Version classiqueVersion mobile

Moissons rouges

 | 
Édouard Lynch

Première partie. Les socialistes français et la conquête des campagnes (1918-1930)

Chapitre premier. La guerre, grande donneuse de leçons

Texte intégral

1Les rapports qu’entretiennent le socialisme et la paysannerie durant l’entre-deux-guerres se structurent en partie autour de thèmes et de pratiques définis lors des décennies précédentes. C’est sur ce terreau déjà fertile qu’éclate le premier conflit mondial qui bouleverse profondément, y compris d’un point de vue agraire, le socialisme français. Sur le plan doctrinal tout d’abord, la guerre donne une nouvelle dimension à l’agrarisme, en célébrant le thème du « soldat-laboureur ». Les socialistes, pour des raisons structurelles – l’héritage agrarien – mais aussi conjoncturelles – la participation à l’effort de guerre – sont loin d’y être insensibles, malgré l’existence de tensions internes. La guerre offre aussi des perspectives plus révolutionnaires, notamment dans l’exploitation du mécontentement croissant de la paysannerie. C’est donc un monde paysan profondément bouleversé par la guerre que les socialistes se doivent de conquérir, tâche rendue complexe par les mutations économiques qu’il a subies, et les enjeux nouveaux qu’il représente au sein d’un parti saisi par l’embrasement révolutionnaire.

I. Le choc de la guerre

Les socialistes et le paradigme du soldat laboureur

  • 1 Lynch (E.), « Les socialistes aux champs : réalisations et adaptations doctrinales au temps de l’ag (...)
  • 2 Gaillard (C.), Les travaux de l’atelier Proudhon – 1 : Proudhon et la propriété, Paris, EHESS, 1986 (...)
  • 3 Trempe (R.), Les Mineurs de Carmaux (1948-1914), Tome II, Paris, Les Éditions Ouvrières, 1971, 1002 (...)
  • 4 Compère-Morel (A.), La vérité aux paysans, par un campagnard, Paris, Librairie de la Revue socialis (...)

2Sous l’angle de la question agraire, le Parti socialiste SFIO tel qu’il se présente à la veille de la première guerre mondiale est plein d’ambivalence1. D’un point de vue doctrinal, tout en se réclamant sans réserve héritier du marxisme et du collectivisme, les socialistes français, autour du POF de Jules Guesde, exploitant les imprécisions d’un corpus marxiste peu soucieux d’agriculture, se sont très tôt ralliés à la nécessité de défendre, ne serait-ce que temporairement, le petit propriétaire paysan. L’héritage proudhonien a également joué un rôle décisif en ce sens2. Politiquement, tout en maintenant un discours révolutionnaire, le parti s’est lancé, avant comme après l’unité, dans la bataille électorale et a progressivement conquis, y compris dans les départements ruraux, un certain nombre de bastions3. En revanche, le développement du nombre des militants est beaucoup plus lent : le rapport entre électeurs et adhérents passe d’un vingtième à un quinzième entre 1906 et 1914. L’incarnation de ce socialisme rural, c’est la figure de Compère-Morel, ancien ouvrier pépiniériste, spécialiste4 des questions agraires au sein du Parti ouvrier français puis de la SFIO, élu député du Gard en 1909, et qui défend la thèse de la concentration de la terre en France tout en affirmant la nécessité de renforcer l’action paysanne au sein du parti.

  • 5 Parti Socialiste (SFIO), VIe Congrès national tenu à Saint-Étienne, avril 1909, Paris, Librairie du (...)
  • 6 Ibid., p. 370.

3À la veille de 1914, celle-ci est toujours en débat au sein de la SFIO et des propos ambigus se côtoient dans les discours socialistes. Lors du congrès de Saint-Étienne, en partie consacrée à la question agraire, Gustave Hervé défend une ligne ouvriériste, méfiante envers une propagande rurale assimilée au réformisme : « Prenez garde, Compère-Morel, qu’à force de désirer, je ne dis pas dans un but personnel, dans l’intérêt du Parti, des succès électoraux près des paysans, vous ne soyez amenés, députés des campagnes, à subir l’obligation où se trouvent presque tous les députés des campagnes, de faire du protectionnisme et vous ne ferez du protectionnisme que contre les salariés de villes et contre les salariés des campagnes.5 » Mais dans le même temps la volonté de convaincre des nécessités de la propagande en milieu rural pousse d’autres orateurs à célébrer les vertus paysannes, à l’image de Jean Jaurès : « Certes, je ne méconnais pas la différence des milieux, la différence des esprits, mais je ne crois pas vrai de dire qu’en France, le socialisme ait une origine exclusivement industrielle, une base exclusivement industrielle. Il y eut dans le passé des révoltes de paysans avant les révoltes d’ouvriers ; il y a eu un esprit révolutionnaire paysan, il y a eu sous la Révolution, à la naissance du Babouvisme, une aspiration paysanne. [...] Pour moi, je crois que nous pourrons grouper à côté des travailleurs ouvriers le million de petits propriétaires paysans ; je crois que nous pourrons faire de cela une grande armée marchant à la même bataille, allant au même but.6 »

 

  • 7 Barral (P.), Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, A. Colin, 1968, p. 13.

4La guerre apporte une contribution décisive à la réflexion sur le rôle de l’agriculture dans l’économie et la société. Les années 1880-1914 ont été cruciales dans l’épanouissement d’une idéologie agrarienne qui, comme l’a montré Pierre Barrai7, rassemble républicains et conservateurs autour d’un constat économique, la primauté du secteur agricole et d’un postulat politique, celui des valeurs d’ordre et de stabilité qu’est censée incarner la petite paysannerie propriétaire face à l’industrialisation et à l’urbanisation, destructrices des valeurs de la civilisation traditionnelle.

  • 8 Puymège (G. de), Chauvin, le soldat laboureur. Contribution à l’étude des nationalismes, Paris, Gal (...)
  • 9 Sternhell (Z.), Maurice Barrès et le nationalisme français, Paris, A. Colin, 1972, p. 287.

5Indispensable à l’équilibre politique et à la prospérité économique, le paysan l’est plus encore à la défense de la nation. Plusieurs courants se rejoignent pour mieux louer le « soldat-laboureur ». Le courant républicain s’inspire d’une thématique révolutionnaire bien établie : la République, héritière des antiques, a repris l’image de Cincinnatus, qui à l’issue du combat victorieux mené pour sauver la patrie, pose l’épée et reprend la charrue8. L’image restera puissamment ancrée dans la mémoire et le discours du patriotisme républicain. La paysannerie est également exaltée par le nationalisme, qui prend toute sa vigueur au tournant du siècle. Il est notamment théorisé par Maurice Barrès qui fait de l’attachement au sol et de l’enracinement une composante majeure de sa doctrine. Face à la décadence de la société française mise à mal par la République parlementaire, il faut réaffirmer l’unité et la solidarité de la nation par le culte de « la terre et des morts9 ». Le point de convergence, entre nationalisme républicain et conservateur, c’est la figure de Paul Déroulède, le chantre de la Ligue de la patrie française puis du nationalisme revanchard. N’est-il pas l’auteur d’un Chant du paysan qui rappelle que celui-ci, homme du pays, est le défenseur naturel de la patrie ?

  • 10 Lynch (E.), « La première guerre mondiale : renouvellement et mutations de l’agrarisme », Agrariens (...)
  • 11 Descaves (L.), « Les pépères », L’Illustration, 27 mai 1916.

6La guerre provoque une flambée sans précédent de ce thème, depuis l’ordre de mobilisation éclatant en pleine moisson jusqu’a la guerre de tranchées qui exalte l’image du soldat laboureur. Face à l’Allemagne industrielle, la résistance française s’articule autour de sa paysannerie, heureusement conservée, et des valeurs morales attachées à la terre10. La guerre de position donne aux parangons de la paysannerie l’occasion de déployer tout leur talent oratoire. Non seulement le paysan veille, mais au sein même de cette glèbe qu’il a pour tâche de féconder. Ainsi l’Illustration, en pleine bataille de Verdun, souligne-t-elle les mérites des vieux combattants : « C’est que leurs durs travaux d’hiver terre à terre, cette longue action obscure, vaut dix actions d’éclat. Ils sont patients. Ils ont l’âme du laboureur. Ils sont dans un boyau ce qu’ils étaient dans le sillon, calmes, résignés, espérant, après l’orage, le beau temps, après la récolte détruite, les récoltes abondantes. Nous ne devrons plus jamais sourire du pépère qu’attachent au village sa prévoyance, sa routine, son égoïste amour de la terre. Son champ, son champ à lui, il l’a abandonné... il a tout abandonné, pour faire un paragrêle de son corps à tous les champs de France, indistinctement, sur lesquels un nuage passe – et crève.11 »

  • 12 Boret (V.), Pour et par la terre, Paris, Payot, 1921, p. 312.

7Si l’histoire a surtout retenu du premier conflit mondial son aspect industriel et l’intervention croissante de l’État, les contemporains, essayistes et hommes politiques, ont voulu y voir la nécessité de renforcer l’agriculture en revendiquant sa première place dans la structure économique nationale. Victor Boret, ministre de l’Agriculture de Clemenceau, termine ainsi son plaidoyer en faveur de la généralisation de la petite propriété agricole : « Je suis persuadé que notre agriculture, plus que jamais, est et doit être notre première industrie nationale. En tout cas, elle est, pour de longues années, notre seule industrie de surproduction, c’est-à-dire celle qui nous donnera un surplus exportable de produits analogues à celui que l’Allemagne tire de ses usines, et qui lui permet de faire à l’Angleterre elle-même une concurrence inquiétante. [...] Nos campagnes, ennemies des bouleversements et des aventures, mais toujours prêtes à lutter pour le droit et pour l’honneur, nous ont permis de nous relever, puis de gagner la guerre. Elles gagneront la paix.12 » Dans ce concert unanime, emportés dans le tourbillon de l’Union sacrée et de la participation ministérielle, quelles positions les socialistes ont-ils adoptées face à cette valorisation sans précédent de la paysannerie ?

 

  • 13 Compère-morel, IIIe Congrès national tenu à Limoges les 1er, 2, 3, et 4 novembre 1906, Paris, Au si (...)
  • 14 Roland (L.), Ibid., p. 207.
  • 15 Lynch (E.), « Jaurès et les paysans », Bulletin de la société d’études jaurésiennes, no 128-129, av (...)
  • 16 La Dépêche de Toulouse, 7 août 1893, « Cultivateurs et ouvriers ».

8Au-delà des débats théoriques et des luttes de tendance, les partisans de l’action agraire se sont tôt employés à valoriser le monde agricole pour combattre l’hostilité ou l’indifférence qui imprègnent les milieux socialistes. Il convient en effet de se persuader et de persuader l’ensemble des socialistes qu’ils ont tout intérêt à se préoccuper de l’éducation des ruraux, bien au-delà d’une simple perspective électorale. Les débats agraires sont l’occasion de rappeler combien les stéréotypes attribués au paysan tels l’inertie et la méfiance, traditionnellement invoqués contre le socialisme, deviendront, après sa « conversion », des qualités primordiales. Compère-Morel, lors de son intervention au congrès de Limoges, en 1906, soulignait l’intérêt d’une telle propagande : « Or vous savez que la population campagnarde fournit un élément souvent plus solide que la population urbaine, qui se décide quelquefois par un coup d’affolement peu durable. À la campagne, quand l’idée est entrée, elle est entrée, et rien ne peut plus l’arracher.13 » Lucien Roland, l’un des propagandistes du parti, renchérit : « Ce sont les milieux les plus reposants, les plus intéressants pour les militants, et c’est là qu’on trouve le plus de dévouement. [...] Ainsi, comme le disait Mauger, il y a plus à faire dans les campagnes que dans les villes. C’est des campagnes que partira la Révolution Sociale.14 » Simple rhétorique de tribune, pour des militants soucieux de valoriser leur mission, souvent ingrate ? On ne voit pas un militant parler ainsi des cordonniers ou des marins pêcheurs. Même pour un socialiste, il existe une spécificité paysanne et le travail de la terre possède une dimension particulière. La figure de Jaurès est omniprésente dans cet héritage agrarien15, par son souci de louer les mérites d’une paysannerie dont les « qualités » sont nécessaires à toute révolution : « Il y aura aussi, entre ouvriers et paysans fusion des cœurs, échange des qualités morales. Les paysans communiqueront aux ouvriers très ardents mais parfois mobiles, leur patience robuste, leur ténacité, leur persévérance indomptable ; et les ouvriers leur apprendront la solidarité, le groupement, l’esprit de sacrifice pour les grandes causes.16 »

  • 17 Compère-Morel (A.), La question agraire, op. cit., Paris, Rivière, 1912, pp. 105-106. On trouve l’e (...)
  • 18 Ibid., p. 113.
  • 19 Reszler (A.), Mythes politiques modernes, Paris, PUF, 1981, p. 56.

9Chez les socialistes comme dans l’ensemble de la société, existe un agrarisme diffus qui fait de la campagne et de ses habitants un monde peuplé d’êtres différents, préservés. L’altérité paysanne est fréquemment affirmée face à un monde urbain agité et turbulent. L’exploitation capitaliste dans les villes produit des ravages et accentue le dépeuplement du pays, auquel les socialistes ne sont pas insensibles. La ville demeure dans l’imaginaire dominant un lieu de perdition et de déchéance. Aussi, lorsque les socialistes se plaisent à évoquer la future société socialiste, c’est sur un ton souvent virgilien et bucolique. Compère-Morel, notamment, apprécie ce thème de la ville corruptrice et « tentaculaire17 ». Il décrit un monde où l’exploitation aura disparu et où le machinisme fera régner la prospérité : « À partir de ce jour, les misérables salariés agricoles étant disparus, la totalité des campagnards pourra connaître toutes les joies d’une vie libre et heureuse. Des rustiques de la ferme, des paysans brutaux et ignorants, le collectivisme aura fait des hommes robustes d’esprit autant que de corps, capables de goûter et d’apprécier toutes les beautés de la nature, des arts et des sciences !18 » Cette dimension qui peut faire sourire est une des composantes essentielles du mythe de l’âge d’or auquel n’échappent nulle ment le marxisme et les autres constructions « scientifiques » du XIXe siècle. Qu’il s’agisse du communisme primitif ou de la société communiste, Marx et Engels délaissent le terrain balisé de l’étude historique pour entrer de plain-pied dans le mythe, où disparaît l’opposition eschatologique entre le bien et le mal19.

 

  • 20 Le Populaire du Centre, 3 septembre 1914, « Les ressources agricoles des armées », Alfred Jouon.
  • 21 Le Populaire du Centre, 9 octobre 1914, « Le “facteur formidable” ».
  • 22 Le Populaire du Centre, 6 novembre 1914, « Premiers symptômes », René Mendez.
  • 23 L’Humanité, 13 février 1915, « L’agriculture en temps de guerre », Compère-Morel.

10Dans le prolongement de leur ralliement à l’Union sacrée et forts de ce riche héritage, les socialistes ne restent pas indifférents à l’exaltation d’une paysannerie symbole de la nation en armes. Dès les premiers jours de la guerre, la presse du parti, privée elle aussi d’informations, célèbre la détermination de l’arrière et notamment des paysannes et des vieillards qui continuent les travaux des hommes partis sur les frontières : « La vaillance et la force de nos armées ont déjà prouvé leur supériorité, mais ce sont surtout nos ressources agricoles qui nous permettront d’attendre l’écrasement des barbares. [...] Quoi qu’il en soit, soyons confiants, vaillants, prudents, patients, tenaces, et nous serons vainqueurs ense et aratro : par le fer et par la charrue. Que tous ceux qui ne peuvent combattre à la frontière restent aux champs et les préparent aux prochaines semailles : pour être moins glorieux, ce poste n’en est pas moins utile pour la victoire finale.20 » C’est donc sans difficulté apparente que les journalistes socialistes se coulent dans un discours exaltant les vertus de la paysannerie combattante. Dès le 9 octobre 1914, un article du Populaire du Centre développe les multiples facettes du « facteur formidable » que constitue l’agriculture. « C’est elle le grand réservoir d’hommes pour la Défense nationale. C’est elle la nourricière de nos armées. C’est elle qui empêche en France la venue du « général Famine ». C’est elle enfin qui regalvanisera après la guerre les finances publiques et les finances privées en maintenant la richesse nationale.21 » Cette supériorité de la France apparaît ainsi dans la qualité respective des combattants, grâce à l’agriculture : « En résumé, le formidable essor du commerce et de l’industrie a contribué à amollir, en Allemagne, les classes moyennes et le prolétariat, en créant d’innombrables facilités d’existence. Considérons au contraire, l’ouvrier et le paysan français, surtout le paysan. Sa frugalité et son endurance sont proverbiales. Généralement, il a mis ses économies dans un bas de laine au lieu de les consacrer à se créer un nid douillet. [...] Les jours de travail, il se contentera de peu et fournira cependant un effort vigoureux. Les privations ne lui seront pas agréables mais il les supportera plus allègrement que le soldat allemand habitué aux douceurs de la vie abondante et facile.22 » Sur ces thèmes, les socialistes ne se distinguent pas du discours agrarien dominant. Quant à L’Humanité, c’est surtout Compère-Morel qui y exalte les vertus guerrières d’une France demeurée paysanne : « Il ressort de plus en plus des événements que si la France subit si allègrement la pénible épreuve qu’un militarisme orgueilleux et cynique lui a imposée, c’est qu’elle est toujours une nation agricole. [...] Cette terrible crise est une dure leçon pour les pays où l’équilibre entre industries urbaines et rurales s’étant rompu, leur sol s’est, en quelques années, recouvert de monstrueuses usines, où le bruit du marteau-pilon remplace les chants des laboureurs, tandis que, des hautes cheminées, les épaisses et noires volutes de fumée salissent le ciel, obscurcissent le soleil et empoisonnent l’atmosphère...23 »

  • 24 L’Humanité, 4 août 1916, « La Guerre des Paysans », Compère-Morel.

11Outre les mesures d’urgence nécessaires au maintien de la production, la guerre est l’occasion pour la nation tout entière, mais aussi pour les socialistes, de prendre conscience de la place du paysan dans la prospérité du pays. Un article de 1916, au cœur de la bataille de Verdun, martèle cette idée sous un titre évocateur, « La Guerre des Paysans » : « Et on peut dire – car c’est la vérité – que cette monstrueuse guerre, c’est la guerre des paysans ! Ce n’est pas qu’il soit dans notre intention d’opposer les travailleurs ruraux aux travailleurs urbains. Le patriotisme des uns vaut incontestablement le patriotisme des autres et ceux-ci comme ceux-là sont utiles à la défense de la patrie. [...] Il n’en est pas moins vrai que ceux que les villes tentaculaires n’avaient pas encore arraché à la vie champêtre affrontent presque seuls, désormais, les dangers de la tranchée. On peut donc dire et affirmer que si notre terre, fécondée pendant des siècles par la sueur des paysans, a été une source de richesses inestimables pour la France, de même, c’est grâce au sang de ces paysans répandu chaque jour sans compter sur les champs de bataille, qu’elle sera sauvée et libérée. » Et ce constat est désormais inséparable de l’exaltation des qualités morales de la paysannerie : « En eux résident les sources de vie les plus saines, les plus pures et les plus robustes. Que notre pays s’en souvienne !24 » Incontestablement, Compère-Morel s’en souviendra, et au-delà des péripéties de sa carrière politique et militante, la dimension agrarienne nourrie de l’expérience de la guerre, demeurera chez lui une composante primordiale.

 

12L’intérêt nouveau porté à l’agriculture ne traduit pas pour autant la disparition d’autres préoccupations et notamment la défense des intérêts du prolétariat urbain. La SFIO demeure largement imprégnée d’un courant puissant qui traverse et structure le mouvement socialiste : l’ouvriérisme. C’est la conséquence évidente d’une idéologie liée à l’émergence de la classe ouvrière, celle des villes et des fabriques, un ouvriérisme qui se manifeste par une hostilité latente entre ouvrier et paysan, entre ville et campagne, reposant sur la supériorité admise de l’ouvrier dans l’action révolutionnaire, face à une paysannerie bras armé de la réaction. La question de la vie chère, omniprésente dans L’Humanité d’avant-guerre, surtout à partir de 1910, cristallise au quotidien les tensions entre villes et campagnes au sein du Parti socialiste. En effet, la défense des intérêts ruraux heurte ceux des ouvriers : la prospérité paysanne signifie, inévitablement, le pain cher.

  • 25 L’Humanité, 4 février 1915, « La question du pain », M. Roldes.

13La guerre modifie les données du débat, car si le pain est cher, c’est en raison des obstacles que rencontrent les paysans pour produire, faute d’engrais et surtout de main-d’œuvre. Dès les premières semaines de 1915, les socialistes réclament l’intervention de l’État, en particulier la réquisition, afin d’éviter la spéculation : « Des blés battus ne sont pas nécessairement portés au marché, offerts à la meunerie ; de plus la spéculation n’est pas pratiquée seulement par certains grands propriétaires fonciers. D’où la nécessité de la réquisition ; qu’on la fasse en deux temps si l’on veut, mais très courte : d’abord avertissement gouvernemental sans frais et si nos pêcheurs en eaux troubles font la sourde oreille, plus d’hésitation, les blés, inventoriés, réquisitionnés au prix correspondant à la récolte, c’est-à-dire au prix normal.25 » Les arguments employés par Maxence Roldes, au-delà des difficultés de l’heure, témoignent néanmoins de la méfiance persistante à l’encontre des paysans, « naturellement » portés, pour des questions d’intérêts, à profiter de la pénurie.

  • 26 L’Humanité, 20 octobre 1916, « La CGT contre la vie chère. Un ordre du jour du comité confédéral ».

14Durant toute la guerre, à côté des articles plus généraux sur les paysans et l’organisation de la production agricole, le renchérissement des prix préoccupe les socialistes. Une étude quantitative est délicate à réaliser, car bien souvent la question de la vie chère est évoquée à travers les dysfonctionnements de la politique agricole du gouvernement, ou, plus précisément, à l’occasion de l’annonce de la hausse du prix du pain ou de la viande et de la mise en place progressive du rationnement. Ces préoccupations sont d’autant plus compréhensibles que le quotidien socialiste s’adresse en priorité à un lectorat urbain et salarié. Il n’existe pas à proprement parler d’article hostile aux paysans, mais l’omniprésence du thème de la vie chère favorise les malentendus. L’Humanité relaie également les mots d’ordre de la CGT qui vont dans le sens de la stricte défense des intérêts ouvriers. Ainsi, dès février 1915, Maxence Roldes fait part des propositions du Comité d’action, organisme créé à l’occasion de la guerre et regroupant des socialistes et des syndicalistes. Ce comité propose des mesures d’organisation et d’encadrement, afin de pallier les difficultés de la production et du ravitaillement, quitte à provoquer des tensions avec les producteurs. En 1916, un communiqué de la CGT relatif à la vie chère est entièrement censuré26. La tâche des socialistes est donc souvent délicate. La lutte contre la vie chère qui les conduit à dénoncer les spéculateurs en réclamant l’intervention de l’État est aussitôt présentée par leurs adversaires comme une mesure visant à brimer le cultivateur, à porter atteinte à son indépendance, bref, à le sacrifier à la classe ouvrière, déjà privilégiée par son retour en usine.

Les socialistes et l’agriculture de guerre

  • 27 L’Humanité, 12 octobre 1914, « De quelques travaux », Vaillant.
  • 28 L’Humanité, 30 janvier 1915, « Le Pain », Renaudel.

15La guerre ouvre aussi de nouvelles perspectives à la doctrine agraire socialiste. Les débats théoriques de l’avant-guerre sur la concentration des terres et le statut de l’exploitation en régime socialiste sont remplacés par des préoccupations plus concrètes, l’amélioration de la production, la place et le rôle de l’État dans faction économique. L’appel à l’organisation de la production n’est pas en soi une nouveauté, mais avant 1914, on se méfiait des solutions trop étatistes, en insistant sur le rôle des groupements et des syndicats communaux. Avec les contraintes de la guerre, l’État s’impose naturellement comme le levier d’intervention le plus efficace. Les socialistes exigent désormais un contrôle des mécanismes économiques par l’État au profit de la collectivité. Cette « organisation » de la production est présentée comme une première étape vers le socialisme. Dès le mois d’octobre 1914, alors que la situation militaire est à peine éclaircie, Édouard Vaillant définit dans L’Humanité cette ligne de conduite27. Au mois de janvier 1915, le prix du pain s’orientant à la hausse, Pierre Renaudel souligne la nécessité de s’inspirer des préceptes du socialisme : « On n’a sans doute pas perdu le souvenir des discussions qui eurent lieu en temps de paix sur la hausse du prix du blé. Les socialistes demandaient la suspension des droits, c’est chose faite. Ils réclamaient le monopole de l’achat du blé, de la meunerie. Nous y voici en fait. La guerre est une grande donneuse de leçons, et les meilleures ne sont peut-être pas celles que certains pensent.28 »

  • 29 L’Humanité, 25 mars 1916, « Travail et production agricoles », Compère-Morel.
  • 30 L’Humanité, 19 octobre 1916, « On mobilise bien les hommes : pourquoi pas les biens ? », Compère-Mo (...)

16C’est dans cette brèche que s’engouffre Compère-Morel, réclamant sans répit la prise en main par l’État de la production et de la distribution du blé, quitte à bousculer les résistances « libérales » en ce domaine. Un article de 1916 résume l’argumentaire de la SFIO en faveur de l’intervention de l’État : « C’est toujours le même esprit d’individualisme outrancier qui se réveille et s’oppose à l’action collective. Même lorsque des événements aussi terribles que ceux de l’heure actuelle nous forcent à reconnaître l’infériorité des pays qui n’ont pas su s’adapter aux méthodes nouvelles de travail, nous trouvons encore des hommes pour soutenir qu’il ne faut pas troubler les vieilles habitudes de nos paysans, heurter les idées surannées qu’ils ont conservées sur leurs droits de propriété, et qu’il est dangereux d’innover, ces innovations seraient-elles susceptibles de donner les meilleurs résultats pour la production ? Périsse plutôt le pays qu’un principe !29 » À chaque changement de gouvernement, ou lorsque apparaissent de nouvelles difficultés dans le ravitaillement, Compère-Morel réitère son plaidoyer en faveur des solutions « socialistes », s’exposant même à la censure lorsqu’il dénonce les profiteurs de guerre30. Les socialistes militent également pour que le commandement militaire adopte une politique plus souple en matière de main-d’œuvre agricole, afin de faire face au déficit des travailleurs des champs, principalement en ce qui concerne les « vieilles » classes.

 

17La Chambre des députés est une tribune du haut de laquelle les socialistes peuvent exposer les solutions qu’ils préconisent face aux difficultés de l’agriculture et du ravitaillement, fonction tribunitienne traditionnelle. Cependant la guerre introduit une nouveauté puisque l’Union sacrée leur permet de prendre part de manière plus active à l’action parlementaire, en particulier au sein des commissions. Compère-Morel qui s’était déjà exercé sur les chiffres de la concentration des terres et des fortunes en France traque désormais l’évolution de la production, les problèmes de rendements et de main-d’œuvre, et fait profiter le Parlement de ses nouvelles compétences. Qu’il s’agisse de la discussion traditionnelle des budgets agricoles ou des textes spécifiques concernent l’organisation et l’optimisation de la production, les socialistes multiplient les amendements visant à imposer leur conception de l’économie de guerre. De même, le député du Gard se passionne pour un projet de mise en culture des terres abandonnées, qu’il finit par tenter de mettre en œuvre lui-même, comme commissaire à l’Agriculture.

  • 31 A.N., Papiers Locquin, 310 AP 14, lettre du 1er mai 1918.
  • 32 A.N., Papiers Locquin, 310 AP 32, proposition de loi no 4605.

18Cette action parlementaire permet de s’inscrire dans la continuité historique des grandes heures de la République. Bien intégré à la culture socialiste, l’héritage révolutionnaire fournit quelques exemples illustres. Jean Locquin, qui co-signe avec Compère-Morel le projet sur la mise en culture des blés, s’est tout naturellement inspiré de la période de la Terreur et de la guerre à outrance pour justifier les mesures exceptionnelles portant atteinte à la propriété des citoyens. Dans une lettre à sa femme du 1er mai 1918, il précise qu’il travaille sur son projet de loi sur la culture du blé et qu’il s’intéresse à l’histoire de la Convention et du Comité de salut public31. Le résultat de ses recherches apparaît dans la proposition de loi de 1918 sur la production et la répartition des céréales panifiables. L’exposé des motifs appelle à renouveler l’expérience révolutionnaire : « Danton a résumé en une formule éloquente la pensée des conventionnels : “Un père n’est pas plus le maître de soustraire son enfant à l’instruction, s’écrie-t-il le 12 décembre 1793, qu’un propriétaire ne l’est de laisser son champ en friche...” L’opinion publique soutenait et stimulait l’action de la Convention.32 » La guerre confère donc aux socialistes, et plus particulièrement à Compère-Morel, une légitimité nouvelle, technique, dans le domaine agricole. Elle les entraîne en outre à souhaiter une politique de production à l’intérieur même du système capitaliste, et non plus seulement dans le cadre d’une société nouvelle.

 

  • 33 Duroselle (J.-B.), Clemenceau, Paris, Fayard, 1988, p. 633 ; Wormser (G.), Georges Mandel, l’homme (...)
  • 34 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 22 février 1918, p. 525.
  • 35 Institut Français d’Histoire Sociale (IFHS), 14 AS 280, Carnets Roland, 8 février 1918.
  • 36 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 21 novembre 1917 ; Robert (J.-L.), Les ouvriers, la patrie et la r (...)

19Cette implication croissante dans la vie parlementaire débouche sur une « participation » au gouvernement, avec l’accord du parti, de trois commissaires33, création originale du ministère Clemenceau. Cette soudaine conversion à l’action gouvernementale suscite l’étonnement de quelques parlementaires. Lors d’une séance à la Chambre sur les mesures susceptibles d’accroître la production, le député radical-socialiste Jean Durand reconnaît au commissaire Compère-Morel quelques succès et ajoute : « C’est une production de guerre, c’est comme les ministres d’État et les nouveaux riches. Mais les hauts-commissaires sont des parents pauvres ; ils ne sont pas admis aux conseils du gouvernement. Ils ont plus de liberté d’ailleurs et cela leur permet, ce qui semble un paradoxe, de servir le gouvernement et, à l’occasion, de voter contre lui. (Très bien ! Très bien !) Les hauts-commissaires sont du gouvernement, sans l’être tout en l’étant. C’est ce que Théocrite appelait l’union des contraires, à qui il attribuait quelque chose de divin. À ce point de vue, il y a quelque chose de divin chez notre ami Compère-Morel. C’est grâce à lui que nous avons pu obtenir déjà quelques réalisations dont je parlerais tout à l’heure.34 » Au-delà de l’ironie, on retiendra surtout que Compère-Morel a acquis aux yeux de ses pairs – en l’occurrence un futur ministre de l’Agriculture – une légitimité agricole. En revanche cette nomination passe plutôt inaperçue au sein du Parti socialiste : le temps n’est plus à l’exaltation de la défense nationale. Quelques mois plus tard, la minorité favorable à une politique de paix l’emporte définitivement. D’ailleurs, cette promotion n’a pas fait l’unanimité, comme le rapporte Lucien Roland dans ses carnets35. Cette nomination est représentative de l’évolution de certains socialistes, en particulier des guesdistes, dont beaucoup, autour du vieux maître, sont partisans de la défense nationale. Il y a cependant une différence entre soutenir la nation en guerre et entrer dans le gouvernement d’un Clemenceau, « premier flic de France »36.

  • 37 L’Humanité, 8 mars 1918, « La politique du blé, défaillance dangereuse ».
  • 38 J.O., Chambre des députés, séance du 28 février 1918, p. 695.

20Malgré ces tensions, L’Humanité, jusqu’au mois de mai 1918, évoque l’action de Compère-Morel à la Chambre et ses difficultés pour imposer son projet de mise en culture des terres abandonnées à une majorité hostile à toute mesure coercitive. Un article de mars 1918 en désigne les principaux responsables : « Hobereaux et puissants herbagers ; grands propriétaires fonciers qui donnent leurs fils à la patrie mais ne veulent pas lui sacrifier une motte de terre ; partisans irréductibles du « laisser faire » et du « laisser passer » appartenant aux classes fortunées ; individualistes forcenés à qui les leçons d’hier et d’aujourd’hui n’ont rien appris ; représentants petits-bourgeois aux conceptions bornées et étriquées.37 » Mais cette opposition libérale est efficace et les adversaires du projet invoquent avec succès l’atteinte à la dignité des cultivateurs que l’on voudrait forcer à cultiver leurs terres, au lieu de leur en donner les moyens. L’adoption en séance d’un amendement vidant une partie du projet de sa substance en décrétant une limite de taille provoque la fureur de Compère-Morel : « En votant l’amendement de M. de Gouyon, dont l’objet est de soustraire les trois quarts de producteurs à cette obligation, la majorité vient de prouver que je m’étais trompé. Je lui laisse la responsabilité de ce vote d’impuissance dans l’organisation. Et comme il me semble impossible de continuer la discussion d’un projet de loi maintenant sans but, je donne ma démission de rapporteur de la commission de l’Agriculture. Le pays sera que les intérêts particuliers ont prévalu sur les intérêts généraux. (Vifs applaudissements sur les bancs du Parti socialiste et du Parti radical-socialiste.)38 » Bien entendu, il revient sur sa décision, et son projet de loi finira par être adopté, à la fin du mois de mars, mais vidé d’une grande part de son contenu : l’État se désengage, laissant la place à des comités départementaux et les sanctions initialement prévues pour rendre la loi efficace sont supprimées.

21Nous reviendrons ultérieurement sur les incidences, pour le Parti socialiste, du passage de Compère-Morel au commissariat. Retenons que la guerre a profondément marqué les rapports entre le socialisme et l’agriculture. Tout comme dans le domaine industriel, avec Léon Jouhaux ou Albert Thomas, la participation à l’effort de guerre a contribué à modifier l’approche du pouvoir en valorisant les potentialités de l’action réformatrice. Cette évolution qui conduit Compère-Morel dans les sphères ministérielles doit cependant être relativisée ; sur le plan politique, celui-ci se trouve de plus en plus à la marge du parti. Dans les deux dernières années du conflit, une vision inverse triomphe, celle d’une opposition croissante à la politique d’Union sacrée, et la volonté d’exploiter le mécontentement généralisé de l’opinion face à la guerre, tant sur le front qu’à l’arrière, pour faire triompher une politique de paix.

La guerre subie : les contradictions du pacifisme paysan

  • 39 Prost (A.), Les Anciens combattants et la société française (1914-1939). Mentalités et idéologies. (...)

22L’étude de l’impact de la guerre sur la paysannerie est rendue difficile par la nature même des sources qui contribuent souvent à masquer les réactions paysannes plus qu’à les dévoiler. L’opinion des combattants et son évolution sont connues grâce à des sources variées : les archives du contrôle postal, les rapports des préfets et des commissaires spéciaux sur l’état d’esprit des permissionnaires et plus largement des populations rurales. Chez les combattants eux-mêmes, beaucoup de témoignages proviennent d’individus qui n’ont pas réellement effectué la guerre dans les conditions de l’infanterie, massivement paysanne, supportant l’essentiel de la guerre de position39. Faute de disposer d’une étude globale sur ce thème, il importe de préciser quelques traits indispensables pour apprécier le poids du conflit, objet de tant de polémiques ultérieures.

  • 40 Cochet (A.), « Les paysans sur le front en 1916 », Bulletin du centre d’histoire de la France conte (...)
  • 41 Leshauris (P. et G.). Le soldat de Lagraulet, lettres de Germain Cuzacq, Toulouse, Eché 1984, p. 10 (...)
  • 42 Maurin (J.), Armée Guerre Société : soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de l (...)
  • 43 Lovie (J.). Poilus savoyards, Chronique d’une famille de Tarentaise, Montmélian, Imprimerie Arc-Isè (...)

23L’état d’esprit du soldat-laboureur tel qu’il se dégage des correspondances est fortement dominé, pour les propriétaires, par la situation de leur exploitation. Les lettres s’enquièrent fréquemment de l’avancement des travaux agricoles et de l’état du bétail. Dans les premiers mois de la guerre surtout, mois de moissons puis de vendanges, le paysan s’inquiète d’une récolte qu’il a lui-même préparée. Le contrôle postal confirme cette préoccupation dominante : les contrôleurs insistent sur l’aspect directionnel, autoritaire même des lettres40. De manière certaine, l’évocation dans le courrier de la vie de l’exploitation représente un échappatoire à l’enfer. Ce sentiment domine dans la correspondance – malheureusement retranscrite – d’un métayer landais. Germain Cuzacq, plongé dans l’enfer de Verdun écrit : « La terre tremble incessamment avec la grosse artillerie ; nous sommes aussi rapprochés des forts de ceinture de Verdun. Si vous avez vendu ou changé les bœufs, tu me diras ; peut-être que vous aurez réussi ; vous ne pouvez pas toujours garder ceux-là...41 » Cette attitude du soldat n’est pourtant pas immuable. Au fur et à mesure que dure le conflit, qu’il s’habitue à la guerre, il peut en venir à se désintéresser de la situation de ses biens. J. Maurin évoque ce progressif isolement des combattants languedociens, conséquence de l’intégration dans une société militaire qui fonctionne en vase clos et dont la correspondance se fait parfois l’écho42. Une autre lettre (1er décembre 1915) souligne la complexité des attitudes et des sentiments, mêlant réflexion sur l’absurdité de la guerre et souci du quotidien : « Mais tout de même c’est bien barbare de guetter de gens que tu as jamais vu ni connu. peut-être des pères de familles dont chez eux ils sont attendus comme chez nous, aussi moi je pointe pour les blesser et aussitôt mon coup lâché je les entendais désoler. On a beau dire mais c’est drôle. [...] D’après les cours je crois que tu as donné ta vache trop bon marché.43 »

  • 44 Ibid., p. 162.

24Le repli sur soi du poilu n’est pas toujours résignation. Il serait trop simple de se satisfaire de l’image d’Épinal, celle d’une paysannerie ayant passé la guerre en pensant à ses cochons et à ses prés. À l’extrême rigueur, une telle analyse rejoint la propagande de l’époque en faveur du soldat-laboureur. Si le lien à la terre est une réalité, il devient rapidement une manière d’occulter les tensions et contestations qui ne manquent pas d’apparaître. Le doute et la colère s’emparent tôt de ces hommes soumis à la tuerie. Dans cette famille savoyarde, le frère aîné, Delphin, n’a de cesse de prodiguer à son frère cadet des conseils pour se faire réformer : « S’il veut, il a un motif de réforme bien aisé puisque c’est une maladie reconnu inguérissable [La folie]. [...] Ne temp fait pas, au mois du juin tut seras chez nous pour toujours, mais il faut y mettre du tien comme je m’es du mien. Moi je m’en mort les doigts ses une leçon que je peut te donné, prend le comme tu voudras mais moi je ne serais ou je suis.44 »

  • 45 Ibid., p. 169.
  • 46 Barthas (L.), Les carnets de guerre de Louis Barthas (1914-1918), Paris, Maspéro, 1978, p. 175.
  • 47 Pedroncini (G.), Les mutineries de 1917, Paris, PUF., 1983, pp. 221-222 ; Smith (L.V.), Between mut (...)

25La guerre se prolongeant, le malaise croît, la coupure étant profonde entre les combattants et les officiers, souvent éloignés de la première ligne : « Il y a de fortes têtes au bataillon, les officiers ne vont plus guère avec les hommes dans certains endroits.45 » Ce sentiment, présent dans de nombreux témoignages, grandit au fur et à mesure que se produisent les offensives. Cette version militaire de la « lutte des classes » est donnée par Louis Barthas, tonnelier, ancien ouvrier agricole et surtout socialiste : « L’escouade est une petite famille, un foyer d’affection où régnent entre ses membres de vifs sentiments de solidarité, de dévouement, d’intimité d’où l’officier et le simple sergent lui-même sont exclus.46 » La montée de l’exaspération des soldats paysans prend toute son ampleur avec les mutineries qui secouent l’armée française où les paysans, majoritaires dans l’infanterie, forment naturellement la grande masse des mutins47.

 

  • 48 Becker (J.-J), Les Français dans la Grande Guerre, Paris, R. Laffont, 1980, p. 183.
  • 49 A. N., F 1c III - 1132, réponse du 7 janvier 1918.

26Ces tensions se répercutent inévitablement vers l’arrière en dépit des efforts des autorités pour isoler les combattants. Les gares sont soumises à un régime de surveillance spécial et les préfets, dans leurs rapports, indiquent l’état d’esprit des soldats qui sillonnent leur département. En décembre 1917, à la fin d’une année particulièrement troublée, le ministre de l’Intérieur demande à tous les préfets un état de la situation de l’esprit public dans leur département. La plupart s’accorde sur l’évolution positive de l’opinion lors de l’enquête de décembre 1917, mais le redressement reste fragile, étroitement lié au moral des combattants. De nombreux rapports antérieurs se sont fait l’écho des bruits et des rumeurs relatifs au refus de l’emprunt et à la baisse des ensemencements48. Cet aspect de la contestation paysanne, refus de l’emprunt et « grève du blé », selon l’expression employée par les pacifistes, inquiète manifestement les autorités. On en trouve également des traces dans la correspondance des soldats. Dans une lettre d’octobre 1916, où il exprime son découragement, Delphin a inversé le sens de la carte postale « Souscrivez à l’emprunt de la Défense Nationale » en insérant un « ne...pas... » dans la formule traditionnelle. En janvier 1918, le préfet de Haute-Savoie mentionne une telle propagande pernicieuse : « L’impression produite par la correspondance du front a subi, au cours de l’année écoulée, des vicissitudes diverses et ce vers la fin du premier semestre 1917 ; elle a traduit une dépression particulièrement troublante, allant jusqu’à déconseiller les souscriptions aux emprunts nationaux, les versements d’or et la culture des terres, elle a revêtu par la suite un caractère attestant un esprit de résignation et un retour de confiance qui persistent encore malgré les graves inquiétudes de l’heure.49 » C’est dans cet espace aux frontières floues, entre le front et l’arrière, entre civils et militaires, entre villes et campagnes que bruissent les rumeurs et les indignations, dont les responsables de la Sûreté perçoivent des bribes, sans jamais parvenir à en percer l’origine exacte.

  • 50 A. N., F 1c III - 1133, réponse du 7 janvier 1918.
  • 51 A. N., F 1c III - 1132, réponse du 5 janvier 1918.

27Les protestations des combattants du front se prolongent donc, à l’arrière, par une réelle crise de confiance. Pour ceux qui restent, la guerre est aussi une épreuve, car les campagnes privées tout à la fois de main-d’œuvre et de force de travail, doivent poursuivre la production coûte que coûte. La dégradation de la situation économique oblige rapidement le gouvernement à mieux contrôler les prix et la production. C’est d’ailleurs en grande partie pour cette raison qu’il a consulté les préfets en décembre 1917. Leurs rapports offrent un aperçu de l’état d’esprit des campagnes après trois années de guerre. Lorsqu’ils évoquent explicitement la situation des campagnes, deux thèmes sont omniprésents et souvent liés : la grande indifférence des habitants des campagnes et l’enrichissement paysan, expliquant l’inquiétude devant d’éventuelles restrictions, comme en Vendée : « On peut dire sans exagération qu’elle passionne l’opinion publique. Cette appréciation s’applique aux restrictions dans la consommation du pain, les autres restrictions étant acceptées. Les paysans vendéens sont de gros consommateurs de pain. Ils en mangent jusqu’à trois livres par jour. Ils espèrent en leur qualité de producteurs, n’être pas touchés par la carte du pain si on en établit une un jour. Ils ont fait d’ailleurs des dissimulations de blé ou de farine contre lesquelles il faudra réagir.50 » Cette attitude est dictée plus par des questions d’intérêts que par la volonté de s’opposer à la guerre. Pourtant, elle s’avère un facteur primordial de désordre. Dans le Rhône, la lassitude et le découragement paysan transparaissent, en dépit de l’enrichissement, dans la collecte de l’emprunt : « Si on analyse les souscriptions dans le détail, on constate que le nombre de souscripteurs a considérablement diminué, que les souscriptions sont réduites de plus des trois quarts dans les campagnes, où, quelle que soit la propagande qui ait été faite, on s’est heurté à une résistance muette ou à une hostilité ouverte.51 »

  • 52 A.D. Eure-et-Loir, 1 M 20, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 6 octobre 1917.

28La campagne, très sensible aux fluctuations du moral des permissionnaires, subit le conflit avec de plus en plus de lassitude, comme le déplore le préfet d’Eure-et-Loir, à la fin de 1917 : « Par contre, il m’est revenu de différentes sources que les paysans du département sont animés d’un étrange état d’esprit. [...] Le manque de main-d’œuvre, le défaut d’engrais, la difficulté à se procurer du blé de semence, serviront de prétextes à la force d’inertie mais ce qui manquera le plus sera la bonne volonté. [...] Je passe sous silence certains propos qui m’ont été rapportés de fils soldats disant à leurs pères : « Vous êtes des bandits et des imbéciles. Ne faites donc pas de blé et on nous renverra aux champs », et des cultivatrices seules à la ferme affirmant : “Moi, je ne ferai rien du tout ; je ne battrai pas, je ne sèmerai rien et si on ne me renvoie pas mon homme, la guerre sera quand même bientôt finie car il n’y aura plus rien à manger avant le printemps.’’52 »

29À la propagande qui exalte le sacrifice joyeux des paysans de France et le courage de ceux qui, restés aux champs, contribuent à nourrir la nation en guerre, on se devait d’opposer la montée du mécontentement paysan, sur le front mais aussi dans les campagnes. La dégradation de l’état d’esprit de l’opinion pose la question d’une éventuelle récupération politique, par des socialistes de plus en plus préoccupés par la paix.

 

30Pour percevoir et éventuellement amplifier les frustrations nées de la guerre, encore faut-il disposer de relais efficaces. Or, la mobilisation a complètement désorganisé les structures locales du parti. La plupart des sections, et particulièrement les sections rurales, se sont totalement désagrégées. De plus, dès 1915, les tensions se multiplient entre partisans de la défense nationale et « minoritaires », contribuant encore un peu plus à étouffer les débats.

  • 53 A. N., Fonds Panthéon, F 7 15936, dossier Brizon, rapport de janvier 1917 duquel sont extraites les (...)

31Dans ces conditions, l’utilisation du mécontentent paysan par les socialistes apparaît largement illusoire, comme l’illustre l’affaire Brizon qui secoue les campagnes du Centre. À partir de 1915, l’Ouest et le Nord du massif Central semblent agités par une campagne pacifiste préconisant l’abandon de la culture des terres. C’est le cas en particulier dans l’Ailier, où le commissaire spécial envoyé de Paris ne peut que confirmer le rôle joué par les permissionnaires, sans trouver aucune trace concrète de propagande53. Pour les enquêteurs néanmoins, il ne fait aucun doute que ce sentiment a été entretenu et développé par des militants politiques ou syndicaux, qui n’ont jamais cessé de revendiquer, avant-guerre, leur pacifisme intégral. Parmi eux, Pierre Brizon semble un coupable idéal, connu pour ses positions minoritaires et pacifistes, pèlerin de Kienthal et porte-parole, à la Chambre des députés, des partisans d’une négociation avec l’Allemagne et d’une paix blanche. Surtout, le mouvement d’abandon des cultures se limite à une région précise, celle de sa circonscription (Moulins-Ouest).

32Les éléments rassemblés par l’enquêteur sont essentiellement des déclarations de propriétaires qui ayant des difficultés avec leurs métayers, en attribuent la responsabilité au député de l’Ailier. Quinze propriétaires, souligne l’enquêteur, « tous gens d’une honorabilité incontestable ». L’examen des pièces révèle que la plupart de leurs accusations ne s’appuient que sur la rumeur : « L’opinion publique accuse ouvertement le député Pierre Brizon d’être un des principaux auteurs de cette campagne. Mais je ne possède aucune preuve matérielle pouvant établir le bien-fondé de cette opinion (Audition de M. Dubalais) ». Derrière les « on dit » se dissimulent des griefs beaucoup plus concrets : la raréfaction de la main-d’œuvre, à cause de la guerre, donne aux métayers et à leur famille la possibilité d’émettre des revendications : « Dans tous les autres domaines des deux propriétés, j’ai été contraint de diminuer de moitié l’impôt colonique qui cependant n’était pas exagéré. Les propriétaires sont soumis à un véritable « chantage » de la part des métayers. » L’utilisation d’une « lettre type » suggère une campagne fortement politisée. Enfin et surtout, beaucoup de lettres sont signées de propriétaires n’ayant pas eu de problèmes avec leurs métayers, mais ravis de s’en prendre au député « rouge » : « Bien que je n’aie pas à me plaindre personnellement de mes métayers, il est à ma connaissance que les campagnes électorales du député Brizon ont été néfastes aux idées des cultivateurs dans notre département et, si sa réélection devenait impossible, ce serait un grand soulagement pour la circonscription où ses théories ont fait énormément de mal à l’union des travailleurs agricoles. »

  • 54 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 15 septembre 1916.
  • 55 Digonnat (S.), Brizon, militant socialiste, maîtrise, Paris I, CHS, 1969, p. 183.
  • 56 Pennetier (C.), Le socialisme dans les départements ruraux français : l’exemple du Cher (1850-1921) (...)

33Que faut-il conclure de cette affaire Brizon ? Il semble qu’à l’origine, il y ait des propos défaitistes tenus par quelques soldats, soit dans des lettres, soit directement par des permissionnaires, comme cela se produit dans d’autres départements. S’y ajoutent les difficultés de propriétaires confrontés aux revendications des métayers et de leurs épouses qui entendent profiter de la situation pour alléger les charges qui pèsent sur eux. La figure de Brizon, son intense activité pacifique, et notamment son expulsion de la Chambre ont certainement contribué à réanimer l’ardeur de ses adversaires politiques locaux. Cependant, l’activisme de Brizon n’est pas seulement imaginé par ses adversaires : des informations circulent également parmi les socialistes comme en témoigne Roland dans ses carnets : « Rouger m’a dit, ce matin avoir rencontré à Vichy, en août, Brizon qui y faisait une saison. Il se pourrait bien que ce citoyen du Parti de la paix honorable ait travaillé ce milieu.54 » Plus simplement, Brizon profite de ses déplacements pour diffuser son opinion auprès de ses proches et des militants qu’il rencontre à l’occasion. Mais il n’en contacte très certainement que quelques-uns, le plus souvent dans les principales villes, les mêmes en définitive que ceux que rencontrent Roland dans ses tournées. Dans l’Ailier, bien entendu, l’impact de cette propagande est d’autant plus fort qu’il dispose de contacts locaux anciens. En revanche, il semble douteux qu’il ait pu effectuer une réelle propagande auprès des paysans55. Cette conjonction de faits explique sans doute que la situation de l’Ailier ait été « montée en épingle ». Le rapport est finalement peu convaincant, et il est évident que si des preuves, mêmes minimes avaient existé contre Brizon, les autorités se seraient empressées de les utiliser. Son action a tout de même éveillé des craintes dans les départements voisins, en Haute-Vienne, et surtout dans le Cher. Là, les autorités départementales, confrontées aux mêmes rumeurs, n’hésitent pas à solliciter des éclaircissements auprès du député... socialiste, Émile Dumas56.

34Le courant pacifiste qui s’amplifie dans le parti et notamment en Haute-Vienne, modèle de fédération rurale, ne prend pas véritablement appui sur les campagnes. Il se développe surtout dans l’appareil. Le Populaire, dans sa version initiale, ne cherche pas à isoler un éventuel « pacifisme paysan ». Deux séries de rubriques, « Idées de paysans », lorsque le journal n’est encore qu’hebdomadaire et « Lettres paysannes », de R. Lefebvre, dans Le Populaire de Paris devenu quotidien, servent en fait de simples supports à la propagande pacifiste, de manière générale. L’utilisation du vocable paysan est une référence traditionnelle au bon sens des populations des campagnes. Raymond Lefebvre a recours au même stratagème, mettant en scène des paysans pour mieux dénoncer les ravages du chauvinisme et la propagande quotidienne qu’il faut mener contre la guerre. Là encore, les paysans servent de faire-valoir : si eux peuvent être convaincus, alors l’essentiel de la tâche est réalisé et la paix est possible.

 

  • 57 A.N., F 1c III - 1132, réponse du 5 janvier 1918.

35L’éventuelle utilisation par les socialistes de la lassitude des agriculteurs se heurte enfin aux tensions croissantes entre le monde des villes et des campagnes. Le mécontentement paysan contre la guerre repose en partie sur le sentiment d’être sacrifié par rapport aux ouvriers des villes, qui bénéficient de sursis et d’avantages matériels considérables. Dans leur rapport sur l’état d’esprit de l’opinion publique, certains préfets mentionnent ces tensions nouvelles, tel celui du Haut-Rhin : « La comparaison entre la vie pénible des cultivateurs et celle des ouvriers des villes qui gagnent des salaires de plus en plus élevés tout en profitant des facilités de l’existence, sont pour les ruraux de graves sujets de mécontentement ; ils s’exaspèrent surtout de voir tant d’ouvriers des villes à l’abri dans les usines de guerre, alors que les paysans ont subi [...] de si lourdes pertes.57 »

  • 58 A.N., 310 AP 20, Papiers Jean Locquin, lettre du 27 mai 1918.

36À l’inverse, certaines catégories sociales estiment que les paysans sont privilégiés, comme ce « groupe de mobilisés » qui demande la mise en sursis de la classe 1890, composée d’hommes de métiers obligés d’aller travailler dans les usines, mesure inefficace, « attendue qu’ils ne sont pas métallurgistes et nous avons bientôt 48 à 49 ans et même temps c’est une grande injustice que les cultivateurs soie chez eux et nous aitre obliger d’aitre dans les usines.58 » Face aux incohérences et aux dysfonctionnements du système de libération de la main-d’œuvre, chaque catégorie sociale estime être sacrifiée. Il est indéniable que l’agriculture, dans le domaine des sursis, est souvent satisfaite en dernier car la présence aux champs des familles des mobilisés permet la poursuite de l’exploitation.

  • 59 Michelon (A.-M.), L’opinion publique pendant la première guerre mondiale dans l’Ailier, maîtrise, 1 (...)
  • 60 Pourcher (Y.), Les jours de guerre. La vie des Français au jour le jour (1914-1918), Paris, Plon - (...)

37Outre ces différences de traitement entre mobilisés des villes et des campagnes, les conflits sont permanents sur la question du ravitaillement. Sur les marchés, la presse se fait l’écho des manœuvres spéculatives des paysannes venues vendre leurs produits. Elle fustige également les ouvriers agricoles qui profitent du manque de main-d’œuvre pour obtenir des salaires plus élevés. Étudiant l’opinion publique dans le département de l’Ailier pendant la guerre, Anne-Marie Michelon rapporte un article du Journal de Gannat du 12 octobre 1918, à la tonalité exemplaire : « Il nous est fréquemment arrivé en effet, les jours de marché d’entendre des propos de ce genre “Ces f...eignants de la ville, ils mériteraient de crever de faim”. “Ces c... de paysans, pour s’enrichir, ils nous affameraient”.59 » La presse socialiste n’est pas insensible à de telles polémiques et critique les pratiques de certaines vendeuses qui contournent la taxation. Les archives judiciaires révèlent, dans la plupart des départements, des incidents sur les marchés liés aux coûts des marchandises. Yves Pourcher cite des exemples en Lozère, dans le Finistère, en Indre-et-Loire illustrant les tensions quotidiennes qui alimentent l’opposition entre les villes et les campagnes60. Ces tensions et rancœurs accumulées pèseront lourd dans les affrontements de l’immédiat après guerre.

II. Une paysannerie transformée

Panorama de la France paysanne en 1920

38La guerre, qui vide les campagnes de ses forces vives, provoque une amélioration de leur situation matérielle, grâce aux allocations versées aux familles et au renchérissement du prix des denrées, dans un contexte de pénurie croissante. Les bénéfices que perçoivent les paysans non mobilisés et les familles qui ont poursuivi le travail de la terre proviennent moins des cultures principales comme les céréales, tôt soumises à la taxation, que des denrées complémentaires, vendues directement aux consommateurs sur les marchés des villes.

  • 61 Il s’agit des départements dont la réponse a été conservée aux Archives nationales.
  • 62 A.N., F 7 13015, le préfet de Savoie au ministre de l’Intérieur, 3 avril 1920.
  • 63 A.N., F 7 12987, le préfet de Gironde au ministre de l’Intérieur, 3 avril 1920.

39L’enrichissement paysan, déjà mentionné par les préfets durant le conflit, s’impose à leurs yeux comme l’un des phénomènes marquants de l’après-guerre. Une enquête gouvernementale de 1920 le constate dans près de la moitié des départements61 (35 départements, soit 46,6 %). Les préfets notent cette nouvelle aisance dans des termes souvent équivalents à ceux du préfet de Savoie : « Les paysans pendant la guerre ont amassé de véritables fortunes par la vente de leurs produits qui ont triplé ou quadruplé de leur valeur.62 » Les régions viticoles ont de leur côté bénéficié des achats massifs de l’intendance, car la boisson « nationale » a été déversée sans retenue sur le front. Le préfet de la Gironde en tire les conséquences dès les premières lignes de sa réponse à la circulaire ministérielle : « Bordeaux s’est follement enrichi pendant la guerre et les campagnes de la Gironde par trois années consécutives de récoltes abondantes pendant lesquelles les vins ont atteint des prix insoupçonnés jusqu’alors.63 »

  • 64 A.N., F 7 13000, le préfet du Loiret au ministre de l’Intérieur, 9 avril 1920.
  • 65 A.D. Nièvre, M. 1642, le sous-préfet de Clamecy au préfet de la Nièvre, 5 septembre 1919.

40Cet enrichissement paysan s’accompagne fréquemment, chez les fonctionnaires, de commentaires acerbes : « Enfin la « vague de paresse » et le « désir de jouir » atteignent chaque jour davantage nos paysans. Ce sont eux qui s’insurgent le plus contre les restrictions en pâtisserie et la fermeture anticipée des cafés, si j’en juge par les demandes de dérogation dont je suis assailli et que je rejette d’ailleurs.64 » Si quelques rapports soulignent que les paysans ont travaillé dur, aucun préfet ne relativise l’enrichissement paysan au regard de la dégradation de la situation monétaire et de l’accroissement plus que proportionnel du prix des autres denrées nécessaires à l’exploitation et à la vie quotidienne. L’image du monde rural qui s’impose dans l’opinion est donc celle d’une prospérité sans précédent, étroitement liée à la crise du ravitaillement que connaissent les villes. La cherté des produits agricoles fait ressurgir l’antagonisme entre le monde des champs et celui des villes, et surtout les solides préjugés qui pèsent sur les producteurs agricoles : l’avarice, l’égoïsme, le repli sur soi, la rapacité... Le lyrisme de l’Union sacrée s’efface devant le retour des préoccupations matérielles. Dans la lutte contre la vie chère, la paysannerie s’avère un des principaux obstacles, en raison de l’inertie qu’elle oppose aux mesures prises par le gouvernement. À la fin de l’année 1919 le sous-préfet de Clamecy (Nièvre) informe le préfet des pratiques illicites des paysans : « J’ai l’honneur de vous faire connaître que la plupart des producteurs ou intermédiaires ne tiennent en effet aucun compte des prix normaux limites prévus par le décret du 31 juillet. [...] Il est exact que les cultivateurs qui ont vendu le beurre jusqu’à 11 fr le kilo lors du dernier marché le livrent à domicile chez des consommateurs appartenant à toutes les classes sociales qui n’hésitent pas à satisfaire toutes les exigences des vendeurs.65 »

  • 66 A.N., F 7 12974, le préfet de l’Aveyron au ministre de l’Intérieur, 6 avril 1920.
  • 67 A.N., F 7 12971, le préfet des Alpes-Maritimes au ministre de l’Intérieur, 12 avril 1920.

41Pour les citadins, les paysans sont responsables de la vie chère. Après l’armistice, dans l’atmosphère de désillusions qui baigne le retour à la vie civile, ils sont désignés comme les principaux bénéficiaires de la hausse des prix, sentiment abondamment relayé par la presse. Les préfets fournissent de nombreux exemples de cette hostilité. Eux-mêmes véhiculent une image peu reluisante du paysan, obnubilé par les questions matérielles, seules susceptibles de le faire sortir de son apathie : « Les populations paysannes de l’Aveyron, composées principalement de petits propriétaires particulièrement inféodés aux idées rétrogrades et fortement imprégnés d’individualisme se soucient bien plus de la hausse des produits de la terre que de l’agitation ouvrière.66 » Son collègue des Alpes-Maritimes lui fait écho en décrivant les racines profondes du conservatisme paysan : « Âpre au travail comme au gain, il montrera, s’il en était besoin, autant d’âpreté pour la défense de son bien. Il ne faudra pas demander autre chose à son égoïsme.67 »

 

  • 68 A.N., F 7 12991, le préfet d’Ille-et-Vilaine au ministre de l’Intérieur, 9 avril 1920.
  • 69 A.N., F 7 13023, le préfet de l’Yonne au ministre de l’Intérieur, 5 avril 1920.
  • 70 A.N., F 7 12979, le préfet de la Corrèze au ministre de l’Intérieur, 1er avril 1920.
  • 71 A.N., F 7 12994, le préfet du Loir-et-Cher au ministre de l’Intérieur, 2 avril 1920.

42L’argent qui, selon les observateurs, s’accumule dans les campagnes ne sert pas uniquement à l’acquisition de nouvelles « toilettes » et d’automobiles. C’est bien évidemment la terre qui est l’objet de toutes les convoitises du paysan. L’enquête gouvernementale de mars 1920 témoigne de ce climat, de nombreux rapports soulignant le double mouvement qui a permis tout à la fois la réduction de la dette hypothécaire et l’accès à la propriété. Le préfet d’Ille-et-Vilaine précise : « La très grande majorité de la population est agricole, composée de petits propriétaires, ayant réalisé pendant la guerre, de sérieux bénéfices, qui leur ont permis de rembourser leurs hypothèques, et d’acheter la terre à un prix très élevé. Je n’ai pas besoin d’insister sur l’état d’esprit de ces cultivateurs.68 » Celui de l’Yonne invente même le terme de « propriétariste69 » pour décrire le nouvel état d’esprit du paysan. Ce mouvement, selon les préfets, ne touche pas les seuls propriétaires. Les fermiers, les métayers, grâce aux prix atteints par les denrées agricoles, accèdent à leur tour à la propriété. Dans les Bouches-du-Rhône, ou en Corrèze « le paysan connaît maintenant au moins l’aisance ; il possède la plus grande partie des propriétés qu’il exploitait jadis pour le compte d’autrui.70 » Tous les travailleurs de la terre aspirent donc à l’indépendance économique et dans quelques départements, les préfets, avec optimisme, y incluent les ouvriers agricoles comme dans le Loir-et-Cher : « Ils achètent toutes les terres qui sont mises en vente à des prix très élevés. Nous assistons de ce côté-là, peu à peu à une évolution. Le paysan devient seul propriétaire de la terre qu’il cultive. L’ouvrier agricole lui-même devient petit propriétaire et sa mentalité s’éloigne de ce fait de celle de l’ouvrier d’industrie.71 »

  • 72 Caziot (P.), La terre à la famille paysanne, Paris, Payot, 1919, p. 120 ; Augé-Laribé (M.), Le pays (...)

43De telles conclusions renforcent la légitimité du modèle de l’exploitation paysanne, désormais doté d’une dimension patriotique. La guerre a en effet prouvé qu’en cas de crise, sa structure familiale lui donnait une capacité d’adaptation et de résistance, à la différence des grandes exploitations mécanisées, privées de main-d'œuvre par la mobilisation. Ces considérations économiques rejoignent l’exaltation de la paysannerie, garante de l’ordre et rempart de la patrie. Pour les préfets, l’enrichissement de la paysannerie renforce son conservatisme politique face aux menaces révolutionnaires. D’un point de vue économique, la guerre a démontré l’efficacité de la petite propriété paysanne. Avant 1914, il existait un débat sur le rôle de la grande propriété, facteur privilégié du progrès technique, seul moyen de remédier à l’exode rural par la mécanisation accrue et l’intensification des rendements. Après guerre, si la question de l’exode rural se pose avec une vigueur accrue, il n’est plus question de promouvoir la grande propriété. La guerre est passée par là, voyant triompher la France et son soldat paysan, défenseur de son champ et de sa patrie. Tel est le bilan qu’esquisse P. Caziot, ingénieur agronome, dans un ouvrage de 1919. La guerre, qui a encore accentué l’angoissante carence de main-d’œuvre, a définitivement tranché en faveur de la propriété familiale, les familles nombreuses fournissant une main-d’œuvre peu coûteuse, efficace et attachée à la terre. Enfin la guerre a consacré la faillite des thèses socialistes sur la concentration agraire : « Quoi qu’en disent les socialistes, la concentration de la propriété foncière n’existe pas, et c’est bien plutôt la grande propriété qui perd du terrain. D’autre part et surtout, il est faux de dire que la petite propriété s’oppose au progrès agricole et qu’elle est condamnée par la loi d’évolution.72 »

  • 73 Caziot (P.), La valeur d’après-guerre de la terre, Bordeaux, Imprimerie F. Puech, 1923, p. 11.

44Seules des enquêtes régionales permettraient de préciser les conséquences concrètes de la guerre sur la structure foncière et d’opposer une réponse quantitative aux assertions des préfets. Cependant, beaucoup plus qu’une accession massive à la propriété, déjà relativisée par des études contemporaines73, l’enrichissement paysan tel qu’il est abondamment décrit dans les campagnes se traduit par une disponibilité monétaire sans précédent de la paysannerie. Cela suffit pour exacerber les tensions entre le monde urbain et le monde rural, alors même que cet « enrichissement » paysan est largement utilisé dans les affrontements partisans et alimente les débats sur l’évolution politique de la paysannerie.

Des campagnes bleu horizon ?

  • 74 Augé-Laribé (M.), La politique agricole de la France de 1880 à 1940, Paris, PUF, 1950, p. 372.

45La guerre n’a pas eu que des conséquences économiques et l’expérience du front et des tranchées, de la mobilisation et des combats, a profondément marqué les paysans. Il est important de cerner ces mutations, surtout si l’on s’intéresse à l’évolution des structures mentales. Toutes les études sur le monde rural s’accordent à noter l’intensité du choc ressenti par les paysans, mais aucune ne parvient à le mettre avec précision en évidence. Le paysan de 1918 se distingue-t-il de celui de 1914, et si oui, quel est le rôle de la guerre ? Dans la plupart des cas, l’historien se réfugie derrière un jugement difficilement contestable, celui d’Augé-Laribé : « Peut-être atteindrait-on le plus profond, l’essentiel, en disant que le paysan de 1914 est un résigné et celui de 1920 un mécontent.74 » La fortune de cette citation provient assurément de son caractère lapidaire, dans un domaine où l’historien manque de points de repère.

  • 75 A.N., F 1cIII - 1125, le préfet des Basses-Alpes au ministre de l’Intérieur, 30 décembre 1917.
  • 76 A.N., F 1cIII - 1130, le préfet de la Mayenne au ministre de l’Intérieur, 2 janvier 1918.

46Elle demeure utile pour mieux comprendre la France paysanne de 1918. La notion de mécontentement est intimement liée à la prise de conscience que la guerre, provoquant des massacres inutiles, a entraîné une rupture profonde avec le passé, notamment parmi ceux qui composaient la grande masse des combattants de première ligne. Le gouvernement lui-même s’en inquiète, l’un des volets de l’enquête préfectorale de décembre 1917 s’interrogeant sur l’attitude politique des ruraux, en vue d’une éventuelle consultation électorale. Les préfets ne se risquent guère à faire des pronostics, évoquant surtout la situation économique. Celui des Basses-Alpes, dont le département est marqué par un pacifisme diffus, conclut ainsi son rapport : « Enfin, on s’accorde généralement à penser que le mobilisé du front, pour mieux dire, « le poilu » exercera une action décisive sur le premier scrutin ; mais il est naturellement impossible de préciser dans quel sens se produira cette initiative.75 » Rares sont ceux qui, comme le préfet de la Mayenne, tentent d’aller plus avant dans l’analyse des conséquences profondes de la guerre : « Tout au plus, peut-on dire que la mentalité du paysan paraît s’être considérablement modifiée et qu’à la soumission au « maître » doit succéder un esprit d’indépendance susceptible de bouleverser la nature des rapports qui existaient antérieurement.76 » Les ruraux, au contact de leurs camarades du front, ont incontestablement appris à se plaindre et à comparer leur situation à celle des autres combattants, ouvriers et citadins. Il est impossible de croire que les paysans ont totalement fait abstraction du monde extérieur. Certes, le front est un monde à part, replié sur lui-même, mais l’élargissement de l’horizon est indéniable. A-t-il été suffisant, comme le laisse entendre le préfet de la Mayenne, pour faire basculer le paysan dans une indépendance d’esprit aux implications politiques « inquiétantes » ? L’avenir donne tort aux craintes de ce préfet et, d’un point de vue strictement politique, l’immédiat après-guerre ne remet pas brutalement en cause les hiérarchies. Les fidélités locales traditionnelles l’emportent sur le sentiment de révolte né dans la guerre. D’après les rapports préfectoraux de 1920, la nouvelle aisance paysanne a fait taire les souffrances de la guerre.

 

  • 77 A.N., F 7 12977, le préfet du Cantal au ministre de l’Intérieur, 6 avril 1920.
  • 78 A.N., F 7 12981, le préfet du Doubs au ministre de l’Intérieur, 6 avril 1920.

47Le jugement des préfets repose en premier lieu sur les résultats des récentes consultations électorales, qui, au niveau national, ont abouti à l’élection de la Chambre « bleu horizon ». Dans les élections locales, ils notent l’émergence des listes « anciens combattants » qui prolongent au village l’Union sacrée et perpétuent les vertus militaires d’ordre et d’obéissance, bien loin des menaces révolutionnaires. L’autre facteur explicatif repose sur l’analyse du comportement paysan. Traditionnellement, celui-ci est présenté comme indifférent aux débats politiques, uniquement préoccupé par ses récoltes et le prix de vente de ses produits. Or l’agitation révolutionnaire, les atteintes portées à sa prospérité par les désordres sociaux le poussent à intervenir dans les débats en tant que premier défenseur de l’ordre social. Dans la réponse à la circulaire du 30 mars 1920, 52 préfets présentent la paysannerie comme un pôle de résistance aux menaces révolutionnaires. Le commentaire succinct du préfet du Cantal donne le ton : « En résumé, le caractère de la population essentiellement agricole du Cantal, son attachement à la propriété terrienne, doublé d’un intérêt pécuniaire qui s’est accru notablement au cours et depuis la dernière guerre, constituent pour le moment le plus sûr et le meilleur antidote à toute agitation.77 » Passée cette première constatation, les appréciations s’affinent. Dans certains cas, l’opposition des campagnes à la révolution n’est que le prolongement de leur ancestrale passivité et il faudrait des mesures frappant directement l’agriculteur pour que celui-ci se sente concerné. Tel est le jugement du préfet du Doubs : « Les paysans veulent l’ordre et ils ont voté pour les candidats les plus éloignés du socialisme. Mais ils sont prodigieusement indifférents, et ne comprendraient le danger social que lorsque deux ou trois classes seraient appelées pour maintenir cet ordre.78 »

  • 79 A.N., F 7 12973, le préfet de l’Ardèche au ministre de l’Intérieur, 4 avril 1920.

48Dans d’autres régions, au contraire, les paysans sont plus attentifs aux menaces révolutionnaires et sont prêts, selon les préfets, à se mobiliser pour assurer la défense du régime. Les vagues successives de grèves ont favorisé la formation de groupements susceptibles d’assurer le fonctionnement des services essentiels et de contrarier l’action des grévistes, comme l’indique le préfet de l’Ardèche : « Aujourd’hui, ces mêmes habitants, d’un naturel pourtant très pacifique, veulent se grouper pour se défendre contre les menaces possibles de révolution. Les paysans, très attachés à leur coin de terre, craignent qu’on ne cherche un jour à les déposséder ; et, à la suite de l’appel que nous avions adressé à tous les volontaires, capables de se substituer, en cas de grève générale, aux ouvriers ou employés défaillants, pour assurer le fonctionnement des principaux services publics et le ravitaillement des populations, j’ai reçu la visite d’un certain nombre de personnalités me demandant de faciliter la constitution d’un groupement de défense sociale, capable de parer à toutes les éventualités.79 »

  • 80 A.N., F 7 12970, le préfet de l’Ailier au ministre de l’Intérieur, 13 avril 1920.

49Ces rapports témoignent de l’importance des grèves dans l’orientation conservatrice des campagnes et le renforcement des tensions entre villes et campagnes. Enrichis par la vente de leurs produits, les paysans ne peuvent que s’indigner de mouvements qui paralysent les échanges. 19 rapports, soit 24 % des réponses, les mentionnent comme des facteurs contribuant à dresser les paysans contre la révolution. Dans des départements aussi différents que l’Ailier ou les Alpes-Maritimes, les préfets arrivent à des conclusions étonnamment semblables. Le premier précise que « le paysan fermier est devenu propriétaire et ses conceptions politiques se sont naturellement modifiées et écartées des théories socialistes et communistes, d’autant plus que les grèves récentes lui ont donné un avant-goût du bolchevisme mis en pratique.80 »

  • 81 A.N., F 7 12981, le préfet de Côte-d’Or au ministre de l’Intérieur, 1er avril 1920.
  • 82 A.N., F 7 12975, le préfet des Bouches-du-Rhône au ministre de l’Intérieur, 1er avril 1920.

50Cette hostilité au monde urbain prend parfois des formes plus politiques, tandis que se manifestent les ressentiments nés de la guerre : « Ces sentiments se mêlent chez les paysans à une rancune tenace contre les ouvriers des villes dont un grand nombre ont échappé aux souffrances et aux périls de la guerre. Au cours de la grève des cheminots, on entendait fréquemment, dans nos communes rurales, déplorer que le gouvernement ne se décidât point à mobiliser plusieurs classes et à décréter l’état de siège pour venir à bout d’un mouvement considéré par tous comme purement révolutionnaire.81 » Il faut cependant relativiser ces jugements, qui rassemblent bourgeoisie et paysannerie, car pour cette dernière, le préfet est souvent l’interprète d’une catégorie particulière. Celui des Bouches-du-Rhône rapporte la protestation émanant d’un groupe de paysans : « C’est ainsi que lors de la grève des cheminots, la protestation ci-jointe contre l’attitude des grévistes a été adressée par un groupe de paysans à M. Millaud, conseiller général, qui l’a publiée dans la presse. M. Millaud est une personnalité très estimée et un vieux militant républicain. Il est le doyen du Conseil général : sa pensée est donc bien celle des populations au milieu desquelles il vit.82 » À partir d’une telle protestation, il est impossible de faire la part entre les sentiments réels de la paysannerie à l’encontre du mouvement ouvrier – nécessairement plus contrastés – et l’idéologie traditionnelle des notables, adversaires des socialistes.

  • 83 A.N., F 7 12979, le préfet de la Corrèze au ministre de l’Intérieur, 1er avril 1920.

51Pour les préfets et pour une partie de l’opinion, il y a de plus une antinomie profonde entre le Parti socialiste, urbain et collectiviste, et les populations paysannes avant tout attachées à la terre qu’elles cultivent. Peu importent les efforts des socialistes, par le passé et dans le futur, pour affirmer leur respect de la petite propriété, car les analystes refusent de les suivre dans leur argumentation. Cette antinomie est parfois tellement évidente que les rapports préfectoraux ne l’explicitent même pas. De même qu’ils affirmaient par le passé que leur département, parce que rural, ne s’intéressait pas à la politique, ils lient étroitement la dominante rurale et le refus du socialisme. Le préfet de Corrèze utilise de tels arguments : « Quant à la population paysanne qui représente les 2/3 de la population du département elle est non seulement réfractaire, mais encore nettement hostile aux théories révolutionnaires et plus spécialement à celles qui tendraient à la « Nationalisation » des terres. Durant la guerre, le bas de laine n’a cessé de se gonfler ; le paysan connaît maintenant au moins l’aisance ; il possède la plus grande partie des propriétés qu’il exploitait jadis pour le compte d’autrui. Il n’est pas douteux qu’il s’insurgerait avec vigueur et ténacité contre toute tentative qui menacerait le régime de la propriété dont il est le détenteur.83 » L’enquête gouvernementale de 1920 ne dresse pourtant pas un tableau totalement « idyllique » de la situation.

L’existence d’un mécontentement rural

  • 84 A.N., F 7 12977, le préfet de Charente au ministre de l’Intérieur, 22 mars 1920.
  • 85 A.N., F 7 12977, le préfet de Charente au ministre de l’Intérieur, 7 avril 1920.

5215 départements (soit 20 % des réponses) font référence à l’insatisfaction des populations rurales qui dénoncent les restrictions qu’elles subissent. En Charente, les paysans protestent contre le maintien des achats par l’intendance à des cours taxés, alors que les prix flambent sur les marchés : « Sans doute aucune résistance ne s’est-elle encore produite ; mais les esprits sont très excités, et des paroles sont prononcées chaque jour, qui dans ce pays pondéré, calme, un peu indolent même, méritent d’être retenues : « Tout cela, c’est parce que nous sommes trop bêtes. Ils veulent la Révolution, ils l’auront. » Peut-être ne faut-il pas prendre ces propos exactement à la lettre. Mais pour que les cultivateurs charentais en viennent non seulement à penser, mais même à s’exprimer de la sorte il faut qu’ils soient profondément exaspérés ; et il convient de tenir grand compte de ces tendances d’opinion pour les surveiller et en arrêter le développement.84 » De manière éloquente, ces préoccupations, déjà abordées dans un rapport du mois de janvier, ne se retrouvent pas dans la réponse à la circulaire du ministère de l’Intérieur. Le préfet met alors en avant le désir d’ordre des campagnes. Il estime sans doute que le mécontentement paysan, purement économique, est sans effet sur sa fidélité au régime et à l’ordre social85.

  • 86 A.N., F 7 13000, le maire de Moulon [Loiret] au Commissaire spécial, 4 avril 1920.

53Dans le même esprit, le préfet du Loiret annexe à sa réponse la lettre d’un maire rural au commissaire spécial, révélatrice à ses yeux de l’état d’esprit des ruraux : « Aux champs, l’activité est redevenue admirable, ardente, effrénée. La friche disparaît, la maison du poilu renaît et croît sous son effort incessant. J’en ai, ici, une vingtaine de ces poilus ; si vous les voyiez ; ils se sont raccrochés après la terre ; ils la tourmentent, ils la caressent et l’asservissent à leur volonté de produire ; ils voudraient bien lui donner plus d’engrais ; mais ils sentent la main de fer du monopole, de ces grands industriels, commerçants et financiers qui leur répondent : vous n’aurez pas de sulfate d’ammoniaque à moins de 180 ou 200 francs et mes poilus sont mécontents ! Prenez garde au mécontentement.86 » En fin de compte, si le paysan est mécontent, c’est parce qu’il existe des obstacles à son activité économique.

 

  • 87 A.N., F 7 13004, le préfet de la Nièvre au Ministre de l’Intérieur, 8 avril 1920.
  • 88 A.N., F 7 12973, le préfet de l’Aude au ministre de l’Intérieur, 1er avril 1920.

54Cette insatisfaction peut avoir des conséquences politiques et rendre les masses paysannes réceptives à la propagande révolutionnaire. Elle touche en priorité les salariés agricoles, comme les bûcherons ou les ouvriers viticoles, qui possèdent une ancienne tradition revendicatrice. Ainsi dans la Nièvre, après avoir, comme ses pairs, mis en exergue l’enrichissement et l’évolution conservatrice des ruraux, le préfet mentionne l’existence de catégories plus combatives : « Les seuls groupements ruraux susceptibles d’apporter un appoint aux éléments du désordre sont les syndicats de bûcherons dont les adhérents sont répandus sur une grande partie du département où les exploitations forestières occupent une superficie considérable. Les bûcherons, qui tous se livrent également à la culture une partie de l’année sont acquis depuis fort longtemps aux théories les plus avancées et suivront tout mouvement parti de Nevers. Mais essaimés sur l’ensemble du territoire, ils constituent surtout dans les campagnes une force de propagande pour le syndicalisme révolutionnaire et son développement dans l’avenir.87 » Dans l’Aude, département coutumier des conflits salariaux saisonniers, la situation n’a pas fondamentalement changé, même si le préfet note une politisation plus intense88

  • 89 A.N., F 7 12987, le préfet de la Gironde au ministre de l’Intérieur, 3 avril 1920.
  • 90 A.N., F 7 12994, le préfet des Landes au ministre de l’Intérieur, 1er avril 1920.

55Plus graves sont les mouvements qui agitent quelques départements du Sud-Ouest, dans les Landes en particulier, où les systèmes traditionnels d’exploitation sont contestés et où la propagande de la CGT rencontre une réelle audience. Les particularités du cas landais s’inscrivent dans le cadre plus vaste de la région de Bordeaux, où la CGT est très active89. Le préfet des Landes est directement concerné par ce mouvement : « Désormais une vaste organisation, constituée dans les formes légales, oppose les travailleurs agricoles aux propriétaires. Cette organisation a ses chefs et suit l’impulsion directe de la Confédération Générale du Travail. Elle sera susceptible, dans un moment de trouble, de réveiller les divisions momentanément assoupies, et en tout état de cause, poursuivra, dans un avenir prochain l’extension de son action aux autres parties de l’arrondissement de Saint-Sever. Le syndicalisme agraire, fait nouveau dans les Landes, est en train de transformer profondément l’état d’âme des populations agricoles.90 »

  • 91 A.D. Seine-et-Oise, 4 M 2/77, rapport du commissaire spécial de Rambouillet au préfet, 12 mars 1920
  • 92 Gratton (P.), La lutte des classes dans les campagnes, Paris, Anthropos, 1971, 482 p.

56Dans d’autres régions, celles où le socialisme n’était que faiblement implanté avant-guerre, la propagande syndicale éveille certaines craintes. En Seine-et-Oise, le commissaire spécial de Rambouillet évoque les réunions organisées par la CGT dont la campagne d’affichage « n’est pas sans causer parmi la population des campagnes (propriétaires ruraux et petits cultivateurs) une certaine émotion, justifiée par la violence des termes employés et les menées révolutionnaires qu’elle révèle. » Il est vrai que l’affiche, adressée au « Prolétariat des campagnes », dénonce sans retenue l’action néfaste des « seigneurs agrariens » pour les bénéfices desquels « 1 260 000 de nos camarades ont été massacrés » et appelle à la révolte des « culs terreux » et des « jacques91 ». Ces propos qui témoignent de l’offensive menée par la CGT au lendemain de la guerre pour séduire les travailleurs agricoles92 s’inscrivent dans la droite ligne du discours révolutionnaire, depuis la référence féodale, en passant par un ton résolument antimilitariste. Aux 1 300 000 paysans morts pour la patrie que les conservateurs opposent aux grévistes des villes, les syndicalistes rappellent les 1 260 000 camarades victimes de la guerre et des profits capitalistes.

 

57Le tableau de la France rurale esquissé par l’enquête gouvernementale du 20 mars 1920 ne semble guère favorable au socialisme. Certes, les préfets répondent à une question précise, celle de l’attitude des populations rurales en cas de soulèvement révolutionnaire, et leurs rapports démontrent la permanence des stéréotypes qui pèsent sur les habitants des campagnes. Reste que si l’enrichissement doit être relativisé, la paysannerie française est loin d’être au bord de la ruine. Or, alors que les socialistes se déchirent sur la stratégie politique à adopter, l’attitude des campagnes en cas de révolution devient l’un des enjeux de l’affrontement.

III. Un parti déchiré

« Les paysans sont-ils contre nous ? »

58Le poids de la guerre sur les populations paysannes n’avait guère permis aux minoritaires de développer leur propagande. Après la signature de l’armistice, les socialistes s’efforcent de présenter le conflit comme une étape décisive dans l’émancipation politique de la paysannerie : celle-ci a pris conscience de son « oppression » et d’avoir été sacrifiée aux intérêts de la classe dominante.

  • 93 Le Populaire, 22 août 1919, « Le seul remède », éditorial de Paul Faure.
  • 94 L’Humanité, 20 mai 1919, « En Haute-Vienne », Marcel Cachin.

59Dans le cadre de la campagne des législatives, Paul Faure, évoquant les assauts de la bourgeoisie, mise sur le pacifisme paysan pour y faire échec93. Marcel Cachin, dans un appel en faveur de la propagande, tient un discours comparable, insistant plus encore sur le dynamisme des masses paysannes au retour du front : « Depuis longtemps la presse bourgeoise allait répétant qu’après la guerre les paysans n’allaient pas manquer de se dresser contre le socialisme. Et l’on sait par quelle perfide campagne la réaction essaye encore de diviser les ouvriers et les travailleurs des champs. Résultat : les paysans sont revenus de l’armée ; ils ont rejoint leurs groupes d’avant-guerre ; ils sont ardents plus qu’avant leur départ. Beaucoup d’entre eux bénéficiaient de la hausse des denrées et leur situation s’améliore. Ils en ont profité pour se libérer des charges et des engagements contractés vis-à-vis des bourgeois locaux. Leur indépendance s’est accrue, et plus librement ils vont mener le bon combat à nos côtés.94 » L’argumentation est intéressante, puisqu’elle prend le contre-pied de la thèse dominante, développée par les préfets, celle de l’hostilité grandissante des paysans enrichis contre un socialisme niveleur. Selon Cachin, de surcroît, l’enrichissement paysan, gage d’indépendance, est même une bonne chose pour le socialisme. Son enthousiasme repose cependant sur un exemple précis, celui de la Haute-Vienne, modèle de la fédération paysanne, puissante car organisée. C’est pourquoi son article s’achève par un éloge de la propagande à mener, dans tout le pays, en faveur du socialisme.

  • 95 Le Populaire du Centre, 13 août 1919, « Corrèze - Saint Pantaléon de-Larche - Battage des blés », s (...)

60Les sources sont malheureusement peu nombreuses pour mesurer l’impact de cette propagande dans les campagnes. Dans les départements, les comptes rendus des commissaires spéciaux, souvent épars, tant aux Archives nationales que départementales, n’évoquent que rarement ces questions. La propagande antimilitariste retenant d’ordinaire leur attention, on peut supposer que ce thème n’était guère abordé dans les réunions de propagande. Les comptes rendus publiés par la presse socialiste confirment cette tendance, même si là encore, il faut rester méfiant : ils sont souvent très stéréotypés et ne reproduisent pas systématiquement les propos des orateurs. Les quelques exemples rapportés par la presse socialiste paraissent trop « construits » pour être véritablement répandus comme cette propagande un peu particulière effectuée à l’occasion des repas de battage : « Il est d’usage après cette petite fête de chanter. Cela a paru indécent à un de nos bons camarades, le camarade Pignol. Ce dernier a adopté une meilleure méthode. Il se rappelle les horreurs de la guerre, car il y a été blessé et a obtenu les citations les plus élogieuses. Il rappelle, lui, le bon paysan, ces mauvais moments à ses amis et les engage à travailler pour que nous ne les voyions plus jamais. [...] Bravo Pignol continuez, nous savons que la graine que vous sèmerez naîtra et apportera la bonne récolte.95 »

  • 96 Chambre des Députés, Programmes, professions de foi et engagements électoraux de 1919, Paris, Impri (...)

61Paradoxalement, la dénonciation de la guerre ne paraît pas avoir été un argument privilégié dans la propagande en direction des ruraux durant l’année 1919. Les proclamations électorales aux élections législatives en témoignent, où l’on s’attache surtout à défendre la position des socialistes avant 1914. Seul le Cantal fait exception, dans l’intitulé même de sa « Liste des candidats socialistes unifiés et d’anciens combattants », et dans des revendications faisant clairement référence à la fraternité nouvelle jaillie des tranchées, contre la bourgeoisie au pouvoir : « L’heure a sonné ! Rappelez vous les derniers hivers ! Le froid, la neige, la boue, les balles, les obus, les cadavres, les larmes des nôtres qui attendaient au pays !... combien de fois, poilu, as-tu maudit ceux qui nous gouvernaient ! Souviens-toi de ces heures terribles lorsque la mort nous frôlait à chaque seconde, lorsqu’à côté de nous les camarades tombaient. Ces hommes, les responsables, sont aujourd’hui devant toi : chasse-les !96 » La vigueur de l’antimilitarisme semble ici inversement proportionnelle à l’implantation réelle du parti.

  • 97 Prost (A.), Les Anciens combattants et la société française (1914-1939). Sociologie Paris FNSP, 197 (...)

62Dans les campagnes, les socialistes se heurtent à deux difficultés pour dénoncer les retombées désastreuses de la guerre. La vie chère ne frappe que marginalement les paysans, accusés au contraire d’en être les bénéficiaires. Par ailleurs, l’Union sacrée se dissout plus difficilement dans les campagnes, où les structures mêmes de la vie collective favorisent l’unanimisme97. Cet unanimisme n’est pas, en soi, un obstacle à l’expression du politique, et des associations se rattachent à des organisations proches de leur sensibilité. Cependant, dans l’immédiat après-guerre, le Parti socialiste apparaît dans les circonscriptions rurales – à l’exception des quelques régions où il dispose d’une implantation ancienne – en marge de la vie politique. En ce sens, le discours « Union sacrée » et l’exaltation du sacrifice paysan par les candidats du Bloc national ont certainement été bien accueillis et il était difficile pour les socialistes d’en prendre le contre-pied, alors même que beaucoup de candidats ne reniaient pas, bien au contraire, leur engagement dans la guerre.

 

63Bien plus que les débats sur l’éventuelle émancipation du paysan, les socialistes doivent trouver une réponse adéquate au leitmotiv de l’enrichissement des campagnes qu’utilisent abondamment leurs adversaires, et qui, selon les rapports préfectoraux, contribue à modeler l’opinion rurale. Les socialistes y opposent des réponses souvent contradictoires, ou tout au moins divergentes, qui transparaissent dans la presse et les congrès.

  • 98 L’Humanité, 26 juin 1919, « La guerre expropriatrice », Paul Mistral.

64Le discours dominant accepte l’enrichissement de la paysannerie, mais énonce toutes les charges nouvelles générées par la guerre. Paul Mistral illustre cette interprétation dans L’Humanité, sous le titre évocateur « La guerre expropriatrice » : « Par contre, tout ce qu’il est tenu de payer (main-d’œuvre, engrais, semences, outils aratoires, vêtements, etc.) a également augmenté. [...] Dans quelle mesure la propriété rurale sera-t-elle atteinte par les charges nouvelles qui s’imposent ?[...] Pour réparer sa maison délabrée, mettre en état les bâtiments d’exploitation, pour la remise en culture de ses terres, restées en jachère, pour remonter son cheptel, acheter les engrais et les instruments agricoles, il faut de l’argent, beaucoup d’argent. Il n’en a pas. Il abandonne donc la terre et va gagner sa vie à la ville ou dans un centre industriel. Un exproprié de plus.98 » Tous les points qui serviront à la propagande sont ainsi passés en revue : l’enrichissement de la guerre n’est que provisoire, la hausse des prix touche aussi le paysan qui consomme de plus en plus de produits de l’extérieur ; enfin, l’énorme dette issue de la guerre retombera inévitablement sur les contribuables agricoles.

  • 99 Le Populaire. 2 juillet 1920, « Prend la terre, Paysan... », Mayéras.

65D’autres auteurs choisissent d’affronter le thème de l’enrichissement paysan. Les enseignements de la guerre ont été rapidement tirés par Mayéras, dans un article paru dans Le Populaire : « Il la prend, la terre, le paysan ! Non point, hélas ! selon les formes qui sont inscrites dans le célèbre chant révolutionnaire... Il ne la prend pas encore. Il l’achète ! Il l’achète très cher tant il la veut de toutes les forces dont il l’a convoitée. » L’achat de terre par les fermiers et les métayers, l’effacement des dettes hypothécaires aboutissent à « cette constatation contre-révolutionnaire que la guerre n’a pas, chez nous, prolétarisé la paysannerie, mais qu’au contraire elle a raffermi et généralisé la propriété de la terre. [...] Il y a en France un paysan nouveau : sa terre est vraiment à lui et il en a davantage ; il tend à limiter son brutal effort de naguère par l’emploi de la machine, et il le peut et il le fait ; il vit beaucoup mieux ; il mange de bons morceaux ; il boit du vin ; il meuble bien sa demeure. Il a élevé sa vie. Il sera, il est déjà un autre homme, plus libre, plus fier... Tant mieux !99 » Cette vision optimiste de la situation paysanne d’après-guerre ne doit pas faire oublier l’essentiel ; le processus historique, momentanément interrompu par la guerre, reprendra son cours, et la chute sera d’autant plus dure pour la paysannerie. La position socialiste est ici résumée : accepter les conséquences économiques de la guerre ne présume en rien de l’avenir du socialisme.

 

  • 100 Le Populaire du Centre, 29 novembre 1919, « Les paysans sont-ils contre nous ? », Daniel Renoult.

66Ces efforts dialectiques plus ou moins habiles reflètent une réalité plus crue, que Daniel Renoult résume dans une interrogation provocatrice : « Les paysans sont-ils contre nous ?100 » Appartenant à la gauche du parti, il s’efforce à la fois de relativiser les résultats négatifs des élections mais aussi d’opposer des arguments aux modérés qui, invoquant les réticences paysannes, prônent la prudence et la propagande, plutôt que l’emballement révolutionnaire.

  • 101 L’Humanité, 1er avril 1920, « À la campagne », Marcel Cachin.
  • 102 La Voix paysanne, 1er février 1920, « Bonne besogne », A. Pressemane.
  • 103 La Voix paysanne, 26 juin 1920, « Lettres d’Auvergne », P.C.

67C’est fort de ce constat que la SFIO s’engage dans une vaste campagne de propagande. Marcel Cachin s’y emploie durant le printemps 1920 pour briser les résistances à l’action socialiste101. Les dirigeants décident également de lancer un hebdomadaire destiné aux paysans, sous la direction de Compère-Morel, La Voix paysanne. Dans le premier numéro, Adrien Pressemane, fort de son autorité de député de la Haute-Vienne, souligne l’utilité d’un tel journal en direction d’une paysannerie qui est le dernier rempart de la « réaction », comme l’ont montré les récentes élections. Et la conquête des ruraux n’en est pas moins exaltante : « Celui qui signe ces lignes peut se permettre un tel optimisme. Il est de ceux qui ont osé courir les villages hostiles, qui se sont imposés de détruire la légende, et qui y sont parvenus. D’ailleurs, n’est-il pas vrai que là où la propagande socialiste s’exerçait depuis assez longtemps, la vague de réaction n’a pas mordu le 16 novembre ?102 » Si cet hebdomadaire reflète les positions de Compère-Morel, il n’échappe pas aux doutes sur les capacités révolutionnaires des paysans. Ainsi, un article anonyme souligne la passivité du paysan : « Le fait est que le paysan est trop enclin à oublier qu’il est citoyen, qu’il fait partie d’une société qu’il subit sans la trop connaître, d’une société dont il est un des rouages indispensables, société qui l’exploite parce qu’il ne sait pas ou que par indifférence il ne veut pas imposer sa volonté de direction. C’est là un état d’esprit gros de péril au point de vue social. Je pourrais me proposer d’en rechercher les causes, qui sont sans doute multiples, et dont la première est que le paysan ne pense pas assez.103 »

  • 104 Le Rappel socialiste, 19 juin 1920, « Les propos d’une femme », G. Sillon.

68Les prises de positions sur l’état d’esprit des ruraux sont l’occasion de voir resurgir les tensions villes campagnes. Dans Le Rappel socialiste, une militante dénonce la propagande conservatrice qui fait des ouvriers des privilégiés par rapport aux paysans. Tout en soulignant qu’il ne faut pas favoriser la propagande de la bourgeoisie, elle concède que les ouvriers ont eu plus de chance que les paysans : « Ils l’ont subi, comme vous, mais ils ont eu la grande chance de pouvoir s’en évader avant vous, voilà tout. Je dis la grande chance, car j’estime qu’il est tout à fait déplacé d’égaliser les mérites – les épreuves – en prétendant que celui qui tournait les obus faisait la guerre tout autant que celui qui les voyait pleuvoir autour de soi. » Cette franchise n’est pas du goût de la rédaction qui entend réaffirmer l’égalité de tous les travailleurs devant la guerre : « N.D.L.R. – Notre camarade oublie de dire que tous les ouvriers n’étaient pas des tourneurs d’obus et les paysans des vieilles classes ont été totalement renvoyés à leur charrue, alors que tous les ouvriers des vieilles classes n’ont pas été renvoyés aux usines, tels les plâtriers, les peintres, les menuisiers, les terrassiers, etc., etc.104 » Cette « polémique » témoigne de l’inconfort de la position socialiste sur ce sujet, alors même que les rapports préfectoraux attestent son importance dans les campagnes.

  • 105 Le Populaire du Centre, 30 novembre 1919, « Le prix élevé du blé – Qui en profite ? », « L., Cultiv (...)

69La tâche essentielle des socialistes consiste à bien dégager les responsabilités dans le problème de la vie chère, notamment en dédouanant les petits exploitants : les seuls bénéficiaires sont les moyens et gros propriétaires dont la production est destinée à la vente, et les intermédiaires, principaux artisans de la spéculation. La presse régionale est particulièrement active sur ce terrain, à l’image du Populaire du Centre : « Gros fermiers capitalistes, gros propriétaires terriens et fermiers généraux : les voilà ceux qui, réellement, profitent du prix élevé du blé ! Ce ne sont pas, hélas ! ceux qui tiennent la charrue, qui se tuent à la peine pour le faire pousser : au contraire, ce sont ceux qui ne labourent ni ne sèment, ni ne moissonnent.105 » Il s’agit ainsi de réintroduire la lutte des classes dans les campagnes, là où leurs adversaires politiques souhaiteraient leur opposer une paysannerie homogène.

  • 106 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 30 septembre 1918.

70Ces débats ne sont pas seulement des discours et des bravades idéologiques. Ils correspondent à une tension réelle dans le pays, conséquence d’une guerre longue et douloureuse. Lucien Roland, délégué permanent à la propagande, qui ne cesse de parcourir le pays, note dans son carnet, à quelques jours de l’armistice : « Dans les trains, beaucoup de discussions entre ruraux et citadins ; les citadins accusent les paysans d’exploitation et les paysans accusent les gens des villes d’être inutiles et bons à rien. Le travail manuel seul est compté. Ces discussions me paraissent être un symptôme de la reprise d’une haine injustifiée entre habitants des villes et des campagnes. Nul doute qu’en ce moment le paysan gagne de l’argent ; mais l’augmentation du prix des produits à la ville me semble plutôt être le fait des agissements des intermédiaires et commerçants. Ça pourrait devenir dangereux et nous ménager de tristes surprises.106 »

La loi de huit heures

71Un événement cristallise cet antagonisme entre ouvriers des villes et des champs que Lucien Roland sent poindre avant même la fin du conflit. La loi de huit heures devient le symbole des revendications ouvrières au sortir de la guerre, à l’occasion des grèves et des célébrations fortement dramatisées du 1er mai. Au Parlement les socialistes obtiennent le vote de cette loi pour les ouvriers du commerce et de l’industrie, mais ne peuvent l’étendre aux salariés agricoles. Les positions sont relativement bien tranchées. Aux socialistes et aux quelques radicaux réclamant le bénéfice de la loi pour les agriculteurs, afin de s’opposer concrètement à la désertion des campagnes, la grande majorité de la Chambre oppose la spécificité et la diversité du travail agricole, qui rend impossible toute législation contraignante. L’argument n’est pas nouveau, c’est celui qui justifie, aux yeux des parlementaires, la non-application de la plupart des lois sociales dans les campagnes. Dès lors, les socialistes s’en tiennent à une protestation de principe, l’essentiel étant de donner satisfaction à la revendication du prolétariat urbain.

  • 107 L’Humanité, 26 avril 1919, « Une grande réforme sociale. La loi des huit heures” », A. Luquet.
  • 108 Le Rappel socialiste, 16 août 1919, « Formons bloc », Luc Valeroy.

72La presse socialiste reflète cette attitude ambivalente. Luquet, le chroniqueur parlementaire de L’Humanité, traite sur un ton léger l’exclusion des salariés agricoles, reprenant même les arguments des adversaires du projet, pour mieux souligner l’apport de cette loi qui s’applique à tous les travailleurs : « “Tous et toutes” ! Pardon. À l’exception des travailleurs agricoles, éternellement oubliés par le législateur, mais que les intempéries et les saisons protègent un peu dans ce domaine de la limitation du temps de travail ; ce qui prouve bien qu’à quelque chose malheur est bon”.107 » D’autres se montrent étonnamment discrets : ni Le Populaire, ni Le Populaire du Centre n’évoquent le vote de la loi de huit heures d’un point de vue agraire. Seule la campagne électorale relance un temps le débat, lorsque la presse socialiste entreprend de dénoncer la propagande bourgeoise qui dresse les paysans contre les ouvriers en invoquant la loi de huit heures108.

  • 109 La Voix paysanne, 24 juillet 1920, « Lettres d’Auvergne », P.C.

73Mais les ambiguïtés persistent et même La Voix paysanne ne résiste pas aux arguments déjà rencontrés, peignant le travail aux champs sous des traits favorables : « Mais chacun sait, et le paysan lui-même ne me démentira pas, que ce travail [celui de la moisson] ne se fait pas d’arrache pied. On s’interpelle au bout du sillon ; un farceur raconte une histoire que tous écoutent appuyés sur le manche de l’outil ; le voisin vient à passer, on cause un instant... [...] Qu’on ne croit pas que je veuille diminuer l’importance et la rudesse du travail paysan. Non ! Ce travail est pénible, dur pendant les chaudes journées d’été, mais c’est un travail de plein air, où la santé trouve son compte, travail égayé par les chansons, les conversations, travail rendu moins fatiguant par des arrêts, courts sans doute, mais fréquents, travail libre enfin, pour le paysan propriétaire, exécuté en dehors du regard inquisiteur d’un contremaître ou d’un patron. » Conscient de s’exposer à des critiques, l’auteur invoque une « légitimité paysanne » : « Surtout, qu’on ne m’accuse pas de parti pris. Fils de paysan petit propriétaire, j’ai grandi à la campagne et n’ignore rien des soucis, des peines et des fatigues que procure le travail de la terre. Je n’en suis que plus à l’aise pour conclure : en définitive, nous nous trouvons en présence de deux travaux différents, pénibles tous les deux ; l’un, celui des champs, de durée plus longue que l’autre, celui de l’usine. En revanche, ce dernier est plus épuisant, use plus vite. Et si, du paysan et de l’ouvrier, quelqu’un avait à envier quelque chose à l’autre, je ne crois pas que ce soit le paysan qui a pour lui le grand air et la santé.109 »

  • 110 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 21 mars 1920.

74La question des huit heures est enfin évoquée par Lucien Roland, descendant dans l’Ariège pour une tournée de propagande, comme l’un des sujets mobilisant les auditoires : « Discussion sur la journée de 8 heures avec un paysan aisé, qui descend à Issoudun et prétend faire 16 heures de travail par jour et un petit commerçant de Limoges qui prétend en faire 17. Je convaincs à moitié le paysan de la légitimité de la thèse ouvrière mais le petit commerçant est irréductible et de mauvaise foi. Une bonne vieille paysanne de Tulle me donne raison, au grand dépit de l’épicier, qui ment avec acharnement.110 »

75Il est difficile de mesurer l’impact exact de la campagne des huit heures et des revendications ouvrières sur l’opinion paysanne. On peut être certain que dans les réunions de propagande, lorsque les orateurs évoquent la nécessité de ne pas dresser les uns contre les autres les ouvriers des villes et des champs, la loi de huit heures est une des clés de l’argumentation. Elle cristallise les peurs et les incompréhensions, à une époque où la perspective de la révolution prolétarienne pose crûment la question de l’attitude des campagnes face aux éléments avancés du monde du travail, au moment même où se lève, à l’Est, une grande lueur...

La révolution russe : un enjeu agraire ?

  • 111 Parti Socialiste (SFIO), XVIIe Congrès national tenu à Strasbourg les 25, 26, 27, 28 et 29 février (...)
  • 112 Ibid., p. 117.

76Le débat sur l’enrichissement de la paysannerie et ses aptitudes révolutionnaires n’est pas seulement théorique. Il sert de support aux conflits de tendances qui secouent de plus en plus le parti. Au congrès de Strasbourg, en marge des discussions sur l’Internationale, ses dirigeants tentent d’expliquer l’échec aux élections législatives. Frossard, secrétaire général, invoque le poids du vote paysan : « Une des constatations qu’il importe de relever à cette tribune, c’est que, si nous avons été battus le 16 novembre, c’est notamment parce que l’état d’esprit des paysans n’est plus celui que nous avons connu en 1914. (Très bien !) [...] Ils avaient, avant la guerre, leur maigre domaine hypothéqué ; ils connaissaient la gêne et parfois, la misère : la guerre a amélioré leur situation matérielle. Ils sont devenus tout naturellement (il ne faut pas le leur reprocher) – il vaut mieux essayer de les comprendre – des conservateurs, parce qu’ils ont désormais quelque chose à conserver.111 » Mayéras surenchérit quelques instants plus tard : « Tous ces généraux, tous ces officiers, plus ou moins supérieurs, qui ont été élus sur les listes du Bloc national le 16 novembre, par qui ont-ils été élus ? L’ont-ils été par ceux qui n’ont pas fait la guerre ? Au contraire ! par ceux qui l’ont faite et à qui ils la faisaient faire de la façon que vous savez. [...] Précisons nos exemples. Ce sont les paysans qui ont fait les 1561 jours de guerre, comme ces paysans de l’Aveyron, qui se sont empressés d’élire... qui ? des socialistes ! Allons donc : un général de défaite, comme le général de Curières de Castelnau de Morhange. (Bruits.)112 »

  • 113 Ibid., p. 255.

77Mais cette position est loin de faire l’unanimité, car l’enjeu n’est rien moins que la perspective d’une révolution proche. R. Lefebvre prend soin de décrire une paysannerie bien différente : « On a dit dans la journée d’hier à plusieurs reprises que les paysans étaient violemment hostiles à notre doctrine. [...] Eh bien, la pensée profonde que le paysan a rapportée de la tranchée, mais qui ne germe pas tout de suite, parce que ces grandes révolutions-là sont lentes, parce que ce n’est pas du jour au lendemain qu’on s’éveille, parce que le paysan revenu de la tranchée a commencé par dormir longtemps (et ce que vous avez souvent pris pour une hostilité n’était que ce sommeil lourd qui abattait les hommes au retour de la relève) ; la pensée profonde que le paysan a rapportée de là-bas, c’est la haine de la guerre. Camarades, je vous le jure. Ce n’est pas une espérance chimérique que je vous apporte ; il y a chez eux une unanimité pour crier : À bas la guerre et à bas les généraux. (Applaudissements.)113 »

 

  • 114 Le Droit du peuple, 30 mars 1917, « Les paysans russes acclament la révolution ».
  • 115 L’Humanité, 25 août 1920, « Ce que nous avons vu en Russie. Ouvriers et paysans », Marcel Cachin.
  • 116 L’Humanité, 24 août 1920, « Ce que nous avons vu en Russie. La politique agraire », Marcel Cachin.
  • 117 L’Humanité, 25 août 1920, « Ce que nous avons vu en Russie. Ouvriers et paysans », Marcel Cachin.

78La discussion prend une tournure nouvelle et décisive avec la préparation du congrès de Tours, à l’automne 1920. Jusqu’à cette date, l’évocation du volet agraire de la révolution russe avait été extrêmement réduite, la propagande l’emportant sur la réalité, comme l’illustre un article du Droit du peuple : « Dans beaucoup de gouvernements les paysans abaissent bénévolement leurs prix. [...] Le maire de Nijni-Novgorod a parcouru tout le gouvernement rapportant l’impression unanime de la confiance. Les livraisons de blé sur les marchés deviennent plus intenses.114 » Le retour de Russie de Cachin et de Frossard ouvre le débat. Les partisans de l’adhésion se retranchent derrière leur témoignage, affirmant que les soviétiques sont, en matière agricole, sur la bonne voie. Il y a, en premier lieu, le rappel que l’attitude des paysans a été un facteur décisif dans l’avènement au pouvoir des bolcheviks, mais sous une forme « passive » : « Les révolutionnaires de Russie trouvèrent leur appui essentiel, pour leur mouvement d’octobre 1917, dans la classe ouvrière des villes et à l’armée. Les paysans, auxquels ils eurent l’habileté de donner immédiatement de la terre, furent neutralisés dans le combat contre la bourgeoisie et laissèrent passer la justice populaire.115 » Une fois que les prolétaires des champs ont eu accès à la propriété, se posait le problème du sort des « paysans moyens », réglé par Lénine dans le sens de l’apaisement : « Mais, pour le demi propriétaire qu’est le moyen paysan, la tâche était plus délicate. La situation de ce producteur est à ses yeux mêmes, indécise. Il oscille entre la défense du capitalisme et la collaboration avec la classe des salariés. Lénine a délibérément orienté le Parti communiste vers la conciliation et l’union des prolétaires avec les paysans moyens.116 » On soulignera au passage la grande confusion des termes, puisque le paysan moyen est qualifié de « demi-propriétaire ». Quant aux violences qui se sont produites en 1918 et qui se produisent encore, les événements extérieurs en sont les seuls responsables : « Il a été organisé à la campagne, en ces derniers temps, des expéditions ouvrières de réquisition qui, parfois, se terminèrent tragiquement. C’est un fait pénible que les bolcheviks déplorent plus que personne. Mais les circonstances seules en sont responsables. Si la guerre était terminée, si le trafic extérieur reprenait pour la Russie, l’amélioration se produirait peu à peu, et les rapports redeviendraient normaux entre la ville et la campagne russe.117 »

  • 118 L’Humanité, 10 septembre 1920, « Ce que nous avons vu en Russie – Un domaine soviétique », L. -O. F (...)

79Le second volet de l’argumentation est beaucoup plus positif, soulignant que les Russes jettent les fondements de l’exploitation collective, essence même du socialisme. La tolérance à l’encontre des petits exploitants ne les empêche pas d’expérimenter, dans les grands domaines, des formes nouvelles d’exploitation, coopérative ou collective. Ce sont bien entendu ces dernières réalisations qui sont mises en avant. Cachin et Frossard ont ainsi visité quelques établissements pilotes, où l’agriculture nouvelle est en gestation. La description est parfaitement conforme à l’idéal type – efficacité et sobriété – de l’agriculture dans une économie socialiste : « À quelques kilomètres de là, le second domaine. 80 hectares mis en culture. Le propriétaire, un technicien renommé, maintenu à la direction. Même habitation confortable, même accueil. [...] Ferme modèle pourvue de tous les perfectionnements de l’agriculture moderne : une faucheuse, un tracteur, un petit moulin, une laiterie, un atelier de réparation, des greniers bien pourvus, des étables pleines, une douzaine de chevaux, dont plusieurs de race (un rouennais en particulier), beaucoup de volailles, un clapier, un hangar à voitures avec des harnachements en bon état et bien entretenus, un rucher. Nous visitons l’habitation des ouvriers et des ouvrières célibataires, le dortoir des unes et des autres, sobre mais propre.118 » En résumé, si la politique agraire des soviets, révolution oblige, connaît quelques tâtonnements, elle ouvre incontestablement la voie aux réalisations socialistes.

  • 119 L’Humanité, 1er novembre 1920, « Avant le congrès. La question agraire et les thèses de Moscou », C (...)

80Les opposants à l’adhésion à l’Internationale disposent au niveau national d’une tribune beaucoup plus restreinte. Compère Morel bien que spécialiste des questions agraires, n’écrit qu’un seul article dans l’organe du parti, quelques semaines seulement avant le congrès de Tours. En raison des circonstances, il met surtout l’accent sur des arguments politiques, en constatant que les bolcheviks traitent leurs adversaires de réformistes, alors que leur politique agraire est avant tout opportuniste119. Le député du Gard dispose néanmoins, avec La Voix paysanne, d’un support efficace pour défendre ses positions et critiquer la politique agraire russe. Il s’agit d’une opposition mesurée, puisque cet hebdomadaire, destiné aux paysans, est censé demeurer à l’écart des affrontements de tendances. Cela ne l’empêche nullement de faire passer l’essentiel de ses idées, et éventuellement d’ouvrir les colonnes à des socialistes proches de ses positions. Plutôt que de critiquer de front les « erreurs » du régime soviétique, Compère-Morel préfère, passant en revue les événements révolutionnaires d’Europe, en Hongrie, en Bavière, rappeler que les paysans se rangent toujours du côté des contre-révolutionnaires, d’où l’échec prévisible de ces mouvements.

  • 120 La Voix paysanne, 29 mai 1920, « Le problème agraire et le socialisme – En Hongrie – II », Compère- (...)

81Cependant, par-delà les arguments sur l’opportunisme agraire des bolcheviks, une évolution plus intéressante se profile, distinguant la grande et la petite culture. La thèse traditionnelle des socialistes français consiste à prendre acte de l’existence de la petite propriété, qu’ils ne doivent pas détruire mais protéger. Toutefois, il était communément admis que, conformément à la doctrine marxiste, cette petite propriété devait progressivement, volontairement mais inexorablement laisser la place à de grandes exploitations, seules capables de mettre en œuvre la mécanisation et tous les progrès de la révolution agronomique. Or Compère-Morel, dans un article traitant de la révolution hongroise, développe une analyse différente, se montrant de moins en moins convaincu de la supériorité de la grande exploitation sur la petite. « Si l’on veut lui faire rendre le maximum, il est indispensable que l’exploitant soit celui-là même qui bénéficiera du travail. [...] Mieux vaut une petite exploitation pourvue par la collectivité du nouvel instrument technique agricole qu’une grande entreprise – serait-elle pourvue du même outillage scientifique – employant des salariés. La première produira proportionnellement mieux et à meilleur compte. En agriculture, il n’en va pas de même qu’en industrie.120 » Il s’agit d’une première inflexion car, jusqu’à présent, Compère-Morel était resté strictement fidèle à l’orthodoxie marxiste et guesdiste. Sous l’influence des événements extérieurs et emporté par la nécessité de convaincre, sa position évolue. Néanmoins, on ne doit parler que d’inflexion. Quelques mois plus tard, il rappelle dans ce même journal, sous le titre « La Loi de fer du capitalisme », que l’agriculture n’échappera pas à la pression du capitalisme et que la prospérité des petits producteurs ne saurait durer.

82Sans s’en prendre directement au bolchevisme, La Voix paysanne – la plupart du temps sous la plume de son directeur – publie au moins quinze articles qui, plus ou moins explicitement, appellent à se méfier de l’emportement révolutionnaire, d’un point de vue paysan. La Voix paysanne s’est ainsi nettement engagée contre le mouvement qui portait le Parti socialiste vers la révolution russe. Aucun écho n’est donné à ses tentatives pour donner vie à l’exploitation collective dans l’agriculture et les processus révolutionnaires en cours en Europe centrale et balkanique sont loin d’être présentés comme des modèles à suivre. Quoi de plus naturel pour un journal dont le slogan publicitaire est : « Faites lire La Voix Paysanne – C’est l’organe de la démocratie rurale avide de progrès agricole et social. »

 

  • 121 A.D. Nord. M. 154, rapport du commissaire de police d’Hautmont au préfet, 19 octobre 1919.
  • 122 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 31 mars 1920.

83Ces tensions qui agitent les instances dirigeantes se retrouvent inévitablement dans la propagande, même si le volet agraire de la révolution russe n’a eu qu’un impact extrêmement limité dans les campagnes, au-delà des difficultés méthodologiques pour en saisir la trace. Reste que quand les propagandistes abordent la révolution russe, ils le font à leur manière, bien loin des schémas théoriques. Dans le Nord, René Cabannes donne sa propre définition du bolchevisme à un auditoire d’une centaine de personnes, faisant « l’apologie du bolchevisme, disant que les alliés étaient d’accord avec l’Allemagne pour le combattre, parce que le bolchevisme n’était en somme que la République proprement dite : c’est-à-dire un gouvernement où le peuple est souverain.121 » Lucien Roland, dans ses réunions de propagande, traite également de la question, comme à Montgailhard, dans l’Ariège : « Ce village est entièrement peuplé d’agriculteurs. [...] J’ai aussi parlé de notre programme agraire et de l’application de nos doctrines par la Révolution russe.122 » Tout laisse entendre qu’il a tenu un langage identique dans les autres communes rurales visitées. On peut imaginer que Roland, étant données ses positions, n’a pas fait un éloge dithyrambique de cette révolution, se contentant de montrer que les événements de Russie donnaient raison aux socialistes français.

  • 123 A.N., F 7 13626, rapport du préfet des Landes, 5 novembre 1920.

84Si des hommes comme Roland ou Cabannes ont présenté avec prudence la révolution russe, surtout devant un public de petits propriétaires, le ton change lorsque Vaillant-Couturier rend visite aux métayers des Landes en grève. Pour ces derniers, en effet, le partage des terres n’est nullement une chose inquiétante : « À plusieurs reprises il a vanté le régime bolcheviste. [...] À la demande de quelques métayers de Tilh, il a donné des explications sur les soviets. L’orateur a été applaudi. Continuant à louer le régime actuel russe, il a déclaré, « qu’en Russie, la terre appartenait à celui qui la travaillait ». Il demandait à ce que la maxime Russe, insérée dans la constitution bolcheviste, soit retenue de tous : “Qui ne travaillera pas, ne mangera pas.”123 » Ici, la révolution russe n’apparaît plus seulement comme l’illustration du bien-fondé des thèses défendues par les socialistes français, mais s’inscrit nettement dans le cadre du débat sur l’adhésion. La CGT ne s’y trompe pas et publie, quelques jours avant la réunion, une note pour prévenir les grévistes d’une éventuelle récupération politique de leur mouvement.

85Sur le terrain comme au sommet du parti, la dimension agricole de la révolution russe relève beaucoup plus de l’effet déformant des discours, principaux supports des affrontements de tendances, que d’une propagande effective. Les débats du congrès de Tours vont contribuer à figer cette dimension partisane dans l’histoire du mouvement ouvrier français.

Notes

1 Lynch (E.), « Les socialistes aux champs : réalisations et adaptations doctrinales au temps de l’agrarisme triomphant », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 42-2, avril-juin 1995, pp. 282-291.

2 Gaillard (C.), Les travaux de l’atelier Proudhon – 1 : Proudhon et la propriété, Paris, EHESS, 1986, 23 p. ; Berthod (A.), P-J Proudhon et la propriété ; un socialisme pour les paysans, Paris, Giard et Brière, 1910.

3 Trempe (R.), Les Mineurs de Carmaux (1948-1914), Tome II, Paris, Les Éditions Ouvrières, 1971, 1002 p. ; Lenoble G.), L’évolution politique du socialisme en Haute-Vienne, Paris, Thèse, IEP, 1950 ; Sagnes (f), Le midi rouge, mythe et réalité. Études d’histoire occitane, Paris, Anthropos, 1982, 310 p. ; Judt (T), Socialism in Provence (1871-1914). A study in the origins of the modern french left, Cambridge, CUP, 1975, 230 p.

4 Compère-Morel (A.), La vérité aux paysans, par un campagnard, Paris, Librairie de la Revue socialiste, 1897, 31 p. ; Les propos d’un rural, Breteuil, Bureau du Travailleur de l’Oise, 1902, 47 p. ; La question agraire et le socialisme, Paris, Marcel Rivière, 1912, 452 p.

5 Parti Socialiste (SFIO), VIe Congrès national tenu à Saint-Étienne, avril 1909, Paris, Librairie du Parti socialiste, 1909, p. 364.

6 Ibid., p. 370.

7 Barral (P.), Les agrariens français de Méline à Pisani, Paris, A. Colin, 1968, p. 13.

8 Puymège (G. de), Chauvin, le soldat laboureur. Contribution à l’étude des nationalismes, Paris, Gallimard, 1993, 295 p.

9 Sternhell (Z.), Maurice Barrès et le nationalisme français, Paris, A. Colin, 1972, p. 287.

10 Lynch (E.), « La première guerre mondiale : renouvellement et mutations de l’agrarisme », Agrariens et agrarisme en Europe, 23e colloque de l’ARF, Lyon, 2000, à paraître.

11 Descaves (L.), « Les pépères », L’Illustration, 27 mai 1916.

12 Boret (V.), Pour et par la terre, Paris, Payot, 1921, p. 312.

13 Compère-morel, IIIe Congrès national tenu à Limoges les 1er, 2, 3, et 4 novembre 1906, Paris, Au siège du Conseil National, p. 154.

14 Roland (L.), Ibid., p. 207.

15 Lynch (E.), « Jaurès et les paysans », Bulletin de la société d’études jaurésiennes, no 128-129, avril-septembre 1993, pp. 3-17 ; « "Jaurès-paysan" dans le discours agraire et la propagande socialiste de l’entre-deux-guerres », Cahiers Jean Jaurès, no 148, juillet-septembre 1998, pp. 31-44.

16 La Dépêche de Toulouse, 7 août 1893, « Cultivateurs et ouvriers ».

17 Compère-Morel (A.), La question agraire, op. cit., Paris, Rivière, 1912, pp. 105-106. On trouve l’expression dans une brochure du socialiste belge Vandervelde.

18 Ibid., p. 113.

19 Reszler (A.), Mythes politiques modernes, Paris, PUF, 1981, p. 56.

20 Le Populaire du Centre, 3 septembre 1914, « Les ressources agricoles des armées », Alfred Jouon.

21 Le Populaire du Centre, 9 octobre 1914, « Le “facteur formidable” ».

22 Le Populaire du Centre, 6 novembre 1914, « Premiers symptômes », René Mendez.

23 L’Humanité, 13 février 1915, « L’agriculture en temps de guerre », Compère-Morel.

24 L’Humanité, 4 août 1916, « La Guerre des Paysans », Compère-Morel.

25 L’Humanité, 4 février 1915, « La question du pain », M. Roldes.

26 L’Humanité, 20 octobre 1916, « La CGT contre la vie chère. Un ordre du jour du comité confédéral ».

27 L’Humanité, 12 octobre 1914, « De quelques travaux », Vaillant.

28 L’Humanité, 30 janvier 1915, « Le Pain », Renaudel.

29 L’Humanité, 25 mars 1916, « Travail et production agricoles », Compère-Morel.

30 L’Humanité, 19 octobre 1916, « On mobilise bien les hommes : pourquoi pas les biens ? », Compère-Morel.

31 A.N., Papiers Locquin, 310 AP 14, lettre du 1er mai 1918.

32 A.N., Papiers Locquin, 310 AP 32, proposition de loi no 4605.

33 Duroselle (J.-B.), Clemenceau, Paris, Fayard, 1988, p. 633 ; Wormser (G.), Georges Mandel, l’homme politique, Paris, Plon, 1967, p. 64.

34 J.O., Chambre des députés, débats, séance du 22 février 1918, p. 525.

35 Institut Français d’Histoire Sociale (IFHS), 14 AS 280, Carnets Roland, 8 février 1918.

36 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 21 novembre 1917 ; Robert (J.-L.), Les ouvriers, la patrie et la révolution. Paris (1914-1919), Paris, Belles-Lettres, 1995, pp. 263 et 300.

37 L’Humanité, 8 mars 1918, « La politique du blé, défaillance dangereuse ».

38 J.O., Chambre des députés, séance du 28 février 1918, p. 695.

39 Prost (A.), Les Anciens combattants et la société française (1914-1939). Mentalités et idéologies. Paris, FNSP, 1977, pp. 5-33 ; Cru (J.-N.), Témoins. Nancy, PUN, [1929], 1993, 727 p.

40 Cochet (A.), « Les paysans sur le front en 1916 », Bulletin du centre d’histoire de la France contemporaine, no 3, 1982, p. 42.

41 Leshauris (P. et G.). Le soldat de Lagraulet, lettres de Germain Cuzacq, Toulouse, Eché 1984, p. 105.

42 Maurin (J.), Armée Guerre Société : soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982, p. 667.

43 Lovie (J.). Poilus savoyards, Chronique d’une famille de Tarentaise, Montmélian, Imprimerie Arc-Isère, 1981, p. 129.

44 Ibid., p. 162.

45 Ibid., p. 169.

46 Barthas (L.), Les carnets de guerre de Louis Barthas (1914-1918), Paris, Maspéro, 1978, p. 175.

47 Pedroncini (G.), Les mutineries de 1917, Paris, PUF., 1983, pp. 221-222 ; Smith (L.V.), Between mutiny and obedience. The case of the french fifth infantry division during World War I, Princeton, Princeton University Press, 1994, pp. 206-214.

48 Becker (J.-J), Les Français dans la Grande Guerre, Paris, R. Laffont, 1980, p. 183.

49 A. N., F 1c III - 1132, réponse du 7 janvier 1918.

50 A. N., F 1c III - 1133, réponse du 7 janvier 1918.

51 A. N., F 1c III - 1132, réponse du 5 janvier 1918.

52 A.D. Eure-et-Loir, 1 M 20, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 6 octobre 1917.

53 A. N., Fonds Panthéon, F 7 15936, dossier Brizon, rapport de janvier 1917 duquel sont extraites les citations suivantes.

54 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 15 septembre 1916.

55 Digonnat (S.), Brizon, militant socialiste, maîtrise, Paris I, CHS, 1969, p. 183.

56 Pennetier (C.), Le socialisme dans les départements ruraux français : l’exemple du Cher (1850-1921), Paris I, thèse de Doctorat, 1979, p. 344.

57 A.N., F 1c III - 1132, réponse du 5 janvier 1918.

58 A.N., 310 AP 20, Papiers Jean Locquin, lettre du 27 mai 1918.

59 Michelon (A.-M.), L’opinion publique pendant la première guerre mondiale dans l’Ailier, maîtrise, 1980. p. 91.

60 Pourcher (Y.), Les jours de guerre. La vie des Français au jour le jour (1914-1918), Paris, Plon - Pluriel, 1994, p. 155.

61 Il s’agit des départements dont la réponse a été conservée aux Archives nationales.

62 A.N., F 7 13015, le préfet de Savoie au ministre de l’Intérieur, 3 avril 1920.

63 A.N., F 7 12987, le préfet de Gironde au ministre de l’Intérieur, 3 avril 1920.

64 A.N., F 7 13000, le préfet du Loiret au ministre de l’Intérieur, 9 avril 1920.

65 A.D. Nièvre, M. 1642, le sous-préfet de Clamecy au préfet de la Nièvre, 5 septembre 1919.

66 A.N., F 7 12974, le préfet de l’Aveyron au ministre de l’Intérieur, 6 avril 1920.

67 A.N., F 7 12971, le préfet des Alpes-Maritimes au ministre de l’Intérieur, 12 avril 1920.

68 A.N., F 7 12991, le préfet d’Ille-et-Vilaine au ministre de l’Intérieur, 9 avril 1920.

69 A.N., F 7 13023, le préfet de l’Yonne au ministre de l’Intérieur, 5 avril 1920.

70 A.N., F 7 12979, le préfet de la Corrèze au ministre de l’Intérieur, 1er avril 1920.

71 A.N., F 7 12994, le préfet du Loir-et-Cher au ministre de l’Intérieur, 2 avril 1920.

72 Caziot (P.), La terre à la famille paysanne, Paris, Payot, 1919, p. 120 ; Augé-Laribé (M.), Le paysan français après la guerre, Paris, Garnier, 1923, 292 p.

73 Caziot (P.), La valeur d’après-guerre de la terre, Bordeaux, Imprimerie F. Puech, 1923, p. 11.

74 Augé-Laribé (M.), La politique agricole de la France de 1880 à 1940, Paris, PUF, 1950, p. 372.

75 A.N., F 1cIII - 1125, le préfet des Basses-Alpes au ministre de l’Intérieur, 30 décembre 1917.

76 A.N., F 1cIII - 1130, le préfet de la Mayenne au ministre de l’Intérieur, 2 janvier 1918.

77 A.N., F 7 12977, le préfet du Cantal au ministre de l’Intérieur, 6 avril 1920.

78 A.N., F 7 12981, le préfet du Doubs au ministre de l’Intérieur, 6 avril 1920.

79 A.N., F 7 12973, le préfet de l’Ardèche au ministre de l’Intérieur, 4 avril 1920.

80 A.N., F 7 12970, le préfet de l’Ailier au ministre de l’Intérieur, 13 avril 1920.

81 A.N., F 7 12981, le préfet de Côte-d’Or au ministre de l’Intérieur, 1er avril 1920.

82 A.N., F 7 12975, le préfet des Bouches-du-Rhône au ministre de l’Intérieur, 1er avril 1920.

83 A.N., F 7 12979, le préfet de la Corrèze au ministre de l’Intérieur, 1er avril 1920.

84 A.N., F 7 12977, le préfet de Charente au ministre de l’Intérieur, 22 mars 1920.

85 A.N., F 7 12977, le préfet de Charente au ministre de l’Intérieur, 7 avril 1920.

86 A.N., F 7 13000, le maire de Moulon [Loiret] au Commissaire spécial, 4 avril 1920.

87 A.N., F 7 13004, le préfet de la Nièvre au Ministre de l’Intérieur, 8 avril 1920.

88 A.N., F 7 12973, le préfet de l’Aude au ministre de l’Intérieur, 1er avril 1920.

89 A.N., F 7 12987, le préfet de la Gironde au ministre de l’Intérieur, 3 avril 1920.

90 A.N., F 7 12994, le préfet des Landes au ministre de l’Intérieur, 1er avril 1920.

91 A.D. Seine-et-Oise, 4 M 2/77, rapport du commissaire spécial de Rambouillet au préfet, 12 mars 1920.

92 Gratton (P.), La lutte des classes dans les campagnes, Paris, Anthropos, 1971, 482 p.

93 Le Populaire, 22 août 1919, « Le seul remède », éditorial de Paul Faure.

94 L’Humanité, 20 mai 1919, « En Haute-Vienne », Marcel Cachin.

95 Le Populaire du Centre, 13 août 1919, « Corrèze - Saint Pantaléon de-Larche - Battage des blés », signé « Un groupe de paysans admirateurs de Pignol ».

96 Chambre des Députés, Programmes, professions de foi et engagements électoraux de 1919, Paris, Imprimerie Martinet, 1920, p. 144.

97 Prost (A.), Les Anciens combattants et la société française (1914-1939). Sociologie Paris FNSP, 1977, p. 137.

98 L’Humanité, 26 juin 1919, « La guerre expropriatrice », Paul Mistral.

99 Le Populaire. 2 juillet 1920, « Prend la terre, Paysan... », Mayéras.

100 Le Populaire du Centre, 29 novembre 1919, « Les paysans sont-ils contre nous ? », Daniel Renoult.

101 L’Humanité, 1er avril 1920, « À la campagne », Marcel Cachin.

102 La Voix paysanne, 1er février 1920, « Bonne besogne », A. Pressemane.

103 La Voix paysanne, 26 juin 1920, « Lettres d’Auvergne », P.C.

104 Le Rappel socialiste, 19 juin 1920, « Les propos d’une femme », G. Sillon.

105 Le Populaire du Centre, 30 novembre 1919, « Le prix élevé du blé – Qui en profite ? », « L., Cultivateur ».

106 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 30 septembre 1918.

107 L’Humanité, 26 avril 1919, « Une grande réforme sociale. La loi des huit heures” », A. Luquet.

108 Le Rappel socialiste, 16 août 1919, « Formons bloc », Luc Valeroy.

109 La Voix paysanne, 24 juillet 1920, « Lettres d’Auvergne », P.C.

110 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 21 mars 1920.

111 Parti Socialiste (SFIO), XVIIe Congrès national tenu à Strasbourg les 25, 26, 27, 28 et 29 février 1920, op. cit., p. 161.

112 Ibid., p. 117.

113 Ibid., p. 255.

114 Le Droit du peuple, 30 mars 1917, « Les paysans russes acclament la révolution ».

115 L’Humanité, 25 août 1920, « Ce que nous avons vu en Russie. Ouvriers et paysans », Marcel Cachin.

116 L’Humanité, 24 août 1920, « Ce que nous avons vu en Russie. La politique agraire », Marcel Cachin.

117 L’Humanité, 25 août 1920, « Ce que nous avons vu en Russie. Ouvriers et paysans », Marcel Cachin.

118 L’Humanité, 10 septembre 1920, « Ce que nous avons vu en Russie – Un domaine soviétique », L. -O. Frossard.

119 L’Humanité, 1er novembre 1920, « Avant le congrès. La question agraire et les thèses de Moscou », Compère-Morel.

120 La Voix paysanne, 29 mai 1920, « Le problème agraire et le socialisme – En Hongrie – II », Compère-Morel.

121 A.D. Nord. M. 154, rapport du commissaire de police d’Hautmont au préfet, 19 octobre 1919.

122 IFHS, 14 AS 280, Carnets Roland, 31 mars 1920.

123 A.N., F 7 13626, rapport du préfet des Landes, 5 novembre 1920.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search