Versione classicaVersione mobile

Moissons rouges

 | 
Édouard Lynch

Préface

Serge Berstein

Testo integrale

1C’est à un surprenant et paradoxal défi de l’histoire politique française que s’est intéressé Édouard Lynch dans le présent ouvrage. Celui de comprendre comment un parti marxiste par sa doctrine, collectiviste dans sa vision de l’organisation économique, viscéralement ouvriériste, a pu s’intégrer à une société politique majoritairement dominée par la culture républicaine, fondée sur le réformisme, individualiste, profondément attachée au modèle d’une démocratie de petits propriétaires maîtres de leur instrument de travail. D’autant que l’archétype de cette société républicaine réside dans le monde rural, avec la figure emblématique du petit propriétaire-exploitant agricole, alors que pour les socialistes, c’est l’ouvrier qui constitue le moteur de l’histoire, l’artisan de la révolution future, le paysan apparaissant comme un facteur de conservatisme, un frein au changement, voire l’auxiliaire naturel de la réaction. Comment résoudre le problème de cette profonde altérité du socialisme au monde rural, dès lors que le Parti socialiste SFIO joue le jeu démocratique du suffrage universel dans un pays qui, à l’époque étudiée, demeure majoritairement rural et qui l’est sans doute bien plus encore que ce que révèlent les statistiques, les bourgades de 2 500 habitants considérées administrativement comme urbaines étant en réalité fort intégrées aux campagnes environnantes et les Français restant psychologiquement proches de leurs racines paysannes que beaucoup n’espèrent avoir abandonnées que provisoirement ? Comme toujours, au sein du Parti socialiste SFIO, la solution de cette aporie passe par la dichotomie entre la doctrine théorique, réaffirmée avec force de congrès en congrès, aux applaudissements des militants, et son application pratique, beaucoup plus souple pour se modeler aux réalités. En l’espèce, l’exercice passe par la distinction opérée entre la grande propriété foncière destinée à être collectivisée dans la future société socialiste et la petite propriété (de plus en plus étendue à la moyenne propriété à mesure que les années passent) qu’il s’agit au contraire de protéger de la concentration capitaliste. Le socialisme collectiviste, défenseur de la petite propriété ? Le paradoxe est fort, et de nature à faire froncer les sourcils des théoriciens les plus orthodoxes qui ne voient guère en quoi le socialisme se distinguerait alors du radicalisme bourgeois. Une fois de plus, la rhétorique permet d’échapper à l’impasse. La petite propriété individuelle peut s’accommoder de pratiques collectives à travers la formule coopérative, incitant le paysan à rompre avec l’individualisme et lui faisant découvrir les vertus économiques des grandes exploitations concentrées, en d’autres termes en modifiant en profondeur les mentalités paysannes. Que ces subtilités doctrinales aient échappé à la grande majorité des dirigeants et des militants socialistes uniquement tournés vers le monde ouvrier est une évidence qu’Édouard Lynch souligne en montrant le peu d’intérêt suscité par les congrès socialistes consacrés à la question paysanne et le faible investissement dans les questions rurales des chefs du parti, à commencer par Léon Blum, cependant élu de la circonscription viticole de Narbonne. En fait, la gestion des questions paysannes est le fait d’une poignée de spécialistes qui disent ou adaptent la doctrine, définissent la politique agraire du parti, mettent en place la propagande à destination du monde rural. À leur tête, quelques figures de proue, Compère-Morel qui résume à lui seul jusque dans les années trente, le socialisme agraire et son successeur dans les années qui suivent, Georges Monnet, élu de l’Aisne céréalière et betteravière, qui sera le ministre de l’Agriculture du gouvernement Blum, Édouard Barthe, chef de file du socialisme viticole ou encore Lucien Roland, membre de la délégation permanente du parti, dont les précieux carnets retrouvés par Édouard Lynch lui permettent de brosser le tableau concret des problèmes et des difficultés quotidiennes de la propagande socialiste en milieu rural.

2Car celle-ci doit répondre à la situation et aux problèmes rencontrés par le monde rural dans les années 1914-1940. Et d’abord, aux données nouvelles de la première guerre mondiale, qui jette les masses paysannes sur le champ de bataille, et donne naissance à l’exaltation du paysan qui, au péril de sa vie, assure un rempart à la patrie menacée. Engagés dans l’union sacrée, les socialistes participent sans état d’âme, sauf une étroite minorité, à la défense nationale et à la naissance du mythe du « soldat-laboureur ». Au premier rang d’entre eux, Compère-Morel, nommé commissaire à l’Agriculture et conservant son rang de quasi-ministre même lorsque son parti, ayant rompu l’union sacrée, quitte le gouvernement. En fait, en dépit d’une légende tenace, Édouard Lynch nuance fortement l’idée que les fédérations socialistes rurales auraient joué, par pacifisme paysan, un rôle essentiel dans la scission de Tours, en montrant que rien ne vient étayer cette idée reçue. Ce qui est en revanche frappant, c’est que la défense par les socialistes des intérêts du monde paysan au cours des années vingt, défense qui s’inscrit dans un contexte réformiste qu’illustre la stratégie cartelliste, aboutit à une véritable conquête des campagnes. Grignotant peu à peu, et non sans conflits avec le parti d’Édouard Herriot, les positions radicales dans le monde rural, la SFIO remplit la fonction de contestation modérée et de défense des « petits » qui avait permis aux radicaux une forte implantation chez les paysans. Les socialistes empruntent la même voie, gagnant des circonscriptions, se dotant à leur tour de notables locaux, conquérant des municipalités et s’assurant ainsi une forte légitimité. Pour autant, Édouard Lynch montre que l’action politique dans les campagnes n’a rien à voir avec celle que conduisent les partis politiques en milieu urbain. Ici, guère de militantisme, peu d’espoir de recruter massivement des adhérents et de constituer des sections actives ; le style du politique est celui mis en œuvre par les radicaux, la conquête d’un électorat, grâce à l’audience de notables gagnés au socialisme.

3Pour que se modifie cette vie politique feutrée au sein de laquelle les socialistes se coulent sans difficulté, il ne faut pas moins que la sévère crise économique qui atteint les campagnes durant les années trente. Dès lors, le monde rural se laisse gagner par les pratiques d’action directe, échappant à ses guides traditionnels du syndicalisme agricole des grands notables de la rue d’Athènes ou des radicalisants du boulevard Saint-Germain, pour se jeter dans les bras d’agitateurs qui se réclament d’une droite extrême. Autour du parti agraire de Fleurant Agricola et surtout des Chemises vertes de Dorgères, les campagnes répondent à la crise par la révolte, simulant le retour à la vieille tradition des jacqueries. Dans l’affrontement qui se dessine ainsi, les hommes de la SFIO se rangent dans le camp républicain, tentant vainement, autour de leurs élus, d’opposer la légalité au crypto-fascisme supposé de l’agitation rurale. Débordés, les notables doivent céder la place à la tentative de création d’un syndicalisme paysan socialiste autour de la Confédération nationale paysanne dirigée par Calvayrac. C’est la constitution du Front Populaire qui va permettre au socialisme rural de sortir de l’impasse.

4Car Édouard Lynch propose une nouvelle lecture de la victoire du Front Populaire. Prenant ses distances avec l’interprétation exclusivement ouvriériste de celle-ci, il montre que le monde paysan a joué un rôle central dans la campagne électorale et il en veut pour preuve à la fois l’accroissement du nombre des élus socialistes des départements ruraux et l’important renouvellement des hommes, symbolisé par l’éviction de Compère-Morel, qui a quitté la SFIO en 1933, et que les dirigeants du parti refusent de réintégrer, et la montée au premier rang de Georges Monnet. Nommé ministre de l’Agriculture, il lui appartient de mettre en œuvre le programme agraire du parti socialiste. En dépit des craintes, instrumentalisées par la droite, d’une collectivisation forcée des campagnes, le collectivisme agraire ne fait plus partie des vues socialistes. Beaucoup plus prosaïquement, ceux-ci ne songent à rien d’autre qu’à sortir les paysans de la crise par une politique d’organisation des marchés au moyen des Offices d’État, garantissant aux producteurs un prix minimum de leurs produits. Politique non dénuée d’effets à court terme, même si, du fait de la crise mondiale, les résultats acquis se trouveront rapidement remis en cause. En fait, face à la contre-offensive des milieux agrariens qui jouent le jeu de la droite, face aux impatiences des radicaux, alliés politiques des socialistes, mais leurs rivaux dans la représentation des petits et moyens paysans, la politique agraire des socialistes au pouvoir s’essouffle rapidement. Le gouvernement ne parvient pas à assurer durablement le revenu paysan, il se montre déconcerté face aux grèves des salariés agricoles, ne parvient pas à résoudre l’antinomie entre les intérêts d’un monde urbain qui souhaite une politique de produits agricoles bon marché et ceux des paysans qui appellent de leurs vœux une hausse des prix, pas plus qu’il ne parvient à convaincre les ruraux que sa politique sociale en faveur du monde ouvrier ne va pas aboutir à leur marginalisation.

5Il reste que l’épisode du Front populaire, même s’il n’a pas abouti à créer dans les campagnes une mobilisation identique à celle qui s’est produite dans le monde urbain en faveur des socialistes, a renforcé l’implantation paysanne de la SFIO et fait naître dans certains départements, autour des notables, des élus, des municipalités une véritable sociabilité socialiste. Mais par rapport aux objectifs initiaux du parti, on peut s’interroger avec Édouard Lynch, sur la véritable signification de cette implantation. En d’autres termes, faut-il considérer que les campagnes ont, dans ces régions, été gagnées au socialisme, ou plus vraisemblablement, que notables, élus, municipalités appartenant formellement à la SFIO ont été conquis par les paysans qu’ils entendaient convaincre ? Le combat en retraite des socialistes sur le plan doctrinal, passant d’une volonté de collectivisation des campagnes à la défense de la petite propriété rurale, de l’exploitation familiale et des intérêts immédiats des paysans, fait pencher pour le second terme de l’alternative. Les spécialistes socialistes du monde rural, nous dit Édouard Lynch, sont de plus en plus nettement gagnés par l’agrarisme et se sentent de moins en moins solidaires d’un socialisme ouvriériste. Même si on ne peut établir aucun déterminisme, qu’un Compère-Morel suive la scission néo par volonté de participation ministérielle, qu’un Édouard Barthe se veuille le défenseur du monde viticole en faisant abstraction de toute appartenance partisane, qu’un Georges Monnet s’abstienne lors du vote décisif du 10 juillet 1940 montre à quel point ces dirigeants du socialisme agraire se sentent désormais plus proches des ruraux dont ils sont les représentants que de la SFIO dont ils sont les élus, même si un Tanguy-Prigent, il est vrai moins solidement implanté dans une position de notable, sert de contre-épreuve. Au demeurant, Édouard Lynch montre à quel point les thèmes agrariens pénètrent, à la veille de la seconde guerre mondiale, les milieux socialistes eux-mêmes : celui du « retour à la terre » indissociable de la dénonciation des villes « tentaculaires » avec leurs plaisirs faciles et leurs vices, celui de l’exaltation de la nature et des hommes rudes qui vivent à son contact, celui des variations sur « l’âme paysanne » telle que la décrit la littérature populaire, celui de la culture paysanne, composante essentielle de l’identité nationale qui s’exprime en particulier par le folklore. On ne sera pas surpris de constater que, dans cet inventaire de la conquête du socialisme rural par l’agrarisme, le pacifisme tienne une place essentielle. Là encore, il ne faudrait pas pousser trop loin le déterminisme, mais il reste que la Confédération nationale paysanne de Calvayrac se retrouve derrière Paul Faure pour dénoncer le risque de guerre et refuser tout comportement qui pourrait conduire à un nouvel affrontement international et à « l’assassinat des paysans ». Or Édouard Lynch démontre que ce ralliement des représentants socialistes du monde rural aux diverses manifestations de l’agrarisme a été, pour beaucoup, un puissant facteur du ralliement à Vichy et de la politique de présence d’un certain nombre de dirigeants socialistes auprès du maréchal.

6L’ouvrage d’Édouard Lynch éclaire ainsi un pan essentiel et souvent négligé de l’histoire de la France dans l’entre-deux-guerres. En rappelant l’importance du monde paysan dans un pays qui reste largement rural, il nous invite à rééquilibrer notre vision d’une vie politique, le plus souvent envisagée à travers le prisme urbain, et d’une histoire socio-politique organisée autour des problèmes du monde ouvrier. Comme tel, il constitue un précieux apport à la connaissance historique et apporte incontestablement du nouveau à notre approche de la France du premier XXe siècle.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search