Version classiqueVersion mobile

Confréries urbaines et dévotion en Champagne

 | 
Stefano Simiz

Textes

Texte intégral

texte no 1 : Charte de la confrairie de Saint Louis à Troyes, 1510

1« Louis par la grace de Dieu, Roy de France, sçavoir faisons : Comme la chose plus agreable à Dieu notre Createur, et à sa tres glorieuse Mere, est de reverrer et honorer les saints et sainctes du Paradis, et soit aussi que pour la grande et fervente devotion que nos amés et féaux les Bailly, Lieutenant general et Particulier, Prevost, Avocat, Receveur, Procureur, Eslu, Grenetier, Contrôleur et autres nos Officiers et Praticiens de nostre Ville et Cité de Troyes, ont eû par cy-devant, et ont encore de présent au tres glorieux S. Louis tres chretien Roy de France nostre predecesseur, et S. Yves iceux nos Officiers ont advisé entr’eux de faire ériger une confrairie en l’honneur desdits S. Louis et S. Yves, et pour l’augmentation du Service Divin et Foy chretienne, icelle faire netretenir dorénavant de leurs biens en l’Eglise de la Magdelaine de Troyes, et pour ce faire ont pour l’entretenement d’icelle Confrairie fait par entr’eux aucuns points et Articles dont la teneur s’ensuit.

2Ce sont les points et Articles advisez et délibérés pour l’entretenement de la Confrairie de S. Louis en l’eglise de la Magdelaine de Troyes, de nouvel érigée par les Officiers du Roy, Avocats et Praticiens à Troyes.

3Premierement, à la louange de Dieu nostre Createur ; et à sa glorieuse Mere, et de S. Louis, et de S. Yves pour le remede des Ames, Salut et prospérité du Roy Souverain Seigneur, de ses successeurs Roys de France et gens de son Conseil, et des Confreres de ladite confrairie sera fait chacun an service ainsi qu’il s’ensuit.

4Item, la Vigille de Fête S. Louis au mois d’Aoust, Vêpres, Matines, Grande Messe et vëpres, et le lendemain Service des Trépassez, aussi Vigilles Messe et Commandise, ausquels Services, fors aux Matines seront tenus assister, c’est à sçavoir, aux Vêpres avant le premier Pseaume fini, et aux Messes vanat l’Epître dite, à peine de douze deniers tournois pour chacune fois s’ils ne sont détenus par maladie ou absence pour cause raisonnable, toutes autres excusations cessantes.

5Item, sera dite et célébrée chacun jour une Messe du jour et dite collecte pour le Roy, et chacun jour de lundi une Messe seiche des Trepassez après ladite Messe. Combien que le jour que l’un des Confreres ira de vie à trépas, le chapelain sera tenu de celebrer la Messe des Trepassez pour le remede de l’Ame du Trépassé.

6Item, et laquelle Messe sera dite et celebrée dès et depuis le jour de Fête S. Remy chef d’octobre, jusqu’au commencement de la carême (sic) à sept heures, et dès le commencement de ladite carême jusqu’audit jour S. Remy à six heures ; et sonnera la grosse cloche à branle et coups portés trente coups, et sera tenu le chappelain sonner, ou faire sonner avant que faire préparer son Autel.

7Item, pour entretenir laquelle Confrairie, sera par chacun an payé par chacun Confrere : c’est à sçavoir. Officiers ordinaires et extraordinaires sous le Roy nostre Sire audit Troyes, comme Juges, Lieutenants, Receveurs, Grenetiers, Contrôleurs, Avocats, Procureurs quel qu’ils soient, fournir et payer la Vigille d’icelle Feste la somme de dix sols tournois pour chacun d’eux pour leur cierge, et par chacun des assistans sera offert un cierge d’un carteron de cire aux frais de ladite Confrairie ; et en deffaut de faire ledit payement ledit jour au procureur d’icelle Confrairie, sera tenu incessament proceder ou faire proceder par execution, et néanmoins ne pourra ledit confrere exercer ny patronner le jour passé sans avoir fourny et payé ladite somme de dix sols.

8Item, et avec ce, seront tenus lesdits confreres, s’ils ne sont absens dans le jour precedent, assister à inhumer celui d [‘jeux qui decedera au Service ; et à reconvoyer le d’oeüil (sic), à peine de dix sols pour chacun des deffaillans, lesquels deffauts seront employez au profit de ladite Confrairie, et ce jour cesseront toutes plaidoyries, ou le jour du Service, au choix des Parens du décédé.

9Item, Chacun desdits confreres sera tenu faire dire et celebrer en l’Eglise où le confrere sera inhumé, une Messe dedans huit jours après son deceds, et pour ce faire seront tenus bailler argent au Procureur de ladite Confrairie, et a deffaut de l’avoir fait dans huit jours incontinent lesdits huit jours passez, sera tenu ledit Procureur contraindre les deffaillans, autrement demeurera la charge sur luy, et un jugement sera dit le jour et l’heure que lesdites Messes seront celebrees.

10Item, et pour le mortuaire de chacun decedé, sera prises (sic) sur les biens trente-cinq sols au profit ladite Confrairie.

11Item, et pareillement sera fait des Femmes desdits confreres Officiers et Praticiens, et de ceux qui voudront payer bien-venue et eux obliger à ladite Confrairie comme sont les Officiers et Praticiens.

12Item, seront lesdites bien-venues, c’est à sçavoir celle de Monsieur le Bailly a son joïeux advenement de six écus d’or, son Lieutenant Particulier trois écus, le Prevost trois écus, les Avocats, et Procureurs du Roy, Receveur ordinaire et extraordinaire, Esleus, Grenetiers, Contrôleur, le Voyer du Roy, Collecteur des Jurez, chacun trois écus, le Lieutenant de ladite Prevosté, Avocats, et Notaires chacun deux écus, et chacun Praticien qui ne sera Notaire un écu, et s’il est Notaire et Praticien paye à une fois un écu d’or au lieu de disnez, banquets et profitiats que l’on vouloit faire à l’institution qui montoient à grande somme de deniers.

13Item, en recevant les sermens des susdits jureront de garder et observer, entretenir, fournir et accomplir les presens Articles, et payer les bien-venues avant qu’ils puissent exercer lesdits offices, ne faire aucune chose ny lever les fruits d’iceux.

14Item, pour entretenir la fraternité en amour et dilection desdits Officiers et Confreres, sera par chacun an fait un convive par le Procureur au lieu le plus convenable où il sera advisé huit iours devant le siège du Baillage, et payera sur ce chacun desdits Confreres trois sols quatre deniers, et payeront autant les absens que les presens s’ils ne sont excusez par maladie.

15Item, pour avoir la charge, procuration et administration d’icelle Confrairie, sera chacun an, le lendemain de la Feste S. Louis après le Service esleu, un desdits Confreres, en presence duquel et de quatre qui seront deputez ; c’est à sçavoir de chacun Estat des Avocats et Procureurs, sera le compte du precedent Procureur veû, oüiy et rendû, et les frais raisonnables alloués, et n’auront lesdits Procureur et Auditeurs aucuns gages ; ains seulement ledit Procureur demeurera Franc audit convive, et si aura en chacun Siège de juridiction, et en chacun jour que l’on tiendra les Plaids une Audience [...] en nous requerant humblement que nostre plaisir soit iceux statuts et ordonnances ci-dessus ecrits pour le bien et utilité de ladite Confrairie, leur rattifier, conffirmer et avoir pour agreable et sur ce, leur octroyer nos lettres à ce convenables. Pourquoy Nous ces choses considérées et voulant subvenir à nos sujets selon l’exigence des cas, [...] Rattifions, confirmons et approuvons [les statuts]

16Si donnons en mandement par ces presentes au Bailly de Troyes [...] Nous avons fait mettre nostre scel à ces presentes [...] Donné à Troyes au mois d’Avril l’An de grace mil cinq cens et dix Et de nostre Regne le troisieme ».

texte no 2 : Règlement de la confrérie de l’Adoration perpétuelle établie à Saint Memmie de Châlons, 1659

17« Reglement de la confrairie et association pour l’adoration perpétuelle du Saint Sacrement de l’autel érigée dans l’église de l’abbaye de St Memie premier evesque et apostre de Chaalons. Par la permission de Monseigneur l’Illus. et reverend. evesque et comte dudict Chaalons pair de France

18Felix par la permission divine evesque et comte de Chaalons pair de france, a tous les confreres et associez de l’adoration perpétuelle du tres St-Sacrement de l’autel salut et benediction de nostre seigneur. Le tres adorable sacrement de l’eucharistie estant le plus grand, et le plus sainct de nos mysteres, et le centre de la religion chrestienne, tous ceux qui entrent dans la confrairie laquelle porte son nom sont obligés de l’honorer avec beaucoup de zele et un culte veritable, et de donner dans toute leur conduitte particuliere et publicque des marques d’une solide pieté. C’est la fin que se doibvent proposer tous les confreres en s’enroolants en ceste sainte confrerie ; nous exhortons au nom de nostre seigneur de renouveller souvent cette pure intention de luy demander la grace de ne s’en eloigner jamais et surtout de ne pas tomber dans l’inconvenient funeste de ceux qui presument trop de leur devotion exterieure, et qui s’en se mette en point de corriger serieusement leurs moeurs et d’eviter le peché s’immaginent quil leur suffit d’entrer en quelque confrerie, et de dire certaines prieres qui leur sont prescrites, pour avoir assurence de ne mourir jamais de mort imprevue ; et en estat de peché mortel car nostre seigneur ne veult que des adorations en esprit et en vérité. La devotion qui n’est point interieure n’est qu’hypocrisie, et c’est temerité d’attendre une bonne mort, par la vertu de quelques ceremonies. et par des prieres vocales et non par le merite d’une bonne vie. Ainsy la premiere regle et le fondement de leur devotion doibt estre le veritable et interieur reglement de l’ame qui consiste avant toutes choses a en retranche toute sorte de dereglements, c’est a dire tout peché mortel, et a s’establir ensuitte dans les pratiques et les devoirs conformes a la condition, d’une vie vraiement chrestienne.

  1. Tous ceux de la province de Champagne de l’un et de l’autre sexe, soit seculiers, soit reguliers qui desireront contribuer a l’adoration perpetuelle de la sainte eucharistie qui a besoin d’un tres grand nombre d’adorateurs pour remplir toutes les heures de l’annee, et satisfaire au pieux dessein quelle se propose, pourront avec la permission de leur evesque diocesain estre associez en ladite confrerie de quelle condition quils soient de vie irreprochable et exempte d’inimitié, et de scandale ; ils s’y prepareront avec soin, mesme par une confession generale, s’ils n’en ont point encore faictes et communiront ce jour là, ou au premier jour le plus commode.

  2. Il y aura un religieux de laditte abbaye de St Memie qui sera par nous estably pour directeur de ladicte confrerie, et un autre religieux qui l’assistera en ceste charge, et supplera en son absence ; a l’un desquels on pourra s’adresser pour estre recue et inscrit sur le livre de la confrerie, estre instruit de son exercice, et prendre le billet de l’heure de l’adoration.

  3. Ils s’adresseront au directeur ou a l’assistant de la main duquel ils recevront ces regles avec les advis qu’il trouvera bon de leur donner. Ils liront attentivement ou se feront lire les dittes regles en leurs maisons pour les apprendre et les bien observer.

  4. Le directeur ou assistant aura soin d’escrire sur le registre de l’association, le nom et le surnom de chasque confrere, le mois, et le jour ; et l’heure qu’il aura choisie pour l’adoration, afin de reconnoistre si tous les [jours] et heures de Tannee sont remplis d’adorateurs.

  5. Ils se confesseront et communieront toutes les principalles festes de nostre seigneur, et de la Ste Vierge ; le jour de la solemnité de la feste dieu, ou pendant l’octave d’icelle, s’ils n’ont quelque legitime empeschement ; et le dimanche dans ladicte octave du St Sacrement : apres les vespres du jour on dira celles des morts pour les confreres decedés, et le lendemain une messe ou tous sont invités d’assister, toutes les autres pratiques de devotion de cette association se peuvent faire dans les églises des paroisses.

  6. Tous ceux et celles de la confrerie et association se souviendront tous les matins en se levant ; et tous les soirs en se couchant d’adorer dieu, de faire leurs prieres a genoux, et les faire faire a leur famille, puis salueront le St Sacrement par ces parolles : loué soit Jesus dans le sainct sacrement de l’autel, assisteront, autant qu’il se pourra tous les jours devotement et a genoux a la Ste messe, les festes et dimanches, aux predications, au service divin en leurs paroisses, porteront partout la bonne odeur d’une vie chrestienne, et procureront la gloire de nostre seigneur par toutes les bonnes oeuvres dont ils sont capables ; soit en maintenant la foy, la religion, soit en remediant aux vices et scandales qui pourraient arriver, soit [en] assistant les pauvres dans leurs besoins.

  7. Tous les premiers jeudys de chaque mois ou cela se peut commodement, une messe du tres St Sacrement se dira a l’intention des associez, qui y assisteront parallelement le plus qui leur sera possible, aux messes et processions qui se font les jeudys en quelque eglise de la ville.

  8. Quand la cloche les advertira qu’on debvra porter le St Sacrement aux malades, s’ils ne sont trop occupez ils se rendront à Teglise en habits, le plus souvent pour l’accompagner de l’eglise au logis du malade, et le reconduire a l’eglise comme ses domestiques et plus particuliers serviteurs, et ils tiendront a grand honneur de porter le daiz, et les flambeaux devant le roy de gloire.

  9. Passant par devant les eglises ils se decouvriront et feront la reverence, formant quelque acte interieur de foy, et d’adoration du tres sainct Sacrement.

  10. Durant l’octave de la feste du tres St Sacrement et toutefois et tant quil sera exposé publiquement dans l’eglise les associez auront soin de le visiter souvent.

  11. Quand quelqu’un de la confrerie tombera malade dangereusement, il pourra se faire recommander aux prieres de ceux de la societe, que s’il vient a mourir quelqu’un de ses parents ou amis en advertira le directeur ou l’assistant lequel a sa commodité dira une messe charitablement a son intention, et fera prier Dieu pour le repos de son ame.

  12. Les confreres et associez offriront leur premiere comm [uni] on pour le repos des ames de leurs confreres qui seront decedés : on chantera aussi un service general tous les ans apres l’octave du St Sacrement pour le repos de tous les associez et confreres decedés.

  13. Tous les confreres ayant l’honneur d’estre les membres d’un mesme corps, d’estre nourrys d’une mesme viande et d’estre animés d’un mesme esprit en ce grand sacrement qui est le mystere d’unité et de paix, ils auront un soin particulier de bannir entre eux toute sorte de querelles et d’inimitiés, et de conserver une sincere et inviolable charité. Ils se visiteront charitablement en leur maladie ; se soulageront et se consoleront selon leur pouvoir dans leurs afflictions, et si il arrivoit contestation ou proces entre quelques uns d’entre-eux, ils seront puissamment exhortez, de remettre leurs differents entre les mains d’abitres (sic), qui seront choisis, et de suivre la sentence arbitrale qui sera par eux rendue.

  14. Nous avons de plus approuvé et approuvons les prieres, et intentions cy apres dressés par ladicte confrerie et association de l’adoration perpetuelle du très st Sacrement de l’autel, exhortons les fideles de les pratiquer avec devotion et soin, et octroyons a chacun des confreres et associez le jour de l’heure de leur adoration indulgence de quarente jours.

19[l’article suivant a été ajouté au bas du folio 36, visiblement de la même main. On peut considérer qu’il est la suite de l’article 14]

20Tous les p [rese] nts articles et reglements n’obligent nullement sous peine de peché, non plus que ceux de toutes les autres confrairies de devotion : mais [] il ne fault pas negliger de les observer tres ponctuellement et fidellement, n’y estre lasches a les mestre en pratique afin que Jesus Christ n [otr] e divin maistre ne perde point la gloire qu’il en attend ny nous les graces et benedictions quils peuvent meriter.

21Tous Mess [ir] es les cures des villes de la province particulierement ceux de nostre diocese sont priez d’exhorter leurs paroissiens d’entrer en ceste association pour participer au merite d’une devotion si saincte et aux indulgences qui y sont accordées, et contribuer à ce que le fils de dieu recoive un honneur perpetuel, dans cest adorable sacrement, cependant quil est tant offensé par les heritiques (sic) et les mauvais catholiques ; a cest effet ils distribueront les billets de l’heure de l’adoration à leurs paroissiens, font un roolle du nom, du mois, du jour et de l’heure que chacun aura choisi ; lequel roolle ils sont priez d’envoyer d’année en année après l’octave du St Sacrement au directeur de la confrerie érigée en l’eglise de l’abbayie de St Memie, afin quil enregistre lesdicts noms sur le registre general de la confrerie, et que l’on sache si toutes les heures sont remplis d’adorateurs, les superieurs et superieures des communautés religieuses, sont invités de faire le mesme.

22donné a Chaalons en nostre palais episcopal, le vingt cinquiesme jour du mois d’octobre mil six cent cinquante-neuf

23signé Felix

24par commandement de monseigneur Herbunot »

texte no 3 : Règlement de l’Association des hommes. Première Division, Reims, 1821

Chapitre Premier. But et utilité de l’Association

25Embrasser la cause de Dieu à laquelle presque personne aujourd’hui ne se dévoue, tel est le but de cette Association. Si les associés veulent l’atteindre, ils doivent travailler courageusement à leur sanctification ; concourir au salut du prochain avec zèle et prudence ; chercher, dans les vertus et les exemples des membres de l’Association, des encouragemens et des modèles ; concerter avec eux les moyens de maintenir les bons principes, les bonnes moeurs ; seconder les ecclésiastiques dans leurs saintes entreprises ; et, pour y mieux parvenir, chacun doit s’instruire à fond des vérités de la Religion, et procurer, autant qu’il le peut, cette solide instruction à sa famille ; s’appliquer aux plus importantes oeuvres de la charité ; par exemple : soutenir auprès des autorités les droits de la justice, de l’innocence opprimée ; protéger les efforts des pieux instituteurs de la jeunesse ; appeler les frères des écoles chrétiennes dans les villes où ils n’ont encore aucun établissement, et voir ce qu’on peut faire de plus en faveur de leurs établissemens déjà formés ; distribuer les meilleurs livres aux fidèles de la classe indigente ; porter des secours spirituels aux divers hospices et aux prisonniers ; mais procéder toujours avec ordre et sagesse, c’est-à-dire, ne pas trop entreprendre à la fois et consolider toujours le bien commencé, avant de s’occuper d’autres projets utiles.

26Cette Association, comme on le voit, est purement religieuse ; et, cependant, s’appliquer à ces oeuvres spirituelles, c’est rendre un éminent service à l’Etat.

27Il faut renoncer à revoir les beaux jours de la France, si la Religion n’y reprend pas insensiblement son ancienne influence ; et cet avantage, la Religion ne l’obtiendra jamais, si les hommes, et particulièrement ceux qui se trouvent placés au-dessus du peuple, ne commencent pas enfin à la servir efficacement, sans eux notre régénération ne s’opérera pas. Autrefois le royaume était couvert de congrégations d’hommes dont l’union et les exercices communs inspiraient partout la vraie piété. Maintenant ces saintes Sociétés sont anéanties ; et par un renversement déplorable, les méchans, autrefois isolés, nous ravissent tous les jours, par leur funeste accord, tout ce qui nous reste de l’antique foi.

28Pendant les missions, ces vérités sont vivement senties ; il est facile alors de porter les bons chrétiens à concerter ensemble de sages desseins ; mais peu d’entr’eux en poursuivent l’exécution avec persévérance ; bientôt cette ardeur s’éteint. Les hommes de bien ne se voient plus ; ils n’ont presque aucune occasion de se communiquer mutuellement leurs pensées, de s’entr’aider, et les plus belles espérances s’évanouissent. Une pieuse Association rapproche les esprits, entretient leurs liaisons saintes, et presque toujours la Providence fait entrer dans ces Sociétés des hommes d’un caractère prononcé, qui, soutenus par le concours des lumières et des secours des autres membres, assurent l’accomplissement des projets arrêtés.

Chapitre II. Dispositions générales

29Art. 1 L’Association est spécialement consacrée à la très-sainte Vierge

30Art. 2 La fête de l’immaculée Conception est la principale fête de l’Association. Si le 8 décembre, jour de cette fête, ne tombe pas un dimanche, les associés la célèbrent le dimanche qui la précède ou la suit de plus près.

31Art. 3 Les associés demeurent unis de prières et de bonnes oeuvres avec les prêtres des missions françaises.

32Art. 4 Le supérieur-général des missions donne à cette Association un règlement qui peut être modifié selon les circonstances.

33Art. 5 Les associés choisissent un ecclésiastique d’une piété sage et éclairée, auquel ils donnent le titre de directeur, et qui remplit les fonctions plus bas spécifiées.

34Art. 6 Le règlement, ses modifications, le choix du directeur, et même la formation de la Société, tout est soumis à l’évêque diocésain.

35Art. 7 Il est le supérieur nécessaire.

Chapitre III. Du Conseil

36Art. 1 Les associés nomment, outre le directeur ecclésiastique, un président de l’Association et un vice-président, deux assistans, un trésorier et un vice-trésorier, un secrétaire et un vice-secrétaire.

37Art. 2 Ces dignitaires sont nommés par la voie du scrutin.

38Art. 3 Ils composent le conseil de la Société.

39Art. 4 Pour être élu président, il faut réunir, dans une assemblée générale, les deux tiers des suffrages, plus un.

40Art. 5 La nomination des autres membres du conseil n’exige que la majorité relative des voix.

41Art. 6 En cas de partage, le président a deux voix et détermine ainsi la nomination.

42Art. 7 Tous les ans on fait une nouvelle élection. Les deux assistans sont toujours renouvelées. Le président et le vice-président peuvent être réélus deux fois, c’est à dire, conserver leur place pendant trois ans. Le trésorier et le vice-trésorier, le secrétaire et le vice-secrétaire, peuvent être constamment réélus.

43Art. 8 Il est à souhaiter que le conseil se réunisse de temps en temps, afin de préparer les matières qui seront remises à la délibération des assemblées.

44Art. 9 Ce conseil s’occupera des bonnes oeuvres qu’on peut proposer à la Société, de la réception des nouveaux sujets, de l’emploi des fonds ; en un mot, de tous les intérêts de l’Association.

45Art. 10 Il est permis au conseil d’appeler à ses discussions, dans certaines circonstances, ceux des associés qu’il veut consulter.

46Art. 11 Il les choisit, séance tenante, à la pluralité des voix.

Chapitre IV. Des assemblées générales et particulières

47Art. 1 Chaque second dimanche du mois, les associés se réunissent dans la chapelle qu’ils ont adoptée et y entendent la messe du directeur.

48Art. 2 L’heure de la messe est fixée d’après le voeu des associés.

49Art. 3 Le directeur se fait un devoir d’y prononcer, au moins de temps en temps, une courte exhortation.

50Art. 4 Il peut engager un autre ecclésiastique à la faire à sa place, surtout si l’on avait lieu d’en espérer quelque renouvellement de ferveur dans les associés.

51Art. 5 Les membres de l’Association sont fortement invités à communier quelquefois à cette messe, ne le fissent-ils qu’une fois l’année ; comme ils choisiraient librement leur jour, on serait par-là même certains de voir à chaque réunion plusieurs associés s’approcher de la Table-Sainte ; ce qui deviendrait pour tous d’une grande édification.

52Art. 6 Immédiatement après la messe, les associés se réunissent dans le lieu des assemblées.

53Art. 7 Le directeur ouvre la séance par le Veni Sancte et un Ave Maria. Le secrétaire fait lecture du procès-verbal de la séance précédente ; puis on délibère sur les intérêts et les oeuvres de l’Association.

54Art. 8 Outre cette assemblée du second dimanche de chaque mois, les associés tiennent deux assemblées générales.

55Art. 9 Elles sont fixées aux deux époques les plus convenables pour réunir un plus grand nombre d’associés.

56Art. 10 C’est dans les assemblées générales qu’on élit les dignitaires et les nouveaux sujets.

57Art. 11 On en peut rien décider sur ces objets que l’assemblée ne réunisse les deux tiers des associés, plus un.

58Art. 12 C’est dans les réunions surtout que les associés doivent avoir topujours présens à l’esprit ces conseils admirables de Saint Paul aux premiers chrétiens de Rome :

59« Que votre charité soit sincère et sans déguisement ; que chacun ait pour son prochain une affection et une tendresse vraiment fraternelle. Prévenez-vous mutuellement par des témoignages d’honneur et de déférence. Soyez charitables, patiens. Tenez-vous toujours unis dans les mêmes sentimens et les mêmes affections. N’aspirez point à ce qui est élevé, mais accommodez-vous à ce qui est de plus bas et de plus humble. Ne soyez point sages à vos propres yeux. Ayez soin de faire le bien, non seulement devant Dieu, mais aussi devant tous les hommes ».

60Art. 13 Le directeur termine toujours les assemblées en récitant le Sub tuum, à genoux, avec les associés.

Chapitre V. De la réception des nouveaux sujets

61Art. 1 Le nombre des sujets est illimité.

62Art. 2 Les qualités requises pour être admis dans la Société sont : 1° une naissance honnête ; 2° un caractère propre à l’Association ; 3° un sincère attachement aux bons principes ; 4° de vraies dispositions à la solide piété ; 5° de n’avoir sur son compte aucune des choses qui nuisent à la considération sociale.

63Art. 3 Dès qu’un nouveau sujet est proposé, les associés prennent, avec sagesse et discrétion, des renseignements exacts sur sa conduite. Les membres du conseil sont plus spécialement chargés de ce soin.

64Art. 4 C’est au conseil à proposer les sujets à l’élection. Il doit préalablement sonder les dispositions des associés sur des sujets à élire, et ne demander le scrutin qu’après s’être moralement assuré de la pluralité des suffrages en leur faveur.

65Art. 5 Pour être élu, il faut obtenir les trois quarts des voix, plus une, dans une assemblée générale.

66Art. 6 Le nouvel élu, introduit dans une assemblée générale ou particulière, prononce (ayant un cierge à la main, que lui fournit l’Association) l’Acte de consecration à la Sainte Vierge, tel qu’on le trouve à la fin du règlement.

67Art. 7 Le directeur récite ensuite le Te Deum alternativement avec les associés, et le nom du sujet qu’on vient de recevoir est inscrit dans les registres de la Société, sous la date du jour de l’élection.

Chapitre VI. De l’emploi des fonds

68Art. 1 On placera dans la chapelle de l’Association, ou dans la salle destinée à recevoir les assemblées, un tronc à trois clefs, dont la première sera remise au directeur ecclésiastique, la secone au président et la troisième au trésorier.

69Art. 2 Ce tronc ne sera jamais ouvert qu’en présence de ces trois dignitaires ; mais en cas de maladie ou de longue absence, chacun d’eux peut remettre sa clef à son suppléant.

70Art. 3 Les associés déposent un franc dans ce tronc à chaque assemblée.

71Art. 4 On y joint les dons plus considérables que veulent faire les associés et ceux des personnes charitables qui, sans appartenir à l’Association, désirent néanmoins concourir à ses bonnes oeuvres.

72Art. 5 Tous les mois on retire les sommes versées dans le tronc.

73Art. 6 Le trésorier fait toujours connaître l’état de la caisse aux associés dans les assemblées générales, ainsi qu’à toute autre assemblée qui témoignerait le désir d’en être instruite.

74Art. 7 Chaque année le trésorier rend ses comptes au conseil ; les associés peuvent exiger que ces comptes soient soumis à une des assemblées générales.

75Art. 8 Ces fonds ne sont jamais distribués en aumônes particulières, mais appliquées à des oeuvres d’une utilité générale.

Chapitre VII. De quelques autres dispositions particulières

76Art. 1 Nul article de ce règlement n’oblige sous peine de péché.

77Art. 2 Quoiqu’on doive surtout conserver son entière et pleine liberté par rapport à la réception des Sacremens, le règlement observera néanmoins que l’esprit de l’Association est d’engager ses membres à faire, outre la communion pascale, quelques autres communions dans l’année, par exemple, les jours de Noël, de la Pentecôte, de l’Assomption, et particulièrement de l’immaculée Conception, principale fête de la Société.

78Art. 3 Le même esprit porte les associés à communier le jour de leur réception, ou bientôt après. Le Souverain Pontife accorde une indulgence plénière à ceux d’entre eux qui communieront aux jours désignés.

79Art. 4 Les associés auront certainement remarquer plusieurs fois avec douleur que le Crucifix et les saintes Images honorablement placés autrefois dans la demeure de tout chrétien, et particulièrement des personnes distinguées, sont entièrement bannis aujourd’hui de leurs maisons. Les membres de l’Association s’empresseront de rétablir dans les leurs ces signes augustes.

80Art. 5 Dès qu’un associé tombe sérieusement malade, tous les membres de l’Association prient particulièrement pour lui, et plus spécialement encore lorsque la maladie est déclarée mortelle.

81Art. 6 Autant qu’ils le pourront, ils ne souffriront pas qu’on lui administre trop tard les derniers sacremens. Ils doivent se promettre les uns aux autres de se rendre mutuellement cet inappréciable service.

82Art. 7 Si le malade meurt, chaque membre de la Société fait dire une messe pour le repos de l’âme du défunt.

83Art. 8 Dans l’assemblée la plus solennelle, c’est-à-dire le dimanche où les associés célèbrent la fête de l’immaculée Conception, le directeur annonce le jour où l’Association fera dire une messe pour les membres de la Société décédés pendant l’année. Il indique exactement l’église et l’heure où cette messe sera dite, afin de faciliter aux associés le moyen d’y assister.

Acte de consécration à la Très-Sainte-Vierge

84Sainte Marie, mère de Dieu, et Vierge conçue sans être souillée du péché originel, moi N..., vous choisis aujourd’hui pour ma reine, mon avocate, ma patronne et ma mère ; je prends devant vous l’inviolable résolution de ne jamais abandonner votre service ; de ne jamais rien dire ou faire qui puisse porter atteinte à l’honneur qui vous est dû ; de ne jamais souffrir qu’aucun de ceux qui me sont soumis parle ou agisse contre les intérêts de votre gloire. Je vous supplie de me recevoir pour toujours au nombre de mes serviteurs ; de m’accorder votre assistance dans toutes les actions de ma vie, et surtout de me secourir à l’heure de la mort.

85Ainsi soit-il.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search