Version classiqueVersion mobile

Des harkis berbères, de l’Aurès au Nord de la France

 | 
Nordine Boulhaïs

Préface

Jean Martin

Texte intégral

1En 2001, le premier mardi de novembre a été retenu comme journée des Harkis : dans la brise aigre de la tombée d’automne, dans la mélancolie des cérémonies du souvenir, dans le décor figé des Invalides, des hommes âgés vinrent recevoir l’hommage des sommités de l’Etat et des corps constitués. Plus récemment, un français-musulman, officier en retraite, a été appelé à siéger aux conseils du gouvernement. Discours, médailles, subsides même, n’effaceront sans doute pas la meurtrissure qui reste au cœur de ces combattants qu’on avait comme tant d’autres habillés pour un autre destin.

2Le maréchal Lyautey écrivait jadis que la politique française en Algérie fut une politique criminelle. Tempérer ce propos serait trahir la vérité. Au Maghreb, une autre politique coloniale était possible : la Tunisie et le Maroc en ont fait foi.

3Il ne fut pas donné à Lyautey d’être témoin du dernier crime, celui qui consista à abandonner des supplétifs de l’armée française à la vindicte du F.L.N. On peut sans doute comprendre que la république algérienne leur ait tenu rigueur de leur choix et ait cherché à en tirer vengeance. Traîtres, on voit mal pourtant comment ils pouvaient l’être à une nation qui n’avait jamais existé dans l’histoire et à qui son nom même avait été attribué par le colonisateur en 1837.

4Il reste que le devoir de la puissance coloniale était de leur assurer un repli convenable. Or, on ne peut que rougir d’être Français quand on relit dans les pages de l’œuvre de Boulhaïs l’odieuse circulaire de mai 1962 prescrivant de fermer les portes des casernes à tous les supplétifs qui seraient venus y solliciter un refuge, voire de renvoyer en Algérie ceux qui auraient indûment franchi la mer. Cet abandon, le père Enfantin l’avait envisagé dès 1840 et il le qualifiait de « lâcheté bête qui passe toutes les bornes ».

5La thèse de Nordine Bouillais est venue remplir un devoir de mémoire envers les origines de son auteur. Avec une sérénité à laquelle il convient de lui rendre hommage il nous décrit le drame que fut la guerre d’indépendance dans les Aurès. Dans cette région indomptable, les historiens du nationalisme algérien ont salué un sanctuaire de la lutte pour l’indépendance. Que de fois ceux qui suivaient jadis avec quelque attention le triste film des « événements » d’Algérie n’ont-ils entendu citer les noms de localités comme Khenchela ou Arris. De hautes figures du combat pour l’indépendance y avaient vu le jour tel un Mustapha ken Boulaïd dont la personnalité est ici honnêtement évoquée.

6Les choses étaient cependant moins simples. De toutes les formes de collision entre les hommes, les guerres civiles sont bien connues pour être les plus atroces. Or la guerre d’Algérie fut bien une guerre civile, puisqu’elle opposait des hommes de même nationalité ce qui explique pourquoi la reconnaissance officielle en tant que guerre lui fut si longtemps refusée. Là comme ailleurs, des familles se trouvèrent déchirées par des choix qui n’avaient souvent rien d’idéologique, par de triviales querelles de çoff, de ligues villageoises, ce que les Français appellent plus simplement des querelles de docker... L’on ne peut non plus négliger l’attrait d’une solde qui, aux yeux de paysans fort pauvres, pouvait apparaître comme un pactole. Ces pages démontrent s’il en était encore besoin l’ineptie des fantasmes berbéristes chers à certains théoriciens de la colonisation.

7Nordine Boulhaïs vient nous dire comment, après maintes péripéties une communauté de quelques centaines de supplétifs chaouis aurasiens (forte aujourd’hui de 379 survivants), issue du clan Aït Daoud (Touaba), communauté au sein de laquelle il a vu le jour, s’est ainsi retrouvée aux rives de la Sambre. Au moins les « harkis » de Louvroil et des environs ont-ils trouvé sous nos cieux plombés une terre de refuge en fin de compte plus hospitalière que ces rocailles cévenoles de longtemps désertées par leurs habitants et qui furent imparties comme gîte à certains de leurs semblables. A Maubeuge, les aciéries rougeoyaient encore et l’emploi ne manquait pas : les harkis aurasiens éprouvèrent l’amertume mais ils ne devinrent pas des déclassés. Sans renier sa culture et ses valeurs, sans rompre tout lien avec sa terre d’origine, cette communauté s’est intégrée et est venue enrichir le paysage humain, déjà fort composite, de la région Nord-Pas-de-Calais : le mérite de Boulhaïs n’est pas mince de nous décrire les divers aspects de ses travaux et ses jours, de sa vie religieuse et culturelle, de la permanence d’une grande partie de ses coutumes.

8Lors de la soutenance de thèse de Nordine Boulkaïs nous nous surprîmes à citer le vers de Kateb Yacine : « Nedjma, les chameliers sont loin et la dernière étape est au Nord ». Il nous paraît résumer la destinée des Chaoui de Maukeuge. Les musulmans, qui apprennent très tôt que nul n’est prophète de son pays, sont peut-être mieux que d’autres armés pour comprendre que le lot des hommes est d’être souvent jetés vers de nouveaux rivages, fût-ce pour s’y faire mettre six pieds sous terre.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search