Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un genre universitaire : le rapport de soutenance de thèse

 | 
Claudine Dardy
, 
Dominique Ducard
, 
Dominique Maingueneau

Troisième partie. Représentations et énonciation

Préalables. Objet et Méthode

Texte intégral

  • 1 Notre étude repose sur un examen approfondi de 14 RST en sciences humaines et sciences sociales de (...)

1Le rapport de thèse1, qui réunit en fait – de plus en plus souvent par simple juxtaposition – les textes écrits élaborés par chaque membre du jury, constitue le document central dans la procédure d’évaluation sélective d’un travail de recherche conduisant à l’attribution du titre universitaire de docteur, signifiée par une formule de clôture conventionnelle déclarant le résultat de la délibération. En cela il se présente comme un véritable montage (à la fois assemblage et élaboration secondaire) propre au cadre institutionnel universitaire. L’intervention de chaque acteur de la cérémonie qu’est la soutenance et dont le texte écrit est censé rendre compte, rapporte une lecture critique, énonce des jugements et des appréciations fondés sur une lecture dont l’objet est à la fois de présenter le travail du candidat et de questionner celui-ci afin de les mesurer tous deux à l’aune de représentations relatives à l’activité de recherche et à ses modes de réalisation et de présentation. Les discours du jury et les textes qui les traduisent sont ainsi à la fois régulés par les formes d’échanges qu’autorise la situation et réglés par des normes supposées et des attentes. La soutenance est aussi une occasion pour l’instance énonciative des enseignants-chercheurs de légitimer certaines de ses fonctions, notamment dans le champ de la connaissance scientifique, de valoriser la place de la recherche dans l’institution, de transmettre et de perpétuer un discours qui participe de l’ordre de la raison (ce que Pierre Legendre appelle « l’univers dogmatique » des connaissances, règles, lois et normes d’une société).

  • 2 Le postulat que partagent les membres du Centre de Recherches Sémiologiques est le suivant : « On n (...)
  • 3 Jean-Blaize Grize, « Sémiologie et langage », Approches sémiologiques dans les sciences humaines, o (...)
  • 4 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Éd. Payot, Paris, 1971, p. 33.
  • 5 Ibidem.

2Notre objectif sera donc de mettre en évidence les représentations qui apparaissent à travers les formes textuelles, interprétées alors comme des traces de positions et d’instances énonciatives attribuables à des places imaginaires ou à des autorités symboliques. Notre principale référence sera, pour la méthode d’analyse, la théorie des opérations énonciatives développée par A. Culioli. Précisons que dans le cadre linguistique strict de cette théorie, l’énonciation est définie comme l’activité de production et de reconnaissance interprétative des énoncés par les sujets. L’analyse ne propose pas directement une interprétation des représentations, elle traite des agencements signifiants constitués par la mise en forme de ces représentations, correspondant à ce que l’école sémiologique de Neuchâtel nomme la schématisation2, soit les configurations discursives qui montrent et donnent à comprendre certaines images propres à l’énonciateur et à son univers sémiotique. « À l’aide du langage, le locuteur produit, selon J.-B. Grize, une schématisation, il la propose, il la présente à l’interlocuteur, lequel la reproduit plus ou moins fidèlement. Comment cela se passe-t-il ? Par des opérations logico-discursives, des opérations qui permettent à la pensée de se manifester à travers le langage. »3 La sémiologie ainsi comprise rejoint le projet saussurien d’une « science qui étudie la vie des signes au sein de la vie sociale »4 et qui serait partie intégrante d’une psychologie sociale. À ceci près que l’étude psychologique en tant que telle est extrinsèque au champ sémiologique proprement dit. « Ce qui n’implique pas, précise J.-B. Grize, qu’il ne la faille pas rattacher à la pensée dans son exercice. »5 L’intermédiaire obligé de toute interprétation est de ce fait un système de représentations et de connaissances théoriques qui est remis en jeu dans chaque analyse. Cette position est similaire à celle adoptée par A. Culioli pour qui, avons-nous dit, l'activité signifiante de langage est la faculté de produire et d’interpréter un texte. Le langage, de ce point de vue, n’est observable qu’à travers des suites textuelles (graphiques ou phoniques), produites et comprises par des énonciateurs. Mais là où le linguiste de l’énonciation vise à représenter les opérations sous-jacentes aux formes linguistiques, c’est-à-dire l’activité de langage en tant que telle, le sémiologue, en tout cas celui de l’école de Neuchâtel, que nous suivrons en partie ici, s’intéresse à des situations et des activités de discours et doit rendre compte des marques d’appartenance des textes à des champs culturels et sociaux.

  • 6 Georges Vignaux, Le Discours acteur du monde, Énonciation, argumentation et cognition, Ophrys, 1988 (...)

3« D’où ce jeu effectivement rhétorique – au sens des « genres » et des « effets » de discours –, dit G. Vignaux, et qui va instaurer des rapports ainsi marqués entre individus ou communautés sociales sous la forme autant de conventions discursives que de créations langagières permanentes. Du côté de la communauté sociale, il s’agira des règles – « mises en forme » expressives voire « lexiques » – assurant la reconnaissance et l’acceptabilité et donc les modalités d’inscription des discours dans des champs socioculturels déterminés. Du côté des conventions discursives, cela prendra forme de modes de « blocage » du sens à l’intérieur de jargons voire de « styles » ou de « vocabulaires ». Du côté enfin, de la création langagière, il s’agira de ces productions que permet sans cesse le langage, en composition avec les régularités qui le fondent structurellement. »6

 

4Nous verrons que si nous partons de ces principes, notre étude ne se prive pas de recourir à d'autres modèles, comme celui de la sémiotique narrative que nous utiliserons sommairement. Nous avons sélectionné pour notre étude quelques entrées qui nous semblent significatives d’un genre de discours, indicatives de ce que nous avons appelé des positions ou des instances énonciatives et typiques de l’image des acteurs et des actions en présence.

Notes

1 Notre étude repose sur un examen approfondi de 14 RST en sciences humaines et sciences sociales de ces dernières années (1995-200) : 2 en linguistique, 2 en stylistique, 1 en langue et littérature, 2 en sociologie, 2 en économie, 1 en sciences de l’éducation, 4 en sciences de l’information et de la communication.

2 Le postulat que partagent les membres du Centre de Recherches Sémiologiques est le suivant : « On ne raisonne jamais sur les choses mais sur les signes qui sont mis à leur place et on ne communique pas sans signe » (J.-B, Grize, Un signe parmi d’autres, Neuchâtel : Attinger 1992, p. 18).
« Sur la base de ce postulat, précise Denis Miéville, ils [les collaborateurs du Centre] s’efforcent de mettre en évidence les opérations logico-discursives qui permettent de façonner, ou de modifier progressivement un objet de connaissance. Ainsi ont-ils été conduits à considérer tout texte, d'une part, comme signe des activités qui l’ont construit et, d’autre part, comme signe de la réalité qu’il schématise. » (« Avant-propos », Approches sémiologiques dans les sciences humaines, publié sous la direction de Denis Miéville, Éd. Payot, Lausanne, 1993, p. 7).

3 Jean-Blaize Grize, « Sémiologie et langage », Approches sémiologiques dans les sciences humaines, op. cit., p. 40.

4 Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, Éd. Payot, Paris, 1971, p. 33.

5 Ibidem.

6 Georges Vignaux, Le Discours acteur du monde, Énonciation, argumentation et cognition, Ophrys, 1988, p. 163.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.