Version classiqueVersion mobile

Moissons rouges

 | 
Édouard Lynch

Deuxième partie. Crise et mobilisation paysanne : le temps des défis (1930-1936)

Chapitre V. Les socialistes et l’apprentissage de la révolte paysanne

Texte intégral

1Il importe, après avoir mis en perspective les nouvelles formes de mobilisation et d’action paysanne, d’étudier en détail les modalités de la réaction de la SFIO. Celle-ci oblige à une double dissociation. D’abord entre stratégie parlementaire et action sur le terrain, les pratiques politiques socialistes dans les campagnes étant abordées dans ce chapitre de manière autonome, notamment à partir de l’exemple de la Haute-Garonne. Ensuite avec l’étude de la Confédération nationale paysanne, organisation syndicale qui, théoriquement indépendante, est étroitement liée à la SFIO et apparaît comme un support essentiel de son influence en milieu rural.

I. L’engagement socialiste

Un entre-deux inconfortable : des notables pris au piège

2La pénétration continue du monde rural durant les années vingt s’est en grande partie réalisée sous l’influence de parlementaires solidement implantés localement. Le retour au scrutin d’arrondissement en 1928 a accentué cette tendance, quelques notables « républicains » venant renforcer et modifier la composition du groupe des élus ruraux. Des élus qui se retrouvent parfois pris au piège de la contestation paysanne : leur influence est d’autant plus grande qu’elle repose sur la collaboration avec les autorités locales et les organisations syndicales agricoles départementales. Ils sont alors parfois en mauvaise posture face à la montée de l’activisme paysan.

  • 1 Le Populaire du Centre, 27 octobre 1932, « Inquiétude », Camille Bénassy.

3Leur modération se manifeste à la fin de 1932, alors que la crise agricole se fait plus vive. Des députés SFIO tiennent des propos pleins d’espoirs sur les perspectives ouvertes par la victoire électorale des gauches. Camille Bénassy, député d’Aubusson, commentant pour Le Populaire du Centre l’inquiétude croissante des paysans se garde bien de jouer les agitateurs : « Le pays est inquiet, les choses vont mal à la ville comme à la campagne, le chômage n’est pas en décroissance, et à la campagne, il passe un vent de désolation. [...] Nos campagnards constatent le déficit de leur exploitation, et, à juste titre ils craignent que, si aucun remède n’est apporté, la misère ne viennent s’installer à leurs foyers. Ils voudraient que les choses rentrent dans l’ordre, et avec beaucoup d’à-propos ils pensent que l’acte préliminaire doit être l’équilibre budgétaire.1 » La solution préconisée n’est guère révolutionnaire, l’appel à l’équilibre budgétaire appartenant au répertoire habituel des modérés et des conservateurs.

  • 2 A.N., F 7 13629, rapport du préfet de l’Yonne au ministre de l’Intérieur, 10 avril 1933.
  • 3 L’Humanité, 10 avril 1933, « 8 000 paysans manifestent à Auxerre ».

4Un autre risque pour ces élus, bien insérés dans le tissu local, est de perdre leur identité en participant à des réunions unanimistes. En 1933, les organisations paysannes de l’Yonne dont l’Union des paysans, branche locale du Parti agraire, mettent sur pied un grande manifestation à Auxerre, le 9 avril, qui réunit 6 000 personnes en présence des élus du département : « M. Robert, Secrétaire Général de l’Union des paysans, présidait. MM. Gaudaire, Sénateur, Boully, Flandin, Perreau-Pradier, Maxence Roldes, Renaitour, députés, assistaient à cette réunion, ainsi que plusieurs conseillers généraux. M. Robert pris le premier la parole et après lui M. Robineau, Président du syndicat coopératif d’Auxerre, M. Veron, du Parti agraire, M. Berry, de l’Union des paysans, M. Froissard, de la Confédération Générale des Paysans Travailleurs, M. Renaud, des Fermiers du Sénonais, M. Massot, de L’Union des paysans.2 » Le préfet précise qu’il a refusé de transmettre l’ordre du jour remis par la délégation en raison de propos trop virulents à l’encontre du gouvernement. Lui-même a proposé à la délégation d’en modifier la teneur, mais il s’est heurté au refus de Berry et de Froissard. Lors de cette manifestation, le député SFIO M. Roldes se trouve isolé du côté des officiels – et notamment de Flandin, qui incarne quelques mois plus tard la politique agricole de déflation – et laisse le terrain de l’intransigeance aux représentants agraires et communistes, qui donnent de la manifestation un compte rendu tout à leur avantage3.

  • 4 A.N., F 7 13625, rapport du commissaire spécial de Châlons-sur-Marne. 5 décembre 1932.

5Ces hésitations sur la conduite à adopter face au mécontentement rural et à son utilisation ne sont pas seulement perceptibles chez les élus. Certains militants paysans considèrent avec réticences l’action directe. Camille Peters qui s’est pourtant illustré au congrès de Bordeaux en appelant l’attention du parti sur la détresse des vignerons de Champagne, adopte sur le terrain une position très modérée, comme lors d’une réunion tenue en décembre 1932, devant 80 personnes à Boursault : « En ce qui concerne les impôts impayés, il indique qu’une mesure collective n’étant pas praticable, il appartient à chaque contribuable de s’arranger à l’amiable avec son percepteur. [...] Il n’envisage pas de manifestations pouvant servir de prétexte à une répression dont les vignerons seraient les victimes, mais il esquisse un plan de démission des conseils municipaux et des membres des caisses régionales et locales, estimant attirer ainsi l’attention des pouvoirs publics. Une interruption envisageant une manifestation bruyante, M. Peters refuse d’assumer une telle responsabilité, un tel mouvement pouvant provoquer plus de misère qu’il n’y en a déjà.4 » Confrontés à la détresse des petits propriétaires vignerons, certains responsables rechignent, malgré la pression des militants, à développer l’agitation.

 

6Les communistes qui ont choisi d’exploiter au maximum le mécontentement paysan se placent en priorité sur le terrain de l’action, bousculant au passage les socialistes. La Creuse offre un exemple de cette concurrence à l’occasion d’un comice agricole, manifestation traditionnelle de la sociabilité villageoise. En août 1934, à Pontarion, les communistes s’efforcent de détourner à leur profit la cérémonie officielle dirigée par le député SFIO, Camille Riffaterre, président de l’Office agricole départemental. Dans le rapport qu’il adresse au ministre, le préfet conteste la version communiste des faits qui met en cause son autorité : « Le « Travailleur » a été le seul organe de la presse locale à relever des incidents de minime importance qu’il a rapportés avec mauvaise foi et qui se résument à ceci. Après mon discours, au moment de la remise des récompenses, une société de musique joua la « Marseillaise ». Six jeunes gens distribuant des feuilles communistes et porteurs de pancartes « contre le fascisme, la misère et la guerre », lancèrent quelques timides coups de sifflet et se mirent à fredonner l’Internationale. Après une intervention du maire, secondé par quelques-uns de ses administrés, l’incident prit fin. » Les communistes donnent de l’événement une version très différente.

  • 5 Le Travailleur de l’Ouest, 1er septembre 1934, « Pontarion - Le Préfet ne reviendra pas », Bourdet.

7Sous le titre « Le Préfet ne reviendra pas », le journal régional du parti dessine le profil d’une mobilisation communiste idéale : « Dès huit heures du matin, à l’entrée même du champ de foire, un magnifique stand offrait aux arrivants : « La Voix Paysanne », « Le Travailleur du Centre-Ouest », « La Lutte anti-religieuse », « Front Mondial » et un monceau de brochures. Les paysans s’arrêtaient, vivement intéressés et c’étaient des cris d’admiration devant les pages magnifiques « d’U.R.S.S. en construction », “20 ans et vive la Commune’’. » Cette propagande arrachant des « cris d’admiration » aux paysans n’est rien, comparée à l’accueil réservé au préfet, qui préside la manifestation : « Le Préfet à peine assis, la fanfare de Genouillac attaque la « Marseillaise », un vacarme indescriptible l’accueille et soudain, l’« Internationale », puissante, s’élève, dominant la foule. Les pancartes se dressent au poing des paysans : « Payer vos impôts avec du blé ! À bas les saisies ! Du travail et du pain ! » Cette vigoureuse démonstration, toujours selon la version communiste, est soutenue par le député : « Riffaterre, député SFIO prend la parole, il remercie les communistes et leurs camarades de la CGPT de leur magnifique démonstration. Il exalte l’unité d’action et termine en réclamant une transformation totale de la société comme l’ont réalisée nos camarades d’U.R.S.S. Ses dernières paroles sont accueillies au chant de l’“Internationale’’.5 » Enfin, pendant la distribution des prix, l’un des lauréats effectue devant le préfet le « Salut rouge ». Selon les communistes, non seulement le préfet a du subir la manifestation révolutionnaire, mais en plus le député socialiste a joué le rôle d’un brillant second.

  • 6 A.D. Creuse, 1 M 214, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 3 septembre 1934.

8Cette version est bien entendu vigoureusement démentie par le préfet qui insiste au contraire sur le parfait légalisme du député : « Il n’est pas exact que M. le Député Riffaterre, Président de l’Office agricole départemental, ait remercié, en ma présence, les communistes de leur « magnifique démonstration » qui se réduisait à fort peu de chose et fut désapprouvée par tous les spectateurs. M. Le Député Riffaterre parla, au contraire, en termes très mesurés et rendit hommage à l’esprit de collaboration de l’administration pour l’atténuation de la crise économique. Il n’est pas exact non plus qu’un lauréat du concours, cousin d’ailleurs de M. le Député Riffaterre, ait fait devant moi, « le salut rouge », provoquant ainsi les acclamations de l’assistance. La relation du « Travailleur » est purement fantaisiste et le Préfet pourra revenir à Pontarion, où il sera d’autant mieux accueilli que la population a fort peu goûté les quelques gestes inconsidérés de six gamins que le Maire de Pontarion est venu excuser auprès de moi, en me demandant de n’attacher aucune importance à l’inconséquence de leur attitude.6 »

Identifier ses adversaires

  • 7 Le Populaire, 20 mars 1930, « L’Internationale verte - Le Parti agraire : piège à paysan », Marcel (...)
  • 8 Le Populaire, 6 mai 1930, « Le Parti agraire ».

9Confrontée à l’agitation des campagnes, la SFIO doit définir sa position vis-à-vis des mouvements agrariens qui en sont bien souvent les principaux animateurs. Cette réaction est d’abord « théorique » puisque le Parti agraire est fondé avant le déclenchement de la crise7. Les responsables agraires s’efforcent également d’expliquer le succès des manifestations paysannes de 1933-1934, qui leur échappent en grande partie. Malgré la « culture politique » dont Compère-Morel les gratifie8, les paysans, confrontés à la crise économique, succombent sans difficultés aux discours « démagogiques ». Inquiets devant la possible « contagion » du monde paysan, les socialistes s’attachent à désamorcer les conflits entre villes et campagnes, et distinguent soigneusement les « masses paysannes » des agitateurs professionnels.

  • 9 Le Populaire, 29 novembre 1934, « Une manifestation de paysans salle Wagram », Daniel Mayer.

10Dans le traitement des meetings paysans, la presse militante insiste sur la présence de personnalités réactionnaires, tout en reconnaissant que la détresse des producteurs agricoles facilite leur mobilisation et leur réceptivité aux mots d’ordre extrémistes des leaders « fascistes ». Invariablement, les comptes rendus de manifestations paysannes organisées par les mouvements agrariens signalent la présence de quelques « authentiques cultivateurs » égarés par une propagande mensongère. La régularité des articles sur ce thème constitue une preuve d’une certaine impuissance à « exploiter » l’exaspération paysanne. Le Populaire rendant compte du congrès paysan tenu à la salle Wagram à Paris, s’efforce à nouveau d’expliquer la présence de travailleurs de la terre « abusés » : « Ne nous y trompons pas : il y avait, hier, salle Wagram, d’authentiques paysans. Un grand nombre d’entre eux ont applaudi les formules par lesquelles étaient fustigées les puissances du capitalisme, si d’autres ont goûté l’éloquence choisie d’un orateur vouant les parlementaires à « être jetés dans une grande mare. » Ces gens là ne sont pas d’accord entre eux. Quelques-uns sont venus à ce « Front paysan » dans la haine de l’étranger, du député, du Juif, du fonctionnaire, d’autres y sont venus peut-être simplement parce qu’ils ignoraient l’adresse du secrétaire de la section socialiste. » Et sur le modèle des réunions publiques, il suffit de quelques minutes à peine pour convaincre ces « vrais paysans » : « Un membre du service d’ordre, un Normand, possesseur du brassard vert du Parti agraire, après quelques minutes d’entretien, ne nous disait-il pas : “Je suis plus près du socialisme que de l’ancien camelot du roi Dorgères.”9 »

  • 10 Le Populaire, 17 septembre 1934, « L’heure du socialisme », A. Rivière.

11En dépit de ces conclusions optimistes, l’inquiétude face au manque de discernement politique des paysans est sensible chez certains responsables. Lors de la préparation du congrès de Limoges, Albert Rivière constate l’habile utilisation du mécontentement paysan : « Le fascisme se camoufle sous des formes gravement alléchantes. Une propagande insidieuse, fielleuse, exploite un mécontentement légitime. Le sentiment républicain lui-même s’émousse. C’est un symptôme alarmant. [...] Prenons garde. Un vif désir de changement est dans l’air. Mais dans le désarroi des esprits, ce sentiment est assez confus et les masses peuvent parfaitement se laisser prendre à certaines contrefaçons. Les travailleurs se chiffrent par centaines de milliers qui, en Allemagne et en Italie se sont embarqués derrière le fascisme en croyant y trouver un peu de ce qu’ils cherchaient. J’ai idée qu’en ce qui concerne les masses rurales, une même faute est possible.10 » Cette analyse inquiète émanant d’un élu rural, bien implanté localement, ne peut être rattachée au relent de méfiance ouvriériste et urbaine qui existe encore au sein du parti.

 

12Néanmoins, à partir de 1934, la lutte contre les mouvements agrariens prend une dimension nouvelle grâce à la clarification de la situation politique. Le Parti agraire – dont les composantes républicaines et anti-capitalistes gênaient les socialistes – est rapidement dépassé par la figure de Dorgères, leader du Front paysan qui se met en place et regroupe les grandes associations agricoles conservatrices. Désormais, la diabolisation de Dorgères devient l’axe majeur de la propagande de la SFIO.

  • 11 Le Populaire, 15 juin 1935, « La pensée intime de Dorgères et du Front paysan ». Pour l’histoire de (...)

13De même que la nature « fasciste » du Parti agraire avait été « démontrée » en 1930, c’est en 1935 que les véritables intentions de Dorgères sont révélées par Le Populaire : des lettres lui appartenant, saisies par la justice et publiées par Marianne le 8 mai 1935, évoquent la perspective d’une action directe contre le régime, par l’organisation de groupes paysans, ainsi que des expéditions punitives contre les parlementaires11. En outre, la violence revendiquée, la présence des Chemises vertes, la chasse aux parlementaires d’extrême gauche désignent très clairement l’adversaire, incarnation du « fascisme vert » français. Symboliquement, on passe, pour désigner ses rivaux, des « avocats » du Parti agraire au « vicomte » d’Haluin. À la faveur de la crise, alors que l’on dénonce la « nouvelle féodalité des trusts » et bientôt des deux cents familles, que l’on en appelle au sursaut des « Jacques » contre le fascisme, la construction du personnage « Dorgères », vicomte honteux, ancien camelot du Roi, est une nécessité et une aubaine.

  • 12 Le Populaire du Centre, 30 mars 1935, « Deux Fascistes », A. Delmas.
  • 13 Le Populaire du Centre, 2 avril 1935, « Le fait du jour - Mentez ! Mentez ! Il en restera toujours (...)

14Elle fonctionne d’ailleurs aussi bien dans la presse parisienne que dans celle de province. Durant le printemps 1935, Le Populaire du Centre réagit avec vigueur aux réunions organisées localement par les partisans de Dorgères. La trilogie « Dorgères – Royalisme – Fascisme » est utilisée de manière systématique comme lors de l’évocation d’une réunion dans l’Indre : « Dorgères, agitateur agraire, se nomme exactement vicomte d’Halluin. Il a toujours été le chef des camelots du roi et des chouans de Bretagne. Ses journaux, « La Province » et « Le Progrès agricole de l’Ouest » appartiennent au comte de la Bourdonnaye, président des comités royalistes de l’Ille-et-Vilaine, et au duc d’Harcourt, député royaliste du Calvados. Dorgères a participé aux meetings des Jeunesses Patriotes, de la Solidarité française. Il faut que tout le monde sache cela.12 » Et Sylvain Blanchet d’ajoutez quelques jours plus tard : « C’est un chouan qui est candidat des chouans. Rien de plus.13 »

  • 14 Le Combat, 10 juin 1935, « M. Dorgères, agitateur agraire par lui-même », Georges Altman.
  • 15 Le Populaire du Centre, 16 avril 1935, « Les paysans ne sont pas des agraires ».

15Dorgères royaliste, mais aussi paysan d’opérette, autre thème particulièrement prisé pour pourfendre le fondateur de la Défense paysanne. L’article de Georges Altman dans l’organe de la fédération de l’Yonne, raconte un de ses meetings, à Paris, au Théâtre des Champs-Elysées, devant un parterre choisi : « C’est un finaud. Il sait faire renifler à ces dames un léger parfum judiciaire, un relent de la paille humide des cachots, délicieusement mélangé à l’air poudrisé de la salle. [...] « Et s’il le faut, pour que les députés comprennent, nous saurons, avec nos fourches... » Sacrées fourches ! Les revoilà. Et tout de même, l’effet est irrésistible. [...] De leurs fauteuils de velours, les gens du monde acclament alors en ce Dorgères fourchu, une ravissante jacquerie à leur souhait, à leur mesure. Une jacquerie qui ne brûlerait pas de privilèges, mais des libertés. [...] Monsieur Dorgères veut parler vert et dru, par images rustiques : « L’État, une vache avec trop de tétines... » Et la paysannerie du Faubourg admire. C’est ça, c’est bien comme ça que doit parler, n’est-ce pas, un paysan. Lyrique et salé. La voix de la terre, le vent dans les branches, le blé qui lève, la terre qui meurt, les vieilles de chez nous, René Bazin, Théodore Botrel... Non, aucune vraie sève populaire chez ce type. Un politicien comme les autres et qui veut faire peuple.14 » Critique « intellectuelle » du dorgérisme, mais qui synthétise la construction d’un adversaire idéal, « ennemi public numéro un15 » sur lequel se concentre désormais la propagande socialiste.

La relance de la propagande dans les campagnes

16Celle-ci se déroule d’abord selon les formes traditionnelles évoquées précédemment, tout en trouvant, grâce à la crise agricole, un nouvel élan. L’action d’éducation et d’organisation des délégués permanents se poursuit à travers le pays, même si nous ne disposons plus d’une source aussi riche que celle des carnets Roland pour en évaluer l’impact. La presse militante mentionne toujours ces tournées, mais les autorités administratives y sont beaucoup moins sensibles ; il n’est plus question de rapporter les propos tenus par un délégué du parti dans des petites communes rurales, devant des auditoires réduits, alors que les grandes villes des départements sont le théâtre d’immenses meetings paysans.

  • 16 Le Populaire, 26 septembre 1935, « La propagande socialiste - Dans le Cambrésis ».
  • 17 A.D. Nièvre, M 1502, rapport du commissaire spécial de Nevers au préfet.
  • 18 A.D. Nièvre, M 1502, rapport du commissaire spécial de Nevers au préfet, 21 août 1935.

17La propagande conduite par les fédérations prend une tonalité plus agricole. Celle du Nord organise ainsi une tournée dans le Cambraisis, commentée par Le Populaire : « Dans un temps qui n’est pas lointain, quand Fiévet, Plet, Beauvillain, anciens députés, organisaient des réunions dans les centres ruraux, ils rencontraient rarement plus d’une trentaine d’auditeurs. La réunion organisée samedi par la section de Paillencourt, commune essentiellement agricole, a connu au contraire un plein succès. Près de 200 travailleurs étaient présents, lorsque Berger, conseiller municipal de l’endroit, assisté de Lerouge, conseiller municipal de Thun-Lévêque, ouvrit la séance.16 » En mars 1935 la fédération de la Nièvre, qui vient d’échapper à une menace de scission, redouble d’effort : « Le Parti SFIO a organisé le 3 mars une réunion de propagande à Corbigny ; elle s’est déroulée dans le calme, en présence d’une cinquantaine d’auditeurs. Il a réussi à former une nouvelle section d’une vingtaine d’adhérents à Lormes. » Les socialistes ne sont plus désormais les seuls à « travailler » les centres ruraux, comme le précise le même rapport : « Le Parti Agraire et Paysan Français continue à exploiter le légitime mécontentement des populations rurales ; une nouvelle section, la troisième de l’arrondissement, s’est constituée dimanche dernier à Lormes.17 » Dans cette commune, deux partis organisés sont désormais face à face. Quelques mois plus tard, une série de rapports suggère que le mécontentement paysan profite surtout à la gauche, avec l’échec de la politique de déflation18.

  • 19 A.N., F 7 13082, rapport du commissaire spécial au ministre de l’Intérieur, 29 octobre 1932.

18Les députés assurent toujours un rôle clé dans la propagande, notamment les députés paysans, qui tirent profit de leur compétence. Une réunion de Camille Benassy en Loire-Inférieure, devant quatre-vingt-dix personnes qui emplissent la salle d’un café, l’illustre : « M. Benassy, député de la Creuse, [...] s’étendit aussitôt sur la situation des cultivateurs qui forment la plus grande partie des électeurs de son arrondissement. Comparant ouvriers et paysans, il fit ressortit que tous ne dépendent que de la loi du travail. Il critiqua avec une verve piquante le Parti radical qui, par deux fois, vola les idées des socialistes : l’école unique et l’office du blé.19 »

 

19L’affrontement avec les agrariens lors des réunions paysannes exige néanmoins certaines adaptations. L’étude de la propagande du parti durant les années vingt avait établi la relative « tranquillité » de ses orateurs au village, surtout face à leurs adversaires conservateurs. L’apparition des mouvements agraires et leur volonté de s’implanter selon des modalités assez proches des socialistes – création de sections ou de groupes à l’échelle cantonale ou communale – se traduit naturellement par des confrontations fréquentes. En dépit du changement d’adversaire, la construction discursive de ces affrontements demeure : les militants SFIO emportent l’adhésion des auditoires paysans en ridiculisant l’adversaire : tel est le schéma qu’il faut conserver à l’esprit lorsque l’on étudie les luttes entre socialistes et « agrariens » dans les campagnes.

  • 20 Le Populaire, 12 décembre 1933, « La réunion agraire avec Monnet et Thomas ».
  • 21 Le Matin, 10 décembre 1933.

20Le Parti agraire et son leader en sont les premières « victimes » lors d’une réunion organisée à Chartres, sur les lieux même de la grande mobilisation paysanne. En réalité, la réaction des socialistes est difficile. Une première manifestation, projetée le 14 octobre, doit être repoussée. Prévue initialement avec Béranger, député de Chartres, elle est annulée en raison du départ de ce dernier aux côtés des néos. Elle se déroule finalement le 9 décembre, avec Georges Monnet et J.-M. Thomas. D’après Le Populaire c’est un succès, et Fleurant Agricola, présent, n’a pu que s’incliner devant les thèses socialistes : « Fleurant-agricole [sic] vient à la tribune et ce fut tout d’abord pour rendre hommage au talent de nos amis. Il avoua qu’il n’avait rien à dire sur le programme qui avait été défendu et voulut seulement revendiquer le mot agraire, ce qui lui amena une verte réplique de Monnet rappelant que déjà au temps de Rome, il y avait des « agrariens ». Il tenta aussi d’opposer aux orateurs les textes marxistes, mais fut mis une fois de plus au pied du mur lorsque le député de l’Aisne lui demanda de les citer.20 » Ainsi, face à l’étoile montante du socialisme agraire, Fleurant Agricola ne peut que « rendre hommage » et « avouer » sa déconfiture. De son côté, Le Matin donne un compte rendu rigoureusement « inverse » : ce sont les arguments de Fleurant Agricola, démontrant les mensonges et les reniements socialistes qui ont triomphé, « dressant l’auditoire « contre les orateurs de la SFIO21.

  • 22 Paxton (R.O.), op. cit., p. 123.
  • 23 Le Combat social [Gard], 13 avril 1935, « Les déboires de M. Dorgères », J.-B. Séverac.

21Fleurant Agricola et le Parti agraire ne sont pas des adversaires très « coriaces ». Dorgères est un agitateur beaucoup plus actif. Pourtant, dans la presse, le processus est similaire, visant à ridiculiser symboliquement son adversaire, tout comme la presse dorgériste « met en boite « les contradicteurs de gauche22. Exemplaire est en ce sens l’article de Jean-Baptiste Séverac publié par Le Combat social où l’auteur exalte l’action des propagandistes du parti : « Nos délégués permanents, Théo-Bretin, Cabannes et Ferdinand Faure ont dégonflé le Dorgères en question. Un soir même Ferdinand Faure l’exécuta de main de maître sous les rires et les applaudissements de vrais paysans. « Mais enfin, M. d’Halluin, lui a-t-il dit, pourquoi avez-vous changé de nom ? Est-ce parce que celui vous avait donné votre père était trop aristocrate ? Mais si c’était pour rappeler l’agriculture, Monsieur, ce n’est pas Dorgères qu’il fallait choisir, c’est Du Poireau... ou Du Navet. Oui, Du Navet, Monsieur Du Navet vous irait parfaitement... » Les auditeurs se tordaient.23 » Il nous importe peu de savoir si de tels propos ont été ou non prononcés : ils reflètent bien le processus visant à faire perdre toute crédibilité à son adversaire en le couvrant de ridicule et en provoquant l’hilarité des auditoires, même si ce triomphe n’est qu’un triomphe de papier...

  • 24 Dorgeres (H.), Au XXe siècle : dix ans de jacquerie, Paris, Éditions du Scorpion, 1959, p. 180.
  • 25 Le Combat, 10 mai 1935, « Il pleut, il pleut Dorgères, cache tes fleurs de lys ».

22L’intensité des polémiques et la place structurante de la violence chez les agrariens aboutissent nécessairement à des affrontements. Pour Dorgères la contradiction est construite comme un défi, un affrontement physique, une « correction » infligée à ceux qui osent défier la paysannerie au cœur des villages. La lecture du Progrès agricole de l’Ouest est édifiante et trente ans plus tard, Dorgères intitule l’un des chapitres de ses mémoires « Dans un fief socialiste, la figure en sang, j’oblige Monnet à déguerpir.24 » Comme pour l’action directe, le parti y oppose le visage d’une froide détermination, calmant au besoin la légitime colère paysanne. Lorsque que Dorgères, animant une réunion dans l’Indre, se heurte à une solide contradiction, il ne doit sa protection qu’aux appels au calme lancés par les partis de gauche : « Battu à Blois [...] le faux paysan Dorgères s’est fait conspuer l’autre dimanche par une assemblée de paysans authentiques. Ironie des choses : l’agitateur agro-royaliste, si fougueusement anti-parlementaire, n’a pu prendre la parole et quitter la salle indemne que grâce à la protection de deux députés. Deux députés de gauche encore.25 »

  • 26 Le Breton socialiste, 13 avril 1935, « Les brutes fascistes telles quelles sont – Tanguy-Prigent sa (...)

23À la SFIO, c’est Tanguy-Prigent qui incarne la résistance au fascisme vert et à ses méthodes. Au début de 1935, le jeune militant porte la contradiction lors d’une réunion privée tenue dans le Finistère. Le récit du Breton socialiste met en scène l’affrontement : « Les paysans et les non paysans soupçonnés d’être hostiles aux fascistes de droite furent écartés par les portiers aux faces sinistres de royalistes, et dispersés par la police, toujours prête à accorder son concours à ces messieurs. [...] Lorsque Tanguy-Prigent prit la parole, Dorgères ne se contint plus. À un moment, Tanguy-Prigent dit, très calme : « Nous ne voulons pas imposer nos idées, nous demandons seulement aux travailleurs de nous écouter et de réfléchir. Et nous sommes persuadés qu’ils sauront distinguer entre les solutions apportées par des camarades de travail, dévoués tout entiers à une belle cause et les phrases violentes et creuses des salariés du capitalisme. » Au moment où il achevait sa phrase, Dorgères, révélant ce qu’il est, un apache, se jeta sur notre ami et lui porta trois violents coups de poings à la figure, en disant : « Vous allez retirer vos paroles », mais Tanguy-Prigent, l’arcade sourcilière en sang, l’œil et la joue tuméfiés, croisa les bras et répondit : « J’ai parlé sans colère et je maintiens mes paroles parce que j’ai dit ce que pense. » Dorgères se précipita sur lui une seconde fois. [...] Maintenant nous sommes fixés.26 » La Résistance de Morlaix du 20 avril 1935, sous le titre « Bébé a du bobo », rapporte que Tanguy-Prigent, courtoisement invité à une réunion privée, a traité le chef de la Défense paysanne de vendu, d’où la réaction quelque peu vive de ce dernier : « Dorgères bondit sous l’injure et porta un coup de poing à la poitrine de Prigent qui s’en alla cogner la tête contre le mur d’où égratignure. »

  • 27 Le Breton socialiste, 18 janvier 1936, « Dorgères en déroute à Plouigneau – Notre ami Tanguy-Prigen (...)

24De nouveaux affrontements se produisent où Tanguy-Prigent maintient sa stratégie non-violente. Début 1936, ce sont les socialistes et les communistes qui contraignent Dorgères à battre en retraite. C’est l’occasion d’un nouveau récit édifiant, autour d’une humiliation symbolique : « D’abord il est impossible de décrire Dorgères. Inutile de dire combien son regard faux et méchant, sa face bilieuse, son sourire fat révèlent de bassesse, de férocité et de couardise. [...] Mais il n’était pas possible d’empêcher les cultivateurs de rester groupés et de manifester leur enthousiasme : Tanguy-Prigent apparut bientôt à la sortie de la cour, porté sur les épaules de ses camarades et salué d’une ovation générale. Au bout de quelques minutes, Dorgères et sa garde du corps sortirent à leur tour serrés de près par les travailleurs antifascistes. [...] Des groupes nombreux restèrent sur place et les fascistes durent partir un à un en cachant leur chemise, escortés sur 200 mètres par nos camarades, qui chantaient l’Internationale. Dorgères, la face plus sinistre que jamais, n’osait regarder personne.27 » En dépit de cette « humiliation », Dorgères continue ses activités de propagandiste. Lors de ces confrontations, en effet, il n’y a que des vainqueurs. La presse militante passe sous silence les épisodes défavorables et reprend – ou invente – au contraire de manière répétitive quelques « cas d’école » qui témoignent de la justesse du combat suivi et de la valeur des militants. L’étude des modalités de la mobilisation agraire en Haute-Garonne témoigne d’une réalité beaucoup plus contrastée.

II. Un exemple de mobilisation socialiste : la Haute Garonne de Vincent Auriol

Une réponse graduée au malaise paysan : de l’action institutionnelle à l’action directe

  • 28 A.N., F 7 12958, « notes Jean », 6 février 1931.

25Vincent Auriol, avocat, n’est pas un spécialiste des questions rurales. Au sein de la SFIO, où son rôle ne cesse de croître, il s’occupe des questions financières. Ses archives témoignent de cette hiérarchie d’intérêt : les affaires locales et agricoles se réduisent à peu de chose. Néanmoins, député-maire de Muret, il ne néglige pas la défense des intérêts d’une partie de ses électeurs. Au Parlement, tout en laissant à d’autres le soin d’interpeller sur les questions agricoles, il intervient cependant régulièrement, au cours du vote du budget, sur des points bien précis. Une note de la préfecture de police de février 1931 évoque même son désir de rapporter le budget de l’Agriculture, pour mieux « se mettre en travers des projets de M. Tardieu.28 »

  • 29 A.N., F 7 13082, rapport du commissaire spécial de Toulouse au directeur de la Sûreté générale, 14 (...)

26S’opposer à Tardieu à Paris, mais aussi à Toulouse, lorsque le ministre de l’Agriculture s’y rend à l’occasion du concours agricole, sans que la municipalité ne soit sollicitée. « On chuchote en ville et surtout dans les milieux socialistes, que de nombreux militants seront pourvus de sifflets qui seront utilisés devant la gare Matabiau, à la réception de M. le Ministre ; devant la statue de Jaurès, Jardin du Capitole, rue d’Alsace ; au Cours Dillon, emplacement du Concours Agricole et les divers endroits qu’il visitera.29 » En fait, cette manifestation se résume à peu de chose : « En effet, M. le Ministre de l’Agriculture a été l’objet de nombreux coups de sifflets et de cris hostiles au Pont St-Michel, au concours, devant la Chambre de Commerce, et à l’École Vétérinaire. Là quelques mottes de gazons ont été lancées dans la direction de sa voiture. » Si la manifestation contre Tardieu vise le ministre de l’Agriculture, elle a surtout une dimension politique, protestant contre l’ostracisme que subit à cette occasion la municipalité. Les modalités de la « réaction » des militants locaux n’ont rien de spécifiquement « paysannes » : elles auraient pu être utilisées à l’occasion de toute autre manifestation contre la visite d’un ministre conservateur dans une ville socialiste.

  • 30 Le Populaire, 14 septembre 1932, « Les cultivateurs de Muret créent un organisme de défense et d’ac (...)

27La généralisation de la crise à l’automne 1932 pousse les responsables de Haute-Garonne à envisager une mobilisation proprement agricole. Dès le 20 août, Auriol organise une réunion à la mairie de Muret où les cultivateurs présents votent une série de résolutions en faveur de l’organisation et du contrôle du marché du blé, seul remède à la spéculation. Quelques semaines plus tard, un Comité de défense du blé est mis sur pied. D’après Le Populaire, cette expérience est une sorte d’office du blé en miniature : autour de Vincent Auriol se retrouvent les consommateurs et les producteurs, représentés par Calvayrac, président de la Fédération des syndicats agricoles de la petite et moyenne propriété30.

  • 31 Le Petit Provençal, 17 août 1932, « Le socialisme aux champs ».
  • 32 A.N., F 7 13034, rapport du commissaire spécial de Toulouse au directeur de la Sûreté générale, 7 s (...)

28Les articles écrits par Auriol pour la presse locale reflètent l’irruption de la crise paysanne dans le traitement des questions agricoles. Au début du mois d’août, pour Le Petit Provençal, le député de Muret s’intéresse à l’assurance des paysans contre les calamités agricoles et les accidents du travail. Fin août, il constate l’impuissance du régime à apporter le moindre secours aux paysans poussés à bout : « En cet été pluvieux, on n’entend pas, dans nos sillons, chanter les cigales... Mais des champs dévastés par les fléaux du ciel et par les charançons de la société, une douloureuse clameur s’élève. Que les démocrates sachent donc l’entendre, en réalisant au plus tôt la leçon de socialisme qu’elle contient.31 » La prise en compte de l’exaspération croissante du monde rural n’exige pas pour autant de solutions révolutionnaires. Au lendemain de la victoire des gauches aux élections, c’est au Parlement, par la création de l’office, que s’élaboreront les véritables remèdes à la crise. Lors de la visite d’Édouard Herriot à Toulouse, au début du mois de septembre, les délégués du nouveau groupement font preuve d’optimisme : « Le Comité de défense du blé a profité de la présence de M. Herriot à Toulouse pour lui soumettre les revendications ci-après [...]. La réponse faite par M. le Président du Conseil a donné entière satisfaction au dit comité.32 » Cette confiance, nous le verrons, est assez rapidement déçue, et face aux réticences de leur allié radical, les socialistes n’ont d’autre solution que de relancer « l’action directe ».

 

29La grande réunion organisée à Toulouse à la fin de 1932 reproduit le « schéma théorique « précédemment défini : « Un meeting, réuni sur l’initiative du « Comité pour la Défense du Blé » de l’arrondissement de Muret et auquel étaient invités tous les producteurs du département, s’est tenu le 5 décembre au Théâtre du Capitole de Toulouse, sous la présidence de M. le député Vincent Auriol. Une délégation est allée porter, à l’issue de ce meeting, qui a groupé environ 1 500 agriculteurs, un ordre du jour. [...] Enfin, si ces mesures ne sont pas appliquées, les agriculteurs inviteront dès le mois de janvier toutes les municipalités à rompre leurs relations avec les pouvoirs publics. Le problème du blé amène une autre question à l’ordre du jour : il s’agit de la constitution de silos coopératifs. » Ce dernier point aboutit à la création d’une « Société coopérative de meunerie agricole », à laquelle souscrivent, dès le mois de février, 1 400 cultivateurs.

  • 33 Le Populaire, 18 août 1934, « La détresse rurale », par Vincent Auriol.
  • 34 Le Combat social [Allier], 16 septembre 1934, « La révolte paysanne », Vincent Auriol.

30Cependant l’aggravation de la chute des cours et le blocage parlementaire provoquent un nouveau durcissement des propos de Vincent Auriol. Il évoque l’éventualité d’un recours à l’action directe dans un article du Petit Provençal, repris par Le Populaire : « Les discours, les interpellations, les écrits sont vains ? Passons à l’action directe, dans le cadre même de la légalité.33 » Il en précise le contenu quelques jours plus tard : grève des municipalités et paiement de l’impôt en nature, en soulignant la détermination des paysans et la nécessité de ne pas laisser libre le terrain aux agitateurs fascistes : « Ces deux résolutions, il est des maires âgés, raisonnables, modérés en politique, « unionistes » jusqu’à ce jour, et qui les ont jugées « trop modérées ». Que cet état d’esprit n’étonne aucun citoyen. [...] Vivant au milieu des paysans, ayant leur confiance, j’affirme que leur patience est à bout. [...] Nous n’avons pas voulu laisser aux fascistes le soin d’entendre, de guider et d’orienter la colère et la révolte paysanne. Nous sommes dans le mouvement même.34 »

31L’utilisation progressive du répertoire d’action collective par les socialistes de Haute-Garonne témoigne de leur réaction à la crise, qui exclut toutefois la violence. Ces nouvelles formes de mobilisation paysanne demeurent intégrées à une stratégie plus vaste où l’action politique traditionnelle – les élections cantonales – reste prépondérante. En dépit de cet activisme, l’espace de la contestation paysanne est loin d’être totalement occupé et la SFIO se heurte à la concurrence agrarienne.

Revel : un exemple de mobilisation agrarienne

  • 35 A.D. Haute-Garonne, Μ 1308/6, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 12 mars 1935.

32Celle-ci se développe rapidement à partir de 1935 et confirme le rôle essentiel de relais tenu par les structures syndicales et mutualistes du département. La Haute-Garonne compte en effet 103 syndicats agricoles, réunissant près de 10 000 adhérents. Ce solide réseau associatif est susceptible, comme dans le reste du pays, d’être le support efficace d’une action politique. Le président de la Chambre d’agriculture, Couzinet, a déjà fait l’expérience de la frontière ténue qui sépare les deux domaines : en mars 1935, il s’est associé à la campagne de la Confédération nationale des associations agricoles, appelant à la défense de la paysannerie en des termes assez virulents. Couzinet doit s’expliquer devant le préfet des raisons d’un tel parrainage : « Le président de cette compagnie, que j’avais cru devoir convoquer dans mon cabinet pour le mettre en garde contre l’inopportunité, en la circonstance, de son patronage, m’a fait connaître qu’il n’avait point pris l’initiative du-dit affichage, mais qu’il estimait ne pouvoir se désolidariser des grandes associations agricoles à cette occasion.35 » Nous retrouvons bien ici les difficultés des Chambres d’agriculture, dont les notables qui les composent sont tiraillés entre les exigences de la coopération gouvernementale, les pressions de la base relayées par une partie des associations agricoles et leurs propres positions politiques.

  • 36 A.D. Haute-Garonne, Μ 1308/6, rapport du commissaire spécial de Toulouse au préfet, 8 avril 1935.

33Cette prudence des notables explique le développement parallèle de structures plus actives : une Fédération paysanne des syndicats agricoles du Sud-Ouest est créée le 3 mars 1935, réunissant des syndicats agricoles de l’Ariège, du Tarn-et-Garonne, du Tarn et de l’Aude. La propagande effectuée sur les foires et les marchés mêle étroitement le professionnel et le politique : « Les propagandistes, tout en menant une lutte sévère contre les Compagnies d’assurances (branche grêle, incendie et accidents) pour rallier des adhérents, font des exposés sur la politique agricole du pays et critiquent même fort souvent l’attitude du gouvernement. » Les responsables sont Roos, directeur de la maison de la Mutualité et Gauthier, ex-dirigeant de l’Union fédérale des associations agricoles du Lot-et-Garonne. Ils mènent une intense activité de propagande et l’Aurore mutualiste, mensuel, est tiré à 15 000 exemplaires en mars 1935 et compte 8 000 abonnés. « Les dirigeants de cette propagande syndicaliste paysanne se défendent de faire de la politique, mais il est aisé de se rendre compte, contrairement à ce qu’ils prétendent, qu’ils ont une tendance marquée pour la droite. En effet, Gauthier étant en Lot-et-Garonne, fréquentait les dirigeants des ligues d’extrême droite et Roos, dans ses exposés, se plaît à rapporter des propos tenus par Dorgères.36 »

  • 37 L’Action paysanne, 4 août 1935.
  • 38 L’Express du Midi, 14 août 1935, « Nailloux. Tous à Revel ».
  • 39 L’Express du Midi, 15 août 1935, « Le Rassemblement de Revel », L. de F.
  • 40 L’Express du Midi, 18 août 1935, Robert de Boyer-Montaigut.

34Le ralliement « officiel » à ce dernier n’est donc pas une surprise et se produit à l’annonce d’un grand meeting prévu le 18 août à Revel. À cette occasion L’Aurore mutualiste de la terre occitane, « Journal hebdomadaire de Défense Paysanne » se transforme, le 4 août 1935, en Action paysanne, avec pour slogan : « Les bases de notre doctrine : La Famille – La Profession – La Patrie. Notre but : L’organisation de la corporation agricole.37 » La presse conservatrice locale, principalement L’Express du Midi, soutient vigoureusement l’initiative en exaltant l’apolitisme du mouvement : « Qui que vous soyez, artisans, maîtres-valets, métayers, fermiers, propriétaires, vous devez tous vous grouper, vous unir, former le bloc paysan pour crier bien haut votre droit à la vie. [...] Tous à Revel pour la terre méconnue et pour les paysans malheureux en dehors – nous tenons à le signaler encore une fois – de toute question politique.38 » Cet apolitisme proclamé ne résiste pas à la satisfaction de constater « l’indignation de nos SFIO », « éternels pêcheurs en eaux troubles » face à ce mouvement « spontané et pur de toute compromission politique39 ». La « une » de L’Express du Midi le jour du meeting résume cette « neutralité » : « Les paysans languedociens signifieront aujourd’hui aux pouvoirs publics qu’ils en ont assez et à la Révolution Marxiste qu’elle ne passera pas.40 »

  • 41 A.D. Haute-Garonne. Μ 1308/6, rapport du commissaire spécial de Toulouse au préfet, 12 septembre 19 (...)
  • 42 Ibid., 21 septembre 1935.

35Le meeting, selon la presse conservatrice, est un véritable triomphe. L’Express du Midi a compté 20 000 paysans venus acclamer Dorgères et Le Roy Ladurie. Pendant plusieurs jours, ce journal publie de nombreux articles et des photos sur cet événement sans précédent. Le dernier acte de cette vaste mobilisation agraire consiste à exploiter le succès de Revel en structurant le mouvement paysan. Un premier rapport résume l’action conduite depuis le début de 1935, soulignant l’aspect méthodique de l’implantation, réalisée au départ sur une base professionnelle et commerciale – la création de caisses d’assurance mutuelle – en sollicitant le soutien des élus locaux, y compris socialistes41. Un nouveau rapport, quelques jours plus tard, donne de nouvelles précisions sur les relais dont disposent les responsables auprès du Front paysan : « Roos est rentré le 18 septembre 1935 de Paris où il a été signer le manifeste du Front paysan, en compagnie d’une quarantaine de délégués des Fédérations paysannes dont Dorgères, Le Roy-Ladurie, Pointier, Fleurant-Agricola. [...] Roos reconnaît que l’agitation paysanne n’est qu’une façade, car le paysan n’est pas intéressant, il n’est jamais sincère ni capable de passer à l’action parce que trop égoïste. Enfin, au cours d’un récent entretien, il n’a pas caché que derrière le Front paysan, il fallait voir surtout les ligues fascistes : Jeunesses Patriotes, Croix de Feu, Volontaires Nationaux, Action Française, Francistes, Solidarité Française, etc... qui encouragent le mouvement paysan financièrement et, politiquement, espèrent à la rentrée du Parlement en octobre prochain déclencher un mouvement analogue à celui du 6 février 1934.42 » S’il importe de prendre ces propos avec précaution, Roos s’étant peut-être vanté un peu trop de son action devant des oreilles indiscrètes – sans parler de la volonté policière de déjouer d’éventuels complots – ils reflètent néanmoins le climat politique qui entoure la création du Front paysan, instrument de lutte contre les forces de gauche et le Parlement.

  • 43 Ibid., 30 janvier 1936.

36Ces velléités politiques sont suivies par une campagne d’organisation et de propagande minutieusement préparée. Durant l’hiver, Ross ouvre une « Maison du paysan » à Toulouse, s’efforce d’accroître son influence sur la presse agricole et multiplie les réunions : « Hier soir, a eu lieu, à Saint-Élix-le-Château la dernière réunion. La séance était contradictoire. Une douzaine de socialistes menaçant de faire de l’obstruction ont été invités à sortir de la salle, ce qu’ils firent non sans quelques résistances. [...] Compte tenu des exagérations provenant de sources trop intéressées, il reste vrai de dire que le Front paysan a fait d’énormes progrès depuis le début de son action qui remonte aux premiers jours d’août 1935. De 3 000 membres adhérents à ce mouvement, le chiffre serait passé à 12 000.43 » Cette vigoureuse action de propagande a deux objectifs en vue : les élections de février à la Chambre d’agriculture et les législatives de mai 1936.

37La Haute-Garonne illustre parfaitement les modalités de l’implantation agrarienne, sous l’égide du Front paysan, dans des régions méridionales traditionnellement plus rétives. Autour de « l’événement » que constitue la venue des leaders, Dorgères et Le Roy Ladurie, il y a, en amont comme en aval, un vaste travail d’organisation et de propagande, utilisant efficacement le relais des structures professionnelles. Face à ce dynamisme, la réaction de la SFIO manque d’ampleur, au cœur d’un département où la gauche est pourtant politiquement puissante et présente sur le terrain agricole.

La difficile riposte des socialistes

  • 44 Ibid., 8 août 1935.
  • 45 Ibid., 3 août 1935.

38Les agrariens lancent un premier défi en choisissant pour lieu de rassemblement la ville de Revel [5 042 habitants] et son canton, fiefs SFIO. Dès l’annonce de la tenue du meeting, le commissaire spécial est allé sonder les intentions du maire, Gardiès, également secrétaire de la section socialiste : « Le fameux Dorgères doit venir parler à Revel, le 18 août et il y aurait intérêt, pour la section socialiste de Revel, de demander à la Fédération départementale d’écrire à M. Paul Faure pour le prier d’inviter le plus jeune conseiller général socialiste du département du Finistère, le nommé Dainguy [sic] Prigent, à venir porter la contradiction à Dorgères, qu’il poursuit dans de nombreuses réunions organisées par ce dernier. M. Calvayrac et moi-même, ajoute M. Vincent Auriol, nous viendrions porter la contradiction.44 » Vincent Auriol, vraisemblablement, en fait une affaire personnelle, d’après les propos tenus à Ambroise Rendu, ancien député du département : « Je viendrai moi-même à Revel, le 18 août, et j’empêcherai Dorgères par tous les moyens de parler. Nous amènerons les hommes nécessaires. Ce sera une question de force entre la dictature de droite ou la dictature de gauche.45 » Ces premières réactions laissent supposer que les socialistes, quoique prévenus tardivement, ne veulent pas abandonner le terrain à l’extrême droite agrarienne. Fort de la stature nationale du député de Muret, ils espèrent mobiliser la paysannerie républicaine.

  • 46 Le Midi socialiste, 9 août 1935, « Bas les masques - À propos du meeting du royaliste soi-disant ag (...)
  • 47 Le Midi socialiste, 12 août 1935, « Les exploiteurs de la détresse paysanne - Les cyniques de l’ave (...)

39L’hebdomadaire de la fédération, Le Midi socialiste, engage alors une vigoureuse campagne de presse pour affirmer sa présence sur le terrain paysan et surtout démasquer les véritables organisateurs du mouvement : « Des tracts, anonymes, des communiqués anonymes sont répandus à travers la région invitant à un soi-disant rassemblement paysan à Revel. Pour entendre qui ? Le royaliste fasciste D’Halluin, dit Dorgères, agitateur politicien qui sous prétexte de défense paysanne essaie de jeter la division dans le camp des travailleurs des champs. » Preuve du succès de la stratégie « souterraine » qu’évoquait un rapport préfectoral, les socialistes ont des difficultés pour identifier les véritables organisateurs du mouvement et l’attitude de Roos les intrigue : « Et vous aussi M. Roos, un bon mouvement cette fois. Vous avez, par votre Comité d’Assurances agricoles, fait appel aux socialistes. Vous en avez pris plusieurs dans votre bureau. Était-ce pour sauver la face ? Qui avez-vous trompé ? [...] M. Roos levez-donc le masque ! Oui ou non est-ce vous qui faites venir Dorgères ?46 » On perçoit mieux la nécessité, dans l’affrontement politique local, de pouvoir identifier ses adversaires. Critiquer Dorgères est une chose, mais il est aussi indispensable de démasquer ses « complices ». Or, ici, les responsables locaux se sont fait prendre au piège des associations « professionnelles ». Dès le lendemain cependant, la conviction des socialistes est faite sur la duplicité de l’adversaire, aussitôt mis en cause : « M. Roos, inconnu jusqu’à présent, dit dans son journal, que la base de « leur doctrine à Dorgères dit d’Halluin et à lui, c’est la patrie ! » Quel culot ! [...] La patrie, Monsieur Roos, vous n’avez pas le droit d’en parler. Pas plus que des paysans, car vous n’êtes pas fils de notre terre, ni de la moralité publique, car on ne vous connaît pas.47 » Les socialistes n’hésitent pas à cette occasion à se placer sur le terrain de leurs adversaires agrariens, celui du patriotisme et de l’appartenance terrienne et locale.

  • 48 A.D. Haute-Garonne, Μ 1308/6, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 16 août 1935.
  • 49 Le Midi socialiste, 17 août 1935, « La Voix d’un paysan garonnais », E. Calvayrac.

40La violente campagne menée par la presse fédérale dissimule mal leur position inconfortable et la difficile mise en place d’une stratégie alternative. Les responsables du parti subissent parallèlement les exhortations du préfet qui s’emploie à calmer leurs ardeurs belliqueuses, avec succès : « Les partis socialistes et communistes avaient eu l’intention d’assister en force à ce meeting, en opérant à cet effet la concentration de militants de Toulouse, Revel et de contingents des département du Tarn et de l’Aude. La réalisation d’un tel projet aurait comporté des risques très graves de désordre et de bagarre. Aussi me suis-je efforcé sans désemparer, et au cours d’entretiens nombreux, d’amener les dirigeants du Front populaire à renoncer à cette intention. À l’heure actuelle, mes conseils ont prévalu.48 » Cette décision marque nettement les limites de la mobilisation socialiste face aux mouvements agrariens, motivée par le souci du respect de la légalité – et les conseils du préfet – où tout simplement la crainte d’un affrontement. La veille du meeting, Le Midi socialiste publie un long article de Calvayrac, qui justifie son absence par le fait de ne pas avoir été invité... mais surtout pour éviter toute violence : « Pourquoi nous n’irons pas à Revel ? Parce que Tanguy-Prigent, Dugré, Pitaud et d’autres se sont fait assommer par les bandes à Dorgères. [...] Il y aurait sûrement bagarre : je ne veux pas me prêter à ce que des paysans s’égorgent entre eux. Ce que je voudrais dire à mon tour, c’est que le sieur Dorgères est bien qualifié pour parler au nom des paysans. Il est boucher ou fils de boucher, et c’est pourquoi, sans doute, tous les bouchers de Revel sont à ses côtés.49 » Il promet que les agriculteurs républicains ne resteront pas inactifs et qu’ils organiseront à leur tour un grand meeting.

  • 50 Le Midi socialiste, 19 août 1935, « Le Four de Revel ».
  • 51 A.D. Haute-Garonne, Μ 1308/6, rapport du commissaire spécial de Toulouse au préfet, 19 août 1935.

41La presse militante s’engage alors dans une bataille d’arrière-garde, s’ingéniant à « dévoiler » des obstacles à la tenue effective du meeting. Le 14 août, le journal annonce la découverte de deux « engins de mitraille » sur le pré de la réunion... Le 17, il titre : « Plus de terrain – M. Mortagne, propriétaire du terrain loué par les fascistes, le reprend et en interdit l’accès aux faux paysans ». Ces manœuvres dilatoires n’empêchent pas la réunion, où seuls quelques communistes ont tenté de distribuer des tracts. Il ne reste plus alors qu’à se quereller sur les chiffres. Là où les organisateurs ont vu 20 000 personnes, les socialistes n’en ont compté que 3 000, parmi lesquels quelques paysans égarés au sein de la « gentry fasciste » de la région : « Près d’eux, tout éberlués et presque honteux de s’être ainsi fourvoyés, 3 ou 400 paysans véritables, travaillant eux-mêmes, maniant quotidiennement leur fourche de leurs propres mains.50 » Laissons le dernier mot au rapport de police, dont l’évaluation, quoique traditionnellement sous-évaluée, est néanmoins assez proche de celle des socialistes : « Cette manifestation qui groupait 5 000 personnes environ se dénombrant comme suit : 3 000 paysans de la Haute-Garonne et des départements limitrophes et 2 000 partisans des groupements politiques de droite (Action française, Jeunesses patriotes et Croix de feu) a commencé à 15 h 30 pour se terminer à 17 h 30 sans accident. À noter cependant que quelques communistes vendeurs du journal « L’Humanité », venus du Tarn, croit-on, ont eu leurs journaux enlevés par les Commissaires du groupe organisateur et brûlés sans réaction de leur part.51 »

  • 52 Ibid., 30 septembre 1935.
  • 53 Le Midi socialiste, 9 octobre 1935, « Cinq cents paysans acclament le “Front Paysan Populaire” ».
  • 54 L’Express du Midi, 2 octobre 1935, « Paysans communistes », E.D.

42L’attitude des communistes, très peu nombreux localement, amène à s’intéresser au dernier acte de l’événement : l’organisation, promise par Calvayrac, d’un meeting regroupant les paysans républicains. Le Travailleur du 31 août 1935 publie une lettre ouverte du bureau régional du Parti communiste proposant à la fédération SFIO d’organiser un grand rassemblement paysan pour faire pièce à celui de Revel. Pourtant, une telle manifestation n’aura pas lieu : les militants de gauche se limitent à l’organisation de réunions contradictoires, notamment celle tenue à Longages dont le maire Billières est socialiste, le 28 septembre. Selon le commissaire spécial, il a d’abord fallu négocier entre les communistes, Fournial et Dougnac et les agrariens, Roos et Gauthier pour s’entendre sur le temps de parole. La réunion se contente de mettre en évidence les divergences des orateurs : « Tout en déclarant qu’ils ne font pas de démagogie, ils [Roos et Gauthier] font un exposé politique et demandent aux agriculteurs de ne pas payer l’impôt et d’attendre les instructions de la Fédération chargée de centraliser les feuilles de contributions et qui fera des propositions en rapport avec les charges et les ressources des contribuables. [...] Fournial répond en se déclarant partisan du paiement des impôts, et il croit que le plus sûr moyen de remédier à la crise est la création d’offices. » La réunion s’achève dans la confusion : « Durant que Roos et ses amis au nombre d’une trentaine se retirent, les socialistes et communistes demeurent dans la salle où Fournial déclare qu’il recevra les inscriptions en vue de la constitution d’une cellule communiste à Longages. Le pick-up joue alors l’Internationale et la majorité des auditeurs se retire sans incident.52 » La réaction de la presse est sans surprise : pour le Midi socialiste, 500 paysans ont acclamé le « Front paysan Populaire », et l’orateur SFIO, Billières, a « dégonflé la bande à Dorgères53 ». L’Express du Midi se gausse des propositions communistes qui contrastent avec le sérieux et la compétence des orateurs agrariens54.

43Les socialistes et leurs alliés au sein du Front populaire ne sont pas parvenus en Haute-Garonne à relever le défi de la mobilisation paysanne, au moins sur le plan symbolique. Le Populaire, qui célèbre les « victoires » des militants contre Dorgères, passe sous silence l’épisode peu glorieux de Revel, alors même que le parti se mobilise pour le congrès extraordinaire de Limoges. Les difficultés rencontrées en Haute-Garonne par la SFIO préfigurent celles de sa composante syndicale, la CNP.

III. La Confédération Nationale Paysanne : la tentative d’un syndicalisme paysan socialiste

La CNP entre mystique paysanne et lutte des classes

  • 55 Parti Socialiste (SFIO), XXe Congrès national tenu à Toulouse, op. cit., p. 224.
  • 56 Parti Socialiste (SFIO), XXIIe Congrès national tenu à Bordeaux, op. cit., pp. 371-372.

44La réaction du parti face à la crise agricole ne se produit pas seulement sur le plan politique : la nécessité d’une structure professionnelle destinée aux exploitants agricoles, désormais « cible » principale de sa doctrine agraire, apparaît de plus en plus nettement. En dépit des discours récurrents de ses responsables, tel Compère-Morel, la SFIO n’a pris aucune initiative pour créer des syndicats paysans au niveau national : ceux-ci se développent parmi quelques fédérations, la Creuse, la Haute-Vienne ou la Haute-Garonne, sous la seule impulsion des responsables locaux. Calvayrac, lors du congrès de Toulouse en 1928 réclamait pourtant que les réalisations syndicales de Haute-Garonne soient généralisées : « Il faut que vous fassiez, que nous fassions tous ce que nous avons fait dans la région garonnaise. Nous avons créé une cinquantaine de syndicats qui ne groupent que la petite et la moyenne propriété. Il faut que dans toutes les localités rurales où nous avons une section socialiste, nous ayons aussi un groupement des petits propriétaires, de ceux qui travaillent eux-mêmes leurs terres.55 » Deux ans plus tard, à Bordeaux, il regrette que son appel au groupement ait été accueilli avec indifférence : « Nous avions une ambition beaucoup plus haute, nous voulions créer une Confédération générale paysanne qui me paraît indispensable pour l’avenir du socialisme. Avec une liste qui m’a été envoyée par Paul Faure, j’ai envoyé à tous les journaux socialistes de France une circulaire demandant à tous nos amis s’ils ne pensaient pas que le moment était bien choisi pour essayer de mettre debout cette Confédération générale paysanne, j’ai le regret de constater que la plupart des journaux socialistes n’ont pas inséré la circulaire que j’ai envoyée. (Voix : Si.)56 »

  • 57 La Défense paysanne, mars 1933.

45Ces réticences expliquent sans doute que la Confédération nationale paysanne soit la dernière venue parmi les protagonistes de l’action paysanne. Effectivement créée le 12 février 1933 au congrès de Limoges, elle est présentée par Le Populaire du 11 février 1933 comme une initiative émanant de militants convaincus, appartenant aux instances dirigeantes de leur fédération. Malgré l’insistance mise par la suite sur la neutralité politique, la filiation socialiste ne fait dès l’origine aucun doute. Cette mobilisation tardive s’accompagne de quelques hésitations révélatrices : la mise en route du mouvement n’est pas préparée très minutieusement, puisqu’entre la tenue du premier congrès à Limoges en février 1933 et le dépôt légal des statuts du mouvement, le 24 mai, il s’écoule plus de deux mois. Ce délai est encore rallongé en raison des irrégularités juridiques dont sont entachés les statuts initiaux. Des incertitudes pèsent également sur l’appellation du mouvement. Au congrès de Bordeaux, le projet de Calvayrac était celui d’une Confédération générale paysanne, appellation reprise par le titre de l’article qui évoque les premiers pas du mouvement. Cependant, le texte débute en annonçant le congrès constitutif de « la Confédération Nationale Paysanne57 » ! Ces tâtonnements ne sont pas seulement anecdotiques et révèlent au contraire les enjeux du positionnement stratégique de la nouvelle organisation. L’appellation initiale rappelle l’attirance pour le modèle de la CGT, auquel les responsables, notamment Calvayrac, se réfèrent fréquemment. Le choix final s’explique peut-être par le risque de confusion existant avec la CGPT communiste.

  • 58 La Défense paysanne, « Le congrès constitutif de la Confédération Générale Paysanne », mars 1933.
  • 59 Dorgères lance respectivement Le Cri du paysan et Le Cri du sol, mettant en avant la révolte paysan (...)
  • 60 Pour un exemple similaire, Darroux (S), Le SNI à la conquête des campagnes : Un exemple « La Terre (...)

46Le titre de l’organe confédéral est un autre exemple de l’improvisation qui entoure le lancement de la CNP. Durant la première année, le titre du bi-mensuel est La Défense paysanne, emblématique du climat agraire des années trente. Pourtant le compte rendu du premier congrès fait état de décisions différentes : « Le congrès retient, pour le titre de l’organe confédéral, le titre de « L’Action Paysanne », à condition que cette appellation ne soit pas déjà prise ou, à défaut, “La Charrue”.58 » Or, ni l’une ni l’autre ne sont conservées et en 1934, le journal prend le titre définitif de La Volonté paysanne. Le terme fort prisé de « défense paysanne » mêle tout à la fois des objectifs corporatifs et une certaine nostalgie pour une civilisation paysanne menacée59. En envisageant « L’Action » et en choisissant « La Volonté » – outre le problème des titres préexistants – les responsables valorisent l’aspect constructif du mouvement60. En revanche, le choix du qualificatif « paysan » marque également la référence à une certaine conception du monde, où la terre est porteuse de valeurs essentielles.

 

  • 61 A.D. Haute-Vienne, 7 M 27, Statuts de la Fédération paysanne de la Haute-Vienne.
  • 62 La Défense paysanne, mars 1933, « Que sommes nous ? Que Voulons nous ? », Calvayrac, Manadé, Blanch (...)
  • 63 La Défense paysanne, mars 1933, « Le Congrès constitutif de la Confédération Générale Paysanne ».

47En dépit de ces hésitations, la CNP revendique dès l’origine une identité professionnelle mais aussi terrienne. La première tâche de l’organisation est la prise en charge des missions proprement professionnelles assurées par les syndicats, ainsi que le stipulent les statuts de la Fédération paysanne de la Haute-Vienne, dont le but est « de faciliter aux groupements adhérents par leur union, les achats de tous les produits nécessaires à leur association et les ventes des produits du sol récoltés par leurs sociétaires.61 » Il convient de ne pas négliger cette dimension pratique et commerciale qui a joué un rôle essentiel dans le succès des organisations syndicales « traditionnelles ». La deuxième caractéristique est de restreindre son recrutement aux seuls « véritables » travailleurs de la terre, en excluant de manière précise ceux qui ne travaillent pas directement à l’exploitation. La déclaration liminaire des fondateurs est sans équivoque : « La Confédération Nationale Paysanne groupe les fermiers, les métayers, la petite et moyenne propriété, autrement dit, en un sens beaucoup plus large, tous les véritables travailleurs de la terre dont les intérêts s’opposent aux représentants de la “féodalité terrienne”.62 » Cette question décisive a d’ailleurs provoqué une altercation lors de la réunion du congrès fondateur : « Duboys croit que la distinction faite entre la petite ou la moyenne propriété ne correspond à rien dans la pratique. Ce n’est pas l’étendue d’une propriété qui donne la qualité de travailleurs de la terre. » Les organisateurs considèrent au contraire cette distinction comme décisive et s’interrogent en revanche sur les motivations de l’intervenant : « Marcailloux demande à M. Pol Duboys s’il vient à ce Congrès, parler au nom du Parti agraire, dont il est le représentant en Haute-Vienne.63 » Le monde rural est une entité cohérente, où artisans, producteurs et productrices, fermiers, métayers et ouvriers sont solidaires. Néanmoins, la cible essentielle demeure les petits exploitants et les fermiers, principales victimes de la crise.

  • 64 A.D. Haute-Vienne, 7 M 27, Statuts de la Fédération paysanne de la Haute-Vienne.

48Le troisième point est celui de la défense paysanne, expression aux multiples facettes. La première est purement professionnelle avec l’intervention « auprès des Pouvoirs Publics et des corps élus pour la défense des justes revendications du Monde Paysan, notamment en ce qui concerne le respect et l’application des quelques lois votées en faveur de l’agriculture, la répartition des subventions alloués par les pouvoirs publics à l’agriculture, etc, etc.64 » Mais la notion de défense paysanne possède également une acception morale et agrarienne : au-delà des intérêts immédiats des paysans, c’est l’équilibre même de la civilisation qui est menacée. Même si elle est affirmée de manière moins ostentatoire que par les partis agrariens, cette dimension est loin d’être rejetée par la CNP, qui entend réhabiliter la noblesse du travail et de la civilisation paysanne. Les propos du secrétaire général Calvayrac, lors du congrès de Guéret en décembre 1933 sort sans équivoque : « Nous vivons une période excessivement trouble. Tout le monde ignore ce qu’il faut faire comme ce qu’il faut éviter. La paysannerie française, parce qu’elle était le seul élément de la nation étant demeuré sain, ayant conservé toute sa simplicité, devait s’unir, se grouper, afin de faire entendre sa voix. » Pour le secrétaire général, il existe donc une paysannerie dont les qualités spécifiques méritent d’être préservées. Quelles que soient les visées stratégiques et politiques qui ont présidé à la fondation de la CNP, cette mystique paysanne est l’une des composantes de l’organisation qui facilite le ralliement d’homme comme Henri Pitaud, soucieux de défendre une « civilisation paysanne » menacée.

 

  • 65 Ibid.

49La CNP, cependant, sur quelques thèmes, prend le contre-pied des autres mouvements agrariens. Elle promeut ainsi la réconciliation du paysan et de l’ouvrier, du paysan et du fonctionnaire, afin de réduire le fossé entre les villes et les campagnes. Les textes fondateurs insistent sur la nécessité « de nouer des relations étroites entre les travailleurs des villes et les travailleurs des champs, ce qui permettra aux uns et aux autres de mieux se connaître, de mieux s’apprécier et de faire cesser cet espèce d’antagonisme que l’on a créé et que l’on entretient entre eux, et de préparer ainsi le terrain favorable à une meilleure organisation de la société pour que les intérêts de tous les travailleurs ne soient plus sacrifiés à une poignée de capitalistes et de spéculateurs.65 »

  • 66 La Défense paysanne, 15 avril 1933, « Région garonnaise - Voyons clair », E. Calvayrac.

50Cette affirmation n’est pas sans poser quelques difficultés car l’hostilité entre paysans et ouvriers est ravivée par la crise, y compris parmi les lecteurs de La Défense paysanne. En témoigne l’échange entre Calvayrac et un correspondant de la région garonnaise qui dénonce les privilèges des fonctionnaires, instituteurs et postiers, et préconise de prendre les fusils. Une telle attitude de ressentiment n’entre manifestement pas dans les conceptions de Calvayrac, qui rappelle la position originale de l’organisation : « Avant de faire quoi que ce soit, faites votre mea culpa, reconnaissez que si vous êtes misérables, c’est de votre faute, car jusqu'à ce jour, vous n’avez jamais fait le moindre effort pour vous libérer. C’est bien joli de s’en prendre aux fonctionnaires, il vaudrait bien mieux les imiter, c’est-à-dire se grouper, s’organiser, être tous solidaires les uns des autres.66 » Le refus de la révolte intempestive, au bénéfice d’une pression efficace sur les pouvoirs publics, la solidarité avec le monde du travail, le tout servi sur le ton de la contrition, structurent le discours de Calvayrac. Cette collaboration avec les forces syndicales, matérialisée par la présence de délégués d’organisations ouvrières lors des congrès du mouvement, n’obéit pas qu’aux seules considérations idéologiques. La CNP n’est pas très riche et ses premières actions de propagande s’appuient sur les organisations syndicales amies, comme celles des instituteurs.

 

51Le mouvement mis en place à partir de 1933 est relativement sommaire, couvrant à l’origine trois départements : la Haute-Garonne, la Haute-Vienne et la Creuse. Il s’agit pour le premier d’une organisation syndicale, le Syndicat pour la défense de la petite et moyenne propriété, et de coopératives pour les deux autres. Leurs dirigeants, E. Calvayrac, S. Blanchet et H. Marcailloux, se retrouvent à la tête du « Comité d’organisation » puis du conseil d’administration, respectivement secrétaire général, secrétaire adjoint et secrétaire administratif. Ces mêmes hommes dirigent le journal de la Confédération : Calvayrac est rédacteur en chef, Blanchet secrétaire de rédaction et Marcailloux, administrateur. Ce journal, annoncé comme un bi-mensuel, n’atteindra jamais cet objectif.

52La Volonté paysanne est le trait d’union indispensable du mouvement et supplée les rares réunions du conseil d’administration. Le journal, qui compte quatre pages, reprend le modèle des journaux fédéraux : les deux premières pages sont consacrées à des articles « généraux », la troisième et une partie de la quatrième aux informations départementales, le reste étant occupé par la publicité. Cette publication essentielle pour saisir la vie du mouvement est malheureusement incomplète, pour l’unique collection que nous avons pu localiser et consulter, celle de la Bibliothèque nationale de France. Il manque les années 1934, 1935 et 1936, lacune considérable qui interdit une étude systématique du mouvement et de son implantation.

  • 67 Le Populaire, 2 décembre 1933, « En Bretagne comme ailleurs », Tanguy-Prigent.
  • 68 Le Thoer (Y.), Tanguy-Prigent (1929-1944) - Un socialiste paysan, université de Bretagne Occidental (...)

53La CNP se développe avec lenteur : lors du second congrès, à Guéret, le 17 décembre 1933, auquel assistent 80 congressistes, Marcailloux, le secrétaire de l’organisation, revendique 7 000 membres. Cette estimation large est rendue possible par la structure même du mouvement ; l’adhésion d’un groupement permet de revendiquer la totalité des adhérents. Pour une coopérative par exemple, rien n’indique que les utilisateurs adhèrent directement. En définitive, seules les cotisations importent, mais les données sont rares, si ce n’est le chiffre du budget, 20 000 francs, bien peu élevé. Le développement s’opère par croissance interne et externe. La première avec la création de structures ad hoc, autour desquelles s’organisent le recrutement et la propagande. Ainsi, en Bretagne, à Morlaix où dès le 23 juillet 1933 se constitue la Fédération paysanne du Finistère67. Il faut cependant attendre le mois de décembre 1933 pour que Le Breton socialiste évoque l’événement. Quant au premier congrès, il ne fut effectivement réuni que le 22 juillet 1934, le nombre d’adhérents se limitant à quelques centaines. Cette annonce prématurée aurait surtout permis à Tanguy-Prigent de participer au congrès de Guéret, quelques mois plus tard68.

  • 69 La Défense paysanne, 25 juin 1933, « Du Nord au Sud, de l’Ouest à l’Est, le réveil paysan se manife (...)

54La seconde repose sur le rapprochement avec des organisations préexistantes. Dès le mois de juin, Sylvain Blanchet se fait l’écho des progrès du groupement animé par Henri Pitaud, autour de son journal, L’Émancipation paysanne, parlant d’« une action similaire à la nôtre qui est menée par des paysans, animés d’un même idéal.69 » Pitaud incarne une nouvelle génération paysanne en quête d’autonomie politique. Il a raconté lui-même son parcours dans un ouvrage publié en 1936, La Terre aux paysans. Pour s’en tenir à l’action syndicale, auquel il participe en Vendée, il invoque successivement le nom de l’abbé Mancel et de ses syndicats de cultivateurs-cultivants, puis de l’Entente paysanne d’Edmond Jacquet. Dans les deux cas, estime-t-il, les forces conservatrices ont repris l’avantage, refusant de laisser se produire l’émancipation politique et sociale des véritables travailleurs de la terre. Durant les années trente, le relais est donc assuré par la CNP de Calvayrac, point de convergence possible pour les paysans républicains qui veulent secouer le joug des associations agricoles traditionnelles.

  • 70 A D. Haute-Garonne. 1308/6, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 6 novembre 1934.

55Le congrès de Toulouse, les 4 et 5 novembre 1934, est l’occasion pour Calvayrac de se féliciter des progrès de la Confédération qui s’étend désormais sur vingt-cinq départements. Le nouveau bureau tient compte de cet élargissement géographique : Marcailloux (Haute-Vienne), Lefort (Haute-Vienne), Blanchet (Creuse), Petit (Creuse), Calvayrac (Haute-Garonne), Journet (Allier), Bocquen (Côtes-du-Nord), Tanguy-Prigent (Finistère), Desmeroux (Lot-et-Garonne), Garroussia (Gers), Bouot (Charente-Inférieure), Lourde (Ariège) Léonard (Dordogne)70. La géographie du syndicalisme paysan de la CNP révèle des zones traditionnelles d’implantation : l’ouest et le sud du Massif Central, avec des progrès sensibles dans le Sud-Ouest et l’ouest armoricain. Au lendemain du congrès, clôturé – comme il se doit – par un banquet, les participants sont conviés à visiter les silos et la minoterie de la coopérative de Muret. L’année 1935 est en revanche plus difficile, après l’échec en février d’un manifeste en faveur d’une large unité paysanne. Le congrès de Moulins, en décembre, mentionne la présence de la CNP dans une trentaine de départements : Aisne, Ariège, Charente, Charente-Inférieure, Corrèze, Côte-d’Or, Dordogne, Ille-et-Vilaine, Indre-et-Loire, Isère, Jura, Lot-et-Garonne, Haute-Loire, Nord, Hautes-Pyrénées, Deux-Sèvres, Tarn, Tarn-et-Garonne, Vendée, Vienne et Vosges. Enfin, des groupements sont en formation dans l’Aveyron, le Cher, la Gironde, les Landes, la Savoie et l’Yonne. Ces renseignements sont à prendre avec prudence ; pour les Hautes-Pyrénées, un article de La Volonté paysanne du 15 juin 1938 évoque la première fondation d’un syndicat affilié à la CNP, un an plus tôt, grâce à la venue de Calvayrac, en tournée dans le Gers voisin... Bien souvent, la présence départementale se limite à un seul syndicat, communal ou cantonal.

56La structure de l’organisation demeure donc précaire et seul le journal assure la cohésion d’un mouvement dont le développement se révèle assez lent. À la fin de 1935, la géographie de la CNP rejoint celle de l’implantation du socialisme rural et impose l’étude des liens entre les deux organisations.

La CNP et le leitmotiv de l’indépendance politique

  • 71 Le Populaire, 11 février 1933, « Une nouvelle organisation va naître - La Confédération Nationale P (...)
  • 72 A.N., F 7 13628, C.12 - Agricole 1933, note du 11 février 1933.

57Il n’est pas question ici de s’interroger sur l’existence de liens entre la SFIO et la CNP. La « préhistoire » du mouvement a montré que les premières initiatives de Calvayrac s’inscrivaient sans ambiguité dans le prolongement de l’action de la SFIO, dont lui-même est un militant de toujours. L’appel publié par Le Populaire en février 1933 à la veille de la fondation du mouvement est précédé d’un « chapeau » qui évoque « nos camarades », de « vieux militants du Parti qui ont fait leurs preuves71 ». Les autorités administratives et policières surenchérissent, tant en province qu’à Paris, où une note de la Sûreté générale précise que : « Les militants socialistes qui en ont pris l’initiative envisagent la création d’une Confédération Nationale Paysanne qui aura mission de parler “au nom des véritables travailleurs de la terre”.72 ».

  • 73 Le Populaire, 27 juin 1933, « La seule défense agricole : l’organisation », Georges Monnet.
  • 74 Le Populaire, 27 juillet 1935, Georges Monnet.
  • 75 Le Populaire, 31 août 1935, « Unissons les bonnes volontés », billet de Georges Monnet.
  • 76 Le Populaire, 29 septembre 1935, « Au Congrès de Limoges ».
  • 77 A.D. Vaucluse, 1 M 740, dossier Agriculture (1934-1940).

58Au sein du parti, l’appui donné à la nouvelle organisation est immédiat et G. Monnet a d’ailleurs largement modifié le projet d’office élaboré par Compère-Morel dans le sens réclamé par la CNP73. En 1935, lorsque le parti décide de tenir un congrès extraordinaire consacré aux questions agricoles, il compte sur l’appui de la CNP. En juillet, Monnet intitule l’un de ses billets « Pour le congrès de Limoges – Travaillons en liaison avec la CNP et les associations agricoles74 ». Quelques semaines plus tard, il réclame l’organisation de tournées de propagande commune75. L’échantillon des délégués des fédérations pour ce congrès confirme l’étroitesse des liens. Présent, Calvayrac est qualifié par Le Populaire de « secrétaire de la Confédération Nationale Paysanne » et n’apparaît donc pas comme « socialiste ». Ce n’est pas le cas de l’orateur suivant, Blanchet, tout à la fois : « délégué de la Creuse, et aussi secrétaire adjoint de la Confédération Générale [sic] Paysanne. » La fédération du Finistère a mandaté Tanguy-Prigent, autre personnalité en vue de la CNP. Le congrès offre l’occasion d’entendre des militants « au robuste bon sens76 » tel Bedat, qui a participé aux premiers pas de la CNP en Lot-et-Garonne. Autre intervenant, Chiron, de la fédération du Vaucluse, expose les revendications spécifiques des producteurs maraîchers, dont les produits souffrent de la hausse des tarifs douaniers et plus directement encore des prix exorbitants exigés par les compagnies de chemin de fer. Moins de deux ans plus tard, au début de l’année 1937, il est maire de Pernes et membre du bureau provisoire de la Fédération paysanne du Vaucluse77. La nomination de la commission des résolutions isole d’autres militants appartenant à la CNP : Bocquen (Côtes-du-Nord), Pierre Journet, secrétaire de la Fédération paysanne de l’Ailier et qui représentait son département lors du congrès fondateur de Limoges en février 1933, ou Esparbès, cultivateur et futur député de Villefranche.

 

  • 78 Le Combat, 25 février 1935, « Le congrès de la Fédération socialiste de l’Yonne ».

59La petite fédération de l’Yonne dominée par la personnalité de Maxence Roldes illustre sur le terrain la complémentarité des deux organisations. La CNP apparaît pour la première fois au début de l’année 1934, dans le compte rendu du conseil fédéral qui souhaite renforcer la propagande en direction des campagnes : « Sur proposition de Maxence Roldes, la Fédération décide de se mettre en rapport avec la Confédération Nationale Paysanne pour intensifier la propagande dans les milieux ruraux. (Militants et sympathisants désireux de s’associer à cet effort sont priés de donner d’urgence leur adresse à M. Roldes, Chambre des députés).78 » Le développement de la CNP est ici dépendant des responsables locaux du parti, faute de relais paysans « naturels ».

  • 79 Le Combat, 10 juin 1935, « La Fédération socialiste de l’Yonne a tenu ses assises à Migennes ».

60Cette première tentative d’implantation paysanne quelque peu artificielle fait d’ailleurs long feu et exige une nouvelle initiative : « La parole est donnée à notre ami Baineau, maire de Poilly-sur-Tholon qui le matin avec Roldes assistait à une assemblée préparatoire à la constitution d’une Fédération de l’Yonne de la Confédération Nationale des Paysans [sic] (CNP). Baineau situe la nouvelle fédération par rapport aux groupements paysans déjà existants. [...] La CNP ne s’oppose pas à la CGPT ; celle-ci ne peut réunir la masse des agriculteurs cultivant parce qu’apparentée au PC elle rencontre trop de défiance.79 » C’est pourtant seulement à la fin de l’année 1936 que l’Union départementale est effectivement créée. Adrien Demouchy maire SFIO de Lignorelles (209 habitants), signe dans chaque numéro du Combat, les « Propos d’un paysan socialiste ». Il est assisté par Gérard Vée, jeune militant qui s’occupera des Foyers paysans, organisme dépendant de la CNP.

61Ajoutons qu’en raison de ses faibles ressources financières, le fonctionnement du mouvement dépend étroitement du soutien des municipalités socialistes, en particulier pour l’organisation des congrès. Toutefois, ni cette dépendance, ni l’appartenance incontestable de ses dirigeants et d’un grand nombre de militants au socialisme ne font renoncer la CNP à ses protestations d’indépendance. Celle-ci est une composante essentielle de son identité et une condition importante de son succès.

 

62La prégnance du thème de l’indépendance s’explique en premier lieu par la nature du mouvement et sa vocation professionnelle. L’essence même du syndicalisme est de situer l’action revendicative sur un autre terrain que celui de la politique ; les statuts de toutes les organisations syndicales, de droite et de gauche, comportent d’ailleurs une clause écartant toute discussion à caractère politique et la CNP n’y échappe pas.

63Si nombre d’adhérents sont socialistes, il n’y a pas pour autant de sectarisme politique ; surtout, les responsables SFIO ne siègent pas parmi les instances dirigeantes, conséquence du discours sur « l’indépendance absolue ». Même si les liens organiques sont forts avec le parti, s’en proclamer la branche agricole et syndicale reviendrait à briser toute dynamique de regroupement en s’exposant aux critiques habituelles que subit le socialisme à la campagne : ennemi de la propriété et plus encore parti des ouvriers et des fonctionnaires. Si la CNP ne repousse pas totalement la politique, en demeurant ferme sur la défense de la démocratie et de la République, elle souhaite opérer autour d’elle un vaste rassemblement, qui, au village plus qu’ailleurs, ne doit pas revendiquer ouvertement une appartenance partisane qui heurterait de front les engagements politiques locaux.

  • 80 Le Midi socialiste, 12 février 1936, « Nouveau succès socialiste ».
  • 81 Le Midi socialiste, 17 février 1936.

64Cette stratégie initiale explique l’acharnement de la CNP et de son leader Calvayrac à afficher ses distances avec les socialistes, une vigilance qui s’exerce même à l’encontre de ses amis. En 1936, Le Midi socialiste se félicite de la victoire de la liste de la CNP aux élections à la Chambre d’agriculture de Haute-Garonne : « Çà et là, nos militants l’ont compris et ont engagé la lutte... et ils ont obtenu un succès formidable. C’est le cas en particulier en Haute-Garonne pour l’arrondissement de Muret, le seul département où le Parti présentât une liste socialiste soutenue par le seul “Midi Socialiste”.80 » Cette interprétation partisane n’est nullement du goût de Calvayrac qui obtient aussitôt un droit de réponse, où il réaffirme sa position : « Fédération et Confédération sont des organismes complètement indépendants de tous les partis politiques. Le Parti socialiste n’est pas intervenu dans ces élections, pour la raison bien simple qu’il n’avait pas à intervenir. » La rédaction ajoute en guise de commentaire : « Calvayrac a raison... en principe. Mais le « Midi Socialiste » n’a pas outrepassé ses droits en se réjouissant de la victoire d’une liste dont les membres sont connus de tout le monde comme des militants socialistes.81 » Ce petit incident est représentatif de la volonté de Calvayrac de maintenir le dogme de l’indépendance. À l’échelle locale et plus encore à Muret, fief de Vincent Auriol, et terre natale de la CNP, la complémentarité des hommes et des structures n’est pourtant un secret pour personne.

65L’attitude de Calvayrac n’est pas seulement un calcul politique. Il prend facilement ses distances vis-à-vis d’une organisation qui n’a pas soutenu avec une grande vigueur ses premières initiatives. Lui-même n’est pas parvenu à se lancer dans une carrière politique et sa sincérité n’est pas nécessairement feinte lorsqu’il refuse de faire de son mouvement un simple instrument pour l’extension du socialisme dans les milieux agricoles. Les tensions entre le Parti socialiste et la CNP à la fin des années trente le confirmeront, après l’embellie du Front populaire.

 

  • 82 La Défense paysanne, 1er novembre 1933, « Une réponse à “La Voix paysanne”, E. Calvayrac.

66Le dogme de l’indépendance a aussi une utilité plus concrète, celle d’afficher sa différence avec la CGPT communiste, avec laquelle la CNP entre en concurrence directe. Dès l’origine, les communistes réagissent avec vigueur aux premières manifestations de la nouvelle structure. Commentant un meeting organisé à Châteauroux à l’automne 1933, François Mioch dénonce une opération purement politique : « Mais le véritable but du meeting n’était pas tant la question du blé et des revendications paysannes. Il s’agissait surtout de préparer l’adhésion de la Fédération de l’Indre à la Confédération Nationale Paysanne, organisation influencée par les socialistes et qui a été créée par eux pour combattre l’influence de la CGPT.82 » Cette polémique est encore marquée par la tactique « classe contre classe » et les communistes réclament rapidement le rapprochement des deux organisations.

  • 83 Le Populaire, 2 novembre 1935, « La position de la CNP ».
  • 84 Le Populaire, 30 novembre 1935, « Le point de vue de la CGPT ».

67Mais leurs demandes réitérées se heurtent au refus catégorique de la CNP, comme en témoigne une lettre ouverte publiée par Le Populaire en 1935 à l’intention d’un mouvement « dont les attaches avec le Parti communiste ne sauraient être sérieusement contestées ». De surcroît, les responsables de la CNP réagissent avec vigueur face aux tentatives de rapprochement des communistes avec le Front paysan, preuve d’un opportunisme sans vergogne : « Et la CGPT et le Parti communiste sont prêts à marcher avec le suprême espoir du fascisme dans nos campagnes, avec les bandes à Dorgères. Non ! nous ne marcherons pas ; nous n’ajouterons qu’un seul mot : ce n’est pas honnête.83 » Répondant quelques semaines plus tard, Renaud Jean précise qu’il ne tient pas à polémiquer « sur l’indépendance ou la dépendance des organisations », préférant se concentrer sur une question essentielle, celle de l’unité paysanne et de sa nécessité pour s’opposer efficacement au fascisme. Or il convient de ne pas s’abuser sur les forces, mêmes réunies, des deux organisations : « En face de trois ou quatre millions de paysans (pour ne parler que des non salariés), elles ne compteraient que quelques dizaines de mille [sic] d’adhérents. Si l’on veut battre le fascisme, il faut créer dans le minimum de temps une organisation ou un organisme, ou tout au moins un mouvement, cinquante, cent fois plus large et plus puissant.84 » Un tel regroupement exige de dépasser le seul cercle des militants paysans « de gauche » en pratiquant, avant l’heure, la politique de la « main tendue »...

  • 85 Guegan (F.), Le Parti communiste français, la SFIO et le mouvement paysan et ouvrier de 1930 à 1939 (...)

68L’affrontement au sommet dissimule inévitablement une réalité beaucoup plus complexe sur le terrain. Les rapports de force effectifs, les liens entre les hommes dictent des conduites différentes. Dans les Côtes-du-Nord, la stratégie d’action paysanne lancée dès 1932 s’est développée autour d’une unité presque naturelle au sein de la CGPT. Le Maux, conseiller d’arrondissement SFIO élu en 1931, lui-même fermier, anime des réunions à travers la région, aux côtés du communisme Desnots. Lorsque ces groupes constitués dans l’action contre les saisies se transforment, en mai 1933, en « Syndicat de défense des petits fermiers de l’arrondissement de Lannion », Le Maux en assure la direction, assisté d’un trésorier adjoint Marzin, communiste. Dès lors, la CNP créée plus tardivement, n’avait que peu de chance de se développer, pour ne pas affaiblir l’efficacité du mouvement paysan85. De fait, les effectifs de la CNP dans les Côtes-du-Nord ne dépassent pas 150 adhérents en 1936, alors que Le Maux est élu député la même année.

  • 86 Le Breton socialiste, 18 janvier 1936, « Chronique paysanne - La question de l’Unité ».
  • 87 Gratton (P.), Les paysans français contre l’agrarisme, op. cit., pp. 199-208.

69Précisons enfin que les volontés unitaires n’existent pas seulement du côté communiste, selon la bonne tradition consistant à « plumer la volaille ». Figure du socialisme paysan, Tanguy-Prigent partage certaines des conclusions de Renaud Jean : « En Bretagne, nous faisons des réunions communes avec la CGPT. Les représentants des deux organisations tiennent exactement le même langage à leurs camarades paysans. Comment voulez-vous qu’à la fin de ces réunions nous demandions aux paysans d’adhérer à une organisation plutôt qu’une autre. Ce ne serait pas sérieux. D’autre part, beaucoup de paysans affiliés à l’Office Central [Landerneau] et de paysans inorganisés approuvent nos revendications. Ils viendraient avec nous si nous leur donnions vraiment l’impression définitive que nous voulons sincèrement grouper tous les paysans travailleurs dans un vaste et unique mouvement de défense professionnelle et d’action en faveur de nos justes revendications. Malheureusement, nous avons trop l’air de faire du « patriotisme d’organisation ». Le spectacle de nos divisions rend beaucoup de paysans méfiants. [...] Il faut donc que CNP et CGPT se fondent au plus tôt en une confédération paysanne unique.86 » Malgré les pressions de certains militants et les tentatives ultérieures du Parti communiste87, le rapprochement entre les deux organisations se heurtera à la question des liens politiques des deux formations.

Les différentes formes de mobilisation de la CNP

70Quelles solutions préconise une organisation fondée au moment même où la colère paysanne éclate à travers le pays ? Dès l’origine elle est tiraillée entre la volonté d’utiliser l’exaspération paysanne et la tentation d’agir comme un groupe de pression efficace auprès des partis politiques. En cela, elle épouse largement les ambivalences socialistes, entre solutions parlementaires et recours à l’action directe.

  • 88 Le Populaire, 12 février 1933, « Une nouvelle organisation va naître – La Confédération Nationale P (...)
  • 89 La Défense paysanne, 15 mai 1933, « Qui n’est pas avec nous est contre nous E. Calvayrac.

71Dans l’effervescence des premiers rassemblements paysans de 1933, le « manifeste » de la CNP met l’accent sur un activisme indispensable face à la trahison des organisations existantes, promptes à se rallier aux agitateurs fascistes, et pour secouer l’inertie gouvernementale : « Le moins qu’on puisse dire, c’est que tous les ministères ont reculé devant la spéculation. Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’action parlementaire, quelle que soit la bonne volonté de certaines individualités, s’est montrée incapable d’apporter un soulagement à notre misère. Assez de prières, groupons-nous et exigeons, légalement et illégalement s’il le faut, notre droit à la vie.88 » Pourtant, la première année d’existence du mouvement est dominée par l’action parlementaire, avec un contexte politique qui semble favorable et même si la création du mouvement n’a guère suscité d’enthousiasme : « Il ne faudrait pas tout de même que les hommes politiques se désintéressent de notre mouvement. Le silence des uns et des autres est déjà inquiétant. [...] Notre Confédération Nationale Paysanne, au-dessus de tous les partis, se dresse contre l’action énigmatique du Parti agraire. Qu’attendent tous les politiciens démocrates pour nous aider ?89 » Cet aveu d’impuissance et d’isolement tant vis-à-vis des organisations paysannes que des partis politiques se traduit par une nouvelle offensive en direction du Parlement. Dans le même numéro, un projet législatif d’office du blé est présenté et envoyé à tous les groupes parlementaires, afin qu’ils s’en inspirent lors des discussions sur l’organisation du marché du blé.

  • 90 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 22 juin 1933, p. 3010.
  • 91 La Défense paysanne, 31 juillet 1933, « Nous exigeons la justice », E. Calvayrac.
  • 92 La Défense paysanne, 5 septembre 1933, « Choses et autres », E. Calvayrac.

72La Défense paysanne rapporte le mois suivant les réactions des groupes parlementaires sollicités, pour constater, une fois encore, un enthousiasme notoirement limité : seul le groupe communiste a apporté son soutien au projet, en dépit de quelques réserves. Le départ de Compère-Morel paraît avoir facilité les ajustements au sein de la SFIO, puisqu’au cours des débats du mois de juin, le groupe parlementaire propose un projet d’office qui s’inspire directement de celui de la CNP90. Son secrétaire général se réjouit de cette première « victoire » et du soutien désormais acquis du groupe socialiste : « Nous avons obtenu l’entrée dans le monde parlementaire.91 » En fait, ces satisfactions d’amour propre se révèlent rapidement vaines : la loi sur le prix minimum ne recevra qu’un semblant d’application. Dès le mois de septembre, Calvayrac s’indigne de l’attitude du ministre de l’Agriculture qui, en visite à Toulouse, a reconnu que la loi était massivement tournée : « C’est beau le régime parlementaire : un ministre chargé d’appliquer la loi et qui nous conseille de la saboter ! [...] En attendant, nous serons peut-être appelés à prendre des décisions très graves.92 » Ainsi, après quelques mois d’existence et malgré ses « entrées au Parlement », Calvayrac constate l’inefficacité de la pression sur les députés et envisage une radicalisation de l’action.

  • 93 La Défense paysanne, 1er octobre 1933, « Où en sommes-nous ? «, E. Calvayrac.
  • 94 La Défense paysanne, 1er octobre 1933, « Coups d’Aiguillon ».
  • 95 Le Populaire, 2 juin 1934. « Le Confédération Nationale Paysanne en face de la crise ».

73Le paiement des créances en blé, au prix officiel, est la première de ces « décisions graves » envisagées : « À dater de ce jour, ne payons plus rien : aux fournisseurs et au percepteur, et à celui-là surtout il faut répondre : « De l’argent il n’y en a plus, je suis prêt à vous payer en blé aux taux légal de 115 fr le quintal métrique majoré des primes mensuelles. » Le remède peut être efficace.93 » Un article non signé s’en prend parallèlement à ceux qui accusent la loi du 10 juillet de tous les maux : « Marxisme, hitlérisme, bolchevisme, fascisme ! Et quoi encore ? Alors qu’il s’agit simplement d’éviter la ruine complète du paysan français. Ni chemises brunes, ni chemises noires. Mais cent mille blouses bleues marchant sur Paris, amèneraient peut-être le Bulletin des Halles à tenir un langage différent.94 » Même si ces « blouses bleues » n’auront pas la postérité des Chemises vertes, Calvayrac est donc rapidement conduit à durcir son discours qui reste toutefois moins agressif que celui de ses rivaux agrariens. Les sources lacunaires pour les années 1934-1936 empêchent d’étudier en détail la réaction de la CNP face à la mobilisation agrarienne. Seules quelques voies détournées permettent d’y accéder, tel ce compte rendu d’un conseil d’administration, à Guéret le 27 mai 1934 : « Si le gouvernement et le Parlement restent sourds à notre appel, c’est la ruine consacrée mais aussi la révolte du monde paysan. La CNP sera à la tête de ce mouvement de révolte.95 »

74L’évocation d’un possible recours à l’action directe ne doit pas faire illusion. La CNP, tout comme la SFIO, n’est guère attirée par la violence et la rupture de l’ordre social. Lorsqu’une action est envisagée, c’est le paiement des impôts en blé et non le refus pur et simple du paiement par le renvoi des feuilles d’impôts, méthode utilisée par le Front paysan. C’est pour une part un choix idéologique : le refus de suivre sur leur terrain les « agitateurs » du monde paysan. Plus prosaïquement, c’est aussi un aveu de la faiblesse d’une organisation qui n’a sans doute pas les moyens de mobiliser les paysans.

 

75Les réticences face à la violence et l’action directe ne laissent en définitive qu’une marge de manœuvre limitée à la CNP qui se développe par des formes assez classiques : le meeting paysan et la propagande pour renforcer l’organisation.

  • 96 A.D. Haute-Vienne, 10 M 192 - CNP, rapport du commissaire spécial de Limoges au préfet, 28 décembre (...)
  • 97 Le Populaire, 30 décembre 1934, « Belle manifestation à Limoges de la Confédération Générale Paysan (...)

76La participation à des meetings « unanimistes » présente le risque de diluer l’identité des différents groupes. La CNP en fait l’expérience et c’est avec confusion que la presse militante rend compte d’une manifestation organisée à Limoges à la fin du mois de décembre 1934. Le Populaire, sous le titre « Belle manifestation de la Confédération Générale Paysanne à Limoges », relate donc ce meeting organisé par la « CGP », à l’occasion de la Foire des Innocents. Outre le discours de Daudin de la CGT, l’article évoque l’intervention de Vazeilles de la CGP, de Marcailloux et de Blanchet. Or Vazeilles est communiste, membre de la CGPT, militant de la Corrèze voisine. Le préfet met d’ailleurs l’accent sur l’aspect véritablement novateur de cette réunion, c’est-à-dire le rapprochement avec les communistes, ces derniers souhaitant fédérer autour d’eux un vaste rassemblement des forces paysannes96. Il est difficile de savoir si l’utilisation de l’étiquette CGP résulte d’une confusion ou de la volonté de taire la présence des communistes. Le quotidien régional socialiste Le Populaire du Centre fait de même, reproduisant longuement l’intervention de Vazeilles sans préciser toutefois son appartenance politique. L’article parisien s’achève sur l’écho d’une bagarre : « Marcailloux, qui préside, lève la séance pendant que du dehors des bruits de bagarre parvenaient jusqu’à la tribune : des francistes venus distribuer des tracts se faisaient allonger les oreilles par quelques rudes gars des champs... La leçon servira !97 » Paradoxalement cet « exploit » ne parvient pas jusqu’au rapport du commissaire spécial et tout laisse penser que l’évocation de la « saine » violence paysanne vaut surtout comme une figure de style couronnant le récit d’une réunion réussie.

  • 98 Le Populaire du Centre, 1er janvier 1935, « Sur la réunion paysanne du 28 décembre », H. Marcaillou (...)

77À cette occasion, Marcailloux s’efforce de justifier la différence entre les réunions de la CNP et celles du Parti agraire : « Il faut rappeler qu’il reste encore très difficile (malgré la crise qui les frappe si durement et la misère qui les menace) de pouvoir réunir les paysans. [...] Nous avons bien vu de grandes réunions agricoles se tenir à Limoges, en octobre et décembre 1932, mais il s’agissait là de manifestations organisées par la bourgeoisie et les officiels et par le Parti agraire. Ces gens-là possèdent de grands moyens. Ils ont notamment de l’argent et la pression qu’ils peuvent exercer sur les métayers et leurs serviteurs pour les amener à une réunion pour faire nombre. Ce ne sont plus là des réunions composées d’auditeurs libres et conscients. Ce sont des mascarades organisées avec des figurants. [...] Ce fut donc un gros succès de réunion de réunir 500 paysans presque tous des communes éloignées. Car il faut bien le signaler, les cultivateurs des environs des Limoges (les laitiers), ne sont pas avec nous, dans la grosse majorité. Trop de ces gens-là se croient trop riches et surtout trop intelligents pour se frotter aux ouvriers et aux paysans. Ce sont eux, d’ailleurs, qui constituent en grande partie les quelques troupes du Parti agraire.98 » Derrière les affrontements et les appartenances partisanes se dissimulent aussi des tensions géographiques, sociales et professionnelles.

  • 99 Le Populaire, 30 janvier 1935, « La Confédération paysanne intensifie son recrutement dans le Puy-d (...)

78La CNP se préoccupe aussi de son propre développement. Dans le Puy-de-Dôme, des réunions conjointes sont annoncées par Le Populaire en novembre 1934 et en janvier 1935 et rencontrent, d’après les organisateurs, un grand succès : « dans la petite agglomération rurale de Madriat, comptant environ 60 électeurs. [...] La réunion, présidée par le maire, où plus de 50 paysans et quelques petits fonctionnaires massés dans la salle de la mairie, écoutaient avec la plus grande attention l’exposé des orateurs qui, tour à tour, furent approuvés et très applaudis. À l’issue de la réunion, plus de 15 adhésions furent enregistrées. » Le soir, une autre réunion est organisée, malgré le froid et la neige, à Rentières, petite commune de montagne : « Le camarade Marsebœuf, originaire du pays, fit un appel particulier en langage auvergnat, afin que tous ses amis sans exception donnent leur adhésion au syndicat de la CNP unanimement [sic], moins le maire et le garde, qui ne crurent pas devoir suivre pour l’instant.99 » On retrouve là les formes traditionnelles de la pénétration socialiste en milieu rural, favorisée ici par l’appui d’un militant du pays, capable de discourir en « langage auvergnat ».

79La constitution de syndicats paysans indispensable à l’action professionnelle trouve un prolongement « naturel » dans la participation aux élections aux Chambres d’agriculture, qui suscite un intérêt croissant.

  • 100 Mora (C.), Les Chambres d’agriculture, représentations et défense des intérêts agricoles (1920-1940 (...)
  • 101 Le Populaire, 16 mars 1927, « Les Chambres d’agriculture », Jean Delaglèbe.

80Durant leur longue gestation100, les socialistes n’ont que mépris – teinté d’un léger regret – pour ces organismes qui sont aux mains des grands propriétaires : « Voici du nouveau... Les Chambres d’agriculture ! Disons plutôt « les antichambres agricoles des préfectures », cela voudra beaucoup mieux. Une institution de plus qui groupera la plupart des gros propriétaires terriens et qui défendra les intérêts de la classe capitaliste. Les vrais paysans, c’est-à-dire tous ceux qui le sont autrement que de nom, les fermiers, les métayers, les petits propriétaires, les salariés agricoles n’ont rien à attendre des Chambres d’agriculture.101 »

81Progressivement cependant, des voix s’élèvent au sein du parti pour encourager les militants paysans à y pénétrer. Arthur Chaussy y consacre un article en octobre 1928, avec d’autant plus de conviction que le Sénat souhaiterait leur confier « sa » loi sur le logement des ouvriers agricoles. Les Chambres d’agriculture – sous l’impulsion de l’Assemblée permanente des présidents de chambres d’agriculture, reconnue officiellement en 1935 – sont actives dès la fin des années vingt. Elles deviennent un moyen de pression efficace sur le Parlement, en particulier lors de la renégociation des conventions douanières en 1929. Avec la crise, leur rôle s’accroît encore un peu plus, achevant de persuader les socialistes de tenter de s’y introduire. Certes, le mode d’élection qui écarte d’emblée une partie des ouvriers agricoles n’est pas satisfaisant à leurs yeux, de même que la place prépondérante accordée aux organisations syndicales traditionnelles.

  • 102 Le Populaire, 13 avril 1935, « Les Chambres d’agriculture - Pensons à présent au renouvellement de (...)
  • 103 Le Populaire, 25 janvier 1935, « Ce que doit être un jour l’Assemblée des présidents de chambres d’ (...)

82Cependant, engagée dans l’action professionnelle, la SFIO ne pouvait délaisser les Chambres d’agriculture. À la différence des élections de 1927 et des renouvellements de 1930 et de 1933, le parti revendique dès 1935 une action au niveau national102. À la veille du scrutin de 1936, Monnet rend hommage aux récentes prises de positions de l’APPCA et de son président, Joseph Faure, qui « sait parfois se faire l’écho avec beaucoup de justesse des sentiments du monde rural ». Ces bonnes dispositions seront inévitablement confortées si les élections se traduisent par une « poussée à gauche », ce qui ne pourra être profitable qu’au... futur ministre de l’Agriculture du Front populaire103. Le quotidien socialiste publie parallèlement un « appel commun de la CNP et de la CGPT pour les élections aux Chambres d’Agriculture ». En fait, Monnet fait preuve d’un grand optimisme : non seulement il s’agit d’un renouvellement partiel mais surtout, malgré leurs efforts, les paysans regroupés au sein des listes « démocratiques » pèsent peu face aux notabilités agricoles.

  • 104 A.D. Allier, 7 M 67, rapport du préfet de l’Ailier au ministre de l’Agriculture, s.d. [février 1936 (...)

83Le département de l’Ailier, un des bastions du socialisme, connaît une lutte intense pour les élections de 1936 avec le renouvellement des arrondissements de Moulins et de Lapalisse. En 1930, à Moulins, une liste de gauche composée de trois SFIO et d’un républicain socialiste avait été battue. En 1936, Antoine Gazet emmène cette fois la liste de Défense paysanne à la victoire. À Lapalisse, où une seule liste était présente en 1930, l’affrontement tourne également à l’avantage de la coalition CGPT-CNP, avec une assez confortable majorité et une mobilisation accrue des électeurs (de 43 % à 58 %) Un rapport du préfet donne les raisons de cette victoire : « D’un côté une liste dite de « Défense paysanne », formée à Moulins d’éléments communistes et socialistes unifiés et à Lapalisse d’éléments socialistes unifiés ou sympathisants. De l’autre, une liste composée aussi bien à Moulins qu’à Lapalisse, de deux membres sortants et de deux candidats nouveaux appartenant à des partis politiques radicaux indépendants ou modérés. [...] Mais les listes de « Défense paysanne », du fait de leur composition et de la nuance politique de leurs candidats, s’opposaient très nettement aux autres, s’adressant surtout aux petits cultivateurs, aux métayers, plus sérieusement atteints par la crise. Leur propagande depuis toute l’année dernière a été active et tenace dans les divers centres ruraux des deux circonscriptions où leurs candidats ont mis à profit le mécontentement provenant de la baisse des produits agricoles.104 »

84La déclaration commune des listes de Défense paysanne adressée « Aux travailleurs de la Terre – Camarades » confirme la radicalisation de l’affrontement : « Nos aïeux ont connu la famine à cause de la rareté des produits. Allons-nous – cruel paradoxe ! – mourir de faim parce qu’il y a trop de tout ? Les mesures envisagées ci-dessus sont de nature à nous soustraire partiellement à cette misère. [...] Assez de discours prononcés au cours de banquets ou autres manifestations agricoles, assez de promesses, assez de chantage, assez de démagogie ! de l’action. Pour le droit à la vie, pour la Paix, pour la liberté. Face aux châteaux, face aux paysans « gantés », gars des campagnes, le 9 février, vous saurez faire votre devoir en votant tous, sans abstentions, pour les candidats de la liste de Défense Paysanne. » On dispose avec l’Ailier d’un bon exemple de dynamique de mobilisation paysanne autour de l’action de la CNP appuyée par la CGPT. Celle-ci est surtout rendue possible par une implantation ancienne : les élus des deux listes de Défense paysanne sont déjà des leaders politiques locaux, conseillers municipaux, maires ou conseillers d’arrondissement.

  • 105 A.D. Haute-Garonne, 1306/6 - Chambre d’agriculture, rapport du commissaire spécial de Toulouse au p (...)

85Les élections en Haute-Garonne sont aussi riches d’enseignements en raison de la très forte concurrence que se livrent les différentes organisations agraires. Le renouvellement touchant les circonscriptions de Muret et de Saint-Gaudens, la CNP concentre ses efforts sur Muret. Le commissaire spécial de Toulouse note l’intérêt suscité pour une élection d’ordinaire peu disputée : L’attention de l’opinion publique est particulièrement éveillée, dans cet arrondissement, par suite de la présence de trois listes : « Liste des sortants » ; « Liste du Front paysan » ; « Liste de la petite et moyenne propriété ». Je crois que c’est la première fois que ce fait se produit. D’une manière générale, on pense qu’il n’y aura pas ballottage et que la liste des sortants sera réélue.105 » Or, contrairement aux prévisions administratives, la liste d’Action et de défense professionnelle agricole réalise un score considérable, obtenant 36 % des suffrages exprimés contre 22 % à la liste des sortants. La liste de la Fédération des syndicats de la moyenne et petite propriété et de la CNP (Billières, Gorgues, Agede et Lacombe) avec 39 % des suffrages, est élue tout entière. La comparaison avec le scrutin de 1930 où des militants SFIO étaient déjà présents, sur la liste de la Fédération régionale des syndicats agricole (représentée par Calvayrac, Antarieu, Aureillan et Billières), montre que la gauche paysanne n’a en définitive que faiblement progressé : elle obtient 2 554 voix en moyenne en 1936 contre 2 342 en 1932, en dépit d’une plus forte mobilisation.

86Malgré les communiqués de victoire de la presse socialiste locale, il apparaît bien qu’à l’occasion de ces élections professionnelles, l’extrême gauche et ses alliés ont surtout profité des divisions des conservateurs et de la poussée du Front paysan. Les principales victimes sont les notables traditionnels, dont le président sortant, Auguste Couzinet. Les paysans regroupés au sein de la CNP confirment donc leur présence au niveau départemental, mais l’intense mobilisation paysanne de 1934-1935 évoquée précédemment a surtout profité, sur le plan professionnel, à leurs adversaires agrariens. Au plan national, le Populaire adopte un profil bas, évoquant le succès des paysans socialistes de l’Ailier. Seuls quelques militants de gauche sont élus ou réélus sur des listes de coalition, dans les départements où les associations agricoles sont aux mains de la gauche modérée.

 

87Si la SFIO ne reste pas à l’écart du grand mouvement de mobilisation paysanne qui soulève le pays et tente, avec la CNP, de reprendre à son compte l’agitation des campagnes, elle continue d’agir comme une formation politique traditionnelle, soucieuse de se poser comme une force alternative crédible, stratégie qui passe par la recherche d’alliés au Parlement puis par le rapprochement avec les communistes, au sein du Front populaire.

Notes

1 Le Populaire du Centre, 27 octobre 1932, « Inquiétude », Camille Bénassy.

2 A.N., F 7 13629, rapport du préfet de l’Yonne au ministre de l’Intérieur, 10 avril 1933.

3 L’Humanité, 10 avril 1933, « 8 000 paysans manifestent à Auxerre ».

4 A.N., F 7 13625, rapport du commissaire spécial de Châlons-sur-Marne. 5 décembre 1932.

5 Le Travailleur de l’Ouest, 1er septembre 1934, « Pontarion - Le Préfet ne reviendra pas », Bourdet.

6 A.D. Creuse, 1 M 214, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 3 septembre 1934.

7 Le Populaire, 20 mars 1930, « L’Internationale verte - Le Parti agraire : piège à paysan », Marcel Bidoux.

8 Le Populaire, 6 mai 1930, « Le Parti agraire ».

9 Le Populaire, 29 novembre 1934, « Une manifestation de paysans salle Wagram », Daniel Mayer.

10 Le Populaire, 17 septembre 1934, « L’heure du socialisme », A. Rivière.

11 Le Populaire, 15 juin 1935, « La pensée intime de Dorgères et du Front paysan ». Pour l’histoire de ces lettres, Paxton (R.-O.), op. cit., p. 105.

12 Le Populaire du Centre, 30 mars 1935, « Deux Fascistes », A. Delmas.

13 Le Populaire du Centre, 2 avril 1935, « Le fait du jour - Mentez ! Mentez ! Il en restera toujours quelque chose », S. Blanchet.

14 Le Combat, 10 juin 1935, « M. Dorgères, agitateur agraire par lui-même », Georges Altman.

15 Le Populaire du Centre, 16 avril 1935, « Les paysans ne sont pas des agraires ».

16 Le Populaire, 26 septembre 1935, « La propagande socialiste - Dans le Cambrésis ».

17 A.D. Nièvre, M 1502, rapport du commissaire spécial de Nevers au préfet.

18 A.D. Nièvre, M 1502, rapport du commissaire spécial de Nevers au préfet, 21 août 1935.

19 A.N., F 7 13082, rapport du commissaire spécial au ministre de l’Intérieur, 29 octobre 1932.

20 Le Populaire, 12 décembre 1933, « La réunion agraire avec Monnet et Thomas ».

21 Le Matin, 10 décembre 1933.

22 Paxton (R.O.), op. cit., p. 123.

23 Le Combat social [Gard], 13 avril 1935, « Les déboires de M. Dorgères », J.-B. Séverac.

24 Dorgeres (H.), Au XXe siècle : dix ans de jacquerie, Paris, Éditions du Scorpion, 1959, p. 180.

25 Le Combat, 10 mai 1935, « Il pleut, il pleut Dorgères, cache tes fleurs de lys ».

26 Le Breton socialiste, 13 avril 1935, « Les brutes fascistes telles quelles sont – Tanguy-Prigent sauvagement frappé par Dorgères et sa bande ».

27 Le Breton socialiste, 18 janvier 1936, « Dorgères en déroute à Plouigneau – Notre ami Tanguy-Prigent porté en triomphe et acclamé par la foule ».

28 A.N., F 7 12958, « notes Jean », 6 février 1931.

29 A.N., F 7 13082, rapport du commissaire spécial de Toulouse au directeur de la Sûreté générale, 14 avril 1931.

30 Le Populaire, 14 septembre 1932, « Les cultivateurs de Muret créent un organisme de défense et d’action », Marcel Bidoux.

31 Le Petit Provençal, 17 août 1932, « Le socialisme aux champs ».

32 A.N., F 7 13034, rapport du commissaire spécial de Toulouse au directeur de la Sûreté générale, 7 septembre 1932.

33 Le Populaire, 18 août 1934, « La détresse rurale », par Vincent Auriol.

34 Le Combat social [Allier], 16 septembre 1934, « La révolte paysanne », Vincent Auriol.

35 A.D. Haute-Garonne, Μ 1308/6, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 12 mars 1935.

36 A.D. Haute-Garonne, Μ 1308/6, rapport du commissaire spécial de Toulouse au préfet, 8 avril 1935.

37 L’Action paysanne, 4 août 1935.

38 L’Express du Midi, 14 août 1935, « Nailloux. Tous à Revel ».

39 L’Express du Midi, 15 août 1935, « Le Rassemblement de Revel », L. de F.

40 L’Express du Midi, 18 août 1935, Robert de Boyer-Montaigut.

41 A.D. Haute-Garonne. Μ 1308/6, rapport du commissaire spécial de Toulouse au préfet, 12 septembre 1935.

42 Ibid., 21 septembre 1935.

43 Ibid., 30 janvier 1936.

44 Ibid., 8 août 1935.

45 Ibid., 3 août 1935.

46 Le Midi socialiste, 9 août 1935, « Bas les masques - À propos du meeting du royaliste soi-disant agricole d’Halluin dit Dorgères ».

47 Le Midi socialiste, 12 août 1935, « Les exploiteurs de la détresse paysanne - Les cyniques de l’aventure ».

48 A.D. Haute-Garonne, Μ 1308/6, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 16 août 1935.

49 Le Midi socialiste, 17 août 1935, « La Voix d’un paysan garonnais », E. Calvayrac.

50 Le Midi socialiste, 19 août 1935, « Le Four de Revel ».

51 A.D. Haute-Garonne, Μ 1308/6, rapport du commissaire spécial de Toulouse au préfet, 19 août 1935.

52 Ibid., 30 septembre 1935.

53 Le Midi socialiste, 9 octobre 1935, « Cinq cents paysans acclament le “Front Paysan Populaire” ».

54 L’Express du Midi, 2 octobre 1935, « Paysans communistes », E.D.

55 Parti Socialiste (SFIO), XXe Congrès national tenu à Toulouse, op. cit., p. 224.

56 Parti Socialiste (SFIO), XXIIe Congrès national tenu à Bordeaux, op. cit., pp. 371-372.

57 La Défense paysanne, mars 1933.

58 La Défense paysanne, « Le congrès constitutif de la Confédération Générale Paysanne », mars 1933.

59 Dorgères lance respectivement Le Cri du paysan et Le Cri du sol, mettant en avant la révolte paysanne. Le terme « agricole », qui était autrefois le plus usité par les feuilles corporatives s’efface au profit d’une vision plus « terrienne » et « paysanne ».

60 Pour un exemple similaire, Darroux (S), Le SNI à la conquête des campagnes : Un exemple « La Terre Libre », maîtrise, Paris I, 1980, p. 20.

61 A.D. Haute-Vienne, 7 M 27, Statuts de la Fédération paysanne de la Haute-Vienne.

62 La Défense paysanne, mars 1933, « Que sommes nous ? Que Voulons nous ? », Calvayrac, Manadé, Blanchet et Marcailloux.

63 La Défense paysanne, mars 1933, « Le Congrès constitutif de la Confédération Générale Paysanne ».

64 A.D. Haute-Vienne, 7 M 27, Statuts de la Fédération paysanne de la Haute-Vienne.

65 Ibid.

66 La Défense paysanne, 15 avril 1933, « Région garonnaise - Voyons clair », E. Calvayrac.

67 Le Populaire, 2 décembre 1933, « En Bretagne comme ailleurs », Tanguy-Prigent.

68 Le Thoer (Y.), Tanguy-Prigent (1929-1944) - Un socialiste paysan, université de Bretagne Occidentale, maîtrise, dir. Claude Gueslin, 1990, p. 37.

69 La Défense paysanne, 25 juin 1933, « Du Nord au Sud, de l’Ouest à l’Est, le réveil paysan se manifeste », S.B. [Blanchet]

70 A D. Haute-Garonne. 1308/6, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 6 novembre 1934.

71 Le Populaire, 11 février 1933, « Une nouvelle organisation va naître - La Confédération Nationale Paysanne ».

72 A.N., F 7 13628, C.12 - Agricole 1933, note du 11 février 1933.

73 Le Populaire, 27 juin 1933, « La seule défense agricole : l’organisation », Georges Monnet.

74 Le Populaire, 27 juillet 1935, Georges Monnet.

75 Le Populaire, 31 août 1935, « Unissons les bonnes volontés », billet de Georges Monnet.

76 Le Populaire, 29 septembre 1935, « Au Congrès de Limoges ».

77 A.D. Vaucluse, 1 M 740, dossier Agriculture (1934-1940).

78 Le Combat, 25 février 1935, « Le congrès de la Fédération socialiste de l’Yonne ».

79 Le Combat, 10 juin 1935, « La Fédération socialiste de l’Yonne a tenu ses assises à Migennes ».

80 Le Midi socialiste, 12 février 1936, « Nouveau succès socialiste ».

81 Le Midi socialiste, 17 février 1936.

82 La Défense paysanne, 1er novembre 1933, « Une réponse à “La Voix paysanne”, E. Calvayrac.

83 Le Populaire, 2 novembre 1935, « La position de la CNP ».

84 Le Populaire, 30 novembre 1935, « Le point de vue de la CGPT ».

85 Guegan (F.), Le Parti communiste français, la SFIO et le mouvement paysan et ouvrier de 1930 à 1939 dans les Côtes-du-Nord, maîtrise, Paris I, 1974, p. 56.

86 Le Breton socialiste, 18 janvier 1936, « Chronique paysanne - La question de l’Unité ».

87 Gratton (P.), Les paysans français contre l’agrarisme, op. cit., pp. 199-208.

88 Le Populaire, 12 février 1933, « Une nouvelle organisation va naître – La Confédération Nationale Paysanne ».

89 La Défense paysanne, 15 mai 1933, « Qui n’est pas avec nous est contre nous E. Calvayrac.

90 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 22 juin 1933, p. 3010.

91 La Défense paysanne, 31 juillet 1933, « Nous exigeons la justice », E. Calvayrac.

92 La Défense paysanne, 5 septembre 1933, « Choses et autres », E. Calvayrac.

93 La Défense paysanne, 1er octobre 1933, « Où en sommes-nous ? «, E. Calvayrac.

94 La Défense paysanne, 1er octobre 1933, « Coups d’Aiguillon ».

95 Le Populaire, 2 juin 1934. « Le Confédération Nationale Paysanne en face de la crise ».

96 A.D. Haute-Vienne, 10 M 192 - CNP, rapport du commissaire spécial de Limoges au préfet, 28 décembre 1934.

97 Le Populaire, 30 décembre 1934, « Belle manifestation à Limoges de la Confédération Générale Paysanne ».

98 Le Populaire du Centre, 1er janvier 1935, « Sur la réunion paysanne du 28 décembre », H. Marcailloux.

99 Le Populaire, 30 janvier 1935, « La Confédération paysanne intensifie son recrutement dans le Puy-de-Dôme », G. Lacour.

100 Mora (C.), Les Chambres d’agriculture, représentations et défense des intérêts agricoles (1920-1940), Bordeaux, thèse 3e cycle, 2 vol., 1967.

101 Le Populaire, 16 mars 1927, « Les Chambres d’agriculture », Jean Delaglèbe.

102 Le Populaire, 13 avril 1935, « Les Chambres d’agriculture - Pensons à présent au renouvellement de février 1936 », G. Monnet.

103 Le Populaire, 25 janvier 1935, « Ce que doit être un jour l’Assemblée des présidents de chambres d’agriculture », G. Monnet.

104 A.D. Allier, 7 M 67, rapport du préfet de l’Ailier au ministre de l’Agriculture, s.d. [février 1936].

105 A.D. Haute-Garonne, 1306/6 - Chambre d’agriculture, rapport du commissaire spécial de Toulouse au préfet, 30 janvier 1936.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search