Version classiqueVersion mobile

L’avènement de l’école contemporaine en France

 | 
René Grevet

Première partie : L'affirmation de la tutelle étatique (1789-1835)

Liminaires de la première partie

Texte intégral

« La puissance publique ne peut même, sur aucun objet, avoir le droit de faire enseigner des opinions comme des vérités ; elle ne doit imposer aucune croyance. »
(Condorcet, Premier mémoire sur l’instruction publique, 1791).

« Tout pays où il n’y aura qu’une opinion sur la constitution, le gouvernement et les lois, sera préservé des dissensions civiles, ou, tout au moins, du caractère dangereux qu’elles pourraient contracter. Pour assurer d’aussi grands avantages, le gouvernement, qui veille et agit pour la société entière, doit diriger et surveiller l’instruction publique... »
(Cretet, ministre de l’Intérieur, dans son exposé de la situation de l’empire, devant le Corps législatif, 2 novembre 1808).

« Une seule solution était bonne : renoncer complètement au principe de la souveraineté de l’État en matière d’instruction publique, et adopter franchement, avec toutes ses conséquences, celui de la libre concurrence entre l’État et ses rivaux, laïques ou ecclésiastiques, particuliers ou corporations. C’était la conduite à la fois la plus simple, la plus habile et la plus efficace. Elle réduisait tous les adversaires de l’Université au silence... »
(François Guizot,
Mémoires pour servir à l’histoire de mon temps, t. III, Paris, 1860, p. 102).

© Presses universitaires du Septentrion, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search