistes » concernent les ruraux, celles relatives aux autres catégories sociales, les masses ouvrières particulièrement, étant beaucoup plus succinctes.

  • 10 Le Populaire, 17 avril 1936.

10La fin de son allocution, appel à la « véritable union nationale », est en partie encore dédiée au paysan : « Nos agriculteurs ont l’habitude de l’entraide fraternelle et féconde dans le village à l’heure des vendanges et de la moisson, comme ils savent faire la chaîne devant l’incendie. Pendant longtemps certes, on les a persuadés que nous les menacions dans leur propriété ou dans leurs traditions ; ils ne le croient plus aujourd’hui. De leurs clairs regards, accoutumés aux larges horizons du labour et de la lumière, ils ont percé toute la pesante nuée de mensonges sous laquelle on avait entrepris de les aveugler et de les accabler.10 » Le lieu de la diffusion, la personnalité de l’auteur expliquent la dimension paysanne et rurale de ce discours et témoignent de l’intérêt porté au soutien de la paysannerie à l’occasion de l’affrontement électoral.

Une victoire paysanne ?

  • 11 Le Populaire, 9 mai 1936, « L’agriculture française a voté socialiste », Georges Monnet.

11Au lendemain du second tour, dans la page agricole du Populaire, Georges Monnet n’hésite pas à affirmer que « la plus grande partie de nos gains est le résultat du vote des circonscriptions rurales. [...] C’est par un acte parfaitement conscient que les travailleurs de la terre ont voulu porter les socialistes au pouvoir. Les socialistes ne décevront pas leur atteinte. Nous sommes prêts.11 » Ce cri de victoire correspond à une démarche intéressée, celle d’un Georges Monnet désormais en bonne posture pour devenir ministre de l’Agriculture. Ces propos n’en confirment pas moins l’enracinement de la SFIO en milieu rural, sensible depuis 1928. Certes, la comparaison avec 1932 indique une légère régression ; surtout, alors que dans 12 départements, le parti obtenait plus de 40 % des suffrages au premier tour, ce chiffre tombe à 10 en 1936. Mais cette évolution est la conséquence de la scission néo-socialiste qui ampute le parti de quelques-uns de ses bastions, l’Hérault ou les Bouches-du-Rhône. Dans les 10 premiers départements socialistes, la population active agricole moyenne passe, de 1932 à 1936, de 52,08 % à 55,75 %. Le glissement agricole de son électorat se poursuit donc.

  • 12 Chambre des Députés, op. cit., p. 503.
  • 13 Ibid., p. 505.

12La « radicalisation » du parti, selon l’expression de Georges Dupeux, est particulièrement frappante pour le Gers, dont 75,85 % de la population active travaille la terre. Le vote SFIO passe de 19,39 % des suffrages en 1932 à 30,13 % en 1936. Sur trois élus radicaux-socialistes, un seul conserve son siège, Catalan, tandis que Saint-Martin l’emporte à Mirande et Dubosc à Condom-Lectoure. Dans la circonscription de Mirande, le député radical-socialiste Sénat passe de 5 472 voix à 3 243, Saint-Martin portant le score socialiste de 2 170 à 4 688. À Condom, Mahagne, le député sortant radical-socialiste passe de 6 340 voix à 4 773, largement distancé par le socialiste Dubosc, qui obtient 6 075 suffrages contre 2 371 totalisés par le socialiste Montiès en 1932. Dans les deux cas la prime au sortant ne joue absolument pas. Quant à la troisième circonscription, celle d’Auch, le député sortant radical-socialiste Lombez est un partisan de l’Office du blé et a voté contre le retour à la liberté du commerce du blé en décembre 193412. L’enjeu agricole a pesé dans cette poussée socialiste, l’un des candidats, Louis Dubosc, étant lui-même petit exploitant, actif parmi les milieux syndicaux : « C’est un enfant du peuple. Fils et petit-fils de paysan, dirigeant une petite propriété, il connaît les besoins des petits agriculteurs et saura défendre leurs intérêts mieux que quiconque. C’est un réalisateur : il a fondé l’Union des coopérateurs ouvriers et paysans du canton de Condom.13 »

13La Corrèze, autre département presque exclusivement agricole (70,86 % de sa population active), est généralement retenue comme une illustration d’implantation réussie du Parti communiste en milieu rural, avec l’élection de Vazeilles à Ussel, circonscription détenue depuis 1914 par Henri Queuille, récemment élu sénateur. Or, le détail des résultats de cette circonscription révèle qu’entre 1932 et 1936, Vazeilles passe de 3 057 à 4 395 voix. Le socialiste Faure obtient 1 006 voix en 1932, son successeur, Var, 3 458 voix en 1936, soit une très forte progression de la SFIO, la discipline du Front populaire jouant en faveur du candidat communiste au second tour. Cette impression est confirmée pour la Corrèze tout entière. En 1932, les candidats SFIO obtiennent au premier tour 19,34 % des suffrages exprimés, contre 15,1 % aux communistes. En 1936, les scores atteints par les deux partis sont respectivement de 34,31 % et de 21,6 %. Dans la deuxième circonscription de Brive, le député sortant, Alexis Jaubert, perd près de 1 400 voix par rapport à 1932. Au premier tour, il ne devance que de 45 voix le candidat socialiste, le jeune Marcel Champeix, futur député et futur ministre. La SFIO est passée de 672 voix en 1932 à 3 420. Parallèlement, le candidat communiste, Soulier, gagne 820 voix « seulement », passant de 1 116 à 1 936.

  • 14 Berstein (S.), op. cit., p. 441.

14Les socialistes ne progressent pas uniquement dans les départements du Sud-Ouest, bastions du Parti radical. Dans l’Aisne où domine Georges Monnet, la progression régulière en voix de la SFIO, passant de 24,8 à 30,1 %, se traduit par le gain de six sièges sur sept. À Château-Thierry, face au député radical-socialiste Guernut, Paul Lambin atteint 3 539 voix contre 1 074 en 1932. La situation est complexe puisqu’en deuxième position s’est intercalé un candidat agraire, Pietry, qui est le seul adversaire de Lambin au second tour. L’effondrement de Guernut, leader de la gauche du Parti radical14, qui passe de 5 897 voix en 1932 à 3 411, permet en outre de constater que les candidats agraires, lorsqu’ils réussissent à percer électoralement, se substituent à la droite et aux modérés.

  • 15 Corbin (A.), Prélude au Front populaire. Étude de l’opinion publique dans le département de la Haut (...)
  • 16 Ibid., p. 277.

15Au-delà de ce rapide bilan électoral, est-il possible d’isoler les motivations de la paysannerie à l’occasion de ce scrutin ? L’étude réalisée par Alain Corbin sur l’opinion publique en Haute-Vienne à l’époque du Front populaire offre une première grille d’analyse des comportements politiques ruraux15. Outre l’importance des questions économiques, il souligne l’existence d’une rationalité politique propre : « Nous avons été tout d’abord frappés par le rôle déterminant des contacts humains et de l’expérience vécue [...]. D’une façon plus générale, le « ouï-dire » conserve une importance capitale. La transmission à l’intérieur de la famille d’éléments d’une tradition paysanne que la pression de l’entourage empêche de contester, les récits, les conversations à l’atelier, nous sont apparus, au cours de l’enquête, des facteurs plus déterminants que la presse.16 » Alain Corbin oppose d’ailleurs des ouvriers qui se déclarent attachés aux débats d’idées à des paysans plus sensibles aux personnalités. Ce dernier point est important si l’on veut par exemple mieux comprendre la résistance des notables, de gauche comme de droite, face aux candidatures agraires.

  • 17 A.N., F 7 12961, « Notes Jean », 16 avril 1936.

16L’électeur paysan n’est-il pas en définitive peu sensible aux affrontements idéologiques, préférant voter pour le candidat qu’il connaît ? Les actualités cinématographiques « Pathé-Journal » diffusent, au début du mois d’avril, un reportage sur les personnalités politiques en campagne. Parmi elles, Georges Mandel, ministre des Postes, Télégraphes et Téléphones, se dirige vers une réélection sans surprise, au premier tour, dans la circonscription de Lesparre (Gironde) : « M. Mandel, rendant visite aux cultivateurs de la région de Bédarieux, lesquels expriment leur manière de voir en ces termes : “Pourquoi changer ? Autant lui qu’un autre, que l’on ne connaît pas !”17 » Du point de vue du comportement politique de la paysannerie, de tels propos confirment l’importance de la fidélité et de l’attachement personnel. Par ailleurs, cette analyse est marquée idéologiquement puisque l’attitude du paysan s’identifie à la passivité, à l’absence de démarche critique au regard de la norme dominante, celle d’un choix politique rationnel.

  • 18 A.D. Haute-Garonne, 2358/63, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 12 novembre 1935.
  • 19 A.D. Haute-Garonne, 2358/65, rapport du commissaire spécial de Revel au préfet, 27 avril 1936.

17Les responsables administratifs départementaux se risquent parfois, lors des élections législatives, à suggérer quelques clés d’interprétation sur l’attitude politique de la paysannerie. Si l’on en croit le préfet de la Haute-Garonne, quelques mois avant les élections, le paysan est adversaire de toute aventure, à l’extrême gauche comme à l’extrême droite, malgré le mécontentement issu de la crise : « Il ne me semble pas cependant que de telles manœuvres puissent modifier les sentiments intimes du paysan qui reste profondément attaché aux idées et au régime républicain [...]. D’ailleurs, assez traditionaliste, le paysan méridional accueille avec réserve tout mouvement nouveau d’opinion.18 » Lorsque tombe le verdict des urnes, des explications sont nécessaires. En Haute-Garonne, contrairement aux impressions du préfet, la campagne de la SFIO semble avoir été efficace, notamment à Villefranche, où Ernest Esparbès arrive largement en tête. Le commissaire spécial de Revel insiste sur l’impact d’une propagande menée par des candidats de terrain : « En effet, tandis que des militants socialistes allaient, les uns dans les réunions publiques pour y apporter la contradiction et parfois y faire de l’obstruction, les autres parcouraient les campagnes où en chantant les louanges de leur candidat, exploitaient le mécontentement créé par la crise économique actuelle au point de faire croire aux métayers, valets et autres qu’ils étaient les seuls à en souffrir et que seul leur candidat Esparbès par ses connaissances pratiques de l’agriculture pouvait efficacement remédier à leur situation présente. » Son succès est facilité par ses compétences agricoles : « Pendant ce temps-là, le candidat Esparbès, entre temps [sic] de ses réunions électorales, se rendait sur les champs de foire et de marché, abordait les paysans avec lesquels il causait la même langue, et leur soufflait parfois à l’oreille l’attitude qu’ils devaient tenir vis-à-vis de l’acheteur éventuel. Cette façon de procéder ne pouvait que plaire aux paysans, au point que le candidat socialiste, grâce aussi au vent de discorde qui souffle entre les radicaux et modérés dans l’arrondissement, est arrivé à gagner 2 000 voix sur ses concurrents.19 » Il s’agit, il est vrai, d’une élection « ouverte », le député sortant, Henri Auriol, élu depuis 1906 (avec une interruption entre 1914 et 1919) ne se représentant pas.

18L’analyse des attitudes politiques de la paysannerie est donc délicate. Outre une rationalité propre évoquée par Alain Corbin, les sources contemporaines, notamment celles qui émanent des autorités administratives, doivent être utilisées avec prudence en raison des stéréotypes qu’elles véhiculent. Au moment du Front populaire, alors que la situation intérieure se dégrade, bon nombre de fonctionnaires, anticipant les attentes des autorités, surestiment la stabilité politique des ruraux afin de rassurer les majorités sortantes. Sauf cas extrême – et l’on invoque alors la responsabilité de quelques agitateurs isolés – les masses rurales sont toujours présentées comme un soutien naturel du pouvoir en place. Il ne faut pas forcément y voir une volonté de masquer l’état de l’opinion : se mêlent inextricablement l’expérience – les habitants des campagnes sont dociles et fidèles en politique – les stéréotypes – le paysan ne pense qu’à son intérêt, la vente de ses produits et l’agrandissement de ses champs – et l’idéologie – le paysan est le rempart de l’ordre social et le garant de la stabilité du pays. Celle-ci est pourtant mise à rude épreuve par l’explosion sociale de mai-juin 1936.

La tentation ouvriériste et les risques de marginalisation de la paysannerie

19Le rappel des enjeux paysans des élections de 1936 est d’autant plus nécessaire que ce scrutin est suivi d’une brutale éruption sociale, urbaine et ouvrière, dont les effets sont sensibles à travers le pays. L’attention du gouvernement, de l’opinion et de la nouvelle Chambre sont accaparées par ces événements. Au-delà des mouvements grévistes qui ont pu inquiéter les ruraux, les premières mesures prises par le gouvernement marquent, d’un point de vue symbolique, le triomphe de la France des villes. Qu’il s’agisse de la promotion des masses ou des premiers pas d’une société des loisirs, cette orientation nouvelle conduit à la marginalisation de fait de la paysannerie.

20Les précautions déployées par Léon Blum pour composer son gouvernement sont favorables à l’explosion sociale et populaire. Du côté des organisations officielles, le comité de Rassemblement populaire décide de faire de la traditionnelle visite au mur des Fédérés, le 24 mai 1936, une première manifestation de victoire. La présence de Léon Blum provoque les invectives de la droite et de l’extrême droite qui veulent y voir les signes avant-coureurs de la révolution sanglante tant annoncée. Très vite cependant l’attention de la classe politique et de la presse se focalise sur les grèves, dont les premières éclatent de manière sporadique, au Havre le 11 mai, le 13 à Toulouse, puis gagnent la région parisienne. Elles culminent durant les premiers jours du gouvernement Blum, avant de refluer très lentement, malgré la signature des accords Matignon, les 7 et 8 juin 1936. Si les partisans du Front populaire et les historiens ont retenu le caractère spontané de ces grèves, la dimension festive et « carnavalesque » et la réappropriation par le monde ouvrier d’un espace de travail dont il avait été progressivement exclu, le mouvement, amplement déformé par la presse conservatrice, généra rapidement de l’inquiétude. Cet élan populaire atteint une dimension inégalée lors de la manifestation du 14 juillet 1936, avec une foule évaluée par les plus optimistes à un million de personnes à Paris, manifestation relayée dans toutes les villes de province.

  • 20 Le Populaire, 8 juin 1936.

21L’ampleur des manifestations urbaines correspond au triomphe des revendications ouvrières : les accords Matignon aboutissent à une hausse importante des salaires, la généralisation des conventions collectives et la reconnaissance de l’exercice du droit syndical pour tous les travailleurs. Le gouvernement dépose immédiatement une série de projets de loi instituant les conventions collectives et les congés payés puis la semaine de quarante heures. Ces projets sont ratifiés cinq jours plus tard, les 16 et 17 juin par le Sénat, presque sans débat. À lire les articles triomphants de la presse gouvernementale, le Front populaire apparaît bien comme l’émanation de la classe ouvrière, au sens étroit du terme, c’est-à-dire du travail salarié et urbain : « Une victoire ? Mieux, un triomphe ! En vingt ans d’efforts la classe ouvrière n’avait jamais obtenu, jamais espéré peut-être cela. [...] Un triomphe pour l’organisation syndicale dont l’attitude, sage et hardie à la fois, est récompensée. Victorieux, les ouvriers peuvent reprendre le travail. [...] Ils soutiendront davantage encore le gouvernement de Front populaire, le gouvernement de leur classe.20 » Lorsque l’on songe au travail de propagande entrepris par les socialistes – et les communistes – pour ne pas apparaître les défenseurs de la seule classe ouvrière mais aussi des travailleurs des campagnes, on mesure l’impact qu’on pu avoir ces mouvements dans le pays.

  • 21 Le Bocage, 19 juin 1936, cité par Quellien (J), Le Calvados au temps du Front populaire, Caen, Édit (...)

22Parmi les rares études départementales sur cette période ayant échappé à l’impérialisme de l’historiographie ouvrière, l’une des plus stimulantes est celle de Jean Quellien sur le Calvados, département où le Front populaire n’a nullement le vent en poupe et reste un phénomène urbain. L’opposition fondamentale est bien celle entre les villes et les campagnes. Aussi, lors des manifestations locales qui marquent la victoire électorale, les « militants rouges » n’hésitent pas à parcourir les villages environnants. Pour la presse de gauche, ces initiatives ne peuvent être que favorablement accueillies, comme le relate un article du Bocage : « L’après-midi, deux autocars bondés d’excursionnistes et une dizaine de voitures particulières sillonnèrent les routes de notre verdoyant bocage. Dans toutes les bourgades traversées : Saint-Sever, Le Gast, Montjoie, Champ-du-Boult, la caravane fut sympathiquement accueillie. Les chants, alternant avec des danses et des farandoles créèrent l’enthousiasme.21 » Cette appropriation de l’espace rural par les masses urbaines victorieuses, présentée ici sous la forme d’une contagion festive, ne fut peut-être pas perçue ainsi par les paysans à une époque de l’année dominée par les grands travaux de l’été.

  • 22 A. D. Calvados, Μ 11 311, cité par Quellien (J.). op. cit., p. 177.
  • 23 Balandier (G.), Les scènes du pouvoir, Paris, Balland, 1992, 174 p.

23La signification politique de ces manifestations est évidente et ces démonstrations d’enthousiasme bruyant ne sont pas goûtées par tous, suscitant des tensions au sein des communautés rurales. La fête du 14 juillet peut cristalliser les oppositions, à grand renfort de mobilisation de symboles. À Cormelles-le Royal, village de 397 habitants situé à la périphérie de Caen, « nationaux » et « Front populaire » s’affrontent lors la célébration de la fête nationale, autour du monument aux morts : « À onze heures, à la sortie de la messe, un premier cortège, de 75 à 80 personnes, précédé par la fanfare municipale, et dans lequel se trouvaient les conseillers municipaux, s’est rendu au monument aux morts. Tous les adultes portaient le brassard, la pochette ou l’insigne aux couleurs nationales. [...] À onze heures trente, le groupe du Front populaire, comprenant environ 90 à 100 personnes, précédé d’un drapeau tricolore avec un bonnet phrygien sur la bande blanche, ayant à sa tête Messieurs Mougins [SFIO] et Guillou [l’instituteur], s’est rendu au monument. Les militants du premier cortège, avec le maire, sont alors revenus avec l’intention de créer un incident. Après le dépôt d’une gerbe, Monsieur Guillou a voulu prendre la parole. Le maire de Cormelles, après m’avoir demandé de lui imposer silence, s’est adressé à lui pour l’inviter à se taire. Très calme, M. Guillou, interpellé de plusieurs côtés par les militants du Front national, s’est contenté de suspendre quelques instants son discours.22 » Ce récit détaillé ne met pas exclusivement en scène des paysans, mais il permet de bien comprendre les enjeux de pouvoir au village à l’œuvre durant l’été 1936. Le maire, provoqué par l’opposition sur son propre terrain, celui de la légitimité collective, tente de s’appuyer sur les « forces de l’ordre », en l’occurrence le commissaire spécial, mais sans succès. Chaque cortège arbore ses insignes, d’ailleurs presque identiques, seul le bonnet phrygien différenciant les partisans du Front populaire. Il ne s’agit ici ni de drapeaux rouges, ni d’internationale, mais tout simplement de l’appropriation de l’espace et de pratiques symboliques, monument aux morts, dépôt d’une gerbe et prise de parole en public23. De tels conflits, vecteurs privilégiés de l’affrontement politique au village, ne naissent pas de l’épisode du Front populaire, mais ce dernier contribue à les réactiver.

  • 24 A.D. Vaucluse, 10 M 32 - Grèves, 1936.

24Dans le Vaucluse où les productions maraîchères sont étroitement dépendantes des conditions d’acheminement, les mouvements grévistes atteignent directement les intérêts des cultivateurs. La grève générale décidée pour le 10 juillet 1936 à Avignon à l’initiative du Syndicat des ouvriers du bâtiment débouche sur des incidents, car les grévistes ont voulu s’opposer à l’expédition des denrées agricoles, provoquant l’indignation des commerçants et des maraîchers. Des échauffourées se produisent le matin sur le marché, puis l’après-midi, suite à une manifestation des maraîchers. La presse de droite, locale et nationale, se saisit de l’événement pour soutenir la salutaire révolte des paysans contre les ouvriers, fauteurs de trouble. La dépêche destinée à L’Écho de Paris relate ainsi le conflit : « De graves bagarres qui ont dégénéré rapidement en véritables scènes d’émeutes se sont déroulées entre midi et 15 heures au cœur même d’Avignon. » La délégation des maraîchers est reçue à la préfecture. « Les commerçants et les maraîchers restés dehors chantaient la Marseillaise. À ce chant, une bande d’individus dans lesquels les grévistes formaient la minorité et qui était composée en grande partie de gens sans aveu venus de la basse ville et des quartiers réservés voisins de l’Hôtel de Ville, se précipitait sur le cortège des commerçants qui s’était reformé pour se rendre à l’Hôtel de ville.24 » Le lendemain, le journal Le Soleil use d’une manchette retentissante, appelant les paysans de Provence à « aiguiser leur fourche [sic] pour faire la moisson ».

  • 25 Rouge Midi, 17 juillet 1936, « À propos de la grève générale – Une mise au point ».
  • 26 L’Éclair, 23 juillet 1936.
  • 27 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 6 août 1936, p. 2471.

25La presse de gauche s’efforce aussitôt de désamorcer les tensions entre ouvriers et paysans. Dès le 13 juillet, une rencontre a été organisée entre les protagonistes : « C’est avec joie que nous écrivons que ces maraîchers nous ont dit qu’ils comprenaient fort bien, et qu’ils approuvaient les revendications du monde du travail, et qu’ils n’avaient été pour rien dans le déroulement ultérieur de leur protestation légitime concernant l’incident du matin au marché Limbert, qui amena la bagarre déclenchée par les éléments de droite.25 » Cela n’empêche nullement le journal conservateur L’Éclair de faire le lien avec les grèves du Bassin parisien : « N’a-t-on même pas dit que la « grève des moissons » était un des buts secrets poursuivis par Moscou, afin d’écouler son blé chez nous plus facilement et à meilleur compte ? En tout cas, ces grèves agricoles déclenchées par la politique du Front populaire enlèvent aux cultivateurs vauclusiens toute confiance dans les assurances de MM. Gros et Vaillandet, qui se réclament de ce même Front populaire. Le vendredi 10 juillet, ils ont vu à l’œuvre les hordes, qui, bien qu’on les ait ensuite désavouées, avaient bien reçu des instructions de grève générale, avec boycottage des transports et de la vente des produits agricoles. Les paysans, directement menacés dans leur liberté et dans leurs biens, ont vigoureusement réagi.26 » L’affaire remonte jusqu’au Parlement avec l’interpellation de Pierre Dignac qui, à partir de ces incidents, met en cause l’attitude du gouvernement et de son ministre de l’Intérieur, Salengro, qui s’était engagé devant le Sénat à assurer le maintien de l’ordre. Il décrit en des termes apocalyptiques les événements d’Avignon du 3 juillet27. L’exemple vauclusien confirme l’exploitation immédiate des conflits villes-campagnes afin de mettre en difficulté le gouvernement, en pleine discussion sur le vote de l’Office du blé, d’autant que d’autres départements connaissent des affrontements identiques et parfois sanglants, à l’image du Puy-de-Dôme.

  • 28 Panthou (É.), « L’année 1936 dans le Puy-de-Dôme », Cahiers du Centre fédéral, 1994, p. 176.

26Là, les tentatives de débauchage dans des villages provoquent quelques réactions virulentes : « Vers le 15 juin, les ouvriers du bâtiment venus à Champeyroux un hameau de la commune de Saint Ignat, pour faire débrayer les maçons comme ils le faisaient partout ailleurs, sont accueillis fourches au poing par les paysans et le maire. Ils doivent faire demi-tour. » La collectivité tout entière, regroupée autour de son maire, s’oppose à l’intrusion étrangère. Parfois, ces conflits ont des conséquences plus graves comme à Joze, où un ouvrier est grièvement blessé28. Ici, la brutalité de la réaction s’explique en particulier par l’appartenance politique de l’un des patrons, qualifié de Croix-de-Feu, mais qui est également maire du village. Cette fonction lui permet de mobiliser la communauté villageoise. Ces attitudes qualifiées de paysanne doivent être utilisées avec prudence. La stratégie des conservateurs, par l’intermédiaire de la presse, est d’évoquer l’inquiétude ou la colère des « paysans », pris comme un groupe compact et cohérent, en généralisant des exemples d’hostilité ou d’affrontements qui ont souvent une logique politique et – ou – communautaire.

 

27Il n’est pas question de nier les réticences du monde rural face aux grèves ; au lendemain de l’armistice de 1918, l’agitation urbaine et ouvrière avait déjà été mal ressentie, tout comme la loi de huit heures. Mais la crise qui a frappé les paysans pendant les années trente les a peut-être rendus plus sensibles aux revendications ouvrières. Il est donc indispensable de se démarquer d’une vision trop manichéenne, opposant ouvriers et paysans. Que les grèves et les irruptions de grévistes aient pu être mal perçues dans les campagnes et notamment dans les zones conservatrices est une évidence, mais ne signifie pas pour autant l’hostilité de la paysannerie en général.

28Là réside certainement une des clés de l’attitude des paysans face au Front populaire. La grève, chez les petits producteurs, entraîne des réactions ambiguës. S’y mêlent les sentiments de jalousie et de défiance face à un moyen de pression qu’eux-mêmes n’envisagent pas d’utiliser. Mais les gains de la classe ouvrière suscitent sans doute une certaine admiration, au moins devant l’efficacité des revendications. Aussi les désapprobations provoquées par la grève, combinées à l’exploitation des rumeurs répandues par la presse conservatrice – et parfois entretenues par certaines pratiques de la gauche victorieuse – ne doivent pas être automatiquement interprétées, sur le plan politique, comme une hostilité vis-à-vis du gouvernement du Front populaire. Les fidélités locales, les comportements électoraux, l’adhésion éventuelle à une structure partisane obéissent à des déterminismes beaucoup plus profonds et complexes. La presse conservatrice et parfois modérée, les adversaires politiques du Front populaire, s’efforcent d’assimiler les grèves ouvrières à une offensive dirigée contre le monde paysan. Rien n’indique en fin de compte, au-delà de la mobilisation de leurs partisans, que ce procédé ait été efficace.

  • 29 Dauger (G.), Aux origines du Front populaire dans la Creuse. Contribution à une ethno-histoire des (...)

29Ces ambivalences s’appliquent également à une autre réalisation symbolique du Front populaire, les congés payés, dont l’impact n’a pas été étudié dans les campagnes. Georges Dauger cite un rapport préfectoral de l’été 1936 qui évoque les réticences rurales en Creuse : « Cependant, l’arrivée en masse des « vacanciers » en plein milieu des grands travaux d’été est mal ressentie. Ces citadins désœuvrés irritent les paysans qui s’échinent sous le soleil. Les adversaires du Front populaire ne laissent pas passer l’occasion.29 » Malgré la campagne menée contre les lois sociales, celles-ci semblent avoir eu un impact moins négatif que le vote de la loi de huit heures au lendemain de la guerre. Peut-être faut-il y voir le signe d’une évolution du monde rural, désormais mieux intégré à l’espace national et espérant la revalorisation des produits agricoles. Ces hypothèses sont hélas difficiles à vérifier. La question des lois sociales et des congés payés demeure fortement instrumentalisée dans l’affrontement partisan, à l’image des mouvements de grèves des salariés agricoles.

II. Les tensions au sein du monde rural : les grèves agricoles de l’été 1936

Physionomie des grèves agricoles

  • 30 Cadé (M.), Le parti des campagnes rouges. Histoire du Parti communiste dans les Pyrénées-Orientales (...)

30Depuis les mouvements revendicatifs de l’après-guerre, les grèves agricoles étaient rares et surtout limitées à des secteurs particuliers comme la viticulture à l’époque des vendanges. Bien que la crise agricole ait eu des répercussions sur les salariés, avec une très forte baisse des salaires, le mouvement syndical avait tardé à en tirer profit. Les nouvelles perspectives offertes par le rapprochement entre communistes et socialistes favorisent une plus grande mobilisation. Ainsi, à l’automne 1935, la région de Perpignan est le théâtre d’une importante grève des ouvriers agricoles prise en main par les militants communistes30. Au mois de février, Le Populaire relate les épisodes d’une nouvelle grève agricole dans l’Hérault alors même que se tient, le 1er mars 1936, à Narbonne, le congrès d’unification des organisations syndicales agricoles.

31Le regain de dynamisme provoqué par la réunification syndicale est incontestable. Très vite, cependant, ce sont les revendications des travailleurs agricoles du Bassin parisien qui retiennent l’attention des responsables syndicaux. Le 28 mai, alors que la première page du journal socialiste annonce que « de très nombreuses grèves revendicatives se déroulent dans le pays », un article adjacent précise que « 700 ouvriers agricoles sont en grève en Seine-et-Oise ». Deux jours plus tard, la page agricole du Populaire donne la parole à Rius, qui décrit la brusque poussée syndicale chez les ouvriers agricoles en Seine-et-Marne, en Seine-et-Oise et dans l’Aisne.

  • 31 Le Populaire, 6 juillet 1936, « Les ouvriers agricoles de l’Ile-de-France ont tenu leur congrès ».

32Le poids de l’actualité et la mise en place du gouvernement Léon Blum, la vague de grèves et son heureuse conclusion font disparaître les conflits agricoles des colonnes du Populaire. Le 14 juin 1936, à l’occasion de son premier grand discours radiodiffusé, Georges Monnet parle essentiellement de la revalorisation des produits agricoles, évoque brièvement les justes revendications des travailleurs de la terre, mais passe sous silence les mouvements en cours. Le 5 juillet se tient un congrès des ouvriers agricoles d’Ile-de-France, rassemblant 400 délégués et plus de 150 syndicats. Pour Michel Rius, « la majorité des délégués étaient de nouveaux syndiqués, mais les débats ont revêtu un caractère particulièrement élevé, témoignant de la haute compréhension des travailleurs des champs. » Cette haute compréhension, à lire le compte rendu des travaux du congrès, se concrétise surtout par la capacité de chanter L’Internationale, et au bon moment ! Le premier exposé, celui de Parsal, « précis et documenté » s’achève par « une vibrante Internationale ». Racamond, qui apporte le salut de la CGT, « fut salué par une vibrante “Internationale”31 ». Mioch et Pitaud, qui représentent respectivement la CGPT et la CNP, n’y eurent pas droit, pas plus que le député SFIO Chaussy. Rius, en revanche vit sa descente de tribune saluée par une nouvelle Internationale et le congrès se termina immanquablement, après le vote de la résolution finale, au son de l’hymne révolutionnaire...

 

33Les grèves agricoles de l’été 1936 se déroulent en deux phases principales, suivies par quelques conflits résiduels. Une première vague secoue la Seine-et-Oise et la Seine-et-Marne, parallèlement au grand soulèvement du monde du travail français. Ces conflits, dominés par celui de Tremblay-lès Gonesse et de sa région, se caractérisent par leur durée en raison de la résistance patronale. Il faut attendre le 15 juin, soit près d’un mois, pour que les chefs d’exploitation, désormais privés du soutien de l’administration et plus encore du gouvernement, moteur des accords Matignon, se résignent à conclure un accord provisoire avec la CGT limitant la journée de travail à dix heures et accordant des hausses de salaires. L’autre grand conflit éclate en Seine-et-Marne, le 26 mai, dans les communes du Mesnil-Amelot et de Villeneuve-sous-Martin, mobilisant environ 200 ouvriers pendant trois semaines.

  • 32 A.D. Eure-et-Loir, 10 M 26, rapport du sous-préfet de Dreux au préfet, 17 juillet 1936.

34La seconde phase est beaucoup moins spontanée, initiée par la CGT qui, sur la lancée des adhésions massives et de la constitution de syndicats, espère déclencher un mouvement d’envergure aux champs, comptant sur la dynamique créée par les accords Matignon. De leur côté, les ouvriers agricoles ont devant les yeux l’exemple du succès du mouvement gréviste de juin. La proximité de la moisson contribue enfin à rendre le mois de juillet favorable. Dans les départements de grande culture, cette agitation laisse des traces. Le sous-préfet de Dreux évoque ainsi les risques de contagion des grèves, attisés par une propagande venue de Seine-et Oise : « Au cours d’une intervention que j’ai été amené à faire à Crécy-Couvé, le maire et plusieurs personnes m’ont signalé que des ouvriers agricoles, étrangers à la région, se rendaient de ferme en ferme pour essayer de débaucher le personnel.32 »

  • 33 A.D. Oise, 10 M – MpP 4285, lettre du 15 juillet 1936.

35En Eure-et-Loir, des incidents se produisent à l’occasion des « louées » de la Saint-Jean, à la fin du mois de juin, période traditionnelle d’embauche des saisonniers agricoles. La volonté de conciliation de la Chambre d’agriculture, jointe celle du préfet, permet de parvenir à un accord mais les militants syndicaux ne relâchent pas la pression. Plus au nord, les propriétaires de la commune du Déluge (Oise) dénoncent l’activisme syndical : « Lundi 13 juillet dernier à 21 heures le sus nommé [Siquier Marcel] convoquait par voie de tambour les ouvriers de culture à la mairie au nom du Parti SFIO dont il se dit secrétaire. Après avoir exposé les revendications qu’ils devraient présenter à leur patron, il les a excités contre nous ce qui est très préjudiciable pour l’avenir car il serait possible que des voies de faits se produisent. Les cultivateurs de la commune ont dû prendre en 1919 des dispositions pour faire respecter leurs exploitations, ils regrettent d’être obligés, si ces faits continuent, d’envisager d’en prendre de nouvelles.33 » Cette lettre témoigne du nouveau rapport de force qu’induit la victoire socialiste : le militant « provocateur » appartient au parti qui dirige le pays.

  • 34 A.D. Eure-et-Loir, 10 M 26, rapport de gendarmerie du 21 juillet 1936.

36Ces grèves organisées par la CGT atteignent les départements de l’Oise, de l’Aisne, de la Somme et de la Seine-et-Marne. Les ouvriers revendiquent l’application du contrat-type établi par la CGT, mais il n’y a pas d’occupation des fermes et les soins aux animaux continuent d’être prodigués. Des piquets de grèves sont installés pour empêcher le recours à une main-d’œuvre d’appoint. La modération de la CGT est confirmée par de nombreux rapports. Le 20 juillet, 200 ouvriers agricoles assistent à une réunion de leur syndicat, à Auneau (Eure-et-Loir) : « Un délégué de la CGT a pris la parole et a harangué les ouvriers pendant une demi-heure. Il les a invités à faire la grève, les a priés de rester calme et d’éviter les occupations des fermes.34 » Cette modération et surtout le rôle conciliateur joué par les autorités administratives aboutissent à la signature de conventions collectives en Seine-et-Oise et Seine-et-Marne moins de trois jours après le début du conflit.

 

  • 35 Le Jour, 2 juillet 1936, « La résistance contre les menées révolutionnaires – Les fermiers redouten (...)
  • 36 Le Populaire, 2 juillet 1936, « La louée des domestiques, barbare survivance de temps révolus, prov (...)
  • 37 Hubscher (R.), Farcy (J.-C.), La moisson des autres. Les salariés agricoles aux XIXe et XXe siècles (...)

37Les caractères essentiels du mouvement sont désormais bien connus : les questions salariales, la dynamique créée par la victoire ouvrière de juin 1936, ainsi que l’éveil d’une conscience de classe chez un prolétariat agricole – à forte majorité étrangère – soumis à des conditions d’exploitation économique particulièrement dures. Sur la responsabilité de la CGT et des militants d’extrême gauche, il convient de considérer les sources avec prudence. Si des réunions syndicales sont organisées, il est difficile de préciser le rôle exact des militants « étrangers à la profession » – pour reprendre les mots des contemporains – dans la naissance et surtout la propagation des grèves. Très souvent, les rapports de police ne font qu’enregistrer les doléances des propriétaires pour qui la seule explication possible à l’insubordination de leurs ouvriers provient d’une contamination extérieure. Déjà largement utilisé pour expliquer le soulèvement social du mois de juin, le thème de la contagion trouve un terrain particulièrement fertile en agriculture. Lors des incidents de la Louée de Châteaudun, Le Jour insiste sur l’influence extérieure : « On se souvient aussi qu’à Châtellerault [pour Châteaudun ?] les ouvriers agricoles, encadrés par les communistes, délivrèrent du violon municipal un agitateur qui les avait harangués sur une place publique et que la police avait mis en état d’arrestation. À Chartres, des cortèges burlesques parcoururent la ville. Des meneurs venus en car de la région parisienne entraînèrent les gars des fermes au son de l’accordéon.35 » Si l’on en croit le compte rendu du Populaire du même jour, le militant mis en prison – par erreur et suite aux provocations des « Croix-de-Feu » et du maire – était le « camarade » Francis Gabriet, créateur du Syndicat des employés de ferme36. Quelles que soient les exagérations de part et d’autre, la presse conservatrice nie la possibilité d’une agitation venant des ouvriers agricoles, dénonçant la responsabilité des meneurs parisiens corrupteurs – au son de l’accordéon – des innocents « gars des fermes ». Des nuances identiques sont à formuler à propos de la responsabilité des ouvriers immigrés, mis en avant par J.-C. Farcy37 et dont le rôle est certainement exagéré par les sources administratives et policières.

  • 38 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 3 juillet 1936, p. 1727.

38Tous ces arguments sont repris à la Chambre des députés au cours de la discussion sur l’Office du blé, certains députés souhaitant utiliser ces mouvements pour ajourner le débat. M. de Saint Just subordonne la discussion de la loi au rétablissement de l’ordre : « Dans ces régions de petites cultures, jusqu’à présent les rapports étaient cordiaux entre les exploitants et les ouvriers. [...] C’est de cette ville [Calais] que sont venus les consignes, les meneurs. La tactique a été celle employée sans doute dans d’autres régions : débauchages progressifs dans les champs ; cyclistes venant, par dizaines ou par centaines, autour des fermes, flanqués du drapeau rouge, le nouvel emblème national de l’heure. (Interruptions à l’extrême gauche – Applaudissements à droite.) [...] À la tête de ces bandes, figuraient des meneurs étrangers à la commune et souvent même à la profession agricole. [...] En somme, pendant toute cette période, c’est une sorte de terreur qui s’est exercée sur nos régions.38 » Ainsi se forge l’image des hordes de colonnes de cyclistes, venus assiéger les fermes et détruire l’harmonie sociale.

  • 39 Chevallier (J.-M.), Desbouis (D.), Hu (A.). Roger (M.), Les moissons rouges. 1936 en Soissonnais, L (...)

39La charge symbolique qui pèse sur la paysannerie explique la volonté de nier toute implication des travailleurs agricoles. Les sources administratives et judiciaires reflètent cette vision de l’équilibre social où l’action des « meneurs » est surestimée au détriment de celle des travailleurs eux-mêmes. L’enquête réalisée au milieu des années 1980 par l’association « Mémoires », fournit des témoignages d’acteurs sur l’extension des grèves agricoles de l’Aisne : « Ça a fait comme une tâche d’huile. C’était un mouvement spontané. C’était pas venu [sic] par des syndicats comme maintenant. Dans les fermes, là, chez Lierman, ils n’étaient pas syndiqués les gars, “bon”, ils ont dit : “bon, ça suffit, allez, nous aussi ont fait grève”.39 » Cette spontanéité n’est jamais envisagée par les sources contemporaines, puisqu’elle est déjà une forme de reconnaissance de la légitimité des revendications des ouvriers agricoles.

Un gouvernement aux côtés des ouvriers agricoles

40L’un des facteurs véritablement nouveau de ces grèves agricoles est l’attitude du gouvernement. Dans le passé, les autorités administratives faisaient respecter avec rigueur la liberté du travail et l’isolement des fermes, combiné au recours aisé à la main-d’œuvre étrangère, nord-africaine ou polonaise, affaiblissaient considérablement les chances de succès des grèves. La victoire du Front populaire et la nomination de ministres socialistes, à l’Agriculture mais aussi à l’Intérieur, modifient les conditions d’exercice du droit de grève pour tous les protagonistes : les ouvriers agricoles et les responsables syndicaux se tournent vers les nouvelles autorités politiques. Les élus font également pression sur les responsables administratifs en se présentant comme les ultimes remparts face à un dérapage possible de tels mouvements.

  • 40 A.D. Aisne, 1 M 22, lettre de grévistes à M. Le préfet de l’Aisne, 6 juillet 1936.
  • 41 A.D. Oise, 10 M MpP 4285, lettre de Rémi Bertou, s.d.

41L’appel à la protection ou à l’arbitrage de Georges Monnet est une démarche spontanée dans l’Aisne, dont il est le député40. Des délégués syndicaux de l’Oise victimes de la répression patronale le sollicitent également, par l’intermédiaire de leur député, Armand Dupuis : « Le 20 juillet le syndicat d’Ognoles CGT faisait présenter aux divers patrons de la localité un cahier de revendications élaborées en commun. Lorsque je l’ai soumis, au nom des autres ouvriers à mon patron, il me dit immédiatement « Fais tes huit jours ». Les revendications, quoique modestes (25 fr par jour) ne furent pas acceptées et une courte grève eut lieu. La grève terminée le maire président du syndicat patronal me demanda de reprendre le travail. Je le fis, croyant que tout était arrangé. Mais quelques jours après, le patron M. Jacquard me disait à mon grand étonnement que les 8 jours étaient terminés, et que je devais partir. J’avais été trompé. J’ai cité mon patron à comparaître devant le juge de Paix de Guiscard. [...] Ayant le droit pour moi (accord du 7 juin) je me permets de vous demander votre appui pour que le jugement rendu le 29 août me soit favorable ! Je vous serai extrêmement reconnaissant de bien vouloir soumettre (d’urgence) ce cas à Monsieur le Ministre de l’Agriculture. Avec l’espoir que nous paysans ouvriers agricoles, jouirons aussi des lois votées par le gouvernement de Front populaire.41 »

  • 42 A.D. Eure-et-Loir, 10 M 26, 2 juillet 1936, le ministre de l’Agriculture au préfet d’Eure-et-Loir.

42La sollicitude de Georges Monnet n’est pas de pure forme et se traduit par une série de circulaires envoyées aux préfectures. La première, le 2 juillet 1936, pousse au dialogue et à la conciliation : « L’accord Matignon, les dispositions législatives récentes ont apporté aux ouvriers des entreprises industrielles et commerciales une amélioration très sensible de leurs conditions de travail. Le gouvernement désire que ces améliorations, dans la mesure du possible, puissent être étendues aux salariés des entreprises agricoles. Je vous invite, en conséquence, à vous mettre dès à présent et de toute urgence, en rapport avec les représentants patronaux et ouvriers des exploitations agricoles, afin d’établir d’abord le tableau des améliorations à apporter aux salariés de l’agriculture et de faire réaliser ensuite, le plus rapidement possible, la conclusion de conventions collectives sur ces bases nouvelles.42 »

  • 43 A.D. Oise, 10 M MpP 4285, lettre au préfet du 11 juillet 1936.

43Les députés SFIO, comme celui de Senlis, Jean Vassal, jouent également de leur influence pour favoriser les négociations et briser les résistances du patronat : « Mon cher Préfet. Il est de mon devoir de vous mettre au courant de la situation du travail dans notre région. Le patronat agricole fait la sourde oreille pour une amélioration des salaires. C’est un mot d’ordre des « Croix-de-Feu ». Par ailleurs, les ouvriers agricoles sont en pleine effervescence et je suis appelé, journellement, à créer de puissants syndicats. Actuellement, il y a 3 000 syndiqués dans ma circonscription. J’ai un mal inouï à canaliser le mouvement. Le Sous-Préfet s’efforce de réunir patrons et ouvriers. Les patrons reculent toujours le jour de la réunion. J’ai l’impression qu’ils ne veulent rien consentir. C’est donc la grève certaine sous peu - et une grève qui sera dure. Les ouvriers agricoles sont très montés et une jacquerie est à craindre. » Avant même le déclenchement de la seconde vague de grève, Vassal fait état de l’attitude très hostile du patronat : « Par ailleurs, les patrons commencent les représailles et renvoient des ouvriers pour le seul motif qu’ils se sont syndiqués. Il ne faut plus permettre cela. » Enfin, conclut-il, « Il y a urgence. Si les pouvoirs publics ne nous aident pas tout le mouvement va passer au communisme et le pire est à craindre.43 » Cette ultime crainte peut être considérée comme « tactique », envisager le pire pour mieux convaincre son interlocuteur. Elle témoigne surtout d’une évolution essentielle : les socialistes au pouvoir sont devenus les garants de l’ordre public et acquièrent rapidement une « culture de gouvernement ».

 

  • 44 Le Populaire, 21 juillet 1936, « Les grèves - L’effervescence dans les milieux agricoles ».

44De fait, sur le terrain, si les militants et quelques élus agissent en faveur du mouvement gréviste, les responsables politiques semblent embarrassés par l’évolution des conflits agricoles. Ceux-ci atteignent leur apogée au plus mauvais moment : après l’effervescence et l’enthousiasme du mois de mai et le succès des accords Matignon, le gouvernement veut démontrer qu’il tient bien en main la situation. C’est alors qu’éclatent les grèves agricoles. Les adversaires du Front populaire ont beau jeu de clamer que la révolution gagne les campagnes, que la propriété privée, violée par les occupations d’usines, va y subir un sort identique. Aussi, tant à la CGT qu’au gouvernement, le ton est à l’apaisement. Le Populaire, durant les mois de juin et de juillet, minimise au maximum les grèves agricoles qui ne cessent d’être réglées... tout au long du mois de juillet. Ainsi, dès le 17 mai, le quotidien du parti titre « Grâce à l’arbitrage du gouvernement les conflits agricoles sont en voie de solution ». Quelques jours plus tard, Le Populaire ne peut passer sous silence les mouvements qui continuent à agiter l’agriculture, mais s’évertue à en atténuer l’ampleur : « L’effervescence dans les milieux agricoles paraît heureusement localisée dans le Nord et dans l’Ile-de-France. Toute menace de grève est momentanément écartée ; de part et d’autre, on s’efforce d’éviter un mouvement qui éclatant au moment même de la moisson, aurait des conséquences graves. » Lorsqu’elles se produisent, les grévistes font preuve d’une grande sagesse : « On ne signale que quelques occupations de fermes et, là, les ouvriers continuent à soigner les animaux et d’effectuer la traite laitière.44 » La presse, à son tour, forge vite sa « culture de gouvernement » !

  • 45 Le Populaire, 23 juillet 1936, « Les grèves agricoles sont terminées dans la plupart des régions », (...)
  • 46 Le Populaire, 22 juillet 1936, « Dorgères tente de créer des troubles et provoque les ouvriers agri (...)

45Ces propos rassurants ne sont cependant pas encore suffisants. Le 21 juillet, Pierre Ridet doit revenir sur la question : « Ainsi, on constate une réelle détente dans l’ensemble et rien ne justifie les propos alarmistes qui ne cessent d’être répandus par une certaine presse. Ajoutons d’ailleurs que les différends avaient seulement surgi dans les grandes exploitations occupant un nombreux personnel. Dans les petites fermes où chacun exploite son lopin de terre avec l’aide des siens ou d’un ou deux ouvriers, l’entente n’a cessé de régner. Là, c’est une vie familiale et la collaboration.45 » Un tel article vise à dédramatiser la situation, en adressant un signe d’apaisement à la France des petits propriétaires ruraux, pour leur faire comprendre qu’ils ne sont nullement menacés par l’agitation sociale. Par ce biais, les socialistes confirment encore davantage leur attachement à la petite exploitation où patrons et ouvriers « collaborent » dans une atmosphère familiale. La volonté de minimiser les tensions sociales chez les ruraux va de pair avec la dénonciation des véritables fauteurs de troubles, les « Chemises vertes » de Dorgères, « agrariens et ex-Croix-de-feu46 » recrutés par les « hobereaux » qui entretiennent l’agitation et s’opposent aux justes revendications des ouvriers agricoles.

  • 47 A.D. Aisne, 1 M 22, télégramme du 21 juillet 1936.
  • 48 A.D. Eure-et-Loir, 10 M 26, rapport du sous-préfet de Châteaudun au préfet, 15 juillet 1936.

46La CGT, quant à elle, comprend l’impatience des travailleurs agricoles mais exclut l’épreuve de force ; la grève du 20 juillet – la seule qui soit l’objet d’une véritable organisation – est entourée d’un maximum de précautions. Dès le 21 juillet, la préfecture de l’Aisne reçoit un télégramme du secrétaire général de la CGT qu’elle diffuse à toutes les mairies du département : « Sommes avisés que délégués auraient indiqué à ouvriers agricoles de l’Aisne que CGT avait décidé grève solidarité agricole. Rien de semblable n’a été décidé ! Vous demandons rétablir la vérité auprès ouvriers agricoles. [...] Jouhaux.47 » La grève vise avant tout à répondre à l’intransigeance du patronat en l’obligeant à s’asseoir à la table des négociations et, par un communiqué publié le 22 juillet 1936, la Fédération des travailleurs de l’agriculture réitère ses appels au calme et à la négociation sous l’égide de l’État, afin de parvenir à un accord de « type Matignon ». Sur le terrain, les leaders syndicaux ne recherchent pas l’affrontement, comme le rapporte le sous-préfet de Châteaudun : « Un militant syndicaliste, qui constitue, actuellement, des syndicats d’ouvriers agricoles, m’a déclaré qu’aucun mouvement de cette nature n’était pour le moment envisagé et qu’au surplus, le Parti communiste venait de donner l’ordre de ne pas susciter de nouvelles grèves dans l’agriculture.48 »

47Il est incontestable que les grèves agricoles de l’été 1936 ont largement bénéficié du contexte nouveau créé par l’arrivée au pouvoir de la gauche et de l’attitude plus favorable des autorités locales. Cependant ces mouvements sociaux étaient mal venus pour un gouvernement soucieux de réaffirmer son autorité et qui a privilégié l’apaisement. Cette prudence est renforcée par l’enjeu symbolique que représente la paysannerie dans le débat politique, ainsi que par la vive réaction du patronat agricole.

L’exploitation partisane des grèves

  • 49 Fromont (P.), Bourgeois (F.), « Les grèves agricoles de Tremblay-lès Gonesse en 1936 », Revue d’éco (...)

48Le récit par Fromont et Bourgeois de la grève de Tremblay-lès Gonesse, presque immédiatement contemporain, livre une vision sans nuances de l’événement autour d’une analyse qui se veut rationnelle et économique. Il pose les principaux stéréotypes de ces grèves : la propagande communiste, l’opposition entre Français et étrangers, la démagogie et les manœuvres d’intimidation. L’utilisation du clairon et des tambours, rythmant la succession des piquets de grèves, témoigne de l’organisation minutieuse, presque militaire, de la grève et accentue son caractère prémédité. Décrivant longuement ce conflit, les auteurs insistent sur le rôle des femmes : « Les femmes ne s’occupent pas ou très peu de leur ménage, elles tiennent des conciliabules également un peu partout. Elles échauffent les esprits et souvent sont plus acharnées que les hommes. » L’image des « pétroleuses » de la Commune, ou des « mégères » de la Révolution n’est pas loin. Un autre poncif est l’alcoolisme : « Dans tous les cafés où le patron est communiste ont lieu de fréquents rassemblements, quelquefois organisés, mais souvent ce ne sont que des discussions de rue qui viennent se finir là. Chaque gréviste accumule des dettes importantes, qu’il devra rembourser petit à petit quand le travail aura repris.49 »

49La propagation de la grève est la seule activité des grévistes qui parcourent les environs, juchés sur la benne municipale, pour débaucher les autres ouvriers, en chantant L’Internationale : « Lorsqu’ils descendent de la voiture, c’est pour aller trouver des ouvriers qui travaillent afin de leur faire cesser le travail. Lorsque ceux-ci refusent, les animaux sont dételés, et s’ils persévèrent dans cette idée, il est à craindre de recevoir de mauvais coups. S’ils acceptent d’emblée, ils reviennent à la ferme de leur patron, lui déclarent leur décision de grève, puis vont boire avec ceux qui sont venus les débaucher et qui leur donnent des conseils pour organiser la grève. » Bien entendu, les ouvriers finissent la journée ivres et multiplient les menaces sur les non-grévistes.

  • 50 Ibid., p. 1422.
  • 51 Ibid., p. 1423.
  • 52 Ibid., p. 1437.

50Le dernier point abordé est l’apreté des travailleurs, notamment étrangers, qui rêvent de s’emparer des terres : « Ceux qui ont mené le mouvement ont tellement répété aux ouvriers qu’ils allaient bientôt pouvoir se partager les exploitations que beaucoup, et principalement les étrangers, en sont persuadés. Ils se disputent déjà entre eux pour savoir la partie du territoire qu’ils prendront.50 » Cette avidité – ils se querellent déjà – n’est qu’une des conséquences de leur intempérance naturelle : « Dans cette région, la plupart des ouvriers n’économisent pas et vivent au jour le jour et souvent même en contractant des dettes importantes.51 » La conclusion « économique » de cette analyse est sans appel : les grévistes ont perdu sur toute la ligne. Ils se sont endettés alors que les non-grévistes ont bénéficié de salaires élevés. La grève a favorisé la mécanisation, réduisant à terme les besoins de main-d’œuvre. Enfin, les ouvriers récalcitrants seront les premières victimes de licenciements, motivés non pas par le souci de revanche, mais par les exigences d’une saine gestion : « Comme on peut s’en rendre compte, la grève aura eu des conséquences fâcheuses sur bon nombre d’ouvriers. [...] Toutefois, on aurait tort de voir dans cette politique de compression des effectifs des mesures de représailles : elle constitue pour les exploitants une simple politique de salut économique, et la seule possible.52 » Ce texte est significatif du dispositif visant à priver le mouvement gréviste de toute légitimité et permet de mieux comprendre l’état d’esprit des milieux « dirigeants ».

 

  • 53 A.D. Eure-et-Loir, 10 M 26, rapport du sous-préfet de Châteaudun au préfet, 15 juillet 1936.

51Pris de court par les mouvements des mois de mai et juin, les exploitants réagissent dès le mois de juillet. En Eure-et-Loir, après les incidents de Châteaudun, l’heure est à l’organisation : « Je reçois à l’instant une lettre de M. le Maire de Pré-Saint-Evroult qui m’informe qu’en prévision d’une grève des ouvriers de culture et des occupations de fermes, « les agriculteurs se promettent de ne pas se laisser faire » et que « les armes à feu sont préparées ». Cette lettre me paraît assez caractéristique de l’état d’esprit qui règne actuellement dans certains milieux agricoles.53 »

  • 54 A.D. Eure-et-Loir, 1 M 21, rapport du sous-préfet de Châteaudun au préfet, 6 juillet 1936.
  • 55 A.D. Eure-et-Loir, 10 M 26, rapport du 27 juillet 1936.

52Cette détermination patronale est renforcée par la propagande menée par les partisans de Dorgères : « Je viens seulement d’être informé par M. le Maire de Châteaudun qu’il y a une huitaine de jours deux individus, portant une chemise verte et se déclarant membres du Parti agraire de M. Dorgères, sont venus procéder auprès de lui à une sorte d’enquête sur les incidents qui se sont déroulés ici le 24 juin, à l’occasion de la « louée ». D’après M. Le maire de Châteaudun ces individus, qui n’avaient nullement l’air de paysans et qui lui ont plutôt donné l’impression « d’être de la police » – suivant sa propre expression – se sont surtout préoccupés de savoir qu’elle avait été la réaction des fermiers beaucerons en présence de l’attitude agressive des ouvriers agricoles.54 » L’intransigeance patronale explique que certains conflits du mois de juillet ne se concluent pas en faveur des ouvriers : « Tous les ouvriers agricoles de Beville-le-Comte, qui étaient en grève depuis le 24 juillet 1936, ont demandé à reprendre le travail, le 25 dans l’après-midi. 7 d’entre eux ont été congédiés par leurs patrons et sont maintenant, non pas en grève, mais en chômage.55 » Ce schéma se généralise durant la plupart des conflits ultérieurs, avec le renvoi systématique des ouvriers « meneurs » ou tout simplement grévistes. L’enthousiasme du Front populaire, en ville comme aux champs, n’aura guère vécu plus d’un été. Pendant ce cours laps de temps, toutefois, le nouveau ministre de l’Agriculture, Georges Monnet, parvient à imposer son projet d’office du blé.

III. L’action ministérielle et parlementaire

Un ministre attendu

  • 56 Lefranc (G.), Le mouvement socialiste sous la IIIe République, tome II, Paris, Payot, p. 328.

53La nomination de Georges Monnet au ministère de l’Agriculture n’est pas une surprise. Depuis le départ de Compère-Morel, il s’est imposé comme la nouvelle figure agricole du parti. Politiquement, c’est un proche de Léon Blum, sa présence à ses côtés lors de l’agression du boulevard Saint-Germain ayant certainement renforcé leurs liens. D’après Georges Lefranc, le député de l’Aisne faisait partie de ceux que Léon Blum avait depuis longtemps « par la pensée, affecté [...] à tel portefeuille.56 »

  • 57 Le réveil des morts, Paris, Albin Michel, p. 23-24 ; Le Réveil Soissonnais, 14 avril 1928.
  • 58 Clouet (S.), De la rénovation à l’utopie socialiste. Révolution constructive : un groupe d’intellec (...)

54Né en 1898, Monnet n’est pas issu d’un milieu paysan. Fils d’un magistrat, petit-fils d’un sénateur de l’Ailier, il appartient à la bonne bourgeoisie parisienne. Après l’interruption de ses études par deux années passées au front, il choisit, en 1918, de se consacrer à la terre, attitude symptomatique d’une génération choquée par le premier conflit mondial. Il suit les cours de l’Institut national agronomique, puis achète une ferme au cœur de la zone rouge. Un « retour à la terre » rendu célèbre par Roland Dorgelès57. Son récit fait de Monnet un jeune bourgeois sans idéal, converti par un « grand pontife du socialisme ». Plus déterminante est l’influence décisive de Germaine Monnet, sa femme, secrétaire du groupe socialiste à la Chambre. En étroite association avec elle, Monnet participe à la mise en place des Faucons rouges, organisation de jeunesse de la SFIO58.

  • 59 Le Coq rouge, 1er décembre 1930, « Vous connaissez ? Georges Monnet ».

55Le portrait que trace de lui Le Coq rouge, journal satirique auquel collabore Compère-Morel, deux ans après son élection à la Chambre ne renie pas cette origine bourgeoise, preuve de la force d’attraction du socialisme : « Bien qu’il soit le fils d’un magistrat encore en fonction – son père est conseiller à la Cour de Paris – Georges Monnet, malgré de solides études, a renoncé aux professions libérales parmi lesquelles il n’avait que le choix. » L’autre atout, c’est bien sûr l’attachement à la terre, attachement qui se traduit d’abord par un comportement personnel : « Il est vrai qu’il ne songe jamais à s’embellir. Sa coquetterie à lui, c’est de paraître toujours bel et bien le descendant des rudes paysans auvergnats dont il est issu. C’est pourquoi il garde une chevelure coupée ras et s’arrêtant en frange au bas du front ». L’appartenance physique est renforcée par son choix professionnel : « Il a préféré les travaux exténuants des champs à la vie facile de la grande ville. Le lendemain de sa démobilisation, il arrivait à Celles-sur-Aisne, en plein Chemin des Dames. Rien n’était encore reconstruit. La terre ravagée par quatre ans de guerre affirmait par tous les obstacles qu’elle présentait, qu’elle ne voulait plus nourrir les hommes qui l’avaient ainsi abîmée. Georges Monnet s’installa dans une baraque en bois. Il acheta 250 hectares de terre. Et le miracle fut accompli. Une ferme modèle, des champs soignés et cultivés ont remplacé l’affreuse zone rouge.59 »

  • 60 Clouet (S.), op. cit., p. 152.

56« L’identification » de Georges Monnet à l’agriculture est la conséquence d’une spécialisation au sein du parti, spécialisation qui, si elle correspond à une réelle vocation agricole, s’accélère après le départ de Compère-Morel. Elle tend néanmoins à faire oublier une autre facette du personnage, celle d’un homme très investi dans les questions culturelles et artistiques. Membre de la commission de l’Agriculture dès son élection, en 1928, il est également rapporteur du budget des Beaux-Arts. Il entretient des relations étroites avec le monde artistique et intellectuel, comptant parmi ses amis Julien Cain ou Georges-Henri Rivière. Sa participation au congrès d’Amsterdam, en 1932, désavouée par la direction du parti, s’explique notamment par son appartenance à ce cercle intellectuel ; il s’associe à Barbusse pour tenter de faire de Monde un large organe d’information culturelle. Il noue également des liens étroits avec le groupe « Révolution constructive », dont l’un des adhérents, Claude Lévi-Strauss, fut un temps son secrétaire60. Ces différents réseaux seront d’ailleurs visibles dans certaines initiatives « culturelles » du ministre de l’Agriculture.

 

  • 61 Le Bulletin des halles, 13 mai 1936.

57Au lendemain de la victoire du Front populaire, alors que bruissent les rumeurs sur la composition du gouvernement, Le Bulletin des Halles mène campagne contre Georges Monnet, la perspective de sa nomination faisant trembler les milieux agricoles : « M. Monnet, que l’on donne toujours comme le comingman [sic] agricole, a effrayé les vendeurs et les acheteurs et que ce soit sur le marché réglementé, les uns et les autres font leurs paquets et liquident tout, avant l’orage. » La solution la plus sage serait bien sûr d’écarter Monnet, tâche à laquelle s’applique Le Bulletin : « Il se pourrait, si le Cabinet prochain est semi-radical et semi-socialiste, que M. Thellier soit conservé à l’Agriculture, qui est un ministère, en somme, technique qui devrait être à l’abri de la politique. M. Daladier serait, paraît-il, de cet avis. Si ceci se matérialisait, M. Monnet pourrait avoir un poste ministériel autre que l’Agriculture car, qu’il le veuille ou non, il constitue un labarum en raison de sa position agricole prise dans l’opposition. » Et, ne reculant pas devant la contradiction, l’article conclut : « Le portefeuille de l’Agriculture est le plus important de tous les portefeuilles, en raison de la crise économique, il serait bon que MM. Blum et Daladier en éloignent les trublions, car le socialisme en action peut, si cela ne plaît pas, être détruit par eux.61 » Ces ultimes manœuvres ne l’empêchent pas de devenir le ministre de l’Agriculture du gouvernement de Léon Blum, le 4 juin 1936.

  • 62 Le Populaire, 15 juin 1936, « Georges Monnet définit la politique agricole du gouvernement ».

58Flanqué d’un sous-secrétaire d’État radical, le député de Haute-Saône André Liautey, le nouveau ministre affiche rapidement ses ambitions réformatrices à l’occasion de son premier discours radiodiffusé : « Ne défendre que les cours de quelques produits, en laissant les autres abandonnés aux caprices des spéculations spéculatives [sic], ce serait préparer pour l’avenir les plus graves mécomptes. La surproduction serait inévitable à l’intérieur de ces catégories protégées. Aussi le gouvernement est-il résolu à pratiquer une politique de défense et d’organisation agricole. » Monnet précise néanmoins que l’office des céréales est la réalisation la plus urgente. Le deuxième grand projet du gouvernement est la garantie contre les risques naturels « par l’institution d’une caisse nationale contre les calamités agricoles.62 » Cette dernière réforme ne figure pas en tant que telle dans le programme du rassemblement, bien qu’elle soit très attendue des ruraux. Enfin, le plan de grands travaux est l’occasion d’entreprendre l’équipement massif des campagnes, cette dernière mesure n’étant pas la plus originale mais devant tout particulièrement plaire aux radicaux. Elle fait davantage partie de la politique de relance préconisée par le gouvernement.

  • 63 Lefranc (G.), Histoire du Front populaire (1934-1938), Paris, Payot, 1974, p. 364 ; Lefranc (G.), V (...)
  • 64 Barral (P.), Les agrariens français de Méline à Pisani, op. cit, p. 244.
  • 65 Le Combat, 15 juin 1936, « Au travail », Marc Lavergne.

59Les premières décisions prises par Georges Monnet confirment cette dimension d’homme de terrain, peu attaché aux questions doctrinales63. À peine le projet d’Office déposé sur le Bureau de la Chambre des députés, il « s’invite », le 20 juin 1936, à la réunion de l’Assemblée permanente des présidents des chambres d’agriculture, organisme qui n’a jamais dissimulé son hostilité aux projets d’organisation des marchés. Cet activisme est d’autant plus nécessaire que le soutien des milieux agricoles est loin d’être acquis. Pierre Barrai souligne son action auprès des directeurs départementaux, contournant l’hostilité des hauts fonctionnaires64. Cette précision révèle un obstacle souvent méconnu rencontré par le Front populaire, celui du manque de coopération des élites dirigeantes. Durant les années trente, le parti s’est attaché à structurer ses soutiens parmi les « cadres », en créant l’Union des techniciens socialistes. Le témoignage de Michel Cépède, responsable de la rubrique agricole du Combat de l’Yonne confirme cette analyse. Ce jeune ingénieur agronome depuis 1928, répétiteur à l’ΙΝΑ depuis 1931, connaît bien ce milieu qui alimente les directions du ministère de l’Agriculture. C’est donc en connaissance de cause qu’il oppose la loyauté des « cadres locaux des fonctionnaires de l’agriculture en général animés d’un esprit suffisamment républicain » à l’attitude hostile des « hauts fonctionnaires qui, par incapacité ou malveillance, portent une grande responsabilité de l’échec des lois antérieures d’organisation agricole65 ». Georges Monnet s’efforce de contourner ces obstacles « structurels » par une grande débauche d’énergie, pour imposer son projet d’office.

L’Office du blé

  • 66 De Bresson (J.), L’Office du blé, thèse de droit, Paris, 1937, 190 p. ; Normand (A.), Une expérienc (...)

60L’Office national interprofessionnel du blé est la pierre angulaire de la doctrine socialiste durant les années trente, réponse à la crise agricole et plus particulièrement à l’effondrement des cours du blé66, son adoption donnant lieu à un ample débat parlementaire. À l’origine du projet, on trouve la nécessité de contrôler les importations et des exportations afin de maîtriser la fluctuation des cours et des prix. En 1936, la création d’un monopole sur le commerce fait désormais la quasi-unanimité face à l’effondrement des cours. La rétribution des producteurs, secondaire à l’origine, est devenue primordiale car le prix choisi doit assurer la juste rémunération du travail agricole. Les modalités de sa fixation par le conseil central composé de représentants des producteurs, des consommateurs et de l’État, sont un enjeu décisif. Cela explique la virulence des affrontements sur la composition du conseil, son pouvoir de décision, le rôle exact de l’État, ou les critères retenus pour la fixation du prix. Un dernier point fait litige, celui de l’organisation des échanges entre les producteurs et les minotiers. Le projet initial prévoyait le monopole des transactions au profit des coopératives, excluant les commerçants.

61Au Parlement, le premier affrontement porte sur cette question de l’introduction du commerce dans les mécanismes d’échange. Au Sénat Eugène Raynaldy, sénateur de l’Aveyron, se pose en défenseur des commerçants et obtient qu’une place leur soit accordée aux côtés des coopératives, modification rejetée par la commission de l’Agriculture de la Chambre. Tour à tour Renaud Jean, président de la dite commission, Sylvain Blanchet, député SFIO de la Creuse et Georges Monnet, affirment à la tribune que la réintroduction des négociants, en concurrence avec les coopératives, aboutira à leur ruine ainsi qu’à celle de l’équilibre du projet, rappelant l’échec de la loi de 1933. Cependant, la Chambre s’incline devant la résistance du Sénat et ne peut même pas obtenir que les commerçants reçoivent l’agrément du conseil départemental de l’Office. La Chambre haute demeure intransigeante sur ce point et obtient le principe d’une simple déclaration.

  • 67 J.O., Sénat, débats, séance du 10 août 1936, p. 1173.
  • 68 J.O., Sénat, débats, séance du 13 août 1936, p. 1322.

62Toutefois, c’est le mécanisme de fixation du prix par le conseil central qui prolonge le plus les débats. Une première série d’amendements renforce la présence des producteurs au sein de ce conseil qui comprenait, à l’origine, 30 membres, dont 15 représentants des producteurs, 8 des consommateurs et 7 nommés par le Ministre. Une telle composition affirmait la volonté de fixer un prix agréé par toutes les composantes de la nation, l’État tenant une place d’arbitre. Le Sénat amende cette composition afin d’assurer une plus grande représentation des producteurs. Une fois leur prépondérance assurée, il cherche à limiter l’influence du ministre de l’Agriculture qui devait se substituer au conseil en cas d’absence d’unanimité. Le Sénat propose une décision à la majorité absolue, favorisant les seuls producteurs. Pour Monnet, une telle situation est contraire à l’esprit du projet, le but de l’Office étant de concilier les intérêts des producteurs et des consommateurs et non pas de les opposer67. Le désaccord persistant est réglé après trois navettes infructueuses, le Sénat ayant proposé un système complexe de double délibération en cas de désaccord entre le ministre et le conseil. En définitive, la Chambre impose son point de vue – Monnet ayant menacé de renoncer à l’ensemble du projet68 – en exigeant une majorité des quatre cinquièmes pour fixer le prix du blé, la décision appartenant, sinon, au ministre de l’Agriculture. L’opposition et le Sénat ont retardé au maximum l’adoption d’un texte dont la première version est votée dans l’urgence par la Chambre le 4 juillet, à l’issue d’une séance de nuit. Le Sénat ne l’étudie que trois semaines plus tard, le 21 juillet. Alors que les partisans du texte soutenaient que le monde paysan attendait ce texte, ses adversaires avaient beau jeu de souligner qu’il ne pourrait jamais être appliqué pour la récolte de 1936, déjà quasiment achevée.

 

63Outre le débat technique, le vote de l’Office est donc aussi et surtout un affrontement politique. Les adversaires du Front populaire, après deux mois de grèves et d’incertitude, reprennent l’offensive. La situation s’y prête car les questions agricoles sont un domaine dont les conservateurs estiment détenir le monopole. Deux axes sont privilégiés. Le premier, partisan, vise à affaiblir la majorité en pesant sur les députés radicaux dont les réticences en matière d’organisation et de contrôle de l’agriculture ne sont un mystère pour personne. Le second dénie à la gauche socialiste et communiste toute compétence et toute légitimité en matière agricole.

  • 69 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 3 juillet 1936, p. 1724.
  • 70 Ibid., p. 1752.
  • 71 J.O., Sénat, débats, séance du 21 juillet 1936, p. 735.

64L’opposition au projet est virulente alors même que le gouvernement souhaite aller vite. La première séance, le 3 juillet au matin, est entièrement consacrée à écarter les procédures empêchant la discussion : question préalable, motions d’ajournement et de renvoi en commission, provoquant l’exaspération croissante de la majorité. Félix Grat, prenant le premier la parole, sur la question préalable, s’efforce de fragiliser la cohésion majoritaire en s’adressant aux élus radicaux-socialistes : « Si j’ai parlé sur la question préalable, c’est pour vous mettre en présence de vos responsabilités. Ceux qui seront partisans de l’Office du blé sauront qu’ils acceptent un Office socialiste, avec la mainmise de l’État sur la production de la France.69 » Le Parti radical manque incontestablement d’enthousiasme face à ce projet. Armand Dupuis s’en explique durant la discussion générale : « Le gouvernement a peut-être été téméraire – cette témérité sera-t-elle couronnée de succès ? – en proposant la création immédiate de l’Office national du blé. Cette création n’était peut-être pas si pressante, puisque la récolte s’annonce déficitaire. Nous aurions pu demander un délai pour organiser les coopératives comme nous souhaitons qu’elles le soient car, dans beaucoup de régions, l’organisation coopérative n’est pas encore au point. (Applaudissements à gauche et sur divers bancs.) Mais le gouvernement en a décidé autrement. Il sera responsable de l’échec comme il aura le bénéfice du succès.70 » C’est à la commission de l’Agriculture du Sénat que les radicaux agissent le plus efficacement. Symbolique est l’intervention d’Henri Queuille qui tout en revendiquant la paternité de l’intervention de l’État, montre plus de résignation que de ferveur : « Le Sénat veut respecter les volontés du suffrage universel et permettre l’exécution de certaines expériences voulues par le peuple de France. Nous devons donc nous incliner sur le principe du projet.71 » Quant aux communistes, tout en restant discrets durant les débats, ils soutiennent sans réticences un projet qu’ils souhaitent faire aboutir au plus vite.

  • 72 Ibid., p. 729.
  • 73 J.O., Sénat, débats, séance du 22 juillet 1936, p. 754.
  • 74 Ibid., p. 773.
  • 75 Ibid., p. 750.

65La discussion est aussi l’occasion pour l’opposition d’affirmer l’hostilité viscérale du paysan à toute mesure dirigiste et plus largement à l’expérience du Front populaire. La droite en profite pour dénoncer avec véhémence les grèves agricoles et leur corollaire inacceptable, l’occupation des fermes72. J.-L. Dusmenil, sénateur de Seine-et-Marne, après avoir rappelé la sage opposition des radicaux et des radicaux-socialistes face au même projet jadis défendu par Compère-Morel, se lamente sur les conséquences de la « fonctionnarisation » de l’agriculture, les « bons et braves dirigeants paysans » étant remplacés par des « des fonctionnaires aux ordres de l’État, ou des ratés, parfois des tarés, de ces gens qui ont été incapables de faire leurs propres affaires, de gérer leur propre bien. (Très bien ! Très bien ! Applaudissements à droite et sur plusieurs bancs au centre.)73 » Les adversaires les plus acharnés du projet, tel Henry Lémery, sénateur de la Martinique, dénoncent la mise en coupe réglée de la paysannerie par les agitateurs communistes : « Mes chers collègues, représentants des agriculteurs qui sont dans ce pays le nombre, la force, la substance solide de la nation et de la race, voulez-vous voir vos commettants enrégimentés dans le régime atroce des sovkhoses et des kolkhoses. Si c’est ce que vous désirez, votez le projet.74 » La défense des intérêts paysans se transforme immédiatement en dénonciation vindicative des réalisations sociales du gouvernement. Albert Thibault oppose à sa propre enfance sanctifiée par le travail de la terre la rupture d’équilibre provoquée par le Front populaire : « Comme simple primaire, je me souviens surtout du mois de juillet 1883 ; j’avais 13 ans, je sortais de l’école pour aller apprendre à couper du blé avec la faux et la faucille dans le petit bordage que feu mes chers parents exploitaient eux-mêmes. J’ai appris ce dur travail, je l’ai fait avec courage, comme la plupart de mes camarades qui aimaient la vie des champs. Tel a été mon début dans ma vie paysanne. À ce moment là, il n’était point question de la semaine de 40 heures (Très bien !) ni d’un ministère des Loisirs. (Sourires sur quelques bancs.) Les temps ont changé, mais les esprits aussi, c’est la menace du poing en l’air qui veut imposer sa volonté. C’est triste de voir cette rapide évolution.75 »

  • 76 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 3 juillet 1936, p. 1723.
  • 77 Ibid., p. 1764.

66Le discours sur la terre, sur la race, sur la protection de l’identité agricole de la France, qui est traditionnellement un discours « rassembleur », devient pour l’occasion un discours d’exclusion. Plus que jamais, la personnalité paysanne s’oppose à l’intervention de l’État. Félix Grat utilise cet argument dès les premières minutes du débat : « Vous connaissez, comme moi, le caractère du paysan français ? Individualiste, très individualiste – et c’est une belle qualité – (Applaudissements à droite.) jaloux de sa liberté et, vous le savez également, très frondeur. [...] Notez bien que cet esprit paysan individualiste, secret, se révoltera, malgré vous, malgré vos efforts, contre les mesures que vous lui imposerez. Croyez-vous donc qu’il supportera sans murmurer qu’on sache ce qu’il récolte et que ce soit affiché à la porte de la mairie.76 » Tel est aussi le point d’orgue de l’intervention de Paul Thellier – que Le Bulletin des Halles présentait comme un possible ministre « technique » – ancien ministre de l’Agriculture et propulsé porte-parole de l’opposition, contre la clôture de la discussion générale : « La structure rurale de la France et la mentalité des agriculteurs s’opposent d’une manière absolue à la réussite d’une entreprise aussi vaste et aussi compliquée que celle que vous nous proposez, essentiellement dénuée de tout esprit d’initiative, de l’individualité et de l’audace qui doivent demeurer le propre du génie de notre race.77 »

  • 78 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 30 juillet 1936, p. 2261.

67En raison de cette hostilité « naturelle » du monde paysan, l’Office n’est qu’un instrument de contrôle aux mains d’un gouvernement esclave des revendications exclusives des villes. Félix Grat revient sur ce thème, au cours de la seconde lecture du projet : « Vous savez que les paysans sont assez réfractaires aux idées socialistes (Exclamations à l’extrême gauche.) Ce n’est un mystère pour personne et ils manifestent parfois avec vigueur. Or, vous avez dans l’Office un merveilleux moyen de pression sur eux et c’est à coup sûr la cause du changement d’attitude de M. Renaud Jean. Car, si j’ai bonne mémoire, M. Renaud Jean, en 1932, vous n’aviez pas, pour l’Office, la sympathie que vous avez à présent. » Le gouvernement a donc l’intention de contrôler le prix du blé, pour défendre les intérêts des consommateurs urbains : « Vous vous défiez du désir de revalorisation des producteurs. Vous voulez empêcher une hausse trop sensible. Là, tout de suite, éclate le caractère essentiel de l’Office : c’est, en réalité, un frein à la hausse.78 » Ces longs débats sont emblématiques de la dimension « paysanne » que l’opposition donne à sa lutte contre le Front populaire. La plupart des arguments employés ici ressurgiront, soit pour s’opposer aux autres projets déposés par le gouvernement, soit pour mettre en évidence les conséquences désastreuses de sa politique.

 

  • 79 Latty (L.), Royer (J.-M.), dans Fauvet-Mendras, Les paysans et la politique dans la France contempo (...)
  • 80 Grenadou (E.), op. cit., p. 183.
  • 81 A.N., F 7 13033, rapport du préfet d’Eure-et-Loir, 25 novembre 1936.
  • 82 A.N., F 7 13042, rapport mensuel du préfet des Deux-Sèvres, 24 octobre 1936.
  • 83 A.N., F 7 13033, rapport du commissaire spécial de Quimper, 9 novembre 1936.

68La lutte acharnée des conservateurs contre l’Office explique que certains historiens aient pu écrire que « L’Office national des céréales provoque dans la paysannerie un tollé quasi général79 ». Or, dans leur ensemble, les sources viennent contredire l’outrance du discours agrarien : « Et puis, en 36, l’Office du Blé nous a sauvés. [...] Ça voulait dire que le gouvernement fixait le prix et c’est de là qu’on est reparti : cent trente-neuf francs le quintal. » Ce jugement, souvent sollicité, d’Ephraim Grenadou80 n’est pas démenti par une enquête plus approfondie. Les rapports préfectoraux épars pour l’année 1936 aux Archives nationales suggèrent une réaction favorable du monde rural. La satisfaction paysanne rapportée pour l’Eure-et-Loir avant le vote définitif du projet est confirmée quelques mois plus tard : « La population agricole approuve la politique de revalorisation des produits agricoles pratiquée par le gouvernement. Les récents débats du Conseil général font ressortir cette satisfaction.81 » Un même sentiment l’emporte dans le département de Deux-Sèvres, modéré politiquement et dominé par la moyenne propriété : « Les cultivateurs semblent satisfaits du prix du blé et le fonctionnement de l’Office ne se heurte à aucune hostilité apparente. Par ailleurs, la bonne tenue des cours du bétail et des autres produits du sol continue à influencer favorablement le moral des populations rurales.82 » Les cultivateurs des régions de l’Ouest traditionnellement liées à la droite n’affichent pas une hostilité ouverte malgré une propagande active : « Dans les campagnes on apprécie le mouvement de revalorisation qui s’est produit mais on n’en continue pas moins à se montrer quelque peu méfiant à l’égard des mesures économiques, sociales et financières du Gouvernement qui sont généralement jugées trop hardies et trop brutales.83 »

  • 84 Leroy (L.), Les paysans et l’Office du blé, Paris. Flammarion, 1939, p. 75.

69Ces témoignages révèlent que la petite paysannerie ne considère pas l’Office comme une atteinte à la liberté du producteur, pas suffisamment en tout cas pour le manifester bruyamment. En raison de la campagne d’agitation menée à travers le pays sur ces questions, si une partie de la paysannerie avait réellement voulu réagir à l’Office, elle aurait trouvé aisément des relais. Le relèvement des cours n’est plus un thème mobilisateur et lorsque Dorgères tente de relancer l’agitation paysanne, il délaisse la question de l’Office pour celle des allocations familiales. De même, l’ouvrage consacré à la question du blé – publié par « l’Encyclopédie paysanne, La Terre », collection dirigée par J. Le Roy Ladurie – tout en dénonçant le caractère étatiste, marxiste et autoritaire de l’Office du blé, est obligé de reconnaître le bon accueil qu’il a reçu : « Il est vain de faire la politique de l’autruche. L’Office du blé a été accueilli avec satisfaction dans le monde paysan. Les discussions qui se sont déroulées sur le plan doctrinal l’ont laissé indifférent. Incontestablement, l’Office a paru apporter une amélioration à l’état de choses antérieur.84 » Les raisons de cette satisfaction sont aisément compréhensibles. Quelles que soient les contraintes que l’Office imposait aux producteurs, ces derniers ont immédiatement bénéficié d’un prix garanti représentant près du double du cours de 1935 : 140 F contre 80 F. L’année suivante, il atteint 180 F.

70L’offensive menée contre la création de l’Office du blé est avant tout une campagne politique visant à faire triompher une autre logique idéologique, libérale. Sa forte visibilité découle du rapport de force défavorable qui existe en matière agricole, les grandes organisations étant aux mains des adversaires de l’Office. L’une des tâches de Monnet consiste à susciter de nouveaux relais paysans.

« Le ministre des humbles »

71L’action du nouveau ministre de l’Agriculture en direction des campagnes est particulièrement valorisée par le parti, surtout à travers Le Populaire. L’étude quantitative et qualitative des articles consacrés à l’agriculture atteste l’évolution décisive représentée par l’accession au pouvoir de Georges Monnet et d’un gouvernement socialiste. Après un tassement indéniable en 1935 et au début de 1936, lié au blocage de l’activité parlementaire et à l’action préélectorale, la tendance s’inverse très fortement dans la seconde moitié de l’année : 195 articles évoquent l’agriculture, un chiffre jamais atteint pour une année pleine et qui traduit l’ardeur du Populaire à mettre en scène et à célébrer les réalisations du gouvernement.

72Le récit d’une visite effectuée dans le Rhône et rapportée par Le Populaire donne un aperçu des différents registres à l’œuvre. C’est en premier lieu le ministre « officiel » qui apparaît, celui des inaugurations, habile à convaincre les auditoires a priori hostiles, comme lors du congrès de la Mutualité agricole du Rhône. Les obligations officielles sont aussi l’occasion de réaffirmer la cohésion politique du Front populaire : « Lundi, dans la matinée, visite [...] de l’école municipale d’agriculture de Cibeins où M. Flerriot tient à rendre lui-même les honneurs de la maison. Déjeuner à l’école. Au dessert, surprise qui sort de la poche du ministre, sous la forme d’un ruban ; s’adressant à Herriot, il lui dit : “Pour récompenser un général d’une action d’éclat, lorsqu’il est déjà décoré du cordon rouge, le chef lui remet la médaille militaire. Monsieur le président, vous avez bien travaillé pour l’agriculture en créant cette école, une des plus belles que je connaisse. Comme le chef au général, permettez-moi de vous offrir, au nom de notre République, le Mérite agricole”. »

  • 85 Le Populaire, 10 avril 1937, « Avec Georges Monnet dans le Rhône », Charles G. Reynard.

73Enfin, la visite de caves coopératives permet de reprendre contact avec le peuple paysan : « Le maire nous entraîne à la maison communale. Il a « préparé quelque chose ». Et là, nous assistons à une cérémonie des plus touchantes. Comment faire plaisir à « not’ ministre » ? Offrons lui une « tasse en argent » (espèce de petit gobelet à anse servant à déguster le vin). Chez ces gens rudes on sent l’émotion : ce ne semble pas facile d’offrir le présent ! M. Mulaton, le président des caves coopératives du Beaujolais s’en charge. [...] Georges Monnet a compris la valeur de ce gage d’amitié. Je crois que l’émotion le gagne. Soyez tranquilles, mes amis vignerons, notre camarade ne vous oubliera pas.85 » Cette visite lyonnaise est un bon exemple de l’utilisation symbolique, par la presse militante, de la figure de Georges Monnet, qui incarne tout à la fois l’unanimisme républicain, mais aussi les valeurs socialistes de fraternité du travail et la promotion des « petits ».

  • 86 Le Populaire, 24 mai 1937, « Georges Monnet est acclamé dans la Vienne », Pierre Ridet.

74L’enthousiasme est à son comble lorsque le ministre vient lui-même présider aux cérémonies d’inauguration d’une coopérative agricole, dont le développement est indispensable au succès de l’Office. D’après Le Populaire, « le ministre des humbles » est partout acclamé : « Après une très aimable allocution du préfet de la Vienne, qui salue le « ministre sauveur de l’agriculture », le président de la coopérative agricole, M. Sarrasin, souligne la véritable révolution que fut l’institution de l’Office du blé, grâce auquel, tel un nouveau château fort, le silo s’est dressé dans le village ; mais alors que l’antique bastion affirmait la tyrannie seigneuriale, la nouvelle construction est un symbole de l’émancipation paysanne.86 » L’engouement des personnalités locales ne cède en rien à celui des militants, une section rurale ayant même pris le nom du député de l’Aisne...

  • 87 Le Populaire, 27 octobre 1934, « Le paysan de demain », Tanguy-Prigent.

75Les réalisations ministérielles de Georges Monnet ne se limitent pas seulement à la mise en œuvre de l’Office du blé et à sa promotion à travers le pays. Le ministre de l’Agriculture utilise également l’Exposition internationale de 1937 comme vitrine du socialisme aux champs. L’action en faveur de l’essor de la culture – de l’esprit – dans les campagnes n’est pas une innovation socialiste et participe d’une longue tradition républicaine, celle de l’éducation populaire. L’amélioration des loisirs des ruraux reste bien un passage obligé des discours agrariens, de droite et de gauche, mais après la guerre, l’intensification de la production prime. Paradoxalement, la question des loisirs paysans resurgit à la faveur de la crise, de la mévente des produits agricoles et de la relance du débat sur les méfaits de l’exode rural. La définition et la promotion d’une culture paysanne est pour une part une production intellectuelle, au sein d’une réflexion plus générale sur la culture populaire. Le paysan, travailleur manuel, ignore trop souvent les richesses dont il est le dépositaire. La revendication provient d’autre part « de la base », les mouvements paysans, réclamant, au-delà des seules mesures économiques, la reconnaissance d’une culture et d’une identité paysanne. Tanguy-Prigent y consacre un de ces premiers articles : « Le paysan prend enfin conscience de sa dignité. Il ne veut plus être une bête de somme, un « animal humain » produisant des richesses pour le compte d’autrui sans se soucier jamais de savoir s’il peut sortir de sa situation misérable. Il en a assez d’être méprisé, bafoué. Il veut montrer qu’il est capable, lui aussi, de penser, de sentir, de s’élever sans cesse par le cœur et par la pensée, vers plus de justice et plus de beauté.87 »

  • 88 Le Populaire, 12 septembre 1934, « Les femmes au travail – La vie pénible de la paysanne », B. Fouc (...)

76Ce mouvement en faveur de la culture paysanne est indissociable de celui mené au sein du parti en faveur de l’émancipation des femmes et particulièrement des paysannes, dont la cause est défendue par des militantes telles Suzanne Lacore ou Berthe Fouchère. Au-delà de la dureté du travail, il convient aussi de promouvoir un nouveau cadre de vie, où la culture tient une place essentielle : « Restaurer les routes, créer des services réguliers et rapides de cars, des postes municipaux de TSF, proscrire le taudis, la masure aux fenêtres branlantes et au toit qui s’effondre, électrifier et aménager des adductions d’eaux, construire de vastes salles claires et confortables avec bibliothèque, scène pour le théâtre, écran pour le cinéma, où petits et grands pourraient venir se reposer, se récréer et s’instruire ; former et éduquer des cercles artistiques : voilà ce que réaliserait la civilisation dans les campagnes.88 » Ce dernier texte porte en lui les réalisations du Centre rural de l’Exposition internationale de 1937.

  • 89 Ory (P.), La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire (1935-1938), Par (...)
  • 90 L’Illustration, 29 mai 1937, Jacques Gréber, cité par Vigato (J.C.), « Le Centre régional, le Centr (...)

77Celle-ci est l’occasion pour le Front populaire d’afficher sa spécificité en matière agricole, même si la plupart des décisions avaient déjà été prises, obligeant la nouvelle majorité à agir « à la marge ». L’action de Georges Monnet se concentre sur la mise en place du « Centre rural », installé à la Porte Maillot. Pascal Ory a bien mis en évidence la rupture politique que représente la réalisation de ce centre, construit à la périphérie de l’exposition et jouant la carte « d’une modernité architecturale tempérée, à peu près étrangère à toute connotation locale, et, sur le fond, d’une sorte d’utopie sociale-démocrate », à l’opposé du « patchwork89 » provincialiste et décoratif du centre régional, voulu par Edmond Labbé. Il est particulièrement tentant de voir dans le Centre rural l’expression de ce style « espérantiste » et « dogmatique » dénoncé par un article de L’Illustration, surtout lorsque l’on sait que c’est aussi en ce lieu excentré qu’a finalement échoué le « Pavillon des Temps nouveaux », unique et fragile réalisation du Corbusier et de Jeanneret. Par ailleurs, la décoration du Centre est confiée à des artistes d’avant-garde, notamment Fernand Léger, qui conçoit de vastes panneaux reprenant les slogans agricoles du Front populaire, usant du style de l’Agit-Prop90, dominé par une logique productiviste et fonctionnaliste. Grâce à l’existence du Centre régional, qui, au cœur de Paris, maintenait la tradition régionaliste et agrarienne, Georges Monnet a pu faire du Centre rural le symbole d’une politique agricole novatrice.

  • 91 Ory (P.), op. cit., 1034 p.
  • 92 Le Populaire, 27 mai 1937, « À l’Exposition aujourd’hui - Inauguration du Centre rural par Georges (...)

78Il fournit en effet la vision parfaite de ce que doit être le village agricole de demain. L’église est absente et l’espace communautaire est désormais dominé par le silo, antithèse du château fort et symbole de la modernité et de la richesse mise en commun. Outre la première place accordée à la production, le Centre rural construit l’image d’une communauté paysanne solidaire, par ses activités professionnelles, sociales et jusque dans son épanouissement culturel, favorisé par le soutien de la Ligue de l’enseignement et du ministère de l’Éducation Nationale91 : « Enfin, à côté de la maison de l’agriculture, centre de toute l’activité professionnelle, s’élève, dans le village de la porte Maillot : la mairie modèle, siège de tous les services publics ; l’école réunissant les divers ordres d’enseignements primaire, ménager, technique, agricole ; le foyer communal et son théâtre, la bibliothèque circulante ; le musée du folklore.92 »

  • 93 L’Avenir du plateau central, 27 mars 1937, « L’Agriculture à l’Exposition : le village sans clocher (...)

79Ces prétentions modernisatrices ne font pas l’unanimité. L’absence d’église provoque une brève polémique, relayée par la presse conservatrice : « C’est précisément pour cela d’ailleurs qu’à ce village sans clocher qui ne saurait donc être un village, on a judicieusement donné le surnom un peu baroque et barbare, de « Centre rural » qu’en bon français on pourrait tout simplement traduire par ce mot naturellement d’origine et d’essence françaises « kolkhose ». [...] Pour le reste, pourquoi se tourmenter outre mesure ? Puisque la petite église et le clocher seront remplacés – très avantageusement, n’est-ce-pas ? – par un authentique « estaminet » où l’élément spiritueux remplacera l’élément spirituel ; où le carillon des chopinettes et des canettes remplacera le carillon des cloches. Où les offices et les services religieux seront remplacés par les Offices et les services agricoles ; et où les colonnes sacrées du sanctuaire seront incontestablement remplacées par des textuels piliers de cabaret.93 » Une fois encore, les choix de Georges Monnet sont instrumentalisés par les adversaires du Front populaire pour dénoncer les atteintes irrémédiables que le socialisme porte à l’agriculture et à la nation. Les campagnes sont, plus que jamais, support des passions idéologiques.

Notes

1 Représentatif de ce déséquilibre historiographique, le recueil d’articles du Mouvement social réunis pour le cinquantenaire du Front populaire : Bouvier (J.), (dir.), La France en mouvement (1934-1938), Seyssel, Champ Vallon, 1986, 350 p. Aucun d’entre eux ne s’intéresse à la paysannerie.

2 L’Humanité, 28 septembre 1935, « Programme de sauvetage de l’agriculture française ».

3 Le Populaire, 23 septembre 1935, « Plate-forme d’action commune du Parti socialiste et du Parti communiste ».

4 A.D. Haute-Garonne, 2358/65, rapport du commissaire spécial de Revel au préfet, 23 avril 1936.

5 Dupeux (G.), Le Front populaire et les élections de 1936, op. cit., p. 121.

6 Le Combat, février 1936, « Le socialisme et la propriété ».

7 Le Combat, 25 avril 1936, « Les raisons de notre confiance », par Paul Campargue.

8 Chambre des Députés, Recueil des textes authentiques des programmes et engagements électoraux des députés proclamés élus à la suite des élections générales de 1936, Paris, Imprimerie de la Chambre des députés, 1939, p. 173.

9 Le Populaire, 22 avril 1936.

10 Le Populaire, 17 avril 1936.

11 Le Populaire, 9 mai 1936, « L’agriculture française a voté socialiste », Georges Monnet.

12 Chambre des Députés, op. cit., p. 503.

13 Ibid., p. 505.

14 Berstein (S.), op. cit., p. 441.

15 Corbin (A.), Prélude au Front populaire. Étude de l’opinion publique dans le département de la Haute-Vienne (Février 1934-Mai 1936), thèse pour le doctorat de troisième cycle, Poitiers, 1968, p. 270.

16 Ibid., p. 277.

17 A.N., F 7 12961, « Notes Jean », 16 avril 1936.

18 A.D. Haute-Garonne, 2358/63, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 12 novembre 1935.

19 A.D. Haute-Garonne, 2358/65, rapport du commissaire spécial de Revel au préfet, 27 avril 1936.

20 Le Populaire, 8 juin 1936.

21 Le Bocage, 19 juin 1936, cité par Quellien (J), Le Calvados au temps du Front populaire, Caen, Éditions du Lys, 1996, p. 173.

22 A. D. Calvados, Μ 11 311, cité par Quellien (J.). op. cit., p. 177.

23 Balandier (G.), Les scènes du pouvoir, Paris, Balland, 1992, 174 p.

24 A.D. Vaucluse, 10 M 32 - Grèves, 1936.

25 Rouge Midi, 17 juillet 1936, « À propos de la grève générale – Une mise au point ».

26 L’Éclair, 23 juillet 1936.

27 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 6 août 1936, p. 2471.

28 Panthou (É.), « L’année 1936 dans le Puy-de-Dôme », Cahiers du Centre fédéral, 1994, p. 176.

29 Dauger (G.), Aux origines du Front populaire dans la Creuse. Contribution à une ethno-histoire des comportements politiques, op. cit., p. 177.

30 Cadé (M.), Le parti des campagnes rouges. Histoire du Parti communiste dans les Pyrénées-Orientales (1920-1939), Vinça, Éditions du Chiendent, 1988, pp. 199-201.

31 Le Populaire, 6 juillet 1936, « Les ouvriers agricoles de l’Ile-de-France ont tenu leur congrès ».

32 A.D. Eure-et-Loir, 10 M 26, rapport du sous-préfet de Dreux au préfet, 17 juillet 1936.

33 A.D. Oise, 10 M – MpP 4285, lettre du 15 juillet 1936.

34 A.D. Eure-et-Loir, 10 M 26, rapport de gendarmerie du 21 juillet 1936.

35 Le Jour, 2 juillet 1936, « La résistance contre les menées révolutionnaires – Les fermiers redoutent une grève à l’approche de la moisson ».

36 Le Populaire, 2 juillet 1936, « La louée des domestiques, barbare survivance de temps révolus, provoque des incidents à Châteaudun ».

37 Hubscher (R.), Farcy (J.-C.), La moisson des autres. Les salariés agricoles aux XIXe et XXe siècles, Paris, Ophris, 1996, p. 322, Ponchelet (D.), Ouvriers nomades et patrons briards, les grandes exploitations dans la Brie (1848-1938), Thèse de sociologie, Paris X - Nanterre, 1986, 2 vol, 488 f.

38 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 3 juillet 1936, p. 1727.

39 Chevallier (J.-M.), Desbouis (D.), Hu (A.). Roger (M.), Les moissons rouges. 1936 en Soissonnais, Laferté-Milon, Corps 9 Éditions, 1986, cité p. 96.

40 A.D. Aisne, 1 M 22, lettre de grévistes à M. Le préfet de l’Aisne, 6 juillet 1936.

41 A.D. Oise, 10 M MpP 4285, lettre de Rémi Bertou, s.d.

42 A.D. Eure-et-Loir, 10 M 26, 2 juillet 1936, le ministre de l’Agriculture au préfet d’Eure-et-Loir.

43 A.D. Oise, 10 M MpP 4285, lettre au préfet du 11 juillet 1936.

44 Le Populaire, 21 juillet 1936, « Les grèves - L’effervescence dans les milieux agricoles ».

45 Le Populaire, 23 juillet 1936, « Les grèves agricoles sont terminées dans la plupart des régions », P.R.

46 Le Populaire, 22 juillet 1936, « Dorgères tente de créer des troubles et provoque les ouvriers agricoles », P. Ridet.

47 A.D. Aisne, 1 M 22, télégramme du 21 juillet 1936.

48 A.D. Eure-et-Loir, 10 M 26, rapport du sous-préfet de Châteaudun au préfet, 15 juillet 1936.

49 Fromont (P.), Bourgeois (F.), « Les grèves agricoles de Tremblay-lès Gonesse en 1936 », Revue d’économie politique, septembre-octobre 1937, no 5, p. 1422.

50 Ibid., p. 1422.

51 Ibid., p. 1423.

52 Ibid., p. 1437.

53 A.D. Eure-et-Loir, 10 M 26, rapport du sous-préfet de Châteaudun au préfet, 15 juillet 1936.

54 A.D. Eure-et-Loir, 1 M 21, rapport du sous-préfet de Châteaudun au préfet, 6 juillet 1936.

55 A.D. Eure-et-Loir, 10 M 26, rapport du 27 juillet 1936.

56 Lefranc (G.), Le mouvement socialiste sous la IIIe République, tome II, Paris, Payot, p. 328.

57 Le réveil des morts, Paris, Albin Michel, p. 23-24 ; Le Réveil Soissonnais, 14 avril 1928.

58 Clouet (S.), De la rénovation à l’utopie socialiste. Révolution constructive : un groupe d’intellectuels socialistes des années 1930, Nancy, PUN, 1991, pp. 172-177.

59 Le Coq rouge, 1er décembre 1930, « Vous connaissez ? Georges Monnet ».

60 Clouet (S.), op. cit., p. 152.

61 Le Bulletin des halles, 13 mai 1936.

62 Le Populaire, 15 juin 1936, « Georges Monnet définit la politique agricole du gouvernement ».

63 Lefranc (G.), Histoire du Front populaire (1934-1938), Paris, Payot, 1974, p. 364 ; Lefranc (G.), Visages du mouvement ouvrier français, Paris, PUF, p. 107 ; Hommage à Georges Monnet – La pensée en action, s.d., 72 p.

64 Barral (P.), Les agrariens français de Méline à Pisani, op. cit, p. 244.

65 Le Combat, 15 juin 1936, « Au travail », Marc Lavergne.

66 De Bresson (J.), L’Office du blé, thèse de droit, Paris, 1937, 190 p. ; Normand (A.), Une expérience d’économie dirigée en agriculture : l’Office du blé, thèse de droit, Grenoble, 1938, 312 p.

67 J.O., Sénat, débats, séance du 10 août 1936, p. 1173.

68 J.O., Sénat, débats, séance du 13 août 1936, p. 1322.

69 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 3 juillet 1936, p. 1724.

70 Ibid., p. 1752.

71 J.O., Sénat, débats, séance du 21 juillet 1936, p. 735.

72 Ibid., p. 729.

73 J.O., Sénat, débats, séance du 22 juillet 1936, p. 754.

74 Ibid., p. 773.

75 Ibid., p. 750.

76 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 3 juillet 1936, p. 1723.

77 Ibid., p. 1764.

78 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 30 juillet 1936, p. 2261.

79 Latty (L.), Royer (J.-M.), dans Fauvet-Mendras, Les paysans et la politique dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin, 1958, p. 106, jugement déjà « épinglé » dans le tome IV de L’Histoire de la France rurale, p. 600.

80 Grenadou (E.), op. cit., p. 183.

81 A.N., F 7 13033, rapport du préfet d’Eure-et-Loir, 25 novembre 1936.

82 A.N., F 7 13042, rapport mensuel du préfet des Deux-Sèvres, 24 octobre 1936.

83 A.N., F 7 13033, rapport du commissaire spécial de Quimper, 9 novembre 1936.

84 Leroy (L.), Les paysans et l’Office du blé, Paris. Flammarion, 1939, p. 75.

85 Le Populaire, 10 avril 1937, « Avec Georges Monnet dans le Rhône », Charles G. Reynard.

86 Le Populaire, 24 mai 1937, « Georges Monnet est acclamé dans la Vienne », Pierre Ridet.

87 Le Populaire, 27 octobre 1934, « Le paysan de demain », Tanguy-Prigent.

88 Le Populaire, 12 septembre 1934, « Les femmes au travail – La vie pénible de la paysanne », B. Fouchère.

89 Ory (P.), La belle illusion. Culture et politique sous le signe du Front populaire (1935-1938), Paris, Plon, 1994, p. 609.

90 L’Illustration, 29 mai 1937, Jacques Gréber, cité par Vigato (J.C.), « Le Centre régional, le Centre artisanal et le Centre rural », Paris 1937, Paris, Institut français d’architecture - Paris-Musée, 1987, p. 268

91 Ory (P.), op. cit., 1034 p.

92 Le Populaire, 27 mai 1937, « À l’Exposition aujourd’hui - Inauguration du Centre rural par Georges Monnet, ministre de l’Agriculture ».

93 L’Avenir du plateau central, 27 mars 1937, « L’Agriculture à l’Exposition : le village sans clocher ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search