Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un genre universitaire : le rapport de soutenance de thèse

 | 
Claudine Dardy
, 
Dominique Ducard
, 
Dominique Maingueneau

Deuxième partie. Un genre de discours

Chapitre 2. Les composants du genre1

Texte intégral

Finalité

  • 1 Nous reprenons ici les composants évoqués dans notre livre, Analyser les textes de communication, (...)

1Comme tout genre de discours, le RST vise un certain type de modification de la situation dont il participe. La finalité explicite du RST est d’évaluer une thèse de doctorat et la prestation du candidat lors de la séance de soutenance à laquelle elle a donné lieu ; cette évaluation est consignée dans un document qui permet à d’autres agents de l’institution d’évaluer l’aptitude d’un postulant à y occuper un poste lié à la recherche. Le doctorat constitue en effet une sorte de ticket d’entrée pour le monde académique.

2Mais la finalité du RST pose les mêmes problèmes qu’habituellement dans les sciences sociales : la question de la divergence entre finalité explicite et implicite : le RST ne sert pas seulement à évaluer des aptitudes, pour ses scripteurs c’est aussi, on l’a vu, une manière de gérer leurs relations avec les collègues de leur discipline.

Lieu

3La détermination du lieu légitime de soutenance n’est pas une contrainte « extérieure » mais constitutive de genres institutionnels tels que le RST. Si un prêtre dit une messe sur une place publique, il s’agit d’un lieu illégitime pour cette activité discursive ; de ce fait, la transgression peut faire sens, libérer des sous-entendus : il peut s’agir par exemple de signifier que l’Église doit « s’ouvrir au monde ». La séance de soutenance elle aussi est soumise à des contraintes réglementaires : elle doit se tenir dans les locaux universitaires, que l’on peut définir sur des bases juridiques. Pour le RST, en revanche, la notion de « lieu » prend un tour plus abstrait : le RST a pour « lieu » non son lieu empirique de production (les membres du jury peuvent le rédiger à la plage aussi bien que dans leur bureau) mais son espace d’archivage et de circulation : il y a un lieu juridique d’origine (l’université où la thèse a été soutenue) qui garde la mémoire du rite de passage sous la double forme d’un registre des thèses soutenues et du texte du RST, dont l’original est conservé par l’université et une copie donnée au candidat (ce ne fut pas toujours le cas : longtemps le candidat a ignoré le contenu de son rapport) ; il y a aussi un espace où le RST a un pouvoir d’action, celui des commissions diverses qui vont s’appuyer sur lui pour accorder ou non un certain statut au postulant.

Temporalité

4La temporalité d’un genre de discours implique plusieurs axes :

  • 2 Pour des raisons qu’il reviendrait à un sociologue d’étudier, certains chercheurs sont de véritabl (...)
  • 3 Voir les travaux d’O. Hagstrom The scientific community, New York, Basic Books, 1965.

5• Une périodicité : le RST ne s'inscrit pas dans le temps de la même manière pour les membres du jury et pour le candidat. C’est une occurrence « singulière » pour l’auteur de la thèse, qui, sauf exceptions, ne passe qu’une seule thèse dans une discipline donnée, mais « itérative » pour les membres du jury, qui, à priori, siègent à de multiples reprises dans des jurys au cours de leur carrière. Néanmoins, la durée des intervalles entre leurs diverses participations est extrêmement variable ; pour certains la participation à des jurys est une activité coutumière, pour d’autres elle est exceptionnelle2. En réalité, il faut distinguer deux niveaux de temporalité : local et global. La participation à un jury, et par conséquent la rédaction d’un RST, entre dans une temporalité globale, que l’on peut comparer à la distinction entre une « conversation » singulière et une « histoire conversationnelle » (Golopentja 1988), qui résulte de la superposition des conversations antérieures avec les mêmes interactants. Comme les membres des jurys « tournent » d’un jury à l’autre, échangeant leurs rôles (le président devient directeur, le rapporteur devient directeur, etc.), c’est souvent à ce niveau que se décident les attitudes : si dans un jury antérieur, X a vu sévèrement critiquer par Y un chercheur dont X dirige la thèse, cela peut influer sur la manière dont X va participer à un jury dont le candidat serait un étudiant de Y. Phénomène qui peut aussi jouer de manière prospective : un membre du jury peut être incité à faire un rapport prudent pour ne pas indisposer quelqu’un qu'il sait siéger le mois suivant avec lui dans le jury d’un thésard qu’il dirige. L’englobant de ce système de relations est l’ensemble du monde universitaire, conçu comme un vaste système d’échanges de reconnaissance de notoriété3, un système qui de plus en plus a une dimension internationale.

6Le RST n'est donc pas insulaire, ce n’est qu’un nœud dans un vaste réseau. L’accès au statut de membre d’un jury est la conséquence d’une invitation, qui peut créer une obligation d’un côté ou de l’autre : si, alors qu’on dispose d’un fort capital de notoriété, l’on a accepté de participer à un jury peu gratifiant, cela crée une dette chez l’invitant ; en revanche, si l’on est convié à un jury gratifiant, cela crée une dette chez l’invité. Bien souvent les obligations s’équilibrent, s’il y a invitation réciproque à des jurys de prestige moyen. Il se produit alors des effets rétroactifs des RST sur la participation aux jurys : certains, qui sont réputés rédiger des rapports sévères, n’ont pas les mêmes possibilités de circulation que d’autres, réputés indulgents.

7• Une durée de déroulement : composante essentielle de la compétence communicative, la compétence générique indique approximativement quelle durée exige l’accomplissement d’un genre de discours. Certains genres impliquent même la possibilité de plusieurs durées : un journal quotidien distingue au moins deux durées de lecture des articles qui le composent : le simple relevé des éléments détachés en gras et en capitales, suivi éventuellement d’une véritable lecture du texte. Aucun texte ne réglemente la longueur d’un RST, mais il existe des usages qui la contraignent de facto. Pour les scripteurs cette longueur résulte d’un ajustement entre deux nécessités : 1) celle de produire un texte suffisamment informatif pour être utilisable ultérieurement par les commissions qui auront à l’exploiter ; 2) celle de ne pas y consacrer trop de temps. La rédaction d’un RST constitue en effet une activité perçue comme coûteuse en temps et le plus souvent ennuyeuse ; elle entre dans la catégorie des « corvées » liées au statut : des activités non rémunérées et d’une faible visibilité institutionnelle. Au début, le RST était rédigé par un rédacteur unique ; à présent, le membre du jury qui a été désigné comme responsable du RST se contente de juxtaposer les différentes interventions. Cette nouvelle pratique a eu pour effet d’augmenter sensiblement la longueur des rapports ; en effet, chacun rédige aisément deux ou trois pages, qui, en s’additionnant, peuvent en faire une quinzaine. On court ainsi le risque d’aboutir à des textes qui sont perçus comme « indigestes » par ceux qui sont en charge de les lire pour en extraire des informations. La nécessité d'ajuster informativité et coût, pour le rédacteur comme pour le lecteur, aboutit à l’établissement d’une norme tacite : chaque membre du jury rédige une contribution qui le plus souvent tourne autour de deux pages.

8• Une durée de périmation attendue : un magazine est censé lisible (actuel) pendant une semaine, un journal l’espace d’une journée, mais la Bible ou l’Odyssée, pour des raisons différentes, passent pour indéfiniment lisibles. Le RST a une durée de périmation très lente ; c’est d’ailleurs ce que redoute le doctorant et ce qui amène nombre de membres des jurys à euphémiser considérablement les propos qu’ils ont pu tenir au cours de la soutenance. Le RST est détenu par l’université où a lieu la soutenance ; une fois qu’il est archivé, il ne peut être détruit ni réécrit.

9En fait, cette durée de périmation n’a d’importance que si l’intéressé a besoin de fournir son rapport, pour changer de lieu ou être promu : sinon, le texte du RST demeure dans les archives, à l'abri des regards. En outre, le poids qui lui est accordé diminue au fil du temps, pour peu que l’intéressé accroisse significativement son volume de publications et sa notoriété : un chercheur qui a fait ses preuves a beaucoup moins à craindre d’un RST défavorable qui date du début de sa carrière, alors que ce n’est pas le cas pour un postulant à l’entrée dans l’enseignement supérieur. Il n’en reste pas moins que dans les représentations de la communauté le rapport « vous suit dans votre carrière », qu’on le « traîne comme un boulet ». On comprend que sa rédaction soit soumise à un fort contrôle.

Présentation matérielle et plan de texte

10Un texte n’est pas seulement un ensemble d’idées, c’est une réalité matérielle. L’hypothèse sous-jacente à tout raisonnement en termes de médiologie (Debray 1991) est qu’une modification substantielle des supports matériels d’un genre de discours modifie profondément sa nature : un débat politique à la télévision relève d’un autre genre de discours qu’un débat dans une salle avec pour seul public les auditeurs présents. Ce qu’on appelle un « texte », ce n’est donc pas un contenu qui se fixerait sur tel ou tel support, il ne fait qu’un avec son mode d’existence matériel : mode de support/transport et de stockage, qui implique un certaine détermination de son inscription ou de non inscription dans une mémoire.

11Le RST se présente comme un texte dactylographié – aujourd’hui, sauf exceptions, par traitement de texte – constitué d’une suite numérotée de feuillets au format classique, dactylographiés en général d’un seul côté. Sa présentation matérielle est d’une qualité très variable, parfois négligée (encre pâle, variété des polices ou des interlignes, pages inégalement remplies...) et contraste avec les efforts de présentation qui sont attendus de la thèse. C’est là une conséquence de la nature de ces deux genres. Le candidat est en position « basse » de demandeur et doit donc proposer au jury un objet séduisant ; le RST, en revanche, est un texte rédigé par des scripteurs en position « haute » : destiné à un usage purement administratif, il n’est pas rédigé par des personnes qui en attendent quelque chose en échange, si ce n’est que l’on reconnaisse leur conformité au rôle que leur a dévolu l’institution. À cela s’ajoute une question d’ethos discursif (Maingueneau 1987, 1999, Amossy éd. 1999) : le RST ne saurait être trop élégamment présenté car il n’est pas censé avoir d’auteur singulier (voir infra) et il doit être en harmonie avec un ethos d’évaluateur académique. Un texte élégant impliquerait un auteur singulier et un ethos séducteur. Un RST « bien présenté » est seulement un texte « propre », à la police homogène, bien lisible. L’austérité de ces textes implique un lecteur modèle captif, qui, participant du « monde éthique » scientifique, n’est pas censé prêter attention à autre chose qu’au « contenu ». Phénomène de spécularité entre source et lecteur qui ne fait qu’exprimer le caractère fermé de ce genre de discours.

12Maîtriser un genre de discours, c’est avoir une conscience plus ou moins nette des modes d’enchaînement de ses constituants sur différents niveaux : de phrase à phrase, mais aussi dans ses grandes parties. Comme pour tout genre de discours routinier, le « plan de texte » (Adam 1999) du RST est hautement prévisible. Les plans de texte de certains genres de discours peuvent faire l’objet d’un apprentissage explicite (la dissertation, la note de synthèse... s’enseignent), d’autres, la plupart en fait, s’apprennent par imprégnation. C’est le cas du RST, qui relève à l’intérieur des genres routiniers du pôle ritualisé. Son organisation ne souffre guère d’écarts ; le texte est organisé en une succession d’étapes préétablies :

  • une série d’indications paratextuelles (en règle générale : la mention « rapport de soutenance », la date, le lieu de la soutenance, les noms du candidat et des membres du jury, le titre de la thèse, la discipline d’appartenance) ;
  • un résumé (facultatif) de l’intervention du doctorant ;
  • les interventions des membres du jury, dans l’ordre où elles se sont présentées lors de la soutenance ; la transition entre elles est assurée par des formules stéréotypées : « Le professeur/M/Mme X prend alors la parole/intervient à son tour... » ;
  • l’attribution de la mention, éventuellement assortie d’un commentaire,
  • les signatures des membres du jury.

13L’indication paratextuelle qui fait office de titre ne subit que des variations faibles, comme on peut s’y attendre pour un genre dont chaque texte doit exhiber les signes de sa légitimité. Mais il n’existe en la matière aucune formule modèle :

  • Rapport sur la soutenance de la thèse de doctorat de Mademoiselle X » ;
  • Rapport sur la soutenance de la thèse présentée par X (prénom + patronyme) » ;
  • Rapport de soutenance. Thèse de Madame X »
  • Rapport sur la soutenance de thèse de madame X »
  • Rapport de soutenance de thèse en vue du doctorat de l’université X. Thèse soutenue par M. X »...

14À l’autre bout du texte, les signatures des membres du jury, sont précédées de formules qui elles aussi varient peu mais ne sont pas stabilisées, ni dans leur formulation ni dans leur typographie. La marge de variation est relativement grande :

  1. Après avoir délibéré, le jury accorde à Madame X le grade de DOCTEUR DE L’UNIVERSITÉ DE Y avec la mention : TRÈS HONORABLE avec FÉLICITATIONS » ;
  2. Après délibération, le jury déclare Madame X digne du titre de docteur (spécialité : sciences du langage), et lui décerne la mention Très Honorable avec félicitations, à l’unanimité. (En réponse à la demande du Conseil scientifique de l’université Y, jury précise qu’il estime ce doctorat digne d'être proposé pour un prix et/ou une subvention pour publication ».)
  3. Après avoir délibéré, le jury à l'unanimité, accorde la mention très honorable avec félicitations à X » ;
  4. Le jury, après avoir délibéré, déclare Madame X digne du titre de Docteur de l’Université de Y, en Sciences du Langage, avec la mention Très Honorable avec Félicitations, à l’unanimité »
  5. Après délibération du jury, Monsieur X a été déclaré digne du titre de Docteur d’Université, avec la mention Très Honorable à l’unanimité » ;
  6. Après une courte délibération, les membres du jury s’accordent pour attribuer la mention « Très Honorable ». Elle leur paraît bien correspondre à l’appréciation portée sur le candidat : un chercheur dont le potentiel est évident, capable de proposer et d’élaborer une « thèse » (au sens plein du mot), dans un domaine où il a commencé à marquer sa place. Il manque encore un effort de conceptualisation et de modélisation que l’on sent tout à fait à la portée du candidat ».

15Nous avons reproduit les polices originales ; on le voit, il règne une grande liberté dans l’usage du gras ou des lettres capitales, mais aussi dans les tournures utilisées : « accorder le grade de », « déclarer digne du titre de », « s'accorder pour attribuer la mention », « accorder la mention »... Certains précisent la discipline de rattachement du doctorat, d’autres non. Ce qui est le plus constant, c’est la formule introductrice : « après avoir délibéré/délibération... ». Sans doute parce qu’il s’agit aussi d’un signal de démarcation qui permet de signaler le passage de la série des interventions individuelles à l’énoncé du verdict, attribué collectivement par le jury.

16Qu’il s’agisse des formules de titre ou des formules de clôture, le rédacteur du RST, conscient que son texte a une valeur juridique, s’efforce de recourir à des formulations « canoniques ». Mais en l’absence d’un modèle unique et stable qu’il pourrait copier, il est amené à produire des variations sur un schéma, acquis par imprégnation. Situation caractéristique d’un agent qui endosse de manière épisodique un rôle de rédacteur d’actes juridiques sans avoir accès au moindre texte de référence en la matière.

17L’emploi de formules stéréotypées permet également de susciter des sous-entendus chez le lecteur quand celui-ci perçoit un écart par rapport à la formulation attendue. On en a une bonne illustration ici avec (b) et (f). Dans les deux cas le rédacteur a ajouté des commentaires qui visent à assurer une bonne interprétation de l’évaluation de la thèse ; en (b), en effet, cette mention est destinée, obliquement, à indiquer que la thèse est jugée d’un très haut niveau ; en (f) il s’agit d’indiquer au contraire qu’elle est très médiocre.

Notes

1 Nous reprenons ici les composants évoqués dans notre livre, Analyser les textes de communication, Paris, Dunod, 1998.

2 Pour des raisons qu’il reviendrait à un sociologue d’étudier, certains chercheurs sont de véritables « piliers » de jury, sans être de ces figures de premier plan dont la renommée rejaillit sur les jurys auxquels ils participent ; d’autres, en revanche, qui sont pourtant très réputés, sont systématiquement mis à l’écart.

3 Voir les travaux d’O. Hagstrom The scientific community, New York, Basic Books, 1965.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.