Version classiqueVersion mobile

Église et état en Espagne au XIXe siècle

 | 
Brigitte Journeau

Avant-propos

Texte intégral

1Les réflexions sur le rôle de premier plan joué par l’Église dans la vie politique de l’Espagne sont courantes, mais, lorsqu’il s’agit de remonter quelque peu dans le passé, ne serait-ce qu’au XIXe siècle, d’abandonner le terrain des considérations générales pour saisir la réalité des faits, on est surpris d’avoir très peu d’informations.

2Une telle constatation est à l’origine des recherches dont cet ouvrage est l’aboutissement. L’intérêt pour ces questions commençait à peine à se manifester chez les historiens espagnols spécialistes du XIXe siècle. La plupart s’attachèrent à déterminer, région par région, les conséquences économiques de la désamortisation, étude systématique qui se poursuit, tandis que d’autres entreprenaient de défricher le domaine des relations entre l’Église et l’État dans la première moitié d’un XIXe siècle bien troublé.

3La période étudiée ici était restée hors du champ d’investigation. S’ouvrant sur la promulgation du Concordat de 1851 et s’achevant sur celle du Convenio adicional de 1859-60, elle peut paraître restreinte. Ces limites se justifient par l’abondance et la complexité de la matière et par le fait que ces deux accords diplomatiques, inégaux en importance, il est vrai, encadrent un moment très intéressant de l’histoire politique espagnole, celui où les progressistes viennent pour deux ans au pouvoir, lors du bienio progresista, ce qui permet d’analyser l’attitude à l’égard de l’Église d’un gouvernement libéral modéré, puis celle d’un gouvernement progressiste.

4Sur une durée relativement courte, mais riche en événements, elles offrent la possibilité de faire une étude de détail. Or, le détail est souvent révélateur d’un état d’esprit ou d’intentions dissimulées derrière le langage diplomatique ou administratif ; on ne le percevrait pas si l’on voulait compulser, forcément plus rapidement, une documentation, toujours morcelée et éparse, s’étendant sur plusieurs dizaines d’années.

5Vu la multiplicité de décrets contradictoires concernant les affaires ecclésiastiques, plutôt que de se perdre dans une chronologie des mesures administratives tout au long du XIXe siècle, il a paru préférable de mettre en valeur, en un moment donné, les questions abordées par le Concordat et les solutions qui leur furent apportées en théorie et en pratique. C’était au prix d’une certaine précision dans les dates, dans les décrets et dans l’histoire des institutions, que l’on pourrait parler avec certitude des relations entre l’Église et l’État au milieu du XIXe siècle. Cela impliquait d’ailleurs qu’on fît des incursions dans le passé récent, les années 1835-51, ou moins récent, parfois jusqu’au Moyen-Âge, pour retrouver les origines d’une organisation ecclésiastique tributaire des siècles précédents. L’essentiel était de connaître l’état de survivance des institutions, après les mesures de Mendizábal, pour apprécier les modifications apportées par le Concordat, puis leur degré de réalisation effective.

6Il fallait essayer de savoir ce qu’il en était de la richesse de l’Église d’Espagne, de sa puissance, de son intromission dans les affaires de l’État, de son influence sur la vie politique, l’enseignement et la censure, auxquelles il était fait allusion dans divers ouvrages. Même dans les manuels d’histoire qui ne traitaient que du XIXe siècle, la place faite à l’Église était quasi inexistante. On savait qu’elle s’était compromise dans le carlisme, qu’il y avait eu une désamortisation, et qu’un personnage étrange, la sœur Patrocinio, intriguait en politique. On avait du mal à se défaire de l’image du curé guérillero.

7Avant de chercher à prouver quoi que ce soit, il s’agissait donc de restituer une page d’histoire, de faire surgir des faits ignorés là où quelques images s’étaient imposées, de faire appel aux documents de première main, d’analyser le contenu du Concordat de 1851, si souvent nommé, mais rarement expliqué dans le détail de ses quarante-six articles assez hermétiques pour le profane, un concordat mettant fin à un affrontement de quinze ans entre l’Église et l’État, et qui devait être à l’origine d’un autre conflit, en 1855, que règlerait le Convenio de 1859.

8Pour cela, il fallait se pencher sur les documents : si le texte du Concordat en était un, si la correspondance diplomatique entre Madrid et le Saint-Siège était facilement accessible, il s’agissait d’en localiser d’autres concernant, par exemple, les ordres religieux, les questions de Terre Sainte et d’outre-mer ou la censure. La documentation manuscrite du règne d’Isabelle II était, dans ces domaines, souvent non cataloguée et non classée. Elle s’était trouvée, au gré des circonstances, mise en dépôt en des endroits assez divers, quand elle n’avait pas subi les dommages de quelque incendie. Elle se présentait en ordre dispersé, mais au prix de tâtonnements et pour peu que la chance vous favorisât, elle réservait le plaisir de la découverte. C’est une recherche que de nombreux séjours à Madrid, pendant les mois d’été, permirent de mener à bien, et que vint compléter la lecture de la presse de l’époque, autre source appréciable de renseignements.

9Bientôt il apparut qu’on ne pouvait négliger une autre source essentielle : les archives de la nonciature. Elles se trouvaient à Rome. Leur consultation put avoir lieu, ainsi que celle des fonds de la Secrétairerie d’État, correspondant à la même période. Il est inutile d’en souligner l’intérêt, mais ne faudrait-il pas dire aussi combien, après avoir goûté l’atmosphère madrilène, il était normal de suivre dans leurs cheminements romains, Castillo y Ayensa, Canovas del Castillo, Joaquín Pacheco et Ríos Rosas, qui occupèrent le palais de l’ambassade de la place d’Espagne et y furent les agents des négociations relatées dans ces pages ?

10Que ceux qui ont suivi mes recherches sur ce passé, ou qui m’ont encouragée à publier cet ouvrage, trouvent ici l’expression de mes remerciements, en particulier les professeurs Jean-Louis Picoche et Yves-Marie Hilaire.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search