Version classiqueVersion mobile

Moissons rouges

 | 
Édouard Lynch

Première partie. Les socialistes français et la conquête des campagnes (1918-1930)

Chapitre II. Entre collectivisme et agrarisme

Texte intégral

  • 1 Kriegel (A.), Le congrès de Tours (décembre 1920), Paris, Gallimard, collection Archives, 1964, p.  (...)
  • 2 Kriegel (A.), Aux origines du communisme français (1914 1920), Paris, Mouton 1964, tome II, p. 834.

1Le congrès de Tours qui s’ouvre le 25 décembre 1920 dans la salle du Manège et se termine, après cinq jours de débats passionnés, par la scission et la naissance du Parti communiste, a fait l’objet de multiples études. Toutes mettent l’accent sur l’importance accordée par les délégués aux sections rurales dans le choix en faveur de l’adhésion. Cette mobilisation de la paysannerie fait dire à Annie Kriegel : « Les paysans jouent à ce moment-là un rôle exceptionnel dans le Parti socialiste. Tous les orateurs vont venir dire, pour s’en plaindre ou s’en féliciter : les paysans sont les plus ardents à réclamer l’adhésion à Moscou.1 » Même si les conclusions de sa thèse sont plus nuancées2, l’image d’une adhésion emportée par la paysannerie s’enracine dans la riche historiographie du communisme. Nous allons donc, à notre tour, nous pencher sur ces heures cruciales du socialisme français où la paysannerie semble avoir joué un rôle déterminant. Une fois la scission acquise, il importe de reconstruire la « vieille maison », principalement autour du groupe parlementaire. Avec Compère-Morel, la continuité doctrinale l’emporte.

I. Une scission paysanne ?

Les masses paysannes dans la scission

  • 3 Parti Socialiste (SFIO), XVIIe Congrès national tenu à Strasbourg les 25, 26, 27, 28 et 29 février (...)

2L’utilisation des questions agricoles dans l’affrontement de tendances s’intensifie donc après le résultat mitigé des élections de 1919. Beaucoup de militants y voient les séquelles des compromissions de la guerre et estiment qu’une nouvelle orientation, nettement plus révolutionnaire, est indispensable. Les adversaires de cette analyse pensent au contraire que l’exaltation révolutionnaire heurte l’opinion publique, notamment la paysannerie. Le congrès de Strasbourg, où le parti se penche sur l’éventualité de quitter la Seconde Internationale, donne lieu à quelques empoignades qui préfigurent celles de Tours. Rappoport résume le climat dominant en affirmant : « Pressemane nous a dit en descendant de la tribune : Gare aux emballements. Moi je vous dis : Gare aux soporifiques contre-révolutionnaires ! (Applaudissements à gauche.)3 » L’automne 1920 est marqué par la montée en puissance des affrontements internes, pour s’assurer le vote des fédérations.

  • 4 Parti Socialiste (SFIO), XVIIIe Congrès national tenu à Tours, Paris, Éditions sociales, 1980, p. 2 (...)
  • 5 Ibid., p. 297.

3Celui-ci va peser d’autant plus lourd que le congrès commence par le défilé des délégués venant à la tribune exposer la position de leur fédération. C’est pour beaucoup l’occasion de mettre en avant l’engagement des militants ruraux en faveur de l’adhésion. Nous ne retiendrons, parmi les vingt-six témoignages en ce sens, que celui du délégué de la fédération du Cher, Lerat : « Je tiens à vous dire que c’est à Vierzon et à Bourges que résident les éléments minoritaires, les éléments de droite et du centre, et que ce sont les campagnes, en particulier le Sancerrois et le Saint-Amandois, les paysans, les petits vignerons et les petits propriétaires, qui votent pour l’adhésion sans restriction à la IIIe Internationale. (Applaudissements sur de nombreux bancs.)4 » D’autres orateurs, tel Grumbach, dénoncent au contraire ce prétendu engouement des paysans pour le socialisme : « En Alsace, nous avons constaté dans nos tournées de propagande que les paysans nous opposent une résistance opiniâtre. Nous avons des paysans violemment antisocialistes. Ils seraient prêts, demain, à constituer des soviets de paysans, non pas pour combattre le capitalisme, mais pour combattre le socialisme.5 »

  • 6 Ibid., p. 249.
  • 7 Ibid., p. 340.

4Au-delà de l’aspect répétitif, qui fait certainement impression sur l’auditoire, il importe de prendre en compte les logiques oratoires, poussant les délégués à amplifier le ralliement des ruraux. Celui de la Creuse présente sans nuance l’état d’esprit de sa fédération : « La Creuse est un département spécialement rural, Aubusson seulement est industriel et a donné la majorité à la IIe. C’est la preuve précisément que ce sont les paysans et les petits propriétaires qui, eux, sont plus révolutionnaires que les industriels [...]. Je dois même dire qu’à l’heure actuelle l’accueil que nous trouvons dans les campagnes est des plus chaleureux, des plus enthousiastes.6 » Or, le lendemain, pendant que s’achève l’explication de vote des fédérations, un autre délégué de la Creuse énonce une position totalement opposée : « Je tiens à m’élever contre le bluff ou l’illusion qui consisterait à croire que les paysans de la Creuse sont communistes. Je tiens à m’élever contre ceux qui pourraient laisser croire à nos amis des villes que, lorsqu’ils engageraient un mouvement, ils pourraient compter essentiellement sur les paysans. (Applaudissements.)7 » Ce vif échange rappelle aussi que les enjeux ne sont pas seulement idéologiques ; lors de son intervention le premier orateur, favorable à l’adhésion, précise que le secrétaire fédéral était partisan de la Seconde Internationale. Les choix idéologiques traduisent aussi les stratégies individuelles et les conflits de pouvoir au sein des fédérations. L’exemple de la Creuse permet d’apprécier l’aspect purement instrumental de l’évocation paysanne puisque chaque « camp » revendique leur soutien.

 

  • 8 Ibid., p. 520.

5Les interventions des principaux leaders du parti sur l’attitude de la paysannerie sont d’ailleurs plus mesurées. Les adversaires comme les partisans de l’adhésion précisent que la prudence est nécessaire dans l’appréciation de l’attitude paysanne vis-à-vis du socialisme. Frossard s’attache ainsi à modérer les enthousiasmes : « J’ai entendu moi aussi avec beaucoup d’émotion les déclarations des représentants des fédérations rurales. Je ne me fais pas d’illusion. Ce n’est pas parce que les sections rurales nouvellement constituées ont voté l’adhésion à la IIIe Internationale qu’on doit en conclure que les campagnes sont acquises au socialisme et que les entreprises révolutionnaires les plus audacieuses peuvent être tentées immédiatement. Je suis un vieux propagandiste et je sais que, lorsqu’on a constitué dans tel chef-lieu de canton, telle section, avec une douzaine de camarades paysans vigoureux et résolus, on n’a pas transformé le canton lui-même. (Très bien.) Il était hostile hier au socialisme. Tout ce qu’on peut dire aujourd’hui c’est qu’il l’est peut-être un peu moins et que, par la trouée qui a été faite, le socialisme pourra un jour passer tout entier.8 » Il n’est donc pas question d’inverser le rapport de force entre les villes et les campagnes, mais la sensibilité nouvelle de la paysannerie évoquée par les délégués suffit à justifier l’adhésion.

  • 9 Ibid., p. 354.

6Marcel Sembat, au nom des minoritaires, doute d’un tel ralliement : « Sans doute, en écoutant nos camarades, il vous est arrivé plus d’une fois de tous les côtés de sourire quand on vous a parlé de l’enthousiasme des paysans. [...] Mais, en même temps, on vous assurait que ces paysans, soudain communistes, entendaient tout de même bien garder la petite propriété et s’opposer à la socialisation des terres. Il était trop évident qu’une légère divergence existait entre ce désir et leur enthousiasme communiste ! » Sa conclusion est donc à l’opposée de celle de Frossard : « J’ai peur encore qu’en grande majorité les paysans ne soient plus soucieux de défendre les gros gains qu’on fait aujourd’hui en vendant le cochon et la volaille (Très bien !) et que vous ne retrouviez demain contre vous aux élections leurs votes et dans la rue leurs fusils ! (Applaudissements.) J’ai peur malheureusement que la bourgeoisie ne trouve à 1 heure actuelle des régiments pour exécuter ses plans.9 » Pour les délégués des fédérations, et parfois avec plus de nuances pour les ténors, l’attitude de la paysannerie fait figure d’argument décisif, expliquant sa « sur-représentation » dans les discours. Pour justifier ce soutien ou la réticence de la paysannerie, les orateurs s’appuient d’ailleurs sur des facteurs dont l’analyse révèle qu’ils n’ont rien de spécifiquement paysans.

 

  • 10 Ibid., p. 243.

7L’un des éléments qui a le plus contribué à emporter l’enthousiasme des ruraux pour l’adhésion est le rejet des anciens dirigeants, compromis par la politique de défense nationale et le parlementarisme. Le délégué de l’Ariège, Bergère, résume bien cette tendance : « Mais les camarades sont écœurés de voir que dans le Parti socialiste, il n’existe aucune discipline. Ils sont écœurés surtout de voir les votes de nos camarades parlementaires. (Applaudissements.) Quand on leur demande de venir faire une conférence dans nos montagnes, ils promettent, mais ne viennent pas. Il est nécessaire que le Parti ne soit plus une coterie politique, comme jusqu’ici. Il nous faut une discipline. Nous sommes, quant à nous, en extase devant les camarades de la IIIe Internationale10. » De nombreuses fédérations insistent sur ce rejet des pratiques parlementaires et de l’oubli, par les élus, des devoirs envers les militants. La pureté idéologique du militant de base est ainsi opposée à l’arrivisme des élus.

  • 11 Ibid., p. 241.
  • 12 Ibid., p. 251.

8L’antiparlementarisme n’est pas une spécificité rurale et les orateurs avancent d’autres motifs d’enthousiasme pour l’adhésion, plus spécifiquement « paysans ». Certains se contentent tel Mamet de l’Ain, d’utiliser l’épithète de « majorité rurale11 » pour appuyer leur démonstration. Pour d’autres la conversion des paysans aux thèses communistes est profonde et n’est pas la conséquence d’une propagande dénaturée : « Ils sont prêts à prendre la semence communiste et socialiste et nous ne leur cachons rien. Au cours de nos tournées de propagande, nous avons eu l’occasion de voir 5 à 6 000 cultivateurs, certains d’entre eux faisaient à bicyclette 50 à 60 kilomètres, et qui étaient venus pour entendre la parole socialiste. [...] Ne croyez pas que les paysans ne sont pas avec nous. Mais il faut leur dire la vérité. Je leur dis : ce que nous voulons, c’est la socialisation de la terre.12 » D’après Jules Blanc, la collectivisation des terres, point crucial du socialisme, n’inquiète pas les paysans, bien au contraire. Derrière ces propos optimistes, il y a surtout l’affirmation d’une légitimité conquise sur le terrain, par une propagande à laquelle refusent de se consacrer les élus et les responsables nationaux et autour d’un discours proprement révolutionnaire et non timide et réformiste.

  • 13 Ibid., p. 389.

9La question agraire en Russie soviétique a-t-elle été un facteur d’adhésion ? Le représentant de la Sarthe, Berger, n’hésite pas à affirmer que « pour le campagnard, c’est le programme agraire soviétique qui l’a séduit.13 » Son intervention reste peu convaincante, car venant du Parti radical, il devient secrétaire fédéral le 19 décembre 1920, en remplacement d’O. Heuzé, favorable au maintien dans la Seconde Internationale. Il ne reste que peu de temps secrétaire de la fédération communiste, apparaissant comme candidat républicain de gauche au conseil d’arrondissement au Mans en 1922. Le reste de son propos, où il mentionne également, pour le villageois, « le dégoût des politiciens socialistes et la faillite du programme de collaboration de classe », met en lumière les limites d’une analyse purement discursive.

  • 14 Ibid., p. 257.

10Il y a enfin, chez ses partisans, une croyance presque magique dans les vertus de l’adhésion. Déjà le délégué de l’Ariège se trouvait en « extase » devant les camarades de la IIIe Internationale tandis que d’autres, comme celui du Finistère, invoque l’effet d’entraînement extraordinaire des thèses soviétiques : « Quand nous avons fait la petite section rurale de La Feuillée, nous avons présenté le programme du Comité de la IIIe Internationale et augmenté de 24 membres cette section composée de 31 membres.14 » La dynamique révolutionnaire créée par la révolution russe permet, à elle seule, de rallier la paysannerie tout entière.

 

  • 15 Ibid., p. 287.
  • 16 Ibid., p. 245.

11Les adversaires de l’adhésion – où plus précisément les neuf fédérations dont les délégués insistent sur les réticences du monde rural – s’efforcent surtout de démontrer la méfiance des ruraux envers le socialisme, et plus encore envers la collectivisation, argument évoqué pour le Haut-Rhin ou la Creuse. Des délégués comme celui de Saône-et-Loire relativisent cet enthousiasme des ruraux, en mettant en avant l’absence d’éducation des sections nouvellement créées, qui ont joué un rôle décisif lors du vote en faveur de la Troisième Internationale : « Enfin, dans les sections nouvellement fondées, nous en avons 18 dans ce cas, on est partisan, sans exception, de la motion Cachin ; et j’ai été sur le point de conclure que l’enthousiasme pour les thèses de Moscou était en raison inverse de l’éducation socialiste. [...] Je m’en suis enquis auprès d’un de nos adhérents vignerons. [...] Je lui ai dit : « Vous êtes, chez vous, de vrais révolutionnaires et vous allez marcher. » Il m’a répondu : “Oh ! ce n’est pas les campagnards qui pourront faire la révolution, nous vous donnons simplement un appui moral. Ce sont les villes qui doivent faire le mouvement.”15 » Certains délégués enfin, en particulier ceux des petites fédérations rurales, refusent de prendre position dans l’affrontement, rappelant la nécessité du maintien de l’union afin de ne pas briser l’élan de la propagande dans les campagnes : « Or, nous estimons, en Charente, que maintenant les camarades ruraux semblent venir à nous avec un enthousiasme dont il faudrait profiter. Et ce n’est pas le moment choisi pour que l’on puisse faire une scission dans le Parti.16 »

  • 17 Une expression que reprend Bernard Pudal dans son ouvrage sur les militants du PC, Pudal (B.). Pren (...)

12Appel à l’unité, à la propagande, sur fond de condamnation des dirigeants du parti, on touche certainement là l’une des clefs de l’adhésion, bien loin de la politique agraire de la Russie ou de l’appel à l’insurrection des masses et à l’organisation clandestine. Le dynamisme de la révolution russe et l’intensification de la propagande auprès des paysans ouvrent des perspectives de développement pour les fédérations. Surtout, à travers l’appel aux paysans, nouveaux venus à la SFIO, se manifeste une volonté de renouvellement, de rajeunissement, face aux dirigeants d’un parti prématurément vieilli par la guerre. Telle est sans doute la signification de l’enthousiasme de ceux que le délégué de l’Ailier appelle les « néophytes »17, un enthousiasme transformé par le discours partisan en un engouement paysan qu’il s’agit maintenant de rechercher.

Loin de l’idéologie : essai d’interprétation

  • 18 Gélis, cité dans Parti Socialiste (SFIO), XVIIIe Congrès national tenu à Tours, op. cit., p. 245.

13Pour y parvenir, et sans même disposer d’une étude détaillée des conditions du vote de chaque fédération, il importe de tenir compte de leur diversité. Le délégué du Cantal, département rural s’il en est, peut affirmer sereinement que « les partisans de la IIIe Internationale sont surtout recrutés dans les milieux ruraux18 ». Mais sa fédération ne comptant que 300 adhérents, il faut prendre ces affirmations avec prudence... En reprenant l’ensemble des interventions, des remarques du même ordre s’imposent pour la Mayenne ou les Deux-Sèvres, qui ne sont pas à proprement parler des terres d’élection du socialisme : les militants de ces départements sont principalement issus des centres urbains, où se trouvent les ouvriers, les artisans et les fonctionnaires.

  • 19 Pennetier (C.), Le socialisme dans les départements ruraux français : l’exemple du Cher (1850-1921) (...)
  • 20 Pigenet (A.-M. et C.), Influence et implantation de la fédération communiste dans le Cher, [1921-19 (...)
  • 21 Girault (J·). Les Varois et le socialisme (1920-1935), Paris I. Thèse, 1989, p. 858.
  • 22 Mesliand (C.), Paysans du Vaucluse (1860-1939), Aix-en-Provence, Publications de l’université de Pr (...)
  • 23 Notamment celle de Cade (M.), Le parti des campagnes rouges, histoire du Parti communiste dans les (...)

14Des fédérations plus « importantes » et plus « paysannes » comme le Cher, minutieusement étudié par Claude Pennetier, sont plus significatives. « Vérifiant » les propos du délégué intervenu à Tours, Lerat, il constate qu’il est préférable de parler d’un ralliement rural que d’un ralliement paysan, même si, dans les zones d’implantation ancienne, tel le Sancerrois, des paysans adhèrent à des groupes socialistes. Celui de Saint-Satur a pour secrétaire Emile Lerat, cordonnier, entouré d’un négociant, d’un vigneron, d’un maraîcher et d’un libraire. En revanche, le délégué du Cher ne mentionne pas la position des ouvriers agricoles et particulièrement des bûcherons19. Si Lerat néglige ce soutien prolétarien, c’est peut-être qu’il estime que son évocation n’est pas nécessaire à Tours ; il importe surtout de mettre en avant l’enthousiasme des petits paysans, que les minoritaires décrivent comme de possibles alliés de la réaction. En ce qui concerne la question agraire proprement dite, toujours dans le Cher, la conclusion est sans équivoque : « Pour les paysans du Sancerrois dans l’enjeu de Tours les problèmes agraires sont secondaires.20 » Les mêmes conclusions nuancées se retrouvent dans le Var étudié par Jacques Girault21, ou dans le Vaucluse de Claude Mesliand, qui rappelle l’importance de la question militaire22. La plupart des auteurs, enfin, soulignent la précarité des conditions matérielles du vote, le taux d’abstention des militants ayant souvent dépassé les 50 %, proportion qui n’a toutefois rien d’exceptionnel23.

  • 24 Sagnes (J.), Le mouvement ouvrier du Languedoc, Syndicalistes et socialistes de l’Hérault de la fon (...)

15Lorsqu’elles parviennent à isoler les militants paysans, les monographies locales mettent en avant le rôle modérateur joué par la fraction « propriétaire » de la classe paysanne. Jean Sagnes, pour l’Hérault, soutient cette thèse après avoir rappelé prudemment que l’on trouve de tout dans chaque camp : « Il semble cependant que davantage d’ouvriers d’industrie rallient la Section Française de l’Internationale Communiste tandis que les petits propriétaires sont plus nombreux à demeurer dans la SFIO. Cela est confirmé par le fait que si les sections de Béziers, de Sète et de Montpellier vont en majorité à la SFIC, de nombreux membres des petites sections de communes rurales où les députés Barthe et Félix ont des sympathies, voire même une clientèle, se prononcent pour la SFIO.24 » Ce jugement présente l’intérêt de mieux tenir compte des réalités politiques et sociales, et notamment de l’attachement des ruraux à leur élu.

16De façon surprenante, les délégués de la Haute-Vienne ne revendiquent pas, lors de leur intervention, une légitimité rurale, ni du côté des adversaires de l’adhésion, qui sont les plus nombreux, ni du côté de leurs partisans. Dans ce département, plus encore que dans le Cher, des paysans participent directement à la vie militante et au lendemain de la guerre, cette fédération est présentée comme un modèle, symbole du succès possible des socialistes auprès des paysans. Pourtant, à Tours, aucun des délégués ne s’avance sur ce terrain. Il n’y a pas eu, au sein de cette fédération, de rupture marquée entre la direction du parti, ses élus, et la base des militants. En effet, dès 1915, la Haute-Vienne a pris position contre la politique de défense nationale. Or, le soutien de la plupart des élus à cette politique a été, toutes les études en font foi, l’une des causes du succès des partisans de la IIIe Internationale auprès des militants.

  • 25 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 21 janvier 1921.

17Lucien Roland, dans ses carnets, donne quelques exemples, vus d’en bas, des conditions effectives de la scission : « Vais chez le secrétaire de la section Blaison, coiffeur. Il me dit que la réunion de la Section avait eu lieu hier soir [...]. Ils étaient 20 présents sur 40 adhérents. Il y a eu 19 camarades pour approuver la majorité de Tours et 1 abstention. Le camarade Blaison me paraît intelligent. Nous discutons, je lui dis mes raisons, il me dit les siennes. Les camarades de Remiremont ont été vers la 3e beaucoup par dégoût de certains dirigeants de la Fédération. Piton, ultra-modéré, Dreyfus-Lièvre, politicien arriviste, tous deux dédaigneux, hautains et quelque peu insolents vis-à-vis des prolos qui finalement les accusent de ne rien faire pour répandre notre propagande dans le département. Je repars et en arrivant à Epinal, je rends compte à Léon Renaux de ce que j’ai appris. Il me dit que ces critiques sont malheureusement justifiées.25 »

 

  • 26 Kriegel (A.), Aux origines du communisme français (1914-1920), op. cit., p. 836.

18L’argument « paysan » dans les discours des délégués des fédérations s’avère ainsi largement fictif, bien que des groupes ruraux, et, en leur sein, des militants paysans, aient voté pour la IIIe Internationale et rejoint les rangs du Parti communiste. Certains d’entre eux en effet, tirant les conséquences de la guerre, et rejetant des pratiques parlementaires discréditées par la participation à l’Union sacrée, ont certainement été séduits par la rupture qu’incarnait l’adhésion. Affirmer « que la paysannerie socialiste a constitué une composante sociale majeure du courant en faveur de la IIIe Internationale26 » doit nécessairement conduire à s’interroger sur les contours d’une « paysannerie socialiste » que l’historien peine à rencontrer, surtout au lendemain de la première guerre mondiale. La croissance des effectifs à cette époque, atteignant 178 372 adhérents, est incontestable. Cependant, malgré l’impossibilité, faute d’archives, de disposer de la structure socioprofessionnelle détaillée des adhérents, l’hypothèse d’un vaste recrutement paysan apparaît bien improbable. Si les rapports préfectoraux surestiment très certainement le conservatisme paysan, ils auraient toutefois remarqué un tel développement de l’influence socialiste dans les campagnes. De fait, les élections de novembre 1919 ne marquent pas un recul par rapport à 1914, en terme de voix, mais on n’assiste pas non plus à un renversement de tendance.

  • 27 Dauger (G.), Aux origines du Front populaire dans la Creuse, contribution à une éthnohistoire des c (...)

19Une seconde réserve à formuler concerne la distinction entre le soutien électoral et l’adhésion à proprement parler. Nous verrons, abordant le développement de la SFIO dans les campagnes, que le paysan est rétif à se transformer en militant. Les succès d’audience lors des réunions de propagande revendiqués par les orateurs, tel Jules Blanc ne portent pas à conséquence. L’affluence est une chose, le recrutement et l’organisation en sont d’autres ! Le ralliement des sections rurales permet enfin et surtout d’insister sur la distinction entre rural et paysan. Les orateurs parlent le plus souvent de sections rurales, c’est-à-dire installées dans les plus petites villes de la fédération, et parfois les villages ; mais ces sections rurales sont loin d’être des sections paysannes. L’infrastructure militante est constituée de petits fonctionnaires, de commerçants, de petits artisans, auxquels viennent parfois se joindre quelques adhérents à proprement parler paysans, ouvriers agricoles et petits exploitants. Les études régionales le confirment ; ainsi en Creuse Dauger fait de la distinction entre rural et paysan l’une des explications de l’opposition des deux délégués27. Cette opposition permise par une étude sociale fine des militants est essentielle et la reconstruction du parti, durant les années vingt, se fera principalement sur des bases plus rurales que paysannes.

20L’étude précise de la « question paysanne » lors de la scission démontre ainsi combien la paysannerie demeure chez les socialistes une réalité difficilement perceptible dans sa complexité : l’implantation rurale est encore superficielle et bien peu de délégués sont des cultivateurs. De ce fait, la paysannerie est plus aisément instrumentalisée, et les deux premiers jours du congrès de Tours en donnent une parfaite image. L’exaltation de l’enthousiasme paysan tient d’abord à une pratique discursive, à une construction rhétorique susceptible d’emporter l’adhésion de l’auditoire, bien loin des réalités de l’implantation paysanne.

II. Une reconstruction dans la continuité (1919-1924)

L’inamovible Compère-Morel

  • 28 La France libre, 26 novembre 1918, « La renaissance terrienne », Compère-Morel.
  • 29 La France libre, 11 décembre 1918, « Un exemple », Compère-Morel.

21Discret lors du congrès de Tours, Compère-Morel retrouve après la scission une place de premier plan, incarnant la continuité que revendiquent les partisans de la « vieille maison ». Il est pourtant un de ceux qui, à la SFIO, ont poussé le plus loin la logique de la défense nationale ; ses appels en faveur d’une politique de « réalisation » l’ont conduit à « participer » au gouvernement Clemenceau, en tant que commissaire à l’Agriculture. Durant cette période, son orthodoxie socialiste semble avoir fondu comme neige au soleil, à l’image de ses prises de position dans La France libre, organe des socialistes « nationaux ». Il promet de maîtriser la machine gouvernementale en mettant en œuvre une politique agraire « socialiste », n’hésitant pas à inscrire sa nouvelle conduite dans la droite ligne de son engagement passé. Relatant une conférence de presse de Victor Boret, ministre de l’Agriculture et du Ravitaillement, son « excellent ami », Compère souligne que celui-ci est à même de réaliser « l’œuvre de renaissance agricole que, personnellement, je poursuis depuis plus de vingt ans.28 » Or, ce « programme de rénovation agricole » ne contient que des mesures visant à intensifier la production, bien peu révolutionnaires. D avantage que le contenu, Compère-Morel met en avant la méthode et justifie son action au Commissariat : « Il suffit tout d’abord d’obtenir les moyens d’action – ce qui est, il est vrai, assez difficile – et ensuite de s’en servir quand on les possède – ce qui va beaucoup mieux. Je remplis en ce moment, au point de vue agricole, une mission qui m’a permis d’expérimenter des méthodes administratives nouvelles ». Cela consiste principalement selon lui à remplacer les « messieurs Le Bureau par un personnel discipliné et actif, c’est-à-dire commercialiser et industrialiser un service.29 »

  • 30 Le Progrès agricole de la Somme, 1er décembre 1918.

22L’activité débordante de Compère-Morel se heurte cependant à l’évolution de la conjoncture politique. La guerre finie, L’Union sacrée n’a plus de raison d’être et les affrontements idéologiques reprennent le dessus. Du côté de ses adversaires, le député du Gard est pris à partie par la presse conservatrice qui n’accepte plus cette collaboration ministérielle contre-nature : « Il est vrai qu’il ne faut s’étonner de rien quand on voit durer le scandale ahurissant d’un politicien collectiviste révolutionnaire unifié, d’un ennemi de la propriété individuelle, d’un Compère-Morel installé à la grande maîtrise de l’Agriculture française.30 » L’utilisation de ces polémiques par La France libre, outre la volonté de démontrer la mauvaise foi des adversaires agrariens, possède aussi une signification interne, en montrant aux socialistes que Compère-Morel reste en butte aux attaques de la réaction.

  • 31 La France libre, 3 mai 1919, « La force contre la pensée », Compère-Morel.

23Ces précautions ne sont pas superflues car les tensions s’accroissent avec le parti, les « ex-minoritaires » n’acceptant plus le soutien de députés socialistes au gouvernement Clemenceau. La violente répression policière du 1er mai 1919 met fin aux derniers espoirs des défenseurs socialistes de l’Union sacrée. Dès le 3 mai, signant un article virulent, le commissaire à l’Agriculture dénonce un gouvernement qui a fait tirer sur des ouvriers désarmés, renouant avec les heures les plus sombres de l’histoire du socialisme français : « Est-ce que les hommes qui occupent le pouvoir et se réclament de la Démocratie croient vraiment que les travailleurs français sont encore disposés à se courber sous la matraque du policier, et sera-t-il dit, pour leur déshonneur, que la France ouvrière et paysanne n’aura échappé au Prussien que pour retomber dans les griffes des réacteurs [sic] ou sous les balles des Versaillais.31 » Le lendemain, la presse socialiste annonce que Compère-Morel et Bouisson, obéissant aux injonctions du parti, ont abandonné leurs fonctions officielles.

 

  • 32 La France libre, 23 mai 1919, « Pas de transaction possible entre ces individus et nous... », Compè (...)
  • 33 La France libre, 28 mai 1919, Compère-Morel.

24L’escapade gouvernementale de Compère-Morel ne paraît pas lui poser de problème et quelques semaines plus tard, il évoque dans La France libre son action parmi les dirigeants socialistes32. Ses contributions y deviennent à nouveau beaucoup plus critiques vis-à-vis de la politique gouvernementale. Le 28 mai 1919, il reprend les thèmes habituels de la nécessaire modernisation de la production agricole française, en faisant tomber les barrières de l’obscurantisme et de l’individualisme paysan. Mais les mesures présentées quelques mois plus tôt comme relevant de l’organisation administrative et de la suppression des pesanteurs bureaucratiques sont désormais qualifiées de révolutionnaires. C’est pourquoi son article s’intitule : « La rénovation révolutionnaire terrienne33 »... En raison de son hostilité à la révolution bolchevique et de son engagement personnel, Compère-Morel ne retrouve pas aussitôt ses prérogatives, et L’Humanité lui demeure « interdite ». Pourtant, ses compétences et son passé au sein du parti sont suffisants pour qu’il soit chargé de préparer le nouveau programme électoral.

  • 34 L’Humanité, 31 mai 1919, « Aux travailleurs de la Terre ».

25Il s’agit du manifeste publié quelques jours plus tard par la Commission Administrative Permanente et le groupe parlementaire, destiné aux « Travailleurs de la Terre » dont il est certainement l’auteur. Ce texte dénonce la propagande agrarienne et réaffirme la position de la SFIO sur la question de la petite propriété : « Donc, non seulement nous voulons conserver aux petits exploitants agricoles le produit de leur travail, mais encore nous voulons l’accroître. Tout ce qu’on peut vous dire d’autre n’est qu’erreur et mensonge. [...] Pour vous et pour la nation toute entière qui doit produire et produire encore pour réparer les ruines accumulées par la guerre, le Parti socialiste veut mettre à la disposition des agriculteurs de nouveaux instruments techniques de travail perfectionnés et leur fournir toute l’aide nécessaire pour améliorer leur production et leur situation.34 »

  • 35 L’Humanité, 7 juillet 1919, « Quelques réflexions sur la question agraire », R Destray.
  • 36 Compère-Morel (A.), Le programme socialiste des réformes agraires, Paris, M. Rivière, 1919, 70 p.

26Cette déclaration, dont le second volet reflète la ligne réformiste évoquée plus haut, n’est pas sans provoquer quelques débats. Certains militants trouvent ce programme trop modéré et s’en expliquent dans L’Humanité : « L’appel ressemble trop au programme agricole de l’ancien Parti ouvrier français, alors que, depuis, l’évolution a suivi son cours, précipitée par la guerre [sic]. Le programme de réformes paraît accuser une certaine timidité de vues, par le fait même de l’énumération successive des moyens d’action préconisés, moyens dont la plupart peuvent d’ailleurs se retrouver dans un programme radical.35 » Pendant les mois suivants, L’Humanité se consacre en priorité aux mouvements de grèves et aux revendications des ouvriers agricoles. Cette primauté accordée à la lutte concrète des travailleurs reflète certainement la ligne défendue par les majoritaires. Compère-Morel ne réapparaît dans les colonnes de l’organe central que le 30 septembre, sous la rubrique consacrée aux élections. Pour ce retour officiel, il met l’accent sur l’inorganisation de la production, centrant une partie de sa démonstration sur les dysfonctionnements et la faiblesse du ministère de l’Agriculture36.

  • 37 L’Humanité, 30 septembre 1919, « Le relèvement de la France par la rénovation agricole », Compère-M (...)

27Surtout, étape importante, il réaffirme la spécificité de l’exploitation de la terre : « Le socialisme agraire doit encore insister sur une conception parfois trop méconnue dans nos milieux. La terre ne supporte pas une exploitation désintéressée et irresponsable. [...] En agriculture, il n’en va pas de même qu’en industrie. Le salarié rural n’est pas contraint à produire par la machine comme dans l’usine, par son intérêt comme dans la mine. [...] D’où cette conséquence, qu’en agriculture, le travail salarié, par nature, ne rend pas, ou plutôt ne fait pas rendre au sol la somme de produit que l’homme est susceptible d’en extraire. » Ce rejet du salariat justifie le maintien de la petite propriété et la recherche de solution collective pour la grande : « la petite propriété à ceux qui la font valoir – à la condition expresse qu’ils n’emploient pas et n’exploitent point de force-travail achetée – la grande propriété aux coopératives et à l’exploitation collective communale, régionale ou nationale.37 » Une évolution primordiale se dessine ici, confirmée les années suivantes, réhabilitant la petite exploitation.

  • 38 Compère-Morel (A.), Le Socialisme agraire, op. cit., p. 169.

28La comparaison entre le programme agraire issu du congrès de Saint-Étienne de 1909 et celui de 1919 révèle le renversement de perspective produit par la guerre. Le paragraphe sur les revendications des « Salariés agricoles » qui occupait la première place est maintenant précédé par celui de la « Rénovation agricole ». Ce dernier reprend quelques points déjà présents en 1909 à l’intérieur du titre V, « Petits producteurs agricoles », qui prévoyait la mise en œuvre d’un plan de travaux publics pour l’amélioration du sol et le développement de la production agricole. Ce titre V abordait aussi les propositions d’amélioration des transports, de l’enseignement agricole et surtout de nationalisation ou de « municipalisation » de toutes les activités d’échange de produits agricoles. Or la plupart de ces mesures ont disparu au profit des nouvelles conceptions de Compère-Morel faisant reposer sur les services du ministère, renforcés et complétés par des offices départementaux et municipaux, l’essentiel de l’action en faveur de la modernisation de l’agriculture. Les logiques électorales expliquent aussi l’importance accordée aux questions fiscales, avec « l’abolition de tous les impôts indirects et transformation des impôts directs en impôt progressif sur les revenus dépassant 5 000 francs. En attendant, suppression de l’impôt foncier pour les propriétaires cultivants. » Il ne s’agit pas de surestimer cette « dérive ». Chez compère Morel – ou tout au moins dans ses écrits – ni la collectivisation des grands domaines, ni la finalité ultime du socialisme, l’exploitation collective des terres, ne disparaissent. Mais elles sont simplement évoquées lors de la présentation générale et non dans la partie du programme consacrée aux exploitants38. L’inflexion que connaît le programme agricole du Parti socialiste en 1919 résulte de l’influence du député du Gard mais aussi de l’adaptation aux nouvelles conditions économiques nées de la guerre.

29La scission n’a donc aucune conséquence d’un point de vue agraire. Au contraire, le départ de ses anciens adversaires de tendances permet à Compère-Morel de retrouver une place de premier plan au sein du parti et au Populaire, dont il devient l’actif administrateur : il règne alors sans partage sur les questions agricoles. En 1921, sur 83 articles agricoles, entendus au sens large, il en signe 41. Loin derrière lui figure Mayéras, avec seulement 4 articles signés. Encore ce dernier, malgré ses origines limougeaudes, n’intervient-il qu’en tant que chroniqueur parlementaire. Et parmi les 22 articles non signés, combien ont été écrits par Compère-Morel...

30Cette mainmise sur les questions agraires est confirmée par la création le 11 avril 1921 dans Le Populaire d’une nouvelle rubrique, en quatrième page, « La Semaine agricole », où Compère-Morel signe chaque semaine un billet, complété par des informations pratiques, mesure destinée à compenser la perte de La Voix paysanne, demeurée, avec L’Humanité, aux mains des communistes. Dans sa présentation, le député du Gard réitère son credo, la nécessité de la conquête des paysans par une propagande constructive. Derrière le souci de la continuité de l’action en direction des paysans perce la critique, encore discrète, contre les communistes accusés de privilégier l’agitation stérile et le verbiage révolutionnaire aux tâches d’éducation et de propagande.

  • 39 Judt (T.), La reconstruction du Parti socialiste (1921-1926), Paris, PFNSP, 1976, p. 74.

31La présence de Compère-Morel parmi les instances dirigeantes de la « vieille maison » explique la grande continuité de la doctrine agricole. Il en devient l’un des principaux idéologues, défenseur de la composante marxiste39 du socialisme français, d’où sa volonté de toujours faire coexister la défense de la petite propriété avec la réaffirmation du dogme marxiste de l’abolition de la propriété privée. Ajoutons qu’en 1921-1923, les priorités de la SFIO sont ailleurs, avec les exigences de la reconstruction de l’appareil, principalement autour du groupe parlementaire.

La stratégie parlementaire : de la reconstruction à la tentation du pouvoir

  • 40 Chambre des Députés, Programmes, professions de foi et engagements électoraux de 1919, op. cit., p. (...)

32Ce groupe parlementaire est issu des élections de novembre 1919, au scrutin proportionnel, où les socialistes se sont présentés sur des listes homogènes. Dans leur ensemble, les proclamations électorales des candidats SFIO ne frappent ni par leur extrémisme, ni par leur excessive modération. En matière agricole, il faut surtout répondre à la propagande adverse les présentant comme d’incorrigibles détrousseurs de propriétés et utiliser le programme de revendications immédiates pour montrer les améliorations préconisées, beaucoup plus que les principes révolutionnaires du parti. Certaines fédérations, tel l’Ailier, n’hésitent pourtant pas à les mettre en avant : « Nous dictons aux châtelains, aux grands propriétaires absents, aux fermiers généraux : Rendez la terre ! Que les grands domaines soient à la fois à l’État et aux laboureurs qui les travaillent.40 » Il est vrai que ce département traditionnellement rouge compte sur l’appui de la petite paysannerie, et particulièrement des métayers.

  • 41 Ibid., p. 38.

33Complétant les déclarations générales, de nombreuses proclamations font référence aux paysans et aux mesures à prendre en leur faveur, s’appuyant le plus souvent sur le programme agraire du parti. Enfin, les références républicaines ne sont pas oubliées : au-delà de la défense de la République, de la liberté et de la laïcité, le bon candidat est celui qui incarne sa région d’origine. Dans les Basses-Alpes, les candidats font étalage d’un label agraire et localiste plus fréquent chez leurs adversaires. Sur les cinq candidats, trois mentionnent leur appartenance au monde agricole, dont ils sont les dignes représentants : « Le citoyen F. Aillaud, vieux paysan bas-alpin est propriétaire cultivateur. (...) Très bon agriculteur, il a connu le succès dans les congrès et concours agricoles. Médaille d’argent du Ministère de l’Agriculture au concours d’Antibes de 1913, Chevalier du mérite agricole.41 » Il est très rare d’avoir un tel luxe de détails, car le parti n’est pas encore riche en candidats aussi bien implantés parmi le monde rural.

 

  • 42 Parti Socialiste (SFIO), XXe Congrès national. 3, 4, 5, et 6 février 1923, Lille. Rapports de la CA (...)

34La scission clarifie la situation, puisque la majorité du groupe parlementaire reste à la SFIO et assure la reconstruction des fédérations, grâce au contrôle des réseaux d’électeurs et de militants. Dans les départements ruraux, les mairies des grandes villes conservent une influence majeure sur les campagnes avoisinantes, d’autant qu’elles éditent bien souvent un journal, support décisif de la propagande et de l’action militante. Les études locales montrent en effet que les sections isolées n’ont que très peu de chance de survivre. De surcroît le groupe parlementaire socialiste, composé des 45 députés restés attachés à la « vieille maison », assume la plus lourde part de la reconstruction du parti durant les premières années par un travail primordial de propagande et d’organisation. Les rapports du congrès de Lille détaillent l’œuvre de propagande réalisée par les élus nationaux pour l’année 1922. Le classement des députés en fonction du nombre de réunions effectuées accorde la première place à Compère-Morel, avec 43 réunions, suivi par Léon Blum qui en assure 26. 526 réunions ont été animées par 48 élus sur un total de 5542.

  • 43 IFHS, Carnets Roland, 14 AS 280, 2 janvier 1920.
  • 44 Parti Socialiste (SFIO), XXe Congrès National. 3, 4, 5, et 6 février 1923, Lille. Rapports, op. cit (...)

35Ce dynamisme est dû au système des tournées de masse, principe adopté au lendemain des élections de 1919, afin d’intensifier la propagande43. Après la scission, le programme sera nécessairement moins ambitieux, mais le principe des tournées de masse est maintenu. Une semaine de propagande est ainsi organisée du 11 au 19 février 1922, avec pour objectif, « Un adhérent nouveau au Parti ! Un abonné nouveau au Populaire.44 » Cependant de telles manifestations, dans la perspective de la reconstruction, privilégient les centres urbains où les députés peuvent toucher une large assistance. En dépit des tentatives d’adaptation, le principe même de ces tournées de propagande, si elles permettent d’assurer la visibilité du parti au niveau départemental et de favoriser son rétablissement, n’ont sans doute qu’un impact limité dans le développement des sections rurales proprement dites et du recrutement paysan.

36Toutefois les parlementaires restent irremplaçables pour conforter la légitimité du parti dans les campagnes. Leurs interventions sont des armes de choix lors des batailles électorales et en cours de mandat, pour valoriser leurs activités ; la presse régionale et militante joue un rôle indispensable de relais. En novembre 1927, Le Petit Limousin publie en intégralité le texte de Valière, rapporteur du budget de l’Agriculture. Le rapport comptant près de 300 pages, la publication s’étend sur plus d’un mois ! De même, le Populaire du Centre, lors des sessions parlementaires, rend compte presque quotidiennement de l’action des députés de la Haute-Vienne. La publicité donnée aux votes et aux débats est d’autant plus nécessaire dans les campagnes où les députés n’ont guère d’autre moyen de prouver leur engagement pour l’agriculture. Le but est le même pour les questions adressées par les députés au gouvernement, elles aussi publiées, tout comme leurs interventions au cours de la discussion des articles du budget de l’Agriculture, sur des chapitres d’intérêt local. Tel député demandera un relèvement de crédit pour une école d’agriculture située dans sa circonscription, tel autre attirera chaque année l’attention de la Chambre sur une catégorie de producteurs ou de travailleurs des champs. Il ne s’agit là bien sûr ni d’une spécificité rurale et encore moins d’une spécialité socialiste, mais elle constitue un élément décisif dans la manifestation de l’activité parlementaire de tout élu. Le retour au scrutin d’arrondissement, en 1928, accentuera ce phénomène. Ce dynamisme parlementaire, sur le terrain de la propagande, a pour corollaire indispensable une action vigoureuse au Parlement, malgré une situation politique peu favorable.

 

37Entre 1920 et 1924, les socialistes cantonnés dans l’opposition n’ont guère les moyens de prouver aux communistes l’efficacité de la tactique parlementaire. Ils proposent en vain, en décembre 1920, un budget d’un milliard pour l’agriculture, afin de mettre en œuvre une véritable politique de modernisation. Les projets qu’ils déposent durant la législature, qu’il s’agisse de l’amélioration des conditions d’existence des ouvriers agricoles, ou des interventions lors des débats budgétaires, n’ont pas d’issues plus favorable.

  • 45 Le Populaire, 17 octobre 1921, « Contre les salariés de la terre », Compère-Morel.

38Le principal effort se situe en 1921, lors de la discussion relative à la compétence agraire du Bureau international du travail qui souhaite protéger les travailleurs agricoles, ainsi que les femmes et des enfants. Ces prétentions provoquent une levée de boucliers de la majorité du Bloc national, regroupée derrière Jules Méline. Compère-Morel s’insurge contre cette discrimination élevée entre ouvriers des villes et des champs, en évoquant le souvenir de la guerre : « Quand tous les travailleurs des champs de nos vieilles provinces, répondant à l’appel de la mobilisation générale, ont quitté leur chaumière pour mettre leur sang à la disposition de leur pays, ils comptaient autant et valaient autant que leurs camarades de l’industrie. Ils étaient des héros... et ils avaient des droits sur nous ! Mais maintenant que de « chair à canon » ils sont devenus « chair à travail » et qu’ils ont abandonné les tranchées pour les sillons, les choses changent...45 »

  • 46 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 25 novembre 1921, p. 4388.
  • 47 Ibid., p. 4388.

39L’action se déplace au Parlement qui discute, à partir du 26 novembre 1921, une série d’interpellations sur le sujet. La question de la compétence du BIT en matière agricole importe peu et s’efface au profit de l’affrontement des différentes conceptions agricoles au sein de la Chambre « bleu horizon ». Joseph Capus, futur ministre de l’Agriculture du Bloc national, présente les principaux arguments en faveur d’un système français qui se refuse à protéger les ouvriers agricoles, car ces derniers ont la possibilité d’échapper à leur condition pour devenir propriétaires : « Cet idéal de l’être humain, être indépendant, travailler pour soi, posséder un bien au soleil, il n’y a aucun pays au monde où l’ouvrier agricole le réalise aussi facilement qu’en France. (Applaudissements au centre, à droite et à gauche.) Il n’y a aucun pays au monde où, chaque année, autant d’ouvriers agricoles arrivent à la possession du sol.46 » À cette conception française du progrès social s’en oppose une autre, porteuse de désordre et de violence, qui est celle du socialisme destructeur, « fille brutale de l’orgueil humain47 » à l’œuvre en Russie soviétique. Compère-Morel s’attache surtout, lors de son interpellation, à démontrer l’incohérence de la position du gouvernement français du point de vue du droit. Le débat ne demeure pas longtemps sur le terrain juridique, les députés de la majorité opposant aux socialistes la loi de huit heures, coupable d’accélérer la désertion des campagnes, ainsi que leur éternelle duplicité, camouflant leur véritable intention : supprimer la propriété individuelle. Ce débat en grande partie symbolique, les vœux du BIT n’ayant qu’une valeur indicative, prouve la volonté de la SFIO de se présenter comme défenseur des paysans, et plus encore, des salariés de la terre. Désignés par leurs adversaires comme de dangereux révolutionnaires, ils espèrent tirer un profit maximum de cette action : l’intervention de Compère-Morel est éditée en brochure par la Librairie du parti, pour servir à la propagande, alors que les questions agricoles quittent le devant de la scène, jusqu’à la fin de la législature.

  • 48 Lefranc (G.), Le mouvement socialiste sous la IIIe République, T.2, (1920-1940), Paris, Payot, 1977 (...)

40La victoire électorale du Cartel des gauches marque une nouvelle étape dans l’intégration des socialistes à la vie parlementaire. Les élections favorisent ce processus, puisque la majorité, au congrès de Marseille (février 1924), se prononce en faveur du courant centriste « acceptant le Cartel comme nécessaire, mais le limitant dans le temps à la « minute » où l’électeur déposerait son bulletin dans l’urne.48 » Cependant, les fédérations conservent la liberté de composer des listes homogènes, ce que font 23 d’entre elles, contre 57 qui choisissent l’alliance ave les radicaux, pour battre le Bloc national. Le parti renforce considérablement son groupe parlementaire, avec 105 élus. Le principe du soutien sans participation est rapidement acquis, les partisans de la participation n’étant qu’une petite minorité, active toutefois, regroupée autour de Renaudel.

  • 49 A.N., F 7 12952, « Notes Jean », 1923-1924.

41La campagne électorale donne l’occasion aux adversaires du Cartel d’axer leur propagande sur le thème des socialistes détrousseurs de propriété. L’impôt sur le capital est le support tout trouvé, principale mesure de la réforme fiscale réclamée par la gauche pour mettre un terme aux incertitudes budgétaires issues de la guerre. L’Union des intérêts économiques des frères Billiet, bailleur de fonds généreux des candidats anti-cartellistes, publie un programme économique expliquant la vie chère par l’augmentation du nombre de billets de banques, l’application de la loi de huit heures et l’étatisme ambiant. Le pire est à venir avec le projet d’impôt sur le capital. Un dessin représente un paysan caressant ses bêtes et s’interrogeant : « Me prendra-t-on ma vache ou mon cheval ? » La brochure explique ensuite ce qui se cache derrière les mesures fiscales du Cartel : « Qu’est ce que le capital : c’est la maison du paysan, c’est le fond du commerçant, c’est l’usine de l’industriel, c’est la charrue du laboureur, c’est l’outil de l’ouvrier. » La mise en œuvre de ce terrible prélèvement aura des effets immédiats : « Le paysan possesseur de quatre vaches devrait en vendre une pour en verser le prix à l’État. Le cultivateur pourvu de 20 hectares devrait en vendre 5 pour payer l’impôt.49 »

42L’arrivée au pouvoir d’une majorité de gauche se traduit, au point de vue parlementaire, par des satisfactions d’ordre symbolique. Au congrès national de Grenoble (février 1925) le groupe se réjouit d’avoir pénétré les rouages parlementaires. Au 15 décembre 1924, les socialistes président 12 commissions de la Chambre sur 29, dont celle des Finances, dirigée par Vincent Auriol. Compère-Morel est vice-président de la commission de l’Agriculture, dont Chaussy et Valière sont les secrétaires. Le député du Gard est aussi rapporteur spécial pour l’agriculture de la commission des Finances. Celle des Boissons est présidée par Édouard Barthe, député de l’Hérault, qui est également vice-président de la commission des Douanes et des Conventions Commerciales.

43Ce renforcement des positions du parti ne génère pourtant aucun résultat concret en matière agricole. L’impuissance se manifeste dès le premier débat agraire qui porte sur la modification de la loi du 15 décembre 1922 étendant aux exploitations agricoles la législation sur les accidents du travail, texte en souffrance depuis plus de dix ans. Le projet de la commission vise à étendre – modérément – le principe d’application de la loi. Chaussy, au nom du groupe socialiste, dépose un contre-projet établissant une déclaration de principe en faveur de la protection des ouvriers agricoles et surtout conteste la fixation d’une limite – soixante-quinze jours – qui risque d’écarter de la loi de nombreux travailleurs et favoriser la fraude. Henri Queuille, ministre de l’Agriculture, expose à cette occasion sa conception de l’action gouvernementale, celle des petits pas... Finalement, le contre-projet de Chaussy est disjoint et les députés SFIO votent le projet gouvernemental. Au nom du « réalisme », la plupart des projets socialistes sont ainsi repoussés par la Chambre, tandis que le groupe doit voter, conformément à la politique de soutien, ceux du gouvernement.

  • 50 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 5 novembre 1924, p. 3306
  • 51 Ibid., p. 3306.

44Quelques mois plus tard, la Chambre se penche sur l’étude du budget de l’Agriculture. L’étape est importante pour les socialistes, car pour la première fois, ils défendent un budget en temps de paix. Jusqu’à présent, la dénonciation du caractère dérisoire de ce budget était le temps fort de l’action parlementaire et un morceau d’éloquence pour son auteur. Si Compère-Morel exalte la nécessaire intervention de l’État pour diffuser le progrès chez les petits exploitants, il doit constater que l’argent manque. Aussi les communistes, par la voix de Renaud Jean, ont beau jeu d’ironiser sur ce soudain volte-face : « Aujourd’hui, par un renversement bizarre, M. Compère-Morel rapporte un budget de 192 millions, semblable à celui du Bloc national qu’il combattait jadis. (Rires à droite et au centre.Très bien ! Très bien ! À l’extrême gauche.) [...] Je sais bien que le rapport de M. Compère-Morel est le rapport d’un homme qui n’est pas entièrement content, mais je sais aussi que cependant, il l’a écrit et qu’il le défend.50 » La défense esquissée par compère Morel illustre bien les difficultés de la politique de soutien : « Je tiens à lui dire que si je rapporte ce budget de 192 millions, c’est en affirmant que c’est un budget ridicule, misérable et inopérant. J’ai été très heureux d’être rapporteur du budget de l’Agriculture pour dire au monde paysan tout entier que ce budget ne peut en rien lui donner satisfaction.51 » Il reconnaît ainsi implicitement que les socialistes n’ont aucun moyen de pression sur le gouvernement qu’ils soutiennent.

  • 52 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 19 février 1925, p. 1023.
  • 53 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 12 juin 1925, p. 2659.

45Les tentatives d’organisation des marchés qu’ils prônent se heurtent immanquablement aux réticences de la majorité radicale qui se réfugie derrière la fameuse indépendance du paysan. Lorsque l’imposition des revenus agricoles est évoquée, avec la nécessité d’une déclaration obligatoire au-dessus d’un certain seuil, Victor Boret – l’ancien « excellent ami » de Compère-Morel – met en exergue la spécificité du travail paysan : « Croyez-vous, vraiment, que celui qui se lève avec le jour, qui rentre à la nuit, dont les doigts sont engourdis par le froid ou la tenue prolongée des outils, qui, avant de penser à lui, doit soigner ses animaux, puisse se livrer à tous ces travaux de comptabilité ?52 » juin 1925, un énième débat sur la question du prix du pain montre révolution progressive des positions politiques. Olivier Heuzé, député de la Sarthe qui interpelle au nom de la SFIO, ne peut que constater l’absence de toute réalisation. L’embryon d’office, voté en février, a été bloqué puis totalement dénaturé par le Sénat, et faute de données statistiques précises, aucune mesure effective ne peut être prise. Il est donc temps que le gouvernement prenne ses responsabilités : « Si, Monsieur le Ministre, vous n’étiez pas disposé à prendre ces mesures, peut-être trouveriez vous de ce côté de la Chambre (L’orateur désigne la droite.), une majorité pour vous soutenir ; mais, quant à nous, nous ne voulons point nous contenter de réformes toujours ajournées, nous sommes prêts à vous aider avec tout le Cartel dans une politique de réalisations, mais de réalisations effectives, sinon vous n’aurez plus à compter sur notre appui. (Applaudissements à l’extrême gauche et à gauche.)53 »

46Cette impuissance parlementaire, que les communistes stigmatisent avec délectation, a également des répercussions internes : les adversaires de la politique de soutien, autour de Jean Zyromski, renforcent leur position. Lors du congrès de Lyon, en avril 1927, Compère-Morel lui-même déclare se sentir beaucoup plus proche des communistes que des radicaux, ces derniers étant incapables de choisir leur camp. En août 1927, il démissionne de son poste de rapporteur du budget de l’Agriculture, sans prévenir ses collègues, provoquant une tension passagère. Une telle évolution correspond bien à la déception d’un homme qui s’était fait, au début des années vingt, le champion d’une politique de réalisation.

  • 54 Le Petit Limousin, 18 mars 1925, « La causerie », par Jean Limou.

47En outre, l’expérience du Cartel contribue à raviver au sein du parti la coupure entre le groupe parlementaire et les fédérations, les militants étant tôt convaincus de son échec. Certes, les mesures symboliques en faveur de la laïcité, l’établissement de relations diplomatiques avec la Russie soviétique ou le vote de l’amnistie sont bien accueillis, mais rapidement, les effets négatifs l’emportent. La presse fédérale s’en fait l’écho, commentant avec perplexité les débats parlementaires : « J’avoue, en toute sincérité, que la majorité de la Chambre n’a pas été suffisamment énergique dans le vote de la loi qu’elle a été appelée à émettre tout dernièrement. » Pourtant, il existe au sein de cette majorité une force de réalisation : « Le Parti socialiste a un programme de réformes rigoureuses qui, s’il était appliqué, donnerait des résultats extraordinaires. Jusqu’alors, il n’a reçu aucune application ; il serait peut-être temps de l’essayer.54 » La diffusion de cet article par le Petit Limousin, hebdomadaire destiné au monde rural, montre que le débat sur la participation et le soutien se déroule aussi dans le pays.

  • 55 Parti Socialiste (SFIO), XXIVe Congrès national tenu à Lyon les 17, 18, 19 et 20 avril 1927, Compte (...)

48Les tiraillements au sein du parti transparaissent enfin à travers un regain d’hostilité envers les députés. Avec la victoire de 1924 et leurs nouvelles responsabilités, ceux-ci délaissent la propagande. Alors que les rapports des congrès de Lille ou de Marseille donnaient la liste des multiples réunions effectuées par les députés en dehors de leur circonscription, celle publiée dans les rapports du congrès de Grenoble en 1925 est dérisoire, le rapporteur l’expliquant par le renouvellement de la législature. Désormais, les rapports de congrès ne fournissent plus de liste détaillée, se contentant de rappeler la participation des élus aux trois tournées de masse. À Lyon, en 1927, il n’est plus fait mention de réunions de propagande tenues par les députés, les délégués permanents assurant l’essentiel du travail. Il n’est pas donc pas étonnant que lors de ce congrès les petites fédérations, comme celles du Gers, du Doubs ou de l’Ardèche relancent les critiques contre les élus55. Les élections de 1928 marqueront le retour officiel des socialistes au sein de l’opposition, et en dépit de la formation ponctuelle de ministères de concentration, les réalisations agraires seront très limitées : le long cheminement de la loi sur les assurances agricoles, et l’écueil qu’y constitue la place des agriculteurs en est un bon exemple.

« Vieilles bêtes » ou notables : les figures agricoles du parti

49L’évocation de l’activité parlementaire conduit à mieux connaître ceux qui, au Parlement, représentent le parti sur le terrain agricole. Parmi les 105 élus de 1924, quels sont ceux susceptibles de s’impliquer dans les questions agraires ? Plus que leur appartenance professionnelle, pas toujours représentative, il nous a semblé préférable de retenir ceux inscrits à la commission de l’Agriculture de la Chambre en 1924, choix révélateur de l’intérêt pour les questions agraires : Barthe, Bonin, Carmagnolle, Chaussy, Claussat, Compère-Morel, Labatut, et Valière.

50Parmi ces « élus paysans », les exploitants agricoles font figure d’exception : le seul « cultivateur cultivant », Elie Bonin (1879-1945) appartient à la petite paysannerie de Saône-et-Loire. Son itinéraire n’est pas celui d’un militant ; candidat de principe en 1910 et en 1914, il ne sollicite pas de mandat local. Grâce à la dynamique du scrutin de liste, il est élu député en 1924. Faute d’implantation locale, il est battu en 1928 dans la circonscription rurale de Charolles I et se retire alors de la vie politique. Le cas d’Aillaud, exploitant, élu en 1919, est plus complexe. Demeuré au Parti communiste, il rejoint la SFIO en 1924, est élu, mais meurt quelques semaines plus tard.

  • 56 Sagnes (J.), « Viticulture et politique : l’action d’Édouard Barthe dans l’Hérault », in Mélanges o (...)

51Les notables locaux implantés dans les petites villes et rayonnant sur l’arrière-pays, souvent investis dans le syndicalisme agricole, sont en revanche une composante majeure des élus ruraux. C’est le cas de Lucien Labatut (1879 1950), membre de la fédération de Haute-Garonne, négociant, succédant à son père à la mairie d’Aulon en 1919. Conseiller d’arrondissement depuis 1913, il est élu conseiller général en 1922. Il est le quatrième et le moins bien élu de la liste socialiste aux élections de 1924. Tout comme Bonin, le retour au scrutin d’arrondissement lui est fatal. Les départements viticoles du sud-est fournissent les meilleurs exemples de notables socialistes. Hubert Carmagnolle (1879-1944), qui fut ouvrier agricole, vient aussi au socialisme avant la première guerre mondiale, mais la carrière politique locale lui est rapidement ouverte, son père ayant lui-même été conseiller municipal. Il lance parallèlement l’une des premières coopératives agricoles socialistes, « La Travailleuse ». Après la guerre, sa situation personnelle s’améliore : ayant agrandi les terres familiales, il en confie l’exploitation à un « grangier » et peut se consacrer entièrement à la gestion de sa coopérative et à son activité politique. C’est un exemple d’élu paysan actif, intervenant pour développer les coopératives, ou en faveur de l’indemnisation des sinistrés de sa région. Son influence locale, appuyée professionnellement sur sa coopérative et sur sa mairie, lui assure, en 1928, une réélection relativement aisée. Autre notable, Édouard Barthe (1882-1949), pharmacien, construit toute sa carrière sur la défense des intérêts de la viticulture, qu’il place au-dessus des partis. Quoique membre de la SFIO jusqu’en 1933, il se présente toujours comme candidat d’union socialiste. Partisan d’une position unitaire sur les questions viticoles, Barthe demeure un cas tout à fait à part dans l’étude du socialisme agraire56.

52Viennent enfin les « militants », dont la promotion politique est d’abord le fruit de l’appartenance partisane. C’est parmi eux que l’on retrouve les députés les plus dynamiques à la Chambre, comme Chaussy, Valière ou Compère-Morel. Le premier consacre son activité à la cause du prolétariat : syndicaliste avant-guerre, député jusqu’en 1928, il retourne, vers le syndicalisme, agricole cette fois, en devenant le secrétaire de la fédération CGT de l’Agriculture. S’il abandonne cette fonction lors de sa réélection en 1932, il continue à défendre les intérêts des ouvriers agricoles. L’évolution de Valière diffère, son positionnement « agricole » étant une étape de son ascension sociale ; fils d’un ouvrier porcelainier, c’est comme militant et propagandiste SFIO qu’il emporte en 1914 une circonscription rurale, celle de Bellac, jugée peu favorable au socialisme. Aussi siège-t-il à la commission de l’Agriculture. Les élections au scrutin de liste de 1919 et de 1924 le détournent de ses premières préoccupations. Devenu avocat à la cour d’appel de Paris, adjoint au maire de Limoges, il sera rapporteur du budget du Service des Poudres en 1926 et 1927, et du budget de l’Agriculture en 1928, après la défection de Compère-Morel. Lorsqu’il revient à la Chambre en 1932, il travaille en priorité au sein de la commission des Finances, dont il deviendra le président en 1936.

 

  • 57 Le Populaire, 26 août 1927, « L’idée socialiste et Pâme du clocher” », Jean Blavet.

53Si les élections de 1928 n’ont pas eu d’impact en termes politiques et parlementaires pour les socialistes, le retour au scrutin d’arrondissement les oblige en revanche à réinvestir l’espace électoral local. Un article d’août 1927 tente de poser quelques jalons. A priori, rappelle Jean Blavet, le parti se désintéresse du mode électoral, car seule importe la diffusion de ses idées. Le socialisme a le devoir de s’adapter car « l’idéal qu’il préconise ne trouve plus en face d’eux cette âme anonyme qu’était l’âme du département, âme changeante et capricieuse, comme les foules elles-mêmes, de qui elle émanait. Une autre âme monte vers des horizons plus restreints : c’est l’âme de clocher. [...] Il s’ensuit qu’une campagne dans le cadre de l’arrondissement doit essentiellement tenir compte du facteur psychologique et, plus spécialement, qu’une campagne socialiste, tout en demeurant strictement socialiste, doit s’efforcer de s’adapter à la mentalité de ceux qu’elle prétend atteindre. » Une âme de clocher que l’auteur s’empresse de valoriser en précisant que « loin de refléter l’incertitude inconsciente des foules, [elle] garde la volonté sereine des individus.57 »

  • 58 Chambre des Députés, Programmes, professions de foi et engagements électoraux de 1928, Paris, Impri (...)
  • 59 Ibid., p. 1184.

54L’étude des proclamations électorales des députés élus illustre bien ce processus. Alors que les proclamations de 1919 et de 1924 étaient dominées par un discours généraliste, souvent impersonnel et doctrinal, celles de 1928 privilégient l’emploi de la première personne du singulier et le ton de proximité. Cette pratique est d’évidence plus marquée chez les candidats qui peuvent s’enorgueillir d’une origine locale ou sont implantés depuis longtemps dans le département. Gardiol, élu au premier tour dans les Basses-Alpes, se présente ainsi à ses électeurs : « Vous me connaissez. Je suis un Provençal comme vous, né à Comps (Var) à quelques kilomètres de Castellane, j’exerce la médecine de campagne depuis vingt-cinq ans à Riez, où je suis propriétaire. Votre patois est le mien, vos mœurs sont les miennes.58 » L’utilisation de l’appartenance locale est aussi l’occasion d’exalter la réussite sociale, fruit d’un honnête labeur, et gage de notoriété. Produit de son terroir, le candidat l’est aussi de sa famille, et la réussite excuse les quelques infidélités à la petite patrie comme en témoigne jean Laville, en Saône-et-Loire : « Vous me connaissez ! Je suis l’un des vôtres ! [...] Né à Toulon-sur-Arroux, le 9 mars 1880, je suis fils d’un tailleur de pierre de ce pays, mon père fut déjà un « rouge » et travailla pour s’émanciper et échapper à la tutelle des maîtres et des potentats de la terre.59 »

  • 60 Ibid., p. 359.

55Lorsqu’un candidat se retrouve dans la situation délicate du parachuté, il doit s’en expliquer auprès de ces électeurs. Jules Moch, appelé par la fédération de la Drôme, prend les devants : « Je veux m’expliquer avec vous, citoyens, au sujet de ce défaut « capital » que je présente et qui consiste, paraît-il, à être « étranger ». Oui, sans doute, je suis né à Paris de parents parisiens. Mais la Révolution n’a-t-elle pas aboli les frontières intérieures ? Un Parisien n’est-il pas en France à Valence, de même qu’un Valentinois à Paris. [...] On vous a dit également que, n’étant pas né sur les bords du Rhône, je saurais moins qu’un autre connaître les hommes et leurs besoins. [...] Croyez-vous que, lorsqu’on a parcouru quelques continents, on n’arrive pas à connaître à fond cinq cantons, lorsque, depuis près de six mois, on en a, comme moi, visité toutes les communes et jusqu’aux plus petits hameaux, parcourant plus de 4 000 kilomètres du Royans au Rhône et de l’Isère à la Drôme, parlant dans plus de 250 réunions, recevant ou faisant des centaines de visites.60 » Outre la légitimité que lui donne son ardeur de propagandiste, il promet une fois élu, de passer toutes ses vacances au sein sa patrie d’adoption...

  • 61 Ibid., p. 450.
  • 62 Le Populaire, 2 mai 1928, « La belle victoire de Compère-Morel », Cabannes.

56D’autres ont la chance de bénéficier d’un enracinement ancien et peuvent revendiquer le statut « d’adopté », tel Compère-Morel dans la circonscription d’Uzès, qui l’avait déjà élu près de vingt ans auparavant. Toute sa déclaration, intitulée « Mes chers amis », est construite autour d’un rapport de complicité. Rappelant qu’en 1909, il fut « arraché à la terre paternelle par la décision d’un congrès », il n’eut pas à le regretter, se consacrant depuis à sa circonscription : « Il n’est pas une route que je n’ai sillonnée, pas un village que je n’ai visité, pas une mairie où je n’ai parlé. Habitué depuis mon enfance, aux mœurs, aux habitudes et aux coutumes des hommes de la terre, j’éprouvais un goût indicible à me trouver en contact avec vos laborieuses populations si simples, si familières et si cordiales.61 » Mais cette familiarité a été soigneusement entretenue ; Son ami René Cabannes, évoquant son succès dans Le Populaire, témoigne d’une campagne accomplie avec méthode62.

57L’affirmation d’une communauté d’appartenance avec ses électeurs est l’une des composantes essentielles des professions de foi lors d’élections tenues au scrutin d’arrondissement. Cette évolution nous intéresse car elle accélère la perte d’originalité des socialistes, obligés de se couler dans le moule des déclarations enflammées en faveur de la petite patrie. Certes, le localisme n’est pas une spécificité rurale et dans les grandes agglomérations, certains candidats font état des revendications des travailleurs urbains. Mais la ville est moins propice à l’exaltation des racines et des particularismes locaux. Les rapports à la propriété, au voisinage, aux liens familiaux, aux querelles de clochers et de cantons, n’ont rien de comparable. Le scrutin d’arrondissement contribue à une différenciation accrue entre les villes et les campagnes et les candidats socialistes doivent s’y conformer. L’appropriation du qualificatif de plus en plus sacralisé de « paysan » favorise un glissement dont certains responsables s’inquiéteront. Précisons bien : il ne s’agit pas de faire de ces proclamations électorales la preuve de la dérive agrarienne du parti. En revanche, elles participent d’un mouvement plus général qui rapproche la SFIO du paradigme dominant, celui de la petite propriété paysanne et de l’exaltation des vertus du « pays ».

  • 63 Chambre des Députés, Programmes, professions de foi et engagements électoraux de 1928, op. cit., p. (...)
  • 64 Ibid., p. 455.
  • 65 Ibid., p. 27.

58Aussi la plupart des proclamations laissent de côté les aspects théoriques, pour se consacrer aux questions locales et concrètes tout en désamorçant les attaques adverses, dont l’inévitable question de la petite propriété. Beaucoup de candidats se contentent de reprendre les déclarations du parti, souvent de manière solennelle comme Gamard, dans la Nièvre : « Le Parti socialiste proclame, une fois de plus, que la terre appartient à celui qui la cultive. Loin de vouloir modifier le régime de la petite et de la moyenne propriété, qui n’est qu’un instrument de travail entre les mains de celui qui la féconde de son labeur, il a toujours eu le souci d’améliorer le sort de l’agriculteur.63 » Mais cette défense de la petite propriété – qui est de plus en plus moyenne – passe également par l’énumération des réformes préconisées par les socialistes. Ces mesures immédiates sont autant de facteurs qui font de la petite propriété une préoccupation essentielle. La proclamation de Vincent Auriol est explicite : « Nous devons y parvenir en défendant la propriété que l’homme travaille avec le concours de sa famille, la petite propriété laborieuse qui est le gage le plus certain de la liberté individuelle contre la grande propriété dévoratrice de la petite, contre la haute féodalité capitaliste et financière issue des grandes sociétés et du développement du machinisme industriel.64 » Une position finalement très proche de celle des radicaux est progressivement adoptée, faisant de la propriété terrienne le symbole de la lutte des petits contre les gros. Cela peut aboutir, dans les départements où dominent les grandes exploitations, à la promesse de faire accéder les salariés agricoles à la propriété. Non pas en instaurant des exploitations collectives, syndicales, communales ou coopératives, comme l’affirme le programme, mais en développant le crédit agricole... Deguise, dans l’Aisne, outre la défense de la petite et de la moyenne propriété, propose « des facilités d’accéder à la petite propriété, la propriété légale des ouvriers agricoles.65 » De manière incontestable, les discours de proximité favorisent le glissement vers un plus grand conformisme en matière doctrinale, particulièrement pour les questions agricoles.

 

59En dépit de tous ces efforts, la « rencontre avec l’esprit de clocher » n’est pas un succès : avec 100 élus, les socialistes ne progressent pas par rapport à 1924. Le scrutin uninominal et le maintien des candidats communistes, appliquant la tactique classe contre classe, entraînent un certain nombre d’échecs qui modifient le groupe des « députés paysans ». Plusieurs députés élus en 1924 grâce à la dynamique du scrutin départemental échouent en 1928 faute d’un enracinement local. Trois députés seulement se retrouvent à la commission de l’Agriculture en 1928 : Compère-Morel, Barthe et Carmagnolle, dont nous avons évoqué précédemment la solidité de l’enracinement.

60Cinq nouveaux députés en revanche s’y inscrivent : Chastanet, Besnard-Ferron, Goniaux, Monnet et Thivrier. Deux d’entre eux appartiennent au secteur primaire : Besnard Ferron (1873-1954), fils de petit paysan et viticulteur, est aussi un militant qui a contribué à remettre sur pied la fédération du Loir-et-Cher après la scission. Politiquement, il évolue progressivement vers la droite du parti, qu’il quittera en 1934 pour rejoindre les radicaux. Georges Monnet (1898-1980) représente au contraire les nouvelles générations socialistes. Issu de la bonne bourgeoisie parisienne, il se consacre à l’agriculture après la guerre en exploitant une ferme au cœur de la « Zone rouge » de l’Aisne. Il se lance rapidement dans l’action politique et après une campagne législative menée tambour battant en 1928, il est élu député. Il s’impose rapidement à la Chambre comme spécialiste agricole, Compère-Morel se consacrant entièrement au Populaire.

  • 66 Barral (P.), Le département de l’Isère sous la Troisième République (1870-1940), Histoire sociale e (...)

61Le personnage de Jean-Louis Chastanet (1882-1946) est un bon exemple de militant SFIO investi dans les questions rurales : fils d’un petit propriétaire, il devient commis des PTT mais ses activités syndicales entraînent sa révocation en 1906. Il s’occupe alors du journal fédéral, Le Droit du peuple. Bien implanté parmi les milieux agricoles – il est le président de la Société d’agriculture de l’Isère – il est élu dès le premier tour en 1928 dans la circonscription de La-Tour-du-Pin. Ses interventions parlementaires sont moins celles d’un praticien que d’un porte-parole de l’agrarisme socialiste. Assez rapidement, ses prises de positions peu orthodoxes – il reçoit P. Laval en 1930 – entraînent son exclusion du parti en 193166. Quant à Thivrier et Goniaux, députés de l’Ailier et du Nord, ils interviennent de manière plus sporadique lors des débats agricoles.

 

62Surtout, le parti subit une série de défaites dans les forteresses ouvrières de Paris et de la banlieue, dont celle, symbolique, de son leader Léon Blum. Le congrès de Toulouse est l’occasion de tirer les conclusions de ces élections, Léon Blum lançant le débat à l’issue de la présentation du rapport parlementaire. Son intervention est d’autant plus intéressante que le leader de la SFIO ne s’exprime que rarement sur les questions rurales. Il est vrai que nous sommes ici loin des débats techniques et que l’enjeu n’est rien d’autre que l’avenir du socialisme.

  • 67 Parti Socialiste (SFIO), XXe Congrès national tenu à Toulouse les 26, 27, 28 et 29 mai 1928 - Compt (...)

63Léon Blum part d’une constatation, reprise depuis lors par les analyses historiques, celle de succès électoraux déterminés par « la pénétration croissante du parti dans les masses rurales, dans les masses paysannes », sur les terres radicales, selon un processus qu’il replace dans la durée : « Le Parti radical qui, vers 1890, était un parti exclusivement urbain, dont presque tous les élus étaient des élus des grandes villes et qui détenait alors presque toutes les municipalités des grandes villes, a été exproprié de cette clientèle électorale par la propagande socialiste. En même temps qu’il perdait cette clientèle électorale des villes, il conquérait la clientèle électorale des campagnes, il conquérait la démocratie rurale et sur les partis républicains modérés et sur les partis de la réaction.67 »

  • 68 Ibid., p. 118.

64La conquête de la paysannerie par les socialistes, ou tout au moins de sa fraction la plus avancée peut être envisagée d’un point de vue positif : « Le jour où l’unité socialiste sera reconstituée, eh bien ! nous pourrons apporter dans la corbeille de noces une conquête d’un prix singulier : la conquête de ces masses paysannes en qui notre propagande aura fait pénétrer l’esprit socialiste. » En 1928, cette perspective semble encore lointaine, Blum en ayant lui-même fait la dure expérience, et c’est plutôt l’aspect négatif qu’il redoute dans le court terme : « Mais si la division socialiste devait longtemps se perpétuer dans ce pays, alors peut-être y aurait-il un danger, un danger sur lequel je ne veux pas insister plus longtemps, mais sur lequel chacun de nous peut réfléchir, et qui pourrait aboutir, si nous n’y prenions garde, à une espèce de désaxement, à une espèce de rupture d’équilibre entre les différents courants sociaux de ce pays et les différents courants de la pensée socialiste elle-même.68 » Inervant ce discours tout en sous-entendu pèse l’ombre d’un Parti communiste seul héritier des forces urbaines et ouvrières, en clair l’élite du prolétariat. Derrière cette analyse se profile une autre constatation, que Blum passe sous silence, mais que son auditoire a certainement à l’esprit : le Parti radical, en conquérant les campagnes, a aussi perdu son ardeur réformatrice. Là sans doute réside une des conséquences inexorables de ce « désaxement » que redoute Léon Blum.

  • 69 Un désintérêt qui est exploité par ses adversaires sur le thème de l’antisémitisme, Birnbaum (P.), (...)
  • 70 Le Populaire, 4 avril 1929, « Dans le Narbonnais - La campagne électorale de Léon Blum ».
  • 71 Lefranc (G.), Le mouvement socialiste sous la IIIe République, T.2, op. cit., note p. 281 ; Greilsa (...)

65Un désaxement dont il va néanmoins bénéficier, en se portant candidat dans le Narbonnais, en remplacement de Pélissier. Le secrétaire fédéral, Eugène Montel, s’efface pour permettre à son leader de réintégrer le Parlement. La campagne est soigneusement préparée afin de montrer que Léon Blum est à même de rallier les suffrages des petits viticulteurs de la région. La tournée de masse du parti est organisée cette année-là à travers huit départements de la région méditerranéenne. Cette candidature offre l’occasion aux adversaires de la SFIO et au Temps de lancer une énième campagne sur leur duplicité en matière de doctrine agraire. Plus intéressante est la « mise en scène » rurale d’un Léon Blum dont nous avons déjà noté le peu d’intérêt pour ces questions69. Au cours des réunions électorales, il est solidement épaulé, notamment par Barthe, président du groupe viticole, le parlementaire le plus au fait des questions viticoles de l’époque. Ainsi, lors d’une réunion, son adversaire radical tente de confondre Léon Blum : « Il tendit à prouver – disent nos amis – que Blum serait un mauvais défenseur de la viticulture parce qu’il n’a pas de vignes au soleil. [...] Léon Blum répondit, on devine comment. Et Barthe, au milieu de l’hilarité générale de la salle, fit avouer à M. Castel que sur une centaine de vote concernant la viticulture, Blum, à la Chambre, avait toujours voté avec... M. Castel. » Il n’est donc pas question ici d’affirmer une quelconque spécificité doctrinale, mais d’insister sur l’efficacité et la compétence. Une compétence qui n’est pas seulement celle des socialistes, mais aussi de Blum lui-même, qui le prouve lors d’une réunion au Cannet : « Là, c’est devant un auditoire de petits propriétaires que Blum prit la parole. [...] Ajoutons que Léon Blum étonne nos propres amis en matière agricole et viticole. Aucune question vitale ne lui est étrangère. Et c’est bien ce qui « estomaque » nos adversaires. Sur le seul terrain sur lequel ils croyaient le « coller », il est aussi fort que nous tous.70 » Le succès de Blum, prévisible, provoque un légitime relâchement de la mobilisation « agraire » du parti, d’autant que se profile, avec les élections municipales, une autre échéance électorale importante, notamment à Paris. Léon Blum, nous dit Georges Lefranc, s’attachera à cette région, mais ne se préoccupera jamais, ni des questions locales, ni des questions agraires et viticoles, qui ne l’avaient jamais passionné71.

66Le Cartel représente une étape importante, en négatif, pour la politique agraire des socialistes. En effet, alors que tout l’effort depuis Tours visait à présenter le socialisme comme une doctrine de réalisation effective, la période du Cartel est marquée, en matière agricole, par une grande impuissance. Les députés sont réduits à appuyer un Parti radical, qui n’a jamais fait preuve, en ce domaine d’une grande ardeur, malgré – et peut-être à cause – du rôle joué par Queuille. Parallèlement, le retour au scrutin d’arrondissement pose la question des supports électoraux du parti dans les campagnes et de la lente émergence, à la fin des années vingt, de militants et d’élus issus du monde rural. Celle-ci reste néanmoins discrète et n’influe nullement sur la doctrine agraire de la SFIO, marquée par une grande continuité.

III. L’assoupissement doctrinal et l’épanouissement de l’agrarisme socialiste

« Il y a propriété et propriété comme il y a vin et vin : pinard du bistrot et sauternes de derrière les fagots »72

  • 72 Le Populaire, 21 mars 1932, « Aux paysans de France - La propriété individuelle et le socialisme ». (...)

67Le sort des questions agraires au sein du parti est essentiellement tributaire de l’action de Compère-Morel, qui se désengage progressivement, accaparé par la gestion du Populaire redevenu quotidien depuis 1927. En dépit du renfort assuré pour cette nouvelle page agricole – « Pour ceux de la Terre » – par Jean Delaglèbe, chroniqueur agricole de la presse socialiste de Haute-Vienne, et derrière lequel se dissimule sans doute Adrien Pressemane, la fin des années vingt aboutit à un éparpillement des signatures agricoles. L’irruption de la crise provoque en particulier une intervention accrue de Paul Faure, le secrétaire général, alors que Léon Blum continue à se désintéresser des questions agricoles

  • 73 Compère-Morel (A.), La petite propriété paysanne et le socialisme, Paris, Librairie populaire du Pa (...)

68Cette situation explique que la doctrine agraire ne connaisse pas de brusques inflexions, même si la dégradation de la conjoncture économique et politique provoque un durcissement progressif du discours. L’héritage guesdiste est sans cesse réaffirmé à travers un postulat fondamental : le socialisme combat la grande propriété capitaliste, mais ne séparera jamais le petit propriétaire de son champ, son outil de travail. Cette profession de foi est répétée, sur tous les tons, des dizaines et des dizaines de fois, tant par compère Morel que les autres auteurs qui écrivent dans Le Populaire et les divers journaux du parti, surtout lors des périodes électorales. Il est vrai que leurs adversaires reprennent inlassablement l’argument des pilleurs de biens. C’est le cas en 1923 avec Le Temps qui reproche à Compère-Morel, « prophète solitaire », de renier la doctrine collectiviste pour mieux séduire les ruraux. La polémique dure d’août à octobre 1923, avant d’être relayée par une brochure de propagande, plusieurs fois rééditée73.

69Les socialistes distinguent deux propriétés. L’une, directement exploitée par le capitalisme, doit être expropriée ; l’autre, fécondée par le labeur de son propriétaire, mérite d’être protégée de l’exploitation indirecte qu’elle subit de la part du capitalisme. En 1929, lors de la campagne électorale de Léon Blum dans l’Aude, tout le parti se mobilise derrière son dirigeant pour réaffirmer l’intangibilité de sa doctrine agraire que ses adversaires l’accusent de brocarder. En mai 1930, face à une nouvelle campagne du Temps, c’est Paul Faure qui se charge de l’exégèse des textes des grands auteurs, quelques semaines avant le congrès de Bordeaux, justement destiné à contrer les accusations de la propagande adverse. Ces réponses publiées à leur tour sous forme de brochure n’empêcheront nullement les polémiques de se poursuivre.

  • 74 Le Populaire, 14 juillet 1921, « Le Blé et le pain », Compère-Morel.

70La position de la SFIO vis-à-vis de la petite propriété va de pair, au cours des années vingt, avec l’affirmation de la nécessité d’une politique de production. Avant 1914, la faiblesse de la production nationale, le recours fréquent aux importations combiné à une politique protectionniste sont présentés comme des méfaits inéluctables du système capitaliste. Après la guerre, les données du problème se sont profondément modifiées. L’intensification de la production est toujours une nécessité, pour lutter contre la vie chère et éviter des importations ruineuses de céréales, mais il faut s’appuyer sur les structures agraires existantes. Compère-Morel dresse le principe de cette politique, qui prolonge son action pendant la guerre : « Ce que nous devons faire, c’est fournir aux petits propriétaires, petits fermiers et métayers, les moyens financiers et techniques nécessaires pour qu’ils puissent augmenter leur production. En agissant ainsi, nous leur permettons de jeter sur le marché des récoltes abondantes telles que le prix de la vie diminuerait dans une notable proportion sans que leurs gains puissent baisser. C’est le seul moyen d’être utile aux producteurs tout en n’étant pas nuisible aux consommateurs.74 »

  • 75 Le Populaire, 16 février 1924, « Le Bloc national tente de s’abriter derrière les paysans », Compèr (...)
  • 76 Le Populaire, 16 mars 1924, « Socialisme et paysannerie », Jean Zyromski.

71Ce choix d’une politique de production ne doit pas pour autant être perçu comme le symbole d’une dérive inéluctable vers le réformisme et la participation ministérielle. L’hymne à la production peut être aussi l’occasion de revendiquer les buts véritablement révolutionnaires du socialisme. Compère-Morel le rappelle à la veille des élections législatives de 1924, faisant allusion à la tâche future du socialisme vainqueur : « Soucieux d’accroître la production il [le socialisme] leur viendra moralement et matériellement en aide, afin de les entraîner à des formes supérieures de travail qui les élèveront à un niveau supérieur de civilisation. Et s’il porte le fer rouge de l’expropriation salvatrice dans les grands domaines du capitalisme terrien, ce sera dans le but de les rendre à ceux qui les travaillent pour le compte d’autrui, afin de supprimer le salarié agricole, dans l’intérêt, aussi bien de la production, pour le cultivateur, que de la justice, pour son œuvre d’émancipation.75 » Quelques semaines plus tard, Jean Zyromski, que l’on ne peut guère accuser de dérive réformiste, fait de la politique de production l’un des thèmes susceptibles de rallier les petits propriétaires aux vertus de l’exploitation collective : « En premier lieu, il faut s’attacher à désindividualiser l’esprit paysan pour la pratique de la culture collective et la création d’organismes collectifs d’achats et de vente. [...] De plus, le socialisme doit démontrer dans le monde rural la supériorité de la politique de production intensifiée par une technique agricole perfectionnée et la mise en œuvre de méthodes scientifiques de culture sur la politique agrarienne de protection.76 »

  • 77 Le Populaire, 28 novembre 1930, « L’État et l’agriculture », Compère-Morel.

72Cette politique de production porte pendant un temps les espoirs réformateurs issus de l’expérience de la guerre et des perspectives politiques ouvertes par le Cartel des gauches. Mais la victoire législative de 1924 n’a pas entraîné la rupture attendue. Le budget de l’Agriculture est resté dérisoire et la plupart des initiatives socialistes ont été bloquées par la Chambre et par le Sénat. Dès lors, le parti se démarque de l’hymne à la production chanté par tous les gouvernements, notamment celui d’André Tardieu77, car il ne s’accompagne d’aucune réalisation concrète. Surtout, la crise agricole des années trente et la chute brutale des cours le rendent totalement inopportun, dès lors que les paysans ne parviennent plus à vendre leurs produits à un cours rémunérateur.

 

  • 78 Le Populaire, 6 mars 1922, « La propriété foncière en France », Compère-Morel.
  • 79 Parti Socialiste (SFIO), XXIVe Congrès national tenu à Lyon les 17, 18, 19 et 20 avril 1927, Compte (...)

73Tout en continuant à contester l’idée d’une France agricole dominée par les petits propriétaires78, les socialistes délaissent le thème de la concentration, sauf pour mettre en doute son existence. Au congrès de Lyon, Eugène Frot, délégué de la fédération du Loiret tire le bilan de cette situation : « Moi, j’ai vu des études fort solides qui tendent à faire cette démonstration sévère que, sur le terrain de la propriété agricole, par exemple, la concentration ne se fait pas depuis quelque trente ans et que les petites et moyennes propriétés peuvent changer de mains mais quelles ne diminuent pas quant à leur importance globale dans ce pays. [...] Ce que cela veut dire, c’est que, pendant de longues années encore, pendant des années si longues que les générations que nous représentons ici et beaucoup de celles qui nous suivront assisteront à cette permanence de la propriété individuelle.79 » La concentration des terres est donc plus que jamais une question inopportune. Si l’on veut toucher les paysans sur les méfaits du capitalisme, d’autres arguments sont nécessaires.

  • 80 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 16 novembre 1928, p. 2617.

74Les doutes sur la concentration agraire dans l’agriculture rejoignent les incertitudes sur l’efficience de la grande propriété agricole. Après quelques escarmouches lors de la scission, plus personne n’ose affirmer abruptement les mérites de la grande propriété. Faute de débats au sein du parti, cette question devient marginale durant les années vingt. En revanche, les jeunes générations sont plus à l’aise pour briser de vieux tabous. Georges Monnet, nouvel élu à la Chambre, intervient lors la discussion du budget de l’Agriculture pour rappeler que si la SFIO demeure partisane de la nationalisation des grands domaines, il reste à définir la taille optimum des exploitations : « Car il n’est pas vrai qu’une concentration capitaliste doive s’opérer dans la terre comme elle s’est opérée dans les usines. Il n’est pas vrai que les grandes exploitations rapportent fatalement plus que celles de petite ou de moyenne importance. Il n’est pas vrai que l’on puisse rationaliser l’agriculture comme l’industrie. Nous avons d’ailleurs l’exemple des États-Unis d’Amérique qui, ayant si bien trouvé les solutions industrielles, en sont encore à rechercher les solutions agricoles.80 »

  • 81 Le Populaire, 6 août 1927, « La culture d’État », Compère-Morel.

75La mise en doute du dogme de la concentration rejaillit inévitablement sur les modes d’organisation des futures exploitations collectives. Des solutions avaient bien été apportées dès avant-guerre par Compère-Morel mais celui-ci se gardait de trancher : l’exploitation collective pouvait être syndicale, communale, coopérative. Dans le contexte de l’après-guerre, celui d’une France où la petite exploitation reste prépondérante, le passage à l’exploitation collective n’est pas une priorité. Le socialisme au pouvoir aura bien le temps de résoudre ces questions sans risquer de tomber dans les excès de la tyrannie bureaucratique, comme l’affirme un éditorial de 1927 : « Sur la terre « socialisée », les exploitations agricoles pouvant revêtir les formes les plus variées, familiales, coopératives, syndicales, communales ou sociales, libre cours sera laissé à l’initiative privée que nous serons les premiers à solliciter. [...] Et le socialisme victorieux, trempé au feu ardent des réalités économiques, ne commettra pas la folie de vouloir faire plier les faits devant son idéologie. Mais il adaptera son idéologie aux faits.81 » On ne peut donner meilleur exemple de la prudence des analyses sur ce terrain glissant. Une évolution décisive se produit néanmoins par rapport à l’avant-guerre avec la référence, nouvelle, à l’exploitation familiale.

  • 82 Le Populaire, 23 avril 1927, « La propriété et les salariés de la terre », Compère-Morel.

76Cependant, au-delà de ces incertitudes, une constante apparaît : l’expropriation socialiste n’est pas le partage des terres, qui serait, sur le modèle russe, une régression par rapport à l’évolution générale des conditions économiques. Il convient, là encore, d’innover : « Où avons-nous jamais dit et écrit que nous voulions assurer l’accession des dépossédés de la glèbe à la terre sous la forme individuelle. [...] Travaillées, mises en œuvre collectivement par des salariés, et suivant les données modernes de l’agronomie et les méthodes nouvelles de la division du travail, les grandes exploitations agricoles, industrialisées seront encore, en régime socialiste, travaillées, mises en œuvre collectivement. Rien ne sera changé, sinon que les ex-salariés devenus propriétaires collectifs associés de la nouvelle société travailleront avec plus de courage et plus de plaisir.82 » L’absence d’alternative entre la propriété individuelle, panacée de la démocratie bourgeoise et les expériences collectivistes, entachées par l’empirisme soviétique, paralyse les initiatives doctrinales de la SFIO. Compère-Morel, qui n’est pas effrayé par les contradictions, s’en échappe par une pirouette, avec ses « ex-salariés devenus propriétaires collectifs associés »...

Faire entendre sa différence

  • 83 La Voix paysanne, 15 janvier 1921, « Le socialisme dans les campagnes », Amédée Dunois.
  • 84 Le Populaire, 2 octobre 1921.
  • 85 Vigreux (J.), Waldeck-Rochet. Une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000, p. 55-58.
  • 86 Jean (R.), Entre paysans. Commentaire du programme agraire du Parti communiste, Les cahiers communi (...)

77Ces questions de la concentration et de l’exploitation collective amènent inévitablement les socialistes à prendre position par rapport aux communistes. D’un point de vue politique, ils se sont attachés, dès le lendemain de la scission et notamment lors du congrès de Marseille de décembre 1921, à fustiger la duplicité des communistes qui après avoir exalté les positions les plus orthodoxes, se rallient à la défense de la petite propriété. En effet, la rupture préconisée par Amédée Dunois au lendemain de la scission ne s’est pas produite, lorsqu’il réclamait « que le socialisme conserve à la campagne sa véritable figure, qu’il n’hésite pas à se montrer ce qu’il est : le grand parti des prolétaires, le grand parti des sans-propriétés. [...] Nous avons à choisir entre eux, petits propriétaires, et ceux qui n’ont pas de propriété du tout.83 » De fait, le congrès de Marseille réaffirmera la place primordiale des petits exploitants, autour de la notion de « jouissance » de la terre. Compère-Morel y consacre un article au titre sans équivoque « Rien n’a changé », dénonçant l’opportunisme des « ex-révolutionnaires »84. Même si la question de la petite propriété est l’objet de tension avec l’Internationale communiste, la position défendue par Renaud Jean est effectivement sans ambiguïté en ce domaine85. Les communistes s’interrogent eux aussi sur l’efficience économique de la grande exploitation, en particulier lors de la NEP : « Théoriquement, la très grande culture apparaît comme nettement supérieure à la petite. Mais quand on essaie d’aller au fond de la question, on se rend compte qu’il est impossible de se prononcer.86 »

  • 87 Le Populaire, 21 février 1927/18 juillet 1928. Sur ces événements, la présentation de Georges Sokol (...)

78L’accès au pouvoir de Staline et la mise en œuvre de la collectivisation, la lutte contre les koulaks, modifient les données du problème car cette nouvelle politique soulève la question de la crédibilité des expériences soviétiques. Les questions agraires russes au Populaire demeurent sous la responsabilité de Rosenfeld, principal collaborateur de la rubrique internationale. En 1927-1928, il revient à plusieurs reprises sur les difficultés internes du régime, dues au mécontentement paysan, en recourant aux titres chocs : « Au comité central du Parti bolcheviste - Entre le « marteau » et la « faucille » - Les soviets battent en retraite devant les paysans », ou « L’agonie du pouvoir bolcheviste - Menacé par la révolte des paysans, le gouvernement promet le retour à la “légalité”87. » Les articles qui se multiplient sur le sujet montrent l’échec de la révolution soviétique, buttant sur la question paysanne. Le lancement du plan quinquennal est présenté comme un retour aux errements de 1918 et du communisme de guerre. Ces critiques sont relayées par la presse fédérale, alors même que culmine la stratégie classe contre classe. Les prises de position de Rosenfeld, un des porte-parole de la social-démocratie russe en exil, qui ne vit que dans la perspective de l’effondrement du régime, sont cependant loin de faire l’unanimité.

  • 88 Parti Socialiste (SFIO), XXVIIIe Congrès national tenu à Tours les 24, 25, 26 et 27 mai 1931, Compt (...)
  • 89 Panne (J.-L.), Raymond (J.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Quatrième Par (...)
  • 90 Le Populaire, 30 septembre 1931, « Les problèmes agraires en URSS », Jean Zyromski.

79Lors du congrès de Tours, en mai 1931, la gauche du parti critique le ton partial du Populaire à l’encontre de la révolution russe88. En dépit du soutien accordé par Léon Blum à son collaborateur, les textes trop hostiles à la politique agraire soviétique disparaissent, d’autant que se précise l’unité d’action avec les communistes89. Zyromski revient sur le sujet quelques mois plus tard dans la tribune libre du Populaire. Prenant acte des nombreuses difficultés que rencontre la politique de collectivisation des terres, il rappelle qu’il s’agit d’une expérience unique en matière de mise en valeur collective des terres et de rupture avec l’exploitation individuelle90. Cet épisode témoigne de la renaissance des affrontements au sein du parti plus qu’il n’annonce un véritable débat sur l’agriculture. Il marque en revanche la fin d’une période de dénégation systématique à propos de la Russie soviétique. Il est vrai que la crise agraire qui se profile oblige à assouplir les dogmes et à repenser la politique paysanne. Cette réhabilitation des expériences agraires soviétiques va de pair avec la réapparition des débats sur les ponctions opérées par le capitalisme ou sur la taille optimum des exploitations. Les années vingt ont bien été des années de répit.

 

  • 91 Le Populaire, 30 avril 1922, « La dîme capitaliste », Compère-Morel.
  • 92 Le Populaire, 15 octobre 1921, « Chez les paysans... De nouveaux monopoles », René Cabannes.

80Le rappel de la permanence de la lutte des classes dans les campagnes est une constante du discours socialiste. Il se traduit au Parlement par une action en faveur de la défense des travailleurs agricoles, mais aussi des petits producteurs, propriétaires ou exploitants dont les intérêts sont également menacés par le développement du capitalisme. Les profits des grandes sociétés productrices, freins à l’intensification de la production, sont envisagés comme une forme particulièrement efficace de l’exploitation capitaliste pesant sur le petit producteur. Compère-Morel dénonce à cette occasion l’existence d’une « dîme capitaliste »91. D’autres, tel René Cabannes, pronostiquent une crise qui surgira inévitablement des contradictions du capitalisme, bouleversant le monde paysan : « C’est à coups de consortiums internationaux, de trusts et de cartels, que le capitalisme, malgré lui et contre lui, précipite la marche des événements et bouleverse dans le monde paysan les mœurs, l’ordre des idées et des routines. L’engrais, le blé, l’orge, sont ou vont être bientôt propriété de ces vastes entreprises – et ces entreprises recrutent par leurs méfaits pour le socialisme libérateur davantage que nous tous, réunis ou divisés dans nos partis politiques ou syndicaux.92 »

  • 93 Le Populaire, 2 mars 1927, « Les paysans et le socialisme », Jean Delaglèbe.
  • 94 Le Populaire, 21 juillet 1929, « L’agriculture n’échappe pas à la loi du progrès », Compère-Morel.

81Contribuant à entretenir la déception qui marque l’échec du Cartel, Jean Delaglèbe réaffirme en 1927 la réalité de la lutte des classes dans les campagnes, qu’il oppose à la vision « unitaire » défendue par les conservateurs : « Le capitalisme terrien fortement organisé dans de puissantes associations veut donner au pays l’illusion qu’il a réuni sous un même drapeau et les privilégiés et les prolétaires, les possédants et ceux qui ne possèdent rien, les seigneurs et les serfs. Nous avons dit souvent et souvent répété qu’en agriculture, tout comme dans l’industrie, il y a deux classes qui s’opposent, deux classes séparées par un fossé que nul ne peut combler en l’état actuel des choses, deux classes en un mot, dont les intérêts se heurtent à chaque instant et qui luttent sans arrêt, l’une pour conserver des privilèges que rien ne justifie, l’autre pour conquérir son indépendance, briser ses chaînes, devenir libre.93 » Au mois de décembre 1927, Zyromski s’attarde à son tour sur les fractures de classe au sein de la paysannerie, en regrettant que ses membres tardent à en prendre conscience. À partir de 1929, l’instabilité des marchés agricoles s’intensifie et Compère-Morel évoque le retour du temps des vaches maigres, conséquence inéluctable de la pénétration du capitalisme dans l’agriculture94.

  • 95 Le Populaire, 1er mars 1924, « Rien à faire sans les paysans », Compère-Morel.
  • 96 Le Populaire, 18 décembre 1931, « Du socialisme, toujours du socialisme, rien que du socialisme », (...)

82Alors que le député du Gard n’avait cessé, durant les années vingt, de dénoncer les risques d’un verbalisme outrancier et révolutionnaire95 dans la propagande auprès des paysans, il adopte, au début des années trente, un ton nettement plus offensif : « La grande erreur de certains est de croire que nous ne pouvons amener les paysans à nous qu’à la condition d’être prudents dans l’exposé et circonspects dans la démonstration, et cela en les entretenant exclusivement des principes républicains ou laïcs, de réformes politiques immédiates et de revendications corporatives urgentes.96 » Les premières manifestations de la crise agricole et l’échec politique du Cartel des gauches contribuent à durcir le discours paysan de la SFIO.

 

  • 97 Le Populaire, 28 janvier 1927.

83Il convient enfin de s’interroger sur la permanence au sein du parti de réticences vis-à-vis de la paysannerie, prolongeant l’héritage ouvriériste. Le mouvement de reflux est très net après la scission et l’hostilité entre villes et campagnes semble s’être volatilisée. Pourtant, avec la vie chère resurgissent quelques attaques contre un monde rural obnubilé par ses intérêts matériels. Ce point revient sur le devant de la scène au moment des déboires financiers du Cartel, l’instabilité monétaire contribuant à la fluctuation des prix des denrées alimentaires. Chaque année, la presse militante mène campagne, s’inquiétant du prix du pain ou de la viande, dénonçant sans relâche les spéculateurs et des intermédiaires capitalistes sans scrupule. On ne rencontre presque jamais d’attaques directes contre la responsabilité de la paysannerie, mais ces campagnes contre la vie chère entretiennent l’ambiguïté. Symptomatique de cet état d’esprit, un dessin paru le 28 janvier 1927, en première page du Populaire, sous le titre « Pour éviter la baisse », représente un gros paysan avec un sac d’or, qui déclare : « J’aime les gars des villes – Mais j’amerais cor’mieux les voir mourir que d’expédier mes bœufs.97 » Les stéréotypes ont la vie dure et véhiculent l’image traditionnelle du paysan madré et dissimulant son or.

  • 98 A.N., F 7 13081, réunion du 11 octobre 1929.
  • 99 Ibid., réunion du 23 décembre 1931.

84Les reproches directement adressés au monde paysan sont en revanche assez rares et se limitent aux fédérations urbaines, en particulier celle de la Seine, où ils prennent la forme d’allusions ou des sous-entendus. Au sein de la 20e section de la fédération, 200 personnes écoutent Frossard parler, en 1929, des élections sénatoriales : « Nous n’avons cependant pas beaucoup à attendre des élections sénatoriales prochaines qui ne porteront sur aucun département important ; de plus, la grande majorité des délégués sénatoriaux sont des ruraux. Si nous obtenons dix sièges, nous pourrons nous montrer satisfaits.98 » Peu importe la justesse de l’analyse, puisque domine l’assimilation, presque « naturelle », entre le monde rural et la réaction, ou tout au moins des adversaires de la SFIO. L’intervention d’André Le Trocquer durant un meeting organisé le 23 décembre 1931, relatant les récents événements sanglants de Genève, joue sur un autre registre : « On a mobilisé de jeunes paysans pour qu’ils puissent tirer sur la foule, car les ouvriers de la ville ne l’auraient pas fait. » Un témoin du drame surenchérit : « Allemann, frère d’une des victimes de Genève, vient rappeler la mort de son frère, qui fut criblé de balles. « De nombreux soldats, dit-il, ont tiré en l’air, mais hélas, les paysans ont tiré sur la foule. Le colonel qui les commandait s’est fait traiter d’assassin par ses troupes le lendemain. » (Applaudissements.)99 » Dans l’imaginaire socialiste, un tel discours renvoie très clairement au souvenir de la Commune et des Versaillais ainsi qu’à la menace que font peser les paysans sur les insurrections ouvrières.

  • 100 La Bataille socialiste, mai 1930, « Le Parti Socialiste et le Prolétariat », J. Zyromski.

85À la fin des années vingt, un autre processus réanime les traditions ouvriéristes du socialisme français. La gauche du parti, autour de Zyromski, ne cesse de dénoncer la dérive participationniste. Elle lui oppose une ligne prolétarienne qui porte un regard réservé sur les progrès socialistes en milieu rural. En 1930, Zyromski donne sa version de cette mutation du socialisme : « Nous nous réjouissons pleinement de la pénétration croissante du socialisme dans les milieux paysans et dans les catégories sociales intermédiaires ; [...] Mais certains camarades justement préoccupés du caractère essentiellement prolétarien du socialisme semblent parfois redouter un affaiblissement du potentiel « socialiste » du Parti. Ils craignent que ces afflux d’éléments nouveaux n’arrivent à défigurer, à altérer la véritable physionomie du Parti socialiste. [...] Les éléments nouveaux qui rentrent dans le Parti, qui suivent le Parti, doivent renoncer à leur idéologie traditionnelle, dont ils perçoivent d’ailleurs la stérilité, la fausseté, le caractère illusoire. Ils doivent renforcer le Parti, accroître sa force de masse, son volume de rayonnement, mais lui laisser son esprit « socialiste », animé et soutenu par la classe « prolétarienne », éclaireuse, entraîneuse, directrice du mouvement de libération humaine.100 » À mots couverts, il assimile la paysannerie à la dérive réformiste, conduisant à son terme la réflexion ouverte par Léon Blum à Toulouse.

  • 101 La Bataille socialiste, 17 novembre 1930, « Le Parti Socialiste et la petite propriété rurale », J. (...)

86Un article de J.-B. Séverac sur le congrès de Bordeaux prend le contre-pied de la plupart des commentateurs socialistes, en relativisant l’enthousiasme en faveur de la défense des intérêts de petits propriétaires : « C’est en ce sens que l’action des petits propriétaires comme classe sociale ne sera jamais pleinement dans l’axe de l’action socialiste, expression adéquate des intérêts immédiats et surtout lointains du prolétariat. C’est aussi pourquoi, tandis que le prolétariat mise surtout sur la transformation révolutionnaire du régime social et aime plus, dans le socialisme, son objectif final que son programme de réformes, les petits propriétaires, quand ils viennent, comme tels, au socialisme, s’attachent plus à son effort de réalisations immédiates qu’à son but dernier, qui est pourtant sa vraie raison d’être.101 » Ce propos tout à fait original tranche avec celui du parti et montre la volonté de préserver l’identité ouvrière du socialisme, dans un contexte de réactivation des affrontements de tendances et de rejet de la tactique parlementaire.

  • 102 Le Populaire, 9 septembre 1929, « La réplique du paysan », Paul Faure.

87Cette résurgence de l’ouvriérisme demeure relative et se manifeste surtout à la fin des années vingt, face à la dégradation de la conjoncture économique et aux conflits qui divisent de plus en plus le parti sur la stratégie politique à adopter. En outre, ce courant perd sa principale raison d’être avec la crise agricole. La dénonciation de la vie chère pesant sur les consommateurs est désormais associée aux doléances du paysan qui vend ses produits à des tarifs de plus en plus dérisoires. Les seuls bénéficiaires sont les spéculateurs et les grands propriétaires qui peuvent stocker et écouler leur production au meilleur moment. En septembre 1929 Paul Faure consacre son billet hebdomadaire au légitime mécontentement des agriculteurs face à un gouvernement qui emprisonne les communistes et les ouvriers plutôt que de s’en prendre aux spéculateurs. Il raconte qu’un cultivateur lui a avoué préférer nourrir son bétail avec son blé et réduire ses emblavements plutôt que de céder le fruit de son travail à vil prix. « Ce n’est certes pas une solution sociale d’intérêt général. Mais que répondre au paysan qui vous tient ces propos, en présence de la carence et de l’incompréhension de la bourgeoisie politicienne et de la monstrueuse spéculation dont sont victimes les travailleurs de la terre.102 » L’évolution par rapport à l’article écrit sur un thème exactement semblable, dans le même journal, à la fin de l’année 1920, est remarquable. L’égoïsme des paysans, classe favorisée et affameuse du peuple, n’est plus à l’ordre du jour car la paysannerie souffre d’une détresse comparable à celle de l’ouvrier. La solidarité sans cesse réaffirmée entre travailleurs des villes et travailleurs des champs tend, à la faveur de la crise, à devenir plus effective.

88Cette évolution provoquée par la crise est cependant tardive et prépare les mutations des années trente. Les années vingt demeurent, pour la doctrine agraire SFIO, une période où les influences agrariennes se font de plus en plus sentir.

Les tentations agrariennes du socialisme

  • 103 Mayaud (J.-L.), La petite exploitation triomphante, Paris, Belin, 1999, 278 p.
  • 104 Girardet (R.), Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986, p. 113.

89L’évolution la plus notable de cette doctrine durant les années vingt concerne la place désormais centrale occupée par la petite propriété paysanne. Une telle mutation oblige à se pencher sur l’attraction qu’exerce le modèle agrarien. L’idéal du soldat laboureur a donné à la petite propriété, ou, plus précisément à l’exploitation paysanne, une légitimité nouvelle, alors même que l’évolution économique affirme son efficience. Cette idéologie agrarienne s’épanouit après-guerre, forte de la prospérité apparente de l’agriculture française, seul rempart contre les désordres inhérents au monde industriel. Quelques idées s’imposent plus particulièrement dans les discours et les écrits innombrables, celles de l’amour du travailleur pour sa terre, de la liberté du petit producteur et surtout de l’agriculture pôle d’équilibre de l’économie française. Les éloges l’emportent désormais largement sur les critiques. Alors que le morcellement de la petite propriété était dénoncé, au XIXe siècle, comme un obstacle au progrès et au développement agricole, cette « petite exploitation triomphante »103 devient, après 1914, le modèle à suivre, offrant un support nouveau au mythe de l’âge d’or, celui du « rêve rural » dont parle Raoul Girardet104. Ce rêve rural est incarné par le mythe d’une France majoritairement agricole, où chaque famille possède et exploite sa propre terre.

  • 105 Le Populaire, 8 septembre 1923, « Ce que le socialisme apportera aux paysans », Compère-Morel.

90Le discours de la SFIO n’échappe pas à cette attraction, en particulier autour de la promotion de l’exploitant rural, propriétaire de son instrument de travail. Certes, les socialistes tiennent à se démarquer de leurs adversaires, accusés d’accorder trop d’importance à cette petite propriété et surtout aux conditions d’accès au sol des salariés ou des exploitants non-propriétaires, fermiers et métayers. Pourtant, à force de présenter le socialisme comme le seul recours pour le petit propriétaire, face aux dysfonctionnements du système capitaliste, les dirigeants du parti en viennent inexorablement à considérer ce mode d’exploitation comme une fin en soi. Avec les mesures « réformistes » du programme agraire, le ralliement à la politique de production, puis, pendant la crise, la création d’organismes régulateurs des marchés (les offices), cette politique agraire tend de plus en plus à se définir autour de la petite propriété, et uniquement par rapport à elle, en dépit de quelques sursauts collectivistes105.

  • 106 Le Populaire, 14 avril 1923, « La propriété et le socialisme », Compère-Morel.
  • 107 Le Populaire, 2 juin 1923, « La sociale démocratie et le problème agraire », compère Morel.

91L’ambiguïté socialiste vis-à-vis de la propriété apparaît dans un autre domaine ; une fois posé le principe du respect de la petite propriété, se dresse l’insoluble problème de sa définition. L’argument de fond est que le petit propriétaire, travaillant sur sa terre, n’exploitant personne, ne doit pas être privé de son instrument de travail. L’emploi de salariés a longtemps constitué la limite infranchissable, avant de s’estomper progressivement durant les années vingt : « Qu’ils ne croient pas que le socialisme triomphant ira chicaner et ergoter sur le caractère socialisable de tel ou tel producteur parce que celui-ci aura occupé un ou deux salariés tout en travaillant autant, sinon plus qu’eux ! Allons donc ! [...] Et puis, franchement, le socialisme victorieux n’aura-t-il pas d’autres problèmes plus importants, plus pressants à trancher que celui de la socialisation de la moyenne propriété rurale, dont la coexistence avec la propriété collective ne nous paraît en rien impossible au lendemain même de la prise du pouvoir politique ?106 » La disparition du salariat, au cœur de la doctrine, n’est plus revendiquée clairement dans le domaine agricole. Quelques semaines plus tard, Compère-Morel, défendant un projet de loi social-démocrate respectant le grand propriétaire exploitant lui-même ses terres, revendique l’empirisme du socialisme agraire et fait porter la distinction, non plus sur la propriété mais sur l’exploitation107.

 

92La reconnaissance de la spécificité du travail paysan et de l’identité agraire française est un autre facteur d’imprégnation agrarienne. Poussés par la recherche d’une légitimité « paysanne », les socialistes, sans cesse dénoncés par les adversaires comme représentants du monde urbain, cherchent à prouver qu’ils sont tout autant qualifiés pour défendre et représenter les travailleurs de la terre. Pour bien les défendre, il faut bien les connaître. Dès lors, ils sacrifient au rite de la profession de foi rurale et ruraliste, en particulier à la Chambre, face aux affirmations récurrentes de leurs adversaires :

93« M. Théveny. – Vous semblez ne pas connaître la question, monsieur Chaussy

94M. Chaussy. – Je suis fils de cultivateur et je connais la question aussi bien que vous, qui êtes médecin.

  • 108 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 6 février 1925, p. 632.

95M. Théveny. – J’ai été toute ma vie cultivateur.108 »

  • 109 Pruvot (M.), Arthur Chaussy (1880-1945), Combs-la-Ville, Collection La Fresnay, 1983, 204 p.
  • 110 Le Populaire, 20 octobre 1923, « Un témoignage de valeur et d’autorité », compère Morel.

96Cet affrontement illustre le renouvellement des « représentants » de l’agriculture. Les deux hommes ne sont pas des cultivateurs. Chaussy, issu d’une famille de petits paysans du Gâtinais, doit quitter l’école pour aider ses parents, avant de devenir ouvrier carrier. Après la guerre, élu député de Seine-et-Marne, il consacre l’essentiel de son activité parlementaire à la défense des salariés agricoles, dont il a partagé un temps la condition109. Constant Théveny, député de l’Aube de 1910 à 1927, médecin et cultivateur, représente ces notables qui se sont consacrés à la défense de l’agriculture, à mi-chemin entre les « agriculteurs aux mains blanches » et les véritables exploitants. C’est fort de cette légitimité qu’il dénonce l’hypocrisie de la SFIO. Quand Compère-Morel polémique avec Le Temps, tout en se plaçant derrière l’autorité de ses maîtres en socialisme, Marx, Engels et Guesde, il rappelle ses liens étroits avec la paysannerie : « Et Dieu sait pourtant si je suis assez dans la peau de ces petits propriétaires exploitants dont j’étais hier, au milieu desquels je suis né et parmi lesquels j’ai vécu de corps et dame pendant de longues années pour savoir ce que les lambeaux de terre qu’ils possèdent représentent de privations, de peine et de misère !110 »

  • 111 Le Populaire, 1er mars 1924, « Rien à faire sans les paysans », Compère-Morel.
  • 112 Le Populaire, 2 avril 1927, « Paysans et socialisme », Compère-Morel.

97Mais les particularités du travail des champs ont aussi une dimension idéologique et morale. Séparer travail industriel et travail agricole, c’est opposer le bien et le mal, la nature et la civilisation, le travail libre et le travail servile. Pour défendre la propagande en direction des ruraux, Compère-Morel distingue souvent travailleurs des villes et des champs, militants communistes et militants socialistes. Les premiers, « dont la vie s’écoule, agitée et fébrile, dans l’atmosphère empoisonnée et surchauffée des usines et des meetings111 » s’opposent à des masses rurales parfaitement capables de saisir le socialisme, y compris dans sa dimension révolutionnaire : « Le paysan n’a pas la tête brûlée. Ce n’est pas un impulsif. Ses nerfs ne courent pas à fleur de peau. Il a de la santé. Il est robuste. Bâti en chair et en muscles, il a du sang froid et de la mesure. Sa solitude le pousse à la réflexion et l’usage de la réflexion lui donne un jugement sain et plein de bon sens.112 »

  • 113 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 6 février 1925, p. 643.

98L’opposition des vertus et des vices des villes et des campagnes est un des poncifs du discours parlementaire de la France de l’entre-deux-guerres. À ce jeu, certains socialistes n’ont rien à envier à leurs adversaires conservateurs ou modérés. Chastanet, député de l’Isère, intervient ainsi lors de la discussion d’une série d’interpellations sur la carence du gouvernement face à la montée du prix du pain et la nécessité de lutter contre la crise : « Et n’ai-je pas raison de dire que la civilisation moderne sent mauvais ? Que voulez-vous, on entasse du fer, encore du fer, toujours du fer. Mais est-ce là une vraie civilisation ? Je veux en douter. Je songe à Ninive, à Babylone, à ces villes qui connurent leur fortune grâce au commerce et à l’industrie, au commerce surtout. Puis leur fortune s’éclipsa. L’Occident, notre Occident, après avoir brillé d’un vif éclat, serait-il, lui aussi, en décadence ? Eh bien ! je ne vois qu’un remède. C’est la terre, oui la terre trois fois sacrée, qui nous régénérera. La terre, en effet, ne meurt pas. Et elle a, pour tous les hommes, des trésors de bonheurs ! (Applaudissements à l’extrême gauche, à gauche et sur divers bancs au centre et à droite.)113 »

99Au-delà des vertus économiques et morales de l’exploitation paysanne, l’attraction agrarienne des socialistes est inséparable d’une réflexion sur la spécificité agricole française, exacerbée par la guerre. Après 1918, malgré la montée en puissance du courant pacifiste, l’idée d’exception française perdure. La révolution russe et son approche des problèmes paysans favorisent à nouveau l’exaltation d’une voie nationale. L’une des raisons du refus de l’adhésion avancée par Compère-Morel est l’inadaptation des directives de l’Internationale à la situation agraire française. Les méthodes préconisées par les bolcheviques, notamment la primauté de l’action révolutionnaire, sont vouées à l’échec dans un pays où existent depuis longtemps, à la fois la démocratie politique et une petite paysannerie sinon prospère du moins encore très fortement attachée à sa terre.

  • 114 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 2 décembre 1921, p. 4488.
  • 115 Ibid., p. 4489.

100Le discours sur l’exception française en matière agricole est très sensible à la Chambre des députés. Le vote du budget de l’Agriculture offre l’opportunité aux députés SFIO de rappeler leur confiance en l’agriculture nationale, par la voix de Compère-Morel : « Il est un point sur lequel nous sommes tous d’accord ici, à droite comme à gauche, c’est le suivant : l’agriculture, en France, est l’industrie essentielle et d’elle dépendent l’avenir et la vie de notre pays. Trop souvent, nous avons entendu des économistes nier les doctrines des physiocrates. Sans être absolument de l’avis de ces derniers, nous pouvons affirmer qu’un pays sans agriculteurs ne peut devenir un grand état susceptible de dénouer les grandes crises politiques, économiques et sociales.114 » La guerre a prouvé que pour résister efficacement, un pays devait conserver une population agricole importante, d’où la nécessité d’accorder à l’agriculture un budget digne de ce nom : « Si les campagnes délaissées et oubliées se vidaient, le pays tout entier en souffrirait, car la main-d’œuvre des agglomérations urbaines y perdrait en valeur morale et physique. La ville est une insatiable goule, messieurs, elle tue et mange vite ! Les centres tentaculaires ont bien vite fait d’épuiser ceux que leur clinquant et leurs meilleures conditions d’existence ont attirés à eux. Les générations robustes y périclitent et s’y corrompent physiquement et moralement en peu de temps, et il faut que les campagnes puissent toujours nous fournir les forces vives qui nous sont nécessaires. (Applaudissements.)115 » Ces déclarations alimentent l’inquiétude suscitée par l’exode rural, conséquence inévitable de la politique agraire bourgeoise selon les socialistes, mais les engagent un peu plus au cœur du consensus idéologique.

 

  • 116 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 22 décembre 1921, p. 5268.
  • 117 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 1er juillet 1920, p. 2611.

101Tout au long des années vingt, la droite et les modérés accusent la loi de huit heures d’être la grande responsable de l’exode rural. Pour l’enrayer, la SFIO préconise des solutions concrètes améliorant la situation des travailleurs de la terre. Les modérés y opposent les particularités du travail agricole et rejettent toute réglementation, au nom de l’amour de la liberté du paysan. Au cours de la discussion parlementaire instaurant les Chambres d’agriculture, Pierre Voyer, député de l’Union républicaine affirme : « Le paysan n’est plus un serf, il est maître de ses destinées. [...] Il n’acceptera jamais, vous entendez M. Compère-Morel, qu’un inspecteur quelconque vienne dans son domaine vérifier son travail.116 » De façon constante lors des débats agricoles de l’entre-deux-guerres, toutes les initiatives socialistes ou radicales sont accusées de vouloir rompre l’harmonie universelle des campagnes et la symbiose mythique entre le paysan et la terre. Le républicain socialiste Marc Doussaud s’en fait le porte-parole : « Dans son grand atelier lumineux qui a pour voûte le ciel et, pour mur, l’horizon, tout travaille, tout bourdonne de sève et d’activité. Le paysan est habitué à travailler. Il aime son travail car il vit de la grande ruche de la terre, des bois et des prairies. (Applaudissements.)117 » Les déclarations de récoltes, les assurances sociales, ou l’introduction des congés payés, sont autant d’atteintes portées au travail « sacré » de la terre.

  • 118 Le Populaire, 4 juillet 1928, « Exode rural et socialisme », Jean Parvy.

102Les « théoriciens » du parti y opposent une réponse simple : seule une véritable politique socialiste assurera le maintien des paysans sur leurs terres, en leur donnant les moyens de vivre du fruit de leur travail, dans des conditions semblables à celles des travailleurs des villes. Tant que ces réformes fondamentales n’auront pas été réalisées, les beaux discours de comices agricoles et les hymnes au travail de la terre ne serviront à rien. La relative amélioration qui s’est produite depuis la guerre n’est pas suffisante : « Une foule d’autres raisons viennent jouer et il est parfaitement inutile de poétiser la beauté, la grandeur du travail de la terre. Ceux qui partent à la ville n’en reviendront pas. Ils connaissent la laideur et l’insalubrité des masures sordides qu’ils ont parfois quittées et ne sont nullement surpris si le village se meurt.118 »

  • 119 Le Populaire, 28 mai 1928, « “Le retour à la terre” », Jean Delaglèbe.

103Aux envolées lyriques en faveur du monde des champs, aux appels inlassables en faveur du retour à la terre, Jean Delaglèbe oppose l’émancipation des travailleurs : « L’exode rural se poursuit chez nous sans arrêt, chaque année. Les statistiques [...] indiquent nettement que l’équilibre numérique entre les forces ouvrières de l’agriculture et celles du commerce et de l’industrie est complètement rompu depuis longtemps. Qui ne voit le terrible danger qui, en de telles conditions, menace le pays et peut le plonger, peut-être fort brusquement, dans une situation inextricable. » La bourgeoisie s’en rend compte et essaie, vainement de réagir. « Elle n’y arrive d’ailleurs point, car les méthodes qu’elle emploie sont inefficaces. On ne peut point conserver ses privilèges et vouloir l’émancipation du prolétariat rural. [...] Le « retour à la terre » tel que le préconise le capitalisme terrien ne peut avoir lieu.119 » L’exode rural est ainsi dénoncé comme un « terrible danger », que seul le socialisme parviendra à enrayer.

  • 120 Le Populaire, 5 février 1927, « Le retour des chômeurs à la terre », P.R.

104Cette attitude ambiguë vis-à-vis du retour à la terre se manifeste au travers un autre article du Populaire, à propos de la volonté du ministère de l’Agriculture de lutter contre le chômage en renvoyant à la terre les chômeurs des villes. Le chroniqueur isole les obstacles pratiques d’une telle initiative, mais sans véritablement la condamner : « Au reste, beaucoup de ces citadins transplantés n’aimeraient pas le bonheur gris de la campagne ; les villes les ont éblouis de lumière artificielle, c’est entendu, mais étincelante. Il faut tenir compte de cette mentalité, même quand on la désapprouve. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas profiter de l’occasion pour créer chez quelques victimes de la ville la tentation de la vie libre aux champs.120 » Les termes utilisés sont révélateurs : les « lumières artificielles » de la ville s’opposent à la « vie libre » des champs, qui ne pourrait que profiter à des citadins « transplantés et éblouis ». L’évocation de l’exode rural et de ses remèdes traduit, chez les socialistes, la prégnance du discours agrarien sur les vertus de la terre.

  • 121 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 13 février 1931, p. 676.
  • 122 Le Populaire, 16 mars 1924, « Socialisme et paysannerie », Jean Zyromski.

105Rien d’étonnant dès lors que Chastanet, à la Chambre, se livre à un vibrant appel en faveur du retour à la terre : « On parle de l’exode rural et des villes tentaculaires. Nous qui représentons plus particulièrement des régions montagneuses peuplées de paysans [...] nous sommes effrayés de cet exode rural qui revêt les formes d’une véritable calamité publique. [...] Je voudrais qu’au cours des crises comme celle que nous subissons et qui menace de s’aggraver on fît une campagne sérieuse, un campagne d’intérêt public en faveur du retour à la terre. [...] Revenons donc à la vie saine et naturelle. Efforçons-nous de rétablir l’équilibre entre les campagnes [sic]. Conservons à ce pays sa figure de nation agricole.121 » Cette argumentation n’est pas l’apanage de quelques députés politiquement en marge du parti. Jean Zyromski, lorsqu’il exalte la nécessité d’arracher la paysannerie des bras du capitalisme, précise qu’une telle politique aura un effet bénéfique : « Ainsi le socialisme apparaîtra comme capable d’arrêter l’exode rural et sa force de rayonnement augmentera.122 » Ces différentes prises de position dessinent un socialisme qui se fond progressivement dans le paradigme idéologique dominant, selon un processus déjà largement entamé avant la grande guerre et qui ne cesse de s’affirmer.

 

  • 123 A.N., F 7 13081, rapport du commissaire spécial de Nice au préfet des Alpes-Maritimes, 12 septembre (...)
  • 124 Ibid., rapport du commissaire spécial de Caen au directeur de la Sûreté générale, 21 mai 1930.

106Il importe, en achevant cette présentation de la doctrine agraire de la SFIO, de rappeler qu’il y a loin du discours à la pratique, surtout quand cette doctrine, énoncée par quelques individus, est quelque peu incertaine. Que reste-t-il des subtilités discursives de Compère-Morel, de ses « ex-salariés devenus propriétaires collectifs associés », lorsque les militants, au cours des réunions publiques, doivent convaincre les auditoires ? En réaffirmant partout à travers le pays le respect de la petite propriété, certains orateurs, moins à l’aise que Compère-Morel, finissent par en faire le point d’aboutissement du socialisme, tels ces propos d’un militant rapportés par le commissaire spécial de Nice, en 1928 : « Il met en garde les sympathisants contre les calomnies répandues sur le socialisme par ses adversaires qui lui reprochent de vouloir supprimer la propriété. Il n’est pas question de cela, dit-il. Ce que nous voulons, c’est la nationalisation des biens du domaine public, l’abolition du capitalisme, le morcellement des propriétés et leur juste répartition entre tous.123 » D’autres orateurs tiennent un discours totalement opposé, comme lors d’une réunion privée du parti à Caen : « Zoretti parle du programme socialiste et de la question agraire. Il envisage la réduction de la grosse propriété, puis petit à petit des propriétés moindres pour en faire des propriétés d’État.124 »

107On pourrait multiplier les exemples de ces variations autour du thème imposé de la petite propriété. Il importe peu de savoir si, comme l’affirmaient leurs adversaires, les socialistes pratiquaient le double langage. En revanche, il est essentiel de ne jamais perdre de vue le décalage entre le discours et la pratique politique. L’étude des modalités concrètes de la propagande et de l’implantation de la SFIO dans les campagnes apporte sur ce point de nouveaux éclairages.

Notes

1 Kriegel (A.), Le congrès de Tours (décembre 1920), Paris, Gallimard, collection Archives, 1964, p. IX-X.

2 Kriegel (A.), Aux origines du communisme français (1914 1920), Paris, Mouton 1964, tome II, p. 834.

3 Parti Socialiste (SFIO), XVIIe Congrès national tenu à Strasbourg les 25, 26, 27, 28 et 29 février 1920, op. cit., p. 357.

4 Parti Socialiste (SFIO), XVIIIe Congrès national tenu à Tours, Paris, Éditions sociales, 1980, p. 246.

5 Ibid., p. 297.

6 Ibid., p. 249.

7 Ibid., p. 340.

8 Ibid., p. 520.

9 Ibid., p. 354.

10 Ibid., p. 243.

11 Ibid., p. 241.

12 Ibid., p. 251.

13 Ibid., p. 389.

14 Ibid., p. 257.

15 Ibid., p. 287.

16 Ibid., p. 245.

17 Une expression que reprend Bernard Pudal dans son ouvrage sur les militants du PC, Pudal (B.). Prendre Parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, PFNSP, p. 37.

18 Gélis, cité dans Parti Socialiste (SFIO), XVIIIe Congrès national tenu à Tours, op. cit., p. 245.

19 Pennetier (C.), Le socialisme dans les départements ruraux français : l’exemple du Cher (1850-1921), Paris I, thèse de Doctorat, 1979, p. 537.

20 Pigenet (A.-M. et C.), Influence et implantation de la fédération communiste dans le Cher, [1921-1936], Paris I, maîtrise, 1970, p. 109.

21 Girault (J·). Les Varois et le socialisme (1920-1935), Paris I. Thèse, 1989, p. 858.

22 Mesliand (C.), Paysans du Vaucluse (1860-1939), Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1989, p. 721.

23 Notamment celle de Cade (M.), Le parti des campagnes rouges, histoire du Parti communiste dans les Pyrénées-Orientales (1920-1949), Marcevol, Éditions du Chiendent, 346 p.

24 Sagnes (J.), Le mouvement ouvrier du Languedoc, Syndicalistes et socialistes de l’Hérault de la fondation des bourses du travail à la naissance du Parti communiste, Toulouse. Privat, 1980, p. 285.

25 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 21 janvier 1921.

26 Kriegel (A.), Aux origines du communisme français (1914-1920), op. cit., p. 836.

27 Dauger (G.), Aux origines du Front populaire dans la Creuse, contribution à une éthnohistoire des comportements politiques, Guéret, Société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse, 1986, p. 142.

28 La France libre, 26 novembre 1918, « La renaissance terrienne », Compère-Morel.

29 La France libre, 11 décembre 1918, « Un exemple », Compère-Morel.

30 Le Progrès agricole de la Somme, 1er décembre 1918.

31 La France libre, 3 mai 1919, « La force contre la pensée », Compère-Morel.

32 La France libre, 23 mai 1919, « Pas de transaction possible entre ces individus et nous... », Compère-Morel.

33 La France libre, 28 mai 1919, Compère-Morel.

34 L’Humanité, 31 mai 1919, « Aux travailleurs de la Terre ».

35 L’Humanité, 7 juillet 1919, « Quelques réflexions sur la question agraire », R Destray.

36 Compère-Morel (A.), Le programme socialiste des réformes agraires, Paris, M. Rivière, 1919, 70 p.

37 L’Humanité, 30 septembre 1919, « Le relèvement de la France par la rénovation agricole », Compère-Morel.

38 Compère-Morel (A.), Le Socialisme agraire, op. cit., p. 169.

39 Judt (T.), La reconstruction du Parti socialiste (1921-1926), Paris, PFNSP, 1976, p. 74.

40 Chambre des Députés, Programmes, professions de foi et engagements électoraux de 1919, op. cit., p. 27.

41 Ibid., p. 38.

42 Parti Socialiste (SFIO), XXe Congrès national. 3, 4, 5, et 6 février 1923, Lille. Rapports de la CAP et du Groupe Socialiste au Parlement, Paris, Librairie populaire, 1923, p. 70.

43 IFHS, Carnets Roland, 14 AS 280, 2 janvier 1920.

44 Parti Socialiste (SFIO), XXe Congrès National. 3, 4, 5, et 6 février 1923, Lille. Rapports, op. cit., p. 29.

45 Le Populaire, 17 octobre 1921, « Contre les salariés de la terre », Compère-Morel.

46 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 25 novembre 1921, p. 4388.

47 Ibid., p. 4388.

48 Lefranc (G.), Le mouvement socialiste sous la IIIe République, T.2, (1920-1940), Paris, Payot, 1977, p. 262.

49 A.N., F 7 12952, « Notes Jean », 1923-1924.

50 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 5 novembre 1924, p. 3306

51 Ibid., p. 3306.

52 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 19 février 1925, p. 1023.

53 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 12 juin 1925, p. 2659.

54 Le Petit Limousin, 18 mars 1925, « La causerie », par Jean Limou.

55 Parti Socialiste (SFIO), XXIVe Congrès national tenu à Lyon les 17, 18, 19 et 20 avril 1927, Compte rendu sténographique, Paris, Au siège du Parti socialiste, 1927, pp. 55-56.

56 Sagnes (J.), « Viticulture et politique : l’action d’Édouard Barthe dans l’Hérault », in Mélanges offerts à Robert Laurent, Montpellier, université Paul Valéry, 1980, pp. 217-249.

57 Le Populaire, 26 août 1927, « L’idée socialiste et Pâme du clocher” », Jean Blavet.

58 Chambre des Députés, Programmes, professions de foi et engagements électoraux de 1928, Paris, Imprimerie de la Chambre des députés, 1930, p. 68.

59 Ibid., p. 1184.

60 Ibid., p. 359.

61 Ibid., p. 450.

62 Le Populaire, 2 mai 1928, « La belle victoire de Compère-Morel », Cabannes.

63 Chambre des Députés, Programmes, professions de foi et engagements électoraux de 1928, op. cit., p. 890.

64 Ibid., p. 455.

65 Ibid., p. 27.

66 Barral (P.), Le département de l’Isère sous la Troisième République (1870-1940), Histoire sociale et politique, Paris, A. Colin. 1962, p. 438.

67 Parti Socialiste (SFIO), XXe Congrès national tenu à Toulouse les 26, 27, 28 et 29 mai 1928 - Compte rendu sténographique, Paris, Au siège du Parti socialiste, 1928, p. 117.

68 Ibid., p. 118.

69 Un désintérêt qui est exploité par ses adversaires sur le thème de l’antisémitisme, Birnbaum (P.), Un mythe politique : la « République juive », Paris, Gallimard, 1995, pp. 182-189.

70 Le Populaire, 4 avril 1929, « Dans le Narbonnais - La campagne électorale de Léon Blum ».

71 Lefranc (G.), Le mouvement socialiste sous la IIIe République, T.2, op. cit., note p. 281 ; Greilsammer (I.), Léon Blum, Paris, Flammarion, 1996, 611 p.

72 Le Populaire, 21 mars 1932, « Aux paysans de France - La propriété individuelle et le socialisme ». Le style laisse supposer que Fauteur de cette « maxime » est Compère Morel.

73 Compère-Morel (A.), La petite propriété paysanne et le socialisme, Paris, Librairie populaire du Parti socialiste, 1926, 64 p.

74 Le Populaire, 14 juillet 1921, « Le Blé et le pain », Compère-Morel.

75 Le Populaire, 16 février 1924, « Le Bloc national tente de s’abriter derrière les paysans », Compère-Morel.

76 Le Populaire, 16 mars 1924, « Socialisme et paysannerie », Jean Zyromski.

77 Le Populaire, 28 novembre 1930, « L’État et l’agriculture », Compère-Morel.

78 Le Populaire, 6 mars 1922, « La propriété foncière en France », Compère-Morel.

79 Parti Socialiste (SFIO), XXIVe Congrès national tenu à Lyon les 17, 18, 19 et 20 avril 1927, Compte rendu sténographique, Paris, Au siège du Parti socialiste, 1927, p. 241.

80 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 16 novembre 1928, p. 2617.

81 Le Populaire, 6 août 1927, « La culture d’État », Compère-Morel.

82 Le Populaire, 23 avril 1927, « La propriété et les salariés de la terre », Compère-Morel.

83 La Voix paysanne, 15 janvier 1921, « Le socialisme dans les campagnes », Amédée Dunois.

84 Le Populaire, 2 octobre 1921.

85 Vigreux (J.), Waldeck-Rochet. Une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000, p. 55-58.

86 Jean (R.), Entre paysans. Commentaire du programme agraire du Parti communiste, Les cahiers communistes no 6, Paris, Librairie de l’Humanité, 1924, p. 9.

87 Le Populaire, 21 février 1927/18 juillet 1928. Sur ces événements, la présentation de Georges Sokoloff, 1933, l’année noire. Témoignages sur la famine en Ukraine, Paris, Albin Michel, 2000, 487 p.

88 Parti Socialiste (SFIO), XXVIIIe Congrès national tenu à Tours les 24, 25, 26 et 27 mai 1931, Compte rendu sténographique, Paris, Librairie populaire, 1931, p. 80.

89 Panne (J.-L.), Raymond (J.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Quatrième Partie, Tome XL, 1991, p. 309.

90 Le Populaire, 30 septembre 1931, « Les problèmes agraires en URSS », Jean Zyromski.

91 Le Populaire, 30 avril 1922, « La dîme capitaliste », Compère-Morel.

92 Le Populaire, 15 octobre 1921, « Chez les paysans... De nouveaux monopoles », René Cabannes.

93 Le Populaire, 2 mars 1927, « Les paysans et le socialisme », Jean Delaglèbe.

94 Le Populaire, 21 juillet 1929, « L’agriculture n’échappe pas à la loi du progrès », Compère-Morel.

95 Le Populaire, 1er mars 1924, « Rien à faire sans les paysans », Compère-Morel.

96 Le Populaire, 18 décembre 1931, « Du socialisme, toujours du socialisme, rien que du socialisme », Compère-Morel.

97 Le Populaire, 28 janvier 1927.

98 A.N., F 7 13081, réunion du 11 octobre 1929.

99 Ibid., réunion du 23 décembre 1931.

100 La Bataille socialiste, mai 1930, « Le Parti Socialiste et le Prolétariat », J. Zyromski.

101 La Bataille socialiste, 17 novembre 1930, « Le Parti Socialiste et la petite propriété rurale », J.-B. Séverac.

102 Le Populaire, 9 septembre 1929, « La réplique du paysan », Paul Faure.

103 Mayaud (J.-L.), La petite exploitation triomphante, Paris, Belin, 1999, 278 p.

104 Girardet (R.), Mythes et mythologies politiques, Paris, Seuil, 1986, p. 113.

105 Le Populaire, 8 septembre 1923, « Ce que le socialisme apportera aux paysans », Compère-Morel.

106 Le Populaire, 14 avril 1923, « La propriété et le socialisme », Compère-Morel.

107 Le Populaire, 2 juin 1923, « La sociale démocratie et le problème agraire », compère Morel.

108 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 6 février 1925, p. 632.

109 Pruvot (M.), Arthur Chaussy (1880-1945), Combs-la-Ville, Collection La Fresnay, 1983, 204 p.

110 Le Populaire, 20 octobre 1923, « Un témoignage de valeur et d’autorité », compère Morel.

111 Le Populaire, 1er mars 1924, « Rien à faire sans les paysans », Compère-Morel.

112 Le Populaire, 2 avril 1927, « Paysans et socialisme », Compère-Morel.

113 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 6 février 1925, p. 643.

114 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 2 décembre 1921, p. 4488.

115 Ibid., p. 4489.

116 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 22 décembre 1921, p. 5268.

117 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 1er juillet 1920, p. 2611.

118 Le Populaire, 4 juillet 1928, « Exode rural et socialisme », Jean Parvy.

119 Le Populaire, 28 mai 1928, « “Le retour à la terre” », Jean Delaglèbe.

120 Le Populaire, 5 février 1927, « Le retour des chômeurs à la terre », P.R.

121 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 13 février 1931, p. 676.

122 Le Populaire, 16 mars 1924, « Socialisme et paysannerie », Jean Zyromski.

123 A.N., F 7 13081, rapport du commissaire spécial de Nice au préfet des Alpes-Maritimes, 12 septembre 1928.

124 Ibid., rapport du commissaire spécial de Caen au directeur de la Sûreté générale, 21 mai 1930.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search