Version classiqueVersion mobile

Moissons rouges

 | 
Édouard Lynch

Deuxième partie. Crise et mobilisation paysanne : le temps des défis (1930-1936)

Chapitre VI. La SFIO à la recherche d’une stratégie politique

Texte intégral

1Les réactions à la crise agricole des années trente ont été jusqu’à présent appréhendées sous l’angle de la mobilisation agricole, agrarienne et socialiste. Mais cette agitation paysanne ne doit pas dissimuler l’effort conduit par le parti au niveau national pour apporter des solutions, politiques et techniques. Ce sont d’ailleurs pour une large part les espérances parlementaires déçues de 1932-1933 qui accélèrent le ralliement de la SFIO aux méthodes protestataires. La déception est d’autant plus grande que ces élections ont marqué une nouvelle étape dans la progression en milieu rural. La crise économique, doublée d’une crise politique, pose aussi la question d’une éventuelle adaptation de la doctrine à cette situation radicalement nouvelle, dans un contexte de très forte tension interne, avec le départ de Compère-Morel aux côtés des néo-socialistes. Le congrès de Limoges aura pour mission de réaffirmer la stratégie agraire de la SFIO à la veille des élections de 1936.

I. Imposer une nouvelle politique agraire : l’échec de la stratégie parlementaire (1932-1936)

La crise agricole et les élections de 1932

  • 1 A.N., F 7 13042, rapports du commissaire spécial de Melun du 8 janvier et du 11 octobre 1932.

2La campagne pour les élections législatives de 1932 se déroule dans un climat économique de plus en plus dégradé. Les autorités départementales constatent les inquiétudes d’une population rurale d’habitude considérée comme passive : « Les propriétaires agricoles de la Seine-et-Marne, notamment ceux de la région de Provins se sont émus de la crise agricole actuelle. Ils considèrent l’agriculture en péril, du fait des intempéries, de « l’effondrement » des cours des denrées agricoles. » Quelques mois plus tard, ces impressions sont amplement confirmées : « La grosse question à l’ordre du jour est celle du blé1 », rapporte le commissaire.

  • 2 Dupeux (G.), Le Front populaire et les élections législatives de 1936, Paris, A. Colin, 1959 183 p.

3Les études historiques relèvent le plus souvent les progrès socialistes réalisés en milieu rural à la faveur du Front populaire2, preuve du glissement du parti vers le centre. Les élections législatives de 1932 sont en revanche négligées car elles n’ont pas abouti à une collaboration efficace entre les forces de gauche victorieuses. Elles correspondent pourtant à l’apogée électoral du parti et confirment son enracinement dans les campagnes. La SFIO réalise son meilleur score de l’entre-deux-guerres avec 20,09 % des suffrages exprimés, contre 17,6 % en 1928 et 19,99 % en 1936. Surtout, le mouvement amorcé aux élections de 1928 – la forte poussée dans les départements ruraux – s’accentue encore. En 1928, un seul département dépassait 40 % des suffrages exprimés en leur faveur : les Bouches-du-Rhône. En 1932, douze départements dépassent ce seuil, dont la Creuse, avec 50,93 % des suffrages. La plupart des départements déjà présents en 1928 y figurent, mais avec de fortes progressions, tel l’Ailier qui passe de 31,78 % à 49,56 %. Le dernier bastion « industriel » du socialisme, le Pas-de-Calais, est rejeté du groupe du tête, avec « seulement » 28,49 % des suffrages.

  • 3 A.D. Haute-Vienne, 3 M 169 - Élections législatives de 1932, le sous-préfet de Rochechouart au préf (...)

4Ces élections renforcent à la Chambre la présence d’élus SFIO plus étroitement liés au milieu agricole. Conformément à l’évolution décelée à la fin des années vingt, des hommes politiques localement bien implantés rejoignent le socialisme, force politique montante. En Haute-Vienne, à Rochechouard, le sous-préfet présente ainsi la candidature de Léon Roche : « Successeur de son père, le Dr Roche, à la fois comme conseiller général et comme maire d’Oradour-sur-Vayre, M. Roche, riche propriétaire a dans son canton une situation personnelle que le succès aux élections cantonales de 1928 a rendu plus forte. Jeune, actif, possesseur d’une belle fortune, il lui est possible de jouer un rôle politique important dans l’arrondissement. Affilié au Parti socialiste SFIO il va profiter de l’excellente organisation et de la grande influence de la Fédération Socialiste de la Flaute-Vienne.3 » Tel est le portrait d’un notable rural pour qui le parti, très puissant en Haute-Vienne, est un appui efficace. Né en 1895, il appartient à la nouvelle génération d’élus socialistes, marqués par la guerre. Son adhésion au socialisme s’apparente davantage à un ralliement à la force de gauche dominante qu’à un engagement proprement militant au sein de la fédération.

5Cette voie d’accès au Parlement est celle d’autres élus « agricoles ». Camille Riffaterre (1879-1964), en Creuse, appartient lui aussi à une vieille famille républicaine. Il gravit les échelons de la carrière politique locale, maire de Bourganeuf en 1922, vice-président du conseil général en 1928. Élu en 1928 grâce à l’apport des suffrages socialistes, il vote à leurs côtés durant les principaux scrutins de la législature. Sans surprise, il devient le candidat de la SFIO en 1932, assurant son élection au premier tour de scrutin. À l’image de Léon Roche, c’est un homme actif dans le développement du syndicalisme agricole départemental : il est entre autres président de l’Office agricole du département de la Creuse et président de la Caisse de crédit agricole mutuel de Bourganeuf.

  • 4 Chambre des Députés, Programmes, professions de foi et engagement électoraux de 1932, Paris, Imprim (...)

6Henri Boulay (1889-1942) incarne le volet viticole de ce renouvellement, même s’il s’agit là moins d’un notable que d’un militant. Maire de sa commune depuis 1924, il est élu lors d’une élection partielle en 1931 député de Mâcon et sera réélu aisément en 1932 et en 1936. Lui aussi est très fortement implanté localement, s’appuyant sur les coopératives viticoles qu’il a développées dans le Maçonnais. Sa proclamation électorale de 1932, tout entière dédiée à l’agriculture, est signée : « viticulteur à Mâcon ». Il y décrit longuement son action à la Chambre lors de l’élaboration du statut de la viticulture, ses interventions en faveur des bouilleurs de cru, pour le développement des coopératives et la promotion efficace des produits du « terroir mâconnais », au cœur même de la République : « J’ai obtenu à la buvette de la Chambre pour nos vins du Mâconnais et du Beaujolais une place qui leur fut jusqu’ici refusée. » L’enracinement local constitue l’autre axe de sa proclamation : « Père d’une famille de quatre enfants, maire d’une petite commune rurale, membre du conseil d’administration de la Caisse régionale de crédit agricole, secrétaire général de la Fédération des caves coopératives, vice-président de la société d’agriculture, Président fondateur des Caves coopératives de Saint-Gengoux-de-Scissé et de Mâcon, je suis un des vôtres, je connais bien vos peines et vos besoins.4 »

7L’un des enseignements majeurs de ces élections de 1932 est donc le renforcement du groupe des élus « paysans » où décroît l’influence de la « vieille génération » militante d’avant-guerre. Il ne s’agit pas encore de cultivateurs exploitants, comme en 1936, mais de notables ayant fait des études secondaires et conservant des activités agricoles, souvent des républicains avancés qui rejoignent le socialisme.

 

  • 5 Ibid., p. 386.

8Au-delà de l’évolution du groupe des élus, la campagne de 1932 témoigne de l’importance prise par la crise agricole. Celle-ci n’est toutefois pas évoquée de façon systématique : 33 proclamations sur 131 n’y font pas directement référence. Certains candidats se contentent de reproduire le programme simplifié des réformes préconisées par le parti, tel Alfred Basquin dans la Somme ou Renaudel dans le Var. D’autres privilégient une stratégie purement locale, se consacrant avant tout aux intérêts immédiats de leurs électeurs, sans reproduire les textes « officiels ». Cela peut être particulièrement elliptique, Compère-Morel dénonçant en quelques lignes les manœuvres de ses adversaires coalisés. Vincent Auriol, à Muret, détaille au contraire longuement ses interventions au Parlement. Pour lui, d’ailleurs, « ce n’est pas seulement le député ou le candidat qui, aujourd’hui, vient vers vous. C’est l’ami des bons et, plutôt, des mauvais jours.5 »

  • 6 Ibid., pp. 210-211.

9Reste que la grande majorité des députés SFIO s’est appuyée sur la crise économique pour légitimer la justesse des revendications de leur parti. Le plus prolixe sur ce thème est Charles Spinasse, en Corrèze : « L’écoulement de nos produits manufacturés est fonction des prix consentis aux producteurs brésiliens de café et de sucre qui en sont les principaux acheteurs. La vente de nos vins et de notre bétail dépend de l’activité des textiles, comme la vente des lainages dépend du pouvoir d’achat paysan, et en fin de compte, du prix de la barrique. Le malheur des uns ne fait plus aujourd’hui le bonheur des autres. » La crise, d’abord industrielle, frappe mainte nant les campagnes, dont le sort est inséparable de celui des villes où se développe la « sous-consommation ouvrière.6 »

  • 7 Ibid., p. 226.
  • 8 Ibid., p. 128.

10Dénonçant dans leur grande majorité les ravages de la crise et son extension inexorable, quels enseignements en tirent les socialistes ? L’affirmation de la solidarité entre producteurs ruraux et consommateurs urbains est incontestablement le fait saillant. Pour la première fois depuis la fin de la guerre, les députés la proclament sur un mode offensif. En Côte-d’Or, Robert Jardillier centre sa profession de foi sur la crise agricole, forte dans la viticulture bourguignonne, pour mieux clamer l’union des ouvriers et des paysans : « Les intérêts de la ville et ceux de la campagne s’opposent moins que jamais.7 » Il achève son appel en s’adressant à la « classe ouvrière et paysanne », expression généralement abandonnée depuis 1919. Le propos est encore plus explicite chez Paul Ramadier qui intitule un des paragraphes de sa proclamation : « La défense agricole » où il met en exergue le terme de « solidarité » : « Jamaisje n’accepterai que l’on oppose les intérêts ouvriers et les intérêts paysans. Leur étroite solidarité est encore démontrée par cette crise où le chômage entraîne et aggrave la mévente des produits agricoles. [...] Par l’aide efficace de l’État aux associations agricoles, nous voulons que le paysan soit comme l’ouvrier protégé contre les risques qui peuvent l’accabler, qu’il puisse trouver dans la solidarité le moyen de moderniser sa culture et d’ouvrir à ses produits de nouveaux débouchés.8 »

  • 9 Ibid., p. 21.
  • 10 Ibid., p. 75.

11Conformément aux analyses sur les causes profondes de la crise qui frappe désormais l’ensemble de l’économie nationale, les candidats présentent les offices comme le remède le plus efficace. Pourquoi « Les offices » au pluriel ? Parce qu’il s’agit d’une réponse générale aux problèmes de la vente des produits agricoles et de l’ensemble de la production, d’où la création d’un office des engrais. Cette conception inspire le programme minimum agraire utilisé par de nombreux candidats, dont le paragraphe numéro trois intitulé « Lutte contre l’anarchie de la production nationale » introduit les « Offices publics agricoles (Blé, engrais, etc.)9 ». Ces offices – le terme n’apparaît que très rarement au singulier parmi les proclamations électorales – correspondent à une vision globale de la crise, faillite générale du système capitaliste, à laquelle seule une solution d’ensemble peut être apportée. Enfin, la crise agricole ne fait que commencer et la mévente du blé n’est pas encore la hantise des cultivateurs. Plus largement, les offices réunissent les producteurs et les consommateurs au détriment des intermédiaires et de la spéculation des trusts capitalistes. Certains paysans, eux-mêmes consommateurs de pain, sont deux fois spoliés, ainsi que le précise Charles Boutet à ses électeurs des Ardennes : « N’est-ce pas un cas classique que celui du paysan vendant son blé à un taux et payant à un taux plus élevé le pain qu’il consomme et qui a peut-être été fait avec son propre blé ?10 »

12En 1932, les socialistes n’ont donc pas axé toute leur propagande agricole sur l’office du blé, la crise étant envisagée de manière globale. Quant aux mesures proposées, elles préconisent la réconciliation entre urbains et ruraux. Au-delà des questions de doctrine, de tendances ou d’ambitions, l’état d’esprit et les engagements pris auprès des électeurs ruraux alors que s’accroît la crise économique, pèseront sur l’attitude des élus SFIO durant la législature. Car il ne suffit pas seulement de prôner l’organisation et le contrôle des marchés : il importe aussi de les mettre en œuvre.

L’impossible collaboration avec les radicaux : l’échec de la loi du 10 juillet 1933

  • 11 Berstein (S.), Histoire du Parti radical. – Crise du radicalisme, Paris, PFNSP, 1980, pp. 210-218.

13L’arrivée au pouvoir du Parti radical et d’un gouvernement soutenu par la gauche victorieuse aux élections pouvait laisser croire à la mise en œuvre des solutions socialistes. En fait, les deux partis étaient profondément divisés. Certains radicaux soutenaient depuis 1925 les projets d’organisation de la SFIO, maintenant l’héritage anti-capitaliste du vieux programme radical. D’autres y étaient farouchement opposés par fidélité aux vertus du libéralisme et de l’initiative individuelle11. Parmi les socialistes, certains députés, favorables à l’entente avec les radicaux, sont prêts à toutes les concessions pour apporter la preuve de l’efficacité de la collaboration parlementaire. Ces divisions internes rendent encore un peu plus délicate l’élaboration d’une législation d’ensemble en matière agricole.

  • 12 Ibid., p. 3098.
  • 13 Le Populaire, 18 novembre 1932, « Une victoire », éditorial de Compère-Morel.
  • 14 Le Populaire, 19 novembre 1932, « La voix des autres », Marcel Bidoux.

14Les réticences radicales face à toute politique interventionniste se manifestent dès le mois de novembre 1932. S’ils font quelques concessions, introduisant le mot « office » dans le programme du gouvernement, il s’agit d’un office réduit à presque rien, ainsi présenté par Édouard Herriot à propos d’un ordre du jour adopté en novembre 1932 : « Quelles seront les fonctions essentielles de cet Office ? Taxer, a-t-on dit. Où avez-vous vu ce mot ? C’est un Office qui devra régler l’importation dans les années déficitaires.12 » Le lendemain, Compère-Morel s’enthousiasme et parle d’une « victoire », même s’il précise aussitôt que cet Office ne ressemble guère au projet socialiste : « Cet Office ne jouit pas de toutes les prérogatives que nous aurions voulu lui voir attribuer. [...] Mais il aura un mérite, celui d’exister.13 » Le lendemain, la revue de presse de Marcel Bidoux relate la fureur de la presse conservatrice qui stigmatise un Parti radical ouvrant toute grande la France au péril bolchevique, depuis Le Temps jusqu’à L’Ami du Peuple. Ce dernier souligne qu’il ne s’agit que d’une première étape : « Blum sait ce qu’il fait. Il distille goutte-à-goutte son programme dans les veines de ce pays. Et lorsque celui-ci sera suffisamment intoxiqué, il n’aura qu’à le cueillir pour en faire une autre Russie soviétique.14 » Le mot de la fin émane de L’Écho de Paris qui rappelle qu’heureusement, il ne s’agit que de mots, car les sénateurs ne laisseront pas passer une telle législation. Effectivement, quelques jours plus tard, la Chambre haute marque peu d’empressement à se prononcer, alors que le gouvernement Herriot est renversé.

  • 15 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 22 juin 1933, p. 3003.

15L’offensive au Parlement reprend en mars 1933 avec la demande de discussion immédiate d’une résolution relative au prix du blé, impliquant la mise en place de l’Office. Le rapporteur, R. Béranger, député SFIO d’Eure-et-Loir, fait état des désordres récents dont Chartres a été le théâtre et de la nécessité de prendre enfin des mesures efficaces. Les débats n’ont lieu qu’aux mois d’avril et de juin et les socialistes échouent à faire adopter leur projet, repoussé après une première discussion par 428 voix contre 150. Les communistes ne l’ont pas voté, prenant acte de l’impuissance de ces derniers : « Vous êtes de la majorité, vous avez le pouvoir. Il dépendait donc de vous, et uniquement de vous, de consacrer le nombre de séances nécessaires à la discussion, soit de l’Office, soit de la taxation, accompagnée de mesures de complément qu’elle nécessiterait. Vous ne l’avez pas voulu. Ainsi, vous avez fourni aux paysans la preuve que vous ne prenez pas au sérieux les mesures que vous préconisez.15 » Après de longs débats, un texte est finalement voté ; il prévoit un prix minimum de 115 francs qui, s’il est franchi, déclenche des interventions gouvernementales pour désengorger le marché et faire remonter le cours. Le projet voté par une écrasante majorité, 533 voix contre 40, fixe donc un prix minimum, mais sans donner au gouvernement les moyens de le faire respecter, car rien n’est prévu pour peser sur les négociants et les marchands. Le Sénat, s’il se rallie sans difficulté au prix minimum, restreint encore davantage la marge de manœuvre financière du gouvernement. La conjoncture, avec une récolte très fortement excédentaire, achève de fragiliser l’édifice.

 

  • 16 Le Populaire, 28 octobre 1933, « L’application de la loi du “prix minimum”, Pierre Ridet.

16Pendant l’été et l’automne 1933, l’organe du parti se fait plutôt discret sur les multiples atteintes à la loi du 10 juillet. Les questions d’ordre interne dominent avec une scission de plus en plus inéluctable, provoquant une période de flottement au sein du Populaire. L’agriculture est particulièrement pénalisée, avec le départ de Compère-Morel et d’autres députés, tels Beranger ou Roldes, très actifs lors des débats. La fin de l’été 1933 est marquée par des fraudes croissantes. Faute de pouvoir vendre au prix garanti, beaucoup de petits producteurs acceptent de céder leur blé en dessous du prix minimum, le fameux cours « gangster ». Les producteurs ont été parfois payés autour de 80 francs, les intermédiaires et les minotiers profitant du prix minimum... En septembre 1933 le député de la Creuse, Albert Rivière, dénonce dans une lettre ouverte les agissements de ceux qui violent impunément la loi. Les critiques se multiplient vis-à-vis d’une loi inefficace : « En résumé, la loi a déçu. Elle n’est qu’une cote mal taillée, un compromis. Il faut maintenant se tourner délibérément vers la solution socialiste, vers l’Office du blé préconisé par le Parti.16 »

  • 17 A.N., F 7 13036, rapport du commissaire spécial de Châlons-sur-Marne, 3 août 1933.
  • 18 A.N., F 7 13035, rapport du commissaire spécial d’Agen, 4 octobre 1934.
  • 19 A.N., F 7 13037, rapports du commissaire spécial de Bar-le-Duc, 2 septembre et 5 décembre 1933.

17La déception des cultivateurs est grande, la fixation d’un prix minimum étant apparue sur le moment comme une garantie nouvelle. Dès le mois d’août 1933, les producteurs de blé de la Marne protestent : « Au point de vue économique, les agriculteurs, qui s’étaient montrés satisfaits lors du vote de l’organisation et de la défense du marché du blé, semblent en ce moment ne plus avoir la même confiance. [...] Ils prévoient que certains cultivateurs ayant besoin d’argent frais, leur situation sera exploitée par les acheteurs. Ils craignent qu’à la conclusion des marchés le vendeur se voit contraint de consentir une ristourne à l’acheteur, rendant ainsi le contrôle pratiquement impossible et faussant les cours.17 » Un an plus tard, en Lot-et-Garonne, les fraudes qui se sont multipliées au détriment des petits producteurs sont accusées d’avoir gravement porté atteinte au crédit même de l’État : « Par ailleurs, les lois successives d’initiative gouvernementale, les décrets et les règlements d’administration publique, jettent dans les campagnes le plus grand désarroi. Les lois, jadis respectées par les paysans, ne le sont plus, ceux-ci estimant que les lois sur le blé ne peuvent l’être. Elles ont détruit, prétendent les paysans, la confiance que nous avions en la loi elle-même.18 » Cette insatisfaction a des répercussions politiques immédiates car l’échec de la loi divise la classe paysanne : « Les petits exploitants, c’est-à-dire le grand nombre, ayant besoin de fonds, ont dû vendre aux environ de 90 francs. D’où jalousie qu’ils ont manifestée en votant aux élections législatives complémentaires du 20 août, contre le candidat agricole, “gros” agriculteur. » Quelques mois plus tard, le mécontentement demeure : « Ils s’agitent. Bien que réactionnaires, en grande majorité, ils sont tous collectivistes en ce sens que, pour défendre leurs intérêts, ils voudraient que l’État devienne commerçant et leur achète le blé et autres produits. Ils ne sont jamais satisfaits.19 » Ainsi, face à la crise, tout en campant sur leurs positions politiques traditionnelles, les paysans se tournent vers l’État, dont ils attendent une action plus directe pour garantir le prix des cours. Cette attitude revendicatrice des producteurs agricoles est suffisamment notable pour que le commissaire spécial parle de « collectivisme », qui contraste avec leur position politique traditionnelle. Pour ce fonctionnaire, cette contradiction s’explique par l’âpreté au gain et l’insatisfaction permanente des cultivateurs.

18L’extrême sensibilité de l’opinion paysanne et ses déceptions successives, bousculant les stéréotypes d’un monde rural lent à réagir sont inséparables des succès rencontrés par les organisations paysannes. Ces tensions, inhabituelles en milieu paysan, expliquent les inquiétudes des députés et pour certains socialistes, les réticences à retourner dans l’opposition, ligne politique rendue pourtant inévitable avec les bouleversements politiques de l’année 1934.

Vers le Front populaire agricole

  • 20 Cité par Paxton (R.-O.), Le temps des Chemises vertes, op. cit., p. 29.

19Les événements du 6 février 1934 où la pression des ligues balaie l’hypothèse d’un gouvernement Daladier et aboutit à la reconstitution de l’Union nationale, écartent définitivement toute perspective d’une politique interventionniste. Les modifications ponctuelles apportées à la loi du 10 juillet 1933, avec la mise en place de bons de circulation et l’instauration d’une taxe par quintal, n’ont aucune efficacité. Surtout, avant même le début de la campagne agricole, la contestation s’amplifie à travers le pays et les associations de la meunerie font pression sur le gouvernement pour revenir à la liberté. Le mécontentement croissant du monde rural pousse Joseph Caillaux à écrire à Henri Queuille, ministre de l’Agriculture : « De grâce apaisez nos campagnes. [...] Ils [les paysants] sont déjà en ébullition. Ne les révolutionnez pas davantage.20 » Du Parti radical s’élève un appel dénonçant le péril des tentations interventionnistes, préparant le retour à une politique économique plus orthodoxe.

  • 21 Le Populaire, 14 et 24 mars 1934.
  • 22 Le Populaire, 16 juin 1934, « La logique de la déflation », Georges Monnet.
  • 23 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 8 juin 1934, p. 1663.

20Aussi le ton monte et la page agricole du Populaire, dès le mois de mars, dénonce tour à tour la « capitulation de la Chambre devant le Sénat » et l’impuissance de la « loi squelette »21. Queuille se dirige irrésistiblement, avec l’ensemble du gouvernement issu de la crise du 6 février, vers une politique de déflation, y compris pour les prix agricoles. En juin, Georges Monnet accuse le gouvernement d’être à la solde des grands minotiers et des spéculateurs en pratiquant une politique agraire qui étouffe le petit producteur22. À la Chambre, l’opposition de la SFIO ne cesse de croître ; le groupe parlementaire a encore voté le projet de loi du 10 mars 1934 mais les principaux orateurs du parti se montrent discrets. De même, lors des interpellations des mois de mai et juin 1934, seuls les néo-socialistes attaquent le gouvernement, particulièrement Roldes et Hymans. Le vote des ordres du jour après le débat sur les interpellations offre l’opportunité aux socialistes de rompre politiquement avec Queuille : « Nous nous demandons, je le répète, de quel côté penche votre préférence : du côté de l’organisation collective des marchés, ou du côté de la défense capitaliste. Et comme tout nous porte à croire que, solidaire du président du Conseil et du gouvernement tout entier, vous n’en désavouez pas la politique, nous trouvons là une raison décisive de vous refuser la confiance que vous exprime l’ordre du jour radical. (Applaudissements à l’extrême gauche.)23 » Cet ordre du jour est repoussé par 125 députés : la SFIO, les communistes, les membres du groupe d’Unité ouvrière, rejoints par quelques dissidents néos. Il marque la naissance, du point de vue agraire, du Front populaire première manière, c’est-à-dire socialo-communiste.

  • 24 Le Populaire, 10 juin 1934, « Les problèmes de la terre », billet de Paul Faure.
  • 25 Boussard (I.), « Henri Queuille et la France rurale », Henri Queuille et la République. Actes du Co (...)

21Paul Faure en tire les conclusions dès le lendemain, précisant que ces 125 députés, peu nombreux mais déterminés, représentent les seuls véritables opposants au capitalisme. Leurs adversaires, même si leur position varie, sont tous du même bord : « Les uns attendent d’un soleil trop brûlant ou d’un ciel trop pluvieux un déficit des récoltes et un retour d’équilibre entre la production et les possibilités d’écoulement des produits. [...] D’autres sont purement et simplement les représentants de la grosse minoterie et des spéculateurs [...]. De quelque côté que vous tourniez vos regards, c’est le capitalisme, ses aveuglements, ses pillages et ses crimes. Il faut détruire le capitalisme.24 » Le passage dans l’opposition des socialistes n’est donc pas le simple prolongement du changement de majorité du 6 février. Il correspond aussi à la prise de conscience de la difficulté de faire une politique véritablement nouvelle avec les radicaux, notamment avec Henri Queuille qui incarne leurs réticences à rompre avec les vieux schémas de pensée25. Si celui-ci rechigne à aller jusqu’au bout de son volte-face, en n’assumant pas la politique de liberté de Flandin au ministère de l’Agriculture, il reste néanmoins au sein du gouvernement en tant que ministre de la Santé Publique. La politique agraire de ce gouvernement se traduit par un retour à la liberté du marché, conformément au choix d’une politique de déflation. En dépit de la faiblesse de la récolte de 1935, le cours moyen se stabilise autour de 75 francs, contribuant à maintenir les tensions parmi les producteurs.

 

  • 26 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 12 juin 1925, p. 2667.
  • 27 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 10 novembre 1932, p. 2994.
  • 28 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 27 décembre 1932, p. 3700.

22Les tentatives d’action commune avec les radicaux n’ayant abouti à aucune réalisation concrète, les socialistes se tournent vers les communistes qui opèrent eux-mêmes un retournement complet. Les débats parlementaires jalonnent ce rapprochement, en dépit des hésitations passées des communistes. Ainsi, dès 1925, Renaud Jean indique qu’il est favorable au principe de l’Office du blé mais qu’il ne croit pas son application possible, en raison de l’attitude des radicaux26. Cette attitude correspond à celle qu’il soutient au même moment au sein des organisations du parti ; le premier congrès du Conseil paysan français, en janvier 1926, s’achève par l’élaboration d’un programme de revendications immédiates en direction des petits exploitants : petits propriétaires, fermiers et métayers. Ce programme comporte un projet de contrôle du marché du blé, très proche de l’office alors préconisé par la SFIO. Les débuts de la législature de 1932 et le retour de Renaud Jean au Parlement portent au contraire l’empreinte de la tactique classe contre classe. Les projets socialistes d’offices symbolisent la dérive capitaliste de la social-démocratie qui a renié les fondements même du marxisme : « Lorsque le Parti socialiste prétend ainsi résoudre la crise du blé, résoudre chacune des manifestations partielles de la crise, autrement dit, la crise dans son ensemble dans le cadre du régime capitaliste ; quand il prétend réglementer, harmoniser, pacifier un système qui n’est que concurrence et que lutte, il nous donne une preuve nouvelle de l’oubli complet d’une doctrine dont certains des membres du Parti socialiste se recommandent encore. (Applaudissements à l’extrême gauche communisteInterruptions à l’extrême gauche.)27 » À cette politique réformiste, les communistes opposent des mesures immédiatement profitables aux travailleurs agricoles touchés par la crise, principalement financières28. Cette ligne de conduite se manifeste à la Chambre par l’opposition à la plupart des projets agricoles votés par le gouvernement et l’intensification de l’utilisation de la fonction tribunitienne du Parlement, pour pourfendre le régime capitaliste.

23Si des terrains d’ententes sont ponctuellement trouvés au Parlement, comme lors de la discussion sur la révision des baux à ferme, il faut attendre l’année 1934 pour voir socialistes et communistes s’opposer ensemble, et de plus en plus systématiquement, aux projets du gouvernement. Lors de la discussion du projet Flandin, en décembre 1934, Renaud Jean accepte de se rallier à la proposition de la SFIO, sous réserve de quelques modifications, provoquant cet échange « prophétique » :

  • 29 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 11 décembre 1934, p. 3018.

« M. Léon Blum. – Nous accepterons votre amendement.
M. Renaud Jean. – Je remercie le futur président du Conseil. (Sourires.)29 »

  • 30 Le Populaire, 16 septembre 1935, « Plate-forme d’action commune du Parti socialiste et du Parti com (...)

24La détente au Parlement se répercute dans la presse où tensions et polémiques avec le Parti communiste s’apaisent. À partir de 1934 il n’y a plus de prise de position défavorable et Le Populaire suit les étapes du rapprochement entre les deux partis. Durant l’année 1935 une plate-forme revendicative commune est adoptée, affirmant pour l’agriculture : « Il faut défendre le pain des paysans en leur garantissant des prix rémunérateurs pour la vente de leurs produits, notamment par l’institution d’Offices publics agricoles, le développement des coopératives de vente en liaison avec les coopératives de consommation, en ajustant le taux des baux à ferme et les redevances de métayage aux conditions économiques actuelles.30 » Les principales revendications du Front populaire en matière agricole sont énoncées, les communistes s’étant ralliés à la formule des offices, tandis que sur le terrain les militants de la CNP et de la CGPT luttent de plus en plus au coude à coude.

25L’échec politique et agricole de la stratégie d’alliance avec les radicaux n’a pas que des répercussions tactiques, facilitant le rapprochement avec les communistes. Face à la crise des institutions républicaines, une partie du groupe parlementaire souhaite poursuivre la collaboration avec les radicaux et les modérés, au nom de la défense républicaine, provoquant une scission au sein du parti et une réactivation des affrontements doctrinaux.

II. La scission néo socialiste et l’enjeu agricole au sein du parti

Une scission agrarienne ?

  • 31 Burrin (P.), La dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery (1933-1945), Paris, Seuil, 1986, p. 125.

26Il est admis que la scission néo-socialiste s’est réalisée de manière hétéroclite, sans véritable cohérence idéologique et qu’elle se définit au contraire par « sa nature composite31 ». Une partie du groupe parlementaire était depuis longtemps favorable à la participation, alors que d’autres s’inquiétaient d’une possible menace fasciste, facilitée par la division ouvrière. Les recherches sur la scission se sont principalement focalisées sur la composante « autoritaire » et « nationale », alimentant une réflexion plus large sur la crise politique des années trente, et son prolongement à travers Vichy et la collaboration, au détriment de l’autre composante du groupe, traditionnellement favorable à une politique de participation, prolongeant l’héritage du « bloc des gauches » et de la « défense républicaine ».

27La stratégie des acteurs génère d’autres motifs de rupture. Philippe Burrin rappelle à juste titre que pour comprendre la décision des parlementaires, les questions de survie politique sont tout aussi importantes que les positions idéologiques. Lors des premières escarmouches, au début de 1933, la majorité du groupe parlementaire est favorable à une entente avec les radicaux. Pierre Renaudel, lors du congrès de Paris, affirme posséder le soutien de 75 parlementaires ; or, la rupture effective n’entraîne que 27 députés et 7 sénateurs. Beaucoup hésitent à rompre avec le parti, à l’image de Paul Rives dans l’Allier, de peur de compromettre leur situation personnelle. Seuls les députés assurés du soutien de leur fédération franchissent le pas, surtout lorsqu’ils se trouvent déjà en marge du parti.

28Evoquer la scission néo sous l’angle agricole confirme l’enchevêtrement de ces différents facteurs. Les questions agricoles sont en effet tout à la fois un enjeu de doctrine, d’action parlementaire, mais aussi une des clés de l’implantation locale. Surtout, parmi les députés qui sont exclus ou qui se solidarisent avec les exclus figurent les responsables agraires et viticoles de la SFIO, Compère-Morel et Édouard Barthe. Parmi les initiateurs du mouvement, Marcel Déat mérite d’être cité, puisqu’en tant que député de la Marne, il est intervenu à différentes reprises sur les questions agraires. D’autres, Max Hymans, Raymond Béranger ou Maxence Roldes sont particulièrement actifs au Parlement au cours des discussions agricoles. La viticulture est particulièrement bien représentée, autour de Barthe, avec également Hubert Carmagnolle, Auguste Reynaud et Léon Chommeton du Var, ainsi que la fédération girondine.

  • 32 CHRMSS, Archives Compère-Morel, lettre, s.d.

29Le cas de Compère-Morel est pour nous le plus attachant, mais aussi l’un des plus complexes, car les sources disponibles ne donnent pas d’explication définitive. Première constatation, le député du Gard est du côté de ceux qui estiment qu’il faut traduire, par une action gouvernementale, le résultat des élections de 1932. En juillet 1933, il refuse de se rendre au congrès d’Avignon et justifie ainsi sa décision : « Eh bien, tant pis ! Puisque des amis de tendance avec lesquels j’ai toujours milité – depuis 43 ans – veulent me frapper parce que, voulant sauver le devenir socialiste en sauvant ce qui reste encore de démocratie dans le monde, j’ai pensé que nous ne devions pas contribuer au renversement du Ministère Daladier et à la rupture de la majorité voulue par le pays en 1932, qu’ils le fassent !32 » Il se place donc dès l’origine avec ceux qui, derrière Renaudel, pensent que l’abandon du gouvernement fragilise la démocratie. Cette position se double de questions personnelles : Compère-Morel se heurte à l’opposition croissante de la gauche du parti qui ne cesse, depuis 1930, de critiquer son attitude à la direction du Populaire. Outre la question – récurrente dans l’histoire de la presse d’extrême gauche – de la publicité financière, il lui est reproché de faire travailler toute sa famille au journal, son fils Jean-Jacques, qui rédige la page agricole et sa belle-fille à la page féminine... En dépit du soutien de Blum, la pression ne se relâche pas et en 1933, il est accusé de malmener son personnel dont un ouvrier syndiqué ! Cette fois, il ne vient pas se défendre. Son départ du Populaire, à l’automne 1933, se passe plutôt mal et il est même accusé d’être parti avec une forte somme d’argent, affaire reprise par la presse, notamment L’Action Française du 12 septembre 1933.

  • 33 Le Combat social [Gard], 13 juillet 1935, « Compère-Morel demande sa réintégration dans le Parti ».
  • 34 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 13 juillet 1935.

30Apparemment Compère-Morel agit à la fois sous le coup de l’hostilité de la gauche du parti, mais aussi et surtout pour prôner une politique d’entente avec les radicaux, qu’il a tenté de mettre en œuvre en matière agricole. Aussi suit-il Renaudel, représentant traditionnel de la droite du parti et lance un journal, L’Appel, qui défend pendant quelques mois une politique de Bloc des gauches. Invoquant cette continuité politique il s’efforce, en 1935, de réintégrer le parti. La lettre qu’il envoie à la fédération du Gard, en juillet, justifie son départ par la volonté de faire triompher une politique d’union des gauches. Désormais, il considère « n’avoir plus de raisons de s’isoler du grand mouvement démocratique, puisque ce parti est devenu le principal moteur de la délégation des gauches au Parlement et du Rassemblement populaire dans le pays. » Il avance aussi des motifs plus personnels, comme sa fidélité au député du Var, récemment disparu : « Renaudel avec qui je m’étais solidarisé est décédé, nous l’avons conduit à sa dernière demeure il y a deux mois, et seul son souvenir reste vivace à mon esprit.33 » Lucien Roland fournit une explication plus terre-à-terre : « Ce matin, au Populaire, Blum nous parle avec admiration du drapeau tricolore et de la Nation. Depuis une quinzaine, ses articles sentent le ministérialisme à plein nez. Il y a donc une crise en perspective ; le ministère Laval serait renversé et les gauches prendraient la direction du pays. C’est sans doute pourquoi Compère-Morel demande sa réintégration au Parti : il veut en être.34 » Mais Compère-Morel n’en sera pas ; maintenu hors du parti et éloigné de la Chambre par une grave maladie, il ne se représentera pas aux élections législatives de 1936, mettant fin à une carrière parlementaire de près de trente ans.

  • 35 Le Populaire, 6 février 1933, « Le Conseil National du Parti ».

31Les questions agraires ne sont pas un motif déterminant pour expliquer le départ du député du Gard, car il n’existe pas de désaccord sur les réformes préconisées par le parti. En revanche, inquiet devant l’agitation des campagnes, il est persuadé qu’un nouveau blocage des institutions menace la République et les parlementaires. Telle est l’analyse qu’il développe lors d’une réunion du conseil national, en février 1933 : « Compère-Morel demande aux délégués de se rendre compte de l’état d’esprit de la démocratie qui ne compte pas seulement des ouvriers, mais aussi des agriculteurs, des artisans. [...] L’antiparlementarisme se développe et si le Sénat prononçait la dissolution de la Chambre, la plupart des parlementaires sortants ne seraient pas réélus.35 » Enfin, d’un point de vue plus personnel, peut-être craint-il d’être marginalisé au sein du parti, face à la jeunesse de Georges Monnet qui dispose de l’appui sans réserve de Léon Blum. Compère-Morel arrive en effet au terme de sa carrière politique et sans doute espère-t-il une promotion plus rapide en se rapprochant des radicaux.

 

32Par rapport à la rupture quelque peu atypique de Compère-Morel, la trajectoire d’Édouard Barthe est plus claire. Elle prolonge une carrière politique construite autour de l’union des forces républicaines. L’efficacité de cette stratégie parlementaire en matière viticole, outre la légitimité supplémentaire qu’elle lui apporte, exige l’appui des radicaux et des modérés. Le départ du député de l’Hérault, qui s’est toujours placé parmi les partisans de la participation et du soutien aux gouvernements radicaux, ne perturbe nullement la poursuite de son action « a-politique » en matière viticole, avec l’adoption de nouveaux textes réglementant le marché, reflet de ses projets et adoptés par décret en 1935. Réélu sans difficulté en 1936, il maintient sa ligne politique, favorable à l’union des gauches et partisan d’une autorégulation corporative de la production et des marchés viticoles. Beaucoup plus que Compère-Morel, Barthe incarne un socialisme imprégné de la tradition républicaine, socialisme de notables locaux qui privilégient la défense des intérêts de leurs mandants. Son départ affaiblit d’ailleurs considérablement l’influence socialiste dans le Midi viticole, car les fidélités personnelles sont bien plus efficaces qu’une structure partisane peu développée.

  • 36 Bercès (M.), Brana (P.), Cavignac (J.), Cuq (Y.), Dusseau (J.), Les néo-socialistes girondins, Bord (...)

33D’autres députés scissionnistes de moindre envergure possèdent un « profil agricole ». Gabriel Lafaye, député de Bazas (Gironde) depuis 1928, d’origine sociale modeste, doit son implantation électorale à une action syndicale de terrain, avec le concours de la CGT, influente chez les résiniers et les métayers des Landes. Son départ avec la quasi-totalité de la fédération girondine n’a pas a priori de signification idéologique décisive36. L’absence d’une structure fédérale solide passant en bloc à la dissidence, ou contrôlant, comme en Gironde, des municipalités importantes, explique à l’inverse que certains députés, tel Maxence Roldes, favorables à une politique de collaboration et de réalisation avec les radicaux, regagnent assez rapidement le parti, notamment en raison de la fragilité de leur implantation locale. D’autres maintiennent leur choix initial : Raymond Béranger intervient fréquemment lors des débats agricoles entre 1932 et 1936. Malgré son départ du parti, il sera réélu en 1936 comme candidat USR et soutiendra la politique agricole du gouvernement Blum.

34La diversité des parcours et des motivations des députés ayant choisi de quitter le parti rend illusoire la recherche de facteurs explicatifs décisifs. Si l’on remarque la présence de députés investis dans les questions agraires, il importe de se méfier des raccourcis hâtifs, les députés ruraux n’étant pas des élus « naturellement » modérés. En revanche, comme lors d’autres conflits internes, la scission néo relance pour un temps l’instrumentalisation des questions paysannes.

Les néo-socialistes et les paysans

  • 37 Le Populaire, 28 mai 1928, « Variétés capitalistes et divergences socialistes », éditorial de Marce (...)
  • 38 Le Populaire, 17 juin 1930, « Perspectives paysannes », éditorial de Marcel Déat.

35Marcel Déat, principal théoricien du groupement, est sensibilisé aux questions agricoles par son élection en 1928 dans la Marne. Les propriétaires paysans figurent parmi les « classes moyennes » qui retiennent son attention. Il revendique de manière précoce la prise en compte des intérêts de ceux que le capitalisme frappe sous des formes différentes mais tout aussi violentes que les ouvriers : les commerçants, les épargnants et les paysans37. En insistant sur la nécessité de protéger les petits exploitants des prélèvements capitalistes, Déat ne s’écarte pas de la ligne du parti. D’ailleurs le congrès de Bordeaux, qui relègue au second plan la question de la propriété, marque pour lui un réel progrès. Il établit d’une part que « la concentration capitaliste dans l’économie paysanne ne revêt qu’accessoirement la forme foncière ». L’exploitation se produit aussi bien aux champs, que par l’intermédiaire des trusts capitalistes. D’autre part, « l’exploitation capitaliste n’a pas nécessairement pour corollaire, ou pour condition préalable, l’expropriation et la prolétarisation38 ».

  • 39 La Bataille socialiste, février 1931, no 42, « Quelques précisions au sujet de Perspectives sociali (...)

36Son principal ouvrage théorique, Perspectives socialistes, provoque pourtant de multiples mises au point. J.-B. Séverac, pour La Bataille socialiste, rappelle quelques points de doctrine. Si les classes moyennes sont frappées par le capitalisme, c’est à un degré moindre que le prolétariat. Surtout, il conteste les positions de Déat qui s’appuie sur l’exemple agricole où la concentration ne joue pas pour étayer son argumentation en faveur des classes moyennes : « Rien ne se trouve dans le programme agraire qui permettrait de conclure que la petite propriété paysanne n’est pas condamnée par le mouvement même de l’histoire. » Quant aux conclusions du congrès de Bordeaux, citées en exemple par Déat, elles n’ont pour but que de faciliter la propagande, de lever les malentendus afin : « de créer, pour tout dire, dans les campagnes, un état d’esprit tel que – suivant l’expression de Jules Guesde (de Jules Guesde et non pas, Déat, de quelque théoricien bolcheviste) – on ne puisse pas voir les fourches paysannes se dresser contre le prolétariat organisé. N’avons-nous pas en effet, le devoir de nous souvenir que ça été souvent dans les campagnes, auprès des travailleurs de la terre, que les forces de réaction, contre les audaces révolutionnaires du prolétariat des villes, ont trouvé leur point d’appui, leurs ressources et même leurs contingents.39 »

37Cet article est l’indice de la renaissance d’un sentiment de méfiance vis-à-vis du monde rural, provoquée par des débats internes. Dès qu’une fraction de la SFIO s’engage sur des voies nouvelles, en s’appuyant sur la spécificité de l’évolution agraire qui faisait auparavant l’unanimité, la réaction est immédiate, sous la forme d’une mise au point « doctrinale » : le processus de concentration en agriculture, même s’il est lent, n’a pas encore perdu toute valeur. Quant à la moyenne propriété – celle qui s’appuie sur le travail salarié – si elle est acceptée par le programme du parti, elle ne trouve pas sa place au sein de la future société socialiste, la disparition du salariat achevant de la rendre caduque. Enfin, à propos des mesures concrètes destinées au monde des campagnes, Séverac retrouve l’argument traditionnel de la gauche « ouvriériste » avec la nécessaire neutralisation d’un monde paysan, bras armé du capitalisme.

  • 40 Le Populaire, 31 juillet 1933, « Les néo-socialistes », J. Lebas.

38En 1933, lorsque la scission est consommée, Jean Lebas condamne les illusions des solutions strictement parlementaires vantées par les néos : le dernier article de Déat dans le Populaire illustrait son « socialisme national » par les récentes lois votées sur le blé et sur le vin. Emporté par sa démonstration, Lebas ramène ces lois à leur juste valeur : « Le but de ces deux lois est donc le même que celui de toutes les lois et décrets élevant les droits de douanes et contingentant l’entrée des produits étrangers : protéger ce qu’on appelle la production nationale, en réalité les propriétaires des entreprises et des capitaux.40 »

39Ces polémiques confirment la permanence de l’instrumentalisation de la question agraire lorsque des affrontements se produisent au sein du parti. En effet, si chacun prétend utiliser l’argument paysan pour faire triompher sa propre stratégie politique, en terme d’action parlementaire, les députés néos conservent après la scission un discours agraire très proche de celui de la SFIO, avec la volonté de réaliser des réformes structurelles, en particulier les offices. Ces convergences expliquent que Maxence Roldes, après son retour à la SFIO, soit le rapporteur de la loi sur l’Office du blé en 1936.

Une nouvelle donne au Populaire

  • 41 Le Populaire, 30 juin 1930, « À la louée d’Issoudun – L’étonnante hiérarchie de la domesticité agri (...)
  • 42 Le Populaire, 10, 11. 12, et 13 juin 1931, « Le capitalisme champenois contre la petite propriété » (...)

40La scission néo-socialiste a un autre résultat imprévu, la fin du « règne » de Compère-Morel sur les questions agraires et sur la page spécialisée du Populaire. En fait, accaparé par la gestion du Populaire, il délaisse dès le début des années trente une rubrique qui ne comporte plus que des articles techniques, rédigés par son fils Jean-Jacques. Lorsque l’activité éditoriale agricole reprend sous l’effet de la crise, le nombre total d’articles passant de 125 à 166 de 1930 à 1931, Paul Faure en assume l’essentiel. Les modifications sont également qualitatives. Les enquêtes régionales sur la crise se multiplient, renforçant la tonalité agricole de l’organe du parti. En 1930 déjà, Augustin Suisse avait entrepris une description de la condition paysanne dans le Berry, où il dénonçait la situation pénible des domestiques41. La crise donne une impulsion nouvelle à ces grandes enquêtes42. Les Landes où les métayers s’organisent pour faire aboutir leurs revendications retiennent aussi l’attention des journalistes du Populaire. Paul Rives y consacre 10 articles au mois de septembre et l’activité syndicale des métayers est régulièrement évoquée par Marius Cassagne. Ces reportages, également présents dans L’Humanité, relèvent d’une sensibilité nouvelle et du souci de mettre en valeur le peuple laborieux. Il importe moins désormais de présenter des fédérations ou des militants modèles que de décrire la richesse et la diversité du monde du travail, premières manifestations de l’intérêt pour la culture populaire qui s’épanouit durant les années trente.

41L’année 1933 est une année de transition, marquée par la baisse importante du nombre d’articles agricoles : 117 contre 149 l’année précédente. Cela s’explique par les tensions que connaît le parti et le désengagement de Compère-Morel avant son départ définitif. La page agricole, qui n’avait cessé de se réduire, se limitant à des textes techniques et à la publication en feuilleton de deux ouvrages d’Émile Guillaumin, est interrompue pendant l’été 1933 avant sa reprise en main par Georges Monnet.

 

  • 43 Le Populaire, 15 octobre 1932, « La bataille du blé en Beauce », Pierre Ridet.

42Celui-ci s’impose donc à la fois comme responsable agraire de la SFIO mais aussi comme animateur de la page agricole du Populaire à partir d’octobre 1933. Il insuffle un nouveau dynamisme à cette page – conservant toutefois le même titre, « Pour ceux de la terre » – qui se structure désormais autour d’un « billet » du député de l’Aisne sur l’actualité agricole et d’une chronique de Pierre Ridet centrée sur l’action quotidienne du parti et la dénonciation des agrariens. Pierre Ridet a fait sa première apparition au sein de la page agricole un an auparavant, traitant du mécontentement des paysans d’Eure-et-Loir, sa fédération d’origine43. « Pour ceux de la terre » évoque de plus en plus fréquemment les activités de la Confédération nationale paysanne et publie régulièrement les propositions de lois déposées par les élus SFIO. Enfin cette page agricole est le support de débats théoriques sur la question agraire, tout en rendant compte des expériences agricoles conduites à l’étranger.

43Ce dynamisme explique que l’année 1934 comptabilise le plus d’articles agricoles de l’entre-deux-guerres. La promotion de Monnet s’effectue aussi au sein du parti, puisqu’il écrit de plus en plus d’éditoriaux. Il devient ainsi le principal responsable du secteur agricole, avec 40 % des articles signés, suivi, de loin, par ses deux principaux collaborateurs de la page agricole, Ridet et Millome. En 1935, malgré un recul du nombre total d’articles, Monnet conserve la haute main sur les questions paysannes, rédigeant 28,6 % de l’ensemble des articles et 49 % des articles signés, chiffres proches de ceux de Compère-Morel au temps de sa « splendeur ». Ainsi, la SFIO continue-t-elle de déléguer les affaires agricoles à une figure emblématique.

  • 44 Parti Socialiste (SFIO), XXXIIe Congrès national tenu à Mulhouse les 9, 10, 11 et 12 juin 1935, com (...)
  • 45 Ibid., p. 165.
  • 46 Ibid., p. 166.

44Si Georges Monnet renforce ainsi sa position et son leadership sur les questions agraires, il hérite également des plaintes sur les dysfonctionnements de l’action agraire. Dès le congrès de Mulhouse, la discussion du rapport du Populaire provoque les récriminations habituelles des fédérations de province ; elles considèrent que le journal, malgré les efforts louables de Monnet, fait encore une place trop faible aux thématiques paysannes. Nessler, délégué de la Nièvre, dénonce cette situation : « Pour parler plus particulièrement de notre région du Centre, savez vous que 80 % de nos paysans sont à la veille de la faillite ? [...] Savez-vous que si vous n’intéressez pas le paysan à votre journal, c’est-à-dire à votre propagande (Applaudissements.), ce sont, demain, les autres qui auront fait cette conquête ? (Applaudissements.) [...] Vous le savez peut-être, mais le Populaire ne l’a pas dit, mais le Populaire ne l’écrit pas d’une façon suffisamment claire, suffisamment directe, suffisamment paysanne ; voilà pourquoi je suis ici, voilà pourquoi je vous crie : Alerte !44 » Monnet réplique que la lutte pour l’existence est rude au sein du Populaire : « Je demande qu’en effet on réserve à la page agricole la page entière, et nous nous efforcerons [...] de faire de la page agricole du Populaire ce qu’elle doit être, mais ce qu’elle n’est pas du tout. (Applaudissements.)45 » Léon Blum défend pied à pied sa gestion et rappelle la vocation nationale du quotidien : « Et ce que je veux dire, moi, tout en déclarant à Monnet – ce qu’il sait – que je continuerai à faire tout ce que je puis pour donner à cette rubrique la plus large part dans Le Populaire, c’est qu’il faut distinguer ici très nettement le rôle entre le journal central d’un parti, et ses organes fédéraux et locaux. Je suis convaincu [...] qu’il y a certaines campagnes particulièrement appliquées aux situations particulières d’une région, qui ne peuvent être efficacement menées que sur le plan local, et à l’aide de notre presse locale.46 » Ces critiques sont inséparables de l’opposition toujours vive entre Paris et la province, entre le centre et la périphérie, conflits que nous avons vu resurgir à de nombreuses reprises. Cependant dès l’instant où la page agricole est réactivée, alors que la crise perdure, elle devient à nouveau un enjeu, contrairement aux années de prospérité. Grâce à elle, Georges Monnet accroît son influence et sa visibilité au sein de la SFIO, stratégie qui passe également par la réactivation des questions doctrinales et la mise sur pied d’un congrès agricole, dans la bonne tradition guesdiste.

III. Confirmation ou réajustement doctrinal ?

L’impossible modèle collectiviste

  • 47 Le Populaire, 27 janvier 1934, « Pour que le progrès soit mis au service de l’agriculture », Pierre (...)

45Au-delà des stratégies individuelles, la crise relance également les débats doctrinaux. C’est notamment le cas de l’exploitation collective qui alimente les débats de la page agricole du Populaire. Pierre Ridet, sous le titre « Solutions socialistes », s’y consacre à partir du mois de janvier 1934. Après avoir rappelé les ravages de la crise due à la pénétration des campagnes par le capitalisme, il expose le remède envisagé par le parti, à savoir l’organisation collective de l’agriculture par l’intermédiaire de la coopération : « C’est à une organisation à forme collective que nous devons songer et la coopérative paysanne doit jouer un grand rôle. C’est par elle que nous devons parvenir à la socialisation des moyens de production, en remettant d’abord les instruments de travail à la collectivité. » Ce n’est qu’une première étape : « Petit à petit, nous l’amènerons ainsi à travailler sur les bases des forces productrices appartenant à la collectivité.47 » Ce discours reprend le schéma doctrinal habituel, la coopération menant « en douceur » à l’exploitation collective, accélérant la diffusion du progrès technique. Cependant cet aspect avait été en grande partie escamoté durant les années vingt et l’horizon de la collectivisation assombri par les expériences soviétiques. La crise conduit certains membres du parti à présenter l’exploitation collective comme une alternative crédible à un monde paysan frappé par une crise sans précédent.

  • 48 Le Populaire, 27 janvier 1934, « Où est le rendement optimum ? », billet de Georges Monnet.

46Cette position parfaitement orthodoxe entraîne pourtant une réaction immédiate de Georges Monnet qui s’interroge, non pas sur le rôle des coopératives ni sur la nécessaire diffusion du progrès technique, mais sur la forme que prendra l’exploitation collective. Il conteste en effet le postulat d’une supériorité « naturelle » de celle-ci : la petite exploitation archaïque est certes un obstacle au progrès technique, mais il importe de ne pas surestimer les mérites de la grande exploitation. Au contraire, « lorsqu’un cultivateur dispose d’une étendue de terre qui permet l’utilisation de certains moyens mécaniques [...] j’ai alors l’impression que l’on trouve là, dans cette exploitation moyenne et familiale, le rendement optimum. » Avec l’exploitation d’un grand domaine, l’augmentation des frais généraux va de pair avec une baisse de la qualité du travail. Cette différence résulte d’une opposition fondamentale entre l’agriculture et l’industrie, que traduit l’absence de concentration : « Et si la concentration n’a pas été produite dans le jeu normal de l’évolution économique, je ne pense pas qu’elle se produira par le fait d’un idéalisme collectiviste.48 » Il conclut par un appel au débat, indispensable pour affiner le programme du parti. Le nouveau responsable des questions agraires récuse donc l’efficience économique de la « grande propriété », au nom d’une différence fondamentale entre l’industrie et l’agriculture et définit désormais « l’exploitation moyenne et familiale » comme un optimum économique, perpétuant la plus pure tradition « compère-morelienne »...

  • 49 Ce « pseudonyme » dissimule peut être Mimolle, militant dans la fédération de la Seine, qui intervi (...)
  • 50 Le Populaire, 18 août 1934, « Pour une programme agraire », Millome.

47Une fois passée l’alerte du 6 février, le débat est relancé par la publication d’une série intitulée « Pour un programme agraire », sous la signature de Millome49, d’avril à décembre 1934. Ces conclusions sont encore plus tranchées, puisque, insistant sur les effets limités du machinisme et les spécificités du travail de la terre, il aboutit à la condamnation sans appel de la grande exploitation. « Si mon raisonnement est exact, le socialisme ne conduira donc pas à la disparition de la petite exploitation, mais au contraire, il lui serait peut-être indispensable de la créer à l’intérieur de la grande. Par ce moyen, on atténuerait considérablement ou supprimerait même le salariat agricole, le travailleur agricole n’œuvrant plus en vue d’un salaire, mais en vue d’une production résultat de son travail.50 » Ainsi, à l’issue d’une longue démonstration appuyée sur des chiffres et des graphiques, les fondements mêmes de l’exploitation collective sont réfutés au nom d’une étude qui se veut tout à la fois scientifique – les travaux des agronomes et les enquêtes – mais aussi pragmatique. En effet, Millome se qualifie à plusieurs reprises de paysan, plus habitué à « manier la charrue que la plume », affirmation douteuse étant donnée son appartenance à la fédération de la Seine... Peu importe en définitive qu’il soit ou non paysan. Ce qu’il convient de retenir, c’est la légitimité plus forte apportée par une démonstration « paysanne ».

 

48Les solutions à la crise agricole passent également par la connaissance des modèles étrangers. Les politiques interventionnistes mises en œuvre en Allemagne ou en Tchécoslovaquie, par des régimes politiques très différents sont utilisées pour condamner un libéralisme auquel seuls croient encore les conservateurs français.

  • 51 Le Populaire, 15 juin 1935, « L’économie rurale soviétique en 1934 ».
  • 52 Le Populaire, 2 novembre 1935, « la situation agricole en URSS ».

49Reste le cas particulier de l’Union soviétique et de sa politique agraire dont nous avons déjà noté les enjeux polémiques. Sans provoquer de rupture, le départ de Compère-Morel et son remplacement par le tandem Monnet-Ridet facilite la transition permise par la nouvelle attitude des communistes et l’élan du Front populaire. Cette évolution est toutefois discrète et la nouvelle page agricole du Populaire adopte une attitude excessivement prudente. Aussi n’y rencontre-t-on aucun effort d’analyse sur l’expérience collectiviste russe. À l’occasion de sa démonstration sur la supériorité de l’exploitation familiale sur la grande exploitation, Millome évite soigneusement de mentionner le seul exemple de réalisation collectiviste, l’URSS. Jusqu’en 1936, Le Populaire ne publie que deux textes sur la situation de l’agriculture russe, le premier extrait du Bulletin quotidien en juin 193551, et un autre, au mois de novembre, donnant des informations quantitatives sur la récolte soviétique52. L’article du Bulletin économique précise que la collectivisation est pratiquement achevée, mais que les résultats positifs concernent seulement les céréales. Pour les autres productions et notamment l’élevage, la situation demeure difficile ; ces expériences ne sont ni le succès retentissant que revendiquent les communistes, ni une faillite généralisée, mais offrent un bilan mitigé. Cette discrétion n’est pas surprenante : les relations avec les communistes français sont trop empreintes de méfiance pour évoquer sereinement les réalisations agraires soviétiques.

  • 53 Cepede (F.), Poulat (É.), « Michel Cépède (1908-1988) », Bulletin de la Commission d’histoire et d’ (...)
  • 54 Le Combat, 10 juin 1935, « Réflexion sur la politique agraire russe », Marc Lavergne.

50En dehors du Populaire, des tentatives d’analyse du modèle agraire soviétique existent, développées notamment par un jeune ingénieur agronome socialiste, Marc Lavergne53. Comme jadis Compère-Morel, il insiste surtout sur la spécificité de l’agriculture russe combinant la tradition du mir et l’absence d’une paysannerie petite propriétaire. Un tel régime n’est donc pas applicable en France, à quelques exceptions près : « Le « kolkhoze », ou « coopérative de production » ne se formera en France « sous forme russe » que dans les régions de grandes exploitations asservissant un prolétariat rural abondant, lorsque les conditions de l’exploitation empêcheront le développement des exploitations individuelles. [...] Partout ailleurs, c’est la petite exploitation qu’il faudra développer encore en la soutenant par une organisation coopérative par elle et pour elle. » L’autre enseignement de la révolution russe, lui aussi bien connu, est la nécessité d’une paysannerie émancipée, gage d’une révolution agraire pacifique : « Le prolétariat rural russe étant au moment de la révolution dans un état d’ignorance quasi totale, la révolution a dû se faire trop souvent contre lui plutôt qu’avec lui. Il en est résulté des souffrances terribles, il en est résulté aussi que, conduite par des hommes insuffisamment compétents dans les problèmes ruraux, la révolution agraire a tâtonné quinze ans avant de pouvoir se réaliser.54 »

  • 55 La Bataille socialiste, 15 janvier 1934, no 84, « Le sens social du régime soviétique », O. Domanew (...)
  • 56 La Bataille socialiste, 15 mars 1935, no 86, « Le paysan nouveau et la collectivisation », A. Jugow

51Seule la gauche du parti est sensible à l’attraction du modèle soviétique. En 1934 et 1935, La Bataille socialiste publie deux articles sur la collectivisation agraire. Le premier mettant l’accent sur la contradiction fondamentale qu’elle résout, Lénine ayant dû, pour assurer le succès de la révolution, distribuer les terres55. Un an plus tard, un nouvel article revient sur le processus de la collectivisation, dramatique pour l’agriculture mais indispensable à la poursuite de la révolution : « La collectivisation, des millions de paysans l’ont payée de leur vie, de graves dégâts matériels l’ont accompagnée (immeubles et machines démolis, cheptel abattu, etc.) Mais, malgré les souffrances [...] la collectivisation n’en a pas moins résolu nombre de problèmes importants, vitaux, dont n’étaient venus à bout, ni la révolution de Février, ni celle d’Octobre.56 » C’est pourquoi, lors du congrès du Parti communiste russe, les représentants des troupes de choc des kolkhozes sont apparus comme une nouvelle avant-garde de la Révolution, symbole d’une rupture décisive avec le passé.

52La politique agraire soviétique demeure particulièrement difficile à utiliser par la SFIO, au-delà des questions purement politiques, parce qu’elle soulève des questions brûlantes sur les relations entre le monde des villes et des campagnes. Les deux articles de La Bataille justifient la collectivisation par la transformation radicale du paysan, principal obstacle à la poursuite de l’expérience révolutionnaire. Un tel discours est en décalage total avec celui que tente d’imposer le parti depuis Tours, et plus encore depuis la crise, celui d’une union étroite entre intérêts ouvriers et paysans, avec, pour ces derniers, une vigoureuse politique d’organisation des marchés, respectueuse des structures existantes, une politique de réalisations concrètes que le congrès de Limoges s’efforce de faire connaître.

Le congrès de Limoges : un non-événement ?

53L’organisation d’un congrès agricole ou tout au moins l’inscription de la question agraire à l’ordre du jour est d’abord l’aboutissement d’une stratégie personnelle de reconnaissance. La similitude est frappante avec l’attitude de Compère-Morel, qui a bataillé à partir de 1906 pour imposer l’étude de la question agraire à la SFIO. Georges Monnet réutilise à son profit cette pratique légitimante du congrès agricole. L’originalité de Limoges est d’être un congrès extraordinaire, entièrement voué aux questions terriennes. Pour la première fois dans l’histoire du parti, les débats ne risqueront pas d’être escamotés par les questions « politiques » ou les affrontements de tendances. En ce sens, l’action de Monnet est un succès. Toutefois, ce congrès extraordinaire est à double tranchant. D’un côté, il consacre l’intérêt croissant des socialistes pour le monde paysan alors que la crise se prolonge. Inversement, l’isolement des questions agricoles laisse planer le risque d’un congrès très technique, dont le retentissement sera finalement réduit.

  • 57 Cette lettre révèle au passage les tensions au sein de la SFIO, Georges Monnet, « blumiste » fidèle (...)
  • 58 A.N., 552 AP 14, Archives Vincent Auriol, 1 AU 23, lettre de G. Monnet à V. Auriol, 24 septembre 19 (...)

54Georges Monnet en est conscient, alerté par le peu d’enthousiasme des principaux dirigeants du parti. Léon Blum n’y assiste pas, retenu par la maladie de sa femme. Quant à Vincent Auriol, il ne vient que sur les insistances expresses du député de l’Aisne : « Mais, mon cher Vincent, nous tenons à te dire, Spinasse et moi, que tu serais impardonnable d’être absent. [...] Elle [Thérèse Blum] nous laisse prévoir que Blum ne viendra peut-être pas à Limoges. Alors ? Peut-on laisser s’agiter la question paysanne en dehors des deux seuls vrais responsables du Parti (j’entends vrais aux yeux de l’opinion publique, avec le regret que cela soit peut-être un peu moins vrai en ce qui concerne l’appareil57) ? Cette double absence serait évidemment soulignée par la presse et surtout si, par ailleurs, le Congrès est un peu terne, nos adversaires auraient beau jeu de souligner que le Parti n’est pas si soucieux que cela de la question paysanne et de la crise agricole. » Monnet, à demi-mot, admet que ce congrès n’a pas grand intérêt en soi et que seul compte son rayonnement politique. Il en a d’ailleurs eu un avant goût en Corrèze : « Dimanche, j’ai présidé le Congrès de Corrèze ; s’ils sont tous comme celui-là j’ai peur que l’unanimité soit si facile à Limoges qu’il n’y ait même pas grand débat.58 » Un congrès sans leader et sans débat, donc sans retentissement, serait en effet un échec pour le jeune responsable agraire de la SFIO à la recherche de légitimité.

  • 59 Le Populaire, 24 août 1935, « Avant le Congrès de Limoges », Justinien Raymond.
  • 60 Le Populaire, 18 septembre 1935, « Avant le congrès de Limoges – Les fédérations socialistes tienne (...)
  • 61 Le Populaire, 25 septembre 1935, « Avant le Congrès de Limoges – Les Congrès Fédéraux – Aube ».

55Comme à Bordeaux, les colonnes du Populaire accueillent à partir d’août 1935 les réflexions des militants et des responsables. Justinien Raymond, de la fédération de Haute-Savoie, insiste sur l’effort de propagande qui doit accompagner et prolonger cet événement : « il faut aller au fond des fermes59 ». Les comptes rendus des congrès des fédérations qui se succèdent tout au long du mois de septembre sont très uniformes et surtout très techniques. Suivant les régions, les rapporteurs évoquent la mévente du blé, du vin, les manœuvres de minotiers et la nécessité d’arracher les masses paysannes à la propagande fasciste et agrarienne. Dans certaines fédérations (Alpes-Maritimes, Haut-Rhin, Somme), la préparation du congrès est promptement expédiée afin que les délégués puissent s’occuper de « vrais » problèmes, les prochaines élections sénatoriales ou les relations toujours houleuses avec les communistes60. La seule originalité est la nomination de délégués cultivateurs, chargés d’établir les rapports préparatoires. Fréquemment, la fédération délègue la figure locale du parti et un délégué paysan, sur le modèle de l’Aube : « Jacques Grumbach a été désigné comme délégué à Limoges, avec un agriculteur du canton de Chavangès : Guerry, conseiller d’arrondissement.61 » D’autres, telle la Haute-Savoie, envoient une délégation exclusivement agricole.

 

  • 62 Le Populaire, 29 septembre 1935, « Le Congrès National extraordinaire du Parti Socialiste SFIO s’es (...)
  • 63 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 28 septembre 1935.

56Paul Faure insiste à l’occasion de sa présentation sur cette richesse, militante et technique, du parti. L’envoyé spécial du Populaire surenchérit en décrivant « la foule des délégués accourus de tous les points du territoire, et parmi lesquels nos camarades agriculteurs forment visiblement la majorité62 ». Cette impression n’a pas seulement une vertu incantatoire. Lucien Roland, qui assiste au congrès, note avec son acrimonie habituelle : « Les débats ont été intéressants. Le Pape n’y assistait pas, sa femme étant malade, paraît-il ; ce qui a permis à des camarades peu connus de se faire entendre, abordant la tribune sans contrainte. On gagne beaucoup à ne côtoyer que des personnages de 2e zone.63 » Néanmoins, l’empressement de Paul Faure à affirmer que ce congrès, contrairement aux mauvaises langues, n’est « ni froid ni terne », dénote bien un congrès sérieux et appliqué, mais sans enthousiasme. Les débats relatés par Le Populaire font apparaître la succession sans surprise des orateurs qui, tour à tour viennent donner des exemples locaux des effets de la crise. La collaboration avec les autres organisations de gauche est illustrée par l’intervention de Calvayrac, qui clame la convergence de vues entre la SFIO et la CNP.

  • 64 Le Populaire, 1er octobre 1935, « Un grand événement », éditorial de Léon Blum.

57Sur le fond, à savoir les réformes proposées par le parti, Limoges n’apporte rien de nouveau. L’éditorial de Léon Blum sur ce « grand événement » souligne la cohérence de la doctrine qui ne sépare pas la question agraire du reste des problèmes économiques64. La déclaration rapportée par Paul Faure, adoptée à l’unanimité, réaffirme la pertinence des solutions socialistes face à la crise économique et l’intangibilité d’une doctrine agraire qui n’a jamais cessé de se déclarer protecteur de la petite et de la moyenne propriété. « L’Appel aux paysans de France » rédigé par Maxence Roldes détaille les mesures immédiates préconisées par le parti : moratoire des dettes, révision des baux et réforme du métayage, revalorisation immédiate des produits agricoles par l’instauration des offices. Enfin, le groupe parlementaire est chargé de déposer une proposition de loi reprenant toutes ces mesures.

 

  • 65 Le Temps, 30 septembre 1935, « Le congrès agricole du Parti socialiste », Raymond Millet.

58Ce congrès mesure l’implantation du socialisme en milieu rural et met au premier plan ses « militants paysans ». L’envoyé spécial du Temps n’y est pas insensible et reconnaît la compétence technique des quelques deux cents délégués présents. De même, il note l’existence d’un courant d’inspiration paysanne, commentant ainsi l’intervention du leader de la CNP : « Grand, maigre, mi Don Quichotte, mi Aristide Briand, M. Calvayrac fait tournoyer ses longs bras, montre les dents, menace, prophétise, mais émeut aussi quand il décrit la situation de la paysannerie et l’assemblée ne cesse pas de lui témoigner un profond respect. On se demande si elle n’est pas tentée de voir en lui l’homme ou un des hommes qu’on pourrait ou ne pourrait pas opposer à M. Dorgères.65 »

59La préparation du congrès et les débats isolent en effet beaucoup de militants paysans et de paysans militants, tant au niveau fédéral, par le biais des délégués, qu’au niveau national, avec la nomination d’une commission agraire chargée de rédiger le programme pour les élections de 1936. Tanguy-Prigent, qui avait pris part à la discussion préparatoire du congrès de Bordeaux au sein de sa fédération, est cette fois délégué au congrès, où il intervient à la tribune, fort de son succès aux élections cantonales. Quelques autres paysans militants prennent la parole, comme Chiron (Vaucluse), Bedat (Lot-et-Garonne), Rampai (Bouches-du-Rhône), Roucayrol (Hérault) et Pasquinet (Vienne). L’accès à la tribune demeure un privilège et de nombreux délégués cultivateurs restent anonymes. Seules certaines fonctions les distinguent : Clergeaud, délégué de la Vendée, est élu à la commission de vérification des mandats et à celle des résolutions ; au sein de cette dernière, Journet (Allier), Bocquen (Côtes-du-Nord), Esparbès (Haute-Garonne) sont d’authentiques cultivateurs précédemment rencontrés, avec d’autres, lors de l’étude de la CNP.

60Les débats mettent surtout en évidence les interventions des militants et des élus « spécialisés » dans les questions paysannes. Nous avons déjà rencontré les élus : Albert Baylet (Hérault), Albert Rivière et Camille Riffaterre (Creuse), Pierre Bloch (Aisne), Henri Boulay (Saône-et-Loire), Robert Mauger (Loir-et-Cher), sans parler de Georges Monnet lui-même et de Maxence Roldes. Ceux-là sont des hommes déjà solidement implantés dans des circonscriptions rurales et dont certains sont professionnellement proches de l’agriculture. D’autres intervenants sont en position « ascendante » et seront élus en 1936 comme Justin Arnol (Isère), Marcel Guerret (Tarn-et-Garonne), Tanguy-Prigent (Finistère), Ferdinand Roucayrol (Hérault), Sylvain Blanchet (Creuse) et Augustin Laurent (Nord). Au cours de ce congrès, c’est moins autour des idées qu’avec des hommes que se manifeste une dynamique agricole que confirmeront les élections de 1936.

L’affirmation d’un réformisme révolutionnaire

  • 66 Le Populaire, 30 septembre 1935, « Aux travailleurs de la terre – Déclaration rapportée par Paul Fa (...)

61À la veille de cette échéance, la SFIO a donc définitivement rompu avec les thèses collectivistes et a au contraire placé au cœur de sa doctrine agraire : « la petite propriété exploitée par le paysan avec sa famille » qu’il défend « en lui permettant de produire dans des conditions meilleures, en lui assurant la vente de ses produits, en la libérant des charges fiscales et des lourdes hypothèques, en le mettant à l’abri de la spéculation, du mercantilisme et de l’usure.66 » Pour les socialistes, des mesures parlementaires appropriées doivent venir à bout des difficultés rencontrées par la paysannerie et assurer à terme la prospérité de l’agriculture. C’est en ce sens qu’il faut parler d’un réformisme qui n’envisage pas de modifications de structures, même à moyen terme. Cette attitude consacre l’intégration croissante du socialisme au sein de l’espace politique et idéologique national : l’exploitation familiale est en définitive la forme la plus parfaite d’organisation agricole, celle où l’épanouissement de l’individu rejoint l’optimum économique.

62Le socialisme agraire n’en perd pas pour autant toute spécificité. La forte concurrence des partis agrariens l’oblige à préciser ses positions. Ainsi, le thème agrarien de l’unité du monde rural, bloc homogène opposé aux intérêts industriels et urbains, est vigoureusement dénoncé par les socialistes qui prônent, au contraire, l’union de la classe ouvrière et de la classe paysanne formée des seuls travailleurs de la terre. À la mystique agrarienne de l’excellence paysanne et de l’exaltation d’un âge d’or agricole, ils opposent la misère matérielle d’une paysannerie impitoyablement frappée par la crise. Pour attirer le petit producteur agricole, le socialisme a désormais moins besoin de flatter sa différence, mais doit plutôt lui montrer sa dépendance vis-à-vis des forces capitalistes, en lui proposant des remèdes immédiats. C’est sans doute une des raisons pour laquelle avec la crise, l’agrarisme tend à s’estomper du discours des dirigeants socialistes. Plus que la célébration des vertus paysannes, le parti met au premier plan une politique de réalisations et de réformes.

63La crise a également pour incidence de réinvestir cette politique résolument réformiste d’une dimension révolutionnaire. Tout au long des années vingt, les affirmations révolutionnaires sont de plus en plus rares dans les proclamations électorales, au profit des mesures immédiatement applicables. Durant les années trente, les références au collectivisme disparaissent totalement, mais parallèlement, les mesures immédiates sont censées modifier radicalement le fonctionnement du capitalisme. Ces distinctions peuvent paraître spécieuses, mais le renversement de la conjoncture facilite cette évolution. Pendant les années vingt, les réformes s’inscrivent dans une période de relative prospérité agricole et elles ont pour but de pallier des inégalités sociales inacceptables. La véritable libération viendra de l’avènement de la société socialiste, préparé par l’action syndicale et coopérative. Ces deux principes coexistent sans se rencontrer. L’irruption de la crise exige une nouvelle approche. Les solutions préconisées par le parti, dont certaines n’ont pratiquement pas évolué comme le statut des fermiers et des métayers, apparaissent désormais comme de véritables alternatives à un système capitaliste en pleine désagrégation. La mobilisation sans précédent des exploitants face à la mévente est une preuve supplémentaire d’un contexte révolutionnaire et la victoire des forces socialistes ne peut que déboucher sur un monde meilleur. Le discours révolutionnaire, qui a longtemps constitué l’arrière-plan obligé de la doctrine, se trouve désormais réinvesti à l’intérieur d’un programme de réforme.

 

64Ce « réformisme révolutionnaire » peut être réduit à une simple pratique discursive, une phraséologie qui vise à se maintenir à l’intérieur d’une tradition politique bien enracinée en France. Pourtant, dans le climat politique des années trente, les réformes socialistes sont considérées comme des bouleversements sans précédent et rejetées à ce titre par une partie de la classe politique et de l’opinion. La virulence des affrontements pendant le Front populaire est incompréhensible si l’on sous-estime la dimension révolutionnaire de ces propositions, premières manifestations d’une intervention de l’État aujourd’hui admise par tous. Cette lecture de la crise des années trente et de la crise agraire en particulier est visible dans l’extraordinaire fortune des références révolutionnaires – au sens historique du terme cette fois. Elles se multiplient durant cette période, échos à la levée en masse des paysans contre les prélèvements insupportables de l’Ancien régime. La détresse économique frappant les producteurs agricoles et l’agitation politique qui en découle favorisent les emprunts à l’héritage historique : les deux cents familles incarnent la nouvelle féodalité capitaliste ; les spéculateurs et les grands minotiers des années 1930 sont les accapareurs de la « Grande Révolution ». Cette dénonciation repose sur l’identification entre les responsables agricoles et la noblesse, avec de Guébriant et surtout Dorgères, le Vicomte d’Halluin. Cette réactivation n’est pas propre à la SFIO, les communistes se montrant particulièrement actifs en ce domaine.

  • 67 Le Populaire, 30 septembre 1935, « Aux travailleurs de la terre – Déclaration rapportée par Paul Fa (...)

65Le manifeste du congrès de Limoges offre un exemple de cette valorisation de l’héritage révolutionnaire, d’abord pour désigner l’adversaire : « Les oligarchies industrielles et bancaires qui jouent cette partie misérable ont successivement essayé de rassembler les contribuables avec le Baron d’Anthouard, les anciens combattants avec le colonel Comte de la Roque [sic, de La Rocque], les paysans avec M. d’Halluin dit Dorgères, agent des aristocrates terriens. » Face à ce retour des forces du passé, le parti en appelle à la culture républicaine, véhiculée par l’école : « Ils [les paysans] n’ont pas oublié le passé. Tout près de leur village les ruines des vieux châteaux ou les survivances des demeures princières d’autrefois, les souvenirs que les générations leur ont transmis, les bribes d’histoire que l’école leur a enseignées, toutes ces choses qui frappent leurs yeux, qui cheminent dans leur instinct ou dans leur conscience ont amené beaucoup d’entre eux à la République malgré la pression des châtelains et des curés.67 »

66Les mouvements qui secouent le monde agricole ressemblent à de nouvelles jacqueries. La concurrence exercée sur le terrain par la droite et l’extrême droite suscite toutefois quelques difficultés. Ces révoltés du XXe siècle sont-ils des nouveaux chouans, au service d’une contre-révolution fasciste ? Il y a là une source d’inquiétude, nourrissant quelques réticences face aux grandes manifestations paysannes qui échappent le plus souvent à la gauche socialiste et communiste. Ces réticences, vives au sommet du parti, le sont cependant moins à la base, où s’impose la nécessité d’un regroupement des forces paysannes : Calvayrac lance à la veille des élections législatives de 1936, le principe des « États Généraux de la Paysannerie », susceptibles de rassembler les agriculteurs républicains.

67L’invocation révolutionnaire opère donc à plusieurs niveaux ; d’une part la référence à la Révolution française fait partie d’une culture républicaine, invoquée de manière « traditionnelle » à l’occasion des joutes électorales. En cette période de crise d’autre part, cette réactivation se double d’une signification économique qui en accroît la portée et lui donne une dimension nationale, ce qui n’était pas le cas auparavant. Cette mobilisation autour des valeurs révolutionnaires possède une dimension tactique, à savoir l’utilisation d’un mode d’identification dont on connaît l’efficacité. Cette résurgence facilite, en revanche et par contrecoup, chez les contemporains, la crainte d’un embrasement révolutionnaire. Les soubresauts qui agitent l’Europe, la montée en puissance de la menace « fasciste », dramatisent les affrontements politiques. Si l’attitude doctrinale de la SFIO à la veille de 1936 peut être qualifiée de « réformisme révolutionnaire », c’est moins la nature des réformes préconisées qui importe que leur interprétation, tant par leurs adversaires que par les socialistes eux-mêmes.

 

68En dépit de cette tonalité révolutionnaire et de l’attention réelle portée aux questions paysannes, il convient de ne pas négliger une évolution parallèle et décisive. Le rapprochement avec les communistes relance l’activisme ouvrier et face à la droite nationaliste qui entretient l’agitation, le prolétariat urbain devient le principal rempart contre la menace fasciste. Le Front populaire se construit en grande partie dans la rue, sous la pression des militants. Les grandes manifestations qui scandent la marche vers le pouvoir, 11 février 1934, 14 juillet 1935, 28 mai 1936, sont de grands élans parisiens et plus encore urbains. Cette valorisation urbaine et ouvrière pénalise, par contrecoup, dans l’imaginaire des militants les plus avancés, un monde paysan encore inerte ou plus encore aisément manipulé par la réaction. Ce mouvement est consacré lors du Front populaire : tant sur le pavé que par les victoires obtenues sur le patronat, ce sont bien les ouvriers des villes qui sont à la pointe du combat social et politique. Mais cette victoire n’a pas seulement été acquise dans les villes. Les masses rurales et paysannes ont joué elles aussi un rôle déterminant.

Notes

1 A.N., F 7 13042, rapports du commissaire spécial de Melun du 8 janvier et du 11 octobre 1932.

2 Dupeux (G.), Le Front populaire et les élections législatives de 1936, Paris, A. Colin, 1959 183 p.

3 A.D. Haute-Vienne, 3 M 169 - Élections législatives de 1932, le sous-préfet de Rochechouart au préfet, 5 mars 1932.

4 Chambre des Députés, Programmes, professions de foi et engagement électoraux de 1932, Paris, Imprimerie de la Chambre des députés, 1933, pp. 1051-1052.

5 Ibid., p. 386.

6 Ibid., pp. 210-211.

7 Ibid., p. 226.

8 Ibid., p. 128.

9 Ibid., p. 21.

10 Ibid., p. 75.

11 Berstein (S.), Histoire du Parti radical. – Crise du radicalisme, Paris, PFNSP, 1980, pp. 210-218.

12 Ibid., p. 3098.

13 Le Populaire, 18 novembre 1932, « Une victoire », éditorial de Compère-Morel.

14 Le Populaire, 19 novembre 1932, « La voix des autres », Marcel Bidoux.

15 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 22 juin 1933, p. 3003.

16 Le Populaire, 28 octobre 1933, « L’application de la loi du “prix minimum”, Pierre Ridet.

17 A.N., F 7 13036, rapport du commissaire spécial de Châlons-sur-Marne, 3 août 1933.

18 A.N., F 7 13035, rapport du commissaire spécial d’Agen, 4 octobre 1934.

19 A.N., F 7 13037, rapports du commissaire spécial de Bar-le-Duc, 2 septembre et 5 décembre 1933.

20 Cité par Paxton (R.-O.), Le temps des Chemises vertes, op. cit., p. 29.

21 Le Populaire, 14 et 24 mars 1934.

22 Le Populaire, 16 juin 1934, « La logique de la déflation », Georges Monnet.

23 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 8 juin 1934, p. 1663.

24 Le Populaire, 10 juin 1934, « Les problèmes de la terre », billet de Paul Faure.

25 Boussard (I.), « Henri Queuille et la France rurale », Henri Queuille et la République. Actes du Colloque de Paris, octobre 1984, Limoges, Trames, 1987, pp. 69-116.

26 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 12 juin 1925, p. 2667.

27 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 10 novembre 1932, p. 2994.

28 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 27 décembre 1932, p. 3700.

29 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 11 décembre 1934, p. 3018.

30 Le Populaire, 16 septembre 1935, « Plate-forme d’action commune du Parti socialiste et du Parti communiste ».

31 Burrin (P.), La dérive fasciste. Doriot, Déat, Bergery (1933-1945), Paris, Seuil, 1986, p. 125.

32 CHRMSS, Archives Compère-Morel, lettre, s.d.

33 Le Combat social [Gard], 13 juillet 1935, « Compère-Morel demande sa réintégration dans le Parti ».

34 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 13 juillet 1935.

35 Le Populaire, 6 février 1933, « Le Conseil National du Parti ».

36 Bercès (M.), Brana (P.), Cavignac (J.), Cuq (Y.), Dusseau (J.), Les néo-socialistes girondins, Bordeaux, Cahiers de l’Institut aquitain d’études sociales no7, 1988, p. 35.

37 Le Populaire, 28 mai 1928, « Variétés capitalistes et divergences socialistes », éditorial de Marcel Déat.

38 Le Populaire, 17 juin 1930, « Perspectives paysannes », éditorial de Marcel Déat.

39 La Bataille socialiste, février 1931, no 42, « Quelques précisions au sujet de Perspectives socialistes », J.-B. Séverac.

40 Le Populaire, 31 juillet 1933, « Les néo-socialistes », J. Lebas.

41 Le Populaire, 30 juin 1930, « À la louée d’Issoudun – L’étonnante hiérarchie de la domesticité agricole dans le Bas-Berry », Augustin Suisse.

42 Le Populaire, 10, 11. 12, et 13 juin 1931, « Le capitalisme champenois contre la petite propriété », Léo Huret.

43 Le Populaire, 15 octobre 1932, « La bataille du blé en Beauce », Pierre Ridet.

44 Parti Socialiste (SFIO), XXXIIe Congrès national tenu à Mulhouse les 9, 10, 11 et 12 juin 1935, compte rendu sténographique, Paris, Librairie populaire, 1935, p. 146.

45 Ibid., p. 165.

46 Ibid., p. 166.

47 Le Populaire, 27 janvier 1934, « Pour que le progrès soit mis au service de l’agriculture », Pierre Ridet.

48 Le Populaire, 27 janvier 1934, « Où est le rendement optimum ? », billet de Georges Monnet.

49 Ce « pseudonyme » dissimule peut être Mimolle, militant dans la fédération de la Seine, qui intervient sur les questions agricoles au congrès de cette fédération pour la préparation du congrès de Limoges.

50 Le Populaire, 18 août 1934, « Pour une programme agraire », Millome.

51 Le Populaire, 15 juin 1935, « L’économie rurale soviétique en 1934 ».

52 Le Populaire, 2 novembre 1935, « la situation agricole en URSS ».

53 Cepede (F.), Poulat (É.), « Michel Cépède (1908-1988) », Bulletin de la Commission d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, Tome XII, no 5, 1990, pp. 596-612.

54 Le Combat, 10 juin 1935, « Réflexion sur la politique agraire russe », Marc Lavergne.

55 La Bataille socialiste, 15 janvier 1934, no 84, « Le sens social du régime soviétique », O. Domanewskaia.

56 La Bataille socialiste, 15 mars 1935, no 86, « Le paysan nouveau et la collectivisation », A. Jugow.

57 Cette lettre révèle au passage les tensions au sein de la SFIO, Georges Monnet, « blumiste » fidèle, ne faisant que peu de cas de la présence de Paul Faure et autres représentants de « l’appareil ».

58 A.N., 552 AP 14, Archives Vincent Auriol, 1 AU 23, lettre de G. Monnet à V. Auriol, 24 septembre 1935.

59 Le Populaire, 24 août 1935, « Avant le Congrès de Limoges », Justinien Raymond.

60 Le Populaire, 18 septembre 1935, « Avant le congrès de Limoges – Les fédérations socialistes tiennent leurs assises –... Celle des Alpes-Maritimes à Nice ».

61 Le Populaire, 25 septembre 1935, « Avant le Congrès de Limoges – Les Congrès Fédéraux – Aube ».

62 Le Populaire, 29 septembre 1935, « Le Congrès National extraordinaire du Parti Socialiste SFIO s’est ouvert hier à Limoges ».

63 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 28 septembre 1935.

64 Le Populaire, 1er octobre 1935, « Un grand événement », éditorial de Léon Blum.

65 Le Temps, 30 septembre 1935, « Le congrès agricole du Parti socialiste », Raymond Millet.

66 Le Populaire, 30 septembre 1935, « Aux travailleurs de la terre – Déclaration rapportée par Paul Faure et adoptée à l’unanimité ».

67 Le Populaire, 30 septembre 1935, « Aux travailleurs de la terre – Déclaration rapportée par Paul Faure et adoptée à l’unanimité ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search