Version classiqueVersion mobile

Moissons rouges

 | 
Édouard Lynch

Introduction

Texte intégral

  • 1 Hubscher (R.), « Une histoire politique en quête d’auteurs », Histoire et sociétés rurales, no 3,1e (...)
  • 2 Sur l’historiographie rurale du XIXe siècle, Mayaud (J.-L.), « Ruralité et politique dans la France (...)
  • 3 Barral (P.), Le département de l’Isère sous la Troisième République (1870-1940), Histoire sociale e (...)

1Dans une histoire politique des campagnes au XXe siècle « en quête d’auteurs1 », cette étude a pour ambition première de montrer l’ampleur des perspectives qu’offre ce champ de recherche. Il est incontestable que d’un strict point de vue chronologique, l’histoire rurale française, sans même parler de l’histoire politique, a le XIXe siècle pour âge d’or. Dans le sillage de l’école des Annales, de grandes thèses régionales se sont intéressées aux mutations du monde rural. Mutations économiques et sociales d’abord, mais aussi mutations politiques, au cours d’un siècle bouleversé par les révolutions et l’émergence du suffrage universel masculin2. Pour tous ces travaux, 1914 a été la date butoir que peu d’historiens ont franchie3.

  • 4 Tavernier (Y.), Gervais (M.), Servolin (C.), (dir.), L’univers politique des paysans, Paris, A. Col (...)

2Il ne s’agit pas ici de revenir sur les raisons d’une telle méfiance, entre obstacles méthodologiques liés à la communicabilité des archives et obstacles psychologiques, face une histoire trop « politique » ou « trop » contemporaine. Il importe en revanche de souligner la fécondité et la richesse de ces travaux dont quelques-uns ont initié un profond renouvellement des problématiques, de Maurice Agulhon à Alain Corbin. Néanmoins, le XXe siècle rural a été largement abandonné aux politologues et aux sociologues, spontanément attirés par l’immédiatement contemporain et les défis posés par la modernisation agricole. Dès lors, la période de l’entre-deux-guerres a été particulièrement délaissée : trop tardive sous l’angle de la politisation des campagnes amorcée au temps de la République triomphante et trop précoce au regard de la brusque et fascinante modernisation des années cinquante et soixante4.

3Cette faible présence de la paysannerie dans l’historiographie contraste pourtant avec son importance au sein des débats contemporains. L’entre-deux-guerres est bien le cœur de cet agrarisme que Pierre Barrai a traqué, de Jules Méline à Edgar Pisani et que Vichy a poussé jusqu’au paroxysme et la caricature. La prégnance de ce paradigme agrarien explique le choix – qui ne s’impose pas d’évidence – d’un parti ouvrier et marxiste pour étudier les liens entre politique et paysannerie durant cette première moitié de siècle. Le ralliement précoce des socialistes à la petite propriété paysanne mais aussi à la célébration des vertus agrariennes illustre la force d’attraction d’une idéologie, qui n’est pas seulement celle des conservateurs ou des républicains modérés. Cette histoire de la gauche aux champs était une autre friche : l’étude du socialisme et du communisme a d’abord été celle de la classe ouvrière, portée par une approche militante où la paysannerie était réduite à la portion congrue, traitement qui contraste avec le développement de puissants bastions électoraux en milieu rural.

 

4À l’épicentre de ce livre se trouvent donc les liens qui se nouent entre le Parti socialiste SFIO et la paysannerie entre 1918 et 1940. Ils reposent en premier lieu sur une approche idéologique à travers l’étude de sa doctrine agraire. Initialement marginale pour une théorie reposant sur le collectivisme et dominée par la question industrielle, elle exige une adaptation rapide face à la structure agraire française. La première guerre mondiale joue là un rôle central dans la structuration de cet agrarisme socialiste, qui s’épanouit lors des années trente, autour de la promotion de la petite propriété paysanne.

5Mais l’histoire politique n’est pas seulement une histoire des idées. Elle se nourrit de l’étude des politiques agricoles telles qu’elles sont préconisées par les formations politiques. Durant notre période, le Parti socialiste, surtout après la scission communiste, se transforme progressivement en parti de gouvernement. Première formation politique en voix aux élections de 1932, il prend le pouvoir en 1936 et impose une politique agraire originale, incarnée par l’Office du blé. C’est une réponse au défi lancé par la crise agricole des années trente qui provoque l’effondrement des cours, dans un marché de plus en plus homogène. Face à cette situation, les auditoires paysans se mobilisent, alors qu’émergent de nouveaux acteurs et de nouvelles pratiques, notamment autour du syndicalisme agricole.

6Avec ce thème de la mobilisation paysanne, un ultime objet d’analyse s’impose, celui des hommes et des pratiques politiques. L’une des spécificités des socialistes est d’être un parti de militants, cherchant à attirer des adhérents et non pas seulement des votants. Dès lors l’étude du développement du parti dans les campagnes conduit à mettre en évidence des usages et des données inhérentes à la sociabilité politique villageoise. Les modalités de l’expression politique et du militantisme obéissent incontestablement à des règles en partie différente de celles des villes et des centres industriels. L’enracinement socialiste au village exige l’apprentissage et l’assimilation d’une culture politique plus large. L’interrogation de telles pratiques est d’autant plus nécessaire que cette période correspond à une intégration croissante des paysans à la scène politique nationale, avec l’émergence de cadres petits exploitants agricoles qui se substituent aux notables conservateurs et républicains.

 

7L’ensemble de ces questionnements se heurte à la détermination des sources ainsi qu’à certains choix méthodologiques. L’histoire du Parti socialiste est contrariée par l’absence de ses archives, détruites pour une large part lors de l’entrée des troupes allemandes à Paris. À deux exceptions près, le Nord et les Côtes du-Nord, il n’existe pas non plus d’archives des fédérations. Il convient donc se contenter de fonds épars, notamment ceux rassemblés par l’Office universitaire de recherches sur le socialisme, ou de fonds privés comme ceux de Jean Locquin ou de Lucien Roland, délégué permanent à la propagande, dont les carnets se sont révélés d’une très grande richesse. Cette faiblesse est compensée par l’importance de la presse, nationale et départementale, les sources imprimées, brochures et comptes rendus de congrès, ainsi que les débats parlementaires, qui contiennent des milliers de pages sur l’action agricole des élus socialistes. Les archives publiques, nationales ou départementales offrent le contrepoint indispensable, principalement pour la surveillance des activités du parti dans le pays.

  • 5 Bourdieu (P.), « La paysannerie, une classe objet », Actes de la recherche en sciences sociales, no(...)

8Il importe de préciser que dans les archives, privées ou publiques, le Parti socialiste demeure un parti urbain, « représentant de la classe ouvrière » et des classes moyennes salariées. Tant d’un point de vue doctrinal que militant, les informations relatives à la paysannerie sont rarement évoquées en tant que telles. De même, la surveillance administrative et policière s’intéresse principalement aux menées révolutionnaires, dangereuses pour l’ordre social et concentre son attention sur les milieux urbains. Après la scission de Tours, la SFIO perd son caractère « menaçant » pour l’ordre au profit du PC, ce qui se traduit par des informations bien moins nombreuses sur les militants. Enfin, au cœur des représentations dominantes, tout particulièrement celles de l’administration, la paysannerie demeure une classe objet5, considérée comme peu sensible aux questions politiques et hostile par essence au socialisme. Mêmes les périodes électorales apparaissent, dans les rapports administratifs, dominées par le présupposé de campagnes immobiles, un présupposé qui est pourtant fortement remis en cause par la crise des années trente. Cet écran du regard que portent les autorités sur le monde paysan est un obstacle majeur à la mise en évidence des pratiques politiques de la paysannerie, un obstacle qui n’est pas propre au Parti socialiste : extrêmement rares sont les sources évoquant l’implantation radicale dans les milieux ruraux, alors que ce parti y occupe une place prépondérante.

  • 6 Girault (J.). Le Var rouge, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 1997.
  • 7 Dont Marc Bloch soulignait la nécessité, pour un dessein il est vrai beaucoup plus vaste, l’histoir (...)
  • 8 L’Aisne, l’Ailier, la Creuse, l’Eure-et-Loir, la Haute-Garonne, la Haute-Vienne, le Loiret, la Nièv (...)

9Les difficultés pour isoler l’action des socialistes au village ne sont pas seulement réductibles à la nature des sources existantes. Elles renvoient également au cadre géographique retenu. Quelles que soient les problématiques choisies, les études sur le monde rural prennent le plus souvent la forme de monographies, communales, départementales ou régionales, afin de pouvoir saisir les phénomènes appréhendés dans leur complexité6. Étant donné notre objectif initial d’étudier le socialisme agraire comme idéologie mais aussi comme pratique, nous avons fait le choix de mêler d’emblée les considérations nationales et locales7, en retenant treize départements, offrant un échantillon diversifié, tant d’un point de vue géographique, qu’économique et politique8. Ce faisant, nous avons renoncé à une étude précise, seule susceptible d’élaborer une histoire fine du politique, notamment pour reconstituer fidèlement les réseaux et les figures militantes, mais qui nous aurait sans doute empêché de saisir les articulations entre le local et le national. Varier le plus possible les focales d’observation, multiplier les comparaisons avec les autres organisations – dont la plupart attendent toujours leurs historiens – qu’il s’agisse de doctrine agraire ou plus encore des modalités de l’engagement, a constitué un pari méthodologique initial. Les discours et les pratiques socialistes ne prennent toute leur signification que par rapport à celles de leurs concurrents, dans un contexte de durcissement des affrontements politiques et d’émergence de la paysannerie en tant que force politique autonome.

 

10Au seuil de cette étude, un point important reste à éclaircir. Le terme de paysannerie ou de paysan employé couramment recouvre une réalité très hétérogène : c’est une évidence de souligner l’immense diversité de la paysannerie, tant d’un point de vue politique, économique que social. Ce premier obstacle est de taille et le choix d’une enquête au niveau national nous interdit de surcroît de présenter ce monde paysan dans sa diversité sociale et économique, au cours d’une période essentielle de transition. Il s’agit là d’une limite importante mais inhérente à la perspective nationale et comparative choisie à l’origine.

11En outre, le terme de paysannerie ne recouvre pas toute la réalité sociale des campagnes : le monde rural n’est pas composé que de cultivateurs. Les socialistes vont d’ailleurs bien souvent prendre appui sur ces ruraux non-agriculteurs, comme les petits fonctionnaires ou les commerçants, pour entreprendre la conquête du monde paysan. Et cette première distinction indispensable n’est pas suffisante. De très nombreux ruraux sont des pluri-actifs, alors même que les statuts sociaux évoluent rapidement, dans l’espace et dans le temps. La notion de société paysanne doit permettre de lever en partie cette contradiction, en intégrant les éléments étrangers à la profession agricole, tout en maintenant l’importance majeure du cadre villageois lors de l’étude des comportements politiques.

12Mais la taxinomie n’est pas seulement affaire de précision : elle véhicule aussi les représentations et contribue de ce fait à masquer le réel. Paysans, cultivateurs, propriétaires, exploitants, ruraux, sont autant de termes chargés symboliquement que les contemporains n’emploient pas de manière interchangeable, sans même parler des intéressés. Celui de paysan en particulier connaît une grande fortune au sein du discours politique, tandis que sur le terrain, l’usage est beaucoup plus contrasté.

13La première partie de cet ouvrage est consacrée à l’étude des années vingt, lorsque la SFIO affronte l’héritage de la guerre, qui promeut l’agrarisme mais déchire les socialistes. La reconstruction qui suit le congrès de Tours, revisité sous l’angle paysan, repose très largement sur le groupe parlementaire, même si les progrès électoraux contrastent avec la faiblesse des réalisations politiques à l’époque du Cartel. Pour autant, la reconquête des positions perdues, durant la seconde moitié des années vingt, est pour une large part rurale et paysanne, les carnets de Lucien Roland restituant avec beaucoup de précisions cette adaptation militante aux contraintes de la sociabilité villageoise.

14L’irruption de la crise agricole exige des ajustements majeurs. Doctrinaux tout d’abord, puisque les débats théoriques sur l’exploitation collective s’effacent définitivement devant les réformes immédiates, dont la mise en œuvre se heurte cependant à l’impasse de la stratégie parlementaire. Celle-ci aboutit à la scission néo socialiste, mettant fin à la longue prépondérance de Compère Morel, responsable des questions agraires. Mais la crise suscite également une réaction sur le terrain, avec l’émergence de forces concurrentes et de nouvelles formes de protestation paysanne auxquelles le parti doit s’adapter : c’est ainsi qu’est lancée la Confédération nationale paysanne.

15C’est pourtant du domaine politique que vient la rupture décisive, grâce à la victoire du Front populaire. Si l’action réformatrice conduite par Georges Monnet est vigoureusement combattue et la réaction agrarienne très vive, le bilan du Front populaire agricole n’est pas négligeable, malgré l’ombre portée par les succès de « la classe ouvrière ». À la veille de la seconde guerre mondiale, le socialisme français a accompli sa mutation paysanne. Élus et militants sont de mieux en mieux implantés dans le monde rural et défendent les mérites économiques et sociaux de « l’exploitation familiale », référence centrale de l’idéologie agrarienne. La doctrine agraire de Vichy apparaît en ce sens plus comme l’objet d’un consensus national que d’une rupture idéologique.

Notes

1 Hubscher (R.), « Une histoire politique en quête d’auteurs », Histoire et sociétés rurales, no 3,1er Semestre 1995, pp. 137-143.

2 Sur l’historiographie rurale du XIXe siècle, Mayaud (J.-L.), « Ruralité et politique dans la France du XIXe siècle », Histoire et sociétés rurales, no 3, 1er Semestre 1995, pp. 133-137), ainsi que Pecout (G.), « La politisation des paysans au XIXe siècle. Réflexions sur l’histoire politique des campagnes françaises », Histoire et sociétés rurales, no 2, 2e semestre 1994, pp. 91-126.

3 Barral (P.), Le département de l’Isère sous la Troisième République (1870-1940), Histoire sociale et politique, Paris, Armand Colin, 1962, 598 p., Berger (S.), Les paysans contre la politique, Paris, Seuil, 1975, 345 p. ; Garrier (G.), Paysans du Beaujolais et du Lyonnais (1800-1970), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1973, 2 vol, 714 et 246 p. ; Mesliand (C.), Paysans du Vaucluse (1860-1939), Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1989, 2 vol, 1039 p.

4 Tavernier (Y.), Gervais (M.), Servolin (C.), (dir.), L’univers politique des paysans, Paris, A. Colin. 1972, 652 p.

5 Bourdieu (P.), « La paysannerie, une classe objet », Actes de la recherche en sciences sociales, no 17-18, novembre 1977, pp. 2-5.

6 Girault (J.). Le Var rouge, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, 1997.

7 Dont Marc Bloch soulignait la nécessité, pour un dessein il est vrai beaucoup plus vaste, l’histoire des structures agraires françaises : « Seuls les travaux qui se bornent, prudemment, à un cadre topographique restreint peuvent fournir aux solutions définitives les données de fait nécessaires. Mais ils ne sont guère capables de poser les grands problèmes. Il faut, pour cela, des perspectives plus larges, où les reliefs fondamentaux ne risquent point de se perdre dans la masse confuse des menus accidents. », Bloch (M.), Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Oslo, Institut pour l’étude comparative des civilisations, 1931, p. 46.

8 L’Aisne, l’Ailier, la Creuse, l’Eure-et-Loir, la Haute-Garonne, la Haute-Vienne, le Loiret, la Nièvre, le Nord, l’Oise, la Seine-et-Oise, la Somme et le Vaucluse.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search