Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un genre universitaire : le rapport de soutenance de thèse

 | 
Claudine Dardy
, 
Dominique Ducard
, 
Dominique Maingueneau

Première partie. Un rite d’aujourd’hui

Chapitre 3. Parcours d’impétrant

Texte intégral

S’inscrire

1Nous avons déjà souligné le caractère décisif et fort ritualisé de cette première étape. C’est un temps tout à fait formel, institué. Il ne laisse pas de place à la fantaisie.

2Cette inscription est formalisée au niveau national puisqu’elle oblige à un dépôt du libellé du sujet au fichier central des thèses. Un acte qui n’est symboliquement pas anodin, il est sous tendu par les notions d’originalité, de propriété intellectuelle. Le nouvel inscrit peut aussi bien être réceptif aux accents soviétiques et désuets de l’intitulé de cette instance.

3Le temps de l’inscription est à concevoir non pas seulement sous l’angle de la démarche administrative. Cette dernière vient concrétiser les travaux d’approche d’un doctorant en direction d’un patron de thèse. Le contenu de cette étape initiale est extrêmement variable.

4Il est des pôles disciplinaires très organisés qui, savent dés la maîtrise créer un vivier dont les meilleurs éléments sont testés et triés par un DEA (Diplôme d’Études Approfondies). Les meilleurs obtiendront l’aval nécessaire d’un directeur de thèse pour s’inscrire, quelquefois l’attribution d’allocations de recherches ou de postes dans les centres de recherche maison, suprême distinction.

5Même dans ce meilleur des cas, cette étape se déroule rarement dans le ciel pur et sans tâche des idées et de la recherche. Patrons de thèse comme postulants au doctorat savent souvent développer leurs stratégies propres, par exemple privilégier des candidats normaliens gages de réussite et de confort pour les premiers, choisir des notoriétés, des pointures pour les seconds, de préférence une « star » flanquée de quelque besogneux plus disponible pour effectuer un travail d’accompagnement sérieux peu compatible avec les carrières médiatiques.

6Dans la plupart des cas, la relation professeur/étudiant se noue sur un mode plus flou. Il n’y a pas de vivier, ni de normaliens ou même de stars à l’horizon. Coté candidat, le choix du directeur, de l’établissement ou même du domaine peut être contingent, simplement motivé parfois par des facilités d’accès. Le patron, quant à lui, entreprend un délicat travail d’appréciation pour jauger des chances d’aboutissement du candidat afin de ne pas se retrouver dans la difficile situation de présenter à soutenance l’insoutenable mettant en péril, la position même du souteneur. Il se construit alors ses propres indicateurs : le parcours antérieur du candidat, ses capacités évaluées aux mentions des diplômes antérieurs, à la réputation des établissements qui les ont délivrés ou des collègues enseignants. Le cas échéant, il essaie d’évaluer l’originalité et la faisabilité du sujet envisagé et déclaré en quelques lignes ou encore le projet à plus long terme dans lequel le doctorat prend place. Mais cette dernière dimension proche de la notion de projet professionnel défendue par les directives officielles est peut être encore assez loin des objectifs que se fixent les professeurs et responsables de formations doctorales.

7Des pratiques répondant au souci de sélectionner les plus aptes et qui ne sont pas sans rappeler dans cette intention, les procédés mis en œuvre par les Baruyas de Nouvelle Guinée chers à Maurice Godelier pour détecter les jeunes talents, les « grands hommes », ceux qui seront shamans, chefs guerriers etc. en écartant toutefois, les critères physiques, qui consistent par exemple à examiner la configuration du ventre des jeunes garçons.

8Les jeunes talents en question devront confirmer les pronostics par le déploiement de leurs aptitudes ultérieures, encore y sont-ils fortement aidés par un effet de prédiction créatrice ou effet Pygmalion comme peuvent l’être dans le contexte qui nous intéresse les normaliens crédités dés leurs inscriptions de capacités supérieures et d’une situation matérielle plutôt confortable.

9L’inscription réalisée et toujours à renouveler, est suivie d’une période longue et trouble au cours de laquelle, il va bien falloir la faire cette thèse, avec des aides plus ou moins aléatoires du patron et de ses acolytes mais aussi et surtout des compagnons de galère. C’est souvent une expérience personnelle et très solitaire, ce n’est pas l’objet de ce travail que de collecter les impressions et souvenirs de la dure vie d’un thésard. L’essentiel est d’arriver un jour à soutenance. La décision courageuse de ce fatidique moment est assumée conjointement par le candidat et son directeur. Celui-ci aborde une période particulièrement difficile ; quelquefois, il n’a pas le choix, la bourse est terminée, le candidat étranger doit rentrer dans son pays ou bien il a épuisé tous les délais officiels et officieux, dérogations, suspensions, etc. Les statistiques de l’établissement disent qu’ils conviendraient que des étudiants inscrits soutiennent. L’étudiant lui-même est sommé d’aboutir sous l’effet de diverses contraintes, quelques-unes bassement matérielles, d’autres plus éthérées comme celles imposées par son surmoi.

Vers la soutenance

10Pour le directeur avons-nous dit, c’est l’heure de tous les dangers, une zone de fortes turbulences annoncée, le moment de jauger sa présence, son impact dans le milieu.

11Les plus confiants affirmeront qu’ils ont tout prévu dés le départ, dés l’inscription et que sauf exception, il ne peut pas y avoir de mauvaises surprises, ils sauront dire quand la thèse est mûre et sera bonne.

12Il n’empêche qu’une soutenance est comme un décollage ou un atterrissage pour un pilote de ligne. L’imprévu et l’imprévisible sont toujours possibles. Composer un jury reste une affaire cruciale et délicate. Va-t-il falloir requérir des « pointures » ? des spécialistes incontestés du domaine considéré ? et/ou selon des considérations plus carriéristes des personnages capables de s’entremettre pour l’avenir du candidat, des membres du CNU, des éditeurs et des responsables de revues et collections « scientifiques » si utiles pour favoriser ces fameuses publications sans lesquelles un universitaire n’existe pas, fut-il le meilleur pédagogue du monde.

13La composition d’un jury est le premier temps de fabrication d’un « collègue ». Si la thèse est « bonne » selon des critères qui vont bien au-delà du contenu et que nous avons déjà énoncé, si les augures sont favorables, alors on peut miser sur un jury riche en matière grise et haut placé avec les composants utilitaires déjà décrits, plus même, prévoir un jury pluridisciplinaire, médiatique, international. Le cas est rare, plus souvent, le directeur est dans l’incertitude et la préparation de la soutenance et du jury va être le moment de tâter le terrain, celui des collègues.

14S’amorce alors un temps de négociations informelles qu’il faut entendre comme négociations orales, le plus souvent par téléphone. On pressent de possibles membres du jury. Sur ce point, les témoignages des pressentis concordent. L’entame de la demande se formule le plus souvent, presque rituellement : « c’est une bonne thèse, mais... ». Un « mais » qui autorise toutes les réserves ultérieures. Il permet, en particulier de dénombrer les contraintes subies par le candidat ou son Directeur : le temps, les délais, les conditions matérielles, autant d’éléments qui ne préjugent en rien des qualités intellectuelles intrinsèques des uns ou des autres. C’est au cours de ces négociations orales que le Directeur va aussi indiquer la marge de manœuvre vis à vis du candidat, d’autant plus grande en termes de critiques que celui-ci n’aura pas joué le jeu et aura livré en fin de parcours un travail prétendument achevé ignorant les précieux avis et conseils de son Directeur.

15Si la thèse est estimée franchement médiocre, le Directeur concoctera un jury très confidentiel dont les membres seront choisis dans un cercle restreint. Ce sont des « obligés », le plus souvent, le requérant leur a rendu le même service.

16La partition thèse médiocre/jury d’acolytes, thèse excellente/jury de notoriété n’est pas toujours si tranchée. Il peut arriver que le Directeur de thèse soit si parfaitement intégré dans sa communauté scientifique qu’il puisse faire siéger des sommités avec qui il entretient des rapports d’amitiés, des relations sociales et humaines, pas obligatoirement congruentes avec des relations intellectuelles et scientifiques. Cette situation peut se révéler très critique pour le candidat : ce qui n’aura pu être dit dans le cadre de la soutenance y compris dans l’attribution d’une mention par égard et ménagement de convenance et d’amitié pour le Directeur a de fortes chances de trouver issue dans l’entre deux lignes d’un rapport de soutenance de thèse.

17Ces divers éléments sont parfaitement connus des instances qualificatrices (CNU, commissions). Il y existe des mouvances, ainsi que des notoriétés et réputations attachées aux « A » directeurs de thèses et à leurs pratiques. Elles sont tenaces, envahissantes. Elles pèsent de tous leurs poids sur les candidats pour leur plus grand bonheur ou malheur. En fait pour l’appréciation de la thèse, de sa soutenance, la constitution du jury et les procédures de qualification ultérieures, c’est l’écheveau compliqué des relations universitaires qui sera activé, avec ses intrigues de palais. Un microcosme qui produit ses propres effets de sociabilités, avec cette particularité que les affinités veulent s’y justifier ou s’y masquer sous un mode intellectuel.

18Pour l’heure, nous sommes toujours sur la dernière portion du chemin devant conduire vers la soutenance. Nous avons évoqué l’intense étape de négociations orales et informelles au cours de laquelle le Directeur va pressentir des collègues pour participer au jury.

19La négociation ultime avant soutenance prend un tour beaucoup plus formel à travers un document appelé « rapport de pré-soutenance » établi en général, mais non obligatoirement par deux membres sollicités pour le futur jury. Le dépôt de ces deux rapports est une pièce absolument nécessaire, institutionnellement pour que la soutenance ait lieu, ce sont des « bons à soutenir »

20Le contenu en est, la plupart du temps, fort stéréotypé, il vient dire que la thèse présente tous les signes apparents d’une thèse : présence d’hypothèses, de problématique, bibliographie, références. Il vérifie l’adéquation de la recherche à un ou plusieurs champs et les apports qu’elle représente, il évalue son originalité. La plupart du temps, ces rapports sont fort descriptifs. Ils rendent compte de la construction en parties, de la table des matières, des éléments graphiques (tableaux, courbes etc.) et de leur lisibilité, de l’existence d’annexes et du nombre de pages, la quantité venant implicitement faire la différence avec tout autre document ou mémoire. « Imposant par la quantité : trois épais volumes qui forment plus de mille pages de textes et qui sont l’aboutissement « visible » et palpable d’un travail colossal » (pré-rapport de soutenance de thèse de doctorat d’État, caractéristique qui accentue peut être encore cette appréciation quantitative), l’appréciation peut se faire plus prosaïque : « Ce travail se compose d’un volume de 415 pages comprenant un texte de 335 pages suivi de 13 pages de bibliographie et de 45 pages d’annexes. » si le nombre de caractères ne figure pas, c’est que le candidat n’a pas dû les indiquer. Parfois le pré-rapporteur peut aller jusqu’à mentionner que le document « respecte les normes orthotypographiques de type académique », ce qui donne à penser à propos de l’académisme.

21Ce rapport même descriptif doit cependant être évaluatif, porter un jugement de valeur, À cette étape le pré-rapporteur se borne le plus souvent à un avis de forme. Les appréciations de fond sont, quant à elles, souvent peu justifiées : « L’auteur rappelle de façon très claire les fondements de l’analyse lexicométrique », « une bonne conclusion », « les compétences et les connaissances dans le domaine d’analyse de discours sont certaines. » Il faut donc croire le spécialiste appeler à témoigner ainsi.

22Ce caractère descriptif et laconique s’explique par le fait qu’à ce stade, la thèse n’a, le plus souvent fait l’objet que d’une lecture extrêmement rapide, en diagonale. Un œil exercé peut rapidement détecter la présence au moins apparente des signes de la scientificité.

23Aux dires de certains Directeurs qui en font fait l’expérience, la lecture approfondie en vue de la soutenance peut réserver quelques mauvaises surprises, l’appréciation globale et définitive se révélant nettement plus négative alors même que le contrat implicite de membre de jury pressenti laissait présager une position plus favorable au sein du jury.

24La distance avec une lecture réelle s’atténue dans le cas d’un pré-rapport exceptionnellement rédigé par un rapporteur qui ne fera pas partie du jury, n’aura pas d’autres possibilités de s’exprimer et devra néanmoins justifier la demande qui lui est faite. Aussi le pré-rapport est-il, dans ce cas de figure, nettement plus fourni quantitativement et qualitativement, allant jusqu’à aborder les apports et limites du travail présenté.

25Le rapport de pré-soutenance peut, dans le meilleur des cas, se vouloir constructif, et suggérer au candidat des pistes de travail pour la soutenance : « la question du corpus et de son découpage devra aussi être abordée lors de la soutenance... »... « une pareille réduction de l’objet d’étude devra en tout cas être justifiée ».

26La phrase de conclusion s’efforce de résumer les qualités justifiant l’arrivée à soutenance. Elle peut mettre l’accent sur un minimum « L’ensemble de la procédure scientifique de la vérification de ces hypothèses répond aux exigences académiques » ». Conclusion plutôt dépréciative dans la mesure où le pré-rapporteur ne s’engage que sur des considérations de forme, certifiant tout au plus qu’on est en présence du minimum requis pour une thèse ou pire de l’apparence d’une thèse. D’autres moins laconiques marquent plus d’enthousiasme tout en s’efforçant de spécifier à propos de quoi : « Au total, il s’agit d’une thèse assez remarquable dans le domaine de la sémiotique et de l’analyse discursive imprégnée d’une bonne maîtrise de certaines questions sémantiques essentielles. Elle mérite tout à fait d’être soutenue. » Il arrive que le rédacteur nuance, émette des réserves sur des points mineurs, valorisant d’autant mieux la thèse dans son ensemble « si l’on peut regretter quelques lacunes comme l’absence d’index par exemple, il n’en reste pas moins qu’en l’état cette thèse solide et agréable à lire mérite certainement de venir à soutenance » la formulation trahit cependant un doute ou tout au moins une incertitude quant au jugement porté par ce Maître de conférences habilité. L’autre pré-rapporteur mieux assuré de sa position institutionnelle peut-être, s’engage à titre personnel et en des termes tout à fait comminatoires : « La thèse de… me paraît du plus grand intérêt tant dans le domaine de la recherche sociolinguistique sur les pratiques et les représentations que dans celui, plus propre à l’hispanisme, des fonctionnements complexes de l’Espagne des Autonomies. C’est pourquoi, je souhaite qu’elle vienne à soutenance dans les meilleurs délais. »

 

27Ces rapports de pré-soutenance sont donc chargés de certifier le caractère « soutenable » du travail présenté. Ils ne peuvent être établis que par des rédacteurs extérieurs à l’établissement de l’inscrit. Cependant, ils sont choisis par le Directeur, en fonction d’une première estimation de la thèse et du potentiel du thésard, à cette occasion le directeur jauge encore de son pouvoir personnel, de ses relations et de ce qu’il en peut attendre. Le candidat n’est pas toujours extérieur à ces démarches. Il peut être déjà situé lui-même, à divers titre dans ce milieu universitaire.

28Certains établissements fabriquent leurs propres formulaires, destinés à faciliter la lecture d’un dossier appelé à circuler puisque l’autorisation de soutenance est officiellement accordée par le Président d’Université sur avis du responsable de l’École doctoral et du Directeur de thèse.

29Encore une autre « pièce écrite » donc qui extrait le résultat de pré-rapports et fait le plus souvent état d’une non-lecture ayant pourtant vocation à dire à quel point la thèse est une thèse et à ce titre « soutenable » Cette pièce occupe une fonction de couverture juridique. Trace, preuve d’autant plus utiles que par ailleurs, l’inscription en thèse, puis le déroulement de thèse et enfin l’organisation de la soutenance dépendent dans les faits du seul Directeur. La machinerie bureaucratique mise en place vise à limiter le pouvoir de ce dernier, à casser le relatif tête à tête du candidat à son professeur. On voit mal, à dire vrai, comment un directeur d’École doctorale ou un Président d’Université pourraient s’opposer à une arrivée à soutenance en dépit du Directeur de thèse, celui-ci a en effet, dans ce cas de figure, engagé une partie toute personnelle dans un système d’échanges et de réciprocités avec ses collègues.

30Plus réaliste serait aujourd’hui le cas du doctorant contestataire qui voudrait soutenir contre l'avis de son Directeur et engagerait une procédure du type recours administratif. L’habitude désormais répandue de considérer que le diplôme est un bien à acquérir dans une logique plutôt consumériste ne rend pas ce cas aberrant dans un avenir proche s’il ne s’est déjà produit, d’où la précaution de ces pré-rapports, preuves écrites utilisables dans une procédure administrative et juridique. Certains de nos informateurs cependant affirment avoir rédigé des pré-rapports négatifs et dissuasifs mais la plupart du temps, ces documents n’ont pas été officialisés, un échange téléphonique avec le directeur aura suffi pour suggérer au candidat de mieux se préparer. Les directeurs peuvent même apprécier ces lecteurs extérieurs dont la consultation aide à dénouer une relation trop impliquée avec le candidat pour qu’une évaluation parfois cruelle puisse être émise.

Soutenance

31Vient ensuite le temps de cet exercice oral très formalisé qu’est la soutenance. Formalisé parce ce que prévue à l’avance dans ses conditions matérielles de dates et de lieux, dans la qualité et le nombre de ses participants, le déroulement lui-même répond à une organisation assez précise et invariable. Cet ordonnancement invitera les spectateurs même les plus néophytes à ne pas confondre la « cérémonie » avec quelque banale réunion ou conversation. La soutenance est posée comme publique, spectacle potentiel donc. Il n’est pas question que l’auditoire prenne part au débat. En principe et c’est une obligation légale, cette soutenance a fait l’objet d’une publicité, au moins au sein de l’établissement par affichage. La présence d'un public, témoin muet est généralement souhaitée par les membres du jury. Sans lui, la cérémonie perd un peu de son sens, l’ambiance trop confidentielle et intime ne sied pas à cet exercice. Le « public » minimal sera souvent composé des co-thésards en observation pour leur propre gouverne et de proches, parents, amis, toute présence laissée à l’appréciation du candidat.

32La soutenance pour les membres du jury, peut être précédée d’un moment plus informel, un repas par exemple surtout si des membres du jury viennent d’une université éloignée. Ce sera l’occasion d’une répartition des rôles et de la parole si elle n’est pas déjà affaire entendue, peut être le moment propice pour un directeur incertain de s’assurer de la bienveillance de ses collègues entre poire et fromage. Chacun prend place, jauge les autres avant l’entrée en piste.

  • 1 Op. cit. : « Les sept péchés capitaux des universitaires ».

33La séance commence par l’exposé du candidat qui « soutient » son travail, un oral le plus souvent structuré par un écrit consulté avec plus ou moins de distance selon qu’il s’agit d’un texte, d’un plan, de notes. Viendront ensuite la présentation du Directeur, puis une à une, les interventions de chacun des membres appelant réponses immédiates ou bien groupées, c’est affaire de convention fixée en séance. La prise de parole, son contenu, son moment est lié au rôle assumé dans le jury : Directeur, rapporteur, Président. Les enseignants interrogés dans le cadre de ce travail se sont peu exprimés sur ce point particulier mais B. Marris1 assure dans le ton fort humoristique de son ouvrage qu’être le dernier dans cette prise de parole est la place la plus confortable puisqu’on bénéficie alors de l’apport des lectures commentées des collègues, il suffirait donc d’abonder dans leur sens ou d’introduire des nuances, une position qui ne requiert pas une lecture très approfondie de l’ouvrage. Cette assertion est sûrement portée par le goût de la caricature. La « soutenance » mériterait des observations systématiques et variées base d’une description ethnographique sérieuse. C’est dire aussi que le rapport de soutenance n’est à cet égard, guère le reflet de la soutenance même s’il livre parfois des indications d’ambiance ou des éléments descriptifs concernant le ton des uns ou des autres, ou plus fréquemment la faconde du candidat, son aisance à répondre aux questions.

34Notons encore que cet oral très formalisé est quelquefois accompagné à l’initiative du candidat ou de ses proches par des écrits moins officiels ou obligés que le rapport de soutenance, ce sont les affiches d’annonce et éventuels faire-part (hors établissement) les annonces de journaux avant ou après l’événement et destinées à construire celui-ci comme tel.

35La soutenance est suivie et cela fait désormais parti du rite, d’un pot de thèse dont l’organisation incombe au candidat et la forme extrêmement variable, du verre offert aux membres du jury au café du coin, à la réception plus large, accueillant aussi les proches ou de plus lointains. Après les délibérations officielles, le pot permet sur un mode beaucoup plus informel, au candidat de lever un coin du voile sur les débats et avis qui ont pu s’y échanger, de glaner auprès des membres du jury quelques entremissions, pistes pour des publications, contacts pour des vacations, l’entrée dans un laboratoire, autant de moyens de prolonger l’obtention de la thèse par l’acquisition d’expériences d’enseignement et de recherche., peaufinant ainsi la constitution d’un dossier de qualification.

36L’ultime phase de la thèse qui est ce chemin vers la soutenance apparaît donc balisée par des temps forts, moments de négociation orale, souvent par téléphone pour la fabrication du jury, et des temps plus formels représentés par la production de documents, comme les rapports de pré-soutenance.

37La soutenance donnera lieu à la production d’un rapport, objet de toute notre attention pour le travail ici engagé. Aux dires de nombreux membres de commissions de qualifications, ces rapports sont lus avec attention, et beaucoup se targuent de savoir lire entre les lignes, au-delà du sens manifeste, ils prétendent savoir saisir le sens caché, ce qui révélerait la vraie nature de la thèse ou le potentiel de son auteur. C’est ce savoir pratique que nous faisons le pari d’expliciter. Pour faire savant, on pourrait aussi qualifier cette approche d’ethnométhodologique puisque qu’il s’agit de mettre au jour les consignes de travail et les règles que se sont données implicitement les scripteurs et les lecteurs de ces rapports de soutenance à l’instar de Garfinkel étudiant les transcriptions de débats de cours d’assise pour y découvrir que les jurés se donnent, en situation, des méthodes de travail faisant consensus.

38Ce rapport dont le Président de jury a la responsabilité d’assurer la production en temps et heure sera élaboré peu après la soutenance souvent même avec quelque urgence pour permettre à un candidat de constituer un dossier de qualification dont la date de remise est imminente. Il y a peu, chaque membre de jury envoyait sa disquette. Aujourd’hui, les plus modernes expédient leurs contributions par courrier électronique et parlent d’eux-mêmes à la troisième personne. Il ne restera plus au responsable qu’à introduire le cas échéant quelques phrases de liens et à reporter le tout sur le document préalablement signé, le jour de la soutenance.

Le rapport de soutenance de thèse

39L’histoire courte de ce document est liée à celle de la formalisation de la thèse, avec ses mentions, mais le soin apporté à ce rapport doit sans doute beaucoup à une obligation à la fois juridique et pratique. Le principal intéressé, à savoir le thésard n'avait, il y a une vingtaine d’années, pas connaissance de ce rapport transmis si besoin était d’établissement à établissement. La levée de tout secret par le respect de la règle de transparence administrative a dû comme pour d’autres documents infléchir les contenus tant il est vrai qu’on rédige consciemment ou inconsciemment pour des lecteurs potentiels.

40L’incidence de l’évolution des moyens techniques n’est sans doute pas non plus anodine, du rapport manuscrit d’antan à l’usage du courrier électronique d’aujourd’hui, les conditions de fabrication ne modifient pas seulement l’apparence mais le contenu, les modalités d’une écriture qui doit être d’une certaine manière collective, le fait de plusieurs membres du jury.

41Le recours à des secrétaires est rare, les moyens techniques sont plus ou moins maîtrisés par les universitaires eux-mêmes, mais le temps est sûrement révolu des rapports parsemés de coquilles et de traces d’effaceurs. Les dernières générations adeptes non de la plume d’oie mais du stylo plume sont désormais minoritaires dans les jurys.

42Plusieurs pratiques coexistent à l’heure actuelle. Elles se décèlent au premier coup d’œil, à l’apparence du document. Le patchwork des méls, un modèle qui tend aujourd’hui à s’imposer peut permettre d’effacer les différences typographiques d’un rédacteur à l’autre. Les ajouts et autres modifications disparaissent, le document est très homogène. Chaque rédacteur s’impose même des consignes identiques, par exemple parler de soi à la troisième personne parachevant le trompe-l’œil d’un document à auteur unique, vraisemblablement le Président du jury qui, en principe, a la responsabilité du document même si aucun texte ne vient spécifier une tâche de greffier ou de commis à la synthèse. De fait, en pratique, les Présidents ne s’autorisent pas même le rôle de rewriter. Ils s’interdisent toute intervention sur la prose de leurs collègues, tout au plus travaillent-ils l’illusion de l’homogénéité. Face à ce modèle très normalisé, il existe, bien entendu, des contre-exemples, notamment, ceux que peut relever un président de CNU d’expérience.

43Au nombre de ces contre pratiques, celle d’un personnage en vue de l’école des Hautes Études en Sciences Sociales qui, pour ses jurys de thèse fait enregistrer sa prestation sur un dictaphone puis la confie à une secrétaire pour transcription. La proximité du langage de l’orateur à la forme écrite favorise une lisibilité de la transcription mais la quantité de pages ainsi produites introduit une disproportion certaine avec les documents habituels. Si ce type de rapport pêche par trop de fidélité à la soutenance, à l’inverse d'autres très exceptionnel frôle la désinvolture, le rapport se présente alors sous la forme d’une page manuscrite, raturée, aux allures de brouillon trahissant l’insouciance d’un universitaire d’abord préoccupé d’étinceler dans d’autres sphères.

44D’autres pratiques insolites seraient plutôt le fait d’analystes institutionnels qui ont au contraire, pour leur part, réfléchi à la portée de ce document et sont conscients du soin à apporter à sa rédaction. Ainsi certains assimilent leur rôle de président à celui de greffier. Ils prennent des notes à chaud au cours de la soutenance pour ensuite, mettre en forme et demander contrôle et signatures de leurs collègues dés le moment de la délibération au cours de laquelle, imagine-t-on, il y aura prise en compte d’éventuels effets de contradictions avec l’attribution d’une mention. Il peut s’agir d’une pratique idéale, rêvée plus qu’effective de la part d’universitaires ayant l’expérience d’interventions socianalytiques, au cours desquelles, on se sert parfois d’une sorte d’écriture action susceptible de modifier le cours des relations sociales.

45Entre ces exemples extrêmes, on pressent un ensemble de pratiques d’écritures désormais instituées, fortement ritualisées, et méritant à ce titre l'attention ethnologique. Ces pratiques répondent à un ordre qu’on ne saurait modifier à loisir, produits d’une communauté.

46En se consacrant à un tout autre objet, l’assemblée nationale, l’approche ethnologique de Marc Abèles ne pouvait manquer de saisir des pratiques entre l’oralité et l’écriture. L’Assemblée est le lieu de production de la loi, écrit sacralisé, mais elle est aussi supposée être un lieu de paroles, d’échanges oraux, de débats démocratiques. L’ethnologue met au jour en arrière plan de ce forum et le rendant possible une machinerie d’écriture très sophistiquée mise en action, avant, pendant et après les débats : constitution de dossiers préparatoires, compte rendu pour la presse, produits à chaud, compte-rendu analytique pour le journal officiel et établis à partir de transcriptions très fidèles réalisées par des sténotypistes et non pas à partir d’enregistrements au magnétophone.

47Nous vérifions à ce propos que l’attention ethnographique dans une société de culture écrite doit toujours considérer que ce qui se donne pour oralité a toujours partie liée avec des pratiques d’écritures

48Les thèses, ouvrages cimes de l’édifice universitaire, n’existent qu’au terme d’un parcours oral/écrit. Elles ne valent que par leur soutenance, le rapport de soutenance n’est pas la moindre de leurs conséquences, il est souvent tout ce qui en subsistera ou tout ce qui fera l’objet d’une lecture, témoignage d’une thèse lue à jamais ? La publication en effet est plus aléatoire, bien qu’il existe désormais des espaces pour valoriser cette littérature de moins en moins grise.

49L’impression qui peut se dégager en première approche est celle d’un parcours de l’impétrant au sein d’« un tout petit monde » à la David Lodge dans lequel chacun ménage l’autre, dans une sorte de pacte de non-agression très corporatiste. Nous avons déjà fait référence à ce regard désabusé, débouchant sur la caricature et le pamphlet. Les représentants des sciences sociales sont peut être plus que d’autres encore portés à l’auto-dérision, à dénoncer leurs propres travers, un académisme, un formalisme qui refléterait par trop une croyance aux titres et aux rites. On peut aussi tout à fait considérer très différemment les mêmes faits et s’aviser d’un dosage très réfléchi dans chacun des moments tour à tour formels et informels, oraux et écrits, remarquablement homogènes de la part d’un ensemble de « collègues » qui en l’absence de cadre juridique contraignant savent pourtant s’inventer, et se construire des manières de travailler ensemble qui pour être implicites n’en sont pas moins tout à fait prégnantes, ils ont assurément leurs ethnométhodes. Mais voilà que se profile l’autre danger pour l’analyste, l’autre face inverse de la caricature, mais appartenant à la même médaille : la légitimation. Alors peut être est-il temps, après avoir considéré en ethnologue la production de cet objet-écrit singulier qu’est un rapport de soutenance de thèse, en le replaçant dans son contexte de fabrication et d’usage, de se pencher sur son contenu pour se demander s’il est lui-même normé implicitement.

Notes

1 Op. cit. : « Les sept péchés capitaux des universitaires ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.