Version classiqueVersion mobile

Église et état en Espagne au XIXe siècle

 | 
Brigitte Journeau

Index des noms

Texte intégral

Les renseignements donnés ne sont pas fonction de la notoriété des personnages. Il s’agit seulement de fournir des points de repère.

A

Abarca, Joaquín, (1780-1844), évêque de León, choisit le parti de don Carlos dont il devient ministre pendant la première guerre carliste, 36

Abellar, Felix, présente une requête, 86

Adrien VI, pape de 1522 à 1523, 166 n. 23

Affre, Denis, archevêque de Paris (+ 1848), 202, 245

Aguirre, Joaquín, (1807-1869), docteur en droit canon. Professeur à l’Université d’Alcalá (1835). Député de la Navarre (1843). Vice-recteur de l’Université centrale de Madrid (1854). Soutient des doctrines « régalistes ». Ministre de la Justice (novembre 1854-8 juin 1855), 114, 234, 237, 245, 260, 275-277, 285, 289, 291, 310, 316, 330, 339, 346-348, 353, 355-356, 375, 377, 382

Alameda y Brea, Cirilo, (O. F. M.) (1781-1872), ministre général des Franciscains (1817), commissaire général de son ordre pour l’Espagne et l’Amérique du Sud (1824), archevêque de Santiago de Cuba (1831), puis de Burgos (1849) et de Tolède (1857). Cardinal en 1858. Ancien carliste, rallié au régime d’Isabelle II, 189, 368, 393-394, 396, 402

Albiñana franciscain, pro-procureur de Terre-Sainte de 1850 à 1854, 179

Alburquerque, Juan Alfonso (1797-1874), évêque d’Avila (1854) et de Cordoue (1857), 288

Alcalá, Francisco de Paula, gouverneur des Philippines en 1842,160

Alcalá Galiano, Antonio (1789-1865), 24

Alcaraz, Fermín de, (O.F.M.) (1784-1855), évêque de Cuenca, 363, 368

Alcoy, comte d’, Federico Roncali, président du gouvernement, du 15 décembre 1852 au 14 avril 1853, 217, 253

Alexander, Dr Michael Simon, premier évêque anglican de Jérusalem, 184

Alexandre VI Borgia, pape de 1492 à 1503,165-166,168, 211

Allende Salazar, José, (1802-1893), aide-de-camp d’Espartero, ministre de la Marine d’août à décembre 1854, 260, 328, 334, 338

Alonso, José, progressiste. Fiscal du Tribunal Suprême de Grâce et de Justice (1838-39). Ministre de la Justice (20 mai 1841), auteur de deux projets de loi, en 1841 et 1842, tendant à séparer l’Église d’Espagne de Rome. Président de l’Académie des Sciences ecclésiastiques (1843). Député de Madrid (1846). Ministre de la Justice d’août à décembre 1854. Il meurt en 1855, 31, 224, 257, 260, 295-297, 310, 331, 335-339, 347, 353, 355, 375, 382

Alonso Martínez, Manuel, (1827-1891), ministre de Fomento, de juin 1855 à janvier 1856, 353

Alphonse XII (1857-85), 73, 318, 368, 395

Alton, membre d’une société biblique, 281, 346-347

Alvarez, Miguel de los Santos, 302

Amat de Palou y Font, Felix, (1750-1824), célèbre représentant du jansénisme, confesseur de Charles IV, archevêque in partibus de Palmyre (1803),

Amat, Luis, archevêque de Nicée. Envoyé plénipotentiaire du Saint-Siège en Espagne en 1832, rappelé à Rome à la suite du décret d’expulsion de la Compagnie de Jésus, en 1835, ce qui entraîne la fermeture de la nonciature à Madrid. Cardinal en 1837 (+1878), 39

Anda, Simón de, gouverneur des Philippines, 155

Andrés García, Pío de, consul d’Espagne à Naples, puis à Jérusalem de 1853 à 1855, 183

Antonelli, cardinal Jacques, (1806-76), ministre des Finances du Saint-Siège sous Grégoire XVI, puis sous Pie IX qui le fait cardinal en 1847, et sous le pontificat duquel il joue le rôle de Secrétaire d’État, 50, 60, 254, 301-302, 305, 307, 310-317, 320, 323, 326, 330, 337, 339, 342-343, 345-346, 349, 351-353, 358-360, 362, 365, 368, 383, 388-389, 391, 397, 399

Aranguren, Fr. José, archevêque de Manille en 1846 (+1861).

Arbolí, Juan José, (1795-1803) évêque de Guadix (1852) et de Cadix (1853).

Archevêque de St Jacques-de-Compostelle, cf. Garcia Cuesta.

Areso, P. Juan José, (1797-1878), prêtre du diocèse de Pampelune (1821), puis franciscain (1825). À partir de 1837, il vit en France où il se fait connaître comme prédicateur auprès des émigrés espagnols. Commissaire général de Terre Sainte en France (1849), il fonde un couvent franciscain à Saint-Palais (1851), 64,178

Arias Uría, José, ministre de la Justice (16 janvier-juillet 1856), 293

Aribau, Buenaventura Carlos, 179

Armengol, prêtre de la Mission, remplace Santasusana comme visiteur, 127-128

Armero y Peñaranda, Francisco, (1804-67), general, président du Conseil des ministres (15 octobre 1857-14 janvier 1858), 395

Arrazola, Lorenzo, né en 1795, juriste, ministre de la Justice du 9 décembre 1838 au 20 juillet 1840, du 11 février au 16 mars 1846, du 4 octobre 1847 au 14 janvier 1851, 369

Arteta, Fermín, gouverneur de la province de Barcelone (1850). En 1851, dans le cabinet Bravo Murillo, il fut ministre de Gobernación (14 janvier-6 avril), puis du Commerce, de l’Industrie et de l’Instruction publique jusqu’à ce que ce ministère se transforme en ministère de Fomento, 248

Aupick, Jacques, (1789-1857), général français, ambassadeur de France à Constantinople (1848), à Londres, puis à Madrid (1851), 45, 54,186

Avellá y Navarro, Pedro, auditeur de Rote pour la Couronne d’Aragon, résidant à Rome, (de 1831 à 1853). Après sa mort (1853), il n’eut de successeur pour le siège d’Aragon qu’en 1860,195

Avila Lamas, José, (1803-1866) évêque de Plasencia de 1852 à 1857, puis d’Orense, 288

Ayala, P. Vicente, provincial des Dominicains des Philippines, 167

Ayguals de Izco, Wenceslao, (1801-1873) auteur de romans-feuilletons dont le plus connu est Maria o la hija de un jornalero (1846), 229, 232

Aymé-Martin, Louis, cf. Martin, LouisAimé, 230

Azcárate, Patricio de, (1800-1886), gouverneur de la province de León. Philosophe et jurisconsulte. Député, 238

Azpeitia, Esteban, deuxième secrétaire de la légation de Rome, ami de Castillo y Ayensa, démis de ses fonctions le 22 janvier 1855, 304

B

Badiche, Marie-Léandre, ecclésiastique, né en 1798. On lui doit une édition revue et augmentée du Dictionnaire des Ordres religieux d’Hélyot, publiée par Migne (1847-59) et des articles de l’Univers et de l’Ami de la religion, 130

Ballesteros, Nicolás, auditeur de Rote à Madrid, 198

Balmes, Jaime, (1810-48), ecclésiastique et écrivain, 42, 64, 101, 114, 116, 118, 202, 239

Balzac, Honoré de, (1799-1850), 232-233

Bañuelos, Miguel de los Santos, chargé d’affaires intérimaire à Rome, du 4 décembre 1854 au 11 mars 1855, 194, 301-304, 307, 317, 343, 356

Barili, Lorenzo, délégué apostolique en Nouvelle-Grenade, archevêque de Tiana (1857), nommé nonce à Madrid où il arrive en décembre 1857, cardinal en 1868, date à laquelle il est remplacé par Mgr Franchi, 355, 388, 394-398

Barrère, Edmond de, remplace Paul-Émile Botta comme consul de France à Jérusalem en 1855, 188

Barrio Fernández, Mariano, (1804-1876), évêque de Carthagène (1847), 285, 287, 369

Batllès, Mariano, député, 268,285, 291-292, 377

Bécquer, Gustavo Adolfo, (1836-70), poète, 34

Benoít XIV, pape de 1740 à 1758,17, 75, 81, 155, 162, 182

Bentham, Jeremy, (1748-1832), jurisconsulte anglais, fondateur de la doctrine de « l’utilitarisme », 227

Berardi (Mgr), sous-secrétaire d’État du Saint-Siège. Cardinal en 1868, 307, 320, 328

Bertrán de Lis, Vicente, ministre d’État dans le ministère Bravo Murillo (16 janvier 1851) et signataire du Concordat, puis ministre de Gobernación. Il avait été député de Murviedro en 1846, et ministre des Finances en 1848, sous le gouvernement de Narváez, 16-17, 50, 56, 119, 205

Bonel y Orbe, Juan José, (1782-1857), évêque de Málaga (1831), de Cordoue (1833), confesseur d’Isabelle II (1840), patriarche des Indes, administrateur apostolique du diocèse d’Almería (1845), archevêque de Tolède (1848), commissaire général à la Croisade, sénateur, président de la Real Cámara eclesiástica, cardinal en 1850. Son frère, Nicolas, est marquis de Márgena, 195,197, 204, 244, 338, 348-349, 351, 363-364, 368-369, 388, 402

Borrego, Andrés, (1802-1891), économiste, homme politique et journaliste. Député de 1837 à 1858. Il vécut souvent, en émigré, à Paris, 214

Borrow, George, quaker anglais, parcourt l’Espagne à partir de 1835, en distribuant des bibles, 55, 64

Botta, Paul-Emile, archéologue, consul à Alexandrie et Mossoul. Il succède comme consul de France à Jérusalem à Hélouis-Jorelle, et il exerce cette charge du 1er novembre 1848 au 13 juin 1855,185-188

Bourgoing, Charles Paul Amable, baron de. Le président Louis-Napoléon le nomme ambassadeur à Madrid en 1849, et sénateur en 1852, 58, 192

Bravo Murillo, Juan, (1803-1873), député de Badajoz en 1844. Ministre de la Justice en 1847, de l’Instruction publique en 1849. Président du Conseil du 16 janvier 1851 au 14 décembre 1852, 17, 43, 49-50, 56-57, 77, 205, 216, 225, 230, 253, 373, 394

Bretón de los Herreros, Manuel, (1796-1873), auteur dramatique, il fut directeur de La Gaceta, administrateur de la Imprenta nacional, et en 1847, directeur de la Bibliothèque nationale de Madrid, 217

Brunelli, Giovanni, (1795-1861), secrétaire de la Congrégation romaine De Propaganda fide de 1843 à 1847. Il est nommé nonce à Madrid en janvier 1847, et présente ses lettres de créance le 22 juillet 1848. Principal négociateur du Concordat, il est remplacé à Madrid en 1853 par Mgr Alessandro Franchi, chargé d’affaires du Saint-Siège. Cardinal en 1853, il s’occupe à la curie des questions relevant de la Secrétairerie d’État, 16-17, 36, 41-42, 53, 127-128, 167-168, 202-208, 310, 319, 323-324, 334, 353-354, 362-369

Buceta, P., augustin, auteur d’un Dictionnaire des Philippines, commissaire apostolique en 1849, 169

Bulwer-Lytton, sir Edward, (1805-1873), romancier anglais, auteur du roman Les derniers jours de Pompéï, (frère du diplomate Henry Bulwer-Lytton), 240

Bulwer-Lytton, sir Henry, né en 1840, diplomate et écrivain anglais, secrétaire d’ambassade à Bruxelles (1835), à Constantinople (1837), à Paris (1839), ministre plénipotentiaire à Madrid en 1843. Narváez l’expulse d’Espagne en mars 1848, mais le gouvernement espagnol, sous la pression du gouvernement anglais doit revenir sur cette décision. En 1852, il est ministre résident à Washington, puis en Toscane, 64

C

Caixal, José Maria, (1803-1879), professeur de théologie, évêque d’Urgel (1852). Il devait jouer un rôle important au premier concile du Vatican. Lors de la guerre carliste (1873-74), il fut vicario general castrense des armées carlistes, 240

Calderón, Juan, né en 1791, Franciscain et prêtre espagnol, il quitte l’Espagne en 1823, devient protestant, vit en France et à Londres où il publie un journal, El catolicismo neto, 64, 226

Calderón de la Barca, Angel, (1790-1861), ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Sartorius (septembre 1853-juillet 1854), 182

Calderón De La Barca, Pedro, (1600-1681), dramaturge, 280

Campomanes, Pedro Rodriguez, comte de, (1723-1803), ministre de Charles III, 21, 34

Cánovas del Castillo, Antonio, (1828-97), neveu d’Estébanez Calderón. Arrivé à Madrid en 1845. Il écrit dans le journal La Patria de Pacheco (1849). Auteur de romans La campana de Huesca (1852). Avocat en 1853. Rédacteur du manifeste du Manzanares (7 juillet 1854). Député de Málaga, de 1854 à 1856. Agente de preces en Roma, d’août 1855 à octobre 1856. Il devait jouer un rôle très important lors de la Restauration, sous Alphonse XII, et pendant la minorité d’Alphonse XIII, 9, 256, 277, 292, 300, 318, 320-326, 354, 356

Cañamaque, Francisco de, (1851-91), député et journaliste, 160

Carbonero y Sol, León, (1812-1902), directeur de la revue La Cruz. En 1849, il dirige La Crónica et El Conciliador, de Séville, 223, 230, 234

Carrillo, P. Antonio, dominicain, provincial des Philippines en 1852, 168-169

Castillo y Ayensa, José del, (1795-1861), secrétaire de la reine Marie-Christine. Académicien. En 1844, à Rome où il se trouve comme chargé d’affaires (agente de preces), il est désigné par le gouvernement espagnol pour entamer des négociations avec le Saint-Siège. Il y signe un accord, le 27 avril 1845, mais est, peu après, désavoué par son gouvernement qui lui reproche d’avoir trop fait de concessions. Il est remplacé par Pacheco. Il reviendra à Rome comme ambassadeur. Nommé le 8 novembre 1852, il restera en poste jusqu’au 4 octobre 1854, 9, 17, 33, 40, 49, 56, 133, 163-170, 174, 181-182, 187, 190, 194, 196, 214, 302-304, 307-308, 318, 321, 354

Castro Y Orozco, marquis de Gerona, ministre de la Justice dans le gouvernement Sartorius (septembre 1853juillet 1854), 369

Cea Bermúdez, Salvador, comte de Colombi, envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire à Rome (23 juillet 1851), puis agente general de preces en octobre. Il meurt à Rome le 31 décembre 1852, 196

Charles III, roi d’Espagne de 1759 à 1788, 13, 21, 165, 171, 176, 181, 187, 236

Charles-Quint (Charles Ier d’Espagne), 18, 72, 212, 373

Chateaubriand (1768-1848), Le Génie du christianisme est de 1802. Les Martyrs, de 1809, 241

Chico, Francisco, chef de la police de Madrid en 1854, 256

Claret, Antonio María, (1807-1880), évêque de Santiago de Cuba, de 1851 à 1857, confesseur d’Isabelle II à partir de 1857, un des principaux participants du concile Vatican I (1869). Canonisé en 1950, 121, 134, 138, 147, 188-190, 239-240, 368, 394, 399, 402

Codina, Buenaventura, prêtre de la Mission, devient évêque des Canaries (1848) jusqu’à sa mort (1857), 126-127, 138

Collado, Manuel, ministre des Finances dans le gouvernement d’Espartero (juillet 1854), 277

Concha, José de la, général, fut capitaine-général de Cuba, 256, 332

Concha, Manuel, marquis del Duero, frère du précédent. Général (+1874), 255-256

Corradi, Fernando, (+1845) directeur de El Clamor público, député de Burgos en 1855, ambassadeur au Portugal (janvier 1856), 271-273, 287

Cortázar, Modesto, député, ministre en 1840 et 1847, 36

Costa y Borrás, José Domingo, (1805-1864), évêque de Lérida (1847), de Barcelone (1850), archevêque de Tarragone de 1857 à 1864. Membre de la Junta mixta para el arreglo del clero en 1848, 65, 193, 219, 227-229, 235, 379-385, 393-394, 401, 403

Cousin, Victor, (1792-1867) philosophe, chef de l’école éclectique, 116, 270

Crétineau-Joly, écrivain, 170

Croisset, P., (1656-1738), jésuite, auteur de El año cristiano, 240

D

Decquevauvilliers, chancelier de Mgr Valerga, qui est patriarche de Jérusalem, 187-188

Degollada, Rafael, progressiste avancé, député en 1855 (Barcelone), 273

Descartes, René, (1596-1650), 118, 282

Desgenettes, (abbé), curé de Notre-Dame-des-Victoires à Paris, 231

Díaz, Ventura, gouverneur de la province de Barcelone, 227

Donoso Cortés, Juan Francisco, marquis de Valdegamas (1803-1853), député, orateur, écrivain. Secrétaire du conseil des ministres présidé par Mendizábal, il démissionne lors de la confiscation des biens ecclésiastiques. Secrétaire de la reine Marie-Christine en France, puis secrétaire d’Isabelle II, il est nommé ambassadeur à Paris en 1851, 52, 133, 178

Drouyn de Lhuys, (1805-1881), ministre des Affaires étrangères sous Napoléon III, 306, 308-309

Dumas, Alexandre, (1803-1870), 220, 233

Dupanloup, Félix (1802-1878), directeur du petit séminaire de St Nicolas-du-Chardonnet à Paris, conférencier à Notre-Dame (1834), professeur à la Sorbonne (1841), directeur du journal l’Ami de la religion (1848), évêque d’Orléans, 117

Durán, Agustín, (1793-1862), écrivain romantique qui mit son érudition au service de la publication de romances anciens. Censeur du journal La Estrella en 1833. Membre de la Junta de censura de teatros, 214, 217

E

Echanove y Zaldivar, Antonio de, archevêque de Tarragone en 1825, doit émigrer en 1835, revient de Rome en 1845. Il meurt en 1854, 30

Echevarría, Rodrigo, (1790-1875), bénédictin, abbé de Silos jusqu’en 1835, évêque de Ségovie en 1857,139

Egaña, Pedro, député de Vitoria, ministre de Gobernación dans le ministère Lersundi (14 avril-19 septembre 1853). Directeur du journal La España, et l’un des principaux conseillers de la reine Marie-Christine, 373

Enrique de Borbón, duc de Séville frère du roi don Francisco. Connu pour avoir des idées libérales avancées, 331

Escosura, Patricio de la, (1807-1878) écrivain et homme politique de tendance libérale progressiste. Ministre de l’Intérieur dans le gouvernement de Narváez (1846). Jefe político de Madrid (1847). Député d’Oviedo en 1854. Ambassadeur à Lisbonne (16 juin 1855 - 8 février 1856). Ministre de Gobernación (15 janvier-14 juillet 1856). Commissaire royal aux Philippines (1863). Ambassadeur en Allemagne (1872-73), 160, 287, 294, 318, 374

Espartero, Baldomero, (1792-1879) général, vainqueur des carlistes à Luchana, créé duc de La Victoire. Il devient régent (1840-43) puis doit quitter l’Espagne. Il se retire en Angleterre jusqu’en 1848, date à laquelle il est rappelé par le cabinet Narváez. Il est à nouveau au pouvoir du 19 juillet 1854 au 14 juillet 1856, 28, 31-32, 37, 45, 58,135, 254-260, 276, 291, 294, 312, 316, 328, 331, 334-335, 341-345, 349, 355, 359, 371, 375-378

Espronceda, José de, (1808-1842), poète et député, 35

Etienne, Jean-Baptiste, (1801-1874), supérieur général des Lazaristes, de 1843 à 1874, 127

Eugénie de Montijo, impératrice des Français de 1853 à 1870, 224

Évêque d’Astorga, cf. Forcelledo y Tuero.

Évêque d’Avila, cf. Alburquerque.

Évêque de Badajoz, cf. Garcia Gil, 397

Évêque de Barcelone, cf. Costa y Borrás.

Evêque de Cadix, cf. Arbolí.

Évêque de Calahorra, cf. Juárez Berzosa, Cipriano.

Évêque de Carthagène, cf. Barrio Fernández.

Évêque de Lérida, cf. Uriz y Labayru.

Évêque de Lugo, cf. Rodriguez Gil.

Évêque de Mondoñedo, cf. Maceira.

Évêque d’Orihuela, (Herrero Valverde, Félix, +1858), 289, 397, 402

Evêque d’Osma, cf. Horcos, ou Orcos.

Évêque de Plasencia, cf. Avila Lamas.

Évêque de Salamanque, cf. Puente, Fernando de la.

Évêque de Teruel, cf. Landeira.

Évêque d’Urgel, cf. Caixal.

Évêque de Vich, cf. Palau y Termens.

Évêque de Zamora, cf. Manso.

F

Fabraquer, comte de, député, 57

Ferdinand VII (1784-1833), 13-15, 22-23, 36, 56, 86,129, 214, 361, 405

Fernández de la Hoz, ministre de la Justice dans le cabinet Isturiz (14 janvier-30 juin 1858), neveu de l’archevêque de Tolède, Mgr Alameda y Brea, 395

Ferrando, P. Juan, dominicain, professeur de droit canon au collège de Santo Tomás de Manille, 161

Ferrer, José, abréviateur à la Nonciature de Madrid en 1855, il est nommé auditeur du Tribunal suprême de la Rote en juillet 1857, 354-355

Ferrer, P. Magín, religieux de Tordre de la Merci, 236

Ferrer del Rio, Antonio, (1814-72) journaliste et critique littéraire. Académicien (1853). Censeur de théâtre, 219

Figuerola, Laureano, député en 1855, krausiste, 276, 282

Fleix y Solans, Francisco, (1804-1870), évêque de La Havane (1846), archevêque de Tarragone (1864), 369

Fleury, Claude, (1640-1723), historien, auteur d’ouvrages d’histoire ecclésiastique. Son Catéchisme historique est de 1679. Il est considéré comme gallican, 248

Forcelledo y Tuero, Benito, (1802-1858), évêque d’Astorga, 238

Francés y Caballero, Bernardo, évêque de Saragosse en 1824, meurt en exil en 1845, 30

Franchi, Alessandro, (1819-1878), Secrétaire de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, à Rome, il arrive à Madrid en janvier 1853 comme auditeur de la nonciature, et en prévision du départ de Mgr Brunelli. Mgr Brunelli reste prononce jusqu’au 6 octobre 1853, date à laquelle il retourne à Rome. Mgr Franchi reste à Madrid où il a été nommé chargé d’affaires, encargado de negocios en juillet 1853. Il prend en charge la direction de la nonciature jusqu’à juillet 1855 (rupture des relations diplomatiques). En juillet 1856, il est archevêque in partibus de Thessalonique et internonce à Florence. Il sera à nouveau nonce à Madrid en mai 1868 mais dut se retirer à Rome en juin 1869 tout en gardant le titre de nonce jusqu’en 1875. Il fut fait cardinal en 1873, 208, 254, 283, 291, 295-297, 301-302, 309-313, 315-318, 325-337, 340-354, 357-360, 366-368, 370, 381, 397-398

Francisco de Asís de Borbón, né en 1822, duc de Cadix, fils de Francisco de Paula de Borbón, devient roi d’Espagne en 1846 par son mariage avec Isabelle II, en réalité prince consort, 42, 56, 308, 340, 362-370

Francisco de Paula de Borbón (1794-1865), frère de Ferdinand VII, et père de don Francisco de Asís. Il avait épousé en 1819 l’infante Louise-Caroline (Luisa Carlota), sœur de Marie-Christine, reine d’Espagne et mère d’Isabelle II, 42, 331

G

Gallego, Juan Nicasio, (1777-1853), poète, censeur de la presse (1834), sénateur (1845), auditeur du Tribunal de la Rote de la nonciature de Madrid (jusqu’en 1853), 197

García Cuesta, (1803-1873), archevêque de St Jacques-de-Compostelle (1851). Cardinal en 1861, 296-297, 337, 382

García Gutiérrez, Antonio, (1813-84), auteur dramatique, 217, 233-234

Garrido, Esteban, un des rédacteurs de La España, puis du P. Cobos, 373

Gaume, Mgr, vicaire général de Nevers. Auteur d’un Manuel des confesseurs, traduit en espagnol et publié par Miguel M. Calafat en 1849. C’est son catéchisme de persévérance que lira Verlaine dans sa prison et qui aidera à sa conversion, 241

Gautier, Théophile, (1811-73), 33

Gayangos, Pascual, (1809-1897), orientaliste et bibliographe, 179

Genís, Juan, commissaire apostolique des dominicains, 167

Genoude, Eugène de, (de son vrai nom Antoine Genou), (1792-1849),ecclésiastique français. Il fut primitivement disciple de Lamennais. Il est l’auteur d’une Bible avec commentaire et traduction, en cinq volumes, de l’ouvrage Les pères des deux premiers siècles de l’Église, en huit volumes. Sous sa direction a été publiée une collection La raison du christianisme, ou preuves de la vérité de la religion tirées des écrits des plus grands écrivains de France, Allemagne, et Angleterre. 12 volumes. Paris. P. Sépia. 1835, 241

Gil y Carrasco, Enrique, (1815-46), écrivain, 34

Gil y Zárate, Antonio, (1793-1851) il fut directeur général de l’Instruction publique, 116, 232, 249

Golfánguer, Miguel, chanoine, désigné par le gouvernement pour succéder à Gonzalez Vallejo (illégitimement) au siège de Tolède. Il dut renoncer à cette charge le 5 novembre 1844. En 1850, il est nommé doyen de la cathédrale de Valence. De 1844 à 1854, il est commissaire général de Terre Sainte à Madrid. Il meurt à Valence en 1855, 183

Gómez de las Rivas, Manuel María, archevêque de Saragosse en 1855 (+ 1858), 290

Gómez de la Serna, fiscal de la Cámara del Real Patronato, 347

González, Juan, journaliste et écrivain, ecclésiastique, ami de Balmes et Donoso Cortés (+1883). Il fut rédacteur de La Iglesia et traducteur des sermons de Lacordaire, 239

González Arnao, Vicente Mariano, (1810-73) secrétaire d’ambassade auprès du Saint-Siège lors de la révolution de 1848, chargé d’affaires à Rome en 1851. De nouveau secrétaire d’ambassade auprès du Saint-Siège de janvier 1857 à août 1859, date à laquelle il est relevé de ses fonctions (cesante). Il avait été chargé d’affaires intérimaire lors du rappel à Madrid de Mon (octobre 1857) et de Pidal (1858), 59 n. 16

González Bravo, Luis, (1811-71), chef du gouvernement (1843-44), ambassadeur à Lisbonne (1844). Chef d’une faction modérée en opposition au ministère Narváez (1848), 339

González Romero, Ventura, député de Ségovie (1834). Vice-président des Cortès (Congreso). Sous-secrétaire du ministère de la Justice. Membre de la Junta del culto y clero en 1848, ministre de la Justice (janvier 1851-décembre 1852), 43, 49, 56,152 n. 4,193, 407

González Vallejo, Pedro, ancien évêque de Majorque, nommé gouverneur ecclésiastique de Tolède par le gouvernement espagnol en 1839, 30, 224

Gonzalo Morón, Fermín, cf. Morón.

Grégoire XVI, pape de 1831 à juin 1846, 15, 17, 31, 41,165

Guizot, François, (1787-1874), homme d’État et historien français. Ministre sous Louis-Philippe jusqu’en 1848, 25, 51, 65,185

H

Havelt, baron de, chevalier du Saint-Sépulcre, 178

Helouis-Jorelle, consul de France à Jérusalem, 185

Horcos, Vicente, (1806-1861), évêque d’Osma (1851), objet d’une mesure d’exil en 1855, 138, 238, 284, 287, 315, 317, 324, 346-347, 360

Howden, lord, ambassadeur d’Angleterre à Madrid, 259, 281-282

I

Iglesias y Barcones, Tomás, (1803-1874), évêque de Mondoñedo (1851), patriarche des Indes (1852), 366 n. 12

Infante, Facundo, (1786-1873), ministre, et gouverneur de Madrid en 1837. Un des auteurs de la Constitution de 1837. Ministre de la guerre lors de la régence d’Espartero. Il émigre en 1843. Il revient en Espagne en 1846. Député progressiste. Général (1848). Exilé à Majorque par Sartorius en janvier 1854, il revient lors de la révolution de juillet. Nommé ambassadeur à Rome, il renonce presque aussitôt à ce poste (1854). Inspecteur général de la Garde civile. Président des Cortès (janvier 1855), 56, 256, 334, 355

Inguanzo, Pedro, archevêque de Tolède (+1835). Cardinal (1824), 30, 202

Isabelle II, (1830-1904), fille de Ferdinand VII. Son accession au trône fut à l’origine des guerres carlistes. Á la régence de sa mère, Marie-Christine (1833-40) succède celle d’Espartero (1840-43). Ensuite, elle gouverne seule, s’appuyant sur les « modérés ». Nombreux seront les pronunciamientos et les changements de ministères. Une révolution la chasse en 1868. Elle avait épousé en 1846 son cousin, don Francisco de Asís, 16, 38-42, 60, 248, 253, 258, 312-313, 328-330, 335-336, 340-344, 348-350, 358, 363, 399

Istúriz, Francisco Javier de, (1790-1871), président du gouvernement de mai à août 1836 et d’avril à décembre 1846, ambassadeur à Londres (1852), à nouveau président du gouvernement (14 janvier-juin 1858), 200, 395

J

Jaén, Tomás, député progressiste, défenseur de l’Unité catholique aux Cortès, en 1855, 276-277, 280, 283, 287, 345, 347

Jardin (du), ambassadeur de Belgique à Madrid, en 1852, 363

Joseph Bonaparte, roi d’Espagne sous le nom de José I, de 1808 à 1813, 13-14, 19, 22

Jovellanos, Gaspar Melchor de, (1744-1810), 21

Juantorena, Eleuterio, séminariste à Pampelune vers 1818 en même temps que le P. Areso, ecclésiastique, membre de la Junta mixta para el arreglo del clero, en 1848, auditeur assesseur de la nonciature, commissaire de la Croisade, 310, 319-320, 352-353, 392

Juárez Berzosa, Cipriano, évêque de Calahorra (1852), 70-71, 290, 293

K

Krause, Friedrich, (1781-1832), sa philosophie est introduite en Espagne par Sanz del Río, 118, 274

L

Labrador (Ou Gómez Labrador), Pedro, (1775-1852), chargé de négociations à Rome en 1800, 157

Lacordaire, Henri, (1802-1861), prédicateur à Notre-Dame de Paris. Il rétablit l’ordre des Dominicains en France. Député à l’assemblée nationale en 1848, 240-241

Lafuente, Modesto, (1806-1866), études au séminaire de León, secrétaire du gouverneur politique de León (1837). Ecrivain sous le pseudonyme de Fray Gerundio. Historien. Député modéré en 1854, il fait partie de la commission chargée de préparer les bases de la Constitution, 266, 270-272, 277, 283, 312, 372

Lalama, Vicente de, traducteur et adaptateur des Mystères de Paris d’Eugène Sue, 219-220

Lamartine, Alphonse de, (1790-1869), le poète est ministre des Affaires étrangères et chef du gouvernement provisoire en 1848, 234, 240-241, 272

Lamennais, Félicité de, (1782-1854), il fonde le journal l’Avenir condamné par Rome en 1832, 66 n. 3, 234, 272, 380

Landeira Y Sevilla, Francisco, (1804-1876), évêque de Teruel (1852), 293

Lantigny, comte Gabriel de, premier consul de France à Jérusalem (1849), 185

Larra, Mariano José de, (1809-1837), l’auteur des Artículos de costumbres, 34-35, 217

Lastra Y Cuesta, Luis de la, (1804-1876), évêque d’Orense en 1852, premier archevêque de Valladolid en 1857, archevêque de Séville en 1862, cardinal en 1863, 70 n. 5, 393-394

Léon X, pape de 1513 à 1521, 53, 158, 211

Lersundi, Francisco, général, ministre de la guerre, en 1852, dans le ministère Bravo Murillo, président du Conseil (avril-septembre 1853), 203, 217, 253, 365

Lezo y Garro, Nicolás, confesseur de la reine Marie-Christine, 369

Liguori, St Alphonse de, (1696-1787), religieux napolitain, fondateur des Rédemptoristes, auteur d’une théologie morale, canonisé en 1839, 114, 116

López, P. Fulgencio, escolapio (piariste), confesseur du roi Francisco de Asís depuis 1848, 344, 363, 369

López de Ayala, Adelardo, un des rédacteurs de El Padre Cobos, 373

López Buruezo, Juan, éditeur responsable de El Padre Cobos, 225, 378

López de la Torre Ayllón, Luis, secrétaire des Affaires étrangères en 1851. Ambassadeur à Vienne. Nommé ambassadeur auprès du Saint-Siège (22 août 1854), il renoncera à cette nomination, 334, 338-339

Losa, Faustino, confesseur de la sœur Patrocinio, 365-369

Louis-Philippe Ier (1773-1850), roi des Français de 1830 à 1848, 26, 38, 42

Luisa Carlota ou Louise-Caroline, cf. (princesse Charlotte), 42, 369

Luisa Fernanda, sœur d’Isabelle II, duchesse de Montpensier, 42, 224, 259, 363

Luna, Juan de, ecclésiastique, 226

Luzuriaga, Claudio Anton de, (1810-1874), ministre des Affaires étrangères (novembre 1854-juin 1855), 260, 273, 281, 296, 302, 312-313, 316, 339, 343, 349-350, 355

M

Maceira, Telmo, (1798-1864), évêque de Mondonedo (1852), 336

Madam, prêtre de la Mission, espagnol, 127-128, 130

Madoz, Pascual, (1806-1870), député de Lérida de 1834 à 1843. Un des principaux membres du parti progressiste, et l’un des auteurs de la Constitution de 1837. Il prend part au pronunciamiento de 1840, mais en 1842, il travaille à la chute d’Espartero et à la préparation de la révolution de 1843. Député de la Seo de Urgel en 1846, il donne sa démission en 1850. En 1854, il est gouverneur de Barcelone, et ministre des Finances du 21 janvier 1855 au mois de juin de la même année. Auteur de la loi de désamortisation du 1er mai 1855, qui porte son nom. On lui doit un Dictionnaire géographique et statistique d’Espagne (1848-50), 254, 262, 285-288, 291, 301-302, 316, 340-344, 346, 355, 374

Madrazo, Federico, peintre, né en 1815, 215

Maistre, Joseph de, (1754-1821), parmi ses ouvrages les plus connus figurent Du Pape (1819), Les soirées de Saint-Pétersbourg (1821), 240-241

Maistre, Xavier de, (1764-1852), frère du précédent, auteur du Voyage autour de ma chambre (1794), 241

Manso, Rafael, (1796-1862), évêque de Majorque (1847), puis de Zamora (1851), 229, 337

Marie-Christine (reine) (1806-1873), fille de François Ier, roi des Deux-Siciles, épouse Ferdinand VII en 1829, régente de 1833 à 1840, date à laquelle elle doit s’exiler à Paris. Elle avait épousé en secondes noces (1833) Fernand Muñoz, créé depuis duc de Riánsares. En 1854, elle doit à nouveau quitter l’Espagne, 15, 42, 47, 49, 214, 256, 258-259, 302, 308, 330-332, 335, 350, 363

Martín de los Heros, député, 266, 269, 274, 276, 283

Martínez de la Rosa, Francisco, (1787-1862), président du Conseil des ministres (1834-35), ambassadeur à Paris (1844), ministre des Affaires étrangères (1844-46), ambassadeur auprès du Saint-Siège (1848-49), président du Congrès (1851), 17, 26, 42,126, 234

Martínez Villergas, J., (1817-94), écrivain, 232

Mas y Sanz, Sinibaldo de, (1809-1868), ministre plénipotentiaire en Chine (1848-51), 159-160, 162-163, 179

Masarnáu, Santiago, (1805-1882), introduit les Conférences de St Vincent-de-Paul en Espagne, 130

Mata Y Fontanet, Pedro, (1811-77), médecin renommé, auteur d’œuvres scientifiques et littéraires, député progressiste, puis sénateur, 230

Mendizábal, Juan, (1790-1853), secrétaire des Finances dans le ministère du comte de Toreno (1835), puis président du Conseil (15 septembre 1835-15 mai 1836). Il décrète la desamortización. Il est à nouveau ministre des Finances pendant la régence d’Espartero, puis député en 1846, 17, 19, 24-27, 35, 51, 73, 137, 278, 285, 287

Merino, Jerónimo, ecclésiastique, guérillero pendant la guerre d’indépendance, 36

Merino, Martin, (+1852), ecclésiastique, auteur de l’attentat contre Isabelle II (2 février 1852), 218, 361-364

Migne, Jacques-Paul, (1800-1875), ecclésiastique et érudit français, 245

Minutoli, Julius von, (baron de), parcourt l’Espagne en étudiant ses institutions. Il tirera un ouvrage de ses observations (1852), 110

Miñano, P. Jesualdo María, dominicain des Philippines, 165-168

Miraflores, Manuel Pando, marquis de, (1792-1872), ambassadeur à Paris en 1839, ministre en 1846, gouverneur du Palais (1847-48), président du Sénat (1849), ministre des Affaires étrangères (1851), ambassadeur auprès du Saint-Siège (décembre 1860), 28, 41, 54, 57-58

Molins, marquis de, cf. Roca de Togores.

Mon, Alejandro, (1801-1882), beau-frère du marquis de Pidal, ministre des Finances en 1844-45, et en 1848. Ministre plénipotentiaire à Rome (avril 1857). Chef du gouvernement avec le général Armero (15 octobre 1857-14 janvier 1858), 32, 43, 388-389, 393, 395

Monescillo, Antolín, rédacteur de La Iglesia (1847). Evêque de Calahorra, puis de Jaén, il deviendra archevêque de Valence, 239

Montalembert, comte de, (1810-1870), collaborateur de l’Avenir en 1831, chef du parti catholique libéral en France de 1835 à 1848, 178, 240-241

Montazet (de), archevêque de Lyon (dit El lugdunense), 117-118, 248

Montefranco, P. Bernardino de, franciscain de Terre Sainte. Custode ou Gardien du Mont Sion de 1847 à 1856. Succède dans cette charge au P. de Moretta, 185

Montemolín, comte de, Carlos Luis Maria, (1808-1861), prétendant au trône d’Espagne, lorsque son père, don Carlos (1788-1853), frère de Ferdinand VII, renonce à ses droits en sa faveur (1845). C’est à cette date qu’il prend le titre de comte de Montemolin, 42, 259, 335, 344

Montesino, Cipriano Segundo, député aux Cortès de 1854, marié à la fille du général Espartero. Il deviendra donc le deuxième duc de la Victoire. Membre de l’Académie des Sciences et futur actionnaire de La Institución libre de enseñanza, 269-270, 282

Montpensier, Antoine d’Orléans duc de, fils de Louis-Philippe Ier , né en 1824, épouse en 1846 l’infante Luisa Fernanda, sœur d’Isabelle II, 42, 224, 259

Morán, P., chapelain de la reine, 168

Moreno, P. Domingo de Silos, bénédictin (né en 1770), abbé de Silos lors de l’invasion napoléonienne. Evêque des Canaries (1816). Evêque de Cadix (1824), 138

Moreno Nieto, député, 278-279

Moreno Villalba, Carlos, attaché à la Légation de Rome et archiviste, 303-304, 316

Moretta, Pablo Antonio Peretti de, franciscain de la province de Turin. Custode de Terre Sainte de 1845 à 1847, 185

Morey, P., jésuite, 156

Morgáez, Braulio, dominicain exclaustrado. Professeur de théologie à l’Université d’Alcalá. Il fut suspendu a divino par l’archevêque de Tolède en 1855, 243

Morón, ou Gonzalo Morón, Fermín, député de Valence, écrivain et journaliste. Rédacteur de El Trono y la Constitución, 192,196, 229-230

Moyano, Claudio, (1809-1890), ministre des Finances, puis de Fomento, dans le gouvernement Lersundi (1853), auteur de la loi sur l’Instruction publique du 9 septembre 1857, 248, 286-287, 388

Muñoz, Fernando, cf. duc de Riánsares.

Muratori, José Antonio, censeur de romans, 216

N

Napoléon Ier, 15, 22, 74

Napoléon III, Louis Napoléon Bonaparte, de président de la République (10 décembre 1848), devient Empereur des Français en 1852, 45, 224, 253, 259, 263, 300, 335, 344, 348-349, 397

Narváez, Ramón María, (1800-1868), général, duc de Valence. Chef des modérés et homme fort du régime. Président du Conseil du 2 mai 1844 à février 1846, et du 4 octobre 1847 au 10 janvier 1851. Il revient au pouvoir du 12 octobre 1856 à octobre 1857, 17, 32, 47, 225, 253-254, 258, 328, 335, 344, 348-349, 352, 387-388, 394

Navarro Villoslada, Francisco, (1818-1895), secrétaire du Gobierno civil d’Alava, puis employé au ministère de Gobernación jusqu’en 1860. Il collabora à la rédaction de nombreux journaux, notamment El Semanario pintoresco, et El Padre Cobos (1854-55), et fut également romancier, 373

Newman, John Henry, (1801-1890), théologien anglais. Pasteur anglican converti au catholicisme en 1845. Cardinal en 1879, 65, 132 n. 11

Nicolas Ier (1796-1855), tsar de Russie. A des ambitions sur la Palestine, 173, 184

Nocedal, Cándido, (1821-1885), député. Progressiste dans sa jeunesse, modéré à partir de 1843, néo-catholique et carliste à partir de 1868. Sous-secrétaire de Gobernación de 1852 à 1853. Député aux Cortès de 1854, où il défend l’Unité catholique en 1855. Rédacteur de El Padre Cobos (1854-55). Sous le gouvernement Narváez (1856-57), il est ministre de Gobernación, 277, 280, 282-283, 348, 373, 375, 378, 388

O

Ochoa, Eugenio de, (1815-72) écrivain, journaliste et traducteur. Conservateur de la Bibliothèque nationale de Madrid en 1844. Administrateur de l’Imprimerie nationale et directeur du Bulletin officiel, il est en même temps au ministère du Commerce, de l’Instruction et des Travaux publics, en 1847. En 1855, il est directeur de El amigo del pueblo, 215, 217

O’Donnell, Leopoldo, général, puis capitaine-général, comte de Lucena, (1809-1867) capitaine-général de Cuba en 1844. Au pouvoir, avec Espartero de juillet 1854 à juillet 1856, puis seul, de juillet à octobre 1856. De 1858 à 1863, il gouverne le pays à la tête de l’Union libérale, 254-260, 291, 293-294, 312, 316, 331, 334-335, 338, 343, 348-349, 358-359, 371, 377-378, 387-388, 395-396

Olavide, (1725-1802), homme politique et écrivain, 34

Olózaga, Salustiano, (1805-1873). Progressiste. Député de Logroño et gouverneur civil de Madrid en 1836. Président du comité préposé à la vente des biens nationaux. Ambassadeur à Paris en 1840. Il est à la tête de la coalition qui chassera Espartero en 1843. Président du Conseil (20 novembre-1er décembre 1843). Exilé de 1843 à 1846, et en 1848. Ambassadeur à Paris en 1854-55, mais également député aux Cortès, il revient en Espagne pour les discussions sur les bases de la Constitution, 36, 217, 266-268, 272, 281, 284, 334, 339, 342, 353, 355

Orcos, cf. Horcos.

Ozanam, Frédéric, (1813-53), historien français. Fondateur en France des Conférences de St Vincent-de-Paul, 59, 130-131

P

Pacheco, Joaquín Francisco, (1808-1865), avocat, écrit dans plusieurs journaux, fonde La España (1837). Député. Fiscal du Tribunal Supremo de Justicia. Chef du parti des puritanos. Président de l’Ateneo (1846). Président du Conseil et ministre des Affaires étrangères (1847). Ambassadeur auprès du Saint-Siège (1847). Ministre des Affaires étrangères (juillet-novembre 1854). Ambassadeur auprès du Saint-Siège (11 février 1855-juiIlet 1855), 9,17, 42, 67, 178, 195, 217, 253, 257, 296, 300, 304-315, 317, 322, 331, 335, 338-343, 356-357, 359, 376-377

Pages, P., ancien prieur des hiéronymites de l’Escurial, 393

Palau y Quer, Francisco, carme exclaustrado, réfugié en France de 1840 à 1851. Fonde la Escuela de la Virtud à Barcelone, 382

Palau y Termens, Antonio, évêque de Vich en 1854. Il deviendra évêque de Barcelone en 1857, 293, 343

Palmerston, lord, (1784-1865), 318

Pastor Díaz, (en réalité, Díaz, Nicomedes Pastor), (1811-1863), appartient à la tendance des puritanos. Ministre du Commerce, de l’Instruction et des Travaux publics dans le gouvernement Pacheco (1847). Ambassadeur à Turin (1855). Ministre des Affaires étrangères, dans le ministère O’Donnell (juillet-octobre 1856), 307

Patrocinio (sœur), Quiroga y Capodardo, Maria de los Dolores, (1811-91). Abbesse du couvent des Concepcionistas descalzas franciscanas, dit del caballero de Gracia, à Madrid. Protégée par la famille royale. Exilée par différents gouvernements qui l’accusaient d’intriguer en politique, 340, 344, 359, 361-368, 381

Philippe II, roi de 1556 à 1598, 18, 212, 235, 269

Philippe III, roi de 1598 à 1621, 269

Pidal, Pedro José, marquis de, (1800-1865), député modéré. Ministre de l’Intérieur en 1845. Ministre des Affaires étrangères (1849-51). Ambassadeur auprès du Saint-Siège (1er janvier au 25 août 1858). Conseiller d’État, 17, 43,116, 205, 388, 395

Pie VII, pape de 1800 à 1823, 19, 21, 157

Pie VIII, pape de 1829 à 1830, 39

Pie IX, (1792-1878), pape de 1846 à 1878. Il passa au début pour favorable aux idées libérales puis, après 1848, et particulièrement dans le Syllabus (1864), comme le défenseur de l’ordre et de la religion devant les idées modernes, le libéralisme, le socialisme, le laïcisme. En 1854, il proclama le dogme de l’immaculée Conception. Il réunit le Concile du Vatican (1869) qui définit le dogme de l’Infaillibilité pontificale (1870). Comme souverain temporel, il eut à lutter contre des insurrections et contre les ambitions du Piémont, qui aboutirent à la prise de Rome et à l’annexion des États pontificaux, 15-17, 41-43, 51, 53, 55, 128, 163-164, 167, 174, 185, 292, 300, 320, 323-324, 326, 336-337, 353, 356, 358, 368, 395, 399

Pietro, Mgr di, nonce au Portugal, 318

Pigault-Lebrun, (Pigault de l’Epinay, dit), Charles-Antoine, (1753-1835), auteur de nombreux romans traduits en plusieurs langues, 229

Posada Rubín de Celis, Antonio, (1768-1851) évêque de Carthagène en 1821, aurait appartenu à la Franc-Maçonnerie. Il dut s’exiler en France de 1824 à 1833. Nommé archevêque de Valence en 1835, mais non reconnu par Rome, il finit par résigner ses fonctions pour celle de Patriarche des Indes. Sénateur en 1846, 369

Puente y Primo de Rivera, Fernando de la, (1808-1867), évêque de Salamanque (1852), archevêque de Burgos (1857), cardinal (1861), 194, 197, 337, 392

Puente, Fray Francisco de la, dominicain (1779-1860), évêque de Porto-Rico (1846), de Ségovie (1848), archevêque de Burgos (1854), 138

Pusey, Edward, ami de Newman, 279

Q

Quadrado, José María, (1819-96), ami de Balmes, écrivain et journaliste. Membre des Conférences de St Vincent-de-Paul, 131

R

Rayneval, Alphonse-Gérard, comte de, (1813-58), fils de l’ambassadeur à Madrid (1829-36) François de Rayneval, il fut lui-même attaché à l’ambassade de Madrid, puis premier secrétaire d’ambassade à Rome en 1839. Premier secrétaire d’ambassade à Saint-Pétersbourg en 1844. Représentant de la République française auprès de Pie IX réfugié à Gaëte en 1849. Ambassadeur à Rome (26 mars 1850 à 1856), 187, 307-309, 322

Reales, Pedro, membre de la Junta mixta para el arreglo del clero, auditeur de la Rote de la nonciature, 197

Renan, Ernest, (1823-92), 117-118, 122

Riánsares, duc de, (Muñoz, Fernando) (1808-1872), épouse la reine Marie-Christine en 1833, 303

Ríos Rosas, Antonio de los, (1812-1873), avocat, député à partir de 1837, ministre de Gobernación, dans le gouvernement O’Donnell (juillet-octobre 1856). Il est nommé ambassadeur à Rome le 5 août 1858, prend possession de son poste le 25 janvier 1859, négocie la Convention de 1859, et démissionne le 10 décembre 1860, 9, 266, 273, 277-279, 283, 345, 377, 395-396, 398-399

Ríos Rosas, Francisco de los, frère du précédent, député. Il accompagne Antonio de los Rios Rosas à Rome, et ce dernier lui confie l’ambassade, lors d’un voyage à Madrid, 396

Riquelme, Antonio, chef de section du ministère de la Justice. Il fut envoyé à Rome pour les négociations du Concordat en 1851, 391

Rivadeneira, P. auteur de El Año cristiano, 240

Rivadeneira, José, évêque de Valladolid en 1847,118

Roca, Juan, prêtre de la Mission, visiteur général de la Congrégation de St Vincent-de-Paul, 127, 213

Roca de Togores, Mariano, (marquis de Molins) (1812-1889) ministre du Commerce, de l’Industrie et des Travaux publics, dans le ministère du duc de Sotomayor (janvier-mars 1847), ministre de la Marine dans le ministère Sartorius (septembre 1853juillet 1854), 217

Rocha (la), capitaine-général de Barcelone, 228, 382

Rodríguez, Joaquín, auteur de Los misterios de los Jesuitas, 232

Rodríguez GIL, Santiago, (1782-1857) évêque de Nueva Segovia (Philippines) ; évêque de Lugo (1847), 138, 390

Rodríguez Sánchez, Manuel, auditeur du Tribunal Suprême de la Rote romaine, pour la Couronne de Castille (1854), 195, 320, 325-326

Romero, P. Vicente, directeur du collège d’Ocaña, 168

Romo, Mgr Judas José, évêque des Canaries (1834), archevêque de Séville (1847), cardinal en 1850, décédé en 1855,141-143,195, 234

Roncali, comte d’Alcoy, général, président du Conseil du 14 décembre 1852 au 14 avril 1853, 217, 253

Roux-Lavergne (1802-1874), écrivain et homme politique français. Collaborateur de Louis Veuillot à l’Univers en 1851,178, 231

Ruiz Pons, Eduardo, (1819-1865), député démocrate, 268-269, 282

Rule, William, méthodiste, 64

S

Saavedra, Angel de, (duc de Rivas) (1791-1865), ministre de l’Intérieur en 1836, sénateur, ambassadeur à Naples en 1840, 28, 217

Sagasta, Práxedes Mateo, (1825-1903) progressiste, prit part à la révolution de 1854. Président de la junte révolutionnaire et député de Zamora. Rédacteur de La Iberia, 279-280, 283, 318

Salamanca, José, (1811-1883), banquier qui s’enrichit considérablement. Ministre des Finances en 1847, 32, 42, 253

Salmerón, Francisco, (1822-78), progressiste, partisan d’Espartero. Directeur de la Revista jurídica (1847) et de La Reforma. Député, 274-276, 282-283

Sánchez Cid y Carrascal, Antonio María, (1799-1858), évêque de Coria, 230

Sánchez Rubio, Gregorio, (1781-1854), hiéronymite. Evêque d’Osma (1847), puis d’Avila (1852), 138

Sancho De Santas Justa Y Rufina, Basilio, archevêque de Manille, 155

Sand, George, (Aurore Dupin, baronne Dudevant), (1804-1876), 34, 232-233, 240

San Miguel, Evaristo, (1785-1862), général, puis capitaine-général. Progressiste. Plusieurs fois ministre, la première fois en 1822, 256, 330, 335, 355

Santaella, dernier commissaire de la Bulle de Croisade avant la suppression de cette fonction en 1851, 197, 307

Santasusana, visiteur d’Espagne des prêtres de la Mission. Il est remplacé par le P. Armengol, 128

Santillán, R. de, occupe différents postes au ministère des Finances, 29, 32

Santucci, V., (Mgr), secrétaire de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires à Rome. Cardinal en 1853. Préfet de la Congrégation des Etudes. Il devait présider la Commission générale réunie en vue de la rédaction du Syllabus, 163

Sanz del Río, Julián, (1814-1869), professeur d’histoire de la philosophie à l’Université centrale de Madrid, il est chargé d’une mission scientifique en Allemagne, par le ministre Pedro Gómez de la Serna (1843). À son retour, il introduit en Espagne la philosophie de Krause, d’abord dans un cercle assez fermé d’intellectuels. La première manifestation publique de sa doctrine, c’est, en 1857, le discours d’ouverture de l’année universitaire, 118, 274, 282

Sartorius, Luis José, (comte de San Luis), fondateur du journal El Heraldo, député de Cuenca en 1844, président du Conseil du 18 septembre 1853 à 1854, 127-128, 169, 201, 208, 217, 228, 253, 255-256, 283, 307, 327-328, 356, 365, 371-374

Sció, P., traducteur de la Bible, 115

Seijas Lozano, député de Grenade (1834), ministre de la Justice dans le cabinet Pacheco-Salamanca (28 mars-12 septembre 1847), membre de la Junta mixta para el arreglo del clero, 152 n. 4, 347, 378, 393-394

Selgas y Carrasco, José, poète et rédacteur de El Padre Cobos, 373

Serrano y Domínguez, Francisco, (1810-85), général, puis capitaine-général, 253, 255-256

Simeoni, Mgr, employé à la Congrégation des Affaires ecclésiastiques, puis chargé d’affaires en Espagne (mai 1857). Il y reste jusqu’à l’arrivée de Mgr Barili. Il sera nommé nonce à Madrid en 1875, 354, 384, 388-394

Soler, P. Vicente, procureur et commissaire général des Franciscains déchaux des Philippines. Vice-recteur de San Pascual de Aranjuez, 161, 171

Sotomayor, duc de, (marquis de Casa-Irujo) ambassadeur à Londres en 1844. Ministre des Affaires étrangères en 1847 et président du Conseil. Ambassadeur en France en 1848, 43

Soulé, Pierre, ambassadeur des États-Unis à Madrid, 259, 334

Soulié, Frédéric, (1800-1847), romancier français, 232

Sue, Eugène, (1804-1857), 223, 227, 232-233, 240

T

Tarancón Morón, Manuel Joaquín, (1782-1862) président de la Commission mixte créée par Mgr Brunelli pour la réforme du clergé en 1847. Auparavant, professeur à l’Université de Valladolid (1834). Désigné par le gouvernement comme évêque de Zamora. Sénateur (6 novembre 1837). Il fut l’un des rédacteurs de la Constitution de 1837. Archevêque de Tolède par ordonnance royale, cette nomination ne fut pas approuvée par le pape, qui le nomma, en 1847, évêque de Cordoue, puis archevêque de Séville en 1857, et cardinal en 1858, 43, 239, 393-394, 402

Thiers, Adolphe, (1797-1873), historien. Président du Conseil en France de 1836 à 1840, 227, 231

Toreno, José Maria Queipo de Llano, comte de, (1786-1843), émigré à Londres en 1814, il revint en 1820. Ministre des Finances sous le gouvernement de Martinez de la Rosa (1834-35) et président du Conseil du 8 juin au 14 septembre 1835, 24-25, 35

Torres Amat, Felix, (1772-1847), neveu de Mgr Felix Amat. Evêque d’Astorga (1834). Il est connu par sa traduction de la Bible en langue espagnole en 1824, 115

Turgot, marquis de, ambassadeur de France à Madrid (1853), 258, 281, 317, 329, 335, 342, 344, 350, 354, 360

U

Uriz y Labayru, Pedro Cirilo, (1799-1870), évêque de Lérida (1850), de Pampelune (1861), 229

Urquijo, ministre de Charles IV, 157

Usera, P. Jerónimo Mariano, 189

V

Valerga, Giuseppe, prélat d’origine sarde, patriarche latin de Jérusalem en 1847, 177, 180, 185-187

Vehil, prêtre de la Mission, 127

Vehil, P. Sebastián, procureur général de Terre Sainte (1846-48), franciscain, 179, 187

Velez, P. archevêque de St Jacques-de-Compostelle, exilé à Minorque, 30

Ventura de Raulica, P., 66, 241

Veuillot, Louis, (1813-83), rédacteur de l’Univers, 47, 178

Villaseñor y Acuña, Juan, directeur de la Biblioteca religiosa, 231, 234

Vivó, secrétaire de la légation mexicaine à Madrid, 281

W

Wiseman, Nicolas, (1802-1865), né à Séville. Premier archevêque de Westminster, et cardinal en 1850, 65, 240

Z

Zabala (ou Zavala), Juan de, (comte de Paredes de Nava), (1804-1879), capitaine-général de Madrid. Président du Conseil et ministre des Affaires étrangères (juin 1855-juillet 1856), 316-317, 353-354

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search