Version classiqueVersion mobile

Confréries urbaines et dévotion en Champagne

 | 
Stefano Simiz

Préface

Louis Châtellier

Texte intégral

1A l’enthousiasme qui suivit les grandes études de sociologie religieuse réalisées à l'initiative du Doyen Gabriel Le Bras, succéda, au bout de quelques années, une certaine lassitude parmi les historiens de la vie religieuse. L’opinion, largement répandue, était la suivante : à quoi bon multiplier les enquêtes régionales, si ce n’est que pour confirmer les résultats déjà acquis ? Le démon de la paresse a quelques fois de ces ruses contre lesquelles les intellectuels les plus subtils ont bien du mal à se défendre.

2Désormais, il y aura une réponse : la thèse de Stefano Simiz. Celui-ci n'ignorait pas les grands travaux de Catherine Vincent, de Marie-Hélène Froeschlé-Chopard, de Marc Venard et de beaucoup d’autres. Mais, bien loin de le décourager, ils l’ont conduit à s’engager, avec une plus grande sûreté, dans le chantier dont il avait aperçu la richesse sous la conduite du regretté Alain Molinier. La vaillance du jeune chercheur n’ayant point de limite, c’était alors l’ensemble des confréries champenoises, villes et campagnes réunies, qu’il voulait embrasser. D’un commun accord, nous avons limité l’enquête aux seules villes épiscopales avec, en contrepartie, une extension de la recherche tant en amont qu’en aval de l’époque moderne stricto sensu. C’est au lecteur de juger de la pertinence ou non du résultat.

  • 1 Marcel Mauss, « Introduction à l'analyse de quelques phénomènes religieux », dans Revue de l’Histo (...)

3Quant au projet, il était de suivre, dans la continuité et dans la longue durée, l’une des manifestations les plus spectaculaires du christianisme traditionnel, de la fin du Moyen Age à la Monarchie de Juillet. Située à l’interface entre le spirituel et le social, la confrérie fut à la fois le reflet de l’un et de l’autre et le lieu de leur interpénétration. Au temps des Guerres de Religion, elles furent souvent l’institution où se manifestèrent l’esprit et le militantisme de la Ligue (p. 143). A la même époque et dans les années qui suivirent, les troubles qui agitèrent Troyes, comme son déclin économique, conduisirent à un « glissement du dynamisme confraternel du sud vers le Nord », avec Reims comme foyer principal (p. 241 et p.336). Mais, Stefano Simiz est un historien trop averti pour reprendre les explications réductrices du début du siècle passé. Le jeu des influences ne se fit pas dans un sens seulement. « Est conçu comme sacré, écrivait Marcel Mauss dans un grand article fondateur, tout ce qui, pour le groupe et ses membres, qualifie la société »1. Mais, le sacré, dans bien des cas, n’a-t-il pas débordé le social, quitte à agir sur lui, par la suite ? Ce fut le cas pour ce profond mouvement de spiritualité catholique dont l’auteur saisit les premières manifestations au sein des confréries dès 1530-1540 et qu’il décrit, dans son plein épanouissement, au xviie siècle. Par la suite, dans les chapitres consacrés à la période 1750-1830, il montre admirablement comment cette imprégnation spirituelle a fait des confréries des môles de résistance aux Lumières puis à la politique de déchristianisation révolutionnaire. Cela n’empêcha nullement, en d'autres temps, ces associations de piété de reprendre à leur compte les préoccupations sociales (aide aux pauvres) ou religieuses (dévotions aux saints locaux) des artisans du textile de Troyes. Quatre siècles plus tard, à Reims, elles contribuèrent efficacement, au temps de l’union du trône et de l’autel, à une œuvre de « refondation » spirituelle et politique.

4C’est donc ce jeu d’interaction entre les confréries et les sociétés urbaines qui les enveloppaient que l’auteur décrit avec brio et analyse avec pertinence tout au long de la période étudiée. Il le fait avec prudence, sans jamais céder à une explication totalisante qui risquerait de se trouver infirmée pour une autre période historique. A ce titre, comme à beaucoup d’autres, son livre est un modèle. Il montre avec éclat comment la sociologie religieuse, à condition de la pratiquer avec des méthodes renouvelées et adaptées au terrain, bref, d’être utilisée par un historien de talent, reste une approche de la plus grande richesse.

Notes

1 Marcel Mauss, « Introduction à l'analyse de quelques phénomènes religieux », dans Revue de l’Histoire des Religions, 58, 1906, p. 163-203, repris dans Les fonctions sociales du sacré, Paris, 1968, voir p. 16-17.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search