Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un genre universitaire : le rapport de soutenance de thèse

 | 
Claudine Dardy
, 
Dominique Ducard
, 
Dominique Maingueneau

Troisième partie. Représentations et énonciation

Chapitre 2. Une certaine idée de la thèse

Texte intégral

1Quel est le modèle de référence, c’est-à-dire la représentation exemplaire de la notion de thèse, permettant de développer l’activité de jugement des membres du jury ? En quoi avons-nous affaire à ce que nous pourrions appeler en termes kantiens une « typique du jugement » ? C’est-à-dire quel est le procédé par lequel on détermine si un cas particulier est ou non conforme à la notion de référence ? Pour essayer de répondre à cette interrogation, nous partirons du concept de type dans la théorie des opérations énonciatives. La question peut, dans cette perspective, se reformuler ainsi : quelle est la représentation d’une « vraie thèse » ? Ou encore : quelle est l’idée de thèse, en tant que possible imaginaire, qui fait que telle occurrence particulière de thèse peut être dite conforme au type idéal car elle en posséderait les propriétés définitoires ?

2Rappelons brièvement que la représentation métalinguistique du type, dans la théorie des opérations énonciatives, est envisageable à partir de l’analyse de la construction du domaine notionnel, ici celui de la ‘thèse’. La structuration topologique d’un domaine notionnel se représente en théorie comme un espace délimité par une frontière en un intérieur (ce qui est propre au domaine P) et un extérieur (ce qui est hors du domaine P ou P’).

Construction et propriétés d’un domaine notionnel

Construction et propriétés d’un domaine notionnel

3L’activité intersubjective d’énonciation consiste, par identification et différenciation, à construire dans le discours certaines valeurs référentielles des occurrences de la notion (tel et tel cas de thèse) identifiables à des propriétés du prédicat, ici ‘être une thèse’. Un type abstrait se dégage ainsi, qui fonctionne comme le centre organisateur du domaine par rapport auquel s’établit une relation de conformité, étant donné l’établissement d’un certain accord, préconstruit ou négocié.

Une thèse est une « thèse » est une thèse

4L’une des formes de reconnaissance de ce qui a valeur de type, c’est-à-dire l’opération d’identification d’une occurrence (un cas de) avec la représentation imaginaire de l’exemplarité, est la forme apparemment tautologique « c’est une thèse thèse », paraphrasable en « une thèse vraiment thèse », « une thèse qui est vraiment une thèse », « une vraie thèse » (« une vraie de vraie »), « ce qu’on appelle une thèse »,... Le relevé des énoncés qui assertent explicitement cette identification fait apparaître une distinction entre deux valeurs référentielles du terme « thèse » selon que celui-ci désigne le document écrit relevant de la catégorie générique du même nom ou qu’il signifie la « thèse » posée, c’est-à-dire la proposition théorique problématisée et argumentée dans le texte, qui en est l’amplification et la démonstration, et que le thésard doit soutenir lors de sa présentation orale.

5Nous retiendrons d’abord deux exemples qui se rangent clairement dans la première catégorie. Le premier, qui ne comprend pas l’expression de l’exemplarité, compare de façon négative l’une des propriétés de la thèse en question avec un standard différent, soulignant en cela la qualité, par excès, de celle-ci :

« Ce travail frappe ensuite par son volume. Sans doute le poids ou le nombre de signes ne sauraient-ils constituer des critères d’évaluation scientifique. Il demeure que si l’on reprend la division longtemps pratiquée en France entre thèse de troisième cycle et thèse d’État, c’est plutôt à cette seconde que s’apparente ce travail, qui déborde largement ce qu’il est convenu d’attendre d’un doctorat nouveau régime. »

6Le second exemple montre l’adéquation entre la thèse et une image idéale dont la définition est supposée partagée par une instance énonciative désignée comme un collectif de spécialistes. La reprise métalinguistique, qui ne mentionne que l’origine énonciative sans thématiser le prédicat, vaut alors comme un argument d’autorité.

« R exprime sa satisfaction de voir une vraie thèse de stylistique, au sens où les « nouveaux stylisticiens » l’entendent aujourd’hui. »

7L’exemple suivant, où la reprise métalinguistique a un réel caractère de définition, expose les propriétés de la thèse (au sens 1), qui doit être une mise en œuvre d’une thèse (au sens 2) et faire ainsi la preuve de compétences spécifiques : présence d’hypothèses, affirmation d’un point de vue, argumentation fondée sur un effet de convergence des arguments, perspective multidisciplinaire.

« R relève enfin une des qualités majeures du travail présenté : il s’agit d’une vraie thèse au sens où le candidat est réellement porteur d’une série d’hypothèses et d’un point de vue. Il réussit à défendre et argumenter sa thèse avec succès en mobilisant un faisceau d’explications et en mettant en perspective des approches différentes (histoire, micro et macro-économie, sociologie des comportements, analyse biographique...). »

8Une autre intervention pointe également la valeur probante du travail effectué en conformité avec le caractère innovant de toute thèse (sens 1 et 2) digne de ce nom dans le champ du savoir. La figure de l’altérité par rapport à un domaine existant est significatif de la représentation dynamique de la connaissance scientifique et du mouvement permanent de renouvellement des concepts opéré par la recherche.

« R déclare qu’il s’agit d’un travail monumental, et d’une vraie thèse, qui renverse le savoir habituel [...]. »

9C’est ainsi qu’une thèse en linguistique est présenté comme un « travail monumental et exemplaire », parce qu’il associe la tradition lexicographique aux problématiques récentes de la sémantique. Ce type de jugement est également formulé par un autre membre du jury qui insiste sur le caractère novateur de la thèse.

« Cette manière d’articuler dans l’étude des textes les données linguistiques et l’histoire des mentalités ouvre la voie à une nouvelle philologie. Les outils nouveaux appelaient un nouveau contenu. C’est ce nouveau contenu que la thèse de D commence à construire. »

10L’innovation, apparentée à la fameuse rupture épistémologique dont Bachelard faisait l’instrument de mesure de l'avancée dans la science, apparaît ainsi comme la visée essentielle de l’entreprise intellectuelle du chercheur.

« Il faut également admirer l’effort intellectuel accompli par l’auteur, qui ne laisse aucun point dans l’ombre, et a su quitter les sentiers battus pour tracer une nouvelle voie. Ce faisant, il a œuvré selon le meilleur esprit scientifique : création d’une nouvelle méthodologie – et donc d’un nouvel objet – à partir d’une réflexion critique. »

11La thèse (proposition théorique) avancée est l’objet d’une appréciation qui porte sur les moyens déployés pour faire la preuve de sa validité et emporter l’adhésion. Parmi les critères épistémologiques qui font de la thèse (1) une véritable démonstration de la thèse (2) se trouvent en bonne place le caractère empirique de la recherche et la révision de la littérature concernant le secteur du savoir. Dans ce cas nous pouvons entrevoir des distinctions, qu’une étude comparative pourrait mettre en relief, selon les disciplines dans le coefficient de pondération affecté à différentes variables (empiricité, exhaustivité, érudition,...).

« On voit qu’il s’agit d’une thèse, à proprement parler. Celle-ci est convaincante car elle s’appuie sur l’étude empirique des pratiques de formation des futures élites à partir de sources nouvelles et qu’elle impose une relecture critique de travaux antérieurs. »

  • 1 Voir supra, à compléter par la référence suivante : Paul Larivaille, « L’analyse (morpho)logique du (...)

12La coïncidence entre la thèse (l’œuvre) et la thèse (proposition théorique) peut être conçue comme l’effet d’un processus de réalisation et de mise en forme d’une hypothèse initiale et comme le résultat d’une formation du chercheur qui passe alors, dans les termes de l’analyse logique du récit1, à une phase d'affirmation, énoncée lors de l’épreuve de la soutenance, même s’il aura, comme cela est indiqué ici, à accomplir une confirmation, par le mode d’intellectualisation exigée par la pensée scientifique, pour trouver son salut avant une éventuelle glorification.

« Après une courte délibération, les membres du jury s’accordent pour attribuer la mention « Très honorable ». Elle leur paraît bien correspondre à l’appréciation portée sur le candidat : un chercheur dont le potentiel est évident, capable de proposer et d’élaborer une « thèse » (au sens plein du mot), dans un domaine où il a commencé à marquer sa place. Il manque encore un effort de conceptualisation et de modélisation que l’on sent tout à fait à la portée du candidat. »

Un domaine qualifié

13Les énoncés relevés à partir des expressions de la typicité développent rarement les critères permettant de définir celle-ci en intension. Nous devons rechercher ceux-ci dans les opérations de qualification dont les marqueurs sont des prédicats déterminés par un système de valeurs. Nous retrouvons donc ces valeurs dans les qualifications explicites dont la thèse fait l’objet. Nous pouvons ainsi esquisser, par rassemblement et confrontation, une image de la thèse idéale et proposer une liste des principales propriétés qui la définissent. Afin de rendre compte de cette schématisation, nous avons procédé à un relevé systématique des expressions de la qualité dans un échantillon des thèses consultées, appartenant à des secteurs disciplinaires variés, et nous les avons classées selon trois champs, qui se recoupent et se complètent inévitablement :

  • Champ de l’épistémologie et de la méthodologie : prédicats du terme ‘thèse’, de ses équivalents ou composants, en tant que document attestant un travail de recherche et produit de l’élaboration d’une forme de connaissance spécifique ;

  • Champ de la compétence intellectuelle : prédicats du terme ‘auteur’ (chercheur) ;

  • Champ de la compétence linguistique et communicationnelle : prédicats du terme ‘auteur’ (scripteur) ou de son expression (parfois l’interlocuteur et la qualité de ses réactions aux sollicitations du jury).

  • 2 Annexe A, p. 119-123.
  • 3 Afin de préserver, dans la mesure du possible, l’anonymat des travaux cités, nous avons remplacé ce (...)

14À titre d’illustration, nous présentons en annexe2 – en évitant les répétitions et les redondances inhérentes à un genre favorisant l’utilisation de lieux-communs et l’emploi de formulations appartenant à de grandes familles paraphrastiques – un répertoire récapitulant de façon simplifiée les qualifications, positives et négatives, dans quatre rapports de thèse, les deux premiers en sciences de l’information et communication, le troisième en sociologie et le quatrième en linguistique.3 En règle générale, l’évaluation vise essentiellement les qualités dans le champ épistémologique et méthodologique et le positif l’emporte sans conteste sur le négatif. Les appréciations portant directement sur les compétences du doctorant, habituellement dans une rhétorique de l’éloge, sont beaucoup plus rapides – la priorité dans la louange allant à l’œuvre réalisée –, et celles concernant plus spécialement les compétences du rédacteur sont souvent succinctes et stéréotypées (clarté, rigueur, précision...).

15Une fois ramenés, par paraphrase et réduction, aux prédicats essentiels, les énoncés du répertoire constitué dans le premier champ d’investigation, qui nous intéresse en premier lieu, peuvent se regrouper sous six qualités caractéristiques de la thèse-type, qui joue alors le rôle d'attracteur (un idéal de thèse) :

  • ampleur de l’investigation empirique ;

  • pertinence de l’analyse ;

  • connaissance de la littérature concernant le domaine d’investigation ;

  • intérêt de la contribution pour la communauté scientifique ;

  • originalité de la thèse (proposition théorique) ;

  • ouverture disciplinaire.

16Nous considérerons comme un signe du temps la reconnaissance positive, comme un appel entendu, de l’ouverture à différents secteurs du savoir et de la confrontation disciplinaire, avec cependant un certain souci de délimitation du domaine de recherche, notamment par le respect d'une méthodologie propre et par la connaissance des théories de référence.

« Voici donc, dans l’ensemble, les compliments que l’on peut adresser à l’auteur d’une thèse monumentale et stimulante, par son côté hétérodoxe, quoique respectant scrupuleusement les méthodologies en vigueur dans l’histoire. Mais D semble avoir réellement voulu mettre en œuvre ce statut annoncé de « carrefour épistémologique » d’une histoire « ouverte », science sociale où circule un air frais, celui des concepts et d’idées qui peuvent prendre naissance ailleurs et trouver ici pleinement leur place et leur sens. »

17Nous signalerons, non sans malice, un autre lapsus calami qui semble pointer que ce vœu, salutaire scientifiquement, peut être contrarié par l’inquiétude du savant et de l’universitaire garant d'un certain ordre du savoir et gardien des frontières de son territoire.

« [...] la candidate a réalisé une étude [...] de premier ordre, stimulante quant à la méthodologie adoptée et remarquable quant aux résultats paroissiaux (sic) et généraux obtenus. »

Notes

1 Voir supra, à compléter par la référence suivante : Paul Larivaille, « L’analyse (morpho)logique du récit », Poétique 19, 1974, Paris, 368-388,

2 Annexe A, p. 119-123.

3 Afin de préserver, dans la mesure du possible, l’anonymat des travaux cités, nous avons remplacé certaines références par les termes suivants : problème, phénomène, document, ouvrage.

Table des illustrations

Titre Construction et propriétés d’un domaine notionnel
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/51751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.