Version classiqueVersion mobile

Église et état en Espagne au XIXe siècle

 | 
Brigitte Journeau

Index des matières et lexique

Texte intégral

A

abad : 1) abbé d’un monastère,

2) curé en Galice et en Navarre,

3) doyen d’un chapitre d’une collégiale, 88

ab intestat : mort sans laisser de testament, 92

abréviateur à la nonciature : abreviador. Celui qui à la nonciature est chargé de l’expédition des grâces ou dispenses que le nonce peut accorder par délégation apostolique, et qui corrige les erreurs contenues dans les brefs venant de Rome. Depuis 1771 il est espagnol, 354

Acta apostolicae sedis : organe officiel du Saint-Siège, 43

Administración de bienes nacionales : organisme créé par décret du 16 avril 1856 et dépendant de la Direction general de ventas de bienes nacionales, 288

ad nutum : (ou ad nutum superioris) : selon la volonté du supérieur. Terme employé notamment pour les Ordres religieux et qui définit le lien d’obéissance à l’égard du supérieur, 75, 90

agenda diocesana de preces : celle qui, obligatoirement, transmet la demande de dispense d’un particulier à la agenda de preces en Madrid, qui elle-même la présente au chargé d’affaires à Rome, lequel la soumet au pape. Si la dispense est accordée, le chargé d’affaires à Rome remet le bref de dispense au ministère des Affaires étrangères, qui l’envoie à celui de Grâce et de Justice pour qu’il lui accorde l’exequatur après avis des procureurs (fiscales) du Tribunal Suprême de Grâce et de Justice et jugement de celui-ci. Le bref est alors transmis à l’évêque qui doit en mettre en œuvre les dispositions.
Il existe un tarif concernant les droits perçus tant par la Chancellerie romaine que par l’État espagnol, mais certaines dispenses sont accordées in forma pauperum (« en forme de pauvre ». Cf. Durand de Maillane), à ceux qui ne possèdent pas de biens fonciers, ou qui, en possédant, ont un revenu annuel inférieur à 1000 réaux, 237-297, 316

agenda general de preces a Roma : créée sous Philippe II pour centraliser les demandes de grâces et de dispenses adressées au pape. Elle dépendait du ministère des Affaires étrangères. Elle fut supprimée en 1823 et ses attributions passèrent à l’ambassade d’Espagne. Elle fut rétablie par décret du 26 septembre 1851. Les droits correspondants aux dispenses pour les bénéfices devaient être versés au Trésor public, 237, 297
En 1638, fut créée la agenda de preces en Madrid, qui fut supprimée par décret du 7 juin 1837. Ses attributions passèrent à la pagaduría de Estado, 194 agente de preces en Roma : banquier expéditionnaire en Cour de Rome, ou expéditionnaire de (ou « en ») Cour de Rome. Employé qui se charge de faire venir de Rome toutes les bulles, dispenses et autre expéditions qui se font à Rome, de la Chancellerie, de la Daterie, ou de la Pénitencerie. En 1851, on précise que cette fonction doit être exercée par un employé de la section des affaires ecclésiastiques du ministère de Grâce et de Justice, ceci gratuitement, avec une gratification de 4000 réaux par an pour remboursement de frais, 199, 318, 320, 354, 396

agentes investigadores de memorias, aniversarios y obras pías, créés par décret du 10 avril 1852 et chargés d’enquêter sur les obligations pieuses (cargas piadosas) grevant les biens d’Église vendus par l’État (cf. juntas investigadoras..), 207

alcalde constitucional : nom donné aux alcaldes ou « maires » depuis l’établissement du gouvernement constitutionnel. Selon le décret du 23 juillet 1835, ils sont élus pour deux ans (suffrage censitaire), mais selon la loi du 8 janvier 1845, ils sont nommés par le roi dans toutes les capitales de provincias et cabezas de partido judicial de plus de deux mille habitants. Ailleurs, ils sont nommés parmi les conseillers municipaux élus dans les localités, 228

alhajas : mobilier sacré : ornements liturgiques et vases sacrés appartenant à la Mitre (Mitra), c’est-à-dire formant partie des biens de l’évêché dont l’évêque n’a que la jouissance, 78

alternative : alternativa. Système consistant à choisir les supérieurs généraux ou provinciaux d’un Ordre religieux, soit dans une nation, soit dans une autre, ou tantôt dans une famille de l’Ordre, tantôt dans une autre, réformés ou observants par exemple, 157, 158

anejo : vicairie, annexe, c’est-à-dire une église démembrée d’une plus grande à laquelle elle reste annexée. On l’appelle aussi « succursale », 97

apparat : aparato : nom donné à une classification sous la forme de table, catalogue, dictionnaire. On peut ainsi parler d’un « apparat » de la Bible, 112

appel comme d’abus : recurso de fuerza : appel à un tribunal civil contre la décision de la juridiction ecclésiastique. Ce droit ne fut pas remis en cause par la loi de enjuiciamiento civil du 5 octobre 1855. Par la proposition 41 du Syllabus, Pie IX condamna les « appels comme d’abus », 243, 244, 245, 246, 380, 392

arancel parroquial : tarif officiel s’appliquant aux droits de sacrements que peut percevoir celui qui les administre. Il doit être fixé par les évêques et approuvé par le gouvernement à partir de 1838, 102

archimandrite : supérieur de certains monastères grecs de rite grec-orthodoxe, 184

arcediano : archidiacre, 81-83

arcipreste rural (ou plebano) : ecclésiastique qui exerce un rôle de surveillance sur un archiprêtré (arciprestazgo), celui-ci comprenant une quinzaine de paroisses. Aujourd’hui on emploierait plutôt respectivement les termes de « doyen » et « doyenné ». On utilisait d’ailleurs parfois le terme de decano ou deán pour désigner cet ecclésiastique. À partir de 1851, on veut lui faire jouer le rôle de vicaire forain (vicario foráneo), c’est-à-dire de juge ecclésiastique de son propre archiprêtré. On aurait ainsi comme tribunaux ecclésiastiques, au degré inférieur, des vicarías foráneas, puis à un degré plus élevé diocesanas, et enfin metropolitanas, 102, 247

arcipreste urbano : archiprêtre. Il représente l’évêque dans sa cathédrale, 81-83

arciprestazgo : archiprêtré, 247

audiencia : cour d’appel, tribunal supérieur ou juzgado de primera instancia. Les audiencias territoriales furent réorganisées par décret du 26 janvier 1834, 212, 215

auditeur : terme utilisé habituellement à la place de celui de juge dans les États du pape.

Auditeur de Rote : auditores de la Rota : docteurs au nombre de douze, dont trois étaient nommés par les souverains de France, d’Espagne et d’Autriche, et neuf par le pape. Ils composaient à Rome le tribunal de la Rote, tribunal d’appel pour l’Église universelle.
Il semble que l’Espagne ait eu droit à un auditeur pour le siège d’Aragon, qui fut, de 1831 à 1853, Mgr Avellá, lequel n’eut de successeur qu’en 1860 en la personne de Marcial de Avila y Sagrera et, à un auditeur pour le siège de Castille, dont le premier nommé fut Mgr Manuel Rodriguez qui exerçait ses fonctions à Rome en 1855, 195-199, 320, 326

D’autre part, depuis 1771, il existait un tribunal de la Rote à la nonciature à Madrid (Tribunal de la Rota de la Nunciatura de España) dont avait été auditeur titulaire, en 1827, pour le royaume de Castille, José Rivadeneira y Gonzalez, plus tard évêque de Valladolid, 197-199, 319

ayacuchos : surnom donné aux officiers généraux espagnols qui furent présents à la bataille d’Ayacucho en Amérique (bataille qui décida de l’émancipation des colonies espagnoles), et en particulier à Espartero qui y avait assisté, puis à tous ses partisans.

ayuda de parroquia : cf. anejo.

B

bénéfice : complexe de biens temporels presque exclusivement immobiliers assurant des revenus stables à celui qui en est pourvu et qui restera, sauf démission ou permutation, titulaire de ces biens jusqu’à sa mort.
Au droit de percevoir ces revenus sont attachés soit des charges cultuelles précises, par exemple l’obligation d’assurer des fonctions cultuelles à des jours déterminés (cas des bénéfices-simples, d’une chapellenie), soit celle de pourvoir au bien spirituel d’une paroisse (bénéfices-doubles ou à charge d’âmes), 80-95

bénéfices à charge d’âmes (latin : cura animarum ; espagnol : cura de aimas) : évêchés, abbayes, cures, et les premières dignités d’un chapitre, 26, 80, 81, 86, 89

bénéfice consistorial : celui qui, étant à la nomination du souverain, devait être proposé dans le consistoire à Rome, 82

bénéfice-cure : beneficio curado : c’est un bénéfice-double, donc à charge d’âmes, exemple celui de curé, 89, 92, 96

bénéfice-simple (ou à simple tonsure) : ex. : chapellenie. Il ne comporte pas de charge d’âmes, 86, 89

bénéfice manuel : beneficio manual : bénéfice dépendant d’une abbaye, et qu’on fait desservir par un religieux amovible au gré du supérieur. On l’appelle également « obédience », 90

bénéfice sécularisé : celui qui peut être possédé en commende par des séculiers. Il fallait pour cela une dispense papale.

bénéfice cf. collatif, électif, pilongo, résidentiel, 90

de préstamo : prestimonie, 82

bénéficiature : nom donné aux bénéfices des chapelains qui sont plutôt des offices à gages, (tels ceux de chantre) que de véritables bénéfices, 84

bénéficier : beneficiado : celui qui possède un bénéfice ecclésiastique, 84, 187, 292

Bible (lecture de la), 55, 64, 112, 115, 233, 346

bienes de propios : biens communaux, 286, 391

bref : breve : lettre du pape, portant une décision ou une déclaration, mais ayant un caractère privé, et moins solennelle qu’une bulle. Les brefs sont utilisés, par exemple pour accorder une dispense, autoriser la vente de biens ecclésiastiques, ainsi que pour certaines affaires d’ordre public. Ils émanent de la Secrétairerie des brefs, 236, 237

bref de non residendo : dispense canoniquement un dignitaire ecclésiastique de l’obligation de résidence, 198

bulle : lettre pontificale importante, munie à l’origine et jusqu’à 1878 d’un sceau en plomb (bulla). Les bulles sont réservées à des matières qui intéressent toute la chrétienté ou une catégorie importante de fidèles. Elles sont généralement publiées par la Chancellerie pontificale. Seules les plus importantes dites « consistoriales » portent la signature du pape, ainsi que celle des cardinaux, 169, 196, 235-236

bulle de croisade : bula de Cruzada : bulle accordée par le pape aux Espagnols en vertu d’une aumône faite chaque année. Les fonds recueillis (fondos de Cruzada) servaient à l’origine à organiser la Croisade contre les infidèles. En 1851, ils furent destinés à former partie de la dotation du clergé. Cette bulle, en plus de diverses indulgences, donnait pendant un an à ceux qui l’acquéraient, le droit de manger de la viande, des œufs ou des laitages, les jours de jeûne, 76-78,102, 191, 201

bulle In coena domini, dite bula de la Cena : bulle publiée tous les ans à Rome, le jour du jeudi saint, depuis le XIVe siècle, dans laquelle les papes prononçaient une sentence d’excommunication contre les hérétiques, les schismatiques, les usurpateurs de biens d’Église, et ceux qui violent les immunités ecclésiastiques. L’absolution des censures contenues dans cette bulle est réservée au pape, 287

bulle Ineffabilis, 8 décembre 1854. Elle contient la définition du dogme de l’immaculée Conception, 237, 243, 245, 351-352

bulle Inmensa aeterni Del : 22 janvier 1587. Elle donne son organisation définitive à la Congrégation de l’Index, 212

bulle Inter Coetera, 168

bulle Inter graviores, 157,164

bulle Universalis Ecclesiae, 166

bulle Quo gravius, 14 juillet 1874. Elle supprime la juridiction des Ordres militaires, 76

bulle Quae diversa, 14 juillet 1874. Elle supprime les diverses exemptions, 76

bulletins ecclésiastiques : aucun ne fut publié en Espagne avant 1844, 237-238

C

Caja de sueldos y pagos del clero : dépend de la section Contabilidad del culto y clero, au ministère de la Justice. La Dirección de contabilidad del culto y clero créée par décret du 10 septembre 1850 deviendra plus tard Ordenación general de pagos du même ministère, 197

Cámara del Real Patronato : conseil qui remplaça la Cámara eclesiástica. Il avait pour attribution de nommer aux charges ecclésiastiques. Il fut supprimé en 1857. Il avait été créé par Aguirre en 1854, 244-245, 347

Cámara eclesiástica ou Consejo de la Cámara eclesiástica : conseil des Affaires ecclésiastiques créé le 2 mai 1851 et composé de l’Archevêque de Tolède, du Patriarche des Indes, d’un ecclésiastique, de deux membres du Tribunal Supremo de Justicia et de quatre hauts fonctionnaires nommés par le ministre de Grâce et de Justice. Elle a pour rôle principal de procéder aux nominations aux diverses charges ecclésiastiques (piezas eclesiásticas), attributions qui de 1834 à 1845 revinrent au Tribunal Supremo de Justicia, de 1845 à 1850, au Consejo real, et de 1850 à 1851 à la Junta consultiva eclesiástica. Elle sera remplacée par un conseil dit Cámara del Real Patronato, supprimé en 1857, toutes les affaires traitées étant à partir de ce moment-là du ressort du Consejo real, 95, 369

camarilla : coterie, 359, 368

canonicat : dignité et office de chanoine, 81-83

cantora : celle qui, dans une communauté monastique, dirige les chœurs. Elle aura droit, comme l’organiste, à une pension, ce qui permettra à des jeunes filles pauvres de professer, 145-147

capellán mayor : premier aumônier du souverain. Il est également archevêque de St Jacques de Compostelle et recteur de la Chapelle Royale, 71 n. 7

capellán de sangre : chapelain de patronat particulier, 97

capellanía : chapellenie. Titre ecclésiastique dont le bénéficiaire doit remplir certaines charges considérées comme ecclésiastiques, à moins qu’il n’en confie le soin à un remplaçant s’il n’est pas lui-même prêtre, 92-93, 203, 391, 397

capellanías de sangre o de patronato de sangre, 29, 92-93, 207, 261

cardinaux, 195

cardinaux de couronne : cardenales de corona, 195

cargas ou cargas de justicia : affectations religieuses, obligations pieuses, charges pieuses ou charges cultuelles, telles que des fondations de messe. La loi du 23 mai 1856 ordonna le rachat de celles qui grevaient les biens ecclésiastiques vendus, mais un décret du 30 décembre de la même année en suspendit l’accomplissement. Cette question fut reprise par le Convenio-ley du 24 juin 1867, 207, 209

Ces affectations religieuses peuvent être soit des cargas temporales, soit des cargas espirituales ou obligations spirituelles, 210

casa galera ou la galera : prison de femmes, 367

casa misión de San Vicente de Paúl, à Madrid, 244

casuel : revenus accidentels formés par les rétributions volontaires des fidèles, à l’occasion des enterrements, baptêmes, mariages, dites droits de sacrements et de sépulture, ou droits d’étole (derechos de estola y pie de altar). Les honoraires de messe ne sont pas compris dans les droits d’étole, 102, 192-193, 333

cédula de ruego y encargo : lettres royales adressées aux prélats ou dignitaires ecclésiastiques sur des affaires dépendant de leur juridiction.

cédula de examen y comunión : billet de communion, 99

censeur de romans : censor de novelas. Cet office fut créé par décret du 23 avril 1852, 216

censeur de théâtre : censor de teatro, 219

censo : cens, redevance, rente sur les particuliers et les paysans, 286

Chambre apostolique (Cámara apostólica) : office de la curie romaine jouant le rôle d’un ministère des Finances du Saint-Siège. Elle a à sa tête un camérier ou camerlingue de la Sainte-Église romaine, que l’on doit distinguer du camerlingue du Sacré-Collège, 82, 118

Chancellerie romaine : c’est d’elle qu’émanent les bulles consistoriales, 82

chanoine, 81-84, 192, 198

chapelain, 81, 84

chapellenie : cf. capellanía.

chapitre : cabildo, capítulo : assemblée de chanoines, 80-82, 88, 187

chapitre cathédral : capítulo catedralicio.

chapitre provincial : réunion de religieux appartenant à la province d’un même ordre, qui a lieu selon le rythme fixé par les constitutions pour traiter des questions d’administration de celle-ci. Chez les Franciscains et les Dominicains, il élit le supérieur provincial, 159, 167

chapitre général : réunion de religieux d’un même ordre pour des questions de gouvernement et d’administration. Il se réunit tous les trois ou six ans et élit le supérieur général, 158

choléra, 99, 125-126, 167, 224, 260, 290, 293, 311, 339, 378, 382

cismontain : s’oppose à ultramontain, 158, 234-239

Civiltà cattolica : revue dirigée par les jésuites, à Rome, 313, 315

clercs réguliers.

club : terme employé par l’ambassadeur de France ou par Mgr Franchi pour désigner ce que les Espagnols appellent junta. Ainsi parle-t-on de « clubs progressistes ou démocratiques », de « Club du cirque », de « club de la Unión », républicain, 328, 331, 334, 347, 357

coadjuteur : chez les Lazaristes, c’est l’équivalent d’un frère convers, c’est-à-dire un membre de cette Congrégation de la Mission qui n’est pas prêtre et qui est plutôt chargé des besognes matérielles, 128

coadjutor : vicaire, auxiliaire, 96-97

Code de droit canon ou Codex juris canonicis : recueil authentique des lois ecclésiastiques formulant en 2414 canons tout le droit de l’Église latine. Il fut promulgué le 27 mai 1917 par Benoît XV et entra en vigueur le 19 mai 1918. Ce fut Pie X qui, en 1904, décida la codification des lois existantes, 113

code pénal : código penal : le premier, celui de 1822, ne fut en usage que jusqu’en 1823. En 1843, on nomma une commission pour rédiger un code qui fut approuvé en 1848, et refondu en 1850. Il fut en usage jusqu’à la Constitution de 1869, 313, 315

cofradías y hermandades : confréries et biens leur appartenant. La vente de ces biens est prévue par le Concordat, 204-206

collateur : colador : personne à laquelle il revient de pourvoir à un bénéfice. C’est normalement l’évêque d’un diocèse pour les bénéfices qui en dépendent, 90

collation : colación. Action et pouvoir de conférer un bénéfice. Elle doit être distinguée de la désignation d’un titulaire à une charge ecclésiastique, qui est le premier stade de sa nomination. S’il a été élu par un chapitre, il doit obtenir la confirmation canonique ; s’il a été présenté par un patron, il a besoin de l’institution canonique, 82, 90

collégiale : église desservie par un corps (collegium) de chanoines réguliers ou séculiers et dans laquelle il n’y a pas de siège épiscopal, 87-88, 389

commissaire apostolique, 158

commissaire général de Terre Sainte : dans la plupart des états chrétiens, il centralisait le montant des quêtes pour la Terre Sainte et jouait le rôle de fondé de pouvoirs auprès des autorités gouvernementales. À Paris, il disparut pendant la Révolution, 163, 176

commissariat général de Terre Sainte : comisaría general de los Santos Lugares, 176

commissariat général de la Bulle de Croisade (Comisaría de Cruzada) : il administrait les fonds de la Bulle de Croisade. Il fut supprimé par décret du 6 avril 1851, et ses attributions passèrent alors à l’archevêque de Tolède, 76-78, 197, 236

comisionado principal de la dirección general de Ventas de bienes nacionales, 288

comisionado provincial de la dirección general de Ventas de bienes nacionales, 288

Compagnie de Jésus : restaurée en Espagne en 1814, elle est supprimée par décret du 4 juillet 1835, 21, 123, 126, 135, 139, 149, 156, 170, 190, 228, 232, 273, 284, 303, 332, 335, 380, 392

Compañía de impresores y libreros del reino : fondée par Charles III, 236

conciles, 337-338

concile de Latran, 211

concile national : il n’y en eut pas depuis celui de Tarragone en 1757, 192

conciles provinciaux : il n’y en eut pas au XIXe siècle avant 1887, où se réunirent ceux de St Jacques de Compostelle et de Valladolid. Leur réunion était interdite, 106, 384, 397

concilio diocesano : sínodo diocesano : synode diocésain. L’article 19 du Convenio adicional du 4 avril 1860 autorise la tenue de synodes diocésains, 392

concile de Trente (1545-1563), 105-107

conducta : expediciones : transport d’argent et d’objets jusqu’en Terre Sainte, effectué à partir des fonds de la Obra pía de Jerusalén par les Franciscains, 176

Congregación de misioneros del Inmaculado Corazón de María, fondée par le P. Claret, 134

congrégation : tout institut religieux dont les constitutions approuvées ne comportent pas de vœux solennels, mais seulement des vœux simples (perpétuels ou temporaires). Elle se différencie en cela de Tordre religieux.

Congrégation : groupe de cardinaux choisis par le pape pour faire partie d’un organisme administratif. Dans le langage courant, cet organisme même.

Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires : congrégation romaine fondée en 1814. Elle traite les affaires mettant en cause les gouvernements civils (concordats, nominations épiscopales, érection de diocèses), 354

Congrégation de l’Index : créée en 1566, organisée définitivement en 1587, 212-213

Congrégation du Saint-Office, 213

Congrégation de la Propagande ou de propaganda fide : érigée par Grégoire XV en 1622 pour propager la foi parmi les infidèles. Elle s’occupe de tous les territoires de mission, 167, 174, 179, 183

Congrégation de St Vincent-de-Paul, 123-128, 137, 189

Congreso : la Constitution de 1837 organise les Cortès en deux chambres, le Sénat (senado) et le Congrès (congreso) mais il n’y en eut qu’une, le Congreso de diputados, lorsqu’il y eut des Cortes constituyentes (assemblée constituante), soit en 1836, 1854, 1869, 1873. Donc, de 1854 à 1856, le Sénat fut supprimé, 56-58, 266, 282-283, 285, 294, 399

Conseil des ordres militaires : datant de Charles-Quint, il est remplacé en 1836 par le Tribunal des Ordres, 73

Consejo real : Conseil royal : il a remplacé le Consejo de Estado en 1845. 11 prendra à nouveau le nom de Consejo de Estado en 1858, 132, 392

consistoire : assemblée de cardinaux : consistoire secret. On parle de consistoire public, lorsqu’il s’agit de la remise du chapeau cardinalice, et de consistoire semi-public, lorsque s’adjoignent aux cardinaux des archevêques et des évêques, par exemple, pour donner leur avis sur une cause de canonisation, 16

constitution apostolique : au sens strict, loi générale de l’Église quelle que soit la forme sous laquelle elle est promulguée. Au sens large : tout acte solennel directement émané du pape et traitant de questions intéressant l’Église universelle ou une portion non négligeable de celle-ci. Elle peut être rédigée sous forme de bulle, de bref, ou de lettres, par exemple les encycliques, 25

corista : religieux de chœur (de coro), c’est-à-dire destiné à la prêtrise. On le distingue du frère convers (lego), 144

corporación : terme s’appliquant à une congrégation religieuse, 143

couvent des Cuarenta mártires à Rome, ou Santi Quaranta y San Pascual Bailón, cédé aux franciscains alcantarins de Naples en 1852, 324

cura de almas : charge d’âmes. En Espagne, la cure habituelle est souvent confiée à une personne morale, chapitre, monastère, qui choisit un délégué pour exercer la cure actuelle, 75, 96, 152

curato de término : cure correspondant à peu près à la cure de canton en France à la même époque, 95

curé : prêtre ou personne morale à qui une paroisse a été confiée en titre avec la charge d’âmes à exercer sous l’autorité de l’ordinaire du lieu, 94-100, 102, 192-193, 196, 229, 261, 269, 289, 292, 336, 378

curie romaine : organisme gouvernemental, administratif et judiciaire du Saint-Siège, 51

custode : Gardien du Mont-Sion, c’est-à-dire supérieur franciscain résidant en Terre Sainte et chargé de la garde des Lieux Saints. Il doit être italien, 182 n. 14, 183

Custodie de Terre Sainte : franciscaine, elle a pour mission de protéger, de racheter et de défendre les sanctuaires de Terre Sainte, 170, 182 n. 14

D

Daterie : Dataría. Un des offices de la curie romaine. C’est là qu’on accordait les « grâces apostoliques », bénéfices mineurs, et surtout les dispenses de mariage qui formaient l’essentiel de sa charge au XIXe siècle, 82, 194

deán : doyen. Le premier dignitaire d’un chapitre cathédral. Il correspond parfois au preboste ou au pavorde, 80-82, 192

decoro : sens des convenances, prestige, 194-195, 381

dégradation d’un clerc, 364

délégué apostolique : représentant du Saint-Siège auprès de la hiérarchie, du clergé et des fidèles des lieux où ils sont envoyés. Ils n’ont pas de caractère diplomatique et ne sont pas accrédités auprès des gouvernements, 388

denuncia : plainte en justice (Turgot, ambassadeur de France emploie le terme « dénonciation ». Correspondance politique. Espagne. Vol. 845. 10 septembre 1854), 225, 378

despreocupado : affranchi des préjugés, incrédule, sceptique en matière de religion, 233, 395

dignités ou dignitaires : dignidades. Dans les cathédrales, prébende à laquelle est attaché un office honorifique. Elles sont normalement au nombre de quatre : archiprêtre, archidiacre, chantre et écolâtre, 80-83, 90

dîme : diezmo. Impôt sur le produit de la terre (frais de mise en valeur non déduits) pour le culte et ses ministres. Une partie en revenait cependant à l’État ou à des particuliers qui avaient acquis à titre onéreux le droit de percevoir cette redevance. La dîme fut abolie par la deuxième loi de désamortisation de Mendizábal, du 29 juillet 1837. Elle continua à être perçue jusqu’en 1840, date à laquelle elle fut supprimée en fait, 23, 27-29, 188

dimisorias : testimoniales : lettres dimissoires, c’est-à-dire lettre par laquelle un évêque recommande un de ses diocésains à un autre évêque pour qu’il lui confère l’ordination, 94

diocèse : circonscription territoriale sur laquelle l’évêque a juridiction. Par le Concordat de 1851 (art. 5, 6, 7), on rectifia la division territoriale des diocèses, 68-72

Dirección general de contribuciones directas, estadísticas y fincas del Estado, 204

Dirección general de ventas de bienes nationales créée le 15 mai 1855 pour mettre en application les dispositions de la loi Madoz, 288

Direction de la Obra pía : organisme administrant à partir de 1839 les fonds de la Obra pîa de Jerusalén destinés à la Terre Sainte, 176

Dirección de Ultramar : organisme d’État. Elle s’occupe des affaires des Philippines et de Cuba, 165

disciplina : discipline ecclésiastique, organisation de la vie de l’Église, 113, 383

dispenses, 194

dispenses de mariage, 69, 297, 305, 326, 352

donados : sortes de frères convers (cf. Philippines) mais qui, à la différence des legos, ne font pas de vœux, 154

droit de propriété de l’Église, 32, 38, 201-202, 287, 302, 396

E

ecónomos (curas ecônomos) : prêtre chargé d’exercer les fonctions paroissiales en cas de vacance, 96, 206

ecónomo de la Mitra : celui qui est chargé d’administrer les biens de l’évêché lorsqu’il y a vacance du siège épiscopal, ou que le prélat est dans l’impossibilité d’exercer sa juridiction.

encomiendas : commanderies, 201, 203-204, 286

encyclique Mirari vos : 15 août 1832. Grégoire XVI y expose les dangers de l’indifférentisme religieux et y condamne, sans les nommer, Lamennais et le journal l’Avenir, 66 n. 3, 216

encyclique Quanta cura : 8 décembre 1864. Elle sert de préface au Syllabus, 237, 408

ermita : chapelle. La vente des biens des ermitas est prévue par le Concordat, 204-206 Escuelas pías : nom des écoles de la congrégation de clercs réguliers, connue sous le nom de padres escolapios (piaristes), qui fut fondée au XVIe siècle par San José de Calasanz pour se consacrer à l’éducation des enfants pauvres. La loi du 5 mars 1845 rappelle que cette congrégation ne fut pas comprise dans la suppression des Ordres religieux décrétée le 29 juillet 1837, 25, 27, 189, 249

évêque in partibus infidelium : nom donné jusqu’au décret du 27 janvier 1882 de la Sacrée Congrégation de Propaganda fide à l’évêque titulaire, c’est-à-dire au prélat qui, recevant la consécration épiscopale, n’a pas juridiction sur un diocèse résidentiel et porte le titre d’un évêché en des contrées où il n’existe plus d’Églises catholiques, ex. : Palmyre, Nicée, 73, 367

exaltados : progressistes avancés, « exaltés ». Il est des cas où « très exaltés » peut signifier « violemment carlistes », 47, 254, 363

examinateurs synodaux : docteurs en théologie chargés d’examiner les candidats aux paroisses vacantes. Ils sont élus sur proposition de l’évêque, 94, 102

exclaustración : exclaustration.

exclaustrados : religieux qui durent sortir de leur monastère à la suite de la suppression de l’institut auquel ils appartenaient. Le terme « exclaustré » existe en droit canon. Cf. Naz, 138-140, 142, 144-145, 151-152, 160-161, 171, 189, 296, 366, 371-372, 374, 381, 389

excusado : droit qu’avait le roi, dans chaque paroisse, de percevoir la dîme versée par un des membres de celle-ci, celui qui était le plus imposé. L’administration de ces sommes revenait au Tribunal Apostólico y Real del Excusado. Il disparut avec la dîme, 79

excommunication majeure latae sententiae : celle que l’on encourt par le fait même, ipso facto, dès que l’on a commis l’action en punition de laquelle elle a été prononcée, 287

exemption des Ordres religieux, 74-76

exequatur ou regium exequatur (ou pase regio) : signifie « que l’on exécute ! » Consentement donné par le pouvoir civil à la promulgation ou exécution des actes pontificaux, le pape étant considéré comme un souverain « étranger ». À différencier du placet : plácito, qui s’applique plutôt aux actes des évêques du royaume relevant également d’une approbation de l’État. L’obligation de l’exequatur fut rappelée par R. O. du 19 avril 1841 et du 16 novembre 1851, 30, 236-237, 246, 392, 398, 406

expedicionero de preces : agent, ou expéditionnaire en cour de Rome chargé de faire venir les expéditions de la Chancellerie ou de la Daterie dont les Espagnols ont besoin, 199, 237, 318, 320, 354, 396

expediciones : expéditions, actes que l’on expédie à la Chancellerie à Rome. La grâce accordée par le pape de vive voix ou par écrit est valablement obtenue, mais elle est informe et irrégulière jusqu’à ce qu’elle ait été suivie de l’expédition, 82, 194, 320

Expolios : dépouille. Biens acquis avec les revenus de l’évêché que les évêques laissaient à leur mort. Ils revenaient au Trésor royal (droit de dépouille). Le Concordat et le décret du 21 octobre 1851 suppriment la Colecturía general de expolios, vacantes y anualidades (Trésorerie des dépouilles), 78-79

F

fámulo : séminariste qui peut faire ses études au séminaire tout en y faisant office de domestique, 121

fiscal de Cámara ou ministro fiscal de Cámara : procureur, qui défend les intérêts de l’État, et qui est membre de la Cámara eclesiástica. En 1854, il s’agit de J. M. Carramolino, 148,198

fiscal de la Cámara del Real Patronato : même rôle que le précédent, la Cámara eclesiástica ayant été remplacée par la Cámara del Real Patronato, 244, 347

fiscal de imprenta : censeur de la presse, des libelles et des opuscules. La censure des romans n’est pas de son ressort. Elle revient au censeur de romans (censor de novelas), charge créée en 1852, 216-217, 225-226, 230

Fomento (ministerio de) : créé par décret du 5 novembre 1832, sous le nom de ministerio del Fomento general del reino, il prend en mai 1834 celui de ministère de l’Intérieur (del Interior), et en août 1836 de ministère de Gobernación. L’Instruction publique est successivement une section de ces différents ministères. Elle devient Direction general de Instrucción pública, le 13 mai 1846 et dépend toujours du ministère de Gobernación.

Une secretaría de Estado y del despacho de Comercio, Instrucción y Obras públicas est créée par décret du 28 janvier 1847 et devient par décret du 20 septembre 1851 le ministère de Fomento. L’Instruction publique, sauf les estudios especiales (ingénieurs, etc.), s’en détache et passe à nouveau au ministère de Gracia y Justicia.

En juin 1851, il s’agit donc bien encore du ministère du Commerce, de l’Instruction et des Travaux publics. Le dernier ministre en est Arteta, qui démissione en octobre 1851. Le ministre de Fomento, nouvellement créé, est confié à Reinoso, 248
Le terme de Fomento est conservé dans la correspondance de l’ambassadeur de France, le général Aupick (lettre du 17 novembre 1852. Correspondance politique. Espagne. Vol. no 840). Il l’est aussi dans la revue L’Univers (30 octobre 1855), 214, 248, 388

for ecclésiastique : juridiction ecclésiastique. On y distingue le for interne, qui concerne la vie spirituelle des fidèles, et le for externe, qui règle les rapports des fidèles comme membres du corps ecclésial, 75

privilège du for (ecclésiastique) : privilegio del fuero. Il consiste à être cité devant un tribunal ecclésiastique. Il était revendiqué par l’Église pour les clercs, 245

franciscos alcantarinos : alcantarins, franciscains déchaussés ou déchaux, du nom de St Pierre d’Alcantara qui les réforma et les dirigea en 1557, 170, 393

frères mineurs de l’observance : une des branches de l’ordre des frères mineurs ou franciscains, 175-178, 183, 186-187, 189, 311

G

general : supérieur général d’un Ordre religieux. Castillo y Ayensa emploie le terme de Supremo presidente, 164

gilito : moine franciscain déchaux, 361

gouverneur civil : gobernador civil, 30, 238, 288-290
Il prend le nom de subdelegado principal de Fomento en 1834. Le 6 juin 1834, on revient à celui de gobernador civil. Le 25 octobre 1836, il est remplacé par celui de Jefe superior político.
Ceci correspond au changement du nom du ministère, de ministère de Fomento devenant ministère de l’Intérieur (Interior) en mai 1834, puis de Gobernación en août 1836.

gouverneur ecclésiastique : ecclésiastique nommé par le gouvernement pour prendre en charge un diocèse en l’absence ou à la suite du décès du titulaire, cas fréquent entre 1837 et 1847. Ils n’étaient pas reconnus par Rome (gobernadores electos), 30, 224, 352

H

hiéronymites (jerónimos) ou ordre de St Jérôme, fondé en Espagne au XIVe siècle. Les hiéronymites suivaient la règle de St Augustin. Ils eurent des monastères à Guadalupe, Yuste, l’Escurial, Madrid. Supprimés en même temps que les autres ordres religieux, ils firent l’objet d’une tentative de restauration à l’Escurial en 1853, mais ils y furent bientôt remplacés par les agustinos calzados, 171, 261, 336, 393

huertas : iglesarios : mansos : diestros : jardins de presbytère, 27, 100, 393, 398

I

iglesarios, 100, 390, 398

iglesia propia : église de propriété particulière, 74, 91

Immaculée Conception (dogme de I’) : proclamé le 8 décembre 1854. Cf. bulle lneffabilis, 248

Index du Concile de Trente, 212

Index de l’Inquisition, 212-213

indult quadragésimal : indulto cuadragesimal. Accordé en 1778 aux Espagnols, il les dispense de la loi de l’abstinence. C’est un des aspects de la bulle de Croisade. Ses fonds, à partir de 1851, sont administrés par les évêques, 71, 191, 261

Infaillibilité pontificale : privilège qui se transmet aux successeurs de Pierre et dont le pape jouit lorsqu’il prononce ex cathedra une définition en matière de foi ou de mœurs. Le décret sur l’Infaillibilité fut voté le 18 juillet 1870, lors du concile du Vatican, 245

Inquisition : le dernier inquisiteur serait D. Jerónimo Castellón y Salas, évêque de Tarragone, + 1835 (nommé Inquisiteur général d’Espagne en 1818), 24, 212-213, 220, 232, 279

institution canonique : c’est l’acceptation par l’évêque du clerc après qu’il y a eu présentation par le patron. C’est elle qui donne le pouvoir ecclésiastique. Elle est suivie de l’investiture : collation de la charge opérée à l’aide de symboles (par ex. remise de l’anneau pour la cura animarum), puis de l’installation : mise en possession corporelle du bénéfice, 90,155

institutos ou institutos provinciales : lycées, 249

Inter praecipuas : encyclique de Grégoire XVI contre les Sociétés bibliques protestantes, 64

Inter sollicitudines : constitution du 4 mai 1515, 211

investigadores de la Dirección general de ventas de bienes nationales : enquêteur, 288

J

janséniste : terme prenant le plus souvent en Espagne, à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, le sens d’opposition au pouvoir centralisateur de Rome, 112, 181, 230, 369-370, 404

jefe político : équivalent du gouverneur de province. Il existera aussi des chefs politiques subalternes, dits jefes de distrito en 1847, et jefe s civiles en 1848, 143-144

jours de fête (réduction des,) : requête constamment présentée en Cour de Rome par l’État. Alors qu’au milieu du XIXe siècle il y en avait quatre en France, seize à Rome, il y en avait trente-huit en Espagne. On y distinguait les fiestas de guardar (avec obligation d’aller à la messe et de ne pas travailler), comme le lundi de Pâques, et les medias fiestas appelées vulgairement días de misa (avec obligation d’aller à la messe, mais où l’on pouvait travailler), comme le mardi de Pâques ou les fêtes d’apôtres. Une réduction importante des jours de fête fut accordée en 1877, 305, 310

juge de l’imprimerie : juez de imprentas. Il préside le tribunal de l’Imprimerie : juzgado de imprentas, au XVIIIe siècle et au XIXe siècle, et dépend directement du ministère de la Justice, 213

Junta de censura de los teatros del reino : créée en 1849. Elle fut supprimée en 1857, 219

Junta consultiva eclesiástica : existe de 1850 à 1851. Elle sera remplacée par la Cámara eclesiástica,

Juntas diocesanas : commissions diocésaines créées en 1837 et destinées à recueillir la contribution pour les besoins du culte. Elles furent remplacées par des administrateurs diocésains dont les attributions furent définies par R.O. du 23 octobre 1850, 28

Juntas diocesanas ou Juntas de culto y clero diocesanas chargées de rétribuer le clergé à partir des fonds pour le clergé remis par la Junta de culto y clero de Madrid ou Junta superior de dotación de culto y clero existant en 1853,196-197

Juntas investigadoras de memorias, aniversarios y obras pías : créées pour la mise en application des articles 38 et 39 du Concordat, afin de connaître les biens devant être rendus à l’Église pour constituer une partie de la dotation du clergé. Cf. agentes investigadores, 207-208

juntas locales de Instruction pública, 248

juntas provinciales de Instruction pública, 248

Junta mixta ou Junta mixta para el arreglo del clero : commission mixte créée à l’instigation de Mgr Brunelli en 1847, et formée de huit membres dont quatre nommés par l’Église, et quatre par le gouvernement (au nombre desquels figuraient d’ailleurs deux prélats, dont le président de cette commission Manuel Joaquín Tarancón, alors évêque de Cordoue). Elle était chargée d’étudier le problème de la dotation du clergé et du culte et les modifications à apporter aux structures ecclésiastiques. Le projet élaboré en 1848 est à l’origine du texte du Concordat de 1851, 42, 67, 173, 193

junta de protección de libertad de imprenta : elle semble n’avoir jamais fonctionné (prévue en 1855), 244

junta de salvación, Armamento y defensa : créée en juillet 1854. Le général San Miguel en est le président. Elle change sa dénomination en junta superior de la Provincia, 256, 259, 330-331

junta superior de ventas de bienes nationales : organisme dépendant de la Direction general de ventas de bienes nationales, 288

juntes révolutionnaires, 256

jurado : jury appliqué à la presse (traduction de M. de Mazade. Revue des deux mondes. T.X.p.l. Article reproduit dans l’Univers, 12 décembre 1855).
C’est un tribunal spécial pour les délits de presse formé de douze contribuables tirés au sort parmi ceux payant un impôt d’au moins 500 réaux à Madrid, 400 dans les villes importantes, 200 dans les autres villes (loi du 17 octobre 1837). Supprimé en 1845 (décret du 6 juillet 1845) et remplacé par le Tribunal de Imprenta comprenant un magistrat de la Audiencia et cinq juges de première instance, 215
Rétabli le 2 avril 1852. Il a connaisance des délits de presse proprement dits. Les délits contre le roi, les personnes de la famille royale, la religion, les souverains étrangers, sont du ressort du Tribunal Supremo de Justitia. Ceux concernant la morale publique et les particuliers sont du ressort des Juzgados de primera instancia, 215
Par décret du 2 janvier 1853, un tribunal de juges de première instance est organisé dans chaque audiencia pour tous les délits de presse, sauf ceux commis contre des particuliers, La loi du 21 décembre 1855 donne au jurado compétence pour tous les délits publics commis par abus de la liberté de la presse. Il est composé chaque mois de cinq directeurs de journaux, 378

juridiction exempte, 72-79

juridiction des prélats réguliers, 74-76, 309

L

lego : frère convers, 144

legado pío : legs pieux, cf. memoria

disposition testamentaire au moyen de laquelle une personne lègue à sa mort tout ou partie de ses biens à une destination pieuse ou cause pie (obra pía) consistant en services religieux ou en œuvres de charité, 21

lettre apostolique Ad Apostolicae, 22 août 1851,247

lettres pastorales, 228, 235, 237, 336, 383 liberté des cultes, 234, 258, 264-285, 305, 308, 314, 330, 345-346, 356, 407-408 libros de rezo divino, 236

M

maestrazgo : territoire appartenant à la juridiction du grand maître d’un ordre militaire, 201, 204

maître général : nom donné au supérieur général des dominicains, 158

manifeste de Manzanares : llamamiento de Manzanares, 256

mansos : cf. huertas, iglesarios.

manteista : externe dans un séminaire, 121

Masonería : Maçonnerie, 355, 357, 364

Memorandum, 292, 305, 318-319, 321, 323-324, 356

memoria : memoria de misa o memoria pía, sorte de fondation pieuse, 21, 209

mense épiscopale : mesa : portion des biens ecclésiastiques soustraite à la masse commune pour constituer la dotation personnelle de l’évêque. Plus tard tous les biens qui forment le bénéfice canonique attribué à l’office épiscopal, 83

mesada : « droit d’entrée » : dépôt que les nouveaux curés et prébendés faisaient de leur premier mois de traitement, 100, 200

milice nationale : créée en 1814. Tout Espagnol devait y servir huit ans, sauf les fonctionnaires, les universitaires, les clercs ordonnés et les députés. Ferdinand VII la dissout. Elle est constituée à nouveau en 1820, disparaît en 1823, renaît à la mort de Ferdinand VII, 291, 294, 376

ministre général des Franciscains : supérieur général de cet ordre, 176

Mirari : cf. encyclique.

motu proprio : écrit de la main même du pape et signé par lui, 75

N

nato : de droit, désigné par les canons, ex. : vicario nato, celui dont l’autorité ne dépend pas de la décision de l’évêque, mais de la loi qui a voulu l’associer perpétuellement à certains bénéficiers : c’est le cas de l’archiprêtre ou de l’archidiacre. Il s’oppose au vicario dado : désigné par l’évêque.

neocatólico, 280, 283, 396

nonces : Mgr Luis Amat, de 1832 à 1835, Mgr Brunelli, de 1847 à 1853, Mgr Barili, à partir de 1857, furent nonces à Madrid. Mgr Franchi, de 1853 à 1855, ne fut que chargé d’affaires.

nómina : liste du personnel d’un ministère ou d’une administration, 373

novelas por entregas : romans en livraison (terme employé à l’époque en France. Des romans feuilletons sont aussi publiés sous le nom de Livraisons illustrées), 221, 229-231

Nuevo Rezado : administration chargée de l’impression des livres concernant l’office divin (de rezado : oficio divino ; nuevo, par suite de la réforme liturgique entreprise par Pie V). Confiée en 1584 au commissaire général à la croisade, elle passa au XVIIIe siècle dans la dépendance de l’État, 235-236

nullius : abbayes ou prélatures nullius : territoires confiés à l’abbé d’un monastère ou à un prélat, et ne dépendant d’aucun diocèse, 71 n. 7, 74, 88

O

obit : aniversario. 1) service fondé pour le repos de l’âme d’un défunt. 2) chapelle pour la célébration de ce service, 21, 209

oblata : offrande en espèces faite à l’église pour les frais du culte.

obra pía : œuvre pie, legs pieux, 21

Obra pía de Jerusalén : comisaría de los Santos Lugares. Elle recueille les aumônes pour l’entretien du culte et des Franciscains de Terre Sainte. Ses fonds sont mis à sac le 17 juillet 1834, son administration est confiée par décret du 29 janvier 1844 à un ecclésiastique commissaire général de la Obra pía autrefois administrée par les Franciscains. En 1853, elle doit dépendre du ministre d’État auquel le Commissaire général doit rendre compte chaque fois de l’état des fonds, 24, 171, 175-177, 179, 305-306, 367

Obra pía de España en Roma : il s’agit d’un certain nombre de sanctuaires appartenant à l’Espagne et se trouvant à Rome : l’église nationale espagnole de Santiago (place Navone), celle de Santa Maria de Montserrat, dans la rue du même nom et celle de St Thomas des Espagnols. Il existait une église Santiago el Mayor delante del Coliseo, près de la rue des Santi Quaranti, qui fut détruite en 1815.
L’Espagne possédait aussi le collège St Clément de Bologne, 306

orador : celui qui demande une dispense à Rome, solliciteur (de l’italien orati).

Ordinario : Ordinaire : l’évêque considéré comme supérieur naturel,

ordonné a título de patrimonio : c’est-à-dire en ayant comme « titre » d’ordination ou ressources assurées un bénéfice dit de capellanía de sangre o familiar, dont les biens ont été donnés ou sont donnés à l’Église en propriété. Le décret du 30 avril 1852 précise que le revenu annuel du patrimoine servant de titre d’ordination ne doit pas être inférieur à cent ducats, le patrimoine pouvant être constitué par des censos, des propriétés ou des bons de la Dette consolidée, 93, 292, 315

Ordre hospitalier, 22, 72, 74

Ordres mendiants, 27, 74, 149-189

Ordres militaires, 22-23, 72-74

Ordres religieux : ils comprennent les ordres monastiques, les chanoines réguliers et les clercs réguliers, 128-148

P

padres de la patria : nom donné ironiquement aux députés des Cortès, 373, 378

parroquia mayor : paroisse majeure. Nom donné à d’anciennes collégiales, 87

partido judicial : circonscription sur laquelle s’étend la juridiction du tribunal de première instance, 102-247

posante : séminariste faisant au séminaire office de répétiteur, 121

pase regio. cf. exequatur.

patriarche des Indes occidentales : il est également premier chapelain de S. M. (pro-capellán mayor) et vicaire général aux armées (vicario castrense). Ont porté ce titre : D. Juan José Bonel y Orbe (1839), D. Antonio de Posadas Rubin de Celis (1847), D. Tomás Iglesias y Barcones (1851), 71 n. 7, 369

patriarcat latin de Jérusalem : rétabli en 1847, 174-175, 177, 179-180, 183-188

patronage (droit de,) : droit qu’un prélat ou un seigneur laïque avait de nommer à un bénéfice. Du XIe au XVIIIe siècle, on remplace souvent ce terme par celui de « droit de patronat », 91-95

patronage particulier, 91-95 patronage sur les Lieux Saints, 175, 177, 181-183

patronat des Indes : droit de présentation accordé aux souverains espagnols pour les bénéfices ecclésiastiques des Indes espagnoles, 155, 164-166

Patronat royal : patronato real : exercé par le monarque pour la présentation aux bénéfices ecclésiastiques. Il s’oppose au patronat particulier, 81-82

Pailles : prêtres de la Congrégation de la Mission, 126

piñata (bal de,) : a lieu le premier dimanche de Carême, 380

pío operario : directeur spirituel dans les séminaires au XIXe siècle. À l’origine, prêtre appartenant à la congrégation des Padres misionistas, 125

plain-chant : cante llano, 236

pliegos sueltos : brochures composées d’une feuille double, destinées à la clientèle populaire, 217-218

polacos : une des fractions du parti modéré formée par les amis politiques de Sartorius, comte de San Luis. Ce sont aussi des partisans de la reine Marie-Christine. Le terme viendrait du nom d’un religieux trinitaire populaire au XVIIIe siècle, le P. Polaco, qui, censeur des pièces que Ton donnait au théâtre de la Cruz « no rechazaba ninguna obra de los autores a quienes protegía aunque la producción tuera de lo más detestable y pedestre » (« Chorizos y polacos » dans Estampas del siglo XIX par Natalio Rivas, Madrid. 1947), 283-357

polacada : désigne un acte de favoritisme, et polaquería : le règne du favoritisme et de la corruption.

prébende : revenu attaché à une chanoinie, 82-83

prébendé : qui jouit d’une prébende : prebendado, 83

prébendier : ecclésiastique d’un degré inférieur à celui d’un chanoine : racionero, 84

prémices : primicias, 27

preocupaciones : terme péjoratif désignant les superstitions, les préjugés d’ordre religieux, à peu près synonime d’obscurantisme. Il s’applique à la religion mal éclairée du peuple, à celle des « espanoles chapados a la antigua », et parfois à la religion tout court. Il s’oppose au progreso, à la civilización, a la ilustración. (cf. despreocupado), 233, 395

prieuré des Ordres militaires : nom donné par le Concordat au nouveau territoire sur lequel s’exerce la juridiction des Ordres militaires, 73

prior : prieur. Dans certains ordres, le supérieur du couvent, dans d’autres, celui qui, hiérarchiquement, vient après l’abbé.

probabilisme : système de théologie morale selon lequel, pour les anciens probabilistes, si une opinion est probable, il est permis de la suivre, bien que l’opinion opposée soit plus probable (probable, c’est-à-dire fondée sur des raisons de quelque considération, soutenues par un auteur sérieux). Il y a donc conduite prudente dès que l’on s’appuie sur une probabilité même légère, même si l’on délaisse une probabilité plus forte. Ceci a été condamné par le pape en 1665. St Alphonse de Liguori enseignera que l’opinion la plus probable oblige : c’est le probabiliorisme (présentation qu’il nuancera dans son système définitif), 114

probabiliorisme : système intermédiaire entre le probabilisme et le rigorisme ou tutiorisme. Il faut s’attacher à l’opinion la plus probable, qu’elle soit favorable à la loi ou à la liberté humaine, 114

pro-capellán mayor : premier chapelain de S. M., vicaire général des armées et patriarche des Indes, 71 n. 7, 76

procure générale de Terre Sainte, 177

procureur : procurador. Religieux chargé des intérêts temporels dans une communauté.

procureur général de Terre Sainte : il doit être espagnol, 176

promotor fiscal ou fiscal de la Audiencia : correspond à « procureur du roi » en France, 215

pro-nonce : celui qui remplace le nonce,

Propagation de la Foi (œuvre de la,) : obra de la propaganda de la Fe. Association fondée à Lyon en 1818 et qui s’étendit à différents pays. Il y eut un essai d’implantation en Espagne auquel le gouvernement progressiste mit rapidement fin en interdisant cette association et en en arrêtant les dirigeants (19 avril 1841), craignant que l’argent ne passe dans des mains françaises ou n’aille aux carlistes, 239

protectorat sur les Lieux Saints : exercé par la France, 185-187

protestation de fe : profession de foi, exigée des professeurs dans les séminaires, 108

protestantisme, 64-65, 226, 258, 264-265, 270, 278-279, 282, 305, 346, 355, 377, 385, 407

provision : droit de pourvoir à un bénéfice, 81

puritanos : « puritains » : la fraction du parti modéré la plus proche des progressistes. Cette tendance apparaît lors de la réforme constitutionnelle de 1845. Il s’agit de défendre « el puritanismo de la escuela liberal », autrement dit de vouloir un gouvernement véritablement libéral qui, s’appuyant sur l’union des modérés et des progressistes les moins exaltés, n’aurait pas besoin du soutien de l’armée. Son principal représentant est Pacheco. Parmi les puritanos, on compte aussi Pastor Díaz, Andrés Borrego et Ríos Rosas, 257, 331, 376

Q

Quanta cura. cf. encyclique.

Quibus luctuosissimis perturbationibus et calamitatibus. Allocution pontificale du 5 septembre 1851, 47

R

racioneros : socios : prébendiers. Supprimés en 1851, ils sont remplacés par des bénéficiers, 84

Real Junta protectora de la Obra pía de Jerusalén : organisme qui s’occupe de l’administration des fonds de celle-ci après la suppression des Ordres réguliers, jusqu’en 1839, 176

real venia : autorisation royale, 199

recaudadores : agents collecteurs, 207

recaudadores de memorias, aniversarios y obras pías : agents chargés de recueillir des fonds correspondant aux charges non acquittées par tes nouveaux propriétaires de biens ecclésiastiques, 207

recolección : stricte observance,

récollets : nom porté par des religieux réformés chez les Augustins, et chez les Franciscains, 153, 158

rector : dans un séminaire, le directeur, 108

rectoría : presbytère, 100

regalías : privilèges royaux, essentiellement le droit de nommer les évêques, et l’exequatur, 269, 275

regalistas : défenseurs des privilèges de la Couronne en matière ecclésiastique, ils s’opposent au pouvoir centralisateur de Rome, 112, 114, 136, 155, 224

regalismo, 238, 245, 283, 324, 355, 375, 404

regulares : ceux qui ont fait vœu de vivre sous une règle ou dans un ordre approuvé. On utilise indifféremment en Espagne, les termes « regulares » ou « religiosos ».

renta de la Mitra : « fruit », produit, d’un évêché.

rescrit : rescripto : lettre du pape (bulle ou bref) en faveur de certaines personnes et pour des affaires particulières.

S

sanación : la meilleure traduction serait sans doute « induit », 37, 390, 398

Saladero (prison du,) : à Madrid, 225, 256

Saint-Synode : conseil suprême de l’Église russe depuis Pierre le Grand, 184

santones, ou santones del progreso : ayacuchos : faux-progressistes en 1855, parmi eux Luzuriaga, Aguirre, Luján, F. Santa Cruz, 375

santuarios : dans la question des biens ecclésiastiques, appartiennent à la catégorie des ermitas, (ermitas y santuarios sont cités ensemble). La vente de ces biens est prévue par le Concordat, 205-206

Secrétairerie d’État, 327

secretario de Estado (primer) : c’est en fait le ministre des Affaires étrangères en Espagne, mais l’ambassadeur de France emploie cependant les termes « premier secrétaire d’État ».

seminarios conciliares : séminaires, 107, 261, 295, 381, 397

serment pour l’obtention du grade de licencié, 248

Sociétés bibliques : la Bible Society fut fondée à Londres en 1804. D’autres sociétés bibliques en dépendaient, 64, 184, 265, 278, 281

sociétés secrètes, 259

Sollicita ac provida : constitution de Benoît XIV (1753), 212

sumiller de cortina : aumônier de la reine, 199

Syllabus : publié le 8 décembre 1864 précédé de l’encyclique Quanta cura. C’est un recueil de 80 propositions correspondant aux erreurs modernes que Pie IX condamne. Ces erreurs avaient été généralement déjà condamnées dans diverses encycliques, allocutions ou lettres apostoliques, 237, 246

synode ou synode diocésain : sínodo diocesano ou concilio diocesano. C’est un concile diocèsain, la réunion de l’évêque et des curés des diocèses pour traiter de certains points de discipline, 338, 392

T

teniente : vicario de parroquia : vicaire, 96 terna : groupe de trois noms présentés par le gouvernement en vue d’une nomination à une charge ecclésiastique, 94

territoire nullius, 71, 74, 78

tribunal ecclésiastique, 243, 364

tribunal de imprenta : créé par le décret du 6 juillet 1845 pour remplacer le jurado. Il comprend un magistrat de la Audiencia qui le préside et cinq juges de première instance, 215

Tribunal de la Rota de la Nunciatura : créé en 1771. Les juges, nommés par le roi, doivent être approuvés par le pape. Par décret du 29 décembre 1840, il doit cesser ses activités qu’il est autorisé à reprendre le 20 février 1844 et qui lui seront à nouveau interdites du 21 août 1855 au 28 janvier 1856, 31, 319-321, 324

Tribunal des Ordres militaires : remplace en 1836 le Conseil des Ordres. Il est supprimé en 1873, 73

turronero : profiteur, opportuniste, accapareur des emplois publics, (à cette attitudes’oppose le catonismo, catonisme, qui consiste à ne pas briguer des emplois ou avantages lorsque le parti est au pouvoir),

tutiorisme : sorte de rigorisme, système de théologie morale selon lequel on serait tenu de suivre l’opinion la plus sûre, c’est-à-dire la plus sévère, toutes les fois que l’opinion la plus large n’est pas théoriquement certaine. Les jansénistes ont soutenu le tutiorisme. Il a été condamné, cf. probabilisme, 114

U

ultramontanisme, 275

Union liberal : c’est d’abord en juillet 1854 une alliance électorale entre certains modérés, comme Gonzalez Bravo, et des progressistes, comme Olózaga, puis un parti organisé par O’Donnell qui sera au pouvoir de 1858 à 1863, 254, 335

unité catholique, 63-68, 263-285, 356

V

vacantes : vacants. Revenus provenant de l’évêché entre la date du décès de l’évêque et la préconisation de son successeur à Rome (cf. expolios), 79, 191

vicaire capitulaire : vicario capitular. Élu par le chapitre, il administre le diocèse quand le siège épiscopal est vacant, 30, 352, 389

vicaire custodial de Terre Sainte : il est toujours français, 176

vicaire forain : arcipreste rural.

vicaires généraux des Ordres de mission, 157-158,163-165, 189, 306

vicario de monjas : aumônier d’un couvent de religieuses.

vicario de parroquia : teniente : vicaire. Le Concordat emploie le terme « coadjutor », 96

Vicaría de Madrid : tribunal ecclésiastique, 243, 245

visiteur : religieux chargé d’une mission d’inspection, 128

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search