Version classiqueVersion mobile

Des harkis berbères, de l’Aurès au Nord de la France

 | 
Nordine Boulhaïs

Sources

Texte intégral

1Quasiment toutes les sources que nous avons utilisées, quelle que soit leur nature, concernent la partie de notre étude relative aux Chaouis en tant que Harkis, c’est-à-dire l’histoire de ceux-ci à partir de la « Toussaint rouge » de 1954 qui vit le début de la guerre d’Algérie, notamment en Aurès. De même, ces archives comportent les journaux de marche des colonnes expéditionnaires de l’armée qui a conquis l’Aurès. Nous noterons toutes les sources consultées mais pas forcément utilisées. Précisons également que nous avons fait deux « vagues » de recherches correspondant aux maîtrise (1993/4) et doctorat (1995/8, surtout cette dernière année). La plupart des archives de l’armée sont celles de la série 1H (Algérie), ouvertes pour la plupart depuis quelques années, trente ans après la fin de la guerre ; le chiffre faisant suite au « 1H » de la série est le numéro du carton, parfois suivi (après un « / ») du numéro de dossier. On remarquera que pour faire des études sur la région aurasienne, les militaires s’appuient sans vérification sur les travaux antérieurs civils qui, ne sont pas irréprochables. Il semble que l’armée se soit intéressée à l’étude ethnographique des Aurès, ceci étant vrai pour les photos surtout. Ainsi M. Linsolas, de la photothèque du S.H.A.T. pense qu’il s’agit de donner l’apparence de calme pour retirer l’importance au F.L.N. Nous regrettons de n’avoir pas eu les moyens de séjourner plus longtemps à Paris, car malgré l’amicale solidarité familiale de notre cousin qui nous a hébergé une quinzaine de jours, c’est un an qu’il nous aurait fallu pour dépouiller les fonds du S.H.A.T. sur l’Aurès.

Archives du service historique des armées du château de Vincennes (Paris)

21H 229 : capitaine Former, « Notice sur l’Aurès », 8 janvier 1845, 17 p.

31H 210 - 2 - h : Journal des marches et opérations de la colonne expéditionnaire de l’Aurès, mai 1845, 28 p., 1 carte.

41H 211 : Journal de marche de l’expédition du colonel Carbuccia du 25 au 29 avril 1849, 7 p.

51H 211 : Journal de marche de la colonne de Saint-Arnaud (28 avril - 16 juin 1850), 48 p.

62102/2 : « Note sur l’Aurès » du service des liaisons nord-africaines du Gouvernement général de l’Algérie, 1er décembre 1954 + cartes : géographie et localisation des tribus avec tableau.

71H 2872/2 : « Présentation des Aurès », 5 p.

8•1H 2872/1, « Atlas » : Aurès – cartes : implantation des bandes rebelles par douars, perspective du relief, installations militaires, installations et points sensibles civils, grandes familles et personnalités, économie.

91H 2937/1 colonel H. Delcros, « L’Aurès et son particularisme », 26 avril 1960, 10 p., 1 carte.

101H 2872/2 : « Moeurs, coutumes, usages, manière de vivre des habitants de l’Aurès », 21p.

111H 2872/2 : Mathéa Gaudry, « La vie économique du Chaouïa de l’Aurès, vue d’ensemble », 9 p.

121H 4329/11 : Divers états des populations et statistiques d’état-civil.

131H 2872/2 : Lheureux & capitaine Pétignot, « Le banditisme dans l’Aurès. Les Chaouïas de la montagne et la guerre », 38 p.

141H 2937/1 : « Situation de la rébellion dans le secteur d’Arris », 25 novembre 1959, Constantine.

151H 2937/1 : Fiches de présentation des secteurs d’Arris, Batna et Biskra, avril 1959.

161H 2980/2 : Bilans de diverses opérations en Aurès.

171H 4329/11 : Sous-préfet R. Delnef, « Étude sur les regroupements dans l’arrondissement d’Arris », 22 janvier 1960, 8 p.

181H 4329/7 : colonel D. F. Fontes, Fiche sur l’action psychologique dans le secteur d’Arris, 14 octobre 1960, 6 p.

191H 4329/10 : H. Delcros, « Organisation de l’auto-défense des populations », 23 avril 1960, 5 p.

20•1H 1391/3 : « Les Harkas », délégation générale du Gouvernement, commandement en chef des forces en Algérie, 10e région militaire, État-major, 6e bureau, no 752/RM.10/6/SC, 12 août 1958.

211H 1391/3 : « Financement es supplétifs », fiche du commandement supérieur interarmées, 10e région militaire, État-major, 6e bureau, no 452/RM. 10/6/SC, 7 avril 1958.

221H 1391/3 : « Situation des effectifs au 1er août 1958 » (tableau).

231H 1391/3 : « Situation des forces supplétives de mai 1958 à avril 1959 » (tableau), commandement en chef des forces en Algérie, État-major interarmées, 5e bureau, relations nationales, 22 mai 1959.

241H 1391/1 : « Effectifs Harkis » (courbe), 1959.

251H 1391/1 : « F.S.N.A. dans les unités territoriales » (courbes), 1959.

261H 1391/1 : « Pourcentages en personnels F.S.N.A. dans les unités à la date du 1er septembre 1960 » (tableau).

271H 1391/1 : « F.S.N.A. servant dans les forces de l’ordre » (courbe cumulative), 1960.

281H 1391/1 : « F.S.N.A. servant dans les forces de l’ordre » (courbe cumulative), 1961.

291H 4329/12 : « État des effectifs Harkis réalisés par le secteur d’Arris », décembre 1961-janvier-février-mars-avril 1962.

301H 4329/3 & 6 : « Synthèse mensuelle » du secteur d’Arris : juin, août, septembre, octobre 1959 – mars, avril, mai, août, septembre/octobre, novembre/décembre 1960 – août/septembre, septembre/octobre, novembre, décembre 1961 – janvier, février, mars, avril, mai 1962.

311H 4329/9 & 4330 : « Comptes-rendus hebdomadaires du moral dans le secteur d’Arris », 17 janvier – 7, 14 février – 7, 21, 28 mars – 18 avril – 16 mai 1962.

321H 1397/8 : « Problèmes posés par les Harkis au moment du cessez-le-feu », fiche de 1961.

331H 1397/8 : « Recensement de Harkis menacés en Aurès ».

341H 4329/12 : Fiches sur « l’avenir des Harkis » de l’Aurès, 26 mars 1962, no 2507 ; no 3683 ; note de service.

351H 1391/1 : « Conditions de cessez-le-feu pour les musulmans de l’armée ».

362114/2 : « Fiche Bône » + photo aérienne.

Archives d’outre-mer (Aix-en-Provence)

37capitaine Alvernhe, mémorial (listes des soldats tués) de la S.A.S. d’Arris, 2 janvier I960.

38Mémorial de l’arrondissement d’Arris, 11 janvier 1960.

39capitaine Anglada, passation des consignes 2 de la S.A.S. et de la « Harka » d’Arris, 25 mars 1956, 14 p.

40Procès verbal de passation des consignes de la S.A.S. d’Arris, 27 février 1962, 7 p.

41Propositions concernant le classement de la S.A.S. d’Arris, 5 p. 3

42chef de bataillon Pillot, tableau de classement des S.A.S. de l’arrondissement d’Arris par catégories, 15 juin 1958.

43Historique (début du Journal des Marches et Opérations) de la S.A.S. de Bouzina, 5 p. 4

44Historique (début du Journal des Marches et Opérations) de la S.A.S. de Bou-Ahmar, 8 p.

45Historique (début du Journal des Marches et Opérations) de la S.A.S. de Médina, 7 p.

46Historique (début du Journal des Marches et Opérations) de la S.A.S. de Menaa, 10 p.

47Historique (début du Journal des Marches et Opérations) de la S.A.S. de M’Chouneche, 7 p.

48Historique (début du Journal des Marches et Opérations) de la S.A.S. de Teniet el Abed, 4 p.

496 S.A.S.3 : Journal des Marches et Opérations de la S.A.S. d’Arris, période antérieure au 1er mars 1959 (historique, bilan, pertes, citations, combats et conclusion), capitaine Alvherne, 15 p.

506 S.A.S.3 : Journal des Marches et Opérations de la S.A.S. d’Arris (situation au 1er mars 1959, période du1er mars au 30 juin 1959), capitaine Alvherne, 12 p.

516 S.A.S. 3 : Journal des Marches et Opérations de la S.A.S. d’Arris, période du 1er avril au 30 juin 1959, capitaine Alvherne, 16 p.

526 S.A.S. 3 : Journal des Marches et Opérations de la S.A.S. d’Arris, période du 1er juillet au 30 septembre 1959, capitaine Alvherne, 14 p.

536 S.A.S. 3 : Journal des Marches et Opérations de la S.A.S. d’Arris, période du 1er octobre au 31 décembre 1959, capitaine Alvherne, 14 p.

546 S.A.S.3 : Journal des Marches et Opérations de la S.A.S. d’Arris, période du 1er janvier au 31 mars 1960, capitaine Alvherne, 11p.

556 S.A.S. 3 : Journal des Marches et Opérations de la S.A.S. d’Arris, période du 1er avril au 30 juin 1960, capitaine Paillard, 17 p.

566 S.A.S. 3 : Journal des Marches et Opérations de la S.A.S. d’Arris, période du 1er juillet au 30 septembre 1960, capitaine Rohmer, 13 p.

576 S.A.S. 3 : Journal des Marches et Opérations de la S.A.S. d’Arris, période du 1er octobre au 31 décembre 1960, capitaine Paillard, 13 p.

586 S.A.S.4 : Journal des Marches et Opérations de la S.A.S. d’Arris, période du 1er janvier au 31 mars 1961, capitaine Paillard, 14 p.

596 S.A.S.4 : Journal des Marches et Opérations de la S.A.S. d’Arris, période du 1er avril au 30 juin 1961, capitaine Paillard, 18 p.

606 S.A.S. 4 : Journal des Marches et Opérations de la S.A.S. d’Arris, période du 1er juillet au 30 septembre 1961, capitaine Paillard, 12 p.

616 S.A.S. 4 : Journal des Marches et Opérations de la S.A.S. d’Arris, période du 1er octobre au 30 décembre 1961, capitaine Paillard, 9 p.

626 S.A.S. 4 : Journal des Marches et Opérations de la S.A.S. d’Arris, période du 1er janvier au 31 mars 1962, capitaine Cure, 7 p.

636 S.A.S. 14 : Plan du quartier de la S.A.S. à Arris, 1/500.

Documents administratifs

64Rapport sur les rapatriés présentés par le gouvernement en 1965, Siège central des rapatriés, Agen.

65Estimation de la population française d’origine maghrébine à partir des dossiers existants dans les dossiers du service, préfecture de Lille (cité administrative).

66Répartition de la population Harkie par départements en France (parents anciens supplétifs et enfants), estimation des préfets, fin 1987.

67Localisation des Harkis par communes dans le département du Nord (carte), préfecture de Lille, décembre 1989.

68« Sites Harkis » (tableau), D.T./D.D.P, SOciété NAtionale de COnstruction pour les TRAvailleurs, Janvier 1994.

69« Cités de Harkis, construction 1964/65 et évolution à ce jour », D.T./D.D.P, janvier 1994.

70Action en faveur des Français Musulmans Rapatriés, Bilan 1982 du secrétariat d’État – projets 1983.

71Rapport au premier ministre Mme Cresson de la mission de réflexion sur la communauté rapatriée d’origine nord africaine, mai 1991.

72Fascicule « Rapatriés, vos droits », Secrétariat d’État chargé des rapatriés.

73« L’indemnisation des Français d’outre-mer dépossédés de leurs biens », agence nationale pour l’indemnisation des Français d’outremer, Paris.

74Loi no 94-488 du 11 juin 1994 relative aux rapatriés anciens membres des formations supplétives et assimilés ou victimes de la captivité en Algérie, journal officiel no 136, 14 juin 1994, pp. 8567-8568.

75Décret no 94-648 du 22 juillet 1994 portant application de la loi no 94-488 du 11 juin 1994 relative aux rapatriés anciens membres des formations supplétives et assimilés ou victimes de la captivité en Algérie, JO du 29 juillet 1994, pp. 10977-10979.

76Décret no 97-677 du 31 mai 1997 relatif aux rapatriés anciens membres des formations supplétives et assimilés ou victimes de la captivité en Algérie, journal officiel, 1er juin 1997, pp. 8758-8759.

77Organigramme du Service des Rapatriés, lettre du 3 septembre 1993, préfecture de Lille (Direction du Développement Social et Urbain, 123 rue nationale).

78Organigramme du Service des Rapatriés d’Origine Nord-Africaine à la préfecture du Nord, 3 février 1998.

79Circulaire relative à la politique d’intégration en faveur des Rapatriés d’origine nord-africaine, octobre 1991, préfecture de Lille (D.D.S.U.).

80Circulaire relative à la mise en place des conventions pour la création d’emplois avec les collectivités territoriales, les associations, les entreprises et les établissements publics, prévues en faveur de la communauté Rapatriée d’Origine Nord-Africaine, septembre 1991, préfecture de Lille (D.D.S.U.).

81Circulaire relative à l’emploi et à la formation professionnelle en faveur de la communauté française musulmane rapatriée, janvier 1994, préfecture de Lille (D.D.S.U.).

82Circulaire relative à la population d’aide au logement en faveur des Français musulmans rapatriés, janvier 1994, préfecture de Lille (D.D.S.U.).

83Circulaire relative aux actions sociales, éducatives et culturelles en faveur de la communauté française musulmane rapatriée, janvier 1994, préfecture de Lille (D.D.S.U.).

84Notice d’information sur les mesures instituées en faveur de la communauté française rapatriée, 1er septembre 1997, préfecture du Nord.

85Bilan 1997 du bureau de la politique de la ville au 31/12/97, préfecture du Nord.

86Dossier de continuité de l’Agent de Coordination Chargé de l’Emploi Bertrand de Ruyver à la sous-préfecture d’Avesnes-sur-Helpe, avril 1993, préfecture de Lille (D.D.S.U.).

87Dossier mensuel des ACCE Omar Chalbi et Jérémie Guillou, ANPE de Maubeuge, décembre 1997.

88Bilan des conventions signées dans le Nord pour l’emploi des Rapatriés d’origine nord-africaine (liste), 1992.

89Demande de Contrat d’Action Sociale, Éducative et culturelle (CASEC) de la commune de Louvroil.

90« Liste des présidents des associations de Français rapatriés d’origine Nord-africaine », bureau de la politique de la ville, préfecture du Nord, janvier 1998.

91Par contre, notons l’incroyable et quasi-totale pauvreté en archives des institutions locales du bassin de la Sambre (mairies, agence d’urbanisme...), même si notre sujet est pointu. Les seuls éléments exploitables que nous avons trouvés sont :

92Centre socio-culturel Rail-Atac, Louvroil, Approche du Milieu louvroilien et plus particulièrement des nouveaux Quartiers de la Commune (grand Quartier de la demie Lune), août-septembre 1987-janvier-février 1988.

93Agence d’Urbanisme du Bassin de la Sambre, Projets de quartiers, Louvroil, février 1986

94Agence régionale de développement, La Région et ses Territoires, indicateurs socio-économiques sur les zones d’emploi du Nord/Pas-de-Calais, zone d’emploi no 17 : Sambre-Avesnois, extraits, Conseil régional, région Nord/Pas-de-Calais.

Documentation sur Usinor Louvroil

95Premier numéro de L’Espérance, journal d’Usinor Louvroil, mai 1970. Archives de Sérémange (Moselle).

96Usine de Louvroil, Notre Usine. Archives de Sérémange, côte 35/71.

97Extrait plaquette Usinor 1957. Archives de Sérémange, côte 147/52.

98État des documents relatifs aux Usines de Louvroil et Hautmont. Archives de Sérémange.

« Archives privées »

99Règlement de l’utilisation des véhicules de la S.A.S. de Victor Duruy, document fourni par M. Messaoud M.

100Carte de G.M.S. de M. X.

101Extrait des services de M. Messaoud B. (Harki vivant a Louvroil).

102Citation-ordre général no 583 de M. X (de la harka des Aït Daoud d’Arris à l’époque et vivant actuellement à Hautmont).

103Carte du combattant de M. X.

104Carte d’invalidité de M.X.

105Document d’identification familiale délivrée par USINOR Louvroil à M. X.

106Lettre du psychiatre de M. Messaoud B. (névrosé de guerre).

Archives associatives

107Statuts de l’Association des Français Musulmans Rapatriés de l’Avesnois.

108Récépissé de déclaration de changement de bureau de l’A.F.M.R.A., 6 janvier 1993.

109Rapport d’activité de l’année 1993 de l’A.F.M.R.A.

110Fascicule « Harkis, quel avenir ? » réalisé par l’A.F.M.R.A., janvier 1991.

Archives conçues

111Archives relatives à la communauté chaouie du bassin de la Sambre que nous avons réalisées à notre initiative, une première fois en novembre 1996 et remises à jour en août 1999 à Louvroil, pour pallier au manque d’archives (et notamment de données chiffrées) spécifiques à cette communauté, avec Boulahis Salah. Nous avons détaillé, dans le développement (chapitre second de la seconde partie), les détails de cette enquête.

Sources orales

112Pour ce doctorat, les Harkis et leurs enfants que nous avons interrogés sont donc exclusivement chaouïa (en raison du champ thématique fixé) contrairement à ceux de notre mémoire de maîtrise. Nous avons, comme nous le disions, réutilisé les entretiens effectués à cette occasion que nous avons complétés par de nouveaux.

113La lecture de la liste ci-dessous des personnes interrogées montre que certaines d’entre-elles ont tenues à garder l’anonymat, pour d’autres ce n’était pas un problème, d’autres encore ont beaucoup hésité avant de se décider, Il est évident que nous avons respecté leur volonté en ne gardant que les initiales – quand ils nous le permettaient – voire moins (les « X »). Nous avons également sollicité des personnes qui auraient pu nous apporter des éléments de valeur pour notre étude (nous le savions par le biais des personnes que nous avons interrogées), malheureusement elles n’ont pas accepté pour diverses raisons (une personne ne voulait pas évoquer le passé, une autre ne voulait pas prendre de risque car elle se rend régulièrement en Algérie...). Lorsque nous avons présenté le mémoire de maîtrise, certains d’entre eux nous ont avoué avoir eu des remords, puissent-ils avoir trouvé en cette thèse l’occasion d’évoquer leur histoire.

114Notons également que nous avons parfois eu à traduire du berbère au français, nous espérons avoir réalisé une traduction objective. Nous n’avons pas utilisé de magnétophone pour ne pas intimider nos interlocuteurs très « sensibles aux symboles ». Nous avons toujours utilise l’entretien semi-directif, c’est-à-dire que nous posions des questions qui indiquaient les grands axes de notre conversation et nos interlocuteurs répondaient assez librement ; parfois nous demandions quelques précisions.

115L’utilisation des sources orales présente l’avantage d’être un recours non négligeable dans l’étude de sujets, restés « tabous » si longtemps où les autres formes de sources sont peu nombreuses, comme celui de l’histoire des Harkis. Utiliser les sources orales, ce n’est qu’écouter Slimane Chikh, recteur de l’université d’Alger : « restituer aux faits leur dimension humaine implique la référence aux principaux témoins : Donner à ces derniers la parole, c’est permettre à ceux qui font l’histoire de la dire ». De plus, cela nous a permis de recueillir les témoignages authentiques et précis de gens simples. Néanmoins, cette utilisation présente un inconvénient dans la mesure où l’interviewé aura toujours sa version des faits et on ne pourra damais vérifier la véracité de ses dires, il s’agit là d’une source dont la subjectivité est plus « criante » que les sources classiques. La seule « parade », comme pour les autres sources, reste d’avoir perpétuellement un regard critique sur les éléments trouvés et de confronter les témoignages entre eux et aux autres sources et travaux.

116Voici la liste des personnes qui ont bien voulu – qu’ils en soient ici remerciés – nous donner de leur temps et nous faire part de leurs expériences ou/et de leurs opinions que ce soit en nous accordant un entretien chez eux où nous avons été toujours bien reçus, que ce soit en répondant à un questionnaire que nous avons distribué (bien que la plupart des exemplaires n’aient pas été rendus, ce qui en fait un échec) ou encore en répondant à nos courriers (il s’agit des personnes ne vivant pas dans le Nord).

  • M. Messaoud B., 58 ans, invalide (névrosé de guerre, décédé), Louvroil.

  • M. B.M., Louvroil.

  • M. Boughedada, sous-officier, 75 ans, Maubeuge.

  • Salah qui a évoqué la mémoire de son père le défunt Mébarek Boulahis et avec qui nous avons eu divers entretiens.

  • M. X, Hautmont.

  • M.B.S., Maubeuge, pré-retraite.

  • M. B.S.g., Maubeuge.

  • M. K.A., Louvroil.

  • M. Slimane Mébarkia, Hautmont, 68 ans, retraité.

  • Le regretté M. Messaoud M.

  • M. Messaoud Zatar, sergent-chef d’active, chevalier de la légion d’honneur, médaille militaire, sept croix de guerre, 64 ans.

  • M. X, Coudekerque-Branche, 59 ans, retraité ;

  • son épouse Mme X.

  • M. Pierre Rivière, capitaine (de M. Messaoud M. pendant la guerre), 74 ans, retraité de l’éducation nationale, Paris.

  • François « Bergeronnette », 64 ans, ancien du 1er RCP trois ans avant l’insurrection de 1954.

  • Mme Couadou, rapatriée d’Algérie, qui vivait dans le Bassin de la Sambre, actuellement retraitée en côte d’azur.

117Nous avons eu l’heureuse initiative d’utiliser l’Ancien d’Algérie, organe de la FNACA (Fédération Nationale des Anciens Combattants d’Afrique du Nord), grâce à l’appui de M. Serge Drouot du bureau parisien, pour passer une annonce qui demande les témoignages d’anciens de l’Aurès, nous avons eu, les jours suivants la parution, appels téléphoniques et courriers. Ceci d’autant plus que dans le même numéro, nous avons écris un article qui est une Biographie de Messaoud B., Harki de l’Aurès, histoire qui semble avoir ému de nombreux lecteurs. Voici les personnes que nous avons entretenues par courrier (nous sommes conscients des limites de ce type de vecteur d’entretien mais comment faire autrement alors que les personnes concernées sont dispersées dans tout le pays, d’autant que nous avons pris cette initiative très tard (mai 1998) et qu’ensuite nous étions à près de 6 000 km d’eux !) :

  • André Monjoint.

  • Hugues Artese (pour sa cassette vidéo dont il nous a gracieusement offert un exemplaire).

  • Joseph Puharré.

  • Jean-Louis Delpeuch.

  • Jacques Gilbert.

  • Gilbert Ott.

  • Guy Morris.

  • René Bongibault.

  • Denis Martin.

  • Michel Mathieu.

  • Claude Bonnet.

  • E. Revest

  • Jean-Claude Namont

  • Henri Pillot

  • colonel Honoraire Denis Bogros

  • Roger Papin

  • Georges Bonnet

  • Anicet Marcel Thevenot

  • Jean Debret

  • Claude Guignard

  • Jean-Louis Eyméoud

  • Gal (CR) Claude Bichon

  • Gal (CR) J. Paillard

118Nous avons également utilisé des entretiens pour recueillir des chants chaouis partisans « anti-Harkis » ; et d’autres chantés lors de fêtes mais aussi des indications sur la culture et « la vie de là-bas ». À ce propos, signalons que nous avons eu la chance de bénéficier de la présence dans notre entourage familial immédiat de femmes parfois âgées qui sont autant de véritables conservateurs des traditions et de la culture – culinaire et religieuse en particulier – chaouies, de la mémoire. Nous tenons à rendre hommage à ces femmes, souvent au foyer, qui nous ont fait l’amitié de nous apporter le savoir dont elles sont les gardiennes. Pour cela, nous remercions : notre principale, pour ne pas dire exclusive, informatrice, notre mère. Avec notre grand-mère, elles sont également à l’origine de certains éléments écrits et photographiques que nous avons recueillis.

119Il convient de faire une place à part à ces entretiens qui sont à la base de notre travail et de les présenter en détail. Ceux-ci se faisaient toujours chez nous à Louvroil, ils ont duré les trois premières années de la préparation de notre thèse mais de manière irrégulière (au gré des disponibilités des uns et des autres) et sans préparation.

120Interviewée : Salira (Ftoma) Boulhaïs Merchi, 53 ans, vit à Louvroil, chaouie, née dans les Aurès (Arris), de nationalité française, au foyer ; Thèmes de l’interview : Agriculture, élevage, vie quotidienne, religion, société, coutumes, cuisine des Chaouis, dans l’Aurès et en France. Points originaux et impressions de l’interviewée : Grand enthousiasme (motivée par l’envie de voir son fils réussir cet examen qu’on lui présente comme si prestigieux et rare).

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search