Version classiqueVersion mobile

Villes de Flandre et d’Artois

 | 
Alain Derville

Deuxième partie. Les villes flamandes et artésiennes (1200-1500)

Introduction de la deuxième partie

Texte intégral

1Vers 1191-1212 l’Artois fut séparé de la Flandre.

2Philippe d’Alsace, ce matamore, avait été incapable de procréer un héritier de sa chair. Il ne trouva rien de plus glorieux à faire que de marier sa nièce, Isabelle de Hainaut, au jeune roi Philippe Auguste et de lui donner comme dot l’Artois, c’est-à-dire la moitié sud de son comté, la plus riche, ne s’en réservant que l’usufruit. Il mourut en Terre Sainte en 1191. Aussitôt les gens du roi saisirent la dot d’Isabelle au nom de son fils, Louis (traité d’Arras, 1.9.1191). En 1199 le comte Baudouin IX reprit, les armes à la main, Saint-Omer, Aire, Béthune, Ardres et Guînes. En janvier 1212 Louis de France reprit traîtreusement cette partie de l’Artois, annexant même une partie de la châtellenie de Bourbourg de façon à porter sa frontière sur le cours de l’Aa. Ulcéré, le comte Ferrand adhéra à la coalition ourdie par le roi d’Angleterre. Le 27.7.1214 il fut vaincu et pris à Bouvines et tout l’Artois fut aux capétiens. Comme quoi les folies des Grands scellent le sort des peuples. Les Audomarois, qui avaient combattu à Bouvines contre le roi, en furent punis : ils perdirent leurs jurés communaux.

3Ces événements et cette partition eurent d’importantes conséquences politiques, en particulier pour les villes, mais aucune pour la démographie, l’économie et la société. Ici le changement intervint vers 1340-1370, quand les pestes enlevèrent les trois quarts des êtres humains, Flamands comme Artésiens, car le bacille de Yersin ignorait les frontières.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search