Version classiqueVersion mobile

Moissons rouges

 | 
Édouard Lynch

Deuxième partie. Crise et mobilisation paysanne : le temps des défis (1930-1936)

Chapitre IV. Agriculture et paysannerie au cœur de la crise

Texte intégral

1Après avoir gagné la guerre, le paysan français devait, par son travail, contribuer au relèvement puis à la prospérité nationale. La crise économique change radicalement les données du problème : l’agriculture française est frappée par une crise de surproduction et la chute brutale et persistante des cours des denrées, notamment ceux du blé et du vin. Les années 1930-1932 sont une période de transition incertaine : la France, « îlot de prospérité » semble échapper aux effets de la crise américaine qui commencent à se faire sentir sur le vieux continent. Cette situation ne fait que renforcer une lecture nationaliste de la crise, où s’épanouissent les thèmes agrariens. C’est dans ce contexte que les socialistes, au congrès de Bordeaux, s’interrogent sur l’avenir de l’agriculture et leur doctrine agraire. Lorsque s’enclenche la baisse des prix, les campagnes connaissent une agitation sans précédent. Au-delà de son aspect conjoncturel, cette mobilisation paysanne marque une rupture profonde dans l’histoire politique contemporaine, avec une première tentative de la paysannerie pour prendre directement en main la défense de ses intérêts. Les études historiques n’ont souvent retenu de ces années d’agitations que quelques traits rapides, autour de personnages emblématiques comme Dorgères ou Fleurant Agricola, les reléguant à un folklore pré-vichyste ou à un « poujadisme vert », alors que les modalités de l’action paysanne reflètent au contraire l’intégration achevée des exploitants agricoles à l’espace politique national.

I. Les incertitudes face à la crise

La prégnance des thèmes agrariens

2Le poids de l’idéologie agrarienne dans l’appréhension de la crise économique qui s’amorce au début des années trente n’est pas seulement l’apanage des hommes politiques, conservateurs ou modérés ; ce paradigme imprègne les travaux des spécialistes économiques. À travers les débats relatifs au thème central de « l’équilibre » ou à l’exaltation appuyée des « qualités paysannes » se dessine une lecture essentiellement morale de la crise agricole, à laquelle les socialistes n’ont aucune raison d’échapper.

  • 1 Le Problème de la Terre dans l’Économie Nationale, XVIe session des Semaines sociales de France (Re (...)

3L’idée d’un équilibre entre l’agriculture et l’industrie est une préoccupation récente : jusqu’à la fin du XIXe siècle, malgré les cris d’alarme provoqués par l’intensification de l’exode rural, l’agriculture demeure la première activité économique. Au tournant du siècle cependant, l’inquiétude face aux conséquences de la poursuite de l’industrialisation s’étend, la guerre donnant aux défenseurs du maintien de la prééminence de l’agriculture de nouveaux arguments. Ce thème est naturellement présent chez les conservateurs et les catholiques, pour qui le monde rural reste un des piliers de leur influence politique et sociale. Voilà pourquoi, en 1924, alors que l’agriculture – ou plus exactement la terre – est le « problème » annuel qui réunit les théoriciens du catholicisme social à l’occasion des « Semaines sociales », l’une des interventions a pour titre : « Déséquilibre actuel de l’économie agricole et de l’économie industrielle en France et dans d’autres pays. » La plupart des intervenants mettent d’ailleurs l’accent sur cette question de l’équilibre, condition indispensable de stabilité, économique mais surtout sociale1.

  • 2 Par exemple celle de Sirol (J.), Les problèmes français du blé, thèse de droit, Toulouse, 1933, 472 (...)

4Les conférences organisées au début de l’année 1933 par l’Institut national agronomique sur la crise agricole, sous le patronage d’Henri Queuille, fournissent une autre illustration de la dimension scientifique du thème de l’équilibre ; la crise mondiale frappe à son tour durement l’agriculture française, dont on avait affirmé jusque-là qu’elle en était protégée, grâce justement au faible développement de son industrie. Ces conférences rassemblent les grands noms de l’économie agricole française : Lucien Romier, Joseph Honoré Ricard, ancien secrétaire général de l’Union centrale (rue d’Athènes) et ancien ministre de l’Agriculture, et William Oualid, professeur de droit, membre de la plupart des jurys de thèses consacrées aux questions agricoles2. Leurs interventions témoignent d’un large consensus autour de la nécessaire préservation du modèle français. L’organisation même du cycle de conférence isole l’exemplarité du modèle français, puisque après avoir passé en revue la situation des États-Unis d’Amérique, de l’Allemagne, de l’Europe Centrale, de l’Amérique du Sud, de l’Inde et du Japon, l’ultime intervention donne de la France une description élogieuse.

  • 3 Oualid (W.), « Conférence du 5 avril 1933 : Les grandes leçons de la crise et l’agriculture françai (...)

5La conférence de William Oualid parachève la démonstration, réaffirmant l’imbrication des analyses économiques, politiques et idéologiques dans l’interprétation des phénomènes agricoles. À une crise d’origine monétaire et industrielle, la France répond par son modèle propre de développement : « Or, à cet égard, il n’est pas douteux que la France donne aujourd’hui au monde en désarroi le spectacle d’un bel équilibre des éléments divers de sa vie économique. Elle n’a point cédé à l’attrait de la surcapitalisation, de l’industrialisation, de la concentration et aux mirages fallacieux d’un crédit facile. Elle n’a pas abandonné le faire-valoir pour le fermage généralisé. Elle n’a point agrandi démesurément ses exploitations ou pratiqué la monoculture. Elle recueille maintenant le fruit de sa modération et de son individualisme.3 » Outre l’éloge de l’individualisme, témoin de la domination de l’idéologie libérale dans la France des années trente, la dimension idéologique de l’analyse économique s’affirme sans détour ; sans même parler de ce « néocapitalisme bancaire, fiduciaire et anonyme », il suffit de citer le « mirage fallacieux » du crédit « facile ».

  • 4 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 2 décembre 1921. p. 4484.

6Cette défense du modèle français est en effet inséparable d’une lecture morale, qui s’appuie sur les vertus paysannes. Au lendemain de la guerre, cette « rusticité » mise au service de l’épargne est vantée par les conservateurs, qui l’opposent à l’intempérance des classes ouvrières, dont les profits de la guerre ont été dilapidés dans les plaisirs faciles de la vie urbaine. Ambroise Rendu développe cette analyse à la Chambre des députés, lorsque certains envisagent d’imposer les bénéfices des agriculteurs : « Les agriculteurs, vous le savez, ont remboursé bon nombre d’hypothèques et arrondi leur domaine. Ils ont eu la sagesse de continuer la vie simple d’autrefois et, au lieu de gaspiller les salaires qu’ils gagnaient, comme l’ont fait trop souvent les ouvriers des villes, en achetant des bas de soie à leur femme et en abusant du cinéma, ils ont conservé ces habitudes de simplicité et d’économie qui sont les véritables sources de la richesse française. (Applaudissements au centre et à droite.)4 »

7Valables en période d’abondance, ces stéréotypes sont encore plus forts lorsque la situation économique se dégrade. L’appel à l’épargne paysanne devient le moyen d’assurer le retour à l’équilibre financier et de favoriser la stabilité monétaire. C’est en ce sens qu’il convient d’apprécier la formule demeurée fameuse du ministre Henri Chéron : « L’épi sauvera le franc » au moment de la crise monétaire de 1922. Ces thèmes deviennent une des composantes essentielles du discours politique. À la lumière de ces conceptions se précisent l’engagement « agricole » et les discours « agrariens » d’un homme comme André Tardieu durant les années où il occupe le devant de la scène.

Les interrogations socialistes

8Alors que les premières manifestations de la crise économique mondiale confortent le discours dominant sur l’excellence du modèle national, la SFIO se penche elle aussi sur les questions agricoles. Toutefois, la demande de réactualisation du programme agraire de Bordeaux précède la crise agricole et vise d’abord à faciliter la propagande rurale.

  • 5 Parti Socialiste (SFIO), XXVe Congrès national tenu à Toulouse les 26, 27, 28 et 29 mai 1928 - Comp (...)

9Dès le congrès de Toulouse, Calvayrac, délégué de la Haute-Garonne, regrette les contradictions du discours socialiste, certains, dans le parti, continuant à batailler sur des positions trop intransigeantes : « La motion Zyromski nous dit : « Classe contre classe » et elle ajoute : « Transformation de la société capitaliste en une société collectiviste ou communiste. » Je reprendrai ici l’expression de Déat et je dirai avec lui que, s’en tenir à cette formule, c’est vouloir rapetisser le débat. Cette motion laisse, en effet, de côté 4 à 5 millions de petits propriétaires travaillant eux-mêmes leurs terres. Ces propriétaires n’exploitent personne, ils ne sont exploités par personne. » Il existe bien au sein du parti un courant dominant, qui, sous la houlette de Compère-Morel, défend depuis longtemps la spécificité de la petite exploitation paysanne, mais il est indispensable d’adopter une déclaration de principe « nette, précise et irréfutable », rappelant « que la terre devant appartenir à ceux qui la travaillent, la petite et la moyenne propriété n’ont rien à craindre d’une expropriation quelconque, puisqu’elles répondent à cette condition.5 » Cette intervention du futur responsable du syndicalisme paysan socialiste est fondamentale, révélant l’évolution des hommes « de terrain » qui ne veulent et ne peuvent plus se contenter des proclamations et des discours théoriques sur le respect de la petite propriété, souhaitant au contraire une prise de position plus nette, relayée par un engagement direct sur le plan syndical.

  • 6 Parti Socialiste (SFIO), XXVIIe Congrès national tenu à Bordeaux les 8. 9, 10 et 11 juin 1930, comp (...)
  • 7 L’Écho de Paris, 11 juin 1930, « Au congrès socialiste - Prestidigitation et escamotage », Raymond (...)
  • 8 Parti Socialiste (SFIO), XXVIIe Congrès national tenu à Bordeaux, op. cit., p. 365.

10Dans l’esprit des responsables et de Compère-Morel en particulier, le congrès de Bordeaux doit donc permettre de régler une fois pour toute la question de la propriété, face aux attaques répétées de la réaction, en facilitant la propagande. Il ne s’agit pourtant pas d’un enjeu déterminant et certains orateurs, comme Jean Longuet, demandent que l’on reporte un débat agricole qui ne soulève pas de problème particulier6, à la différence d’autres thèmes inscrits à l’ordre du jour, notamment l’attitude des socialistes à l’encontre de la défense nationale. En définitive, sur la proposition de Blum et de P. Faure, le congrès décide de repousser l’examen de cette dernière et de traiter la question agraire à la fin du congrès, lors d’une ultime séance de nuit. La presse de droite fustige cette attitude désinvolte sur un problème aussi grave, preuve que les socialistes ne pensent qu’aux prochaines élections7. Mais quelques congressistes, tel Tellier, s’en plaignent également : « Camarades, le président me rappelle que j’ai pris l’engagement de n’en avoir que pour quelques minutes, je tiendrai cet engagement ; mais vous me permettrez de faire remarquer qu’il y a une population rurale en France de vingt millions d’habitants, et que les intérêts de ceux qui constitue plus de la moitié du pays auraient mérité mieux peut-être que cette discussion, à une heure du matin, devant un congrès clairsemé.8 »

 

  • 9 Parti Socialiste SFIO (Fédération du Nord), Rapports au XXXVIe Congrès Départemental, 2e session, 2 (...)

11Les débats parmi les fédérations attestent de l’aspect consensuel de la question agraire. La plupart des congrès fédéraux se contentent d’affirmer leur satisfaction de la voir inscrite à l’ordre du jour. A. Laurent exprime le sentiment dominant lors des discussions préparatoires de la fédération du Nord : « À notre avis, nous pouvons donc redire ce que nous avons dit en 1919 et en 1928 dans notre programme d’action.9 » Ces mêmes programmes étant déjà fort proches de ceux de l’avant-guerre, on perçoit mieux le peu de renouvellement des analyses agraires socialistes.

  • 10 Parti Socialiste (SFIO), XXVIIe Congrès national tenu à Bordeaux, op. cit., p. 337.
  • 11 Le Populaire, 12 juin 1930, « La politique agraire du Parti Socialiste - Motion rapportée par Compè (...)

12Lors de la discussion, Compère-Morel met lui aussi l’accent sur la continuité d’une politique dont il est l’incarnation et sa motion redit combien le parti respecte la petite et la moyenne propriété paysanne. Il reprend les textes « classiques » de Jaurès, Marx et des congrès du POF. Au sujet des réformes immédiates, rendues plus nécessaires encore par les prémices de la crise, il indique que la commission chargée de la rédaction du nouveau programme n’aura pas une tâche très difficile : « Croyez-moi, il n’y a pas beaucoup de modifications à apporter au vieux programme que nous avons toujours défendu.10 » Néanmoins, le sort des moyens propriétaires témoigne du glissement de la doctrine à propos de la définition de la petite propriété, l’emploi de salariés n’étant plus une ligne de partage opératoire : « Le socialisme victorieux considérera comme un devoir impérieux de maintenir en possession de leurs biens les petits et moyens propriétaires cultivant eux-mêmes ou qui, s’ils emploient des salariés, fournissent personnellement avec leur famille la plus grande somme de travail nécessaire à la mise en rapport de leurs terres.11 » Cette affirmation ne provoque pas de réaction particulière lors des débats.

 

13Le congrès de Bordeaux ne se limite pourtant pas à une simple redite, un peu plus solennelle, du discours traditionnel de la SFIO. Deux interventions, celles de Peters et de Monnet, en modifient quelque peu la portée et placent, sans doute de manière involontaire, Compère-Morel sur la défensive.

  • 12 Ibid., p. 340.
  • 13 Parti Socialiste (SFIO), VIe Congrès national tenu à Saint-Étienne, op. cit., p. 284.

14Camille Peters, délégué de la fédération de la Marne, suscite l’enthousiasme de l’auditoire en décrivant les ravages de la crise chez les vignerons de Champagne, soumis à la très forte exploitation des grandes compagnies. Il joue avec succès sur le registre de l’authenticité, par ses appels à l’indulgence et ses expressions maladroites. « Comme on dit chez nous, rien qu’à ma découpure vous voyez que je suis un paysan, et cela, je crois, sera pour ce Congrès tout à fait symbolique. Il sera intéressant que demain, on dise qu’à celui qu’on appelle le grand prêtre de la doctrine socialiste en matière paysanne, a succédé un paysan authentique, un vigneron qui, après-demain, reprendra sa charrue, sa raclette et s’en ira dans les vignes. (Vifs applaudissements.)12 » Puis, décrivant la misère paysanne et la nécessité de lui apporter des solutions immédiates, il montre combien la crise offre à la SFIO de nouvelles opportunités de pénétrer le monde rural. Le statut de la petite propriété s’efface au profit de toutes les mesures susceptibles de soulager les travailleurs de la terre. Même si l’appel à la légitimité paysanne n’est pas nouveau - on le rencontre déjà lors du congrès de Saint-Étienne13 –, l’intervention de Peters est révélatrice de l’émergence de ces nouvelles générations de militants qui incarnent la voix paysanne du socialisme.

  • 14 Margairaz (D.), « L’Office du blé, une innovation socialiste », Économies et sociétés, no 11, octob (...)

15Les propos de Georges Monnet, député de l’Aisne, reposent sur un constat identique : avec la mainmise croissante du capitalisme sur l’agriculture par les ponctions massives exercées sur les échanges et les produits, la question décisive est désormais moins celle de la petite propriété que l’adoption de mesures concrètes attendues par les paysans. Cette affirmation entraîne la réaction immédiate de Compère-Morel qui rappelle l’objectif initial du congrès, fixer une fois pour toute la position du parti à l’égard de la petite propriété. Il est tentant de voir dans cette escarmouche une passation de pouvoir symbolique entre les deux responsables agraires de l’entre-deux-guerres. C’est l’interprétation de D. Margairaz opposant Georges Monnet le « novateur », attaché aux réalisations immédiates, à un Compère-Morel « arc-bouté sur ses positions traditionnelles », à travers la question de la petite propriété14. Or celui-ci a toujours défendu les réformes immédiates, conception qu’il a imposée à la SFIO depuis 1909 et c’est lui qui dépose, dès 1925 le projet d’Office du blé qu’il présente chaque année devant la Chambre lors des débats agricoles. Si le député du Gard défend sa motion au congrès de Bordeaux – outre des questions non négligeables d’amour propre – ce n’est pas au nom d’une concentration agraire qu’il récuse mais simplement parce que de nombreux militants réclament une mise au point définitive, indispensable à la propagande.

16Ainsi le congrès de Bordeaux, prévu à l’origine pour souligner la sollicitude traditionnelle du parti envers les paysans et surtout réaffirmer solennellement le respect de la petite et de la moyenne propriété, voit émerger de nouvelles revendications, fruits de la crise agricole, et une nouvelle génération de militants plus étroitement liée au monde des exploitants.

 

  • 15 Le Populaire, 22 novembre 1931, « La crise agricole - Ceux qui ne l’ont pas vu venir », billet de P (...)

17La réaction des socialistes à l’irruption de la crise agricole ne se réduit pas aux débats de Bordeaux. Confrontés à la baisse généralisée des cours, ils rappellent la lucidité de leurs analyses passées, qu’ils opposent à l’optimisme béat des différents gouvernements modérés et conservateurs. Paul Faure, dans une série de billets consacrés à l’agriculture à la fin de l’année 1931, s’en prend au mythe de l’équilibre que l’on a voulu opposer à des phénomènes économiques inéluctables : « C’était l’époque où nos milieux dirigeants se repliaient orgueilleusement sur eux-mêmes et soutenaient que la France jouissait d’une « économie équilibrée », comme le fait encore, avec une inconscience pitoyable ou un cynisme méprisable, M. Pierre Laval. Comme si, dans la société moderne, une nation peut espérer jouir d’une prospérité durable à l’abri de ses frontières et de ses tarifs douaniers.15 » Paul Faure critique cependant moins la notion d’économie équilibrée que le caractère vain de la politique protectionniste.

  • 16 Le Populaire, 3 octobre 1932, « Nous faisons fausse route ». éditorial de J. Lebas.

18Aux analyses qui dénoncent le progrès – principalement l’industrialisation et le machinisme – comme l’un des principaux responsables de la crise, les socialistes opposent leur vision d’une modernité au service de l’ensemble de la collectivité. Jean Lebas dénonce la proposition d’un ancien député radical, Jacques Duboin, qui suggère de taxer le développement industriel. Pour le député du Nord, de telles solutions sont totalement illusoires. Le vrai problème n’est pas la croissance de la production, mais le fait que la consommation de la plus grande part de la population soit réduite16.

19Si les socialistes s’attachent à rompre avec le discours dominant, leur latitude d’action, avant comme après les élections de 1932, se trouve singulièrement limitée. Face à la chute des cours, l’orthodoxie économique s’affirme triomphante et le contrôle des marchés qu’ils préconisent inquiète : le cadre d’interprétation évoqué précédemment domine les politiques mises en œuvre.

La difficile réforme des politiques agraires

  • 17 L’Hygiène sociale, 10 octobre 1934, « Le problème du blé et du pain », Camille Delétang.

20Le marché du blé et ses dérèglements sont un enjeu considérable ; à la nécessaire autosuffisance alimentaire s’ajoute le symbole du pain, « aliment sacré qui a fait la race française »17. Surtout, le blé est cultivé par la plupart des exploitations françaises, dont l’immense majorité est organisée sur la base d’une polyculture vivrière. Le blé ne constitue pas un marché homogène et l’on raisonne fréquemment en terme de départements « déficitaires » ou « excédentaires », aux intérêts souvent opposés. Enfin la place de l’autoconsommation complique encore un peu plus les tentatives de contrôle de la production et d’évaluation des besoins. La chute des cours qui s’accélère à partir de 1932 s’explique par la conjonction d’une production nationale croissante – plus 13 % entre 1928 et 1932 – et des importations qui ne diminuent pas durant la même période, car la chute des prix sur les marchés internationaux a favorisé des stratégies de dumping. Les données sont bien connues : 183 francs par quintal en 1926, 134 en 1929, 117 en 1932, et 74 francs en 1935, ces chiffres moyens masquant de profondes disparités dans l’espace et dans le temps. La production de blé est caractérisée par une très grande diversité, en termes de rendement et de prix de revient. De même, les petits exploitants ne peuvent rivaliser avec les grands producteurs et vendent souvent aux cours les plus bas, immédiatement après la récolte. Les autorités, faute de renseignements statistiques pour prévoir la récolte, sont incapables d’en évaluer l’ampleur. Chaque année, au moment des moissons, se pose l’angoissante question de la qualité de la récolte, d’où l’importance des facteurs climatiques. En 1929, les experts tablent sur une récolte déficitaire et c’est l’inverse qui se produit. En 1930 au contraire, les premières estimations laissent supposer une bonne récolte, mais elle se révélera en dernier ressort déficitaire. Ces incertitudes favorisent les mouvements spéculatifs dénoncés par la plupart des partis politiques. Le marché du blé de la bourse de commerce qui incarne désormais la spéculation malsaine et secrète est fermé à plusieurs reprises, et beaucoup de députés réclament son interdiction définitive.

  • 18 Opération qui consiste à séparer le son de la farine.

21L’évaluation des récoltes est d’ailleurs l’une des composantes du projet d’office du blé que les socialistes tentent de faire adopter. De 1926 à 1932, ce sont pourtant des mesures « traditionnelles » qui sont prises. En novembre 1929, une séance d’interpellation sur les questions agricoles est ainsi interrompue par le gouvernement, qui propose la discussion immédiate d’un « projet de loi relatif au commerce des blés ». Le ministre de l’Agriculture, Jean Hennessy, propose que le gouvernement puisse agir par décret pour désengorger le marché, en particulier par la modification du taux de blutage18. D’autres mesures ponctuelles sont à la disposition du gouvernement pour peser sur les cours, comme l’achat de blé par l’intendance militaire, ou la dénaturation. L’autre volet, sur lequel nous reviendrons plus longuement, est celui des règlements commerciaux.

  • 19 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 26 mars 1926, p. 1533.

22Les débats récurrents sur le marché du blé témoignent des réticences des majorités successives à toute disposition coercitive, réticences enracinées dans les logiques agrariennes. Dès 1926, sous le Cartel des gauches, Alexandre Duval expose les raisons profondes de toute opposition au projet de contrôle du marché : « La récolte du blé n’est pas uniquement un problème de production. J’ai dit et je me permets de répéter que c’est aussi un problème d’ordre moral et social. [...] Les agriculteurs demandent à ne pas être découragés, à travailler librement dans leur pays de liberté.19 » Ces arguments seront repris tout au long des années trente face aux tentatives d’organisation des marchés.

  • 20 Warner (C.-K.), The winegrowers of France and the Government since 1875, New-York, Columbia Univers (...)

23Les réserves face à l’intervention de l’État sont d’autant plus frappantes que parallèlement, des mesures plus coercitives sont prises pour la viticulture, également touchée par la crise. Les prix s’orientent à la baisse dès 1926, en raison de la très forte croissance de la production, favorisée par la guerre, et par la concurrence d’une viticulture algérienne en pleine expansion. En 1930, le prix moyen de l’hectolitre est de 183 francs, chutant à 121 francs l’année suivante pour se stabiliser à 128 francs en 1932. Après ce répit, la baisse reprend dès l’année suivante et en 1935 le prix tombe à 64 francs. Le marché du vin n’est pas comparable à celui du blé, et ne concerne que des zones géographiques bien précises. Surtout, la concurrence étant majoritairement algérienne, il est très délicat de faire jouer les mécanismes traditionnels du protectionnisme. La production viticole, dont la dépendance au marché est beaucoup plus grande que celle du blé, a tôt exigé l’intervention des pouvoirs publics et ce depuis la grande crise viticole de 1907. C’est pourquoi les barrières anti-étatistes ont cédé beaucoup plus vite que pour le marché du blé. En outre, le projet adopté le 4 juillet 1931 ne se traduit que par un interventionnisme restreint. Les réglementations contraignantes comme la limitation des plantations, de l’irrigation ou la taxe progressive sur les gros producteurs, sont bien acceptées car la loi prévoit de multiples aménagements, au nom de la défense du petit producteur. La question des rapports avec les départements algériens est également réglée par des demi-mesures et les restrictions à la production – dont « le blocage » – ne furent que partiellement mises en œuvre. Devant l’aggravation de la crise, à partir de 1932, de nouvelles dispositions sont adoptées pour rendre la loi plus efficace, trouvant leur consécration avec le décret-loi du 30 juin 1935, qui généralise le principe du blocage et vise à endiguer l’engorgement du marché. Des primes à l’arrachage sont également instaurées20.

  • 21 Chambre des députés, Programmes, professions de foi et engagement électoraux de 1924, Paris, Imprim (...)

24L’élaboration de ce « statut du vin », qui n’est en fait que l’accumulation des différentes mesures arrêtées pour lutter contre l’effondrement des cours projette au premier plan la figure d’Édouard Barthe, député socialiste de l’Hérault. Il s’est imposé depuis le début des années vingt comme le spécialiste de la viticulture, perpétuant l’héritage unitaire de la Confédération générale viticole du Midi, née au moment des événements de 1907. Dès cette époque, il s’affirme plus comme un partisan de l’union socialiste qu’un socialiste unifié. Cependant, il ne quitte pas la SFIO au lendemain de la guerre et devient le représentant des intérêts viticoles, entretenant de très bons rapports avec les élus radicaux. En 1919, Édouard Barthe, seul signataire de la proclamation électorale, est l’un des rares candidats à mettre en avant ses réalisations concrètes. En 1924, sur la liste de Cartel, il mentionne sans rougir ses nombreux titres de défenseur de la viticulture : « Barthe, qui par la confiance unanime des représentants de toute la Viticulture a eu la lourde charge de présider le Groupe Viticole, la Commission parlementaire des Boissons, la sous-commission des Fraudes, la Commission consultative de la Viticulture, la Commission du Carburant National et de toutes les Commissions Parlementaires.21 »

  • 22 J. O., Chambre des députés, débats, séance du 7 décembre 1925, p. 4057.

25Cet engagement au service de la viticulture n’est pas une vaine promesse. En 1925, alors que la conjoncture demeure favorable, il demande que des fonds soient réservés pour combattre la propagande anti-alcoolique, dont les méfaits ne sont pas seulement économiques mais aussi moraux. Il se lance à cette occasion dans une savoureuse défense du vin : « Il y a mieux encore : dans certains manuels en usage dans les lycées de l’État, il est indiqué que le vin est un danger pour la santé, alors que tout démontre le contraire. » Défendre le vin, c’est en effet défendre la patrie : « Cet ensemble de faits indique qu’il est nécessaire, au moment surtout où, en Amérique, il est fortement question d’accepter l’entrée des vins légers, alors que la prohibition a développé dans cette nation l’usage de la morphine et de la cocaïne et permis à la contrebande d’infecter, en quelque sorte, tout le pays [...]. Tout cet ensemble de faits, dis-je, prouve qu’il est nécessaire que dans notre magnifique pays de France, qui possède les meilleurs crus (Applaudissements.), dont le vin, au dire d’un maréchal de France, a été l’un des principaux artisans de la victoire, on sache que le Parlement ne laissera pas se poursuivre une campagne engagée par des organismes contre l’intérêt national.22 »

26Pour défendre les intérêts de la viticulture, Barthe se place en dehors des clivages partisans. En 1928, lors de la discussion du budget de l’agriculture, Albert Rivière intervient pour dénoncer le mirage du protectionnisme, la hausse des tarifs retombant toujours sur les consommateurs et les ouvriers. Barthe interrompt son collègue pour réaffirmer la nécessité d’une politique protectionniste en matière viticole :

  • 23 J. O., Chambre des députés, débats, séance du 17 novembre 1928, p. 2676.

« Il y a cependant des tarifs indispensables.
M. Ernest Lafont. – Le vin est à part. (Sourires.)23 »

  • 24 Sagnes (J.), Le Midi Rouge : mythe et réalité. Études d’histoire occitane, Paris, Anthropos 1982, 3 (...)

27Le vin est à part en effet ; le député de l’Hérault mène une politique de conciliation permise par la solidarité qui unit les membres du groupe de défense viticole. Cette stratégie unitaire favorise l’adoption précoce d’une législation interventionniste sur le marché viticole. Cela se traduit par l’adhésion à une vision unitaire de la production, où tous les exploitants, petits et gros, ont des intérêts en commun, dans le prolongement de la lutte menée depuis 1907 par la CGV dont Barthe occupe la présidence. En 1932, il fonde la Ligue des petits et moyens producteurs. L’existence de ce pôle modéré à l’intérieur du parti précise la spécificité de l’enracinement socialiste au sein du Midi viticole. Il repose sur une conception politique fondée sur la collaboration des forces de gauche, socialiste et radicale, autour de l’adjectif « rouge » qui rassemble, à l’intérieur de structures souvent inter-partisanes, l’ensemble des républicains avancés24. Il n’est donc guère surprenant que Barthe soit très favorable à la collaboration politique avec les radicaux au plan national, à l’origine de sa rupture avec le parti en 1933. Son départ, avec les principaux élus viticoles du Midi, n’équivaut pas à l’adhésion aux thèses de Déat sur le nécessaire renouvellement du socialisme, mais marque sa volonté de conduire une politique d’alliance avec les radicaux. Fidèle à cette conception, il sera favorable au Front populaire, qui concrétise cette politique d’union des gauches dont il a toujours été le défenseur.

 

28Pour le vin, mais plus encore pour le blé, le protectionnisme demeure le principal levier des gouvernements pour peser sur les différents marchés. Pendant le Cartel des gauches, il constitue déjà un terrain d’affrontements entre les radicaux et les socialistes. Jusqu’à la fin des années vingt, le protectionnisme n’est qu’un des volets d’une politique visant à décongestionner temporairement un marché soumis à la pression d’une récolte abondante. Avec la succession de récoltes excédentaires et l’impossible écoulement des stocks, la fermeture des frontières cesse d’être une mesure sporadique d’intervention pour devenir une donnée structurelle. Tardieu devient, comme président du Conseil ou comme ministre de l’Agriculture, le symbole de cette politique de relèvement des tarifs agricoles : la loi du 1er décembre 1929 donne au gouvernement la possibilité de modifier, par décret, les tarifs agricoles. Tardieu dénonce également les accords privilégiés avec l’Espagne et l’Italie qui facilitaient l’importation de leurs produits agricoles en échange d’exportations industrielles.

  • 25 Queuille (H.), Le drame agricole, un aspect de la crise, Paris, Hachette, 1932, 192 p.

29Pourtant, parce que l’hypothèse d’une surproduction structurelle demeure difficilement acceptable, l’attention de l’opinion et d’une majorité de la classe politique reste focalisée sur l’existence de « brèches » dans le système protecteur, qui seules expliquent la chute des cours. On accuse en particulier de tous les maux, durant les années trente, le système de l’admission temporaire, permettant à la meunerie de transformer des blés « étrangers » avant leur réexpédition. La dénonciation de la porosité du marché français est indissociable de la vision agrarienne précédemment évoquée. Le marché mondial est soumis à une surproduction parce que la logique du profit l’a emporté sur les vertus du travail et de l’autoconsommation incarnées par le modèle français. Cette vision défensive et nationaliste l’emporte rapidement sur les dernières illusions d’une politique de coopération internationale agricole, un temps prônée par l’Institut international d’agriculture25.

  • 26 Le Populaire, 3 mars 1928, « Le Sénat se montre plus protectionniste que la Chambre ».

30Le protectionnisme qui pèse sur les prix agricoles, avec d’inévitables répercussions sur le prix du pain, a toujours été envisagé avec réticence par la SFIO. À l’époque du Cartel des gauches, celle-ci se défiait d’une politique uniquement douanière. La même méfiance est de mise quelques années plus tard, lors de la renégociation des traités de commerce. Le Populaire critique la surenchère du Sénat : « Tous les sénateurs, gros propriétaires terriens, sont venus réclamer une plus ferme protection des produits du sol et le droit, pour les agriculteurs, de les exporter largement. Personne, même timidement, n’a fait entendre, au cours de cette journée où agriculteurs, industriels, commerçants, ont tâché de tirer le plus qu’ils l’ont pu la couverture à eux, la voix du consommateur, éternel sacrifié.26 »

  • 27 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 20 mars 1931, p. 2085.
  • 28 Ibid., p. 2088.

31Ces réticences à l’encontre du protectionnisme apparaissent régulièrement lors des débats parlementaires. Cependant, faute de pouvoir imposer leurs solutions, les socialistes en sont réduits à critiquer les insuffisances des projets gouvernementaux, tout en se trouvant dans l’obligation de les voter : alors que la crise agricole s’aggrave, il est impossible de ne pas voter le relèvement des droits de douanes. Cette position peu confortable est exploitée par le gouvernement. En 1930, au cours d’un débat sur le marché du sucre, Monnet, député de l’Aisne, département betteravier, s’en prend avec virulence aux demi-mesures douanières demandées par le gouvernement Laval : « Comment pouvez-vous continuer à être à cette tribune les défenseurs perpétuels de ce régime qui aboutit par un retour fatal des choses, tous les dix ans, tous les cinq ans, parfois même plus fréquemment encore, à ces surproductions qui provoquent des crises profondes de mévente et la misère des producteurs.27 » Aussitôt Tardieu fustige les pratiques parlementaires de la SFIO, qui dénonce haut et fort le protectionnisme, mais en vote toutes les réglementations : « Ils vont faire, cette fois-ci, ce qu’ils ont fait la dernière fois ; après avoir combattu et flétri le droit de douane, ils vont le voter. Ne le contestez pas, j’ai le scrutin de 1929 sous les yeux.28 » Isolés au Parlement, les socialistes ne parviennent pas, sauf en matière viticole, à imposer leurs principes économiques face à la généralisation de la crise. Ils en sont réduits à voter les mesures protectionnistes prônées par les gouvernements successifs, alors que monte la colère paysanne.

II. De nouvelles pratiques de mobilisation

Émeutes et mouvements paysans dans la première moitié du XXe siècle

  • 29 Tilly (C.), « Les origines du répertoire de l’action collective contemporaine en France et en Grand (...)

32Les mouvements paysans ne sont pas très nombreux en France au cours de la première moitié du XXe siècle et les tentatives de classifications sont délicates. Dans la longue durée, Charles Tilly propose une lecture stimulante avec la notion de répertoire d’action collective, où s’oppose un « répertoire ancien », qu’il situe au XVIIe siècle et un « répertoire nouveau » dont il repère l’émergence au XIXe siècle. Le premier est un répertoire « localisé et patronné », le second « national et autonome »29. L’étude des luttes paysannes en France au début du XXe siècle suggère plutôt l’enchevêtrement de ces répertoires, symptomatique d’une période de transition et oblige à recourir à une autre typologie, en distinguant les dimensions catégorielles, corporatives ou communautaires de ces mouvements, au sein desquels se juxtaposent les différentes formes d’utilisation des répertoires d’action collective.

  • 30 Gratton (P.), La lutte des classes dans les campagnes, Paris, Anthropos, 1971.
  • 31 A.N., F 7 13626, rapport du préfet des Landes, 26 décembre 1920.

33Les conflits « catégoriels », protestations ou grèves touchant une catégorie précise de travailleurs, le plus souvent des salariés ou des métayers, sont bien connus, rattachés très étroitement à l’histoire des luttes ouvrières : certaines professions sont tôt représentées à la CGT tels les bûcherons ou les ouvriers viticoles30. Leur évolution, après 1918, reflète celle des organisations syndicales ouvrières. Après l’embellie de l’immédiat après-guerre, la dynamique retombe au cours des années vingt, avant de connaître un nouvel essor au moment du Front populaire. Les conflits sont le plus souvent étroitement localisés et se limitent à des actions revendicatives d’ordre salarial. Elles sont récurrentes parmi certaines professions, comme chez les travailleurs viticoles. Ces grèves agricoles, par de nombreux aspects, s’apparentent au répertoire moderne : elles appartiennent au mouvement social et sont accompagnées de réunions publiques, autant de facteurs que Tilly place du côté de l’autonome et du national. Cependant, pour les conflits des métayers, les formes de la contestation peuvent prendre des formes plus violentes, faisant peser la menace de représailles sur les patrons réticents31.

  • 32 Girault (J.), « Le rôle du socialisme dans la révolte des vignerons de l’Aube », Le Mouvement socia (...)

34Avec les mouvements « corporatifs », c’est toute une branche agricole, et non plus seulement une catégorie de travailleurs qui est touchée. La différence fondamentale avec la situation précédente est la disparition temporaire des oppositions de classes, l’ensemble des producteurs étant concernés, petits et grands et, avec eux, leurs salariés. L’agitation qui s’empare en 1911 des vignerons de l’Aube, dont les activités sont remises en cause par une loi restreignant l’aire d’appellation du Champagne, en fournit une bonne illustration32. Leur mobilisation est suffisante pour faire reculer le gouvernement. Les manifestations des bouilleurs de cru se rattachent également à cette catégorie, lors des tentatives de réglementation du marché du vin. En 1935, alors que la Chambre tente de mieux contrôler la production d’alcool et restreint les fameux privilèges, le bocage normand entre en effervescence. Les répertoires en vigueur ne sont pas exactement semblables : il y a certes l’usage des assemblées et des réunions publiques, l’occupation des lieux symboliques du pouvoir, la présentation de slogans et de signes d’appartenance, mais l’aspect plus « général » de la crise se traduit par le soutien des notables locaux, ce qui ne va pas dans le sens de l’autonomie du mouvement. La distinction établie par Tilly ne semble pas opératoire ici.

  • 33 Frader (L.L.), Peasants and Protests. Agricultural Workers, Politics, and Unions in the Aude (1850- (...)
  • 34 Ibid., p. 137.

35Le dernier stade de la mobilisation paysanne peut être qualifié de « communautaire » lorsque l’atteinte portée aux intérêts économiques entraîne une réaction de la collectivité tout entière. Par solidarité, la mobilisation dépasse les seuls membres de la corporation en danger. L’exemple de la révolte du Midi en 1907 vient immédiatement à l’esprit, provoquée par la surproduction chronique du marché viticole et l’effondrement des cours. Elle déclenche une mobilisation massive, lorsque des centaines de milliers de personnes défilent dans les principales villes. Des villages entiers se déplacent et Laura Frader souligne la présence des femmes et des enfants lors de ces défilés33. Tous ces éléments contribuent à faire de ces manifestations le dernier exemple d’une révolte encore imprégnée des pratiques traditionnelles, d’autant que l’intervention de la troupe provoque des scènes de fraternisation. L’exaltation du particularisme méridional a contribué à dramatiser encore un peu plus ces événements. L’identification des différents répertoires mis en œuvre montre leur enchevêtrement. Du côté de la « modernité » : l’occupation de l’espace public et la dimension nationale des revendications, incarnée par une pancarte portée par un manifestant qui proclame : « Nous irons à Paris34 ». À l’inverse, la mobilisation des participants « comme membres de corps et de communautés constitués » entraîne ces manifestations du côté du modèle « traditionnel ».

 

36Les conflits paysans des années trente reprennent tout ou partie des pratiques expérimentées dans le passé. Leur origine même ne diffère pas des mouvements précédents, avec la primauté donnée aux questions économiques. Ce sont des producteurs, menacés par la faillite ou l’appauvrissement, qui se mobilisent contre la baisse des cours. Face à cette situation, ils réagissent par des moyens déjà expérimentés avec succès lors des « crises » précédentes : les manifestations massives, l’adoption d’ordres du jour déposés à la préfecture sont une première étape. Si les difficultés persistent, le mécontentement peut se traduire par la menace d’une grève des impôts ou la démission massive des maires et des conseillers généraux. Le souvenir même de ces événements est d’ailleurs présent dans les esprits et la presse militante se charge au besoin de les rappeler : Le Populaire publie, en octobre-novembre 1934, une série de quatre articles sur l’insurrection champenoise de 1911.

37Malgré l’ampleur de la crise qui frappe l’ensemble des producteurs de blé, et à un moindre degré, les autres produits agricoles, les rassemblements ne prennent pas un caractère « régional ». Les femmes sont les grandes absentes de ces manifestations : le professionnel l’emporte très largement sur le communautaire. Cette dernière précision invite à considérer ces mouvements paysans non plus comme la simple réédition de pratiques déjà expérimentées par le passé, mais comme la première ébauche d’une mobilisation politique sous des formes nouvelles. S’il est incontestable que des thèmes corporatifs – obtenir la revalorisation des prix agricoles – motivent avant tout la mobilisation, la politisation est rapide. Elle est, bien entendu, le produit d’un activisme politique extérieur, qui tente d’instrumentaliser le mécontentement rural pour s’imposer sur le devant de la scène. Les grandes manifestations paysannes que le Parti agraire ou Dorgères multiplient partout à travers le pays ne signifient nullement que les participants adhèrent en bloc aux objectifs politiques des organisateurs. Le décalage entre les revendications politiques et les aspirations purement corporatistes et professionnelles des paysans est visible dans le faible succès des candidatures agrariennes aux élections législatives. Pour autant, il importe d’écarter l’hypothèse d’une simple « récupération » politique de la colère paysanne. Au sein de toutes les organisations paysannes, de droite comme de gauche, des militants locaux apparaissent, cultivateurs, qui assurent le succès des réunions et la permanence des structures militantes quand celles-ci sont mises en place.

38Cette mobilisation paysanne des années trente est une étape décisive dans le processus de modernisation de la vie politique des campagnes : l’action directe représente une alternative – qui n’est pas nécessairement exclusive – à l’appartenance partisane. Elle incarne pour une partie de la paysannerie un mode d’émancipation de la tutelle des notables, qu’ils soient conservateurs ou républicains, une forme d’initiation à la politique. La crise agricole et les revendications professionnelles lui offrent un terrain privilégié pour revendiquer une place plus conséquente parmi les sphères dirigeantes de l’État. Cette exigence apparaît légitime, l’idéologie dominante ne cessant d’exalter son importance et sa spécificité. Ces pratiques participent très directement à l’élaboration de types nouveaux d’expression politique que les exploitants agricoles n’ont cessé d’utiliser depuis.

Les acteurs de l’agitation paysanne

39Le thème de l’unité rassemble les différents acteurs qui investissent la scène paysanne. Cette notion d’unité est essentielle, car elle rompt avec les revendications d’ordre purement catégoriel. L’essentiel n’est plus de défendre les producteurs de blé, de maïs, les éleveurs, des salariés ou de gros exploitants, mais les paysans ou les agriculteurs considérés comme un ensemble homogène.

40Cette unité recouvre toutefois des réalités différentes. Ainsi, pour les associations syndicales traditionnelles, et notamment la branche syndicale de la rue d’Athènes, l’Union nationale des syndicats agricoles, elle englobe l’ensemble du monde agricole, de l’ouvrier au propriétaire non exploitant. Tous ont des intérêts communs et les éventuels conflits doivent être réglés par l’organisation syndicale elle-même, structurée sur une base corporative. Ce comportement unitaire caractérise aussi le mouvement Dorgères. Celui-ci, qui a effectué ses premiers pas de journaliste dans la presse agricole conservatrice, reprend les thèmes de l’union des producteurs. Les manifestations organisées contre l’obligation pour les cultivateurs de cotiser aux assurances sociales à partir de 1928 sont représentatives de sa conception unitaire et autonome de l’action paysanne. Si les assurances sociales doivent être mises en application, ce n’est pas sur injonction de l’État, mais au sein de la profession librement organisée, par le recours aux mutuelles regroupant l’ensemble des producteurs, patrons et ouvriers.

  • 35 Noilhan (H.), La République des paysans, Aurillac, Imprimerie du « Cantal Républicain », 1931, p. 8 (...)

41Créé en novembre 1927, le Parti agraire et paysan français développe une conception plus étroite de l’unité agricole, celle des exploitants. Elle s’accompagne d’une forte défiance à l’encontre des « propriétaires fonciers » et d’une bourgeoisie rurale accusés d’exploiter durement le travailleur de la terre. Aussi existe-t-il, aux yeux des théoriciens du Parti agraire, une classe paysanne : « La classe paysanne, la classe bourgeoise et la classe ouvrière sont, qu’on le veuille ou non, trois classes différentes, ayant des intérêts souvent communs mais souvent aussi en opposition momentanée.35 » Les revendications spécifiques de cette classe paysanne exigent que les producteurs agricoles prennent eux-mêmes leurs intérêts en main, surtout sur le plan professionnel. Les positions du PAPF sont à mi-chemin entre l’unité paysanne et la lutte des classes, accusant la bourgeoisie urbaine de manipuler les agriculteurs à son seul profit, ceux-ci lui fournissant « des enfants, des soldats et des bonnes. » Cette vision en termes de classes, évidemment absente au sein des organisations conservatrices, explique la position médiane du Parti agraire sur l’échiquier politique et sa capacité à séduire la paysannerie républicaine.

  • 36 Gratton (P.), Les paysans français contre l’agrarisme, op. cit., pp. 137-145.

42À l’extrême gauche, les efforts du Parti communiste pour mettre sur pied des groupements paysans, le Conseil paysan français (1925) puis la Confédération générale des paysans travailleurs (1929) obéissent à un objectif identique, celui d’une unité nécessairement réalisée à la base, alors que triomphe au plan national la stratégie classe contre classe. À partir de 1932 et l’intensification de la crise, le Parti communiste mise sur l’unité paysanne pour étendre son influence. Cette action unitaire est particulièrement sensible dans le Lot-et-Garonne, département de Renaud Jean où elle s’amorce dès 1933 en direction des groupements agrariens locaux. Avant même le retournement officiel de la ligne du parti, sur le terrain, le regroupement des forces était largement préconisé et même pratiqué. Aussi lorsque la CGPT, suivant les nouvelles consignes de l’Internationale, applique le front unique dans les campagnes, elle propose un rapprochement avec le Parti agraire et le Front paysan, en septembre-octobre 1935. Cette candidature avait peu de chance d’aboutir, l’anticommunisme étant le ciment de la cohésion agrarienne. Par ailleurs, une telle initiative irritait très fortement la CNP et les socialistes, à qui l’on proposait également, non plus seulement l’alliance, mais la fusion36. Cette tactique esquissée par les communistes avait pour but d’élargir leur audience en profitant de la dynamique générée par les organisations adverses, tout en rejetant sur ses adversaires l’échec des stratégies unitaires.

  • 37 La Défense paysanne, mars 1933, « Que sommes nous ? Que Voulons nous ? »

43La Confédération nationale paysanne est le dernier acteur des manifestations d’agriculteurs. Dès sa création, elle invoque l’unité des travailleurs de la terre : « La Confédération Nationale Paysanne groupe les fermiers, les métayers, la petite et moyenne propriété, autrement dit, en un sens beaucoup plus large, tous les véritables travailleurs de la terre, ceci dit, pour éviter toute discussion puérile, au sujet des qualificatifs de petite et moyenne propriété. Pourquoi cette restriction ? Parce que la grosse propriété terrienne est, d’une façon générale, entre les mains de propriétaires, pour lesquels les revenus de la terre ne sont qu’un accessoire, et, la terre elle-même, un lieu de délassement pour l’été.37 » La CNP développe des thèmes proches du Parti agraire et paysan français : la défense des travailleurs de la terre et la dénonciation du capitalisme pesant sur la classe paysanne ; elle se place au cœur de ce vaste courant de valorisation des propriétaires exploitants.

 

  • 38 Noilhan (H.), op. cit., p. 196.

44Le thème de l’unité s’accompagne de l’affirmation de la spécificité paysanne. Il est naturel que ces organisations reprennent à leur compte les principaux aspects de l’idéologie agrarienne. C’est d’ailleurs cette spécificité du monde rural qui légitime une intervention dans le champ politique. Le Parti agraire en fournit une bonne illustration : « Nous pensons qu’à côté de cette civilisation industrielle, que l’on ne saurait se défendre d’admirer profondément, mais qui n’est à tout prendre qu’une civilisation partielle, il existe une civilisation paysanne, basée sur des données entièrement différentes et qui, léthargique depuis de longs siècles, peut se réveiller tout à coup. Une civilisation qui ignore la loi du Standard, qui ignore le patronat et le salariat obligatoire, qui ignore les gestes mécaniques indéfiniment répétés tout au long de l’année, qui ignore les prévisions rigoureuses et qui est encore soumise aux lois du hasard et, dans une certaine mesure, de la fantaisie. Une civilisation qui ne perd jamais contact avec ces lois de la nature qui sont en perpétuel contresens avec les lois de l’Industrie.38 » Le but poursuivi par le Parti agraire est donc simple : grouper les énergies paysannes pour faire triompher cette civilisation paysanne, seule garante de l’ordre et de l’équilibre ancestral des nations.

  • 39 Le Normand (G.), Le Parti agraire, Paris, Librairie populaire, 1932, p. 23.

45Cette exaltation de la spécificité terrienne s’incarne tout particulièrement dans le processus de « construction » des leaders paysans. La similitude est frappante pour des mouvements dont les inspirations idéologiques sont pourtant très différentes. L’exemple est donné par le Parti agraire et paysan français dont le dirigeant, Gabriel Fleurant, s’est affublé du terme d’Agricola. Ancien enseignant devenu journaliste agricole, il se construit une personnalité terrienne, afin de mieux faire coller son identité à son objectif, la création d’un grand parti paysan. Autour de lui, on trouve deux avocats, Henri Noilhan et Pierre Casanova. Cette manière de se présenter comme « paysans » les expose aux critiques du Parti socialiste : « Aucun d’eux n’a les mains calleuses du laboureur, aucun même ne dirige quelque exploitation agricole, ce sont des gens de la ville, de ces citadins dont les intérêts n’ont rien de commun avec ceux des habitants des campagnes, pour employer leurs propres expressions. [...] C’est un peu étonnant de la part de ceux qui prétendent régénérer la France et l’Europe par l’arrivée au pouvoir de la classe paysanne.39 »

  • 40 Ory (P.), « Le dorgérisme, institution et discours d’une colère paysanne (1929-1939) », Revue d’his (...)

46La démarche est identique pour le mouvement de Défense paysanne, passé à la postérité sous le pseudonyme de son leader : Dorgères. Henry d’Halluin n’appartient pas au monde agricole, son père étant boucher. Après la guerre, il entame lui aussi une carrière de journaliste agricole qui assurera une part de son succès. C’est autour de lui que se cristallise la figure du chef paysan, ainsi que le précise à juste titre Pascal Ory40. Plus que tout autre, Dorgères est parvenu à construire un personnage qui incarnait physiquement le combat qu’il livrait.

  • 41 Le Mémorial de la Creuse, 14 octobre 1933, « Une réunion organisée par la Confédération Nationale P (...)
  • 42 Pitaud (H.), La Terre aux paysans, Paris, P. Bossuet, 1936. p. 179.

47La CNP utilise une stratégie similaire autour du personnage d’Élie Calvayrac (1877-1942). Celui-ci suit jusqu’à la guerre un parcours de militant traditionnel. Employé de commerce, il s’engage dans le mouvement coopératif de la Haute-Garonne et devient secrétaire général de la Fédération régionale des coopératives. Après la guerre, il « retourne » à la terre et devient cultivateur à Fonsorbe. Durant les années vingt, il contribue à la mise sur pied de syndicats agricoles, tout en poursuivant son activité de militant. En 1933, il est nommé secrétaire général de la CNP. Il devient à son tour l’incarnation « physique » du mouvement paysan, image que relaient avec complaisance ses partisans : « On sent à entendre parler cet homme qu’il est plus qu’un apôtre, comme le Dieu d’une religion nouvelle. [...] Ah ! c’est bien un paysan qui parle. Un paysan qui aime sa terre, la terre à laquelle il est rivé, sur laquelle il veut, dit-il, vivre libre et non en esclave.41 » Henri Pitaud lui-même, ancien militant des syndicats Mancel ayant rejoint la CNP exalte cette dimension du personnage : « Petit-fils de paysans ariégeois descendus à Toulouse et qui, à la fin de la guerre, était retourné à la terre qu’il avait aimée toute sa vie. [...] Pour ce grand idéaliste, Jaurès, qu’il avait rencontré dans sa jeunesse, était un nouveau Christ.42 »

48Il est frappant de constater, au sein des organisations paysannes, une telle convergence des stratégies, comme si la mobilisation syndicale et politique des exploitants agricoles ne pouvait être efficacement conduite que par l’un d’entre eux.

Les contraintes du rapport à la politique

49L’appel à l’unité et la construction d’une identité paysanne sont indispensables au succès d’une stratégie syndicale. Celle-ci pourtant dissimule mal la recherche de buts politiques, sensibles, mais à des degrés divers, parmi toutes les organisations.

50Le Parti agraire est le seul qui revendique, par son appellation même, une identité partisane. Cette particularité s’explique par son origine précoce : en 1928, la paysannerie connaît une situation économique relativement satisfaisante. Les premières manifestations de la crise peuvent être réglées par la mise en œuvre d’une politique protectionniste, en discussion à la Chambre des députés. La revendication du Parti agraire est donc en priorité d’ordre politique, avec l’idée que la « classe paysanne » n’est pas représentée à sa juste valeur dans la société. Divisée par les partis politiques, elle doit au contraire, en retrouvant son unité, faire triompher ses intérêts par l’élection de députés paysans, selon le modèle prôné par l’Internationale verte qui regroupe les principaux partis agraires d’Europe.

  • 43 Noilhan (H.), op. cit., p. 41.
  • 44 Wright (G.), La révolution rurale en France, Paris, Éditions de l’Épi, 1967, pp. 86-87.

51Il se caractérise également par sa diversité politique, regroupant en son sein des courants contradictoires, à l’image de ses deux principaux leaders. Fleurant Agricola a milité avant guerre au sein d’un groupe radical socialiste et Casanova, avocat spécialisé des groupements de producteurs, professe des opinions beaucoup plus conservatrices. Les responsables s’efforcent un temps de maintenir une politique d’équilibre renvoyant dos à dos, d’un côté les marxistes, serviteurs acharnés des intérêts ouvriers et de l’autre la bourgeoisie, porte-parole des intérêts de l’industrie : « Figurez-vous que M. Léon Blum et M. Compère-Morel, qui ne doutent de rien, ont rêvé de confier l’affranchissement de cette classe paysanne à ces mêmes salariés des villes qui nourrissent pour elle un si profond mépris [...], pendant que M. de Kerillis compte surtout sur ces bons bourgeois, qui regrettent encore le temps où « la collaboration de châtelain et de l’instituteur rattachait les populations à la terre » par un bourrage de crâne habile et persévérant.43 » Cette position « centriste », reflet d’une politique uniquement au service des intérêts paysans, se révèle intenable avec la crise. Si l’agitation paysanne renforce au départ le Parti agraire, projeté sur le devant de la scène par le meeting de Chartres, il subit la concurrence des autres organisations agraires et surtout du mouvement Dorgères. Face à la nécessité de proposer des solutions immédiates et de choisir une ligne politique claire, le Parti agraire se désagrége. Ralliant le Front paysan en 1935, il n’en tire aucun profit. Au contraire, les tensions internes s’accroissent et aboutissent à la scission du mouvement en février 1936. Les éléments « républicains » et « anti-capitalistes » créent le Parti républicain social agraire44.

  • 45 Paxton (R.O), Le Temps des Chemises vertes, Paris, Seuil, 1996, 316 p.
  • 46 Ory (P.), Henry Dorgères et la « Défense Paysanne » des origines à 1939, maîtrise, Nanterre - Paris (...)
  • 47 Barral (P.), Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, A. Colin, 1968, p. 241.
  • 48 Progrès agricole de l’Ouest, 5 septembre 1933.

52Dorgères et ses comités de Défense paysanne connaissent une trajectoire inverse. Engagé à l’origine dans un mouvement purement corporatiste et sur un thème précis, Dorgères investit progressivement l’espace politique. À la faveur de la crise et de l’échec des mesures successives d’organisation des marchés, il fait de l’antiparlementarisme l’un des thèmes privilégiés de son action. Les positions idéologiques de Dorgères posent donc moins de difficultés de classement45. Issu de la droite, il y demeure fidèle. Le Progrès agricole de l’Ouest, lancé en 1925, où il écrit son premier éditorial en 1926 est clairement conservateur. Ses talents de polémiste assurent le succès du journal qui prospère en dénonçant la loi des assurances sociales, à partir d’avril 1928. Et c’est en 1929 qu’apparaît le « Comité de Défense paysanne d’Ille-et-Vilaine contre les assurances sociales ». Comme d’autres formations contestataires, l’agitation se réduit lors du ministère Tardieu et ne reprend vigueur, sous des formes plus politiques, que contre la majorité de gauche élue en 193246. La crise agricole donne un élan décisif aux protestations paysannes. L’attrait pour l’action et les manifestations violentes, l’existence d’un service d’ordre musclé, transformé en Chemises vertes, pose la question de l’attirance pour le fascisme. Pour Pierre Barrai, les discours musclés et autoritaires relèvent principalement de l’effet de tribune47. Dorgères n’hésite pourtant pas à écrire, en 1933 des professions de foi fascistes et en septembre 1933, face aux saisies qui se multiplient, il réclame la dictature et la formation de troupes d’assaut paysannes48.

  • 49 Birnbaum (P.), Un mythe politique : « la République juive », de Léon Blum à Pierre Mendès France, P (...)

53L’antiparlementarisme est une des composantes essentielles du discours dorgériste, les députés étant accusés d’entretenir la misère du monde rural par des lois inadaptées et discriminatoires envers les paysans. L’utilisation de la fourche à la tribune de nombreux meetings et plus encore dans les articles de Dorgères fait ouvertement référence à la nécessité de « purifier » la France, en la débarrassant du « fumier parlementaire ». Cet antiparlementarisme se teinte rapidement d’antisémitisme, à travers la dénonciation des intermédiaires – le marchand de blé Louis-Georges Dreyfus – mais aussi des élus. L’élection législative partielle de 1935 où Pierre Mendès France affronte l’un des lieutenants de Dorgères, Modeste Legouez, figure de la paysannerie locale est largement construite sur l’antisémitisme, le juif étant l’antithèse du paysan et du Français49. Cette dimension peu connue du dorgérisme est la conséquence de la radicalisation du discours agrarien ; l’exaltation de la spécificité paysanne, de l’enracinement et d’une certaine conception de la nation française offre un terreau favorable à l’antisémitisme des années trente. Le dorgérisme investit donc sans équivoque le terrain politique, tout en prétendant s’en défier, au nom de la terre qu’il représente. Cette contradiction est sensible lors de la candidature de Dorgères à Blois. Candidature malheureuse qui le rendra méfiant par la suite puisque contrairement à quelques-uns de ses lieutenants, il ne se présente pas aux élections législatives de 1936.

  • 50 Le Populaire, 23 décembre 1933, « Le Congrès de la Confédération Nationale Paysanne ».

54L’extrême gauche ne reste pas inactive face à l’agitation du monde rural. Le Parti communiste dispose d’un avantage, celui d’une structure préexistante, la CGPT, cadre efficace de mobilisation. La question de son indépendance politique ne pose pas de problème particulier. Si les liens entre les deux organisations sont connus, la CGPT, conformément à sa vocation initiale, prétend accueillir l’ensemble des travailleurs de la terre, sans se préoccuper de leur appartenance partisane. L’attitude de la CNP est différente car elle met au contraire l’accent sur sa totale indépendance vis-à-vis des partis politiques : lors du deuxième congrès du mouvement, en septembre 1933, la question revient comme un leitmotiv : « L’action de la CNP, dit Blanchet, demeurera en dehors de toute politique50 ». Cette position, sur la réalité de laquelle nous reviendrons, oppose les deux organisations. Les communistes privilégient l’efficacité : seule compte la capacité des militants communistes, sur le terrain, à s’opposer de la manière la plus efficace, ou tout au moins la plus visible, aux retombées de la crise. À terme, espèrent-ils, cette mobilisation aura des conséquences politiques. Cette stratégie a également des retombées sur la « visibilité » des leaders paysans : Renaud Jean, puis Waldeck Rochet sont à la fois des hommes d’appareil, des élus communistes et des responsables syndicaux. La CNP met au premier plan la question de son indépendance, refusant tout « cumul des mandats » entre les fonctions syndicales et politiques, au plan national. C’est au nom de ce principe sur lequel s’arc-boute la CNP que les pourparlers unitaires échoueront avec la CGPT.

55La mise en perspective des positions des différents protagonistes des manifestations agricoles illustre l’aspect primordial des enjeux politiques : la méfiance affichée à leur encontre dissimule mal la volonté commune de tirer bénéfice du malaise paysan. Mais les organisations paysannes ont d’autres points communs, en particulier dans les modes et les pratiques de la mobilisation qui sont aussi l’objet d’un profond renouvellement.

III. Les modalités de l’action paysanne

L’affaire Salvaudon, les acteurs entrent en scène

56La vente-saisie par l’État des biens de Salvaudon, propriétaire exploitant qui refuse le paiement de ses cotisations d’assurances sociales, en juin 1933, donne l’occasion d’observer l’action concrète des acteurs paysans.

  • 51 Dorgeres (H.), Haut les fourches, Paris, Les Œuvres Françaises, 1935, p. 7.

57Cette vente qui a dégénéré en un affrontement entre paysans et gendarmes est passée à la postérité, car elle a contribué à « lancer » la carrière nationale de Dorgères. Celui-ci est en effet poursuivi par la justice et condamné à trois mois de prison ferme, dont il effectue 28 jours effectifs. Alors que se multiplient à travers le pays les ventes-saisies de fermiers incapables de payer leur fermage, ou de propriétaires démunis face au fisc, en raison de la mévente des produits agricoles, Dorgères se présente comme leur défenseur, prêt à affronter la prison. En fait, la réalité est tout autre puisque Salvaudon n’est pas un « fermier », mais un propriétaire qui possède près de 250 hectares et emploie 18 salariés à temps complet et 20 ouvriers saisonniers. Dans son livre programme publié à l’occasion de l’élection législative de Blois, Dorgères se garde bien de préciser que Salvaudon a été saisi pour refus de payer ses cotisations d’assurances sociales, et poursuit en décrivant la misère des petits exploitants bretons acculés à la ruine et même au suicide51. Mais au-delà de l’intérêt qu’elle présente pour l’histoire des Chemises vertes, cette affaire est aussi le champ d’expérimentation d’une plus vaste mobilisation paysanne.

  • 52 A.D. Somme, 99 M 112, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 24 avril 1933.

58En amont de la vente-saisie du 18 juin 1933, le département de la Somme est le théâtre d’une lutte active pour prendre la tête du mécontentement paysan. D’un côté les organisations traditionnelles représentant les intérêts agricoles, Chambre d’agriculture et Société des agriculteurs de la Somme, et de l’autre, le Parti agraire, dont les responsables tentent d’accroître le rayonnement par des actions spectaculaires. Lors de ces affrontements qui s’intensifient à partir de l’automne 1932, Salvaudon n’est pas un inconnu. Un rapport préfectoral du 12 juin 1933 informe le ministre de l’Intérieur qu’il fait depuis déjà longtemps campagne contre le refus de payer les cotisations des assurances sociales, avec l’accord de ses ouvriers semble-t-il. C’est d’ailleurs sur ce thème qu’il est élu conseiller d’arrondissement en octobre 1931 : on mesure ainsi pleinement comment la mobilisation paysanne se transforme aisément en mobilisation politique. En 1932, il fait partie de ceux qui critiquent la modération de la Société des agriculteurs et réclament la grève des impôts. Aux rivalités de couloirs succèdent, début 1933, des tentatives plus amples de mobilisation. Les responsables du Parti agraire organisent un meeting à Amiens, le 12 mars 1933, qui réunit 4 000 auditeurs venus écouter Fleurant Agricola. La Société des agriculteurs entend garder son indépendance, mais invite ses membres à marquer, par leur participation, l’union des paysans. Elle tient néanmoins à ne pas laisser le champ libre au Parti agraire et organise quelques semaines plus tard, le 23 avril, un nouveau rassemblement à Amiens, qui regroupe 3 500 personnes. Pointier, président de la Société, s’est assuré le soutien des parlementaires du département, ainsi que la présence de représentants de la Chambre du commerce et des industries. La réunion est « unanimiste », comme dans la plupart des départements et Fleurant Agricola vient prononcer quelques mots au nom de son organisation. La vedette n’en revient pas moins à Pointier qui, au-delà de la défense paysanne, fait passer des mots d’ordre plus politiques : « Un seul passage de son exposé n’a été approuvé que par la moitié environ de l’assemblée : lorsqu’il a demandé le renouvellement de l’expérience Poincaré et l’avènement d’un homme ayant les pleins pouvoirs.52 » Une fois encore, la tentation politique est très présente, renforcée par la présence d’une majorité de gauche au pouvoir. C’est dans ce contexte que Salvaudon fait appel à Dorgères pour s’opposer à la saisie du fisc, alors même que les partis de gauche ne restent pas inactifs.

  • 53 Le Cri du peuple, 18 juin 1933.
  • 54 Le Grand écho du Nord, 19 juin 1933.
  • 55 L’Action française, 19 juin 1933, « Une journée d’émeute dans la Somme », par Georges Gaudy.

59La fédération de la Somme alerte en effet ses militants par l’intermédiaire de son journal, Le Cri du peuple, sous le titre « Un mouvement fasciste à Bray-sur-Somme » : « Naturellement, ce ne sont pas les petits fermiers qui viendront – mais les gros potentats du Santerre et du Pas-de-Calais. [...] Camarades socialistes de Péronne, de Rosières, d’Albert et d’ailleurs, venez assister au match entre fascistes et gendarmes.53 » Lebel, député SFIO, tente de prendre la parole après le discours de Dorgères, sans beaucoup de succès : « M. Lebel, député socialiste de la circonscription de Montdidier [Doullens], veut essayer de calmer l’effervescence de la foule, mais à peine l’a-t-on aperçu qu’une grêle de pierres s’abat sur lui. Il doit s’enfuir sous les huées.54 » La version des partisans de Dorgères abondamment relayée par la presse de droite est bien différente, s’apitoyant sur les pauvres cultivateurs chargés sabre au clair par la garde mobile et exaltant les qualités viriles – Salvaudon est un ancien combattant – de cette paysannerie française poussée dans ses derniers retranchements55. L’action de la SFIO est à l’inverse relayée par les groupes syndicaux qui saisissent l’occasion de s’en prendre aux adversaires déclarés de la loi sur les assurances sociales. Ce sont eux qui, renchérissant malgré les menaces, provoquent l’ire des amis de Salvaudon. Ainsi, contrairement à la presse agraire et conservatrice, les socialistes maintiennent l’affrontement sur un terrain bien précis, l’opposition à la loi. Ce sont les ouvriers et les fonctionnaires, « avant-garde » du parti, qui viennent tenir tête aux grands propriétaires terriens adversaires du progrès social. Il n’est pas question, dans leur analyse, de crise et de misère paysannes.

  • 56 L’Humanité, 19 juin 1933.
  • 57 L’Humanité, 20 juin 1933.

60Les réactions communistes sont plus ambiguës, issues du tiraillement entre la volonté de profiter du mécontentement paysan et le souci de ne pas apparaître du même côté que les grands exploitants défendus par Dorgères. Les deux principaux articles que L’Humanité consacre à ce sujet, le 19 et le 20 juin, reflètent ces contradictions. Dès le lendemain de la saisie, le journal communiste titre : « À Bray-sur-Somme – La garde mobile charge les paysans s’opposant à une saisie ». Le quotidien communiste précise qu’il s’agit d’un grand propriétaire, mais dont les ouvriers s’opposent à la loi sur les assurances, conformément au mot d’ordre communiste à ce sujet, c’est-à-dire des assurances sociales sans versement ouvrier. Relatant les affrontements avec la garde mobile, L’Humanité veut se convaincre qu’ils ont été provoqués par la détresse paysanne et non pour défendre Salvaudon : « C’est n’est pas pour cela que les paysans pauvres se sont battus avec la police. C’est pour protester contre la misère, contre les saisies qui, avec la crise accentuée, les menacent tous. Cette lutte, c’est avec la CGPT, avec le Parti communiste qu’ils doivent la mener.56 » Le ton change pourtant dès le lendemain, sous un titre plus en rapport avec la tactique classe contre classe : « La démonstration pro-fasciste du Koulak de Bray-sur-Somme ». L’article dénonce la manipulation des grands propriétaires qui mobilisent les paysans pour la défense de leurs intérêts : « Le gros propriétaire terrien Salvaudon, soutenu par les chefs fascistes de la ligue des contribuables, les Dorgères et Delhayn [sic] dirigeants d’une organisation agraire fasciste de l’Ouest, avait fait appel aux petits paysans, aux ouvriers agricoles, amenés par les Koulaks de la contrée. Pour leur agitation fasciste, pour la défense de leurs propres intérêts, les capitalistes de la terre exploitent la misère qui augmente à la campagne.57 » Le volte face communiste traduit incontestablement la difficulté du positionnement face à l’agitation des campagnes.

61Mais les différentes relations des affrontements de Bray-sur Somme ne sont pas seulement l’occasion de découvrir les acteurs du « drame paysan ». Elles témoignent également de pratiques nouvelles qui se mettent en place et vont désormais structurer les réunions paysannes.

Un phénomène nouveau : le meeting paysan

62Avec la crise agricole des années trente, des manifestations se produisent dans la plupart des départements. Ces meetings réunissent des foules considérables, le millier étant désormais l’unité de compte des autorités administratives. Ils se déroulent en majorité en ville, lieu naturel et symbolique de convergence, mais le public est composé en grande majorité d’agriculteurs. Le simple rappel des difficultés rencontrées pendant les années vingt par le Parti socialiste pour toucher les producteurs agricoles témoigne des mutations en cours.

63Ces rassemblements se structurent autour de deux moments essentiels : le meeting proprement dit, où s’expriment un ou plusieurs orateurs, qui débouche sur le « vote » d’un ordre du jour, par acclamation, selon le modèle de la réunion publique « classique ». La deuxième phase est celle du défilé, qui a souvent comme objectif le siège de l’autorité de l’État, la sous-préfecture ou la préfecture, où une délégation remet au préfet l’ordre du jour préalablement voté. La prise de possession de l’espace public et l’interpellation des autorités traduisent, par leur caractère systématique, une véritable nouveauté ; elle sont le moyen pour l’auditoire de faire état de ses revendications et de les imposer, parfois « physiquement », aux représentants de l’État.

  • 58 Grenadou (E.), Prévost (A.), Grenadou, paysan français, Paris, Seuil, 1978 [1966], p. 177.

64Le rassemblement de Chartres en janvier 1933, organisé par le Parti agraire, apparaît à bien des égards comme fondateur. Dans ce département producteur de blé, la crise est durement ressentie et la campagne d’agitation menée par le Parti agraire débouche sur une grande manifestation paysanne qui rassemble 4 000 paysans à Chartres. À l’issue du meeting, un ordre du jour réclamant la fixation du prix du blé à 140 francs est adoptée. Les manifestants se rendent ensuite à la préfecture, mais le préfet refuse de recevoir la délégation, et la manifestation dégénère. Ephraïm Grenadou en a laissé une relation savoureuse : « Des cultivateurs faisaient des discours, les plus malins sans doute. Tout ce que je savais faire, c’était gueuler en loin ; bon pour le bruit, mais pas pour les commentaires. [...] L’orateur nous dit : « Puisque le préfet refuse de la voir, on va accompagner nos camarades. Tout le monde à la préfecture ! » D’un seul coup, je vois la foule qui secouait la grille. Je me dis : « Quoi que c’est qu’ils veulent faire là ? Ça tient pas debout. » Je croyais pas le monde si fort. Voilà les grilles qui s’ouvrent. On entre. Moi, j’avais jamais été à la préfecture, je regarde tout ça.58 » Conscient de l’impact de l’événement, rapidement reproduit dans d’autres départements, le Parti agraire décide d’organiser, à l’échelle nationale, une « journée paysanne », le 26 novembre 1933 : dans chaque département ainsi qu’à Paris, un meeting est organisé sur le modèle que nous venons de mettre en évidence

65Le meeting paysan tel qu’il se met en place durant les années trente traduit bien les nouvelles pratiques revendicatives de la paysannerie et notamment le rapport direct avec l’État : la préfecture devient le pôle d’attraction des manifestations paysannes. Il dénote également un nouvel état d’esprit que résume Grenadou : « Je croyais pas le monde si fort. » À partir de cette date, les meetings paysans donnent fréquemment lieu à des négociations avec les autorités préfectorales, afin que celles-ci acceptent de recevoir une délégation et transmettent éventuellement ses revendications. Le bon vouloir préfectoral dépend des rapports de force locaux, des garanties données par les organisateurs et de leur « représentativité politique et syndicale ». L’intensité de la mobilisation paysanne repose également sur la dimension corporative et unanimiste. Tout comme à Chartres, la plupart des rassemblements sont appuyés par les syndicats agricoles, conservateurs ou républicains, avec la participation des notabilités agricoles – président de la Chambre d’agriculture – et mêmes politiques : sénateurs et députés. La présence de ces derniers n’est cependant pas toujours appréciée, en raison de l’apolitisme généralement revendiqué par les organisateurs. Étant donné leur impact, ces meetings sont un enjeu politique important, ce qui explique l’existence de deux formes de mobilisation, l’une partisane, l’autre unanimiste.

 

  • 59 A.D. Allier, M 550 c, rapport du commissaire spécial de Montluçon au préfet, 17 février 1933.
  • 60 A.D. Allier, M 550 c, tract émanant du comité organisateur.

66Les responsables des organisations traditionnelles subissent incontestablement la pression de la « base » et craignent d’être dépassés par des éléments extrémistes. L’Allier offre un exemple de manifestation « unanimiste », le 5 mars 1933, initiée par l’ensemble des organisations agricoles départementales : Chambre d’agriculture, Fédération des syndicats et des associations professionnelles agricoles de l’Ailier, Société d’agriculture... La tutelle des notables agricoles rassure l’administration et la police, qui craignent désormais des débordements. Le commissaire spécial de Montluçon donne un avis particulièrement instructif : « Il semble bien que ce mouvement n’ait rien de subversif et n’implique pas une intention quelconque de menace à l’égard des pouvoirs publics. Non seulement il ne serait pas le résultat d’une agitation menée dans les milieux agricoles, mais encore il serait plutôt le fait d’une pression exercée sur leurs dirigeants par les agriculteurs plutôt que la conséquence d’une initiative propre de ces dirigeants eux-mêmes.59 » Dans l’Ailier, le Parti agraire ne s’est pas implanté et en ce début d’année 1933, les socialistes ne sont pas encore structurés pour répondre efficacement aux espérances du monde rural. Les dirigeants conservateurs des grandes associations, plutôt que de se faire dépasser par des éléments incontrôlés, préfèrent prendre en main la manifestation. Le tract édité à l’occasion, surtout si on le compare à ceux du Parti agraire, illustre parfaitement le but poursuivi : « Vous y apporterez toute votre sagesse, tout votre bon sens et votre tact, sachant que l’ordre et la dignité sont les qualités les plus puissantes pour obtenir les résultats escomptés. Votre délégation sera placée sous l’autorité morale de la personne ou des personnes désignées par votre groupement et vous aurez à cœur de respecter cette autorité. Vous montrerez ainsi que l’agriculture a des cadres, qu’elle est éduquée, respectueuse de l’ordre mais ferme dans ses revendications. Ce sont ses meilleurs atouts.60 »

  • 61 A.D. Creuse, 1 M 121, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 12 mars 1933.

67La Creuse offre un autre exemple de mobilisation unanimiste, avec la présence de personnalités politiques et notamment des socialistes. Si ces derniers ne se sont pas manifestés dans l’Ailier, la situation est totalement différente quelques jours plus tard, lors d’une manifestation organisée à Guéret par la Fédération des syndicats agricoles de la Creuse. À la tribune du meeting du 12 mars, interviennent au coude à coude un représentant de la Fédération des producteurs de viande, le secrétaire de la Chambre d’agriculture, un conseiller d’arrondissement radical-socialiste, qui excuse Hallé, retenu. Puis vient le représentant de la SFIO, Sylvain Blanchet, conseiller municipal de Guéret – mais aussi membre de la Chambre d’agriculture - qui parle de la crise de la pomme de terre. Selon le préfet, tant les orateurs que l’assistance, évaluée à 1 500 personnes, ont fait preuve de la plus grande modération, ce qu’il n’a pas manqué d’indiquer aux membres de la délégation qu’il a reçus : « Je n’ai pu que les remercier de la modération qu’ils ont mise dans l’exposé public des revendications des agriculteurs creusois et d’avoir ainsi contribué, dans une large mesure, au maintien de l’ordre.61 » Ici, l’unanimisme local explique que le préfet ait fait bon accueil à la délégation. Conformément à la bonne tradition politique creusoise, un banquet de 350 personnes a ensuite réuni les personnalités, parmi lesquelles le sénateur Henri Connevot et les députés Camille Ferrand, Camille Riffaterre et Albert Rivière. Ces derniers, qui ne sont pas intervenus au cours de la réunion pour respecter son caractère professionnel, sont en revanche associés aux agapes républicaines et agricoles qui la prolongent.

68L’unanimisme républicain se manifeste très nettement à l’occasion de cette réunion. La contestation est réduite aux extrémités de l’échiquier politique : communistes et partisans de l’Action française se sont distingués par la distribution de tracts. Pour le préfet, la distribution des tracts communistes aurait été effectuée par un ivrogne, propagandiste involontaire, en échange d’argent... L’attitude différente des socialistes dans l’Ailier et la Creuse, à quelques jours d’intervalle, s’explique par les rapports de force locaux. Dans l’Ailier, le mouvement agricole demeure aux mains des grands propriétaires qui « tiennent » une partie du département, et le parti s’est, parmi la paysannerie, développé contre ce reliquat encore vigoureux de la « féodalité » terrienne. En Creuse, terre de petite propriété, le mouvement syndical agraire est républicain et Blanchet a été élu sur une liste unitaire à la Chambre d’agriculture. Dans ces conditions, s’associer aux mouvements de protestation issus des campagnes ne signifie nullement pactiser avec les mouvements contre-révolutionnaires, bien au contraire.

 

69Devant le succès de ces manifestations paysannes, les différents groupements agricoles cherchent à les récupérer à leur profit, en les organisant tout d’abord, mais aussi en tentant de les prolonger par le développement de leurs structures.

  • 62 A.D. Eure-et-Loir, 4 M 248, rapport du commissaire de police de Chartres au préfet, 28 février 1933
  • 63 Ibid., rapport du commissaire de police de Chartres au préfet, 4 mars 1933.
  • 64 Ibid., rapport du commissaire de police de Chartres au préfet, 26 novembre 1933.

70La poursuite de l’agitation en Eure-et-Loir éclaire sur les modalités de cette mobilisation partisane. Étant donnée la portée de la journée du 15 janvier, les dirigeants du Parti agraire organisent une nouvelle manifestation, dès le 4 mars 1933. Le but poursuivi est nettement politique cette fois, sous la houlette de l’extrême droite, comme le rapporte le commissaire spécial : « Au cours de la conversation, Lebrun a déclaré que des ouvriers agricoles seraient recrutés, payés et amenés à Chartres pour se livrer à des manifestations devant la Préfecture et l’Hôtel des postes : “Nous, nous nous en laverons les mains.’’62 » Le dénommé Lebrun, correspondant de l’Ami du peuple, imprimeur, a livré 25 000 papillons pour annoncer la manifestation. Les velléités activistes des responsables ne sont pas une invention policière : après la manifestation où les orateurs, notamment Mathé – responsable du Parti agraire de la Côte-d’Or – s’en sont pris avec violence aux parlementaires, la manifestation dégénère. Un groupe de manifestants saccage une boutique coopérative dont les dirigeants n’ont pas suivi les consignes de « ville morte ». D’après le commissaire de police, la responsabilité des agitateurs ne fait aucun doute : « Je me trouvais sur les lieux avec 4 agents de la sûreté, je suis intervenu pour demander aux manifestants de demeurer calmes mais, ils n’ont pas voulu m’écouter, plusieurs d’entre eux m’ont déclaré qu’ils en voulaient au Régime, aux Parlementaires, qu’ils entendaient être les maîtres et faire fermer les devantures. Ils m’ont ajouté que la Coopérative était celle des socialistes qu’ils voulaient la boucler [sic].63 » Cependant dès que ces manifestations prennent une tournure plus politique, la mobilisation décroît : la manifestation du 4 mars à Chartres a vu fondre le nombre de participants et huit mois plus tard, la « journée paysanne » du 26 novembre 1933 à Chartres ne rassemble que 400 auditeurs64.

  • 65 A.N., F 7 13033, rapport du commissaire spécial de Quimper au ministre de l’Intérieur, 6 février 19 (...)

71Cette récupération n’est pas le fait des seuls mouvements agraires. En Bretagne, c’est l’occasion pour les conservateurs de faire étalage de leur force. Les rapports préfectoraux abondent en ce sens, comme à l’occasion de la première grande manifestation dans l’Ouest, en 1933 : « Après les fonctionnaires, les paysans manifestent à leur tour ; 7 à 8 000 d’entre eux ont tenu à Quimper le 29 janvier dernier un grand meeting aux halles, suivi d’un défilé en ville et de la remise d’un ordre du jour à la préfecture. [...] Bien que les organisateurs s’efforcèrent dans une certaine mesure de conserver à leur action un caractère professionnel, il n’est pas douteux que le clergé, surtout celui du Léon, a fait ce qu’il a pu pour la réussite du mouvement [...]. Il faut cependant reconnaître que parmi les manifestants de Quimper il n’y avait pas que des gens à la dévotion du clergé mais aussi des cultivateurs ne faisant pas de politique et même des cultivateurs sincèrement républicains.65 »

72Ces meetings paysans qui se multiplient à travers le pays traduisent une double rupture. Lorsqu’ils demeurent pacifiques et contrôlés par les structures syndicales et politiques, ils prouvent l’irruption de la paysannerie dans le champ politique afin de garantir ses droits économiques. Mais ces réunions donnent lieu également à des dérapages, plus ou moins maîtrisés, qui placent la violence et la rupture avec l’ordre social au cœur de l’action paysanne et contribuent à lui donner une identité politique propre.

Les paysans et l’action directe

  • 66 A.N., F 7 13032, rapport du commissaire spécial de Bourges, 6 février 1933.

73La violence est en principe exclue des pratiques revendicatives dans les démocraties parlementaires : le système représentatif, politique et syndical, doit permettre la régulation des conflits. Cependant, quand il ne parvient pas à les résoudre, la violence peut redevenir un moyen d’action légitime. Soulignons au passage que la violence « ritualisée » est présente parmi les formes traditionnelles de revendication : une manifestation massive est à la fois porteuse de représentativité « démocratique » – mais aussi de violence : elle est toujours susceptible de « dégénérer » et plus les manifestants sont nombreux, plus sa force grandit. Cette coexistence de la revendication et de la violence est parfaitement visible lors des meetings paysans ; à Chartres, la revendication corporative se transforme en une pression physique exercée sur le représentant de l’État. Lors de manifestations plus partisanes, cette violence s’exerce à l’encontre des adversaires politiques et particulièrement des parlementaires : la grande manifestation de Quimper du 29 janvier 1933 est suivie d’une tentative d’agression contre le député radical-socialiste François Cadoret : celui-ci étant absent de son domicile, quelques manifestants, emmenés par Dorgères, bousculent son épouse. Cette violence latente inquiète les autorités préfectorales, en particulier le commissaire spécial de Bourges : « Les manifestations de groupements divers qui ont lieu soit à Paris soit en Province à Chartres et à Quimper, notamment, où le Préfet a été « fait prisonnier » et où la foule s’est portée au domicile particulier d’un parlementaire, ont un effet contagieux.66 » Incontestablement, les brutalités paysannes s’inscrivent dans le contexte d’une radicalisation de l’affrontement politique, dont témoignent les événements du 6 février 1934. Mais certains protagonistes de faction paysanne entendent lui donner une dimension propre, spécifiquement rurale. Tel est l’enjeu en particulier des affrontements provoqués par les ventes-saisies.

 

74Le recours à la violence n’est cependant pas consubstantiel à l’action paysanne : les clivages idéologiques jouent un rôle important. Elle est au cœur de l’action de Dorgères pour qui la « force physique » est une des composantes essentielles de l’identité paysanne qu’il entend défendre. Les récits d’obstructions à des ventes forcées ou de réunions publiques ayant dégénéré sont toujours construits autour d’un dispositif épique exaltant la force paysanne, qui met en fuite les forces de l’ordre et surtout les adversaires politiques, dont la « débilité physique » trahit la dégénérescence urbaine. La symbolique de la fourche, omniprésente au sein de la Défense paysanne (insignes, hymne des « Jeunesses Paysannes »), fournit l’illustration de ce facteur structurant qu’est la violence. Cette violence est également présente chez nombre de militants du Parti agraire. Ainsi, la grande manifestation du 28 novembre 1933 à Paris dégénère quelque peu : les manifestants qui se sont rendus sur la stèle du soldat inconnu tentent de contourner les barrages policiers et de marcher sur la Chambre des députés...

  • 67 Le Breton socialiste, « Autour d’une vente-saisie », 24 mars 1934.

75A contrario, les récits socialistes d’opposition aux ventes-saisies mettent en scène une violence domestiquée. Les actions menées par Tanguy-Prigent dans le Finistère en témoignent. La force et le bon droit paysan doivent s’exprimer dans le calme, sans passion ni affrontement : « Le 18 mars, à Lémézec, plusieurs centaines de personnes rassemblées sur le lieu de la vente accueillirent la mise aux enchères par un silence impressionnant. Tanguy-Prigent avait dit avant la vente : « Pas un cri, pas un mot, pas un bruit de sabot lorsque la vente commencera. » [...] L’on passa à une charrette dans laquelle se tenaient les quatre bambins du fermier. Montant alors dans la même charrette, Tanguy s’adressa à l’unique enchérisseur : « Vous allez encore acheter cette unique charrette à vil prix. Achèterez-vous également les quatre innocents qui s’y trouvent, puisque vous enlevez à leurs parents la possibilité de les nourrir ? » L’huissier, furieux, ordonna aux gendarmes de dresser procès-verbal à notre ami. Il fallut tout le calme et la persuasion de Tanguy pour retenir les paysans qui se préparaient à prendre des triques.67 »

76Qu’elles aboutissent ou non à des violences, les ventes-saisies sont un des moments privilégiés de la mobilisation paysanne, pour la défense de leurs intérêts. Les paysans peuvent être saisis au profit de l’État, pour avoir refusé de payer leurs impôts ou leurs cotisations sociales, ou par les propriétaires, lorsqu’ils ne paient pas leurs fermages. Ces deux cas bien distincts ne provoquent pas les mêmes réactions : Robert Paxton explique que Dorgères s’intéresse surtout aux paysans menacés par l’État. À l’inverse, les fermiers sont plutôt défendus par les militants des organisations syndicales d’extrême gauche, communistes et socialistes.

  • 68 A.N., F 7 13024, rapport du préfet des Côtes-du-Nord au ministre de l’Intérieur, 25 juin 1934.
  • 69 Guegan (F.), Le Parti communiste français, la SFIO et le mouvement paysan et ouvrier de 1930 à 1939 (...)

77Cette distinction de principe est nuancée dans la réalité et les trop rares études locales isolent des actions communes. En 1934, le préfet des Côtes-du-Nord signale que les obstructions qui se multiplient transcendent les clivages « politiques » : « Une autre vente sur saisie étant annoncée pour le 7 juillet chez un fermier du hameau de Loche-ar-Bic (Commune de Glomet – Arrondissement de Guingamp), le Parti agraire et la CGPT annoncent, dès à présent, qu’ils feront cause commune pour entraver les opérations de cette vente.68 » L’étude menée par François Guégan sur ce département montre pourtant que Dorgères et la CGPT ont des zones d’influences relativement bien définies au départ, restreignant l’action commune. Les communistes agissent surtout en étroite collaboration avec les militants SFIO, dès l’automne 1932, par la formation spontanée de comités paysans, qui se transformeront le 17 mai 1933 en « Syndicat de défense des petits fermiers de l’arrondissement de Lannion », dirigé par un socialiste et un communiste69.

  • 70 A.N., F 7 13035, rapport du commissaire spécial de Mont-de-Marsan au préfet des Landes, 3 septembre (...)

78Ces derniers utilisent ces ventes-saisies pour conquérir les masses paysannes, soit en prenant la direction du mouvement, soit en faisant acte de présence. Dans les Landes, où il existe une forte tradition syndicale d’extrême gauche, leur propagande s’exerce en direction des métayers : « La CGPT continue toujours activement sa propagande parmi les métayers qui se laissent assez facilement entraîner du fait de l’amoindrissement [sic] de leur situation. Le 28 août, une vente de mobiliers et de récoltes saisis chez un métayer de St-Yagen n’a pu avoir lieu par suite de l’attitude d’un grand nombre de résiniers de la région accourus sur les lieux au moment de la mise en vente. L’huissier et deux gendarmes qui l’accompagnaient ont dû se retirer après avoir pris le nom de quatre ou cinq manifestants qui ont été signalés au parquet aux fins de poursuites correctionnelles. L’attitude de ces métayers n’est autre que l’exécution à la lettre des consignes reçues des meneurs de la CGPT.70 » Dans La vie est à nous de Jean Renoir, film fondateur de la mystique communiste, la scène rurale est une saisie détournée par les militants communistes. Elle valorise une action de proximité où les militants sont au coude à coude avec les victimes du capitalisme ; par leur violence maîtrisée, leur détermination, les communistes font reculer l’arbitraire patronal et étatique.

  • 71 Le Breton socialiste, « Les moyens propriétaires et nous », 24 mars 1934.

79Les socialistes ne délaissent pas cet aspect de la lutte. En Bretagne, ils développent une action plus autonome autour de Tanguy-Prigent et de la CNP. Nous avons précédemment souligné combien ces actions entendaient se maintenir sur le terrain de la non-violence et de l’éducation des paysans. Un récit d’opposition à une vente-saisie publié par Le Breton socialiste célèbre cette dimension pédagogique : « Alors que nos camarades alertés par nos secrétaires avaient déjà fait échec aux enchères, un brave homme est venu me dire : “Sais-tu que la propriétaire de cette ferme n’est guère riche ? Son mari, amputé de guerre est mort récemment, seule et trop âgée pour exploiter une ferme, elle ne peut vivre que par le revenu de ses quelques propriétés”. » Tanguy-Prigent s’adresse alors à la propriétaire : « “Madame, nous compatissons à vos malheurs [...] mais où sont les responsables ? Ce ne sont pas les fermiers tout de même. Vous louez des terres à ces derniers. [...] Mais les terres que vous avez louées à ce malheureux ne produisent pas d’argent [...]. Nous sommes d’accord, vous êtes une victime, une victime intéressante peut-être de la crise agricole et de la crise générale engendrée par le capitalisme, mais nous n’avez pas le droit de rendre vos fermiers responsables de cette crise.” Cette dame nous a compris puisqu’elle accepte maintenant le paiement en nature. Nous poursuivrons avec opiniâtreté notre tâche d’éducation.71 »

80La vente-saisie, moment d’exaltation des passions paysannes, se transforme ici en une leçon de socialisme agraire : les moyens propriétaires, touchés eux aussi par la crise, doivent s’unir avec leurs fermiers pour faire triompher de justes revendications. Une autre conséquence de ces ventes-saisies est le profit politique qu’en retirent leurs principaux animateurs : les solidarités créées au cours d’actions communes se révèlent profondes et facilitent le passage à l’action directement politique : Tanguy-Prigent sera élu en 1936 député du Finistère et Le Maux député des Côtes-du-Nord.

 

81À la différence des meetings paysans et des oppositions aux ventes-saisies qui traduisent des formes relativement inédites de mobilisation, le refus de l’impôt parfois accompagné de démissions collectives de maires est une pratique déjà utilisée sous la IIIe République.

  • 72 A.N., F 7 13628, rapport du ministre de l’Intérieur au ministre de l’Agriculture, s.d. [décembre 19 (...)

82La crise relance cette méthode de pression sur les autorités publiques. Ce mode de contestation prend une signification particulière en milieu rural, lorsque l’on connaît sa dimension symbolique pour la paysannerie : autour de l’impôt se cristallise toute l’ambiguïté des relations avec l’État. Les pouvoirs publics en sont d’ailleurs très conscients et suivent ces questions fiscales de très près. Dès les prémices de la crise, les mouvements agrariens en font un des points privilégiés de leurs revendications : c’est sur ce point que se produisent les premières tensions avec les organisations agricoles traditionnelles, beaucoup plus légalistes. À l’occasion d’une manifestation organisée par la Chambre d’agriculture du Loir-et-Cher, à la fin de l’année 1932, et qui se termine par le vote d’un ordre du jour proposant des remèdes « traditionnels », le représentant du Parti agraire fait entendre une position différente : « M. Reugnard, Président du Parti agraire apporta la contradiction et invita avec quelques violences tous les cultivateurs à manifester devant la Chambre des députés. L’ordre du jour ci-joint présenté par le président fut adopté à mains levées mais un membre du Parti agraire M. Thibault réussit à faire voter en outre, malgré l’opposition de M. Degault, un vœu invitant les Conseillers Municipaux et les élus ruraux à démissionner si le 31 janvier le blé ne valait pas 125 fcs le quintal en préconisant la grève de l’impôt.72 »

  • 73 A.N., F 7 13629, rapport du préfet du Cher au ministre de l’Intérieur, 26 décembre 1933.

83La grève de l’impôt n’est souvent qu’un moyen de créer l’agitation et de prolonger la mobilisation paysanne. C’est le cas dans le Cher, où l’affaire Salvaudon paraît avoir fait école : « J’ai l’honneur de vous rendre compte que j’ai été saisi par divers présidents de syndicats agricoles de la région de Donzy d’une protestation contre la saisie qui sera suivie de la vente de 6 animaux appartenant à M. Monmignot, Président du syndicat agricole de Donzy, qui ne s’est pas acquitté de ses impôts. Des renseignements qui m’ont été fournis [...] il résulte que M. Monmignot n’est nullement en situation difficile. Il possède 50 animaux et est à la tête d’une vaste exploitation. Il semble plutôt avoir organisé une manifestation d’une certaine envergure contre le principe du paiement de l’impôt. De nombreux agriculteurs de différentes régions plus ou moins éloignées se rendraient à Donzy le jour de la vente.73 »

  • 74 A.N., F 7 13629, résolution du 21 mai 1933.

84Les organisateurs des meetings agricoles brandissent fréquemment la menace de la grève de l’impôt. Lors d’une réunion de la Fédération des producteurs de lait de la Côte-d’Or, la motion suivante est adoptée : « Si d’ici quelques jours, le gouvernement ne communique pas à notre Fédération l’assurance formelle d’exécuter immédiatement ce programme d’égalité et de justice, nous nous verrons dans l’obligation de décréter la levée en masse de tous les producteurs du département, et de faire à Dijon, le 3 juin, une réunion massive où nous prendrons les mesures nécessaires pour faire aboutir nos résolutions : grève générale de l’impôt, grève des produits.74 »

 

  • 75 Grenadou (E.), Prevost (A.), op. cit., p. 176.
  • 76 A. D. Somme, 99 M 112, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 16 mai 1933.

85Il reste à préciser que ces menaces, plus ou moins péremptoires, de refuser de payer les impôts sont rarement mises à exécution. Si quelques cultivateurs suivent les mots d’ordre de renvoi de leur feuille d’impôt, ils ne résistent généralement pas très longtemps à la pression des percepteurs. Beaucoup de paysans ont dû subir la même mésaventure que Grenadou, resté « tout seul avec [sa] grève.75 » Les sondages effectués parmi les archives départementales confirment que la grève des impôts n’a jamais été perçue comme une menace grave par les autorités locales. C’est l’opinion du préfet de la Somme : « M. Le Trésorier Payeur Général m’a fait connaître qu’à son avis, le mouvement était voué à un échec, peu de cultivateurs paraissant désireux d’encourir les pénalités prévues par l’article 71 de la loi du 28 février dernier. Quant aux dirigeants des Associations agricoles, la plupart peuvent proclamer leur intention de ne pas payer leurs impôts, parce qu’ils savent qu’avant de procéder à des ventes judiciaires, le Trésor pourrait avoir recours à deux autres moyens : beaucoup d’entre eux touchent des primes à la culture du lin ou font des opérations de vente de betteraves avec d’importantes distilleries. Il suffirait donc, dans le premier cas, de « bloquer » par le système des compensations, les sommes qui leur sont dues – cela s’est déjà fait, l’an dernier, pour M. Pointier – ; dans le second cas, une simple réquisition à tiers détenteur permettrait de récupérer le montant des impôts.76 »

86Il importe surtout de retenir que ces menaces constituent une nouvelle preuve de la diffusion des pratiques de protestation dans les campagnes, sur l’initiative des mouvements agrariens, mais aussi des forces politiques traditionnelles qui ne restent pas indifférentes aux revendications des cultivateurs. L’une des originalités de cette dernière forme de protestation est qu’elle contribue à rompre le lien social, la fiscalité étant, avec l’armée, au cœur de l’organisation de l’État moderne. Or il semble que le refus de l’impôt soit durant les années trente une protestation essentiellement paysanne, malgré l’existence de groupements organisés à l’échelle nationale telle la Ligue des contribuables. La spécialisation « agricole » du refus de l’impôt, à une échelle aussi importante que celle des années trente, serait la marque du maintien, au sein de la paysannerie d’une très ancienne tradition d’opposition à l’État.

 

87Avant d’analyser en détail l’attitude de la SFIO face à la crise agricole et à l’exaspération paysanne, il était indispensable de replacer celle-ci au sein d’un cadre plus vaste, tant les comportements qui émergent dans les campagnes au début des années trente apparaissent, non comme une réaction épidermique et conjoncturelle, mais comme matrice d’une pratique et d’une identité politique paysanne qui perdurent tout au long du XXe siècle et dont les socialistes ont été, dans la mesure de leurs moyens, partie prenante.

Notes

1 Le Problème de la Terre dans l’Économie Nationale, XVIe session des Semaines sociales de France (Rennes, 1924), Lyon, Chronique sociale de France, 1924, p. 41.

2 Par exemple celle de Sirol (J.), Les problèmes français du blé, thèse de droit, Toulouse, 1933, 472 p.

3 Oualid (W.), « Conférence du 5 avril 1933 : Les grandes leçons de la crise et l’agriculture française », L’agriculture dans l’évolution de la crise mondiale, Paris, Alcan, 1933 p. 233.

4 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 2 décembre 1921. p. 4484.

5 Parti Socialiste (SFIO), XXVe Congrès national tenu à Toulouse les 26, 27, 28 et 29 mai 1928 - Compte rendu sténographique, Paris, Au siège du Parti socialiste, 1928, p. 224.

6 Parti Socialiste (SFIO), XXVIIe Congrès national tenu à Bordeaux les 8. 9, 10 et 11 juin 1930, compte-rendu sténographique. Au siège du Parti socialiste, Paris, 1930, p. 320.

7 L’Écho de Paris, 11 juin 1930, « Au congrès socialiste - Prestidigitation et escamotage », Raymond Cartier.

8 Parti Socialiste (SFIO), XXVIIe Congrès national tenu à Bordeaux, op. cit., p. 365.

9 Parti Socialiste SFIO (Fédération du Nord), Rapports au XXXVIe Congrès Départemental, 2e session, 25 mai 1930, Lille, Imprimerie Ouvrière, p. 9.

10 Parti Socialiste (SFIO), XXVIIe Congrès national tenu à Bordeaux, op. cit., p. 337.

11 Le Populaire, 12 juin 1930, « La politique agraire du Parti Socialiste - Motion rapportée par Compère-Morel, votée à l’unanimité par le 27e Congrès national. »

12 Ibid., p. 340.

13 Parti Socialiste (SFIO), VIe Congrès national tenu à Saint-Étienne, op. cit., p. 284.

14 Margairaz (D.), « L’Office du blé, une innovation socialiste », Économies et sociétés, no 11, octobre 1985, pp. 37-55.

15 Le Populaire, 22 novembre 1931, « La crise agricole - Ceux qui ne l’ont pas vu venir », billet de P. Faure.

16 Le Populaire, 3 octobre 1932, « Nous faisons fausse route ». éditorial de J. Lebas.

17 L’Hygiène sociale, 10 octobre 1934, « Le problème du blé et du pain », Camille Delétang.

18 Opération qui consiste à séparer le son de la farine.

19 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 26 mars 1926, p. 1533.

20 Warner (C.-K.), The winegrowers of France and the Government since 1875, New-York, Columbia University Press. 1960. 303 p. ; Sagnes (J.), (dir.). La viticulture française aux XIXe et XXe siècles, Béziers, Presses du Languedoc, 1993, 142 p.

21 Chambre des députés, Programmes, professions de foi et engagement électoraux de 1924, Paris, Imprimerie de la Chambre des députés, 1925, p. 338.

22 J. O., Chambre des députés, débats, séance du 7 décembre 1925, p. 4057.

23 J. O., Chambre des députés, débats, séance du 17 novembre 1928, p. 2676.

24 Sagnes (J.), Le Midi Rouge : mythe et réalité. Études d’histoire occitane, Paris, Anthropos 1982, 310 p.

25 Queuille (H.), Le drame agricole, un aspect de la crise, Paris, Hachette, 1932, 192 p.

26 Le Populaire, 3 mars 1928, « Le Sénat se montre plus protectionniste que la Chambre ».

27 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 20 mars 1931, p. 2085.

28 Ibid., p. 2088.

29 Tilly (C.), « Les origines du répertoire de l’action collective contemporaine en France et en Grande-Bretagne », Vingtième siècle, Revue d’histoire, no 4, octobre 1984, p. 97.

30 Gratton (P.), La lutte des classes dans les campagnes, Paris, Anthropos, 1971.

31 A.N., F 7 13626, rapport du préfet des Landes, 26 décembre 1920.

32 Girault (J.), « Le rôle du socialisme dans la révolte des vignerons de l’Aube », Le Mouvement social, no 66, « Aspects régionaux de l’agrarisme français avant 1930 », avril juin 1969.

33 Frader (L.L.), Peasants and Protests. Agricultural Workers, Politics, and Unions in the Aude (1850-1914), University of California Press, 1991, p. 141.

34 Ibid., p. 137.

35 Noilhan (H.), La République des paysans, Aurillac, Imprimerie du « Cantal Républicain », 1931, p. 87.

36 Gratton (P.), Les paysans français contre l’agrarisme, op. cit., pp. 137-145.

37 La Défense paysanne, mars 1933, « Que sommes nous ? Que Voulons nous ? »

38 Noilhan (H.), op. cit., p. 196.

39 Le Normand (G.), Le Parti agraire, Paris, Librairie populaire, 1932, p. 23.

40 Ory (P.), « Le dorgérisme, institution et discours d’une colère paysanne (1929-1939) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no XXII, avril-juin 1975, p. 182.

41 Le Mémorial de la Creuse, 14 octobre 1933, « Une réunion organisée par la Confédération Nationale Paysanne à Guéret », M. Arrigui.

42 Pitaud (H.), La Terre aux paysans, Paris, P. Bossuet, 1936. p. 179.

43 Noilhan (H.), op. cit., p. 41.

44 Wright (G.), La révolution rurale en France, Paris, Éditions de l’Épi, 1967, pp. 86-87.

45 Paxton (R.O), Le Temps des Chemises vertes, Paris, Seuil, 1996, 316 p.

46 Ory (P.), Henry Dorgères et la « Défense Paysanne » des origines à 1939, maîtrise, Nanterre - Paris X, 1970, 250 p.

47 Barral (P.), Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, A. Colin, 1968, p. 241.

48 Progrès agricole de l’Ouest, 5 septembre 1933.

49 Birnbaum (P.), Un mythe politique : « la République juive », de Léon Blum à Pierre Mendès France, Paris, Fayard, 1988, p. 178.

50 Le Populaire, 23 décembre 1933, « Le Congrès de la Confédération Nationale Paysanne ».

51 Dorgeres (H.), Haut les fourches, Paris, Les Œuvres Françaises, 1935, p. 7.

52 A.D. Somme, 99 M 112, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 24 avril 1933.

53 Le Cri du peuple, 18 juin 1933.

54 Le Grand écho du Nord, 19 juin 1933.

55 L’Action française, 19 juin 1933, « Une journée d’émeute dans la Somme », par Georges Gaudy.

56 L’Humanité, 19 juin 1933.

57 L’Humanité, 20 juin 1933.

58 Grenadou (E.), Prévost (A.), Grenadou, paysan français, Paris, Seuil, 1978 [1966], p. 177.

59 A.D. Allier, M 550 c, rapport du commissaire spécial de Montluçon au préfet, 17 février 1933.

60 A.D. Allier, M 550 c, tract émanant du comité organisateur.

61 A.D. Creuse, 1 M 121, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 12 mars 1933.

62 A.D. Eure-et-Loir, 4 M 248, rapport du commissaire de police de Chartres au préfet, 28 février 1933.

63 Ibid., rapport du commissaire de police de Chartres au préfet, 4 mars 1933.

64 Ibid., rapport du commissaire de police de Chartres au préfet, 26 novembre 1933.

65 A.N., F 7 13033, rapport du commissaire spécial de Quimper au ministre de l’Intérieur, 6 février 1933.

66 A.N., F 7 13032, rapport du commissaire spécial de Bourges, 6 février 1933.

67 Le Breton socialiste, « Autour d’une vente-saisie », 24 mars 1934.

68 A.N., F 7 13024, rapport du préfet des Côtes-du-Nord au ministre de l’Intérieur, 25 juin 1934.

69 Guegan (F.), Le Parti communiste français, la SFIO et le mouvement paysan et ouvrier de 1930 à 1939 dans les Côtes-du-Nord, maîtrise, Paris I, 1974, 108 p.

70 A.N., F 7 13035, rapport du commissaire spécial de Mont-de-Marsan au préfet des Landes, 3 septembre 1932.

71 Le Breton socialiste, « Les moyens propriétaires et nous », 24 mars 1934.

72 A.N., F 7 13628, rapport du ministre de l’Intérieur au ministre de l’Agriculture, s.d. [décembre 1932].

73 A.N., F 7 13629, rapport du préfet du Cher au ministre de l’Intérieur, 26 décembre 1933.

74 A.N., F 7 13629, résolution du 21 mai 1933.

75 Grenadou (E.), Prevost (A.), op. cit., p. 176.

76 A. D. Somme, 99 M 112, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 16 mai 1933.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search