Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un genre universitaire : le rapport de soutenance de thèse

 | 
Claudine Dardy
, 
Dominique Ducard
, 
Dominique Maingueneau

Deuxième partie. Un genre de discours

Chapitre 1. Une routine

Texte intégral

Un discours fermé

1Le rapport de soutenance, c’est d’abord une classe de textes, une catégorie. Celle-ci n’est pas fondée sur des critères linguistiques ; certes, on le verra, elle peut être associée à un faisceau de traits caractéristiques (son emploi des personnes, sa manière d’employer les temps verbaux, de citer, etc.), mais ce n’est pas sur cette base qu’on l’identifie. Ce n’est pas non plus à partir de critères fonctionnels (texte à visée ludique, didactique, etc.). Il s’agit d’une catégorie construite sur un critère « situationnel » : le rapport de soutenance de thèse (désormais RST) est identifié par la situation dans laquelle il est produit, le cadre institutionnel qui le régit et lui donne sens. Aussi le RST correspond-il à ce qu’on appelle communément un genre de discours, un dispositif de communication socio-historiquement défini.

2La notion de « genre de discours », telle qu’elle est employée aujourd’hui en analyse du discours, résulte d’une longue histoire, puisqu’elle provient à la fois de la rhétorique et de la poétique antique. Longtemps, en effet, les classifications de textes en de multiples genres et sous-genres ont été surtout le fait des spécialistes de littérature ; mais à partir des années 1960 on a commencé à étudier et à classifier l’ensemble des énoncés produits dans une société, appréhendés dans toute leur diversité. En même temps on a renoncé définitivement à toute idée de construire des classes en divisant par embranchements successifs tous les textes existants ou imaginables. En dépit de son étymologie qui la rapproche des classifications en termes de genres prochains et de différences spécifiques, la notion de « genre de discours » doit donc être prise comme désignant une infinité de dispositifs d’activité verbale dont la stabilité est très variable et qui posent des problèmes perpétuels de frontières, pour peu que se modifie un des facteurs qui a contribué à leur délimitation : est-ce que les transformations qu’a subies la messe à la suite du concile Vatican Il en ont fait ou non un nouveau genre ? un message par courrier électronique relève-t-il du genre épistolaire ? Des questions de ce type ne peuvent pas recevoir de réponse immédiate : tout dépend du point de vue du chercheur.

3Une autre difficulté tient au fait qu’il y a des disparités considérables entre les productions verbales qu’on peut faire entrer dans ces genres. Pour prendre un exemple extrême, la notion de genre prend des inflexions très différentes selon qu’on considère des conversations, entre amis à une table de café et un dialogue de Platon. À l’évidence, on ne peut pas les aborder avec la même conception du genre.

4Le RST relève de ces genres routiniers qui sont particulièrement prisés par les analystes de discours. Il s’agit de genres qui résultent d’une stabilisation relative de contraintes liées à une situation de communication déterminée : le journal quotidien, le boniment de camelot, l’interview, la dissertation littéraire, la consultation médicale, le journal télévisé etc. Ces routines se distribuent entre deux pôles opposés : d’un côté celles qui sont totalement ritualisées, qui laissent une marge de variation minime (actes juridiques, par exemple), de l’autre celles qui, à l’intérieur d’un script peu contraignant, laissent une grande part aux variations personnelles.

5Ces genres de discours routiniers se distinguent nettement des genres conversationnels, qui ne sont pas étroitement liés à une situation de communication, à des lieux institutionnels, à des rôles pour leurs partenaires, à des scripts relativement stables et dont la composition est le plus souvent très floue : la part de la négociation entre les interactants y est dominante, le cadre se transforme sans cesse. Si dans les genres routiniers les contraintes sont surtout « verticales », imposées par un lieu institutionnel, dans les genres conversationnels ce sont les contraintes « horizontales », négociées, l’ajustement réciproque des interlocuteurs qui l’emportent.

6Genre routinier, le RST correspond à un usage inscrit dans un secteur de la société. Par définition, on ne se demande pas qui l’a inventé : c’est un système de normes qui s’est façonné à travers la pratique des agents. Ses scripteurs n’ont pas suivi de formation spécifique, ils n’imitent pas un modèle canonique, mais procèdent par variation sur un ensemble de règles tacites. La maîtrise de ces règles de production et d’interprétation est acquise par imprégnation, elle fait partie de la compétence communicative des universitaires et des chercheurs. Le RST relève plus précisément d’une routine fortement ritualisée ; ce qui est logique, dès lors qu’il s’agit d’un genre qui a des conséquences juridiques fortes pour les membres de la collectivité académique.

7Inséparable d’une communauté restreinte, étroitement lié aux usages, aux traditions de chaque discipline, le RST peut connaître des variations considérables. Nous ne considérons ici que les rapports rédigés pour les thèses de lettres et sciences humaines soutenues en France. Les rapports qui sont écrits dans les disciplines scientifiques sont d’une bien plus grande brièveté et obéissent à une toute autre économie, dans la mesure où en général la thèse est issue d’un travail collectif. Même dans le seul domaine des lettres et sciences humaines, il existe d’un pays, voire d’une région à l’autre, une grande variété de manières d’organiser la soutenance. Il peut y avoir, par exemple, des réunions préparatoires rassemblant le jury et le doctorant ; ce dernier, lors de la soutenance, peut ou non tourner le dos au public, ne dialoguer ou non qu’avec le jury ; ce dernier peut rassembler des membres muets, la. parole étant réservée à quelques personnes choisies à l’avance, etc. Le RST lui-même n’a rien d’universel ; dans certains pays, certaines régions, ce document n’existe pas : la seule notoriété du travail accompli dans la thèse suffit.

8Sans doute va-t-il y avoir une convergence croissante des procédures, sur le plan européen en particulier, mais une telle évolution ne peut se faire que si elle s’accompagne d’une évolution corrélative de ces « communauté discursives » dont le RST est indissociable. Les communautés discursives sont des communautés liées à des institutions et qui sont organisées autour de la production de certains types de textes. Les communautés à dominante scientifique sont productrices de genres de discours « fermés » (Maingueneau 1984, 1991), dont le RST est un bon exemple, c’est-à-dire de genres qui sont accessibles essentiellement à leurs membres. Dans les discours fermés l’ensemble des producteurs et l’ensemble des récepteurs tendent à coïncider, quantitativement et qualitativement ; situation caractéristique de la plupart des écrits académiques, dont le public est en fait le groupe de ceux qui écrivent des textes de mêmes genres. Pour les discours ouverts, en revanche, il existe une énorme différence qualitative et quantitative entre la population des producteurs et la population des récepteurs. Le cas de la presse à grand tirage ou du discours politique ordinaire sont exemplaires : les populations de producteurs sont des groupes très restreints à l’identité forte qui s’adressent à des populations de récepteurs très vastes et dont la caractérisation sociale est la plupart du temps très éloignée de la leur.

9Dans le cas du RST ce caractère « fermé » prend un tour particulier, puisqu’il s’agit d’un genre qui a pour fonction de conférer un droit d’entrée dans la communauté des chercheurs ou des enseignants chercheurs, donc dans la communauté de ceux qui peuvent écrire ou lire de tels rapports. Réflexivité qui, en termes de discours, oblige les scripteurs à mettre en scène à travers leur propre énonciation les normes dont ils sont censés les garants, au nom desquelles ils évaluent la thèse du candidat. D’une certaine façon, ils doivent, par leur manière de dire, justifier la place qu’ils occupent, légitimer leur statut d’évaluateur, d’auteur d’un RST. Ce caractère fermé du RST a une autre conséquence intéressante, qu’on envisagera plus loin : elle rend possible une lecture de type « herméneutique ». Comme ses scripteurs sont aussi ses lecteurs, ils ont la possibilité de produire un discours codé que leurs collègues sauront déchiffrer.

10Le RST est en outre un genre qui mobilise un nombre considérable de formules stéréotypées, de « structures préformées ». Pour Gülich et Krafft, « les locuteurs recourent souvent à des « formules » pour satisfaire à ce qu’ils considèrent les « normes » du texte écrit » (1997 : 242). Ces formules jouent un rôle essentiel dans le cas d’un genre de discours fermé, car elles permettent de marquer une appartenance à la communauté, elles servent de code de reconnaissance : « on reconnaît la structure simplement parce qu’on la connaît, parce qu’elle fait partie d’un code auquel on a accès (comme membre d’un groupe ou propriétaire d’un dictionnaire de locutions) » (1997 : 247). En « reconnaissant » une structure connue, on peut « reconnaître » son scripteur comme membre de sa propre communauté.

Soutenance et rapport de soutenance

11Le RST possède un statut singulier, dans la mesure où il est indissociable d’un autre genre de discours, oral celui-là, dont il se donne comme la trace : la soutenance elle-même. Cette dernière se déroule pendant plusieurs heures devant un auditoire souvent fourni ; elle débute par un exposé du candidat, suivi d’une séries d’interactions entre le candidat et chaque membre du jury, mais aussi, parfois, entre les membres du jury. Or de tout cela il ne reste pratiquement rien dans le RST. Certes, le texte est en général rédigé après coup, souvent des semaines après, mais ce n’est pas pour cela qu’il instaure une telle distance. C’est qu’il s’agit de deux genres très différents : l’un est le spectacle fugace d’une interaction orale ritualisée, l’autre est un texte monologique d’ordre administratif qui est voué à demeurer, un « monument » au sens étymologique. Lors de la soutenance, il est de l’intérêt des membres du jury de valoriser leur face positive aux dépens de celle du candidat : en faisant montre de leur aptitude critique, ils justifient la position qu’ils occupent ; mais dans le RST il n’est pas de leur intérêt de faire de même : étant donné la densité et la complexité des liens entre les membres de la communauté académique et les systèmes d’échanges et de doubles contraintes que cela ne manque pas d’impliquer, l’inscription de critiques fortes sur un document officiel peut se retourner contre son auteur.

12La soutenance s’inscrit dans un dispositif qu’on pourrait dire dans un premier temps « de double énonciation » (Kerbrat-Orecchioni : 1984) : à l’instar de ce qui se passe au théâtre, les paroles des acteurs sont adressées directement aux autres acteurs sur scène mais aussi, indirectement, au public. Toutefois, comme dans ces cas de « trilogue » (Kerbrat-Orecchioni et Plantin éds. 1995) caractéristiques de certains genres audiovisuels, où les interactants sur le plateau se parlent en sachant qu’il y a aussi les téléspectateurs, il n’y a pas dans la soutenance d’archiénonciateur (Issacharoff 1985), c’est-à-dire d’auteur qui aurait à l’avance fixé le texte de chaque locuteur. La ressemblance a néanmoins ses limites : à la différence de la plupart des genres audiovisuels, la soutenance n’a pas de metteur en scène, ni même d’animateur ; il s’agit d’un rituel auquel coopèrent « spontanément » (c’est-à-dire à travers un apprentissage des contraintes réglementaires et des usages non écrits) les divers interactants mandatés par l’institution universitaire.

13En fait, il serait plus exact de considérer la soutenance comme un phénomène de « triple énonciation », en ce sens que la double énonciation « théâtrale » ((jury ⇔ candidat) et ((jury ⇔ candidat) public) est compliquée par l’existence d’une troisième interaction, celle entre les membres du jury. Étant donné que les membres du jury – ou une bonne partie d’entre eux – appartiennent souvent à la fraction influente de la communauté universitaire, que le candidat a un directeur de thèse présent dans le jury, que les autres membres du jury ont été conviés par ce directeur, que les relations entre les divers membres du jury sont en général ambivalentes et jouent sur plusieurs dimensions, ces interactions entre membres du jury ne sont pas négligeables. Mais elles sont moins de l’ordre de l’explicite que d’une interaction en quelque sorte latérale que seuls les initiés sont capables d’interpréter.

14Le dispositif énonciatif du RST apparaît ainsi radicalement distinct de celui de la soutenance, et il faut se garder de le considérer comme sa trace – fût-ce sous la forme d’un résumé. Ce sont deux genres aussi indépendants l’un de l’autre que peuvent l’être une représentation théâtrale et sa critique dans les journaux. Contraste entre un genre foncièrement théâtral, et un genre fondé sur la distance prise par le récit d’un d’événement de parole qui efface toute adhérence au contexte de production, en particulier toute allusion à un public. Le RST est un texte qui s’archive, destiné à des lecteurs qui ne sont pas censés avoir assisté à la soutenance et dont les motivations n’ont rien à voir avec celles d’un spectateur de soutenance.

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.