Version classiqueVersion mobile

L’avènement de l’école contemporaine en France

 | 
René Grevet

Deuxième partie : La naissance de l'école contemporaine

Liminaires de la deuxième partie

Texte intégral

« Parlez, et à l’instant, nous nous emparons de la génération qui court à la puberté, pour la pétrir dans le moule républicain.. »
(Pétition du département de Paris, à la Convention Nationale, 15 septembre 1793)

« On ne trouve bon que l’instituteur que l’on paye comme la bonne femme qui ne trouve bonne que la messe qu’elle a bien payée ».
(Lettre de QUENOINE, instituteur à Saint-Quentin, 10 thermidor an III, Arch. Nat. F17 1353)

« Aujourd’hui, en vertu de la loi fondamentale du 10 mai 1806, la puissance publique gouverne l’instruction et l’éducation publique par un Corps enseignant qu’elle a créé et institué pour cette fin spéciale sous le nom d’Université ».
(A. RENDU, Essai sur l’instruction publique et particulièrement sur l’instruction primaire..., Paris, 1819, p. 198)

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search