Version classiqueVersion mobile

Moissons rouges

 | 
Édouard Lynch

Première partie. Les socialistes français et la conquête des campagnes (1918-1930)

Chapitre III. Les socialistes aux champs : mutation d’une culture ouvrière et apprentissage d’une nouvelle sociabilité politique (1919-1930)

Texte intégral

1Comme l’ont montré l’étude de la scission ou l’analyse de l’évolution doctrinale, les logiques discursives ne donnent souvent qu’une vision partielle des liens qui se tissent entre socialisme et paysannerie, poussant à rechercher les modalités concrètes de son implantation dans les zones rurales et auprès des producteurs agricoles. La place de choix accordée par le parti à la propagande et à l’organisation offre un terrain d’enquête fécond pour l’étude de la politique au village. Les carnets de Lucien Roland révèlent l’effort accompli en ce domaine. Un deuxième aspect essentiel est celui de l’évaluation de la part rurale du socialisme français pendant les années vingt. Les obstacles qu’il rencontre témoignent de la difficile adaptation d’un parti ouvrier aux pratiques politiques paysannes ; des réseaux et des structures comme les organisations professionnelles et les municipalités sont à conquérir.

I. La délégation permanente à l’assaut des campagnes

Éduquer, organiser, élire

  • 1 Candar (G.), Prochasson (C.), « Le socialisme à la conquête des terroirs », Le Mouvement social, no(...)
  • 2 L’exemple le plus frappant de ce mimétisme entre « manuel socialiste » et manuel scolaire est l’ouv (...)

2Le primat de l’éducation imprègne les fondateurs du socialisme français à une époque où triomphe la psychologie des foules. Gilles Candar et Christophe Prochasson citent cette confidence de Jules Guesde au lendemain de la guerre : « Je n’ai jamais suivi les foules. J’ai fait l’opinion des foules. Ce n’est pas à l’école du prolétariat que je suis allé, c’est le prolétariat qui est venu à mon école. J’ai passé ma vie à lui enseigner ses droits.1 » École, enseignement, le propagandiste socialiste est avant tout un éducateur. Cette attitude résulte de la convergence de plusieurs facteurs : la prégnance de l’héritage rationaliste des Lumières et de la Révolution, sur lequel se sont greffées les certitudes du marxisme et de ses « lois scientifiques ». La propagande telle qu’elle se met en place au lendemain de l’unité se structure autour de l’idée-force d’un déterminisme social et économique qu’il suffit d’exposer pour convaincre. Elle n’a donc pas pour but de provoquer l’enthousiasme des foules, mais d’ouvrir les yeux des auditoires. Aussi ne tire-t-elle aucun profit des artifices, des mises en scènes, de l’émotion que génèrent parfois les rassemblements populaires. Dans L’Encyclopédie Socialiste, qui a fixé l’esprit du socialisme d’avant-guerre, Pierre Louis distingue les « meetings » des « réunions publiques ». Les premiers, où la foule se presse, sont moins favorables à la propagande que les seconds, où l’auditoire moins nombreux, est plus attentif. Les vecteurs de cette propagande et notamment les brochures destinées au monde rural sont profondément imprégnés de cette dimension éducative, calquée sur les méthodes de l’école républicaine2.

3Cependant, la parole socialiste comme « révélation » n’est pas suffisante. Les réunions de propagande organisées par les fédérations ou assurées par la délégation permanente poursuivent un autre objectif, le développement du parti et son organisation. Le militant doit prendre conscience de la nécessité de se grouper, de cotiser, de lire la presse du parti et de forger les structures sur lesquelles s’appuiera la révolution. Cette tâche difficile exige le dévouement des adhérents, pour des actions parfois peu valorisantes. L’organisation est une donnée fondamentale, la SFIO souffrant d’un certain complexe d’infériorité par rapport aux formations socialistes européennes, allemande puis belge.

4L’ultime but de la propagande est la conquête de mandats électifs, locaux et nationaux. Toutefois, si les tâches d’éducation et d’organisation sont consubstantielles au socialisme, la propagande électorale a suscité longtemps la méfiance car elle est susceptible de faire dévier le socialisme de sa mission révolutionnaire. Pour les adversaires de l’action électorale et parlementaire, la participation à de telles joutes dilue l’enthousiasme révolutionnaire et promeut les ambitieux. Cependant, les bénéfices politiques retirés de l’engagement électoral ont très vite balayé les réticences. Les affrontements électoraux font connaître les idées et les méthodes socialistes, dans des régions encore fermées à son influence.

 

5En réalité ces trois éléments – éducation, organisation et action électorale – distingués pour les besoins de l’analyse, sont le plus souvent étroitement mêlés. En effet, les délégués permanents n’échappent pas aux attraits des joutes oratoires. Malgré les affirmations théoriques, il est indispensable d’être convaincant et de répondre avec brio à la contradiction. Par ailleurs, les fédérations attendent du passage du délégué une intensification du recrutement et des retombées électorales. Enfin, les objectifs électoraux ne sont jamais totalement absents, les délégués à la propagande eux-mêmes se transformant à l’occasion en candidats.

  • 3 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 18 octobre 1927.

6Sur le terrain, la différence entre l’action électorale et la propagande des délégués permanents est illustrée par une tournée de Roland dans l’Yonne, en octobre 1927 : « Nous voici à Bléneau. C’est la foire. Véderine fait sa propagande en causant avec les marchands. Moi je vais par la route et après quelques kilomètres je reviens. Le marché se termine. Nous tuons le temps. L’heure de dîner arrive et ensuite nous allons à la mairie. Oh ! ces longues journées de désœuvrement, comme elles sont rebutantes et s’écoulent lentement. Que de temps perdu dans un mortel ennui. La réunion groupe une cinquantaine de citoyens. Pas d’incidents. Avec quelques camarades sympathisants, nous allons prendre un verre.3 » C’est un témoignage exemplaire de l’appui apporté par un délégué permanent lors d’une campagne électorale et surtout de la stricte distinction entre l’éducation et la propagande électorale : le candidat doit se faire voir et se faire connaître, répondre aux revendications concrètes de ses électeurs, le délégué se cantonnant à l’exposé de la doctrine.

  • 4 A N., F 7 13085, le préfet du Pas-de-Calais au ministre de l’Intérieur, 10 juillet 1930.

7Les contemporains eux-mêmes perçoivent les spécificités de cette propagande. Les autorités préfectorales et policières remarquent « l’incongruité » de ces réunions tenues hors des périodes électorales, phénomène étranger à la tradition politique républicaine. Le préfet du Pas-de-Calais, informant son ministre de l’agitation entretenue par les réunions socialistes et leurs contradicteurs communistes, s’interroge sur les motivations du parti : « S’il s’agissait pour lui, de conquérir des circonscriptions électorales, de faire prévaloir les doctrines dont il se réclame dans un milieu ou hostile ou indifférent, cette propagande apparaîtrait évidemment normale. Mais ses réunions, conférences ou manifestations se déroulent, toujours pour ainsi dire, dans des localités qui lui sont acquises depuis longtemps, où sa supériorité est écrasante, où les efforts unitaires demeurent vains, et où les autres partis ne jouent qu’un rôle de figurants.4 »

 

8Cette propagande éducative repose sur la délégation permanente, constituée au lendemain de l’unité et qui résiste aux épreuves de la guerre et de la scission. Sa structure centralisée, très fortement contestée au lendemain de la première guerre mondiale, ne fut jamais modifiée. Les délégués permanents sont, à l’image des instances dirigeantes, désignés et renouvelés lors des congrès. Ils dépendent en fait de la CAP et du secrétaire général du parti, qui les met à la disposition d’une fédération, pour une ou deux semaines de propagande. Les délégués permanents sont quatre au lendemain de la scission : Roland, Cabannes, Théo Bretin et Louise Saumoneau. En 1924, Théo Bretin, élu député en Saôneet-Loire est remplacé par Inghels. En 1937, les titulaires sont Théo Bretin, Cabannes, Chatignon, Magnien et Perigaud.

9Ils peuvent être temporairement affectés à des tâches annexes, comme la campagne pour la diffusion du Populaire, la reconstitution des fédérations, ou dépêchés pour arbitrer un conflit entre dirigeants locaux. Leur activité principale reste cependant la propagande, visitant en moyenne 10 à 15 départements par an, assurant entre 100 et 200 réunions. Le principe de fonctionnement est simple : les fédérations s’adressent à la CAP pour obtenir un délégué permanent, que l’on désigne en fonction de sa disponibilité. La fédération invitante est chargée d’organiser la tournée, de mettre sur pied un calendrier, un itinéraire, de préparer et d’annoncer les réunions par voix de presse et d’affiches, de trouver des locaux et des correspondants au sein des localités visitées. Les fédérations les mieux structurées, plus riches en militants, assurent elles-mêmes leur propagande et dépendent moins du délégué permanent.

10Bien entendu, les délégués, au cours de leurs tournées, ne dédaignent pas les villes et les bourgades industrielles, mais leur apport le plus original est incontestablement la pénétration des campagnes. Laissant les principaux centres urbains aux députés et aux ténors du parti, le délégué permanent s’immerge au contraire au plus profond du monde rural, lorsqu’il visite des communes dont la population compte moins de cinq cents habitants. Dans la France des années vingt, les populations paysannes ne se déplacent encore que pour des raisons bien précises et les meetings politiques des grandes villes ne leur sont guère destinés, sauf un jour de foire ou de marché. La délégation permanente assure ainsi un contact privilégié entre les socialistes et les travailleurs de la terre.

  • 5 IFHS. 14 AS 319, lettre d’Edmond Cottin à Lucien Roland [1924].

11Longuement évoquée à l’occasion du congrès de Saint-Étienne, la nécessité d’adapter le discours aux milieux ruraux ne disparaît pas au lendemain de la guerre, d’autant que la situation économique du paysan s’est améliorée. Lors de la préparation de leurs tournées, les délégués reçoivent des secrétaires fédéraux les plus sérieux des informations sur le type de situation et de public qu’ils vont devoir affronter, surtout pour de petites fédérations rurales comme l’Orne : « Département surtout agricole. Petite culture. Les terres ne sont plus hypothéquées nulle part. Les cultivateurs ont fait de beaux bénéfices pendant la guerre. [...] La population est très peu instruite, souvent alcoolique, presque toujours superstitieuse et très cléricale. Être républicain est une grosse affaire. Le socialisme naturellement fait grand peur aussi convient-il de le présenter sous de riantes et alléchantes couleurs. La forme critique est celle qui va le mieux à cette population peureuse et complètement dans la main de l’Église.5 »

  • 6 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 16 février 1925.
  • 7 A.N., F 7 13083, rapport du commissaire de police de Château-Gontier, 29 septembre 1928.

12Les appels à la prudence afin de ne pas effrayer les auditoires finissent parfois par exaspérer les propagandistes. Roland, qui n’est pas prêt d’abdiquer ses convictions, soupçonne les militants de confondre prudence tactique et reniement : « Le camarade Guilmet [ ?], qui nous a conduit en auto, craint que l’exposé de notre doctrine ne soit pas compris ou qu’elle effraye les gens. Je lui réponds qu’il me paraît assez difficile, pour notre Parti, de se passer de faire la propagande pour les idées socialistes, que c’est notre raison d’être et que nous ne pouvons exposer la politique radicale, ce qu’il me semblerait désirer.6 » Les rapports de police et de gendarmerie attestent de cet attachement des délégués permanents aux questions doctrinales. Ils sont certes à utiliser avec précaution, car les propos tenus par l’orateur subissent d’inévitables déformations. Le commissaire chargé de la surveillance laisse souvent apparaître ses propres jugements et ne retient que ce qu’il pense être susceptible d’intéresser sa hiérarchie. Et encore faut-il admettre qu’il fasse son travail avec la plus parfaite attention... Ces rapports demeurent pourtant les seuls moyens de s’inviter dans les réunions tenues par les socialistes au cœur des plus petits villages. Le commissaire de police de Château-Gontier, en Mayenne, donne les grands axes d’une conférence de Roland devant un auditoire de 200 personnes : « Il s’appliqua à démontrer à ses auditeurs la transformation subie par la propriété depuis la Révolution de 1789 et la grande place prise par le machinisme dans la société moderne, place qui a causé la disparition de la petite industrie comme elle sera également la cause de la disparition, dans un temps plus ou moins éloigné, du petit commerce comme des petites exploitations rurales. [...] M. Rolland [sic] a fait sur l’assistance une grosse impression par le ton mesuré de ses paroles, ainsi que par les nombreux et sérieux arguments apportés au cours de sa conférence.7 » Dans ses carnets, Roland donne un chiffre d’auditeurs légèrement supérieur, 250 environ. Château-Gontier n’est pas une petite commune rurale, mais un chef-lieu de canton, comptant 6 092 habitants au début des années vingt. Il n’y a aucune raison de penser que Roland modifie la teneur de ses propos en fonction de ses auditoires : ses carnets signalent qu’il s’agit de la première apparition d’un orateur socialiste.

  • 8 A.N., F 7 13081, rapport du commissaire spécial au directeur de la Sûreté générale, 18 janvier 1931

13Présenter le socialisme et son histoire, proclamer son respect de la petite propriété, désamorcer les tensions entre ouvriers et paysans, tels sont les sujets que les délégués répètent inlassablement. Lors de telles réunions, il n’est pas question de s’étendre sur le programme concret du parti ou de traiter des questions d’actualité, mais tout simplement de présenter à son auditoire ce qu’est le socialisme, sans craindre d’évoquer les problèmes de la concentration, y compris en agriculture. Les délégués reprennent les distinctions établies entre la petite et la grande propriété. Pour cette dernière, on n’hésite nullement à évoquer sa nationalisation, comme René Cabannes, à Fontant, une petite commune (1 441 habitants) des Alpes-Maritimes : « Contrairement à ce que l’on croit et à ce qu’en disent les adversaires du Parti le socialisme n’est pas l’ennemi de la propriété. Il n’est pas partageux... Le socialisme a toujours eu le respect du bien du petit propriétaire, du petit rentier, du petit commerçant... Lorsqu’il sera au pouvoir, le socialisme a l’intention de « socialiser » seulement les grandes propriétés, les grandes entreprises telles que les domaines agricoles de la Beauce et de la Brie, les mines du Nord, du bassin de Briey, les grandes banques.8 »

 

  • 9 Cabannes (R.), Tableautins, Montpellier, Imprimerie de L’Économiste méridional, s.d., 64 p.

14Les informations collectées par les délégués permanents ont une autre utilité : elles alimentent la rubrique de propagande publiée par l’organe du parti. Par ce biais, les lecteurs et les militants sont informés des progrès et des succès du socialisme à travers le pays. Ces échos de la vie du parti ont une forte portée symbolique tant pour les délégués, qui ont la possibilité de valoriser leur labeur quotidien que pour les fédérations visitées qui font preuve de leur dynamisme. Cette rubrique est néanmoins très exposée, au sein d’un journal aux prises avec de constants soucis financiers. Dès juillet 1921, alors que Le Populaire est passé à deux pages, la rédaction renonce, faute de place, à publier les nouvelles en provenance des fédérations. Réactivés au moment des élections de 1924, les comptes rendus disparaissent avec Le Populaire quotidien. Le bimensuel qui lui succède, bulletin de liaison destiné aux adhérents, valorise au contraire l’action de propagande avec une rubrique intitulée « La délégation permanente ». Les articles ne sont plus rédigés par les fédérations, mais par les délégués eux-mêmes qui livrent leurs impressions et décrivent le fonctionnement de la délégation. Ils rendent hommage aux militants, relais anonymes mais indispensables du socialisme. Disposant enfin d’un peu de place, les délégués, observateurs de cette France rurale que le socialisme espère conquérir durablement, multiplient les descriptions. Dans le Cantal, René Cabannes trouve des accents de folkloriste, dépeignant l’immuabilité du monde rural. Il écrira, durant les années trente, quelques brochures, tout droit sorties de ses tournées de propagande, décrivant les charmes et la mélancolie de la France des campagnes et des petites villes9.

15Ces comptes rendus sont néanmoins moins intéressants sur le fond que sur la forme. Vitrine de la propagande à travers le pays, ils sont l’objet d’une construction minutieuse qui dissimule le déroulement effectif des réunions. Qu’elle soit ratée ou réussie, la description obéit toujours à des règles narratives précises : insister sur l’enthousiasme d’un auditoire nombreux, les talents d’orateur du délégué, et tout à l’inverse ridiculiser la contradiction, qui émane des ivrognes ou des idiots du village manipulés par des adversaires n’osant pas sortir de l’anonymat. Lorsque des contradicteurs « sérieux » se présentent, ce sont toujours les socialistes qui triomphent. La répétition de ce schéma assure la ritualisation de l’affrontement où plusieurs séquences se succèdent. En premier lieu, la réticence initiale de l’auditoire, surtout s’il est composé de paysans : l’entreprise est donc difficile. Au besoin, une description géographique du « milieu » contribue à rendre encore un peu plus ardue la tâche à accomplir. Puis vient l’affrontement, l’orateur exposant la doctrine et subissant la contradiction. Enfin c’est le triomphe, marqué par l’enthousiasme des assistants, contrastant avec leur hostilité initiale. La description s’achève par une conclusion optimiste sur le développement du socialisme dans la fédération et plus précisément parmi les ruraux.

  • 10 Candar (G.), Prochasson (C.), « Le socialisme à la conquête des terroirs », art. cit., p. 60.
  • 11 Le Populaire, 28 mars 1922, « Le Parti continue. Dans l’Ailier ».
  • 12 Le Populaire, 19 février 1926, « Dans l’Oise ».

16La disqualification de l’adversaire est une pratique habituelle. Avant-guerre, face à une contradiction émanant principalement des milieux cléricaux, les comptes rendus insistent sur la jeunesse des contradicteurs, leur absence de maturité : Jules Nadi, en 1913, à propos de ses détracteurs, parle successivement des « jeunes éphèbes du patronage clérical », des « avortons en rupture de nourrice », des « bébés morveux »10. Après la guerre, les adversaires changent mais pas les qualificatifs : ce sont désormais les communistes qui sont toujours « jeunes », ou « âgés de 18 ans ». Quant ils organisent des réunions, celles-ci n’attirent que les simples d’esprits et les enfants : « Les communistes avaient organisé une réunion salle du Chalet, avec 4 orateurs. Ils ont eu 51 auditeurs, dont 30 au moins étaient des enfants.11 » L’infantilisation prolonge la scission de Tours, les partisans de l’adhésion étant alors présentés comme de jeunes militants inexpérimentés, mais elle ne dure pas. La scission définitivement acquise, les communistes sont décrits comme des violents – conséquence de l’application de la tactique « classe contre classe » – ou des « poivrots »12. L’étude de la propagande à travers la presse oblige à prendre en compte les pratiques de construction du discours. C’est pourquoi les carnets de Lucien Roland, qui y échappent, sont une source sans équivalent pour mesurer les efforts de la SFIO en direction des campagnes.

Lucien Roland : un propagandiste aux champs

17Lucien Roland, né en 1864, a exercé la profession de typographe. Tôt attiré par le militantisme, il rejoint le socialisme, avec Allemane, puis en 1895, le POF de Guesde, auquel il restera fidèle toute sa vie. Il occupe rapidement des fonctions de permanent, responsable en particulier de la bibliothèque. Après la réalisation de l’unité, il rejoint la délégation permanente. Malgré plusieurs tentatives, il ne parviendra jamais à obtenir un mandat électoral. Pendant la guerre, il est partisan de la défense nationale ; confronté sur le terrain à la virulence du courant minoritaire, il se méfie très tôt de la révolution russe. C’est donc sans surprise qu’il demeure à la SFIO qui le maintient à la délégation permanente jusqu’en 1929.

18Il est aussi un des derniers représentants de la chanson sociale, un genre qui eut son heure de gloire à la fin du XIXe siècle. Il a écrit de nombreuses chansons qui sont diffusées au sein du parti : « Les Coquelicots », « la Complainte du prolétaire », « C’est l’Humanité », « le Drapeau rouge ». La chanson a joué un rôle primordial dans la propagande politique sous la IIIe République, même si la première guerre mondiale marque la fin d’un âge d’or. Néanmoins, la chanson sociale comme vecteur de propagande ne disparaît pas immédiatement : les envois de chansons que note Roland à l’issue de ses tournées en témoignent. Dans un monde rural où les distractions « modernes » pénètrent plus lentement qu’en ville, les chansons font partie intégrante de la sociabilité paysanne, compléments indispensables des associations musicales qui se multiplient durant cette période.

  • 13 Candar (G.), « Lucien Roland ou la lassitude du propagandiste », Le verbe et l’exemple. Colporteurs (...)
  • 14 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 31 décembre 1921.
  • 15 Ibid., 2 février 1929.

19Parmi ses riches archives conservées à l’Institut français d’histoire sociale, figure, outre sa correspondance, une vingtaine de carnets, petits agendas sur lesquels sont notées ses différentes activités et en particulier ses tournées de propagande, entre 1915 et 1930. Ces carnets permettent d’abord de mieux cerner la personnalité de Lucien Roland, ses prises de position. Ils ne renferment pas seulement des indications relatives à la propagande, mais aussi des commentaires sur les congrès auxquels il assiste, ses opinions sur les événements en cours, ainsi que quelques épisodes marquants de sa vie privée. Toutes ces annotations reflètent bien entendu la personnalité de Roland, que ces camarades trouvent « grognon ». Ses carnets contiennent d’innombrables récriminations contre les hôteliers qui l’exploitent, les militants irresponsables, et plus encore les femmes, accusées des pires défauts. Ce trait de caractère renforce la tonalité un peu sombre de ces notes. Il y a incontestablement chez lui la frustration d’être à la fin de sa vie toujours sur les routes13, alors que d’autres militants ont connu de brillantes promotions. Quelques anecdotes témoignent de cette vie sacrifiée ; le soir du 31 décembre 1921, il note : « Je termine ce soir assez tristement cette année. J’entends passer dans la rue des bandes joyeuses. Des voisins réveillonnent et chantent. Je n’en suis point jaloux, mais je sens en mon cœur comme un grand vide. Ma vie a été donnée entière à mon Parti, mais je n’ai pas de famille.14 » Au moment de sa retraite, cependant, une grande fête est donnée en son honneur, lors d’un conseil national : « Journée inoubliable pour moi. C’est vraiment trop d’honneur me faire. Cette soirée de sympathie vibrante m’a payé de mes ennuis de toute ma vie. Il serait trop long d’en marquer les détails. Peut-être plus tard. Une superbe lampe en fer forgé m’est offerte par les amis.15 » Le lendemain, la fête se poursuit, et l’on chante ses chansons.

  • 16 Ibid., 26 mars 1935.
  • 17 Ibid., 8 mai 1936.

20Un autre trait de sa personnalité transparaît à travers ces carnets : son antisémitisme, qui corrobore les analyses historiques sur la persistance d’un « antisémitisme de gauche », connaissant une nouvelle flambée durant les années trente et que l’on trouve en particulier parmi l’entourage de Paul Faure. Sa correspondance dévoile un sentiment partagé par d’autres socialistes, dont ses amis Cabannes et Compère-Morel. Cette imprégnation antisémite est représentative d’une génération formée lors des années 1880-1890, mais pour qui l’affaire Dreyfus n’a pas constitué une rupture décisive. Elle s’apparente d’ailleurs à l’attitude des guesdistes qui ne se sont engagés qu’à contrecœur dans l’Affaire, car étrangère aux intérêts de la classe ouvrière. C’est surtout pendant les années trente que l’antisémitisme refait surface : en 1935 Roland rapporte une longue diatribe de Compère-Morel contre la mainmise des juifs sur le parti, au sein duquel il tente de revenir : « Autrefois quand le Parti était pauvre par exemple au POF, il n’y avait pas de Juifs, car il n’y avait que des coups à recevoir, mais maintenant que ça peut rapporter, toute la synagogue accourt et chasse les fondateurs du Parti.16 » À la veille de la victoire du Front populaire, c’est Paul Faure qui lui rapporte l’existence de tensions croissantes au sein du parti dues à « l’entourage sémite17 » de Blum. La guerre, la défaite, la chute de la République, ne provoquent guère de sursaut politique chez Cabannes et Roland, tout au moins dans leur correspondance.

21Il convient cependant de ne pas réduire ces carnets à leur côté « journal intime ». Instruments de travail avant tout, ils jalonnent son métier de propagandiste, rédigés avec une grande régularité durant les longues heures d’attentes, dans les gares ou les cafés. Les dépenses quotidiennes, les contraintes de transport ou de logement y sont soigneusement rapportées. Les réunions effectuées sont inscrites, chaque jour, avec souvent le nombre d’auditeurs, le lieu de réunion, les éventuels accompagnateurs, et parfois des renseignements sur l’état du recrutement : existence ou création d’une section, noms et adresses des militants locaux. Roland ne précise que très rarement le contenu de ses conférences. En revanche, il retient quelques détails marquants, soit sur la réunion elle-même, soit sur le fonctionnement de la fédération et ses militants. Il prend également les adresses de ceux auxquels il envoie des brochures ou des chansons. La trace de ces échanges épistolaires se retrouve dans les jours et les semaines qui suivent sa tournée puisqu’il note les lettres envoyées et les lettres reçues.

22Les remarques précises sur la composition des auditoires sont plus instructives encore : ouvriers, paysans, bourgeois, propriétaires, journaliers, commerçants. En dépit de leur irrégularité, décevante pour l’historien, elles sont suffisamment fréquentes pour éclairer, tant le fonctionnement concret de la propagande que les pratiques politiques au village. Alors que la propagande demeure l’objet d’une présentation ritualisée dans la presse, les carnets offrent une réalité bien différente.

 

23Ils permettent de suivre au jour le jour l’activité de propagandiste de Lucien Roland de 1919 à 1928. Pendant ces dix années, il anime 1004 réunions effectives à travers la France métropolitaine. Il visite en moyenne une dizaine de fédérations par an. La comparaison entre le nombre de réunions établies par les rapports annuels des congrès et la comptabilité tenue par Roland fait apparaître un décalage. Les premiers chiffres sont établis à partir des itinéraires prévus par la fédération invitante. Sur le terrain, la situation est beaucoup plus complexe et des réunions sont annulées au dernier moment, faute d’une organisation suffisante. Il convient de se fier aux chiffres de Roland. Pour l’année 1924, les rapports du congrès de Grenoble mentionnent 146 réunions effectuées par Roland, contre 125 d’après les carnets, dont quelques-unes annulées à la dernière minute.

24Durant ces dix années, Roland visite la plupart des départements de la métropole. Seuls échappent à ces tournées les Bouches-du-Rhône, les Hautes-Pyrénées, la Haute-Vienne, la Nièvre, le Loir-et-Cher, les Landes et L’Aude, sans qu’il soit possible de l’expliquer. À l’inverse, Roland revient fréquemment dans l’Oise, la Charente ou la Vendée. Il n’y a pas à proprement parler de spécialisation urbaine ou rurale. La distinction entre fédération rurale et fédération non rurale, sur une base départementale, demeure d’ailleurs sommaire ; si le délégué permanent visite une fédération de modeste importance dans un département rural, il délaissera les petits centres ruraux, où n’existe aucun relais socialiste. Au contraire, dans des régions plus urbanisées, avec une fédération bien structurée, la propagande atteindra la campagne profonde. De même, le critère de la taille des communes visitées, autour du seuil des 2 000 habitants, n’est pas pleinement satisfaisant. Pour autant, appréhendée au niveau national, cette césure apporte de riches enseignements pour mesurer les efforts de la SFIO en direction des campagnes durant les années 1920, que rassemble le graphique ci-dessous.

Réunions données par L. Roland (1919-1928)

Réunions données par L. Roland (1919-1928)

25De 1919 à 1923, la propagande en direction des ruraux est contrariée par plusieurs phénomènes. 1919 est une année de réorganisation du parti, après le long isolement de la guerre. En toute logique, les principaux centres sont visités en priorité, ceux où existe un public « naturel » pour le recrutement. L’année 1920 correspond à la montée en puissance de la propagande rurale, comme un écho de la campagne menée par le parti sur la nécessité de pénétrer le monde paysan. Le mouvement est brutalement interrompu l’année suivante, avec la scission, qui provoque l’effondrement des effectifs. Il s’agit de reprendre en main les sections existantes, rallier les hésitants, relever certaines fédérations qui ont totalement disparu.

26La reconstitution par le biais des réunions privées, en milieu urbain, porte rapidement ses fruits et les réunions rurales deviennent prépondérantes dès 1924. Ce renversement est en partie lié à la campagne des législatives qui impose une propagande en profondeur, à laquelle sont associés les délégués permanents. Ce phénomène s’avère pourtant structurel et se prolonge durant les années suivantes témoignant de la spécificité de la propagande socialiste en milieu rural, indifférente aux échéances électorales. Elle est favorisée par le rétablissement de la situation du parti et des fédérations, qui organisent efficacement le travail des délégués permanents.

La propagande au quotidien

  • 18 IFHS, 14 AS 315, lettre d’Étienne Carol à Lucien Roland, 26 avril 1920.
  • 19 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 25 juin 1924.

27Il peut paraître vain de vouloir évaluer les résultats des tournées de propagande de Roland. Comme les autres délégués, il est convaincu que l’effet d’une tournée est nul si elle n’est pas suivie d’une action vigoureuse des militants locaux pour la faire fructifier. La collaboration active entre le délégué permanent et les responsables fédéraux est donc une condition indispensable au développement du parti en milieu rural. Le secrétaire de la fédération de l’Ariège rend compte à Roland des retombées positives de son passage : « Vous avez donné 28 réunions. En 28 jours, et en pays montagneux, c’est un effort d’endurance qui rebuterait de plus jeunes que vous. [...] Au moment où vous êtes arrivé dans l’Ariège, nous avions 20 groupes constitués et environ 350 cartes placées. Il y aura donc sous peu 34 ou 35 sections dans la Fédération de l’Ariège et nous avons déjà pris 500 cartes à l’organisme central. La différence est le résultat de votre effort, et nous sommes certainement au-dessous de la vérité. Je vais m’employer maintenant à asseoir définitivement les nouveaux groupes que nous venons de créer.18 » Ce relais des militants fédéraux est d’autant plus nécessaire que l’adhésion des ruraux, nous le verrons, n’est que rarement immédiate, comme en Gironde, à Vensac : « La réunion publique est une rareté dans ce petit village de 800 habitants. Et j’ai une salle garnie de 80 à 100 personnes. [...] Je distribue des formulaires d’adhésion au Parti. Comme je sens bien qu’ils n’adhéreront pas publiquement, je les prie de s’adresser au camarade Mamin pour renseignements complémentaires.19 » L’action du délégué à la propagande se révèle ici bien fragile.

  • 20 Du nom d’un secrétaire général du Parti socialiste.
  • 21 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 18 février 1925.

28Le secrétaire fédéral doit prévenir les secrétaires de section pour mettre au point la tournée, leur trouver éventuellement un remplaçant en cas d’absence. Les secrétaires de section ou les militants responsables préparent à leur tour la réunion, réservent une salle et font la publicité nécessaire, par l’insertion de communiqués dans la presse locale ou en prévenant les adhérents et les sympathisants. La CAP met à la disposition des fédérations des affiches passe-partout, où l’on rajoute le nom de la localité et l’heure de la réunion. En pratique, l’improvisation triomphe souvent et Roland lui-même doute de l’efficacité des affiches, comme lors d’une réunion à Noyaut-Méou (1 601 habitants, Maine-et-Loire) : « La réunion annoncée à coups de caisse, ce qui vaut mieux que par les affiches Grandvallet20, nous amène une centaine de personnes, qui nous ont écouté avec attention. Des adhésions individuelles au Parti ont été enregistrées. Sans doute nous pourrons faire ici une section.21 »

  • 22 Ibid., 26 mars 1925.

29Une tournée mal organisée équivaut à une succession de déboires, à l’image de celle effectuée en mars 1925 en Savoie et en Haute-Savoie. Le secrétaire fédéral, P. Léger, a envoyé un programme détaillé ainsi que des renseignements sur les sections et leurs responsables, avec leur profession. Or, le plus souvent, Roland ne trouve personne et le 26 mars, à Passy, il erre à travers la commune où seul le maire radical s’amuse de son insuccès : « Il me dit avoir fait afficher. Je n’ai vu aucune affiche ; et m’avertit que vu les travaux des champs, je n’aurai pas grand nombre d’auditeurs. » En effet, l’heure passe et personne ne se présente : « Les gens stupides ce sont les dirigeants de la Fédération, qui gâchent ainsi le temps et l’argent du Parti et nous font jouer vis-à-vis des mufles radicaux un rôle ridicule.22 » Pendant ces vingt et un jours de propagande, Roland se heurte à trois reprises à l’absence totale d’auditeurs. En Savoie, le dimanche 5 avril s’avère désastreux : sur quatre réunions annoncées, une seule se déroule comme prévue, regroupant 30 auditeurs à Saint-Béron. Les trois autres n’attirent que quelques curieux, communistes de surcroît.

  • 23 Ibid., 3 avril 1925.

30Viennent s’ajouter en outre des difficultés matérielles. Ainsi, la réunion prévue à Saint-Georges-de-Hurtière (Savoie) le 3 avril, ne peut avoir lieu : « Pas d’hôtel. Certains cafés ont une chambre mais les femmes qui les tiennent semblent terrifiées par la crainte de la gendarmerie qui les a menacées de procès-verbaux si elles servaient à manger et couchaient des voyageurs, car elles ne paient pas de patente à ce sujet. Force nous est de redescendre coucher à Aiguebelle (6 km à pied) et d’avertir que la conférence n’aura pas lieu pour les raisons citées plus haut. Dumollard croit que le maire de cette commune, Lambert, qui est communiste, a dû faire la leçon aux commerçants. À Aiguebelle, nous avons questionné le maréchal des logis de gendarmerie qui a paru surpris de la sottise de ces femmes. Il leur a surtout, dit-il, intimé l’ordre de ne pas loger sans faire établir une fiche par le voyageur, ce dont elles se croyaient dispensées.23 » Roland se désole de l’incompétence de Dumollard, secrétaire fédéral de la Savoie qui l’accompagne lors de son périple et ne fait pas preuve de grands talents d’organisateur en multipliant les maladresses. C’est le 10 juin que s’achève cette tournée qui, selon Roland, est « la plus mauvaise de toutes celles qu’il m’a été donné de faire. »

 

31Les déboires de Roland sont nécessairement plus fréquents dans les régions rurales, difficiles d’accès, où le socialisme a l’image d’une doctrine inquiétante. La plupart des directives fédérales insistent sur la difficulté de contacter les paysans. Le cycle saisonnier est incontournable car durant l’été ils sont accaparés par les travaux des champs et ne peuvent assister aux réunions. Le secrétaire fédéral de la Haute-Loire tient à avertir Roland : « L’heure est assez mal choisie pour une tournée de propagande chez les ruraux. Les travaux des champs battent leur plein et on aurait perdu son temps que de tenter une réunion dans un centre exclusivement agricole en ce moment de l’année. Nous avons dû renoncer à organiser cette tournée dans les localités qui n’ont jamais été touchées par la propagande. » La question des grands travaux est un leitmotiv de la propagande agricole, pour laquelle la connaissance des conditions locales est décisive : on ne vendange et on ne moissonne pas partout en France à la même date.

  • 24 IFHS, 14 AS 316, lettre de J.-B. Bory à Lucien Roland, 11 juin 1920.
  • 25 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 23 juin 1919.

32L’une des solutions pour éviter la contrainte des travaux agricoles est de profiter des foires, mais celles-ci recèlent d’autres pièges : « Le Puy est un centre agricole où vous n’auriez quelques chances de trouver des agriculteurs, qu’un jour de foire ou un jour de marché. Or ces jours-là nos paysans sont si affairés qu’ils n’ont pas une minute à consacrer à des questions d’intérêt général. Donc de ce côté rien à faire.24 » Malgré ces réticences, les foires, souvent tenues le samedi, restent le meilleur moyen de toucher les cultivateurs. Les chefs-lieux de canton en milieu rural sont en effet un lieu de convergence des paysans lors des marchés hebdomadaires, et les réunions ont plus de succès. Ils évitent en outre les trajets longs et difficiles, particulièrement pénibles pour les propagandistes. Atteindre les plus petits villages, surtout lorsqu’ils n’ont jamais entendu de propagandistes socialistes, est certainement profitable mais les militants s’interrogent parfois sur la « rentabilité » de tels déplacements25.

  • 26 Ibid., 3 juillet 1921.
  • 27 Ibid., 10 septembre 1926.

33Le dimanche est également un jour stratégique pour la propagande et plusieurs réunions sont généralement organisées. Toutefois, à la ville comme à la campagne, c’est aussi un jour de repos. Dans les villes, si le public ouvrier est au cinéma ou à la campagne, les paysans ont eux aussi des distractions... Constatant le peu d’affluence lors d’une réunion tenue à Ingré (Loiret), petite commune de 2 000 habitants où existait autrefois une section, Roland s’informe : « L’ancien trésorier qui est présent nous dit cependant qu’il faudrait revenir souvent et qu’alors peut-être nous pourrions réussir à organiser un petit nombre de citoyens, surtout parmi les jeunes ; mais ceux-ci ne sont pas là aujourd’hui, ils sont avec leur connaissance [on est dimanche]. Il faudrait revenir plutôt en hiver.26 » À l’inverse, dans les petites communes rurales, telle Chapeauroux, en Lozère, c’est le propagandiste qui fait office de distraction : « Il y a beaucoup de femmes et d’enfants, autant que d’hommes. Dans ces petits villages, on vient à la conférence comme on irait au cinéma. Ce n’est pas toujours amusant pour l’orateur. Tout s’est bien passé, à part quelques bavardages et rires de gosses.27 »

  • 28 Ibid., 1er février 1922.
  • 29 Ibid., 16 juin 1925.

34Les contraintes de voyage et de logement sont omniprésentes dans les carnets et Roland ne cesse de vitupérer contre les hôteliers et les aubergistes qui détroussent les voyageurs. Les conditions de transport se sont améliorées depuis 1914, mais plus les propagandistes s’enfoncent à travers les campagnes, plus les difficultés augmentent. Début 1922, au cœur de l’hiver, atteindre les lieux de réunions n’est pas toujours aisé : « Nous partons, avec le camarade Guillemin pour La Pacaudière. 2 Kilom. à faire par la nuit noire et sous la pluie, nous enfonçons dans la boue. À la salle Piat, un café, une quarantaine d’auditeurs paysans nous attendent.28 » Certes, de plus en plus, les fédérations parviennent à trouver des voitures qui assurent le transport du délégué. Roland, dans la Sarthe n’est pas encore satisfait : « Je commence par en avoir assez de ces autos des camarades, qui sont généralement des voitures incommodes et non couvertes. Après la conférence, tout mouillé de sueur, il faut faire 15 ou 20 Kil. la nuit et courir le risque du rhume ou même de la congestion. [...] Il m’a fallu aussi descendre chez un camarade hôtelier qui est du Parti... Je n’y descendrai pas deux fois.29 »

 

35Les réunions se déroulent selon un rite apparemment immuable, le soir, après dîner, que le délégué prend seul ou avec le ou les camarades qui l’accompagnent. La conférence – à sept heures en hiver, plutôt vers huit ou neuf heures en été – se déroule dans la salle d’un café, la mairie, ou parfois même en plein air et dure en moyenne une heure. Toute réunion publique, ce qui est presque toujours le cas dans les petits villages, nécessite un bureau, le plus souvent limité à un président. Le conférencier ne doit pas être trop long tout en sachant tenir en haleine son auditoire ; il n’est pas question de faire des discours fleuves. S’il y a contradiction, la conférence peut se prolonger, mais rarement au-delà de deux heures. Un temps intermédiaire s’intercale parfois, employé à la vente de brochures, l’organisation d’une quête, la proposition d’abonnement, en fonction du succès de la manifestation ou de la présence au côté du délégué d’un responsable fédéral ou local. Les marques d’enthousiasme ne sont pas très nombreuses et Roland ne mentionne jamais le chant d’une Internationale à la fin de ses réunions. Le village n’est pas propice à ce genre de comportement démonstratif, contrairement à ce qu’affirment les comptes rendus de la presse militante. La troisième étape réunit autour d’un verre le délégué et les sympathisants, au café. C’est souvent là que se font les promesses d’adhésion ainsi que les confidences sur la vie politique locale. Nous reviendrons sur ce temps fort de la sociabilité militante. Cette dernière phase se clôt généralement avant minuit ; en semaine, à la campagne, les auditeurs se lèvent tôt et le délégué reprend souvent la route le soir même.

  • 30 IFHS, 14 AS 338, lettre d’Auguste Meunier à Lucien Roland, 2 mars 1922.

36La contradiction est un temps fort de la réunion publique ; elle vient disqualifier le discours et les affirmations de l’orateur. Le public assiste à un débat qui dégénère parfois en empoignade. Dans les comptes rendus publiés par la presse, la contradiction « construit » la figure symbolique de l’adversaire. Après la scission, la propagande se heurte à une opposition nouvelle, celle des communistes. Elle est extrêmement virulente, les deux partis recrutant parmi les mêmes milieux. Les communistes profitent de la venue des propagandistes SFIO pour recruter pour leur propre compte, en perturbant les réunions. C’est pourquoi les délégués encouragent les fédérations à privilégier les réunions privées, d’autant qu’elles facilitent l’œuvre d’éducation. Ce sentiment est partagé par certains secrétaires fédéraux, tel celui de la Vienne, qui prépare en conséquence une tournée de Roland en 1922, afin d’éviter les « gueulards communistes30. » La virulence de cette contradiction se maintient tout au long des années vingt et explique très certainement les réticences de nombreuses fédérations, au lendemain du volte-face des communistes, en 1934-1935, à suivre le mouvement unitaire.

  • 31 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 13 décembre 1926.

37Cependant, l’attitude des communistes sert parfois les intérêts du parti, comme dans la Drôme, à Crest, devant plus de 400 personnes : « Les communistes sont gens de théâtre et bluffent habituellement. Ici, ils ont répandu des nouvelles sensationnelles. Marty, puis Doriot sont venus et me feront ce soir la contradiction. Bien entendu, ils ne sont pas là ; en dernière heure, c’est le chef du rayon de Die qui doit le soir me pulvériser : il n’est pas venu non plus. Nos camarades sont intimidés, inquiets, que va-t-il se produire ?... Ces bruits nous ont été favorables, beaucoup de gens sont venus pour assister à des coups de gueule. Le résultat est meilleur pour nous, et nos adversaires passent pour des niais.31 »

  • 32 Ibid., 30 novembre 1926.
  • 33 Ibid., 6 juin 1925.

38Roland ne livre pas beaucoup de détails sur le contenu de la contradiction communiste, même si la tâche est parfois ardue, surtout pour un vieux militant socialiste qui supporte mal de se faire traiter de bourgeois réformiste32. Elle se concentre sur les questions militaires et l’échec du Cartel, insistant également sur les affaires marocaines. Une réunion donne quelque fois lieu à une double contradiction, de droite puis de gauche : « On m’avertit qu’à Reuilly [2 222 habitants, Indre] les réunions sont orageuses, bruyantes. Je ne tarde pas à m’en apercevoir. Sur 200 personnes présentes, 150 environ sont venues pour s’amuser. Ils considèrent qu’un orateur est une sorte d’artiste de cirque qui doit faire des sauts périlleux. Les uns me somment, ce sont des réactionnaires, de ne parler ici que de la culture : « Il n’y a pas ici ni usines ni mines et ces industries ne nous intéressent pas. » D’autres, qui braient comme des ânes aspirant après le picotin me crient : Dites-nous pourquoi le pain est augmenté de 4 sous. Un autre clan – ce sont des communistes – affirment que nous trahissons le socialisme en empêchant Abd El-Krim de défendre sa patrie. Il paraît que lui a droit d’être patriote, mais pas nous. Ces derniers pensent que cet arabe pouilleux est un des hommes qui est appelé à émanciper la classe ouvrière.33 »

  • 34 Ibid., 26 novembre 1924.

39Quant à la contradiction réactionnaire, Roland ne l’évoque que rarement, sauf lorsqu’elle sort quelque peu de l’ordinaire, comme dans l’Ailier, à Bulles (700 habitants) : « Une centaine de personnes était présente et elle ne fut troublée que par quelques interruptions saugrenues d’un cultivateur millionnaire du cru qui a l’habitude de s’enivrer et se vante de se dépêcher de dilapider sa fortune afin que les socialistes ne puissent pas la lui prendre.34 » Ce dernier exemple rappelle combien la question de la petite propriété, en dépit des protestations socialistes, reste l’argument le plus prisé par ses adversaires durant tout l’entre-deux-guerres.

II. Forces et faiblesses du socialisme dans les campagnes

La conquête électorale

  • 35 Suffrages obtenus au premier tour du scrutin.

40Pour évaluer l’implantation des socialistes en milieu rural, nous avons choisi de confronter leurs résultats aux législatives avec la structure agricole des départements, en retenant le critère de la population active agricole dont la moyenne nationale est de 48 % en 1926. En 1928, la SFIO a pratiquement gommé les effets de la scission sur son électorat, obtenant 17,06 % des suffrages exprimés35 contre 17,94 % en 1919. La ventilation des résultats par département confirme les progrès du parti dans les zones rurales, thèse avancée dès le congrès de Toulouse par Léon Blum.

41En 1919, treize départements accordent plus de 30 % des suffrages exprimés à la SFIO. Sur ces treize départements, seuls quatre ont une population active agricole supérieure à la moyenne nationale : la Haute-Vienne, l’Ailier, la Nièvre et le Vaucluse. Il faut mentionner l’Hérault, qui, avec une population active agricole de 47,66 %, est juste en dessous du seuil. Les autres zones de fort enracinement du socialisme au lendemain de la guerre sont des départements urbanisés et dominés par l’activité industrielle : le Nord, le Pas-de-Calais, la Seine, les Bouches-du-Rhône.

42Aux élections législatives de 1928, quinze départements donnent plus de 30 % des suffrages aux socialistes. La proportion des départements « ruraux » s’est fortement accrue, puisque l’on en compte désormais huit. Parmi eux, on retrouve la Haute-Vienne et l’Ailier, où l’implantation est ancienne. Mais d’autres apparaissent et attestent des progrès du socialisme rural : la Creuse, troisième département agricole français avec 73,63 % de sa population active agricole, mais aussi les Basses-Alpes, le Loir-et-Cher, la Drôme, le Tarn, ou la Saône-et-Loire. Deux départements sont juste en-deçà des 48 % : l’Hérault et la Haute-Garonne. La concurrence communiste est particulièrement forte dans les zones urbaines : seul le bastion des Bouches-du-Rhône a été préservé. La Seine est belle et bien perdue, tandis que la présence socialiste régresse dans le Pas-de-Calais et surtout dans le Nord, qui passe de 40 à 30 % de suffrages.

 

  • 36 Rougeron (G), Les consultations politiques dans le département de l’Ailier, Imp. A. Pottier et Cie, (...)

43Les élections de 1928, grâce au scrutin d’arrondissement, permettent d’affiner les analyses. Ainsi, certains départements ruraux qui donnent une forte majorité à la SFIO ne disposent pas toujours « naturellement » du renfort des circonscriptions urbaines. Dans les Basses-Alpes, où 66,66 % de la population active est agricole, c’est la circonscription urbaine de Digne qui réserve le score le plus faible au candidat socialiste. Dans l’Ailier au contraire, ce sont les villes qui assurent en partie la suprématie du socialisme. Thivrier réalise 37 % des suffrages à Montluçon-Ouest, avant d’être élu au second tour. À Montluçon-Est, Constans est élu au premier tour. Dans les autres circonscriptions, plus rurales, la présence socialiste est moins affirmée : celle de Gannat, région de petites et moyennes propriétés, n’accorde que 19,7 % des suffrages à Delaurat. Dans celle de Moulins-Ouest, la plus rurale du département où domine la grande propriété, le candidat SFIO n’obtient que 13,14 %, soit moitié moins que le candidat communiste, qui a recueilli l’essentiel de l’héritage de Pierre Brizon. Si l’on « descend » au niveau du canton, d’autres nuances apparaissent : ainsi, à l’intérieur de la circonscription urbaine de Montluçon-Est, Constans obtient ses meilleurs scores dans les cantons de Cérilly et d’Hérisson, dévolus aux activités agricoles. Les cantons plus urbains et industriels d’Huriel et de Montluçon voient au contraire s’affirmer la concurrence communiste...36 Ces quelques exemples mettent en lumière les difficultés pour passer du cadre local au cadre national. Le scrutin d’arrondissement brouille encore un peu plus les cartes en accroissant l’aspect « personnel » de l’élection et en faisant intervenir des facteurs locaux. Le plus souvent, les tentatives pour déterminer des critères cohérents se heurtent à ces logiques locales : les partis de gauche peuvent ainsi se répartir tacitement certaines circonscriptions.

 

44Les socialistes s’implantent donc dans les départements ruraux, en associant travail de propagande et investissement personnel des élus. Des parlementaires établissent de solides positions y compris là où le socialisme peine à s’imposer. Cette prise en compte des personnalités vient corriger les chiffres présentés précédemment ; ceux-ci mesurent l’influence du vote SFIO, indépendamment du résultat des élections car au second tour, d’autres phénomènes interviennent. Parmi les départements « ruraux », la Haute-Savoie, avec seulement 9,6 % de suffrages pour la SFIO, envoie Étienne Antonelli au Parlement. Il réalise en effet 71 % des voix socialistes du département dans sa seule circonscription. On rencontre des situations similaires en Corrèze ou en Aveyron, qui élisent respectivement Spinasse et Ramadier. Les élections législatives donnent lieu à une propagande intensive, les candidats multipliant les réunions, surtout en 1928, à la faveur du rétablissement du scrutin d’arrondissement.

  • 37 Moch (J.), Une si longue vie, Paris, R. Laffont, p. 150.

45Jules Moch effectue à travers la Drôme une campagne systématique au cours de laquelle il quadrille la circonscription, visitant les moindres communes et arrivant ainsi en tête au premier tour. Ses mémoires rappellent cette campagne mémorable : « Je dispose de 105 jours jusqu’au premier tour et affole mes amis en leur disant qu’après 5 jours d’organisation, je ferai en 100 jours 350 réunions, soit 4 par sections de commune. Ils sont épouvantés ! [...] Je développe mon plan : 4 réunions par section de commune soit 4 x 85 ou 340 réunions, et en sus des réunions de quartiers à Valence et à Bourg-de-Péage, soit 350 réunions en 14 dimanches et 86 jours ouvrables. En semaine, deux réunions à 18 h et 21 h ; le dimanche, 6, de 10 h à 21 h. Mais cela ne suffit pas, car 6x14 + 2 x 86 = 256 et non pas 350. Je ferai donc deux réunions au lieu d’une le soir après dîner, un camarade parlant après moi dans l’une et un autre avant moi dans l’autre, en sorte que je ferai : 7 x 14 + 3 x 86 = 98 + 258 = 356 réunions, soit 6 de plus que prévu !37 » Le rythme est sans commune mesure avec celui des réunions assurées par la délégation permanente. Le contenu diffère également : le candidat, selon les circonstances, cherche à se faire connaître, défend son action au Parlement et surtout se présente comme le meilleur garant des intérêts de la circonscription et de ses électeurs.

  • 38 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 23 septembre 1927.
  • 39 FHS, 14 AS 315, lettre de Monnet à Roland, 26 février 1928.

46Dans l’Aisne, Georges Monnet se livre à une action semblable, même s’il est moins « étranger » que Jules Moch dans sa circonscription où il cultive une ferme depuis 1922. Les carnets de Roland, envoyé par le parti pour lui prêter main-forte, livrent un témoignage de première main sur cette campagne électorale. Roland a fait connaissance avec Monnet, « fermier gentilhomme » en septembre 1927, lors d’une première tournée, rencontre qu’il relate dans ses carnets38. Au mois de janvier 1928, Monnet lui annonce que le parti lui a accordé une semaine de propagande, qu’il espère pouvoir consacrer à sa circonscription. Roland donne avec Monnet dix réunions, principalement dans les petites communes rurales. En le remerciant de sa collaboration, Monnet insiste sur son effet bénéfique : « Mais je tiens surtout à vous remercier de ces dix jours que vous êtes venus passer avec moi. Ma campagne, sous votre paternelle direction, a démarré avec une netteté d’allure qui maintenant persiste et stupéfait pas mal de citoyens conservateurs et vieux radicaux qui ne s’attendaient pas à cette offensive.39 » La campagne se déroule en effet de manière satisfaisante et Monnet précède ainsi son rival radical de 220 voix au premier tour, avant de l’emporter, au second tour, face au candidat de la Fédération républicaine.

47Il n’est pas nécessaire de multiplier les exemples de propagande électorale SFIO à l’occasion des élections législatives. Celle-ci n’est pas le propre des socialistes et la plupart des candidats y sacrifient. Leur impact n’est pourtant pas négligeable et ces campagnes constituent indéniablement un des temps forts de la mobilisation politique au village : la succession des réunions, les affrontements entre les candidats, provoquent pendant quelques semaines une animation sans précédent et l’implantation réussie tisse des liens personnels souvent forts, transcendant les étiquettes politiques.

48L’analyse des résultats électoraux ne suffit pas pour évaluer les progrès du parti qui se veut aussi un parti de militants. Or, il existe souvent un décalage notable entre ses résultats électoraux et le développement de ses structures fédérales. La montée en puissance électorale des départements ruraux se fait au détriment de l’organisation, car les fédérations à forte densité militante sont majoritairement urbaines. En 1919, les départements recueillant plus de 30 % des suffrages aux élections comptent une moyenne de 5 084 militants. En 1928, ce chiffre tombe à 2 639. Cela s’explique en partie par le recul militant au sein des fédérations urbaines et industrielles, mais aussi par l’arrivée des fédérations rurales, structurellement moins développées. Les Basses-Alpes, qui donnent 35 % de suffrage à la SFIO, possèdent une fédération embryonnaire, avec 350 cartes distribuées en 1927, soit une centaine de plus qu’en 1919 où la liste SFIO ne totalisait que 25 % des voix. Le cas de la Drôme est encore plus intéressant, car la scission a profondément désorganisé la fédération dont les effectifs sont passés de 1 100 à 419 entre 1919 et 1927. Cela n’a pas nui au développement électoral, avec 30,24 % des suffrages contre 21 % en 1919, grâce notamment au succès de Jules Moch.

49Les autres fédérations connaissent des évolutions plus en rapport avec leur implantation électorale, doublant ou triplant leurs effectifs. La croissance la plus spectaculaire est celle de la Haute-Garonne, qui passe de 195 à 1 750 adhérents. D’autres fédérations rurales, déjà puissantes au lendemain de la guerre, ne parviennent pas à franchir un nouveau cap, et parfois même connaissent un léger fléchissement : les effectifs pour l’Ailier passent de 1 500 à 1 200 adhérents. En dépit de réels progrès électoraux, les départements ruraux demeurent structurellement déficitaires en termes de militantisme, faiblesse qu’il convient d’expliciter.

Le militantisme en milieu rural

  • 40 Anne-Marie et Claude Pennetier donnent des exemples identiques pour le Cher communiste. « Les milit (...)
  • 41 A.N., 310 AP 7, Papiers Locquin, Comité fédéral de Prémery du 29 septembre 1929.

50La SFIO se structure autour de groupes de base, les sections ou groupes, qui comptent au moins sept membres et élisent un secrétaire et un trésorier dont la première tâche est la distribution de la carte annuelle et des timbres mensuels. Le secrétaire entretient les relations avec les instances fédérales. Le plus souvent, la section se calque sur la commune, mais dans les régions de faible influence, il existe aussi des sections cantonales. Sinon, les militants isolés adhèrent au groupe d’une commune voisine. La section se réunit au moins une fois par an pour préparer le congrès fédéral, discuter éventuellement des motions et envoyer un de ses représentants. L’idéal est de faire une réunion par mois, avec à l’ordre du jour des causeries éducatives. Il y a loin entre cet idéal et la pratique et un grand fossé existe entre les principes édictés par les dirigeants et le fonctionnement sur le terrain. Non contentes d’être peu actives, les sections rurales sont très fragiles40. Leur existence éphémère conduit certains dirigeants fédéraux à réclamer un aménagement des structures de base du parti41 mais ils se heurtent à l’attachement au modèle communal et villageois.

  • 42 La Voix paysanne, « Une proposition », René Cabannes, 5 juin 1920.

51Le risque d’atrophie des sections rurales est un problème ancien ; en 1920, alors que le parti met l’accent sur le développement de l’organisation, René Cabannes affirmait déjà la nécessité de revigorer l’activité des petites sections. « En province, la vie intérieure des sections est beaucoup moins active qu’à Paris : surtout dans les campagnes. Les réunions sont d’abord trop espacées. Ensuite, il n’y a pas d’ordre du jour parce qu’il n’y a pas de convocations officielles. Généralement, le secrétaire est un homme très dévoué, mais aussi très peu au courant de l’organisation du parti, dont il ignore le fonctionnement des services, l’emploi des fonds, l’esprit véritable des statuts. On se réunit pour cotiser, pour boire un verre et causer d’un tas de choses qui n’ont rien à voir avec le socialisme. » Pour parvenir à l’œuvre d’éducation vers laquelle tend le parti, il est nécessaire de substituer à ces pratiques informelles un véritable plan de formation, une méthode de travail : « La voici : la section établit une série de sujets à traiter ; nationalisations, impôts, traité de Versailles, L’Internationale, le Parti, la question agraire, etc. ; en même temps, elle désigne, d’après leurs préférences et leur profession, les camarades susceptibles de tenter un effort d’assimilation suffisant qui lui permettra d’organiser une causerie pour chaque réunion mensuelle. À ces camarades, elle fournit les brochures et documents se rattachant aux sujets à traiter – et au point de vue agraire La Voix paysanne est une source inépuisable – qui, en même temps, peuvent constituer la base d’une bibliothèque.42 »

  • 43 Témoignage écrit du 26 mars 1991, recueilli dans le cadre d’une enquête sur la LICP [Ligue Internat (...)

52Ce texte symbolise parfaitement le décalage entre les aspirations à l’organisation et à l’éducation des responsables et le déroulement concret de la vie militante au village. Le modèle de la section, structure de base du socialisme, n’est pas le plus adapté à la pratique politique rurale. Dans les villes, confrontés à la concurrence des autres organisations, politiques, syndicales, religieuses, les militants du parti se doivent de marquer leur appartenance par des pratiques communes. Dans les campagnes et les petits villages, les contacts sont beaucoup plus fréquents et il n’y a pas, comme en ville, une séparation stricte entre les activités. Si Cabannes regrette que l’on se réunisse pour « boire un verre et causer », il néglige le fait qu’en d’autres occasions, les mêmes hommes évoqueront des problèmes touchant la vie de la section, selon les pratiques informelles de la sociabilité locale. Le témoignage d’un militant pacifiste au début des années trente, Marceau Roquefort, secrétaire de la section de Quillan (Aude) et responsable des Jeunesses socialistes est éclairant. « Teniez-vous des réunions régulières ? » : « Non : ce n’était pas nécessaire, les membres de notre cercle restreint se voyaient pratiquement chaque jour, et au surplus, se rencontraient dans d’autres sociétés : Amicales laïques, Ligue des Droits de l’Homme, Libre Pensée, etc.43 »

53Connaître cette forme particulière du militantisme est indispensable. D’un point de vue méthodologique, elle explique les difficultés pour l’historien d’isoler l’activité politique au village par d’autres sources que les témoignages oraux. En effet, même dans la presse militante régionale, l’activité des sections rurales apparaît toujours très limitée. La sociabilité politique ne nécessite pas, comme pour les sections urbaines, de publier de fréquents appels à réunion et éventuellement des comptes rendus, qui sont des sources fondamentales. Cette faible « visibilité » de l’action politique dans les campagnes –ce qui ne signifie pas son absence – est difficile à surmonter. Surtout, ce type de sociabilité explique, au-delà des engagements idéologiques ou électoraux, la fragilité des sections rurales ou leur faible activité. La section rurale peut tout simplement disparaître parce qu’elle n’a pas d’utilité !

 

  • 44 A.N., F 7 13081. rapport du commissaire spécial de Quimper au préfet du Finistère, 28 juin 1926.

54Cerner le fonctionnement du parti au niveau de la fédération oblige à prendre conscience des spécificités du militantisme en milieu rural. Dans les rapports de police, le commissaire chargé de la surveillance donne parfois la profession des assesseurs – qui ne sont pas toujours des membres de la SFIO. Une réunion organisée un dimanche, sous l’égide du député du Finistère, Masson, fournit quelques données indicatives : « À 14 h 30, les orateurs se trouvaient salle le Bihan à Coray [2 445 habitants], où une cinquantaine de personnes les écoutaient sous la présidence de Kérangal Louis, débitant au bourg, assisté du cantonnier Le Tom ; à l’issue de la réunion, quatre adhésions ont été recueillies, celles de Hénaff, chef de gare, Le Tom, cantonnier, Quintin, instituteur et Bodiger, percepteur.44 » Les bases du recrutement socialiste dans le monde rural apparaissent ici : trois fonctionnaires et un employé communal. Quant au cafetier, s’il préside la réunion, il ne franchit pas le cap de l’adhésion.

55Les carnets de Lucien Roland apportent un point de vue complémentaire, en précisant parfois la profession du responsable de la section ou des militants les plus actifs. Dans l’écrasante majorité des cas, les secrétaires de sections sont des petits fonctionnaires, des artisans et des commerçants. Les instituteurs, qui assurent un rôle charnière dans la diffusion du socialisme, sont surtout présents au sein des petites communes rurales où ils sont les seuls à accepter de prendre des responsabilités. Pour les communes un peu plus importantes, les receveurs buralistes, ainsi que les cafetiers, ont une activité politique qui se mêle à la pratique professionnelle. Une ultime catégorie est identifiée parmi les responsables locaux, celle des artisans ruraux, meunier, charron, menuisier ou cordonnier dont les activités favorisent les échanges et les contacts.

  • 45 IFHS. 14 AS 280. Carnets Roland, 29 mai 1921.
  • 46 Ibid., 4 mars 1927.
  • 47 Ibid., 16 décembre 1928.

56Au-delà de la mention professionnelle, les carnets Roland dévoilent aussi les modalités et les difficultés de cette implantation militante. Pour qu’une section se développe dans une petite ville ou un village, il faut un militant convaincu, qui ne rechigne pas à la besogne. Lors d’une tournée dans le Puy-de-Dôme, Roland visite la section de Saint-Ours-les-Roches : « Une conférence a été organisée par la section de cette localité (15 membres), dont le camarade Labourier, de l’Aude, qui est installé ici comme galochier, est le secrétaire. Elle a lieu après une conférence du professeur d’agriculture, dans la salle de l’école. 50 personnes y assistent. Pas d’incidents.45 » Dans cette commune de 1 514 habitants, le procédé est habile, car la présence du professeur d’agriculture a certainement drainé un public qui ne se serait pas déplacé pour une conférence socialiste. À l’inverse, le départ d’un militant provoque souvent la chute de la section ; c’est le cas au Poinçonnet [1 027 habitants], dans l’Indre46. Les mésententes entre individus sont inévitables et ont des effets désastreux. Ce n’est rien à côté des rivalités entre localités, rencontrées au Cros de Cagnes, rattachée à Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes) : « Nos camarades des deux sections me paraissent être en dualité. La raison est que nos camarades du Cros de Cagnes voudraient faire commune à part et que ceux de Cagnes n’en sont pas partisans.47 »

  • 48 Ibid., 17 avril 1922.

57Le rôle joué par les fonctionnaires dans le développement du parti en milieu rural, facilité par leur plus grande indépendance, présente aussi des désavantages. Les mutations géographiques, pour convenances personnelles ou résultant d’une sanction ou d’une promotion, suffisent à détruire un patient travail d’organisation. Plus largement, les questions pratiques se doublent de querelles d’amour propre ou des craintes de voir des arrivistes s’emparer d’une section à des fins électorales. À l’occasion d’une réunion dans la commune d’Availles (Vienne), Roland rencontre un réel succès, avec 150 auditeurs pour 592 habitants, succès qui s’explique sans doute par la présence simultanée de la foire. Le dîner qui clôture la visite du délégué permet d’enregistrer dix nouvelles adhésions : « Nous recevons, à sa grande joie, comme membre de la section, le camarade Tafforin, qui sollicitait cette qualité depuis longtemps et que nos amis n’avaient pas voulu encore admettre, prétextant sa situation bourgeoise. Je crois ce citoyen susceptible de rendre des services au Parti et le juge favorablement. Cet homme m’est sympathique. Fils de médecin, il a reçu fort bonne éducation.48 »

  • 49 Ibid., 18 février 1924.
  • 50 Girault (J.), Le Var Rouge - Les Varois et le socialisme de la fin de la première guerre mondiale a (...)

58La tâche d’organisation est naturellement plus aisée lorsqu’elle prend appui sur des structures villageoises préexistantes. Jacques Girault a établi le rôle des cercles dans le Var, démontrant que ceux-ci, bien qu’en perte de vitesse, assurent néanmoins dans les zones rurales une fonction de transition avec les sections SFIO implantées au village. Cette complémentarité entre cercle et section est confortée, sur le terrain, par les impressions de Roland lors d’une tournée en février 1924. Ses carnets témoignent de l’efficacité accrue de la propagande dans une région où la sociabilité socialiste n’est pas un vain mot. De plus, la proximité des villages permet de multiplier les réunions ; les notes de la journée du samedi 18 février en témoignent : « Bargemon – Visite au cercle – Section ; Claviers – Causerie au cercle – Section 35 personnes ; Seillans – Visite aux amis de la section, 20 membres ; Fayence – Section 35 membres. Réunion publique devant 200 personnes. Revenu coucher à Bargemon.49 » Le lendemain, dimanche, il donne à nouveau quatre réunions. Le Var demeure toutefois, tant par la puissance du socialisme que par l’appui des cercles, un cas un peu à part et un terrain privilégié pour la propagande et l’organisation : de nombreux paysans sont secrétaires de section50.

 

59Parmi les militants qui participent à la diffusion du socialisme, les instituteurs et, plus largement, les enseignants, occupent une place spécifique. Éducateurs de la jeunesse, leur engagement en faveur du socialisme est un atout considérable pour le développement du parti. Surtout, les « hussards noirs » sont présents dans la presque totalité des communes. Aussi figurent-ils très fréquemment parmi nos sources et les carnets Roland, en tant que militants assurant la présence et le développement du socialisme au village.

  • 51 A.D. Haute-Vienne, 1 M 177, rapport du sous-préfet de Saint-Yrieix au préfet, 30 janvier 1922.
  • 52 A.D. Nièvre, M 3345, rapport du préfet, 14 mars 1924.

60Les sources policières les mentionnent fréquemment puisque, fonctionnaires, ils dépendent du gouvernement. Un engagement politique trop appuyé (appréciation qui varie bien évidemment en fonction de la vie politique locale) entraîne des sanctions, allant jusqu’à la révocation. En Haute-Vienne, département pourtant tout acquis au socialisme, le sous-préfet de Saint-Yrieix se fait l’écho des plaintes de ses administrés quant à l’attitude jugée déplacée des instituteurs : « Les gens sérieux de tous les partis s’étonnent de voir que l’on tolère des instituteurs [...] se faire les apôtres propagandistes, non seulement du Parti socialiste, mais même, dit-on, du Parti communiste.51 » Il convient pourtant de ne pas surestimer leur influence politique ; le préfet de la Nièvre, en 1924, informe son ministre d’une évolution qu’il juge importante : « Ils se mêlent de moins en moins à la population rurale et paraissent pour la plupart se désintéresser de la politique. Il semble que la situation matérielle dont bénéficie aujourd’hui le personnel enseignant [sic] prive les instituteurs de l’ascendant dont ils disposaient sur la partie avancée de l’opinion. Nombre de ceux qui passaient pour encourager les doctrines socialistes ou communistes se réservent, soit qu’ils se sentent moins autorisés à faire une telle propagande, soit que les éléments qu’ils étaient accoutumés à diriger ou à inspirer leur manifestent une moindre confiance et subissent moins volontiers leur influence.52 » Ce témoignage, dont il est impossible d’apprécier la représentativité oblige à ne pas trop exagérer l’influence des instituteurs dans l’action politique, même si leur appui est un facteur important de succès.

  • 53 Le Populaire, 27 novembre 1927, « L’éducateur rural », Suzon (Suzanne Lacore).
  • 54 Tiravy (L.), Instituteur et paysans, Aurillac, Imprimerie Rubens Lescure, 1922, p. 35 et 47. Sur le (...)

61Au-delà du soutien qu’il apporte à la propagande, les socialistes réfléchissent d’une manière plus générale à la figure de l’instituteur rural. Suzanne Lacore y consacre un article du Populaire où elle souligne son rôle essentiel dans le combat contre les défauts du paysan, notamment « sa défiance hostile envers toute nouveauté, tout changement, son encroûtement dans la routine » auquel s’ajoute « un esprit d’individualisme outrancier, fermé à toute idée d’altruisme, de désintéressement, à tout sens élevé de la solidarité collective. » Porte-parole du progrès et de la modernité, l’instituteur a également pour mission de convaincre les enfants de la grandeur des métiers de la terre : « L’enfant sait du reste ce qu’a de dur et de rebutant le travail de la terre. Il faut lui en faire apprécier également les avantages, le mettre en parallèle avec celui de l’atelier et de l’usine, dont un mirage décevant voile trop souvent la certitude et la tristesse. [...] Il poursuit infatigablement la dure tâche, trouvant la récompense de son effort dans la joie de conserver à la terre quelques-uns de ses meilleurs enfants.53 » L’instituteur doit tout à la fois désenclaver les campagnes, faire reculer l’isolement et l’ignorance, tout en maintenant l’harmonie de la collectivité rurale. Avec de telles ambitions, les socialistes rejoignent le discours républicain dominant sur l’importance des instituteurs pour le maintien des enfants à la terre et la lutte quotidienne contre le spectre grandissant de la dépopulation des campagnes54.

 

  • 55 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 9 août 1919.

62Les hôteliers et les cafetiers, mentionnés fréquemment par les carnets de Roland, jouent aussi un rôle prépondérant. Le café est un lieu stratégique du village qui possède presque toujours plusieurs établissements. Points de rencontre obligés de la population – l’espace privé étant, dans la civilisation paysanne, strictement réservé à la famille – ils inervent la vie politique locale. Dans le Var, Jacques Girault décrit la complémentarité entre le cercle et le café où il siège. Les carnets Roland désignent les salles de mairie et les salles de café comme principaux lieux de réunions. Pour les secondes, les conditions matérielles se révèlent parfois pénibles, mais les contacts se nouent plus facilement. Quand la réunion se déroule dans un autre local, elle s’achève au café, car c’est là, bien plus que lors de la réunion publique, que se décident les adhésions ou les prises de responsabilités, que les langues se délient, et que Roland saisit le mieux l’existence concrète de la section qu’il visite ou qu’il met sur pied. La boisson n’est pas seulement un prétexte : elle renforce la cohésion du groupe, comme le constate Roland, au retour d’une tournée dans le Pas-de-Calais : « J’ai l’estomac très fatigué par suite de l’absorption de nombreuses chopes. Le camarade Houbart me dit que pour être bon propagandiste dans cette région, il faut boire, car refuser un verre est considéré comme une sorte de dédain par les ouvriers.55 »

63Il importe en effet de bien distinguer la réunion publique, où la prise de parole du conférencier a lieu selon un rituel bien établi, moment de « mise en scène » où l’orateur fera preuve de ses capacités à convaincre son auditoire, de la discussion avec les sympathisants et les militants qui la prolonge, au café. Lorsque la réunion vient de s’y dérouler, il n’y a pas de rupture spatiale, mais la distance n’est plus la même entre le délégué et ses auditeurs. Ceux-ci sont beaucoup moins nombreux. L’essentiel est ailleurs, à travers le rapport différent, intime et convivial, qui se noue avec ceux qui constituent le noyau militant de la commune et n’hésitent pas à s’afficher avec le délégué du parti, revendiquant ouvertement leur engagement partisan. C’est le moment où s’échangent les informations sur la vie militante : nouvelles de la section, tensions éventuelles, précisions sur la vie de l’organisation ou sur l’actualité. Généralement, le délégué en profite pour distribuer ses brochures ou ses chansons, ainsi que des formulaires d’adhésion. La présence à ses côtés d’un responsable fédéral favorise la discussion.

  • 56 Ibid., 20 octobre 1921.

64Le café villageois peut être le seul espace de liberté où l’on échappe, quoique temporairement, à l’emprise des employeurs, ainsi qu’à la surveillance policière. La réunion donnée à Malicorne (1 521 habitants, Sarthe) en fournit un exemple saisissant. « Le soir je vais à Malicorne, commune rurale et petite commerçante, fabrique de poteries. Il y a un assez grand nombre d’ouvriers, mais ils sont tous sous la terreur patronale. Les ruraux sont sous la coupe de deux grands propriétaires réactionnaires, dont le marquis de Vézins. Un camarade Leguebaque, cafetier, prête sa salle pour la réunion qui rassemble 40 citoyens. Ils écoutent attentivement mon exposé. Ensuite un communiste, Bordier, fait la contradiction. Il m’aide beaucoup à démontrer les causes de la scission. La réunion prend fin à 11 h. Les gendarmes guettent Leguebaque pour lui faire un procès verbal. Par deux fois ils visitent le café pour y trouver des clients qui n’y sont pas. Ils sont encore devant la porte vers minuit, montant la garde et surveillent notre camarade.56 »

  • 57 La Voix paysanne. 10 avril 1920. « La chanson socialiste », René Cabannes.

65Quelquefois, pour les militants et les sympathisants, la soirée se conclut sur quelques chansons socialistes, dont Roland est un auteur reconnu au sein du parti. Une sociabilité militante s’ébauche et les multiples envois par Roland de ses chansons dans les fédérations témoignent d’une pratique vivace durant les années vingt. Un autre délégué, René Cabannes, souligne dans La Voix paysanne les mérites de la chanson sociale : « Il est vraiment pénible d’être obligé de constater que dans nos groupes de provinces on ignore à peu près complètement le répertoire de la chanson socialiste. Lorsqu’après une réunion, les camarades s’assemblent pour boire un verre et en pousser une, tout de suite ce sont des complaintes stupides qui s’échappent des bouches ouvertes. À la rengaine à la mode succède le couplet patriotique bête à faire pleurer un éléphant. Il est grand temps de réagir contre de pareilles pratiques et surtout contre l’habitude coupable qui consiste à laisser ignorer les productions des nôtres.57 » Ce cri du cœur de Cabannes – attentif aux productions de son ami Roland – est aussi un cri d’agonie, la chanson sociale vivant ses dernières heures.

66Il est difficile de saisir l’impact des chansons dans la vie des sections et des groupes. Souvent, c’est plutôt le secrétaire d’une fédération ou d’un groupe important qui sollicite l’envoi des textes de Roland. Chanter la prose révolutionnaire après les réunions publiques exige une diffusion préalable. Pour la grande majorité des sections rurales, où les militants ne sont que quelques-uns, connaître et plus encore entonner de telles chansons ne semble pas une coutume courante. En revanche, elles sont fréquemment utilisées à la fin des banquets qui réunissent les militants. En pensant aux regrets de Cabannes à propos des « complaintes stupides », on perçoit à nouveau le décalage entre l’idéal, celui des groupes actifs, susceptibles d’organiser des fêtes ou des petites réunions et la vie concrète des sections rurales, surtout durant ses années vingt où le parti travaille à reconstruire son appareil.

Les obstacles à la conquête paysanne

67La paysannerie apparaît donc particulièrement rétive au militantisme au sein des organisations socialistes. Cette faible représentation des cultivateurs s’explique aisément par une profession qui leur laisse peu de temps libre, entre les différents travaux des champs et les soins à donner aux animaux. Seuls peuvent prétendre à un engagement militant ceux qui ont les moyens de laisser à d’autres, salariés ou fermiers, une part du labeur, mais ils ne sont pas les adhérents naturels du socialisme. D’autres motifs de cette extrême faiblesse de la représentation paysanne existent néanmoins, particulièrement observable dans les années vingt.

  • 58 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 14 avril 1922.
  • 59 Ibid., 18 avril 1922.

68Roland et ses interlocuteurs reviennent fréquemment sur les difficultés « d’organiser » les ruraux. Ceux-ci peuvent voter pour les candidats SFIO, mais refusent d’intégrer les structures du parti. Il le constate à l’occasion d’une tournée en Charente, en 1922 : « Le soir, sommes partis en auto pour Auzance, village à 8 kil. de Poitiers. Une réunion assez maigre y a eu lieu devant une quarantaine de personnes. Elle ne produira pas, à mon avis, grands résultats. Le public de ce pays m’a semblé indifférent. Meunier me dit qu’ils votent bien, mais qu’ils ne sont pas organisables.58 » Outre l’indifférence, ils craignent les représailles : Roland visite deux jours plus tard une petite commune de la Vienne, Dissay [1 025 habitants] : « Les cultivateurs et petits artisans et commerçants présents ont particulièrement goûté ma causerie et m’ont vivement félicité. La commune de Dissay est presque entièrement la propriété du « comte » de Fruchard, dont les ancêtres étaient marchands ambulants et se sont enrichis pendant la Révolution avec les biens nationaux. Le « comte » possède le magnifique château Renaissance et les immenses propriétés de l’ancien seigneur. Dans les baux qu’il a signés avec ses métayers, il insère l’obligation pour ceux-ci d’envoyer leurs enfants aux écoles libres. Les paysans se vengent en votant pour les républicains et les socialistes ; mais ils ne peuvent s’organiser. La commune a cependant nommé une municipalité républicaine.59 »

  • 60 Ibid., 12 novembre 1924.

69En milieu rural, le propagandiste est frappé par la grande réticence des auditeurs à s’engager. Il faut savoir s’adapter à ce public, ne pas le brusquer, ainsi que le font de jeunes militants inexpérimentés lors d’une tournée, en 1924, à Montaigu-le-Blin (850 habitants, Allier) : « Je fais ma conférence devant une salle plutôt hostile. Un poivrot mutilé est chargé de créer la confusion en disant des bêtises à tout propos. Les représentants des châtelains et un châtelain en personne ont des ricanements. » Le « sabotage » de la réunion se double d’une pression presque physique des notables du cru, qui sont aussi les employeurs. Aussi, « quand Puechmaille propose de former une section et que Dombret cite des noms de citoyens qui seraient capables de former la section, ceux-ci protestent en disant qu’ils ne permettent pas qu’on puisse disposer d’eux ainsi. La séance est alors levée par le maire, qui me paraît être du côté des châtelains royalistes, et seul l’instituteur prie Dombret de l’inscrire au groupe de Varennes. Nos camarades sont un peu inexpérimentés. Ils n’ont pas conscience du caractère défiant et timoré des paysans ; ces milieux ruraux nécessitent de la part des propagandistes beaucoup de prudence et de tact.60 » De manière significative, seul l’instituteur est à même d’afficher son indépendance.

  • 61 Ibid., 15 février 1927.
  • 62 IFHS, 14 AS 319, lettre d’Edmond Cottin à Lucien Roland, s.d. [1924].

70La solution consiste à ne pas brusquer les adhérents potentiels mais à les réunir, le plus souvent autour d’un verre après la réunion, en petit comité, afin d’encourager les plus convaincus à s’engager. Roland opte régulièrement pour cette solution comme à Bussy, petite commune de l’Yonne (823 habitants) : « Arrivée à Bussy [...] salle de la mairie, où sont présents 80 personnes environ. Il y a là des bûcherons, dont quelques-uns sont communistes, des cultivateurs et quelques radicaux, dont l’adjoint qui préside. Cette réunion se déroule sans incidents. Nous allons ensuite trinquer. Quelques citoyens promettent d’adhérer au Parti.61 » Cette méthode est d’ailleurs préconisée par certains responsables fédéraux, surtout là où la tutelle de l’église et des grands propriétaires est pesante. Cottin, secrétaire fédéral de l’Orne, rappelant combien la seule proclamation de son républicanisme est déjà une audace, ajoute : « Il importe de faire, après les réunions publiques une petite réunion privée dans un café, car, en réunion publique, Jamais [souligné trois fois] les socialisants ne se feraient inscrire au Parti.62 »

 

  • 63 IFHS, 14 AS 316, lettre d’Arthur Danrez à Lucien Roland, s.d. [septembre-octobre 1920].

71Le coût jugé trop élevé des cotisations explique aussi la réticence des paysans à devenir des militants, même s’il faut rester méfiant face à la résurgence des stéréotypes comme l’avarice paysanne. Préparant minutieusement une tournée de propagande de Lucien Roland, à l’automne 1920, le secrétaire fédéral du Jura, Arthur Danrez décrit la vie de la section d’Orchamps : « Pas d’organisation. Commune réactionnaire de 832 habitants. Dans cette commune existe une usine assez importante de tissage. Il y a une dizaine d’années, à la suite d’une causerie faite par moi et un instituteur de la région (Batonnaire, devenu depuis juge de paix dans l’arrondissement et radical), un groupe socialiste fut créé à Orchamps. Ce groupe disparut au bout de quelques mois par suite de la répugnance des paysans au paiement des cotisations et peut-être bien aussi par la volonté de Batonnaire qui en était le secrétaire et qui se sentait mal à l’aise dans la Fédération du Jura.63 »

  • 64 Parti Socialiste (SFIO), XXIVe Congrès national tenu à Lyon les 17, 18, 19 et 20 avril 1927, Compte (...)
  • 65 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 20 novembre 1926.

72Les délégués des fédérations rurales insistent sur cet obstacle à la propagande lors des congrès du parti. À Lyon, en 1927, le délégué du Doubs, Lamy, explique : « Ceux qui militent dans les petits sections de campagne savent bien que, lorsqu’une réunion de propagande est finie, la première question que l’on pose est celle-ci : Combien est-ce que cela coûte pour être socialiste ? Quand vous dites : la carte c’est quarante sous, la carte annuelle trois francs, le camarade dit : C’est bien, je suis socialiste, aux prochaines élections je voterai pour vous, mais je ne veux pas vous donner cinq francs. Voilà la grosse critique que toutes les sections ont présentée au Congrès fédéral.64 » Roland le constate également, au gré des réunions. En Saône-et-Loire, dans la petite commune de Navilly (677 habitants), il existe une section de 20 membres, dirigée semble-t-il par un instituteur en retraite. Outre des circonstances pratiques peu favorables, la question des cotisations paraît déterminante : « La réunion annoncée par le tambour comme privée est en somme publique et groupe environ 50 à 60 personnes. Beaucoup écoutent attentivement mais on boit à table et des allées et venues troublent quelque peu l’orateur. C’est un cauchemar quand je suis obligé de parler au milieu de gens qui consomment. Malheureusement, cela arrive trop souvent. La section compte 20 adhérents, qui se plaignent du trop haut prix des cotisations.65 »

 

  • 66 Ibid., 3 juillet 1921.

73Au-delà de ces questions financières, la prise de responsabilité politique, l’engagement militant sont interprétés, à l’intérieur du petit univers villageois, comme une preuve d’ambition condamnable, une volonté de s’extraire du juste milieu collectif. Cela justifie la réticence des paysans à participer directement à l’action politique. Lors d’une réunion à Ingré (2 002 habitants, Loiret), les militants expliquent ainsi la dislocation de la section créée après la guerre : « Quelques sympathiques [sic] nous disent qu’il est inutile de penser à organiser ici une section, que les gens de ce pays sont inorganisables. Un jeune paysan nous dit : Il n’y a ici que des bestiaux. Ils se moquent de ceux qui se mettent en avant, si ce sont des humbles. – Il y a eu autrefois une section à Ingré, elle n’a pas tenue.66 »

  • 67 Ibid., 1er juin 1921.

74Les socialistes n’ont donc guère d’autre solution que de compter sur l’efficacité de leurs propagandistes et de leurs militants, qui désamorcent patiemment les hésitations des paysans. Roland a laissé quelques belles descriptions de cette œuvre de longue haleine, comme à Sanseillanges (1 535 habitants, Puy-de-Dôme) : « Le soir, à 8 h 3/4 nous ouvrons la séance devant 30 personnes. Je commence ma conférence et petit à petit la salle se remplit. Une centaine de personnes un peu craintives et qui restent au fond de la salle comme ayant peur de se montrer m’écoutent fort attentivement, à part un poivrot qui émet de temps à autre des paroles ou plutôt des sons inarticulés, des éclats de voix bredouillants ; au-dehors des gamins crient et frappent la porte de leurs sabots : ce sont les manifestations des cagots de l’endroit – ils sont paraît-il nombreux. Malgré tout, ma conférence porte et à la fin, j’ai beaucoup de poignées de main à donner. Les camarades m’offrent ensuite un rafraîchissement. La section qui compte 15 camarades s’augmente de 3 unités.67 » Le contraste entre la salle craintive et les « poignées de mains » témoigne de la dimension presque physique de l’adhésion partisane et en tout cas de l’émancipation qu’elle exige par rapport à la collectivité villageoise. La tache est donc difficile pour un parti ouvrier et urbain qui ne possède pas de relais spontanés dans le monde rural.

  • 68 Bonnefoy (J.-C.), La Fédération de la Haute-Vienne du Parti socialiste (SFIO) de 1921 à 1928 : « D’ (...)

75Les obstacles rencontrés par la SFIO pour recruter au sein de la paysannerie et faire correspondre son influence électorale et sa puissance militante expliquent pour une part les difficultés du recrutement à la fin des années vingt, sensible pour des fédérations aussi puissantes que la Haute-Vienne68. L’enracinement est une œuvre de longue haleine et exige une insertion réussie dans l’espace politique villageois.

III. Réseaux et pratiques politiques au village

Concurrence et complémentarité : les contraintes de l’action politique locale

  • 69 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 7 novembre 1921.

76Mettre à part les pratiques de la SFIO dans l’étude de son implantation en milieu rural est en partie factice. Les socialistes y luttent contre l’isolement de leurs militants, et sont souvent contraints d’agir à l’intérieur d’organisations préexistantes, acceptant, plus facilement encore qu’en ville, les accommodements avec les autres structures politiques, associations ou syndicats. Les carnets Roland témoignent de cette adaptation constante aux conditions politiques locales. À la fin de 1921, il se rend en Dordogne pour une tournée. Arrivé à Périgueux, le responsable l’informe que celle-ci vient d’être annulée : « Vu le docteur Menon, secrétaire de la section de Périgueux. Il insiste pour qu’on ne fasse pas de réunion publique ici ; car nous aurions l’air de taper sur les communistes et de nous réjouir de leur échec municipal, qui a ulcéré la classe ouvrière.69 » L’épisode se produit durant les mois qui suivent la scission et la rupture avec les communistes, surtout au niveau local, n’est pas encore complètement consommée.

  • 70 Ibid., 27 janvier 1925.
  • 71 Ibid., 2 juillet 1924.

77Il est souvent difficile pour le propagandiste de briser les solidarités locales au nom de l’orthodoxie, notamment quand le contexte national est celui du Bloc des gauches. Roland en fournit plusieurs illustrations, par exemple lors d’une tournée, à Miribel [3 114 habitants, Ain] : « La réunion a été préparée par le Comité du Cartel des gauches et groupe 200 personnes environ. Le maire, radical, préside : un gros succès de réunion, mais sans grand résultat pour la formation d’une section du Parti.70 » Les relations avec le Parti radical sont toujours délicates. Au plan national, Roland est plutôt un adversaire du Cartel ; or, sur le terrain, dans les municipalités qu’il visite, les socialistes élus le sont très fréquemment sur des listes d’union. Aussi est-il toujours réticent pour effectuer des réunions qui n’aboutissent à aucun résultat tangible pour le parti, du point de vue de l’organisation. Après la campagne des législatives de 1924, où Roland a souffert d’animer des réunions en faveur des radicaux, il peut enfin prendre sa revanche, en Gironde, à Grignols, chef-lieu de canton de 1 442 habitants : « 200 à 250 personnes environ. La soirée est excellente. Le citoyen Blanchard, radical-socialiste, conseiller général préside ; il a organisé un comité de son Parti, mais notre appel à l’organisation, après la réunion en retire la plupart, qui sont plutôt des nôtres, et nous recueillons 30 adhésions. Nous formons immédiatement la section.71 » Cette tournée en Gironde au lendemain des élections s’avère d’ailleurs particulièrement propice au recrutement, comme dans l’ensemble du pays. Sur onze réunions, trois sections sont formées dans des communes d’environ 1 000 habitants. Pour cinq autres, où des sections existent déjà, de nouvelles adhésions sont enregistrées.

 

  • 72 Sueur (R.), Socialisme et esprit républicain dans le département de la Somme des années 1920 aux an (...)

78D’autres types d’organisations sont susceptibles d’opérer au village, favorisant au-delà des appartenances politiques, de plus vastes regroupements : sections de la Ligue des droits de l’homme, associations d’anciens combattants ou loges maçonniques. La Ligue des droits de l’homme joue un rôle privilégié dans de nombreux départements, zone de contact entre le Parti socialiste et le Parti radical, voir même le Parti communiste, facilitant la mobilisation des forces de gauche sur des mots d’ordre « apolitique ». L’influence de la Ligue est présentée dans la Somme comme un élément déterminant de cette culture républicaine autour de laquelle se structurent les forces socialistes72. Dans la Nièvre, Jean Locquin cumule les responsabilités au sein des deux organisations.

  • 73 Prost (A.), Les anciens combattants et la société française - 2 - Sociologie (1914-1919), Paris, PF (...)

79La guerre a généré sur tout le territoire des associations d’anciens combattants et de mutilés, dont Antoine Prost a révélé le poids dans la vie politique et sociale de l’entre-deux-guerres. Malgré la volonté d’unanimisme affichée dès les origines, ces organisations n’ont pas échappé aux passions politiques73. Suivant les situations régionales, ces réseaux peuvent constituer soit de solides points d’appui sur lesquels se construit l’assise d’un député ou d’un conseiller général, soit des lieux de propagande et d’échange pour toutes les formations politiques. Des militants ou des élus SFIO de plusieurs départements, par leurs responsabilités parmi les anciens combattants, rallient autour de leur nom des fidélités qui dépassent de beaucoup le simple réseau socialiste. Albert Rivière par exemple, né en 1891, grièvement blessé pendant la guerre, milite activement au sein des associations combattantes. Son élection en 1928 dans l’arrondissement de Boussac est la preuve de son enracinement local. Il devient ministre des Pensions du gouvernement Blum, poste qu’il occupera à de multiples reprises, jusqu’au sein du cabinet du maréchal Pétain. Localement, les manifestations du 11 novembre donnent lieu à une mobilisation symbolique de la communauté villageoise, autour de ses combattants. Si l’apolitisme est revendiqué, la présence d’un élu départemental ou national rehausse inévitablement la cérémonie. C’est dans ce jeu subtil des influences et des fidélités que se construisent les attachements politiques. Un impératif existe, pour tous ces groupements, celui de la « visibilité », d’où la très grande importance de la presse. Devant la difficulté de disposer de leurs propres titres, les fédérations doivent une nouvelle fois recourir à des compromis.

 

  • 74 Mazeaud (M.), Le Populaire du Centre, journal socialiste de la Haute-Vienne (1905-1948), maîtrise, (...)

80La presse occupe une place primordiale dans le développement et l’épanouissement d’une fédération socialiste. Celle de Haute-Vienne, avec ses deux journaux, Le Populaire du Centre et Le Petit Limousin, constitue un modèle. Le premier est quotidien, le second hebdomadaire. Ce dernier, diffusé exclusivement par abonnement, s’adresse à un lectorat rural et connaît une situation financière tout à fait satisfaisante74. La Haute-Vienne est une exception car rares sont les fédérations qui parviennent, au cours des années vingt, à maintenir à flot un journal fédéral en dehors des périodes électorales où des efforts particuliers sont consentis.

81Cette lutte pour la mise sur pied d’une presse autonome se justifie par le dynamisme qu’elle insuffle aux structures fédérales. Le journal, départemental ou régional, remplit deux objectifs principaux, de haut en bas et de bas en haut ; il diffuse la doctrine et exalte l’action des élus du parti, en particulier des députés, dont il publie les principales interventions au Parlement ; il retrace régulièrement l’activité des groupes et des sections isolés, leur permettant, le temps d’un article, de sortir de l’anonymat et de valoriser les initiatives et les combats quotidiens.

82La lecture des pages locales de ces quotidiens ou hebdomadaires régionaux frappe par l’aspect très répétitif – pour ne pas dire stéréotypé – des encarts décrivant la réunion d’un groupe, une fête municipale, ou une élection partielle. L’auteur, souvent anonyme, s’arrête immanquablement sur l’affluence de la foule, le succès des orateurs, ou fustige avec virulence les adversaires politiques du lieu, réactionnaires ou communistes. Il importe pourtant de dépasser la pauvreté apparente de ces comptes rendus pour appréhender leur véritable signification. Il s’agit moins de fournir des informations précises sur le fonctionnement de ces groupes villageois, que de prendre place sur la scène des affrontements politiques. Il en est ainsi des ordres du jour votés par les sections les plus dynamiques qui se réfèrent le plus souvent à un événement d’envergure national : guerre, décision financière du gouvernement. Par le biais des ces brefs encarts, « la base » accède à la reconnaissance militante et s’agrège à « l’aile marchante » du parti. Ces adhérents ne font finalement que reproduire, à un autre niveau, les brèves concernant l’activité des fédérations publiées par Le Populaire, au plan national. Il n’est pas stimulant d’évoquer sa différence, mais plutôt sa fusion au sein d’une unité supérieure, celle du parti. Les comptes rendus d’activité des groupes ruraux apportent aussi une légitimité supplémentaire à l’engagement des militants, en contribuant à les mettre en avant, par rapport au reste de la communauté villageoise, ou aux communes voisines. Voir publié le nom de sa commune, et éventuellement, le nom du responsable, est un motif de satisfaction, la contrepartie légitime des efforts quotidiens et anonymes de l’action politique locale.

83La place prise par ces comptes rendus dans la surface totale du journal est considérable. Le Petit Limousin, par exemple, consacre plus d’une page et demie sur quatre à cette actualité régionale, d’autant plus copieuse qu’outre les rubriques « Limoges » et « Région », le journal ouvre ses colonnes aux fédérations voisines de la Creuse et de la Corrèze. Cela permet la comparaison entre des fédérations de taille variée. En Haute-Vienne, les simples annonces de réunions de sections sont beaucoup plus nombreuses qu’en Corrèze par exemple. Pour toutes les fédérations, la fréquence des réunions de sections est inévitablement dépendante du calendrier des travaux ruraux. Les activités militantes cessent presque totalement durant l’été, culminant à l’automne et pendant des premiers mois de l’année.

84La presse joue enfin un rôle déterminant lors des campagnes électorales, en faisant mieux connaître les candidats du parti, qu’elle suit pas à pas. Durant les semaines qui précèdent l’élection, les comptes rendus de campagne occupent l’ensemble du journal, qui s’emploie à répondre aux polémiques et aux attaques adverses. Le journal socialiste perd alors de sa spécificité pour ressembler à toutes les feuilles éphémères qui paraissent le temps d’un scrutin.

 

85Les particularités de la lutte électorale expliquent que beaucoup de journaux fédéraux soient créés à la veille d’une élection. En cas de succès et surtout si les fonds l’autorisent, le journal poursuivra son existence. Dans l’Aisne, Georges Monnet lance en février 1928 un hebdomadaire, Le Réveil Soissonnais, pour asseoir sa campagne électorale. Une fois la victoire acquise, c’est autour de ce titre que se consolide puis se développe la fédération.

  • 75 A.D. Loiret, 4 M 54. Journaux politiques - État Mensuel (1930-1934).

86Cependant, la plupart du temps, ces tentatives échouent. La petite fédération du Loiret compte en moyenne 300 adhérents durant les années vingt et le parti obtient 16,5 % des voix aux élections de 1928 ; Frot, élu au premier tour à Montargis est un adepte du Cartel des gauches. Aussi se satisfait-il de collaborer à l’hebdomadaire radical-socialiste, Le Gâtinais, dont l’influence politique est considérable. Toutefois, en décembre 1931, un hebdomadaire socialiste, L’Aurore du Centre, est lancé à l’occasion de la campagne des élections cantonales. Si le premier numéro est tiré à 6 000 exemplaires, le second n’atteint que 1 200 et disparaît après les élections législatives de 1932. La fédération tente de le relancer après la scission qui voit Frot quitter le parti, mais sa parution reste irrégulière et il cesse de paraître en janvier 193575. La fédération du Loiret se résigne à accepter l’hospitalité du Combat, organe de la fédération voisine de l’Yonne.

  • 76 Le Socialiste Nivernais, 19 mars 1921, « Dédié au député Locquin », Henri Fassier.

87Comme en témoigne l’exemple précédent, l’absence d’un quotidien propre oblige à collaborer avec la presse radicale, ce qui ne va pas toujours sans heurt. Après la guerre, la fédération de la Nièvre dispose du Socialiste Nivernais pour développer son influence dans un département où elle est puissante, avec 2 200 adhérents à la veille de la scission et 34,2 % des suffrages aux élections législatives de 1919. Au lendemain de Tours, la fédération qui s’est prononcée en faveur de la IIIe Internationale conserve le contrôle de l’hebdomadaire. C’est une lourde perte pour les socialistes, car les communistes s’en prennent aussitôt aux anciens dirigeants du parti, dont les interventions publiques sont présentées sous un jour peu favorable : « Si j’ai été bien renseigné, Locquin n’a pas été méchant, méchant... Il aurait surtout parlé des retraites ouvrières, de quelques réformettes démocratiques, même affirmé que le régime capitaliste n’était pas toujours d’une douceur exemplaire pour les travailleurs. En somme thèse sur le socialisme petit-bourgeois et démocratique, qui prévoit l’avènement de la révolution sociale dans 10 000 ans, thèse dosée et parfaitement adaptée à la mentalité des organisateurs de la révolution.76 » L’unique solution, pour exister, est de participer à la Tribune du Centre, organe du Parti radical, qui entrouvre ses colonnes.

  • 77 A.D. Nièvre, M 3328, réunion du groupe socialiste de Nevers, 14 novembre 1922.

88Une telle situation est loin d’être idéale et risque de compromettre l’avenir de la fédération et de ses élus. Au début de 1923, ses dirigeants lancent un organe d’unité socialiste, hebdomadaire paraissant le samedi, L’Aurore du Centre. Dès les premiers numéros, l’appel aux futurs lecteurs est placé sous le signe de la liberté d’expression et de la nécessité de posséder un support totalement indépendant. Durant les mois précédents, les rapports se sont tendus avec la Tribune du Centre, dont le nouveau directeur prône une ligne moins politique. Locquin s’en explique lors d’une réunion de la section de Nevers, précisant que l’un des responsables du journal, M. Moine, a déclaré « qu’il voulait faire de « La Tribune » un journal d’affaires et d’informations, sans aucune polémique – que les élus du Parti pourraient continuer leur collaboration, mais sans signer leurs articles ! Dans ces conditions, déclare M. Locquin, nous ne pouvons plus compter sur le journal « La Tribune ». Il engage les assistants à se désabonner.77 »

89Le nouvel hebdomadaire de quatre pages s’organise autour des éditoriaux des deux principaux dirigeants du parti, Gamard et Locquin. Durant l’année 1923, le journal dénonce la politique du Bloc national et ses campagnes démagogiques menées en faveur du retour à la terre, alors que rien n’est entrepris pour améliorer le sort de ceux qui la travaillent. À partir du moment où le congrès fédéral décide de présenter aux législatives une liste de Cartel des gauches, le 15 décembre 1923, l’hebdomadaire s’engage activement dans la campagne électorale. En avril 1924, il ouvre ses colonnes au docteur Fié, candidat radical-socialiste, qui présente son projet d’assurances sociales et rejoindra le groupe parlementaire une fois élu. Cette liste obtient un résultat tout à fait satisfaisant, avec trois élus sur quatre, dont les deux SFIO, Locquin et Gamard. Si le journal n’a pas été uniquement fondé pour les élections législatives, il a sa part de responsabilité dans ce succès.

  • 78 L’Aurore du Centre, 3 janvier 1925, « Développons notre journal », Jean Locquin.

90Il rencontre rapidement des difficultés financières et les appels aux abonnements se multiplient. En janvier 1925, un éditorial de Locquin annonce que si le journal n’augmente pas de 50 % ses abonnements, son avenir est très fortement compromis78. La fédération fournit un ultime effort pour passer le cap des élections municipales et cantonales de 1925, avant que l’hebdomadaire ne disparaisse, le 1er août 1925. Les abonnements basculent sur la Tribune du Centre, qui accueille à nouveau les signatures des députés SFIO. L’expérience a donc échoué. Cependant, il est incontestable que l’existence d’une presse indépendante a permis aux socialistes nivernais d’aborder en position de force les élections de 1924 et les négociations pour la composition d’une liste commune. Un journal autonome apporte de multiples atouts et favorise l’épanouissement et la croissance d’une fédération.

  • 79 Girault (J.), Le Var Rouge, op. cit.

91Il serait possible de suivre, fédération par fédération, l’histoire des quotidiens fédéraux ou des relations avec les quotidiens proches politiquement. On y rencontrerait une grande variété de situations, aboutissant à la même conclusion : en cette période d’apogée de la presse, il est obligatoire de posséder une feuille bien à soi pour compter en politique, sauf lorsque les dirigeants de la fédération prônent une politique d’alliance avec les forces radicales, comme dans le Var79. Le rôle essentiel de la presse régionale se traduit d’ailleurs, tout au long des années vingt, par des tensions récurrentes entre la direction du Populaire et les fédérations qui défendent leur organe départemental et y consacrent l’essentiel de leurs ressources.

92L’action politique locale appuyée sur une presse militante n’est pas l’unique moyen de développer l’influence partisane : le syndicalisme joue un rôle prépondérant. Conscients de leur faible représentation dans les milieux professionnels, les socialistes s’efforcent de combler leur retard.

L’essor du syndicalisme paysan

  • 80 Kriegel (A.), La croissance de la CGT (1918-1921), Paris, Mouton, 1966, p. 187.
  • 81 Le Populaire du Centre, 8 avril 1920, « Le premier congrès national agricole ».

93Au sein de la CGT, le syndicalisme des ouvriers agricoles développé à partir de la fin des années 1890 n’offre qu’un soutien limité. Les organisations syndicales éparpillées se regroupent après la guerre, au congrès de Limoges, en avril 1920, autour des quatre grandes fédérations régionales : les métayers et les bûcherons du Centre, les travailleurs agricoles du Midi, les maraîchers et jardiniers de la région parisienne et les vignerons de Champagne. Le congrès revendique 20 000 membres pour cette Fédération nationale des travailleurs agricoles, chiffre qu’Annie Kriegel80 ramène à 11 228. Pendant ce congrès, les délégués réaffirment solennellement leur attachement à la doctrine marxiste et au refus de la petite propriété : « Le Congrès considère que l’agriculture n’échappe pas plus que l’industrie à l’évolution technique et sociale ; que la production ne doit pas être individuelle, mais entièrement sociale. [...] Pour ces raisons, « l’artisanat » qui s’est développé dans l’agriculture est un des plus grands obstacles au développement de la production et à l’amélioration même des conditions sociales du petit exploitant.81 » Outre la croyance dans la concentration de la terre, les délégués insistent sur le caractère transitoire et aliénant de la petite propriété, qualifiée d’artisanat, et vouée comme tel à une rapide disparition.

  • 82 A.D. Haute-Vienne, 10 M 186, rapports du commissaire spécial de Limoges au préfet, 5 et 7 avril 192 (...)
  • 83 Gratton (P.), La lutte des classes dans les campagnes, Paris, Anthropos, 1971, mais aussi Monpied ( (...)
  • 84 A.N., F 7 13625, « La CGT et les agricoles », 2 juin 1919.

94Le rapport du commissaire spécial retient surtout le fossé qui existe entre les aspirations des délégués et l’objectif des dirigeants, « qui n’ont pas dissimulé leurs sentiments dédaigneux envers les délégués » et doutent des capacités d’action de la paysannerie. Les propos du trésorier, qui demande le relèvement des cotisations, reflètent cet état d’esprit : « Il sera, dit-il, encore plus facile de leur arracher ce supplément de cotisation, que de leur faire accepter la suppression de la petite propriété.82 » La ligne « prolétarienne » de la FNTA se heurte à l’inertie traditionnelle de la grande masse du prolétariat agricole, puis aux conséquences de la scission, l’effervescence syndicale retombant rapidement, en particulier chez les métayers des Landes83. Selon une note des services de la Sûreté générale du 2 juin 1919, les leaders syndicaux eux-mêmes ne sont pas dupes de la stratégie révolutionnaire : « Les dirigeants de la Confédération se rendent compte des difficultés qu’ils vont rencontrer pour grouper les agricoles. Ils savent bien que les paysans sont hostiles à tout mouvement révolutionnaire. Jusqu’à ce jour, les organisations des Agricoles du Midi, des Viticoles de la Marne et des horticoles ont végété. Aussi Jouhaux est-il d’avis de faire syndiquer les petits propriétaires et même les petits métayers.84 » La convergence est réelle avec les partis d’extrême gauche.

 

  • 85 Le Populaire du Centre, 6 mai 1920, « Le premier congrès agricole ».

95Le Parti socialiste intensifie en effet son action au lendemain de la guerre en direction des exploitants, petits et moyens propriétaires, par l’organisation de structures syndicales et coopératives susceptibles de supplanter l’influence des conservateurs et des modérés, rejoignant les préoccupations de certains syndicalistes. Sur le terrain, ce sont souvent les mêmes hommes qui les mettent en œuvre, sans y voir de contradiction. Lors du congrès de Limoges, le délégué de la Haute-Vienne, Rougerie, également secrétaire adjoint de la bourse du travail de Limoges, prônant une ligne plus modérée, vante les aspects bénéfiques de la coopération et « démontre la nécessité d’établir une plate-forme d’action, de ne pas insister sur l’expropriation totale que la bourgeoisie pourrait agiter comme un épouvantail pour effrayer les petits propriétaires, mais au contraire réunir ces derniers en coopératives de production.85 »

96Cependant, la création d’un réseau de coopératives et de syndicats agricoles ne s’improvise pas. Les organisations socialistes peinent face aux structures concurrentes, souvent plus anciennes et qui développent leurs activités commerciales en s’appuyant sur le réseau des associations agricoles comme les comices et les syndicats affiliés à la rue d’Athènes ou au boulevard Saint-Germain. Ces groupes dirigés par les notables locaux disposent à la fois de ressources et de relations influentes au niveau départemental et national et offrent des services de qualité, en affirmant leur caractère strictement professionnel. Ils prônent l’union de tous les travailleurs de la terre et encouragent la formation des syndicats mixtes, meilleurs remparts contre l’influence socialiste aux champs.

  • 86 La Voix paysanne, 21 août 1920, « Lettres d’Auvergne », P.C.
  • 87 Le Petit Limousin, 7 juin 1922, « Creuse - Chavanat - Les curés se mettent partout ».

97L’objectif de la SFIO est donc clair : la mise sur pied des structures concurrentes arrachera la grande masse des petits exploitants à l’influence d’organisations contrôlées par les grands propriétaires et la bourgeoisie, tout en faisant régresser l’individualisme, par des réalisations pratiques. Un article de La Voix paysanne, sur l’organisation des syndicats et des coopératives, appelle à rester vigilant, en écartant soigneusement les « bourgeois » de ces organismes : « Un conseil pour terminer. Dans vos associations, quelles qu’elles soient, n’acceptez pas la présence du bourgeois local qui, sous prétexte qu’il est propriétaire de grands et nombreux domaines, pourrait chercher à s’y introduire. Ses intérêts ne sont pas les vôtres ; en fin de compte, vous serez “roulés”.86 » Ces mises en garde ne sont pas de pure forme, si l’on en croit la mésaventure arrivée à des paysans de Creuse, désireux de se lancer dans l’action collective : « Il y a quelques temps, les agriculteurs de Chavanat [415 habitants] conçurent l’idée de former un syndicat agricole. Tous, sur l’invitation du prêtre qui évangélise la commune, se rendirent à la mairie. Après avoir entendu le speech de cet apôtre de la doctrine chrétienne, à mains levées et à l’unanimité, il fut proclamé président du Syndicat. Les honorables édiles, M. le maire en tête, acclamèrent ce nouveau chef. [...] C’est déshonorant pour nous tous cultivateurs, qui parmi nous, n’avons pu trouver un homme, un laïc digne de remplir les fonctions de président.87 »

  • 88 Le Populaire du Centre, 8 mai 1919, « Pourquoi les travailleurs du sol viendront à nous », S. Blanc (...)

98Étant donnée l’importance des obstacles pratiques, seules quelques fédérations déjà puissantes comme la Haute-Vienne parviennent à créer des coopératives et des syndicats. Dès le milieu de l’année 1919, la presse locale appelle à la mobilisation des militants des départements voisins, comme en Corrèze, face aux initiatives patronales. Sylvain Blanchet, jeune militant de 28 ans, vante les mérites de la coopération socialiste : « À côté de lui [le salarié], c’était la foule des petits propriétaires terriens, si nombreux dans le Limousin. Leur nombre va s’accroissant chaque jour et ces deux catégories d’exploitants du sol, constituent la plus grosse part du prolétariat paysan. Nous devons nous tourner vers eux ; l’heure est venue où nous serons compris.88 » Quelques semaines plus tard, les nouvelles régionales indiquent qu’un nouveau syndicat agricole est en formation en Corrèze, qui met à la disposition de ses adhérents une batteuse et un trieur. En juillet, le syndicat des agriculteurs de la Haute-Vienne informe ses membres de la création d’un nouveau dépôt d’engrais.

  • 89 Le Populaire du Centre, 1er octobre 1919, « La vie sociale - Coopérative », N... Agriculteur.
  • 90 Le Petit Limousin, 4 mars 1922, « Haute-Vienne - Peyrat-le-Chateau ».
  • 91 A.D. Haute-Vienne, 1 M 177, rapport du commissaire spécial de Limoges au directeur de la Sûreté gén (...)

99La fédération de Haute-Vienne met en place, à l’automne 1920, une coopérative agricole, la « Semeuse du Centre », vantée dans les colonnes de la presse fédérale89. Des tournées de propagande sont organisées pour obtenir l’adhésion des militants et des sympathisants socialistes. L’activité de la Semeuse, dirigée par Henri Marcailloux, se poursuit après la scission, toujours autour d’actions économiques concrètes : « Les cultivateurs de la commune de Peyrat-le-Château, membres du syndicat de cultivateurs ou non, sont invités à assister à la grande réunion de propagande qui aura lieu dimanche 5 mars à 10 heures précise, salle Somnolet. Le camarade Marcailloux, délégué régional à la propagande y exposera le rôle et le but des syndicats de cultivateurs. Les cultivateurs qui désirent adhérer à la coopérative « La Semeuse du Centre » pourront y adhérer et faire leurs commandes en engrais et en produits utiles à la culture.90 » Son développement est cependant modeste et la Semeuse connaît durant les années suivantes des difficultés financières puisqu’elle sollicite en 1925 un doublement de sa subvention du conseil général de la Creuse, de 5 000 à 10 000 francs. Quelques années plus tard, la préfecture affirme qu’elle « aurait été renflouée par de riches militants du Parti socialiste SFIO91 ».

  • 92 A.D. Vaucluse, 3 M 281, compte rendu d’une réunion tenue à Cavaillon le 3 avril 1928.

100Le Midi connaît aussi l’extension précoce des coopératives. Les exigences de l’écoulement de la production vinicole ont tôt favorisé l’organisation des producteurs. Là où ils sont bien implantés, les socialistes s’appuient sur des structures préexistantes. La difficulté réside dans le risque de dilution des spécificités partisanes au sein d’organismes aux objectifs exclusivement corporatifs. Le député d’Avignon, Louis Gros, dispose du soutien des coopératives viticoles, coopératives qui ne sont pas « socialistes », soutien dont il se flatte durant la campagne électorale de 1928 : « Il parle des services que dans les commissions il a rendus à l’agriculture et il rappelle à ce propos l’adresse de félicitations qui lui a été votée par la Fédération des caves coopératives du Vaucluse, réunie à Cavaillon, précisant qu’il était le représentant du département ayant le mieux défendu les intérêts des petits producteurs agricoles.92 » Dans le Var également, les coopératives sont une composante essentielle de l’infrastructure du bloc rouge. Carmagnolle, un des fondateurs de la fédération est à l’origine de la création, dès 1905, d’une coopérative de production agricole et oléicole dominée par les socialistes, dont le réseau s’étend après la guerre.

 

  • 93 Le Populaire du Centre, 16 février 1919, « La mise en valeur du plateau de Millevaches, par Marius (...)
  • 94 Belloin (G.), Renaud Jean, le tribun des paysans, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1993, 336 p. ; (...)

101Cette dynamique n’est pas exclusivement socialiste. Les organisations qui sont apparues en même temps que celles de la Haute-Vienne – mais dont les responsables choisissent le Parti communiste - connaissent une évolution semblable. En Corrèze, le mouvement syndical se structure rapidement sous la conduite de Marius Vazeilles, pépiniériste, et futur secrétaire de la fédération communiste de Corrèze. Partisan de l’association des petits producteurs, il écrit au début de l’année 1919 une petite brochure, La mise en valeur du plateau de Millevaches pour laquelle Le Populaire du Centre s’enthousiasme93. Le 12 mars 1922, il crée la Fédération des travailleurs de la terre, rassemblant 2 000 adhérents94. À partir de ce noyau régional, le Parti communiste, suivant les directives de l’Internationale, fonde une organisation nationale, la Fédération des paysans travailleurs. Le changement de terminologie et l’introduction du terme « paysan » révèle la place prépondérante accordée aux petits producteurs.

  • 95 Vazeilles (M.), Syndicats et comités de paysans travailleurs, Paris, Imprimerie l’Éducatrice, 1928, (...)

102En dépit des tensions liées à la mise en œuvre de la tactique classe contre classe, il s’agit pour les communistes de recruter sur des bases corporatives les petits producteurs, en tenant compte des organisations préexistantes. Vazeilles en livre les principes directeurs dans une brochure de 1928 : « Si le syndicat existe, il ne faut pas en créer un autre, au contraire. Le Conseil Paysan n’est pas un diviseur de la classe paysanne. Donnons notre adhésion au groupement déjà constitué et apportons toute notre bonne volonté pour le faire vivre et orienter son action. [...] Parallèlement à tout ce travail de constitution, de conquête, d’organisation et de fonctionnement du syndicat, il faut chercher à réaliser l’unité paysanne avec les organisations rurales voisines, même celles inféodées à la bourgeoisie de droite ou de gauche. Nous n’avons jamais d’adversaires du côté des paysans qui travaillent.95 »

  • 96 Berger (S.), Les paysans contre la politique, Paris, Seuil, 1975, 342 p. ; Barral (P.), « Les syndi (...)

103L’organisation coopérative et syndicale des paysans ne préoccupe pas que les partis de gauche. À droite et chez les modérés, la mobilisation est tout aussi intense. Il y a d’une part la très forte croissance des syndicats dépendant des deux principales organisations agricoles, la rue d’Athènes et le boulevard Saint-Germain, regroupées depuis 1919 avec les autres associations au sein de la Confédération nationale des associations agricoles. Selon les rapports de forces régionaux, elles sont dirigées par des grands propriétaires conservateurs ou des notables républicains. Des structures plus originales apparaissent aussi, témoignant du statut nouveau du paysan et des potentialités offertes par l’action professionnelle. Dans l’Ouest, autour de l’abbé Mancel, le mouvement des « cultivateurs-cultivant » conteste l’autorité des notabilités conservatrices, pour donner la priorité aux exploitants96.

  • 97 A.N., F 7 13628, note du 11 septembre 1926.
  • 98 Le Petit limousin, 31 décembre 1927, « Les syndicats agricoles », Marcel Rabaud.
  • 99 A.D. Creuse, 1 M 211, rapport du sous-préfet de Bourganeuf au préfet, 20 décembre 1925.

104L’Entente paysanne est une autre manifestation des prodromes de l’activisme paysan. Le mouvement est né en 1925 autour d’Edmond Jacquet, directeur du Courrier agricole de Limoges, sous le pseudonyme de Jan Printen97. Le mouvement, fondé le 20 septembre 1925 au congrès de Cahors s’implante dans le Lot, en Haute-Vienne et dans les départements limitrophes et compte environ 15 000 adhérents. Il est rapidement dénoncé par la presse de gauche, notamment celle de Haute-Vienne, qui y voit un concurrent dangereux. Marcel Rabaud, un des responsables agricoles de la fédération, s’en prend aux soi-disants syndicats qui avancent masqués pour mieux duper les paysans : « Ce n’est pas seulement des engrais qu’il veut vendre M. Jean Printen ; il glisse en même temps aux paysans un peu de graine fasciste ; cette herbe-là ne pousse pas en France.98 » L’apparition de ces mouvements qui emploient un discours violemment anticapitaliste tout en prétendant demeurer sur un terrain strictement corporatiste, jette parfois le trouble sur la scène politique locale. En Creuse, à la fin de 1925, quelques personnalités de gauche, de « bons républicains » comme les appelle le sous-préfet, se laissent prendre au piège de la « défense paysanne » : « Dans ce comité paysan, les membres professent donc des opinions tout à fait différentes et l’on s’étonne de voir ainsi assemblés des socialiste unifiés, de très bons républicains et des éléments très modérés. Ceux-ci ont entraîné ceux-là, sous prétexte de Défense Paysanne, drapeau habilement manié par des réactionnaires notoires qui se sont gardés, afin de ne pas donner l’éveil, de faire partie du bureau.99 » Les enjeux de l’organisation professionnelle apparaissent ici nettement : si les socialistes tentent de l’utiliser à leur profit, ils peuvent également en être les « victimes », la mobilisation professionnelle se faisant à l’avantage de leurs adversaires politiques. Nouveaux supports de la mobilisation politique de la paysannerie, ces mouvements seront au cœur de l’agitation des années trente.

La vie politique au village

105L’étude de l’implantation de la SFIO en milieu rural dévoile enfin certains aspects du fonctionnement de la vie politique au village, que les observateurs contemporains et en particulier les préfets ont longtemps tenus pour archaïques ou négligeables. Les efforts socialistes pour pénétrer les campagnes dégagent quelques composantes essentielles, principalement autour du pouvoir municipal.

  • 100 Agulhon (M.), (dir.), Les maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la Sorbo (...)
  • 101 Lynch (E.), Entre la Commune et la Nation. Identité communautaire et pratique politique en Vallée d (...)

106Les municipalités jouent un rôle prépondérant dans la vie politique locale, incarnant la République et veillant aux intérêts de la « petite patrie » villageoise. L’enquête dirigée par Maurice Agulhon atteste que la conquête des mairies par les paysans est le fait majeur de l’entre-deux-guerres au plan national100, conséquence du lent dépeuplement des campagnes et de l’épanouissement de la vie politique au village. La vie municipale échappe cependant à certaines règles de la politique nationale, avec notamment la présence de liste unique. Les tensions se manifestent donc différemment, par les panachages, la variation des suffrages obtenus entre les différents membres de la liste unique, sans parler des bulletins nuis, dont l’étude est particulièrement révélatrice des affrontements locaux. En outre, des crises se produisent périodiquement, lorsque se réajustent les rapports de force locaux et se recomposent les solidarités villageoises101.

  • 102 Marie (Jean-Louis), Luttes paysannes et déclin des sociétés rurales. Les paysans de la Creuse, Bord (...)
  • 103 Bonnefoy (J.-C.), La Fédération de la Haute-Vienne du Parti socialiste (SFIO) de 1921 à 1928, op. c (...)
  • 104 Berstein (S.), Rudelle (O.), (dir.), Le modèle républicain, Paris, PUF, 1992, 431 p.

107Au sein de la communauté villageoise, la pratique politique reste enserrée dans le réseau des liens familiaux et collectifs. Toute la difficulté, pour les militants socialistes, est de parvenir à trouver leur place au sein de ce réseau. Or, ils occupent souvent une position un peu à part au village : instituteur, percepteur, buraliste et ne sont pas toujours partie prenante de la communauté, qui, pour les fonctions de direction, préfère s’en remettre à des hommes et des familles mieux intégrés. Bien que les situations puissent varier à l’infini selon les régions et les déterminants politiques, ce phénomène explique le décalage entre les succès départementaux et la conquête des mairies, que constatent toutes les études locales102. En Haute-Vienne, J.-C. Bonnefoy remarque également la faible capacité de la paysannerie à sécréter ses propres élites, ce qui pénalise le parti en milieu rural. L’entre-deux-guerres est cependant une période de transition car apparaissent quelques militants paysans, tandis que des notables plus traditionnels rallient la SFIO103. En ce sens, le socialisme en milieu rural ne bouleverse pas les structures sociales existantes, mais il s’y adapte, adaptation d’autant plus aisée que le modèle républicain fait partie intégrante de cette « culture républicaine104 » à laquelle les socialistes sont largement associés, surtout dans les campagnes.

  • 105 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 13 décembre 1919.

108Le maire tient une place fondamentale dans l’équilibre politique villageois ; il est moins le représentant d’un parti politique que le leader d’une communauté. Les carnets Roland précisent qu’en toute logique, dans les communes où le premier magistrat est sympathisant ou mieux encore membre du parti, son accueil et celui de la population sont chaleureux. Sa présence au bureau facilite la tâche du propagandiste, comme à Origny-le-Sec, (627 habitants, Aube), en décembre 1919, lors de la préparation des élections cantonales : « Auditoire de 60 personnes qui font salle comble dans un café. Le maire, vieux paysan radical, accepte la présidence. La réunion a été bonne, et le maire, sympathique, nous assure que nos candidats auront dans cette commune, la majorité.105 » À l’inverse, l’hostilité du maire est un sérieux obstacle : Roland doit fréquemment renoncer à tenir des réunions en raison de l’attitude des édiles refusant de prêter les salles – et particulièrement les mairies qui sont les seules édifices à en posséder – ou sabotant par d’autres moyens la réunion projetée. En avril 1920, à Saint-Martin-de-Caralp, commune de l’Ariège de 413 habitants, la réunion se tient dans une bergerie car le maire a refusé de prêter une salle de la mairie.

  • 106 Ibid., 22 décembre 1918.

109Pour un maire hostile, une réunion dans « sa » commune est une remise en cause de son pouvoir. Même si la réunion se produit, les sympathisants socialistes hésitent à se mettre en avant, car ce serait faire acte ouvert d’opposition. Rassembler les auditeurs devient alors une tâche ardue. En tournée à la fin de 1918 à Moncaret (Dordogne, 1 124 habitants), Roland, arrivé la veille, fait le tour du village pour relancer les militants, sans succès : « Le maire, paraît-il, un bon réactionnaire, a donné le mot d’ordre de faire le vide à notre réunion. Même les gens auxquels nous avons été rendre visite hier n’ont pas osé venir à la réunion. Quelques braves sont là pourtant. Le groupe compte 9 cartes. Notre auditoire se compose de 18 hommes, 15 femmes et une vingtaine de gosses des deux sexes. Fatalement, dans une grande salle de bal, non chauffée, l’atmosphère gelée ne se réchauffe pas par de l’éloquence.106 » On voit bien peser ici la tutelle du maire sur « sa » commune.

  • 107 Ibid., 30 mars 1924.
  • 108 Ibid., 16 octobre 1920.

110À l’inverse, quand le maire est membre du parti, la dynamique communautaire joue à plein. Lors d’une tournée dans l’Ain en mars 1924, il est accompagné par le camarade Péry, maire de Jujurieux (2 353 habitants) : « Péry, à Jujurieux, me dit qu’il y a une section de 20 membres, composée en majeure partie de paysans.107 » Parfois, la réunion précipite le ralliement d’une municipalité, comme en octobre 1920, dans les Basses-Alpes. Une nouvelle fois, il s’agit d’une toute petite commune, Baret-le-Bas qui compte 235 habitants : « Village paysan, tous cultivateurs. Très peu loquaces, notre rôle de phénomène commence. Des gamins entrouvrent la porte du café où nous donnerons la conférence et nous regardent manger. Peu à peu le Café s’emplit et 35 personnes nous écoutent. Public très froid. Le maire qui a présidé nous cause un peu. Nous prenons avec lui un verre de bière. Antiq pense qu’on pourra fonder une section. Mais seulement à partir de l’an prochain, c’est ce que lui promet le maire, qui est socialiste, ainsi que son conseil municipal, disent-ils.108 »

111Ces quelques exemples établissent combien les pratiques politiques villageoises s’organisent en priorité autour des intérêts et des logiques communautaires. Cela ne signifie pas qu’il faille renoncer à toute démarche globalisante en invoquant la prépondérance des spécificités locales : l’histoire politique au village se nourrit de la rencontre entre les logiques propres à la communauté villageoise et paysanne et les impulsions politiques, économiques et sociales présentes à l’échelle nationale.

 

  • 109 Ihl (O.), « Convivialité et citoyenneté. Les banquets commémoratifs dans les campagnes républicaine (...)
  • 110 Dauger (G.), Aux origines du Front populaire dans la Creuse, op. cit., p. 67.

112Inévitablement et avec une intensité accrue par les particularismes régionaux, l’étude de la vie politique locale rencontre les fêtes109 et les banquets. Dans les régions du Centre de la France, telle la Creuse110, la vie politique est étroitement liée au banquet qui structure les réunions et les cérémonies. Ces pratiques festives obéissent à des rythmes précis : la fin des grands travaux des champs, ou les fêtes patronales. Les réjouissances alors organisées sont à la fois l’occasion de faire preuve de dynamisme, mais aussi de récolter des fonds pour les échéances électorales. Cette fréquence des banquets oblige la rédaction du Populaire du Centre, en 1920, à demander à ses correspondants de ne plus envoyer d’informations pratiques liées à ces activités mi-festives, mi-commerciales. Des réjouissances peuvent également être organisées pour célébrer une victoire électorale, ou l’anniversaire d’un militant. Les responsables locaux sollicitent alors la participation d’un ou plusieurs élus, qui assurent une réunion avant de participer aux agapes collectives. Pour se dérouler dans les centres ruraux, de telles activités exigent une forte implantation et ne peuvent se produire en terre « hostile ».

  • 111 SFIO, Archives de la fédération socialiste du Nord, lettre du 5 octobre 1925.

113La remise des bannières aux sections suscite aussi des festivités, les secrétaires fédéraux devant parfois freiner la ferveur des organisateurs. Celui de la fédération du Nord écrit au secrétaire de la section de Beuvry, en 1925 : « Mon cher Camarade. Vous m’avez demandé à deux reprises qui, de Delcourt et de moi-même serait chargé de remettre le drapeau à votre Section le 25 courant. J’ai l’avantage de vous faire connaître qu’il y aura lieu de charger l’un ou l’autre des deux orateurs que vous avez déjà : Couteaux et Escoffier. Delcourt est retenu, moi également, et j’estime que deux parlementaires doivent suffire pour votre manifestation.111 » Les responsables locaux entendent naturellement donner la plus grande solennité à des manifestations qui les honorent eux-mêmes.

 

  • 112 A.N., F 7 13082, le commissaire spécial de Bordeaux au préfet de la Gironde, 15 septembre 1931.

114Lors de ces cérémonies, si la mairie est occupée par les socialistes, il y a souvent un défilé, associant l’ensemble de la collectivité et marquant symboliquement l’espace villageois ; se posent alors la question du drapeau rouge, du chant éventuel de l’Internationale, de la participation ou non de l’harmonie locale. La manifestation organisée par la SFIO à Saint-Macaire (Gironde, 1 737 habitants) le 13 septembre 1931 pour le quarantième anniversaire de la fondation de la section en fournit une image précise. La journée débute par une réception à la mairie, suivie d’une réunion de 250 personnes, et s’achève par un banquet, mais cela suscite quelques problèmes : « M. Moutet [maire] avait d’abord eu l’intention de faire jouer l’Internationale par la « Philharmonique » de St-Macaire qui s’est récusée. Il s’est ensuite adressé à la « Bastidienne » de Bordeaux qui s’est également excusée. Le drapeau rouge de la Section était déployé à l’une des fenêtres de la salle de banquet ; deux petites bannières rouges étaient aussi placées au sommet de deux poteaux. » La réunion politique de l’après-midi est marquée par la venue d’Adrien Marquet, député maire de Bordeaux. Le commissaire spécial précise que le curé de la paroisse avait parallèlement mis sur pied une kermesse religieuse : « Les assistants étaient au nombre de 2 à 300, beaucoup d’enfants. Le programme comportait une matinée récréative de guignol pour les enfants et des jeux divers. Aucun incident.112 » Chaque camp se dispute donc les auditeurs au village.

  • 113 A.N., F 7 13083, rapport du préfet du Nord au ministre de l’Intérieur, 19 septembre 1930.
  • 114 A.N., F 7 13083, rapport du commissaire spécial de Lille à M. le directeur de la Sûreté générale, 2 (...)

115L’occupation de l’espace est primordiale à l’occasion de ces cérémonies où les défilés sont soigneusement préparés. Dans le Nord, le préfet informe le ministre de l’Intérieur qu’une manifestation est prévue par la SFIO à Mouchin (1 350 habitants) avec successivement « une fête et réunion publique à l’occasion de la remise d’un drapeau. Un cortège, composé d’une quinzaine de sociétés diverses partiront d’un hameau pour gagner la localité.113 » La fête se déroule comme prévue, selon le rapport du commissaire spécial : « La manifestation socialiste [...] a débuté par un cortège qui comprenait environ 300 personnes, précédé de 13 bannières et 3 musiques. Après la remise du drapeau, le cortège s’est mis en route à 15 h 30 ; il a parcouru les principales rues du village et s’est rendu salle Leclair où a eu lieu le meeting.114 »

  • 115 A.N., F 7 13081, rapport du 20 avril 1926.

116Dans les régions politiquement disputées, la manifestation devient un combat. En 1926, le député SFIO du Finistère, Goude, provoque des incidents en organisant une réunion à Tréflez (1 229 habitants), « contrée résolument réactionnaire et cléricale ». Une telle attitude relève de la provocation pour les édiles municipaux : « Le maire de la localité, M. Carre, fit part lui-même de son hostilité à une telle campagne, en affirmant qu’il réunirait, s’il était nécessaire, 2 000 assistants pour couvrir la voix de l’orateur. [...] On y comptait particulièrement des jeunes gens qui, venus en camions automobiles, en voitures à chevaux ou à bicyclette, obéissaient tant aux instructions des chefs de groupe qu’à des ordres brefs, donnés au sifflet, par les desservants de leur paroisse. » Cette mobilisation rend l’affrontement inévitable : « des œufs furent lancés dans la direction du Député de Brest qui fut atteint ou éclaboussé ainsi que diverses personnes de son entourage. [...] La bousculade étant devenue générale, le vacarme fut tel que M. Goude accepta l’invitation du maire de Tréflez de se transporter sous le préau d’une école voisine pour essayer de s’y faire entendre. » Même l’école, en ce milieu hostile, ne peut jouer son rôle de forteresse républicaine : « Cette nouvelle tentative fut encore en pure perte et après la constitution très difficile et très mouvementée d’un bureau, l’orateur put seulement adresser quelques mots aux jeunes gens présents, puis engagea une discussion avec un curé des environs de Tréflez, l’abbé Roudault. Il n’en fallut pas davantage pour faire dégénérer la réunion en véritable bagarre au cours de laquelle M. Goude fut violemment frappé, eut les cheveux tirés et en partie arrachés.115 »

117Ces quelques exemples de manifestations relèvent d’un registre très différent des réunions de propagande effectuées par Roland. L’organisation du temps est elle aussi instructive car la journée entière est occupée par les cérémonies festives ; la matinée est généralement dévolue aux « manifestations officielles », avec une réception à la mairie et la remise d’un drapeau. Le meeting se déroule en début d’après-midi, après le banquet qui a réuni les personnalités et les militants les plus en vue. L’espace public est soumis à une utilisation intensive par des défilés et des parades affichant des symboles politiques forts : des drapeaux rouges – ou des bannières – sont ostensiblement accrochés. La dimension festive est assurée par le recours à la fanfare. Enfin, la présence d’une personnalité rehausse le prestige d’une manifestation qui s’apparente beaucoup moins à un meeting politique traditionnel qu’au schéma des cérémonies villageoises, de la fête patronale, de la cérémonie du 11 novembre ou du 14 juillet. Leur impact, en termes de politisation, est essentielle et la période du Front populaire en fournira d’autres illustrations.

118En pénétrant de plus en plus profondément au cœur des campagnes, par la propagande, la création de sections et la conquête des mandats locaux et nationaux, les socialistes se sont inévitablement coulés dans le moule de la pratique politique locale, s’appuyant sur des réseaux de solidarités anciens ou modernes et perpétuant des usages qu’ils n’avaient aucune raison de remettre en cause. Avec l’insertion croissante au cœur des réseaux de pouvoir local, la montée de la crise et du mécontentement populaire a une conséquence imprévue. Face aux nouvelles formes d’engagement politique des masses paysannes, dont l’action directe pratiquée par les exploitants, une partie de l’establishment socialiste met du temps à s’adapter, subissant de plein fouet la concurrence de mouvements plus actifs, et moins « responsables », communistes et surtout agraires. Les années trente sont en effet, tant d’un point de vue économique que politique, une décennie de mobilisation et de renouveau pour le monde agricole.

Notes

1 Candar (G.), Prochasson (C.), « Le socialisme à la conquête des terroirs », Le Mouvement social, no 160, « Paris-Province 1900 », juillet-septembre 1992, p. 49.

2 L’exemple le plus frappant de ce mimétisme entre « manuel socialiste » et manuel scolaire est l’ouvrage de Lorris (J.). Crados (P.), Petit-Pierre sera socialiste, Paris, La vulgarisation socialiste, 1913, 440 p.

3 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 18 octobre 1927.

4 A N., F 7 13085, le préfet du Pas-de-Calais au ministre de l’Intérieur, 10 juillet 1930.

5 IFHS. 14 AS 319, lettre d’Edmond Cottin à Lucien Roland [1924].

6 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 16 février 1925.

7 A.N., F 7 13083, rapport du commissaire de police de Château-Gontier, 29 septembre 1928.

8 A.N., F 7 13081, rapport du commissaire spécial au directeur de la Sûreté générale, 18 janvier 1931.

9 Cabannes (R.), Tableautins, Montpellier, Imprimerie de L’Économiste méridional, s.d., 64 p.

10 Candar (G.), Prochasson (C.), « Le socialisme à la conquête des terroirs », art. cit., p. 60.

11 Le Populaire, 28 mars 1922, « Le Parti continue. Dans l’Ailier ».

12 Le Populaire, 19 février 1926, « Dans l’Oise ».

13 Candar (G.), « Lucien Roland ou la lassitude du propagandiste », Le verbe et l’exemple. Colporteurs et propagandistes en Europe de la Révolution française à nos jours, Éditions Universitaires de Dijon, Dijon, 2000, pp. 124-136.

14 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 31 décembre 1921.

15 Ibid., 2 février 1929.

16 Ibid., 26 mars 1935.

17 Ibid., 8 mai 1936.

18 IFHS, 14 AS 315, lettre d’Étienne Carol à Lucien Roland, 26 avril 1920.

19 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 25 juin 1924.

20 Du nom d’un secrétaire général du Parti socialiste.

21 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 18 février 1925.

22 Ibid., 26 mars 1925.

23 Ibid., 3 avril 1925.

24 IFHS, 14 AS 316, lettre de J.-B. Bory à Lucien Roland, 11 juin 1920.

25 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 23 juin 1919.

26 Ibid., 3 juillet 1921.

27 Ibid., 10 septembre 1926.

28 Ibid., 1er février 1922.

29 Ibid., 16 juin 1925.

30 IFHS, 14 AS 338, lettre d’Auguste Meunier à Lucien Roland, 2 mars 1922.

31 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 13 décembre 1926.

32 Ibid., 30 novembre 1926.

33 Ibid., 6 juin 1925.

34 Ibid., 26 novembre 1924.

35 Suffrages obtenus au premier tour du scrutin.

36 Rougeron (G), Les consultations politiques dans le département de l’Ailier, Imp. A. Pottier et Cie, Moulins, 1964, 294 p.

37 Moch (J.), Une si longue vie, Paris, R. Laffont, p. 150.

38 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 23 septembre 1927.

39 FHS, 14 AS 315, lettre de Monnet à Roland, 26 février 1928.

40 Anne-Marie et Claude Pennetier donnent des exemples identiques pour le Cher communiste. « Les militants communistes du Cher », Sur l’implantation du Parti communiste français dans l’entre-deux-guerres, Paris, Éditions Sociales, 1977, p. 242.

41 A.N., 310 AP 7, Papiers Locquin, Comité fédéral de Prémery du 29 septembre 1929.

42 La Voix paysanne, « Une proposition », René Cabannes, 5 juin 1920.

43 Témoignage écrit du 26 mars 1991, recueilli dans le cadre d’une enquête sur la LICP [Ligue Internationale des Combattants pour la Paix] effectuée par Nicolas Offenstadt.

44 A.N., F 7 13081. rapport du commissaire spécial de Quimper au préfet du Finistère, 28 juin 1926.

45 IFHS. 14 AS 280. Carnets Roland, 29 mai 1921.

46 Ibid., 4 mars 1927.

47 Ibid., 16 décembre 1928.

48 Ibid., 17 avril 1922.

49 Ibid., 18 février 1924.

50 Girault (J.), Le Var Rouge - Les Varois et le socialisme de la fin de la première guerre mondiale au milieu des années 1930, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, Tableau 39, p. 776.

51 A.D. Haute-Vienne, 1 M 177, rapport du sous-préfet de Saint-Yrieix au préfet, 30 janvier 1922.

52 A.D. Nièvre, M 3345, rapport du préfet, 14 mars 1924.

53 Le Populaire, 27 novembre 1927, « L’éducateur rural », Suzon (Suzanne Lacore).

54 Tiravy (L.), Instituteur et paysans, Aurillac, Imprimerie Rubens Lescure, 1922, p. 35 et 47. Sur le rôle des instituteurs dans la lutte contre l’exode rural. Chanet (J.-F.), L’École républicaine et les petites patries, Paris, Aubier, 1996, 430 p.

55 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 9 août 1919.

56 Ibid., 20 octobre 1921.

57 La Voix paysanne. 10 avril 1920. « La chanson socialiste », René Cabannes.

58 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 14 avril 1922.

59 Ibid., 18 avril 1922.

60 Ibid., 12 novembre 1924.

61 Ibid., 15 février 1927.

62 IFHS, 14 AS 319, lettre d’Edmond Cottin à Lucien Roland, s.d. [1924].

63 IFHS, 14 AS 316, lettre d’Arthur Danrez à Lucien Roland, s.d. [septembre-octobre 1920].

64 Parti Socialiste (SFIO), XXIVe Congrès national tenu à Lyon les 17, 18, 19 et 20 avril 1927, Compte rendu sténographique, Paris, Au siège du Parti socialiste, 1927, p. 93.

65 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 20 novembre 1926.

66 Ibid., 3 juillet 1921.

67 Ibid., 1er juin 1921.

68 Bonnefoy (J.-C.), La Fédération de la Haute-Vienne du Parti socialiste (SFIO) de 1921 à 1928 : « D’une génération, l’autre », maîtrise, dir. Gilles Le Beguec, université de Limoges, 1990, p. 235.

69 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 7 novembre 1921.

70 Ibid., 27 janvier 1925.

71 Ibid., 2 juillet 1924.

72 Sueur (R.), Socialisme et esprit républicain dans le département de la Somme des années 1920 aux années 1950, thèse, Paris I, 1992, pp. 133-140.

73 Prost (A.), Les anciens combattants et la société française - 2 - Sociologie (1914-1919), Paris, PFNSP, 1977, p. 207.

74 Mazeaud (M.), Le Populaire du Centre, journal socialiste de la Haute-Vienne (1905-1948), maîtrise, Limoges, 1982, p. 136.

75 A.D. Loiret, 4 M 54. Journaux politiques - État Mensuel (1930-1934).

76 Le Socialiste Nivernais, 19 mars 1921, « Dédié au député Locquin », Henri Fassier.

77 A.D. Nièvre, M 3328, réunion du groupe socialiste de Nevers, 14 novembre 1922.

78 L’Aurore du Centre, 3 janvier 1925, « Développons notre journal », Jean Locquin.

79 Girault (J.), Le Var Rouge, op. cit.

80 Kriegel (A.), La croissance de la CGT (1918-1921), Paris, Mouton, 1966, p. 187.

81 Le Populaire du Centre, 8 avril 1920, « Le premier congrès national agricole ».

82 A.D. Haute-Vienne, 10 M 186, rapports du commissaire spécial de Limoges au préfet, 5 et 7 avril 1920.

83 Gratton (P.), La lutte des classes dans les campagnes, Paris, Anthropos, 1971, mais aussi Monpied (E.), « Le mouvement des métayers de L’Adour », Le Mouvement social, no 66, « Aspects régionaux de l’agrarisme français avant 1930 », avril-juin 1969.

84 A.N., F 7 13625, « La CGT et les agricoles », 2 juin 1919.

85 Le Populaire du Centre, 6 mai 1920, « Le premier congrès agricole ».

86 La Voix paysanne, 21 août 1920, « Lettres d’Auvergne », P.C.

87 Le Petit Limousin, 7 juin 1922, « Creuse - Chavanat - Les curés se mettent partout ».

88 Le Populaire du Centre, 8 mai 1919, « Pourquoi les travailleurs du sol viendront à nous », S. Blanchet.

89 Le Populaire du Centre, 1er octobre 1919, « La vie sociale - Coopérative », N... Agriculteur.

90 Le Petit Limousin, 4 mars 1922, « Haute-Vienne - Peyrat-le-Chateau ».

91 A.D. Haute-Vienne, 1 M 177, rapport du commissaire spécial de Limoges au directeur de la Sûreté générale, 2 janvier 1934.

92 A.D. Vaucluse, 3 M 281, compte rendu d’une réunion tenue à Cavaillon le 3 avril 1928.

93 Le Populaire du Centre, 16 février 1919, « La mise en valeur du plateau de Millevaches, par Marius Vazeilles », Jean Roumajon.

94 Belloin (G.), Renaud Jean, le tribun des paysans, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1993, 336 p. ; Gratton (P.), « Le communisme rural en Corrèze », Le Mouvement social, no 66, avril-juin 1969.

95 Vazeilles (M.), Syndicats et comités de paysans travailleurs, Paris, Imprimerie l’Éducatrice, 1928, pp. 13-14.

96 Berger (S.), Les paysans contre la politique, Paris, Seuil, 1975, 342 p. ; Barral (P.), « Les syndicats bretons de cultivateurs-cultivants », Le Mouvement social, no 66, avril-juin 1969 ; Pitaud (H.), La terre aux paysans, Paris, P. Bossuet, 1936, 443 p.

97 A.N., F 7 13628, note du 11 septembre 1926.

98 Le Petit limousin, 31 décembre 1927, « Les syndicats agricoles », Marcel Rabaud.

99 A.D. Creuse, 1 M 211, rapport du sous-préfet de Bourganeuf au préfet, 20 décembre 1925.

100 Agulhon (M.), (dir.), Les maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 42.

101 Lynch (E.), Entre la Commune et la Nation. Identité communautaire et pratique politique en Vallée de Campan (H.-P.) au XIXe siècle, Toulouse, A.G.M.-G.R.H.P., 1992, 242 p.

102 Marie (Jean-Louis), Luttes paysannes et déclin des sociétés rurales. Les paysans de la Creuse, Bordeaux, Pédone, 1986, p. 16. ; Girault (J.), Le Var Rouge, op. cit., p. 401.

103 Bonnefoy (J.-C.), La Fédération de la Haute-Vienne du Parti socialiste (SFIO) de 1921 à 1928, op. cit., p. 236.

104 Berstein (S.), Rudelle (O.), (dir.), Le modèle républicain, Paris, PUF, 1992, 431 p.

105 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 13 décembre 1919.

106 Ibid., 22 décembre 1918.

107 Ibid., 30 mars 1924.

108 Ibid., 16 octobre 1920.

109 Ihl (O.), « Convivialité et citoyenneté. Les banquets commémoratifs dans les campagnes républicaines à la fin du XIXe siècle », dans Corbin (A.), Gérome (N.), Tartakowsky (D.), (dir.), Les usages politiques des fêtes aux XIXe-XXsiècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 155.

110 Dauger (G.), Aux origines du Front populaire dans la Creuse, op. cit., p. 67.

111 SFIO, Archives de la fédération socialiste du Nord, lettre du 5 octobre 1925.

112 A.N., F 7 13082, le commissaire spécial de Bordeaux au préfet de la Gironde, 15 septembre 1931.

113 A.N., F 7 13083, rapport du préfet du Nord au ministre de l’Intérieur, 19 septembre 1930.

114 A.N., F 7 13083, rapport du commissaire spécial de Lille à M. le directeur de la Sûreté générale, 22 septembre 1930.

115 A.N., F 7 13081, rapport du 20 avril 1926.

Table des illustrations

Titre Réunions données par L. Roland (1919-1928)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/52315/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search