Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un genre universitaire : le rapport de soutenance de thèse

 | 
Claudine Dardy
, 
Dominique Ducard
, 
Dominique Maingueneau

Troisième partie. Représentations et énonciation

Chapitre 1. La vie imaginée du thésard

Texte intégral

Le salut du candidat

  • 1 Voir Claudine Dardy, Un rite d'aujourd'hui (Première partie).

1La performance qu’est la soutenance de thèse marque l’aboutissement d’un projet dont le terme symbolique est l’entrée dans le monde des chercheurs attitrés ; elle se présente comme une sorte de rite d’initiation1 où le postulant est invité à évaluer le chemin parcouru, les épreuves subies, parfois les sacrifices consentis, les renoncements et les joies d’une entreprise enfin achevée où l’acte final marque à la fois une clôture et un commencement. Accueil et séparation sont ainsi présents dans ce lapsus calami relevé en conclusion d’un rapport qui se referme par cette sorte d’envoi reprenant la parole d’ouverture.

  • 2 R notera le rapporteur et D le doctorant.

« R2 termine donc comme il a commencé : en exprimant ses plus vives salutations (sic) à D. »

2À la satisfaction exprimée en introduction répondent des félicitations traduites en une formule de salut, en écho à la déclaration performative émise par le jury après délibération. L’impétrant s’entend alors, conformément au protocole discursif, attribuer de vive voix le titre de docteur.

« Après avoir délibéré, le jury déclare D digne du titre de Docteur... »
« Après délibération, le jury décerne à D le titre de docteur... »
« M. [président du jury] proclame au nom du jury M. D docteur de l’université... »

3Il faut noter que la formulation rituelle est parfois remplacée par l’énoncé du seul accord du jury sur la mention accordée. Le texte transcrit de la proclamation prend alors les allures d’une didascalie mentionnant plutôt la décision prise dans les coulisses que la parole adressée à l’acteur concerné.

« Après une courte délibération, les membres du jury s’accordent pour attribuer la mention « Très honorable ». »
« Après les dernières réponses du candidat, le jury se retire et décide d’accorder au travail présenté la mention très honorable, avec les félicitations. »

4Parfois, de façon analogue à la notation de l’événement dans un compte-rendu chronologique, le nom de la séquence est indiqué avant que ne soit rapporté le contenu de la décision. On trouve ainsi en retrait, après les propos du dernier rapporteur la notation « Délibération du jury » ou encore, plus précis sur l’action, « Le jury se retire à 17 heures 15 ». On remarquera sur ce point l’ambiguïté des énoncés suivants, entre le discours rapporté et la transcription de la formule effectivement prononcée à l’adresse du candidat.

« Après délibération, le jury prononce l’admission de D au grade de Docteur... »
« Après avoir apprécié les réponses du candidat aux questions et critiques du jury, celui-ci accorde à D la mention Très honorable... »

5L’ambiguïté se double dans ce dernier cas d’un raccourci qui fait se succéder les réponses supposées du candidat et le jugement de clôture, d’autant plus étrangement ici que le texte est immédiatement précédé de la didascalie signalant la suspension de la séance pour la délibération du jury.

À la recherche du chercheur

6De ce candidat, nommé parfois impétrant, il est surtout question dans les propos des rapporteurs. La présentation qu’il doit faire de son travail et qui inaugure les prises de parole successives est rarement résumée. Ses interventions sont très peu mentionnées, ou alors très brièvement, avant tout dans l’appréciation, plutôt rapide, de la pertinence, de la justesse ou de la précision des réponses – d’autant plus appréciées qu’elles s’accompagnent d’un certain sens critique – qu’il apporte aux interrogations des membres du jury.

« À toutes les questions posées la candidate répond avec sûreté et pertinence. »
« Le candidat répond avec calme et pertinence. »
« Il faut faire l’éloge de la soutenance, où les réponses aux questions et objections étaient toujours claires, pertinentes, et surtout honnêtes. »

7La personne du candidat est essentiellement l’objet du discours d’un autre, non seulement parce qu’il en est la référence obligée, mais aussi parce qu’il vient incarner un type idéal et des valeurs liées à l’imaginaire de la communauté des chercheurs. Les discours des experts-juges sont ainsi l’occasion d’évoquer, face au représentant d’images fantasmées, quelques figures de la vie imaginée du chercheur, dans sa phase d’initiation, en quête d’une reconnaissance. La recherche est aussi une recherche de soi-même. À cet égard, nous pouvons utiliser le modèle du schéma canonique du récit tel que l'a élaboré A.-J. Greimas pour l’appliquer à notre objet d’étude, de façon élémentaire mais tout à fait évidente dans le cas présent, et souligner ainsi l’imaginaire de la quête et du désir d’accomplissement.

8Considéré comme un cadre général pour toute sémiotique de l’action, le schéma canonique conjoint les sphères de la manipulation, de la compétence, de la performance et de la sanction. Dans sa forme la plus simple, on le présente comme la combinaison d’un contrat-manipulation (destinateur manipulateur ou judicateur – destinataire sujet de l’action) avec une action – dont les composantes sont la compétence, la performance et la conséquence –, suivie d’une sanction. Nous pouvons déjà entrevoir comment se projettent sur l’univers de signification qu’est la thèse les éléments de demandes, de propositions, de tractations et de négociations diverses qui initient l’entreprise et engagent le postulant dans une première relation modalisée (par le vouloir / pouvoir / devoir / savoir faire) avec l’actant qu’est le directeur de thèse (à la fois manipulateur et judicateur). Nous avons ainsi rencontré une allusion à un échec du contrat inaugural entre le doctorant et celui ou celle qui accepte la direction du travail de thèse : il est question d’une thèse longuement abandonnée pour des raisons de conflit avec son premier directeur de thèse. Retenons pour l’essentiel l’intentionnalité et le projet de vie qui se manifestent dans les énoncés qui font allusion à ce grand code du récit.

  • 3 A.-J. Greimas, J. Courtès, « Narratif (schéma) », Sémiotique, dictionnaire raisonné de la théorie (...)

9« En effet, disent Greimas et Courtès, le schéma narratif constitue comme un cadre formel où vient s’inscrire le « sens de la vie » avec ses trois instances essentielles : la qualification du sujet, qui l’introduit dans la vie ; sa « réalisation » par quelque chose qu’il fait ; enfin la « sanction » – à la fois rétribution et reconnaissance – qui seule garantit les sens de ses actes et l’instaure comme sujet selon l’être. Ce schéma est suffisamment général pour autoriser toutes les variations sur ce thème : considéré à un niveau plus abstrait et décomposé en parcours, il aide à articuler et à interpréter différents types d’activités, aussi bien cognitives que pragmatiques. »3

10La fonction du schéma narratif, succinctement évoquée quand le candidat est invité à rappeler la « genèse » de son projet, est donc de construire le sens de l’action rétrospectivement, à partir de la fin du parcours. Les circonstances fournies par le moment de la soutenance, séquence de la sanction attendue et souhaitée avec appréhension comme une délivrance à venir, permettent aux chercheurs de revenir, lors de ce qui est considérée comme l’une des étapes récapitulatives, sur ce qui constitue certaines images d’un cheminement plein d’obstacles. Nous esquisserons la schématisation de ce parcours à partir des quelques indices que sont les jugements appréciatifs, ici plus particulièrement ceux des directeurs de thèse, ou les interrogations du jury et les réponses du candidat. Le parcours effectué est le plus souvent décrit comme une progression laborieuse et inégale, faite d’avancées et de reculs, sur un rythme irrégulier, gage d’une pensée en cours d’élaboration et d’un apprentissage méthodologique.

« R, Directeur de la recherche, commence par rappeler combien la préparation de cette Thèse fut pour D une longue aventure, et même, comme il l’écrit lui-même, « un cheminement long et sinueux ». Il a fallu remettre sur le chantier, sinon des versions successives, du moins des ébauches qui par bien des aspects étaient loin de la version actuelle. La pensée, délibérément transdisciplinaire, s’est affirmée progressivement... »
« R, directeur de thèse de D, souligne tout le plaisir qu’il a à pouvoir procéder à cette soutenance qui marque la fin d’une aventure comparative internationale à laquelle par moments il a lui-même participé. »

11Si l’aboutissement est toujours le signe d’un premier accomplissement, le passage d’un sujet virtuel à un sujet actuel puis réalisé (selon la terminologie de la sémiotique narrative), la transformation opérée sur ce sujet peut s’apparenter à un changement de vie.

« Ayant été témoin d’une partie de ce parcours – témoin éclairé des conséquences –, R dit sa satisfaction de voir le travail aboutir et porté à son terme alors même que cette véritable reconversion était pour le moins intellectuellement déstabilisante. »
« L’ouvrage écrit permet d’attester que le jeune chercheur s’est bien approprié les attributs requis. »
« Le résultat témoigne que D s’est réellement doté d’une double compétence et qu’il dispose des outils qui lui permettent de mettre en œuvre ces deux approches. »
« ...un chercheur dont le potentiel est évident, capable de proposer une « thèse » (au sens plein du mot), dans un domaine où il a commencé à marquer sa place. »

12Le courage, la ténacité et la patience, qualités fréquemment citées, sont la marque de la volonté de tenir un engagement ; mais la persévérance est aussi la preuve du désir de recherche et de la motivation que l’on pense saisir chez celui qui renvoie l’image spéculaire, traitée en emblème de l’idéal commun, d’une passion partagée.

« R rappelle que cette thèse a été écrite par D en même temps qu’il travaillait [...] ce qui témoigne d’un fort désir de recherche... »
« ...thèse qui représente précisément une opération très peu fréquente d’un changement assez net de perspective sur une masse de matériaux longtemps, patiemment et scrupuleusement accumulés, au cours d’une dizaine d’années de recherche par un jeune chercheur visiblement passionné par son objet. »
« C’est dire l’ambition de cette thèse qui, on le sent, surgit d’un questionnement qui tient profondément à cœur au candidat. »
« En second lieu R s’interroge sur l’inconscient du candidat, sur son rapport au savoir, sur son désir de savoir. »

13Si nous pouvons lire dans un rapport que « Le chercheur parfait serait une espèce de nouveau Pic de la Mirandole », ce modèle d’érudition et d’humanisme ne serait pas satisfaisant, comme nous le rappelle exemplairement un autre, sans « un sentiment d’insatisfaction permanente qui est la marque des vrais chercheurs ». Terminons cette esquisse du chercheur type, dont les traits signalés relèvent d’une psychologie empreinte de moralisation, par un jugement critique frustrant le sujet dont l’ambition est déçue.

« R considère que le projet de thèse relève d’une grande audace : rien de moins que de s’aventurer [...] sur une face Nord de l’histoire de la Pensée Économique où les plus grands ont parfois échoué. Mais il voit dans la réalisation du travail une excursion beaucoup plus timide [...]
En conclusion, R souligne le caractère personnel d’un travail mené sans doute d’une manière un peu solitaire. »

14La conclusion peut laisser entendre que la défection du sujet est à mettre au compte d’un manquement au contrat initial entre le doctorant et son directeur-guide ; elle signifierait alors ce que l’on sait sans le dire : le manipulateur-judicateur est partie prenante dans l’évaluation et participe, en tant que sujet destinataire lui aussi, à la sanction du parcours narratif.

Notes

1 Voir Claudine Dardy, Un rite d'aujourd'hui (Première partie).

2 R notera le rapporteur et D le doctorant.

3 A.-J. Greimas, J. Courtès, « Narratif (schéma) », Sémiotique, dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Hachette Université, Paris, 1979.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.